Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ethnopréhistoire de la maison maya

 | 
Marie-France Fauvet-Berthelot

Chapitre II. Sites et fouilles

Texte intégral

MIXCO VIEJO

1Il a été pris le parti volontaire de ne présenter là que des données brutes et de réserver l'interprétation à un chapitre final, car elle ne sera possible qu'en ayant examiné les 3 sites. Mixco Viejo est un site défensif, caractéristique des Hautes Terres du Guatemala au Postclassique récent. Situé à 880 m d'altitude, dans les Hautes Terres occidentales, dans le département de Chimaltenango, il occupe un groupe de collines formées de sables volcaniques qui constituent les contreforts de la Sierra Madre et sont profondément ravinées produisant un paysage de barrancos. Le site domine le río Pancaco, affluent du Motagua, fleuve principal du drainage atlantique oriental (figure 5).

2Le chroniqueur F. Fuentes y Guzmán consacre dans La Recordación Florida (rédigée en 1693), quelques pages à la conquête de cet établissement maya-pokomam, en 1525, par Pedro de Alvarado, lieutenant de H. Cortés. Il raconte en particulier les difficultés rencontrées par les Espagnols pour la prise de Mixco. Il semble qu'ils ne réussirent qu'avec l'aide de Mayas-Cakchiquel, nouveaux alliés, qui connaissaient les points faibles de la ville.

3En 1975, R. Carmack dans une conférence intitulée "La verdadera identificación de Mixco Viejo", publiée dans Historia Social de los Quichés (1979), a contesté l'exactitude du récit de F. Fuentes y Guzmán. Se basant essentiellement sur des données topographiques, il estime que le vrai Mixco Viejo est en réalité le site connu sous le nom de Chinautla Viejo. Le Mixco Viejo dont il est question ici est baptisé par lui "Jilotepeque Viejo". Il n'aurait pas été occupé par des Pokomam mais par des Chajoma-Cakchiquel, venus de Xojabaj (dans l'actuel département du Quiché), selon le Título Jilotepeque. On trouvera dans la dernière partie les arguments qui ne me font pas suivre sa démonstration et m'ont amenée à conserver le nom de Mixco Viejo.

4Le site fut visité en 1896 par un géologue allemand C. Sapper qui fit le plan des principales structures. Entre 1954 et 1967, une mission française, sous la direction du professeur H. Lehmann, du Museum National d'Histoire Naturelle de Paris, a réalisé 6 saisons de fouilles et de reconstruction. Mixco Viejo s'étend au sommet d'un ensemble de collines formant un arc de cercle de 900 m de long sur 100 m de large environ (figure 6) et comprend 120 structures. Le site n'était accessible qu'à l'ouest par un étroit sentier "où deux hommes ne pouvaient avancer de front" (Lehmann 1968 : 9). Des ravins, dessinés par l'érosion dans les sables volcaniques qui formaient les collines, le protégeaient de toutes parts. Le site naturel a été aménagé pour accentuer ses qualités défensives et obtenir de grands espaces plans. H. Lehmann note ainsi qu’“on recoupa les barrancos et on les renforça par de puissantes murailles... on combla les creux” (1968 : 9). L'évacuation des eaux pluviales — très fortes en saison d'été — se faisait par des drainages de pierre couverts. Il ne semble pas que les Pokomam aient disposé d'eau sur le site même, mais qu'ils devaient probablement aller la chercher dans le río Pancaco situé en contre-bas. Le climat de la zone est chaud, subtropical et la végétation clairsemée.

Figure 5 - MIXCO VIEJO : VUE AERIENNE - Groupes A (en bas, à gauche) ; B (au centre) ; C (en haut).

5Le plan général du site (figure 6), relevé par l'architecte P. Vaugelade, fait apparaître les caractéristiques de l'établissement. Celui-ci est composé de 5 ensembles monumentaux principaux (les groupes A, B, C, D, E, pour reprendre la terminologie de C. Sapper), d'ensembles monumentaux secondaires (les groupes Ax, Bx, C') et des zones d'habitation (les groupes G, A (15 à 24), Bx, Cx, E').

A - LES ENSEMBLES MONUMENTAUX

6Ils comprennent un certain nombre de structures de tailles diverses construites en dalles ou blocs de micaschiste et en blocs de pierre ponce taillée, parallélépipédiques, avec un mortier dont il reste très peu de traces. Leur remblai intérieur est à base de sable jaune volcanique, gros blocs, fragments de pierre ponce, tessons, etc. Certaines constructions importantes étaient recouvertes d'une couche de stuc qui devait être peint de motifs polychromes à dominante rouge et bleu. Peu de fragments peints ont été retrouvés.

7Toutes les structures monumentales comportent des escaliers sur un de leur côté : très raides et aux étroites marches, bordés d'alfardas pour les temples-pyramides. Les monuments présentent 2 ou 3 phases de construction. Les structures anciennes construites le plus souvent en blocs de pierre ponce taillée, sont recouvertes par les plus récentes et servent ainsi de remblai intérieur, selon une tradition mésoaméricaine. H. Lehmann note que "le style architectural est d'une unité que l'on ne rencontre que rarement dans un site archéologique" (1968 : 16), correspondant à la courte durée d'occupation du site.

8Sur ces monuments, il existe très rarement des traces de superstructures qui devaient être en matériau périssable : quelques éléments de murs en tiges de maïs accolées, recouvertes d'un enduit argileux (bahareque) (E6), un mur de stuc (C1, phase 2). De même, on possède très peu d'informations sur l'aménagement intérieur de ces structures monumentales. Il existait une banquette dans le temple de Cl et sur les plates-formes E4, E6, A3 et A9 et de larges cuvettes circulaires (structures Cl et C12) avec des traces de carbonisation interprétées par H. Lehmann comme des "brûleurs de copal" (1968 :22). Des traces d'un sol en argile brûlée ont été notées sur les plates-formes E4, E6, A3, A5, A8 et A9. Des éléments d'un dallage de pierres étaient visibles sur les plates-formes E4 et B4. Enfin, une base de pilier a été observée sur la superstructure C2.

Figure 6 - PLAN DE MIXCO VIEJO.

Figure 7 - MIXCOVIEJO - a) paysage ; b) escalier et mur de soutènement du groupe B.

Figure 8 - MIXCO VIEJO - a) ensemble monumental principal A ; b) ensemble monumental secondaire BX3.

1 - ENSEMBLES PRINCIPAUX (groupes A, B, C, D, E)

9Les groupes A, B, C, D, E, auxquels j'ai donné le nom d'ensembles principaux — ou majeurs — sont les plus importants et possèdent un certain nombre de caractéristiques communes. Ces ensembles occupent le sommet aplani des collines et sont nettement séparés les uns des autres. Tout en suivant la configuration du terrain, leur orientation apparaît constante, selon un axe longitudinal est-ouest. Ils sont contenus à l'intérieur de murs qui soulignent généralement la pente naturelle du terrain. Ils comprennent (figure 8a), disposées autour d'une place, de 4 à 13 structures au nombre desquelles sont toujours présentes et dans la même position :

  • Une pyramide-temple de 3 à 6 m de hauteur, formée de 3, 4 ou 5 corps, dont l'escalier ou les escaliers sont orientés à l'ouest. Cette structure occupe l'extrémité orientale des ensembles.

  • Dans l'axe médian de cette pyramide-temple, au centre de la place, une petite structure basse, carrée, appelée "autel".

  • En face de la pyramide-temple, une longue plate-forme rectangulaire comportant 4 escaliers sur sa façade est, dont le grand axe est orienté nord-sud. Elle est située dans la partie occidentale de l'ensemble. Lorsqu'il y a un jeu de balle, comme c'est le cas pour les groupes A et B, cette plate-forme se trouve en face de celui-ci (B8 et B9).

  • Des plates-formes rectangulaires avec 2 escaliers sur l'un des grands côtés. Elles sont en nombre variable, de 2 pour le groupe E, à 9 pour le groupe C, et de dimensions diverses. Le groupe E, situé à l'ouest, à l'entrée originelle du site, peut être considéré comme le modèle de base de ces ensembles principaux (figure 9a).

10Afin de faciliter la lecture du plan général, on retrouvera dans le tableau 3, le modèle présenté dans la figure 9a pour chaque ensemble principal, avec le numéro de la structure correspondant sur le plan. Un certain nombre de remarques peut être fait à partir de ce tableau :

  • Le complexe pyramide-temple/autel/plate-forme à 4 escaliers est présent dans 4 des 5 ensembles principaux (A, B, C, E). Le groupe D, légèrement excentrique, ne comporte pas ce type de plate-forme, mais seulement des plates-formes à 2 escaliers.

  • Le groupe A comporte 2 plates-formes à 4 escaliers. Mais ce groupe, a noté H. Lehmann (1968 : 39), a été agrandi et ne possédait à l'origine qu'une seule plateforme de ce type (A5).

  • Tous les ensembles possèdent au moins 2 plates-formes à 2 escaliers.

11Autour de ce modèle pyramide-temple/autel/plates-formes à 4 ou 2 escaliers, chaque groupe s'organise différemment. Les groupes A et B possèdent une structure importante, un jeu de balle, (B1 et A11). Son plan est en I majuscule ; il est fermé et des banquettes sont disposées le long de ses murs longitudinaux. Il est situé à l'écart des grand-places et est en relation avec une grande plate-forme à 4 escaliers (B8 et A9) et un petit autel (B7 et A10). Le groupe B, de plus, possède une pyramide-temple double (B3a et b), caractéristique de cultes introduits par les migrants mexicains.

Figure 9 - MODELE DE BASE DES ENSEMBLES PRINCIPAUX - a) Mixco Viejo, groupe E ; b) Cauinal, groupe C nord ; c) Mixco Viejo. Plan des plates-formes.

Tableau 3 - Mixco Viejo. Structures de base des ensembles monumentaux principaux

12Dans le groupe C, autour du complexe défini plus haut, s'organisent 2 ensembles de petites plates-formes, à l'est C5 à C8 ; à l'ouest C9, 10, 12, 13, 17. Quant au groupe D, relativement isolé, on a vu qu'il ne comprenait pas de plate-forme à 4 escaliers.

13Il existe donc à Mixco Viejo une série de grands ensembles présentant un noyau de structures constant — le modèle type comprenant une pyramide-temple, un autel, une plate-forme à 4 escaliers, des plates-formes à 2 escaliers — autour duquel s'organisent d'autres structures, jeu de balle, petites plates-formes, etc.

2 - ENSEMBLES SECONDAIRES (figure 86)

14Ils comprennent les ensembles C11-C14, C'1 et C'2, Bx1 et Bx2, Bx3 et Bx4, Ax1 et Ax2. Il apparaît plus difficile de regrouper sous un même titre ces ensembles monumentaux, qui ont en commun d'être situés en contre-bas des ensembles principaux, en dehors de murs d'enceinte et de ne pas posséder toutes les structures formant le modèle de base des ensembles majeurs. On peut classer ces ensembles secondaires en 2 catégories :

15• Ensembles comprenant une pyramide-temple et une grande plate-forme.

16Il s'agit de C11-C14 ; Bx3-Bx4 ; Bxl-Bx2. Dans ces 3 ensembles, les pyramides-temples (C11, Bx3, Bx1) ont, comme dans le cas des grands ensembles, leur escalier orienté à l'ouest ; les structures sont accompagnées chacune d'une plate-forme dont la position varie pour chaque groupe. C'est ainsi que la plate-forme à 2 escaliers C14 est située derrière la pyramide-temple C11, la plate-forme à 4 escaliers Bx4 perpendiculairement à Bx3 et la plate-forme Bx2 en face de Bx1.

17Quant à la localisation de ces 3 ensembles, elle est variée : C11-C14 est situé entre les groupes majeurs E et C, Bx3-Bx4, Bx1-Bx2 de part et d'autre du groupe B, en contrebas de celui-ci. On ne peut donc dire que ces groupes avec pyramide-temple et plate-forme accompagnent chaque grand ensemble, ni qu'ils soient - comme on le verra — particulièrement liés à une zone d'habitat.

Figure 10 - MIXCO VIEJO - Pyramides, temples a) Cl ; b) B3 ; c) A'1.

Figure 11 - MIXCO VIEJO - Structures monumentales a) jeu de balle Bl ; b) plate-forme à deux escaliers A3 ; c) plate-forme à quatre escaliers B8.

18• Ensembles comprenant plusieurs grandes plates-formes.

19Ce sont les ensembles Cl et C'2, Ax1 et Ax2. Là encore, on ne retrouve pas de traits constants, ni dans la taille, ni dans la disposition des structures, situées à angle droit pour C1-C'2, en face l'une de l'autre pour Axl-Ax2. De même leur localisation est différente : C1-C'2 occupe un espace entre les groupes majeurs C et B, tandis que Ax1-Ax2 se trouve à l'extrémité occidentale du groupe majeur A. Remarquons qu'aucun de ces ensembles secondaires ne possèdent d"'autels".

20En résumé, on peut seulement conclure qu'il existe 2 sortes d'ensembles mineurs qui doivent correspondre à des fonctions différentes.

B - LES ZONES D'HABITAT

21Pour des raisons qui ont été exposées dans l'introduction générale, on considérera dans ce travail les zones d'habitat en relation directe avec le centre civico-religieux. Sur le plan général de Mixco Viejo (figure 6), ces zones sont caractérisées par la présence de petits rectangles, groupés ou isolés, chacun représentant le soubassement de pierres d'une plate-forme basse de 6 à 8 m de longueur, 3 à 4 m de largeur, 0,50 à 0,70 m de hauteur. Ces plates-formes étaient enfouies sous une épaisse couche de terre végétale mélangée à des niveaux de cendres volcaniques apportées par les vents qui soufflent quotidiennement sur la région. Au total, 82 plates-formes basses ont été mises au jour. Elles se répartissent de la façon suivante :

22Groupe A : 21 plates-formes (Al2 à A29, A31 et A32)

23Groupe Ax : 3 ” (Ax3, 4et5)

24Groupe Bx : 4 ” (Bx5 à 8)

25Groupe C : 9 ” (C8, C15, C16, C19 àC24)

26Groupe Cx : 21 ” (Cx à 21)

27Groupe D : 1 ” (D6)

28Groupe E : 2 ” (E5, E7 à E9)

29Groupe E' : 7 ” (E'1 à 3, E'6 à 9)

30Groupe G : 10 ” (G1 à 10)

31Groupe I : 1 ” (H)

32Groupe L : 2 ” (L1 et 2)

33Toutes ces plates-formes sont de plan rectangulaire, à l'exception de Cl5 en L, C8 en U ; elles comportent parfois une terrasse devant le côté de leur entrée (A20, E'6, Bx5, G9-G10), prolongée le long d'un des petits côtés (A14).

34Il faut ajouter à ces plates-formes nettement délimitées, 7 plates-formes probables, déterminées par la présence de lignes de pierres : 2 à l'ouest de E'2 2 au nord de A19

352 au sud de Al9 1 au nord-est de A18

36et 14 à 19 plates-formes récemment découvertes par A. Ichon et R. Grignon au nord du site (1984 : 111-112)

37Ce qui fait Un total de 105 à 110 plates-formes. Pour compléter ce recensement, j'utiliserai — avec son aimable accord - les notes prises par P. Becquelin en 1961, qu'il a bien voulu mettre à ma disposition.

38Même dans les zones explorées, il peut rester des maisons, car l'exploration a été superficielle (c'est-à-dire : dégagement des structures visibles). On peut doubler le nombre des maisons dans les zones suivantes : E', G, Ax, versant ouest de C, tripler pour les versants ouest et sud de A ; ce qui nous donne pour ces zones 85 maisons. On peut ajouter les hypothèses suivantes : 40 maisons au sud des groupes C et C, 15 pour Bx sud, 20 pour Bx nord, 20 autour du groupe D, 20 pour les groupes K et L, 5 pour le groupe I, 15 entre groupes D et A. Soit 135 maisons selon ces hypothèses, 221 en ajoutant les probabilités précédentes. En additionnant les chiffres obtenus pour les groupes A et C proprement dits (A13 à 18 et C'3 à 5, 9 et 10), soit 11, on arrive à 232 maisons. Ces chiffres sont arbitraires mais s'appuient sur 2 données :

  • densité moyenne des maisons dans les zones explorées ;

  • importance relative des replats permettant l'intallation de maisons.

39Nous proposons donc de retenir le chiffre de 250 maisons probables à Mixco Viejo. Avec une moyenne de 7 personnes par maison, on parvient à 1 750 habitants permanents. C'est-à-dire : "de 1 500 à 2 000" comme ordre de grandeur

40Le mode de répartition de ces plates-formes a été analysé ailleurs : "La grande majorité... se trouve à l'extérieur des murs entourant les ensembles civico-religieux ; ... elles sont cependant dans une position défensive, dans la mesure où des ravins profonds en interdisent l'accès et forment une protection naturelle" (Fauvet 1973 : 148).

41Tenant compte d'autre part des observations de P. Becquelin, on peut noter également que tout l'espace disponible a été utilisé, en particulier les méplats et que certaines zones apparaissent même "surchargées" (groupe A, figure 15). Ainsi, la grande majorité de la population habitait en dehors du centre civico-religieux, dans ses abords immédiats et dans des zones sûres.

42Le nombre des habitants, évalué à partir du nombre de plates-formes, oscille donc autour de 2 000. Ce chiffre trouve sa confirmation indirecte dans un document publié une cinquantaine d'années après la chute de Mixco Viejo. On possède en effet la liste des tributs que devait verser à la Couronne espagnole, le village de Mixco Nuevo où les Pokomam avaient été contraints de s'installer après leur défaite. Cette liste parle de 170 chefs de famille responsables, ce qui donne une population de 170 x 7 = 1 390 personnes. En 50 ans, on est donc passé de 2 000 à 1 400 individus, ce qui correspond assez bien à ce que l'on sait de l'impact de la Conquête sur la démographie locale, où les ravages causés par les maladies nouvellement introduites étaient énormes (voir en particulier McLeod 1982).

C - LES PLATES-FORMES RESIDENTIELLES

43Dans un article paru en 1973, on a présenté en détail les plates-formes A31 et A32. Leurs caractéristiques seront résumées après la présentation détaillée de G10 et avant les données concernant quelques plates-formes fouillées par P. Becquelin.

Figure 12 - MIXCO VIEJO - Zone résidentielle G. Au premier plan G9 ; à droite G8 ; au fond G7 ; à gauche G10.

1 - LA PLATE-FORME G10 (figures 13 et 14)

44Dans la partie nord du site, la zone d'habitat G est située en contre-bas de l'ensemble principal A (auquel ses habitants accèdent par un escalier situé entre les plates-formes G8 et G9) et de l'ensemble secondaire Axl-2. Dix plates-formes ont été relevées dans cette zone. Quatre d'entre elles, G7 à G10, sont disposées autour d'une place (figure 12). Trois ont été fouillées : G8 — située sur une zone de passage moderne était complètement lessivée — G9 et G10. Devant ces deux dernières, situées en bas de pente, une terrasse en pente légère a été aménagée, de 2,50 m de large, limitée vers la place par un mur de pierres rondes de 3 à 4 rangées d'épaisseur, de 0,50 à 0,55 m de hauteur. Devant G9, quelques marches permettent d'accéder au niveau de la place. Sur cette place, une tranchée a été effectuée entre G9 et G7 à la recherche d'un éventuel autel : à une distance de 3,50 m de la terrasse, sous une couche de 0,50 m de terre végétale, est apparue sur le niveau de sable jaune qui était le niveau d'origine de la place, une dalle de micaschiste de 0,62 x 0,45 m posée horizontalement, sous laquelle se trouvait un seul tesson de céramique micacée.

45La plate-forme G10 est adossée au bas de la pente orientale de l'ensemble Axl-2. Son axe longitudinal est nord-sud.

a - STRUCTURES (figure 14)

46Bien conservée dans l'ensemble, la plate-forme G10 était enfouie sous 1 m de sédiment provenant en grande partie d'un éboulement de la pente de Ax. La substructure de plan rectangulaire mesure 7,50 x 3,20 m, 0,40 m de hauteur, soit une surface de 24 m2 environ. Son entrée est à l'est. Creusée en partie dans la pente du groupe Ax, sa partie arrière est protégée des éboulements par un mur de soutènement en gros galets. Elle domine le niveau de la place d'une cinquantaine de centimètres, par une terrasse qui se prolonge devant la plate-forme G9.

47La substructure est formée de dalles de micaschiste et de blocs de pierre ponce équarris, sans liant visible. Le remblai intérieur est composé de sable jaune volcanique mêlé de fragments de pierre ponce. Au milieu du grand côté est qui donne sur la terrasse, 2 dalles de micaschiste marquent le seuil de l'habitation.

48De nombreux fragments de murs en bahareque de la superstructure sont dispersés sur la plate-forme, principalement dans sa partie centrale et septentrionale, quelques fragments également dans l'angle sud-ouest. Ces fragments sont assez loin des bords de la structure et ont une orientation parallèle aux petits côtés de celle-ci, alors que sur A31, ces pans de mur sont parallèles aux grands côtés. A 0,30 m du bord, à la limite des pierres formant la substructure, le long du côté sud et sur une largeur de i ,80 m environ, le long du côté ouest, demeurait la base d'un muret de terre cuite de 1 à 2 cm d'épaisseur, conservé sur 0,10 à 0,25 m de hauteur ; ce même muret se retrouvait de façon beaucoup plus lacunaire dans l'angle nord-ouest de la structure.

49Les éléments permettant de conclure à l'existence d'une charpente de bois ne sont pas très sûrs : seule l'existence de zones brûlées et contenant d'abondants fragments de charbon de bois a pu être notée dans les mètres C8 et CD4, c'est-à-dire dans l'axe longitudinal de la structure. A l'extérieur de la plate-forme, sur la terrasse qui en constitue le prolongement, ont été mis en évidence les trous de 2 poteaux qui devaient soutenir un auvent probablement en chaume. Ils sont situés l'un à 0,75 m, l'autre à 1 m du bord oriental de la plate-forme. L'un (en E7) avait une profondeur de 0,47 m, un diamètre de 0,13 à 0,17 m, l'autre en F3, une profondeur de 0,32 m et un diamètre de 0,10 m ; ils étaient remplis d'un sédiment marron dans un "paysage" de sable jaune.

Figure 13 - MIXCO VIEJO - Le sol de la plate-forme G10.

1 Godet D.68.1.7 4 Récipient D.68.1.76 7 Main de meule D.68.1.9
2 Godet D.68.1.78 5 Récipient D.68.1.77 8 Polissoir D.68.1.11
3 Bassin D.68.1.79 6 Pot forteresse D.68.1.81 9 Figurine en piene ponce D. 68.1.20
Figure 14 - MIXCO VIEJO - La plate-forme G10 a) structures ; b) vestiges.

b - AMENAGEMENT INTERIEUR

50Le quart sud de la plate-forme forme un espace particulier (ABCD2-3) ; celui-ci est limité par un muret d'argile cuite, noté précédemment, muret interrompu vers l'intérieur par un dallage de pierres ponces taillées, de petite taille, sur une largeur de 0,30 m et d'une hauteur de 0,10 à 0,15 m. Le sol de cette zone est formé par une couche de terre cuite de 0,50 à 1 cm d'épaisseur et ne comportait pratiquement pas de vestiges, exceptés quelques tessons. On retrouvera des traces d'un semblable muret dans l'angle opposé de la structure.

51A l'autre extrémité de la plate-forme, c'est-à-dire vers le nord, en position centrale, un foyer est constitué de 3 dalles de micaschiste de 0,08 à 0,10 m de largeur et respectivement de 0,35, 0,45 et 0,60 m de longueur, d'une quinzaine de centimètres d'épaisseur, posées de champ (figure 686). Ces 3 dalles forment un carré ouvert vers l'est ; 2 d'entre elles sont jointives, la troisième est séparée de sa voisine par un espace de 0,05 m (aération ?). Le fond du foyer, galette d'argile cuite, mesure 0,35 m de largeur sur 0,42 m de longueur ; il est situé à 0,10 m du sommet des dalles. Il contient quelques fragments de bois carbonisés, vers sa grande ouverture quelques tessons de céramique de type Mixco Viejo micacé et une petite pierre ponce qui servait peut-être à caler les récipients dans lesquels on cuisait les aliments. Ce type de foyer est connu aujourd'hui pour la cuisson des galettes de maïs (tortillas) sur les plaques circulaires de céramique (comales).

52Il faut aussi mentionner dans cette partie nord de la plate-forme, une série de dalles de micaschiste, certaines isolées (en C8), d'autres groupées (en D et B8). La dalle isolée triangulaire parait en place, car un petit récipient est posé contre elle ; tandis que sous les dalles jointives du mètre D8 il y avait des fragments de mur de bahareque effondré ainsi que des tessons excluant l'hypothèse de leur position in situ malgré leur caractère jointif. En B8, la situation se présente différemment : quelques dalles jointives paraissent en place, limitées vers le nord de la plate-forme par un muret de terre cuite semblable à celui qui existe dans l'autre partie de l'habitation ; sur ces dalles, quelques fragments de mur effondré et une dalle inclinée, celle-là non plus dans sa position d'origine. On trouve également 2 dalles isolées dans les mètres B6-7.

c - VESTIGES (figure 14)

LA CERAMIQUE

53Le travail de reconstitution des poteries brisées n'a pas pu être mené à son terme pour des motifs évoqués plus haut (introduction C - Méthode). Toutefois, on peut avoir une idée du mobilier céramique de cette habitation, sur laquelle on a recueilli 2 267 tessons, en tenant compte notamment du nombre d'anses relevées : 32, correspondant donc à 16 récipients. Considérant le plan de répartition des vestiges (figure 146) sur lequel sont mises en relief les zones de forte densité de tessons, on remarque que les vestiges céramiques sont abondants aussi bien à l'extérieur de la structure, sur la terrasse-auvent, qu'à l'intérieur. A l'extérieur, ils se présentent sur une seule épaisseur et sont regroupés en 6 zones : 4 en face de l'entrée, entre et autour des trous de poteau (E4-5), les 2 autres vers le sud (E2) ; les tessons sont généralement de petite taille, parfois de champ et sur un sol où les taches de charbon sont nombreuses. Une poterie a pu être partiellement reconstituée (D.68.1.76). On a pu identifier les restes de 2 céramiques polychromes et de céramiques Micacées diverses, en particulier de comales. Sur la plate-forme, ces vestiges forment des nappes plus importantes, dans toute la partie centrale (BC4-5-6) et autour du foyer (ABC7-8-9). Ils étaient accumulés sur plusieurs épaisseurs, cassés sur place. Cette disposition correspond dans l'ensemble à ce qu'on avait noté pour A31, (Fauvet 1973 : 155-157), avec une densité particulièrement remarquable dans les zones centrales intérieure et extérieure. On a pu reconstituer (partiellement) les récipients suivants :

    • Un bassin de type Mixco Viejo micacé : D.68.1.79 (CD5).

    • Une moitié de récipient à panse sphéroïde, de même type : D.68.1.76 (DE7).

    • Un fond de récipient à base plate, également de type Mixco Viejo micacé : D.68.1.77 (CD8).

    • Un petit récipient conique (moule ?), en céramique de la variété rougeâtre : D.68.1.78.

      • 1 La nomenclature utilisée est celle de H. Balfet, M.-F. Fauvet-Berthelot, S. Monzon (1983) et la typ (...)

      Une moitié de pot à ouverture étroite1 type Forteresse Blanc sur Rouge : D.68.1.81.

    • Une moitié de pied de vase phalloïde : D.68.1.43.

54Etaient intacts enfin :

    • Une écuelle en céramique Mixco Viejo micacé (CD8).

    • Un godet de même type : D.68.1.17 (B8).

55Cet inventaire donne bien sûr une idée inexacte du mobilier céramique, beaucoup plus abondant et comportant des types déjà connus sur les autres structures. Outre ces récipients, 3 fragments de sceaux en céramique ont été trouvés, l'un sur la structure en A9, portant un motif en S, 3 fois répété, les 2 autres (D.68.1.36-35, figure 28) dans le remblai extérieur sud ; enfin 3 petits disques découpés dans un tesson proviennent des mètres B8, CD4, B5.

LES TEMOINS MINERAUX

56Ils sont représentés par des instruments, un objet de parure, une sculpture et des témoins minéraux bruts. Servant à la mouture du maïs, une main de meule parallélépipédique en pierre volcanique grise, poreuse D.68.1.9 (B8, contre une dalle). Un petit polissoir en pierre gris-blanc (figure 29c) D.68.1.11 (B6), présente sur une grande et une petite faces des traces d'usure qui semblent bien correspondre aux traces que laisserait le polissage de petites lames d'herminette ; sur l'autre grande face, 2 petits trous coniques, traces d'une opération de forage d'un matériau qui pourrait être de la coquille. Dans la zone A7-B7, un fragment distal de petite lame d'herminette en pierre volcanique. On trouve sur G10 quelques outils d'obsidienne : 2 grattoirs, l'un sur gros éclat (C5-D5), l'autre sur éclat moyen (CD7) et 2 pointes de flèche bifaciales triangulaires (B5-D3) ainsi qu'un certain nombre de lames utilisées brutes (C8-9, B8-9, CD7, A7-B7, C5-D5) et d'éclats. Enfin, je ne sais où classer un fragment oblong en grès (D.68.1.57). Une petite sculpture en pierre ponce représentant un personnage stylisé provenait du remblai extérieur du mur sud (D.68.1.20) (figure 29b).

  • 2 Analysée ainsi par L. Courtois "très légère, issue de la décomposition d'une roche et présentant de (...)

57Il faut ajouter à ces témoins minéraux façonnés, des témoins minéraux bruts. On retrouve un certain nombre de petits galets de rivière, ovoïdes, de 4 à 10 cm de long, 4 à 6 cm de large et 2 cm d'épaisseur, dans les mètres CD7 et 8 et à l'extérieur en F6, présentant des marques de polissage d'usure. Outre ces galets, dans le mètre CD4 étaient regroupés des petits fragments d'un matériau gris-vert, friable, au toucher savonneux qui a été identifié comme du talc. Ce témoin brut, mis en relation avec la mise au jour, dans ce même groupe G, à proximité de G7, d'une zone d'exploitation de l'argile2, a permis d'étayer l'hypothèse de la fabrication locale de certaines céramiques. Le talc en effet est employé, encore aujourd'hui, pour le lissage des récipients, en particulier des comales, notamment à Mixco Nuevo. C. Arrott a observé les potières de ce village, lorsqu'elles fabriquaient ces comales.

Une fois moulé, le comal est mis à sécher à l'ombre pendant une journée puis, pour lui donner une apparence de qualité, on frotte sur la "figure" du comal un talc bien moulu et mélangé d'eau jusqu'à l'obtention d'une crème épaisse dans laquelle les particules de talc ne sont pas dissoutes mais se maintiennent en état de suspension. La raison pour laquelle on enduit ainsi le comal est d'éviter que la tortilla, lors de sa cuisson, ne colle. L'application de cette crème est décrite par elles [les potières], comme donner "tez" ou "betún" au comal ; tandis qu'en Quiché ou dans le dialecte Pokomam le matériel s'appelle cascaguin ou siquigin.
Le talc n'adhère pas à l'argile. C'est pourquoi il est nécessaire de forcer la pâte de talc à pénétrer. Cela est obtenu avec une petite pierre arrondie de la taille d'un oeuf de poule, que l'on trempe dans le bain de talc puis que l'on frotte sur la surface du comal. Cela demande attention et patience. Parce que sur le marché, le résultat de cette opération est l'objet d'un examen soigneux (Arrot 1967 : 70).

2 - LA PLATE-FORME A31 (figures 16-18, 23) (Fauvet 1973 : 153-160)

58Elle est située à l'extrémité nord du groupe A (figure 15), rectangulaire, elle mesure 8,20 x 3,18 m soit une surface de 24 m2 environ, comparable à celle de G10, son entrée est à l'ouest. Sa substructure est formée de dalles de micaschiste et de pierre ponce équarries. Aucune trace de la superstructure ne subsistait. L'aménagement intérieur de la plate-forme comprenait au sud une zone dallée de 1,20 m de large, sans vestiges, une petite banquette et vers le nord, à gauche de l'entrée, un foyer formé de 7 gros galets de rivière.

1- Pyramide-temple ; 2, 3, 4, 6, 8- Plates-formes à 2 escaliers ; 5, 9- Plates-formes à 4 escaliers ; 11-Jeu de balle ; 7- Autel ; 12 à 23, 31 à 33-Plates-formes d'habitation.
Figure 15 - MIXCO VIEJO - Plan du groupe A,

Figure 16 - MIXCO VIEJO - Le sol de la plate-forme A31 vu du sud.

Figure 17 - MIXCO VIEJO - La plate-forme A31 a) structures et vestiges céramiques ; b) poteries reconstituées.

Figure 18 - MIXCO VIEJO - La plate-forme A31. Témoins minéraux.

59Un abondant matériel a été relevé sur la plate-forme et devant son entrée : la céramique était représentée par 3 470 tessons réparties en plusieurs zones (figure 17a), tessons à partir desquels 14 récipients ont pu être reconstitués (figure 176 et tableau 6). Le matériel lithique (figure 18) comprenait, devant la maison une meule et une molette de pierre volcanique grise, sur la plate-forme, dans la zone centrale des objets de parure (perles) finis et en cours de fabrication, des cristaux de grenat près du foyer et des galets de rivière regroupés le long du mur oriental de la structure.

3 - LA PLATE-FORME A32 (figures 19 à 23) (Fauvet 1973 : 160-167)

60Voisine de A31 (figure 15), rectangulaire, elle mesure 7,30 x 3 m soit une surface de 22 m2 environ, son entrée est à l'est. Sa substructure est formée de dalles de micaschiste équarries comme celle de G10. Elle a été construite en partie sur une plate-forme antérieure de même type, orientée différemment. De sa substructure subsistait de nombreux fragments de murs de bahareque effondrés sur place (figures 19 et 22). A l'intérieur vers le sud, on a noté un foyer du même type que celui de A31, formé de 4 gros galets.

61Les vestiges, beaucoup moins abondants que sur la plate-forme voisine comprenaient 842 tessons correspondant à 11 récipients, la plupart à pâte fine (figure 21). Quant aux témoins minéraux, rares, ils consistaient en un dépôt de 35 fragments d'obsidienne (figure 206).

62Ces 2 plates-formes voisines ne semblent pas avoir une même fonction. Si l'on peut affirmer la vocation domestique de A31 (présence d'un foyer, d'instruments de mouture, de céramiques culinaires), A32 paraît avoir joué un rôle différent et a été interprétée comme "une annexe des grands monuments du groupe A, un lieu où l'on conservait les objets destinés aux cérémonies religieuses..." (Fauvet 1973 : 167).

4 - LES PLATES-FORMES G9, A14, E'6 et E'7

63En 1961-1962, P. Becquelin a fouillé 3 plates-formes, G9, A14, E'6.

LA PLATE-FORME G9

64Située dans le groupe G, perpendiculairement à G10 (donc orientée est-ouest), on a vu qu'elle était bordée d'une terrasse limitée par un mur de soutènement. De plan rectangulaire, elle mesure 10,25 x 4 m (soit une surface de 41 m2, nettement supérieure à celle des 3 plates-formes déjà présentées, dont la surface oscillait entre 22 et 24 m2) et à une hauteur de 0,50 m. Une marche de 8 m de longueur borde son côté nord, côté de son entrée. Dans la partie est, un petit mur intérieur de 1 m de long, orienté nord-sud. Une plaque de terre brûlée, aux contours irréguliers, est visible au nord-est. Quelques fragments de bois brûlé ont été notés au sud-ouest et au centre de la plate-forme.

Figure 19 - MIXCO VIEJO - La plate-forme A32 vue du sud. Au premier plan A5.

Figure 20 - MIXCO VIEJO - La plate-forme A32. Structures et témoins minéraux.

Figure 21 - MIXCO VIEJO - La plate-forme A32 a) vestiges céramiques ; b) poteries reconstituées.

Figure 22 - MIXCO VIEJO - La plate-forme A32. Vues de détail a) iragments de mur de bahareque et bol tripode Chinautla Polychrome (B4) ; b) bol tripode Forteresse Blanc sur Rouge (B3).

Figure 23 - MIXCOVIEJO - Les plates-formes A31 (à gauche) et A32.

65Les vestiges sont répartis en larges nappes sur toute la structure, sauf dans son quart sud-est où le mur intérieur semble marquer une limite. Ils sont particulièrement denses au nord-est. Neuf récipients ont été reconstitués : (figure 24b)

  • 3 jarres D.62.7.107, 109, 108, de type Mixco Viejo micacé. La première s'appuyait contre le mur intérieur et s'est brisée vers le bord de la plate-forme, la deuxième en était proche, à proximité de la plaque de terre brûlée, quant à la troisième, elle se trouvait de l'autre côté de l'entrée, vers le nord.

  • 4 pots à ouverture large : D.62.7.110, au décor peint et aux anses en tête de félins de type Chinautla polychrome, situé à proximité des jarres 107 et 109. Il semble qu'il s'agisse d'un récipient réutilisé après que le col en ait été supprimé (ouverture très érodée). Les récipients D.62.7.106 et 112 de type Mxco Viejo micacé étaient groupés dans la partie ouest et le D.62.7.113 en céramique de type Mixco Viejo Brun, était posé sur la marche extérieure.

  • 1 pot à ouverture étroite D.62.7.111, de type Forteresse Blanc sur Rouge provient de la même zone que les jarres 107, 109 et que l'autre récipient polychrome (110). De cette même zone provient une écuelle en céramique Mixco Viejo micacé D.62.7.114. Des fragments de comales ont été notés, mais aucun n'a pu être reconstitué. Deux objets de céramique, un sceau (remblai extérieur nord) D.62.7.19 et un manche d'encensoir (zone centrale) ont été mis au jour.

66Il y a donc 5 récipients (2 jarres, 2 pots polychromes, une écuelle) regroupés au nord-est sur une surface relativement restreinte, limitée par le mur intérieur et la plaque de terre brûlée ; 3 récipients (1 jarre, 1 pot à ouverture large, 1 pot à ouverture étroite) au nord-ouest et une seule céramique à l'extérieur de la structure (mais il n'est pas sûr que la terrasse ait été entièrement fouillée).

67L'industrie lithique est représentée par 5 lames d'obsidienne et une pointe (MV62-96). Une pierre à surface légèrement polie située dans le quart nord-est de la structure entre l'extrémité du mur intérieur et la plaque de terre brûlée a été interprétée par P. Becquelin comme une pierre à moudre.

68La plate-forme G9 présente un certain nombre de traits originaux, si on la compare aux 3 plates-formes déjà décrites :

  • Sa taille est inhabituelle,

  • Elle comporte un mur intérieur longitudinal,

  • Elle ne dispose pas de structure de combustion construite.

  • Son mobilier est disposé non plus en position centrale, mal près des angles. Il comprend 3 exemplaires d'un type de récipient, la jarre, qui n'avait été trouvée qu'à un seul exemplaire et à l'extérieur des plates-formes A31 et A32.

69Tous ces éléments seront pris en compte pour une interprétation de la structure.

LA PLATE-FORME A14 (figures 15, 25 et 26 a)

70L'une des plates-formes intra-muros, elle est située à proximité de A31 et A32 (mises au jour en 1966). De plan rectangulaire elle mesure 9,85 m de long et 4 m de large (soit une surface de presque 40 m2 comparable à celle de G9). Elle comporte le long de l'un de ses petits côtés et se prolongeant sur les 3/4 du grand côté de l'entrée probable, une terrasse de 1,50 m de large environ limitée par un muret de pierres. Toute la partie est de la structure est très érodée. Sur le plan de la structure (figure 25), on remarque une ligne de pierres, intérieure, parallèle aux grands côtés, située à 1 m environ du bord sud-ouest, qui s'étend sur 7 m de longueur, lacunaire sur 1,50 m. Entre cette ligne et le bord de la plate-forme dans l'angle sud-ouest, on note quelques pierres éparses. Des restes d'un sol d'argile cuite sont visibles sur la structure, au nord et au nord-ouest. Une tache de terre mélangée de charbons de 0,75 sur 0,50 m est située au niveau du mur intérieur, dans la zone lacunaire.

Figure 24 - MIXCO VIEJO - La plate-forme G9 a) structures et vestiges (d'après P. Becquelin) b) poteries reconstituées.

71Les vestiges sont répartis sur toute la surface non érodée. Dans la partie ouest, P. Becquelin note que "jarres et comales sont brisés sur place, sur une épaisseur de 0,30 m". Le plan montre également 3 nappes de vestiges céramiques disposées autour de la tache de terre mélangée de charbons. Sur la terrasse quelques tessons ont été récoltés. Huit récipients ont pu être reconstitués entièrement ou partiellement, tous sauf un, en céramique de type Mixco Viejo micacé :

  • 4 jarres ; D.62.7.94, qui est décorée à la base du col d'un petit singe en relief ; D.62.7.95, la plus grande, au volume estimé de 110-115 litres ; D.62.7.98, D.62.7.100.

  • 1 pot à ouverture large, D.62.7.93.

  • 2 fragments de pots, D.62.7.96 et 97 auxquels il faut ajouter un petit bol tripode peint crème sur fond brun de type Forteresse, D.62.7.118 situé dans la partie nord-ouest, le long du mur intérieur.

72L'obsidienne est représentée par une pointe losangique (à l'ouest), un gros éclat (au sud-ouest), 3 lames dans le remblai extérieur. Dans ce même remblai, on a trouvé une petite pierre à moudre.

73Cette plate-forme, malgré son mauvais état de conservation présente un certain nombre de traits qui la différencient des structures A31, A32, G10 et la rapprochent de G9 :

  • Ses dimensions,

  • Un mur intérieur longitudinal.

  • Des vestiges très dispersés sur la plate-forme, peu abondants sur la terrasse,

  • La présence de 4 jarres.

74Avec G9 et A14, on se trouve en présence de deux structures de même nature, dont la fonction est apparemment différente de celle des plates-formes A31, A32 et G10.

75Les plates-formes E'6 et E'7 sont situées à l'autre extrémité du site, à l'ouest, du côté de son entrée d'origine.

LES PLATES-FORMES E'6 ET E'7

76Situées dans un groupe formé d'une douzaine de plates-formes (E'1 à 3, 6 à 9, 19 à 24) (figure 6), les structures E'6 et E'7 sont adossées à la base du mur de soutènement oriental de l'ensemble principal E. Leur orientation est nord-sud.

LA PLATE-FORME E'6 (figure 25)

77De plan rectangulaire, elle mesure 8,40 x 3,95 m (soit une surface de 32 m2 environ) et comporte le long de son côté est une terrasse limitée par une bordure de pierres de 1,60 m de large. De la superstructure ne subsiste qu'un fragment de mur de bahareque, au nord-ouest. Une ligne de pierres est visible le long du mur sud, se prolongeant sur 1 m à 1,50 m le long des murs ouest et est. A l'ouest, une large tache de terre brûlée apparaît sous les vestiges. Dans l'angle sud-est de la plate-forme, une structure circulaire de 1,50 m de diamètre en terre cuite, de 2 à 3 cm d'épaisseur, a été mise au jour. A l'autre extrémité, au nord-ouest, 2 petits boudins de terre cuite bordent une grande dalle. Il s'agit, pour P. Becquelin, de la zone du foyer.

Figure 25 - MIXCO VIEJO - Plates-formes a) A14 ; b) E'7 ; c) E'6 (d'après P. Becquelin).

78Les vestiges sont très abondants autour de la "zone du foyer", où un comal apparaît brisé sur place. De cette zone proviennent 4 récipients en céramique de type Mixco Viejo micacé :

  • 2 pots à ouverture large (D.62.7.102 et 105).

  • 1 pot à ouverture étroite (D.62.7.103).

  • 1 marmite asymétrique, dite "vase-chaussure" (D.62.7.104).

79Deux moitiés de pot ont pu être reconstituées avec des tessons situés dans la partie est de la plate-forme (D.62.7.101 et 10). De nombreux tessons étaient regroupés dans l'angle sud-est de la terrasse : aucun récipient n'a pu être reconstitué.

80L'industrie lithique est représentée par une lame d'herminette provenant de la zone centrale et par une pointe d'obsidienne. Deux lames cassées ont été notées au voisinage des boudins de terre cuite (nord-ouest) et des lamelles à l'est. Cette plate-forme, par sa taille et son type de vestiges peut se comparer aux structures A31, A32 et G10. Toutefois, elle s'en différencie par la présence d'une structure circulaire de terre cuite, située dans une zone pauvre en vestiges. Cette zone est située au sud de la plate-forme. Sur A31 et G10, c'est également au sud que l'on trouvait un espace aménage, sans vestige.

LA PLATE-FORME E'7 (figure 25 et 266)

81Voisine de la précédente, dont elle n'est séparée, au nord, que par un espace de 0,75 m, la structure E'7 ne comporte pas de terrasse. Rectangulaire, de taille inhabituelle, elle mesure 5,40 x 3,40 m (soit une surface de 19 m2). Aucune trace de superstructure n'a été notée. Un lambeau de terre brûlée est visible à l'est.

82Les vestiges sont concentrés dans la partie nord-est de la structure ; quelques tessons épars se notent également en bordure de la structure. Aucun récipient n'a été reconstitué. Un fragment d'encensoir à manche avec décoration moulée a été relevé en bordure du mur ouest.

83Sur la structure, le long de la bordure sud, des fragments d'obsidienne ont été mis au jour, tandis que dans le remblai extérieur ouest on a relevé un nucléus et une lame. Cette petite structure n'entre ni dans la catégorie des plates-formes d'habitation A31, A32, G10 ou E'6, ni dans celle des grandes structures abritant de grandes jarres comme A14 et G9. Aucune trace de structure de combustion n'apparaît, aucun aménagement encombrant. Sa proximité d'E'6 fait poser le problème de sa relation avec cette structure.

5 - AMAS DE DETRITUS

84Afin de compléter les informations apportées par le décapage des structures domestiques, on a fouillé, en stratigraphie artificielle, un amas de détritus situé en contre-bas du groupe C, à proximité de la petite plate-forme Cx21 (figure 6).

Figure 26 - MIXCO VIEJO - Plates-formes a) A14 ; b) E'7.

Tableau 4 - Mixco Viejo. Contenu d'un amas de détritus

85Les niveaux artificiels étaient établis tous les 10 cm, sauf pour le premier niveau (0-0,20 m), qui avait été bouleversé lors de la prospection.

86Sur 1,50 m de longueur et 0,80 m de largeur environ, les détritus avaient été accumulés sur à peu près 0,80 m d'épaisseur, mêlés au sable volcanique et petits fragments de pierre ponce qui forment le sol naturel de la colline.

87Dans le tableau 4, les vestiges sont regroupés par matière : céramique, obsidienne, pierre, os d'animaux. A partir de ce tableau, il est possible de faire quelques remarques :

    • La présence de traces cendreuses pourrait amener à conclure que les vidanges des foyers étaient jetées avec les autres détritus.

    • Les pierres de foyer, devenues inutiles, sont également mises à la poubelle.

    • L'abondance des fragments de comales, plaques de céramique utilisées plusieurs fois par jour pour la cuisson des galettes de maïs, peut s'expliquer par leur fragilité. Peu épais pour permettre leur chauffage rapide, larges (environ 0,40 m de diamètre), ils sont de manipulation délicate et ont tendance aujourd'hui à être remplacés par des plaques de tôle.

    • La présence d'un objet "raté" - le hochet à tête d'animal écrasée peut-il permettre de supposer qu'il a été fabriqué sur place ?

    • L'abondance des vestiges d'obsidienne tend à prouver que c'était une matière facile à se procurer. Il n'apparaît pas d'économie dans son utilisation, même si la majorité des fragments sont cassés. On se souvient qu'il existe un gisement d'obsidienne tout proche, à San Martin Jilotepeque.

    • Enfin la présence de vestiges osseux (qui n'ont pu hélas être analysés) permet de mieux préciser la diète des Mayas-Pokomam. Il aurait été intéressant de savoir s'il s'agissait d'un animal domestique (chien) ou chassé (cervidé, par exemple).

88En conclusion, le contenu de cet amas de détritus permet de mettre en évidence certains aspects du mode de vie quotidien et de voir la relation que les habitants d'un lieu établissent avec leurs objets domestiques.

6 - ANALYSE

89L'analyse de ces 5 petites plates-formes auxquelles on peut ajouter A31 et A32 apporte des données sur la façon dont vivaient les Mayas-Pokomam de Mixco Viejo :

    • Ils n'habitaient pas au niveau du sol naturel mais dans un espace construit à 0,30 ou 0,50 m au-dessus de ce niveau.

    • Ils utilisaient la pierre (gros galets bruts, dalles de micaschiste,blocs de pierre ponce taillés), pour la construction de murettes limitant les soubassements, de plan rectangulaire, de murs intérieurs, de dallages, de foyers et pour d'autres éléments d'aménagement intérieur, dont nous n'avons pu déterminer la fonction.

    • Les superstructures étaient construites en bahareque (clayonnage recouvert de torchis) ou dans un matériau périssable (tiges de maïs accolées, par exemple),amarrées à une charpente de bois dont les seuls témoins sont négatifs : trous de poteau, traces d'incendie.

    • Le toit était également en matériau périssable léger, probablement d'origine végétale.

    • Les plates-formes sont de dimensions diverses

90໐ Petite E'7 : 5,5 x 3,4 m

91໐ Moyenne A31 : 8,20 x 3,18 m

92A32 : 7,30 x 3 m

93G10 : 7,50 x 3,20 m

94E'6 : 8,40 x 3,95 m

95໐ Grande A14 : 9,90 x 4m

96G9 : 10,25 x 4m

97et présentent des aménagements externes :

98Marche (G9), terrasse devant le côté de l'entrée (G9, G10, E'6) ou sur 2 côtés (A14) (figure 9c).

99L'aménagement intérieur comprend :

  • Des murs longitudinaux (A14, G9).

  • Des banquettes (A31).

  • Des dallages, dans la partie sud des plates-formes, dans des zones sans vestige (A31, G10) pouvant correspondre à une aire de repos ou "espace retiré" (Leroi-Gourhan et Brézillon 1972 : 250).

  • Des structures de combustion de types différents :

100limitées par des gros galets (A31, A32)

101limitées par des dalles (G10)

102constituées d'une galette d'argile (E'6).

103• Les occupants de ces plates-formes, disposaient d'un matériel céramique et lithique varié.

104En céramique on a pu reconstituer 10 formes de récipients :

  • Des jarres d'une contenance de 20 à 110 litres, en céramique de type Mxco Viejo micacé (figure 27).

  • Des pots à ouverture large, en céramique de type Mixco Viejo micacé (figure 27).

  • Des pots à ouverture étroite, en céramique de type Mixco Viejo micacé et polychrome de type Chinautla, Mixco Viejo et Forteresse (figure 27).

  • Des bassins en céramique Mixco Viejo micacé (figure 27).

  • Des plaques ou comales en céramique Mixco Viejo micacé (figure 27).

  • Des écuelles, en céramique Mixco Viejo micacé.

  • Des marmites asymétriques, dites "vase-chaussure" en céramique Beige tulipe et

  • Mixco Viejo micacé (figure 28).

  • Des godets, simple et double, en céramique Mixco Viejo micacé (figure 28).

  • Des bols tripodes peints polychromes Chinautla et Forteresse (figure 28).

  • Des encensoirs à manche et récipient moulé en céramique beige.

  • 3 Rappelons qu'on a trouvé dans le groupe G un gisement d'argile exploité anciennement, indice d'une (...)

105Il est possible de déterminer avec une bonne probabilité la fonction de certains de ces récipients : jarres pour la conservation de l'eau ou d'aliments, pots pour le transport, pots, marmites asymétriques et plaques pour la cuisson d'aliments liquides et en pâte, bassins pour les opérations de trempage, bols tripodes peints et encensoirs en relation avec des activités religieuses. Dans ce même matériau, étaient également fabriqués des petits sceaux à manche, en céramique Micacée ou beige, ainsi que des figurines anthropomorphes3.

Figure 27 - MIXCO VIEJO - Types de récipients en céramique a) jarres et pots à ouverture étroite ; b) plaque (comal) ; c) bassin : d) pots à ouverture large.

Figure 28 - MIXCO VIEJO - Types de récipients en céramique a) marmite asymétrique ; b) godets ; c) bols tripodes ; d) sceaux en céramique.

106Tous ces types de récipients ne se retrouvent pas dans les mêmes proportions sur chaque plate-forme. C'est là un des éléments permettant d'émettre des hypothèses sur la fonction de plates-formes structurellement comparables.

107Le matériel lithique comprenait :

  • Des instruments de mouture, en pierre volcanique grise : pierre à moudre ovale sans pied, mains de meules parallélépipédiques.

  • Des outils en pierre volcanique verte : lames de petites herminettes, ciseaux,

  • Des outils en obsidienne : grattoirs sur éclat, pointes de flèches triangulaires, lames utilisées brutes,

  • Des objets de parure (perles) en pierre dure verte et blanche.

  • Des objets bruts : galets ovoïdes montrant des traces de polissage d'usure, cristaux de grenats, fragments de talc.

108Dans les tableaux 5 et 6, le matériel relevé sur chaque plate-forme a été regroupé. On peut remarquer qu'il n'est pas le même pour chaque structure ; ces variations permettent des interprétations sur les fonctions différentes de ces plates-formes, présentées plus loin. Les zones de répartition des vestiges présentent des caractères constants, en relation avec la dimension des structures.

109Sur les plates-formes de taille moyenne, les vestiges sont groupés autour d'un foyer situé latéralement par rapport à l'entrée ainsi que dans la zone centrale. Devant ces plates-formes, dans un espace limité (terrasse) ou non limité, on trouve également des vestiges dans une zone centrale.

110Sur les plates-formes de grande taille, les vestiges sont groupés, selon un axe longitudinal, sur toute la moitié de la structure la plus proche de l'entrée. A l'extérieur, même s'il existe une terrasse, ils sont rares.

111Avec les données fournies par les fouilles présentées ici, nous commençons à avoir une image assez précise sur le mode de vie, les activités techniques, le régime alimentaire, l'organisation de l'espace domestique de cette population paysanne.

112En nous aidant de documents écrits, nous tenterons de saisir également l'organisation interne de Mixco Viejo, le rôle des ensembles principaux et secondaires, leur relation avec les zones d'habitat, après avoir présenté les sites de Cauinal et Pueblo Viejo-Chichaj.

1. Devant la plate-forme
2. Partiellement reconstitué, ouverture impossible à définir
x Présence notée mais nombre non défini
Tableau 5 - Mixco Viejo. Mobilier céramique

* Remblai extérieur
x Présence notée mais nombre non définiTableau
6 - Mixco Viejo. Mobilier lithique

Figure 29 - MIXCO VIEJO - a) ébauches et perles de pierre ; b) figurine en pierre ponce ; c) polissoir.

Figure 30 - MIXCO VIEJO - a) ciseaux et outil de polissage ; b) obsidienne ; c) ébauches et perles de pierre (A31) ; d) galets (A31) ; e-f) cristaux de grenat (A31) ; g-h) fragment de mur de bahareque (A32) ; i) tessons avec empreinte de vannerie.

CAUINAL

113Etablissement le plus important de la vallée moyenne du río Chixoy, dans les Hautes Terres septentrionales, à la limite des départements du Quiché et de l'Alta Verapaz, Cauinal est l'un des rares sites protohistoriques situé en fond de vallée (figure 31). Il comprend un centre qui occupe, à 800 m d'altitude, 2 terrasses fluviatiles de part et d'autre du río Cala ou Blanco et des petits établissements périphériques échelonnés sur 4 kilomètres, le long de la rivière, en amont et en aval de ce centre ainsi que quelques petits sites stratégiques situés sur les hauteurs.

114Le site fut visité en 1856 par l'abbé Brasseur de Bourbourg, curé de Rabinal, qui en laissa une description enthousiaste, parlant dans son Histoire des Nations civilisées du Mexique et de l'Amérique Centrale, des "nobles ruines de la cité de Cawinal". Dans les années 1950, un inspecteur guatémaltèque des Monuments, G. Espinosa, releva le plan du site (aujourd'hui perdu) et établit un gardien. En 1973, J. Fox de l'université d'Albany, réalisa un plan sommaire du site, publié dans son ouvrage Quiché Conquest (1978). De 1978 à 1981, une équipe d'archéologues franco-guatémaltèque réalisa plusieurs campagnes de fouilles dans le cadre d'une opération de sauvetage, toute la zone devant être inondée à la suite de la construction du grand ensemble hydro-électrique “rîo Chixoy”.

115Le nom de Cauinal apparaît dans 4 documents indigènes du xvie siècle : le Popol Vuh, le Titulo de los Senores de Totonicapan et "titres" moins connus, le Titulo C'oyoi et le Titulo Nijaib II.

116Les textes parlent de migrations des Mayas-Quiché qui auraient quitté leur première capitale Jacawitz et se seraient installés pour un temps à Cauinal où ils auraient trouvé un autre groupe déjà en place, les Agaab. Ainsi dans le Popol Vuh, on lit que les Quiché "abandonnèrent leur première ville... Hacavitz, arrivèrent et fondèrent une nouvelle ville Chi Q'ix... ils eurent des filles et des garçons... et leur ville se divisa, il y eut Chi Q'ix, Chi Chaq, Humeta Ha, Kulaba et Kavinal “(Cauinal) (1971 : 221). Plus précis, le Titulo de los Senores de Totonicapan mentionne l'existence des Agaab” De Chi-Humet ils parvinrent à Culba-Cuinal. Là ils construisirent leurs maisons... c'est là qu'ils rencontrèrent ceux qu'on appelle les Agaab" (1950 : 229). Grâce au Titulo C'oyoi, on connaît le type de relations qu'entretenaient ces Quiché nouveaux arrivants et les Agaab déjà installés là. "Alors ils arrivèrent à Jumetaja Culba Cauinal... ils bâtirent leurs maisons... ils rencontrèrent aussi le chef des Ak'aab de Cawinal... ils lui payaient tribut" (Carmack 1973 : 291). Enfin, dans le Titulo Ni jaib II, le chef quiché Izquin Cavec Nijaib arriva à "Cauinal où il y avait des émeraudes et des joyaux... s'y installa et les joyaux furent volés" (Recinos 1957 : 111). Plus question ici de payer tribut ! Le type de relation s'est inversé.

117Avec ces quelques données issues de textes anciens, des fragments de l'histoire de Cauinal nous sont révélés. Ce site, d'origine Agaab, a connu une longue occupation quiché. Il semble que les Quiché ont été tour à tour vassaux (ils payaient tribut) ou seigneurs lorsqu'ils volaient les biens des Agaab. Histoire complexe que les fouilles ne révèlent pas toujours – même si elles nous donnent des informations précises sur l'organisation spatiale et par là même, sociale – de ces groupes mayas.

Figure 31 - CAUINAL - Vue générale. Au premier plan, le groupe C ; au fond, le groupe A et la zone d'habitat A'.

118Dans un paysage très aride, au climat subtropical favorisant une végétation d'épineux et de rares pins, Cauinal est donc situé au bord du río Cala. Cette rivière n'est pas navigable. Aujourd'hui, en saison sèche, elle est franchie à gué, en saison des pluies, sur des radeaux précaires de calebasses juxtaposées.

119Le site comprend 300 structures environ formant 4 ensembles monumentaux, 2 sur chaque rive, chacun flanqué d'une zone d'habitat (figures 31 et 32). Le site a connu — sur sa rive sud — une courte occupation au Préclassique et au Classique ancien. Puis, pendant dix siècles, l'endroit fut abandonné, jusqu'à ce que, au Postclassique récent, Agaab puis Quiché vinrent s'installer sur les 2 rives de l'affluent du río Negro. Pour cette dernière période, 2 phases d'occupation ont été mises en évidence, 1 a deuxième phase "coïncidant avec l'apparition de changements importants dans l'architecture, dans l'organisation des centres cérémoniels et probablement aussi dans les croyances religieuses" (Ichon 1979 : 7).

120On parlera ici du site dans sa phase ultime — correspondant à une occupation quiché – pour pouvoir mettre en relation, sans équivoque, ensembles monumentaux et zones d'habitat.

121Les matériaux de construction sont d'origine locale : tuf volcanique, galets ou blocs de calcaire dolomitique, briques d'adobe fabriquées avec les sables argileux de la terrasse fluviatile, sables également utilisés comme liant. Quant au stuc, qui couvre la surface des grandes places et les monuments, il était fabriqué sur place à partir de la chaux obtenue en chauffant le calcaire dolomitique du cerro del Campamento voisin.

A - LES ENSEMBLES MONUMENTAUX (figure 32)

1 - ENSEMBLES PRINCIPAUX

122Au nombre de 4 (groupes A et B sur la rive est, groupes C nord et C sud sur la rive ouest), ils sont constitués de structures comportant généralement un ou plusieurs escaliers sur leurs 4 côtés (ou sur 3 de leurs côtés pour les longues plates-formes). Ces escaliers sont bordés de rampes au profil en talud-tablero. Ils n'étaient fonctionnels que sur un seul côté. Les substructures sont construites en gradins (de 2 à 6) de 2 m de hauteur moyenne. Leur remblai intérieur de gros blocs est lâche. Les superstructures sont généralement en gros blocs d'adobe et petites dalles de tuf qui ont bien résisté au temps.

123De plan rectangulaire, ces constructions comportaient sur le côté de leur entrée (donnant sur les places) un certain nombre de piliers en maçonnerie dont certains portaient encore des restes de peinture sur stuc, polychromes, sur leurs faces externes (A2, A6). Aucune trace de toit n'a été relevée.

124L'aménagement intérieur de toutes ces structures est très uniforme – on le retrouvera également sur les plates-formes résidentielles. Il comprend une banquette d'une soixantaine de centimètres de hauteur et de 1,50 à 2 m de largeur, construite selon la même technique que les substructures en adobe ou en petites dalles avec un remblai de pierres, puis stuquée sur une mince pellicule d'argile cuite. Elle occupe le mur du fond et les murs latéraux, interrompue en face de l'entrée pour laisser place à une petite structure cubique, l'autel ; au pied duquel on a retrouvé parfois un encensoir (C3). A de rares exceptions près, tels des foyers formés par un cercle de pierres noyées dans de l'argile (A10), il n'existe aucun autre vestige d'aménagement intérieur – ce qui, ajouté à la rareté des vestiges céramiques ou lithiques – ne facilite pas l'interprétation de ces structures.

Figure 32 - CAUINAL - Plan du site.

Figure 33 - CAUINAL - Groupe A a) "maison du conseil" A2 ; b) pyramide Al et "maison longue" A12.

125Les 4 ensembles monumentaux (A, B, C nord et C sud) organisés autour d'une place, sont orientés pour leur axe longitudinal, nord-est–sud-ouest. On peut observer à Cauinal un modèle de base d'organisation des ensembles monumentaux. Il comprend :

  • Une pyramide-temple, d'une hauteur de 6 m minimum, située soit au nord, soit au sud de la place, portant à son sommet un édifice dont l'entrée est située soit à l'est, soit à l'ouest (figure 9b).

  • En face de cette structure, orientée de la même façon, une grande plate-forme de 1,20 à 1,50 m de hauteur et dont la longueur est inférieure à 3 fois la largeur, comportant 1, 2 ou 4 escaliers (figure 33a).

  • Entre ces 2 structures, une petite construction carrée, l'"autel".

  • Enfin, à angle droit des précédents, une longue plate-forme, de 2,50 à 3 m de hauteur et dont la longeur est 4 à 5 fois supérieure à la largeur, comportant 4 ou 6 escaliers (figure 33b).

126Les 4 ensembles construits sur ce modèle de base (figure 9b) s'ils sont identiques en nature sont d'importance inégale. L'un d'entre eux, le groupe A est plus considérable que les autres, à la fois par la dimension des structures qui le composent, leur nombre et la présence de l'unique jeu de balle et de murs fermant la place où il est construit. On remarque donc une certaine hiérarchie parmi les ensembles, que l'on tentera d'expliquer au moment de l'interprétation du site. On a regroupé dans le tableau 7 les structures de base formant les ensembles monumentaux principaux.

Tableau 7 - Cauinal. Structures de base des ensembles monumentaux principaux

2 - LES ENSEMBLES SECONDAIRES (figure 34)

127Faisant partie de ce que A Ichon a appelé le "grand Cauinal", ces ensembles secondaires s'échelonnent le long de la rivière sur 4 kilomètres, en amont et en aval du Centre et sur les hauteurs. On ne suivra pas exactement la classification d'A. Ichon qui a regroupé sous une même rubrique les ensembles comprenant les structures monumentales et les ensembles constitués uniquement de structures d'habitat, et classera à part ces derniers, dans les zones d'habitat.

128Les ensembles monumentaux secondaires, au nombre de 5 le long de la rivière (groupes D et E de Cauinal, Casa de Cundo, Plan de Tierra Negra, Chicruz) et un sur les hauteurs (Mocotorro) comprennent une petite pyramide-temple et une longue plate-forme ; dans deux cas seulement, à Casa de Cundo et Mocotorro, un petit autel. Ils sont entourés de quelques plates-formes d'habitation.

B - LES ZONES D'HABITAT

1 - ZONES D'HABITAT EN RELATION DIRECTE AVEC LE CENTRE ET ZONES D'HABITAT SECONDAIRES

129Considérant le plan général du centre de Cauinal (figure 32), on remarque que chaque ensemble monumental est accompagné d'une zone d'habitat, formant les groupes A', B' et C. Le groupe A' s'étend au nord du groupe A, occupant une large terrasse. Il comprend 190 structures. C'est le groupe auquel j'ai consacré deux saisons de fouilles. Le groupe B' comportant 45 structures, encadre à l'est et à l'ouest, l'ensemble monumental B. Il a été fouillé par R. Hill et R. González (voir Ichon et al. 1980 : 105-142). Sur l'autre rive, le groupe C entoure les ensembles C sud et C nord. Il était pour une large part enfoui sous plusieurs mètres de sables alluviaux et n'a pu être mis au jour aussi systématiquement que les groupes situés sur l'autre rive. Une cinquantaine de structures ont été dégagées.

130Quant aux zones d'habitat secondaires, elles comprennent des groupes de plates-formes résidentielles isolées, échelonnées le long de la rivière (El Anonal, Chataya, Casa de Juan, groupes F, G et H de Cauinal) et sur les hauteurs (El Talpetate, Pasulup).

2 - LA ZONE D'HABITAT A' (figures 35, 36, 45)

131Les données concernant la zone d'habitat de l'ensemble le plus important de Cauinal ont été publiées en 1980 (Ichon et al. : 63-87). Elles seront donc résumées ici. La mise au jour des structures de cette zone avait un triple but :

Figure 34 - LE "GRAND CAUINAL" ET LES SITES VOISINS (d'après Ichon et al. 1980 : 6).

Figure 35 - CAUINAL - La zone d'habitat A' (à gauche) et l'ensemble monumental A.

  • Etablir un inventaire des types de structures rencontrées et déterminer leur fonction.

  • Mettre en évidence leur mode de groupement.

  • Rechercher leur mode d'articulation avec le centre cérémoniel d'une part, l'accès à l'eau d'autre part.

132Cet ensemble de 190 structures comprend :

  • 177 structures rectangulaires

  • 3 structures "en fer à cheval"

  • 4 structures circulaires

  • 6 structures oblongues

133Tous les matériaux utilisés pour la construction des plates-formes sont d'origine locale. La dolomite est le matériau le plus fréquent. On le trouve en blocs aux arêtes émoussées dans le lit de la rivière et en blocs aux arêtes vives, en provenance de la colline qui borde l'ensemble à l'est. Quelques-uns de ces blocs - de grande taille — descendus de la colline, ont été utilisés directement dans la construction des substructures (24, 43 bis, 45, 48, 50, 69, 111). Parfois taillée, la dolomite a été utilisée en blocs parallélépipédiques (155, 156) ou sous forme de dalles qui, semble-t-il, se sont généralement mal conservées.

134Le tuf (appelé localement talpetate), matériau d'origine volcanique facile à travailler, provient de la rive droite de la rivière, à proximité du groupe. Il est utilisé sous forme de blocs et de dalles.

a - STRUCTURES RECTANGULAIRES

PLAN ET DIMENSIONS

135Rectangulaires, ou en L (pour 5 d'entre elles), leurs dimensions varient de 4,50 à 11 m pour leurs grands côtés et de 3,50 à 5 m pour leurs petits côtés, leur hauteur de 0,30 à 0,70 m. On les a classées en 3 catégories d'après leur longueur :

136A Structures de moins de 6 m de longueur ; au nombre de 44. La majeure partie d'entre elles mesure de 4,50 à 6 m de longueur, 3,30 à 3,80 m de largeur.

137B Structures de 6 à 8 m de longueur ; au nombre de 91, elles représentent le groupe le plus important (environ 50 % des structures). Elles ont une largeur identique à celle du groupe A.

138C Structures de plus de 8 m de longueur ; au nombre de 42. Elles mesurent de 8 à 11,50 m de longueur (à l'exception de la structure 80 de 13 m de longueur) et ont une largeur de 4 à 5 m.

TYPOLOGIE (figure 37 c)

139La typologie des plates-formes rectangulaires a été établie à partir du mode de construction de leur substructure. En dehors d'une fouille exhaustive, c'est en effet le trait qui est apparu le plus pertinent - toujours présent, il offre de grandes variétés — pour définir les 4 types suivants :

  1. Substructure formée d'un rang de blocs dolomitiques bruts en provenance de la rivière ou de la colline voisine, posés de manière plus ou moins jointive, parfois calés de blocs plus petits. Hauteur : 0,30 à 0,40 m (figure 37c et 38a). Au niveau de l'entrée, une ou deux dalles de tuf ou, plus rarement de dolomite, couvrent ces blocs, elles représentent 50,28 % de l'ensemble.

  2. Substructure formée d'une assise de blocs dolomitiques bruts en provenance de la rivière ou de la colline voisine, sur laquelle a été posée une rangée de dalles de tuf, ou de dolomite d'une quinzaine de centimètres d'épaisseur, les dalles de l'entrée étant particulièrement soignées. Hauteur : 0,50 à 0,60 m (figure 37c), 24,24 % de l'ensemble.

  3. Substructure formée d'une assise de blocs dolomitiques en provenance de la rivière ou de la colline voisine, sur laquelle a été posée une série de dalles de tuf et/ou dolomite, généralement sur 3 ou 4 épaisseurs donnant au mur une hauteur de 0,60 à 0,70 m. Les angles de ces substructures sont souvent constitués uniquement de dalles, assurant une meilleure assise. Les dalles de l'entrée sont particulièrement soignées (figures 37c et 38b), 18,64 % de l'ensemble. Ce type présente une variante (2 exemples) où la substructure apparaît constituée de rangées alternées de blocs dolomitiques bruts et de dalles de tuf.

  4. Substructure entièrement constituée d'éléments taillés : dalles (5 exemples), blocs et dalles (4 exemples), blocs seuls (2 exemples) (figure 37c), 6,21 % de l'ensemble.

SUPERSTRUCTURES

140Les différents types de superstructures ont pu être observés à partir de la fouille des ensembles I, XXX et XXXII et d'un certain nombre d'informations données par les fouilles de R. Hill dans le groupe B' (Ichon et al. 1980 : 109-110). Quatre types ont pu ainsi être mis en évidence :

  1. Constituées de murs en matériaux périssables d'origine végétale : planches, tiges de maïs, roseaux... Témoin négatif, il devait être le plus répandu dans ce groupe d'habitations.

  2. Constituées de murs de bahareque, matériau périssable, sauf s'il a été soumis à l'épreuve du feu, exemples : structures 25, 26, 80, 88, 173.

  3. Constituées d'un mur de blocs d'adobe armés de petites dalles dolomitiques, fabriqués avec un sable volcanique abondant sur la rive droite de la rivière, à l'ouest du groupe C. Ces murs peuvent être renforcés extérieurement par un contrefort de petites dalles de tuf d'une quinzaine de centimètres de largeur, exemples : structures 21 à 24, 30, 39, 48, 53, 1 14 et 173.

  4. Constituées d'un mur de dalles de tuf de 0,30 à 0,40 m d'épaisseur, exemple : dans le groupe B'.

141Plusieurs types de superstructures peuvent d'ailleurs se rencontrer sur une même plate-forme (structure 173).

AMENAGEMENT INTERIEUR

142Il comprend banquettes, autels, foyers et sols.

143o Les banquettes

144Principal aménagement des plates-formes, les banquettes ont pu être mises en évidence par un simple nettoyage des structures sur 121 d'entre elles. Elles sont formées d'un remblai de pierres de taille variable (petits galets, blocs de la rivière ou de la colline) et de terre, contenu par une ligne de pierres, blocs ou dalles pour les plus élaborées et recouvert d'une couche de sable ou de blocs d'adobe lissés sur leur face externe. Elles devaient être utilisées pour dormir, mais aussi pour un grand nombre d'activités domestiques, car elles couvrent souvent la moitié de la surface habitable. Disposées le long des murs, elles ont une hauteur moyenne de 0,40 m et une largeur comprise entre 0,80 et 1,20 m. On peut les classer en 5 types (figure 37a) :

Figure 37 - CAUINAL - Plates-formes rectangulaires a) types de banquettes ; b) types d'autels domestiques ; c) types de construction des soubassements.

Figure 38 – CAUINAL- Types de soubassements de plates-formes a) types 1 (A’176) ; b) type 3 (a’173)

  1. En L - La banquette, en angle droit, disposée à droite ou à gauche de l'entrée s'étend parallèlement à un des petits côtés et à une partie du grand côté opposé à celui de l'entrée, généralement un peu moins de la moitié.

  2. En double L - Disposées comme les banquettes en L simple, elles sont symétriques par rapport à l'entrée de l'habitation, séparées par un petit autel.

  3. En L et I longitudinal - Ce type comprend une banquette de type 1 pour un côté droit ou gauche par rapport à l'entrée et une banquette rectangulaire parallèle au grand côté opposé à l'entrée.

  4. En L et I transversal - Constituée d'une banquette de type 1 et une banquette rectangulaire parallèle au petit côté opposé.

  5. Rectangulaires - Parallèles à un petit côté ou au grand côté opposé à l'entrée, ces banquettes sont plus larges que les autres, pouvant atteindre 1,70 m.

145On a calculé les pourcentages de représentativité de chaque type de banquettes (Ichon et al. 1980 : 68). Les 3/4 des structures ont une banquette soit en L, soit en double L, soit en L et I longitudinal, ce dernier type étant le mieux représenté. On peut donc en conclure que l'aménagement intérieur des structures d'habitation est assez élaboré dans l'ensemble.

1460 Les autels intérieurs (figures 31b et 69a, b)

147On a appelé ainsi des petites structures cubiques ou parallélépipèdiques situées sur les plates-formes d'habitation, en face de l'entrée. Leur fonction probable est celle d'un autel domestique, fonction que l'on a pu déduire en comparant l'aménagement intérieur de ces petites plates-formes à celui, identique, des longues structures du centre cérémoniel, où de semblables petites constructions étaient accompagnées d'offrandes diverses : encensoirs, figurines, etc.

148Il existe 2 types principaux d'autels, que l'on a pu mettre en évidence sur les plates-formes qui comportaient des banquettes de type 2 (en double L) :

1491 Des autels indépendants, c'est-à-dire séparés des banquettes, exemples : A9, A'173 (figure 69a).

1502 Des autels dépendants, en continuité avec les banquettes, soit de la même largeur, soit plus étroits que celles-ci et généralement moins hauts, exemples : A'169 (figure 696).

1510 Les foyers

152Il existe 2 types de foyer sur les petites plates-formes rectangulaires :

1531 Des foyers simples constitués de quelques gros galets de dolomite posés à même le sol, type fréquent dans les Hautes Terres et qui existe aujourd'hui encore (A'176).

1542 Des foyers élaborés formés d'une grande cuvette d'argile cuite circulaire (figure 68c) contenant parfois 3 galets (A'173). Ce type de foyer est fréquent sur les longues structures du centre civico-religieux.

155o Les sols

156Rarement bien conservés, les sols ne sont jamais stuqués en dehors des structures du centre. Ils sont formés d'une mince couche d'argile cuite et peuvent parfois être l'objet de réfection visible en coupe lors des fouilles (A'176). Il est probable que, le plus souvent, ils aient été en terre battue.

157En combinant un certain nombre de traits de ces plates-formes, dimension, type de construction, type de banquette, on a cherché s'il existait un modèle type de plate-forme résidentielle (Ichon et al. 1980 : 67-68). On a ainsi mis en évidence la grande variété des réalisations à l'intérieur d'un certain nombre de types. Il n'a pas été possible de définir un type de plate-forme à la fois par sa taille, son type de construction et ses banquettes, mais possible seulement de parler de "types préférentiels" dans chaque catégorie, comme par exemple, plate-forme de 6 à 8 mètres de long, élaboration simple du soubassement, faveur des banquettes en L et I longitudinal.

b - STRUCTURES EN "FER A CHEVAL"

158Au nombre de 3, l'une à l'ouest du groupe, A'34 bis, l'autre au centre A'96 ter, la troisième vers le nord, A'112 bis, elles sont accolées aux plates-formes d'habitation A'174, A'96 et A'112 et construites assez grossièrement en blocs dolomitiques bruts juxtaposés. De plan ellipsoïdal aplati, ou plus simplement "en fer à cheval", elles mesurent en moyenne 2,20 sur 2 m.

159On a fouillé l'une d'entre elles : A'34 bis à l'occasion de l'étude de l'ensemble I (figure 39). Face à son entrée, au nord, elle comportait un foyer rustique d'un diamètre maximal de 0,80 m, formé de 3 gros galets de rivière et d'une dalle de dolomite ; il contenait du charbon et les fragments d'un comal cassé sur place ; à l'extérieur, une meule et 3 molettes.

160La fonction domestique de ce type de structure est évidente, à la fois par sa taille, son aménagement et son matériel. Il s'agit de l'annexe de la plate-forme résidentielle A'174, plus précisément de sa cuisine.

c - STRUCTURES CIRCULAIRES

161Quatre structures circulaires ont été mises au jour, entrant dans 2 catégories différentes par leur taille et leur fonction. Les plus grandes étaient des fours à chaux, quant aux autres, plus petites, elles restent d'interprétation difficile.

162o Les fours à chaux

163Les grandes structures circulaires, au nombre de 2 sont situées au coeur de la zone résidentielle A' (figure 36). L'une A'28, au sud-ouest, fait partie de l'ensemble IX ; l'autre A'129 bis, au nord-ouest, fait partie de l'ensemble XXV. On trouvera leur description détaillée dans le Cahier 2 de la RCP 500 (Fauvet-Berthelot 1980 : 5-37).

164A'28 (figures 40 et 41) est constitué d'un mur extérieur de pierres et d'une structure intérieure partiellement enterrée, cylindrique, de 2 m de diamètre. Le mur extérieur circulaire est formé d'une ou deux rangées de blocs dolomitiques provenant de la colline de la rivière, il s'interrompt sur 1,50 m formant probablement l'entrée. Entre ce mur extérieur et la structure intérieure, le remblai est constitué d'une couche de terre cendreuse mélangée à de petits fragments de pierre sur une trentaine de centimètres d'épaisseur.

Figure 39 - LA STRUCTURE "EN FER A CHEVAL" (CUISINE) A'34 bis.

Figure 40 - CAUINAL - Le four à chaux A'28.

Figure 41- CAUINAL – Plan du four à chaux A’28.

Figure 42 - FOURS A CHAUX MODERNES - a) creusé dans une paroi (Cauinal) ; b) construit (Canilla) ; c) marchand de chaux à San Andrés Sajcabaja,

Figure 43 - CAUINAL, GROUPE A' - Structures circulaires à fonction religieuse a) et b) oratoire A'134 bis ; c) autel A'180.

165La structure intérieure centrale a 2 m de diamètre. Au niveau du sol sont disposées deux rangées de pierres, concentriques, qui forment une couronne de 0,35 à 0,40 m de large. Le cercle externe comprend des blocs ou galets dolomitiques de taille moyenne, le cercle interne légèrement en contrebas, des blocs ou galets plus petits. La majorité de ces pierres porte les marques d'un chauffage intensif : éclatement, couleur rouge... Le remblai superficiel est constitué de terre végétale avec quelques pierres. La fouille de ce cercle de pierres a fait apparaître une structure cylindrique, aux 3/4 enterrée, d'une profondeur de 1,55 m, dont les parois sont tapissées de 5 ou 6 rangées de blocs dolomitiques qui tous portent des marques de chauffage. A 0,50 m au-dessous du niveau du sol, les blocs forment un léger ressaut qui devait permettre de descendre facilement dans la structure. Le fond, en cuvette, est tapissé d'une mince couche de terre brûlée sur un lit de petits galets, au dessus du niveau naturel du sable de la terrasse mêlé de gros galets. Cette construction devait faciliter le tirage. Cette structure cylindrique contenait des blocs de dolomite brûlés, de la terre cendreuse, des fragments de bois carbonisés et de rares tessons.

166En présence de cette structure de combustion, en 1979, on avait émis l'hypothèse de la possibilité d'un bain de vapeur (présence de pierres fortement chauffées), d'un four communal (grande dimension de la structure au sein d'une zone résidentielle), d'un four à chaux enfin. Le type de structure intérieure comme la nature des remblais que la fouille de 1980 a permis de mettre en évidence, favorise nettement l'hypothèse d'un four à chaux, destiné en particulier à la fabrication du stuc qui revêtait les structures et les places du centre cérémoniel. Le calcaire nécessaire à la fabrication de ce produit abonde sur le très proche cerro del Campamento, en particulier dans la dolomite. La matière première était donc à portée de la main. Tel qu'on l'a trouvé, ce four n'était pas en état de fonctionner, car il n'était pas vidangé. On peut se demander s'il n'avait pas déjà cessé d'être utilisé avant que les occupants du groupe A' ne quittent Cauinal.

167Cauinal, pour la fabrication de son stuc, disposait donc d'au moins 2 fours à chaux (A'28, A'129 bis), situés non loin de la source de matière première, le cerro del Campamento et près du centre cérémoniel. Ils occupent une position particulière, à proximité ou au centre d'ensembles importants du groupe A', qui amène à penser qu'ils pouvaient être la propriété de personnes de rang assez élevé, si l'on admet leur contemporanéité avec ceux-ci.

168Ces fours semblent avoir cessé de fonctionner avant l'abandon du site, car ils n'étaient plus entretenus. Ce fait trouve sa confirmation au niveau du centre cérémoniel dont le maintenance devenait de moins en moins rigoureuse : couches de stuc moins épaisses et même structures importantes sans revêtement de stuc (groupe C). Ce phénomène est-il d'ordre économique, le bois nécessaire à la calcination de la chaux devenant rare, le stuc se raréfiait, ou bien annonce-t-il le déclin de Cauinal dû à des causes plus complexes ?

  • 4 A Cauinal même, il existe aujourd'hui un four construit à flanc de colline utilisé 2 ou 3 fois par (...)

169Ce type de four à chaux est tout à fait original : en effet, il n'est nulle part attesté dans la littérature archéologique et n'existe pas non plus dans la tradition indigène actuelle4.

170Aujourd'hui on fabrique de la chaux, soit dans des fours aménagés à flanc de colline (Wisdom 1940 : 177-178), soit à feu ouvert (Morris 1931 : 220-223). La forme mise au jour à Cauinal est intermédiaire : feu ouvert, avec dispositif construit pour améliorer le tirage.

171o A l'encontre des fours à chaux, les petites structures circulaires sont difficiles à identifier, car elles ont généralement été réutilisées aujourd'hui comme base des amoncellements de pierres ramassées dans le groupe, qui gênaient la mise en culture. Deux de ces structures ont été repérées et fouillées en 1980, l'une à l'extrémité du site, A'180 (ensemble XXX), l'autre, A'134 bis, en bordure nord-ouest du groupe, dans l'ensemble XXVIII.

172A' 134 bis (figure 43a)

173Située à l'extrémité nord de la petite terrasse sur laquelle est installé l'ensemble XXVIII et à proximité de la plate-forme d'habitation A'142, A'134 bis était en bon état. Sa structure est grossièrement circulaire, de 2,50 m de diamètre, elle est constitué de gros blocs dolomitiques bruts posés verticalement intercalés de gros galets disposés horizontalement sur une hauteur de 0,30 à 0,35 m. Le mur occidental est confondu avec le mur de soutènement de la terrasse, formé d'une assise de gros blocs surmontée de blocs moyens et de galets, il a une hauteur de 0,85 m. Le mur s'interrompt sur 0,30 m au sud-ouest, au niveau de l'entrée limitée de part et d'autre par un galet dressé de 0,40 m de hauteur. Aucune trace d'une superstructure n'a subsisté. Sous le niveau de terre végétale se trouvait un sol de gros galets avec quelques petites dalles de tuf, posé sur un remblai d'une trentaine de centimètres de terre cendreuse et de tessons.

174Le matériel provenant de l'intérieur de la structure proprement dite est rare, les vestiges sont répartis à l'extérieur, près de l'entrée, abondants et de tous types : pied de figurine (CU 321/2), fragment de sceau (CU 321/4) en particulier. Dans le remblai, 2 pointes de flèches avec encoches (CU 321/1 et 3).

175Cette structure de petite taille, quoiqu'en matériau brut, est construite d'éléments difficiles à déplacer, protégeant bien l'espace intérieur. Sa situation, en bordure d'une zone inondable ne paraît pas idéale toutefois.

176A'180 (figure 43b)

  • 5 Selon la typologie provisoire établie par R. Hill (1979), non publiée. Le type Etriada correspond à (...)

177Située au sud, en bordure de l'axe nord-sud, A'180 est une structure circulaire de 3,30 m de diamètre externe. Elle était complètement enfouie sous un amas de pierres amoncelées par les paysans au cours du nettoyage de leur milpa. Son état de conservation est bon. De l'intérieur vers l'extérieur, elle est formée d'une couronne de 1,50 m est-ouest et 2 m de longueur nord-sud, en blocs de la colline de bonne taille, posés dans le sens de la hauteur, appuyés en 2 endroits opposés sur des rochers en place. Cette couronne est limitée vers l'extérieur par 2 rangées de blocs plus petits disposés horizontalement, d'une hauteur de 0,40 m et une largeur de 0,60 à 0,65 m. La construction est régulière. Le remblai intérieur était composé, sous une série de pierres accumulées récemment, de quelques centimètres de terre végétale, d'une trentaine de centimètres de terre brune mêlée à de petits fragments de pierres, d'un mince sol d'argile brûlée, au-dessus d'une couche cendreuse très mince, enfin du sable jaune de la rivière. A l'intérieur de la structure, il y avait de gros tessons d'une poterie de type Estriada5. A l'extérieur, parmi les tessons (peu denses) de céramique grossière, de tout petits tessons d'une céramique orange polie de type peu commun sur le site (moderne ?). De très rares vestiges d'obsidienne, un gros éclat et 2 cassons ont été relevés.

178Cette structure circulaire, tout comme A'134 bis est d'interprétation difficile. Il pourrait s'agir d'un autel, d'un grenier ou de tout autre type de réserve.

179S'il s'agit d'un autel, on se trouve en présence d'une forme inusitée sur le site où les autels sont de construction beaucoup plus fruste et de forme moins régulière. Il y a bien un sol de terre cuite à l'intérieur de la structure, mais il se trouve à une quarantaine de centimètres au-dessous du niveau supérieur des pierres qui l'encadrent, profondeur qui rend assez peu fonctionnelle la structure comme autel. Quant au matériel, il n'apporte pas d'information susceptible de confirmer une telle hypothèse.

180S'il s'agit d'un grenier ou d'une réserve, on peut noter la construction soignée, la largeur des murs (contre les nuisances animales ?), la préparation enfin du remblai intérieur rendu stable et imperméable par une couche de terre cuite, isolant les éventuels produits à conserver de l'humidité comme des animaux fouisseurs.

181A l'aide de documents comparatifs, on pourra préciser cette fonction dans la dernière partie. Notons que ces 2 structures différentes dans leur agencement, présentent au niveau de leur implantation deux traits communs qui, si on ne peut pas les expliquer, n'en paraissent pas pour autant fortuits :

182Elles sont situées en bordure d'un ensemble et au voisinage d'un espace vide, larges gradins pour A'180, grande terrasse pour A'134 bis.

183Elles sont situées à proximité immédiate d'un accès vers la rivière, aménagé au niveau d'un mur de soutènement.

d - STRUCTURES OBLONGUES

184Au centre d'un certain nombre d'ensembles du groupe A', on avait noté en 1979, la présence de petits amas de pierres de forme assez indéfinissable. On a fouillé en 1980 l'un d'entre eux, A'26 bis, dans l'ensemble VII.

185A'26 bis (figure 44)

186Situé au centre de cet important petit ensemble, A'26 bis se présentait comme un amas de pierres oblong, orienté nord-sud.

187La structure mesure 3,10 m nord-sud et 2,50 m est-ouest. Elle est de plan irrégulier : les côtés sud et ouest sont rectilignes, le nord en léger arrondi et l'est mal défini. Elle est constituée d'une dizaine de gros galets dolomitiques bruts de la colline et de la rivière, non jointifs, disposés irrégulièrement ; certains blocs sont lisses, d'autres ont des arêtes vives. De gros galets et des petits blocs sont intercalés entre ces blocs, d'autres forment la lisière du côté nord.

188Tous les vestiges se trouvent situés à l'extérieur de la structure, sur son pourtour. Ils comprennent des urnes funéraires et des squelettes. Les urnes funéraires sont au nombre de 3 (a, b, c), 2 à l'est, 1 à l'ouest, elles sont enterrées dans le niveau naturel de petits galets, entourées pour 2 d'entre elles (b et c) de petits blocs formant une sorte de caisson fruste. Les 3 sont en céramique ordinaire. L'urne a est située à l'angle sud-est de la structure, en partie encastrée sous celle-ci, elle contenait des fragments osseux d'enfant et un peu de charbon. Elle était posée sur un sol brûlé. L'urne b, sur le côté est, de 0,30 m de diamètre, contenait les mêmes vestiges. L'urne c, à l'ouest, près de l'angle nord-ouest de la structure contenait uniquement de minuscules fragments osseux, sans doute d'un très jeune enfant. Toutes les urnes étaient en très mauvais état. Les squelettes sont également au nombre de 3, ils se trouvent le long des côtés sud et est. Au sud, posé sur un sol de terre cuite, un squelette de jeune enfant, replié, le crâne vers le sud, entouré de petites pierres. A l'est, entre les urnes a et b, un squelette replié, sans tête, sur lequel étaient déposées 2 pointes de lance, l'une en silex (CU 326/2) formant également lame de hache, mesurant 10,4 x 3,4 (maximum) x 0,8 cm, l'autre en obsidienne (CU 326/3) de 9 x 3,2 x 0,6 cm. La position du squelette n'est pas nette et les os ne paraissent pas en connexion, il s'agit donc très probablement d'un enterrement secondaire. Toujours à l'est, un peu plus vers le nord, en partie au-dessus de l'urne b, un autre squelette en très mauvais état, également sans tête, posé sur un sol de terre cuite ; à son voisinage, on a noté des traces de combustion intense : petites pierres éclatées, bois brûlé, mais les os eux-mêmes ne portent pas de trace de crémation. Les autres vestiges comprennent de nombreux petits tessons dans les remblais, dont quelques fragments d'encensoirs moulés, ainsi qu'une pointe de flèche à encoches (CU 326/1) en surface et 3 nucléus en obsidienne sur la structure elle-même. Un sondage dans la structure montre que celle-ci est construite directement sur le niveau de galets formant la terrasse de la rivière.

Figure 44 – CAUINAL – La structure oblongue (autel) A’26 bis

  • 6 En dehors de quelques crémations en urnes dans le centre civico-religieux et dans le groupe A', les (...)

189Cette structure par sa situation au centre d'un ensemble, son type de vestiges funéraires, est comparable à la structure 48 du groupe B, définie comme autel par R. Hill (Ichon et al. 1980 : 116 et figure 84). Il s'agit donc de l'autel de l'ensemble VII du groupe A'. S'il présente certains caractères communs avec l'autel B48 : construction fruste, urnes funéraires parfois partiellement encastrées, il possède un trait original, la présence d'enterrements secondaires, mode d'inhumation qui n'a été rencontré nulle part ailleurs sur le site6. Cet autel situé en dehors du centre cérémoniel est imposant et confirme le rôle particulier que devait jouer l'ensemble VII au sein du groupe A'.

e - ORGANISATION DU GROUPE A' (figure 45)

190Dans ce groupe, on ne peut parler d'une véritable organisation urbaine avec un centre, des places, des rues, plusieurs axes de circulation, etc. Toutefois, on a pu noter un important axe de circulation nord-sud, correspondant au principal mur de soutènement mentionné plus haut. Cet axe divise l'ensemble en 2 dans sa partie nord où il est particulièrement bien aménagé : de 5 à 6 m de largeur, soutenu à l'ouest par un mur, il s'élargit au niveau de la structure circulaire 129 bis, puis longe à nouveau le mur de soutènement jusqu'au centre cérémoniel auquel il accède en passant entre les structures A12 et A13. Sur cette rive du río Blanco, c'est la seule voie de passage entre l'amont, la rivière et le centre cérémoniel.

191En l'absence d'un véritable urbanisme, on a cherché à déterminer les relations qui unissaient les structures et s'il existait un mode préférentiel de groupement. Il est apparu que le groupe A' est formé d'une série de 33 ensembles juxtaposés.

Figure 45 – CAUINAL 6 Interprétation du groupe aé’. Les ensembles.

192On définit un ensemble comme un groupe de structures (trois à huit), à fonction d'habitation pour la majorité d'entre elles, disposées autour d'un patio rectangulaire, ou plus généralement polygonal. Les plates-formes sont orientées vers ce patio pour la plupart, certaines pouvant toutefois lui tourner le dos, communiquant ainsi avec l'ensemble voisin (Ichon et al. 1980 : 71).

193Pour délimiter ces ensembles, on s'est attaché à déterminer de quel côté était situé l'entrée de chaque structure. Plusieurs témoins en donnaient la possibilité :

  • Les banquettes intérieures généralement disposées le long du côté opposé à l'entrée.

  • La présence de dalles de seuil, habituellement plus soignées que les autres dalles des soubassements.

  • La présence d'une ou plusieurs marches (rares).

  • Enfin, témoin "logique", la disposition des structures voisines excluant la possibilité d'une entrée sur tel ou tel côté.

194L'analyse (idem : 71) a montré qu'il y a une certaine préférence pour l'orientation nord-sud des patios (19 sur 33), due sans doute en partie à la configuration du terrain. Les patios orientés est-ouest sont, quant à eux, mieux protégés du vent dominant qui vient du nord. D'autre part les patios, dans la partie nord du groupe A sont regroupés 3 par 3. Cherchant comment s'effectuait la circulation dans cette zone, on a considéré que les deux pôles d'attraction du groupe sont le río Blanco, accès à l'eau pour les besoins domestiques, pêche, matériaux de construction et le centre pour les besoins religieux, administratifs et commerciaux (marché).

195On a qualifié les ensembles d"'indépendants" lorsqu'ils disposaient d'un accès direct vers le centre et vers la rivière, de "semi-dépendants" lorsqu'ils pouvaient accéder directement soit à la rivière, soit au centre, de "dépendants" enfin, lorsque leurs occupants devaient passer par un (ou plusieurs) ensembles pour rejoindre la rivière ou le centre (figure 45).

196Sur les 33 ensembles, 17 sont indépendants grâce à l'axe nord-sud, 9 semi-dépendants et 7 dépendants. Ces chiffres démontrent clairement l'importance de l'axe de circulation.

3 - L'ENSEMBLE I (figures 46 et 47)

197L'ensemble I est situé à l'ouest du centre civico-religieux principal (groupe A), à proximité immédiate de celui-ci. Recherchant le lieu de résidence de la classe dirigeante de Cauinal, on a choisi de fouiller cet ensemble en raison de sa situation privilégiée, de son organisation assez "recherchée" autour d'une petite place, de la taille et de l'élaboration de la majorité de ses structures enfin.

198Il comprend 7 structures : A'173 à 177, A'34. A'34 bis et 36 situées sur la même terrasse que le centre, disposées autour d'une place polygonale de 22 m de longueur nord-sud sur 12 m de largeur est-ouest.

199A l'est, l'ensemble est limité par les structures du groupe A, "les maisons du conseil" A7 et A10 et la plate-forme résidentielle A9, donnant sur la grand-place en face de la pyramide Al et séparé de celle-ci par le mur A8, laissant un étroit passage entre A7 et le mur A8, accès direct du centre vers l'ensemble.

Figure 46 - CAUINAL - Ensemble I du groupe A'.

Figure 47 – CAUINAL – Plan de l’ensemble I du groupe A’.

200Les structures de cet ensemble ne paraissent pas orientées exactement les unes par rapport aux autres, ce qui donne un aspect polygonal à la place.

201Toutes les plates-formes ont été fouillées avec l'aide de C. Plocieniack (qui s'est particulièrement consacrée à A'173) et de M.-A. Leal pour les autres. On trouvera le détail des fouilles dans Ichon et al. (1980 : 76-87).

202Les deux structures les plus importantes sont, au sud, A'173 et en face d'elle, de l'autre côté de la place A'175.

203Rectangulaire, de 15,65 m de longueur, la plate-forme A'173 a une substructure de type 3, son plan est en L, comprenant 2 pièces indépendantes construites en une seule phase, comportant chacune un foyer circulaire en argile cuite. L'aile la plus grande possède une banquette en L et en I et un autel central de type indépendant. La petite pièce est presque entièrement occupée par une banquette en double L. Le matériel relevé est domestique. Pour C. Plocieniack, qui a fouillé cette plate-forme "la structure A'173 était une 'résidence noble' ou tout au moins elle abritait des gens d'un statut plus élevé que le commun. Il est probable que les occupants des deux ailes étaient apparentés" (Ichon et al. 1980 : 81) (fig. 48a).

204A peu près de la même longueur, A'175 est rectangulaire, sa substructure est de type 3. Elle comporte, fait exceptionnel à Cauinal dans les zones résidentielles, 2 petits escaliers et entre les 2, à la base du soubassement un gros bloc cylindro-conique fiché dans la terre, de même nature quoique non stuqué que ceux qui ont été observés au pied de certaines structures du centre civico-religieux (A5, A6, A12, A19). A l'intérieur, une étroite banquette en double L et un autel central, pas de foyer. Toutes ces caractéristiques conduisent à penser qu"'on se trouve en face d'une plate-forme non pas à fonction d'habitation, mais liée à une autre fonction : lieu de réunions civiques ou religieuses pour les occupants de l'ensemble I par exemple" (Ichon et al. 1980 : 82).

205Les autres structures qui entourent la place à l'est et à l'ouest sont de taille plus modeste ; A'174, rectangulaire, 10 m de longueur, a une substructure de type 3, une banquette en I, un petit autel indépendant, pas de foyer. Elle présentait 2 phases d'occupation, avec une légère modification de son orientation générale et un changement du côté de son entrée, donnant sur la place pour sa deuxième phase (fig. 486).

206Derrière elle, 2 petites structures A'34 bis et A'34, annexes de A'174, la première, ovale (ou "en fer à cheval") de 2,35 x 2m, grossièrement construite et servant de cuisine (décrite plus haut). L'autre, rectangulaire de 4,50 x 4,20 m dans un état de conservation médiocre, avec une substructure de type 1 servait également d'annexe.

207Comparable à A'174 par sa taille (9,20 m de longueur), légèrement en retrait A'36 a une substructure de type 2. De nombreux fragments de murs en bahareque formant la superstructure ont été dégagés dans les remblais extérieurs. Aucun aménagement intérieur n'a subsisté. Seuls "par sa taille et par son mode de construction, (elle) peut être comparée à la structure A'174 qui avait fonction d'habitation" (Ichon et al. 1980 : 84).

208Enfin, la plate-forme A'176 qui par sa situation trouble l'ordonnancement de la place. De 8 m de longueur sa substructure est de type 1. A l'intérieur, elle comporte une banquette en double L et un foyer formé de blocs ; des lambeaux d'un sol d'argile cuite, parfois sur 2 épaisseurs, sont encore visibles. "Par sa situation, par son mode de construction assez fruste, elle fait penser à une structure intrusive, sans doute tardive" (Ichon et al. 1980 : 87).

Figure 48 - CAUINAL - Groupe A', ensemble I, plates-formes résidentielles a) A'173 (d'après C. Plocieniak) ; b) A'174.

209Sur les 8 structures qui forment l'ensemble I, 6 entrent dans la catégorie C par leur dimension, 2 dans la catégorie A. Leur type de construction est élaboré, sauf pour les 2 annexes A'34 bis et A'34, et A'176, probablement plate-forme intrusive. Les banquettes sont de type élaboré, les autels intérieurs toujours présents.

210Par les dimensions de sa place, sa situation qui lui permet d'avoir des relations directes avec le centre civico-religieux, cet ensemble occupe une place privilégiée dans le groupe A'. Il est probable qu'il était habité par les dirigeants du groupe A, ou par des individus proches du pouvoir.

4 - L'ENSEMBLE XXX (figure 49).

211Recherchant s'il existait des quartiers spécialisés au sein du groupe A', l'ensemble XXX était apparu en 1979 particulièrement intéressant par l'abondance des vestiges en obsidienne obtenus lors d'une fouille préliminaire. Si on trouve en effet de l'obsidienne partout sur le site, la densité de ce vestige était frappante en ce lieu.

212Une fouille complète en 1980 a permis d'affirmer l'originalité de cet ensemble où s'effectuait le débitage de l'obsidienne. Déjà publiées (Fauvet-Berthelot 1980 : 5-38), on résumera ici les principales données. A l'extrémité nord-est du groupe A', l'ensemble XXX ferme le site vers l'amont du río Cala. Il est situé sur une étroite terrasse au-dessus de la rivière à la limite de la zone inondable, dont il est isolé par un mur de soutènement qui longe l'ensemble au nord, confondu parfois avec le mur septentrional de certaines structures. Au sud, il est bordé par le piémont du cerro del Campamento d'où sont tombés un certain nombre de gros blocs dolomitiques dont la présence a dû être prise en compte par les occupants de l'ensemble pour organiser celui-ci. Toute la partie sud-ouest de l'ensemble est parsemée de rochers dolomitiques. Elle a été aménagée succinctement : 2 petits murs de soutènement, qui utilisent certains des rochers en place, forment 2 larges gradins, en léger arrondi, permettant un accès commode vers la rivière Cala.

213Bien que particulièrement éloigné du centre cérémoniel, cet ensemble est de type "indépendant", il dispose d'un accès direct vers le centre par l'axe nord-sud. Vers la rivière, il peut utiliser 2 accès : par l'axe nord-sud et, au sud-ouest par les larges gradins qui conduisent à un passage dans le mur de soutènement.

214Autour d'une place sub-rectangulaire de 16,20 x 5,50 m sont disposées 7 structures toutes rectangulaires, à l'exception de A'180, circulaire. Fermant l'ensemble à l'ouest, et relativement indépendante, A'146. Au nord, 2 plates-formes "jumelles" A'155 et A'156 ; à l'est l'étroite structure A'177, au sud enfin, contiguë à A'177, A'152 et son annexe A'181, puis la structure circulaire A'180.

215Deux de ces plates-formes : A'156 et A'152 ont une substructure de type 1 et présentent un aménagement intérieur élaboré avec des banquettes en double L et, pour A'152, un autel indépendant en légère avancée, d'un type unique à Cauinal. La plate-forme A'155 (substructure de types 1 et 4) comporte un gradin vers l'un de ses angles ; A'177 et A'146 ont une substructure de type 1 ; A'181, petite plate-forme, est la seule à comporter un foyer formé de trois galets ; A'180 enfin a été décrite plus haut (cf. structures circulaires).

Figure 49 – CAUINAL – Groupe A’, circulation de l’obsidienne dans l’ensemble XXX.

216Dans l'ensemble XXX, l'obsidienne est apparue comme un matériau particulièrement intéressant du fait de son importance numérique, de la variété de ses fragments, de sa répartition enfin. Les 1 054 vestiges d'obsidienne recueillis concernent à 99 % les produits de débitage de ce matériau. Ils ont été classés en différentes catégories selon les modules de débitage établis par A. Leroi-Gourhan (1965, 1966). On a ainsi pu mettre en évidence que les produits de débitage les mieux représentés étaient les esquilles (25,71 % ), les fragments proximaux et mésiaux de lames (15,6 et 17,9 % ), les fragments proximaux d'éclats (10,07 % ) et les lamelles (9,40 % ). La catégorie la plus répandue est donc le fragment proximal, produit direct du débitage (26,03 %). A noter l'absence quasi-totale d'éclats d'amorçage ou de décorticage. Comme l'obsidienne n'est pas d'origine locale, on peut se demander si les blocs n'étaient pas importés "dégrossis" pour alléger la charge des porteurs. Ce même trait se retrouve dans d'autres sites des Hautes Terres. Il semble bien que les blocs d'obsidienne subissent une première préparation sur le lieu même de leur exploitation (Hester 1975 ; Graham et Heizer 1968).

217L'obsidienne recueillie dans l'ensemble XXX présente donc des caractéristiques particulières : elle est abondante ; pour une très grande part, elle est constituée de produits de débitage ; elle se répartit en catégories de débitage variées, significatives, avec des pourcentages pertinents (l'abondance des esquilles par exemple est la preuve du travail in situ de l'obsidienne) ; elle comprend un grand nombre de nucléus à différentes étapes de débitage ; elle ne compte pratiquement pas de pièces retouchées.

218Tous ces faits permettant d'affirmer l'hypothèse que cet ensemble se dédiait au débitage de l'obsidienne, on a cherché de quelle façon s'effectuait celui-ci. Analysant l'obsidienne recueillie sur les structures A'181 et A'177, il est ressorti que sur A'181 il y avait peu de nucléus, une majorité d'éclats et la présence d'un foyer ; sur A'177, une réserve de nucléus, une majorité de lames et une zone de rebut.

219On se trouve donc, dans l'ensemble XXX, en présence de 2 ateliers de débitage dans lesquels s'effectuent des opérations de débitage différentes et complémentaires (et c'est pourquoi on a parlé de complexe de débitage) (figure 49). Sur A'181 (atelier 1), les nucléus sont mis en forme, puis transportés sur A'177 (atelier 2) où ils sont stockés et débités par lames.

220Il s'établit donc à l'intérieur de l'ensemble XXX le circuit suivant :

  • Livraison de la matière première aux occupants des plates-formes A'155-156 qui la stocke entre les 2 structures,

  • Premier débitage dans l'atelier 1 proche,

  • Deuxième débitage dans l'atelier 2, qui sert aussi de réserve.

  • Rejet des déchets à l'extérieur de l'ensemble, le long du mur nord-est de l'atelier 2.

221Cette activité, qui se déroulait selon un schéma noté plus haut, permet de confirmer la pertinence de la notion d"'ensemble" proposée en 1979. En effet, les structures de ce groupe ne sont pas autonomes ni isolées, mais font partie d"'une chaîne opératoire" (à l'exception de A'146 dont on a déjà noté la situation indépendante, et la structure circulaire A'180).

222Le débitage de l'obsidienne, dans la hiérarchie des occupational specialization établie par R. Adams (1970) et reprise par M. Becker (1973), ne demande pas une grande spécialisation. Pourtant il nous semble que, dans le cas de ce petit ensemble, on se trouve en présence d'une organisation relativement complexe qui soulève un certain nombre de questions auxquelles il est difficile de répondre :

  1. Combien de personnes utilisaient ces 2 ateliers ? Y avait-il une division du travail par atelier (et donc une spécialisation technologique) ? Ou bien était-ce la ou les mêmes personnes qui travaillaient successivement dans les 2 ateliers ?

  2. Pour qui travaillaient les occupants de l'ensemble XXX ?

  3. Quel était le statut de l'artisan de l'obsidienne ?

223Si l'on admet que l'organisation sociale se reflète dans l'espace, la situation de cet ensemble est bien loin d'être prestigieuse : à la fois loin du centre civico-religieux, dans une zone inondable et exposé à des chutes de rochers... S'agit-il donc d'une activité peu valorisée, presque méprisable ? Une autre hypothèse peut, nous semble-t-il, être proposée : il s'agirait d'un groupe arrivé tardivement sur le site déjà densément occupé et qui n'aurait pas trouvé où s'installer plus commodément. En faveur de cette hypothèse d'occupants "étrangers" : un mode de construction original (blocs de dolomite très bien taillés), un plan de plate-forme nouveau (léger décrochement du mur de façade), un type d'autel intérieur inconnu ailleurs "en avancée" enfin, la présence d'une structure circulaire d'un type exclusif.

5 - L'ENSEMBLE XXXII (figure 50)

a - STRUCTURES, AMENAGEMENT INTERIEUR ET VESTIGES

224Parmi les 33 ensembles qui forment le groupe résidentiel A', l'ensemble XXXII occupe une place à part. Sa situation imposante comme l'importance d'un certain nombre de ses structures devaient lui conférer une fonction particulière au sein de ce groupe, fonction que l'on essaiera de définir ici. L'ensemble avait été relevé succinctement en 1979 ; avec M.-A. Léal en 1980, on en a complété la fouille, mettant au jour 4 structures nouvelles. Inédit, il sera présenté de façon détaillée ci-après.

  • 7 On n'étudiera pas ici la structure A'1 84 située au pied de l'escalier et qui ne fait pas partie de (...)

225L'ensemble XXXII est situé sur la pente occidentale du cerro delCampamento, à une dizaine de mètres au-dessus du centre civico-religieux et du groupe A'. Il s'étend sur 35 m de longueur nord-sud et 30 m de largeur est-ouest, sur 2 petites terrasses avec une dénivelée de 8 m environ et est orienté à peu près comme le reste du groupe A', nord-est–sud-ouest. Il comprend, outre les murs de soutènement, 9 structures, toutes rectangulaires, de taille et d'importance variées. Sur la première terrasse, A'166, la structure la plus importante de l'ensemble, avec 2 escaliers, sa voisine A'167, flanquée d'une structure plus petite, A'168. Devant elles, en bordure de la terrasse, 2 plates-formes de moindre importance A'172 et 172a. Sur la deuxième terrasse, derrière A'166 et 167, A'182 et sa petite annexe A'182 bis : en bordure sud de cette terrasse, A'169, jolie petite plate-forme orientée un peu différemment des autres ; enfin A'183, petite plate-forme simple, de type "annexe". L'ensemble donne l'impression d'une occupation "compacte" où le moindre espace a été utilisé7.

Figure 50 – CAUINAL- Groupe A’, ensemble XXXIL

Figure 51 - CAUINAL - Ensemble XXXII du groupe A' a) escalier A'179 descendant vers le groupe A ; b) plate-forme A'172a avec son annexe.

226Toute la partie inférieure sud-ouest du cerro del Campamento qui présente une forte pente a été aménagée. Une série de murs de soutènements en blocs dolomitiques bruts forment des petites terrasses depuis le bas, bien conservées dans toute la partie sud, mais très détruites vers le nord-ouest, zone de passage moderne. L'ensemble lui-même est limité par un mur qui le ceinture du nord au sud, interrompu par 2 escaliers, l'un à l'ouest, l'autre au sud. Le premier est détruit, seul demeure son débouché entre le mur A'171 et la plate-forme A'172. Le second par contre, est très bien conservé, il descend depuis l'extrémité sud-ouest de la première terrasse jusqu'au groupe A, à l'ouest de A11.

227L'escalier A'179 (figure 5 la)

228De 39 marches avec un palier à hauteur de A'184, il est en blocs dolomitiques, moyens et gros, parfois taillés, avec quelques dalles de tuf. Chaque marche, d'une vingtaine de centimètres de hauteur, est formée de 3 à 6 blocs, sur une assise de dalles de tuf ou de dolomite ; des traces d'usure sont très visibles. Sur l'une des marches, on a noté une perforation centrale de 13 cm de diamètre, dont la fonction n'est pas claire, car elle ne correspond à aucun éventuel écoulement d'eau. L'escalier n'est pas vertical, mais sinueux, rendu ainsi moins raide ; il est bordé de "rampes" formées de gros blocs dolomitiques bruts.

229L'importance de l'aménagement réalisé pour l'installation de l'ensemble XXXII témoigne déjà du statut relativement élevé de ses occupants qui pouvaient disposer d'une abondante main-d'œuvre. L'existence d'un escalier le reliant directement au centre est également la preuve que cet ensemble jouait un rôle privilégié au sein du groupe A', groupe avec lequel il a d'ailleurs également une relation directe par son autre escalier.

230On étudiera successivement les structures de la première terrasse : A'166, 167, 168, 172 et 172a-, puis celles de la deuxième terrasse : A'182 et 182 bis, 169 et 183.

231Structure A'166

232La plus importante de l'ensemble ; elle occupe une place assez centrale en bordure est de la première terrasse. Rectangulaire, orientée nord-est–sud-ouest, elle mesure 10,50 x 4,40 m ; sa façade ouest a une hauteur de 2,30 m. Son état de conservation est moyen, son angle nord-ouest très endommagé.

233La substructure construite sur le tuf, entièrement en petites dalles de tuf. doit tenir compte d'une importante dénivelée est-ouest (1,40 m entre les angles sud-est et sud-ouest). La façade nord-ouest comprend 3 alfardas et 2 escaliers. Les alfardas, dont toute la partie en tablero est détruite, ont une longueur de 1,60 m, une largeur de 1,10 m et une hauteur actuelle de 0,35 m de moyenne. Les 2 escaliers ont une largeur de 2,20 m avec 7 marches, chacune d'une trentaine de centimètres de hauteur formée de 3 à 4 rangs de petites dalles de tuf. Les autres murs suivent la pente du terrain, le mur est est adossé au tuf. Il n'y avait aucune offrande ni pierre ronde au pied de la structure.

234La superstructure très détruite, était au moins partiellement en pierres sur 0,50 à 0,70 m de hauteur, puis en matériau périssable probablement adobe ou bahareque. A l'intérieur, des banquettes étroites (0,80 m de largeur et 0,20 m de hauteur), en double L, portaient encore les traces d'un revêtement d'argile, leur remblai intérieur est limité par des petites dalles de tuf et de calcaire. Un autel, de type "dépendant" est de la même largeur que les banquettes. Le long de la banquette nord-est, on a noté les restes fugaces d'un foyer en cuvette et quelques lambeaux d'un sol de terre cuite à la limite des bancs. Un sondage central de 1 x 1 m effectué sur la structure a montré une seule phase de construction. Le remblai était constitué de gros blocs sur 1 m d'épaisseur, puis de terre claire mélangée à de petits fragments de tuf jusqu'au niveau de la roche naturelle. Il contenait 2 pointes de flèche en obsidienne (CU 307/1 et 2). Les tessons sont abondants, surtout dans les remblais extérieurs, mais ne proviennent pas obligatoirement de cette structure, car les plates-formes voisines sont réellement très proches. L'ensemble est de nature domestique : jarres, fragments de comales, etc. à l'exception de 2 fragments d'encensoir moulé, beige à bordure rouge. Structure A'167

235Située sur la première terrasse, elle est voisine de A'166 et A'168, moins haute et plus petite. Elle est orientée nord-est–sud-ouest et mesure 6,30 x 5 m, sa hauteur est de 1,50 m. Son état de conservation est très médiocre.

236Pour le soubassement, comme pour A'166, il a fallu tenir compte d'une importante dénivelée (0,70 m est-ouest). En dalles de tuf, la façade ouest comprend 2 alfardas et un escalier. Les alfardas de 1,42 m de longueur et 0,60 m de large ont une hauteur actuelle de 0,80 m et, comme dans le cas de A'166, devaient être en talud-tablero. L'escalier, très détruit, mesure 2,10 m de large. Il avait 4 ou 5 marches de 0,25 à 0,30 m de hauteur, chaque marche est ici formée de grandes dalles de tuf sur une assise de 3 ou 4 petites dalles. Le mur sud a une hauteur actuelle de 0,80 m.

237Sur cette structure, il n'y avait pas de traces d'une superstructure de pierres, ni d'aucun autre type de superstructure. A l'intérieur, des banquettes en double L, mesurent 1,10 m de largeur et ont une hauteur de 0,32 m ; leur remblai est en petites dalles de tuf et terre limité par des dalles verticales. Un autel, de type "dépendant", est légèrement en retrait par rapport aux 2 banquettes. Il mesure 0,70 m de largeur, 0,35 m de hauteur et 1 m de profondeur ; trait original, sa face supérieure n'est pas plane, mais forme 3 petits gradins de 0,25 à 0,35 m de large, chacun limité par de petites dalles de tuf (figure 69b). Aucune trace de foyer ni de sol n'a été décelée. On a relevé de nombreux tessons (domestiques pour leur grande majorité), en particulier dans les remblais, mais aussi un fragment de manche d'encensoir sans décoration, beige et un tesson de type Forteresse. Les témoins minéraux sont représentés par un petit fragment de meule dans le remblai et une pointe de flèche sur la structure.

238Cette structure, bien que de petite taille est bien construite et de plan "raffiné". Son autel en particulier est très élaboré, d'un type nouveau, à petits gradins. Proche de A'166. elle pouvait être le lieu de résidence de personnes responsables de celle-ci.

239Structure A'168

240Petite structure problématique, voisine de A'167 et située en bordure sud-est de la terrasse, proche de l'escalier d'accès au centre cérémoniel, elle est orientée sud-est-nord-ouest. Seul son mur ouest, quoique détruit, est encore visible. Le mur ouest de la substructure paraît avoir tenu quelques marches, partout ailleurs on se trouve au niveau de la roche naturelle, comme si la structure en réalité n'avait eu qu'une façade, correspondant alors plutôt à une petite terrasse d'accès vers la deuxième terrasse, mais on verra plus loin que l'aménagement de cette éventuelle terrasse correspond à celui d'une plate-forme. Si la superstructure existait, rien n'en a été conservé.

241A l'intérieur, une banquette au sud-est, rectangulaire, de type "e", de 1,40 x 1,10 m, d'une hauteur de 8 cm et un foyer le long du côté nord, cuvette de terre cuite de 1 x 0,80 m sur lequel se trouvait un comal brisé. Quelques lambeaux de sol sont encore visibles à proximité de la banquette. On a relevé un très abondant matériel tant sur la structure que dans le remblai ouest (plus de 800 tessons), de poterie domestique essentiellement, avec également un fragment d'encensoir moulé, ainsi qu'une pointe de flèche et quelques dizaines de fragments d'obsidienne. Il faut noter également de nombreux coquillages fluviatiles. Du point de vue du matériel, on se trouve en présence soit d'une plate-forme d'habitation, soit de l'annexe de A'167. Demeure cependant la présence d'un foyer de très grande taille, d'un escalier, d'un seul mur de façade. Peut-on envisager l'hypothèse de la réoccupation tardive, avec une fonction domestique d'une structure à l'origine utilisée comme terrasse ( ?) Ce grand foyer aurait-il pu avoir une fonction cérémonielle ? On est en effet sur le chemin qui mène à l'un des cimetières du site. Il faudrait alors imaginer une superstructure légère sur la terrasse pour le protéger des intempéries. Ce n'est là qu'une hypothèse et il manque vraiment des éléments pour s'assurer de sa validité. A'172 et 172a

242Elles sont situées également sur la première terrasse, en bordure de l'accès vers le groupe A ; A'172 est une plate-forme rectangulaire orientée nord-est–sud-ouest, de 7 x 2,20 m. Son état est très médiocre, toute la partie ouest s'est en effet effondrée sur la pente voisine. Le soubassement (de 0,30 à 0,50 m de hauteur) est de type 1, très fruste, en blocs et galets de taille moyenne sur une ou deux épaisseurs ; elle contraste fortement avec les structures A'166, 167 et 168.

243De la superstructure aucune trace n'a subsisté, elle était très certainement en matériau périssable. A l'intérieur, on a noté une banquette étroite, en double L de 0,56 m de large et 0,12 m de hauteur et un autel de type indépendant, carré de 0,55 m de côté, avançant légèrement par rapport aux banquettes. L'entrée de la structure était donc à l'ouest, elle tournait le dos à la petite place formée par la première terrasse. La céramique, domestique, abondait dans les remblais extérieurs. Un fragment de pierre à moudre, sans pied, en pierre volcanique grise a été relevé dans le remblai extérieur est, ainsi que 2 pointes de flèches, l'une sur la structure (CU 317/2), l'autre dans le remblai sud (CU 317/1).

244Cette plate-forme d'aspect rustique, quoique bien aménagée intérieurement a fonction d'habitation. Cependant elle-même, comme A'172a, occupent une place privilégiée sur cette première terrasse, ceci ne correspond guère à leur fonction modeste et rompt même l'harmonie de la petite place où sont situées A'166, 167 et 168. Sur ce point 2 hypothèses peuvent être formulées : si toutes les structures de cette terrasse sont contemporaines, elles témoignent d'une "crise de l'espace" importante et de l'obligation d'utiliser le moindre espace plan. A moins que A'172 et 172a soient plus tardives et intrusives, situation qui a pu être déjà notée dans un autre ensemble du groupe A' (structure A'176 de l'ensemble I).

245Voisine de A'172, A'172a a pratiquement la même orientation. Rectangulaire, elle mesure 6,60 x 2,70 m, avec une petite annexe le long de son mur est, de 3,40 x 1,60 m. Comme A'172 toute sa façade ouest s'est effondrée (figure 516).

246Le soubassement est de type 1, fruste, de même type que A'172. L'annexe qui a été ajoutée le long du mur est est encore plus grossièrement construite en gros blocs dolomitiques bruts, atteignant 0,40 m de hauteur. La plate-forme principale mesure 0,30 à 0,35 m de hauteur.

247Aucune trace de la superstructure n'a été notée. Partout on se trouve dans le remblai intérieur. Comme pour A'172, le matériel céramique est très abondant dans les remblais extérieurs, de type commun, ainsi que 2 fragments d'un bol Rio Negro polychrome. A noter aussi un fragment de sceau à motifs en chevrons (CU 315/4) en céramique beige. Les témoins minéraux comprennent un fragment de meule sans pied dans le remblai extérieur est et 2 petites pointes de flèches, également dans le remblai est (CU 315/1 et 2). On a vu que cette plate-forme d'habitation était du même genre que A'172 et posait les mêmes problèmes.

248A'169

249Petite structure située sur la deuxième terrasse, sur sa bordure sud ; elle est joliment construite, orientée de façon originale par rapport à toutes les autres structures de l'ensemble, nord-sud, donnant plus vers le centre qu'elle domine, que vers le groupe A'. Rectangulaire, elle mesure 6,30 x 2,90 m et a une hauteur de 0,80 m. De nombreux arbres ayant poussé sur la structure, son état est moyen. Le soubassement est en dalles de tuf régulièrement taillées, sa façade ouest comprend un escalier central flanqué de 2 alfardas qui mesurent 1,78 m de longueur, 070 m de largeur et ont une hauteur actuelle de 0,40 m. L'escalier, très détruit, mesure 1,80 m de largeur, il avait 4 ou 5 marches. Comme ailleurs dans cet ensemble, il y a ici une forte dénivelée du terrain (0,75 m entre les murs est et ouest). Les autres murs sont bien construits, le mur sud est très démoli à cause d'un arbre ; quant au mur est, adossé au tuf, il comprend quelques blocs dolomitiques.

250La structure est bien proportionnée et paraît la réplique en miniature de structures plus grandes. Aucun indice d'une superstructure de pierres ou de matériau léger n'a été relevé. A l'intérieur, une banquette en double L de 1,10 m de large et 0,25 m de hauteur est construite avec un remblai de fragments de tuf et blocs de petite taille, limité par une rangée de petites dalles de tuf régulières. Un autel, de type "dépendant" est légèrement en retrait, il a 0,70 m de largeur. Aucune trace de foyer ou de sol n'était visible. On a relevé dans le remblai extérieur nord, de nombreux tessons d'une jarre de type Estriada ; beaucoup de tessons dans l'ensemble aussi bien dans les remblais que sur la structure elle-même : fragments de petites jarres de divers types, de comales et dans le remblai nord, 2 fragments de mains de meule en pierre volcanique, ainsi qu'une petite pointe de flèche (CU 318/1 ), un nucléus et quelques fragments d'obsidienne sur la structure.

251De construction raffinée, A'169 est unique dans le groupe A' par son rapport dimension/mode de construction et dans l'ensemble XXXII par son orientation. Son matériel toutefois l'apparente aux simples plates-formes d'habitation. Il s'agit donc de la résidence d'une personne de statut particulier, statut qu'aucun élément ne nous permet de définir avec certitude. Oserait-on y voir avec M.-A. Leal la résidence de l'un des architectes du site qui aurait choisi ce point haut pour y admirer son "œuvre" et qui se serait fait construire en réduction ce qu'il avait fait bâtir dans le centre cérémoniel ? Mais n'est-ce pas là supposer beaucoup de liberté et de fantaisie à cette société austère et formaliste ?

252A'183

253Plate-forme située à proximité de A'169. Orientée nord-ouest-sud-est, elle mesure 3,20 x 2,80 m. Son état de conservation est médiocre. Son soubassement assez grossièrement construit, de type 1, est formé d'une rangée de blocs dolomitiques bruts. Sa hauteur est de 0,30 m. Aucune trace de la superstructure et de l'aménagement intérieur ne subsistait. On a relevé une soixantaine de tessons sur la structure et dans les remblais, dont un col de jarre peint, extérieur rouge et intérieur blanc, ainsi qu'une petite lame d'herminette, altérée, en pierre verte (CU 322/1) provenant d'un nettoyage de la structure. Cette petite structure, par sa taille très réduite, ne peut avoir fonction d'habitation. Il s'agit probablement d'une annexe, peut-être de l'annexe de A'169.

254A'182 et 182 bis

255Egalement situées sur cette deuxième petite terrasse, mais plus au centre, elles sont orientées sud-ouest–nord-est. Leur état de conservation est moyen. Le soubassement de A'182 rectangulaire, est de type 2, assez grossièrement construit, formé d'une assise de gros blocs dolomitiques bruts surmontés d'une ou deux rangées de dalles de tuf très sommairement taillées, elle mesure 5,80 x 4 m. Un accès a été aménagé, constitué d'une simple dalle de tuf de 0,15 m de hauteur. Aucune trace de la superstructure et du sol n'a été relevée. A l'intérieur, une banquette en double L, bien conservée au sud, de 1 m de large et 0,15 m de hauteur, formée d'un remblai de fragments de tuf limité par des dalles grossières et un foyer à la limite de la banquette nord, cuvette de terre cuite de 0,70 x 0,60 m. Les vestiges de céramique, domestique, abondaient sur la structure, ainsi que quelques fragments d'obsidienne et de nombreuses coquilles de gastéropodes fluviatiles, consommées (percées d'un trou à leur extrémité inférieure).

256A'182 bis, rectangulaire, mesure 2,80 x 2,20 m. Son soubassement de type 1, est formé d'une rangée de blocs dolomitiques bruts et a une hauteur de 0,30 m. Aucune trace de superstructure ou d'aménagement intérieur ne subsistait. Le matériel était confondu avec celui des remblais de A'182. Cette petite plate-forme sert d'annexe à A'182, mais ce n'est sans doute pas une cuisine, peut-être une réserve ? A'182 est donc une plate-forme d'habitation simple, avec annexe.

257Située au pied de l'escalier 179, à proximité de A11, A'184 ne fait pas partie de l'ensemble XXXII, mais serait plutôt associée à A'164. Orientée nord-ouest–sud-est, elle mesure 7,25 x 3,40 m et 0,90 m de hauteur.

258Sa façade ouest comprend 2 escaliers et 3 alfardas en petites dalles de tuf sur une assise de blocs de dolomite. Les alfardas mesurent 1,35 m de largeur et ont une hauteur actuelle de 0,60 m. Les escaliers de 4 marches mesurent 1,52 m de large. Les autres murs sont moins bien construits en dalles et blocs. Cette structure présentait 2 niveaux d'occupation, le deuxième niveau correspond à la construction de l'escalier.

259On peut se demander quelles sont les relations de cette structure bien construite avec A11, avec l'ensemble XXXII, avec le reste du groupe A'.

b - ANALYSE

260Les 9 structures de cet ensemble ont toutes fonction d'habitation, à l'exception de A'166 qui, bien que non stuquée, par ses proportions comme par ses détails architecturaux, s'apparente aux "maisons du conseil" étudiées par A. Ichon (1980 : 192). Il nous semble que l'on peut comparer – toutes proportions gardées – cette structure à A'175, dans l'ensemble I du groupe A'. Au sein de cet ensemble, A'175 présentait un certain nombre de traits originaux : une grande taille, des escaliers, une banquette relativement étroite. On retrouve ces mêmes traits avec A'166 : elle est la plus grande des structures de l'ensemble, si elle n'est pas la seule à avoir des escaliers, elle est la seule à en compter 2, sa banquette enfin, est particulièrement étroite comparée à celles des autres structures de l'ensemble. Ces 2 structures donc nous paraissent avoir même fonction, l'une A'175 au sein de l'ensemble I, l'autre, A'166 au sein de l'ensemble XXXII ou peut-être même du groupe A' tout entier : lieu de réunions civiles, administratives, religieuses.

261Les structures d'habitation vont du style le plus simple (A'172 et 172a) au plus élaboré (A'167, A'169). Leur aménagement intérieur est généralement raffiné : bancs en double L, petits autels dépendants — celui de A'167 est d'un type nouveau, en gradins. Leur matériel est semblable à celui qu'on rencontre ailleurs sur le site.

262L'importance des moyens d'accès dont dispose l'ensemble – un escalier vers le centre civico-religieux, l'autre vers le reste du groupe A' – met bien en évidence sa fonction privilégiée : peut-être petit centre civico-administratif du groupe A' il devait aussi avoir des relations étroites avec le centre, en particulier avec le groupe A. On a déjà noté par ailleurs sa situation sur le chemin menant à l'un des cimetières de Cauinal.

263Cet ensemble présente une seule phase de construction. Si on se réfère à l'implantation de son escalier au niveau du groupe A'(179), qui date du dernier agrandissement de la longue maison Al 1, on peut dater cet ensemble de la dernière phase de Cauinal. Il est possible que le groupe A', prenant une importance croissante ait nécessité un centre (autonome ?) civico-administratif. Tout l'espace étant densément occupé sur la terrasse du groupe A' et pour rester à proximité du centre, il ne pouvait que s'installer sur le cerro dei Campamento. Les importants travaux d'aménagement ont pu être réalisés avec l'abondante main d'oeuvre de réserve que constituaient les occupants du groupe A'.

264Ainsi, parmi les 33 ensembles qui forment le groupe A', l'ensemble XXXII occupe une place unique. Pour le site tout entier, il est également unique : aucune des autres zones résidentielles en effet ne possède de structures aussi imposantes qu'A'166, 169 ou 167. Mais il n'est pas étonnant que le groupe A', zone résidentielle du groupe majeur de Cauinal, le groupe A, soit le plus important.

265La fouille complète de 3 des 33 ensembles qui constituent la zone résidentielle A' de Cauinal a fourni un certain nombre de données.

  • 8 On peut toutefois noter le grand nombre de fragments d'encensoirs provenant de l'ensemble XXXII.

266Sous une apparence d'homogénéité structurelle, chaque ensemble présente ses caractéristiques propres qui peuvent être mises en évidence à partir d'une analyse spatiale (proximité, éloignement, type de relation avec le centre civico-religieux), d'une analyse des structures (dimension, organisation interne) et, dans des cas précis, d'une analyse du matériel. Une certaine hiérarchie des ensembles est apparue, les plus importants se situant directement au contact du centre public. L'homogénéité de l'équipement domestique, en dehors de zones d'activité artisanale, est tout à fait frappante. De ce fait, ce matériel ne peut servir à caractériser les ensembles8.

267Il est évident qu'il aurait fallu pouvoir fouiller un beaucoup plus grand nombre d'ensembles pour avoir une image plus vraie du fonctionnement de ce groupe, par exemple l'ensemble VII avec son autel central et l'ensemble XXII situé au centre de la zone.

C - UN SITE PERCHE : EL TALPETATE (figures 52 et 53)

268En 1980, nous avons passé quinze jours à El Talpetate, l'un des sites de hauteur du "grand Cauinal", afin de compléter le plan relevé en 1979 par A. Ichon. Cela a permis d'étudier l'organisation spatiale de ce petit site de garnison isolé et de pouvoir la comparer avec un autre type d'établissement en relation directe avec le centre civico-religieux, le groupe A' de Cauinal. On a pu noter ainsi un certain nombre de points communs entre les 2 types d'établissement, comme par exemple la constance du modèle de base des structures d'habitat, mais aussi et surtout, des différences importantes dans l'organisation spatiale générale. On trouvera une description détaillée du site dans le Cahier 3 de la RCP 500 (Fauvet-Berthelot 1981 : 103-141).

Figure 52 - EL TALPETATE - Paysage.

Figure 53 - PLAN D'EL TALPETATE.

269Site secondaire du grand Cauinal, le cerro del Talpetate se trouve à 2,5 km du centre civico-religieux et domine le río Chixoy à une altitude de 1 060 m. Orienté nord-ouest–sud-est, bordé de ravins abrupts dans sa partie sud-est, sa situation sur un promontoire lui donne une remarquable visibilité sur toute la vallée du Chixoy. Aucun point d'eau n'existe sur les lieux.

270Le site comprend 147 structures réparties en 5 ensembles principaux (groupes A à E), nettement délimités du fait de la configuration même du terrain et 3 ensembles secondaires, chacun en relation avec un groupe principal (groupes C, D' et E'). Les structures orientées parallèlement ou perpendiculairement à la pente sont, pour leur grande majorité, des plates-formes rectangulaires (parfois en L) ; les autres structures, de petite taille, sont ovales.

271Une érosion intense due en particulier à l'écoulement des eaux de pluie se remarque sur tout le site, pratiquement déboisé. Elle explique la rareté et le mauvait état des vestiges rencontrés.

272Les matériaux sont d'origine locale et peu variés. Le tuf volcanique ou talpetate qui abonde sur le site, est utilisé soit en dalles de tailles diverses, avec un mortier, soit en blocs et sert à la construction de toutes les substructures et d'un certain nombre de superstructures. L'argile, que l'on trouve dans des zones assez limitées sur le site (ouest des groupes D et D', C'...) sert à la fabrication de murs de bahareque qui, soit forment toute la superstructure, soit complètent les superstructures de pierres qui ne paraissent pas avoir dépassé 0,80 à 1 m de hauteur. L'argile sert aussi dans les revêtements intérieurs et extérieurs d'un certain nombre de structures (murs, banquettes, sols, foyers). Il est probable qu'il devait y avoir aussi des murs en tiges de maïs accolées.

1- LES STRUCTURES RECTANGULAIRES

273Sur les 147 structures d'El Talpetate, 133 sont des plates-formes (dont la grande majorité a fonction d'habitation). De plan généralement rectangulaire, elles peuvent être aussi en L (3 exemples) ou en U (1 exemple). La majorité des plates-formes est de petite taille : de 4 à 6 m de longueur, de 2,50 à 3 m de largeur, de 0,30 à 0,60 m de hauteur, correspondant à la catégorie A de Cauinal ; 32 structures mesurent entre 6 et 8 m de longueur, avec une largeur et une hauteur comparables à celles du groupe précédent (catégorie B de Cauinal) ; 8 plates-formes seulement ont plus de 8 m de longueur (catégorie C de Cauinal) (fig. 56).

274On a classé ces plates-formes selon leur mode de construction, d'après la typologie établie pour Cauinal. A El Talpetate, seuls apparaissent les types 1, 3 et 4.

275Le type 1 correspond à une substructure formée d'une ou deux rangées de blocs de tuf (figure 54a), posés de manière plus ou moins jointive, d'une hauteur de 0,30 à 0,40 m. Ces blocs sont le plus souvent grossièrement façonnés, mais peuvent dans quelques cas être remplacés par une ou deux rangées de dalles.

276Le type 3, blocs et dalles superposées, correspond exactement au type 3 de Cauinal, si ce n'est que l'assise de la substructure est en blocs de tuf et non de dolomite. Il est très peu représenté.

277Le type 4 correspond à une substructure entièrement formée de dalles de tuf. Il présente une variante où se mêlent quelques blocs de tuf aux dalles. A ce type 4, le plus élaboré, appartiennent les 24 structures qui comportent une superstructure de pierres (figure 54b).

278Tous les types de superstructures existant à Cauinal se rencontrent ici, à l'exception des murs d'adobe dont on n'a retrouvé aucun indice. Près du cinquième des plates-formes possède une superstructure de pierres. En petites dalles de tuf disposées horizontalement, ces murs ont de 0,30 à 0,50 m de largeur ; leur hauteur actuelle ne dépasse pas 0,80 m (figure 54b). Il est probable qu'ils étaient couverts d'un revêtement d'argile cuite à l'intérieur comme à l'extérieur, visible encore sur quelques structures seulement. Ces murs ne semblent pas avoir été entièrement de pierres, leur partie supérieure devait être soit en bahareque, soit en matériau périssable. Le bahareque a été couramment employé sur le site, pour les structures les plus simples comme pour les plus élaborées. Le toit, comme ailleurs, devait être en matière végétale.

279Comme à Cauinal, l'aménagement intérieur comprend des banquettes sur un tiers des plates-formes. Les banquettes, bien construites, de 1 m à 1,20 m de largeur, 0,10 à 0,20 m de hauteur étaient enduites d'un revêtement d'argile cuite. On rencontre les types 1 (en L), 2 (en double L), et 5 (rectangulaire) de Cauinal. Aucun exemple de type 3 et 4 (en L et I longitudinal ou transversal). Par contre, on rencontre à El Talpetate un type qui n'existe pas à Cauinal en double I (type 6) correspondant à 2 banquettes rectangulaires, symétriques par rapport à l'entrée et disposées parallèlement aux petits côtés de la plate-forme (figure 556).

280Aucun autel à l'intérieur des plates-formes d'habitation n'a été relevé, seule la structure D10, longue plate-forme à fonction spécifique (voir p. 163) comportait un autel de type "dépendant" entre 2 banquettes en L (figure 69c). Ce témoin "négatif" est particulièrement intéressant parce qu'il nous donne des informations sur la composition de la "maisonnée". Il ne s'agit probablement pas de famille pratiquant un culte domestique mais d'individus isolés de leur contexte.

281Un seul type de foyer a été rencontré, en argile cuite, cuvette de 0,55 m de diamètre (D18) (figure 55a), de 0,50 m (A16). Mais ce vestige a disparu sur la majorité des structures très érodées. Tout comme les foyers, les sols sont rarement conservés. Ils étaient en argile cuite (D18, A2, A3...).

282Parmi ces 133 plates-formes, 8 ont des dimensions trop exceptionnelles pour être des plates-formes d'habitation, particulièrement petites sur ce site. Elles sont toutes situées dans les groupes principaux (A12, A43, C8, D9, D10, D25, E4, E9), 5 sont de construction élaborée, 4 ont des banquettes, une seule un autel.

Figure 54 - EL TALPETATE - Plates-formes a) simples du groupe A ; b) à superstructure de pierres D18.

Figure 55 - EL TALPETATE - a) plate-forme D18, banquette simple et foyer en argile ; b) plateforme E'8, banquette en double I.

Figure 56 - EL TALPETATE - Plates-formes rectangulaires a) E9, à deux pièces ; b) D18, avec banquette simple ; c) D10, avec banquette double et autel.

283Ces "longues structures" ne se différencient des plates-formes d'habitation ordinaires, ni par leur type de construction, ni par leur aménagement intérieur, ni par leur matériel. Seule leur taille (qui peut être jusqu'à 4 fois plus grande que celle de la majorité des autres plates-formes) peut amener à les considérer comme des structures communautaires. Ces longues plates-formes dont les dimensions sont comprises entre 8 et 14 m, ne sont pas toutes identiques et nous avons essayé de les classer en 3 catégories correspondant probablement à 3 fonctions différentes.

a - "MAISON DU CONSEIL"

284D10 (figure 56c) : 10,90 x 3,50 m, construite simplement ; sa superstructure était soit en bahareque soit en tiges de maïs. C'est l'unique plate-forme du site qui soit aménagée avec une banquette en double L et un petit autel central de type dépendant, selon un plan tout à fait fréquent à Cauinal. Elle ne contenait pas de vestige. Située à proximité de 2 autres longues structures (D9 et D25), elle nous paraît assez bien correspondre aux "maisons du conseil" que l'on trouve dans chaque groupe important de Cauinal. C'est là que devaient se dérouler les activités administratives et religieuses de ce village de garnison. Il paraît toutefois étonnant qu'étant donné son rôle, elle n'ait pas eu une superstructure de pierres.

b - "RESIDENCE NOBLE"

285En U, elle mesure 9,40 m de longueur, son aile ouest 5,10 m et son aile est 4,40 m, formant un ensemble de 3 pièces indépendantes. Le corps principal est plus élaboré que les 2 ailes, comportant un mur de superstructure partiellement en pierres. Dans chaque aile, il y avait les restes d'une petite banquette et un peu de céramique domestique, ainsi qu'un fragment d'encensoir. Plate-forme de plan unique, située au sein d'un petit ensemble formé de 3 grandes plates-formes, isolées des structures d'habitation communes, à proximité d'un autel (D8), elle a une fonction privilégiée : résidence du personnage le plus important du village formant avec D8 et D9 (et peut être D25) le centre des activités civiques et religieuses d'El Talpetate.

c - DORTOIRS ?

286Les 6 autres longues plates-formes : A12, E9, A43, C8, D25 et E4, présentent un certain nombre de caractères communs : une superstructure en bahareque ou matériau périssable (à l'exception de E9) ; aucun aménagement intérieur (sauf E4). A noter seulement la division centrale de 2 d'entre elles (A12 et E9) ; aucun vestige.

287Il peut s'agir des dortoirs des hommes seuls qui forment la garnison, quand ils ne sont pas en faction dans les petites plates-formes. Ce type de structure est attesté dans un certain nombre de documents ethnohistoriques (voir en particulier Miles 1975) ; ou bien il peut s'agir de tout autre type de structure à caractère communautaire.

2 - LES STRUCTURES OVALES

288Au nombre de 11, elles sont d'interprétation difficile. On les a classées en trois catégories, d'après leur taille :

a - GRANDE (figure 57a)

289D2 unique (4 x 3,70 m et 1,50 m de hauteur) bien construite, grenier ? oratoire ?

b - MOYENNES (figures 53, 57b, 58)

290A7, A29, A40, D15, E'11. Elles présentent des caractères communs : Elles mesurent entre 2,80 et 3 m de longueur, et 2,20 à 2,40 m de largeur (extérieur). Leur entrée de 0,55 à 0,60 m de large est limitée par 2 blocs ou dalles dressés, en tuf de 0,50 à 0,60 m de hauteur. Elles contiennent une ou plusieurs petites jarres.

291Elles présentent des traces de feu : charbon, terre brûlée, noir de fumée.

292Leur remblai intérieur est constitué de petits galets ronds ou ovoïdes roses ou blancs, de taille régulière.

293Trois d'entre elles (A7, 29 et 40) utilisent un affleurement du tuf pour former leur côté nord.

294"La fonction cérémonielle de ces structures ovales de taille moyenne est vraisemblable" (Fauvet-Berthelot 1981 : 119).

c - PETITES

295A37, A41, A42, D33, EO (2,50 x 1m). Construites comme les précédentes, elles ne sont pas aménagées intérieurement. On les a également interprétées comme étant des oratoires.

3 - ORGANISATION SPATIALE

296El Talpetate est donc constitué de 147 structures, qui comprennent pour l'essentiel des plates-formes rectangulaires, et un certain nombre de structures ovales, qui s'organisent à l'intérieur de plusieurs groupes assez personnalisés, où l'on peut distinguer : o Un petit centre civico-religieux (D8, D9, D10), au nord du groupe D, centre assez informel car les structures qui le composent ne sont ni disposées autour d'une place, ni orientées les unes par rapport aux autres.

Figure 57 - EL TALPETATE - Structures ovales à fonction religieuse (oratoires) a) D2 (diamètre max. 4 m) ; b) E'11 (diamètre max. 2,80 m).

Figure 58 - EL TALPETATE - La structure ovale (oratoire) A7.

297A proximité de ce centre, 3 groupes d'habitat (C, D et E) bien construits, chacun comportant dans sa périphérie une zone d'habitations plus rustiques (C, D', E'). Ces 3 groupes principaux possèdent des caractéristiques propres (grande proportion de structures bien construites pour le groupe C, variété fonctionnelle des structures du groupe D, mode de construction particulier du groupe E) qu'il est parfois difficile d'interpréter.

298o A l'entrée du site et loin du centre, un groupe d'habitations isolées (A) comprenant un grand nombre de petits autels.

299On a noté également une forte concentration des structures vers le sud, or cette direction est stratégiquement la plus importante, c'est celle de la vallée du Chixoy et ce site de hauteur apparaît comme le complément des sites défensifs qui jalonnent la vallée jusqu'à Cauinal, site d'observation incomparable, probablement occupé par une garnison formée d'éléments issus de Cauinal.

4 - EL TALPETATE ET LE GROUPE A' DE CAUINAL

300Afin de pouvoir comparer ces deux sites d'habitat, on a regroupé les divers types de structures les composant :

301On remarque une grande similitude de fonctions entre les 2 établissements, même si ces fonctions présentent parfois des variations au niveau de leur expression (forme), en particulier en ce qui concerne les autels.

302Il existe cependant quelques différences qui sont particulièrement intéressantes, car elles nous informent sur la spécificité de chacun de ces établissements. Dans le groupe A' on a noté un type de structure particulier – le four à chaux – où se fabrique la chaux qui entre dans la composition du stuc qui revêt les principales constructions du centre. La fabrication de la chaux est une activité en relation directe avec la présence d'un centre important ; elle est ici l'indice des liens étroits qui existent entre cette zone d'habitat et le centre. De même on avait mis en évidence un autre type d'activité artisanale – la taille de l'obsidienne – qui ne semble pas avoir été pratiquée à El Talpetate.

303A El Talpetate, il y a un certain nombre de longues plates-formes qui pourraient être des dortoirs. Cela implique un type d'activité communautaire qui peut être ici lié à la fonction stratégique du site. Enfin, les autels et oratoires sont de type différent sur les 2 sites.

304L'aménagement interne des plates-formes de ces 2 groupes est assez comparable. On retrouve des banquettes, des sols aménagés en argile cuite. Il faut cependant remarquer l'absence d'autels domestiques construits à El Talpetate, que l'on peut peut-être mettre en relation avec la présence sur ce site de structures ovales à fonction comparable, sinon identique. Cette absence d'autel familial, témoin négatif, pose à nouveau le problème de la composition des maisonnées de ce dernier site. S'agit-il de familles ? Et dans ce cas, pourquoi n'ont-elles pas suivi la tradition de Cauinal ? Ou bien d'autres groupes sociaux, hommes de garnison, etc ?

305Le matériel céramique paraît identique dans les 2 sites. Cependant, on n'a retrouvé aucun sceau. Même si on considère que les vestiges sont rares sur ce site, sur le pourcentage de matériel recueilli, on aurait dû avoir ce type de témoin. Cela veut-il signifier que la présence de sceaux est liée à une activité artisanale, cérémonielle (ou familiale) ?

306On doit remarquer aussi l'absence quasi totale de pointes d'obsidienne (un exemple) si courantes à Cauinal. Il semble donc que les guerriers aient été concentrés dans le centre (et probablement aussi dans les avant-postes de la vallée) et que El Talpetate ait été seulement un poste d'observation.

307Enfin, ces 2 établissements ont une organisation interne bien différente. Le groupe A' est homogène, composé d'ensembles comparables, tandis qu'El Talpetate présente une certaine hétérogénéité, celle d'un village éloigné de la ville.

Figure 59 – CAUINAL 6 El Talpetate. L’équipe des travailleurs, 1980.

PUEBLO VIEJO - CHICHAJ

308Pueblo Viejo-Chichaj est situé dans les Hautes Terres septentrionales, dans le département du Quiché, à 1 800 m d'altitude, c'est-à-dire en zone de tierra fría. Le site, d'accès difficile, est installé sur un étroit éperon de la montagne Chitraj qui fait partie de la sierra de Chuacus, elle-même subdivision de la grande chaîne de la Sierra Madre.

309A. Ichon a consacré 3 campagnes de fouilles à ce site, de 1972 à 1975 et publié une monographie Organisation d'un centre quiché protohistorique : Pueblo Viejo-Chichaj en 1975. J'utiliserai largement cette publication.

310D'après les documents écrits, Pueblo Viejo-Chichaj pourrait être le Chuitinamit-Xoyabah mentionné par Ximénez (1929 : 49). Il s'agirait d'un poste de surveillance "pour garder les frontières du royaume quiché" dont la capitale était à Gumarcaah (Utatlan). "Le centre aurait donc été fondé vers le milieu du xve siècle, sous le règne de Quicab, pour surveiller la frontière des Rabinaleb, par des Quichés venant de la capitale" (Ichon 1975 : 19).

311Dans un paysage à chênaie dominante, le site occupe un éperon de 500 m de long environ sur 20 à 90 m de large, offrant une bonne visibilité sur la vallée du Chixoy. Cet éperon naturel a été aménagé en une série de terrasses étagées d'est en ouest.

312Le plan (figure 60) montre une concentration des structures, bien différente de ce qu'on avait pu observer à Mixco Viejo et Cauinal. Autour d'un centre monumental unique (GP), sont groupés une série d'ensembles résidentiels (A à Z) disposés autour de petites cours fermées. Quelques petits ensembles (I à V) sont situés à l'extérieur de cette zone de forte concentration.

313Un seul type de matériau est utilisé pour la construction : il s'agit de schiste que l'on trouve en blocs, faciles à tailler dans le lit des petits torrents qui coulent de tous côtés sur la montagne. Quant au stuc qui revêtait les structures et les sols importants, il devait être fabriqué avec de la chaux extraite des environs du village de Canilla où existaient jusqu'à ces dernières années des fours à chaux (figure 42b).

A - L'ENSEMBLE MONUMENTAL

314Unique, situé en position centrale, il comprend autour d'une place polygonale de 50 m de côté, des structures stuquées :

315o 2 pyramides-temples, comportant un seul escalier, GP1 au nord-est, de 6 m de hauteur (figure 61a) ; GP2 au sud-ouest, plus petite.

316o De part et d'autre de la pyramide-temple GP1, une longue plate-forme à 2 escaliers, au nord GP4 de 16 x 33 m, dont le seul aménagement intérieur consiste en 2 petites structures carrées situées à chacune des extrémités, à l'est GP5 de 17 x 32 m, avec une banquette le long du mur opposé à l'entrée. Il n'y avait pas de vestige domestique sur ces structures.

Figure 60 – PUEBLO VIEJO-CHICHAJ – Plan d’ensemble.

Figure 61 - PUEBLO VIEJO-CHICHAJ - a) pyramide GP1 ; b) le groupe V ; c) mur de soutènement dans le groupe V.

317o Fermant la place au sud, à côté de la pyramide-temple GP2, 2 plates-formes, GP7 de 18 x 12 m, avec un escalier (elle était non stuquée) et GP6 de 16 x 6,30 m avec 4 gradins le long du côté de l'entrée.

318o A l'ouest, un grand jeu de balle (GP3) de type fermé.

3190 Enfin, sur la place, une série de 12 petites structures plus ou moins carrées, des "autels".

320On retrouve donc ici les mêmes types de structures que celles qui composent les ensembles monumentaux de Mixco Viejo et de Cauinal : pyramide-temple, longues plates-formes (seulement à 2 escaliers et non pas à 4), autels et jeu de balle. Ce qui est frappant dans cet ensemble, outre le fait qu'il soit unique, c'est le nombre des petits autels qui parsèment la place, les 2 facteurs devant d'ailleurs ne pas être indépendants mais liés par une causalité qui reste à définir.

B - LES ENSEMBLES RESIDENTIELS

321Agglutinés autour de l'ensemble monumental, ils sont disposés de part et d'autre d'une rue qui traverse tout l'établissement. Ils sont formés par 2 à 5 structures disposées autour de petits patios au centre desquels se trouve généralement un petit autel. A. Ichon a regroupé les structures résidentielles en 6 types basés sur la forme et le degré d'élaboration de leur substructure (figure 62 et Ichon 1975 : 92-95).

1 - L'ENSEMBLE Y (figures 63 et 64)

322La fouille de cet ensemble n'a pu être réalisée dans de très bonnes conditions : en effet, un tremblement de terre a bouleversé le pays en février 1976. D'importantes secousses se sont poursuivies durant plusieurs semaines causant parfois une certaine émotion – bien naturelle – et troublant les prises de mesures et de notes de terrain.

323Situé non loin de la grand-place, au nord-est, entre les ensembles A, Z et X, l'ensemble Y est formé de 3 structures (Y1, Y2 et Y3) dessinant un U autour d'un patio rectangulaire de 13 x 8 m.

324Y1 (figure 63a)

325Grande structure de 22 m de longueur, 7,90 m de largeur et 1,10 m de hauteur, elle comporte 2 escaliers de 4 m de large séparés par un talud, donnant sur le patio. De nombreuses traces de stuc ont été relevées. Elle correspond au type 4 d'A. Ichon. Formant les branches d'un U majuscule, 2 plates-formes plus petites sont accolées perpendiculairement à Y1, de part et d'autre du patio. Le très mauvais état de conservation de la grande structure n'en a pas permis la fouille. Le sol en était lessivé. Seul un sondage central (S) a été réalisé, afin de rechercher d'éventuelles superpositions et de voir le mode de construction de la plate-forme. On a obtenu ainsi la séquence suivante, de bas en haut : au niveau du sol du patio des dalles de grande taille, puis une trentaine de centimètres d'argile ; à 0,52 m un niveau d'argile et de bois brûlé, interprété comme un sol destiné à affermir le remblai ; au-dessus un blocage de dalles, gros galets et terre jusqu'au sol d'occupation, lessivé. Enfin, des petites dalles provenant de l'effondrement d'un mur de superstructure. Le sondage n'a livré qu'une douzaine de tessons et quelques fragments d'obsidienne.

Figure 62 - PUEBLO VIEJO-CHICHAJ - Les différents types de structures résidentielles (d'après A. Ichon 1976).

326Dans le patio, une tranchée (T) a été effectuée pour mettre au jour un éventuel petit autel carré, tel qu'il en existe dans d'autres ensembles (C, F, G, K, etc.), mais sans résultat. Ce patio était, au moins partiellement dallé. On a dégagé un dallage (D) dans l'angle formé par les structures Y1 et Y2, sur une largeur d'un mètre environ, sur lequel se trouvaient de nombreux tessons.

Y3 (figure 63c)

327Situé à l'est de l'ensemble, Y3 est une petite structure rectangulaire de 8 x 4,6 m de large et 0,85 m de hauteur. Elle comporte, donnant sur le patio, un escalier de 3 marches de 1,90 m de large. Un gradin de 0,25 à 0,30 m de hauteur et 0,22 à 0,24 m de large, borde ce côté, limitant une petite terrasse de 0,75 m de large (type 3a d'A. Ichon). Son état de conservation est moyen, plusieurs petits chênes ayant poussé sur la plate-forme.

a - STRUCTURES

328La substructure est formée de dalles de schiste, petites et bien taillées. De la superstructure subsistaient des fragments de murs de bahareque regroupés dans la partie nord-est de la plate-forme.

b - AMENAGEMENT INTERIEUR

329Le sol de la plate-forme est formé d'une couche d'argile cuite, lissée. Dans l'angle nord-est de la plate-forme, les restes d'une large banquette en L sont visibles, de 1,10 m de large pour son petit côté, 2,25 m de large et 3 m de longueur pour son grand côté. Elle était limitée dans sa partie nord-est par une bordure de dalles dressées et recouverte d'un revêtement en argile cuite lissée encore visible à l'une de ses extrémités (est). A cet endroit qui se trouve face à l'entrée de la structure, une sorte de petite marche également revêtue d'argile existe, sur laquelle on a retrouvé un manche d'encensoir. Dans la partie centrale, une sorte de coffre de 1,10 m de long et 0,50 m de large, constitué de dalles de schiste posées de champ de 0,30 à 0,40 m de hauteur, dont le sol est formé d'un sédiment argileux, semblable à celui qu'A. Ichon avait mis au jour sur la structure J1 (figure 65a). Aucune trace de foyer n'a pu être observée.

c - LES VESTIGES

330Ils comprennent un certain nombre de récipients en céramique, brisés sur place, souvent très abimés par la chute des murs de bahareque. Aucun vestige, à l'exception du manche d'encensoir mentionné plus haut, n'occupait la banquette. Ils sont répartis devant celle-ci et devant le coffre de pierres, pour l'essentiel. On a noté un pot à ouverture étroite en céramique Micacée (1) (figure 64c), les restes d'un pot en céramique fine (2). En dehors de ces 2 récipients, on a relevé par lots plus ou moins bien circonscrits des poteries en majorité de type Micacé (3) et (4) devant la banquette, (5) à côté des pots (1) et (2) ; (6), (7) et (8) dans l'autre partie de la structure ; (9) enfin, formant le seul groupe de tessons situé à proximité de la terrasse, dans une zone très effondrée. Aucun vestige lithique ou d'autre matériau que céramique n'a été relevé.

Figure 63 - PUEBLO VIEJO-CHICHAJ - L'ensemble Y a) plan général ; b) la plate-forme Y2 ; c) la plate-forme Y3.

Figure 64 - PUEBLO VIEJO-CHICHAJ - Ensemble Y a) au fond Y3, à droite Y1, en bas Y2 ; b) la grande plate-forme Y1 ; c) sur la plate-forme Y3, le pot (1) écrasé.

Figure 65 - PUEBLO VIEJO-CHICHAJ - Plate-forme J1 a) caisson de pierres (grenier ?) ; b) foyer d'argile cuite.

Y2 (figure 636)

331Située à l'ouest de l'ensemble, Y2 est une petite structure rectangulaire de 8 m de long, 4,20 à 4,40 m de largeur, 0,65 m de hauteur maximale. Son entrée donne sur le patio. Son état de conservation est très médiocre.

a - STRUCTURES

332La substructure est construite en grandes dalles de schiste, souvent grossièrement équarries et correspond au type 1 d'A. Ichon. Aucun fragment de mur de bahareque de la superstructure n'a été relevé. Les murs devaient être en matériau périssable, d'origine végétale, peut-être en tiges de maïs accolées.

b - AMENAGEMENT INTERIEUR

333Un grand morceau de sol d'argile cuite a été conservé dans la partie nord de la plate-forme, protégée par le mur proche de Y1. En face de l'entrée, le long du mur du fond, bien conservée sur une longueur de 3 m, une banquette de 1,05 m de large et 0,35 m de hauteur, en dalles de schiste, sans trace de revêtement d'argile cuite. Il semble qu'elle se prolongeait sur tout ce côté, jusqu'à Y1. Les restes, très lacunaires, d'une éventuelle banquette sont visibles, le long du petit côté à l'ouest, limitée par des dalles posées de champ. Devant la grande banquette et dans un angle, si l'on admet l'existence d'une banquette perpendiculaire, une cuvette d'argile cuite, ovale, de 0,70 x 0,50 m, de 5 cm de profondeur environ, avec quelques traces de charbon.

c - LES VESTIGES

334Ils comprennent des objets en pierre et en céramique. Les restes d'instruments de mouture sont représentés par un fragment de molette qui se trouvait dans le remblai extérieur, du côté de l'entrée et un pied de meule, conique, situé entre la banquette et le foyer. Sur la banquette du fond, une petite lame d'herminette. Aucun fragment d'obsidienne n'a été relevé.

335La céramique comprenait un certain nombre de récipients brisés sur place. On a noté 2 nappes de grande densité de tessons. A l'extérieur, sur le sol dallé du patio, dans l'angle formé par le mur est d'Y2 et sud d'Y1, plusieurs récipients (pots et comales) étaient brisés. Sur la structure, toute la zone du foyer était recouverte de tessons provenant de plusieurs récipients dont un pot en céramique Micacée , Ailleurs, les tessons forment des zones bien circonscrites. Près de l'entrée (1) un petit bol en céramique Micacée de 8,7 cm de diamètre, 6,4 cm de hauteur se présentait la tête en bas. Sur l'éventuelle banquette, à gauche de l'entrée, un petit pot ovoïde en céramique Micacée. Devant la grande banquette du fond, un comal (4) et un fragment de pot (5). Il y avait quelques tessons sur la banquette.

d - ANALYSE

336Comparant les plates-formes Y2 et Y3, qui par leur taille et leur situation par rapport à Y1 sont équivalentes, on note de grandes différences. Au niveau architectural, Y3 apparaît plus élaborée avec un escalier, une terrasse, des murs de bahareque, un revêtement d'argile sur les banquettes. Il existe des aménagements internes propres à chaque structure : sur Y3, un coffre de pierre, un possible autel ; sur Y2, un foyer ovale. Sur Y3, les vestiges (exclusivement céramiques) occupent uniquement le niveau du sol intérieur de la structure, à l'exception d'un manche d'encensoir situé à un endroit tout à fait précis, sur un autel probable. Sur Y2, les vestiges (céramiques mais aussi lithiques) se retrouvent à l'extérieur et à l'intérieur de la structure, essentiellement au niveau des sols. Mais les banquettes ne sont pas totalement vides.

337On se trouve donc en présence de 2 structures aux fonctions différentes. Pour Y2, il est assez facile de parler d'unité domestique sur laquelle se pratiquaient notamment des activités culinaires, mises en évidence par la présence d'instruments de mouture, de plaques (comales), d'un foyer.

338Il faut évidemment considérer l'ensemble Y dans son entier, constitué d'une grande structure élaborée, stuquée (mais dont la fonction n'a pu être précisée dans la mesure où son état de conservation était très mauvais) et de 2 plates-formes qui constituent 2 annexes à vocation distincte, probablement domestique ou mixte, habitées par des individus peut-être de rang différent.

2 - LE GROUPE V (figures 60 et 66)

339A l'extérieur du centre très compact, sont répartis sur les pentes avoisinantes des groupements de structures simples (numérotées I à V sur le plan général).

340Le groupe V, le plus important, situé à l'est, comprend une quinzaine de plates-formes rectangulaires échelonnées sur une vingtaine de mètres de dénivelée, orientées selon les courbes de niveau, à peu près nord-sud pour leur grand axe. Pour compenser une pente assez forte, de petits murs de soutènement en blocs et dalles de micaschiste ont été construits (6, 7, 8) (figure 61c) dont certains prennent assise sur des rochers erratiques (terrasses 9 et 10).

341Les plates-formes sont de plan rectangulaire, à l'exception de la 3, en L. La présence de bosquets de chênes a souvent altéré leur sol. Dans le tableau 8, on a regroupé toutes ces plates-formes avec leurs dimensions. On peut noter la constance de la taille des 7 qui sont groupées (9 à 15) : longueur comprise entre 8,50 et 9 m (à l'exception de la 14, plus grande), largeur entre 4 et 5 m. Une seule d'entre elles, la 9, a pu être complètement fouillée.

342LA PLATE-FORME V9 (figure 67)

343Située à mi-pente, entre 2 murs de soutènement, elle mesure 8,50 m de longueur par 4,25 m de largeur et a une hauteur de 0,30 à 0,50 m.

Figure 67 - PUEBLO VIEJO-CHICHAJ - Plate-forme V9 a) structures et vestiges ; b) sol dallé.

a - STRUCTURES

344La substructure, qui était enfouie sous 0,30 à 0,50 m de terre végétale, est installée sur un sol argileux. Elle est formée de grandes dalles de micaschiste bien taillées avec quelques gros galets provenant de petits torrents voisins. Disposée sur une terrasse de 2 m de large, elle est limitée du côté de son entrée (ouest), par un mur de soutènement d'une vingtaine de mètres de longueur, qui prend appui sur des rochers en place. De la superstructure, seuls quelques petits fragments de bahareque ont pu être identifiés le long de la bordure sud.

b AMENAGEMENT INTERIEUR

345Toute la surface de la plate-forme était dallée (figure 67b). Dans la partie orientale, ce dallage très élaboré comportait jusqu'à 10 épaisseurs de minces dalles de micaschiste (3 cm), non jointives, avec quelques grosses pierres qui reposaient dans le sédiment argileux. Ailleurs on se trouve en présence d'un blocage de pierres sèches. Dans la partie sud de la structure (BC8), une cuvette d'argile cuite ovale, de 0,50 à 0,60 m de longueur, 1,6 cm d'épaisseur et 0,30 m de profondeur, limitée par un bourrelet de 8 à 10 cm de largeur, contenait une terre argileuse charbonneuse (foyer). Près de cette cuvette, en B8, un trou cylindrique de 7 cm de diamètre et 15 cm de profondeur (trou de poteau ?).

c VESTIGES

346Ils sont relativement peu abondants et disséminés sur toute la plate-forme. Seul l'angle sud-ouest apparaît vide, correspondant probablement à l'aire de repos (cf. A3 1 et G10, Mixco Viejo). Ils comprennent des vestiges céramiques et minéraux.

347La céramique

348Des nappes de tessons en connexion sont réparties en position centrale. La principale dans le mètre C4, les autres, plus petites dans les mètres C et D6, 7 et 8. Tous les tessons sont très érodés et n'ont pas permis la reconstitution de récipients. Les céramiques appartiennent à 4 types principaux : une céramique Micacée (2 variétés, "rose" et "brun-rouge"), la plus fréquente ; une céramique brune avec cannelures près du col ; une céramique très grossière, brun-gris, dont la surface externe est lissée et la surface intérieure rugueuse ; enfin une céramique orange fine, rarement récupérable.

349On a pu reconnaître des pots de tailles diverses (A2, C4, D8), un bol (B3), des fragments de comales et un fragment de sceau à manche avec un motif en S couché bordé d'une ligne brisée (B2). Quelques tessons d'une céramique vernissée, moderne, étaient disséminés sur la plate-forme.

350Les témoins minéraux

351Il s'agit essentiellement de fragments d'obsidienne (une soixantaine environ) dont la plupart avait glissé entre les diverses épaisseurs du dallage oriental. Trois petites pointes ou fragments de pointes proviennent des mètres C5 et A4. Deux fragments de nucléus, dont l'un avec cortex, en C5 et dans le remblai extérieur ouest. Pour le reste, il s'agit de petits fragments de lames, certaines retouchées, de petits éclats et de quelques cassons. Les autres témoins minéraux sont 2 galets portant des traces de polissage d'usure (C8, A4) et des fragments de quartz, informes (A4).

d - ANALYSE

352Ce groupe d'une quinzaine de plates-formes présente un certain nombre d'agencements intéressants. Des murs de soutènement prenant souvent assise sur des rochers en place, forment une succession de terrasses compensant une forte pente et permettant ainsi l'installation de plates-formes. Pour pallier la présence d'un sol argileux, extrêmement collant dans les périodes humides, le sous-sol des plates-formes a été, dans certains cas, aménagé au moyen de dalles et galets laissant librement l'air circuler, permettant ainsi le séchage du sous-sol.

353Les ensembles résidentiels de Pueblo Viejo-Chichaj se présentent bien différemment selon que l'on se trouve dans le centre de l'établissement, où ils sont regroupés de façon compacte et disposés autour de petits patios, ou à sa périphérie, où ils forment des réseaux lâches, ouverts, disposés le long des courbes de niveau.

Tableau 8 - Pueblo Viejo-Chichaj. Les structures du groupe V

Notes

1 La nomenclature utilisée est celle de H. Balfet, M.-F. Fauvet-Berthelot, S. Monzon (1983) et la typologie celle établie par P. Becquelin (manuscrit 1962) que nous avons préférée à celle de C. Navarrete (1962) moins détaillée et moins systématique.

2 Analysée ainsi par L. Courtois "très légère, issue de la décomposition d'une roche et présentant des pyroxènes encore en connexion".

3 Rappelons qu'on a trouvé dans le groupe G un gisement d'argile exploité anciennement, indice d'une possible fabrication locale d'objet en céramique.

4 A Cauinal même, il existe aujourd'hui un four construit à flanc de colline utilisé 2 ou 3 fois par an et qui produit de la chaux à usage domestique (cuisson du maïs) commercialisée par son propriétaire à l'usage des occupants de la vallée (figure 42a).

5 Selon la typologie provisoire établie par R. Hill (1979), non publiée. Le type Etriada correspond à une céramique présentant des stries verticales sur la surface externe et horizontales sur la surface interne.

6 En dehors de quelques crémations en urnes dans le centre civico-religieux et dans le groupe A', les morts étaient enterrés sur les flancs des collines qui dominent le site, dans des fosses individuelles (Ichon et al. 1980 : 205).

7 On n'étudiera pas ici la structure A'1 84 située au pied de l'escalier et qui ne fait pas partie de l'ensemble XXXII.

8 On peut toutefois noter le grand nombre de fragments d'encensoirs provenant de l'ensemble XXXII.

Table des illustrations

Légende Figure 5 - MIXCO VIEJO : VUE AERIENNE - Groupes A (en bas, à gauche) ; B (au centre) ; C (en haut).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Figure 6 - PLAN DE MIXCO VIEJO.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Figure 7 - MIXCOVIEJO - a) paysage ; b) escalier et mur de soutènement du groupe B.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Figure 8 - MIXCO VIEJO - a) ensemble monumental principal A ; b) ensemble monumental secondaire BX3.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Figure 9 - MODELE DE BASE DES ENSEMBLES PRINCIPAUX - a) Mixco Viejo, groupe E ; b) Cauinal, groupe C nord ; c) Mixco Viejo. Plan des plates-formes.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Tableau 3 - Mixco Viejo. Structures de base des ensembles monumentaux principaux
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 10 - MIXCO VIEJO - Pyramides, temples a) Cl ; b) B3 ; c) A'1.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Figure 11 - MIXCO VIEJO - Structures monumentales a) jeu de balle Bl ; b) plate-forme à deux escaliers A3 ; c) plate-forme à quatre escaliers B8.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Figure 12 - MIXCO VIEJO - Zone résidentielle G. Au premier plan G9 ; à droite G8 ; au fond G7 ; à gauche G10.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Figure 13 - MIXCO VIEJO - Le sol de la plate-forme G10.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende 1 Godet D.68.1.7 4 Récipient D.68.1.76 7 Main de meule D.68.1.92 Godet D.68.1.78 5 Récipient D.68.1.77 8 Polissoir D.68.1.113 Bassin D.68.1.79 6 Pot forteresse D.68.1.81 9 Figurine en piene ponce D. 68.1.20Figure 14 - MIXCO VIEJO - La plate-forme G10 a) structures ; b) vestiges.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Légende 1- Pyramide-temple ; 2, 3, 4, 6, 8- Plates-formes à 2 escaliers ; 5, 9- Plates-formes à 4 escaliers ; 11-Jeu de balle ; 7- Autel ; 12 à 23, 31 à 33-Plates-formes d'habitation.Figure 15 - MIXCO VIEJO - Plan du groupe A,
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Figure 16 - MIXCO VIEJO - Le sol de la plate-forme A31 vu du sud.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Figure 17 - MIXCO VIEJO - La plate-forme A31 a) structures et vestiges céramiques ; b) poteries reconstituées.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Légende Figure 18 - MIXCO VIEJO - La plate-forme A31. Témoins minéraux.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Figure 19 - MIXCO VIEJO - La plate-forme A32 vue du sud. Au premier plan A5.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Figure 20 - MIXCO VIEJO - La plate-forme A32. Structures et témoins minéraux.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Légende Figure 21 - MIXCO VIEJO - La plate-forme A32 a) vestiges céramiques ; b) poteries reconstituées.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Figure 22 - MIXCO VIEJO - La plate-forme A32. Vues de détail a) iragments de mur de bahareque et bol tripode Chinautla Polychrome (B4) ; b) bol tripode Forteresse Blanc sur Rouge (B3).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Figure 23 - MIXCOVIEJO - Les plates-formes A31 (à gauche) et A32.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Figure 24 - MIXCO VIEJO - La plate-forme G9 a) structures et vestiges (d'après P. Becquelin) b) poteries reconstituées.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Figure 25 - MIXCO VIEJO - Plates-formes a) A14 ; b) E'7 ; c) E'6 (d'après P. Becquelin).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Légende Figure 26 - MIXCO VIEJO - Plates-formes a) A14 ; b) E'7.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Tableau 4 - Mixco Viejo. Contenu d'un amas de détritus
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Figure 27 - MIXCO VIEJO - Types de récipients en céramique a) jarres et pots à ouverture étroite ; b) plaque (comal) ; c) bassin : d) pots à ouverture large.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Figure 28 - MIXCO VIEJO - Types de récipients en céramique a) marmite asymétrique ; b) godets ; c) bols tripodes ; d) sceaux en céramique.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende 1. Devant la plate-forme2. Partiellement reconstitué, ouverture impossible à définirx Présence notée mais nombre non définiTableau 5 - Mixco Viejo. Mobilier céramique
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende * Remblai extérieurx Présence notée mais nombre non définiTableau6 - Mixco Viejo. Mobilier lithique
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Figure 29 - MIXCO VIEJO - a) ébauches et perles de pierre ; b) figurine en pierre ponce ; c) polissoir.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Figure 30 - MIXCO VIEJO - a) ciseaux et outil de polissage ; b) obsidienne ; c) ébauches et perles de pierre (A31) ; d) galets (A31) ; e-f) cristaux de grenat (A31) ; g-h) fragment de mur de bahareque (A32) ; i) tessons avec empreinte de vannerie.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Légende Figure 31 - CAUINAL - Vue générale. Au premier plan, le groupe C ; au fond, le groupe A et la zone d'habitat A'.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Figure 32 - CAUINAL - Plan du site.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende Figure 33 - CAUINAL - Groupe A a) "maison du conseil" A2 ; b) pyramide Al et "maison longue" A12.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Tableau 7 - Cauinal. Structures de base des ensembles monumentaux principaux
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Figure 34 - LE "GRAND CAUINAL" ET LES SITES VOISINS (d'après Ichon et al. 1980 : 6).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Légende Figure 35 - CAUINAL - La zone d'habitat A' (à gauche) et l'ensemble monumental A.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Figure 36-CAUINAL- Le groupe A
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Figure 37 - CAUINAL - Plates-formes rectangulaires a) types de banquettes ; b) types d'autels domestiques ; c) types de construction des soubassements.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Figure 38 – CAUINAL- Types de soubassements de plates-formes a) types 1 (A’176) ; b) type 3 (a’173)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Figure 39 - LA STRUCTURE "EN FER A CHEVAL" (CUISINE) A'34 bis.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Légende Figure 40 - CAUINAL - Le four à chaux A'28.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Légende Figure 41- CAUINAL – Plan du four à chaux A’28.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Figure 42 - FOURS A CHAUX MODERNES - a) creusé dans une paroi (Cauinal) ; b) construit (Canilla) ; c) marchand de chaux à San Andrés Sajcabaja,
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Légende Figure 43 - CAUINAL, GROUPE A' - Structures circulaires à fonction religieuse a) et b) oratoire A'134 bis ; c) autel A'180.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Figure 44 – CAUINAL – La structure oblongue (autel) A’26 bis
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Légende Figure 45 – CAUINAL 6 Interprétation du groupe aé’. Les ensembles.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Figure 46 - CAUINAL - Ensemble I du groupe A'.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Figure 47 – CAUINAL – Plan de l’ensemble I du groupe A’.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Figure 48 - CAUINAL - Groupe A', ensemble I, plates-formes résidentielles a) A'173 (d'après C. Plocieniak) ; b) A'174.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Figure 49 – CAUINAL – Groupe A’, circulation de l’obsidienne dans l’ensemble XXX.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Figure 50 – CAUINAL- Groupe A’, ensemble XXXIL
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Figure 51 - CAUINAL - Ensemble XXXII du groupe A' a) escalier A'179 descendant vers le groupe A ; b) plate-forme A'172a avec son annexe.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 924k
Légende Figure 52 - EL TALPETATE - Paysage.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Figure 53 - PLAN D'EL TALPETATE.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Figure 54 - EL TALPETATE - Plates-formes a) simples du groupe A ; b) à superstructure de pierres D18.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Légende Figure 55 - EL TALPETATE - a) plate-forme D18, banquette simple et foyer en argile ; b) plateforme E'8, banquette en double I.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Figure 56 - EL TALPETATE - Plates-formes rectangulaires a) E9, à deux pièces ; b) D18, avec banquette simple ; c) D10, avec banquette double et autel.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Figure 57 - EL TALPETATE - Structures ovales à fonction religieuse (oratoires) a) D2 (diamètre max. 4 m) ; b) E'11 (diamètre max. 2,80 m).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Légende Figure 58 - EL TALPETATE - La structure ovale (oratoire) A7.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Figure 59 – CAUINAL 6 El Talpetate. L’équipe des travailleurs, 1980.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Figure 60 – PUEBLO VIEJO-CHICHAJ – Plan d’ensemble.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Figure 61 - PUEBLO VIEJO-CHICHAJ - a) pyramide GP1 ; b) le groupe V ; c) mur de soutènement dans le groupe V.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Figure 62 - PUEBLO VIEJO-CHICHAJ - Les différents types de structures résidentielles (d'après A. Ichon 1976).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Figure 63 - PUEBLO VIEJO-CHICHAJ - L'ensemble Y a) plan général ; b) la plate-forme Y2 ; c) la plate-forme Y3.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Figure 64 - PUEBLO VIEJO-CHICHAJ - Ensemble Y a) au fond Y3, à droite Y1, en bas Y2 ; b) la grande plate-forme Y1 ; c) sur la plate-forme Y3, le pot (1) écrasé.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Figure 65 - PUEBLO VIEJO-CHICHAJ - Plate-forme J1 a) caisson de pierres (grenier ?) ; b) foyer d'argile cuite.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Figure 67 - PUEBLO VIEJO-CHICHAJ - Plate-forme V9 a) structures et vestiges ; b) sol dallé.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Tableau 8 - Pueblo Viejo-Chichaj. Les structures du groupe V
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3642/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 127k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter