Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Problèmes agraires de l’Ajusco

 | 
Nicole Percheron

Chapitre 4. La Réforme Agraire et les Problèmes actuels, (1917-1975)

Texte intégral

LA REFORME AGRAIRE

1L’opposition contre le régime du dictateur Porfirio Díaz, qui favorisait les milieux capitalistes et les grandes sociétés étrangères, grandit peu à peu et se renforça dans la dernière décade de la dictature, entre 1900 et 1910. L’accroissement considérable, pendant le porfirisme, du prolétariat rural et du prolétariat ouvrier posa de graves problèmes sociaux. Des idées socialistes furent propagées dans les milieux ouvriers par des intellectuels, tels les frères Ricardo et Enrique Magón, Antonio Villareal, Díaz Soto y Gama. Des syndicats ouvriers furent formés et des grèves furent organisées. Mais elles furent brutalement réprimées.

2Il semble, en général, que les paysans mexicains furent moins touchés par la propagande socialiste, car ils étaient plus isolés. L’exemple d’Ajusco vient infirmer cette idée. Cela s’explique sans doute par la proximité de México. En effet, plusieurs paysans du village assistèrent régulièrement aux réunions organisées par les frères Magón.

  • 1 Les informations concernant l’histoire d’Ajusco pendant la Révolution ont été recueillies auprès d (...)

3Il s’agit de Leonardo Eslava et des frères Valentin et Manuel Reyes Nava. Ils étaient fils de paysans pauvres et aidaient leur père aux champs. Ils participèrent aux réunions des frères Magón à partir de 1909 et devinrent de fervents adeptes du socialisme. On ne sait avec certitude s’ils tentèrent de propager leurs idées dans leur village, mais cela semble probable. En effet, leur attitude pendant la Révolution tendrait à le prouver car ils entraînèrent derrière eux presque tous les paysans d’Ajusco1.

4Manuel et Valentin Reyes Nava prirent les armes dès le début de la guerre civile et rejoignirent les troupes de Zapata: tous deux furent de célèbres généraux zapatistes. Ils ne furent pas les seuls à se distinguer dans les armées zapatistes: d’Ajusco venaient aussi le colonel A. Camacho Rivera, le lieutenant-colonel Norberto Reyes, le major José Castro Camacho... C’est en 1913 que Valentin et Manuel Reyes Nava jouèrent un rôle important dans le village d’Ajusco. Après la chute de Madero et la prise du pouvoir par Huerta, les deux frères Reyes Nava enrôlèrent et placèrent directement sous leurs ordres la majorité des paysans d’Ajusco, qui formèrent une petite armée zapatiste. Les deux frères apparurent alors comme les leaders de la cause paysanne. Leur formation politique les plaçait à la tête de leurs compagnons, qui les suivirent avec foi et conviction. Le village d’Ajusco participa donc activement à la révolution zapatiste.

5C’est un cas intéressant car il montre que certains paysans avaient été préparés, avant la Révolution, à une action politique contre le régime. Ils étaient prêts à prendre en mains la situation qui se présentait, et à encadrer des troupes levées dans leur village. Un certain nombre de paysans cependant, ne fit pas partie de l’armée zapatiste des frères Reyes Nava. Ils avaient été recrutés de force par les troupes de Huerta qui avaient pénétré dans la sierra. Celles-ci commirent beaucoup d’actes de violence. Les soldats s’introduisirent dans les maisons, réquisitionnèrent les vivres, s’emparèrent des hommes. Ceux qui résistèrent furent fusillés sur-le-champ.

  • 2 Voir les ruines encore visibles des bâtiments de l’Hacienda El Guarda, Annexe IV, photo No. 10.

6La guerre fut donc terrible dans la sierra, occupée par les fédéraux de Huerta qui pillèrent et brûlèrent les villages: Les bâtiments des haciendas furent détruits2, les églises transformées en arsenaux militaires. A Ajusco, les fédéraux sortirent les saints et les vierges de l’église et les fusillèrent... C’est dans ces villages meurtris par la guerre que les paysans et leurs familles, qui s’étaient enfuis, se réinstallèrent peu à peu à partir de 1920. Les terres ravagées étaient retournées en friche. Les deux tiers de la population avaient disparu. C’est dans cette dramatique situation qu’entrèrent en application les lois agraires de la Révolution.

Les lois de Réforme Agraire

7Les premières idées concernant une révision de la situation agraire dans le pays furent exprimées par Madero, après son échec aux élections présidentielles de 1910, qui l’avaient opposé à Porfirio Díaz. Après avoir été libéré de la prison de San Luis Potosí, où le dictateur l’avait fait incarcérer, avant même les résultats des élections, sous le prétexte de complot armé, Madero se réfugia aux Etats-Unis, au Texas, et publia, à San Antonio, le Plan de San Luis Potosí. Ce plan précisait avant tour que les élections étaient nulles et proclamait le principe de la non-réélection, ainsi que le début d’une insurrection générale pour le 20 novembre. Mais il comportait aussi une clause qui prévoyait la restitution de leurs terres aux villages indiens.

8Lorsqu’à la suite de cette insurrection, Madero prit la présidence, en octobre 1911, la question agraire resta à l’arrière-plan. Certains proposèrent bien des projets: A. Díaz Soto y Gama préconisait la restitution des terres communales ou ejidos, perdues par les villages; Cabrera pensait reconstituer le patrimoine des villages en expropriant les grands propriétaires terriens. Il y eut aussi, dans le Chihuahua sur les ordres de Pancho Villa, des terres publiques récupérées. Mais le gouvernement de Madero, composé surtout de conservateurs, hésita à s’attaquer réellement au problème de la terre, problème pourtant le plus grave qui se posait dans le pays. Ses hésitations et ses lenteurs mécontentèrent puis irritèrent les masses paysannes qui, déçues, se tournèrent vers des leaders qui leur promettaient des terres. Madero ne s’était pas rendu compte des forces, longtemps comprimées, qui se déchaînaient à la faveur de la Révolution. Le peuple attendait davantage qu’une simple réforme politique du régime.

9E. Zapata, qui avait combattu dès le début de l’insurrection, entraînant les peones des grandes haciendas sucrières de l’Etat de Morelos, reprit les armes, contre Madero cette fois, au cri de Tierra y Libertad (Terre et Liberté), devise désormais célèbre. Il proclama, en novembre 1911, le Plan d’Ayala, dans lequel il précisait qu’il ne déposerait pas les armes tant que le programme de Réforme Agraire, qu’il préconisait, ne serait pas appliqué: restitution aux villages de leurs terres communales ainsi que des terres usurpées par les haciendas durant l’époque de Porfirio Díaz; les paysans devront entrer directement et immédiatement en possession de leurs terres s’ils peuvent fournir leurs anciens titres de propriété ; si ces titres font défaut, les grands domaines voisins devront être expropriés au profit des villages qui recevront ainsi un ejido, terres en propriété communale. Ce programme fut repris, plus tard, dans la Constitution.

10Mais entre-temps, Madero avait été assassiné sur l’ordre du général Huerta, et toute idée de réforme agraire ou sociale oubliée. Huerta dut fuir devant l’extension de la Révolution dans le pays et Carranza s’installa au pouvoir en juillet 1914.

11Grand propriétaire terrien, il réalisa pourtant l’importance de la question agraire, d’autant plus que les troupes de Zapata s’étaient rendues maîtresses de tout le centre du pays, jusqu’aux bords mêmes de la capitale, et avaient commencé à distribuer des terres d’haciendas aux villages. Carranza, pour apaiser les esprits et se gagner l’appui des paysans, proclama, en décembre 1914, le Plan de Veracruz, où il affirmait son intention de briser les grands domaines, de restituer leurs terres aux villages et développer la petite propriété. Ce plan fut précisé par le décret du 6 janvier 1915, qui organisait la restitution des terres aux villages; il créait un Comité National Agraire, chargé de prendre les décisions de restitution, des comités agraires, dans chaque Etat, pour recevoir les demandes, des comités exécutifs locaux, pour l’application des décisions. Mais ce décret prévoyait la possibilité d’un recours pour les grands propriétaires expropriés et, d’autre part, la distribution de terres à titre individuel et non communal. Seuls les villages, qui avaient le statut de pueblo pouvaient faire des demandes de restitution de terres, ce qui excluait les villages d’hacienda, tel Parres El Guarda qui, dans la sierra de l’Ajusco, avait été, au xixe siècle, complètement absorbé par l’Hacienda El Guarda. Ces aspects du décret furent violemment critiqués par les zapatistes, qui refusèrent de faire confiance à ce gouvernement et décidèrent de ne compter que sur eux-mêmes pour régler le problème agraire. Les luttes reprirent donc de plus belle dans le pays. Carranza pourchassa sans merci les troupes de Zapata, comme celles de Pancho Villa.

12Cependant, dès l’automme 1916, une convention fut élue, sur l’ordre de Carranza, afin de procéder à une réforme de la Constitution qui tiendrait compte des problèmes posés pendant la Révolution. En janvier 1917 fut adopté un article de la plus haute importance, car il devait modifier complètement la situation agraire du Mexique; il s’agit du fameux article 27 de la Constitution. Il fut rédigé sous l’influence du général F. Mugia, qui s’inspirait des idées de Molina Enríquez, le “père spirituel” de la Réforme Agraire. F. Mugia dirigeait, dans cette assemblée constituante, un groupe de députés progressistes, décidés à réaliser des réformes profondes.

13Cet article redonnait une nouvelle définition de la propriété au Mexique: la nation seule est propriétaire du sol et du sous-sol; ces propriétés sont inaliénables, et seule la nation peut en disposer en attribuant des titres de propriété aux habitants. Elle peut procéder à des expropriations pour cause d’utilité publique, si l’intérêt général l’exige: par exemple, pour la création de parcs nationaux, afin de préserver les ressources naturelles, d’établissements de services publics tels que les écoles, les hôpitaux... Les grandes propriétés de l’Eglise, celles des sociétés industrielles et commerciales étaient abolies, ainsi que toutes les aliénations de terres communales, réalisées en application des lois de 1856 et de celles du porfirisme. L’article 27 prévoyait la reconstitution des ejidos, c’est-à-dire des terres communales, par restitution si les villages possédaient encore des titres prouvant leurs anciennes possessions, ou par dotation de terres prises sur les grands domaines, s’ils ne pouvaient prouver les aliénations de terres, ou tout simplement si les villages avaient besoin de terres. Les grands domaines devaient disparaître, réduits à des dimensions plus modestes, fixées avec précision selon les qualités des terres ou l’activité agricole de l’hacienda. Une partie des terres devait être prise pour doter les villages voisins, et le reste devait être vendu par l’Etat, à moins de tomber sous le coup des lois d’expropriation pour cause d’utilité publique.

14L’idée générale de cet article était donc que l’intérêt public seul primait dans la propriété de la terre au Mexique. Cette idée, ainsi que celle de la nation propriétaire, émanait des députés marxistes de l’Assemblée. Leur but était de faire admettre la collectivisation et la socialisation des terres. Mais la majorité des députés y était opposée. Cela explique que l’article fondamental de la Constitution concernant le régime de la terre soit un compromis entre des conceptions très différentes et qu’il ait permis la conservation d’un régime mixte de la propriété, où la propriété communale des terres des villages coexistait avec la propriété privée.

15L’article 27 prévoyait aussi des mesures complémentaires afin d’aider les paysans dans la mise en valeur de leurs terres, et d’éviter les déboires passés, consécutifs aux lois du xixe siècle qui avaient voulu créer la petite propriété sans donner aux paysans les moyens d’en profiter. C’est ainsi que furent prévus la création de banques de crédit rural, de coopératives, le développement de l’enseignement agricole, l’irrigation de nouvelles terres.

16Cependant, l’article 27 devait être précisé afin d’organiser plus concrètement la Réforme Agraire. Or, Carranza, qui avait lancé la Réforme Agraire, dans le but essentiel de se rallier les masses paysannes et de s’assurer la prise du pouvoir, c’est-à-dire pour servir ses intérêts immédiats, tenta de ralentir le processus engagé: il multiplia les formalités à accomplir par les villages demandant des terres; il enleva aux comités locaux le droit de distribuer des terres à titre provisoire, en attendant les décisions du Comité National Agraire, comme il avait été prévu; il proposa même, en 1919, de faire payer les villages pour les terres attribuées. Les effets de la Réforme Agraire restèrent donc très limités sous Carranza.

17C’est à partir de 1920, sous Obregón, que la Réforme Agraire fut relancée. Obregón s’était soulevé contre Carranza et l’avait chassé du pouvoir. Ce dernier fut assassiné peu après. Une loi agraire, votée en avril 1922, précisa, d’une part, qui pouvait bénéficier des distributions de terres, en laissant toujours de côté les villages d’hacienda, ainsi que les quartiers suburbains; et d’autre part, quelles terres pouvaient être distribuées, et quelle surface à chacun. Il fut prévu que les grands domaines, dont les activités industrielles étaient liées à l’agriculture, comme les haciendas sucrières, ainsi que les grandes plantations de café, cacao, vanille... ne seraient pas expropriées par la Réforme Agraire. Les autres domaines devraient conserver 150 hectares au maximum, s’ils possédaient des terres de riego (terres irriguées), 250 hectares si leurs terres étaient relativement bien arrosées par les pluies, et 500 hectares si leurs terres étaient de temporal, comme dans le cas des haciendas de l’Ajusco. On considérait que les grands domaines devaient ainsi disparaître et, une fois respectées ces surfaces maximales, laisser place à des petites propriétés, désormais inaffectables, sauf pour cause d’utilité publique. Quant aux villages, qui allaient être dotés grâce aux terres retirées aux haciendas voisines, il était prévu d’appliquer l’article 27 de la Constitution: c’est-à-dire de leur restituer les terres spoliées, à condition qu’ils fournissent des preuves irréfutables, ou bien de les doter de terres si leurs documents étaient imprécis, ou si leurs terres se révélaient insuffisantes et s’ils en désiraient d’autres.

18La surface de la dotation en terres était fonction du nombre de familles dont chacune recevrait, en effet, 3 à 5 hectares en terrain irrigué, 4 à 6 hectares en terrain arrosé suffisamment par les pluies, et 6 à 8 hectares en terrain de temporal.

19Les effets de la Réforme Agraire se trouvèrent donc singulièrement limités: Obregón ne tenait pas à une réforme trop radicale. Il pensait que le démembrement des grands domaines ruinerait le pays, et tenta de limiter les expropriations. Beaucoup de conditions furent exigées pour obtenir des restitutions de terres. Lorsque l’on a à l’esprit l’imprécision des documents que détenaient les villages, et dont avaient déjà bien des fois profité les hacendados, on peut prévoir que ces restitutions seront difficiles, voire impossibles, comme le prouve l’exemple des villages de l’Ajusco. En fait, Obregón voulait surtout calmer les esprits par quelques concessions et mettre un terme aux révoltes. La Réforme Agraire avait subi bien des tergiversations. Les lois arrivaient trop tard alors que les masses paysannes n’étaient plus mobilisées. Leur portée en fut donc réduite.

20Cependant, de nombreuses lois agraires furent votées par la suite, et jusqu’à nos jours. Elles modifièrent à diverse, reprises le cours de la Réforme Agraire. La politique des présidents successifs fut capitale, car d’eux dépendèrent soit l’arrêt de la Réforme, soit son accélération, soit une nouvelle orientation. Les lois se succédèrent de sexennat en sexennat, se contredisant, s’annulant. Ces tâtonnements, ces revirements, dont fut victime la Réforme Agraire, expliquent qu’elle ait en partie manqué son but et n’ait pu encore pleinement se réaliser 60 ans après la Révolution.

21Sous Plutarco Elías Calles, les lois de 1925, ou lois de patrimonio ejidal, remirent complètement en question la propriété communale des ejidos. Elles prévoyaient la division de ces ejidos en parcelles privées, dans le but de développer une classe de petits propriétaires paysans. Pour mettre en application cette parcellisation et hâter cette évolution, les lois de 1927 simplifièrent les formalités pour les demandes de dotation ou de restitution de terres.

22Cette oeuvre fut poursuivie sous Emilio Portes Gil. Il fit voter les lois de janvier 1929, qui accélérèrent encore le processus de dotation, rechercher et punir par des amendes les propriétaires de grands domaines, qui divisaient fictivement leurs propriétés afin d’empêcher la réalisation de la Réforme Agraire.

23Mais à partir de 1930, la Réforme connut un coup d’arrêt, sous la présidence de Pascual Ortiz Rubio. Elle fut remise en cause, sous l’influence de l’ancien président Calles, qui continuait en fait, à diriger le pays. Revenu d’un voyage en Europe, il s’était convaincu que la petite propriété paysanne n’était pas souhaitable et nuisait à la modernisation et au développement économique du pays. Les décrets de décembre 1930 augmentèrent le nombre des catégories de grands domaines, qui ne pouvaient être expropriés. Ils limitèrent les possibilités d’obtention d’ejido. En 1930 et 1931, de nombreux comités locaux agraires furent dissous.

24Ils se virent assigner un trop court délai, délai de deux mois, pour envoyer les dossiers au Comité National Agraire. Passé ce délai, il était estimé que plus aucun village n’avait de demande à formuler. En conséquence, les comités locaux n’avaient plus de raison d’être. Ils furent supprimés dans plus de douze Etats de la République. Toutes ces dispositions provoquèrent une diminution très importante des distributions de terres. La Révolution semblait terminée.

25Mais en 1932, le nouveau président, Abelardo Rodríguez, tenta de relancer la Réforme Agraire en abrogeant les lois de son prédécesseur. Dès octobre 1932, il prit des mesures pour remettre en vigueur et accélérer les lois de patrimonio ejidal de 1925. En 1933, les comités locaux agraires, qui avaient été dissous, furent reconstitués et une nouvelle législation fut mise en place: beaucoup constataient l’insuffisance des résultats obtenus par la Réforme Agraire jusque là, et cherchaient des solutions nouvelles.

26Les lois de 1933 et 1934 furent un compromis entre deux thèses adverses: celles des “vétérans”, qui voulaient mettre un terme aux distributions de terres et à la propriété communale après avoir créé une classe de moyens propriétaires de plus de 10 hectares en forçant les haciendas à se diviser et à se vendre; et les thèses socialistes des agraristas, favorables à la poursuite et à l’achèvement des reconstitutions d’ejidos et à la collectivisation des terres. Le Département Agraire, nouveau ministère, fut créé et l’administration de la Réforme Agraire réorganisée. Le but était de mener à son terme la Réforme Agraire. Le code agraire de 1934 permit d’accélérer les distributions de tenes, de développer les possibilités de crédit accordé aux ejidatarios. L’objectif principal restait le développement de la petite propriété. La Réforme était étendue à tous les núcleos de población, ou centres de peuplement: les villages d’haciendas purent enfin bénéficier des distributions de terres. D’autre part, le Département Agraire pouvait créer de nouveaux centres de peuplement, dans des zones à mettre en valeur, si les villages étaient trop peuplés et s’il n’était plus possible de les doter d’ejido sur les haciendas voisines. Les villages déjà pourvus d’ejido purent aussi faire de nouvelles demandes, d’ampliación, c’est-à-dire d’extension d’ejido, si la première dotation avait été insuffisante.

27Ce fut surtout sous la présidence de Lázaro Cárdenas, de 1934 à 1940, que la Réforme Agraire atteignit son point culminant. Alors que, jusque là, 7 500 000 hectares avaient été accordés aux villages, 17 500 000 hectares furent distribués en 6 ans, sous le gouvernement de Cárdenas. Les thèses socialistes furent même appliquées dans certains ejidos collectifs, comme ceux de La Laguna et du Yucatán, créés en 1936 et 1937.

28Puis pendant près de vingt ans, la Réforme Agraire fut freinée, presque abandonnée. Une nouvelle époque apparut. Les divers gouvernements qui suivirent, de 1940 à 1958, remirent en cause la poursuite de la Réforme Agraire. Ils considérèrent qu’elle avait été un échec. La plupart des terres qui avaient été distribuées étaient très pauvres. La misère paysanne, les faibles rendements de l’agriculture, aux méthodes encore primitives, n’avaient pas été améliorés. D’autre part, malgré la création de 14 682 ejidos, jusqu’en 1940, 30 % du pays restaient entre les mains de 2 832 grands propriétaires. L’agriculture mexicaine était toujours divisée entre une agriculture de subsistance, pratiquée sur de petites parcelles privées ou communales et une agriculture commercialisée et moderne sur de grands domaines. C’est cette dernière qui fut favorisée au détriment des ejidos.

29Sous Avila Camacho, le code agraire de décembre 1942 modifia la législation agraire, afin de limiter les distributions de terre: 3 335 575 hectares seulement furent accordés sous sa présidence. En 1946, Miguel Alemán fit réformer l’article 27 de la Constitution. Il accrut les limites maximales, fixées pour les petites propriétés pratiquant une agriculture commercialisée. Les exploitations irriguées de coton purent conserver 150 hectares au maximum, celles de bananes, cannes à sucre, café, caoutchouc, cocotiers, vigne, vanille, oliviers, cacao, arbres fruitiers, fibres textiles de henequen (sorte d’agaves), 300 hectares au maximum. D’autre part, les propriétaires qui avaient entrepris des ouvrages de bonification (irrigation, drainage...) ne devaient plus être touchés par la Réforme Agraire. Ainsi étaient favorisés tous les grands exploitants, amis du régime, qui pratiquaient une agriculture déjà particulièrement rémunératrice.

30Sous Adolfo Ruiz Cortines, une nouvelle politique fut mise en application: l’aménagement des campagnes, la construction de barrages, de puits pour irriguer et mettre en valeur de nouvelles terres. Mais la Réforme Agraire a été à nouveau reprise depuis le grand Congrès National Agraire, qui s’est tenu à Toluca en octobre 1959, sous la présidence de López Mateos, sur l’initiative du docteur Gustavo Baz, gouverneur de l’Etat de México. Les problèmes agraires des villages mexicains furent réexaminés. Mais c’est surtout sous la présidence de Luis Echeverría de 1970 à 1976, que la Réforme Agraire a été reprise. Il voulait la mener dans son ultime phase: la Réforme “intégrale”. Mais elle n’est pas terminée et les dernières distributions de terres effectuées sous son sexennat, en novembre 1976, dans l’Etat de Sonora montrent, par les violentes révoltes des “petits propriétaires” de 500 hectares contre ces mesures, que les problèmes sont loin d’être réglés.

Les premières dotations d’ejidos (1921-1930)

31Presque tous les villages de l’Ajusco s’empressèrent, dès 1921, alors qu’ils recommençaient à peine à se repeupler, d’adresser leurs demandes de restitutions de terres. Elles furent déposées entre 1921 et 1923, sous la présidence d’Obregón, ce qui montre bien l’espoir qu’avait fait naître l’intention de ce gouvernement de s’occuper des problèmes agraires. Mais les dossiers traînèrent car les documents et les titres que les villages présentèrent pour prouver l’ancienne propriété de leurs terres furent difficiles à analyser. Cela prit beaucoup de temps et les résultats ne furent guère satisfaisants. Le village de San Pedro avait réclamé, en 1921, le quartier de San Buenaventura, usurpé en 1850 par l’hacienda voisine de San Juan de Dios. San Pedro fit rechercher ses titres, mais rien ne fut retrouvé, et on s’aperçut que tous les papiers avaient été gardés par l’hacienda lorsque ce quartier avait été pratiquement dépeuplé par l’épidémie de 1850. Evidemment, l’hacienda nia les faits. L’affaire fut donc classée pour San Pedro en 1922.

32Magdalena Petlacalco présenta ses titres en septembre 1922. Ce n’est qu’en 1929, en mai, que le village reçut une réponse! Ses documents étaient jugés authentiques et reconnus. Cependant, au mois d’octobre, le Département Agraire lui fit savoir qu’il ne pouvait en tenir compte: il était en effet difficile de prouver les spoliations subies par le village de la part de l’Hacienda de la Venta de Ajusco, car celle-ci possédait, de son côté, des documents jugés tout aussi authentiques, mais absolument contraires à ceux du village. Magdalena réclamait les terres spoliées, selon ce village, en 1894, mais qui avaient été confirmées à l’hacienda à l’issue du grand procès de 1897. Or, il s’agissait de terres communales spoliées selon les lois du porfirisme: le Département Agraire aurait dû appliquer l’article 27 de la Constitution, et annuler ces spoliations, désormais illégales. Les villages, sans doute peu au courant de leurs droits, ne surent pas se défendre. En octobre 1930, le village réclama la restitution de ses documents, mais le comité local agraire avait été dissous et on fit savoir à Magdalena que ses documents avaient disparu. Le village réclama longtemps ses titres, encore en 1934, mais en vain...

33A Xicalco, les paysans envoyèrent, en juin 1923, leurs antiques documents de 1640, écrits en nahuatl, mais les services des Archives Nationales les déclarèrent faux et apocryphes. Depuis cette époque, ils ont disparu. Il semble qu’on ne les ait jamais renvoyés au village...

34Topilejo présenta ses titres en juin 1923. Les services des Archives Nationales les déclarèrent authentiques. Cependant, une dotation provisoire lui fut bien accordée en 1928, mais de 125 hectares seulement, pris sur l’Hacienda de la Venta. Cependant, malgré ses protestations et ses interventions, le village ne put faire avancer son dossier au Département Agraire.

35Le cas de Topilejo ne fut réexaminé que dix ans plus tard, en 1934, lors de la relance de la Réforme Agraire; le propriétaire de l’Hacienda El Guarda, formée au xixe siècle sur les terres communales du village, grâce aux lois de 1856, était un ami personnel du secrétaire général du Département Central du District Fédéral... Ainsi s’explique l’étouffement de l’affaire de restitution! Topilejo réclamait, non seulement les 1 887 hectares de l’Hacienda El Guarda, mais aussi les 1 970 hectares du Rancho El Fraile, c’est-à-dire les terres non remises par le propriétaire de l’Hacienda La Venta, lors de la permutation de terrains en 1879. Le cas de Topilejo n’était pas une petite affaire. La Réforme s’annonçait mal pour le village: lenteur, mauvaise foi, voire malhonnêteté et corruption.

  • 3 Selon une information recueillie auprès du délégué actuel du village, le professeur Jésus Camacho.

36Le village d’Ajusco, lui, n’adressa aucune demande de restitution, ce qui parait extrêmement curieux. Il est possible que le village ait subi quelque intimidation de la part des haciendas, comme tendrait à le prouver ce qui s’est passé un peu plus tard: en 1937, Ajusco déposa, pour la première fois, semble-t-il, un dossier de restitution de terres. Mais Angel Entrembasaguas, le propriétaire de l’Hacienda de la Venta de Ajusco, acheta le président du village, Marcial Romero, avec une forte somme d’argent, afin que celui-ci dissimulât les documents détenus par le village, éliminant ainsi toute trace de preuve3. On comprend pourquoi, depuis lors, les documents si précieux, récupérés par la suite, soient placés sous la garde d’un paysan de confiance, spécialement choisi. Il n’est donc pas impossible que des pressions semblables aient eu lieu juste après la Révolution, empêchant le village de bénéficier de la Réforme, mais ne laissant aucune trace. On ne connaît le pacte malhonnête de 1937 que par la tradition orale, dans la mesure où la vérité fut, par hasard, découverte.

37Les villages de l’Ajusco s’étant vu, pour diverses raisons, refuser leurs demandes de restitutions de terre , se tournèrent vers l’autre formule proposée par la Réforme Agraire, celle de la dotation d’ejido. Le premier village qui obtint un ejido dans la sierra, fut le village de San Pedro. N’ayant pu prouver ses droits sur le quartier de San Buenaventura, le village fit une demande de dotation ejidal en novembre 1922. Il obtint très vite satisfaction: un recensement permit d’établir, en 1923, que 193 personnes étaient susceptibles d’être dotées, sur 484 habitants. Il s’agissait des célibataires et des chefs de famille, de plus de 18 ans. Tous étaient journaliers, ou, quelques-uns, domestiques. Deux d’entre eux furent éliminés car il s’avéra qu’ils possédaient, respectivement, 5 et 10 hectares de terres. Les 191 ejidatarios reçurent chacun 1 hectare de terres, et on leur accorda, en plus, 40 hectares pour la construction de l’école. Cette surface semble considérable, mais divers autres bâtiments municipaux devaient être prévus sur ce terrain. Cela porta à 231 hectares en tout la dotation.

  • 4 Voir Annexe H, carte No. 10.

38Ces terres furent prises sur l’Hacienda San Juan de Dios4. Elles furent d’abord données provisoirement en juin 1923, et confirmées, dans la même superficie, en mars 1924, par le Comité National Agraire. La Réforme Agraire avait fait son oeuvre, mais elle était bien dérisoire; que pouvaient faire des ouvriers agricoles avec 1 hectare, sinon rester ouvriers agricoles ?

39San Pedro fut le seul village de la sierra qui fut si vite doté d’un ejido. Dans les autres villages, les effets de la Réforme Agraire se firent sentir plus tard, sous la présidence de Portes Gil, qui était favorable à une reprise des distributions de terres dans le pays, à un rythme plus rapide. Les demandes des années 1922 et 1923 furent réexaminées. A San Andrés, les paysans avaient réclamé, en 1922, la restitution des terres spoliées par l’Hacienda del Arenal. Mais, leur dossier ayant été refusé, sans doute par manque de preuves solides, certains habitants firent comme en 1882 avec l’Hacienda de Xoco: ils achetèrent les terres qu’ils croyaient ne jamais pouvoir récupérer. Cependant, ils tentèrent une nouvelle action, sous le président Portes Gil, en juin 1929, en présentant une demande de dotation. Le recensement révéla que 348 chefs de famille ou célibataires de plus de 18 ans pouvaient devenir ejidatarios. Le Comité National Agraire confirma, en 1930, la dotation de 348 hectares de terres, accordées provisoirement en novembre 1929. Ces terres furent prélevées sur une autre grande hacienda voisine, l’Hacienda Eslava Mipulco. Les paysans, là encore, recevaient seulement un hectare par famille.

40A Magdalena, les terres réclamées en restitution s’élevaient à 243,9350 hectares, qui se décomposaient ainsi:

  • 5 Voir Annexe II, carte No. 10.

41Ces terres se divisaient en pâturages et en terres de temporal. La dotation fut moins généreuse: le recensement ayant donné 141 personnes ayant droit à des parcelles ejidales, 141 hectares furent accordés, c’est-à-dire encore une fois un hectare par famille5.

42Xicalco demandait aussi la restitution des terres spoliées par l’Hacienda de la Venta après le procès, gagné par elle, de 1897. D’autre part, une partie des terres du village s’était transformée en petites propriétés au xixe siècle et était passée à des habitants de villages voisins.

  • 6 Voir Annexe II, carte No. 10.

43Ici encore, la Réforme Agraire se montra moins généreuse: elle accorda d’abord 114 hectares, soit un hectare pour chacun des 114 chefs de famille (les 114 hectares devaient être pris, d’une part à l’Hacienda de la Venta: 75,1562 ha. et, d’autre part, à Ollivier: 38,8438 ha.) Mais on s’aperçut par la suite que les paysans avaient quelque peu falsifié le recensement, en comptant parmi eux 16 individus qui n’étaient pas paysans. Cette pratique fut utilisée assez fréquemment dans le pays. On ne retint donc que 98 personnes, tous ouvriers agricoles, qui travaillaient souvent loin du village. Ils ne reçurent plus en 1930 que 86,46 hectares6, retirés à Manuel Ollivier, propriétaire voisin. La dotation définitive n’accordait même pas un hectare par famille. Xicalco est le seul village de la sierra qui ait eu une dotation définitive plus faible que la dotation provisoire, cas par ailleurs très fréquent dans le reste du pays.

44On remarque cependant qu’en général le Comité Agraire a distribué un hectare par famille. La surface de l’ejido accordé au village était donc calculée en fonction du nombre de familles paysannes, qui avaient besoin de terres. Un recensement des habitants était toujours réalisé afin de déterminer ce nombre. On peut s’étonner de ces faibles distributions de terres, en désaccord avec les lois en vigueur, qui prévoyaient de doter les ejidatarios de 6 à 8 hectares dans les régions de terres de temporal. Deux raisons peuvent être invoquées pour expliquer ce fait: tout d’abord, les villages sont très nombreux dans cette zone proche de la capitale; ils sont aussi densément peuplés, d’autant plus que, dix ans après la guerre civile et la Révolution, la pression démographique se fait sentir. D’autre part, les haciendas de la région sont peu nombreuses et beaucoup moins étendues que partout ailleurs. Or 500 hectares de terres doivent leur être assurés. Le Comité National Agraire doit donc être prudent dans ses distributions de terres afin d’être équitable. Sinon, certains villages risqueraient de n’obtenir auncun ejido.

45Le tableau ci-après permet de faire le bilan de ces premières distributions de terres dans la sierra, aussi modestes soient-elles. On observera que deux villages sont restés exclus de la Réforme Agraire: Topilejo et Ajusco.

46Premières distributions de terres dans la sierra:

47Le bilan peut s’inscrire ainsi:

48L’examen de ces tableaux montre qu’en général les villages ont dû attendre 6 à 7 ans pour obtenir des terres. Seul le cas de Magdalena permet de préciser que les terres accordées furent inférieures, en surface, à celles demandées en restitution. Les haciendas concernées par les restitutions ne furent pas toujours affectées, telle 1’Arenal pour San Andrés.

49Cependant, les villages ayant eu, auparavant, des superficies très réduites, leurs terres ont augmenté, en proportion, assez fortement: de 25 % pour deux des villages, de 50 % et 55 % pour les deux autres. Pourtant, cela n’a pas permis d’augmenter dans les mêmes proportions les terres de chacun. On a vu en effet que, pendant l’époque porfirienne, les terres des villages, en grande partie, ou même entièrement, étaient devenues de petites ou moyennes propriétés, réunies entre quelques mains, et n’appartenant pas toujours à des paysans des villages. Ces petites propriétés subsistèrent et ne furent pas redistribuées. Les ejidatarios, bénéficiaires des dotations, furent les paysans sans terres. Les dotations d’un hectare par famille étaient extrêmement insuffisantes, surtout dans ces régions de terres pauvres. Il n’est donc pas étonnant que les villages aient tenté de profiter du nouveau code agraire de 1934, qui leur accordait la posbilité d’obtenir de nouvelles dotations, des ampliaciones.

La reprise de la Réforme Agraire sous Cárdenas

  • 7 Voir Annexe II, carte No. 11.
  • 8 Idem.

50Le village de Magdalena fut le premier à se manifester, en août 1936. Le recensement opéré immédiatement montra que le nombre des habitants ayant droit à des parcelles ejidales était de 113. Le Département Agraire, nouvel organisme créé pour la Réforme Agraire, se mit à chercher, dans la sierra, des haciendas susceptibles d’être affectées. Les difficultés commencèrent, comme on l’avait déjà pressenti quelques années auparavant: le nouveau code agraire précisait que ces haciendas devaient se trouver dans un rayon de 7 km au maximum des villages, ce qui limitait les possibilités d’affectations. Pour Magdalena, trois haciendas pouvaient être retenues: le Rancho de Copilco7, au nord, mais il venait d’être réduit par les dotations aux villages de Padierna et de San Jerónimo Aculco, à 500 hectares, limite précisément de la petite propriété inaffectable dans cette région de terres de temporal, en partie stériles à cause des coulées de laves. L’Hacienda del Arenal, de 1 461 hectares, appartenant à la fabrique textile de la Fama Montañesa, devait être épargnée car d’autres nouveaux ejidos, en cours de création, risquaient de réduire l’hacienda à une petite propriété inaffectable. Il ne restait plus que l’Hacienda de Mipulco Eslava, qui conservait encore 2 952 hectares, après les dotations de l’époque précédente: 1 300 hectares accordés en 1924 en ejido à San Nicolás Totolapan, qui avait réclamé en restitution 1 427 hectares sans pouvoir être satisfait, et 348 hectares accordés à San Andrés en 1930. Quatre autres villages pouvaient aussi être dotés, à la même époque, de terres de Mipulco: San Andrés, San Nicolás, Padierna, San Bartolo Ameyalco, tous pour des extensions d’ejidos. Magdalena put, cependant, obtenir satisfaction, et reçut en dotation provisoire, le 30 novembre 1 936, 622 hectares de terres8, ce qui portait à 1 210,38 hectares son patrimoine. Les dotations de l’époque de Cárdenas étaient plus généreuses: les paysans dotés de terres reçurent en moyenne 5 hectares et demi chacun. Mais il faut remarquer qu’il ne s’agissait pas de terres labourables, et que, d’autre part, elles étaient situées loin du village, au-delà de l’Hacienda del Arenal et de celle d’Eslava et, par là, difficilement exploitables. Après avoir reçu les terres en dotation définitive en janvier 1938, les paysans de Magdalena s’organisèrent en société coopérative forestière ejidal pour l’exploitation de ces terres de montagne, dont la seule richesse était les forêts. Nous avons là un bon exemple de l’application des thèses socialistes et des tentatives faites, sous la présidence de Cárdenas pour développer les systèmes de coopératives qui lui semblaient les meilleures solutions pour l’organisation des paysans et de leurs ejidos. Cependant, les paysans ne semblent pas avoir été satisfaits car ils auraient voulu des terres cultivables. Ils tentèrent donc de profiter au maximum de la législation en vigueur et du gouvernement qui leur était enfin favorable, craignant que les gouvernements suivants ne le soient plus et qu’ils n’aient plus l’occasion d’obtenir des avantages: ils firent une seconde demande d’ampliación en 1917. Ils réclamèrent l’affectation de l’Hacienda de la Venta, hacienda qui conservait encore 1 155 hectares et disposait de terres cultivables de temporal. Ils précisèrent bien que la dotation de 622 hectares était insuffisante. Mais aucune suite ne fut donnée à cette dernière demande, et depuis lors, la situation est restée inchangée à Magdalena, en ce qui concerne la superficie du village.

51A San Andrés, ce fut plus compliqué. Le village avait déposé une demande d’ampliación d’ejido le 15 août 1936. Le recensement donna 197 paysans susceptibles d’être dotés. Mais un problème nouveau apparut alors dans la sierra: une partie de ces montagnes venait d’être reprise par la Nation, d’après un décret du 14 août 1936, pour cause d’utilité publique, selon les principes de l’article 27 de la Constitution, afin de former le parc national d’Ajusco, désormais inaffectable. Les deux seules haciendas qui auraient pu permettre à San Andrés d’être doté de nouvelles terres se trouvèrent comprises dans le parc; l’Hacienda del Arenal ne conservait que 153 hectares, sur ses 1 461, et était donc réduite à une petite propriété inaffectable. L’Hacienda de Mipulco ne conserva que 545 hectares de montagne et de pâturages. Mais le nouveau code agraire avait prévu la possibilité de réduire les 500 hectares à respecter dans les terres de temporal à 400 ou 300 hectares selon les régions. Le Département Agraire décida de conserver 400 hectares à l’Hacienda de Mipulco, ce qui laissait 145 hectares disponibles pour le village de San Andrés. C’est donc tout ce que put obtenir le village le 19 juillet 1939, soit moins d’un hectare par famille, et seulement des terres de montagne utilisables pour quelques maigres pâturages ou un peu d’exploitation forestière.

52Xicalco fit sa demande trop tard, à la fin de la présidence de Cárdenas, en octobre 1940. Le village demandait des terres de montagne pour avoir quelques pâturages pour les troupeaux, et des arbres pour couper du bois. Les deux domaines envisageables pour la dotation de Xicalco se révélèrent impossibles à affecter; l’Hacienda de la Venta se trouvait réduite de 1 155 hectares à 126 hectares, en raison des opérations suivantes: 141 hectares avaient permis de doter Magdalena en 1929, 575 hectares avaient été expropriés pour le parc de l’Ajusco, et 313 hectares avaient été vendus à la fabrique de papier et de cellulose Loreto y Peña Pobre de Tlalpan. Cette dernière protesta énergiquement contre toute affectation et prouva qu’elle avait acheté ce Bosque de la Venta afin de s’assurer un approvisionnement en bois, matière première indispensable à son industrie. Il restait le Rancho El Fraile, aux mains du frère du propriétaire de la Venta, Angel Entrembasaguas. Ce rancho possédait encore 1 715 hectares sur ses 2 225 hectares, après la restitution de 255 hectares de terres à Huizilac, et expropriation de 255 hectares par le parc d’Ajusco. Mais on ne pouvait l’exproprier pour doter Xicalco, car le domaine se trouvait hors du rayon légal de 7 km. Une révision du dossier fut demandée par le village, en 1945, mais il lui fut opposé le même refus catégorique. Les conséquences furent graves pour Xicalco, qui avait un besoin urgent de terres. En effet, 37 paysans n’avaient pas de parcelles et le village comptait beaucoup sur une nouvelle dotation, afin de les pourvoir. Ces paysans restèrent donc sans terres. Ils ne reçurent, en compensation, que des certificats de “droits agraires”, bien dérisoires, car ils restèrent lettre morte.

  • 9 Voir Annexe II, carte No. 11

53Dans ces deux derniers cas, de San Andrés et de Xicalco, il ne fut donc pas, ou pratiquement pas possible de doter les villages d’un nouvel ejido. La création du parc national d’Ajusco enlevait beaucoup de terres à la Réforme Agraire, qui ne trouvait plus de terres disponibles. Quant au Rancho El Fraile, seul grand domaine restant, il était très loin au sud9 de la sierra, et peu de villages en étaient à moins de 7 km pour revendiquer ses terres, que son propriétaire, par ailleurs, était prêt à défendre à tout prix.

54Cependant, d’autres villages avaient eu le temps de poser leurs problèmes, à l’époque de Cárdenas, et purent aussi bénéficier de la relance de la Réforme Agraire durant cette période: il s’agit de Parres El Guarda, de Topilejo et d’Ajusco.

55En ce qui concerne Parres El Guarda, il fallut attendre le nouveau code agraire de 1934 pour que ce village d’hacienda puisse prétendre à une dotation de terres. Il était classé comme ranchería, ou hameau, et non comme pueblo, village.

  • 10 Voir Annexe II, carte No. 11.

56Il comportait, à l’époque de Cárdenas, 31 familles de peones, qui travaillaient sur l’Hacienda El Guarda, formée sur les terres communales de Topilejo au xixe siècle. Le 3 septembre 1935, le hameau demanda une dotation ejidal sur l’Hacienda El Guarda. En août 1936, il obtint une dotation provisoire de 278,19 hectares suivie, au mois de septembre, d’une dotation définitive de 286,65 hectares10, à répartir entre 35 paysans, car on rajouta 4 célibataires. La surface moyenne des parcelles accordées était de 8 hectares. Il s’agissait surtout de terres de pâturages, mais que l’on pensait susceptibles d’être mises en cultures.

57Pourtant, dès l’année suivante, en juillet 1937, les habitants du village firent une demande d’ampliación. Le délégué ejidal expliqua au Département Agraire que les terres qu’ils avaient reçues en 1936 n’étaient pas cultivables; situées à 3 000 mètres d’altitude, elles étaient trop exposées aux gelées, et ne pouvaient servir que de pâturages. Les ressources du village allaient donc être bien maigres, et il demandait de nouvelles terres, dans les montagnes, avec des forêts, dont il tirerait plus de profit. Le Département Agraire enregistra la demande, mais ne donna jamais aucune suite. L’Hacienda El Guarda était, en effet, devenue inaffectable après la dotation de Topilejo.

  • 11 Voir Annexe II, carte No. 11.

58Topilejo avait déposé, en 1923, un important dossier de restitution de terres, spoliées par le Rancho El Fraile, l’Hacienda El Guarda, ainsi que par le village voisin de Cuajomulco. Mais nous avons vu comment Castro de la Fuente y Parres, propriétaire d’El Guarda, avait fait disparaître ce dossier. Topilejo reprit l’affaire en 1933. Comme, une fois encore, aucune décision ne semblait venir, les paysans passèrent aux actes et ce fut l’épreuve de force: le délégué du village, Luciano Eslava, envahit les terres de l’hacienda, avec quelques compagnons et leurs troupeaux. Il laissa même certains paysans s’installer. Le propriétaire protesta énergiquement contre ces invasions de terres, ainsi que contre les prétentions de restitutions de Topilejo. Il exhiba devant le Département Agraire ses titres de propriété, qui furent authentifiés. Ce dernier se trouvait donc avec deux sortes de documents contradictoires et hésitait à prendre une décision. Comme les titres de l’Hacienda El Guarda ne portaient que la mention d’achats divers de petites propriétés, rien ne prouvait qu’il s’agissait d’anciennes terres communales. Pourquoi, cependant, cela ne sembla-t-il pas évident au Département Agraire? En définitive, devant le doute, il décida de renoncer à une restitution de terres à Topilejo, et dota le village d’un ejido. Ce dernier reçut 1 301 hectares en dotation provisoire en juillet 1936, et 1 373 hectares en dotation définitive11, en septembre 1936, pris entièrement sur l’Hacienda El Guarda, pour les 417 chefs de famille. L’Hacienda El Guarda était réduite à 224 hectares.

59Le comité ejidal ne put, malgré cela, résoudre le problème de la terre; sur les 417 ejidatarios, 95 purent disposer de parcelles sur les terres communales déjà la possession du village, 171 reçurent des parcelles de 8 hectares sur les terres récemment accordées, et 151 restèrent sans parcelle, soit plus d’un tiers des paysans. Cela s’explique par le peu de terres cultivables de la région. Topilejo demanda donc, comme le hameau El Guarda, une nouvelle dotation de terres en 1937. Comme il fut répondu que, dans la sierra, il n’y avait plus de domaines affectables, Topilejo fit une demande de création d’un nouveau centre de peuplement, hors de la sierra, afin de doter de terres une partie de sa population. Mais il n’y eut jamais de suite à cette proposition.

  • 12 Voir aux Archives notariales, notaire Ignacio Burgoa, année 1879, 1er semestre, page 267.

60Comment le Rancho El Fraile échappa-t-il, encore une fois, à l’expropriation? Comment aucune restitution des terres usurpées en 1879 à Topilejo ne fut-elle possible? Le Département Agraire avança que le document de la permutation de 1879 était trop imprécis pour prouver quoi que ce soit. Il est vrai qu’il ne contient aucune carte, aucune indication sur les superficies échangées entre le village et l’hacienda. Il ne donne que quelques noms de lieux-dits comme repères12. Les paysans de l’époque avaient été facilement bernés. D’autre part, le rancho se trouvait à plus de 7 km de Topilejo et l’expropriation pour dotation d’ejido n’était pas plus possible que ne l’avait été l’expropriation pour restitution. Le village ne perdit cependant jamais espoir. En 1937, il déposa une nouvelle demande de restitution, lorsqu’il rechercha une ampliación de terres. Il revint à la charge en 1941, après l’échec de la demande d’un nouveau centre de peuplement. L’affaire sembla s’apaiser, mais elle rebondit en 1973. Les comuneros de Topilejo, sans doute encouragés par la relance de la Réforme Agraire, décidèrent de se réunir en février afin d’élire de nouveaux représentants, plus dynamiques, qui seraient chargés d’intervenir à nouveau dans l’affaire de restitution de terres communales. R. Amescua Linares et J. Martínez Hernández furent élus, et envoyèrent dès le 15 février 1973 une lettre au directeur du service des biens communaux, au Secrétariat de la Réforme Agraire. Ils demandaient que l’on reconstitue tout le dossier avec tous les documents. En 1975, rien n’était encore réglé, et le Rancho El Fraile, de 1 970 hectares, existe toujours...

61Enfin, le village d’Ajusco, qui n’avait pas fait de demande de restitution de terres au début de la Réforme Agraire, bien qu’il lui en manquât plus de 5 000 hectares, se manifesta au temps de Cárdenas. Le 3 février 1937, une première demande fut adressée au Département Agraire. Ajusco réclamait des terres spoliées par les haciendas de la Venta, de l’Arenai, le Rancho El Fraile et les villages voisins de Magdalena, Xicalco, San Andrés, Topilejo et Jalatlalco, dont les ejidos ou agrandissements d’ejido, se trouvaient situés sur d’anciennes terres autrefois spoliées par des haciendas, au village d’Ajusco. C’est à ce moment-là qu’intervint Angel Entrembasaguas, le propriétaire du Rancho El Fraile: il acheta Martial Romero, délégué du village, qui remit les documents authentiques, traduction du codex de 1531, merced du vice-roi Mendoza de 1545, carte de 1609, à deux complices, Modesto Martínez et Néstor Romero, de Santo Tomás Ajusco. Ceux-ci dissimulèrent le tout.

62Mais le délégué de San Miguel Ajusco, Benjamín Eslava, reprit l’affaire en mains. En 1939, il fit rechercher, aux Archives Nationales, tous les documents qui pouvaient y exister concernant Ajusco. Le paléographe du Département Agraire fut chargé de cette mission. Celui-ci retrouva des copies anciennes des donations de terres de l’époque coloniale et des procès. Il fit faire des copies, certifiées conformes. Mais ces recherches prirent beaucoup de temps, un temps pourtant précieux, car l’année 1939 s’écoula, puis, au cours de l’année 1940, le Département Agraire fit traîner le dossier, malgré plusieurs démarches auprès de lui, de San Miguel Ajusco, de la Ligue de Communautés Agraires, de la Confederación Nacional Campesina, syndcat paysan. De toutes façons, il était trop tard: le président Cárdenas allait se retirer, la Réforme Agraire allait être mise de côté. Ajusco fut le seul village de la sierra à n’avoir rien obtenu de la Réforme Agraire à l’époque de Cárdenas.

63On peut donc, à la fin de l’époque de Cárdenas dresser le bilan suivant:

64Plusieurs conclusions peuvent être tirées de ce tableau; d’abord il fut distribué beaucoup plus de terres que lors de la première étape de la Réforme Agraire dans la sierra, soit 2 432,91 hectares contre 806,46 donc trois fois plus. D’autre part, ces distributions ne se firent pas selon les critères de l’époque précédente. Il ne fut pas tenu compte du nombre de paysans susceptibles d’être dotés de parcelles ejidales pour fixer les surfaces des terres accordées. Au contraire, on étudia les possibilités d’affectations des haciendas voisines, afin de doter les paysans du maximum de terres possible. Cela explique les deux aspects, qui peuvent sembler contradictoires de ce tableau; certains villages ont été favorisés sous Cârde-nas, d’autres non. Magdalena put être particulièrement bien doté, San Andrés beaucoup moins, Xicalco pas du tout. Pour Topilejo et Parres, une seule dotation fut possible, aucune extension de l’ejido ne put être envisagée, malgré les demandes, faute de terres disponibles, désormais, sur l’Hacienda El Guarda. L’impossibilité de trouver des terres dans la sierra fut le problème auquel se heurta la Réforme Agraire durant cette période. Ce fut la création du parc de l’Ajusco qui provoqua, dans certains cas, ce nouvel obstacle. L’Hacienda del Arenal, réduite à 143 hectares, ne pouvait plus être affectée, comme l’Hacienda El Guarda. Il restait pourtant le grand Rancho El Fraile, mais son propriétaire opposa une résistance farouche, et son rancho était situé à plus de 7 km des villages, ce qui lui permit d’échapper aux affectations. Cela explique que, ni Topilejo, ni Parres, ni Ajusco ne purent obtenir satisfaction. Néanmoins l’époque de Cárdenas fut importante pour la sierra, les résultats furent positifs, puisque plusieurs problèmes purent être réglés: extension de deux ejidos, création de nouveaux, dont un au profit d’un ancien village d’hacienda.

Réforme Agraire récente à Ajusco

65Toutefois, le village d’Ajusco ne laissa pas s’enliser son dossier après le départ de Cárdenas et poursuivit son action. Mais depuis le début de la Réforme Agraire, beaucoup de terres ejidales, qui avaient été données aux villages voisins de San Andrés, Magdalena et Xicalco, avaient été prises sur des terres d’haciendas, ravies autrefois à Ajusco. L’ejido de Magdalena, par exemple, occupait 170,50 hectares d’anciennes terres communales d’Ajusco.

66Durant les années 1941 et 1942, Ajusco écrivit lettres sur lettres au Département Agraire pour réclamer les titres, prouvant la possession de ses terres, ainsi que le rapport favorable du paléographe T. Alarcón. Les paysans demandèrent à plusieurs reprises qu’un géomètre du Département Agraire vienne sur place afin de procéder à la vérification des limites entre Ajusco et les villages voisins, dont les terres ejidales se trouvaient sur d’anciennes terres spoliées par les haciendas.

67Ajusco précisait que les représentants de ces villages devaient être convoqués et qu’ils devaient apporter leurs titres.

  • 13 Archives municipales d’Ajusco.

68Une reconnaissance des limites entre San Andrés et Ajusco fut réalisée le 28 juillet 1941, mais aucune suite ne fut donnée à cette affaire: le Département Agraire répondit le 14 février 194213 aux protestations d’Ajusco, que les travaux d’arpentage n’avaient eu qu’un caractère informatif. En fait, le Département Agraire se trouvait devant un problème trop épineux et cherchait à ne pas le résoudre et, surtout, à ne pas remettre en cause les dotations de terres déjà réalisées. L’époque n’était plus favorable à la Réforme Agraire. Mais, le village d’Ajusco continua à réclamer ses terres, soutenu par la Ligue de Communautés Agraires.

  • 14 Voir Annexe II, carte No. 12.
  • 15 Voir Annexe IV, photo No. 2.

69Il semble avoir abandonné la lutte contre San Andrés en juillet 1942, puisque l’on ne retrouve plus trace du conflit, mais il reporta toute son action contre le village de Jalatlaco14. Le Département Agraire ouvrit une nouvelle enquête en janvier 1943. Il considéra qu’aucun des villages n’avait des titres satisfaisants pour faire valoir ses droits: le village de Jalatlaco s’était déjà vu refuser ses titres en 1941, lors du début du conflit avec Ajusco, car ils avaient été jugés apocryphes par la section paléographique. Quant à Ajusco, ses titres avaient bien été jugés authentiques, mais le Département Agraire déclara que ces titres avaient été présentés pour une autre action agraire, que ceux-ci ne comportaient aucune référence au sujet de la controverse qui opposait Ajusco à Jalatlaco, et qu’ils n’avaient donc aucune valeur dans ce cas. Cette décision peut surprendre, puisque les limites des terrains du village d’Ajusco avaient été très précisément tracées sur la carte dessinée en 1609, lors de la dotation de terres par le vice-roi Velasco. Aucune contestation de limites ne devait être possible, la carte étant suffisamment précise15. Mais où était cette carte? Précisément, le village ne l’avait pas récupérée en 1943... Elle était toujours cachée, subtilisée par le représentant de Santo Tomás Ajusco, pour étouffer le conflit entre le village et le Rancho El Fraile. Il n’existe aucune copie de cette carte, aucune trace dans aucun document. Elle aurait pu servir, ici, de preuve irréfutable contre Jalatlaco. On mesure l’importance du préjudice que le village a subi du fait de la corruption de son représentant.

70Le Département Agraire donna un premier délai de 60 jours aux villages pour rechercher d’autres preuves avant la décision finale. Ce délai fut prolongé, mais les villages ne purent fournir aucun nouveau document. Le Département Agraire trancha donc le problème: considérant qu’aucun des villages n’avait pu prouver la possession des 1 740 hectares de terres en litige, il décida de les partager. Ces terres étaient, depuis longtemps, un objet de dispute entre les deux villages, déjà à l’époque coloniale, et il avait été décidé, pour mettre fin aux querelles, parfois très vives, que ces terres, entièrement comprises dans une zone montagneuse, seraient laissées à la disposition des deux villages, qui pourraient les exploiter en commun, pour le bois et le charbon de bois. La décision du Département Agraire ne fit donc qu’entériner l’état de fait, assignant, cependant, à chacun sa zone d’exploitation. Jalatlaco reçut 680 hectares et Ajusco 1 060 hectares. Cette différence, qui est en faveur d’Ajusco, s’explique par le fait que ce village était particulièrement touché par l’expropriation au profit du parc national de l’Ajusco. Sur ses 5 403 hectares, Jalatlaco n’avait eu que 2 % de terres expropriées. Ajusco n’avait plus que 350 hectares. Les 1740 hectares partagés entre les deux villages se trouvaient compris dans le parc de l’Ajusco. Mais le Département Agraire accorda un compromis pour ne pas trop léser les villages; ils pourraient, d’une part, demander une indemnisation à la Secretaría de Hacienda y Crédito Público et, d’autre part, ils étaient autorisés à cultiver les terres comprises dans la zone expropriée, à la condition qu’ils n’utilisent pas les terres ayant plus de 8 % de déclivité, afin de conserver la couverture végétale et d’éviter les risques d’érosion des sols, dans cette zone particulièrement protégée.

71Le conflit avec Jalatlaco fut donc réglé en 1943, mais dans un sens qui ne satisfaisait guère Ajusco, pour lequel toutes les terres appartenaient au village. Ajusco classa pourtant l’affaire, et s’employa à obtenir une reconnaissance de ses terres communales, qui n’avait toujours pas été faite depuis la Révolution. Le dossier traîna jusqu’à la présidence d’Alemán, en 1948. Le Département Agraire se trouvait, en effet, devant un problème insoluble: le parc national de l’Ajusco occupait 6 619 hectares sur les 6 969 du village, soit environ 95 % de ses terres. Il ne restait à Ajusco que 350 hectares. Le Département Agraire ne pouvait donc lui confirmer la possession des terres expropriées.

72D’un autre côté, aucune dotation ejidal ne semblait possible; les haciendas voisines de l’Arenal, de la Venta et de Mipulco, n’étaient plus affectables. Elles avaient été réduites par les précédentes dotations d’ejidos, les ventes pratiquées, et les expropriations au profit du parc de l’Ajusco, à 143 hectares, pour la première, 126 hectares, pour la deuxième, et 400 hectares pour la dernière. Quant au Rancho El Fraile, plus aucune mention n’est faite de lui à cette époque. Il conservait pourtant 1 715 hectares... Comment ce grand domaine traversa-t-il le temps sans jamais être affecté? Cela peut s’expliquer par le fait qu’il se trouvait à plus de 7 km de tous les villages et ne pouvait donc être affecté par aucune dotation d’ejido, selon la loi. Mais, il pouvait être affecté par des demandes de restitutions de terres, à condition que les villages puissent fournir des preuves irréfutables de propriété. Topilejo n’avait pas pu car ses documents avaient été jugés apocryphes, et il n’y avait eu ni restitution, ni dotation.

73Pour Ajusco, le rancho fut plus menacé, car les documents étaient authentiques. Mais le seul document vraiment probant, la carte de 1609, fut subtilisée, comme nous l’avons vu. Le rancho fut donc à l’abri d’une restitution de terres à Ajusco, comme d’une dotation. Le propriétaire du rancho, Angel Entrembasaguas, avait été habile!

74Le Département Agraire ne put donc donner qu’une réponse bien peu satisfaisante, en juillet 1948, au vidage d’Ajusco: il ne put que lui confirmer la possession des 1 060 hectares de terres acquis en 1943, lors du partage avec Jalatlaco, bien que ces terres fussent situées dans la zone du parc national, car le village avait obtenu le droit de les cultiver. A cela s’ajoutèrent les 350 hectares de terres non compris dans la zone du parc. Ce furent donc, en tout, 1 410 hectares de terres confirmés. Il ne s’agissait ni de restitution, ni de dotation. Le résultat de la Réforme Agraire était, ici, bien négatif.

  • 16 Voir Annexe II, carte No. 13.

75Le silence retomba pendant 22 ans sur le dossier d’Ajusco. Mais, en juillet 1970, le représentant du village, le colonel P. Aurelio Rocha Gómez, qui avait peut-être certaines relations utiles, ou qui voulait tenter une nouvelle action, profita de ce qu’une nouvelle époque semblait s’annoncer pour la Réforme Agraire et adressa une première lettre au Département Agraire pour redemander la restitution des terres d’Ajusco, et une deuxième lettre au président de la République, G. Díaz Ordaz, dans laquelle il dénonçait plus de 20 ans d’inertie du Département Agraire. Or, l’affaire put rebondir grâce à une découverte de la plus haute importance: le décret de création du parc national de l’Ajusco, de 1936, avait été modifié en février 1947. Le parc était réduit considérablement, ne comprenant que les terres situées au dessus de la cote 3 550 mètres16, c’est-à-dire à une altitude où il n’était plus possible de cultiver. Le parc ne faisait plus que 920 hectares, tous sur le territoire du village d’Ajusco. Ce décret, aussi invraisemblable que cela puisse paraître, avait été ignoré par le Département Agraire en 1948, bien qu’il ait été antérieur d’un an... Comment cela s’explique-t-il? Malhonnêteté vis-à-vis du village? Simple négligence et insuffisance d’informations? Il semble pourtant difficile de croire que personne, à l’époque n’ait été au courant de ce décret qui modifiait dans une large mesure la situation dans la sierra.

76Mais entre-temps les choses s’étaient compliquées, car, depuis 1948, les terres qui avaient été enlevées au village avaient subi des sorts divers: des travaux d’aménagement y avaient été entrepris, certaines terres avaient été vendues, illégalement, puisqu’il s’agissait de terres expropriées pour cause d’utilité publique, par des gens qui se disaient propriétaires, et une spéculation commençait à s’organiser.

77Un nouveau dossier fut donc constitué, avec ces nouveaux éléments, et déposé le 4 octobre 1973. Des ingénieurs furent envoyés au village pour refaire l’arpentage. Durant le mois de juillet 1974, tous les paysans durent venir à la delegación de Santo Tomás Ajusco afin de se faire recenser et de déclarer les terres qu’ils possédaient, avec tous les titres qu’ils avaient. Un plan précis du village put être établi, avec les nouvelles limites, et un recensement exact des terres put être réalisé. La résolution présidentielle, signée du président Echeverría, accorda à Ajusco 7 649 hectares de terres, le 18 décembre 1974. Cette résolution parut au Journal Officiel en janvier 1975. Il ne s’agissait que d’une confirmation de terres. La seule restitution qui fut réalisée concerna les terres injustement partagées avec Jalatlaco en 1943. Ajusco reçut donc les 680 hectares qui avaient été donnés à ce village. Ajusco avait retrouvé ses vrais documents, dont sa carte de 1609, sans que l’on puisse préciser quand ni comment le village put rentrer en leur possession. Il ne put obtenir aucune autre restitution, et il ne fut pas non plus question, lors de cette dernière action de la Réforme Agraire, du Rancho El Fraile. Pourquoi?

  • 17 Voir Annexe 11, carte No. 12.

78Ces 7 649 hectares comprenaient aussi 775 hectares que le village avait achetés en 1940 à l’Hacienda del Arenal, et les 558 hectares du Rancho de Tierra Blanca17 achetés en 1936 aux héritiers des frères Camacho et de José Castro. Ces terres avaient été autrefois spoliées par les haciendas de l’Arenal et de la Venta, mais le village trouva sans doute qu’il était plus sûr de récupérer ses terres en les rachetant, plutôt que d’attendre, peut-être en vain, les décisions de la Réforme Agraire. Le village avait donc déjà pu retrouver ainsi 1 333 hectares, superficie appréciable.

79Aux 7 649 hectares vinrent s’ajouter les 1 410 hectares déjà confirmés en 1948. Cela porta la superficie du village à 9 059 hectares. Il manque donc près de 3 000 hectares par rapport à la superficie donnée par les vice-rois à l’époque coloniale. A l’heure actuelle, le village est encore en litige avec les villages voisins pour 1 800 hectares de terres. On ne peut préciser où se trouvent les quelque 1 200 hectares qui manquent encore. Il faut noter aussi que le parc de l’Ajusco, réduit à 920 hectares par le décret de 1947, se trouve sur le seul village d’Ajusco, autour du Pic del Aguila, et est inclus dans les 7 649 hectares.

80On remarque, d’autre part, que les petites propriétés du xixe siècle sont comprises dans la confirmation de terres. Leurs propriétaires durent seulement se présenter avant juillet 1975 pour faire valoir leurs titres et documents. Ces terres ont été laissées à leurs propriétaires, mais elles sont considérées comme faisant partie des terres du village, et sont, en conséquence, comme toutes les terres communales, inaliénables, imprescriptibles et non hypothécables. Cela signifie que les paysans peuvent les garder, les transmettre à leurs héritiers, mais ne doivent en aucun cas les vendre à des personnes étrangères au village. Cette précaution vise à éviter de futures aliénations de terres pour Ajusco. Le village a donc reçu peu de choses de la Réforme Agraire. Les seules restitutions de terres concernèrent 1 740 hectares en litige avec le village voisin de Jalatlaco. Aucune restitution de terres ne provint d’une hacienda: le village avait lui-même acheté les terres spoliées, pour résoudre plus sûrement ses problèmes. Ajusco n’a, en définitive, récupéré que deux cinquièmes des terres spoliées depuis l’époque coloniale. Aucun village de la sierra n’a obtenu les restitutions de terres souhaitées.

81On peut établir un tableau récapitulatif afin de faire le bilan de cette Réforme Agraire dans la sierra. Cela permettra de tirer des conclusions plus précises sur les résultats.

82On s’aperçoit que la Réforme Agraire a été, malgré toutes les difficultés rencontrées, assez positive. La superficie totale occupée par les villages a augmenté de 32 % environ, tandis que la superficie des haciendas diminuait de 50 % environ. Les haciendas, qui occupaient 41,93 % des terres de la sierra, n’occupent plus, après les dotations ejidales, que 20 %. Les villages s’étendent donc, désormais, sur 80 % de la sierra. Certains villages ont été plus favorisés: Magdalena a 5 fois plus de terres, San Andrés 25 % en plus; Xicalco reste très démuni, car ce village avait obtenu peu de terres, lors de première dotation. Les plus grands villages restent Ajusco qui a 9 059 hectares et Topilejo qui a près de 10 000 hectares.

83Le sort des haciendas:

ACCROISSEMENT DES TERRES DES VILLAGES AU COURS DE LA REFORME AGRAIRE

REPARTITION DES TERRES DE LA SIERRA

84Les haciendas n’ont pas toutes été touchées de la même façon: deux ont été vraiment démantelées, l’Hacienda El Guarda, qui a perdu environ 85 % de ses terres, et l’Hacienda de Mipulco, qui en a perdu 90 %. On peut même remarquer que l’Hacienda El Guarda, réduite à 224 hectares, se trouve en dessous des limites d’affectabilité prescrites par la loi, dans ces régions stériles. Le gouvernement de Cárdenas n’a pas hésité à démanteler les grands domaines pour doter suffisamment les villages.

85Les grands domaines de La Venta et El Fraile appartenant à la famille Entrembasaguas ont été peu affectés par la Réforme Agraire, de même que l’Hacienda del Arenal, propriété de la fabrique La Fama Montañesa. Mais si ces grands domaines ne furent pas touchés par la Réforme Agraire, c’est parce qu’ils avaient été déjà en partie lotis, avant d’être menacés par les dotations ejidales, afin d’échapper à la Réforme Agraire. Certains villages ont profité de ces ventes pour accroître leurs terres. Ces facteurs nouveaux sont venus modifier encore la situation agraire dans la sierra, mais en renforçant les effets de la Réforme Agraire, c’est-à-dire en réduisant les haciendas, et en augmentant parfois les terres des villages. La Réforme Agraire n’est donc pas seule responsable de la redistribution des terres dans la sierra. Cependant, ces ventes de terres gênèrent le plus souvent l’action de la Réforme Agraire, et firent partie des multiples obstacles auxquels elle se heurta.

LES DIFFICULTES D’APPLICATION DE LA REFORME AGRAIRE

Les réactions des hacendados devant la Réforme Agraire

86Le premier obstacle que rencontra la Réforme Agraire fut la résistance acharnée des grands propriétaires. Ceux-ci profitèrent des lenteurs administratives, de la longue mise en route de la Réforme, surtout au début, entre 1917 et 1923, et durant les périodes de ralentissement de la Réforme, pour retarder, limiter ou annuler les effets de la politique de réforme. On peut même se demander s’il n’y eut pas, à certaines époques, sous Obregón, par exemple, une complicité tacite entre le gouvernement et les grands propriétaires afin de leur laisser le temps de s’organiser.

87La première réaction des hacendados contre les demandes de restitutions de terres aux villages fut de prouver la propriété de leurs terres et la légitimité de leurs possessions, par des titres. Or, comme dans la plupart des cas, les documents, souvent contraires, présentés par les villages furent déclarés faux et apocryphes, ce fut un argument supplémentaire en faveur des haciendas. Mais dans les cas de Topilejo et d’Ajusco, les documents des villages étaient authentiques. Les propriétaires d’haciendas utilisèrent le moyen le plus radical pour faire disparaître les dossiers menaçants: faire jouer les relations et les complicités.

  • 18 Voir Departamento de Asuntos Agrarios y Colonización (nous dirons D.A.A.C.), expediente ejidal d (...)

88Castro de la Fuente y Parres réussit à faire disparaître le dossier de Topilejo, qui avait réclamé la restitution de toutes les terres de l’Hacienda El Guarda, en 1924, parce qu’il connaissait un haut fonctionnaire du District Fédéral. 11 put ainsi rester tranquille pendant douze ans, jusqu’à l’arrivée de Cárdenas. Mais lorsque le dossier de Topilejo fut rouvert, il chercha de nouvelles complicités. Le village l’accusa devant le Département Agraire d’avoir tenté d’obtenir de la Commission Agraire locale composée d’élus du village, qu’elle dissimulât un grand nombre d’habitants lors du recensement, afin de démontrer, notamment, que le village de Parres, situé sur l’hacienda, n’avait pas besoin d’ejido. D’autre part, le propriétaire fit pression sur l’ingénieur agronome du Département Agraire pour que celui-ci montre dans son rapport, que les terres de l’hacienda n’étaient pas cultivables car exposées aux vents, formées de laves, et sans aucune irrigation18.

89On sait aussi comment Angel Entrembasaguas, le propriétaire du Rancho El Fraile, empêcha la restitution de certaines de ses terres ainsi que d’autres terres d’haciendas que le village d’Ajusco réclamait, parce qu’il avait corrompu les représentants du village qui avaient caché les documents authentiques.

  • 19 Voir D.A.A.C, expediente ejidal de Topilejo, Municipio de Tlalpan, No. 24/8761.
  • 20 Voir D.A.A.C, expediente ejidal de Magdalena, Municipio de Tlalpan, No. 23/962.

90Un autre moyen de défense, fut, pour les hacendados, de prouver que leur propriété n’était pas affectable. Cela donna lieu à un abondant courrier à destination du Département Agraire. Divers arguments étaient avancés: d’abord, les terres étaient stériles, donc sans intérêt pour les villages. Le propriétaire d’El Guarda écrivit même le 23 octobre 1936 au président Cárdenas19 qu’en conséquence, 800 hectares devaient lui être laissés au minimum, ce qui n’était absolument pas conforme à la loi. E. Entrembasaguas reprit les mêmes arguments, dans sa lettre du 10 novembre 192920 au Département Agraire, en prétendant que sa propriété de 703 hectares était inaffectable. Il développa un certain nombre d’arguments qui résument bien les idées avancées en général par les hacendados: ce sont les meilleures terres, que les villages reçoivent en ejido, celles où l’on peut faire des labours ou celles qui peuvent apporter quelques ressources supplémentaires, telle cette carrière qui va échoir au village de Magdalena. Les ejidos étaient souvent mal placés, coupant l’hacienda, séparant les terres des bâtiments d’exploitation. E. Entrembasaguas s’insurge contre le fait que ce soit son domaine qui soit précisément affecté, alors qu’il y a bien d’autres haciendas dans la région. Il cite même la propriété voisine, de 446 hectares seulement pourtant, qu’il a lui-même vendue à Manuel Ollivier, accusant le Département Agraire de la respecter, alors qu’elle appartient à un étranger (un Français, mais récemment naturalisé)! Un peu de xénophobie: tous les arguments sont bons! Ces arguments nous semblent, tout de même, bien peu convaincants et de peu de poids. Ils n’ont, effectivement, jamais impressionné le Département Agraire, qui n’en a pas tenu compte.

91Beaucoup d’hacendados remirent en cause, dans leurs lettres, le principe même de la Réforme Agraire, arguant que celle-ci échouerait si les terres bien cultivées des haciendas étaient données à des paysans inexpérimentés. Ils reprenaient, en réalité, des arguments développés par ailleurs par les adversaires de la Réforme Agraire mais qui n’étaient pas applicables à la sierra, car les haciendas y étaient fort délaissées, et rapportaient très peu.

92Les grands propriétaires se rendirent vite compte de l’inefficacité de ce genre de défense et entreprirent une contestation systématique des enquêtes et recensements menés par les services du Département Agraire, avant les dotations ejidales. Cela devenait plus sérieux, plus menaçant pour les villages. Les haciendas protestèrent contre les travaux d’arpentage, qui retiraient trop de terres aux domaines, et surtout contre les recensements. Tous les hacendados se plaignirent des falsifications opérées par les paysans: le nombre des personnes susceptibles d’être dotées de parcelles ejidales était toujours exagéré. On comptait des paysans qui avaient déjà des terres en petite propriété privée, beaucoup de journaliers, dont les occupations n’étaient pas précisées, des domestiques, toutes sortes de gens qui ne s’adonnaient pas à l’agriculture, et même des voisins d’autres villages.

93L’Hacienda de San Juan de Dios fit savoir qu’à San Pedro, 71 des 193 ejidatarios recensés avaient déjà des petites propriétés de 1 à 10 hectares. Ces arguments portèrent parfois, semble-t-il, puisqu’on élimina de la dotation ejidal les deux petits propriétaires de 5 et 10 hectares, tandis que furent exclus de la dotation de Xicalco 16 journaliers qui ne vivaient plus au village, car ils avaient dû se déplacer pour avoir du travail. Ils avaient été dénoncés par l’Hacienda de la Venta.

94L’Hacienda El Guarda démontra que, sur les 417 ejidatarios comptés pour la Réfome Agraire, 61 seulement se consacraient à l’agriculture, cultivant à eux tous 106 hectares, selon ce qu’ils disaient. Le propriétaire de l’hacienda, avec mauvaise foi, prétendit qu’ils devaient en cultiver bien plus, parce que, avec des parcelles de moins de 2 hectares, on n’était pas agriculteur. Les autres habitants vivaient des coupes de bois, de la récolte des racines de zacatón, de l’élevage; quelques uns étaient étudiants, artisans, commerçants, et ne vivaient donc pas de l’agriculture. En conclusion, personne n’avait besoin de terres à Topilejo.

95Cependant, ces rectifications restèrent limitées, bien que les haciendas semblent avoir eu raison de dénoncer certaines fraudes. Les chiffres des recensements qui ont été faits à chaque dotation ou extension d’ejido révèlent, en effet, des anomalies curieuses.

96L’exemple de ces trois villages, qui ont eu une première dotation ejidal sous la présidence de Portes Gil, puis ont tenté d’obtenir une extension d’ejido sous Cárdenas, montre que le nombre des personnes ayant droit à une parcelle ejidal a diminué en 10 ans, alors que la population augmentait. Il est impossible qu’en 10 ans, la population paysanne vivant de la terre ait diminué si vite. Cette période est très courte, et ce sont sûrement les mêmes paysans qui furent recensés en 1929 et en 1936.

97La seule explication à ce phénomène est que les chiffres de 1929 et 1930 on été gonflés volontairement, pour obtenir le plus de terres possible pour le village. Ce subterfuge a été très souvent pratiqué, alors, dans toute la République. Au temps de Cárdenas, cela n’avait plus d’importance, puisque le nombre d’ejidatarios n’entrait plus en considération dans l’octroi de la surface ejidal. Cela explique que les chiffres de cette époque soient, sans doute, plus exacts.

98Mais cette fraude est bien minime, elle devait simplement permettre de gagner quelques hectares de plus, un par ejidatario, ce qui était bien insignifiant en comparaison des surfaces dont disposaient les grands domaines.

99Les haciendas se rendirent bien compte qu’elles n’avaient aucun moyen légal de se défendre, et que toutes ces dénonciations auprès du Département Agraire n’arrêteraient pas le cours inéxorable de la Réforme Agraire. Elles tentèrent alors d’entraver le cours de la Réforme Agraire en pratiquant des contrats de location avec des métayers. A Magdalena, par exemple, sur les terres réclamées en restitution, puis en dotation, l’Hacienda de La Venta loua 60 hectares, à partir de 1923, à 8 métayers d’Ajusco, avec obligation, pour ceux-ci, de cultiver les terrains, de verser, en nature, 25 % des produits à l’hacienda et de rendre les terres, une fois terminé le contrat. Ces contrats étaient renouvelables tous les ans. Ils furent reconduits jusqu’en 1925 compris. L’hacienda reprit ses contrats en 1929, en novembre, alors que Magdalena avait obtenu sa dotation ejidal provisoire en octobre. 26 paysans d’Ajusco vinrent occuper 50 hectares, munis d’un contrat d’un an, valable jusqu’en novembre 1930, selon lequel ils devraient verser un tiers de la récolte obtenue à l’hacienda, celle-ci s’engageant à payer la moitié des frais de cette récolte.

100D’autres contrats semblables avaient été signés, avec 13 paysans d’Ajusco pour 80 hectares, par la même hacienda, mais sur les terres données, exactement au même moment, à Xicalco. Les ejidos définitifs furent accordés au cours de l’année 1930, avant l’expiration des contrats. Il s’ensuivit de violents conflits, les métayers défendant les terres sur lesquelles ils avaient déjà engagé des dépenses pour la mise en valeur et les semences. Ils durent, cependant, rendre les terres. Le contrat avait prévu que si les terres étaient retirées par le Comité National Agraire, l’hacienda n’était tenue à aucune indemnisation. Les paysans avaient donc pris ces terres à leurs risques et périls. En tous cas, ce sont eux qui furent lésés par les agissements malhonnêtes du propriétaire de l’hacienda, qui réussit, lui, à tirer le maximum de bénéfices, sans beaucoup de frais, de ces terres qu’il savait perdues sous peu.

101Les haciendas durent, cependant, trouver des solutions plus radicales pour échapper au processus engagé: pratiquer un lotissement et vendre ces lots séparément, afin d’atteindre les limites d’affectabilité, ce qui permettait au moins de récupérer de l’argent, au lieu de tout perdre. Une autre solution consistait à transformer l’hacienda en société industrielle, plus difficilement affectable, car elle employait de la main-d’oeuvre et faisait vivre de nombreuses familles.

  • 21 Voir Annexe II, carte No. 11.
  • 22 Voir Annexe II, carte No. 11.

102La première hacienda à pratiquer des ventes fut celle de la Venta. Dès 1921, elle vendit 446 hectares à Manuel Ollivier21, propriétaire déjà de terres dans l’Etat d’Hidalgo, et en 1922, 300 hectares à Apolonia Villarreal veuve Garcia. Quelque temps après, sans que l’on ait la date exacte, mais avant 1930, 300 hectares désignés sous le nom de Bosque de la Venta furent vendus à l’usine de papier et de cellulose de Tlalpan Loreto y Pena Pobre. La surface totale vendue s’élevait à 1 046 hectares réduisant les 1 890 hectares à 844 hectares. Après la dotation ejidal de 141 hectares à Magdalena, l’hacienda vendit encore 20 hectares, en 1945, à un certain González, qui revendit ces terres en 15 lots, où s’installèrent 15 familles d’agriculteurs qui construisirent, et exploitèrent des fermes d’élevage moderne, de poules, poulets et cochons, formant la colonia Felicidad, à l’est du village d’Ajusco, au-delà de la voie ferrée22. Ces fermes existent toujours. Elles sont au nombre de 16 en 1975. Cette vente avait certainement été faite en prévision d’une éventuelle dotation de terres à Ajusco, dont le dossier était toujours en cours. L’Hacienda de la Venta n’avait plus que 680 hectares. Comme le décret du parc d’Ajusco lui expropriait 575 hectares, il ne restait plus que 105 hectares de terres. L’hacienda était devenue inaffectable. Le nouveau décret de 1947 sur le parc redonna les 575 hectares, mais on sait que cet amendement fut ignoré jusqu’à nos jours. Depuis 1964, cette hacienda a été divisée en plusieurs lots entre les héritiers de E. Entrembasaguas; ce procédé a été souvent utilisé dans le pays pour que le domaine ne soit plus démantelé.

103Cette même hacienda possédait, avant 1930, sans que l’on puisse préciser depuis quand exactement, deux “usines”: un atelier de raíz de zacatón, qui employait quelques ouvriers, et dont les produits étaient exportés vers l’Europe, et une carrière de pierres chiluca, de construction, dénommée El Moderno México, qui employait de 50 à 100 ouvriers, selon les années, sans compter les employés de l’administration. Par ces deux activités, l’hacienda était inaffectable, car elle tirait ses matières premières de ses propres terres, qu’il lui était indispensable de conserver.

104L’Hacienda El Guarda vendit aussi des parcelles, en 1935, à des paysans de Santa Cruz, qui louaient déjà des terres à Topilejo. Ces ventes furent opérées juste avant la dotation ejidal de Topilejo. Les documents ne précisent pas combien de terres furent vendues.

105Ces ventes eurent pour effet de retirer certaines terres aux affectations ejidales. La Réforme Agraire vit ainsi réduire les possibilités de dotations. Dans d’autres cas, les ventes opérées au dernier moment, juste avant les dotations ejidales, gênèrent vraiment l’application des décisions prises par le Département Agraire, car elles concernaient des terres comprises dans l’ejido accordé; les paysans s’aperçurent qu’ils ne pouvaient occuper les terres ejidales car elles étaient passées, entre-temps, aux mains de nouveaux et petits propriétaires, décidés à défendre leurs droits.

106Manuel Ollivier avait, par exemple, commencé à vendre des parcelles sur ses 446 hectares, achetés en 1921 à l’Hacienda de La Venta, afin d’échapper à la dotation d’ejido deXicalco.il avait vendu, en 1929, 5 hectares à Hoffmann et 12 hectares à Ramírez. Sans doute voulait-il continuer, mais il était trop tard. Xicalco venait de recevoir son ejido. Le Département Agraire déclara nulles et illégales ses ventes, malgré les protestations des deux petits propriétaires: Hoffmann, qui s’était déjà constitué une petite exploitation avec 2 vaches, 2 cochons et 130 moutons protesta tellement que les ejidatarios de Xicalco proposèrent au Département Agraire de lui laisser ses terres et de prendre 5 hectares ailleurs sur la propriété de M. Ollivier, ce qui fut fait en 1931. La propriété de M. Ollivier put, elle-même, être affectée, bien que sa superficie fût inférieure aux 500 hectares maximum requis pour ne pas être affectés, car le Département Agraire considéra comme illégales les ventes de l’Hacienda de La Venta.

107Pour San Pedro, il lui fut encore plus difficile d’entrer en possession de son ejido. L’Hacienda San Juan de Dios avait pris très vite ses dispositions: elle avait vendu, d’une part, de très nombreux petits lots de un demi ou un hectare aux paysans du village voisin de Tepepan et à d’autres de San Pedro. 51 paysans de San Pedro avaient ainsi acquis 55 hectares de terres labourables, pour une somme totale de 27 500 pesos, à raison de 500 pesos l’hectare. On peut s’interroger sur ces achats de terres pratiqués par ces paysans en janvier 1923, alors que leur demande de terres avait été faite en 1921, et qu’ils attendaient la décision du Département Agraire. Il s’agissait en réalité de certaines familles de San Pedro, qui vivaient dans le quartier de Chimalcoyotl et auraient voulu former un nouveau village à part.

108Un conflit fut inévitable, après la dotation provisoire de juin 1923, car ces petites propriétés se trouvèrent incluses dans l’ejido, et leurs propriétaires protestèrent vivement, en novembre, lorsque le comité ejidal procéda à la répartition des parcelles, d’autant plus qu’ils avaient semé du mais et que la récolte était prête. Il s’agissait de toutes les familles du quartier de Chimalcoyotl, situé à l’ouest de San Pedro. Ils avaient été fort mécontents de l’échec de leur demande de dotation ejidal, faite en juillet 1923, donc 4 mois plus tôt. Il leur avait été répondu qu’ils avaient été dotés d’ejido avec le village de San Pedro, et qu’ils ne pouvaient avoir droit à aucune autre dotation. Cette démarche avait eu pour but de s’assurer des terres supplémentaires, car la dotation ejidal de San Pedro, dans laquelle ils étaient comptés allait leur reprendre les terres achetées à l’hacienda. Quand ils virent qu’ils avaient perdu leurs espoirs, ils provoquèrent, en mai 1925, un jugement d’amparo contre l’ejido de San Pedro. Mais San Pedro gagna et conserva ses terres ejidales. Cet exemple montre combien les illégalités commises par les haciendas compliquèrent l’application de la Réforme Agraire, allant jusqu’à dresser les paysans d’un même village les uns contre les autres.

109Les problèmes posés par l’ejido de San Pedro n’étaient pourtant pas résolus; le conflit avec les habitants du quartier de Chimalcoyotl avait révélé que toutes les terres de l’hacienda étaient hypothéquées et ne pouvaient être aliénées. On s’en aperçut lorsque les paysans de Chimalcoyotl, privés des lots achetés à l’hacienda, exigèrent, auprès de la propriétaire de l’hacienda, Soledad Toriello veuve Arenas, le remboursement de leur achat, dont ils n’avaient tiré aucun profit. Or, cette dame avait eu besoin d’une très forte somme d’argent, en 1912, sans doute pour constituer sa société Toriello Cifuentes y Compañía qui devait gérer sa fabrique de tabac Pargas. Elle emprunta 92 000 livres sterling au Crédito Territorial Belgo Suizo, avec un intérêt de 7 % par an. En 1923, cette dette n’avait pas encore été remboursée et toutes les terres de l’hacienda étaient encore sous hypothèque, car elles avaient servi de garantie pour le remboursement.

110L’ejido de San Pedro se trouvait donc constitué de terres hypothéquées, situation paradoxale, incompatible avec la loi: les terres ejidales étaient inaliénables et ne pouvaient donc pas être l’objet d’hypothèque. Or, en 1928, l’organisme de crédit procéda à sa liquidation, et chercha à se rembourser du prêt accordé 16 ans plus tôt. Mais, presque toutes les terres de l’hacienda avaient été attribuées en ejido. L’hacienda que possédait Soledad Toriello dans l’Etat de Michoacán, hypothéquée aussi, ne suffit pas à payer sa dette. El Crédito Belga lança donc une action contre les diverses dotations ejidales qui n’avaient pas tenu compte de l’hypothèque antérieure des terres. Deux jugements, en 1935 et 1944, reconnurent les droits que possédait cet organisme sur toutes ces terres. Mais il semble que ces jugements restèrent sans effet, puisque les habitants de San Pedro continuèrent à rester maîtres de leur ejido. On note une décision du Département Agraire, en 1960, qui refusait catégoriquement l’attribution des terres de San Pedro à la banque de crédit, ce qui prouve que l’affaire n’était toujours pas réglée, et que le village se défendait encore. L’ambassade même de Belgique était intervenue, en novembre 1959, auprès du Département Agraire, pour défendre ses ressortissants, anciens sociétaires de la société de crédit. En 1961, il fut estimé que la dette des héritiers de Soledad Toriello, décédée en 1931, s’élevait à 220 720 livres sterling, avec les intérêts non payés... On ne retrouve plus trace, par la suite, dans les archives de San Pedro, de cette affaire, mais l’on constate que le village a gardé son ejido, au prix cependant de bien des difficultés.

111L’ejido de San Pedro a, par ailleurs, été modifié par une opération d’échange avec le club de golf voisin. En 1950, Percy J. Cifford, un Anglais, se rendit acquéreur du terrain El Cedral, de 235 hectares, vendu en 1928 à José Roldán Vargas par l’Hacienda San Juan de Dios, quand elle cherchait à échapper à la Réforme Agraire. Ce domaine devait être transformé en terrain de golf. Percy J. Cifford, peut-être grâce à ses relations, réussit à faire passer cette propriété comme inaffectable, pour cause d’utilité publique, et échappa à l’action menée par El Crédito Belga contre les anciennes terres de l’Hacienda San Juan de Dios. C’est grâce à ce même argument qu’il obtint la permission de faire une permutation de terres avec le village de San Pedro. En 1951, il proposa au village de lui céder 70 hectares, du terrain nommé Encinal, contre le double de terres dans l’Etat de Veracruz: des terres irriguées, de bonnes terres appartenant à une propriété, la Granja Tesechoacán, d’un des sociétaires du club de golf, l’ingénieur Lezama. Le terrain de golf put ainsi être agrandi à 305 hectares. Mais les paysans de San Pedro ne reçurent jamais leurs terres... Une fois de plus, les paysans furent abusés. On peut s’interroger sur cette opération d’échange de terrains: les représentants du comité ejidal n’auraient-il pas été soudoyés par les sociétaires du club de golf? Il paraît en effet assez incroyable que des paysans aient pu voir un quelconque intérêt dans l’acquisition de terres si lointaines, dont ils n’avaient même pas vérifié les qualités qu’on leur vantait. Et qui, du village, aurait accepté de s’expatrier si loin ? On reste perplexe.

112L’Hacienda San Juan de Dios avait cependant disparu, démantelée par les ventes diverses et les dotations ejidales. La vente du terrain El Cedrai, en 1928, fut la dernière, après celle en 1926, d’un lotissement de 123 hectares répartis en lots entre 24 agriculteurs, qui louaient des terres à l’hacienda. En 1928, l’hacienda n’existait plus, c’est sans doute ce qui explique que San Pedro ne fit aucune demande d’extension d’ejido sous Cárdenas: il n’y avait plus de terres affectables. Cet exemple montre comment certaines haciendas réussirent à bloquer la Réforme Agraire.

113L’Hacienda de Mipulco était devenue, en 1931, société en commandite, la Compañía José Pérez Gil y Ortiz, qui devait se consacrer à l’exploitation des forêts. Elle n’avait conservé que 455 hectares, après les très importantes pertes qu’elle avait subies. Elle vient de mettre en vente ces terres, en 1975, pour constituer un lotissement, destiné à la construction d’une zone résidentielle. C’est l’héritier même de l’hacienda, l’architecte de Teresa, qui a la charge de ce projet. Une autre hacienda a disparu.

114Mais si. dans la plupart des cas, les lots vendus par les haciendas échappèrent à la Réforme Agraire, et donc aux paysans, il y eut des cas où les villages purent se porter acquéreurs, accroissant par là la superficie de leurs terroirs. Deux villages tirèrent ainsi profit de l’occasion: San Andrés et Ajusco.

  • 23 Voir Annexe II, carte No. 11.

115Dans le village de San Andrés, 67 paysans se groupèrent pour acheter, en 1924, 218 hectares de terres à l’Hacienda del Arenal23. Ils créèrent la Colonia Héroes de 1910, et formèrent une coopérative pour l’exploitation de ces terres montagneuses, dont la seule ressource était les forêts. Mais un problème surgit avec Ajusco, car ces terres se trouvaient sur d’anciennes terres communales de ce village, accaparées par l’Hacienda del Arenal dès la fin du xviie siècle. Ajusco tenta de récupérer les terres en 1941, puis en 1948 lors de sa première confirmation de terres, empêchant même les paysans de San Andrés de venir semer sur les quelques espaces cultivables. Mais ce fut impossible, la colonia étant une petite propriété, inaffectable.

116En 1957, une nouvelle menace pesa sur ces terres qu’Ajusco n’avait pas renoncé à réclamer. Un avocat de México, le licenciado Gastón Alegre López, était en train de racheter peu à peu les terres de la Colonia Héroes de 1910 à leurs différents propriétaires. Sachant qu’il y avait un problème, à propos de la possession de ces terres, entre San Andrés et Ajusco, il alla voir le directeur de la fabrique Fama Montañesa propriétaire de l’Hacienda del Arenal, qui avait, selon Ajusco, accaparé ces terres. Il racheta ainsi tous les titres et documents de l’hacienda, et les fit valoir pour prouver que toutes ces terres étaient autrefois à l’hacienda, et empêcher toute restitution à Ajusco.

117Ajusco s’insurgea encore en 1969, lorsque les services techniques de l’usine Loreto y Peña Pobre, à qui San Andrés avait vendu des arbres, vinrent marquer les arbres à abattre. On ne sait ce que répondit le Département Agraire, mais on sait, cependant, que la Colonia Héroes de 1910 existe toujours, malgré les tentatives récentes d’Ajusco de faire valoir ses droits sur ces terres; en 1973, lors de la reprise du dossier de restitution d’Ajusco, ce village rappela ses titres de possession, et demanda que l’affaire soit examinée de toute urgence, car les habitants de la colonia continuaient à vendre des lots, déjà délimités par des rangées de fil de fer barbelé. Mais la résolution de 1975 ne prévoyait aucune restitution dans cette zone. La Réforme Agraire est restée, là encore, impuissante, les terres vendues en petites propriétés étant inaffectables.

  • 24 Voir Annexe II, carte No. 12.
  • 25 Voir Annexe II, carte No. 12.

118Mais Ajusco avait pu, d’un autre côté, récupérer d’anciennes terres communales, en les achetant aux haciendas voisines. En 1936, le village acheta le Rancho de Tierra Blanca24 de 558 hectares, provenant d’un lot de l’Hacienda de la Venta, vendu en 1867. En 1940, 775 hectares étaient rachetés à l’Hacienda del Arenal25, dans la zone du Xitle. Ces terres avaient été prises par ces haciendas à l’époque coloniale, et se trouvaient sur les terres données en supplément lors de la deuxième dotation au village, en 1609.

119Plus tard, en 1965, les représentants des comuneros achetèrent 60 hectares, pour 130 000 pesos, ce qui semble très élevé, à Irène Morales, veuve Nava. Il s’agissait de l’ensemble du domaine constitué, à la fin de l’époque porfirienne, par Fabián Nava, l’un de ces anciens comuneros qui avaient pu profiter des lois agraires du xixe siècle, et constituer une propriété d’une certaine taille. Cela permit, encore, de récupérer des terres communales que la Réforme Agraire n’aurait jamais accordées en restitution, puisque les petites propriétés des villages, créées selon les lois de 1856, ne furent jamais remises en cause, malgré leur annulation décrétée par la Constitution de 1917. Ajusco fit appel au Fondo Nacional de Fomento Ejidal, organisme de prêt destiné à aider les villages, pour payer cette forte somme. Au contraire de San Andrés, toutes ces terres, achetées par le comité communal, s’ajoutèrent aux autres terres communales.

120Ces diverses ventes de terres par les haciendas, et leurs achats par les villages, contribuèrent à modifier la propriété de la terre dans la sierra. On peut donc établir un bilan de la situation actuelle:

121Ce tableau permet de constater que les grands domaines ont été démantelés dans cette région. Les haciendas qui n’avaient pas été touchées, ou très peu, par la Réforme Agraire, telles l’Arenal et La Venta, furent divisées en lots, qui furent vendus. Ces ventes avaient été pratiquées précisément avant l’aboutissement de la Réforme Agraire dans les différents villages. Seul le Rancho El Fraile reste de grande étendue, ce qui s’explique par le fait qu’il se trouvait à plus de 7 km des villages, et ne pouvait être affecté. Puisqu’il ne courait aucun risque, ses propriétaires n’avaient donc aucune raison de le lotir.

122On peut remarquer aussi que La Venta réussit à conserver plus de terres que le maximum fixé pour ne pas être affecté. Néanmoins, si l’on excepte le cas du Rancho El Fraile, on peut conclure que les 4 grandes haciendas de la sierra ont laissé place à 7 domaines, beaucoup plus réduits:

123El Guarda: domaine de 224 hectares

124Mipulco: lotissement de 455 hectares

125Arenal: domaine de 468 hectares

126La Venta: domaine de 680 hectares, mais depuis

1271964 divisés entre les héritiers.

128Propriété Garcia: 300 hectares

129Propriété Ollivier: 360 hectares

130Bosque de La Venta: 313 hectares, à l’usine Loreto y Peña Pobre.

131De nouveaux propriétaires sont apparus, d’origine nouvelle: Ollivier, d’origine étrangère, était déjà propriétaire dans un autre Etat, et a sans doute voulu placer son argent; plusieurs industries ont aussi acquis des terres, les propriétaires de la fabrique de textiles Fama Montañesa, pour l’Arenal, et ceux de la fabrique Loreto pour le Bosque de La Venta. Mipulco a subi le sort de bien des haciendas du plateau central en devenant un lotissement résidentiel. Ces grandes propriétés privées restent comprises dans les limites fixées par la loi pour être considérées comme des petites propriétés inaffectables, c’est-à-dire en dessous des 500 hectares en terres de temporal. L’Hacienda de la Venta ayant été divisée, les surfaces de ces propriétés vont de 224 hectares à 468 hectares. Après les ventes et les affectations de la Réforme Agraire, on peut faire un bilan de la répartition des terres dans la sierra:

Accroissement des terres des villages et réduction des haciendas après la Réforme Agaire. Lotissements des haciendas.

Accroissement des terres des villages et réduction des haciendas après la Réforme Agaire. Lotissements des haciendas.

Répartition des terres dans la sierra

Répartition des terres dans la sierra

132La surface totale des haciendas est passée de 12 241,56 hectares à 2 742 hectares, soit 78 % en moins. La Réforme Agraire les avait déjà fait diminuer de 50 %, les ventes de 28 % de plus. Les domaines qui restèrent constitués dans la sierra, après réduction des haciendas et formation de nouvelles propriétés, occupèrent en tout 4 170 hectares. Ce chiffre ne représente que 14,03 % de la surface totale des terres. Les villages sont parvenus à 25 558 hectares, soit 85,57 % des terres. Leurs achats les ont fait augmenter de 1 731 hectares, 7 % en plus. Depuis l’application de la Réforme Agraire, la superficie totale des villages a augmenté de 27,90 %. Le bilan est donc positif, les villages ayant gagné des terres. La Réforme Agraire n’est pas seule responsable, puisque, dans le cas de San Andrés et surtout d’Ajusco, les villages achetèrent des lots aux grands domaines. Les terres perdues depuis l’époque coloniale ne furent pas toutes retrouvées, notamment pour Topilejo et Ajusco, les villages qui furent le plus spoliés, et la superficie totale des parcelles communales ou ejidales n’atteint pas le chiffre de 27 500 hectares, qui, selon les évaluations, était celui de l’époque coloniale. Néanmoins, les villages n’en sont pas loin: il ne manque que 2 000 hectares, provenant surtout de l’énorme spoliation du Rancho El Fraile sur les terres de Topilejo.

133Cependant, un certain nombre de faits survinrent qui retardèrent ou même remirent en cause l’application de la Réforme Agraire, et il faut nuancer cette appréciation optimiste devant les résultats obtenus par les villages.

Difficultés pour disposer des terres communales et ejidales

134On peut signaler, tout d’abord, les difficultés que rencontrèrent les villages pour entrer en possession de leurs terres ejidales. Les propriétaires d’haciendas, en effet, surtout ceux qui furent le plus touchés, se défendirent jusqu’au bout, et par tous les moyens, pour ne pas livrer leurs terres.

135Ce fut parfois par des moyens assez mesquins. Le propriétaire de l’Hacienda El Guarda protesta au Département Agraire contre des habitants de Topilejo qui, disait-il, envahissaient ses terres. Il précisa que cela était dû au fait que, lors de la dotation ejidal, il n’y avait pas eu de mur ni de barrière établis pour limiter matériellement les terres de Topilejo et celles de l’hacienda. Le Département Agraire dut faire faire une enquête sur place, et constata que les paysans n’occupaient aucune terre de l’hacienda. Le propriétaire envoya une nouvelle plainte, car les troupeaux des paysans passaient sur ses terres et endommageaient ses plantations de raíz de zacatón. Ces conflits montrent combien les rapports furent tendus entre villages et haciendas, et combien la coexistence dut être difficile.

136L’Hacienda San Juan de Dios réclama, elle, ses récoltes de maïs et autres céréales qu’elle avait semées avant la dotation ejidal de San Pedro, en juin 1923. Les récoltes de novembre devaient lui appartenir. Les documents ne disent pas qui, en définitive, fit la récolte, mais il est probable que ce fut le village, qui occupait désormais les terres. L’année suivante, en 1924, elle refusa de donner à San Pedro les sources de Peña Pobre, qu’elle possédait et qui étaient indispensables à l’irrigation des terres du village. Or, ceci était illégal, puisque l’article 27 de la Constitution déclarait que la nation était propriétaire des terres et des eaux et pouvait, seule, en disposer pour le bien général.

137Mais elle entreprit une action beaucoup plus importante, en 1924, en recourant au jugement d’amparo, ce qui était légal. Elle mit en avant les arguments selon lesquels au moment de la dotation ejidal de San Pedro, elle était déjà réduite à l’état de petite propriété par les opérations suivantes:

138La superficie était donc passée de 1 107 hectares à 454 hectares inaffectables. Mais l’hacienda perdit le procès car les 299 hectares avaient été vendus après la demande de dotation de San Pedro, et cette opération illégale fut annulée. Le propriétaire fit alors appel aux plus hautes autorités pour empêcher la dotation ejidal de San Pedro; l’ambassadeur d’Espagne exposa le cas de sa ressortissante au ministre mexicain des Affaires Etrangères, qui transmit le dossier au Comité National Agraire. Celui-ci-fit répondre, par la même voie, qu’il n’y avait rien à faire, car le jugement d’amparo avait tout réglé. Ces exemples montrent que les villages obtinrent souvent gain de cause, à cette époque, malgré toutes les tentatives menées par les haciendas contre eux.

139Par contre, certaines décisions gouvernementales, qui, elles, furent appliquées, retirèrent des terres aux villages. On a déjà vu qu’un décret du 14 août 1936 du président Cárdenas avait créé un parc naturel dans la sierra. L’idée de Cárdenas était de protéger le site exceptionnel de la sierra de l’Ajusco, et de développer son attrait touristique. Il fallait conserver les richesses de la sierra, immense réserve de forêts et de sources si importantes pour les agglomérations du plateau central. Il fallait conserver, protéger l’équilibre climatique, biologique, écologique, qu’elle permettait. Or, il fut estimé que les communautés rurales qui occupaient les lieux et les grands domaines menaçaient constamment cet équilibre, car ils exploitaient à outrance les réserves forestières et provoquaient un déboisement excessif, non contrôlé, qui entraînait une grave érosion des sols. Une protection efficace du secteur ne pouvait être obtenue qu’en l’expropriant, pour cause d’utilité publique. Ainsi seraient protégées la couverture forestière, la flore en général, et la faune. De plus, l’aménagement touristique prévu améliorerait les chemins, et cela ne pouvait donner que plus de valeur aux villages, et leur permettre un développement économique meilleur.

  • 26 Voir Annexe II, carte No. 13.

140Le parc, dénommé Parque Nacional Cumbres de Ajusco26, s’étendit sur 7 774 hectares. Il expropriait;

1416 619 hectares du village d’Ajusco,

142575 hectares de l’Hacienda de La Venta,

143325 hectares de l’Hacienda del Arenal,

144255 hectares du Rancho El Fraile

145La création de ce parc eut des effets très importants sur les dotations de terres aux villages. D’une part, certaines haciendas devenaient inaffectables; l’Hacienda de La Venta, qui avait déjà vendu, en 1921 et 1922, 746 hectares en tout, et avait été affectée par la dotation de 141 hectares à Magdalena, était réduite, avec le parc, à 428 hectares. D’autre part, le village d’Ajusco se trouvait réduit à 350 hectares, sans aucune possibilité de dotation de terres, car les haciendas voisines étaient inaffectables.

146Le gouvernement dut se rendre compte des problèmes que cela impliquait pour Ajusco, car il permit au village de continuer à cultiver, dans la zone expropriée, le maïs, le blé, et les haricots, à condition que ce ne soit pas sur des terres à plus de 8 % de pente, car sinon, les risques d’érosion des sols seraient trop grands.

147En 1938, le Departamento Forestal de Caza y Pesca, dépendant du Département Agraire, fut chargé de reboiser et de surveiller le parc, afin d’éviter les incendies, dont beaucoup, jusque là, étaient volontaires, pour faire sortir le gibier, ou permettre une meilleure exploitation du zacatón. D’autre part, en 1947, une Unidad Industrial de Explotación Forestal fut créée, en faveur de la fabrique de papier et cellulose Loreto y Peña Pobre, qui bénéficia, ainsi, des coupes de bois.

  • 27 Voir Annexe II, carte No. 13.

148C’est cette même année que fut modifié le décret de Cárdenas, par un nouveau décret qui réduisit le parc à 920 hectares27, au-dessus de la cote 3 550 mètres. Seul le village d’Ajusco était concerné. Mais il s’agit de terres très élevées, rocheuses et inutilisables. Les haciendas retrouvèrent leurs terres. Mais la Réforme Agraire n’était plus à l’ordre du jour, et les villages ne demandèrent pas d’extension d’ejido sur ces terres, remises à la disposition de leurs propriétaires. Cependant, il semble que les villages aient ignoré le nouveau décret, puisque le village d’Ajusco ne se vit confirmer que 350 hectares, plus les 1 060 partagés avec Jalatlaco. Les grands propriétaires, eux, devaient connaître ce décret de 1947, puisqu’ils vendirent des terres expropriées par le premier décret.

149Le parc de l’Ajusco empêcha donc en partie la réalisation de la Réforme Agraire dans la sierra. Mais une autre décision gouvernementale vint, d’un autre côté, remettre en cause la dotation ejidal de Topilejo: il s’agit de la création de fermes expérimentales. L’idée vint du général Miguel Acosta; il voulut mettre en application la loi de patrimonio ejidal, selon laquelle les ejidos devaient être divisés en parcelles et attribués en propriété aux ejidatarios. Le général Acosta semble avoir eu des relations au District Fédéral, dont il connaissait le chef du Département, le licenciado Javier Rojo Gómez. Ce dernier pensa que l’expérience pourrait être tentée sur les quelque 4 000 hectares de terres en friche que possédaient les villages de Topilejo et de Parres, entre les kilomètres 35 et 45 de la route de Cuernavaca. C’est lui qui fit pression pour mettre en oeuvre l’expérience; il obtint l’accord du président Avila Camacho, en 1943, et les terres commencèrent à être arpentées.

150L’expérience consistait à créer un certain nombre de fermes de 16 hectares chacune, qui bénéficieraient d’instruments de travail modernes et suffisants: des bâtiments neufs, des machines, des mules, des animaux, des semences sélectionnées, des engrais... Ces investissements seraient possibles car une société anonyme, la Financiera Rural del Distrito Federal, avait été créée pour avancer l’argent aux futurs fermiers, avec un taux d’intérêt très faible.

151Le décret présidentiel autorisant le lotissement des terres ejidales de Topilejo et de Parres parut en août 1944, année où la loi de patrimonio ejidal était modifée, portant à 12 hectares la surface minimale des parcelles ejidales. Le général Acosta avait-il été au courant des projets gouvernementaux? Cent fermes furent créées, sur une surface de 1 600 hectares. En principe, cette expérience, qui devait prouver que la loi de patrimonio ejidal pouvait permettre de développer une classe de petits ou moyens propriétaires capables de faire une agriculture rentable, était destinée aux ejidatarios et comuneros de ces villages. Le problème vint de ce que beaucoup de paysans, sans doute très méfiants envers ce projet qui touchait à leurs terres communales, refusèrent de prendre des fermes. Seuls 65 comuneros se présentèrent. Il fallut trouver les autres, car le général Acosta était bien décidé à réaliser son expérience. Il fit donc appel à des paysans venus d’ailleurs. Il en recruta 32, dont une grande partie venait de l’Etat de Coahuila, au nord de la République. Il leur livra les fermes, et une partie des terres de Topilejo: 512 hectares passèrent à des “étrangers”.

152Mais l’expérience échoua. Les dettes contractées pour l’installation des fermes étaient trop lourdes, et les paysans ne purent rembourser. La Financiera Rural del Distrito Federal, en faillite, dut être liquidée, selon le décret présidentiel du 8 août 1947. Tout le matériel des fermes fut vendu pour récupérer un peu d’argent. L’expérience fut alors abandonnée, après 4 années. Cependant, sur place, il fut très long et très difficile de parvenir à un arrangement: les fermiers étrangers ne voulaient pas partir en laissant leurs terres, et les ejidatarios et comuneros de Topilejo ne voulaient pas admettre que des terres communales puissent rester entre les mains de ces étrangers.

153Chacun eut recours à la force: les paysans de Topilejo commencèrent à envahir les terres en litige, et à les occuper. Les colons étrangers s’armèrent et se mirent sous le commandement d’Ignacio Rodríguez, leur chef. C’est surtout à partir de 1949 que les conflits s’envenimèrent, car il n’y avait toujours aucune décision prise, ni au Département du District Fédéral, ni au Département Agraire. Le subdélégué du District Fédéral, venu sur place, en avril 1949, s’était muni d’une carabine! Il semble qu’à la suite de cette intervention, Topilejo soit rentré en possession de ses terres. En effet, ce sont des paysans du village qui avaient semé cette année-là les anciennes terres des fermes modèles. Par représailles, les anciens fermiers étrangers vinrent en juillet couper l’avoine, haute déjà de 5 à 15 cm, détruisant la récolte. . . Il fallut envoyer des troupes pour assurer l’ordre. Elles restèrent sur place plusieurs mois. Quelques meneurs paysans furent arrêtés et emprisonnés. Les fermiers étrangers tentèrent en vain de reprendre leurs terres par des jugements d’amparo: ils n’avaient pas de titres de propriété. L’affaire traîna jusqu’en 1953. Les anciens fermiers étrangers reçurent finalement, en compensation, des lots de 16 à 20 hectares de terres irriguées dans l’Ejido Temporal, dans l’Etat de Veracruz.

154Les paysans de Topilejo et de Parres eurent, parfois, encore quelque mal à récupérer les terres, car elles avaient changé de mains; certaines fermes avaient été louées à d’autres paysans, une avait été louée à l’hippodrome Las Américas, une autre à un colonel, une autre à un professeur... preuve que les fermiers s’étaient désintéressés très rapidement de leurs terres. Douze d’entre elles n’étaient même pas cultivées.

155Dans ce cas encore, la Réforme Agraire faillit être mise en échec. Les villages récupérèrent cependant leurs terres.

156Un point reste obscur, dans cette affaire, c’est le rôle du général Acosta et l’avantage qu’il comptait tirer de cette expérience.

157L’application de la Réforme Agraire connut, enfin, un autre genre de difficultés, celui du problème des petites propriétés qu’avaient acquises les paysans au xixe siècle et au début du xxe.

Les petites propriétés paysannes sur les terres communales

158Bien que ces propriétés, acquises conformément aux lois de Réforme, aient été annulées par la Constitution, elles continuèrent à être admises dans les villages. Cela ne posait aucun problème si les paysans qui les détenaient étaient du village même, car on pouvait considérer qu’ils les détenaient comme des parcelles, conformément à la loi de patrimonio ejidal. Mais, ces terres avaient souvent changé de mains, et déjà à l’époque porfirienne, comme nous l’avons vu. Parfois elles étaient aux mains de paysans voisins, parfois aux mains d’étrangers à la sierra.

159Pour ce dernier cas, il semble que les villages ne purent pas récupérer leurs anciennes terres communales, comme le prouvent divers exemples. A Magdalena, dès 1948, les paysans dénoncèrent J. Gutiérrez Mendoza, qui venait d’acheter 199 hectares de terres, soit 6 propriétés, autrefois constituées, sur les terres communales du village, par les familles Ortiz, Osorio et Gomez. Quatre de ces propriétés étaient passées aux mains d’E. Entrembasaguas en 1912, soit 130 hectares. J. Gutiérrez Mendoza réunissait une grande quantité des terres du village, qui occupaient, en 1948,1 210,38 hectares. Il n’est donc pas étonnant que le village ait tenté d’empêcher la formation de ce domaine, tout en essayant de récupérer ces terres.

  • 28 Voir le journal “Avance” du 15 mai 1969.

160Le juge de première instance de Coyoacán, chargé de régler le conflit, estima que les titres de propriété de Mendoza étaient valables, et lui confirma la possession des terres. Magdalena reprit l’affaire quelques années plus tard, en 1966. Mais le Département Agraire répondit en 1969, une nouvelle fois, que Mendoza possédait des titres de propriété, et, qu’en conséquence, ces terres ne pouvaient être restituées au village. Ce dernier porta l’affaire devant la presse28 afin de sensibiliser l’opinion au problème, et reprit le procès devant le juge de Coyoacán en octobre 1969. Le verdict de ce jugement ne nous est pas connu, mais il est fort improbable que le village ait obtenu gain de cause.

161A Xicalco, à l’époque de Cárdenas, les paysans avaient tenté d’obtenir une extension de leur ejido. Ils demandèrent donc au Département Agraire de leur restituer les terres communales devenues petites propriétés selon les lois du xixe siècle. Ces terres étaient en grande partie passées aux mains d’étrangers au village; leurs voisins de Santiago Tepalcatlapan possédaient, notamment, de très nombreuses petites propriétés de 4 à 5 hectares. Ces petits propriétaires se défendirent en disant qu’ils possédaient leurs terres depuis très longtemps: leurs pères avaient acquis ces terrains depuis 25 à 50 ans. Ils firent remarquer qu’autrefois les terres étaient stériles, improductives et que, grâce à leurs travaux de bonification, elles étaient devenues cultivables. Ils étaient, bien sûr, décidés à ne pas abandonner leurs propriétés aux paysans de Xicalco.

162Ceux-ci commencèrent à les reprendre par la force, envahissant les terres, coupant du bois, dès 1937. Il fallut plusieurs fois des interventions de police pour rétablir l’ordre entre les deux villages. Il semble que le Département Agraire ait tenté de récupérer ces terres pour Xicalco, afin de doter les 37 ejidatarios qui se trouvaient sans terre. Des travaux d’arpentage furent entrepris, qui inquiétèrent beaucoup les paysans de Santiago. Leur représentant, G. Rodríguez, écrivit au Département Agraire pour avoir des explications. Celui-ci répondit qu’aucun ingénieur n’avait été envoyé et qu’aucun arpentage n’avait eu lieu, ce qui était sans doute faux. Mais, de toutes façons, il n’y eut aucune suite à cette affaire: le Département Agraire renonça à toute extension de l’ejido de Xicalco, devant l’impossibilité de trouver des terres. Les paysans de Xicalco continuèrent à pratiquer des actes hostiles contre leurs voisins car, après une protestation des petits propriétaires, sous la direction de F. Jiménez Toledo, ils reçurent du Département Agraire une lettre sévère, leur défendant, à l’avenir, d’aller couper les fleurs des pêchers sur les propriétés voisines.

163Xicalco tenta aussi une action contre des petits propriétaires de Magdalena, possesseurs d’anciennes terres communales de leur village. En juin 1973, Xicalco dénonça des ventes de terres communales par F. Gomez. Les petits propriétaires de Magdalena protestèrent en octobre, auprès du Département Agraire. Xicalco montra ses titres de l’époque coloniale, et expliqua que ces terres avaient été l’objet de spoliations au xixe siècle. En 1974, l’affaire n’était pas réglée.

164Ces dates récentes prouvent que, pour ces villages, le problème des petites propriétés du xixe siècle n’a pas trouvé de solution. Théoriquement, elles n’existent plus, mais dans la pratique elles ne sont pas supprimées et continuent donc à coexister avec les terres communales dans un même village.

165Dans les villages voisins de Topilejo et d’Ajusco, la particularité vient de ce que beaucoup de paysans des villages ont de petites propriétés. A Topilejo, quinze petits propriétaires, représentés par l’un d’eux, Julián Martínez Ibarra, adressèrent en août 1960 une demande au Département Agraire afin que leurs terres, qu’ils tenaient de temps immémorial par contrats privés, soient exclues de l’ejido et des terres communales reconnus à Topilejo en 1936. Elles se trouvent, en effet, comprises dans les 9 910 hectares du village. Cette situation est paradoxale, puisque le Département Agraire tolère l’existence de ces petites propriétés privées, donc leur transmission par héritage, leur vente, alors qu’elles sont officiellement terres communales.

166Il est certain que ce problème devra être tranché nettement et non éludé, la situation étant bien ambiguë. Le village d’Ajusco, pour lequel la Réforme Agraire est très récente, proposait, par l’intermédiaire de ses représentants du comité communal et par ses subdélégués, en juillet 1974, que les 2 500 hectares de terres de petites propriétés privées, constituées sous P. Díaz, soient exclues des terres communales. Il précisait que cela pourrait se faire en dédommageant le village pour la perte subie: les petits propriétaires verseraient une indemnisation au village. Cela serait plus réaliste et permettrait de régulariser la situation et d’éviter, désormais, tout conflit si ces terres étaient vendues. Aucune réponse n’a encore été donnée par le Secrétariat à la Réforme Agraire. Cela montre, toutefois, l’actualité de tous ces problèmes.

167Le recensement et le cadastre, effectués en juillet 1975, permettent de préciser la situation exacte dans ce village d’Ajusco, et montrent que la solution ne peut être simple, car beaucoup de paysans possèdent à la fois des terres communales et des privées. On peut déjà dire que 2 500 hectares sur les 9 569 du village, sont de petites propriétés privées, soit 24 % des terres, contre 76 % de terres communales. Mais toutes les terres du village ne sont pas occupées et l’on peut, pour celles qui sont cultivées, dresser le tableau suivant:

La répartition des terres cultivées à Ajusco en 1975:

La répartition des terres cultivées à Ajusco en 1975:

168Ce tableau permet de se rendre compte que la majorité des paysans d’Ajusco, 78,4 %, plus des trois quarts, détient des terres privées, provenant des petites propriétés du xixe siècle. Très peu de paysans, 5,6 %, ont seulement des parcelles communales, et 16 % ont à la fois des terres privées et des terres communales. La majorité des terres cultivées, 77,3 %, est aussi des terres privées. Cela s’explique parce que ces petites propriétés se sont constituées sur les meilleures terres, les plus basses en altitude et les plus planes, en auréole autour du village. Quant aux terres communales, elles sont en grande partie exploitées en commun pour les pâturages, et l’exploitation du bois, auxquels a droit chaque comunero. C’est pourquoi l’on remarque que seulement 3,7 % des terres communales ont été distribuées en parcelles.

169Un chiffre semble curieux: 38 % seulement des terres privées ont été déclarées par les paysans d’Ajusco lors du recensement. Qui occupe les 62 % qui restent? Ces terres auraient-elles changé de mains? La seule explication, en effet, est qu’elles n’appartiennent plus aux habitants du village, et n’ont donc pas été recensées.

170A Magdalena, une enquête récente, de 1974, effectuée par la municipalité de Tlalpan, avait montré que:

171Les autres paysans, 17 % d’entre eux, n’avaient pas de terres. Le problème que pose l’existence de ces petites propriétés devient très aigu, car on assiste, depuis peu, à une spéculation sur les terres de la sierra, liée à son aménagement en zone touristique. Ces petits propriétaires sont donc sollicités par les spéculateurs et tentés de vendre leurs terres, bien qu’elles soient incluses dans les terres communales. Les paysans de Topilejo qui demandent que leurs parcelles privées soient exclues des terres communales voudraient certainement avoir les mains libres pour vendre, sans entraîner les protestations des autres comuneros. Il en est de même à Ajusco.

172Dans ces deux villages, il y a eu, en effet, de nombreuses plaintes contre des ventes excessives de petites propriétés. A Ajusco, en janvier 1971, Angela Reyes Nava, la soeur des deux généraux zapatistes, dénonça la vente, à des prix dérisoires, de très nombreux terrains achetés par l’ingénieur Videgaray; il voulait les réunir pour créer une aire de loisirs comprenant un terrain de golf, avec d’autres associés.

173A Topilejo, en janvier 1973, les comuneros dénoncèrent l’ingénieur Aurelio Guerrero López, qui se faisait passer pour un fonctionnaire de la Réforme Agraire et qui, depuis 1959, avait constitué, grâce à divers achats de petites propriétés, un domaine de 284 hectares, à la limite de Topilejo et de l’Etat du Morelos, au km 47 de l’autoroute de Cuernavaca. En 1972, d’autres terrains s’étaient vendus, en grand nombre, dans la même zone, au km 41. Il s’agit, partout, de terrains en friche, que les paysans n’utilisaient pas, et qu’ils trouvèrent plus rentable de vendre. Mais, aucune mesure ne semble prise et les petites propriétés constituées sur les terres communales au xixe siècle sont en train de passer peu à peu à des étrangers aux villages.

174La Réforme Agraire n’a donc pas encore réglé tous les problèmes, alors que, déjà, d’autres ont surgi et ont remis de nouveau en cause les possessions des villages, soit parce que certaines terres leur ont été enlevées pour diverses raisons, soit parce que ces terres sont de plus en plus insuffisantes.

LES PROBLEMES ACTUELS

175Les premiers problèmes que l’on peut évoquer sont ceux qui viennent des réductions des terres communales, depuis l’application de la Réforme Agraire. Ils ont deux origines différentes: des expropriations pour cause d’utilité publique, par le gouvernement, et des ventes illégales de terres ejidales et communales.

Les expropriations

176Les expropriations de terres dans cette région datent des 30 dernières années et sont dues à l’accroissement de la ville de México, en quête de terres pour l’installation de ses services publics, de ses réseaux de communication et pour ses réserves d’espaces verts.

177Ce sont les villages qui se trouvent au pied de la sierra qui sont, pour l’instant, les plus touchés, particulièrement San Pedro, village le plus proche du plateau central. La première menace d’expropriation, pour ce village, se situe en 1937, sous Cárdenas, et est certainement en relation avec la création du parc national de l’Ajusco. Une résolution présidentielle avait prévu d’exproprier 63 ejidatarios qui occupaient le terrain Cuernavaca, de 25 hectares, pour y établir une pépinière forestière. Il semble qu’un accord ait été réalisé entre le délégué du village, le délégué du District Fédéral et la Secretaría de Agricultura y Fomento, mais que les seuls à n’être pas informés furent les paysans concernés. Ceux-ci s’aperçurent trop tard de ce qui se passait; ils envoyèrent au Département Agraire une lettre, transmise par le délégué ejidal, M. Martínez, précisant que le représentant du village, Isaías Juárez Flores, leur avait fait signer des documents, sans leur préciser leur contenu, (sans doute ne savaient-il pas lire). Puis il leur promit de leur donner 90 pesos de rente annuelle contre l’abandon de leurs parcelles. Par la suite, il fit appel à ces mêmes paysans pour travailler sur les terres dont ils avaient été dépossédés: pose d’une clôture de fil de fer, planification du terrain, contre un salaire de deux pesos par jour.

178En décembre 1937, ces paysans commencèrent à s’inquiéter et voulurent donc savoir ce qui se tramait. Le Département Agraire ne semble même pas avoir été avisé car il dut demander des explications au Département du District Fédéral. Lorsque l’affaire fut éclaircie, les paysans expropriés se défendirent et opposèrent une résistance farouche. Le gouvernement dut reculer, et abandonna son projet de pépinière. Cet exemple montre, d’une part, que le gouvernement de Cárdenas, par ailleurs très favorable aux distributions d’ejidos, fut, dans cette zone de l’Ajusco, peu respectueux des terres des villages.

179Cette pépinière qui, vraisemblablement, devait permettre de reboiser la sierra de l’Ajusco, faisait passer l’intérêt général avant l’intérêt particulier des petits paysans de la région. D’autre part, cela montre que les paysans furent toujours laissés en dehors des décisions qui, pourtant, les concernaient, et mis devant les faits accomplis.

  • 29 Voir Annexe II, carte No. 11.

180Le terrain Cuernavaca fut l’objet d’autres tentatives d’expropriations, plus tard, à partir de 1959, début de la grande période d’expropriation de terres dans cette zone. Ce terrain est très bien situé29, au sud de la capitale. Le Département du District Fédéral pensa de nouveau à ce terrain, en 1959, pour y construire des “maisons populaires”. Le Département Agraire refusa ce projet, mais le Syndicat National des Travailleurs des Services Sociaux et Médicaux, à qui étaient destinées ces maisons, relança l’affaire, proposant d’échanger ce terrain contre un autre qu’il possédait dans la région de Tampico; encore un exemple pour ce village de permutation de terres, qui fait penser que les paysans de San Pedro étaient bien indésirables sur leurs terres, trop bien situées aux abords de la capitale, et qu’on aurait aimé les voir s’installer ailleurs!

181Le Département Agraire défendit encore une fois les paysans, qui gardèrent leurs terres, mais ce fut la dernière fois. En effet, la même année, la Secretaría de Salubridad y Asistencia réclama ce terrain pour y construire un internat pour retardés mentaux, ainsi que divers laboratoires. Les paysans protestèrent, mais, cette fois, le Département Agraire répondit qu’il s’agissait d’un service public et social, qui pourrait, par ailleurs, servir aux paysans mêmes, et que l’expropriation était légale. La construction des laboratoires et de l’internat fut entreprise en 1962, sur 23,44 hectares exactement du terrain Cuernavaca.

182En 1966, San Pedro fut touché par les travaux d’aménagement routier entre le périphérique et la route de Cuernavaca. Il s’agissait de construire la troisième section du périphérique sud et de relier la calzada de Tlalpan à l’ancienne route de Cuernavaca et à l’autoroute de Cuernavaca, avec un échangeur routier. 17,26 hectares furent expropriés, où 80 ejidatarios cultivaient de tout petits champs de fleurs. Une indemnisation de 555 996 pesos fut prévue, à verser à la Banque Nationale de Crédit Ejidal, par le Département du District Fédéral. Mais les paysans durent réclamer, car en 1968, cette somme n’avait toujours pas été déposée. On peut supposer qu’elle dut l’être par la suite car il n’y eut plus aucune réclamation. On ne sait comment le village utilisa cette somme. On sait, cependant, que, ailleurs dans le pays, les villages ont toujours eu beaucoup de mal à utiliser les sommes déposées à cette banque, car il faut justifier de son utilisation et obtenir l’approbation des services agraires. Parfois même, ces sommes sont utilisées sans l’accord des villages à des fins sans intérêt pour eux.

183Le Département du District Fédéral prévit aussi de payer une rente aux ejidatarios possédant des parcelles proches de la zone de travaux, car leurs terres allaient être réquisitionnées, pour la construction de hangars, l’entrepôt du matériel et la manoeuvre des machines.

184Quelques années plus tard, en 1972, le même village se vit exproprier 40,70 hectares, pour la construction d’un Centre de Cardiologie et de divers bureaux de la Secretaría de Salubridad y Asistencia et de services médicaux et sociaux. Quatre parcelles ejidales furent expropriées. Le village reçut une indemnisation totale de 13 563 443 pesos.

185Cette même année 1972, plusieurs villages, en dehors de San Pedro, furent touchés par la création du collège militaire. C’est le Secrétariat de la Défense Nationale qui entreprit, en octobre 1972, une enquête dans la région, afin de choisir les terrains nécessaires à l’installation du collège militaire et d’une caserne pour un bataillon d’infanterie. Il fallait trouver 400 hectares. Plusieurs villages furent retenus, et leurs terres expropriées:

186Deux villages de la sierra furent concernés: San Pedro et San Andrés. San Pedro perdit, en tout, 256, 60 hectares. Or, ce village avait été déjà bien réduit par les précédentes expropriations:

187Après la Réforme Agraire, le village possédait 639,97 hectares, dont 231 en terres ejidales, et 408 en terres communales et petites propriétés achetées à l’Hacienda de Xoco au xixe siècle. L’ensemble des terres expropriées s’élève à 338 hectares, soit 52 % des terres du village, L’ejido accordé en 1924 se trouva réduit de 231 hectares à 126 hectares, soit de 51 %. Ce village n’a presque plus de terres. Il tenta, mais en vain, de protester contre l’installation du collège militaire, auprès du président Echeverría. L’autorisation d’expropriation fut signée par celui-ci en juillet 1974 et les travaux de construction ont commencé.

188San Pedro a été particulièrement touché. Il n’en a pas été de même ailleurs. San Andrés n’a été exproprié que par le collège militaire, Topilejo par la construction de l’autoroute de Cuernavaca. Le village d’Ajusco est en train de subir les effets du décret de 1947, qui modifiait celui de 1936, sur la création du parc national Cumbres de Ajusco. Ce décret est actuellement mis en application, reprenant les objectifs du président Cárdenas, il y a 40 ans: aménagement d’une zone protégée, réserve de forêts, de verdure et de sources. Les plans actuels sont beaucoup plus ambitieux et dépassent certainement ce qu’ avait voulu Cárdenas. Il s’agit d’aménager une vaste zone touristique pour les loisirs des citadins.

  • 30 Voir Annexe II, carte No. 13.

189Il est prévu, d’une part, de préserver la sierra de l’extension tentaculaire de México et de ses faubourgs, en limitant à la cote 2 350 mètres d’altitude, l’extension urbaine. La sierra sera traversée par de nouvelles routes: la route panoramique primaire, et la route panoramique secondaire30. La primaire doit partir du périphérique sud à la hauteur de Contreras, traverser le Pedregal et monter sur le flanc nord de l’Ajusco, contourner ce volcan par l’ouest, puis longer les volcans Malacatepetl et Pelado par le nord, enfin passer entre le Pelado et L’Oyamyco et rejoindre l’autoroute de Cuernavaca à Parres. La secondaire est, dans l’état actuel des plans établis à la delegación de Tlalpan par le service de l’architecte Hernández, prévue sous forme de tronçons, qui seront raccordés plus tard et qui permettront de faire le tour de tous les volcans de la sierra.

190En outre, il est prévu de construire un refuge au pic de l’Aguila, l’un des sommets du volcan Ajusco, pour accueillir les nombreux “alpinistes” qui se lancent, chaque semaine, à l’assaut du volcan. Cela représente une ascension assez pénible de 5 à 6 heures (aller-retour), depuis le village d’Ajusco, à travers la forêt puis les laves à nu, avec une escalade d’une cheminée volcanique dégagée par l’érosion, et le pic de l’Aguila pour terminer. Au pied même du volcan, avant la véritable pente, seront construits deux hôtels pour les touristes qui voudraient simplement venir se reposer en ces lieux calmes, ou pour ceux qui voudraient passer la nuit avant d’entreprendre l’ascension et s’habituer déjà à l’altitude, car ils se trouveront alors à 3 550 mètres.

191Enfin, un téléphérique sera construit sur le versant sud de l’Ajusco où la neige dure environ deux mois par an! Des pistes de ski seront aménagées. Le reste de l’année, on pourra monter par le téléphérique pour jouir de la vue magnifique que l’on a de là-haut. Tous ces projets se réaliseront-ils? Ce que l’on peut dire, c’est que sous la présidence d’Echeverría, les travaux ont été entrepris et menés à vive allure. La route primaire a été commencée et bien avancée. Elle a été lancée à la fois à partir du périphérique, où la sortie Ajusco est aménagée, et dans les terres du village d’Ajusco, qu’elle traverse. Cette route a déjà exproprié, à l’ouest du village, beaucoup de terres communales, qui étaient cultivées. Ce premier tronçon Contreras-Ajusco a été mis en circulation en 1975.

Vente de terres communales et ejidales

192Ce développement récent de la région, sur le plan touristique, a provoqué la ruée des spéculateurs. Ceux-ci achètent tous les terrains bien situés, dominant le plateau, avec vue panoramique sur toute la région. A San Andrés, Xicalco, Magdalena, plusieurs petits lots ont déjà été réunis par quelques uns de ces spéculateurs avisés et vendus comme terrains “panoramiques”. Or, il s’agit toujours des terres des villages: d’une part des anciennes petites propriétés du xixe siècle, constituées sur les terres communales, et incluses, nous l’avons vu, dans les terres communales actuelles; et d’autre part, de terres communales, car les petits propriétaires vendent très souvent des parcelles communales qui se trouvent autour de leurs terrains, les limites étant imprécises, et la malhonnêteté n’étant pas toujours révélée! Ces faits ont été dénoncés à plusieurs reprises depuis 1970 par le comité communal d’Ajusco. Le Département Agraire est intervenu pour interdire toute vente de terrains tant que ne serait pas paru le décret présidentiel de confirmation des terres d’Ajusco.

193Or, ce décret est paru au Journal Officiel en janvier 1975, et nous avons vu que le village d’Ajusco demandait que soient exclues de la confirmation de terres communales les petites propriétés constituées sur les terres d’Ajusco sous le porfïrisme, et qu’une indemnisation soit versée au village. C’est que des événements très graves s’étaient déroulés avant la résolution présidentielle, malgré l’interdiction de vendre décrétée par les services de la Réforme Agraire. A partir de 1971, même le ministre des travaux publics du gouvernement d’Echeverría, Luis Enrique Bracamontes, acheta par l’entremise de sa femme diverses petites propriétés privées au sud-ouest de Santo Tomás, au pied de l’Ajusco, à la limite du parc national. Les diverses autorités du village s’inquiétèrent de ces multiples ventes, organisées par une agence immobilière représentée par Vicente Camacho Hernández. Ce dernier avait intimidé les paysans, les forçant à vendre leurs terres, sous la menace, leur montrant que sa cliente, madame Bracamontes avait beaucoup d’influence... Alertées par les petits propriétaires, qui se plaignaient de n’avoir jamais été payés, les autorités communales se rendirent sur les lieux. V. Camacho Hernández avait commencé à tout enclore derrière des fils de fer barbelés. On se rendit compte que, non seulement 8 petites propriétés avaient déjà été achetées, mais que, au nord, au sud et à l’ouest du domaine ainsi constitué, de nombreuses terres communales avaient été envahies.

194Les autorités d’Ajusco décidèrent, pour remettre les choses au point, de provoquer une réunion à l’agence immobilière avec V. Camacho Hernández et madame Bracamontes, en mars 1973. Cette dernière se défendit, prétendant détenir les titres de propriété des terrains achetés, puis détourna la conversation en reprochant aux délégués d’Ajusco de ne pas vouloir signer une demande émanant du Ministère des Travaux Publics dans laquelle le ministre Bracamontes demandait l’accord du village pour la construction de routes à travers les terres communales, d’un centre médical, d’un club hippique de charro, d’une école primaire et d’une garderie d’enfants, tout cela pour le plus grand bien du village, et payé, précisa-t-elle par le ministre lui-même, de ses propres pesos.

195Les représentants d’Ajusco, qui avaient déjà dû subir plusieurs pressions de la part de ce ministre, répliquèrent que les routes avaient déjà été décidées par décret présidentiel, que le centre médical et l’école avait été promis bien avant par le gouvernement, et que les plans étaient déjà à l’étude. Ils précisèrent qu’ils n’avaient pas l’intention de traiter avec le ministre Bracamontes, car ils craignaient d’être abusés par lui. Il est certain que ce dernier aurait voulu obtenir la charge directe des travaux, se servant des machines de la Secretaría de Obras Públicas, pour exécuter, à son profit et à moindres frais les travaux.

196Le ministre ne tint aucun compte des protestations des paysans, étant, par sa position politique, hors d’attaque. Il continua à aménager sa propriété, dont la superficie exacte n’est pas connue. Il est possible que le village lui-même ne soit pas parvenu à l’évaluer. Il fit abattre les arbres, sans aucun permis des services forestiers du Secrétariat de la Réforme Agraire et commença à faire construire. Il fit perforer la conduite d’eau en provenance du Monte Alegre, qui alimentait les villages et bourgades de Tlalpan, Xochimilco, Milpa Alta, les privant d’eau, pour assurer l’irrigation de ses terres.

  • 31 Voir Annexe VIII, article tiré du numéro du 29 mai 1976 du journal “Excélsior”.
  • 32 Brincamontes, saute-montagne...

197Ajusco est actuellement en relation avec l’avocat de Bracamontes, pour obtenir la restitution des terres communales envahies et la paiement des petites propriétés non payées, 4 au total. Mais en 1976, rien n’avait été réglé, et les machines de la Secretaría de Obras Públicas continuaient à défricher les terrains, pour le compte personnel du ministre, dont les propriétés, bien clôturées, restent impénétrables. Les agissements de Bracamontes ont été dénoncés dans la presse, par le journal Excélsior31. Le ministre Bracamontes en a gagné le surnom de Brincamontes32, par lequel il est désormais désigné par l’homme de la rue... Le changement de gouvernement, qui a amené un nouveau ministre à la Secretaría de Obras Públicas, depuis décembre 1976, permettra-t-il au village de reprendre ses terres? Cela paraît très difficile, étant donné la spéculation qui ne cesse d’augmenter dans la sierra.

198D’autres villages ont été touchés par la spéculation, et d’autres réclamations contre des ventes de terres communales et ejidales ont été adressées au Secrétariat de la Réforme Agraire: Xicalco dénonça en mai 1974 l’envahissement de ses terres communales par de nouveaux venus qui venaient d’acheter des lots. Une certaine señora Olivo venait d’acquérir 8 terrains. Le délégué communal du village mit en accusation 27 personnes, toutes du village, qui étaient en train de réaliser des opérations de ventes de parcelles communales. En janvier 1975, San Pedro révélait la vente de 2 parcelles de l’ejido.

199Ces dates récentes montrent que les problèmes sont nouveaux et très actuels, liés à l’intérêt porté depuis peu à la sierra, dont l’aménagement donne une valeur extraordinaire aux terrains, qui jusque là n’en avaient guère au point de vue agricole. On comprend que les paysans se rendent compte qu’ils tirent plus de profit à vendre leurs parcelles et profitent de l’occasion. Mais, ce ne sont pas eux qui réalisent les opérations les plus rentables et les plus lucratives. Ce sont les agences immobilières qui leur achètent les terrains à bas prix puis spéculent en les revendant.

200Le village de Topilejo offre un autre cas de vente de terres communales, dans d’autres conditions, et pour d’autres motifs. Entre 1970 et 1973, le délégué communal du village, Luis Santos Martínez Reza, et le délégué ejidal, José Castillo Muñoz, s’entendirent pour vendre, à diverses personnes des terres communales. Ils furent dénoncés dès 1971 par un groupe de comuneros indignés, dirigés par Juan Martínez Hernández.

201On découvrit alors que les deux délégués avaient, en septembre 1970, accordé 30 hectares de terres sur le Pedregal, près du Cerro Tuchtepec, à un groupe de 37 personnes qui semblent être des habitants sans terre de Topilejo. Ces terres furent vendues afin de recevoir des fermes modernes d’élevage. Elles formèrent la Colonia Buenos Aires Santa Cruz. Reza, le délégué communal, répondit à cette première accusation que 95 % des comuneros avaient des parcelles de 15 hectares, parfois le triple, et que ces ventes ne gênaient personne! D’autre part, depuis le début de 1970, les deux délégués autorisaient une exploitation excessive de pierre de tezontle, ainsi que l’extraction de bonne terre sur les terres communales. Déjà en mars 1971, les comuneros, sous la direction de J. Martínez Hernández, avaient demandé la cessation immédiate de ces opérations, ce qui fut décidé par la direction générale de Fomento Agrícola Ejidal, en mai.

  • 33 Journal “La Prensa” du 3 août 1971.

202Malgré cela, les deux délégués continuèrent à laisser extraire les pierres et la terre. Ils furent accusés dans la presse33, ce qui sensibilisa l’opinion au problème. Se sentant menacé, Reza mit alors en accusation le subdélégué au Département du District Fédéral, J. Guadalupe Martínez Fragoso. Celui-ci s’était approprié deux terrains communaux, spoliant de leurs parcelles deux comuneros, et avait signé des contrats avec le capitaine Bringas, directeur général des ingénieurs de la Défense Nationale, depuis le 23 juillet 1971. Ce dernier tirait de ces terrains de la pierre de construction (le tezontle) et de la bonne terre (tierra de hoja) sans rien payer. Reza se défendit et affirma qu’il n’était en rien compromis dans cette affaire; le subdélégué Fragoso avait usurpé ses fonctions et disposait des terres communales de Topilejo sans son accord. Ceci est très douteux. En effet, les comuneros l’accusèrent de nouveau en janvier 1973 de continuer à vendre des parcelles de terres communales, et ils obtinrent du Secrétariat à la Réforme Agraire le droit de procéder à de nouvelles élections. En février, deux nouveaux délégués, Rafael Amezona Linares et Juan Martínez Hernández, le leader des comuneros, prirent la place de Reza et de Muñoz.

203Les ventes de terres communales ne cessèrent pas pour autant. Cette fois ce fut le subdélégué du village, Joël Morales Rosas, qui fut accusé, par J. Martínez Hernández, de vendre des terrains sur le Pedregal, dans la zone demandée précisément par le village pour l’extension de la zone urbaine. Martínez souleva tout le village contre Rosas, voulant faire lui-même sa justice. Rosas fit appel au délégué de Tlalpan, le général Varela, mais en vain. Il fut destitué de ses fonctions en novembre 1975. Mais les terres vendues ne furent pas restituées au village. Il est donc certain que des terres communales sont vendues à l’heure actuelle dans la sierra, et qu’il est très difficile d’empêcher cela, étant donné les influences politiques qui s’exercent, et qui sont en jeu ici. Les terres des villages s’amenuisent encore, alors qu’elles étaient déjà insuffisantes. Nulle part les ejiatarios et les comuneros ne possèdent les 12 hectares de terres nécessaires à la mise en oeuvre de la parcellisation, selon les lois de 1944 du patrimonio ejidal qui devait créer une classe de petits propriétaires terriens. Pour ces villages, plus aucune autre solution ne peut être envisagée, dans l’état actuel de la législation, car plus aucune terre n’est affectable. Or les revenus tirés des parcelles ejidales, communales et même privées ne peuvent faire vivre décemment les familles paysannes.

Minifondisme et insuffisance des ressources

204Les terres données par la Réforme Agraire ne furent pas de bonnes terres et n’améliorèrent pas les ressources. On peut dresser un tableau récapitulatif pour bien préciser la situation:

Répartition des terres cultivables, des pâturages et des friches dans les ejidos:

Répartition des terres cultivables, des pâturages et des friches dans les ejidos:

205Seul le village de San Pedro, situé à la limite du plateau, a reçu des terres cultivables. Deux villages n’ont reçu que des terres de pâturages. Deux n’ont reçu que des terres de montagne, inutilisables pour l’agriculture, la seule ressource étant l’exploitation forestière. Alors que 245 hectares de terres de temporal seulement ont pu être distribués, soit 7,6 % du total, 1 675,65 hectares de pâturages (soit 51,8 %) et 1 312,75 hectares de terres de montagne (soit 40,6 %) ont été accordés. Cela montre très clairement que les terres de la sierra sont peu favorables à la culture, et que la grande vocation de la région est l’élevage et l’exploitation forestière. Mais les paysans, qui pratiquent encore une agriculture de subsistance, ont besoin de terres pour cultiver leur maïs et leurs frijoles (haricots noirs), bases de leur alimentation. Cependant, dans la plupart des cas, les terres de montagne sont d’accès difficile, éloignées des villages, et les paysans parviennent difficilement à les exploiter, comme à San Andrés, où les terres ejidales sont délaissées, surtout depuis 15 ans car les coupes de bois sont interdites en raison des risques d’érosion des sols. D’autre part, ces paysans n’ont pas les moyens suffisants pour investir dans la construction de fermes d’élevage modernes, ni pour exploiter de façon rentable leurs forêts. Les dotations de la Réforme Agraire sont donc d’un intérêt très relatif pour les paysans dans ces villages.

206Par ailleurs, la poussée démographique réduit sans cesse les quelques terres disponibles. L’étude du village d’Ajusco, pour lequel nous avons des données récentes et précises peut nous permettre de fournir un exemple de la situation actuelle dans la sierra, d’une part du point de vue du type de possession des terres, d’autre part du point de vue des pourcentages de terres occupées par les paysans et les activités auxquelles ils se livrent:

207Les paysans les plus favorisés sont les 16 % qui ont cumulé des parcelles communales et de petites propriétés privées, puisqu’ils ont, en moyenne 4,3 hectares par personne. Les plus défavorisés sont les propriétaires de terres privées, pourtant les plus nombreux: 78,4 % des paysans disposent de 1,9 hectare en moyenne. On mesure les effets des partages successifs opérés depuis le début du siècle sur ces petites propriétés. A cette époque, les parcelles privées, constituées sur les terres communales, avaient, en moyenne, 5 hectares.

208Ces chiffres, cependant, peuvent être encore précisés, car l’on sait qu’il y a, en réalité, de grandes différences entre les habitants dans la répartition des terres:

209Plus de la moitié des parcelles, 51,8 %, est inférieure à un hectare. Ce n’est même plus du minifondis-me, mais du microfondisme. Il touche surtout les petits propriétaires qui ont hérité des parcelles communales du xixe siècle. Ceux qui ont des parcelles communales ou des cumuls de parcelles communales et de terres privées ont en majorité entre 1 et 5 hectares. Mais on peut dire que 87,4 % de la population d’Ajusco jouit de moins de 5 hectares de terres. Les parcelles communales n’excèdent pas cette superficie, sauf celle de Guadalupe Eslava Reyes qui a 26,5 hectares, cas exceptionnel que l’on ne peut expliquer. Les 12,6 % de parcelles restantes sont de superficie moyenne (moyennes propriétés et moyennes parcelles communales et privées) qui n’excèdent pas 29 hectares, surface la plus élevée rencontrée dans le village. Seuls ces 12,6 % de paysans peuvent tirer quelque profit de leurs terres. Les autres sont très misérables, ou bien se consacrent à une autre activité.

210Sur les 506 paysans recensés, 93 soit 18,4 % d’entre eux ont déclaré avoir une autre occupation que cultiver leur terre:

21123 sont journaliers, donc travaillent sur d’autres terres,

21257 sont des employés du secteur tertiaire (chauffeurs de cars, employés à la municipalité de Tlalpan, musiciens),

21311 sont commerçants dans le village,

2142 sont médecins.

215Cette forte proportion de personnes qui ont cessé de s’occuper de leurs parcelles prouve que l’insuffisance des terres détourne beaucoup de paysans de la culture, et montre que l’on risque d’assister, dans l’avenir, à un abandon progressif de la terre.

216Cependant, le village possède 647 hectares de bons pâturages où les paysans peuvent faire paître leurs 1 208 vaches et leurs 7 670 moutons. Il s’agit d’un troupeau très important.

217La plupart des paysans ont quelques bêtes pour leurs usages domestiques, mais certains ont de grands troupeaux et sont bergers: 21 bergers possèdent entre 40 et 500 moutons, un tiers du troupeau du village; 10 possèdent des troupeaux de plus de 10 vaches, près de 20 % du total. L’un d’eux élève 10 000 poules et poulets.

La composition actuelle de la population active se définit ainsi:

La composition actuelle de la population active se définit ainsi:

218La majorité de la population active se consacre encore à la terre, 77,10 % avec les paysans et les journaliers. Le nombre des journaliers est très élevé, et 296 sur les 319 n’ont pas de terres. 33,6 % de la population active, soit un tiers, travaillent sur des terres qui ne leur appartiennent pas. Si l’on compte seulement ceux qui vivent de l’agriculture, soit les 413 paysans qui possèdent des terres et les 319 journaliers sans terres, on s’aperçoit que, dans ce village, 43,5 % de la population agricole, près de la moitié, est composée de paysans sans terres. Le recensement permet de préciser qu’il s’agit très souvent de jeunes chefs de famille. En effet, sur les 319 journaliers, 123, soit 38,9 %, ont moins de 30 ans. Les terres sont rares et les jeunes ne peuvent plus recevoir de parcelles. On se rend compte de l’insuffisance des terres favorables à l’agriculture, étant donné que le village dispose de 9 569 hectares, et qu’il ne peut offrir que 1 202,08 hectares cultivables, et 647 hectares de pâturages, soit 19,3 % de terres favorables seulement. Beaucoup de paysans trouvent des ressources complémentaires dans l’exploitation des forêts communales, mais beaucoup semblent abandonner l’agriculture.

219Dans d’autres villages aussi, divers exemples montrent que beaucoup de paysans se désintéressent de la terre. A San Pedro, plusieurs parcelles ejidales ont été retirées à des ejidatarios qui ne les cultivaient pas. En 1961 déjà, quatre avaient été redistribuées. En 1965, une enquête du Département Agraire fut entreprise et révéla que 56 ejidatarios n’occupaient plus leurs parcelles. Il fut décidé de les leur retirer. Dorénavant, toute parcelle non cultivée pendant deux ans est reprise par le comité ejidal et redistribuée.

220A San Andrés, les anciennes petites propriétés provenant de l’achat, en 1882, de l’Hacienda de Xoco, ont été tellement divisées par les héritages qu’elles sont environ 800, sur 1348 hectares. Les petits propriétaires ne possèdent plus qu’un hectare à un hectare et demi. La plupart ont quitté la terre et ont trouvé un emploi en ville. Le représentant actuel de ces petits propriétaires, Basilio Sandoval, a incité les paysans à vendre ces terres, très volcaniques et peu rentables en bloc et à se partager l’argent. Elles ont donc été vendues, en 1969, à une société privée, à raison de la somme dérisoire de 3,50 pesos le m2. Or, il est évident que l’on pourra prévoir une spéculation très forte sur ces terrains. Ils forment un lotissement, dénommé Jardines Xitle. Certains terrains sont aménagés et prêts à être construits. Toutefois, ce lotissement a été interdit: les permis de construire ne peuvent être donnés car il n’y a, dans cette zone à l’écart, aucun service public, ni eau, ni service d’assainissement (égoûts, drainage).

221Si les travaux se sont donc arrêtés, pour l’instant, ils pourront cependant être envisagés un jour, quand toutes les installations seront faites. Ces terres sont vendues, et perdues pour le village à tout jamais. Une fois encore, les paysans ont laissé d’autres profiter des richesses qu’ils avaient entre leurs mains, faute d’information suffisante. Ils se laissent facilement convaincre de vendre leurs terres, ne se rendant pas compte qu’elles peuvent avoir, surtout à l’heure actuelle, une autre valeur qu’agricole. Basilio Sandoval est critiqué, maintenant, par certains, mais il est trop tard, et ces terres magnifiquement situées sur le flanc du Xitle, dominant tout le plateau de México, au milieu d’une nature sauvage et belle, sont entre les mains de spéculateurs qui sauront faire fortune.

222Il ne reste plus, à San Andrés, que 640 hectares de terres communales et ejidales, où seuls quelques champs peuvent être cultivés, et les 218 hectares de bois achetés, par quelques petits propriétaires, à l’Hacienda del Arenal. Il ne subsiste plus rien de la grande opération du xixe siècle, où les paysans, avisés, s’étaient organisés pour acheter l’Hacienda de Xoco.

223Ces abandons de terres s’expliquent par l’exiguïté des parcelles dont dispose chacun et, aussi par les maigres ressources qu’elles rapportent. Au village d’Ajusco, un hectare de maïs rapporte 2 800 pesos, pour toute l’année, un hectare d’avoine 3 000 pesos, une fois déduits les frais: environ 600 à 700 pesos par hectare couvrant la location de boeufs ou chevaux pour labourer à la charrue ou à l’araire, les semences, le paiement de quelques peones pour la récolte. Les rendements sont extrêmement faibles en raison de la mauvaise qualité des terres et du manque d’engrais. La plupart des cultures sont vivrières. La seule spécialisation qui se dessine, à l’heure actuelle, est la culture florale, qui trouve des débouchés intéressants dans la capitale.

224Un autre problème grave, pour l’agriculture dans ces villages, est celui de l’eau. Le village de Topilejo avait déjà posé ce problème au temps de Porfirio Díaz. Une collecte avait été faite dans le village pour entreprendre des travaux d’adduction d’eau. Mais au cours de la Révolution, tout avait été détruit. En 1921, de nombreux animaux avaient péri de soif. Topilejo proposa à la municipalité de Tlalpan d’utiliser l’argent des redevances payées par les marchands de bois de Tlalpan, qui exploitent des forêts sur les montagnes de Topilejo, pour construire un réservoir. Cette demande ne dut pas aboutir, car Topilejo tenta, en 1923, une autre solution. Il créa une société locale de crédit agricole et forestier, afin d’obtenir des fonds. En 1929, les travaux n’étaient pas terminés, faute d’argent. En 1960, Topilejo se plaignait encore de ce que 80 % des terres du village n’étaient pas cultivées, en raison du manque d’irrigation.

225Un autre problème d’eau se posait aux villages situés sur le flanc de l’Ajusco, en aval du village d’Ajusco: Magdalena, Xicalco, San Andrés et San Pedro, étaient, après la Révolution, entièrement privés d’eau, car le village d’Ajusco avait capté diverses sources, asséchant le Rio Buenaventura, et les villages situés plus bas. Ajusco avait alors consenti à leur laisser une partie de ces eaux, mais contre une redevance de 500 pesos par an pour chaque village, excepté San Pedro qui resta sans eau. Un ingénieur du Comité National Agraire fut envoyé, en juillet 1925, à la demande du village, pour procéder à une étude en vue de l’installation d’une tuyauterie pour capter de l’eau au-dessus du village d’Ajusco. Mais les habitants d’Ajusco s’insurgèrent contre cette décision et attendirent en armes, prêts à tout, l’ingénieur. Celui-ci dut demander au gouverneur du District Fédéral une escorte de gendarmerie, qui lui fut refusée. Il renonça à toute action... En 1927, San Pedro dut faire une nouvelle demande d’adduction d’eau. On ne sait comment fut résolu ce problème, mais les difficultés rencontrées montrent à quel point l’eau est un élément rare et précieux dans la sierra, car vital pour l’agriculture, l’élevage et la consommation domestique.

Notes

1 Les informations concernant l’histoire d’Ajusco pendant la Révolution ont été recueillies auprès du professeur Jesús Camacho.

2 Voir les ruines encore visibles des bâtiments de l’Hacienda El Guarda, Annexe IV, photo No. 10.

3 Selon une information recueillie auprès du délégué actuel du village, le professeur Jésus Camacho.

4 Voir Annexe H, carte No. 10.

5 Voir Annexe II, carte No. 10.

6 Voir Annexe II, carte No. 10.

7 Voir Annexe II, carte No. 11.

8 Idem.

9 Voir Annexe II, carte No. 11

10 Voir Annexe II, carte No. 11.

11 Voir Annexe II, carte No. 11.

12 Voir aux Archives notariales, notaire Ignacio Burgoa, année 1879, 1er semestre, page 267.

13 Archives municipales d’Ajusco.

14 Voir Annexe II, carte No. 12.

15 Voir Annexe IV, photo No. 2.

16 Voir Annexe II, carte No. 13.

17 Voir Annexe 11, carte No. 12.

18 Voir Departamento de Asuntos Agrarios y Colonización (nous dirons D.A.A.C.), expediente ejidal de Topilejo, Municipio de Tlalpan No. 24/8761.

19 Voir D.A.A.C, expediente ejidal de Topilejo, Municipio de Tlalpan, No. 24/8761.

20 Voir D.A.A.C, expediente ejidal de Magdalena, Municipio de Tlalpan, No. 23/962.

21 Voir Annexe II, carte No. 11.

22 Voir Annexe II, carte No. 11.

23 Voir Annexe II, carte No. 11.

24 Voir Annexe II, carte No. 12.

25 Voir Annexe II, carte No. 12.

26 Voir Annexe II, carte No. 13.

27 Voir Annexe II, carte No. 13.

28 Voir le journal “Avance” du 15 mai 1969.

29 Voir Annexe II, carte No. 11.

30 Voir Annexe II, carte No. 13.

31 Voir Annexe VIII, article tiré du numéro du 29 mai 1976 du journal “Excélsior”.

32 Brincamontes, saute-montagne...

33 Journal “La Prensa” du 3 août 1971.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3346/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3346/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3346/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3346/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3346/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3346/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3346/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende ACCROISSEMENT DES TERRES DES VILLAGES AU COURS DE LA REFORME AGRAIRE
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3346/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende REPARTITION DES TERRES DE LA SIERRA
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3346/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3346/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3346/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Accroissement des terres des villages et réduction des haciendas après la Réforme Agaire. Lotissements des haciendas.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3346/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Titre Répartition des terres dans la sierra
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3346/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3346/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre La répartition des terres cultivées à Ajusco en 1975:
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3346/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3346/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3346/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3346/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Répartition des terres cultivables, des pâturages et des friches dans les ejidos:
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3346/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3346/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3346/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre La composition actuelle de la population active se définit ainsi:
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3346/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 138k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter