Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ethnopréhistoire de la maison maya

 | 
Marie-France Fauvet-Berthelot

Introduction

Texte intégral

A - CHOIX DU SUJET

1Un jour de l’été 1966, alors que je faisais l’inventaire du matériel lithique sur le site magdalénien de Pincevent. en Seine-et-Marne, il me fut proposé d’aller fouiller des habitations préhispaniques au Guatemala. Je ne me doutais pas ce jour-là que j’allais me prendre d’un tel attachement pour le monde maya. J’appris à connaître dans le même moment les Mayas d’avant la conquête espagnole et ceux qui vivent aujourd’hui avec les difficultés que l’on sait. Ma formation en préhistoire m’avait appris la richesse du quotidien et je trouvais dans l’étude des très rustiques habitations mayas un intérêt sans cesse accru.

2Fouiller ces habitations était pour moi faire connaître un monde souvent oublié des archéologues mayanistes. Il est en effet fréquent - sinon normal — lorsqu’il y a “haute culture” de parler de temples, dieux, palais et rois et de laisser dans l’ombre ceux qui ont permis ces créations célèbres.

3En m’intéressant au monde quotidien des Mayas, j’ai voulu faire revivre ceux qui ont tant travaillé et sans doute aussi tant souffert, foule très anonyme, pour laisser des chefs-d'œuvre à la mémoire des hommes. J’ai voulu aussi rendre hommage aux paysans guatémaltèques actuels - ceux qui si souvent m’ont aidée dans ma fouille — et qui aujourd’hui luttent pour survivre et garder leur identité ethnique.

4Cet intérêt que j’ai toujours eu pour l’étude de la vie domestique m’a permis de me spécialiser au sein d’une équipe d’archéologues. Je laissais volontiers aux autres les structures de prestige, les tombes au riche mobilier, pour les délices d’un sol brûlé ou d’un fragment de pierre à moudre. Mais cette spécialisation n’a été rendue possible que parce que je n’étais pas seule, et ce travail n’a pu aboutir que parce qu’il faisait partie d’un programme de recherche global dans lequel il a toujours été facile de dialoguer avec les autres membres de l’équipe. Il m’a été ainsi possible d’étudier les structures d’habitat préhispaniques dans un contexte précis, à savoir dans les relations étroites qu’elles entretenaient avec les centres civico-religieux où se déroulaient les activités politiques et cérémonielles de la communauté.

5Pourquoi avoir choisi d’étudier en priorité les structures d’habitat en relation avec ces établissements ? Une des raisons est d’ordre “technique” ou pratique : ces structures de 4 à 8 m de longueur et de 3 à 5 m de largeur, qui se caractérisent par un soubassement de pierres de 0,30 à 0,50 m de hauteur, sont plus facilement repérables dans une zone qui généralement n’a pas été “traumatisée” par une mise en culture. La recherche de l’habitat dispersé, qui à coup sûr existait déjà à l’époque préhispanique, comme en témoignent parfois des terrasses le long de courbes de niveau, s’avère beaucoup plus difficile; les plates-formes d’habitations se présentent toujours très abîmées, apportant peu d’informations. Mais surtout, la rentabilité scientifique de l’étude des structures d’habitat proches des établissements civico-religieux est beaucoup plus grande. Celles-ci permettent en effet par l’évaluation de leur nombre, le calcul de la population de l’établissement, donnant ainsi une idée de l’importance du site et amenant à se poser des questions sur les moyens de fonctionnement de celui-ci, sur son histoire. Elles apportent aussi, par l’étude du mode de groupement des structures, des informations de type sociologique. Dans l’idéal, nous avons cherché à retrouver le schéma de fonctionnement du dispositif citadin dont parle A. Leroi-Gourhan dans Le geste et la parole (1964 : 317 et figure 76), en recherchant en particulier les zones d’activité artisanale. Enfin à travers l’étude de leur organisation interne, elles nous font connaître le mode de vie quotidienne, le niveau technique, l’organisation de l’espace familial de ses occupants.

6Les trois axes de recherche, démographique, sociologique et ethnologique, ont été choisis parce qu’ils ont paru les plus opérationnels pour répondre au problème de la nature des sites étudiés. Il s’agissait en particulier de mesurer la validité de l’hypothèse couramment admise que des établissements mayas étaient des “cités vides” (vacant towns), c’est-à-dire occupées uniquement par les dirigeants avec quelques serviteurs, et animées seulement au moment des marchés et des fêtes par l’afflux des populations dispersées dans la campagne environnante.

7Par l’étude des structures d’habitat en relation avec ces centres, j’ai essayé de voir s’il ne convenait pas de nuancer cette hypothèse ou de la contredire. C’est ainsi que j’ai été amenée à identifier plusieurs centaines d’habitations, à en fouiller une quinzaine au cours de 6 campagnes de fouilles qui se sont déroulées entre 1966 et 1980 (figure 1).

8La première mission, en 1966-1967, concernait le site postclassique récent de Mixco Viejo (mission effectuée dans le cadre du Ministère des Affaires Etrangères, sous la directin de H. Lehmann). Là, j’ai travaillé pendant 6 mois consécutifs, de novembre 1966 à avril 1967. Trois habitations de 25 m2 environ chacune et leur périphérie, d’une surface à peu près équivalente (A31, A32, G10) ont été fouillées. En même temps, je surveillais la recherche (par une équipe de 5 personnes, paysans recrutés localement) d’habitations isolées ou de groupes d’habitations, afin de compléter le travail entrepris lors de la précédente campagne par P. Becquelin. Ensuite, c’est en tant que détachée du Museum National d’Histoire Naturelle, que j’ai effectué des campagnes de fouilles qui n’excédaient jamais 3 mois consécutifs.

Figure 1 - LES HAUTES TERRES DU GUATEMALA - 1) massif des Cuchumatanes; 2) massif de la Sierra Madre.

9A Pueblo Viejo-Chichaj, dans le cadre de la RCP 294, deux séjours sur le site ont été effectués : du 7 au 23 janvier 1974 où, seule archéologue avec une équipe de 6 personnes, j’ai recherché les zones d’habitat situées en dehors du centre, soit un ensemble d’une quinzaine de plates-formes ou murs de soutènement disposés le long des courbes de niveau au nord-est, à quelque distance du centre (groupe V). La structure 9 de ce groupe, plate-forme rectangulaire de 8,50 x 4,25 m’a été fouillée. Du 12 au 25 février 1976, avec une équipe de 6 personnes, j’ai exploré un ensemble résidentiel de 3 structures disposées en U autour d’une petite place (ensemble Y), situé à l’intérieur du centre comprenant une longue plate-forme flanquée de 2 petites plates-formes.

10Dans le cadre de la RCP 500, j’ai travaillé sur le site de Cauinal en 1979 et 1980 : du 6 février au 29 mars 1979, aidée d’une étudiante en archéologie de Paris I, C. Plocieniak et d’un étudiant en archéologie de l’université San Carlos de Guatemala, MrA. Leal, avec une équipe de 12 personnes, la zone d’habitat A’ qui s’étendait sur un peu plus de 2 ha et comprenait environ 190 structures a été dégagée. Un ensemble de 8 structures a été fouillé.

11En 1980, je suis revenue du 4 au 28 janvier avec M.A. Leal et une équipe de 9 personnes. Tandis que M.A. Leal fouillait l’ensemble XXXII du groupe A’, situé sur la colline, je travaillais sur l’ensemble XXX à l’extrémité du site, formé de 5 structures, où l’année précédente avait été remarquée une densité particulièrement forte de vestiges d’obsidienne. En même temps, le dégagement de 2 grandes structures de combustion circulaires qui se sont révélées être des fours à chaux était réalisé. Enfin, cette même année, du 5 au 20 février, nous sommes allés avec le topographe de la mission, J. Goust, et une équipe de 26 personnes explorer un site d’habitat El Talpetate faisant partie du “grand Cauinal”, situé sur un promontoire et comprenant 147 structures, la majorité plates-formes d’habitation, dispersées sur 8 ha. Le temps disponible et le mauvais état des structures n’ont pas permis de pratiquer de décapages horizontaux.

12Tous ces établissements présentent des caractères communs : ils sont situés dans les Hautes Terres du Guatemala, région homogène d’un point de vue tant géographique que culturel. D’autre part tous ces sites appartiennent à une même période : le Postclassique récent ou protohistorique, qui dure un peu moins de 3 siècles (1250-1524) et qui est caractérisé par les dernières migrations de guerriers venus du Mexique. Les zones d’habitat ont donc été étudiées essentiellement pour cette période finale, ce qui permettait de poser la problématique dans une perspective synchronique.

13J’ai écrit plus haut combien les structures d’habitat avaient été longtemps négligées dans les études mayanistes. Il serait plus exact de dire qu’il y a un niveau d’étude de la structure d’habitat qui n’a jamais été abordé, c’est celui de l’approche ethnologique rendue possible par une fouille fine que le professeur A. Leroi-Gourhan pratique depuis de nombreuses années dans ses fouilles préhistoriques et que D. Clarke dans son livre Spatial archaeology, appelle micro-level.

B - HISTORIQUE DES RECHERCHES

14R. Adams (1969) et J. Marcus (1983) ont retracé l’historique des recherches archéologiques en zone maya, faisant apparaître la prépondérance des travaux réalisés dans les Basses Terres considérées comme culturellement plus brillantes que les Hautes Terres. La grande majorité des fouilles a été effectuée par des institutions nord-américaines. Dans les Hautes Terres depuis 1954, outre celles-ci, des équipes françaises et espagnoles ont réalisé des programmes archéologiques ou pluri-disciplinaires. Tous ces travaux ont abouti à 2 types de publications : étude de sites ou monographies et études régionales.

1 - LES MONOGRAPHIES (figure 2 et tableau 1)

15Au nombre d’une quinzaine, elles présentent les résultats de la fouille d’un site le plus souvent d’époque tardive, fouille qui généralement a duré plusieurs années et est parfois complétée par un travail de reconstruction plus ou moins complet, à des fins touristiques (Kaminaljuyu, Zaculeu, Mixco Viejo) (figure 2). La méthode utilisée le plus fréquemment a consisté à faire des tranchées dans les monticules, pour mettre au jour sépultures et caches qui fournissent d’abondants vestiges, ainsi que d’éventuelles superpositions montrant les différentes phases de construction et détails architecturaux.

16Dans le tableau 1 sont regroupées les informations présentées dans ces publication », qui ont toutes plus ou moins le même contenu : description des fouilles, plan général et de détail de structures, inventaire de sépultures et de caches, et étude des vestiges, en particulier du matériel céramique qui permet une datation des sites et l’établissement de séquences et de séries comparatives. L’analyse de la céramique est particulièrement importante dans les Hautes Terres où il existe peu, au contraire des Basses Terres, de stèles et de sculptures portant des datations; c’est pourquoi les chapitres sur la céramique occupent la moitié ou les deux tiers des ouvrages quand ils ne font pas l’objet de publications à part (Navarrette pour Mixco Viejo 1962; Wauchope pour le site de Zacualpa 1975, par exemple).

17On peut remarquer sur ce tableau que l’étude des zones d’habitat et la fouille d’habitations n’est absolument pas systématique jusqu’à une date récente. Les fouilles, en effet, concernent le centre civico-religieux proprement dit et les zones d’habitat excentriques sont, soit oubliées, soit rapidement mentionnées. C’est ainsi que R. Wauchope à Zacualpa, note que “le long du bord du plateau qui domine la Vega au sud-ouest, il y a plusieurs petits monticules, sans doute monticules de maisons, isolés ou en groupes... On a relevé des tessons sur plusieurs de ces monticules” (1948 : 60).

18A Zaculeu, R. Woodbury et A. Trik parlent de “structures non fouillées... dont la plupart paraissent avoir été des structures mineures, plates-formes isolées de constructions périssables ou arrangement complexe de plates-formes et de terrasses qui ferment de petites cours...” (1953 : 75).

Les numéros renvoient au tableau 1
1 Cauinal
2 Chinautla Beleh V.
3 El Jocote
4 Iximché
5 Kaminaljuyu
6 Mixco-Viejo
7 Nebaj
8 Pueblo Viejo-Chichaj
9 San Agustín Acasa
10 Tajumulco
11 Utatlan
12 Zacualpa
13 Zaculeu
14 La Lagunita
15 Los Encuentros
16 Agua Tibia
Figure 2 - LES HAUTES TERRES : MONOGRAPHIES

Tableau 1 - Etude de sites (monographies)
Carnegie : Carnegie Institution Washington
CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
MAE : Ministère des Affaires Etrangères
MRE : Ministère des Relations Extérieures
PSU: Pennsylvania State University
SARC: School of American Research
UA: University of Albany
UFC: United Fruit Company
UM : Université de Madrid
UMC : Université du Missouri, Columbia

19J. Guillemin, à Iximché appelle “palais” les structures résidentielles en relation directe avec le centre civico-religieux, et zones secondaires, les zones résidentielles plus éloignées du centre (1977 : 235).

20Les publications des 15 dernières années mentionnent toutes les zones d’habitat des sites étudiés. Celles-ci font même l’objet de chapitres particuliers dans les travaux français (Ichon et al. 1980). Cet intérêt relativement récent pour l’habitat dans les monographies est caractéristique des études dans les Hautes Terres. En effet, dans les Basses Terres, la recherche des zones d’habitat, plus ancienne, a permis de mettre en évidence des “modèles d’établissement” (voir en particulier W. Haviland 1969 Maya settlement patterns : a critical review, dans cet article de 25 pages, une demi-page est consacrée aux Hautes Terres...).

21La fouille d’habitations ne devient systématique, elle aussi, que tardivement dans les Hautes Terres. En 1935, A. Kidder, à San Agustfn Acasaguastlan, publie le plan d’une structure qu’il analyse ainsi “la petite taille du monticule 21 et la grande quantité de détritus qui l’environnait peuvent indiquer qu’il servait de soubassement plutôt à une habitation qu’à un temple. En plan et coupe, il ressemble assez au monticule d’habitation (n° III) de Uaxactun” (Kidder 1935 : 118-119).

22Il faut vraiment mettre à part les travaux de R. Wauchope. Ce chercheur américain s’est, tout au long de sa carrière, vivement intéressé à la vie domestique maya. Dans sa publication sur Zacualpa, il consacre 25 pages à la zone d’habitat С qu’il a fouillée complètement (Wauchope 1948 : 63-88), mettant en évidence les 6 phases de construction du monticule Cl, ainsi que des éléments d’aménagement interne, comme un four en brique crue (adobe) “sans doute pour la cuisson ou la préparation de matériaux de construction” (page 63). Il fait une analyse très précise des procédés de construction des soubassements de plates-formes, mettant en évidence les différentes phases de l’opération : 1) construction de 3 murs de rétention en maconnerie, le quatrième côté restant ouvert pour le remplissage; 2) remplissage à l’intérieur de ces murs; 3) construction du quatrième côté en maçonnerie (page 64). L’auteur note les matériaux utilisés (schiste, tuf...) et leur pourcentage. Enfin, il pratique même une archéologie expérimentale en faisant des essais de chauffage de sols en argile “j’ai fait l’expérience avec plusieurs sols d’argile et constaté qu’un énorme tas d’écorce de pin, de la paille, des broussailles, soumis au feu pendant plusieurs heures n’était pas suffisant pour cuire l’argile aussi parfaitement qu’avaient été cuits les sols du groupe C. L’expérience a montré cependant que c’est le procédé qui a été le plus certainement utilisé...” (page 66). Toutefois R. Wauchope n’a pas pratiqué la technique de décapage horizontal. Peut-être est-ce dû à la complexité des superpositions qui aurait pu tronquer les informations obtenues par cette méthode de fouille.

23A Iximché, J. Guillemin a fouillé dans le centre cérémoniel, des palais dont “les murs étaient en adobe recouvert de stuc, ou en pierres liées par un mortier, et stuquées; des piliers de pierre et peut-être des poteaux de bois, limitaient le côté de l’entrée... ils devaient avoir un toit de paille comme le prouvent de nombreuses traces d’incendie” (1959 : 39).

24Dans un article plus récent, il décrit plus précisément le “grand palais II” du groupe С “couvrant une superficie de 2 400 m2. Son noyau principal comprend une plate-forme quadrangulaire occupée par des unités d’habitation autour d’un noyau central... relié à la cour sud par un étroit corridor” (Guillemin 1977 : 236). S’interrogeant sur la fonction de ces structures, l’auteur conclut qu’elles sont occupées par les 2 dirigeants de la cité.

25Il compare l’organisation du site au Tenochtitlan des Aztèques, les palais I et II d’Iximché correspondant au palais du souverain Axayacatl. Il précise aussi que les “quartiers populaires” sont très nettement séparés de la “ville noble et du centre cérémoniel” par un fossé (1959 : 36).

26Depuis 1973, dans les programmes archéologiques des RCP 294 et 500, une autre méthode a été appliquée, différente de celle des tranchées, qui consiste à pratiquer le décapage horizontal du sol des structures selon la technique enseignée à Paris par le professeur A. Leroi-Gourhan. Cette technique consiste à suivre le sol archéologique en se fondant sur la position des objets, à laisser les vestiges en place pour leur enregistrement sur photographie et sur plan et “a pour but de mettre en évidence l’ensemble de la structure” (Leroi-Gourhan et Brézillon 1966 : 272).

2 - LES ETUDES REGIONALES (figure 3 et tableau 2)

27Depuis le début des recherches dans les Hautes Terres, une douzaine d’études régionales a vu le jour. Elles sont conçues de manière beaucoup plus variée que les études de sites, les 2 extrêmes étant le simple inventaire de sites (Shook 1952) et l’approche “pluridisciplinaire” d’une région (Ichon 1976, 1979, 1980; Ichon et al. 1980; Ichon 1981). Le plus généralement, elles comprennent la reconnaissance d’une zone géographique (Smith 1955) et la fouille plus ou moins extensive d’un ou 2 sites particulièrement représentatifs (tableau 2).

28La reconnaissance consiste généralement à faire un relevé des sites, parfois leur plan approximatif lorsqu’il n’y a pas de fouilles, un ramassage de surface des vestiges et aussi quelques sondages, surtout dans les amas de détritus. La fouille est réalisée selon la même technique que dans le cas des fouilles intensives de sites, c’est-à-dire essentiellement au moyen de tranchées à l’intérieur des structures. Le but recherché par ces études est en premier lieu de fixer les dates d’occupation de la région. Là encore, la céramique est le fossile directeur le plus pertinent. Répartition, fréquence des types permettent de mettre en évidence les diversités régionales. C’est ainsi que R. Rands et R. Smith ont déterminé 3 zones céramiques dans les Hautes Terres : une zone nord, une zone occidentale et une zone centrale (page 97). Cette analyse permet également l’établissement de séquences chronologiques (idem 1965 : 117 sq).

29D’autres aspects sont envisagés dans les études régionales, comme les modalités d’occupation de l’espace. L. Smith classe les établissements en sites “non défensifs, potentiellement défensifs et défensifs” (1955 : 3) et fait également une typologie des structures et de leur fonction probable, à partir des sites qu’il a reconnus dans les Hautes Terres centrales. C’est ainsi qu’il identifie des temples, de longues structures à trois entrées ou plus, peut-être “bâtiments administratifs... ou résidences du personnel s’occupant des temples pendant les fêtes”, des autels, des jeux de balle de 4 types différents selon le plan de leur allée, des plates-formes de maisons, des constructions diverses (1955 : 3, 70, 71, 72).

1 Lac Atitlan
2 Vallée Motagua
3 Hautes Terres centrales
4 Hautes Terres centrales
5 Région de Nebaj
6 Hautes Terres nord
7 Alta Verapaz occidentale
8 Quiché
9 San Andrés Sajcabaja
10 Río Chixoy
11 Région de Samala
12 Rio Chixoy
Figure 3 - LES HAUTES TERRES : ETUDES REGIONALES.

Tableau 2 - Etudes régionales
Carnegie : Carnegie Institution Washington
CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
MAE : Ministère des Affaires Etrangères
MRE : Ministère des Relations Extérieures
UA: University of Albany
UM: Université de Madrid

30Dans ces études régionales, les zones d’habitat sont rapidement mentionnées. L. Smith (1955 : 109) remarque qu’à Chuitinamit “sur les terrasses du site il peut y avoir 400 plates-formes, de 3 à 8 mètres de large... qui ont sans doute supporté des maisons en matériaux périssables”. Il signale également qu’à Cahyup “sur les pentes... il y a une quantité de terrasses qui probablement ont servi à l’établissement de maisons en matériaux périssables” (page 44).

31On doit à P. Becquelin (1969) un classement des établissements en sites d’habitat et sites cérémoniels, ainsi que la recherche des relations entre ces deux types de sites, selon des modèles proposés pour les Basses Terres. C’est ainsi qu’il analyse le réseau de l’habitat dans la vallée d’Acul, mettant en évidence 2 systèmes successifs :

  • Entre 700 et 1250 après J.-C : Baschuc, centre cérémoniel étend sa zone d’influence sur 2 grands groupes d’habitation, Xemsul Bajo et Xemsul Alto.
  • Entre 1250 et 1359 après J.-C : le réseau se compose de 2 centres cérémoniels, l’un principal, Baschuc; l’autre secondaire, Bijux et 2 groupes d’habitations, Xemsul Alto et Bizabal (1969 : 108).

32Pour les groupes d’habitation, il reconnaît :

  • Des groupes composés de 2 plates-formes.
  • Des groupes composés d’une plate-forme et d’un autel.
  • Des groupes composés de plates-formes et de soubassements de maisons disposés autour d’une place avec ou sans autel.
  • Des groupes composés de soubassements de maisons avec ou sans autel groupés en hameaux (1969 : 104).

33M.-C. Arnauld, dans la Verapaz et A. Ichon pour les régions de San Andrés et la vallée du Chixoy ont repris et affiné ce classement.

34Dans son étude sur l’habitat préhispanique en Alta Verapaz, M.-C. Arnauld établit une typologie fonctionnelle des sites, à partir de leur agencement interne et de leur superficie (1986 : 44-45). Elle classe les sites reconnus en :

  • Type A : groupe d’habitations domestiques.
  • Type B : lieu de culte isolé.
  • Type C : centre cérémoniel.
  • Type D : centre cérémoniel avec zone d’habitat.
  • Type E : grand centre cérémoniel (avec ou sans zone d’habitat).

35Quant à la fouille d’habitation, elle est inexistante dans le cadre de ces recherches, cela s’explique dans la mesure où il s’agit de fouilles de type extensif. S. Lothrop cependant en 1933 a publié le relevé d’un plan de maison de plusieurs pièces à Chukumuk (page 18), sur laquelle il a effectué une fouille partielle.

36A leur début essentiellement descriptives, ces études régionales ont permis l’établissement d’un cadre chronologique et mis en évidence des régionalismes souvent expliqués par la configuration de l’espace constitué de vallées isolées.

37Depuis 1960, une autre approche apparaît pour l’étude des régions : l’étude archéologique est complétée par la recherche des documents écrits qui existent pour les périodes tardives On doit l’essentiel de ces travaux aux chercheurs de l’université d’Albany, dans le Quiché central (R. Carmack, J. Fox).

38De cet aperçu sur les travaux archéologiques dans les Hautes Terres, on peut remarquer que les zones d’habitat sont rarement recherchées et mentionnées, et que les fouilles d’habitation sont inexistantes jusqu’aux premiers travaux que nous avons publiés en 1973. Ce désintérêt pour l’architecture domestique avait été noté dès 1940 par R. Wauchope dans The Mayas and their neighbors où il parlait d’un “frère plus jeune et moins séduisant que les autres branches de la recherche mayaniste” (page 232).

39On peut se demander pourquoi la recherche des zones d’habitat a été tellement délaissée dans les Hautes Terres, alors qu’elle a été très développée dans les Basses Terres du Peten (où les conditions de fouilles sont beaucoup plus difficiles) pour l’établissement d’une typologie des sites de l’époque classique, basée sur le nombre et la taille des structures du centre civico-religieux et la distance entre ces centres et les zones d’habitat, considérées globalement (Wauchope 1934, Willey 1956; Bullard 1960; Ashmore 1981). A Mayapan, dans le Yucatan, l’étude la plus approfondie de l’espace domestique a été réalisée par l’institut Carnegie (Pollock et al. 1962). Dans la monographie consacrée à ce site, L. Smith a écrit un chapitre Associated and residential structures qui est le travail le plus complet réalisé dans ce domaine; nous avons essayé de faire une étude de ce genre à Cauinal (Ichon et al. 1980 : 63-131).

40Pour les Hautes Terres, où les conditions de fouilles sont pourtant plus aisées que dans un milieu de forêt tropicale, S. De Borhegyi (1965) s’est basé sur l’habitat actuel (ce qui peut paraître singulier dans la mesure où la colonisation espagnole a profondément modifié la structure de l’habitat préhispanique) pour définir 3 types d’établissement : hameaux, centres cérémoniels mineurs, centres cérémoniels majeurs (vacant towns).

41Quant à la fouille d’habitation qui demande un investissement en personnel spécialisé et en temps relativement élevé, elle a été totalement délaissée, une fois décrété que les Mayas “d’avant” devaient vivre comme ceux d’aujourd’hui dans des maisons en matériau périssable, mangeant des tortillas comme le prouvent les fragments de comales analysés dans les études céramiques et les fragments de pierre à moudre et de main de meule dessinés dans le chapitre des “artefacts”.

42Pourtant K. Flannery en 1976 donnait d’intéressantes directions de recherche en proposant 4 niveaux d’analyse “(1) la maison elle-même; (2) ‘la maisonnée’,... c’est-à-dire la maison et ses sépultures associées, ses réserves, ses aires d’activité, etc.; (3) les aires d’activité individuelles avec leurs caractéristiques, et (4) éventuellement des aires d’activité ‘masculines’ et ‘féminines’...” (1976 : 16).

43Il nous a semblé intéressant de comprendre l’organisation de l’espace domestique à partir de la plus petite unité : la maison, pour pouvoir ensuite étudier les groupements de structures à l’intérieur des zones d’habitat et finalement tenter de définir cet “espace privé” en relation avec “l’espace public” que forment les centres civico-religieux.

C - METHODE

1 - TECHNIQUES DE FOUILLE

44L’équipe des archéologues installée sur le site choisi, mon travail consistait à rechercher systématiquement les zones d’habitat en relation avec les centres civico-religieux. Cela consistait à repérer les traces laissées par les soubassements de pierre sur lesquels étaient construites les habitations mayas et qui se présentaient sous forme de petits monticules de terre, allongés. J’ai parfois été aidée par un ou deux étudiants guatémaltèques, qui s’initiaient là à l’archéologie de terrain, et une équipe de 5 à 15 ouvriers recrutés parmi les paysans des environs, qui évitaient ainsi d’aller chercher un complément de revenu dans les plantations de café, de coton ou de canne à sucre des régions côtières de leur pays. La main-d'œuvre employée, absolument non spécialisée, a influé sur les techniques de fouilles.

45Une fois repérés, les murs de substructures étaient dégagés de leur remblai extérieur et reportés sur un plan général du site, au 1/500, par le topographe de la mission. A partir de ce plan et de l’observation sur le terrain, un échantillonnage était choisi pour une fouille systématique selon des critères de nature variée : bon état de conservation, situation par rapport au centre civico-religieux, mode de groupement, temps disponible, aide en personnel.

46La méthode de base utilisée était celle du décapage horizontal. Toutefois, des adaptations ont dû en être faites en fonction du temps imparti, des moyens disponibles et des buts recherchés, sur les différents sites fouillés.

a - MIXCO VIEJO

47Sur ce site, qui était mon premier contact avec l’archéologie maya, il a été possible d’appliquer la méthode de décapage horizontal sur 3 habitations, structures rectangulaires de 25 m2 environ chacune, et leur zone périphérique. En même temps s’effectuait la prospection du groupe CX’, permettant la mise au jour d’une vingtaine de plates-formes d’habitation.

48L’équipe comprenait 5 personnes, paysans des environs : 3 préposés à la recherche d’éventuelles plates-formes enterrées sous les couches de cendres volcaniques apportées par le vent et/ou sous une mince couche de terre végétale; 2, à la main plus fine et la patience plus grande, pour décaper le sur-sol. Arrivée à la surface pertinente, je fouillais seule, aidée parfois de l’un d’entre eux, C. Quevedo, qui s’est très vite passionné pour retrouver l’histoire de son pays. Le matériel utilisé était celui que l’on trouve sur tous les chantiers de fouille. Pour le gros œuvre : pelles, pioches, houes et brouettes; pour les travaux plus fins : piochons, truelles, spatules de dentiste, pinceaux et la machette, qui est l’outil à tout faire du pays. Corbeilles de vannerie de fabrication locale et sacs en toile industrielle étaient destinés au stockage des vestiges.

49Une fois le contour de la structure défini — il s’agit d’un soubassement de pierres — un carroyage était établi au théodolite avec l’aide de l’architecte E. Dayan chargé de surveiller les travaux de reconstruction des structures cérémonielles, carroyage débordant largement la structure de pierres pour vérifier la limite des vestiges. Afin d’avoir une vue d’ensemble de la répartition des vestiges, ceux-là étaient laissés en place, à l’exclusion des objets considérés comme ayant de la valeur (sceaux de céramique, anses en forme de tête de félin, perles de pierres, etc.) qui étaient relevés sur plan et enlevés immédiatement pour échapper à la tentation des visiteurs qui venaient se promener sur le site chaque dimanche.

50Le plan de détail au 1/20 était réalisé en matinée, car un fort vent se levait tous les après-midi transportant de la poussière et agitant les fils du carroyage. Les vestiges étaient relevés au mètre carré dans des corbeilles pour être emportés au lavage vers le plus proche point d’eau; un des 5 ouvriers était chargé de cette tâche toujours considérée comme ingrate, car tâche solitaire. Séchés au soleil, les vestiges — essentiellement des tessons — étaient ensuite mis dans de grands sacs de toile, les informations les concernant portées sur une fiche d’inventaire où étaient notées leur position dans la structure et des observations stratigraphiques. Ces sacs étaient stockés sous un auvent, puis transportés au musée d’Archéologie de la capitale, où se faisait un partage entre celui-ci et le musée de l’Homme de Paris, selon une convention établie. Pour cette année de fouille, il avait été accepté que tous les sacs de vestiges provenant des habitations seraient transportés en France, pour étude. Quant aux vestiges entiers, ils revenaient de droit au musée de Guatemala. Enregistrés sur un inventaire propre au site, ils étaient réenregistrés dans les collections du musée.

b - CAUINAL

51Le travail de Cauinal s’est présenté de manière bien différente; il ne s’est pas déroulé de façon continue comme à Mixco Viejo, mais en 2 campagnes successives, de durée plus courte : 2 mois chacune en ce qui me concerne.

52Il s’agissait de recueillir le maximum de données sur un site qui a été noyé en 1983 par la mise en eau d’un barrage sur le río Chixoy. L’accès au site n’est pas aisé, l’équipe des archéologues était transportée en hélicoptère pour 3 semaines de travail ininterrompu et revenait pour une semaine à la capitale. Les archéologues étaient répartis en 4 équipes, disposant chacune d’une douzaine d’ouvriers (Ichon et al. 1980 : 13).

53Les zones d’habitat en relation avec ce site sont tout à fait remarquables, exceptionnelles même pour les Hautes Terres. Par le fait que Cauinal est situé en fond de vallée (à la différence de presque tous les centres protohistoriques des Hautes Terres qui sont installés sur des promontoires), l’espace était plus vaste et les zones d’habitat mieux organisées. Il s’agissait donc de les fouiller afin de rendre pertinente cette organisation. Il était donc nécessaire d’être exhaustif dans le relevé des structures et, dans l’impossibilité de les fouiller toutes, de choisir soit d’en fouiller quelques-unes, soit de relever sur chacune des vestiges caractéristiques. Les deux approches ont pu être réalisées pour le groupe A’, grâce à l’aide des 2 étudiants en archéologie qui se sont plus particulièrement consacrés au décapage total des structures de l’ensemble I. Sur ce site il n’a pu être question d’installer un carroyage permanent sur les structures en cours de fouille, parce que piquets et ficelles disparaissaient régulièrement si on les laissait la nuit et parce qu’il fallait éviter au bétail, qui cherchait sa pâture là, le risque de se briser une patte dans le réseau établi. On laissait donc des marques dans le sol, pour chaque jour rétablir le quadrillage.

54Pour percevoir le mode de groupement des structures de la plus importante zone d’habitat de Cauinal (groupe A’), on disposait d’un vestige privilégié : des banquettes situées sur les côtés et en face de l’entrée. On a donc recherché systématiquement sur les 177 plates-formes rectangulaires ce type de vestige et pu l’utiliser pour 121 d’entre elles avec certitude. Au cours de cette recherche systématique des plates-formes avec l’aide d’une dizaine d’ouvriers, d’autres structures ont pu être mises en évidence. Elles ont été l’objet de la deuxième campagne de fouille où j’étais seule archéologue avec un étudiant de l’université San Carlos. Dans l’ensemble, les structures avaient été moins bien protégées par les sédiments qu’à Mixco Viejo et leur sol est apparu souvent lessivé de vestiges, ceci excluait donc à fortiori une fouille en décapage horizontal pour la plupart d’entre elles. En ce qui concerne les vestiges, ils étaient enregistrés comme précédemment, mais les tessons étaient comptés, sélectionnés sur place, après leur lavage, pour un premier classement.

c - PUEBLO VIEJO-CHICHAJ

55Afin de compléter les données recueillies par Alain Ichon en 1972, on a recherché, avec l’aide de 6 personnes, les zones d’habitat situées sur les pentes, à proximité immédiate du centre, relevant ainsi une quinzaine de plates-formes et fouillant l’une d’entre elles (groupe V).

56En 1974, on a procédé à la fouille de l’un des ensembles résidentiels (Y) situés à l’intérieur du centre pour le comparer aux ensembles fouillés auparavant par A. Ichon et essayer de mettre en évidence des constantes et des différences dans l’organisation de ces ensembles généralement composés d’une plate-forme importante et de deux plus petites.

2 - EXPLOITATION DES DOCUMENTS DE TERRAIN

57Une fois le terrain terminé, les documents recueillis ont été exploités de manière différente, en tenant compte d’un certain nombre de facteurs : temps disponible, libre accès aux vestiges, répartition du travail.

58Après les fouilles de Mixco Viejo, je suis rentrée en France avec notes et plans. Les tessons et autres vestiges, quant à eux, étaient transportés du musée de Guatemala au musée de l’Homme par bateau. Une fois arrivés à Paris, ils ont été numérotés par lot (soit près de 4 000 tessons) à l’encre, l’expérience de tampon imprimant n’étant pas convaincante, et confiés à G. Saint-Sauveur qui travaillait alors au service de restauration du musée de l’Homme, pour un remontage des récipients. Celui-ci, avec des vacations, passait des soirées au département d’Amérique, où avait été reproduit sur une grande table le carroyage de chaque habitation. Dans chaque carré, nous regroupions les tessons numérotés, afin de faciliter une première sélection pour la reconstruction des céramiques. C’est ainsi qu’il a pu remonter 12 poteries provenant de l’habitation A31, sept de l’habitation A32 et cinq de G10, structure pour laquelle il n’a pu achever ce travail, faute de crédits. A partir de ces remontages, il m’a été possible d’établir des cartes de répartition des vestiges, de définir des zones d’activité, de mettre en évidence les divers types de récipients domestiques, de comparer le matériel des diverses habitations, d’émettre enfin des hypothèses sur les modalités d’abandon des structures. Les autres vestiges, peu abondants, localisés sur les plans, étaient décrits.

59Pour Pueblo Viejo-Chichaj et Cauinal, les conditions de travail ont été bien différentes. Il n’était plus question de transporter le matériel, quel qu’il soit, en France, le Guatemala refusant désormais de laisser sortir le moindre de ses vestiges. Il ne m’était pas possible de rester là-bas plusieurs mois après la saison de fouilles. L’étude du matériel céramique de ces 2 sites devait donc être confiée à d’autres personnes, mais la situation actuelle du pays en a retardé l’examen.

60Il était en fait moins important d’étudier ce matériel dans la mesure où il provenait essentiellement de déblais et avait donc perdu en grande partie sa pertinence spatiale et, d’autre part, il n’aurait pu s’agir d’une étude globale, car à Cauinal quotidiennement, une sélection des tessons lavés devait être faite en vue d’un transport vers la capitale par hélicoptère. Mixco Viejo était un site tout à fait privilégié; ailleurs les structures étaient extrêmement lessivées et seuls demeuraient généralement les témoins immobiles.

61Pour Cauinal, je suis restée après les campagnes de 1979 et 1980 de 2 mois chacune, un mois dans la capitale guatémaltèque afin d’exploiter mes documents de terrain. J’ai notamment pu analyser en 1980, tous les vestiges en obsidienne de l’ensemble XXX, qui devaient demeurer au musée de Guatemala pour en étudier les catégories et la répartition.

3 - APPORT DE LA PLURIDISCIPLINARITE

62A l’exception de la première campagne de fouilles, purement archéologique, sur le site de Mixco Viejo, ce travail a pu bénéficier des informations apportées par une équipe pluridisciplinaire qui comprenait outre des archéologues, des géographes, des historiens, des ethnologues et des sociologues. Si un dialogue ne pouvait s’établir de façon permanente avec les autres membres de l’équipe pour diverses raisons : présence sur le terrain à des périodes différentes (l’archéologie est liée à la saison sèche), vocabulaire propre à certaines disciplines, de nombreuses discussions ont cependant été possibles.

63Pour ce travail, la géographe D. Douzant-Rosenfeld m’a fourni des données essentielles. L’analyse du cadre physique m’a permis d’avoir une idée assez précise sur le potentiel agricole, les moyens de communication, les ressources non agricoles des régions étudiées. Par exemple, il m’a été très utile de savoir que dans la région de San Andrés Saj-cabaja, certaines terres étaient “lessivées”, c’est-à-dire agricolement peu rentables, longtemps avant la Conquête. Il aurait été faux d’imputer à l’arrivée des Espagnols, qui développèrent un élevage extensif, l’appauvrissement définitif de ces sols.

64L’apport de l’ethnologie a été moins important, pour la principale raison que les sites dont j’ai étudié les structures d’habitat ne présentent pas de continuité d’occupation du Postclassique à nos jours. Mixco Viejo était abandonné depuis 1524; il n’a revécu, artificiellement, que le temps de sa reconstruction, car une centaine d’hommes s’y sont installés pendant quelques mois pour la campagne de fouilles. Pueblo Viejo-Chichaj fut occupé il y a moins d’un siècle par un groupe maya quiché venu de Santa Maria Chiquimula, situé à une cinquantaine de kilomètres à vol d’oiseau. Quant à Cauinal, déjà déserté au xvie siècle, il n’a été réoccupé que récemment par quelques familles, la plupart métisses. Il n’était donc pas question de retrouver des parallèles sûrs entre les structures d’habitat contemporaines et celles que je découvrais. Par contre, il existe un excellent ouvrage publié par R. Wauchope, en 1958, Modem maya houses dans lequel étaient étudiées les habitations mayas modernes d’un point de vue technologique. Ce livre met en relief la grande variété des matériaux de construction (dont la plupart sont périssables et ne laissent que peu de traces pour l’archéologue), mais aussi la permanence des formes, la continuité de la tradition — malgré l’impact d’une conquête occidentale — qui correspond bien au caractère conservateur de la maison, mentionné par A. Leroi-Gourhan (1945 : 256) et repris par P. Deffontaines (1972 : 225).

65Comme les trois sites objets de cette étude ont été occupés à une période tardive pour laquelle il existe un certain nombre de documents écrits — chroniques indigènes transcrites en espagnol et relations d’officiels espagnols — il a été possible de compléter les informations apportées par la fouille par l’analyse d’un certain nombre de documents publiés qui ont permis de présenter des hypothèses sur le fonctionnement des établissements. Toutefois, les données ethnohistoriques sont de maniement très délicat, parce qu’il s’agit le plus fréquemment de documents historiques, d’annales qui sont souvent réécrits à la gloire de tel ou tel dirigeant, et il y a des oublis volontaires, des distorsions, des rajouts qui rendent le document difficile à lire, sans une interprétation.

66Enfin les discussions avec le sociologue Y. Le Bot m’ont permis de mieux saisir les modes d’articulation entre tenure foncière et habitat.

67Me plaçant résolument dans une perspective ethnologique, j’ai toujours profité de ce que pouvait m’apporter l’observation du mode de vie actuel, pour l’interprétation de faits anciens. Quelques siècles seulement séparent les Mayas dont je fouillais les habitations de ceux qui vivent aujourd’hui. Malgré l’impact d’une conquête brutale, ce laps de temps est court dans l’échelle de l’humanité et nous avons déjà noté le caractère conservateur de l’habitation.

Table des illustrations

Légende Figure 1 - LES HAUTES TERRES DU GUATEMALA - 1) massif des Cuchumatanes; 2) massif de la Sierra Madre.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3640/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Les numéros renvoient au tableau 11 Cauinal2 Chinautla Beleh V.3 El Jocote4 Iximché5 Kaminaljuyu6 Mixco-Viejo7 Nebaj8 Pueblo Viejo-Chichaj9 San Agustín Acasa10 Tajumulco11 Utatlan12 Zacualpa13 Zaculeu14 La Lagunita15 Los Encuentros16 Agua TibiaFigure 2 - LES HAUTES TERRES : MONOGRAPHIES
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3640/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 467k
Légende Tableau 1 - Etude de sites (monographies)Carnegie : Carnegie Institution WashingtonCNRS : Centre National de la Recherche ScientifiqueMAE : Ministère des Affaires EtrangèresMRE : Ministère des Relations ExtérieuresPSU: Pennsylvania State UniversitySARC: School of American ResearchUA: University of AlbanyUFC: United Fruit CompanyUM : Université de MadridUMC : Université du Missouri, Columbia
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3640/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende 1 Lac Atitlan2 Vallée Motagua3 Hautes Terres centrales4 Hautes Terres centrales5 Région de Nebaj6 Hautes Terres nord7 Alta Verapaz occidentale8 Quiché9 San Andrés Sajcabaja10 Río Chixoy11 Région de Samala12 Rio ChixoyFigure 3 - LES HAUTES TERRES : ETUDES REGIONALES.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3640/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Tableau 2 - Etudes régionalesCarnegie : Carnegie Institution WashingtonCNRS : Centre National de la Recherche ScientifiqueMAE : Ministère des Affaires EtrangèresMRE : Ministère des Relations ExtérieuresUA: University of AlbanyUM: Université de Madrid
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3640/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 243k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter