Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ethnopréhistoire de la maison maya

 | 
Marie-France Fauvet-Berthelot

Chapitre I. Les Hautes Terres

Texte intégral

A - CADRE GEOGRAPHIQUE

1Le terme de Hautes Terres apparaît dans la littérature mayaniste porteur d'une certaine ambiguïté. Cette région est en effet considérée, soit d'un point de vue géographique formée par les zones montagneuses du Guatemala et du Chiapas, soit d'un point de vue culturel comme une sous-aire de la Mésoamérique comprenant aussi bien la côte pacifique et les piémonts que les zones montagneuses du Guatemala et du Chiapas, les Hautes Terres se définissant ici culturellement par opposition aux Basses Terres du Peten et du Yucatan.

2Parmi les diverses définitions données dans le Handbook of middle american Indians, celle de R. Rands et R. Smith dans leur article “Pottery : Guatemala Highlands” est sans doute encore la plus opérationnelle : c'est celle qui Sera prise comme référence ici pour les sites étudiés. Les auteurs remarquent

qu'à l'intérieur des limites un peu arbitrairement définies des Hautes Terres, il est possible de reconnaître 3 grandes zones céramiques. Ce sont les zones septentrionale (comprenant les départements d'Alta Verapaz, Quiché et Huehuetenango), occidentale (Solola, Totonicapan et des parties de Quezaltenango et San Marcos), centrale (Chimaltenango, Sacatepequez, Guatemala, Baja Verapaz et des parties d'El Progreso et Jalapa) (1965 : 110-111).

3Dans la zone septentrionale, les auteurs notent en particulier que la céramique polychrome provenant des sites établis le long des fleuves qui coulent vers le nord (Chixoy, Xalbal), présente des affinités avec les céramiques polychromes des Basses Terres du Peten, témoignages de contacts entre ces deux zones. La séquence chronologique de cette zone septentrionale des Hautes-Terres, qui commence au Préclassique récent et dure jusqu'au Postclassique récent est bien établie, en référence avec la céramique des Basses Terres pour laquelle cette séquence s'appuie également sur les données fournies par les inscriptions calendériques.

4Quant à la céramique des Hautes Terres occidentales, “elle donne l'impression de très grandes différenciations locales” écrivent R. Rands et R. Smith (1955 : 113), mais ces données pourraient être modifiées par des fouilles plus intensives, ajoutent-ils. C'est dans cette zone, à proximité de Tajumulco que la céramique de type Plumbate, fossile directeur majeur du Postclassique ancien (950-1250) semble avoir été fabriquée.

5Pour la zone centrale, la séquence chronologique a été établie essentiellement à partir de la céramique issue des fouilles du plus grand site des Hautes Terres, Kaminal-juyu, occupé du Préclassique moyen (800 à 300 avant J.-C.) au Classique ancien (300 à 600 après J.-C.) et à un moindre degré jusqu'à la conquête espagnole (1524). Toute cette région est caractérisée par une intense occupation à la période préclassique moyenne, comme en témoigne également la séquence établie pour le site de La Lagunita (Ichon et Viel 1984).

1 - OROGRAPHIE

6Il apparaît important de présenter le cadre physique non en tant que tel, mais dans la mesure où il influence le mode d'établissement. Il est clair qu'on sera amené à présenter le paysage actuel, dont on se servira pour comprendre l'époque étudiée dans ce travail. On sait qu'il n'y a pas eu de grands bouleversements climatiques au cours des derniers huit cents ans et donc que les conditions naturelles n'ont pas été profondément modifiées autrement que par l'homme. Beaucoup des données actuelles peuvent donc être projetées telles quelles dans le passé, mais toutes les différences qui pourront apparaître seront mises en relief.

7Définies comme une zone de montagnes dépassant 800 m d'altitude, les Hautes Terres ou Altos traversent le Guatemala du sud-est au nord-ouest, sur une longueur de 380 km. Formées par une extension de la cordillère andine, elles se divisent en deux grands systèmes montagneux : celui de la Sierra Madre, en bordure de l'étroite plaine côtière du Pacifique et plus au nord, à la limite des Basses Terres du Peten, le massif des Cuchumatanes. On fera ici une présentation très générale de la région, se réservant de donner plus de détails sur les paysages lors de la présentation de chaque site (figure 1).

8La cordillère de la Sierra Madre, constituée de granites et de diorites du Paléozoïque, recouverts d'une épaisse couche de cendres et de pierre ponce du Tertiaire et du Pliocène, comprend une trentaine de volcans actifs ou éteints, d'une altitude moyenne de 2 500 à 3 000 m, dont certains atteignent 4 000 m. Les plus jeunes se dressent abruptement au sud, le long de la plaine littorale du Pacifique. Derrière eux s'étend un ensemble de volcans érodés, partiellement recouverts des cendres des jeunes volcans, séparés par de hautes vallées elles-mêmes remplies de cendres. Pluies et érosion ont fortement découpé ces montagnes en profonds ravins ou barrancos qui rendent les communications difficiles, formant “un paysage caractéristique de barranca” (McBryde 1945 : 6).

9Au nord, l'abrupt massif des Cuchumatanes culminant vers 3 700 m, d'origine plus ancienne, est formé de roches éruptives et métamorphiques, bordé au nord d'une zone calcaire du Tertiaire et du Crétacé humide, très érodé qui a “l'aspect extraordinairement érodé d'un paysage chinois” (Coe 1966 : 19); toute la région des Hautes Terres est exposée à des tremblements de terre, dont le dernier en 1976 a causé la mort de 23 000 personnes.

10Ce paysage très découpé rend les communications difficiles. La circulation se fait à pied sur des sentiers étroits, le transport des marchandises à dos d'homme en utilisant un bandeau frontal, le mecapal ou parfois aujourd'hui, pour les plus riches, à dos de cheval ou de mulet. La mobilité des habitants est très grande; ils habitent dans des hameaux ou dans des maisons isolées et une ou deux fois par semaine, se rendent au village, lieu du marché, parfois situé à 5 ou 6 heures de marche. Certains paysans possèdent une maison dans le village, où ils entreposent leur marchandise et passent la nuit, avant de regagner leur maison permanente. Ce mode de vie donne aux villages, dont une grande majorité des maisons est inoccupée en dehors des jours de marché, un aspect tout à fait caractéristique : endormi, tranquille. Son animation paraît d'autant plus intense les jours de marché, lorsque la foule des hommes et des femmes offre le spectacle extraordinaire des costumes aux couleurs et motifs caractéristiques des villages d'origine de chacun.

2 - HYDROGRAPHIE

11Dû à la configuration orographique, le réseau hydrographique des Hautes Terres du Guatemala est divisé en deux ensembles nettement définis : l'un débouchant vers l'océan Atlantique, l'autre vers l'océan Pacifique (figure 1).

12Le drainage atlantique comprend des systèmes longs, profondément creusés dans les montagnes. Se jetant dans le golfe du Mexique, l'Usumacinta, le plus long fleuve d'Amérique Centrale, mesure 1 100 km; il est navigable sur 530 km dans le Peten, depuis les rapides de Tenosique jusqu'à son embouchure, au Mexique. Ce fleuve était très utilisé par les Mayas des Basses Terres de la période classique, installés de part et d'autre de ses rives, pour le transport de maïs, cacao, tissus et autres produits. A l'époque de la colonisation espagnole, il servait au transport des bois tropicaux de la forêt du Peten vers le Mexique et les Etats-Unis. Il sert actuellement de frontière avec le Mexique. Toujours vers l'Atlantique, mais se jetant dans le golfe des Caraïbes, le fleuve Motagua ou río Grande d'une longueur de 400 km, navigable pour de petites embarcations sur 200 km; le Polochic et le río Dulce également navigables, ce denier formant le lac d'Izabal au bord duquel s'exploite aujourd'hui un grand gisement de nickel.

13Le système hydrographique du Pacifique est bien différent : il comprend une série de petites rivières qui coulent directement de la chaîne volcanique méridionale vers l'océan Pacifique. Leur cours, généralement rapide, les rend inaptes à la navigation. Mentionnons aussi, outre le lac d'Izabal signalé plus haut, quelques lacs d'origine volcanique : dans les Hautes Terres occidentales, le lac Atitlan, qui atteint une profondeur de 320 m, dont les rives étaient densément habitées dès l'époque précolombienne et, dans les Hautes Terres centrales, le lac d'Amatitlan où furent réalisées quelques fouilles subaquatiques permettant le repérage d'un site ancien et d'abondants vestiges céramiques (De Borhegyi 1960).

14On peut considérer que le réseau hydrographique des Hautes Terres ne constitue pas un moyen de communication privilégié. L. Feldman a ainsi noté que “à quelques exceptions près, les rivières coulent à angles droits des grandes routes commerciales” (1978 : 9).

3 - CLIMAT ET VEGETATION

15Le climat des Hautes Terres qualifié de type tempéré humide (Vivo Escoto 1964) ou tropical d'altitude (D. Douzant 1975), est caractérisé par une saison sèche, le verano, de novembre à avril et une saison humide, l'invierno, de mai à octobre marquée par des averses quotidiennes, en soirée. Cette opposition marquée, détermine le rythme agricole, et selon l'altitude, on distingue trois zones :

  • De 800 à 1 500 m, la zone de tierra templada, dont la température moyenne varie de 17° à 23°C.
  • De 1 500 à 3 000 m, la zone de tierra fría, avec une température moyenne de 10° à 17°C.
  • Au-dessus de 3o000 m, la zone andine, dont la température moyenne se situe aux alentours de 10 C (Recinos 1954).

16Dans ces 3 zones, un fort contraste se note entre les journées chaudes et les nuits parfois très froides, tout au long de l'année. Les vents dominants sont les alizés de direction nord — nord-est vers sud — sud-est. Mais, à cause de la topographie, il existe des vents locaux qui se lèvent l'après-midi et peuvent même empêcher la navigation : le plus connu de ces vents est le redouté xocomil qui souffle sur le lac Atitlan.

17Les pluies varient nettement en fonction de l'altitude, plus celle-ci est élevée, plus les pluies sont abondantes. On note ainsi des précipitations de 938 mm par an pour la vallée du Motagua, abritée de l'alizé par le massif des Cuchumatanes et de 4 479 mm pour les régions les plus hautes (Gourou 1976 : 132). Mixco Viejo et Cauinal sont situés respectivement à 880 et 800 m d'altitude, donc en zone de tierra templada. Pueblo Viejo-Chichaj à un peu plus de 1 500 m d'altitude est à la limite de la tierra templada et la fierra fría. Pour aucun de ces sites on ne possède de recueil de données pluviométriques.

18La végétation des Hautes Terres varie avec l'altitude. Correspondant aux trois zones climatiques mentionnées plus haut, on trouve en tierra templada une forêt humide d'arbres à feuilles persistantes, liquidambar, taxisco, amate, matasano. Les sous-bois sont constitués de fougères arborescentes, d'épiphytes (qui donnent aux paysages un aspect caractéristique), de myrtacées et de bambous. Au-dessus, en zone de tierra fría, poussent différentes essences de résineux boréaux : sapins, pins, cyprès, ainsi que des chênes, des saules et des aulnes. A partir de 3 000 m, la végétation est de type alpestre avec conifères et myrtes (Recinos 1954; Gourou 1976).

19Cette végétation naturelle a été et est toujours utilisée, parfois avec un certain excès, ce qui a entraîné une déforestation grandissante et la disparition des couches humiques. La végétation originale ne subsiste qu'en certains endroits, de plus en plus restreints. Les grands arbres servent comme bois de construction. Citons en particulier les liquidambars, cyprès, chênes, cèdres, ébènes. Les résines, notamment celle du copal sont utilisées à des fins religieuses. Les arbres de petite taille servent de combustible, l'écorce du pin, ocote, pour s'éclairer. Avec l'écorce de l'amate, les Mayas fabriquaient du papier et des vêtements. L'agave était utilisé pour la fabrication des vêtements de la classe paysanne. Le fruit de la ceiba ou kapok servait à réaliser les armures des guerriers, telles qu'on peut les voir reproduites sur les fameuses figurines classiques de l'île de Jaïna.

20Les fruits de l'avocatier, du jocote et de la papaye tenaient, et tiennent encore, une grande place dans la diète maya. Un certain nombre de plantes étaient utilisées pour leurs qualités tinctoriales : nopal, achiote, mora, jiquilite. Enfin la pharmacopée indigène a toujours utilisé un grand nombre de plantes, à usage interne ou externe (voir en particulier Mellen 1967), notamment le tabac.

21L'agriculture indigène se pratique, sur des sols volcaniques généralement fertiles, selon la technique de l'agriculture sur brûlis ou agriculture de milpa, avec soit une jachère longue (roza), soit une jachère courte (barbecho), dans des champs plus ou moins éloignés de la maison. On n'a jamais retrouvé dans les Hautes Terres les traces de terrasses préhispaniques où aurait pu se pratiquer une irrigation, alors qu'on en a des évidences dans les Basses Terres (Eaton 1975 : 56). Les plantes cultivées sont tout d'abord la fameuse “triade” mésoaméricaine pour reprendre les termes de M. Coe : maïs, haricots, courges, à laquelle il faut ajouter la tomate et le piment.

A. Palerm définit la roza comme

le système de culture qui consiste à abattre une portion de forêt à un moment convenable pour sécher la végétation et la brûler... Ensuite les semailles sont réalisées avec un bâton à fouir et l'on effectue de temps à autre des sarclages périodiques à la houe (1972 : 12).

Le système de barbecho

commence également avec l'abattage et le brûlage des arbres. La milpa réalisée sur ce terrain dure aussi longtemps, parfois plus longtemps que la milpa de roza.. Les périodes de jachère sont toutefois beaucoup plus courtes (1972 : 68).

22Pour les jachères longues, aujourd'hui, les champs sont utilisés pendant 5 ans et laissés en repos de 5 à 20 ans, afin que le sol se régénère. Ce système n'est possible que dans les zones où la pression démographique n'est pas trop grande. Les jachères courtes sont plus fréquentes dans la mesure où les terres se sont faites de plus en plus rares à partir du xvie siècle, lorsque les Espagnols ont développé une économie de plantation. Il semble que dès l'époque préhispanique, un certain nombre de sols aient été sur-exploités : nous en avons eu la confirmation par l'étude des géographes, réalisée dans la région de San Andrés Sajcabaja, qui a montré l'ancienneté du lessivage des sols.

23Outre des plantes alimentaires, les Mayas cultivaient le coton commun ou de couleur café. Des indices indirects de cette production agricole sont présents dans les fouilles où l'on retrouve de nombreux pesons de fuseau en céramique ou parfois en pierre. Dans les textes, mention est souvent faite des pièces de tissus, les mantas, que les populations soumises devaient verser en tribut aux conquérants (Piel in Lehmann 1983).

24Sols fertiles et climat tempéré ont donc permis l'établissement de populations paysannes à la technologie simple. Depuis la conquête espagnole, beaucoup de terres ont été exploitées selon une économie de type colonial : de grandes exploitations ont été créées dans les Hautes Terres pour la culture du café (jusqu'à 1 800 m d'altitude), pour l'élevage ovin et bovin, et sur la côte, pour la culture du coton, de la canne à sucre et des bananes.

25Aujourd'hui, les populations indiennes refoulées sur les terres les moins riches et en forte progression démographique sont obligées de compléter les ressources fournies par la mise en culture de leur terre en se louant dans les plantations quelques mois chaque année (Bataillon et Lebot 1974).

4 - RESSOURCES ANIMALES

26P. Becquelin dans Archéologie de Nébaj a donné un inventaire détaillé des ressources animales des Hautes Terres (1969 : 15-16). Il range les mammifères en deux grandes catégories : “animaux considérés comme comestibles (par les indigènes) ” et “animaux considérés comme nuisibles”.

27La chasse se pratiquait, comme elle se pratique encore parfois aujourd'hui, à la sarbacane avec boule de céramique, pierre ou gomme de caoutchouc et avec des arcs et des flèches, comme en témoignent de nombreuses pointes d'obsidienne trouvées dans les fouilles.

28Dans certaines régions, plus précisément dans la vallée du Chixoy, j'ai observé une intense activité de pêche : les poissons sont capturés à la main, à l'aide d'un filet ou dans des pièges de roseaux. La cueillette de petits gastéropodes fluviátiles est connue depuis les temps précolombiens, d'après les abondants vestiges de coquilles trouvés dans les déblais des habitants de Cauinal. Le miel sauvage est également très prisé; les essaims sauvages sont parfois capturés et gardés dans des troncs évidés.

29Les Mayas ont domestiqué une variété de chien sans poil, comestible, ainsi que le dindon. On retrouve les ossements de ces 2 animaux en fouille, dans les amas de détritus proches des zones d'habitation (Mixco Viejo) ou à l'extérieur de celles-ci (Cauinal).

5 - RESSOURCES MINERALES

30Les ressources minérales des Hautes Terres sont variées et ont été largement exploitées dès le début de l'occupation de la région. Les produits du volcanisme, verres, laves, cendres, tuf, etc. ont fourni des matières premières de base.

31L'obsidienne, verre amorphe, déposée en épaisses couches d'accès facile, est le matériau privilégié d'une industrie lithique, obtenue par pression, qui comprend essentiellement grattoirs, pointes de tailles diverses et lames utilisées généralement sans retouche, industrie remarquablement stable dans le temps et qui, de ce fait, est un fossile chronologique peu utilisable. Les principaux gisements, exploités anciennement, de ce matériau sont connus. Au nombre d'une douzaine, ceux d'El Chayal, de San Martin Jilotepeque et d'Ixtepeque sont les plus importants (Sidrys, Andersen, Marcucci 1976). L'analyse chimique de l'obsidienne de ces divers gisements a permis de retracer un certain nombre de routes commerciales; en effet, il existait un important trafic de l'obsidienne vers les Basses Terres, dépourvues de ce matériau (voir en particulier Feldman 1978 : 19).

32Les laves volcaniques ont été exploitées comme elles le sont encore aujourd'hui, pour la fabrication d'instruments de mouture (pierres à moudre tripodes ou apodes, mains de meule) utilisés quotidiennement (figure 83) pour la préparation de la pâte de maïs cuite, la masa, destinée à la fabrication des galettes de maïs, consommées lors des 3 repas quotidiens et qui sont, avec les haricots, la base de l'alimentation guatémaltèque. Les cendres volcaniques sont utilisées comme dégraissant pour les pâtes céramiques (Shepard 1946 : 261-277). Les cendres, consolidées en tuf, ont servi comme matériau de construction, faciles à tailler en dalles minces ou en blocs. La pierre ponce, matériau léger, a été très employée dans le remblai des constructions, et pour la sculpture d'objets en ronde-bosse (figure 29b).

33Dans les zones où le volcanisme a été moins intense, les roches plutoniques et métamorphiques ont été exploitées : granites pour les instruments de mouture, serpentine pour la fabrication de lames d'herminette, de ciseaux, etc. Ces matériaux sont d'autant plus importants que les métaux ne seront utilisés que très tardivement et ne formeront jamais la matière première privilégiée de l'outillage en pays maya. Le calcaire, généralement sous forme de dolomie, est utilisé comme matériau de construction et sous forme de chaux pour la fabrication du stuc. La chaux est également utilisée pour la préparation d'aliments : le maïs destiné à la fabrication des tortillas égrené, est cuit dans une eau additionnée de chaux qui en facilite la cuisson. Le schiste, facile à travailler, tout comme le tuf volcanique, a été largement utilisé pour la construction, en dalles de tailles très diverses.

34Une pierre très recherchée par les Mayas était le jade, existant sous forme de jadeite, diopside, chloromélanite (Rands 1965 : 561). Il fut l'objet d'un important commerce et servait à la fabrication de parures réservées à la classe dirigeante. Il était ramassé dans le lit des rivières sous forme de gros galets ou exploité dans des carrières de la vallée du Motagua. Le sel gemme était exploité sur le río Chixoy, dans la région de Sacapulas et dans la région de Salinas. Les cristaux de quartz étaient ramassés, utilisés à des fins probablement religieuses, comme ils le sont encore aujourd'hui par les prêtres indigènes. Mentionnons aussi de nombreux gisements d'argile, produits de décomposition des feldspaths, utilisés pour la fabrication de céramiques, comme on a pu le mettre en évidence dans le groupe G de Mixco Viejo (page 84), et de briques de terre crue (adobes) destinées à la construction des habitations, comme des monuments.

35Ainsi, l'abondance des ressources minérales a permis aux Mayas de posséder des matériaux de construction et un outillage lithique suffisant, sans jamais les obliger à chercher dans la métallurgie une matière plus économique, plus rentable.

36Les Hautes Terres, en tant qu'unité régionale, produisaient donc l'essentiel des biens qui étaient nécessaires à ses occupants. A travers un important réseau de marchés villageois, les biens circulaient à l'intérieur de la région. Des échanges se pratiquaient également avec les régions voisines de la côte Pacifique vers le sud ou du Peten au nord (Thompson 1970 : 124-156). L. Feldman a classé les produits échangés en deux catégories “produits exotiques”, comme les plumes de quetzal, et “produits de base” comme le maïs, le bois, le cacao (1978 : 7).

37La description du milieu physique où sont implantés les Mayas des Hautes Terres nous met en mesure de dégager les contraintes naturelles et les possibilités offertes qui déterminent en partie le mode de vie de ces populations.

38Le rythme annuel de toute la vie est régi par la succession de 2 saisons bien tranchées, le verano ou saison sèche et l'invierno ou saison humide. L'altitude (de 800 à 3 000 m) conditionne étroitement les possibilités agricoles et les sols, en majorité d'origine volcanique, sont dans l'ensemble fertiles. Les ressources minérales, très diverses, ont été largement exploitées. Le caractère du relief en accentuant l'isolement des hameaux et des villages, a développé des particularités locales (langues au nombre d'une quinzaine aujourd'hui; costumes, etc.) aboutissant à une “grande micro-diversité” (Nash 1969 : 35). Néanmoins, les communications, mêmes difficiles, ont toujours été très développées.

  • 1 Les Mayas des Hautes Terres du Guatemala sont actuellement environ 4 millions.

39Les Hautes Terres se présentent donc comme une région assez favorable : un climat tempéré et sain, des sols fertiles, des communications au premier abord difficiles, rendues toutefois plus aisées par de nombreux sentiers piétons. Il n'est donc pas étonnant qu'elles soient aujourd'hui encore densément peuplées, tout comme elles l'étaient autrefois1. Aujourd'hui la densité peut aller jusqu'à 160 habitants au km2 (Douzant 1975 : 12). Pour les périodes anciennes, on possède peu de données. A. Ichon, pour la vallée moyenne du río Chixoy estime à 50 habitants au km2 la densité au Postclassique (Ichon 1979a : 57).

B - CADRE HISTORIQUE

40On évoquera rapidement l'histoire ancienne des Hautes Terres, pour s'attarder plus longuement sur la période qui concerne directement les sites étudiés, le Postclassique récent ou protohistorique.

1 - LES PREMIERS OCCUPANTS

41Jusqu'à ces dernières années, on considérait que l'important volcanisme dont avaient été l'objet les Hautes Terres, avait recouvert d'éventuels sites de chasseurs-collecteurs sous une épaisse couche de cendres. La seule référence à une occupation ancienne était la découverte à San Rafael, au nord de l'actuelle capitale, d'une pointe à cannelure (Coe 1960). En 1977, R. Gruhn et A. Bryan dataient le site d'El Tapiales, dans le Quiché, entre 11000 et 7000 avant J.-C. Ils y avaient relevé un outillage de basalte avec, notamment, une pointe de Clovis.

42Entre 1500 avant J.-C. et 150 après J.-C, les Hautes Terres sont progressivement occupées par des populations paysannes venues, semble-t-il, de la côte pacifique voisine où elles étaient installées dès 1200 avant J.-C, originaires probablement des Basses Terres du Mexique (Adams 1972 : 9). Dans les Hautes Terres, aux conditions climatiques favorables et aux sols volcaniques fertiles, ces populations ont pu cultiver du maïs, céréale adaptable à de multiples environnements, des haricots, courges, piments “complexe alimentaire [qui est la] base de toutes les cultures régionales de Mésoamérique”, au Préclassique (Willey 1971 : 142). Ces groupes sédentaires vivaient dans de petits villages, aux maisons au toit de chaume. Ce type d'établissement est considéré par K. Flannery comme “la clef de la structure sociale au Formatif” (1976 : 9). Ces paysans fabriquaient une céramique “dont l'excellence n'a jamais été égalée” (De Borhegyi 1965 : 9), dénotant une tradition ancienne. Cette poterie a permis l'établissement de séquences chronologiques à l'intérieur de cette période dite “Préclassique” ou “Formative”, essentiellement à partir des fouilles du grand centre de Kaminaljuyu. A la phase Arevalo (1500 à 1000 avant J.-C.) caractérisée par une céramique en forme de bouteille, a succédé la phase Las Charcas (1000 à 800 avant J.-C.) définie par une céramique très fine, à pâte blanche et motifs peints en rouge et par des figurines féminines. C'est au cours de cette phase et des phases suivantes Miraflores (300 avant J.-C. à notre ère) et Arenal (de notre ère à 150 après J.-C), que se sont développées les constructions cérémonielles et funéraires en terre crue (adobe).

43A Kaminaljuyu, plus de 200 monticules, correspondant à d'importantes structures en terre battue, ont été mis en évidence. Les plus importantes contenaient des tombes au très riche mobilier : céramique (parmi lesquelles certaines, orange au décor peint en négatif — type Usulutan — provenaient sans doute du Salvador), parures de jade et de coquille, outils d'obsidienne, etc. De cette période, datent également les premières stèles avec écriture de l'aire maya (Kaminaljuyu et sur la côte pacifique Abaj Takalik) où se manifestent des influences de la culture olmèque.

44Contrairement à ce que l'on a longtemps cru, l'occupation des Hautes Terres au Préclassique ancien (Arevalo) et moyen (Las Charcas) atteint même l'extrême limite septentrionale de la zone (Arnaud 1986 : 105). Les premiers occupants des Hautes Terres, sont donc des migrants, paysans venus de la côte pacifique, qui connaissaient la céramique depuis longtemps ainsi qu'une écriture.

2 - LA PERIODE CLASSIQUE (250-950 après J.-C.)

45Le terme “Classique” a été défini pour la civilisation des Basses Terres. Il correspond à la période de développement de grands centres très élaborés, aux monuments imposants, aux toits en voûte et à l'utilisation d'une écriture ainsi que l'usage d'un calendrier. Mais dans les Hautes Terres, aucun de ces traits caractéristiques n'apparaît plus à cette époque, même s'ils étaient présents à la fin de la période précédente; cette zone est désormais considérée comme marginale dans le développement de la civilisation maya.

46Au cours de la phase classique moyenne (400-700), Kaminaljuyu, grand centre commercial (Brown in Sanders et Michels 1977) entretient avec la ville de Teotihuacan, située sur les Hauts Plateaux mexicains, des relations suivies. On parlait même d'une véritable migration de colons de la grande métropole mexicaine vers les Hautes Terres du Guatemala. Depuis quelques années, à la lumière de nouvelles fouilles, ce schème est plus nuancé. C. Cheek définit ainsi 3 étapes dans les relations de ces 2 villes : au cours de la phase I (400-500), caractérisée par un contact économique “non-coercitif”, l'élite locale de Kaminaljuyu contrôle un système d'échanges inter-régionaux. A la phase II (500-550), le contact avec Teotihuacan ou un allié proche est beaucoup plus contraignant, un sérieux contrôle politique de la capitale mexicaine s'exerce, comme en témoigne toute une série de constructions réalisées selon les normes architecturales de Teotihuacan (avec notamment l'utilisation du talud-tablero) ainsi que des sépultures contenant des éléments mobiliers provenant de Teotihuacan (céramique Orange Fine, lames d'obsidienne verte, etc.). De 550 à 700, au cours de la dernière phase, on voit à Kaminaljuyu le déclin de l'influence de Teotihuacan qui correspond à la décadence de la capitale mexicaine (Cheek in Sanders et Michels 1977 : 444). Kaminaljuyu, vers 950, sera abandonnée.

47A partir de 600, la céramique n'est désormais plus influencée par Teotihuacan ou les centres classiques du Peten, elle montre une certaine standardisation ou “production de masse” (Rands 1965 : 130), indice d'une importante population. On note pour cette période classique récente (600-950), de nettes différenciations régionales; dans les Hautes-Terres du nord, les influences du Peten se font encore sentir, tandis qu'au centre et au sud apparaissent les premières céramiques à pâte semi-vitrifiée (Rands et Smith 1965 : 134). Il semble que la fin de cette période, très brutale dans les Basses Terres, ait été moins violente dans les Hautes Terres. Ce collapse dans les Basses Terres semble avoir eu des causes multiples : épuisement des sols ? épidémies ? révoltes paysannes ? L'hypothèse qui me paraît plausible est celle de jacqueries de paysans accablés de corvées de construction, de tributs en nourriture, etc. car il faut s'imaginer ce que devait être la reconstruction périodique de monuments immenses, dans un milieu technique qui ne connaissait ni la roue, ni les animaux de trait.

3 - LE POSTCLASSIQUE

48Vers la fin de la période qui commence vers 950 et se termine avec la conquête espagnole, en 1524, on entre dans l'histoire. En effet, des documents écrits nous sont parvenus concernant plus particulièrement le Postclassique récent (1250-1524), transcrits en espagnol dès le xvie siècle. Ce sont essentiellement des annales relatant l'histoire des dynasties dirigeantes, des títulos, titres de terre, et même avec le Popol Vuh, l'histoire sacrée des Quiché.

49Un certain nombre d'auteurs caractérisent le Postclassique en Mésoamérique comme une période d'intense militarisme, de large influence politique et culturelle d'origine toltèque, de développement de l'urbanisation (Willey et Philipps 1958 : 193-199). Sanders ajoute à ces traits l'existence d'importants réseaux commerciaux (Sanders et Price 1968 : 32). Pour P. Armillas, aux alentours de l'an 900, se produit une grande crise dans la société mésoaméricaine, la faisant passer d'un modèle théocratique à un modèle “séculaire-militariste” (1951 : 77).

50A la fin du premier millénaire, une population formée d'éléments nomades, les Tolteca-Chichimeca, de la famille linguistique uto-aztèque, mêlés aux Nonoalca sédentaires, peut-être originaires de la côte du Golfe, les Toltèques, s'est installée à Tula, “lieu des roseaux” dans l'Etat d'Hidalgo, au Mexique. Ces Toltèques étaient porteurs d'une idéologie nouvelle, guerrière et conquérante. Leur influence sera si grande que dans leurs annales, les dirigeants de toutes les grandes cités mésoaméricaines de cette époque, se réclameront de cette origine, que ce soit au Mexique à Tenochtitlan, à Texcoco ou à Cholula ou, dans les Hautes Terres du Guatemala à Utatlan, Iximché, etc.

51Simultanèment, l'urbanisation qui n'est pas un phénomène nouveau en Amérique — nous avons vu le développement de grands établissements à la période classique — se développe particulièrement à cette époque, à l'intérieur de sites généralement défensifs, où l'on peut noter une concentration de population de 2 000 à 3 000 habitants, avec une densité dépassant 2 000 personnes au km2 “dans un espace où apparaissent d'importantes différenciations internes basées sur des variations de richesse, spécialisation économique et pouvoir” (Sanders 1968 : 46 et 47).

52L'étude des Toltèques présente un certain nombre de difficultés : il y a eu peu de fouilles permettant d'avoir une idée précise de ce qu'ils étaient vraiment. Entre les textes dont nous disposons et les faits archéologiques, il y a souvent des divergences qui peuvent aller jusqu'à des contradictions.

53Utilisant les résultats des fouilles de Tula, dans l'Etat d'Hidalgo et de Chichen dans l'Etat du Yucatan, au Mexique, R. Carmack (1968) a analysé les traits caractéristiques de la culture toltèque. Il note sur le plan religieux, le culte du dieu Quetzalcoatl-Kukulcan dont l'effigie, le plus souvent sous forme de serpent à plumes, orne colonnes et frises. A ce culte est liée la pratique de sacrifices humains, comme en témoignent des plates-formes avec têtes de mort et des récipients où l'on mettait le coeur des sacrifiés. Les divinités toltèques secondaires sont : Itzapapalotl, Xochiquetzal, déesse de l'amour; Tlaloc, Tlahuiz-calpantecuhtli, avatar de Quetzalcoatl, sous forme d'étoile du matin; Chicomecoatl, Tezcatlipoca, Tlalchitonatiuh, ces trois dernières surtout représentées à Chichen. Sur le plan idéologique, une importance croissante est donnée aux ordres guerriers représentés dans l'iconographie par des aigles et des jaguars.

54En architecture, l'espace s'agrandit considérablement. De grandes salles à colonnes sculptées sont construites, destinées à recevoir les guerriers, tandis que de nouveaux types de céramiques apparaissent, le type Coyotlatelco, rouge et beige et Mayapan, au décor interne de lignes peintes. Enfin, un artisanat très raffiné se développe, métal, plumes, jade seront travaillés comme jamais; ce qui valut chez les Aztèques, le nom de “toltèque” à tout artisan remarquable. Ainsi, lorsqu'on parle de “toltèque”, il s'agit surtout d'un ensemble de traits culturels caractéristiques.

55Un problème se pose lorsqu'on parle de l'influence toltèque chez les Mayas des Hautes Terres. Tous ces dirigeants des Hautes Terres, qui se proclament désormais d'ascendance toltèque et parlent de Tula (ou Tollan) comme de leur lieu d'origine, à quoi font-ils référence exactement ? En effet, Tula n'est pas un lieu unique et il existe plusieurs villes de ce nom. De plus, légendes et mythes se surajoutent aux documents archéologiques et il devient difficile de dégager la réalité d'une histoire reconstruite.

56Différentes hypothèses ont été proposées, en particulier par N. Davies et par R. Carmack. Pour N. Davies, qui a travaillé surtout à partir des documents écrits, il existerait “une pléthore de Tollan” (1977 : 29). Trois sont particulièrement importantes (voir figure 4) :

  1. La Tollan du Plateau Central mexicain (Hidalgo), dite Tollan Xicocotitlan.
  2. Une Tollan située sur la côte du golfe du Mexique, du côté de Laguna de Términos, dans l'Etat du Campeche ou, dans l'Etat du Tabasco, dite Tollan Zuiva.
  3. Chichen, dans le Yucatan, où le dieu Quetzalcoatl se serait réfugié après s'être disputé avec son frère à Tollan Xicocotitlan, prenant le nom de Kukulcan.

57Selon N. Davies, d'après le Popol Vuh, texte écrit par les Mayas-Quiché et les Anales de los Cakchiqueles, qui concernent les Mayas-Cakchiquel, les relations avec la culture toltèque se manifestent d'abord par le fait que les dirigeants de ces groupes mayas - qui rappelons-le, se proclament d'ascendance toltèque — portent des noms qui sont des variantes du fameux nom Quetzalcoatl. N. Davies note en particulier le nom d'un dirigeant quiché, Nacxit “nom qui est synonyme de Quetzalcoatl dans l'aire maya” (1977 : 191). De même, dans le Popol Vuh, est fait mention de Gucumatz, le “serpent à plumes” c'est-à-dire Quetzalcoatl.

58Quant au Tollan auquel est fait référence, ce peut-être soit Tollan Zuiva, soit Chichen. Il existe, pour ces 2 villes, des arguments positifs et négatifs. S'agit-il de Tollan Zuiva, située sur la côte du Golfe ? Dans le Popol Vuh, Gucumatz est le dieu de la côte du Golfe et vient de Tulan Zuiva. Mais les textes parlent d'un Tollan Zuiva, situé à l'est, alors que par rapport aux Hautes Terres du Guatemala, il devrait être à l'ouest. En fait, il semble qu'il ait pu y avoir confusion entre Tollan Xicocotitlan et Tollan Zuiva; la migration de la Tollan d'origine vers Tollan Zuiva s'effectuant bien alors vers l'est. A moins que cette confusion entre l'est et l'ouest n'ait été due au fait que les influences toltèques auraient pu également pénétrer au Guatemala par le port de commerce putun de Nité, situé sur l'océan Atlantique, donc à l'est.

59S'agit-il de la grande Chichen du Yucatan ? En faveur de l'hypothèse, que va retenir N. Davies, d'une influence toltèque dans les Hautes Terres du Guatemala par l'intermédiaire de Chichen, on trouve dans les textes des références à des présents que les chefs des Hautes Terres feraient aux dirigeants de Chichen. Pour N. Davies, cette influence toltèque n'est donc pas directe, elle se serait faite par l'intermédiaire de Chichen. Et de conclure que “les tribus du Guatemala ont acquis un vernis non d'origine purement toltèque en provenance de Tollan Xicocotitlan, mais d'une civilisation Toltèque-Maya venue de la grande Chichen, la Tollan ou Tula de l'est” (1977 : 194).

Figure 4 - MIGRATIONS TOLTEQUES DANS LES HAUTES TERRES.

60R. Carmack dans son article déjà cité démontre qu'il existe une très nette influence toltèque dans les Hautes Terres au Postclassique récent : les sites deviennent défensifs, l'architecture comporte des traits connus chez les Toltèques : temples doubles, longues structures à colonnades, talud, jeux de balle fermés, structures rondes et, en ce qui concerne les coutumes funéraires, usage de la crémation en urnes.

En conclusion, les sites protohistoriques des Hautes Terres du Guatemala présentent plusieurs traits toltèques qui montrent leur corrélation avec les traditions historiques d'une origine en provenance de Tula des ancêtres des populations de cette zone (Carmack 1968 : 64).

61Cependant beaucoup d'autres traits toltèques sont absents dans les Hautes Terres à cette époque : pas de sculpture de scènes guerrières, pas de colonne sculptée de serpents à plumes. Cela amène l'auteur à penser qu'il n'existait pas de contact direct entre les sites des Hautes Terres et Tula : “cette évidence négative doit écarter la possibilité d'une migration de Toltèques de Tula vers les Hautes Terres” (ibid). Il n'y aurait donc pas eu de migration toltèque directe de Tula vers les Hautes Terres. Il est vrai qu'un contact direct semble difficile dans la mesure où la chute de Tula date de 1200 et où les centres postclassiques récents ont été établis au plus tôt vers 1250.

62Pour R. Carmack, “ce que l'on sait à partir des documents semble indiquer que le lieu d'origine des ancêtres des dynasties régnantes des Hautes Terres du Guatemala se situait dans le Tabasco ou le sud de Veracruz, Mexique” (Carmack 1968 : 65). Ces documents, du Yucatan comme des Hautes Terres, parlent de Tulan-Zuiva, lieu difficile à identifier qui serait peut-être, d'après R. Carmack, près de Laguna de Los Términos (1968 : 66). Il s'agirait d'un centre de commerce fondé par les Toltèques de la Tula d'Hidalgo et serait donc bien à l'est de la capitale d'origine. A l'appui de cette hypothèse, on trouve dans les documents mexicains des références sur l'établissement de Toltèques dans le Tabasco. Et l'auteur de conclure “On peut parler, avec certaine certitude d'une Tula secondaire”, l'un de ces “états toltèques épigonaux, située quelque part dans la région du Tabasco, d'où viendraient les ancêtres des populations des Hautes Terres du Guatemala” (1968 : 67).

  • 2 Langue de la famille maya.

63Analysant quelques-uns des traits qui caractérisaient ces ancêtres, R. Carmack note “qu'ils devaient parler le Chontal2, la langue dominante du Tabasco... et utilisaient probablement quelques rudiments de Nahua” (1968 : 69); leur divinité principale, Quetzalcoatl-Kukulcan, était “le dieu de l'élite des Chontal du Tabasco”. L'auteur remarque qu'un certain nombre de produits agricoles et cérémoniels, mentionnés dans les textes des Hautes Terres “font partie d'une écologie typique de la côte du Golfe : pataxte, cacao, zapote, jocote... matasano, anona” (1968 : 69). Parmi les traits architecturaux communs aux populations protohistoriques du Tabasco et des Hautes Terres, Carmack mentionne “les escaliers doubles, les autels circulaires, les représentations de jaguar en stuc, les centres cérémoniels érigés sur des croupes élevées, des murs en terrasses, des revêtements de stuc superposés (appliqués avec des intervalles relativement courts dans le temps” (ibid.). Dans les deux régions, des clochettes de cuivre et d'autres objets de métal ont été découverts. Tous ces éléments pris ensemble, même s'ils ne “présentent pas la même pertinence” suggèrent que “les ancêtres des populations des Hautes Terres du Guatemala... qui devaient être des Chontals nahualisés, étaient originaires du sud de la côte du Golfe” (1968 : 70).

64S'interrogeant ensuite sur la nature de l'influence toltèque dans les Hautes Terres, R. Carmack, utilisant des données linguistiques, considère qu'un “petit nombre d'ancêtres toltèques ont dû entrer en contact avec des populations autochtones, importantes, bien établies”, si bien que “les langues des migrants, peut-être Chontal et Nahua, ont été apparemment absorbées par les langues d'une population indigène beaucoup plus importante”, quant aux termes nahua conservés dans ces langues, ils “sont étroitement liés aux activités politiques et rituelles” (1968 : 71). Il y a donc

des évidences linguistiques d'un mouvement vers les Hautes Terres de Guatemala de petits groupes parlant Nahua (ou plutôt nahualisés) qui, si l'on en juge par les mots qu'ils ont introduits dans les langues mayas des populations locales, se seraient installés comme des dirigeants porteurs de terrifiantes habitudes de guerre et de sacrifice humain (1968 : 72).

65Véritables colonisateurs se faisant payer tribut, ces petits groupes étaient composés “d'hommes qui étaient en même temps chefs et prêtres, en relativement petit nombre et pour la plupart sans femme” (ibid.).

66En conclusion R. Carmack estime que l'influence toltèque n'a pas été aussi forte dans les Hautes Terres du Guatemala qu'à Mexico-Tenochtitlan ou au Yucatan.

Les modèles toltèques étaient affaiblis et altérés au Postclassique récent parce qu'ils ont été introduits par des groupes “secondaires”, hybrides, de la côte du Golfe... En dehors des institutions politico-religieuses, les modèles mayas ont toujours été dominants (1968 : 86).

67Ainsi, pour N. Davies comme pour R. Carmack, il n'a pas existé de relations directes entre les gens de Tula et les conquérants des Hautes Terres. Le lieu d'origine de ces derniers peut être selon N. Davies, Chichen au Yucatan, selon R. Carmack, Tula-Zuiva dans le Tabasco.

68Il parait bien difficile de prendre parti pour l'un ou l'autre de ces 2 auteurs, il semble qu'il manque encore des données archéologiques pour pouvoir dépasser le stade des hypothèses. Ne reste donc-t-il rien de Tulan Zuiva ? Il faudrait également pouvoir reprendre point par point les arguments de chacun des auteurs. Pourquoi par exemple, Carmack prétend-il qu'un certain nombre de produits agricoles et cérémoniels font partie d'une “écologie typique de la côte du Golfe” alors que nous avons constaté que tous ces produits existaient aujourd'hui dans les Hautes Terres du Guatemala. Doit-on en conclure que ces migrants belliqueux transportaient avec eux les graines de leurs fruits préférés ?

69Quoiqu'il en soit, cette période qui concerne plus particulièrement le travail présenté ici, peut être caractérisée par l'arrivée d'une dernière vague de migrants mexicains venus dominer les populations mayas locales, porteurs d'une idéologie guerrière et expansionniste qui se traduira par d'incessantes guerres inter-tribales entre Quiché, Cakchiquel, Tzutuhil, etc.

C - LA SOCIETE POSTCLASSIQUE RECENTE

70Une fois présentés le cadre géographique et le cadre historique, nous entrons, avec ce chapitre sur la société au Postclassique récent, dans le “vif” du sujet. C'est en effet autour de ce thème que s'oriente le travail présenté ici. La problématique, on l'a vu, avait trois objectifs définis à partir de l'étude des zones d'habitat en relation avec des centres civico-religieux. Il s'agissait d'appréhender l'organisation interne des unités d'habitation, de déterminer la population des centres et de tenter une interprétation de son mode de groupement et de son organisation sociale.

71Tous les documents de terrain recueillis apporteront des éléments qui permettront de se faire une certaine idée de la société qui vivait dans les Hautes Terres au Postclassique récent. Avant de présenter mes propres documents de terrain, je voudrais dire ce que l'on sait de cette société, d'une part à travers les ouvrages archéologiques, d'autre part à travers les documents écrits.

1 - DONNEES ARCHEOLOGIQUES

72Parmi la dizaine de sites présentant une occupation de cette période, le site de Zaculeu (voir figure 2), fouillé par R. Woodbury et A. Trik, offre l'avantage d'avoir été occupé pendant une période de 800 ans — ce qui permet de dégager une évolution diachronique. L'ouvrage Excavations at Zaculeu de R. Woodbury et A. Trik (1953), essentiellement descriptif, qui comporte un plan général du site, des plans de détail des structures, le relevé et la localisation des tombes et des caches, ainsi qu'une étude de la céramique permettant l'établissement d'une séquence chronologique divisée en quatre phases (Atzan, 250-550; Chinaq, 550-1000; Qankyak 1000-1250 et Xinabahul, 1250-1540), met en évidence certaines caractéristiques de la société maya locale.

  1. Il existe une tradition de travaux collectifs pour la construction, la réfection, l'agrandissement des monuments du centre civico-religieux, supposant une organisation sociale hiérarchisée.
  2. Les modes d'inhumation sont variés “depuis la tombe circulaire élaborée... jusqu'aux sépultures toutes simples dans les remblais des structures” (1953 : 77).
  3. L'analyse des restes osseux a montré qu'aucune pratique mortuaire n'était spécifique d'un sexe ou d'une classe d'âge. “Hommes, femmes, adultes et enfants sont présents dans tous les types de sépultures, dans toutes les positions, en sépulture simple ou collective”... (1953 : 80).
  4. Par contre, des différences sont notables au niveaux du mobilier contenu dans les tombes. “Il y a peu de doute que la grande richesse des objets se remarquait seulement dans les tombes de ceux qui occupaient une position élevée dans la communauté” (1953 : 284).
  5. La présence d'objets importés, dans les tombes et les caches : céramiques de Teoti-huacan, coquilles de l'Atlantique et du Pacifique, etc. tend à prouver des échanges avec d'autres groupes.

73Ces conclusions ne concernent pas la société globale, mais une fraction de celle-ci, l'élite :

Puisque Zaculeu était un centre religieux et politique et puisque la population qui l'entretenait vivait en dehors du centre, les traits que nous avons notés reflètent un seul aspect de la culture locale. Sur la vie domestique de la majorité des Indiens de la région, leur vie quotidienne, leur alimentation, leurs techniques agricoles, leur habitation et leur vêtement, malheureusement nous ne savons rien (1953 : 284).
Il n'est donc nullement question de la majorité de la population, qui était rurale.

74Le Postclassique récent est représenté à Zaculeu par la phase Xinabahul. Les auteurs la caractérisent tout comme les phases précédentes, par la construction ou l'agrandissement de structures de deux types principaux, des pyramides-temples et des longues structures. Toutefois, un certain nombre de traits architecturaux apparaissent, empruntés à une tradition toltèque, emprunts qui, nous l'avons vu, caractérisent cette période dans les Hautes Terres : les longues structures prennent de l'ampleur et sont dotées sur la façade d'ouvertures multiples séparées par des colonnes cylindriques aux motifs stuqués et peints; elles comportent pour leur aménagement intérieur une banquette le long du mur du fond et des murs latéraux. On peut les comparer, toutes proportions gardées, au “Palais brûlé” de Tula ou au “Temple des Guerriers” de Chichen. Ces traits semblent bien correspondre, pour ce site, au développement du militarisme et des ordres guerriers dont on a des preuves ailleurs (bas-reliefs de Chichen, documents écrits, etc.).

75De plus les traditions changent dans le mode d'inhumation : désormais les morts sont incinérés et leurs cendres, déposées dans des urnes de céramique, enterrées au pied des structures principales. Le mobilier du mort est plus que modeste : quelques perles de pierre dure, un peu de métal. Les valeurs ont changé. C'est alors que des temples jumeaux, ceux de Kukulcan et de Tohil, s'élèvent en bien des endroits, comme à Mixco Viejo ou Chuitinamit, indice d'un nouveau panthéon.

76Cette période parait, à travers les fouilles, bien sévère et froide par rapport à celles qui l'ont précédée. La société, l'élite, puisqu'il s'agit d'elle, paraît loin des préoccupations artistiques de ses prédécesseurs. Mais l'austérité des fouilles concernant cette période est contrebalancée par la présence de documents écrits. Les sites reprennent vie à travers eux.

77Quant à la céramique

Il est drôle [ironie] que nous sachions si peu de choses sur celle-ci (généralement la meilleure source des archéologues pour faire des reconstructions culturelles) de la période de la préhistoire guatémaltèque la mieux documentée (Wauchope 1970 : 240).

78Au nombre des céramiques décorées, 2 types principaux sont partout représentés :

  1. La céramique bichrome Forteresse Blanc sur Rouge comprenant essentiellement des bols tripodes et des pots à ouverture étroite.
  2. Une céramique polychrome blanc sur rouge et noir et rouge sur blanc, souvent appellée Chinautla Polychrome3 et qui comprend d'après Wauchope “au moins 4 ou 5 grandes variétés de style” reflètant certains régionalismes4 qui “recoupent les frontières ‘nationales’ et linguistiques” (idem 237). On trouve les mêmes types de récipients que pour le type précédent. Des encensoirs à manche, au corps moulé sont également caractéristiques de cette période.

79Les céramiques sans décor comprennent une très forte proportion d'un type Micacé qui, selon Wauchope, “pourrait être la production d'un seul centre, de même que les encensoirs moulés à manche” (ibid. 238). Cette céramique Micacée comprend une grande variété de formes, à l'exclusion des bols tripodes spécifiquement décorés.

2 - LES DOCUMENTS ECRITS

80Ces documents écrits se classent en 2 catégories : les documents indigènes et les documents espagnols. Jusqu'à aujourd'hui on n'a pas retrouvé de textes écrits en langue indigène, bien que des indices permettent d'inférer leur existence, il existe en maya-quiché un terme désignant le fait d'écrire : tz’ib. Et certains chroniqueurs espagnols anciens tels B. De Las Casas et F. Fuentes y Guzmán ont vu ou entendu parler de textes écrits avec, semble-t-il, des pictogrammes et des symboles idéographiques (Carmack 1973 : 13). De tels documents, les códices, étaient réalisés par des spécialistes et conservés avec grand soin, car ils contenaient l'histoire, bien jeune, des nouveaux dirigeants et validaient ainsi leur pouvoir et leur droit de recevoir tribut.

81Il reste sans doute à découvrir bien des textes traditionnels qui sont conservés dans les villages, jalousement gardés essentiellement dans les confréries religieuses. Comme me disait un jour Gabriel, un Maya-Mam, “chez nous depuis longtemps, depuis que les Espagnols sont venus, on sait qu'il ne faut pas tout dire, qu'il faut garder beaucoup de choses par-devers nous”.

82Les documents mayas connus aujourd'hui sont donc des textes écrits par des indigènes, dont on ne connaît que la transcription en espagnol, peu après la Conquête. Il s'agit essentiellement de titres, les títulos. Pour R. Carmack ces documents “n'ont pas été écrits à l'origine pour faire office de titres de terres, mais ont eu cette fonction plus tard, au fur et à mesure que les problèmes relatifs à la terre devenaient plus graves [more critical] ” (Carmack 1973 : 19). Ces títulos concernaient non seulement les généalogies des dirigeants, les tributs (liés à la conquête de terres nouvelles), les privilèges, mais contenaient aussi des éléments de religion et de divination.

83Parmi les plus connus de ces documents indigènes post-hispaniques, citons le Popol Vuh, écrit par un membre d'un lignage majeur maya-quiché entre 1554 et 1558, découvert en 1701 par le dominicain F. Ximénez et transcrit par lui. Ce manuscrit raconte en particulier la migration des ancêtres des Mayas-Quiché d'Utatlan, et leur histoire mythique. Les Anales de los Cakchiqueles, écrites à Solola vers 1573, par un membre d'un important lignage maya-cakchiquel sont une chronique historique. Le Título de los señores de Totonicapan, traduit en 1834, décrit les conquêtes et hauts faits des dirigeants quiché de Totonicapan. Le Rabinal Achi ou “Danse du Tambour”, publié en 1862, par l'abbé Ch. Brasseur de Bourbourg, qui fut curé de Rabinal, est un drame qui relate l'histoire d'un chef militaire quiché attaquant la province de Rabinal. Il est joué encore aujourd'hui une fois par an, dans le village de Rabinal.

84Outre les informations historiques qu'ils contiennent, ces textes révèlent l'organisation des sociétés dont ils parlent, surtout de la société quiché, sans doute la plus importante de cette période, même si elle a connu des moments de déclin, en particulier au moment de sa lutte avec les Cakchiquel.

85Les documents espagnols qui nous apportent des informations sur la société maya au moment de la Conquête sont dûs — pour les Hautes Terres du Guatemala — aux conquérants eux-mêmes, tel Pedro de Alvarado, et à des chroniqueurs, généralement religieux. Citons entre autres le dominicain B. de Las Casas et son Apologética Historia, commencée en 1527, trois ans seulement après la conquête du pays. Un autre dominicain, F. de Viana, est à l'origine d'un dictionnaire maya-pokomam, source d'informations précieuses pour les archéologues et ethnohistoriens. Au moment de la colonie espagnole (xvie siècle-xviiie siècle), les Relaciones écrites pour la Cour d'Espagne contiennent parfois d'intéressants détails sur le mode de vie indigène. Il en est de même pour les documents rédigés par des historiens hommes de cabinet, tel le dominicain A. de Remesal, ou A. de Fuentes y Guzmán. F. Ximénez déjà cité, est sans doute l'une des meilleures sources d'information pour cette époque. Son approche, véritablement ethnographique est tout à fait remarquable et son Historia de la provincia de San Vicente de Chiapa et de Guatemala, passionnante.

86Que sait-on de cette société maya à travers ces documents indigènes transcrits et les textes de chroniqueurs espagnols ? On prendra comme exemple la société quiché, qui est le groupe maya le mieux documenté et le mieux étudié aussi.

87La société quiché est divisée en trois catégories sociales : les nobles, les “vassaux” et les esclaves.

  1. Les nobles ou ajawab “chefs, caciques” (Saenz 1940), se déclarent descendants des Toltèques. Ils sont regroupés en patrilignages exogames, les nimja, terme qui signifie en quiché “grande maison”. Ces ajawab ont des fonctions politiques, religieuses et militaires. Ils possèdent un certain nombre de privilèges, de titres tels que ajpop, littéralement “celui qui est sur la natte”, “roi”, k'alel “chef”, atzij winak “prêtre”, perçoivent le tribut, ont des emblèmes spécifiques : nattes, plumes, peaux de jaguar (tous objets en matériau périssable, ne laissant pas de trace décelable pour les archéologues...). Ils sont seuls autorisés à pratiquer le jeu de balle dans les courts aménagés à cet effet et à utiliser la flûte et le tambour (Las Casas 1958 : 153). Ils ont enfin leurs propres lois. De leur origine toltèque, ils ont gardé l'usage de la langue nahua et un panthéon spécifique avec Tohil, dieu céleste et solaire; K'ucumatz, associé à l'eau; Awilix, déesse de la lune; Jacawitz, dieu de la montagne, etc. en l'honneur desquels se déroulent des cérémonies. Ils résident dans des palais disposés autour de cours et portent des vêtements de coton, matériau qui leur est exclusif; de même ils portent des manteaux qui descendent à mi-cuisse tandis que ceux des vassaux doivent être beaucoup plus courts (Arboleda 1964 : 100). Aujourd'hui encore le vêtement, en particulier sa longueur, est symbole du rang et de la classe d'âge de l'individu dans les communautés mayas.
  2. Les “vassaux” al c'ajol, sont également affiliés à des patrilignages ou amak, terme différent de celui qui désigne les patrilignages nobles. Ce terme que F. Ximénez traduit “un petit village étendu comme les pattes d'une araignée” (1929 : 130), met en évidence la coïncidence entre la patrilinéarité et la patrilocalité. Ils parlent une langue maya. Simples spectateurs de la religion officielle, ils ont leurs dieux spécifiques (encore que mal connus), ils fournissent le tribut, se battent et produisent leur nourriture. Leurs maisons sont simples, comme on le verra dans les fouilles de Mixco Viejo et leurs vêtements en fibre d'agave, car le coton leur est interdit. Nobles et “vassaux” partagent un même espace, le chinamit ou “lieu fortifié”. Ce terme qui fait intervenir une notion territoriale est particulièrement important pour une comparaison avec des données archéologiques. C'est à l'intérieur de cet espace que s'organise le lever des tributs, la construction des monuments, l'organisation de la guerre, les rituels...
  3. Les esclaves, munib, sont utilisés comme serviteurs, pour les travaux agricoles et à l'occasion des sacrifices humains.

88La place des marchands et artisans est difficile à définir, ils forment, selon Carmack, deux classes à part, entre les nobles et les vassaux. Les marchands yacol “celui qui achète et revend”, voyageaient beaucoup; le commerce était une activité très développée dans les Hautes Terres et les marchés importants. Dans les centres où ils s'arrêtaient, ils logeaient et étaient nourris dans les maisons des nobles. Mais ils payaient tribut, comme les vassaux. Il semble qu'ils aient eu un dieu patronal Ek Chuah, le dieu au nez retroussé (Thompson 1970 : 306), dont on a retrouvé de nombreuses effigies sur le site de Cauinal, étudié plus loin.

  • 5 On se souvient que le cacao servait de monnaie chez les Mayas.

89Les marchands vendaient des produits lok, c'est-à-dire “dont la valeur dépassait vingt cacaos”; les vassaux se rendaient également au marché et vendaient leurs produits q'uex, c'est-à-dire “dont la valeur est inférieure à vingt cacaos”5 (Coto, cité par Carmack 1979 : 81).

90On sait peu de choses des artisans. Il semble que certains d'entre eux, comme les peintres et orfèvres, aient appartenus à la classe noble (mais aux lignages secondaires et non pas principaux).

91Outre les différentes classes sociales, à travers ces documents, on connaît l'organisation des établissements. Chez les Mayas-Quiché, ceux-ci sont divisés en quatre quartiers, quatre chinamit correspondant à quatre lignages nobles nimja, un majeur et trois mineurs, pouvant être regroupés par deux. S'agit-il de moitiés cérémonielles ? Liées à des règles de mariage ?

92L'analyse du site de Cauinal montrera comment les lignages s'organisent spatialement. Il existe en effet — on l'avait déjà vu avec le terme amak ou amag — une concordance nette entre l'organisation spatiale et l'organisation sociale de cette société, fait particulièrement intéressant pour les archéologues. D'ailleurs diverses tentatives d'interprétation de sites à partir de documents écrits ont été faites ces dernières années. Les documents écrits présentent donc une société complexe, très hiérarchisée, mais font surtout connaître la classe noble, l'élite. Ce détour semblait nécessaire pour donner plus de vie aux données archéologiques qui seront présentées maintenant.

Notes

1 Les Mayas des Hautes Terres du Guatemala sont actuellement environ 4 millions.

2 Langue de la famille maya.

3 "Selon une tendance malheureuse" écrit Wauchope (1970 : 238).

4 Comme à Mixco Viejo, par exemple.

5 On se souvient que le cacao servait de monnaie chez les Mayas.

Table des illustrations

Légende Figure 4 - MIGRATIONS TOLTEQUES DANS LES HAUTES TERRES.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3641/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter