Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Problèmes agraires de l’Ajusco

 | 
Nicole Percheron

Conclusion generale

Texte intégral

1Depuis l’époque de la conquête espagnole, les villages de l’Ajusco ont vécu une longue histoire troublée par des luttes incessantes pour conserver leurs terres. Les premiers vice-rois du xvie siècle avaient, très tôt, fondé des villages dans la sierra. Ils leur avaient attribué et confirmé la possession d’une certaine superficie de terres qu’ils occupaient déjà, en général, à l’époque aztèque. Ils ne modifièrent pas les structures agraires car ils conservèrent le système de la propriété communale. Le village d’Ajusco, cependant, ne garda qu’une partie des terres. Cela permit, d’une part, de créer d’autres villages et, d’autre part, de constituer des domaines privés. Ceux-ci n’apparurent qu’au début du xviie siècle. Il s’agissait de nombreux petits ranchos d’élevage, accordés par Pedro Cortés, marquis del Valle, maître de la sierra. Ces premiers domaines privés furent très vite l’objet de spéculation. Ils furent accaparés et réunis par quelques propriétaires avides de terres qui constituèrent, à leur place, trois grandes haciendas. La première hacienda, celle de l’Arenal, apparaît dès 1680. Les deux autres, Mipulco et Xoco, se formèrent au xviiie siècle et atteignirent de grandes dimensions, presque 5 000 hectares, ce qui est considérable dans cette région très proche de la capitale où les haciendas étaient, en général, plus modestes.

2Dès l’apparition des premiers ranchos, les conflits commencèrent avec les villages qui furent dépouillés de certaines terres en friche. Par la suite, les haciendas continuèrent à leur dérober des terres. De très longs procès, des conflits armés, des révoltes, opposèrent les Indiens et les hacendados, surtout au xviiie siècle, lorsque l’accroissement démographique, général dans les villages, fit plus cruellement ressentir le manque de terres. Mais les paysans ne retrouvèrent jamais les surfaces spoliées. Deux villages disparurent même : San Andrés et San Pedro. L’Hacienda de Xoco avait occupé pratiquement toute la superficie de ces villages. A ces spoliations très importantes s’ajoutèrent les ventes ou même les dons de terres par les Indiens, et l’infiltration, semble-t-il, de petits propriétaires étrangers aux villages et illégalement installés sur les terres communales. Cela explique qu’au xixe siècle, les villages avaient des superficies considérablement réduites par rapport à celles accordées par les premiers vice-rois.

3Les lois de Réforme, qui modifièrent les structures agraires, en supprimant la propriété communale et en tentant de développer la petite propriété privée, furent appliquées très tard dans la sierra. Les paysans restèrent attachés à leurs traditions agraires. Cependant, les lois du porfirisme les obligèrent à transformer leurs parcelles communales en petites propriétés privées.

4Les paysans d’Ajusco obtempérèrent mais seulement pour une certaine partie des terres. Quant à ceux de Topilejo, ils limitèrent les effets des lois en s’organisant en société agricole. Certains bénéficièrent très vite de la nouvelle situation, achetant plusieurs parcelles et constituant de moyennes propriétés. Ils étendirent même leurs domaines dans les villages voisins. On voit donc se constituer, dans chaque communauté rurale, deux catégories de paysans : ceux qui avaient de petites parcelles ou se retrouvaient sans terre devinrent peones sur les haciendas voisines et formèrent un misérable prolétariat rural ; et ceux qui avaient pu se constituer de moyennes propriétés formèrent une classe paysanne plus aisée et plus dynamique.

5Les lois agraires du xixe siècle profitèrent aussi à quelques spéculateurs qui achetèrent de nombreuses parcelles à Topilejo et formèrent la grande Hacienda El Guarda, exemple typique du néo-latifondisme de l’ère porfirienne. L’Hacienda de La Venta profita des lois de colonisation pour accaparer les terres en friche de plusieurs villages. Elle n’accomplit pas, d’autre part, les clauses d’un contrat de permutation de terrains avec Topilejo et agrandit considérablement son domaine.

6Cependant, quelques exemples intéressants montrent que cette époque a pu être favorable, par ailleurs, à certains paysans. La création de la petite propriété privée encouragea des agriculteurs d’Ajusco à former des ranchos d’élevage, à s’associer et à commercialiser leurs produits.

7Le but des réformateurs était précisément de permettre le développement économique du pays.

8D’autre part, les paysans de San Andrés et de San Pedro profitèrent du droit, qui leur était désormais accordé, d’être propriétaires pour racheter leurs tenures. Plus de la moitié d’entre eux se groupa et se partagea l’Hacienda de Xoco, qui leur accorda un crédit. Ce fut une façon de récupérer leurs anciennes terres spoliées. Les paysans d’Ajusco rachetèrent, de même, leurs tenures à l’Hacienda de La Venta. Ces conséquences de l’application des lois du xixe siècle permirent à de nombreux paysans de devenir de petits propriétaires. C’est un fait très important et original dans l’histoire agraire des villages de la sierra car c’est un aspect positif de la politique agraire de la Réforme.

9La Révolution éclata en 1910 et remit en cause la répartition des terres et le régime de la propriété. La Réforme Agraire fut mise en route dans cette région surtout sous la présidence de P.E. Calles. Aucun village n’obtint de restitution de terres. Les deux villages qui possédaient des documents authentiques, Topilejo et Ajusco, furent victimes des manoeuvres malhonnêtes des hacendados qui les avaient spoliés. Les premiers ejidos accordés dans les autres villages furent modestes car ils n’attribuèrent qu’un hectare par famille. La Réforme Agraire fut reprise sous Cárdenas. Certains villages obtinrent un deuxième ejido en supplément. Topilejo reçut enfin son ejido ainsi que le village d’hacienda de Parres.

10Le village d’Ajusco dut attendre jusqu’à 1975 pour obtenir la confirmation de ses terres communales.

11La Réforme Agraire n’a pas redonné aux villages toutes leurs anciennes terres. Cependant, les paysans profitèrent, à plusieurs reprises, des lotissements opérés par les haciendas après 1910 pour racheter des parcelles, ce qui leur permit de récupérer une partie des terres autrefois spoliées. Les distributions d’ejidos par les services de la Réforme Agraire et les lotissements des haciendas ont démantelé les grands domaines dans la sierra. Seul reste le Rancho El Fraile, trop éloigné des villages pour être touché, selon la législation actuelle, par la Réforme Agraire.

12Les villages ont retrouvé presque toutes les terres qu’ils possédaient à l’époque coloniale. Cependant, cela reste insuffisant alors que de nouveaux problèmes ont surgi et ont de nouveau réduit les terrains.

13D’une part, en effet, l’expansion démographique très forte réduit sans cesse la surface des petites propriétés et des parcelles communales ou ejidales distribuées. Elle n’est pas compensée par l’exode rural, qui reste insignifiant. En outre, les maigres ressources qu’offre la sierra et les faibles rendements des terres provoquent la misère des familles paysannes. Le régime de la propriété communale ou ejidal lie le paysan à sa terre dont il n’est pas propriétaire et qu’il ne peut ni vendre, ni louer. Or, il est obligé de cultiver sous peine de perdre sa parcelle. Il ne peut envisager d’accroître son petit lopin puisque les ejidos sont inaliénables.

14Il reste prisonnier de son minuscule hectare et sans espoir. Cela explique que beaucoup de paysans en arrivent à vendre illégalement leurs parcelles ou à les abandonner.

15D’autre part, les villages ont perdu, depuis une trentaine d’années surtout, une partie de leur terroir en raison soit d’expropriations diverses pour l’installation de services publics, soit de ventes illégales de parcelles communales ou ejidales et de petites propriétés du xixe siècle. Le grand problème actuel est la spéculation effrénée qui s’exerce sur cette région depuis son aménagement en zone touristique. Les villages ne sont absolument pas protégés contre ces opérations immobilières, très souvent illégales, et se trouvent devant le fait accompli. Une partie des difficultés provient de ce que les petites propriétés paysannes, créées au xixe siècle sur les terres communales mais supprimées par la Révolution, continuent à se vendre, à changer de mains grâce aux titres de propriété qu’elles possèdent. Aucune décision n’a encore permis de régler ce problème et les villages ont déjà perdu ainsi beaucoup de terres.

16Les problèmes agraires des communautés rurales de l’Ajusco n’ont donc pas de terme. Chaque époque a vu apparaître de nouveaux spoliateurs. Les villages ont toujours essayé de se défendre et de reprendre leurs possessions. Peut-être trouveront-ils une solution pour arrêter l’évolution actuelle.

17Le plus grave problème reste celui du très grand nombre de paysans sans terre ou possesseurs de trop petites parcelles. La Réforme Agraire ne peut plus trouver de terres à distribuer dans la sierra et une nouvelle politique devra être envisagée. La solution n’est plus dans le partage des terres d’haciendas, mais peut-être, dans une aide efficace aux paysans : crédit agricole, assistance technique agricole, organisation en coopératives... ou bien, une industrialisation plus poussée pourrait permettre un exode rural qui soulagerait ces campagnes surpeuplées. Le Mexique se trouve confronté avec tous les problèmes des pays dits du Tiers-Monde.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter