Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ethnopréhistoire de la maison maya

 | 
Marie-France Fauvet-Berthelot

Chapitre III. L’espace domestique et l’espace social

Texte intégral

1Au cours des pages précédentes, les données ont été regroupées par sites. Dans ce chapitre, elles seront rassemblées selon des modalités différentes, afin de pouvoir être comparées les unes aux autres. Partant du plus sûr, du plus concret, on retracera les caractéristiques de l’habitation des anciens Mayas, cherchant les traits communs et les différences propres à chaque établissement. On établira, dans la mesure du possible, un classement des structures à partir de leur forme et de leur fonction. Puis, en utilisant conjointement les informations écrites et les documents archéologiques, on tentera de saisir l’organisation de cette société des Hautes Terres et l’on proposera des hypothèses sur le fonctionnement des établissements qu’elle occupait. Enfin, en reprenant les grands thèmes qui constituent la trame de la vie quotidienne, on mettra en évidence un certain nombre de survivances et de changements perceptibles dans l’habitation maya actuelle.

A - LA MAISON ET SES ANNEXES

  • 1 Nous avons conscience toutefois que ce travail n’a pas toujours pu être réalisé dans les conditions (...)

2En prenant comme centre d’intérêt les zones d’habitat, longtemps considérées globalement comme tout ce qui ne formait pas le centre civico-religieux monumental, on a vu que ces zones qui étaient traditionnellement définies par la présence de petites plates-formes basses, rectangulaires — les maisons — formaient en réalité des ensembles plus complexes. D’un côté, la fouille d’un certain nombre de ces petites plates-formes a montré que toutes n’étaient pas des unités résidentielles ; de l’autre, il est apparu que ces zones d’habitat (qui bien évidemment sont constituées pour leur grande part par les habitations) incluaient d’autres types de structures ; de forme et de fonction variées, ovales, circulaires, etc. permettant de nuancer ce terme1.

3Dans un premier temps, on rappellera les caractéristiques architecturales et le mode d’implantation de ces différents types de structures, puis on fera l’inventaire de tous les éléments permettant de faire une analyse de l’organisation de leur espace interne.

1 - CARACTERISTIQUES ARCHITECTURALES

a - TECHNIQUES DE CONSTRUCTION

Le mieux est de considérer les matériaux, la construction et la technologie comme des facteurs modifiants plutôt que comme des aspects déterminants, parce qu’ils ne commandent ni ce qui doit être construit, ni sa forme, ceci étant décidé en fonction d’autres motifs (Rapoport 1972 : 36).
Quant à l’habitation, elle
...sera étudiée en tant qu’“outil”. Dans cette perspective, on peut considérer qu’elle est créée, comme tout outil, en vue de besoins spécifiques et que sa forme et son organisation sont influencées par les facteurs du complexe culturel dans lequel elle s’insère (Cresswell 1960 : 183).

4Comme on l’a vu dans le chapitre II - Mixco Viejo, les matériaux de construction ne manquaient pas dans les Hautes Terres. Pour chaque établissement, les Mayas ont utilisé les ressources minérales et végétales locales pour édifier monuments et structures domestiques. Les matériaux lourds (minéraux) sont toujours pris sur place et leur variété provient des contextes géologiques différents de chaque établissement. A Mixco Viejo étaient utilisés le micaschiste et la pierre ponce ; à Cauinal la dolomite et le tuf provenant du lit de la rivière voisine ou des pentes des collines proches ; à El Talpetate le tuf qui affleure en maints endroits sur le site ; à Pueblo Viejo–Chichaj enfin le schiste abondant dans le lit des multiples ruisseaux qui courent près du site.

5Les matériaux minéraux sont utilisés bruts (sables, galets, blocs formant les remblais intérieurs) ou façonnés (dalles de tailles diverses, blocs parallélépipèdiques). Il faut mentionner également l’utilisation de matériaux minéraux transformés, comme l’adobe, brique de terre crue, vestige difficile à mettre en évidence et dont on a retrouvé les traces sur certaines structures de Cauinal, aussi bien monumentales (C3, Ichon et al. 1981 : 155 et figure 138) que domestiques (Α’173, B’33, 36, 47, ibid. : 112). L’argile, utilisée combinée avec des tiges végétales forme un torchis, le bahareque. On la trouve également transformée, sous forme de pellicule cuite formant parfois des sols d’habitat (Mixco Viejo, structures G9, Al4 ; Cauinal, structure Α’176 ; El Talpetate, D18, A2, A3 ; Pueblo Viejo-Chichaj, Y2, Y3), ou le revêtement de banquettes intérieures (à Cauinal). Les mortiers sont rarement conservés. Notons que tous ces matériaux minéraux ont été utilisés pour les constructions monumentales, comme pour les structures domestiques. Seul le stuc semble réservé aux premières (voir ci-après Espace public, espace privé).

6Quant aux matériaux végétaux, par nature périssable, il n’est possible de les identifier au cours des fouilles, qu’à partir d’empreintes, de traces de charbons de bois, de témoins négatifs. Ils formaient pourtant l’essentiel des matériaux de construction des structures domestiques, pour la charpente, les murs, le toit. Dans les ouvrages d’architecture indigène actuelle, ils occupent encore une très large place (voir en particulier Wauchope 1938 : 28-60, 104-116).

7La marque d’implantation des poteaux de bois formant l’armature des structures n’a pu être que rarement mise en évidence. A Mixco Viejo, sur la terrasse située devant la plate-forme G10 (figure 14), 2 trous de poteau correspondaient à l’implantation probable d’un auvent. Ces poteaux ont parfois laissé des traces de carbonisation importante comme à Mixco Viejo, sur la plate-forme G10 ou devant la plate-forme A31, témoignage probable de l’incendie de la ville assiégée par les Espagnols. A Pueblo Viejo-Chichaj, sur la structure V9 (figure 67a) une seule empreinte a été notée, problématique. Par contre, dans la vallée du Chixoy, R. Hill a pu relever sur le site de Pueblo Viejo-Chixoy, à quelques kilomètres en aval de Cauinal, de nombreux trous de poteaux sur les plates-formes de la zone résidentielle (groupe G) (Ichon 1979b : 11).

8L’empreinte la plus fréquente d’un matériau végétal est celle laissée par des tiges (de maïs ? de roseaux ?) accolées horizontalement ou verticalement et noyées dans de la terre argileuse formant un torchis connu aujourd’hui sous le nom de bahareque. Ce matériau, qui actuellement n’est pas extrêmement répandu dans les Hautes Terres, a été rencontré dans tous les établissements où j’ai fouillé, particulièrement dans les zones d’habitat. A Mixco Viejo, il abondait sur la plate-forme A32 où il devait former tout le mur de la superstructure (figure 20 et 22a) et sur la plate-forme G10 (figures 13 et 14). A Cauinal, on en a retrouvé des fragments dans les remblais extérieurs des structures B’9, Β’14, B’45, B’46, B’47 (Ichon et al. 1981 : 114, 116, 118, 119, etc.) A’36, Α’173 etc. Sur le site d’El Talpetate, sur quelques plates-formes du groupe E’, à Pueblo Viejo-Chichaj, sur la plate-forme Y3 (figure 63c) et J1 (Ichon 1975 : 37, figure 9). Enfin, l’absence de trace de mur ou de toit en matériaux lourds (pierre, briques de terre crue...) induit à considérer qu’ils devaient être en matériaux légers, périssables, tout comme ceux des maisons actuelles, aux murs de tiges accolées horizontalement ou verticalement, ou de planches disjointes et aux toits de chaume.

9Des outils utilisés pour la construction ne subsistent que les éléments lithiques. On a retrouvé en fouille des lames de haches et d’herminettes en pierre volcanique verte qui devaient être emmanchées dans du bois, avec lesquelles devaient être abattus les arbres utilisés comme poutres, poteaux, échaffaudages, etc. sans doute préalablement soumis à l’épreuve du feu. Ciseaux et marteaux ont vraisemblablement servi à la taille des pierres. On peut penser que les grattoirs d’obsidienne étaient utilisés pour écorcer les troncs d’arbre, que les lames servaient de couteaux pour couper les lianes servant à fixer les éléments d’armature et de charpente et les tiges accolées formant certains types de murs. Enfin, pour le lissage des revêtements d’argile cuite et de stuc, les nombreux galets ovoïdes trouvés sur les plates-formes et portant des traces de polissage d’usure pouvaient aussi bien servir au lissage des poteries qu’à celui de ces revêtements. Rappelons que le métal n’a pratiquement jamais été utilisé pour fabriquer des outils.

10On a présenté dans l’introduction en citant R. Wauchope, la technique de construction des plates-formes rectangulaires : édification des murettes sur 3 côtés, remplissage d’un remblai de terre et de pierres, construction d’un quatrième côté, les angles et le seuil étant souvent particulièrement soignés. Cette technique, très uniforme d’un établissement à l’autre est, en réduction, celle qui sera également utilisée pour les structures monumentales. Pour ces dernières, des contreforts extérieurs seront ajoutés, leur longueur et leur hauteur produisant des poussées qu’il fallait endiguer. Pour les autres types de structures, la technique de construction de la partie conservée peut paraître plus fruste. Ainsi la structure en fer à cheval A’34 bis de Cauinal est limitée par un appareil de pierres non jointives et grossièrement disposées (figure 39). Les petites structures circulaires du groupe A’ de Cauinal sont construites de gros blocs bruts et de dalles bien jointes (figure 43) où semble-t-il, transparaît le désir de créer un espace bien protégé. Certaines techniques de construction sont beaucoup plus élaborées, notamment sur le site d’El Talpetate, où la grande structure ovale D2 (figure 57a) est remarquablement édifiée, formée de petites dalles de tuf disposées horizontalement.

11Si donc il existe une grande homogénéité technique pour la construction des plates-formes rectangulaires, les autres types de structures sont construits selon des techniques beaucoup plus variées. Il faut évidemment tenir compte des pourcentages de représentativité des divers types de structures. Peut-être pour tout ce qui n’est pas plate-forme rectangulaire, arrivera-t-on un jour à percevoir l’homogénéité de construction de chaque type, si l’on dispose d’un nombre suffisant d’exemplaires.

b - LES PLATES-FORMES

SOUBASSEMENTS

12Les petites plates-formes rectangulaires qui forment l’essentiel des zones d’habitat présentent donc de grandes similitudes dans la technique de construction de leur soubassement. Elles n’en sont pas pour autant toutes identiques et on a pu noter un certain nombre de variations.

13En premier lieu, il existe divers types de soubassements, depuis la simple rangée de blocs bruts juxtaposés (Cauinal, Α’176, figure 39a) ou de dalles équarries (Mixco Viejo, A31, A32), jusqu’aux murs construits de plusieurs rangées de dalles régulièrement superposées (Pueblo Viejo, Cauinal, El Talpetate).

  • 2 Type 1 - soubassement formé d’une rangée de blocs.
    Type 2 - soubassement formé d’une rangée de blocs (...)

14Disposant avec le groupe A’ de Cauinal d’un ensemble de données assez complet sur une zone d’habitat s’étendant sur plus de 2 hectares et comprenant 177 petites plates-formes, on a tenté d’établir une typologie des substructures à partir des matériaux utilisés et de leur mode d’assemblage (figure 37c) du plus simple (1) au plus élaboré (4). Quatre types ont été définis2, le pourcentage de représentativité de chacun se présentait ainsi :

Type 1 50,28 %

Type 2 24,02 %

Type 3 18,64 %

Type 4 7,06 %

15Il apparaît nettement que le type demandant le moindre investissement en temps de travail est le plus largement représenté. Mais on verra par la suite que cette simplicité de construction n’est pas liée de manière obligatoire à la dimension des plates-formes, ni au degré de leur aménagement interne.

16Il nous a paru également intéressant de faire l’analyse des 133 plates-formes d’un petit site dépendant de Cauinal, El Talpetate, en utilisant la même typologie. On a ainsi noté :

El Talpetate

Cauinal

Type 1

47,03 %

50,28 %

Type 2

0

23,16 %

Type 3

2,23 %

18,64 %

Type 4

50,74 %

7,06 %

17On observe d’une part une réduction du nombre des types (pas de type 2) que je serais tentée d’expliquer par la moindre variété de matériaux disponibles (seul le tuf est utilisé à El Talpetate). D’autre part, les pourcentages de représentativité sont ici inversés : le type le mieux représenté étant celui qui demande le plus long investissement en temps de travail (4).

18On peut donc dire qu’un même établissement présente des variétés de construction de ses petites plates-formes, qui doivent être le reflet de motivations diverses que l’analyse d’autres traits, tels que la dimension ou l’aménagement interne peuvent permettre de saisir.

19De même qu’il y a différents degrés d’élaboration du soubassement des plates-formes construit selon une même technique, il existe des variations autour du modèle de base rectangulaire des structures domestiques, qui reste cependant très largement prédominant. Ce plan d’ailleurs est caractéristique de l’aire mésoaméricaine dès les premiers villages d’agriculteurs (Flannery 1976 : 16).

20Les différents plans et aménagements architecturaux des plates-formes ont été regroupés dans le tableau 9.

AMENAGEMENTS

21Modifiant le plan des plates-formes, certains aménagements architecturaux externes — relativement exceptionnels — ont été réalisés. A Mixco Viejo on a noté un long gradin (M.V. G9) devant le côté de l’entrée, une terrasse devant la plate-forme (M.V. E6, G9, G10) ou sur deux côtés de celle-ci (M.V- A14) (ces divers aménagements ont été représentés dans la figure 9c). Pueblo Viejo présente des aménagements dans l’ensemble plus “sophistiqués” (figure 62) avec escaliers rentrants (P3), extérieurs (F3, ΑΊ), des terrasses ouvertes (F1, groupe V) ou encloses (XI). A Cauinal, de tels aménagements étaient rares, il existait une marche devant A’25, 2 escaliers devant Α’175. On a été amené à supposer que l’accès à certaines plates-formes d’une certaine hauteur (environ 0,60 m) devait être facilité par des dispositifs en matériau périssable qui n’ont pas laissé de trace, tels que des escaliers ou des échelles de bois par exemple.

PLAN

22Outre ces aménagements, le plan des plates-formes s’est parfois compliqué, toujours par ajout d’éléments orthogonaux, donnant des structures en L ou en U. Dans aucun des établissements on n’a rencontré de plan “absidal”, si fréquent à Mayapan (Pollock 1962). Dans les 3 sites étudiés, on a pu mettre au jour des plates-formes en L.

23A Mixco Viejo, seules les plates-formes C15 et C21 présentaient ce plan. A Cauinal, dans le groupe A’ et à El Talpetate, 8 plates-formes présentent ce plan en L, conçu tel quel dès l’origine (Α’173, A’74, Α’121, El Talpetate C1) ou correspondant à l’ajout d’une petite aile (A’70, A’90, El Talpetate B1, C’3), dont il est impossible de savoir si elle est synchrone ou plus tardive que la plate-forme principale. Dans les 2 cas (A’84-84 bis, et 43-43 bis), la petite aile se trouve à un niveau inférieur de l’aile principale, formant une sorte d’annexé. Bien qu’accolées, ces structures, à Cauinal, ne communiquaient pas entre elles, semble-t-il. Une seule de ces plates-formes a été fouillée dans le groupe A’ de Cauinal (Plocieniak in Ichon et al. 1980 : 76-81) : il s’agissait de 2 habitations indépendantes avec chacune leur entrée, leur foyer, “dont les occupants des 2 ailes étaient étroitement apparentés”.

24A Pueblo Viejo-Chichaj ce type existe en quatre exemplaires dans les groupes V, G2, W2, C. Les plates-formes en U sont encore plus rares. A Mixco Viejo, la plate-forme C8 est unique à la fois par son plan et son revêtement de stuc qui en fait une plate-forme résidentielle tout à fait à part des autres. La structure en U d’El Talpetate (D9) est elle aussi particulière et nous l’avons interprétée comme une structure à vocation sociale et non domestique à cause de sa grande taille et de la présence d’un autel intérieur. A Pueblo Viejo-Chichaj, il n’existe que 2 exemples de ce plan, J1 (Ichon 1975 : 37-41, figure 9) et l’ensemble Y (figure 63). A. Ichon a d’ailleurs noté que “cette disposition en U n’est pas fréquente sur le site” (1975 : 41).

25Mixco Viejo et Pueblo Viejo-Chichaj présentent donc de plus grandes variétés que Cauinal où les aménagements sont rares.

DIMENSIONS

26Ces plates-formes, en grande majorité rectangulaires, ne sont pas de dimensions uniformes. Sur le site de Mixco Viejo, j’ai ainsi classé les plates-formes comme “petites” (ex. : E’7, 5,50 χ 3,40 m), “moyennes” (ex. : G10, 7,50 χ 3,20 m) et “grandes” (ex. : G9, 10,25 x 4 m). Cette variation dans les dimensions, combinée avec d’autres traits (aménagement interne, type de vestiges) est apparue particulièrement significative à Mixco Viejo. Il a en effet été possible de mettre en évidence le fait que les plates-formes de 10 m de long ont une fonction de réserve pour la conservation d’aliments (présence de grandes jarres, absence de structures de combustion). A Cauinal les plates-formes du groupe A’ ont été classées selon leurs dimensions. Trois catégories, on s’en souvient, ont été distinguées : A (ou “petite”) correspondant aux structures de moins de 6 m de longueur, В (ou “moyenne”) aux structures de 6 à 8 m de longueur et С (ou “grande”) de plus de 8 m.

27Les 177 plates-formes se répartissent ainsi :

28A 44 exemples : 28,25 % В 91 exemples : 50,28 % С 42 exemples : 21,47 %

29On note la forte proportion des plates-formes de taille moyenne, dimension qui correspond à la taille des maisons actuelles. Il existe de plus une relation entre le mode de construction et la dimension des plates-formes. On observe une certaine tendance au mode de construction simple pour les petites et moyennes structures et aux constructions élaborées pour les structures de grande taille.

30Considérons maintenant El Talpetate, site du “grand Cauinal”. Les 133 plates-formes qui le composent, classées selon leurs dimensions dans les catégories A, В, C, se répartisent ainsi :

A 71,85 %

В 22,14 %

С 6,01 %

Tableau 9 - Plan et aménagement des plates-formes

31On remarque le fort pourcentage de structures de petite taille, trait qui nous est apparu pertinent pour l’interprétation de la composition de ces plates-formes. Mettant en relation, comme pour le groupe A’ dimensions et mode de construction, on remarque là encore des différences entre ces 2 sites. A El Talpetate, un grand nombre des petites plates-formes est de type de construction élaboré.

32A Pueblo Viejo-Chichaj enfin, on a relevé les dimensions des plates-formes du groupe V, situé à l’extérieur du centre proprement dit (tableau 8). On constate une forte proportion de structures de plus de 8 m de longueur (correspondant à la catégorie “grande” de Mixco Viejo et С de Cauinal). Par contre, les 2 plates-formes de l’ensemble Y (Y3 et Y2), intra-muros, ont des dimensions moyennes (8 m).

33A travers ces établissements, il est apparu que les plates-formes rectangulaires présentaient un certain nombre de variantes, dans le mode de construction plus ou moins élaboré, le plan, qui comporte des aménagements, et les dimensions. Notons toutefois que la dimension moyenne des plates-formes oscille autour de 8 m de longueur. Ces variantes sont quelquefois significatives sur le plan fonctionnel.

SUPERSTRUCTURES ET COUVERTURES

34Les murs des superstructures et les couvertures de ces plates-formes ont laissé beaucoup moins de traces que leur soubassement. La majorité en effet devait être en matériaux végétaux, périssables, comme ils le sont encore aujourd’hui. Lorsqu’il y avait absence de murs et de toits en matériaux “durs”, on a considéré qu’ils étaient en matériaux végétaux (murs en tiges de maïs, de bambou accolées verticalement ou horizontalement, planches, toit de chaume, etc.). Sur les 3 sites étudiés, ils forment la majorité des matériaux utilisés.

35Grâce au groupe A’ de Cauinal et au site d’El Talpetate, on a pu faire l’inventaire - qui nous paraît assez complet - des différents types de murs formant les superstructures :

36Murs en matériaux périssables

37Murs en torchis (bahareque)

38Murs en briques crues (adobe)

39Murs de pierres.

40Dans le tableau 10 sont regroupés ces différents types pour chaque établissement. C’est à Cauinal, dont les plates-formes présentent une grande monotonie de plan, que l’on peut noter la plus grande variété des matériaux constituant les murs. Les matériaux périssables et le bahareque apparaissent dans les 3 établissements, les pierres (seules ou avec torchis) à El Talpetate et Pueblo Viejo (Ichon 1975 : 42). A Zacualpa, Wauchope a trouvé des fragments de bahareque sur les structures C1 et C2 (1962 : 66), tandis qu’à Iximché, Guillemin a noté des murs en adobe (1977 : 236).

41Quant aux couvertures, elles devaient être en matériau végétal, à 2 ou 4 pentes, comme aujourd’hui. A. Ichon a aussi noté à Pueblo Viejo, que sur certaines plates-formes “habitations de hauts personnages, le toit a disparu, mais il était certainement fait de poutres horizontales supportant un plafond d’argile...” (1975 : 42).

Tableau 10 - Types de matériaux

AMENAGEMENTS INTERIEURS

42Sur ces plates-formes rectangulaires, un certain nombre d’éléments d’aménagement intérieur se sont conservés à des degrés différents : sols, foyers, banquettes, autels...

  • Les sols

43Sont les plus fréquemment en terre battue. Celle-ci peut avoir été plus ou moins foulée, nous informant sur les modalités d’occupation des plates-formes. Par exemple, à Mixco Viejo le sol de la structure A31 était très durci par un piétinement intensif, témoignage d’une occupation permanente. Sur A32, au contraire, le sol paraissait peu piétiné, comme celui d’un lieu occupé temporairement ou de façon discontinue. Cet indice, ajouté aux vestiges rencontrés, a permis d’étayer des hypothèses sur les fonctions différentes de ces 2 plates-formes, l’une à fonction domestique évidente (A31), l’autre à vocation cérémonielle probable (A32).

44Les sols sont parfois formés par une pellicule d’argile cuite. Wauchope a tenté à Zacualpa, de voir quel était le procédé utilisé pour réaliser de tels sols, en faisant lui-même brûler un “énorme tas d’écorce de pin, de la paille, des broussailles” pendant plusieurs heures (1948 : 66). De tels sols sont rarement conservés sur toute la surface des plates-formes, mais apparaissent sous forme de lambeaux plus ou moins étendus, à partir desquels on infère de leur existence sur toute la surface. Plus rares que les sols en terre battue, ils étaient utilisés dans les 3 établissements. A Mixco Viejo, on en a retrouvé la trace sur les plates-formes G9, G10, Al 4, à Cauinal, dans le groupe A’ sur les plates-formes A’173, Α’176 (où on a pu mettre en évidence 2 sols correspondant à une réfection) ainsi qu’à El Talpetate (D18, A2, A3). A Pueblo Viejo-Chichaj enfin, sur les plates-formes Y2 et Y3. Dans le groupe V de ce même site, on a mis au jour sur la plate-forme 9 un sous-sol dallé, unique en son genre (figure 67b) que j’ai interprété comme une réponse à un problème d’humidité et de remblai très argileux.

  • Les structures de combustion

45Sur ces plates-formes, au niveau du sol, elles se présentaient sous 3 formes différentes (tableau 11 et figure 68).

46Le foyer le plus simple est aménagé au moyen de gros galets bruts (de 3 à 7) limitant une zone de terre qui a cuit à l’usage (Mixco Viejo A31, A32, Cauinal A’34 bis, Α’176, Α’181, figure 68a). Une variante plus élaborée de ce type a été trouvée uniquement à Mixco Viejo sur G10 où le foyer était constitué de 3 dalles de schiste posées de champ (figure 686). Enfin, le foyer que l’on a rencontré partout, à la fois sur les structures résidentielles et les structures monumentales est formé d’une galette d’argile cuite circulaire de 0,50 à 0,90 m de diamètre posée, ou non, sur une assise de petites pierres (figure 68c).

Tableau 11 - Types de foyers

47Dans le tableau 11 on a noté les différents types de foyer : le plus simple, et le plus fréquent aujourd’hui, n’apparaît qu’à Mixco Viejo et Cauinal. Je serais tentée de voir dans le foyer circulaire en argile, un lien symbolique entre les foyers des maisons et des établissements publics ; quand les monuments ont cessé de fonctionner, ce type de foyer a pratiquement disparu.

48A Zacualpa, R. Wauchope ne parle pas de foyer mais de four, non fermé (1948 : 63). D’après les photographies qu’il en donne, il semble qu’il s’agisse d’un type de foyer connu aujourd’hui pour cuire les tortillas. A Iximché, J. Guillemin parle de “2 foyers creusés dans le sol, quadrangulaires” sur la plate-forme principale du “Grand Palais II” (1977 : 240). Nous n’avons jamais relevé cette forme de foyer.

49Le foyer est toujours situé latéralement par rapport à l’entrée des plates-formes, dans ce que Wauchope appelle “le coin cuisine” (kitchen end). Le tableau 12 regroupe les données concernant sa situation et son orientation. Leur interprétation est difficile : elles sont sans doute en nombre trop limité pour que l’on puisse en tirer des conclusions sûres. A gauche ou à droite de l’entrée, les 2 possibilités sont exactement partagées (8 pour chaque cas). Sur 16 foyers, 10 se trouvent au nord.

Figure 68 - TYPES DE FOYERS DOMESTIQUES - a) limité par des galets, Mixco Viejo A31 ; b) limité par des dalles, Mixco Viejo G10 ; с) en argile cuite, Cauinal Α’173.

Tableau 12 - Orientation des foyers

Les banquettes
  • 3 On a étudié ailleurs les relations existant entre les différents types de banquette, le mode de con (...)

50Elles constituent un autre aménagement intérieur et sont construites comme les soubassements des plates-formes, avec un remblai intérieur limité généralement par une murette de pierres revêtue d’une couche d’argile cuite. Cet aménagement, si caractéristique de l’architecture maya classique, n’a été relevé que dans les sites protohistoriques de la vallée du Chixoy : Pueblo Viejo-Chixoy (Hill 1982 : 42) et surtout Cauinal, où on les a classées en 5 types (figure 37a)3.

  • 4 A titre d’exemple, sur la plate-forme Α’173 de Cauinal, la banquette de la petite aile (d’une surfa (...)

51Ces banquettes occupent souvent une surface importante de l’espace intérieur des plates-formes4, ce qui nous a conduit à y voir plus qu’une aire de repos ou de couchage, le lieu de toutes les activités domestiques à l’exclusion des activités culinaires qui se déroulaient autour des foyers situés soit au niveau du sol, soit à l’extérieur des plates-formes (ex. : structure A’34 bis).

52Il nous parait important de noter également que l’on retrouve cet aménagement, notamment la banquette en double L, à l’intérieur des grandes plates-formes du centre civico-religieux. Et que, au contraire, lorsqu’il n’existe pas de banquettes construites sur les petites plates-formes, on n’en trouve pas non plus sur les grandes (Mixco Viejo).

53Remplaçant en partie ces banquettes, sur lesquelles on pouvait, entre autres activités, dormir, on a relevé à Mixco Viejo, sur 2 plates-formes (A31-G10) et à Pueblo Viejo-Chichaj (V9) des espaces aménagés d’une manière particulière. Sur ces 3 plates-formes, toujours dans la partie méridionale, occupant toute la largeur de la maison, une zone est soigneusement aménagée, alors qu’ailleurs le sol est de terre battue, ici il est dallé (A31) ou revêtu d’une couche d’argile cuite (G10) et pratiquement sans vestige (V9). C’est là sans doute ce que Wauchope appelle “le coin de la famille” (the family end) où l’on devait étendre les nattes de roseaux, roulées dans la journée, le soir pour se coucher. Cet espace pouvait être séparé du reste de la plate-forme par une paroi en matériau léger (végétaux, nattes, etc.), comme cela est fréquent aujourd’hui, traduisant un certain besoin d’intimité.

  • La division de l’espace intérieur

54Elle est toutefois rare sur les plates-formes. La structure E9 d’El Talpetate qui comprend 2 pièces séparées par un mur de pierres transversal (figure 56a) est un exemple unique. A Mixco Viejo, on a noté des murs intérieurs longitudinaux et discontinus sur les plates-formes G9 et A14 (figures 24 et 25). Mais comme nous avons interprété ces structures comme des magasins, il nous semble que ces murs intérieurs peuvent avoir 2 fonctions : servir d’appui aux grandes jarres d’un côté et de limite à un matériau expansible comme peut l’être le maïs en épis, par exemple.

55On peut noter dès maintenant que toutes les plates-formes rectangulaires ne sont pas aménagées de façon identique. Ces variations, associées aux types de témoins mobiliers mis au jour, permettront de déterminer avec quelque certitude leur fonction.

  • Les autels familiaux

  • 5 Identiques à celles qui ont été interprétées comme des autels à Mayapan (Smith 1962 : 228).

56En liaison avec les banquettes, existent parfois sur les plates-formes de petites structures situées en face de l’entrée, le long du mur du fond5. Il s’agit d’autels familiaux que l’on a classé en 2 types : dépendant ou indépendant, selon qu’ils étaient ou non collés à la banquette (figure 69). A la lumière de ces données, il est possible d’interpréter également comme autel ce qui avait été appelé “banquette” sur la plate-forme A31 de Mixco Viejo, banquette de laquelle était tombé un petit récipient double qui pourrait avoir eu fonction d’encensoir (figure 17b). De même, à Pueblo Viejo-Chichaj, sur la structure Y3 une petite marche sur laquelle se trouvait un manche d’encensoir peut être considérée comme un autel familial (figure 63).

57Il existait donc — pour ces 3 établissements, mais à des degrés divers — un culte domestique.

58Notons ici encore la similitude d’aménagement à Cauinal entre petites plates-formes des zones résidentielles et grandes plates-formes du centre civico-religieux.

с - STRUCTURES NON RESIDENTIELLES

59Avant d’étudier ces témoins mobiliers, on traitera des autres types de structures présents dans les zones d’habitat, structures que L. Smith a appelées à Mayapan “structures associées” en relation avec les “structures résidentielles” (1962 : 165-320). Ces structures ne sont pas toujours d’interprétation aisée parce qu’elles sont quantitativement peu représentées et que d’autre part il existe peu de références — sinon aucune — les concernant dans la littérature archéologique. Il est apparu toutefois possible de déterminer la fonction de la plupart d’entre elles avec une bonne probabilité grâce à leurs caractéristiques spécifiques.

60Quatre catégories de structures non résidentielles ont ainsi été analysées. Deux d’entre elles, les cuisines et les réserves, ont une vocation domestique ; la troisième, les fours à chaux, correspond à une activité artisanale ; la quatrième, les autels et les oratoires, à une fonction religieuse

  • Les cuisines

61Trois ont été relevées dans le groupe A’ de Cauinal : A’34bis, A’96 ter, Α’112bis, annexes des plates-formes d’habitation Α’174, A’96 et Α’112. L’une d’entre elles a été fouillée (A’34 bis, figure 39). Elle se présentait sous la forme d’une structure “en fer à cheval” de 2,35 x 2 m environ, limitée par de gros blocs non jointifs ; son espace intérieur comportait un foyer de type simple, formé de gros galets, au fond duquel était cassé un comal. A l’extérieur, à proximité, se trouvaient une meule et 3 mains de meule.

62Des cuisines à l’extérieur des habitations existent aussi à Mayapan construites sur de petites plates-formes dans les ensembles résidentiels (Smith 1962 : 220). Wauchope, pour les habitations actuelles, parle de cuisines à part seulement chez les Mayas du Yucatan. Elles existent pourtant également au Guatemala, notamment chez les Mayas-Tzutujil du lac Atitlan.

  • Les réserves (figures 24, 25, 26a)

63A Mixco Viejo, on a interprété comme étant des réserves ou greniers deux plates-formes rectangulaires – A14 et G9 — un peu plus grandes que les plates-formes résidentielles, avec un aménagement intérieur particulier (mur longitudinal) et un mobilier comportant plusieurs grandes jarres pouvant servir à conserver le maïs. Notons que c’est par défaut qu’ailleurs on a dû considérer que toutes les plates-formes rectangulaires correspondaient à des structures résidentielles. Il est certain que des fouilles intensives nuanceraient cette affirmation et que certaines plates-formes rectangulaires pourraient également entrer dans des catégories de structures non-résidentielles.

  • Les fours à chaux (figures 40 et 41)

64Dans la zone d’habitat A’ de Cauinal, on a identifié 2 fours à chaux (A’28 et A’129 bis), structures circulaires de 7 m de diamètre externe, construites en pierres, partiellement enterrées, destinées à la fabrication de la chaux formant le matériau de base du stuc dont sont revêtus périodiquement les monuments et le sol des places publiques (à chaque changement de dirigeant selon J. Guillemin). La présence de pierres chauffées et de cendres contenant des fragments de calcaire a permis d’interpréter cette structure de combustion. C’est la première fois qu’on découvre des fours à chaux préhispaniques dans l’aire maya, car la fabrication de la chaux avait généralement lieu en plein air, sans structure construite.

  • Les autels et oratoires (figures 43, 44, 57, 58, 87 ; Ciudad Ruiz et Fauvet-Berthelot 1985)

65Il ne s’agit plus ici des autels intérieurs situés en face de l’entrée que l’on a fréquemment rencontrés dans les habitations de Cauinal comme sur les grandes plates-formes. Mais de structures indépendantes, d’autels et d’oratoires extérieurs.

66On a appelé autel (correspondant au terme altar anglo-américain et espagnol) trois structures pleines de Cauinal, deux oblongues (A’26 bis et B’48) et une circulaire (Α’180). Les autels oblongs mesurent 2 x 1,65 m (B’48) et 3,10 x 2,50 m (A’26 bis) et sont constitués de gros blocs non jointifs, qui leur donnent un aspect chaotique, très fruste. Leur fonction a pu être définie par leur position, au centre d’un ensemble pour A’26, d’un groupe de plates-formes pour B’48, et par la présence d’urnes funéraires enfouies devant l’un de leur côté et, pour A’26, de 3 squelettes sans tête enterrés avec une pointe d’obsidienne. L’autel circulaire Α’180, situé à l’une des entrées du site, mesure 3,30 m de diamètre et est formé de blocs dolomitiques disposés en cercles concentriques ; il contenait des cendres. De telles structures ont été relevées dans la même région, plus élaborées mais de plan identique, l’une à Xolpacol (Smith 1955 : 25 et figure 76), l’autre à Cahyup (idem figure 108) ; sur ces 2 structures un autel moderne a été construit, témoignant de l’importance du lieu et de la valeur attachée à cette construction. A Utatlan, H. Pollock interprète également comme autel une grande structure circulaire (1936 : 25).

67Correspondant au terme anglo-américain shrine, défini à Mayapan comme des “petits enclos en forme de cellules contenant généralement un autel ou une statue” (Pollock et al. 1962 : 90), on a considéré comme “oratoire avec autel intérieur” 4 structures ovales d’El Talpetate. A7, A29, D15, E0, mesurant de 2,80 à 3 m x 2,20 à 2,40 m, construites en blocs et dalles de tuf grossièrement disposés, parfois revêtus intérieurement d’une couche d’argile cuite, dont l’entrée est marquée par 2 dalles dressées de 0,60 m de hauteur moyenne. Dans l’espace intérieur ovale, ainsi créé, au fond en face de l’entrée se trouve un petit autel constitué, comme les oratoires que l’on peut voir aujourd’hui au sommet des montagnes, de quelques dalles dressées formant des murs et un toit, véritable niche où l’on déposait bougies (des traces en sont encore visibles), ainsi que des offrandes. La situation de ces 4 oratoires en bordure du site a amené à se demander si ce type de structure ne délimitait pas un espace privilégié. On a également mis en relation la présence de tels oratoires avec l’absence d’autels domestiques dans les maisons d’El Talpetate.

Figure 69 - TYPES D’AUTELS INTERIEURS - a) “indépendant”, Cauinal Α’173 ; b) “dépendant” à gradins, Cauinal A’167 ;c) “dépendant”, El Talpetate D10.

68Enfin, 2 structures non résidentielles ont été interprétées avec plus de difficultés : il s’agit de la grande structure ovale d’El Talpetate et de la petite structure ovale de Cauinal ; 2 interprétations sont possibles : il peut s’agir soit d’une construction à caractère sacré (“oratoire”), soit d’une construction dont l’espace intérieur est utilisé pour garder les animaux, les denrées alimentaires ou autres produits.

69La grande structure ovale D2, de 4 x 3,70 m (figure 87) est la reproduction en plus grand des structures ovales de taille moyenne, classées dans la catégorie des “oratoires”. Toutefois elle ne comportait pas d’autel intérieur construit. Elle est placée à l’entrée du groupe qui comportait des structures que j’ai interprétées comme ayant une fonction civico-religieuse. Enfin, fait qui n’est pas sans importance, aujourd’hui une grande croix a été fixée au fond de la structure, en face de son entrée. Toutefois il ne nous est pas possible d’affirmer totalement le caractère religieux de cette structure que nous avons antérieurement interprétée comme un grenier.

70Dernière structure “problématique”, la construction ovale de 2,50 m de ϕ environ, Α’134 bis de Cauinal (figure 43). Elle est en gros blocs soigneusement joints. Si elle fait partie de la catégorie “oratoire”, elle ne comportait pas d’autel intérieur construit. Mais il s’agit peut être d’un poulailler ou d’un grenier. Sept structures plus ou moins identiques ont été relevées à Mayapan où elles sont interprétées comme des “dindonniers” ou des enclos de jardin. Ce sont des cercles de pierres de 2 à 5 m de ϕ, 0,60 à 1 m de hauteur (Smith 1962 : 224, figures 14,ii, ΚΚ,22a, b, K105, L1 15). Personnellement cette interprétation ne me satisfait pas pour les Hautes Terres, car aujourd’hui on ne trouve pas de construction de ce genre ayant de telles fonctions (comme on le verra plus loin).

71Sur le site de Dzibilchaltun, au Yucatan, E. Kurjack a mis au jour 2 structures de plan absidal. construites sur des plates-formes rectangulaires, dont le mode de construction est assez proche de celui des structures ovales de Cauinal. L’une (structure 3721) mesure 5,50 x 3,60 m et contenait une tombe, l’autre (structure 3605) de 6,30 x 4,30 m a été interprétée comme une habitation (Kurjack 1974 : 54-56, figures 9, 10, 11).

  • 6 Il est frappant de voir à Mayapan l’importance en nombre de structures facilement identifiées comme (...)

72En conclusion, on a eu conscience d’avoir tendance à donner aux structures qui n’existent plus aujourd’hui, une fonction autre que domestique6. Leur disparition pourrait s’expliquer par un changement de relation avec le sacré qui s’est produit avec l’abandon – dû aux Espagnols ou à des situations internes – des établissements préhispaniques. Seuls ont subsisté les autels familiaux et les oratoires en relation avec un lieu – naturel – sacré. Après avoir fait l’inventaire des structures que l’on peut rencontrer dans les zones d’habitat proches des centres civico-religieux, seront étudiés maintenant leurs modes de groupement, leurs types d’implantation.

Figure 70 - PLATES-FORMES RESIDENTIELLES ET RESERVES - a) implantation - “ouverte” le long des courbes de niveau (1), sans organisation apparente (2), “fermée” (3) ; b) organisation interne des plates-formes de Mixco Viejo.

d - IMPLANTATION (figure 70)

73L’analyse sera réalisée à partir des plates-formes, les autres types de structures étant trop peu représentées pour permettre l’établissement de modèles. J’utiliserai le terme “implantation ouverte” lorsque les plates-formes soit sont disposées le long de courbes de niveau comme à Mixco Viejo (groupe CX), Pueblo Viejo-Chichaj (groupe V), El Talpetate (groupe A, D), soit ne présentent pas d’organisation apparente (correspondant à ce que W. Ashmore appelle un informai group, 1981 : 49), par exemple à Mixco Viejo groupe A (15 à 23) (figure 15), E’ (figure 6) et Cauinal groupe B’ (figure 32).

74Lorsque les plates-formes sont disposées autour de patios, je parlerai d’“implantation fermée”, terme qui correspondait au patio group de W. Ashmore (idem).

75Cette disposition autour de patios ou de places, n’est pas un trait spécifique aux Mayas des Hautes Terres de l’époque protohistorique. C’est plutôt là une caractéristique de l’aménagement de l’espace en Mésoamérique, dès le Préclassique (complexe A de La Venta), pendant le Classique (cités du Peten et des Hauts Plateaux mexicains) et jusqu’à nos jours.

76Le groupe A’ de Cauinal (figures 36 et 45) est un exemple remarquable de ce mode d’organisation : les 190 structures qui le composent ont pu être regroupées en 33 ensembles qui correspondent chacun à “un groupe de structures (3 ou plus) disposé autour d’un patio rectangulaire ou, plus généralement, polygonal”. Ces patios mesurent le plus fréquemment de 14 à 10 m de longueur sur 8 à 12 m de largeur (Ichon et al. 1980 : 70 et tableau 7). Plus compacte apparaît la disposition des 26 ensembles de Pueblo Viejo-Chichaj composés chacun “de deux à six structures autour d’une cour ou patio, dotée d’un autel central” (Ichon 1975 : 22) (figure 60). A Mixco Viejo, ce schéma n’a pu être mis en évidence que pour les structures G7 à G10 (figure 12), disposées autour d’une petite place.

77Dans les zones d’habitat aménagées en ensembles, les problèmes de circulation ont été réglés par divers aménagements. A Pueblo Viejo, A. Ichon a noté que “ces ensembles s’échelonnent de part et d’autre d’une ‘rue’ principale qui traverse le centre dans toute sa longueur” (1975 : 22). A Cauinal, dans le groupe A’ les Mayas avaient résolu le problème de la circulation entre les ensembles, vers le centre civico-religieux et vers la rivière et l’extérieur, au moyen d’un axe qui traverse la zone et longe les murs de soutènement permettant à un certain nombre d’ensembles d’être indépendants (figure 45). Ces 2 modes d’implantation - ouverte ou fermée — font passer au deuxième plan le critère de l’orientation des structures, privilégiant la configuration du terrain ou l’organisation autour de patios.

78Ces 2 types d’aménagement de l’espace ne paraissent pas fortuits. On peut remarquer que l’implantation “fermée” est généralement en relation directe avec le véritable centre de chaque établissement (groupe principal de Pueblo Viejo-Chichaj, groupe A’ de Cauinal), tandis que l’implantation “ouverte” paraît excentrique au sens propre.

79Peut-on attribuer la première (qui reproduit, en plus petit, le plan du centre) aux lignages les plus proches du pouvoir et la seconde aux classes moins favorisées ? Cela n’est qu’une hypothèse qu’il faudrait pouvoir vérifier sur un plus grand nombre d’établissements. Deux données sont sûres : d’une part les 2 modes d’implantation coexistent dans chaque établissement ; d’autre part il y a de grandes ressemblances entre Pueblo Viejo-Chichaj et Cauinal, d’occupation Quiché, tandis qu’à Mixco Viejo où vivaient des Pokomam, on note peu d’implantation de plates-formes autour de patios.

80Pour affiner la classification proposée (implantation “ouverte” et “fermée”), j’ai essayé d’appliquer une typologie proposée par W. Ashmore à partir des sites classiques des Basses Terres du Peten (1981 : 51-53). L’auteur établit 4 schémas d’aménagement :

81L’informal cluster défini comme un “ensemble de structures individuelles, sans organisation en patio apparente et comprenant généralement plus de 6 structures” ; Yhomo-geneous patio cluster “ensembles de groupes autour d’un patio [patio groups] sans différenciation apparente entre les groupes” ; le structure-focused patio сluster ‘‘ensemble de patio groups comprenant au moins l’un d’eux avec structure à fonction spéciale” ; enfin, le group-focused patio cluster correspondant à “un ou plusieurs patio groups avec un hameau environnant d’autres structures et/ou d’autres groupes” (figure 71).

82Ces 4 catégories sont regroupées dans le tableau 13 afin de voir comment elles étaient représentées pour chaque établissement étudié ici.

Tableau 13 - Modes d’implantation des structures d’habitat

83Il ressort de ce tableau que la première classification proposée est peut-être plus opérationnelle que celle de W. Ashmore : on retrouve les 2 grandes catégories “ouverte” et “fermée”. La typologie de W. Ashmore permet seulement de mettre en évidence les structures à fonction spéciale que l’on a interprétées comme ayant une vocation communautaire à Cauinal, funéraire à Pueblo Viejo-Chichaj.

84La structure de l’habitat apparaît donc - à quelques exceptions près — moins formelle dans les Hautes Terres à la période protohistorique, que dans les Basses Terres au classique. Il serait intéressant de chercher les causes de telles différences, mais cela dépasse les limites de ce travail.

2 - L’EQUIPEMENT

85Si pour l’étude des types et groupements de structures, c’est le site de Cauinal quia fourni le plus de données, en ce qui concerne l’équipement, pour des raisons évoquées dans l’introduction, on utilisera principalement les fouilles de Mixco Viejo.

a - LA CERAMIQUE (voir chapitre I-C)

86La chronologie des établissements présentés dans ce travail étant bien établie, la céramique, vestige essentiel, sera utilisée ici comme indicateur de fonction, dans la mesure du possible, fondée au départ sur la forme reconstituée des récipients.

87— A Mixco Viejo, on a pu recenser 10 formes de récipients (figures 27 et 28) dont les fonctions peuvent être précisées ci-dessous :

  • 7 Cette catégorie de récipient n’a pu être identifiée à Mixco Viejo, mais à Cauinal comme à Pueblo Vi (...)

Fonction

Forme

Conservation

Jarre

Pot à ouverture large

Pot à ouverture étroite

Transport

Pot à ouverture étroite

Cuisson

Pot à ouverture large

Marmite asymétrique

Plaque ou comal

Lavage, trempage

Bassin

Service

Ecuelle

Filtrage, rinçage

Filtre7

“Ceremonielle”

Godet ?

Bols tripodes

Encensoirs

88Tous ces récipients ne sont pas toujours présents sur les plates-formes, ou le sont dans des proportions différentes.

89Deux plates-formes voisines à Mixco Viejo, A31 et A32, structurellement comparables ont été analysées à partir des récipients qui avaient été reconstitués pour chacune d’elles. Les résultats sont présentés ci-dessous :

Plate-forme A31

Plate-forme A32

Céramique Micacée

Jarre

Pot à ouverture large

Pot à ouverture étroite

Bassin

Petit récipient double

Marmite asymétrique

1

2

2

1

1

1

8

1

0

0

0

0

0

1

Céramique Chinautla polychrome

Pot à ouverture étroite

Bol tripode

1

0

1

2

1

3

Céramique Mixco Viejo polychrome

1

0

Céramique Forteresse Blanc sur Rouge

Pot à ouverture étroite

Bol tripode

1

0

1

0

2

2

Céramique Beige tulipe

Pot à ouverture étroite

Marmite asymétrique

0

1

1

1

0

1

Total

12

7

90Ce tableau montre qu’en A31, sur 12 récipients, 8 sont de type Micacé (considéré comme’ représentatif de la céramique utilitaire dans les Hautes Terres) ; en A32 un seul récipient de ce type, une grande jarre, à l’extérieur de la plate-forme. Tous les autres types représentés sont des céramiques à pâte fine et surface souvent décorée, mono-, bi- ou polychrome : 4 pour A31 et 6 pour A32 dont 3 sont de petites coupes d’usage ceremoniel probable (M.V. 67.16 contient des charbons).

  • 8 Une statuette anthropomorphe provient également de cette structure.

91L’absence presque totale de céramique Micacée sur A32, le pourcentage élevé de céramique à pâte fine est significatif. A31 est assurément une habitation où se déroulent, entre autres, des activités culinaires ; A32 probablement une plate-forme utilisée pour garder les objets cérémoniels8 utilisés dans le groupe A (rappelons que le sol de la plate-forme était peu piétiné, indice d’une occupation discontinue).

92Dans le tableau 5, on a regroupé le mobilier céramique provenant des 7 plates-formes fouillées à Mixco Viejo. Cela a permis de mettre en évidence quelques faits :

  • On a relevé sur 2 plates-formes (A14 et G9) respectivement 4 et 3 jarres plus 4 pots à ouverture large. Ce trait associé à la grande dimension des plates-formes (10 m de long) et à leur aménagement intérieur, a amené à les interpréter comme des magasins, des sortes de greniers. A14 pourrait être utilisée par les occupants de A31, G9 par ceux de sa voisine G10, située sur la même terrasse, avec un escalier commun. Il est difficile de savoir si ces réserves sont liées à une plate-forme ou à un ensemble de plates-formes. Pour G9, on serait tenté par la deuxième partie de l’alternative, les structures G7 à G10 formant un ensemble unique sur le site.

  • Deux grands bassins ont été reconstitués, l’un sur A31, l’autre sur G10. Peut-être n’avait-il pas la même fonction. Sur A31, il peut avoir servi à la préparation du nixtamal, grains de maïs trempés dans de l’eau additionnée de chaux avant la cuisson. Sur G10, où l’on a retrouvé des morceaux de talc, il peut avoir servi à préparer ce matériau utilisé pour le lissage des comales. “Le talc bien moulu et mélangé d’eau jusqu’à obtention d’une crème épaisse...” (voir chapitre I - La plate-forme G10). En faveur de cette utilisation, le fait que ces fragments de talc et le bassin aient été rencontrés pratiquement au même endroit.

  • La présence de comales sur toutes les plates-formes définies comme habitation, confirme leur analyse. Sur G9 toutefois, interprétée comme magasin, elle est troublante.

  • Enfin faut-il voir une relation entre la présence de sceaux sur A31 et sur G10 et le fait que sur ces plates-formes se déroulaient des activités artisanales : fabrication de parures de pierres pour A31, de céramiques pour G10 ? La fonction des sceaux pose problème. Dans l’article qu’il a consacré aux sceaux de Cauinal, A. Ichon conclut que “les sceaux étaient utilisés dans un contexte domestique” (19806 : 69) et qu’“une utilisation essentiellement rituelle à l’échelon familial... est la plus plausible” (idem 70).

93Quant aux encensoirs, seuls des fragments en ont été trouvés, encensoirs à manche et corps moulé (Mixco Viejo G9, E’7 ; Cauinal A’26 bis, Α’166, Α’167 ; El Talpetate A10, C’2, D26, D9, E6 ; Pueblo Viejo-Chichaj Y3) et plus rarement “en sablier” (El Talpetate A9, 10, 15, 23, El 1) témoins d’un culte domestique.

Figure 71 - TYPES D’IMPLANTATION DES STRUCTURES D’HABITAT (d’après W. Ashmore 1981).

94• Dernière remarque enfin, céramique Micacée et céramique Polychrome apparaissent conjointement.

95Une forme céramique n’a pas été relevée à Mixco Viejo, qui existe à Pueblo Viejo et El Talpetate, il s’agit de filtre utilisé pour passer le nixtamal. Céramique très fragile, puisque percée de trous multiples, il est possible qu’elle laisse peu de traces. On peut également se demander si ce type de récipient n’existait pas à Mixco Viejo dans un matériau périssable : calebasse, vannerie, bois, etc. Confirmant cette hypothèse, L. Feldman écrit “seuls les anciens Cakchiquel (et non les Pokom) semblent avoir un terme pour cette forme (le filtre)” (1982 : 45).

96L’analyse topographique des vestiges céramiques a permis d’étayer les hypothèses formulées sur la fonction des différentes plates-formes fouillées. On a noté que les zones de répartition des vestiges présentent des caractères constants, en relation avec la dimension des structures. C’est ainsi qu’on a pu définir précisément la fonction d’habitation des structures de taille moyenne A31 et G10 qui, outre un foyer et une aire de repos, ont révélé des vestiges céramiques en nappes, réparties à partir du foyer, définissant ainsi le “coin-cuisine” coin féminin, ainsi que sur le devant de la maison, selon un axe transversal, zone d’activité domestique encore utilisée aujourd’hui, notamment pour le filage et le tissage des vêtements.

97Sur les plates-formes de grande taille A14 et G9, que nous avons interprétées comme des magasins ou greniers, les vestiges céramiques sont groupés selon un axe longitudinal dans la partie avant de la plate-forme et pratiquement absents des terrasses qui les entourent.

98Je propose (figure 70b) le schéma d’organisation interne des plates-formes de Mixco Viejo. Outre leur répartition et leur type, le nombre des récipients qui ont pu être reconstitués sur chaque plate-forme a permis de confirmer les hypothèses formulées sur leur fonction. Considérées comme habitations, les plates-formes A31 et G10 disposaient respectivement de 15 et 23 récipients (ce dernier chiffre correspond à 7 récipients reconstitués et 32 anses collectées). Les plates-formes G9 et A14, interprétées comme des réserves, contenaient 9 et 8 récipients ; la plate-forme A32, à vocation “cérémonielle”, 7. Sur la petite plate-forme E’6, dont la fonction est difficile à affirmer, on a reconstitué 6 récipients seulement.

b - LES TEMOINS MINERAUX

99En moindre nombre que les vestiges céramiques, ils comprennent des témoins façonnés, c’est-à-dire “traités dans le but de leur donner une forme appropriée à un usage” et des témoins modifiés “qui ont fait l’objet d’une sélection par l’homme” (Leroi-Gourhan et Brézillon 1972 : 322).

100Les témoins façonnés ont beaucoup moins varié dans le temps que la céramique et servent rarement de “fossile directeur”. Ils comprennent des instruments de mouture, des outils en serpentine et en obsidienne, des objets de parure.

  • 9 A l’exception de fragments de meule tripode trouvés dans le “coin-cuisine” de la plate-forme Α’173 (...)

101Instruments de mouture domestiques, meules et mains de meule, trouvées dans les 3 sites étaient simples, sans pied9, différentes des meules actuelles tripodes (figure 83). R. Woodbury note ainsi que “le metate [meule] tripode caractéristique du Guatemala moderne a remplacé le type apode pour un usage quotidien à une époque qui n’est pas encore déterminée, probablement à la fin du Postclassique” (1965 : 166).

102De plan ovale ou rectangulaire aux bords arrondis, les meules mesurent de 40 à 60 cm de long, 20 à 30 cm de largeur et ont une quinzaine de centimètres d’épaisseur. Elles sont le plus souvent en pierre volcanique grise, parfois en granite (El Talpetate). On les trouve sur ou devant les plates-formes (Mixco Viejo A31, Cauinal A’173, A’181 ), à proximité des cuisines (Cauinal A’34 bis), le plus fréquemment dans les remblais extérieurs, sous forme de fragments (Cauinal Α’167, A’172a, El Talpetate D18, C12b, C9, C5, C3, A21). Dans ce cas, il est difficile de dire si ces fragments n’avaient pas été abandonnés lorsque les habitations fonctionnaient encore.

103Complément de la meule, des molettes parallélépipédiques, aux extrémités arrondies, présentant un polissage d’usure sur leurs 2 grandes faces. Elles mesurent de 20 à 30 cm de longueur, 6 à 15 cm de largeur, 5 cm d’épaisseur environ. Elles sont fabriquées dans les mêmes matériaux que les meules et se retrouvent, comme elles, sur les habitations (Mixco Viejo G10, A31), à proximité des cuisines (Cauinal Α’134 bis ; Pueblo Viejo Y2) ou dans les remblais extérieurs (Cauinal Α’169, Α’181 ; El Talpetate C14, C’6, C3, C6).

104A Cauinal, en relation avec le four à chaux A’28, on a relevé un petit mortier et un pilon. S’agit-il d’instruments utilisés pour voir le degré de cuisson des blocs de calcaire ? Autre objet unique, un petit poussoir à lames d’herminette (figure 29c) qui provient de la plate-forme G10 de Mixco Viejo. Il s’agit d’un outil composite, car il servait également de support pour des perforations de petits objets (coquille ?). Il existe d’autres types de poussoirs : fragments de roche portant les sillons profonds de polissage, l’un était in situ (El Talpetate) l’autre devait être mobile (Cauinal). Mentionnons également un percuteur provenant de l’atelier d’obsidienne de Cauinal (Α’181).

105Pour le travail du bois, il existait des herminettes et des haches dont on n’a retrouvé que les lames, les manches devant être en bois ou en corne ( ?). Ce sont des lames de petite taille de 5 à 12 cm de longueur, 2 cm de large et d’une épaisseur maximale de 1,5 cm. Elles sont généralement en pierre volcanique verte ou serpentine, travaillées par piquetage et soigneusement polies. Ces objets ne sont pas très fréquents (Mixco Viejo A31, G10, E’6 ; Cauinal Α’173, Α’175, Α’183, Α’129 bis - hache ; El Talpetate C17, Pueblo Viejo-Chichaj Y2). Leur localisation varie, sans qu’il soit possible de trouver des constantes. Une seule association avec un ciseau a été trouvée à Mixco Viejo sur la plate-forme A31.

106Parmi les témoins façonnés, un certain nombre d’outils en obsidienne, matériau privilégié des Hautes Terres. Les plus répandus sont les lames. Comme l’écrit Woodbury, citant Kidder, Jennings et Shook “les lames d’obsidienne non retouchées étaient de loin l’outil lithique le plus commun dans les Hautes Terres du Guatemala” (1965 : 170). On les trouve partout, sur les structures comme à l’extérieur, dans chaque établissement. Un dépôt de lames, lié probablement à des cérémonies d’auto-sacrifice, a été relevé sur la plate-forme A32 de Mixco Viejo.

107Le processus de débitage de l’obsidienne a pu être suivi dans 2 “ateliers” de l’ensemble XXX du groupe A’ de Cauinal (figure 49) où se déroulaient 2 opérations successives, mise en forme des nucléus et extraction de lames par pression.

108Les outils façonnés sont essentiellement des petites pointes (environ 2 cm de hauteur moyenne), retouchées sur les 2 faces, le plus fréquemment triangulaires (Mixco Viejo G10, G9, A14, E’6 ; Cauinal A’34 bis, A’28, Α’167, Α’168, Α’172, Α’169 ; Pueblo Viejo V9), parfois à 2 encoches (Cauinal Α’134 bis). On a relevé seulement 2 exemples de grande pointe (8 cm de hauteur) (Cauinal A’26 bis ; El Talpetate D2). De rares grattoirs sur éclat proviennent de la plate-forme G10 de Mixco Viejo et de Cauinal. Servaient-ils à la préparation de peau ou de papier d’écorce ? La majorité de ces outils provient des remblais extérieurs et il n’est pas possible de faire une étude pertinente de leur localisation.

109Au nombre des témoins minéraux façonnés, mentionnons également des objets de parure : petites perles aux formes variées, sans doute éléments de collier. Cylindriques, discoïdes, polyédriques, elles sont en pierre verte (jadeite), blanche ou brune. On en a retrouvé des ébauches sur la plate-forme A32 de Mixco Viejo, permettant de mettre en évidence une activité artisanale, ainsi que des perles terminées, à perforation bico-nique selon un procédé connu en Mésoamérique, sur cette même plate-forme (figure 29a) ainsi qu’à Cauinal sur les structures Α’156 et Α’175. Enfin, on a mis au jour sur la plate-forme G10 de Mixco Viejo, une petite sculpture anthropomorphe en pierre ponce (figure 29b).

110Les témoins modifiés comprennent des galets de rivière, ovoïdes, portant généralement des traces de polissage d’usure. Ils devaient, entre autres usages, servir au lissage des céramiques, comme cela semble se confirmer sur la plate-forme G10 de Mixco Viejo où ils étaient associés à des fragments de talc utilisés dans des opérations de lissage de poteries. Sur la plate-forme A31 de ce même site, de tels petits galets étaient associés à des cristaux de grenat (figure 30) dont l’usage est bien difficile à déterminer.

с - AUTRES TEMOINS

111Avant de parler des quelques vestiges alimentaires retrouvés au cours des fouilles, il faut mentionner 2 petits objets de coquillage, une petite rondelle découpée marquée de stries et portant des traces de peinture verte qui a été retrouvée dans le remblai extérieur de la plate-forme A’36 de Cauinal et un fragment avec des lignes gravées, dans le remblai de la plate-forme Α’146.

112Les vestiges alimentaires sont très rares : ils comprennent des ossements animaux, non identifiés (Mixco Viejo, amas de détritus ; Cauinal A’173, Α’152), une mâchoire de carnivore (Cauinal A’34) et d’abondants coquillages fluviátiles coniques (Cauinal Α’173, Α’168, Α’183, Α’175) qui étaient consommés en perçant la pointe de leur coquille. Tous ces déchets ont été retrouvés (à l’exception de A’173) dans les remblais extérieurs des structures. A. Ichon a trouvé à Pueblo Viejo-Chichaj, quelques épis de maïs brûlés au bord du foyer de la structure J1 (1975 : 39).

113Ayant rassemblé ces données sur l’habitat, j’aimerais conclure cette partie par un tableau sur lequel vont figurer les formes des structures mises au jour et leur fonction, consciente comme l’écrit W. Ashmore que “le problème central est l’absence d’une stricte correspondance entre les formes et les fonctions” (1981 : 41 ).

114Le tableau 14 met en évidence le caractère aléatoire de la fonction des structures sans vestige. Il montre aussi combien peut être faussée la réalité en l’absence de fouilles : toutes les plates-formes peuvent être appelées “habitations”, les structures ovales “autels” ou “cuisines” selon les tendances de l’archéologue. Il montre enfin qu’il n’y aura pas de bonne archéologie “domestique” tant qu’il ne sera pas possible de faire la fouille exhaustive des zones d’habitat.

115Outre les aspects concernant l’habitat, j’ai cherché quelles traces de l’organisation de la société maya protohistorique pouvaient être retrouvées à partir des données recueillies sur le terrain. On entre là dans le champ d’hypothèses que je me suis efforcée d’avancer avec prudence, disposant de l’appui des documents écrits.

Tableau 14 - Zones d’habitat : forme et fonction des structures

В - ORGANISATION SOCIALE

116L’un des buts de la recherche des zones d’habitat en relation avec les centres civico-religieux était de pouvoir estimer le nombre de leurs habitants et leur densité d’occupation. Avant de traiter le problème de l’évaluation de la population, il faut mentionner une théorie sur l’occupation temporaire de ces centres, qualifiés par certains auteurs de “cités vides” (vacant towns) ou de “centres de rassemblement” (concourse centers).

1 - LE PROBLEME DES VACANT TOWNS

117Le terme de vacant town ou de concourse center a été proposé par S. De Boreghyi dans son article Settlement patterns in Guatemala Highlands : past and present, publié en 1956. Analysant l’habitat actuel des Hautes Terres, il note que “la majorité de la population vit dans des maisons dispersées, proches des champs de maïs, même si beaucoup de familles entretiennent des maisons des villes dans lesquelles elles habitent quand elles détiennent une charge publique et pendant les jours de fête et de marché” (1956 : 104). Pour l’auteur, “le village de rassemblement ou ville vide peut être le reflet de la conception précolombienne du Centre cérémoniel” (idem). Partant de cette hypothèse, il compare les villages de rassemblement “où la place est d’une très grande importance régionale pour les marchés et pour les réunions religieuses” et les établissements précolombiens qui peuvent avoir été des centres cérémoniels ou de pélerinage “dans lesquels seul un petit groupe de gens liés aux activités cérémonielies vivaient en permanence autour de la place” (1956 : 105).

118L’hypothèse de S. De Borhegyi sera examinée à la lumière des données présentées dans ce travail. Laissons de côté El Talpetate et Pueblo Viejo-Chichaj dont la fonction stratégique pose à priori l’obligation d’une occupation permanente. Correspondant à ces vacant towns, Mixco Viejo et Cauinal offrent de grandes places favorables à des marchés ou des cérémonies. Mais la recherche systématique des zones d’habitat en relation avec ces centres a permis de dégager un nombre de plates-formes considérable, qui dépasse largement les besoins du “seul petit groupe de gens” qui, selon S. De Borhegyi, devait vivre dans des centres. Rappelons que la population de Mixco Viejo a été estimée à environ 1 750 personnes, celle du centre de Cauinal aux alentours de 2 000 habitants. Il est regrettable que, sur le plan archéologique, dans les Hautes Terres, il n’existe aucun indice permettant d’affirmer avec certitude que les zones d’habitat sont occupées de façon permanente ou temporaire, tel qu’on a pu le mettre en évidence par exemple pour des sites préhistoriques à partir, notamment, des restes de faune.

119Deux arguments conduisent cependant à considérer que ces établissements pouvaient avoir une population permanente importante et ne pas correspondre à cette notion de “village vide”. L’un est d’ordre méthodologique. On a montré dans l’Introduction В - Historique des recherches, combien avaient été délaissées les zones d’habitat pendant longtemps, les fouilles étant “focalisées” sur les centres monumentaux. Cette vision tronquée a fini par être admise comme une image juste, à partir de laquelle on a formulé l’hypothèse de centres vivant au ralenti, en dehors de certaines périodes. Il n’y avait pas d’habitant dans la mesure où on n’avait pas recherché leur lieu de résidence !

120L’autre argument utilise les informations données par les documents écrits sur les possibilités de fonctionnement de ces établissements. On sait en effet que toutes les relations inter-groupes de cette période s’exprimaient en termes de domination ou de soumission, spécialement à travers la perception ou le versement d’un tribut. Cette ressource économique pouvait faciliter l’existence d’une population permanente non paysanne à l’intérieur des établissements, population chargée notamment d’assurer la sécurité sur le site même (d’où l’abondance de pointes de flèche trouvées à Cauinal) ou à longue distance (El Talpetate, Pueblo Viejo-Chichaj) par des missions de surveillance.

  • 10 Quelques années après la Conquête, Alonso de Zorita écrit que “le tribut ordinaire consistait en cu (...)

121Comparée aux ressources économiques actuelles, l’existence d’un tribut, comme le note également S. Miles, est une “différence économique majeure de l’époque d’avant la conquête [qui] affecte la concentration de la population” (1965 : 278)10.

122Ainsi donc, le modèle de vacant town proposé par S. De Borhegyi me paraît inadéquat pour les grands centres civico-religieux protohistoriques. La Conquête, en détournant le tribut vers la Couronne espagnole, en vidant de leur population les grands établissements encore vivants, a profondément bouleversé les modalités d’occupation de l’espace et détruit en grande partie une organisation sociale qui s’inscrivait très fortement dans le sol. Considérant donc que cette notion de vacant town ne s’applique pas aux établissements mentionnés dans ce travail, l’évaluation de la population proposée correspond à une occupation permanente des sites.

2 - EVALUATION DE LA POPULATION

123Traditionnellement calculé pour les Basses Terres, à partir du nombre des plates-formes relevé et du nombre d’habitants estimé par plate-forme, le chiffre de la population ne peut être qu’une évaluation approximative. En effet, deux facteurs interviennent, l’un chronologique, qui part du postulat de la contemporanéité de toutes les plates-formes mises au jour ; l’autre sociologique, qui considère que chaque plate-forme est occupée par una famille, dont le nombre fixé par rapport à celui des familles mayas actuelles, peut varier de 5 à 8 individus.

124L. Smith à Mayapan, a bien posé le problème :

Les résultats des essais pour estimer la population des cités en ruines sont vraisemblablement imprécis quand ils sont basés sur le nombre des monticules de maisons [house mounds] situés à proximité des ruines et sur le nombre des personnes vivant dans chaque maison. Il y a plusieurs questions,autres que le nombre d’occupants dans la maison, auxquelles il est difficile de répondre de manière satisfaisante. Il y a le problème de savoir jusqu’où les monticules de maisons peuvent être considérés comme faisant partie du site, combien étaient occupés au même moment... La question du nombre d’occupants par maison est importante. Shattucks et Redfield ont chacun réalisé une étude sur le nombre des personnes formant une maisonnée au Yucatan. Shattucks propose une moyenne de 4,5 à 7,5 occupants par maison. Redfield une moyenne de 5,6 personnes (1962 : 211).

125W. Haviland reprend dans son article publié en 1972 ce chiffre de 5,6 personnes par maisonnée “sur la base des chiffres concernant une maisonnée moderne, le chiffre de 5,6 personnes par maison peut ne pas être déraisonnable” (1972 : 136).

126Mais cette question reste au coeur de la problématique en archéologie maya. Dans un livre récent Lowland Maya Settlement Patterns, W. Ashmore rappelle la façon dont est estimée la population dans les Basses Terres :

Un des moyens les plus courants (et fort controversé) pour reconstituer la population dans les Basses Terres mayas, consiste à prendre les maisons comme unités de comptage [counting units], à compter le nombre que l’on peut attribuer à la même unité de temps (généralement une période définie par la céramique) et à le multiplier par le chiffre d’habitants par maison, estimé d’après des études mayas ethnographiques, généralement le chiffre 5,6 de l’étude de Redfield et Villa Rojas (1934) à Chan Kom [Yucatan] (1981 : 65).

127L’auteur est conscient des problèmes que soulève la définition de ce qui constitue une maison (ou plus exactement, ce qui constitue l’expression physique d’une maisonnée). En effet, pour en revenir aux établissements étudiés dans ce travail, c’est là l’un des points d’achoppement de cette méthode de comptage. Sur les 7 petites plates-formes qui ont été complétement fouillées à Mixco Viejo, 3 seulement ont pu être précisément définies comme des unités d’habitation (A31, G10, E’7), tandis que les autres ont été interprêtées, soit comme des magasins (G9, A14), soit en relation avec des activités religieuses occupées de ce fait temporairement (A32), soit comme une annexe (E’6). De même à Cauinal, dans le groupe A’, la fouille de l’ensemble I a révélé que, outre 4 plates-formes résidentielles, il existait une structure à vocation communautaire (Α’173) probable. A El Talpetate enfin, certaines des grandes plates-formes pouvaient avoir fonction de dortoirs.

128Ces trois exemples montrent combien il est arbitraire — et faux — de considérer chaque plate-forme comme une habitation. Ces “erreurs dans l’identification fonctionnelle” (1981 : 66) sont pour W. Ashmore l’un des facteurs perturbants (deranging factors) de l’évaluation de la population, l’un aboutissant à surestimer la population, l’autre à la sousestimer. L’autre facteur perturbant concerne les “erreurs de datation”. Le problème de la contemporanéité des structures est en effet difficile à résoudre, même si les sites des Hautes Terres présentent généralement une durée d’occupation moins longue que ceux des Basses Terres, permettant d’attribuer avec bonnne certitude toutes les plates-formes à une seule période, notamment pour les sites protohistoriques établis dans des positions nouvelles. Il n’en demeure pas moins que, même à l’intérieur d’une même époque — les 250 ans du protohistorique en ce qui nous concerne — il peut se faire que des plates-formes aient été abandonnées, d’autres nouvellement construites. Comme le critère céramique ne peut être utilisé parce que celle-ci n’évolue pas durant cette période, on utilisera celui de la localisation des plates-formes enterrées (donc antérieures) ou gênant l’entrée d’autres plates-formes (donc postérieures à l’abandon de celles-ci) (ex. : Cauinal, groupe A’ structure 49), ou dérangeant l’ordonnancement d’un patio (Cauinal, groupe A, str. Α’176).

129Quant au nombre d’habitants par plate-forme, les moyennes utilisées (5, 6 en général) concernent les établissements des Basses Terres au contexte écologique bien différent de celui des Hautes Terres. C’est ainsi que R. Wauchope, au Yucatan, a observé une moyenne de 3,8 à 7,5 occupants par maison. Il accepte la moyenne de 5,6 proposée par Redfield “comme la plus juste pour l’aire maya prise dans son entier” (1938 : 151). Si l’on se réfère aux données ethnographiques actuelles dans les Hautes Terres, les chiffres varient d’un auteur à l’autre.

130E. Aguilar Arrivillaga propose le schéma suivant pour les habitations des zones rurales (1980 : 39) :

4 à 5 occupants est donc un chiffre moyen d’occupants par unité d’habitation.

131Dans la vallée du Chixoy, G. Gaitán Sánchez a calculé que chaque maisonnée comportait une moyenne de 8 personnes (1978 : 39). Sans donner de chiffre précis, M. Nash note que “chaque famille, restreinte ou étendue, vit dans une structure séparée” (1969 : 36). A. Ichon enfin, estime, d’une manière qui paraît raisonnable à 6,5 personnes le chiffre d’une maisonnée, à partir de 3 données “le chiffre généralement adopté... entre 5 et 6, les recensements de l’époque coloniale (période catastrophique d’un point de vue démographique) qui donnent ce même chiffre et la moyenne actuelle (période de dynamisme démographique) établie par G. Sánchez : 8 personnes par maisonnée” (1979 : 35).

132Il apparaît donc très hasardeux de fixer un chiffre de population à partir du nombre des plates-formes relevées, si on n’est pas sûr de leur fonction et de leurs relations temporelles. Pour que le chiffre proposé puisse avoir quelque vraisemblance, cela suppose en premier lieu une fouille exhaustive des zones d’habitat et non un échantillonnage qui ne représente que les aléas du choix. L’investissement en temps serait sans doute énorme, mais les données apportées infiniment plus complètes et riches d’informations.

133Une autre approche permettant d’estimer la population d’un établissement consiste à effectuer ce que W. Ashmore appelle le “calcul de la capacité de charge” (carrying capacity) à travers l’analyse des données concernant la production de nourriture ou les activités permettant l’acquisition de celle-ci (commerce, tribut...). Cette méthode permet d’estimer les ressources agricoles à partir d’une série d’analyses réalisées par des spécialistes de disciplines variées (palynologie, géologie, géographie humaine, etc. voir en particulier Harrisson et Turner 1978). Elle paraît extrêmement prometteuse et a déjà remis en question les modèles de production traditionnellement utilisés pour les Basses Terres au Classique et modifié les estimations de population. Notons que W. Ashmore parle de “divergences” entre les résultats apportés par cette approche et celle qui utilise le compte des plates-formes. Elle propose d’user des deux méthodes, permettant ainsi des “recoupements” (1981 : 67).

134Dans les Hautes Terres, si certains auteurs tel J. Fox dans Quiché Conquest (1978) ont utilisé une “approche écologique” pour analyser les établissements, aucune estimation de population n’a été faite dans cette perspective qui visait surtout à reconstruire l’histoire de la conquête quiché. Les problèmes démographiques des Hautes Terres sont pourtant l’objet d’intérêt, notamment pour les chercheurs de l’université d’Albany qui utilisent, pour les périodes tardives les données archéologiques et les documents écrits. Sans illusion, R. Carmack écrit dans un article récent paru dans The Historical Demography of Highland Guatemala que “l’état actuel des recherches ne permet pas de reconstructions significatives” (1982 : 21). Selon lui “les reconstructions archéologiques sous-estiment les populations d’une manière significative... les sources documentaires les surestiment” (ibidem 22). En conclusion “nous sommes encore loin d’avoir une réelle compréhension des relations entre ces deux sources d’information” (ibidem 21).

135Ainsi que ce soit W. Ashmore pour les Basses Terres ou R. Carmack pour les Hautes Terres, il est prôné d’utiliser, pour estimer la population d’un établissement, différentes méthodes, dont les résultats dans le meilleur des cas, se recoupent.

136Pour en revenir aux trois sites présentés dans ce travail, ayant axé la fouille sur la recherche des zones d’habitat, j’utiliserai d’abord les documents archéologiques. Consciente de tous les inconvénients mentionnés ci-dessus concernant l’utilisation de la méthode de comptage des plates-formes, pour obtenir des données comparables, il est apparu cependant indispensable de s’y référer. Comme l’écrivent P. Becquelin et C. Baudez pour Tonina

...les estimations démographiques sont hasardeuses, mais peuvent permettre des comparaisons entre cités si l’on emploie dans tous les cas les mêmes principes ; par exemple, en archéologie maya, considérer comme plate-forme de maison toute structure d’une hauteur égale ou inférieure à un mètre (tout en excluant les structures dont la fouille aurait révélé une fonction différente, par exemple celle d’une cuisine séparée et les très petites structures, autels ou piédestaux), et supposer la présence dans chaque maison de 5,6 habitants (chiffre calculé d’après des observations ethnographiques effectuées au Yucatan) (1982 : 553).

137Pour chacun des sites, je serais tentée de proposer 2 chiffres de population, calculés l’un en estimant à 5,6 le nombre d’habitants par maison (et ce pour des comparaisons avec d’autres sites), l’autre à 6,5 personnes correspondant à une moyenne établie par A. Ichon pour la vallée du Chixoy. A Mixco Viejo, où l’on a estimé à 250 le nombre des petites plates-formes, la population oscillerait donc entre 1 400 et 1 625 personnes ou, comme l’écrit P. Becquelin de “1 500 à 2 000 comme ordre de grandeur”.

138On a vu que cette dernière estimation paraît raisonnable, si l’on se réfère aux données apportées par un document de la fin du xvie siècle, concernant les 170 chefs de famille (correspondant à 1 390 personnes) du village de Mixco Nuevo. Le chiffre de 1 400 habitants illustre ici le caractère de sous-estimation des populations dans les “reconstructions archéologiques” mis en évidence par R. Carmack.

139A. Ichon parle, pour Cauinal “d’une petite ville de 3 000 à 4 000 habitants” (1980 : 205) comprenant pour le centre proprement dit 315 plates-formes ; pour les autres sites du “grand Cauinal”, 160 plates-formes le long de la rivière et 120 pour les sites perchés, soit un total de 600 plates-formes environ correspondant à une population comprise entre 3 360 (5,6 hab./maison) et 3 900 personnes (6,5 hab./maison). Chiffre en dessous de la réalité, puisque sur les sites perchés d’El Talpetate, j’ai relevé 125 plates-formes et une vingtaine de plates-formes à Mocotorro, alors qu’A. Ichon comptait 120 plates-formes pour les 3 sites perchés, après une brève reconnaissance. On peut donc avancer un chiffre compris entre 3 000 et 4 000 habitants pour le “grand Cauinal”.

140Pour Pueblo Viejo-Chichaj enfin, A. Ichon écrit que “la population totale... peut être estimée de 800 à 1 000 personnes, dont 500 pour le centre proprement dit” (1975 : 125). Comme il mentionne que ce centre “compte environ cent structures d’habitat” (97), je proposerai 560 à 650/700 habitants pour le centre. Pour ce qui est des hameaux, il est difficile de donner un chiffre : sur le plan (figure 60), une quarantaine de plates-formes seulement sont notées, correspondant à 224 ou 260/280 occupants. Mais A. Ichon ajoute que “toute la pente sud devait être assez peuplée” (137), ce qui Га sans doute amené à proposer le chiffre de 800 à 1 000 personnes.

  • 11 A titre comparatif, on estime que la population de Tikal dans les Basses Terres comprenait de 50 à (...)

141En résumé, avec les réserves d’usage, on peut estimer la population des 3 établissements comme suit11 :

Hab. par plate-forme

(5,6)

(6,5)

Mixco Viejo

1 450

1 625

Cauinal

3 360

3 900

(dont le centre)

1 760

2 047

(dont El Talpetate)

700

812

Pueblo Viejo-Chic haj

784

910

142Il a paru intéressant de rapprocher El Talpetate et Pueblo Viejo-Chichaj qui devaient être tous les deux des postes de surveillance avancés, respectivement de Cauinal et Gumar-caah. Ils présentent, outre leur nombre d’habitants, un certain nombre de points communs : une position stratégique, un seul centre entouré de structures pour la plupart résidentielles. Ces deux sites sont de nature comparable, bien qu’il soit évident que leur degré d’élaboration (notamment architecturale) est dissemblable. Pueblo Viejo est l’appendice d’une capitale quiché, El Talpetate celui d’une ville colonisée par les Quiché.

143Quant à la comparaison des populations de Mixco Viejo et de Cauinal, elle paraît pertinente si l’on compare les centres proprement dits de ces établissements. Le centre de Cauinal est un peu plus important que celui de Mixco Viejo. La question demeure de savoir si ce dernier établissement comprenait, à l’instar de Cauinal, des sites satellites ou s’il était en lui-même un établissement autonome.

144Comment s’organisait la société à l’intérieur de ces établissements ? Partant des informations fournies par les documents écrits, on cherchera ce qui, de toutes ces données, est resté inscrit dans le sol, selon une démarche que R. Carmack et J. Weeks ont appelée conjunctive approach (1981 : 323).

Figure 72 - PLAN D’IXIMCHE (d’après Guillemin 1977).

3 - LIGNAGES ET FAMILLES

145A travers les documents écrits, on dispose d’un certain nombre de données sur l’organisation de la société des Hautes Terres à la période protohistorique, essentiellement de la société quiché (voir chapitre I-C).

146Cette société est divisée en lignages nobles, qui se réclament d’un ancêtre commun d’origine toltèque, en vertu d’une règle de filiation patrilinéaire, de lignages “vassaux”, également patrilinéaires et d’esclaves. Marchands et artisans ont un statut particulier, encore mal connu.

  • 12 Cette division territoriale de la communauté est encore aujourd’hui très importante dans les Hautes (...)

147Dans les établissements, les lignages nobles accompagnés de leurs lignages vassaux occupent une portion de l’espace bien délimitée, le chinamit ou quartier, ce sont donc des groupes de filiation locaux12. Chez les Quiché, les établissements ont une organisation quadripartite correspondant à la présence de quatre lignages nobles, l’un majeur, les trois autres mineurs, qui peuvent être regroupés en deux moitiés (ce terme devant d’ailleurs être utilisé avec prudence, correspondant à une bipartition spatiale sans que l’on sache si cela implique également des règles de mariage).

148Reprenant le plan d’ensemble de Cauinal (figure 32), dont l’occupation finale est quiché, cette organisation apparaît nettement inscrite dans le sol : les quatre lignages nobles disposent respectivement d’un espace public, les groupes A, В, С sud et С nord et d’une zone d’habitat, les groupes A’, B’, C’, formant 4 quartiers. Ces lignages sont regroupés en 2 moitiés séparées spatialement par la rivière. Une moitié comprend les lignages des groupes A/A’ et B/B, sur la rive gauche, l’autre ceux des groupes C/C (nord et sud), sur la rive droite. L’un des groupes, le groupe A et sa zone d’habitat A’ est plus important que les autres, correspondant au lignage majeur mentionné dans les textes. Il y a donc ici projection dans l’espace de l’organisation sociale de la classe au pouvoir avec les 4 quartiers correspondant aux 4 lignages.

149On retrouve cette disposition quadripartite à Iximché, capitale maya-cakchiquel, fouillée par J. Guillemin. Sur le plan (figure 72) on peut voir 4 groupes principaux, A, B, C, D, correspondant à 4 lignages nobles. Alors qu’à Cauinal la rivière délimitait les moitiés, à Iximché elles sont marquées dans l’espace par un mur qui sépare au sud-ouest les groupes A et B, au sud-est les groupes С et D. J. Guillemin voit dans ce mur une réponse aux “intrigues de cour, coups internes et rébellions” (1977 : 235).

150Toutefois, on ne perçoit pas la même hiérarchie entre les quartiers qu’à Cauinal où le chinamit A/A’ apparaissait clairement occupé par le lignage majeur. A Iximché, on se trouve en présence de 2 moitiés identiques en nature : les groupes A et С sont comparables par le nombre et la taille des structures qui les composent, chacun possédant également son jeu de balle. Comme l’écrit J. Guillemin “sachant qu’un système de gouvernement double règne à Iximché, il est tout à fait concevable que chacun de ces groupes ait été le fief de l’un des deux rois” (idem).

151On se trouve donc ici en présence d’une organisation sociale différente de celle de Cauinal, que l’on peut schématiser ainsi (figure 73a), reprenant en l’adaptant le mode de représentation du modèle d’organisation segmentary-centristic de D. Wallace (1977 : 47) qui est assez parlant.

Figure 73 - a) ORGANISATION DES LIGNAGES A L’INTERIEUR DES ETABLISSEMENTS ;
b) HABITATION ET CLASSES SOCIALES.

152Cette division quadripartite se retrouve encore dans certains villages actuels. A Tecpan-Guatemala, proche d’Iximché, il existe aujourd’hui 4 quartiers : San Antonio, Asuncion, Patacabaj, Poroma. J. Guillemin a recherché l’origine de ces divisions :

...la ville fut fondée pour rassembler les gens d’Iximché et de la région... conformément au Décret Royal du 10 juin 1540... Selon un document conservé dans les archives de la cathédrale de Guatemala concernant Tecpan-Guatemala... nous savons que les quatre quartiers s’appelaient à l’origine Naveahpop, Rucanahpop, Ispansay et Poroma. Nabei signifie premier, Rucan second, Ahpop est le titre donné aux dirigeants ou aux chefs et conseillers de haut rang. Les Xpantsay et Poroma sont deux familles nobles. Ainsi les quatre quartiers de Tecpan étaient aux mains de 4 dignitaires, comme les 4 palais et complexes cérémoniels d’Iximché étaient aux mains de ses grands prêtres. Les Espagnols continuaient tout bonnement la tradition comme ils l’avaient fait à Mexico (1977 : 246).

153Comme ils le feront également au Yucatan et au Chiapas au début de l’époque coloniale (Quezada 1982 ; Gosner 1982).

154Rabinal, non loin de la vallée du Chixoy, est également divisée en 4 quartiers possédant chacun sa confrérie religieuse(Breton 1979b : 169) ; il en est de même des villages de San Miguel Chicaj et Cubulco situés dans la même région (Breton com. pers.). J. Piel, à propos d’un recensement fiscal de 1665 concernant le village de San Andrés Sajcabaja dans le département du Quiché écrit “Nous y apprenons que cette communauté indienne est divisée en 4 partialités” (1983 : 57).

  • 13 Que j’ai indiques sur le plan, par les lettres A, B, C, D.

155Considérons maintenant une autre capitale de cette même période protohistorique, Utatlan, dernière capitale du plus grand des “Etats” de l’époque, celui des Quiché (figure 74). Elle est le centre d’intérêt d’un programme de recherche pluridisciplinaire de l’université d’Albany depuis 1972. D. Wallace a écrit à son sujet un article An intrasite locational analysis of Utatlan : the structure of an urban site (1977) dans lequel il analyse l’établissement selon un modèle établi à partir de l’interprétation fonctionnelle des structures et de leurs relations spatiales. Son travail est basé essentiellement sur l’examen de vues aériennes. A suivre l’auteur dans son analyse globale du site, la division en moitiés qu’il propose (voir figure 73) paraît tout à fait arbitraire. Aussi, sans suivre le découpage présenté par l’auteur, serais-je tentée de proposer un modèle comparable à celui de Cauinal : 4 quartiers principaux correspondant aux 4 lignages nobles, dont l’un prédomine (A)13. L’organisation du site pourrait donc se présenter ainsi (figure 73) correspondant au modèle b de la figure 7, page 47 de l’article de R. Wallace.

156Les interprétations des établissements que je présente ici peuvent être considérées comme des variantes de ce que R. Carmack a appelé “le vieux modèle idéal (c’est-à-dire structure quadripartite et par moitié)” (1977 : 103). A Cauinal, ce modèle semble avoir été transporté dans sa simplicité d’origine.

157Pour rester avec les Quiché, on considérera maintenant Pueblo Viejo-Chichaj. avant-poste quiché sur la frontière d’un autre groupe, les Rabinaleb. Comme on l’a déjà noté, cet établissement n’est pas un grand centre civico-religieux mais, ainsi que l’écrit A. Ichon “un petit centre, une antenne avancée de la capitale quiché” (1975 : 126). Il n’est pas question de retrouver ici l’organisation complexe de Cauinal, Iximché ou Utatlan, mais plutôt celle d’un chinamit unique. A. Ichon a noté qu’“il est frappant de constater la similitude qui existe entre l’ensemble de la Grande Place de Pueblo Viejo et le groupe A d’Iximché” (idem). Plutôt qu’un rapprochement avec le quartier d’un site cakchiquel, je préfère comparer cet ensemble de la grande place de Pueblo Viejo avec le quartier le plus important d’Utatlan (que j’ai appelé groupe A). Peut-on, à partir de cette observation, conclure que Pueblo Viejo est occupé par des représentants du lignage majeur de la capitale quiché avec ses vassaux ? Il est frappant également de constater la similitude d’implantation des zones résidentielles de Pueblo Viejo et du groupe A/A’ de Cauinal (d’occupation quiché), composées l’une et l’autre d’ensembles fermés. Ces deux observations : identité de plan entre la grand-place de Pueblo Viejo et le groupe principal d’Utatlan, identité d’organisation des ensembles résidentiels de Pueblo Viejo et du groupe principal de Cauinal, se complètent et permettent, me semble-t-il, de considérer l’hypothèse de l’occupation de Pueblo Viejo par un lignage majeur quiché, comme tout à fait plausible.

158Avec Mixco Viejo, nous quittons la société quiché pour celle des Pokomam, connue avant tout grâce aux travaux de S. Miles qui a analysé les documents historiques concernant ce groupe, notamment les dictionnaires de Zúñiga, mort en 1636. On sait ainsi que les Pokomam qui comprenaient des nobles, une classe moyenne et des esclaves, pouvaient habiter dans des villes tenamit, des hameaux quiz a vach tenamit ou “proches de la grande ville”, en habitat dispersé pajuyu.

  • 14 14. Ce terme désigne en quiché le patrilignage et le territoire des “vassaux”.

159Le tenamit, noyau de la ville limité généralement par des remparts de pierres, comprend une ou plusieurs places, des temples, des terrains de jeu de balle, des bâtiments publics, des entrepôts pour les commerçants — car c’est un lieu de marché — une réserve d’armes, un grenier collectif, une prison et des dortoirs pour les hommes au service des dieux. Sa population constitue le атак14.

160Quant aux quartiers à l’intérieur de la ville, ils ne sont pas nommés aussi clairement qu’en quiché. Le terme molam toutefois a été traduit avec une certaine ambiguïté, à la fois par “lignage”, “clan” et “quartier”. Pour S. Miles “il est cependant douteux que les quartiers de la ville et les clans coïncident exactement” (1957 : 759).

  • 15 15. 7 pour le groupe A (2,3,4,5,6,8,9)
    5 “ ” В (2,4,7,8,9)
    9 “ ” С (2,5,6,7,9,10,12,13,17)
    3 “ ” D (2, (...)

161Comment peut-on interpréter Mixco Viejo à la lumière de ces données ? (figure 6). Les cinq ensembles monumentaux A, B, C, D, et E constituent le noyau, le tenamit de l’établissement. Chaque ensemble, limité par des murs de pierres formant rempart comprend une place pour les ensembles B, C, D, E, deux places pour le groupe A. Les édifices religieux sont représentés par les temples-pyramides (Al, B3a et b, B6, Cl, Dl et El), des terrains de jeu de balle (Al 1 et B1), de nombreux petits autels (A7, A10, B7, B10, B11, B12, B13, B14, C4, D4, E3). Mais il est beaucoup plus difficile de déterminer avec précision la fonction des autres monuments : les grandes plates-formes15, plus précisément de leur attribuer une des fonctions notées par S. Miles. Toutefois, on proposera des hypothèses sur la fonction du modèle de base des ensembles monumentaux (présenté dans la description du site) dans la dernière partie de ce chapitre.

162Quant aux zones d’habitat, elles correspondent aux hameaux “proches de la grande ville” : les groupes G, A15, A23, A24, A29, E’ correspondent à cette définition, de même que le groupe Cx quoiqu’il se présente de façon un peu différente, plus important et dispersé. A ces divers hameaux paraissent liés ce que j’ai décrit comme des “ensembles monumentaux secondaires” C11, C14, Bx3-Bx4 et Bx1-Bx2, sans doute utilisés pour des cérémonies locales.

163Comment peut-on percevoir l’organisation sociale de cet établissement ? Nous ne disposons pas ici de données aussi précises que pour la société quiché. S. Miles note que les Pokomam “semble-t-il, n’étaient pas divisés en moitiés” (1965 : 280). On peut se demander si à l’instar des Quiché, chaque ensemble monumental majeur correspond à un lignage. Dans ce cas, il y aurait à Mixco Viejo, deux lignages majeurs occupant les ensembles A et В (schéma qui correspondrait à l’organisation dualiste d’Iximché, mais sans division en “moitiés” ?). Faut-il accepter une organisation quadripartite correspondant aux ensembles A, В, С et E, le groupe D ne disposant pas de grande plate-forme à 4 escaliers ? Quelles sont les relations entre les différents ensembles ? Bref, l’interprétation de ce site est difficile, en l’absence d’informations suffisantes sur le fonctionnement de la société qui l’occupe et je ne sais trop quel schéma proposer.

164Il me faut mentionner un article de R. Carmack La verdadera identificación de Mixco Viejo, dans lequel il affirme que le Mixco Viejo présenté ici, traditionnellement connu sous ce nom, est en réalité Jilotepeque Viejo, site cakchiquel et que le vrai Mixco Viejo est le site connu aujourd’hui sous le nom de Chinautla Viejo. C’est à partir de documents écrits qu’il propose cette nouvelle dénomination ; je ne peux contester ces sources, toutefois la majorité des arguments archéologiques qu’il fournit pour étayer son hypothèse ne sont pas probants. Par exemple, il écrit qu’“il n’y a pas de preuve évidente d’une abondante production céramique dans la région du site appelle Mixco Viejo” (1979c : 131). Or, sur le site même dans le groupe G, j’ai trouvé la preuve d’une fabrication céramique locale : exploitation d’un gisement d’argile, présence de fragments de talc utilisé pour le lissage des comales, tradition qui aujourd’hui se perpétue à Mixco Nuevo. De plus, il existe un type céramique polychrome spécifique Mixco Viejo polychrome.

  • 16 Au sommet de la pyramide-temple D1, P. Becquelin a relevé de “nombreux fragments de terre brûlés pr (...)

165R. Carmack ensuite conteste la description de F. Fuentes y Guzman qui parle d’une entrée étroite et d’une grotte “je n’ai pas vu personnellement certains des lieux qui donneraient de sa valeur à l’identification, tels que l’entrée étroite et lagrotte” (1977 : 132). L’entrée étroite n’est plus aujourd’hui visible. H. Lehmann, quand il a commencé ses travaux sur le site a dû la faire élargir pour laisser passer les animaux de bât transportant le matériel. Dans son guide du site, il écrit “La seule entrée praticable, à l’ouest, passait par un défilé si étroit que deux hommes ne pouvaient pas avancer de front” (1968 : 9). Quant à la grotte, c’est en fait une gorge “couloir très étroit aux parois parfaitement lisses, de plus de cent mètres de hauteur, qui se rapprochent encore dans leur partie supérieure, de telle sorte que d’en bas on a l’impression d’être dans un tunnel” (idem : 18). Enfin, on a la preuve, en de multiples endroits16, de l’incendie du site après son siège par Pedro de Alvarado.

166Une autre hypothèse basée sur des considérations architecturales est proposée par J. Fox sur l’origine des occupants de Mixco Viejo : ceux des ensembles A et В seraient pokomam, ceux des ensembles С et E cakchiquel “administrateurs militaires d’Iximché” (1978 : 209).

167Les critères utilisés par Fox ne me paraissent pas convaincants et je suivrai plus volontiers L. Feldman (1981) qui, analysant des documents anciens concernant la vallée de Mixco, ne trouve jamais mention d’une occupation cakchiquel.

168L’analyse de l’organisation interne de ces établissements a montré que sur une base commune – le lignage – qui s’exprime territorialement de façon généralement très évidente, le pouvoir s’exerçait de manière variée. Lorsque l’organisation était quadripartite – regroupée (Cauinal, Iximché) ou non (Utatlan) en “moitiés” - un lignage était prépondérant (Cauinal, Utatlan) ou deux lignages se partagaient le pouvoir (Iximché, Mixco Viejo ?). On ne peut donc proposer un modèle unique, mais un certain nombre de variantes, schématisées dans la figure 73a.

169Dans ce travail, les établissements ont toujours été considérés “de l’intérieur”, sans que soit jamais abordé le problème de leur territoire, de leurs frontières. Ce parti pris est volontaire, car je n’avais pas la possibilité de vérifier personnellement les informations qui auraient permis de définir ces territoires. Ce travail en effet, a été tenté par J. Fox dans sons livre Quiché Conquest, qui a utilisé documents écrits et relevés archéologiques pour analyser 110 établissements des Hautes Terres et “déterminer avec précision les frontières territoriales de l’état (quiché), aussi bien que celles de ses sous-systèmes provinciaux” (1978 : X). Sa démarche, fort intéressante, souffre toutefois d’un réel manque d’informations archéologiques et j’ai relevé des inexactitudes importantes pour les sites que je connaissais (voir notamment la description de Cauinal chapitre II et la figure 41 sur laquelle est noté entre autres un ouvrage défensif moat — qui n’existe pas), ce qui enlève de la validité à ses conclusions et m’a incitée à une extrême réserve dans l’utilisation de ses données. S. Miles, quant à elle, remarque qu’à partir des documents écrits les “provinces, unités politiques plus grandes que la ville et son arrière-pays, sont difficiles à définir... et que les données sont très vagues” (1957 : 775).

170Comment ces lignages s’organisaient-ils à l’intérieur de leur chinamit, leur molam, leur quartier ? Quels éléments archéologiques nous permettent d’appréhender la notion de famille ? C’est, une fois encore, le site de Cauinal qui offre le plus d’éléments de réponse, notamment avec la zone d’habitat A’. Dans cette zone, on s’en souvient, on a mis au jour 190 structures constituant 33 ensembles juxtaposés comprenant de 3 à 8 plates-formes disposées autour d’un patio (figure 45). La pertinence de cette notion d’ensemble a pu être vérifiée par deux approches différentes : au centre de l’ensemble VII, un autel a été dégagé, qui devait être utilisé par tous les occupants de l’ensemble, entretenant sans doute des liens de parenté particuliers. Dans l’ensemble XXX, une activité artisanale, la taille de l’obsidienne, se déroulait en différentes étapes impliquant successivement quatre plates-formes. Ainsi, au niveau religieux et/ou au niveau d’une activité technique, les occupants de ces ensembles forment une entité. Il est évidemment difficile d’affirmer de façon certaine à quoi correspond cette entité. Il est probable d’ailleurs que les ensembles de 3 structures et ceux de 8 devaient recouvrir des réalités sociales différentes, peut-être une famille nucléaire pour les premiers, une famille étendue pour les seconds.

171S. Miles a fait pour les Pokomam (applicable aux autres groupes mayas), une classification de la maisonnée à partir de dictionnaires, qui montre une variété de types difficile à percevoir sur le plan archéologique, “cinq types de maisonnées”, écrit-elle

...peuvent être définis, basés sur la parenté :
1 Petite maisonnée : homme récemment marié et sa femme installés dans une résidence séparée.
2 Petite maisonnée familiale avec les enfants célibataires.
3 Maisonnée d’une famille étendue dirigée par un homme âgé avec sa ou ses femmes, fils mariés et célibataires, ses filles non mariées et ses serviteurs esclaves.
4 Maisonnée d’une veuve avec ses enfants et ses serviteurs.
5 Maisonnée d’un veuf âgé avec ses enfants et ses serviteurs
(1957 : 757).

172A partir des données archéologiques, on peut tenter de retrouver les deux grandes catégories de ces 5 types : la famille restreinte (correspondant aux types 1, 2, 4 et 5 de Miles) et la famille étendue (type 3 de Miles) de deux façons :

  • En prenant comme référence le mode d’implantation des plates-formes. Il paraît raisonnable de considérer que celles qui forment des ensembles autour d’un patio (groupe A’ de Cauinal, zone résidentielle de Pueblo Viejo-Chichaj, G6 à G10 à Mixco Viejo) correspondent à des familles étendues. Cela n’implique pas pour autant toutefois que toutes les familles étendues aient occupé des ensembles, rien ne permet d’affirmer ce caractère “obligatoire” et il est fort possible que des maisons disposées en réseau lâche aient pu abriter elles aussi des familles étendues.

  • En prenant comme référence la présence d’un foyer, correspondant à une famille nucléaire. Ici encore de nombreux paramètres interviennent : conditions de conservation variables des plates-formes ne permettant pas de faire un recensement exhaustif de ce témoin ; présence aujourd’hui dans certaines habitations de deux foyers (l’un pour cuire les tortillas, l’autre pour les autres opérations de cuisson) (figure 81b) et aussi utilisation d’un seul foyer par deux familles apparentées, comme l’a noté J. Gross récemment à Santiago Atitlan (1974) ; foyer enfin à vocation non domestique (plate-forme A32 de Mixco Viejo).

173Dans les zones d’habitat, la plus petite unité résidentielle peut être considérée comme occupée par une famille nucléaire. La famille étendue occupe, non pas une unité résidentielle plus grande (maison commune telle par exemple, les maloca de la forêt amazonienne) mais plusieurs unités résidentielles minimales, groupées selon des modalités perceptibles (ensembles autour de patios) ou difficiles à définir archéologiquement.

174Il reste que le chiffre moyen utilisé pour dénombrer les occupants d’une plate-forme (5,6 ou 6,5) correspond certainement à une famille étendue et non à une famille restreinte. Dans un pays où la mortalité infantile est encore très élevée, cette moyenne, en elle-même, donne une indication sur le mode d’occupation des maisons.

4 - CATEGORIES ET HIERARCHIE SOCIALES

175Que peut-on percevoir de cette société, que l’on sait hiérarchisée, à partir des documents de fouilles ? Comment, dans les quartiers, territoire des lignages nobles et de leurs vassaux, peut-on distinguer ces différentes catégories sociales ? Et aussi celle des esclaves, des marchands, des artisans ?

a - NOBLES, “VASSAUX”, ESCLAVES

176Plusieurs éléments matériels doivent permettre de différencier ces 3 catégories : l’habitation, le mobilier, le mode d’inhumation. Rappelons toutefois que la classe au pouvoir à cette époque, nouvellement arrivée dans les Hautes Terres, avec une idéologie guerrière et expansionniste, avait des intérêts plus militaires qu’esthétiques. Considérant les lieux de résidence, il apparaît plus difficile que dans bien des civilisations très hiérarchisées de différencier le palais “vaste et somptueuse résidence d’un personnage de marque” des maisons ordinaires. Le terme de palais doit être utilisé de façon relative, comme l’a justement souligné J. Guillemin lorsqu’il écrit “au sens moderne, nous ne parlerions pas de palais, mais de maisons, cependant si nous comparons l’extension, la qualité du matériau et de la construction, par rapport aux maisons communes de ce temps-là, nous pouvons parler de palais” (1959 : 30).

177Pour les trois sites étudiés, comme pour la majorité des établissements des Hautes Terres de cette période, ce terme est d’usage malaisé et ce d’autant plus qu’il est souvent difficile d’attribuer à certaines grandes structures des centres civico-religieux une fonction précise, certaines ayant d’ailleurs une pluralité de fonctions, elles peuvent aussi bien avoir servi de résidence à la classe dirigeante, celle des nobles, que de lieux de réunion, de dortoirs, ou de magasins (S. Miles 1957, donne une longue liste des bâtiments d’une ville).

178Ces réserves faites, je tenterai de définir la résidence d’une catégorie privilégiée qui peut être celle des nobles, dans le cas où ils ne résidaient pas dans de grandes plates-formes, en utilisant plusieurs critères : localisation par rapport au centre civico-religieux, accès vers celui-ci, dimension des plates-formes, qualité de la construction (ces deux derniers critères ont été utilisés à Mayapan pour distinguer les maisons riches des maisons pauvres).

179A Cauinal, dans le groupe A’, deux ensembles (I et XXXII) ont été interprétés comme étant la résidence de la classe privilégiée. Situés à proximité immédiate de l’ensemble monumental A, ils comportent l’un et l’autre un accès direct vers celui-ci, passage entre le mur A8 et la structure 7 pour l’ensemble I, escalier direct pour l’ensemble XXXII (figure 51a). Ils comprennent 8 et 9 plates-formes, en majorité de grande taille, qui les distinguent des autres ensembles ; de plus, ils disposent d’une plate-forme qui, semble-t-il, n’a pas fonction résidentielle, mais communautaire (A’175 et A’166).

180A Mixco Viejo, H. Lehmann a interprété la plate-forme C8 comme la possible “habitation du ou des prêtres” (1968 : 25). Cette structure entièrement stuquée, unique sur le site, est située à proximité immédiate du temple-pyramide Cl. Bien construite, son plan est en U ; elle comprend plusieurs pièces. Il s’agit là très certainement de la résidence de personnages importants, mais on ne peut à son égard parler de palais et l’on doit considérer alors que certaines des grandes plates-formes devaient abriter les nobles.

181A. Ichon, à Pueblo Viejo-Chichaj, considère “comme hypothèse provisoire que les cinq superstructures de pierre (GP7, Al, B1, G1 et T1) étaient des maisons réservées aux seigneurs du plus haut rang et au Grand Prêtre” (1975 : 85). Ces résidences, les mieux construites, sont situées sur la grand-place même, ou à proximité immédiate de celle-ci. Il semble donc que le critère le plus sûr pour définir un “palais” soit celui de sa situation par rapport au centre. A l’intérieur même de celui-ci ou en relation directe avec lui, il dénote un type de relations privilégiées qui doit s’exprimer en termes de pouvoir.

182Confirmant cette analyse, les sites d’Iximché et d’Utatlan apportent des données beaucoup plus significatives sur l’existence de résidences d’une classe privilégiée.

183A Iximché, dans les groupes В et C, deux ensembles disposés autour de patios constituent les palais I et II. Ils ont chacun un accès direct vers les centres. Au sujet du premier, J. Guillemin écrit “Bien que le groupe В soit nettement séparé du groupe A, il y a une communication directe entre les deux places, par un étroit passage entre le temple I et la structure 13” (1977 : 234). De même, les occupants du palais II avaient accès au centre С par un passage étroit entre le temple-pyramide 6 et la plate-forme 92.

184A Utatlan, on retrouve le même type de relation entre les palais (appelés par moi B’, C’, D’ sur la figure 74) et les centres monumentaux. Le passage étroit est ici matérialisé par un petit escalier qui interrompt le mur d’enceinte des palais. Cet accès est très nettement visible entre les groupes B/B, C/C et D/D. Par contre, la mise en évidence du palais qui devrait être en relation avec l’important centre A n’est pas aisée.

185On peut s’interroger sur le caractère de ce lien qui unit résidences importantes et centres monumentaux ; ces étroites brèches entre l’espace public et l’espace privé dénotent sans doute une volonté de ne pas mélanger activités communautaires et familiales, sacrées et profanes.

186Quant aux caractères intrinsèques de ces résidences (dimensions, modes de construction, aménagement intérieur), ils varient d’un établissement à l’autre. A Cauinal, dans le groupe A, ces “palais” ne se distinguent à ce niveau des autres ensembles que par la dimension des plates-formes. A Pueblo Viejo, dimensions et modes de construction élaborés se combinent. Les palais d’Iximché et d’Utatlan sont ici encore mieux caractérisés, formant des entités, de véritables complexes résidentiels.

187La résidence de l’élite définie avec une bonne probabilité, est-il possible de reconnaître “vassaux” et esclaves à leur habitation ? Sachant que les quartiers des établissements sont occupés par nobles et “vassaux”, ayant mis en évidence les résidences nobles, il est logique de considérer que tout ce qui n’est pas défini comme “palais” peut être résidence des “vassaux” (et de leurs serviteurs esclaves). Existe-t-il une hiérarchie dans ces résidences ?

188L’analyse des 33 ensembles du groupe A’ de Cauinal a fait apparaître une certaine hiérarchie des ensembles vassaux, fondée là encore sur leur situation et la dimension des plates-formes qui les composent. Plus on s’éloignait du centre, plus les ensembles apparaissaient “rustiques”. Mais il est réellement difficile d’en dire davantage d’autant plus que les documents écrits ne nous donnent pas de détails très fournis sur cette catégorie sociale. Quant à distinguer “vassaux” et esclaves, cela paraît bien difficile, les serviteurs faisant partie des maisonnées (chez les nobles, commes chez les “vassaux”).

189A Pueblo Viejo, A. Ichon, à partir d’une typologie des habitations, identifie les résidences de l’élite dirigeante, des familles nobles de rang supérieur, des familles de rang inférieur, artisans et commerçants, de la classe inférieure (1975 : 98). Pour Mixco Viejo, on peut considérer que les “vassaux” et esclaves occupaient les hameaux proches du centre.

190Il apparaît donc que l’on peut distinguer nettement deux catégories sociales, à partir de leur résidence : les nobles qui occupent des palais situés dans le centre ou à proximité immédiate de celui-ci, les “vassaux” (et leurs serviteurs) qui habitent un peu plus loin, dans le même quartier. Toutefois, le caractère “somptueux” qui définit traditionnellement l’architecture ou la décoration d’un palais n’apparaît généralement pas.

191Qu’en est-il du mobilier ? Permet-il de différencier les catégories sociales ci-dessus ? Lorsqu’on lit les documents, on est frappé par la variété des emblèmes et insignes qui caractérisent la classe au pouvoir. J’ai noté ailleurs la nature périssable de ces attributs que sont nattes de roseaux, peaux de jaguar, plumes de quetzal, costumes de coton. Quant au mobilier incorruptible, il est le même dans les “palais” et dans les autres résidences, comme l’a montré la fouille de l’ensemble I du groupe A’ de Cauinal. Le luxe, la différence apparaît donc dans tout ce qui symbolise les prérogatives d’un pouvoir souvent neuf.

192Avec les coutumes funéraires, on retrouve le caractère hiérarchisé de cette société : seuls en effet les dirigeants sont ensevelis dans le centre, leurs cendres déposées dans des urnes enterrées autour des grandes plates-formes (Mixco Viejo), sur celles-ci (structure Cl de Pueblo Viejo-Chichaj), au pied ou à l’intérieur d’une pyramide-temple (Cauinal). Les sépultures sont rares (Cauinal). En dehors du centre, on a trouvé à Cauinal quelques sépultures en urnes dans le quartier A’ (Α’173, A’21, Α’156, ΑΊ39 bis), au pied du mur de façade des plates-formes. Il s’agit généralement déjeunes enfants. Quant au reste de la population, on ne sait pas vraiment quel traitement elle recevait au moment de la mort. En effet, si on a parfois trouvé des cimetières, comme dans les environs de Cauinal et récemment à Mixco Viejo (Ichon et Grignon 1984), leur importance est très réduite par rapport à la population estimée. Doit-on en conclure que les restes des catégories sociales autres que celle des nobles étaient incinérés et dispersés ? Ou bien que l’on n’a pas su rechercher les cimetières avec suffisamment d’attention ? En face de la mort, la hiérarchie s’exprime donc très fortement : seuls les dirigeants reposent dans le centre, sur la voie d’une divinisation, les autres sans laisser de trace, disparaissent de la mémoire des hommes.

193C’est sans doute ici que la société marque le plus fortement les différences sociales. Il me semble qu’il faudrait nuancer l’affirmation de la sécularisation de cette société, en référence aux sociétés très religieuses des périodes antérieures (Willey et Phillips 1958). La religion est ici encore très forte, instrument du pouvoir politique et militaire, même si elle paraît moins ostentatoire.

b - MARCHANDS ET ARTISANS

194Deux catégories sociales encore, nommées dans les textes, restent à reconnaître à partir des documents de fouilles : celle des marchands et celle des artisans. La tâche n’est pas aisée et ce d’autant plus que ces deux catégories, semble-t-il, “recoupent” celles des nobles et vassaux.

195On sait l’importance des marchés dans les Hautes Terres, autrefois comme aujourd’hui. Ces marchés avaient lieu sur les grand - places des établissements ; pour les plus importants, il existait des édifices pour loger les marchands étrangers. L. Feldman, à partir de textes, a classé ces marchands, qui tous portaient leurs produits à dos d’homme, en trois grandes catégories : les “Commerçants professionnels” spécialistes de commerce à longue distance, appartenant à la classe supérieure, les “Petits commerçants” vendant généralement, dans un rayon local, un seul produit (qu’ils fabriquaient eux-mêmes), les “Détaillants” enfin, les plus répandus, tels les paysans ou artisans vendant leurs produits (1978 : 11).

  • 17 Plumes de quetzal, turquoise, coquille, or, sel, ambre.
  • 18 Maïs, fibres végétales, fruits, poissons.

196Quant aux produits commercialisés, Feldman les a classés en denrées “exotiques... de grande valeur à l’unité et conservant cette valeur indéfiniment”17 et denrées “essentielles... nécessaires pour maintenir la densité de la population”18 (1978 : 7).

  • 19 Outre la perception d’un tribut.

197Que retrouve-t-on dans les fouilles des activités de ces marchands ? A Mixco Viejo comme à Cauinal, devaient assurément se dérouler des marchés, peut-être quotidiens, tels qu’ils ont été notés à Iximché (ibid. : 12). Mais aucune trace directe n’en a été retrouvée dans les fouilles, par exemple des dépôts de produits non périssables. Toutefois, la présence à Cauinal de nombreuses effigies du dieu du commerce Ek Chuah dans les monuments du centre, fait interpréter cet établissement comme un lieu d’échanges, un marché particulièrement important. Ce culte rendu par la classe dirigeante à cette divinité peut même, semble-t-il, étayer l’hypothèse de la présence là, entre autres, de “Marchands professionnels” qui, selon L. Feldman, appartiendraient à la classe supérieure. Quant à la nature des produits commercialisés, il n’a pu être possible de la préciser ; ces produits périssables pouvaient être variés, comme par exemple du sel (les salines de Sacapulas ne sont pas très éloignées), de la chaux (fabriquée localement), des tissus de coton (cette plante était largement cultivée jusqu’au xvie siècle dans la région, M. Bertrand com, pers.), des nattes de palme sauvage (qui pousse encore aujourd’hui et sert à la réalisation d’un artisanat d’appoint à la population de la vallée), (Douzant 1979), les poissons du Chixoy, etc. L’hypothèse de Cauinal comme centre commercial expliquerait son importante population19 dans une région où les terres proches ne sont pas très favorables à une agriculture de surplus.

198Tout comme les marchands, il semble que les artisans aient appartenu pour certains à la classe noble, pour d’autres, la majorité, à la classe moyenne. S. Miles, pour les Pokomam, donne le nom et la place des artisans dans la société. Seul le peintre (des choses écrites, semble-t-il) appartient à la classe supérieure, tous les autres : peintre des visages, chef architecte, chef maçon, lapidaire, sculpteur, potier, travailleur de la plume, fabricant de sandales de chanvre, etc. appartiennent à la classe moyenne (1957 : 768).

199R. Carmack attribue aux lignages mineurs de la classe noble la possibilité d’être “fabricant de calebasses”, “argenteur”, “peintre”. Quant aux autres artisans, il les situe dans une “catégorie propre, entre les nobles et les vassaux, mais...” ajoute-t-il “nous devons nous souvenir que l’étude des artisans devrait être approfondie” (1979 : 79). Tenant compte de cette dernière phrase, je suivrai plus volontiers S. Miles qui ne fait pas des artisans une catégorie sociale particulière.

200Quelles sont les activités artisanales qui ont pu être mises en évidence par les fouilles des 3 établissements décrits dans ce travail ? Quatre types d’activités ont pu être directement observés : le travail des objets de parure de pierre et celui de la céramique à Mixco Viejo (d’occupation pokomam), la taille de l’obsidienne et la fabrication de la chaux à Cauinal (d’occupation quiché).

  • Le lapidaire

201Résidant dans la structure A31, dans le centre même de Mixco Viejo, sur le lieu de son travail, près du foyer il a laissé les produits de son activité : des ébauches de perles (figures 29 et 30) ainsi que des perles terminées. Des outils qu’il a pu utiliser (ciseau, galets...), aucun ne paraît spécifique de ce travail. A. Ichon et R. Grignon ont également noté la présence d’ateliers de lapidaire dans le hameau de la Campana (1984 : 113). D’après Miles, il appartiendrait à la classe moyenne.

  • Le (ou la) potier (ère)

  • 20 S. Miles note en effet qu’“il y a des preuves qu’un molam déterminé était aussi un groupe d’artisan (...)

202Habitant dans le seul ensemble résidentiel disposé autour d’une place (G6 à G10) (figure 12) dans la structure G10, la potière (plus probablement que le potier, si l’on se réfère à la tradition actuelle de fabrication de la céramique) a laissé sur la plate-forme G10 les traces de son activité dans la phase qui précède la cuisson de la céramique, le lissage, abandonnant des morceaux de talc qu’elle utilisait en suspension dans l’eau et les petits galets ovoïdes avec lesquels elle frottait ses poteries. Elle se procurait l’argile à quelques dizaines de mètres de son lieu de travail, dans ce même groupe G (s’agissait-il du quartier des potières ?)20. Tout comme le lapidaire, la potière appartiendrait à la classe moyenne.

203Au voisinage des lieux de travail de ces 2 artisans, il a été noté la présence de plates-formes à fonction de réserve, contenant de grandes jarres, sans doute utilisées pour conserver le maïs, A14 et G9. Cette relation ne paraît pas fortuite : dans le cas de G9 même, il existait un seul accès, devant celle-ci, pour atteindre l’autre plate-forme G10, dénotant une relation très étroite entre les deux structures. Il est évidemment difficile d’affirmer que ces 2 réserves appartenaient exclusivement aux artisans lapidaire et potière. Si tel était le cas, on connaîtrait ainsi le degré de spécialisation de ces artisans non producteurs de nourriture et peut-être occupés à temps plein.

  • Le tailleur d’obsidienne

204On a présenté l’ensemble XXX du groupe A’ de Cauinal dans lequel se déroulait une série d’opérations de débitage de l’obsidienne, et déjà noté la situation peu valorisante de l’endroit, à l’extrémité de l’établissement, dans une zone inondable et exposé à la chute de rochers. Deux hypothèses ont été proposées en référence à cette situation : il s’agit d’étrangers arrivés tardivement sur les lieux, et/ou le travail de l’obsidienne est considéré comme vil (Fauvet-Berthelot 1980 : 25).

205Notons simplement que dans sa longue liste d’artisans, S. Miles ne mentionne pas le tailleur d’obsidienne... Alors que le lapidaire et la potière effectuaient un travail individuel, il semble que les activités du tailleur d’obsidienne aient pu faire intervenir plusieurs personnes, dans la mesure où il existait 2 ateliers réservés à des opérations sucessives, chacune pouvant être réalisée soit par 2 individus différents, soit par le même individu se déplaçant. Dans le premier cas, on serait en présence d’une “spécialisation” remarquable.

  • Le fabricant de chaux

206Il a laissé à Cauinal les traces de son outil de travail, le four à chaux, où il fabriquait, avec une matière première toute proche, la chaux destinée à entrer dans la composition du stuc qui revêt monuments et sol des ensembles monumentaux, utilisée également quotidiennement dans l’eau de cuisson du maïs égrené.

207La situation des 2 fours à chaux installés dans le groupe A, au coeur de la zone résidentielle, à proximité de deux importants ensembles (VII et XXV) soulève bien des questions : ces fours sont-ils contemporains des habitations ? Antérieurs ? Qui les faisait fonctionner ? Les occupants des ensembles voisins ? Leurs esclaves ? Aucune référence à ce travail n’apparaît dans les textes consultés. L’hypothèse d’un travail effectué par les esclaves n’est peut-être pas à écarter car il s’agit d’une activité pénible au cours de laquelle devaient être transportés et cassés les blocs de chaux et coupés des grands arbres pour le feu.

  • 21 Telle que R. Adams (1970) et M. Becker (1973) l’ont notée pour les Basses Tenes au Classique.
  • 22 T. Babcock, à Utatlan, a noté d’autres activités artisanales : travail de la coquille et de l’os, i (...)

208De ces 4 activités artisanales, 2 seulement sont nommées, dans les textes, pratiquées par la classe moyenne : le travail de la pierre et de la céramique. Les autres, plus grossières restent sans “valorisation honorifique”, peut-être laissées aux esclaves. Il existe donc une hiérarchie des activités artisanales21. En haut de l’échelle, le peintre en écriture, celui qui associe “l’intellectuel” et le “technique” et connaît l’histoire du groupe ; au centre, ceux dont les activités sont liées aux matières nobles ; en bas de l’échelle, ceux qui travaillent des matériaux abondants. On retrouve là peut-être la division entre les produits “exotiques” et les produits “essentiels” qui étaient commercialisés22.

209Ayant passé en revue les diverses composantes de la société, il reste à dégager les caractéristiques propres de ce qui forme chaque établissement, l’espace public et l’espace privé.

5 - ESPACE PUBLIC, ESPACE PRIVE

210En évoquant, au début de cette dernière partie, l’organisation lignagère de ces sociétés, on a vu d’une façon globale comment s’exerçait le pouvoir. On a noté également avec quelle netteté cette organisation en lignages était inscrite dans le sol, avec la division des établissements en quartier, chinamit quiché, molam pokomam, chacun constitué d’un espace public monumental et d’un espace privé résidentiel. Je tenterai maintenant de voir plus précisément à travers les données archéologiques et les documents écrits, comment s’exerçaient les pouvoirs politiques et religieux.

211Dans la partie “description” de Mixco Viejo et Cauinal, on a présenté un modèle de base des ensembles monumentaux (figure 9a et 9b) constitué d’une pyramide-temple, d’un autel, d’une plate-forme à 2 escaliers et d’une plate-forme à 4 escaliers, éléments disposés de la même façon dans chaque ensemble monumental pour chacun des établissements.

212A Mayapan, T. Proskouriakoff considère comme “groupe cérémoniel de base” : un temple, un autel, un hall à colonnes (correspondant aux plates-formes à 4 escaliers de Mixco Viejo et Cauinal) “qui devait servir de résidence aux jeunes gens célibataires...”, et un “oratoire”, “utilisé par les éléments masculins pour s’isoler avant d’importantes cérémonies” (Pollock et al. 1962 :89).

213Ce modèle de base est modifié à Iximché. Il comprend 2 pyramides-temples situées face à face, un autel, une longue plate-forme et soit une petite plate-forme (derrière l’une des pyramides) soit le complexe du palais. A Utatlan, on retrouve un temple-pyramide, 2 plates-formes, mais pas d’autel. Ce modèle de base ne peut, en outre, être appliqué au groupe principal A.

  • 23 Il est intéressant de noter que les pyramides-temples et les autels sont le plus souvent dépourvus (...)

214Quelles sont les fonctions de ces monuments présents de façon constante dans la majorité des établissements considérés ? Pour deux d’entre eux, la pyramide-temple et l’autel, leurs noms même indiquent que pour les archéologues, il n’y a pas d’ambiguïté sur leur rôle23. Les divinités honorées dans ces temples appartiennent au panthéon de Tula. Dans le Popol Vuh on trouve ainsi, entre autres, les noms de Tohil, Avilix, Hacavitz dont “grande était en vérité l’essence” (1975 : 107). Ce sont les dieux des grands lignages quiché, honorés seulement par la classe noble, par l’intermédiaire d’une catégorie spécialisée, les prêtres, issus de cette même classe. Il semble donc qu’il y a une dichotomie très nette entre la religion des nobles d’origine mexicaine et celle des vassaux mayas, l’une ostentatoire et publique dans ses manifestations, l’autre, discrète et privée, si discrète en réalité qu’on ne sait pas grand-chose d’elle.

215Pour les autres structures toujours présentes, les grandes plates-formes, il est plus difficile de déterminer leur fonction, car elles ne contiennent généralement aucun vestige qui permette éventuellement de les différencier des plates-formes ordinaires, seules leur situation et leurs dimensions les situant dans une catégorie particulière. On sait d’autre part que chez les Mayas un même édifice peut avoir plusieurs fonctions.

216A. Ichon, à Cauinal, considère que les longues plates-formes situées à angle droit par rapport à la pyramide-temple,

...servaient dans une certaine mesure d’habitations, au moins temporaires... annexes de la pyramide-temple destinées à abriter les candidats à la fonction sacerdotale ou les préparatifs de certaines cérémonies importantes... il faut admettre qu’elles avaient aussi une fonction administrative, qu’elles servaient par exemple de salles du conseil pour les réunions générales, où toutes les familles du Centre devaient être représentées (1980 : 191).

217On ne peut donc que rester au niveau d’hypothèses qui privilégient peut-être trop l’aspect religieux (notamment chez T. Proskouriakoff). Les grandes plates-formes sont appelées par A. Ichon “maisons du conseil” et considérées

...soit comme des structures cérémonielles (civico-religieuses) soit comme des habitations nobles, c’est-à-dire des “palais”... Il est possible également que leur occupation n’ait été que temporaire selon les nécessités du culte officiel ou la participation de la famille à l’administration centrale (ibid. : 192).

218En quiché, le lignage s’appelle rumja “grande maison”. Peut-on déduire que les lignages nobles occupaient l’un ou l’autre type des grandes plates-formes du centre qui correspondrait alors au “palais” ? Carmack quant à lui, considère que les “grandes maisons” servaient “pour des conférences cérémonielles, paiements de dots et fêtes avec nourriture et boisson à l’occasion de mariages entre lignages” (1979 : 137).

219Il apparaît donc difficile de définir précisément, avec les seuls documents archéologiques, où s’exerçait et qui exerçait le pouvoir politique des établissements. Que nous disent les documents écrits ?

220Sans apporter de précision sur la fonction des édifices, en dehors du terme nimja, du terme pokomam popol pat, désignant la salle du conseil (Miles 1957 : 768) et d’un mot désignant les dortoirs tacal, pour les hommes participant à des activités religieuses les textes nous donnent la liste des offices qui tous sont remplis par les nobles (voir notamment Carmack 1979 : 150). On y voit le “roi” et ses assistants, puis les prêtres, administrateurs, chefs militaires et juges, enfin les chefs de province et fonctionnaires ruraux. Ainsi, tous les pouvoirs — religieux, militaires et civils — étaient exercés par la classe des nobles. L’espace public lui appartient totalement, impérativement, sans réserve.

221Outre ces quatre éléments formant le modèle de base de l’expression du pouvoir, les ensembles monumentaux comportent d’autres plates-formes, de tailles diverses, correspondant aux différentes fonctions que S. Miles et L. Feldman ont relevées chez les Pokomam. Il existait ainsi à l’intérieur du tinamit, un grenier public et un magasin pour conserver les produits agricoles des fermes de l’Etat, témoignage de la perception d’un tribut et/ou du travail servile de terres communes environnantes, un magasin pour les produits des marchands, qui confirme ainsi que les grands centres sont des lieux de marché, et une prison.

222En conclusion sur cet espace public, qui est avant tout celui de la classe dirigeante, on peut constater qu’il est plus difficile à interpréter à partir de documents archéologiques que l’espace privé, dans la mesure notamment où cette société si hiérarchisée en face du pouvoir disposait pour affirmer celui-ci de symboles éphémères, de privilèges insaisissables.

223Laissant de côté maintenant les documents écrits, j’aimerais définir l’espace public et l’espace privé, tels qu’ils apparaissent inscrits dans le sol, d’abord dans leurs différences, puis dans leurs ressemblances. Les remarques qui suivent seront faites à partir de l’ensemble A/A’ de Cauinal qui, tout au long de ce travail, est apparu en bien des aspects privilégié.

224L’espace public se caractérise peut-être en premier lieu par la présence de stuc. Ce revêtement qui recouvrait non seulement les structures des ensembles monumentaux, mais aussi le sol des places publiques, isolait les constructions humaines du monde de la nature, d’un contact avec la terre ; cet enduit, imperméable, empêchait même la croissance de toute végétation. Il est comme la marque personnelle de l’homme, du dirigeant, qui affirme son pouvoir vis-à-vis de la nature et du temps cyclique (symbolisé par la croissance végétale), imposant sa présence temporelle, comme l’ajustement noté J. Guillemin. Il existerait en effet, une relation étroite entre les couches successives de stuc visibles en fouilles et le nombre de dirigeants qui se seraient succédés dans un établissement. A la mort de chaque dirigeant, on referait murs et sols :“ces couches de stuc peuvent raisonnablement être considérées comme la représentation de la succession des dirigeants” (1977 : 234).

225Ainsi, le stuc qui donne une profondeur historique à la classe dirigeante, qualifie l’espace public à la fois par rapport à la nature, au temps cyclique, et par rapport à l’espace privé d’une population encore très paysanne et donc, elle, liée au cycle des saisons. Il serait sans doute intéressant de rechercher s’il n’existe pas de lien symbolique entre la chaux, base du stuc et la chaux utilisée quotidiennement dans l’alimentation lors de la cuisson du maïs égrené destiné à la fabrication de la pâte des tortillas.

226Espace stuqué, humanisé, l’espace public est aussi un lieu clos, fermé sur lui-même, vers lequel on n’accède que par des passages étroits. Il est composé de structures hétérogènes, de grande taille, à fonctions multiples. L’espace privé, quant à lui, est constitué dans l’ensemble de structures homogènes, jamais complètement fermées sur elles-mêmes.

227Cependant, il existe des traits communs entre les deux, comme par exemple une certaine analogie dans les modalités d’occupation de l’espace : le patio des ensembles privés est de même nature, polygonale, que les grand-places des ensembles publics. L’espace public est formé par la juxtaposition d’un même modèle de base, tout comme l’espace privé est constitué d’ensembles juxtaposés de même nature. Plan et aménagement intérieur sont identiques, de la structure la plus simple à la plus grande, comme le montre la figure 75a.

228Le plan rectangulaire de l’habitation se retrouve dans chaque monument, tandis que le sacré est focalisé en un point identique pour tous les types de structures, qu’elles appartiennent au monde privé, public ou religieux, en face de l’entrée partageant les structures en moitiés symétriques. Cette architecture homogène, qui peut paraître sans fantaisie, est peut-être la matérialisation d’un lien symbolique très fort entre le privé et le public, l’homme et le dieu.

229En utilisant ces deux sources d’informations, que sont les documents écrits et les données de fouilles, il a été possible de rendre compte de l’organisation sociale des occupants des établissements étudiés dans ce travail. Les documents écrits ont apporté une trame qui a permis de formuler un certain nombre d’hypothèses sur la répartition spatiale des lignages nobles et vassaux, à l’intérieur de quartiers qui forment l’unité territoriale de base des établissements. Les catégories sociales ont pu être définies par un certain nombre de critères, dont les plus sûrs se réfèrent à des activités artisanales dont la fouille a révélé l’existence. Quant à la vie. quotidienne, si les textes en parlent peu, plus soucieux de transmettre les faits d’histoire et de conquête, la fouille a permis d’en saisir les aspects essentiels, autour du thème de l’habitation. Ce sont ces aspects qui seront évoqués maintenant.

230Pour conclure ce travail, il a paru intéressant de reprendre les données concernant les habitations anciennes à travers un certain nombre de thèmes qui recouvrent les principales activités de la vie quotidienne. Ce cadre concret permet dans un même temps de faire des comparaisons avec les habitations actuelles et de mettre en évidence maintes survivances en utilisant des “analogies spécifiques” valables dans cette région où l’on a pu “établir l’existence d’une continuité ethnique (linguistique et culturelle)” (Becquelin 1973 : 44).

Figure 75 - AMENAGEMENT INTERNE DES STRUCTURES RECTANGULAIRES - a) identique pour la maison, les plates-formes, le temple préhispaniques ; b) survivance : pièce réservée à une confrérie (d’après Arrivillaga 1980 : 101), Chajul (Quiché), Indiens Ixil.

Figure 76 - On aimait beaucoup, beaucoup notre terre, malgré qu’on marchait beaucoup pour arriver jusqu’à la maison des voisins (R. Menchu 1983 : 27).

С - VIE QUOTIDIENNE, SURVIVANCES ET CHANGEMENTS

231Les thèmes choisis ont été sélectionnés à partir d’une liste des activités, établie par E. Aguilar Arrivillaga, dans son Estudio de la vivienda rural en Guatemala, qui comprend :

2321- Dormir et procréer.

2332- Cuisiner et manger.

2343- Se tenir.

2353a- Tisser et réparer les vêtements.

2364- prier.

2375-Conserver des produits agricoles.

238(6- Garder du bétail bovin ou chevalin).

2397- Garder du bois.

2408-Laver les vêtements et la vaisselle.

241(9-Déféquer).

24210- Se baigner dans des bains de vapeur.

243(11- Cuire du pain).

24412- Garder de la volaille.

245(13- Tirer l’eau d’un puits). (1980 : 43).

246Si l’on exclut les rubriques 6, 9, 11, 13, qui correspondent à des actions liées à des traditions ou des aménagements d’origine espagnole, seuls les numéros 7 et 8 ne peuvent être identifiés à partir des fouilles. Toutes les autres activités ont laissé des traces, à des degrés variables, comme on le verra maintenant.

247En premier lieu, se souvenant que “la fonction primordiale de cet outil” (l’habitation) “est de protéger l’homme contre les effets nuisibles du milieu” (Cresswell 1960 : 183), on évoquera la notion d’abri.

1 - L’ABRI

248“La forme d’une maison n’est pas simplement le résultat de forces physiques ou de tout autre facteur causal unique, mais la conséquence de toute une série de facteurs socioculturels considérés dans leur extension la plus large” (Rapoport 1972 : 65).

249Nous avons vu que les Mayas vivaient sur des structures construites, les plates-formes. Partant du témoignage archéologique, il a été affirmé que ces habitations comportaient toujours un soubassement de pierres. Certains archéologues estiment toutefois qu’une partie de la population devait vivre dans des maisons construites directement au niveau du sol. C’est ainsi que R. Hill écrit que la

...petite structure résidentielle (PSR) paysanne... n’était sans doute pas dotée d’une plate-forme... Π existait peut-être deux types de PSR paysannes : l’un doté de murs de baguettes ou de cannes de maïs, l’autre de murs de torchis... Si l’on accepte cette reconstitution, il est évidemment peu probable qu’une telle PSR paysanne puisse être identifiée par ses vestiges archéologiques (Ichon et al. 1980 : 130).

250En accord avec ce qu’écrit R. Hill, il me semble qu’il y a un lien étroit entre le fait que les plates-formes aient un soubassement de pierres et leur proximité des ensembles monumentaux. C’est ainsi qu’à Cauinal, comme à Pueblo Viejo-Chichaj, tout l’espace habitable autour du centre est occupé par des plates-formes à soubassement de pierres, ne laissant aucune place pour des plates-formes plus rustiques. Ces faits amènent à considérer que ces soubassements ne sont pas seulement un aménagement matériel, mais doivent avoir une connotation symbolique, sociale et/ou religieuse importante. Ceci expliquerait pourquoi aujourd’hui, la majorité des habitations mayas sont construites sans soubassement de pierres, n’ayant plus de relations symboliques avec un centre civico-religieux.

251La maison est donc autre chose qu’un simple abri. Comme l’écrit R. Cresswell, résumant l’histoire de l’habitation : “D’autres notions que celles du simple abri s’attachent très rapidement à l’habitation... La différenciation de l’espace semble naître avec l’apparition des couches sociales... Le cloisonnement de l’espace acquiert un sens symbolique” (1960 : 188).

252Chez les groupes mayas étudiés ici, l’espace est très différencié entre les différentes catégories sociales : les paysans (souvent esclaves) habitent des huttes dispersées dans la campagne, les vassaux des maisons construites à proximité du centre, les nobles des “palais” (on a vu la limite de cette notion dans la partie Lignages et familles ) à proximité ou dans le centre même. Entre nobles et vassaux il existe des liens privilégiés qui se manifestent symboliquement dans la forme même de l’abri. La figure 73b schématise l’abri et la relation de ses occupants avec le centre civico-religieux.

253Quant à la variété des matériaux utilisés pour les murs de ces maisons au plan rectangulaire, on l’a déjà souligné au début de ce chapitre (voir tableau 10). Aujourd’hui en zone rurale, on retrouve ces mêmes variétés. Le toit de chaume ou de palme est encore fréquent (figures 77, 78a, 79b), la tuile tend à le remplacer pour la couverture des habitations aux murs d’adobe (figure 78b). La tôle ondulée et les parpaings ont fait leur apparition en nombre après le tremblement de terre de 1976.

254Tout comme à l’intérieur d’un même établissement il existait divers types de murs de maisons, aujourd’hui on retrouve une même liberté autour du thème de l’abri, dont la seule constante dans les Hautes Terres du Guatemala, dans le passé comme aujourd’hui, est d’être de plan rectangulaire, très rarement carré (autour du lac Atitlan) comme on peut le voir sur la carte de Wauchope Distribution géographique des plans de maisons dans l’aire maya (1938, figure 7). Cela ne veut pas dire qu’il n’existe pas certains regionalismes, mais ils semblent moins forts que dans la France rurale d’autrefois, par exemple (voir en particulier McBryde 1945, carte 14 pour le sud-ouest des Hautes Terres).

Figure 77 - HABITATIONS ACTUELLES - a) murs en adobe chaulée et toiture à quatre pans. Indiens Cakchiquel, Santa Apolonia (Chimaltenango) ; b) murs et toiture à deux pans en matériaux végétaux. Indiens Mam, Colotenango (Huehuetenango).

Figure 78 - HABITATIONS ACTUELLES - a) murs en terre battue armée de bois et toiture végétale à quatre pans. Indiens Mam, Zaculeu (Huehuetenango) ; b) murs d’adobe et toit de tuile, avec auvent, vallée du Chixoy.

Figure 79 - HABITATIONS ACTUELLES - Vallée du Chixoy a) murs de planches verticales et toit de tuiles. Sur pilotis : poulailler, aires de séchage de maïs et de poisson ; b) murs de baguettes de bois horizontales et toiture végétale à quatre pans. Dans les arbres (Jocotes) les poules s’abritent la nuit.

Figure 80 - PLAN D’UNE MAISON MAYA-CHORTI (1978) - El Corralito, Copan, Honduras.

  • 24 Cet anthropomorphisme se retrouve à d’autres niveaux dans les langues mayas (voir l’article de A. M (...)

255Le “sens symbolique” de la maison trouve aussi son expression dans la dénomination des éléments qui la composent, où apparaît un anthropomorphisme dont il faudrait approfondir l’étude. On sait par exemple, que les poteaux forment les “jambes”, la porte “les lèvres”, le faîte “la tête” de la maison24 (Wauchope 1938).

256Lors de la construction, les mesures sont prises, à la façon de Le Corbusier avec son “Modulor”, en référence au corps humain, comme a pu le mettre en évidence J. Berthelot enquêtant chez les Chorti en 1978 (figure 80). La mesure de base est la main, doigts écartés (soit 20 cm environ) et ses multiples. Correspondant à 8 fois cette dimension et à la mesure des bras écartés (1,60 m environ), la surface au sol est calculée, soit à peu près 5 fois en moyenne pour la longueur, 3 fois pour la largeur. Ces chiffres de 8 x 4,80 m correspondent assez bien aux dimensions moyennes des maisons relevées dans les établissements anciens.

257Quant aux poteaux, leur hauteur est calculée selon ces mêmes références ; ceux des 4 coins ont une hauteur correspondant à 14 fois la main (4 “mains” seront enfoncées dans le sol), les autres à 8 fois la main (dont une main, doigts écartés, plus une main fermée, pouce en l’air, enfoncées dans le sol, cette dernière mesure étant également utilisée chez les Chorti) (figure 80).

258A l’intérieur de cet abri, un certain nombre d’aménagements ont été réalisés pour le sommeil, la cuisine, les réserves, la prière. On les rappellera ici en cherchant, à chaque fois, s’il existe une persistance de ces réalisations dans les maisons mayas actuelles.

2 - LE SOMMEIL

259Deux types d’“aires de repos” ont pu être mis en évidence dans les habitations anciennes : de larges banquettes construites en dur et des coins aménagés spécialement, opposés au coin cuisine par rapport à l’entrée de la maison. On sait par des documents écrits et par des empreintes laissées sur des tessons que les Mayas utilisaient des nattes de vannerie. Aujourd’hui dans de nombreuses régions des Hautes Terres cet objet est toujours utilisé, principalement pour dormir, roulé dans la journée, il est étendu le soir dans des coins aménagés soit sur le sol de terre battue soit sur des lits de bois, très rustiques, empruntés aux Espagnols.

260D. Douzant a étudié la fabrication des nattes dans la région de San Andrés Sajcabaja. Il s’agit d’une activité “exclusivement indienne” où “les hommes s’occupent de la culture, de la récolte et de la préparation des fibres [du roseau], les femmes tressent les nattes” (1975 : 148). Chez les Chorti, la dimension de ces nattes est calculée à partir des mêmes mesures que celles que l’on utilise pour l’habitation : 5 à 6 “mains” de large et 8 à 9 “mains” de long (plus ou moins 1,20 χ 1,80 m) (J. Berthelot com. pers.). Il y a donc une tradition du travail des nattes qui permet de considérer cet artisanat comme ancien.

261Dans les Hautes Terres, le hamac, d’origine caraïbe, est utilisé pour se reposer dans la journée, installé à l’extérieur, sous l’auvent de la maison.

Figure 81 - FOYERS DOMESTIQUES ACTUELS - a) limité par des galets posés sur le sol, Chinamos, vallée du Chixoy, jour de fête, 1981 ; b) surélevés, à gauche limité par des galets, à droite en argile cuite, pour la cuisson des tortillas, maison incendiée à Canilla (Quiche), 1976.

262Si l’on trouve toujours un “coin familial” dans les maisons actuelles, opposé au “coin cuisiné”, les banquettes en dur, elles, ont disparu. On se souvient que cet aménagement domestique n’apparaissait que dans les centres où les structures monumentales comportaient également des banquettes. Doit-on considérer que l’on retrouve ici la relation symbolique qui semble-t-il unissait les structures domestiques et les structures publiques dans la construction de leur soubassement ? La disparition de références à un espace public donné, aurait entraîné la disparition d’un mode de construction et d’aménagement interne identiques.

263A titre comparatif, les plans de maisons actuelles présentés dans Tonina, une cité maya du Chiapas, montrent une division de l’espace selon un axe longitudinal, la partie du fond étant réservée au couchage (1979 : figures 114 et 115).

3 - LA CUISINE

264Cette activité est sans doute celle qui laisse les traces les plus facilement identifiables dans les maisons anciennes. Foyers, céramiques, instruments de mouture sont des indices sûrs, surtout lorsqu’ils se trouvent conjoints.

  • 25 Autre zone d’activité féminine, à l’extérieur de la maison généralement sous l’auvent, l’endroit où (...)

265On a vu que le “coin cuisine”, coin féminin, se trouvait indifféremment à droite ou à gauche de l’entrée, opposé à l’aire de repos25. Il s’organisait autour d’un foyer unique construit sur le sol de différentes manières, le plus répandu étant constitué d’une galette d’argile circulaire, type que l’on retrouve également sur les structures monumentales, parfois stuquée. A noter également l’existence d’une cuisine indépendante de l’habitation (lac Atitlan, région Chorti).

266Aujourd’hui, la majorité des maisons comporte un foyer formé de 3 pierres (figure 81a). Il existe cependant certains aménagements nouveaux, par exemple des foyers surélevés, construits sur un bâti de bois sur lequel on a déposé une épaisse couche d’argile (figure 81b). Parfois, il existe deux foyers (figure 81b), l’un en argile cuite sur lequel on cuit les tortillas, l’autre ordinaire pour les autres opérations de cuisson.

267Les instruments de mouture sont restés d’une facture remarquablement stable dans le temps. Il est d’ailleurs fréquent de voir réutiliser des meules anciennes actuellement. Correspondant à la surélévation du foyer, il arrive aujourd’hui que la meule soit posée sur un dispositif identique, permettant à la femme de travailler sans être obligée de s’accroupir (pour cuire), ou de s’agenouiller (pour moudre) (figure 83). Il semble raisonnable d’attribuer ce changement de technique du corps, qui tend à une amélioration des conditions de travail, à l’introduction par les Espagnols d’un mobilier européen : table, chaise, lit. Mais il reste à faire une étude de la fréquence des activités culinaires effectuées au niveau du sol, ou en position debout : peut-être s’apercevrait-on que l“‘amélioration des conditions de travail” n’est, en réalité, pas toujours perçue comme telle.

* Existe également dans un matériau moderne (voir tableau 16).
Tableau 15 - Récipients céramiques, périodes ancienne et actuelle

268Pourtant, c’est avec l’opération de mouture du maïs, opération quotidienne — la pâte ne se conservant pas plus d’une journée dans ce pays chaud — qu’est entré un certain modernisme dans la cuisine. Modernisme qui s’est exprimé individuellement dans les zones d’habitat dispersé, avec l’apparition dans les familles les moins pauvres, de moulins mécaniques, fixés au bord d’une table, et collectivement, dans les villages où fonctionnent des moulins à essence dont le bruit, le matin et le soir, est devenu aussi familier à l’oreille que le chant du coq, le carillon de l’église ou le moteur de l’autobus. Ce moulin appartient le plus souvent à un métis, qui gagne ainsi un peu d’argent tous les jours. Comme la fontaine, le moulin est devenu lieu de rencontre et de bavardage des femmes et des fillettes qui rompent ainsi le rythme de leur travail à l’intérieur de la maison.

269Quant au reste de l’équipement de cuisine, il n’en subsiste sur les habitations anciennes que les récipients en céramique. On n’a jamais retrouvé de paniers ou d’éventoirs en vannerie ou de récipients de calebasse, dont l’existence est attestée indirectement dans les textes anciens et qui aujourd’hui encore sont couramment utilisés.

  • 26 Probablement liés à des activités cérémonielles qui n’existent plus aujourd’hui.

270Dans le tableau 15, on a comparé les équipements céramiques ancien et actuel. Toutes les formes anciennes se retrouvent aujourd’hui à l’exception des bols tripodes26 (figure 82b), permettant ainsi de valider les grandes catégories fonctionnelles qui leur correspondent, définies notamment par R. Reina y R. Hill dans leur ouvrage The Traditional Pottery of Guatemala. Les auteurs classent les récipients actuels en récipients pour le transport, pour la conservation, pour la cuisson, pour le service et pour les cérémonies (1978 : 25 à 27).

271Cependant, comme partout ailleurs dans le monde, les objets traditionnels tendent à être remplacés par des objets modernes fabriqués soit à partir de matériaux de récupération soit, en usine, localement, ou importés (figure 82a). Parmi ces objets modernes, certains prennent la place d’un objet précis (comal de métal, pot en plastique), d’autres remplacent une catégorie d’objets qui existaient en divers matériaux traditionnels (comme la cuvette de plastique ou d’émail qui remplace à la fois les bassins de céramique, les paniers, les récipients de calebasse) (voir tableau 16). Il y a donc aujourd’hui une tendance à l’appauvrissement de l’équipement domestique, un même objet industriel pouvant remplacer une série d’objets traditionnels.

Figure 82 - RECIPIENTS ACTUELS - a) pots en céramique et en plastique, paniers, calebasses, cuvettes de plastique et de métal, fût de métal, Chinamos, vallée du Chixoy, jour de fête 1981 ; b) inventaire des céramiques utilisées à San Andrés Sajcabaja (Quiché) en 1976.

Tableau 16 - Equipement moderne

Figure 83 - VALLEE DU CHIXOY, JOUR DE FETE A CHINAMOS 1981 - Préparation collective de la pâte des tortillas sur des meules de pierre tripodes.

Figure 84 - TRADITION ET CHANGEMENT - a) sur le marché d’Antigua, 1984 ; b) pot Forteresse Blanc sur Rouge, Mixco Viejo ; c) pot en plastique, production industrielle du Guatemala.

272Parmi ces objets modernes, deux présentent des caractéristiques originales, ce sont les bouteilles et pots de plastique moulé (figure 84c), qui sont des copies d’objets en calebasse et céramique. Les bouteilles copient une forme naturelle, tandis que les pots correspondent à une fabrication soumise à l’origine à un certain nombre de contraintes techniques liées à une matière précise, l’argile. Si la forme de ces 2 objets est une fidèle reproduction de modèles traditionnels, on peut noter pour le pot, l’apparition d’un décor de lignes verticales qui n’a pas son équivalent dans la poterie traditionnelle, toujours décorée selon un axe horizontal.

4 - LES RESERVES ET AUTRES ENCLOS

273La recherche de structures ayant pu servir de réserve pour les produits agricoles s’est révélée difficile. De telles réserves pourtant, devaient exister, puisque depuis longtemps les Mayas cultivaient du maïs, des haricots, etc. et que, durant la période qui nous intéresse, même s’ils n’étaient pas tous paysans, ils recevaient sous forme de tribut, des produits agricoles.

274A Mixco Viejo, les plates-formes G9 et A14, chacune liée à une habitation où se déroulaient des activités artisanales, paraissent avoir servi de dépôts à des produits mis en tas ou conservés dans de grandes jarres. Il n’est toutefois pas aisé de savoir s’il s’agit du grenier d’un foyer ou d’une famille étendue. Sur les sites de Cauinal et d’El Talpetate, j’ai d’abord interprété des structures ovales ou circulaires comme des réserves, mais avec beaucoup de circonspection. Il s’agit plutôt d’oratoires. On se trouve donc en présence de données très ponctuelles et moins sûres que celles qui concernaient les activités précédentes. Pourquoi ? Plusieurs facteurs interviennent ici.

275En premier lieu, pour des raisons évoquées au début de ce travail, seules les zones d’habitat en relation directe avec de grands centres ont ¿té étudiées. On a donc laissé de côté tout l’habitat rural dispersé où vivaient certaines catégories d’esclaves chargés d’exploiter les terres des nobles et des vassaux (Carmack 1979 : 133). Il est donc possible que des greniers aient été installés dans ces zones rurales, pour la conservation de produits agricoles qui pouvaient être ensuite transportés dans les greniers communautaires installés à l’intérieur des centres (Miles 1957).

276D’autre part, si l’on se réfère à des données actuelles, on constate que les greniers, lorsqu’ils existent sont en matériaux périssables, que ce soient des huttes telles que les ont notées R. Wauchope (1938 : figure 30) et F. McBryde dans la région du lac Atitlan “greniers à maïs aux murs de tiges et au toit de chaume” (1945 : 48) qui pourraient correspondre aux plates-formes G9 et A14 de Mixco Viejo, ou bien des petites constructions en branches, cubiques, sur pilotis (figure 79a).

277Mais le plus fréquemment les produits agricoles sont conservés aujourd’hui, dans l’habitation même, en tas sur le sol (figure 85) ou sous le toit sur une surface aménagée à cet effet, parfois dans un coffre dans un coin de la pièce, dans les Cuchumatanes (Wagley 1969 : 55), ne laissant ainsi aucune trace une fois consommés.

Figure 85 - PLAN DE LA MAISON DE PEDRO MUS, MAYA-QUICHE, PUEBLO VIEJO-CHICHAJ (QUICHE) 1974.

  • 27 Qui existe aussi dans la vallée du Chixoy.

278Il apparaît donc que chez les Mayas des Hautes Terres du Guatemala, il n’existe pas toujours une construction isolée pour conserver le maïs. La situation est différente au Chiapas. Chez les Mayas Tzeltal de Bachajon, A. Breton a noté qu’un sitio comprenait principalement 3 constructions séparées : le dortoir, la cuisine et le grenier (1979b : 153) et qu’en outre, lorsque les terres cultivées se trouvaient un peu loin de l’habitation, il existait un grenier sur la milpa27 qui “est en général une construction simple, un abri, destiné à recevoir les fruits de la récolte pendant quelques mois” (1979 : 157). Dans ce même groupe, dans le village de Sivaca, les grains sont conservés dans de grandes jarres, dans l’aire de repos des habitations (Becquelin et Baudez 1979 : 303).

279Aussi difficiles à retrouver en fouilles que les réserves à grains, les enclos à animaux n’ont pas pu être définis avec certitude. On a émis l’hypothèse que la structure A’134 de Cauinal, pouvait être un enclos à dindons ou à chiens. Mais il me semble que les mêmes facteurs que précédemment peuvent être invoqués ici et que l’élevage d’animaux domestiques se pratiquait plus normalement en zone rurale qu’à proximité des centres.

280Aujourd’hui, dindons et “poulets de Castille” sont enfermés dans des constructions semblables aux greniers, de tailles plus réduites, élevées au niveau du sol (figure 86b), ou sur pilotis (figure 86a). Il est fréquent également que les volatiles se couchent juste avant la tombée du jour sur les branches d’arbres tels que le jocote (figure 19b). Les chiens comestibles sont aujourd’hui remplacés par des cochons enfermés la nuit dans des enclos très rustiques (figure 86a).

281Il existe donc différentes façons de conserver les produits agricoles et de garder les animaux qui dépendent, me semble-t-il (mais aucune enquête précise n’a été réalisée) du niveau de vie des occupants des maisonnées.

282Arrivillaga mentionne, parmi les activités actuelles “se baigner dans un bain de vapeur”. Cette opération s’effectue dans de petites structures construites en pierres ou/et adobe, qui devraient être facilement reconnaissables au cours de fouilles. Aucun bain de vapeur n’a été relevé dans les sites étudiés. Par contre, pour la période qui nous intéresse dans la région de San Andrés Sajcabaja, A. Ichon a décrit ce type de structure qui, semble-t-il, était lié à des activités cérémonielies (1973).

5 - LE CULTE

283Avec cette activité on se trouve au coeur de l’univers symbolique des Mayas. Sans chercher à entrer dans une étude de la religion, je rappellerai quelles sont les traces que cette activité a laissées dans la fouille des zones d’habitat.

284On a noté la présence d’autels intérieurs dans les habitations de Cauinal ; par analogie, une petite banquette de la structure A31 de Mixco Viejo et une petite marche de la plate-forme Y3 de Pueblo Viejo ont été interprétées comme des petits autels familiaux. Il existait donc un culte domestique dans les Hautes Terres à cette période, tout comme dans la grande ville de Mayapan au Yucatan (Pollock et al. 1962 : 228).

Figure 86 - PETITES CONSTRUCTIONS EN MATERIAUX PERISSABLES - a) poulailler sur pilotis, au premier plan, enclos à cochons, Pueblo Viejo-Chichaj (Quiché) ; b) poulailler, vallée du Chixoy.

* Maison de confrérie
Tableau 17 - Localisation des autels domestiques actuels

285Aujourd’hui, dans les maisons, “généralement il y a un petit autel, comprenant une table de bois avec des croix, des images et représentations de saints, des encensoirs, des décorations de rubans, de rameaux de pins et de fleurs ; on s’agenouille sur une jonchée d’aiguilles de pins” (McBryde 1945 : 47).

286Wisdom mentionne chez “les Chorti les plus riches ‘des maisons-autels’ spéciales, dans lesquelles sont déposés les saints... Pendant les cérémonies, seuls les hommes y pénétrent” (1961 : 434).

287Considérant un certain nombre de plans de maisons actuelles pour les comparer aux plates-formes anciennes, on a cherché où se situait l’autel, par rapport aux points cardinaux et à l’entrée de la maison (tableau 17). La plupart des autels se trouvent à gauche de l’entrée, orientés au sud ou à l’ouest, définissant le coin masculin de la maison (sauf au Chiapas où la situation est inversée). Le seul exemple d’un autel central provient d’une maison comportant une pièce réservée à une confrérie (figure 75b). On peut noter à quel point l’aménagement intérieur de cette pièce est comparable à celui des structures rectangulaires préhispaniques (figure 75a). C’est donc à l’intérieur de la confrérie religieuse que cette tradition continue de s’exprimer. La présence dans les habitations mayas actuelles d’un autel avec des images et des symboles de la religion catholique conduit à se poser la question suivante : s’agit-il de l’adoption d’une tradition espagnole ou d’une survivance préhispanique ? Pour tenter de répondre à cette question, je me suis tournée vers l’Espagne, cherchant s’il existait une tradition d’autels domestiques. C’est ainsi que C. González Casarrubios, du Musée des Arts et Traditions Populaires de Madrid, m’a écrit “qu’il n’existait pas d’autels domestiques dans les maisons paysannes espagnoles... mais qu’à l’occasion de certaines fêtes, comme la Cruz de Mayo ou la fête de Corpus Christi, il pouvait y avoir des autels installés pendant un ou deux jours à l’intérieur des maisons”. De plus G. Foster dans son étude Report of an Ethnological Reconnaissance of Spain (1951), réalisée en relation avec des recherches en Amérique latine, ne parle jamais d’autels domestiques. Dans un livre récent sur une vallée du nord de l’Espagne, W. Christian étudie les différents types d’oratoires qu’il a rencontrés dans les chapelles et ‘es églises. Sa classification permet de saisir à quel niveau se situent les relations entre les saints et les personnes. Les oratoires sont ainsi classés, selon leur audience, en nationaux, régionaux, en relation avec les vallées, avec les quartiers et enfin avec les familles les plus riches, qui peuvent avoir leur chapelle. Arrivant dans les familles communes, le saint n’a plus le droit qu’à des images (1972 : 44-101). Ici encore, se trouve confirmée l’absence d’autel permanent dans les habitations. Il faudrait évidemment pouvoir également vérifier qu’il en était de même dans l’Espagne du xvie siècle.

  • 28 Toutefois Wisdom fait une intéressante notation, écrivant que chez les Chorti “l’encadrement de l’a (...)

288Les Mayas actuels du Guatemala installent dans leur maison un autel voué à des saints catholiques, et il ne semble pas qu’il s’agisse là d’une tradition espagnole : ne peut-on considérer qu’on se trouve en présence d’une survivance préhispanique ? Evidemment, il ne s’agit pas d’une survivance sans altération. L’existence d’un autel peut être considérée comme une survivance dont la forme et le fond ont été extérieurement modifiés. Chez les Mayas d’autrefois, les autels domestiques étaient les copies des autels communautaires et faisaient structurellement partie de l’architecture symbolique de la maison, elle-même reproduction en plus petit des structures monumentales. Ce lien est depuis la Conquête rompu28. Les autels aujourd’hui sont de simples tables, mobilier d’origine espagnole et ne sont généralement plus situés face à l’entrée, le long du mur du fond comme autrefois, ainsi qu’on l’a vu dans le tableau 17. Quant aux images, elles appartiennent au martyrologe catholique, sans équivoque. Il n’y a donc aucune ambiguïté immédiate qui aurait pu obliger les “extirpeurs d’idolâtrie” à réagir devant ces autels. Ce qui se passe dans les prières est bien différent et les saints invoqués prennent alors place dans le vieux panthéon et reçoivent des nourritures qui leur sont spécifiques.

Figure 87 - PETITS ORATOIRES ACTUELS - a) sur le site de Pueblo Viejo-Chichaj ; b) et b’) sur la plate-forme ancienne C5 de El Talpetate (vue d’ensemble et de détail).

Figure 88 - UNE FAMILLE INDIENNE DE LA VALLEE DU CHIXOY (1981).

289Vu de l’extérieur, il semble donc que l’évangélisation ait abouti. En réalité, à travers un culte domestique, les Mayas ont résisté à la destructuration de leur univers symbolique. Et s’ils ont dû accepter les églises catholiques dans lesquelles à côté des offices, se déroulent les costumbres, cérémonies traditionnelles, ils ont aussi conservé leur propre espace religieux, comme en témoignent les petits oratoires que l’on trouve au sommet des montagnes, sur les anciennes pyramides ou sur d’autres monuments que leurs ancêtres ont bâtis (figure 87). Trois dalles de pierres, quelques bougies, des paroles anciennes, ce sont là des racines qu’aucun conquérant, aucun dictateur ne pourra détruire.

Les villes conquises sont défaites
pour toujours. Leurs temples sont
vides, leurs murailles ne protègent
plus. Les dieux humiliés détournent
leur regard et oublient les hommes.
Il y
aun très grand silence maintenant,
un très grand vide, comme
si la déflagration de la violence
avait d’un seul coup épuisé toutes
les forces de la terre. La poussière
recouvre les feuilles des arbres,
recouvre les traces des pas.
(Le Clezio, Trois villes saintes, page 17)

290Puissent ces quelques pages avoir enlevé quelques grains de poussière et les dieux, à nouveau, se souvenir que les hommes veulent vivre.

Notes

1 Nous avons conscience toutefois que ce travail n’a pas toujours pu être réalisé dans les conditions optimales de rentabilité scientifique. L’idéal serait évidemment de pouvoir mener les fouilles sur le modèle des fouilles préhistoriques, c’est-à-dire en utilisant uniquement un personnel spécialisé ou en cours de formation.

2 Type 1 - soubassement formé d’une rangée de blocs.
Type 2 - soubassement formé d’une rangée de blocs surmontée d’une rangée de dalles.
Type 3 - soubassement formé d’une rangée de blocs surmontée de plusieurs rangées de dalles.
Type 4 - soubassement formé de plusieurs rangées de dalles et/ou de blocs équarris.

3 On a étudié ailleurs les relations existant entre les différents types de banquette, le mode de construction et la dimension des plates-formes (Ichon et al. 1980 : 66-68).

4 A titre d’exemple, sur la plate-forme Α’173 de Cauinal, la banquette de la petite aile (d’une surface de 20 m2) occupe 15m2.

5 Identiques à celles qui ont été interprétées comme des autels à Mayapan (Smith 1962 : 228).

6 Il est frappant de voir à Mayapan l’importance en nombre de structures facilement identifiées comme oratoires (ou shrines) à l’intérieur des zones résidentielles. Ce l’ait parle en faveur de notre interprétation de nombreuses structures comme étant des autels, et c’est pourquoi nous avons proposé de parler désormais d’oratoires sans autel pour des structures ovales sans autel intérieur (Ciudad Ruiz et Fauvet-Berthelot 1985).

7 Cette catégorie de récipient n’a pu être identifiée à Mixco Viejo, mais à Cauinal comme à Pueblo Viejo-Chichaj, on a retrouvé des tessons perforés de trous multiples, morceaux du filtre qui devait être utilisé pour séparer les grains de maïs de leur eau de cuisson.

8 Une statuette anthropomorphe provient également de cette structure.

9 A l’exception de fragments de meule tripode trouvés dans le “coin-cuisine” de la plate-forme Α’173 de Cauinal (Ichon et al 1980 : 81) et d’un pied de meule sur la plate-forme Y2 de Pueblo Viejo-Chichaj.

10 Quelques années après la Conquête, Alonso de Zorita écrit que “le tribut ordinaire consistait en cultures de maïs, haricots, coton et à cette fin étaient délimitées dans chaque village certaines terres où les seigneurs avaient un certain nombre d’esclaves qui leur gardaient et labouraient... et ils fournissaient aussi bois, eau et service domestique... Dans les régions où l’on récolte le coton, ils [les seigneurs indigènes] imposaient le tribut en coton” (Zorita, cité par Piel 1982 : 48).

11 A titre comparatif, on estime que la population de Tikal dans les Basses Terres comprenait de 50 à 80 000 habitants.

12 Cette division territoriale de la communauté est encore aujourd’hui très importante dans les Hautes Terres mayas (Favre 1971 ; Breton 1979, etc.).

13 Que j’ai indiques sur le plan, par les lettres A, B, C, D.

14 14. Ce terme désigne en quiché le patrilignage et le territoire des “vassaux”.

15 15. 7 pour le groupe A (2,3,4,5,6,8,9)
5 “ ” В (2,4,7,8,9)
9 “ ” С (2,5,6,7,9,10,12,13,17)
3 “ ” D (2,3,5)
3 “ ” E (2,4,6)

16 Au sommet de la pyramide-temple D1, P. Becquelin a relevé de “nombreux fragments de terre brûlés provenant sans doute de l’incendie de la superstructure du temple”. De même, les plates-formes A’6, A31, A32, G10 portaient de nombreuses traces d’incendie.

17 Plumes de quetzal, turquoise, coquille, or, sel, ambre.

18 Maïs, fibres végétales, fruits, poissons.

19 Outre la perception d’un tribut.

20 S. Miles note en effet qu’“il y a des preuves qu’un molam déterminé était aussi un groupe d’artisans” (1957 : 768).

21 Telle que R. Adams (1970) et M. Becker (1973) l’ont notée pour les Basses Tenes au Classique.

22 T. Babcock, à Utatlan, a noté d’autres activités artisanales : travail de la coquille et de l’os, industrie de lingots de cuivre, cette dernière pouvant “représenter la production d’un groupe de parenté à destination d’un commerce à longue distance” (1980 : 216 et 217).

23 Il est intéressant de noter que les pyramides-temples et les autels sont le plus souvent dépourvus de vestiges permettant d’en affirmer la fonction religieuse, telles que des effigies de divinités que l’on retrouve à l’intérieur d’autres monuments. C’est en fait par analogie je crois, avec ce que les Espagnols ont découvert à Mexico-Tenochtitlan dans le grand temple de Mexico, que les constructions élevées sur des bases pyramidales ont été considérées comme des temples et les autels, les équivalents du momoztli mexicain.

24 Cet anthropomorphisme se retrouve à d’autres niveaux dans les langues mayas (voir l’article de A. Monod-Becquelin, “Des pieds et des mains : analyse sémantique des concepts en tzeltar La linguistique 17 (2) : 99-118).

25 Autre zone d’activité féminine, à l’extérieur de la maison généralement sous l’auvent, l’endroit où la femme accroche son métier à tisser.

26 Probablement liés à des activités cérémonielles qui n’existent plus aujourd’hui.

27 Qui existe aussi dans la vallée du Chixoy.

28 Toutefois Wisdom fait une intéressante notation, écrivant que chez les Chorti “l’encadrement de l’autel est construit à la manière d’une maison et parfois est appelé du nom de la maison” (1951 : 433).

Table des illustrations

Légende Tableau 9 - Plan et aménagement des plates-formes
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3643/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Tableau 10 - Types de matériaux
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3643/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Tableau 11 - Types de foyers
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3643/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Figure 68 - TYPES DE FOYERS DOMESTIQUES - a) limité par des galets, Mixco Viejo A31 ; b) limité par des dalles, Mixco Viejo G10 ; с) en argile cuite, Cauinal Α’173.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3643/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Tableau 12 - Orientation des foyers
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3643/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure 69 - TYPES D’AUTELS INTERIEURS - a) “indépendant”, Cauinal Α’173 ; b) “dépendant” à gradins, Cauinal A’167 ;c) “dépendant”, El Talpetate D10.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3643/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 988k
Légende Figure 70 - PLATES-FORMES RESIDENTIELLES ET RESERVES - a) implantation - “ouverte” le long des courbes de niveau (1), sans organisation apparente (2), “fermée” (3) ; b) organisation interne des plates-formes de Mixco Viejo.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3643/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Tableau 13 - Modes d’implantation des structures d’habitat
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3643/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Figure 71 - TYPES D’IMPLANTATION DES STRUCTURES D’HABITAT (d’après W. Ashmore 1981).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3643/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Tableau 14 - Zones d’habitat : forme et fonction des structures
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3643/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende 4 à 5 occupants est donc un chiffre moyen d’occupants par unité d’habitation.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3643/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 72 - PLAN D’IXIMCHE (d’après Guillemin 1977).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3643/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Figure 73 - a) ORGANISATION DES LIGNAGES A L’INTERIEUR DES ETABLISSEMENTS ;b) HABITATION ET CLASSES SOCIALES.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3643/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3643/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende Figure 75 - AMENAGEMENT INTERNE DES STRUCTURES RECTANGULAIRES - a) identique pour la maison, les plates-formes, le temple préhispaniques ; b) survivance : pièce réservée à une confrérie (d’après Arrivillaga 1980 : 101), Chajul (Quiché), Indiens Ixil.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3643/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Figure 76 - On aimait beaucoup, beaucoup notre terre, malgré qu’on marchait beaucoup pour arriver jusqu’à la maison des voisins (R. Menchu 1983 : 27).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3643/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Figure 77 - HABITATIONS ACTUELLES - a) murs en adobe chaulée et toiture à quatre pans. Indiens Cakchiquel, Santa Apolonia (Chimaltenango) ; b) murs et toiture à deux pans en matériaux végétaux. Indiens Mam, Colotenango (Huehuetenango).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3643/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Figure 78 - HABITATIONS ACTUELLES - a) murs en terre battue armée de bois et toiture végétale à quatre pans. Indiens Mam, Zaculeu (Huehuetenango) ; b) murs d’adobe et toit de tuile, avec auvent, vallée du Chixoy.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3643/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Figure 79 - HABITATIONS ACTUELLES - Vallée du Chixoy a) murs de planches verticales et toit de tuiles. Sur pilotis : poulailler, aires de séchage de maïs et de poisson ; b) murs de baguettes de bois horizontales et toiture végétale à quatre pans. Dans les arbres (Jocotes) les poules s’abritent la nuit.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3643/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Figure 80 - PLAN D’UNE MAISON MAYA-CHORTI (1978) - El Corralito, Copan, Honduras.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3643/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Figure 81 - FOYERS DOMESTIQUES ACTUELS - a) limité par des galets posés sur le sol, Chinamos, vallée du Chixoy, jour de fête, 1981 ; b) surélevés, à gauche limité par des galets, à droite en argile cuite, pour la cuisson des tortillas, maison incendiée à Canilla (Quiche), 1976.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3643/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Légende * Existe également dans un matériau moderne (voir tableau 16).Tableau 15 - Récipients céramiques, périodes ancienne et actuelle
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3643/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Figure 82 - RECIPIENTS ACTUELS - a) pots en céramique et en plastique, paniers, calebasses, cuvettes de plastique et de métal, fût de métal, Chinamos, vallée du Chixoy, jour de fête 1981 ; b) inventaire des céramiques utilisées à San Andrés Sajcabaja (Quiché) en 1976.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3643/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1020k
Légende Tableau 16 - Equipement moderne
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3643/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Figure 83 - VALLEE DU CHIXOY, JOUR DE FETE A CHINAMOS 1981 - Préparation collective de la pâte des tortillas sur des meules de pierre tripodes.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3643/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 884k
Légende Figure 84 - TRADITION ET CHANGEMENT - a) sur le marché d’Antigua, 1984 ; b) pot Forteresse Blanc sur Rouge, Mixco Viejo ; c) pot en plastique, production industrielle du Guatemala.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3643/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Figure 85 - PLAN DE LA MAISON DE PEDRO MUS, MAYA-QUICHE, PUEBLO VIEJO-CHICHAJ (QUICHE) 1974.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3643/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende Figure 86 - PETITES CONSTRUCTIONS EN MATERIAUX PERISSABLES - a) poulailler sur pilotis, au premier plan, enclos à cochons, Pueblo Viejo-Chichaj (Quiché) ; b) poulailler, vallée du Chixoy.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3643/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Légende * Maison de confrérieTableau 17 - Localisation des autels domestiques actuels
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3643/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Figure 87 - PETITS ORATOIRES ACTUELS - a) sur le site de Pueblo Viejo-Chichaj ; b) et b’) sur la plate-forme ancienne C5 de El Talpetate (vue d’ensemble et de détail).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3643/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Légende Figure 88 - UNE FAMILLE INDIENNE DE LA VALLEE DU CHIXOY (1981).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3643/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter