Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Problèmes agraires de l’Ajusco

 | 
Nicole Percheron

Chapitre 3. Le developpement des petites et moyennes proprietes. Des lois de réforme à La réforme agraire (1856-1917)

Texte intégral

FORMATION DE PETITES PROPRIETES SUR LES TERRES COMMUNALES

Parcellisation des terres communales

1Les années qui suivirent l’Indépendance, c’est-à-dire de 1821 à 1855, ne virent aucun bouleversement s’accomplir dans la propriété de la terre au Mexique. Iturbide avait précisé dans le plan d’Iguala, qui mit un terme à la guerre d’Indépendance en février 1821, que la propriété serait garantie : c’était protéger la grande propriété. Le contraste et l’opposition subsistèrent entre les grands domaines privés, laïques ou ecclésiastiques, et les villages, dont les terres, de propriété communale, avaient été en partie spoliées au cours de l’époque coloniale. La situation était donc restée inchangée dans la première moitié du xixe siècle.

2Cependant, certains hommes politiques se penchèrent sur le problème de la propriété, tel qu’il se posait en général, et aussi tel qu’il se posait plus particulièrement au Mexique.

  • 1 Voir dans Jesús Silva Herzog, Breve Historia de la Revolución Mexicana, Fondo de Cultura Económica, (...)

3Le grand penseur Mariano Otero montrait, en 1842, l’importance de l’organisation de la propriété comme élément primordial dans une société1. Nombreux furent ceux qui, gagnés aux idées libérales qui se développaient à l’époque, pensèrent que la solution au problème du Mexique serait le développement de la propriété privée, sous forme de petites et moyennes propriétés, afin de favoriser l’essor des classes moyennes, inexistantes alors dans ce pays aux contrastes sociaux très accentués. Parmi les plus hardis défenseurs de la petite propriété privée, il y eut le docteur Mora et Melchor Ocampo, violemment opposés aux grandes concentrations de terres. Ils voulaient créer une nation de petits propriétaires.

  • 2 Son oeuvre (essais, discours, propositions de lois, articles de journaux) a été réunie en deux ouv (...)
  • 3 José María Luis Mora, Obras Sueltas, page CLXII, tome 1 :
    “Los Los fondos territoriales, rústicos y (...)

4José María Luis Mora, prêtre, docteur en théologie, fut aussi un grand politicien et économiste de l’époque de l’Indépendance. Il fut un propagateur enthousiaste des idées libérales au Mexique, et un violent polémiste. Député à l’Assemblée Constituante élue en 1823, il prit une part active aux discussions et beaucoup de ses idées furent adoptées dans la Constitution de 1824. Mais il fut, par la suite, déçu par les passions politiques qui se déchaînèrent sur le Mexique et s’expatria à Paris, où furent publiés ses écrits2, et où il mourut en 1850. Il a lutté pour la conquête des libertés fondamentales, liberté individuelle, de pensée, de culte, de presse, d’expression, pour la liberté de commerce. Il s’est principalement attaqué au clergé, scandaleusement riche. Il estimait que ses biens s’élevaient à 80 millions de pesos et représentaient une richesse morte, accumulée en quelques mains, qui avait appauvri la nation. Il proposait donc de partager les terres ecclésiastiques en lots, qui seraient vendus à ceux qui les exploitaient déjà en tant que métayers, fermiers... La valeur de ces lots devait être calculée en fonction de la rente annuelle qui était payée à l’époque3. Il pensait donc développer ainsi la petite propriété, et précisait qu’il était indispensable que chaque propriétaire cultive lui-même sa terre ; des petits propriétaires attachés à leurs terres contribueraient davantage au développement économique du pays.

  • 4 Les écrits, lettres, discours de Melchor Ocampo ont été réunis en 3 volumes :
    Melchor Ocampo, Obras (...)

5Melchor Ocampo joua surtout un grand rôle politique au Mexique après son retour d’Europe en 1840. Il devint gouverneur du Michoacán en 1847. Il fut ministre de l’économie et des finances à la fin de la dictature de Santa Ana, mais il dut s’exiler aux Etats-Unis, car il était poursuivi pour ses idées libérales. Il connut alors Juárez. Il joua surtout un très grand rôle politique, à partir de 1856, car il fit partie du Congrès Constituant, dont il devint président. Il est l’auteur d’un très grand nombre de lois de Réforme. Il participa au gouvernement de Juárez et fut un ardent défenseur de ces lois notamment de la loi Lerdo, qui visait la création d’une nouvelle classe de petits propriétaires4.

6Pour développer la petite propriété, il fallait trouver des terres à distribuer. Mais il ne fut pas question de s’attaquer aux grandes haciendas dont les propriétaires, généralement créoles, venaient de remporter la victoire sur l’Espagne et formaient les cadres du gouvernement. On pensa donc à d’autres terres plus faciles à répartir : les terres ecclésiastiques, terres de “mainmorte”, extrêmement nombreuses, le clergé étant le plus grand propriétaire terrien du pays, ainsi que les terres communales du village. C’est ainsi que furent votées, en 1856, les lois de desamortización ( = désamortissement, mise en vente des biens de mainmorte), ou loi Lerdo, du nom du député qui la proposa, interdisant la propriété collective de la terre à toutes les communautés civiles et religieuses. Les terres des villages, comme celles de l’Eglise, devraient être, en conséquence, divisées en parcelles et distribuées, s’il s’agissait de terres communales, aux anciens comuneros, c’est-à-dire aux paysans qui cultivaient des parcelles communales, ou vendues, s’il s’agissait de terres d’Eglise, à ceux qui les occupaient comme fermiers, tenanciers, ou à ceux qui les réclameraient en propriété privée.

7Dans la région de l’Ajusco, une seule propriété était détenue par l’Eglise : le Rancho de Tochihuitl, qui avait appartenu autrefois à l’Hacienda de Xoco, et qui avait été vendu en 1826 à l’église de Tlalpan. Ce fut la société Mendoza y Sabino, propriétaire d’une fabrique de tissus, voisine du rancho, qui demanda, en avril 1871, l’attribution du rancho. Celui-ci lui fut adjugé, après évaluation, à 1 200 pesos, selon les lois de 1856.

8Ces lois de Réforme furent précisées et complétées plus tard, sous le porfirisme ; en 1889 et 1890, de nouvelles lois obligèrent les communautés indigènes à répartir leurs terres en parcelles privées, si ce n’était déjà fait, conformément aux lois de 1856, et à faire établir des titres de propriété. D’autres lois, dites de “colonisation”, autorisèrent en 1875, 1883 et 1893, l’arpentage et la mise en valeur des terres en friche, après “dénonciation” de celles-ci, c’est-à-dire à la suite de toute demande d’attribution en propriété privée. En compensation des frais d’arpentage, un tiers des terres était gratuitement adjugé au “dénonciateur”, c’est-à-dire à celui qui en réclamait l’attribution.

9Ces diverses lois menacèrent gravement l’existence de la propriété communale des terres dans les villages. Les villages de l’Ajusco n’ont pas appliqué la loi Lerdo à l’époque où elle fut votée. Les plus anciens documents, trouvés au Registre Public de la Propriété, à la section de Tlalpan, et faisant état d’enregistrements de terrains acquis en propriété privée, remontent à 1874 pour Ajusco et Topilejo, c’est-à-dire juste avant le porfirisme. On peut donc penser que c’est à partir de cette date, soit vingt ans après la loi Lerdo, que des terres communales commencèrent à être distribuées en petites propriétés privées dans la sierra de l’Ajusco. Cependant, toutes ne furent pas enregistrées tout de suite, même si elles avaient été réellement distribuées. En effet, toute terre enregistrée, si elle offrait l’avantage de donner un titre de propriété, était, d’un autre côté, immédiatement soumise à l’impôt foncier. Les services de la Trésorerie du District Fédéral procédaient à l’arpentage des terres, et les enregistraient sur un cadastre.

10Il semble que cet aspect de la question ait retenu quelque peu les paysans, anciens comuneros, de déclarer leurs petites propriétés.

11Il est malheureusement difficile de savoir avec précision pour chaque village à quelle époque furent cadastrées, donc déclarées, les diverses petites propriétés, et si elles furent toutes cadastrées. En effet, les livres de cadastre de la région de Tlalpan, furent presque tous détruits par un incendie qui ravagea l’église où ils avaient été entreposés et cachés, pendant la Révolution de 1910. Les archives de la Trésorerie du District Fédéral ne conservent que ceux d’Ajusco, miraculeusement épargnés. Il s’agit de cinq livres où furent enregistrées et cadastrées, avec un plan précis donnant les mesures de chaque terrain, les petites propriétés distribuées à partir de 1874.

12Or on constate, d’une part, que toutes les petites propriétés distribuées à Ajusco furent cadastrées. On peut vérifier cette affirmation en étudiant les registres de la propriété, tous conservés au Registre Public de la Propriété, à México, et qui montrent que toutes les petites propriétés cadastrées avaient été préalablement enregistrées par cette administration. Mais aussi, on peut encore vérifier cela sur place à l’heure actuelle car ces petites propriétés, qui existent toujours, même si la Réforme Agraire ne les reconnaît pas, ont été répertoriées en juillet 1975, lors de l’établissement du nouveau cadastre.

13D’autre part, on constate que le premier cadastre fut réalisé à une date tardive : du 21 août 1907 au 23 janvier 1909, c’est-à-dire à la fin de l’époque porfirienne. On remarque aussi que la plupart des petites propriétés avaient été enregistrées très peu de temps auparavant, surtout entre 1905 et 1906, au Registre Public de la Propriété. Environ une dizaine de ces petites propriétés, sur un total de 500, fut enregistrée plus tôt, entre 1874 et 1905. Les raisons qui expliquent ces enregistrements plus anciens sont au nombre de quatre : soit parce qu’il s’agissait d’une vente, et que le nouveau propriétaire désirait un titre de propriété, soit parce qu’il s’agissait d’enregistrer un héritage, soit parce que certains paysans endettés voyaient leurs terres hypothéquées et prises en gage (ou “embargo”) par leur créancier. Dans ce dernier cas, un titre de propriété devait être établi pour que l’hypothèque soit valable. La dernière raison fut que certains paysans, tels Jesús Romero et Fabián Nava, qui devaient plus tard réunir plusieurs parcelles et devenir les plus grands propriétaires du village, préférèrent devenir propriétaires, conformément aux lois de Réforme, au lieu de rester comuneros. Ils commencèrent en 1894 à faire enregistrer leurs parcelles communales. Ils restèrent cependant l’exception.

  • 5 Information orale recueillie dans le village auprès des paysans.

14On peut, grâce à ces renseignements, reconstituer l’histoire de la formation de petites propriétés privées sur les terres communales d’Ajusco. Les lois de Réforme, de 1856, ne furent pas appliquées ici avant le porfirisme : les paysans, farouchement attachés à leur ancien système agraire, ne voulurent-ils pas partager les terres communales ? Ils ne purent cependant pas empêcher que quelques uns d’entre eux ne fassent enregistrer et cadastrer leurs parcelles communales sous forme de petites propriétés privées, ce qui était conforme aux lois en vigueur. Mais cela resta très limité. C’est sous le porfirisme que la situation changea ; ils furent contraints d’appliquer les lois de 1889 et 1890, et de faire enregister puis cadastrer les terres communales. Ils mirent près de vingt ans pour s’exécuter. Les vieux paysans se souviennent encore5, car leurs pères avaient dû le leur raconter, que ce fut à contre-coeur. Ils disent que le gouvernement de l’époque les avait poussés à devenir propriétaires de leurs terres dans le seul but de percevoir davantage d’impôts. Ils précisent que ces impôts furent souvent trop lourds à supporter par les paysans, et que c’est pour cela que certains vendirent leurs terres.

  • 6 Voir Annexe II, carte No. 8.

15Cependant, dans ce village d’Ajusco, une partie seulement des terres fut distribuée en petites propriétés privées : il s’agit de 2 500 hectares de terres, sur les 7 000 que conservait alors le village, soit un peu plus d’un tiers des terres communales. Cela représentait 500 parcelles. La superficie moyenne de ces propriétés était d’environ 5 hectares, mais leur étendue variait beaucoup de l’une à l’autre : les plus petites parcelles avaient environ 5 000 m2, soit 1/2 hectare, les plus grandes atteignaient 12 hectares. Ces petites propriétés se situaient, et se situent encore, aux limites du village, en auréole autour d’un noyau central, comprenant les maisons et 4 500 hectares de terres conservées en parcelles communales. Elles se trouvèrent à la limite des haciendas d’Eslava Mipulco et de 1’Arenal, au nord, du Rancho de la Venta de San Miguel Ajusco, à l’est et au sud, et du village de Jalatlaco, à l’ouest6. Au nord et à l’est, il s’agissait de terrains cultivables, et les parcelles étaient plus petites ; au sud et à l’ouest les terrains étaient généralement montagneux, plus favorables aux pâturages, et les parcelles étaient plus grandes.

16Pour les autres villages de la sierra, la perte des cadastres ne permet pas de donner autant de précisions. Mais les documents consultés au Registre Public de la Propriété permettent de se rendre compte que les terres communales furent aussi distribuées. On trouve peu d’enregistrements de propriétés entre 1874 et 1905, comme à Ajusco, et beaucoup à partir de cette date, donc à la fin du porfirisme. Par contre, pour ces autres villages, on trouve, dans les documents, des renseignements intéressants concernant les modalités de ces distributions de terres. Il semblerait, en effet, que dès 1874, le préfet de Tlalpan ait procédé lui-même à la parcellisation des terres communales dans toute la région.

17A Topilejo, on sait qu’en 1879, les 432 comuneros chefs de famille, soit 290 hommes et 142 veuves, s’étaient vu adjuger leurs parcelles communales en petites propriétés privées. Il ne s’agissait toutefois pas de toutes les terres communales car en 1874, près de 2 000 hectares avaient été accordés en adjudication par la préfecture de Tlalpan à des familles étrangères au village, qui habitaient plus au sud, dans la Ranchería el Guarda. D’autre part, sur les 6 000 hectares qui restaient, 1/6 seulement fut distribué en parcelles privées, les 5/6 étant conservés comme terres communales de pâturages, de forêts, de montagnes. Les parcelles communales changèrent simplement d’appellation, mais restèrent tout aussi petites, quelques hectares seulement pour chaque famille. L’application des lois de 1856, ici comme à Ajusco fut donc partielle : il semblerait que les paysans aient tenté de trouver un compromis pour atténuer les effets des lois sur leurs communautés. L’exemple de Topilejo fait penser qu’il dut y avoir aussi des adjudications plus ou moins forcées de terres communales vers les années 1874 et suivantes.

18Pour Magdalena et Xicalco, on constate seulement qu’avant 1884 pour ce premier village, et avant 1890 pour le second, des paysans étaient en possession de petites propriétés, mais il restait des terres communales. On ne sait si ces premières propriétés dataient aussi d’une adjudication de 1874.

19Par contre, on sait que pour ces deux villages, il fut procédé par la préfecture de Tlalpan, à une adjudication de terres en 1897, au bénéfice des comuneros. Cela permit de distribuer, conformément aux lois du porfirisme, toutes les terres qui restaient en petites propriétés privées. Les villages étant très petits, il ne resta pas de terres communales. Là aussi, ce fut beaucoup plus tard que ces propriétés furent enregistrées et qu’on retrouve leurs traces.

20On peut donc dire que les lois agraires de Réforme ne furent appliquées dans la sierra qu’à partir de 1874. Cependant, elles ne modifièrent guère la situation, tout au moins dans l’immédiat, puisque le minifondisme subsista. Les paysans ne déclarèrent pas tout de suite leurs propriétés. Ce n’est que dans les dernières années du porfirisme qu’ils furent contraints de rendre effective l’application des lois en les faisant enregistrer et cadastrer. Ils reçurent alors leurs titres de propriété. On peut se demander pourquoi Ajusco et Topilejo réussirent à conserver près de deux tiers de leurs terres communales : cela s’explique-t-il seulement par la cohésion et la résistance de la plupart des habitants qui refusèrent d’appliquer les lois et surent ainsi conserver en partie leur communauté ?

21En ce qui concerne les deux villages de San Andrés et de San Pedro, la situation était très différente puisque leurs terres avaient été accaparées par l’Hacienda de Xoco. Il ne pouvait donc y avoir de parcellisation de terres communales.

Les associations de nouveaux petits propriétaires

22Il est très intéressant de constater que deux de ces villages, qui venaient de voir se transformer leurs structures agraires, décidèrent très vite de reformer, sous forme d’associations, de nouvelles communautés : il s’agit des associations de petits propriétaires d’Ajusco et de Topilejo, les deux villages les plus importants. Elles étaient, cependant, assez différentes l’une de l’autre.

  • 7 Selon les renseignements recueillis dans la monographie d’Ajusco par le professeur J. Camacho.

23A Ajusco, fut menée, sur plusieurs petites propriétés, une expérience originale qui se révéla positive : diverses familles, désormais propriétaires de leurs terres, et, par là, plus intéressées à leur mise en valeur, s’associèrent, réunirent leurs parcelles et formèrent des exploitations agricoles d’une certaine importance7. Neuf ranchos furent ainsi créés, dont les principaux étaient ceux de Tierra Blanca, El Zorrillo, El Flojo, Agua Chica, Horno Viejo et Las Posas. Ils étaient situés au nord et à l’ouest du village de San Miguel Ajusco. Ces ranchos s’adonnèrent essentiellement à l’élevage. Ils élevaient des bovins pour la viande, les produits laitiers et les peaux, des moutons pour la laine, des chevaux et des taureaux, ces derniers étant destinés aux courses. En ce qui concerne le lait, un problème se posa car il était très difficile d’envisager de le transporter tous les jours jusqu’à México en raison des distances, des mauvais chemins, et du manque de moyens de transport. On ne pouvait pas non plus le conserver. Il fut donc décidé de créer, sur place, une industrie laitière. Ce sont les femmes qui étaient employées dans ces fabriques locales qui produisaient du beurre, des fromages, de la crème. Deux fois par semaine, elles descendaient à México pour vendre ces produits. Ces ranchos contribuaient donc à l’approvisionnement de la capitale, mais aussi à celui du village même où une partie des produits était vendue. Ces ranchos étaient très prospères et apportèrent des ressources appréciables à leurs propriétaires. La Révolution de 1910 les fit disparaître.

24L’expérience des ranchos d’Ajusco, unique dans la sierra, semble-t-il, montre que certaines idées des théoriciens libéraux du xixe siècle étaient réalisables : les anciens comuneros pouvaient former une classe de petits propriétaires terriens avisés et contribuer au développement économique du pays. Il surent notamment développer la seule activité agricole vraiment rentable dans la sierra : celle de l’élevage. On raconte que ces ranchos se formèrent après la chute de Maximilien. Il est donc probable que ce fut dès les premières attributions de terres communales en petites propriétés privées. Cela tendrait à prouver que certains paysans étaient favorables à ce passage à la propriété des terres communales, et prêts à tirer profit de cette révolution agraire.

  • 8 Archives notariales. Notaire Ignacio Burgoa, 1879, 1er semestre, pages 265 à 267.

25A Topilejo, les nouveaux petits propriétaires s’associèrent aussi et formèrent, en mai 1879, la Société Agricole de Topilejo. Cette société fut enregistrée devant notaire8. Le 22 mai 1879, en effet, le notaire Ignacio Burgoa reçut trois représentants du village, qui devaient être les dirigeants de la société : Francisco Morales, Felipe Madrigal et Felipe Contreras. Ils fondèrent alors légalement cette société, à laquelle participaient les 432 comuneros, 290 hommes et 142 femmes chefs de famille. Les statuts de la société furent établis : ils prévoyaient la répartition des terres de l’ancienne communauté indigène, aussi bien les champs que les pâturages et les parties montagneuses et volcaniques. Il était précisé que ces derniers terrains resteraient terres de la communauté et ne devraient pas être utilisés à des fins commerciales : défense de vendre des pierres de construction, du bois, ou de louer ou de vendre des terres de pâturages ; les produits que l’on pouvait tirer des terres du village devaient rester l’usage exclusif des sociétaires. Les habitants de Topilejo prenaient ainsi toutes leurs précautions afin de conserver leurs terres et d’éviter l’intrusion d’étrangers au village, susceptibles de s’emparer de leurs quelques ressources. La société s’engageait à respecter les lois agraires concernant la conservation et la préservation des eaux et des forêts. Seules les anciennes parcelles communales devenaient propriétés privées. D’autre part, des terrains étaient réservés dès lors pour la construction de nouvelles maisons et l’extension du village, en tant qu’ensemble bâti, en prévision d’un accroissement de population. La société était créée pour une durée de 50 ans. La Révolution de 1910 provoqua sa dissolution prématurée.

  • 9 Voir Annexe II, carte No. 9
  • 10 Voir Annexe II, carte No. 9

26Une dernière clause, très importante, prévoyait l’application d’un contrat de permutation de terres signé, auparavant, avec l’Hacienda, ou Rancho, San Miguel La Venta de Ajusco. La raison de cette permutation était l’insuffisance des terres cultivables possédées par le village. Topilejo avait signé ce contrat un mois avant, devant le même notaire, le 22 mars 1879. Le propriétaire de l’hacienda, Angel Entrembasaguas, échangeait 2 235 hectares de terres à l’ouest du village, depuis la Cueva del Aire jusqu’au Cerro Pelado9 en un lieu-dit Mirador, comprenant quelques parties montagneuses, mais surtout des pâturages, des terres de labour et des eaux courantes, contre des terres essentiellement montagneuses, comprenant des pâturages, plus au sud, c’est-à-dire au sud-ouest du village, depuis le Mirador jusqu’au Cerro Tepeyahualco10. Il est signalé, dans ce contrat, que les terres données en échange par Topilejo étaient auparavant des terres communales, mais qu’elles venaient d’être réparties en lots privés individuels. Cela nous confirme donc qu’en 1879 on avait procédé à la distribution des terres communales, même si les petites propriétés créées alors ne furent enregistrées que beaucoup plus tard.

27Il ne nous est précisé dans aucun document quelle fut la superficie des terres ainsi cédées par le village. Par contre, on sait que, si le village remit effectivement les terres à Angel Entrembasaguas, ce dernier ne remit jamais aucune terre en échange, malgré plusieurs réclamations, non seulement à l’époque, mais encore longtemps après, puisque, en 1975, soit 100 ans après, Topilejo réclamait des terres que lui doit l’Hacienda la Venta (qui existe toujours). On remarque, une fois de plus, la mauvaise foi vis-à-vis des villages indiens des propriétaires d’hacienda, qui ont su profiter de l’imprécision incroyable des documents qui mentionnent rarement les superficies des terres et imparfaitement les limites. Ce sont précisément ces défauts des documents, exhibés par le village de 1923 à 1937, qui furent mis en avant par la Réforme Agraire, qui refusa la restitution de ces terres. Il fut donc impossible à Topilejo de prouver la malhonnêteté d’Angel Entrembasaguas, et le village perdit définitivement ses terres, sans doute plus de 2 000 hectares, si l’on suppose que les surfaces échangées devaient être plus ou moins équivalentes et si l’on considère les 2 225 hectares du Rancho El Fraile que constitua Angel Entrembasaguas sur ces terres.

28La société de Topilejo n’en fonctionna pas moins dès 1879, selon les modalités fixées dans ses statuts : une assemblée générale des sociétaires se réunissait une fois par an, plus souvent si un problème grave surgissait. Elle élisait un petit comité exécutif, qui représentait la société vis-à-vis des autorités et de l’administration du pays, et veillait à l’administration du village. Ainsi regroupés et organisés, les petits propriétaires de Topilejo étaient mieux à même d’affronter les difficultés et les problèmes. Mais leur association ne fut pas poussée aussi loin que celle d’Ajusco, et était de nature très différente. En effet, l’analyse des statuts de cette société montre que, en réalité, cela n’a guère modifié la situation dans le village de Topilejo : la seule différence était que les anciens comuneros, au lieu de n’avoir que l’usufruit de leurs parcelles communales, en eurent la propriété. Les anciennes assemblées communales subsistaient. On a l’impression que le village fut contraint d’appliquer les nouvelles lois agraires et qu’il chercha, par le biais de cette société agricole, à se conformer aux lois tout en atténuant leurs effets, et en conservant la communauté rurale. Il a donc peut-être trouvé un moyen d’aménager les lois, afin de s’assurer la conservation de ses terres. En effet, dès les premières applications de la loi Lerdo, on s’était rendu compte que les anciennes terres communales passaient aux mains d’étrangers aux villages, les paysans les vendant facilement, souvent abusés par leurs acheteurs. Le président Juárez avait dû intervenir et préciser que les terres des villages devaient rester aux mains des anciens comuneros.

29On peut donc se demander quel fut le sort de ces petites propriétés formées sur les terres communales des villages de l’Ajusco : on s’aperçoit vite que beaucoup de paysans, démunis de ressources, ne pouvaient mettre en valeur leurs propriétés. Ils ne les conservèrent donc pas très longtemps, et trouvèrent plus de profit, tout au moins dans l’immédiat, à les vendre, souvent à des prix dérisoires. La terre changea donc de mains, et à la place des anciens comuneros, devenus pour peu de temps petits propriétaires, on vit apparaître une classe de moyens propriétaires, rassembleurs de terres, originaires des villages eux-mêmes, ou étrangers aux villages. Les documents permettent de montrer qui furent, en définitive, les véritables bénéficiaires de l’application des lois agraires du xixe siècle qui visaient le développement de la petite et moyenne propriété.

Les bénéficiaires de la parcellisation

30Ces véritables bénéficiaires, qu’ils soient originaires des villages ou non, avaient en commun les mêmes moyens pour mettre à profit la nouvelle situation ; ayant plus de ressources que les autres, ils pouvaient acheter des terres, qui n’étaient pas vendues très cher, et avaient aussi la possibilité de les mettre en valeur grâce à des moyens techniques plus appropriés, par l’outillage, par exemple (charrue).

31On constate que dans les villages mêmes, certains paysans accaparèrent rapidement plusieurs terres, achetées à bas prix, et formèrent ainsi des exploitations de taille moyenne.

32A Ajusco, par exemple, entre 1874 et 1905, c’est-à-dire entre la fondation des petites propriétés et leur enregistrement légal, certains paysans avisés avaient réuni plusieurs parcelles, une dizaine en moyenne, et déjà constitué de moyennes propriétés. Porfirio Romero, qui avait acheté 12 parcelles possédait 27 hectares ; Fabián Nava, qui en avait acheté 5, déjà de bonnes dimensions, se trouvait à la tête de 60 hectares. Certaines familles semblent avoir été favorisées : les Camacho, Romero, Eslava, Contreras, Asnaya, Carrillo... On peut estimer à environ vingt le nombre des familles ayant regroupé plusieurs terres, et possédant des propriétés de plus de 25 hectares. Cela représenterait 10 % des paysans du village.

33A Magdalena Petlacalco, six propriétés de 20 à 40 hectares furent constituées, grâce à divers achats cumulés par six habitants du village :

34Le domaine Xoltimimili de 39 hectares à Angel Ortiz

35Le domaine Caxtlalpa de 35 hectares à Antonio Ortiz

36Le domaine Loma Larga de 30 hectares à Guadalupe Ortiz

37Le domaine Tepenacaxtitla de 35 hectares à Félix Osorio

38Le domaine El Oyamel de 40 hectares à Santiago Osorio

39Le domaine Tlalmimilolco de 20 hectares à Guadalupe Gómez

40Ces propriétés s’étendaient donc sur 199 hectares : cela représentait près des deux tiers du village. Il s’agit d’un cas extrêmement poussé d’accaparement de terres par quelques personnes. On remarque aussi qu’il ne s’agit que de trois familles seulement.

41A Topilejo, on constate que l’association de petits propriétaires recouvrait des réalités très diverses ; plusieurs familles détenaient entre 10 et 15 hectares, grâce à plusieurs achats de terres : Francisco Morales, l’un des représentants de l’association, avait 19 hectares, José Peña possédait 15 hectares en 1899, Julian Contreras 10 hectares en 1907. Les autres petits propriétaires ne disposaient que de 1 à 5 hectares.

42Il y avait donc, dans ces villages, des paysans plus favorisés que d’autres. On peut supposer, bien qu’aucun document ne puisse le confirmer, qu’avant les lois de Réforme, ils devaient déjà avoir la jouissance de plusieurs parcelles de terres communales. La parfaite égalité sociale ne devait pas régner dans ces communautés rurales et le partage des terres communales ne devait pas être très équitable. Certaines familles dominaient sans doute les municipalités. Ceux qui avaient donc réussi à se faire octroyer davantage de terres ont seuls pu bénéficier des nouvelles lois agraires ; ayant plus de ressources que leurs voisins, ils ont pu acheter d’autres terres et former ainsi des exploitations agricoles plus rentables. Cela montrerait que l’évolution que l’on voit se dessiner en cette fin du xixe siècle, le développement d’une classe moyenne dans la paysannerie, devait s’être amorcée bien plus tôt. L’application des lois agraires de Réforme et du porfirisme n’a fait qu’accélérer ce mouvement et permettre à cette classe de s’épanouir.

43Cependant, ce ne fut pas toujours par des paysans des villages mêmes que furent achetées et rassemblées diverses parcelles. Partout apparurent des acquéreurs venus d’ailleurs, et plus précisément de villages voisins. Le plus souvent ce sont ces mêmes paysans, qui avaient constitué des exploitations d’une certaine importance dans leur village, qui étendirent leurs terres sur les villages voisins.

44A Topilejo, par exemple, nous retrouvons Fabián Nava, possesseur de 60 hectares à Ajusco, qui acheta six terrains dans le village, formant un ensemble de 11 hectares et demi. Il étendit son domaine à 71 hectares et demi. Mathias Eslava, un autre paysan d’Ajusco, acheta 26 terrains, entre 1880 et 1882, à divers paysans de Topilejo. Il constitua le Rancho de Tepecuitlapa. Ses héritiers revendirent ce rancho en 1897 à un autre paysan d’Ajusco, Sebastian Romero, pour 591 pesos. Cette somme élevée prouve l’importance du rancho, dont on ne connaît pas la superficie. Cependant, quelques sondages dans les registres de la propriété permettent de se rendre compte qu’en moyenne, compte tenu de la qualité très différente des terres, un hectare se vendait environ 30 pesos. Le rancho avait donc au moins 20 hectares, équivalent d’une propriété moyenne.

  • 11 Voir Annexes II, carte No. 1

45Dans ce même village, une opération beaucoup plus importante fit passer 1887 hectares de terres communales aux mains d’étrangers au village. En 1874, 24 familles qui habitaient à l’écart du village, dans le hameau El Guarda, demandèrent à la préfecture de Tlalpan l’adjudication en propriété privée des terres qu’elles occupaient. Ces familles s’étaient installées dans cette région très longtemps auparavant, il y avait environ 40 ans. On ne sait d’où elles venaient. On peut seulement dire qu’elles louaient des terres au village pour cultiver de l’orge, de l’avoine, et avoir des pâturages pour leurs troupeaux, car elles présentèrent, en 1874, divers reçus de la municipalité de Topilejo prouvant le paiement de leurs fermages. Ces terres leur revinrent donc en propriété privée : 24 lots furent formés, d’étendues variables selon leurs aptitudes pour les cultures ou pour les pâturages. Ils constituèrent des moyennes propriétés d’environ 80 hectares. Quelques années plus tard, en 1885, 8 d’entre elles, formant 730 hectares, furent louées à des paysans de Santa Cruz, Acalpixca, San Andrés Ahuayucan et Santa Cecilia Tlepetlapan, villages voisins appartenant à la juridiction de Xochimilco11. Ainsi, une partie des anciennes terres communales de Topilejo, soit 1/6 d’entre elles, étaient passées aux mains de paysans venus d’ailleurs.

  • 12 Voir carte du District Fédéral, Annexe II, carte No. 1

46A Xicalco, plusieurs habitants de Santiago Tepalcatlapan achetèrent des parcelles, tel José María del Pino, qui en 1892 acquit 11 petites parcelles de 1 à 2 hectares chacune, formant un ensemble de 17 hectares. Il y eut aussi des paysans de San Pedro, village voisin comme Santiago. Luis Martínez, par exemple, acheta, entre 1906 et 1910, 24 parcelles de 1/2 à 1 hectare, et réunit ainsi 16 hectares. Sur les 313 hectares du village, 222 hectares, soit plus des deux tiers, étaient la posssession de paysans étrangers au village : 120 hectares appartenaient à des paysans de San Pedro Mártir et de Santiago Tepalcatlapan, 90 hectares à des paysans de San Pablo Oztotepec, de la délégation de Xochimilco pour ces deux derniers12, et 17 hectares à des paysans de Magdalena Petlacalco.

47A Magdalena Petlacalco même, où il ne restait qu’un peu plus d’un tiers des terres disponibles, après les accaparements de trois familles du village, presque toutes les parcelles furent rachetées par des paysans d’Ajusco. Les paysans du village se retrouvèrent sans terres. Partout on constate la même chose : les paysans qui achetèrent des terres dans les villages voisins de leur propre village, et augmentèrent ainsi leur patrimoine, faisaient tous partie de cette minorité qui avait pu bénéficier des lois agraires du xixe siècle et former une classe moyenne dans la paysannerie.

48Mais il faut souligner que, si ces lois avaient profité à quelques uns, la majorité des paysans resta extrêmement démunie : les très petits propriétaires, victimes du minifondisme, et les paysans qui s’étaient retrouvés sans terres. En effet, certains avaient vendu leurs parcelles communales, une fois devenues petites propriétés. Quant à ceux qui avaient conservé leurs petites propriétés, ils continuèrent à les cultiver comme avant, sans grands moyens techniques. Leurs parcelles étaient très petites, comme en témoignent les documents, parfois moins d’1 hectare, rarement plus de 4. Or, l’accroissement démographique, important à partir de la fin du xixe siècle, provoqua, par les partages successifs du patrimoine familial, la réduction des terres à la disposition des petits propriétaires. Le minifondisme s’aggrava, et beaucoup de paysans ne purent plus compter sur leurs terres pour faire vivre leurs familles. On assiste donc à une prolétarisation très rapide et très grave des anciens comuneros, contrairement aux buts visés par les lois de Réforme.

  • 13 Voir Censo de población de 1900, du Departamento General de Estadísticas.
  • 14 Information orale recueillie dans le village auprès de Tío Evodio.

49La plupart de ces paysans se louèrent sur les haciendas voisines. Les recensements de population de 190013 montrent, par exemple, que, sur le Rancho de la Venta San Miguel Ajusco, proche des villages de Topilejo, Ajusco, Magdalena et Xicalco, travaillaient 155 personnes : 92 hommes et 63 femmes. Des témoins de cette époque racontent encore combien la vie était dure, tel Evodio Reza García, connu dans son village de Topilejo sous le nom deTio Evodio14. Il est né en 1894 et a travaillé très tôt sur l’Hacienda El Guarda qui venait de se constituer dans le hameau du même nom. Il s’occupait des chevaux, l’hacienda faisant surtout de l’élevage. D’autres peones travaillaient aux champs, à la culture et à la récolte des racines de zacate. Ils ramassaient aussi une espèce de zacate dont ils faisaient des balais qui étaient vendus à México. La journée de travail était longue : de 7 heures à 16 heures, 9 heures en tout. Ils gagnaient un salaire de 75 centavos par jour. Quand on pense qu’un hectare de terre valait, dans ce village, 30 pesos, on réalise que ces ouvriers agricoles ne pouvaient pas envisager d’acheter ne serait-ce qu’un lopin de terre. De toutes façons, ils dépensaient tout leur salaire à la tienda de raya ou boutique de l’hacienda, où ils se fournissaient en maïs, haricots, sucre, café, lait, parfois en viande. Selon Tío Evodio, les prix pratiqués dans la boutique étaient très bas et personne ne s’endettait. Il précise aussi que le propriétaire de l’hacienda, Jesús Díaz de la Fuente Parres, était un homme bon et respecté. Il aidait les paysans : un grand propriétaire paternaliste. Il a donc laissé un bon souvenir.

  • 15 Information orale recueillie dans le village auprès de Brigido Carrillo.
  • 16 Livre No. 1864 des Archives paroissiales de Tlalpan.

50Les vieux habitants de San Andrés15 racontent que plusieurs paysans du village travaillaient sur les haciendas de Xoco, de l’Arenal et d’Eslava : ils coupaient du bois, faisaient du charbon de bois et enlevaient les mauvaises herbes des champs de maïs. Certains de ces paysans étaient parfois obligés de quitter les villages pour aller travailler sur des haciendas plus lointaines. Les archives paroissiales de Tlalpan16 montrent qu’en 1864, José Rosalino, paysan d’Ajusco, était parti vivre à Tlalpan avec sa femme et ses cinq enfants, afin de pouvoir travailler comme journalier agricole sur l’Hacienda Santa Ursula, sur le plateau.

51D’autres paysans travaillaient comme peones sur les anciennes terres du village qui avaient été vendues. A Magdalena, ils gagnaient 60 centavos par jour. Ces salaires étaient très insuffisants. Ils n’avaient pas été augmentés depuis l’époque coloniale. Or, à la fin du xixe siècle, il y eut une hausse régulière des prix, provoquée par la mise en circulation de papier monnaie. Entre 1890 et 1910, en vingt ans, les prix des aliments essentiels, maïs, sel, sucre, haricots noirs, avaient doublé : les peones mouraient de faim.

  • 17 Livre No. 1864 des Archives paroissiales de Tlalpan.

52Or, les recensements de 186417 montrent le grand nombre de journaliers, ouvriers agricoles, dont était, partout, presque entièrement composée la population :

53A Ajusco, sur 135 hommes, 129 ne cultivaient pas la terre : 120 exploitaient les bois communaux et vendaient du charbon de bois, du bois de chauffage, des poutres, les autres étaient bergers.

54Les lois de Réforme et du porfirisme avaient transformé les villages de la sierra ; en créant dans ces villages la propriété privée, ces lois ont provoqué l’éclatement des communautés rurales et le développement de nouvelles classes sociales. A côté d’une minorité de paysans moyens propriétaires, anciens comuneros des villages ou nouveaux venus, qui avaient pu réunir plusieurs terres et améliorer leurs conditions de vie, survivait misérablement une majorité de peones, prolétariat rural, victime du microfondisme ou du manque de terres.

55Cependant, les paysans de la sierra eurent d’autres occasions, très particulières, de devenir propriétaires de terres et de résoudre leurs problèmes : il fut décidé de faire un lotissement (fraccionamiento) de l’une des plus grandes haciendas de la région, l’Hacienda de Xoco. Des paysans de San Andrés, de San Pedro, de Magdalena et d’Ajusco purent acheter ces lots privés. La disparition de ce grand domaine, transformé en une multitude de petites et moyennes propriétés, est un fait extrêmement particulier et très important, car, en accentuant le développement de la petite, et surtout de la moyenne propriété il contribua à modifier encore les structures agraires dans la sierra.

FORMATION DE PETITES ET DE MOYENNES PROPRIETES APRES LE FRACCIONAMIENTO DE L’HACIENDA DE XOCO

Lotissement de l’Hacienda de Xoco

56Cette grande hacienda de Xoco avait commencé à être vendue en 2 lots, très tôt, au début de l’époque de l’Indépendance ; en 1837, son propriétaire, Rodríguez de Velasco, avait décidé de vendre séparément d’une part la partie basse de l’hacienda, c’est-à-dire l’Hacienda de Xoco proprement dite et son Rancho de Cuautla, vendus en 1837 à José María Silva ; et d’autre part, la partie haute de l’hacienda, c’est-à-dire le Rancho de la Venta San Miguel de Ajusco, vendu en 1849 à José Justo Benavente. Les deux domaines ne furent plus jamais réunis.

  • 18 Archives notariales de Miguel María Garduño, année 1878, 2ème semestre, exp. 80, page 10 :
    “He prac (...)

57A la fin du xixe siècle, après la Réforme, ces divers domaines furent de nouveau lotis, et certains disparurent complètement, tels que le Rancho de Cuautla et l’Hacienda de Xoco. Les raisons de ces ventes de terres, parfois sous forme de lotissement, comme pour ces deux domaines, semblent provenir des difficultés de leurs propriétaires à tirer quelque revenu de ces terres peu rentables. C’est ce qu’explique, tout au moins, don Felipe Robledo, propriétaire de Xoco et de Cuautla en 1878, lorsqu’il décida de se débarrasser du Rancho de Cuautla18.

58Ce serait donc l’insuffisance des rentes tirées de ces domaines qui aurait poussé leurs propriétaires à vendre. Mais il y eut une autre raison dont don F. Robledo ne parle pas : il vendit le rancho car il n’avait pas réussi à le payer à la señora doña María de Jesús Kern de Rubin, veuve, et à ses enfants, à qui il l’avait acheté cinq ans plus tôt, en 1873.

59Le rancho était encore hypothéqué. Il est certain, néanmoins que les faibles rentes que rapportait le rancho ne pouvaient pas lui permettre de régler sa dette, et que cela reste une des raisons primordiales de sa vente.

60Il fut vendu à une association de 58 paysans, représentés par l’un d’eux : Juan Piñeda. Ils étaient originaires du quartier de Santa Ursula, situé au sud de Tlalpan. Ces 58 paysans avaient depuis longtemps en fermage les terres du rancho. Ils achetèrent ces terres, une centaine d’hectares, pour 3 500 pesos. Ils versèrent 1 000 pesos à la signature de l’acte de vente, en juillet 1878, puis 500 pesos deux mois après, puis 2 000 pesos six mois plus tard. Tout fut payé à l’ancienne propriétaire, doña M. de Jesús Kern de Rubin. Le rancho fut divisé en 58 lots au début de 1879, après la fin du paiement. Les lots étaient très petits, de 0,5 à 3 hectares, et constituèrent de petites propriétés. Mais ces terres étaient riches et fertiles, terres de temporal et même de riego situées sur le plateau. Cette richesse des terres est en contradiction avec la pauvreté des rentes perçues par l’ancien propriétaire. Cela s’explique par le fait que les haciendas de la sierra étaient très mal administrées. Les propriétaires n’y résidaient jamais et ne s’y intéressaient pas sauf pour percevoir les rentes. Ils confiaient leur exploitation à des administrateurs qui se contentaient d’affermer les terres à des paysans, lesquels n’en tiraient pas le meilleur rendement, et de faire la police pour que les villages voisins ne viennent pas en envahir les terres.

  • 19 Conservé aux Archives notariales, notaire Ignacio Burgoa, année 1882, acte No. 201.

61Quelques années plus tard, en 1882, ce fut l’hacienda proprement dite de Xoco qui fut vendue en lots. Selon le même processus, ce furent les paysans qui tenaient en fermage ces terres qui rachetèrent leurs tenures, en formant des associations. L’Hacienda de Xoco était beaucoup plus étendue, environ 2 000 hectares. Elle avait absorbé plusieurs villages, au cours de son histoire, c’est pourquoi se formèrent trois associations, celles de San Andrés, San Pedro et Xochitepec, les trois villages spoliés. Ces associations avaient d’abord tenté de se faire adjuger les terres, que les paysans tenaient à ferme, sans rien payer, faisant valoir qu’il s’agissait de leurs terres communales, dont ils cultivaient des parcelles, et que leur attribution était conforme aux lois de Réforme. Un plan de lotissement et de répartition des terres fut établi par la préfecture de Tlalpan en 187819.

  • 20 Registre Public de la Propriété, section TLALPAN, 4ème section, tome 1 page 121.

62Malheureusement pour ces villages, la tentative de récupérer leurs terres communales, sous forme de petites propriétés, grâce aux lois de Réforme, échoua. En effet, l’hacienda réagit aussitôt en intentant un procès aux paysans, montrant ses titres de propriété. Elle gagna son procès. Les paysans répliquèrent en ne payant plus les fermages. Le juge de première instance de Tlalpan mit alors l’embargo20, c’est-à-dire une hypothèque, sur 31 maisons de San Andrés, 49 mules, 6 porcs, 5 bovins et sur 10 parcelles semées de maïs ; tout devait rester à la disposition du juge tant que les paysans n’avaient pas payé les 3 155 pesos de fermage qu’ils devaient au gérant de l’hacienda. Ce dernier les avait mis en demeure de payer sans retard, mais les paysans avaient mis une mauvaise volonté évidente à recevoir l’administrateur de l’hacienda : le représentant du village de San Andrés, Crescensio Flores avait prétendu ne pas pouvoir le recevoir car sa maison était fermée et il n’avait pas les clefs... La même scène se déroula à Xochitepec. La tension montait donc, et les paysans, bien décidés à profiter des nouvelles lois pour recouvrer leurs terres perdues autrefois, cherchèrent d’autres solutions.

  • 21 Information orale donnée par Basilio Sandoval, représentant actuel des petits propriétaires de l’e (...)

63Ils décidèrent d’aller voir le général Aureliano Rivera21, en qui ils avaient confiance : il commandait la garnison de San Andrés et était resté en poste après l’éviction des troupes françaises. Le général leur recommanda le licenciado Tiburcio Montiel. Ce dernier prit en main l’affaire. Il devint le représentant des trois villages et négocia l’achat de l’Hacienda de Xoco avec son propriétaire, Lorenzo Larrauri, puis, après la mort subite de celui-ci, avec sa veuve, Josefa Montaño de Larrauri. Il s’occupa de toutes les démarches administratives et remit les terres aux paysans, après avoir procédé lui-même à leur lotissement. Les paysans lui en furent infiniment reconnaissants, et, à San Andrés, par exemple, ils lui dédièrent une rue, une école et une ligne d’autobus.

64A San Andrés, 62 paysans sur 111 s’associèrent pour acheter une partie de l’hacienda : cela représente un peu plus de 50 % des familles du village, ce qui est une proportion assez importante. Ils achetèrent 1 348, 5 447 hectares pour 10 000 pesos, en mai 1882. Chaque famille reçut environ 20 hectares, ce qui correspond à une propriété de taille moyenne. Lors de la signature de l’acte de vente, 3 000 pesos devaient être versés, le reste devant être réglé en deux ans, à raison, de 6 % d’intérêt par an. Pendant ces deux ans, les terres restaient hypothéquées.

65La valeur de la partie de l’hacienda achetée par San Andrés avait été fixée à 20 000 pesos, mais le licenciado T. Montiel fit baisser le prix de moitié, arguant que l’hacienda était en mauvais état, à l’abandon : les bâtiments étaient en ruines, donc inutilisables et la couverture forestière détruite, ce qui entraînait une grande érosion des sols. Ces détails suffisent à prouver la mauvaise administration de l’hacienda, la négligence dans sa mise en valeur. Comme pour le Rancho de Cuautla, on remarque que le propriétaire ne semblait guère intéressé par son exploitation, et pensa qu’il en tirerait un meilleur profit en la vendant. D’autre part, le licenciado T. Montiel avait aussi fait admettre une réduction du prix afin de dédommager les paysans de San Andrés des énormes frais de justice qu’ils avaient dû supporter quatre ans plus tôt, lors du procès mené contre eux par l’Hacienda de Xoco. Le licenciado T. Montiel fut donc un bon avocat pour les communautés indigènes.

66A la même date, les habitants de San Pedro acquirent aussi deux lots de l’hacienda, mais beaucoup plus petits. La superficie ne nous est pas précisée, mais on sait que le village ne faisait que 409 hectares à la fin de l’époque porfirienne. L’un de ces lots fut acheté 5 700 pesos : 2 000 pesos furent versés à la signature et le reste devait être réglé en deux ans avec un intérêt de 6 % annuel. L’autre lot fut payé 1 300 pesos, dont 400 à la signature et le reste en deux ans. Les terres achetées par le village de Xochitepec furent peu importantes puisque ses habitants ne versèrent que 1 000 pesos.

67On sait, pour San Andrés, que les paysans eurent des difficultés à payer dans les délais. Ce n’est qu’en 1899 que tout fut réglé. La question que l’on se pose, précisément, est de savoir comment et où les paysans trouvèrent l’argent pour payer leurs achats. Si l’on prend le cas, mieux connu, de San Andrés, les paysans eurent à verser, dès l’achat, environ 50 pesos chacun, et, dans les deux années qui suivaient, environ 70 pesos. Ces 70 pesos furent, en réalité, payés en 17 ans. Ce fut l’hacienda même de Xoco qui leur accorda un crédit pour le deuxième versement. Ceci est prouvé par le fait que l’ancienne propriétaire, doña Josefa Montaño de Larrauri, intenta un procès aux paysans en 1894 pour non-paiement de leur dette.

  • 22 Voir Archives notariales, notaire Ignacio Burgoa, année 1882, acte No. 202.

68Cependant le premier apport de 50 pesos, pour chacun des paysans, représentait un investissement important. Doit-on supposer que le licenciado T. Montiel aida encore les paysans en obtenant pour eux un prêt ? Un document nous permet de penser que telle a sans doute été la solution22 : le licenciado T. Montiel passa un accord avec Lauro Ariscorreta, l’ancien administrateur de l’Hacienda de Xoco, en mai 1882, à la même date que l’acte de vente de l’hacienda. Le licenciado T. Montiel, au nom des paysans de San Andrés, et L. Ariscorreta déclaraient renoncer désormais à toute réclamation au sujet des terres de l’hacienda (c’était ce dernier qui, au nom de la propriétaire, avait intenté un procès aux paysans après l’échec de l’adjudication de 1878). D’autre part, le licenciado T. Montiel s’engageait à payer directement à l’ancien administrateur, grâce à l’argent qu’il recevrait des paysans pour l’achat des terres, 1 000 pesos que lui devait la propriétaire de Xoco, depuis 1881, plus 1 000 pesos de dédommagements pour renonciation à tous ses droits d’administration sur l’hacienda. Enfin, L. Ariscorreta prêtait 1 000 pesos au licenciado T. Montiel. En compensation de ce prêt, et comme garantie, L. Ariscorreta recevait le droit d’exploiter les carrières de pierres, situées sur les terres achetées par San Andrés. Il était prévu pour le remboursement de ces 3 000 pesos, au total, que 1 000 pesos seraient versés dans un an et 2 000 pesos dans deux ans.

69En 1894, ces 3 000 pesos n’avaient toujours pas été versés, et L. Ariscorreta fit appel à Señores Hampson Smith y Cía. On ne nous précise pas les activités de cette compagnie, mais il s’agit sans doute d’une société de crédit. L. Ariscorreta leur demanda de prendre à leur charge l’affaire, leur cédant le crédit de 3 000 pesos que devait le licenciado T. Montiel, en tant que représentant de San Andrés, ainsi que les droits sur les carrières. En contre-partie, la société de crédit lui remit directement les 3 000 pesos.

70Cette transaction de 1882, un peu compliquée, avec ses conséquences, fait penser qu’il s’agit très certainement d’un compromis entre le représentant du village et celui de l’hacienda et que ces 3 000 pesos de dettes du licenciado T. Montiel envers l’administrateur correspondent aux 3 000 pesos du premier apport d’argent. Les paysans ne devaient pas disposer de cette somme et une solution satisfaisante dut être trouvée pour que la propriétaire de l’hacienda ait un premier versement immédiat. Le licenciado T. Montiel proposa peut-être lui-même l’idée suivante : 2 000 pesos, correspondant à des dettes de l’hacienda vis-à-vis de son administrateur (retard de salaire et indemnités de licenciement, nous pourrions dire) seraient directement versés par les paysans à celui-ci. L’hacienda était délivrée de sa dette, qui restait désormais une affaire entre les paysans et l’administrateur. Quant aux 1 000 pesos qu’il fallait encore trouver, le licenciado T. Montiel songea à les emprunter à L. Ariscorreta, qui était par ailleurs commerçant à México et devait disposer d’un peu d’argent. Ces 1 000 pesos durent être versés à la propriétaire de l’hacienda, qui n’avait plus alors qu’à attendre les autres versements prévus.

71Le fait que, d’une part, les paysans ne purent rien payer en 1882 pour racheter leurs tenures, et que, d’autre part, ils n’avaient encore rien pu verser en 1894, soit 12 ans après, montre leur dénuement. Que penser de la misère de l’autre moitié de la population, les peones, sans terres, qui n’avaient même pas eu de tenures à racheter ?

72L’acquisition de terres par les anciens fermiers de l’hacienda sembla avoir résolu les problèmes de terres d’une partie de la population. Mais les événements qui suivirent montrèrent que cette solution était précaire et ne pouvait être définitive. En effet, à San Andrés, le nombre des propriétaires, héritiers des bénéficiaires des premiers lots, doubla entre 1882 et 1899 : de 62 en 1882, Us étaient passés à 91 en 1892, et à 129 en 1899. Actuellement ils sont plus de 700... Les partages successifs réduisirent peu à peu les surfaces de terres héritées. Cette croissance démographique devenait dramatique au début du xxe siècle, car le problème de la terre risquait de nouveau de se poser, à très court terme. Cette évolution n’est pas particulière au village de San Andrés. Elle est générale dans la sierra, et tous les paysans, qui étaient parvenu - à réunir une vingtaine d’hectares se trouvèrent dans la même situation. On peut citer le cas de José Peña, possesseur de 15 hectares qui furent partagés entre ses 6 enfants, en parts égales, après sa mort, en 1899. Les moyennes propriétés étaient menacées par le minifondisme, qui semblait inéluctable.

73Il faut remarquer que l’Hacienda de Xoco ne fut pas la seule hacienda à être lotie à cette époque Les haciendas de San Pedro Mártir, de Natividad, de Guadalupe, d’El Olivar, de Santo Entierro, le Rancho Carrasco appartenant à l’Hacienda San Juan De Dios, tous situés sur le plateau, près de Tlalpan, à Coyoacán, à San Angel, furent vendus en lotissements aux anciens fermiers.

Division du Rancho de la Venta

  • 23 Voir Archives notariales, notaire Ignacio Burgoa, vol. 1874, acte 85, page 29.

74Le Rancho de la Venta, détaché de l’Hacienda de Xoco depuis 1837 connut un sort différent de celle-ci. Si quelques hectares furent vendus à des paysans de la sierra, le reste du domaine fut divisé en deux grandes propriétés. D’une part, en effet, son propriétaire en 1874, Angel Entrembasaguas vendit 25 hectares à 57 paysans d’Ajusco. Ces terres furent divisées en 57 lots, de 1/4 à 1 hectare, vendus entre 1 et 10 pesos. Ils étaient situés à l’est du village. Selon un document23, il y aurait eu un groupe de pression, mené par les frères Susano et Jesús Romero, comuneros d’Ajusco, qui réclamaient des terres injustement spoliées par l’hacienda. Pour calmer les esprits, le propriétaire accorda quelques terres pour un prix très bas, 200 pesos au total pour les 25 hectares. Cette opération créa une situation très particulière dans le village ; ces paysans étaient à la fois comuneros et petits propriétaires, et leurs héritiers actuels le sont restés. Ces terres privées étaient de surface très réduite. Leurs acheteurs ne furent pas les mêmes paysans que ceux qui avaient bénéficié des distributions des terres communales en propriétés privées, précisément à partir de cette même année 1874.

75On peut se demander comment ces paysans purent acheter des terres : où trouvèrent-ils l’argent nécessaire ? A Ajusco on peut dire qu’Angel Entrembasaguas, le propriétaire de l’Hacienda La Venta, avait vendu 25 hectares pour un prix modique. En effet, sur les 57 acheteurs de parcelles qui se présentèrent dans le village :

76On remarque donc que 30 d’entre eux, soit un peu plus de la moitié des paysans, payèrent seulement entre 1 et 3 pesos leur parcelle. La majorité d’entre eux paya moins de 8 pesos. Ces paysans pouvaient certainement disposer de ces sommes sans s’endetter.

77Angel Entrembasaguas procéda à une vente semblable, de 20 hectares au village de Magdalena. Mais on ne sait pas combien de paysans se répartirent ces terres. Il est extrêmement intéressant de noter que plusieurs villages de la s’erra, Magdalena, Ajusco, et, à une plus grande échelle, San Andrés et San Pedro, mirent à profit le droit accordé aux paysans d’être propriétaires de parcelles, pour acheter, en se groupant, des terres des haciendas voisines. La nouvelle politique agraire du xixe siècle, en tentant de développer une classe de petits propriétaires terriens, permit ainsi aux villages de récupérer certaines des terres qui leur avaient été dérobées, à l’époque coloniale par les haciendas.

  • 24 Voir Annexe II, carte No. 12.

78Le Rancho de la Venta, d’autre part, s’était divisé en deux domaines, quelques années auparavant. En 1867, Angel Entrembasaguas avait vendu 558, 3669 hectares, de terres situées aux confins des villages d’Ajusco, de Topilejo et du Rancho de la Venta24. Ce grand domaine prit le nom de Rancho de Tierra Blanca. Il fut acheté par quatre personnes : les 3 frères José María, Ignacio et Juan Camacho et José Castro. Tous les quatre habitaient au village d’Ajusco, mais n’y possédaient pas de terres. En effet ils y étaient considérés comme étrangers car leurs pères étaient originaires du Michoacán. Ceux-ci, pas plus que leurs fils, n’avaient pu s’établir au village, où ils n’avaient pas été acceptés. Cela montre, une fois encore, la force des communautés rurales de l’Ajusco, très hostiles à toute intrusion étrangère.

79Après ces diverses ventes de terres, le Rancho de la Venta conserva 1 155 hectares, étendue encore appréciable. On prit l’habitude désormais de l’appeler Hacienda de la Venta. Par la suite, cette hacienda prit une ampleur considérable, grâce à plusieurs accaparements de terres. En effet, si l’on a assisté d’un côté à la disparition de la grande Hacienda de Xoco au profit des villages voisins, et à un début de lotissement de La Venta, on assiste, d’un autre côté à un nouveau latifondisme qu’il faut analyser.

ACCAPAREMENTS DE TERRES ET DE PETITES PROPRIETES PAR LES HACIENDAS

Accaparements par l’Hacienda de la Venta d’Ajusco

  • 25 Voir Archives notariales, notaire Ignacio Burgos, 1879, 1er. semestre, page 267.

80En 1879, l’Hacienda de la Venta avait signé un contrat, devant notaire, avec les représentants de Topilejo25. D s’agissait, nous l’avons vu, d’un échange de terres. Or l’hacienda ne remit jamais aucune terre en échange et forma, avec les anciennes terres communales remises, elles, par le village, le Rancho El Fraile, de 2 225 hectares. Cela porta la surface de l’hacienda à 3 380 hectares. Ce grand domaine resta entre les mains de la famille Entrembasaguas. Après la mort d’Angel Entrembasaguas, en 1892, son hacienda fut partagée entre ses deux fils Enrique et Angel. Le premier reçut l’Hacienda de la Venta proprement dite, et le second, le Rancho El Fraile. Cette énorme spoliation de terres du Rancho El Fraile fut un des faits les plus marquants de cette période dans l’histoire agraire de la sierra, mais il ne fut pas le seul.

81En effet, quelques années plus tard, cette même Hacienda de la Venta, aux mains d’Enrique Entrembasaguas, le fils d’Angel, spolia certains villages voisins ; conformément aux lois de la colonisation du porfirisme, le propriétaire de La Venta demanda l’attribution des terres en, friche à Ajusco, Topilejo, Xicalco et Magdalena. Ces terres lui furent attribuées en 1894 pour les mettre en valeur. Aucun document ne précise leur superficie, et nous ne pouvons évaluer l’importance de cette nouvelle spoliation. On sait, par contre, que les villages réagirent en intentant un procès au propriétaire de l’hacienda. La sentence, rendue en 1897, fut en faveur d’Enrique Entrembasaguas. Les villages perdirent donc définitivement ces terres.

82Plus tard, la même Hacienda de La Venta se fit adjuger, pour 744 pesos, une partie des six propriétés moyennes constituées à Magdalena par six paysans du village qui avaient acheté diverses parcelles. En 1911, le propriétaire de l’hacienda, qui était toujours Enrique Entrembasaguas, entreprit des travaux d’étayages et de clôture. Il se rendit compte, dit-il, que 4 de ces 6 paysans de Magdalena, dont les terres étaient contiguës à l’hacienda, avaient envahi des terres de l’hacienda. Il engagea un procès contre ces paysans en 1912, devant la 4ème chambre de justice de México. Le juge fut favorable au propriétaire de La Venta et contraignit les paysans, par le jugement rendu le 11 janvier, à verser la somme de 984 pesos à l’hacienda, en dédommagement des terres qu’ils occupaient sans en avoir la propriété. Les quatre paysans inculpés furent : Guadalupe Ortiz, propriétaire du domaine de Petlacalco ou Loma Larga de 34 hectares, Santiago Osorio, propriétaire de l’Oyamel de 40 hectares, Félix Osorio, propriétaire du Tepenacastitla de 35 hectares, et Guadalupe Gómez, propriétaire du Tlamimilolco de 20 hectares. Ces 4 propriétés furent hypothéquées jusqu’en septembre 1912, date à laquelle devait être remis sans faute l’argent, chacun des 4 paysans devant 246 pesos. Or, comme à la date convenue les paysans n’avaient pas pu régler leur dette, les propriétés furent saisies et mises en adjudication. Enrique Entrembasaguas se porta acquéreur pour 744 pesos. C’est ainsi qu’en pleine Révolution, il agrandit son hacienda de 130 hectares, surface totale des 4 propriétés. Cette Hacienda de La Venta avait donc considérablement dépouillé les villages, par divers procédés, durant cette période, plus précisément sous le porfïrisme. Il est toutefois important de noter qu’une seule de ces spoliations de terres, celle de 1894, est due à l’application des lois agraires du xixe siècle.

83Il n’en est pas de même à Topilejo, où la formation d’une grande et nouvelle hacienda sur d’anciennes terres communales est un exemple typique de ce néolatifondisme qui fut bien souvent la conséquence des lois de Réforme et du porfirisme.

Formation d’une nouvelle hacienda : l’Hacienda El Guarda

  • 26 Voir Annexe II, carte No. 9.

84L’origine de cette hacienda remonte aux années 1892 et 1893. A cette époque un commerçant de Tlalpan, dénommé Juan Pablo del Río, âgé de 45 ans, acheta 7 des 24 lots qui avaient formé, en 1874,1a Ranchería El Guarda, hameau composé de 24 familles étrangères au village de Topilejo, mais établies là depuis très longtemps. Les anciennes terres communales leur avaient été adjugées en propriétés privées. Avec ses 7 lots, Juan Pablo del Río constitua un domaine d’environ 550 hectares, qu’il baptisa Rancho Ocopiasco, du nom d’une montagne qui se trouvait sur ses terres, situées au sud-est de la Ranchería El Guarda26.

85Par la suite, en 1897, il s’associa avec Francisco Lazo, un commerçant de México, qui était son beau-frère. Tous deux formèrent la Sociedad Lazo y Río, devant notaire, le 25 juin.

86J.P. del Río apporta à cette société son Rancho Ocopiasco et F. Lazo, de son côté, 730 hectares de terres, formée de 9 grandes propriétés achetées entre avril 1896 et août 1897 aux paysans de Santiago Tepalcatlapan, qui les louaient depuis 1885 à des habitants de la ranchería. Il est extrêmement curieux de constater que les terrains ne furent pas achetés à leurs légitimes propriétaires. Cette opération a dû être faite à leur insu. Ces terrains furent achetés à un prix dérisoire : 515 pesos. L’ensemble des terres réunies par les deux associés s’élevait à 1 280 hectares. Sur ce grand domaine, la Sociedad Lazo y Río se proposait comme objectif la mise en valeur des terres. Mais dès le mois de décembre de la même année, la société fut dissoute, sans que l’on sache pourquoi. Les terres qui avaient été réunies un temps furent rendues à chacun des deux associés.

  • 27 Voir Annexe II, carte No. 9.

87Cependant, peu après, un commerçant avisé de San Andrés Totoltepec, Jesús Díaz de la Fuente y Parres, d’origine espagnole, reprit à son compte l’opération qui avait échoué. Il réussit à acheter, entre 1900 et 1908, peu à peu, tous les lots qui constituaient la Ranchería El Guarda. Il commença par acheter les ots qui étaient encore aux mains des paysans de la ranchería, soit 8 lots en tout, formant un domaine de 607 hectares. Puis, en 1903, il acheta le Rancho Ocopiasco à Juan Pablo del Río, et enfin, en 1908, le domaine de F. Lazo. Grâce à tous ces achats, J. Díaz de la Fuente y Parres constitua un immense domaine qui fut connu sous le nom d’Hacienda El Guarda Parres, car il lui avait donné son nom. Cette hacienda s’étendait sur 1 887 hectares, superficie très importante, qui correspondait à l’ancienne Ranchería El Guarda27. Tout le hameau avait été absorbé par l’hacienda, et les paysans, ou leurs héritiers, qui avaient acquis des propriétés lors de l’adjudication des terres communales de Topilejo, en 1874, à leur profit, se retrouvèrent prisonniers sur des terres appartenant désormais à une grande hacienda, et réduits à l’état de peones. Ils formèrent un village d’hacienda. J. Díaz de la Fuente y Parres constitua une société pour exploiter son hacienda : la Sociedad Castro de la Fuente y Parres. Il ne nous est pas précisé qui furent les autres associés, ni quelle fut leur part. Cette société fut dissoute en 1919, et J. Díaz de la Fuente y Parres racheta toutes les parts pour 16 099 pesos et resta seul possesseur de l’hacienda, qu’il exploita alors pour son propre compte.

88La formation de ce grand domaine, à la fin de l’époque porfirienne montre les dangers qui menaçaient les villages après l’application des lois agraires qui ont provoqué la dissolution des communautés rurales. La vente de leurs propriétés par les anciens comuneros et la possibilité de se faire adjuger des terres en friche, avec mission de les mettre en valeur, devaient inévitablement attirer les spéculateurs. L’exemple de l’Hacienda El Guarda montre qu’ils venaient de nouvelles classes sociales, de cette bourgeoisie en plein essor sous le porfirisme. Il ne s’agit plus des hauts fonctionnaires du gouvernement, d’origine espagnole, comme au temps de la colonie. Ces commerçants de México, Tlalpan, San Andrés, cherchèrent à placer leur argent dans des biens fonciers, et à atteindre, par là, le même rang social que les propriétaires des très anciennes haciendas. Ils ont su profiter des nouvelles lois agraires et de l’éclatement des communautés rurales pour créer leurs propres haciendas, nouvelles à côté de celles qui dataient de l’époque coloniale.

89Ces nouvelles haciendas ne pouvaient se constituer qu’aux dépens des villages, et nous constatons, dans cette sierra de l’Ajusco, que le village de Topilejo, en ce début du xxe siècle, se voit spolié de près de 2 000 hectares par une hacienda, formée à son insu en plein milieu de ses terres. Il est possible que l’association formée en 1879 par les anciens comuneros, devenus propriétaires de leurs parcelles, ait eu pour but d’éviter à l’avenir que des adjudications à des étrangers de terres sans propriétaires n’amputent encore le village de ses terres, comme en 1874. Ce village de Topilejo semble avoir été particulièrement spolié durant cette époque. En effet, en plus de ces 1 887 hectares adjugés en 1874 à leurs anciens locataires et réunis plus tard en une grande hacienda, il faut ajouter les 2 225 hectares dérobés par l’Hacienda de La Venta qui ont formé le Rancho El Fraile. Topilejo a perdu en un quart de siècle environ, 4 112 hectares, soit un tiers de ses terres, bien plus qu’à l’époque coloniale.

Rachat des haciendas par des sociétés industrielles

  • 28 Voir Annexe II, carte No. 1.

90L’exemple de l’Hacienda El Guarda, formée et acquise par des gens de la bourgeoisie, n’est pas unique dans la sierra. Au contraire, on assiste, en ce dernier quart du xixe siècle, à un important transfert de propriété des mains de l’ancienne aristocratie terrienne aux mains de la nouvelle bourgeoisie. Cette bourgeoisie, très entreprenante, et favorisée sous la dictature de Porfirio Díaz, a été attirée par les terres de la sierra, proches de la capitale. D’autant plus qu’un facteur nouveau a transformé l’avenir de la region, laissant entrevoir de nouvelles possibilités pour son exploitation : la construction de la voie ferrée México-Cuernavaca, qui fut terminée en 1895. L’importance de cette voie de communication, qui permettait un accès plus facile à la sierra, fut comprise de tous. Elle traversa les villages éloignés de la route, tels Ajusco et Magdalena, mais aussi toutes les haciendas, et ce n’est pas un hasard : l’Hacienda de Mipulco, grosse productrice de bois, l’Arenai, qui eut sa propre station, à son nom, au milieu du domaine et l’Hacienda El Guarda Parres, desservie aussi par une station à son nom de Parres28. L’intérêt suscité par les perspectives d’exploitation plus rentables de la sierra, incita les anciens propriétaires fonciers à vendre leurs terres à bon prix, au moment où l’opération semblait fructueuse.

  • 29 Voir Registre Public de la Propriété, section Tlalpan, 1ère section A 3, acte No. 430.

91C’est ainsi que l’Hacienda del Arenal fut vendue en 1872 à un commerçant de México, Manuel Mendoza Cortina, qui avait besoin de terrain pour développer sa fabrique de tissus. Il fonda la Sociedad Mendoza y Sabino avec Faustino Sabino, un autre commerçant. C’était cette même société qui venait d’acheter, après adjudication, en 1871, le Rancho Tochihuitl, de la paroisse de Tlalpan, qui se trouvait, comme l’Arenai, proche de la fabrique textile. On retrouve, là encore, un nouvel exemple de ce néolatifondisme au profit de la bourgeoisie marchande et industrielle. La fabrique de filature et de tissage de coton, dénommée Fama Montañesa possédait, au départ, c’est-à-dire avant 1871, un terrain de 40 hectares, au sud de Tlalpan. L’acquisition du Rancho de Tochihuitl, de 534 hectares, et de l’Hacienda del Arenal, de 1 461 hectares, porta l’étendue du domaine à 2 035 hectares. La fabrique et ses dépendances furent revendues en 1875 à un autre commerçant de México, Ricardo Sainz pour 257 552 pesos, ce qui montre la valeur qu’avait prise cette affaire. Les héritiers de ce grand industriel du textile, une des premières industries implantées à cette époque, continuèrent à agrandir le domaine par divers achats de propriétés entre 1880 et 1897. Aucune précision n’est donnée sur la superficie de celles-ci, mais on sait qu’elles étaient toutes situées dans les quartiers sud de Tlalpan : Barrio Calvario, Barrio San Pedro et Barrio Santissima29.

92A la fin de la Révolution, en 1916, ce sont encore de nouveaux venus qui achetèrent la fabrique et ses terres, pour 400 000 pesos : tous grands propriétaires fonciers du Sonora et du Chihuahua, tous grands vainqueurs de l’armée constitutionnaliste. Il s’agit de A. Tarín, F. Quiroz, J. Piña, J.M. Zubirán, et I. Ibáñez, qui lui, était un commerçant espagnol. J. Piña était général de l’armée constitutionnaliste. Ils fondèrent la Sociedad Zubirán y Cía. La Révolution de 1910 amena encore de nouveaux changements dans la propriété de la terre. Nous avons là un exemple typique qui montre comment les chefs de l’armée de Carranza constituèrent une classe de nouveaux riches, qui prirent souvent la place des anciens hacendados.

93Une autre hacienda, située au nord de San Pedro, et au sud-est de Tlalpan connut aussi un riche destin : c’est l’Hacienda de Peña Pobre. Elle fut achetée en 1876, pour 208 154 pesos par Carlos Maillefert qui possédait déjà une fabrique de papier. Cet achat lui permit de disposer de 313 hectares de terres. Plus tard, fut créée la Sociedad Loreto y Peña Pobre, qui existe toujours. A la fabrication de papier s’est ajoutée la production de cellulose.

94L’Hacienda de la Venta de Ajusco avait tenté aussi une association à but industriel : Angel Entrembasaguas s’était associé avec un commerçant de México, Ignacio Requenes, pour créer une fabrique de gaz liquide. Angel Entrembasaguas fournissait le terrain et Ignacio Requenes l’alambic, le matériel. L’association ne dura qu’un an.

95Quant à la grande Hacienda de Mipulco Eslava, elle passa, durant cette période, à une grande famille espagnole appartenant aux milieux d’affaires et de finances : la famille de Teresa. Nicolás de Teresa acheta l’hacienda en 1865 à doña Manuela Cosio de Osio. Nicolás de Teresa était un homme très important : fondateur du Banco de México, dont il resta le sous-directeur, il appartenait à la haute société financière. D’autre part, il était apparenté à Porfirio Díaz : l’un de ses fils était marié avec la fille du dictateur. Un autre de ses fils fut le fondateur du Banco Industrial y Mercantil. Il est intéressant de noter que cette famille était apparentée aussi aux propriétaires de l’Hacienda del Arenal et de la fabrique de la Fama Montañesa, car l’une des filles de Nicolás de Teresa avait épousé l’un des héritiers... En réalité l’on constate que les haciendas et leurs fabriques étaient aux mains des mêmes familles qui avaient tout accaparé. L’Hacienda de Mipulco se livrait à l’exploitation du bois et était en relation d’affaires avec l’Hacienda de Peña Pobre, devenue fabrique de papier. L’accaparement des terres de la sierra par ces sociétés industrielles n’était qu’une façon de placer leur argent.

96La transformation des haciendas en sociétés industrielles et leur transfert de propriété entre les mains de la grande bourgeoisie capitaliste, est un des grands événements de cette période. On peut remarquer que cette évolution date d’avant l’arrivée du porfirisme, qui leur a, par la suite, permis de se développer. Les haciendas qui n’ont pas su s’adapter à cette évolution se sont vendues après lotissement, et les paysans ont pu en bénéficier. Les autres sont devenues florissantes et puissantes. On peut remarquer que les haciendas qui ont été rachetées par des industriels sont les seules qui n’ont pas, durant cette période, lésé les villages. Les spoliations de terres, et les conflits du type de ceux de l’époque coloniale sont restés l’apanage de l’Hacienda de La Venta, hacienda qui n’a pas évolué. La grande Hacienda El Guarda s’est, elle, formée tout à fait légalement, conformément aux lois du xixe siècle.

97On peut dire que, dans cette sierra de l’Ajusco, au début du xxe siècle et à la veille de la Révolution de 1910, la situation est extrêmement grave pour les paysans. Ils ont vu se développer de puissantes sociétés industrielles, liées au gouvernement, à la place des haciendas. Une nouvelle hacienda s’est installée sur leurs terres. Face à ces géants, les paysans se retrouvent de plus en plus démunis. Très peu d’entre eux ont en définitive vraiment bénéficié des lois agraires. Leurs terres en grande partie transformées en petites propriétés, ont été réduites comme une peau de chagrin, par les ventes, par les partages successifs. Seuls deux villages, Ajusco et Topilejo, avaient encore des terres communales, mais les parcelles diminuèrent de surface avec l’accroissement démographique. Beaucoup de paysans, petits propriétaires ou comuneros, furent réduits à l’état de peones et souffrirent du manque de terres. Cela explique que, lorsqu’éclata la Révolution de 1910, ils participèrent activement aux événements.

Notes

1 Voir dans Jesús Silva Herzog, Breve Historia de la Revolución Mexicana, Fondo de Cultura Económica, México 1960. 2 volumes (tome 1: 382 pages, tome 2: 356 pages.
Tome 1, page 11 :
“Son sin duda muchos y numerosos los elementos que constituyen las sociedades ; pero si entre ellos se buscara un principio generador, un hecho que modifique y comprenda a todos los otros y del que salgan como de un origen común todos los fenómenos sociales que parecen aislados, éste no puede ser otro que la organización de la propiedad”.
L’ouvrage d’où est tirée cette citation date de 1842, Mariano Otero, Ensayo sobre el verdadero estado de la cuestión social y política que se agita en la República Mexicana, 2ème édition de Guadalajara, Ediciones I.T.G, 1952, 161 pages.

2 Son oeuvre (essais, discours, propositions de lois, articles de journaux) a été réunie en deux ouvrages publiés à Paris : José María Luis Mora, Mejico y sus Revoluciones, Paris, Libreria de Rosa, 1836, 3 volumes parus seulement (volume 1, 538 pages ; volume 3, 448 pages ; volume 4, 468 pages), et José María Luis Mora, Obras sueltas, (divers écrits datent de 1825), Paris, Librería de Rosa, 1837, 2 volumes, (volume 1, Revista Política. 468 pages, (volume 2, Seminario Político y Literario - Observador de la República Mexicana, 513 pages).

3 José María Luis Mora, Obras Sueltas, page CLXII, tome 1 :
“Los Los fondos territoriales, rústicos y urbanos se adjudicarán a los inquilinos de casas y arrendatarios de fincas que quisieran recibirlos por su valor, calculado al 5 % de la renta que hoy pagan...”

4 Les écrits, lettres, discours de Melchor Ocampo ont été réunis en 3 volumes :
Melchor Ocampo, Obras Completas, México, Vásquez, 1900-01, (volume 1, 395 pages ; volume 2,413 pages ; volume 3,693 pages).

5 Information orale recueillie dans le village auprès des paysans.

6 Voir Annexe II, carte No. 8.

7 Selon les renseignements recueillis dans la monographie d’Ajusco par le professeur J. Camacho.

8 Archives notariales. Notaire Ignacio Burgoa, 1879, 1er semestre, pages 265 à 267.

9 Voir Annexe II, carte No. 9

10 Voir Annexe II, carte No. 9

11 Voir Annexes II, carte No. 1

12 Voir carte du District Fédéral, Annexe II, carte No. 1

13 Voir Censo de población de 1900, du Departamento General de Estadísticas.

14 Information orale recueillie dans le village auprès de Tío Evodio.

15 Information orale recueillie dans le village auprès de Brigido Carrillo.

16 Livre No. 1864 des Archives paroissiales de Tlalpan.

17 Livre No. 1864 des Archives paroissiales de Tlalpan.

18 Archives notariales de Miguel María Garduño, année 1878, 2ème semestre, exp. 80, page 10 :
“He practado la venta de unos terrenos ubicados en la ciudad de Tlalpan, y conocidos con el nombre de Rancho de Cuautla. Estos terrenos, lejos de ser provechosos, al concenso le son gravosos porque cuando no estan arrentados es necesario poner persona que de ellos cuide, y cuando lo estan, producen una miserable renta de 16 pesos cada año. Por estas razones procedí a su venta”.

19 Conservé aux Archives notariales, notaire Ignacio Burgoa, année 1882, acte No. 201.

20 Registre Public de la Propriété, section TLALPAN, 4ème section, tome 1 page 121.

21 Information orale donnée par Basilio Sandoval, représentant actuel des petits propriétaires de l’ex-Hacienda de Xoco.

22 Voir Archives notariales, notaire Ignacio Burgoa, année 1882, acte No. 202.

23 Voir Archives notariales, notaire Ignacio Burgoa, vol. 1874, acte 85, page 29.

24 Voir Annexe II, carte No. 12.

25 Voir Archives notariales, notaire Ignacio Burgos, 1879, 1er. semestre, page 267.

26 Voir Annexe II, carte No. 9.

27 Voir Annexe II, carte No. 9.

28 Voir Annexe II, carte No. 1.

29 Voir Registre Public de la Propriété, section Tlalpan, 1ère section A 3, acte No. 430.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter