Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Problèmes agraires de l’Ajusco

 | 
Nicole Percheron

Chapitre 2. La fondation des villages et la formation des haciendas de l’époque coloniale aux lois de reforme (1520-1856)

Texte intégral

LA FONDATION DES VILLAGES

Les villages sous la domination aztèque

  • 1 F. Alvarado Tezozomoc, Crónica mexicana, page 61.

1Lorsqu’au xve siècle les Tépanèques qui occupaient la région de l’Ajusco furent vaincus par les Aztèques, ces derniers s’emparèrent de leurs terres. Ces terres furent partagées entre les chefs aztèques et les habitants, réduits à l’état de servage, durent payer tribut. Nous savons, par Tezozomoc1, que le chef de l’expédition aztèque contre les Tépanèques, Tlacotletzin, reçut des terres dans les divers lieux où il avait tué des Tépanèques. C’est ainsi qu’il posséda un domaine en un endroit nommé Totoltepec, qui pourrait bien être dans les environs du village actuel de San Andrés Totoltepec. Par leurs nouvelles acquisitions territoriales, les Aztèques entretinrent donc des relations fréquentes avec la sierra. On raconte encore que Cuauhtémoc, le fameux neveu de l’empereur Moctezuma II, venait souvent à Ajusco, et la légende du trésor enfoui sous la pyramide pourrait se rattacher à une légende plus ancienne selon laquelle la table d’or massif de Cuauhtémoc se trouverait cachée là.

2Cependant, les villages conservèrent leurs propres caciques qui continuèrent à les gouverner. Le dernier cacique d’Ajusco, avant la conquête espagnole, fut Tepanecatl. Comme tous ses prédécesseurs, il parlait à son peuple réuni du haut d’une éminence qui porte encore son nom. Deux caciques seulement dirigeaient les habitants de la sierra, car seuls les deux villages de Topilejo et d’Ajusco existaient avant la conquête espagnole. Les habitants d’Ajusco, appelé Axochco à l’époque, les Axochpanèques, vivaient autour de la pyramide de Tequipa, au pied du volcan de l’Ajusco. Les terres d’Ajusco couvraient alors tout le flanc nord et nord-ouest du volcan et descendaient jusqu’au plateau de México, aux abords du pedregal. Elles étaient donc très étendues. Les autres villages actuels n’existaient pas. Il n’y avait que quelques hameaux, à Magdalena Petlacalco et Xicalco notamment, où quelques familles étaient installées aux points stratégiques pour assurer le guet. Les Acolhuas de Topilejo vivaient, eux, plus au sud du village actuel, près de la source d’Etexcoyucan, aux environs de Parres. Au moment de la Réforme Agraire, les délégués de Topilejo affirmèrent que leurs ancêtres possédaient alors 30 000 hectares de terres.

3Les terres de ces deux villages devaient être soumises au même système que celui des Aztèques : terres de calpulli, ou terres communales, distribuées en parcelles aux habitants qui n’en avaient que l’usufruit, et terres privées du clergé (du temple de Tequipa pour Ajusco) et des caciques, chefs des deux villages existant à cette époque. L’existence de ces domaines privés peut être prouvée par la fondation d’une des haciendas de la sierra sur les terres d’un cacique tépanèque : celui-ci avait pu conserver son domaine en récompense de son alliance avec Cortés lors de la prise de Tenochtitlán.

Fondation des villages

  • 2 Instituto Nacional de Antropología e Historia, (nous utiliserons en abréviation I.N.A.H), Document (...)
  • 3 A.G.N. Tierras, volumen 2676, expediente 4, feuilles 1-4. Voir la reproduction en Annexe VII.

4En ce qui concerne les terres communales des villages, les Espagnols s’appliquèrent à fixer leurs limites, à octroyer des titres de propriété et à légaliser la situation. Les villages cherchèrent très tôt à assurer la garantie de leurs terres. En effet, dès 1531, dix ans seulement après la chute de Tenochtitlán, la Conquête à peine terminée, le village d’Axochco, sous la haute autorité de son cacique Tepanecatl, décida lui-même de sa “fondation”, fixant ses propres limites. Ces décisions furent consignées sur un codex. Ce document, écrit en nahuatl, appelé Codex Techialoyan, était encore la possession d’Ajusco en 1710, date à laquelle le village le fit traduire en espagnol par Don Juan de los Santos, interprète du juge de Coyoacán, afin de mieux prouver ses droits sur ses terres. Ce codex fut perdu par la suite. Seules ont été conservées une partie de la copie de l’original en nahuatl2 et une copie de la traduction de 17103. Le texte original fut rédigé sous l’égide du cacique d’Axochco, Tepanecatl. On y trouve d’abord le thème de l’Indien bafoué, exploité par les conquérants et contraint d’accepter la perte de ses terres, de ses femmes, ainsi qu’une nouvelle religion ; puis celui de la cruauté et de l’avidité des vainqueurs. Ce réquisitoire amer donne une idée de ce que dut être le drame de la conquête espagnole pour ces peuples soumis : la désillusion profonde, après l’espoir qu’ils avaient conçu en s’alliant aux Espagnols contre les Aztèques, et la résignation qu’il fallut accepter avec soumission.

  • 4 A.G.N. Tierras, volumen 26 /6, expediente 4, feuilles 1 à 4.
    “Lo que si demasiadamente te [Dios] ro (...)

5C’est cette sage résignation que le cacique Tepanecatl demande à son peuple, tout en lui proposant une solution pour éviter les humiliations et les injustices : il faut s’organiser et prendre les devants avant que le marquis de Cortés, qui avait reçu, par la cédule royale de 1529, le marquesado del Valle, dans lequel était comprise la sierra de l’Ajusco, ne dispose d’eux et de leurs terres4. C’est ainsi que le cacique démontre à ses concitoyens qu’il vaut mieux se faire confirmer, par la Couronne espagnole, rapidement la possession des terres du village en réduisant volontairement leur étendue bien trop considérable, afin de ne pas attirer la convoitise des Espagnols. Il espère que les terres laissées ainsi libres par le village suffiront à satisfaire l’avidité des conquérants. Il pense, d’autre part, que cette petite terre sera plus facile à défendre. Il suggère enfin de réunir la population en un village nouveau qui sera construit dans un emplacement choisi par eux et proche de l’église qui devra être édifiée pour leur nouveau culte.

6Le 16 décembre 1542, sous le vice-roi A. de Mendoza, furent enfin entreprises les démarches pour assurer au village la possession légale et juridique de ses terres. Une reconnaissance des lieux fut réalisée et, le 25 décembre 1545, Axochco reçut la confirmation et la garantie de ses terres. Le document de 1531, par ses longs développements, par ses nombreuses précisions, est extrêmement important et précieux : il nous montre ce qu’il advint des villages indiens après la Conquête.

7Ils capitulèrent sans conditions et durent accepter les lois des vainqueurs. Cela se traduisit ici par la réduction de leurs terres et l’adoption du culte chrétien.

8On peut cependant s’interroger sur l’origine de cette capitulation d’Axochco : le document a-t-il été dicté à Tepanecatl par les juristes espagnols ? Ou bien a-t-il été vraiment conçu par celui-ci ? Si c’est le cas, comme semble le prouver le texte, on peut se demander quelles raisons ont pu pousser le chef d’Axochco à priver son village de plus de la moitié de ses terres. Etait-il vraiment sincère dans son discours et dans les arguments qu’il avançait ? On peut supposer qu’il était peut-être déjà devant des faits accomplis, certaines terres ayant pu être convoitées ou même occupées dans la sierra. D’autre part, la Couronne espagnole avait ordonné de regrouper en “villages de congrégation” les hameaux dispersés, afin d’exercer un meilleur contrôle économique, social, et religieux sur les populations indiennes. Tepanecatl se rendait-il compte que les petits hameaux dispersés sur les flancs de la sierra seraient détachés de toute façon d’Axochco et regroupés en “villages de congrégation” ?

9Ou bien, Tepanecatl aurait-il trahi son peuple, acheté par les Espagnols qui lui auraient promis, en échange, de hautes fonctions ou des terres ? Il est évidemment impossible de donner une réponse sûre. Mais, quoiqu’il en soit, que sa décision ait été dictée, sincère ou calculée, elle n’en reste pas moins surprenante et très lourde de conséquences pour l’avenir du village.

  • 5 Voir Annexe II, carte No. 3.
  • 6 Voir Annexe IV, photos Nos. 11 et 12.

10Ce sont donc environ 7 000 hectares de terres5 qui restèrent la possession du village qui reçut ses titres de propriété, après l’accord du vice-roi. Peu après, un village nouveau fut entièrement construit, 500 mètres plus bas et plus au nord. La pyramide de Tequipa, fait significatif, fut délaissée. Ce village, tracé au cordeau, fut d’abord placé sous le patronage de Notre-Dame des Remèdes, puis sous celui de saint Thomas, après son apparition miraculeuse. L’église qui lui est dédiée fut érigée en 1540 : ce fut l’une des premières églises chrétiennes construites au Mexique. Elle est encore bien conservée et l’on peut y voir de belles sculptures, dont celle de la croix6, d’inspiration indigène avec les feuillages qui terminent les bras. Elle a sans doute été sculptée par ces sculpteurs aztèques venus au village d’Ajusco avec leur famille. Ceux-ci furent relégués à l’écart, privés de droits politiques. Ils avaient toutefois droit à une parcelle de terre communale, mais ne pouvaient ni contracter mariage avec les habitants de Santo Tomás, ni témoigner et ne pouvaient prendre de l’eau qu’en dessous du village. Ils durent se révolter pour faire valoir leurs droits. Les trois miraculeuses apparitions de l’archange saint Michel vinrent à point nommé pour leur permettre d’affirmer leur personnalité au moment où s’accroissaient les revendications. Ils fondèrent, en 1707, le village de San Miguel Ajusco, ce qui montre que la petite colonie aztèque avait bien prospéré. Cependant, les terres, délimitées en 1531 et concédées en 1545 par le vice-roi, restèrent biens communs des deux villages de Santo Tomás et de San Miguel Ajusco.

11Par ailleurs, sur les terres libérées par la modestie des Axochpanèques, purent être créés, à la place des anciens hameaux, de nouveaux villages, pourvus de terres communales, par concessions accordées par le vice-roi. San Miguel Xicalco reçut ses titres en 1546. Il semble que le village les possédait encore lors de la Réforme Agraire. On ne peut préciser aucune date pour Magdalena Petlacalco, on sait seulement que le village doit son nom à l’apparition de sainte Marie-Madeleine dans une maison faite en natte de paille (en náhuatl, petla = paille et calco = maison). La tradition rapporte qu’à l’époque de sa fondation. Magdalena Petlacalco ne possédait que quelques cabanes et que ce n’est qu’au xviiie siècle que le village fut aménagé, avec ses rues empierrées, sa vingtaine de maisons faites de troncs d’arbres et couvertes de chaume.

  • 7 Voir A.G.N, Hospital de Jesús leg. 355, exp. 12, feuille 1.
  • 8 Voir Annexe VII, copie du document et fondation du village du fonds Tierras de l’A.G.N. vol. 875, (...)

12San Andrés reçut une première “grâce” de terres en 15477. Il s’agissait de quatre caballerías de terres, accordées par le vice-roi A. de Mendoza, pour que les Indiens puissent semer les terres et couper du bois. San Andrés avait demandé la confirmation de ces terres car le marquis del Valle, Hernán Cortés voulait en disposer pour y installer des personnes de sa famille. Le village occupait sans doute d’autres terres, mais elles ne lui furent confirmées que plus tard par le vice-roi Velasco 1er, qui reconfirma la “grâce” de 1547. Pourquoi le village attendit-il si longtemps sa véritable “fondation” ? Est-ce parce que, comme le précise le document de 15608, il s’agit d’un village de “congrégation” qui fut peuplé seulement à cette date ?

  • 9 Voir Annexe II, carte No. 3.

13En effet, c’est en 1560 que San Andrés demanda la confirmation et la garantie des terres de montagnes, escarpées et couvertes de pierres, que le village possédait entre les monts Xochitepec, Quiltepec Huitziltepec et l’ancien chemin de Cuernavaca9. San Andrés est désigné, dans le document de 1560, comme une “congrégation", ce qui implique qu’il y eut un regroupement de personnes dispersées sur les flancs de l’Ajusco. Ceci explique que le village ait reçu ses titres plus tard, tout en confirmant les prédictions du cacique d’Ajusco. C’est après enquête du juge de San Agustín Cuevas ( = Tlalpan), étude des cartes des villages voisins fondés plus tôt, et audition des gouverneurs de Texcoco, de San Agustín Cuevas et de Xochimilco comme témoins, qu’il fut conclu que ces terres appartenaient bien au village de San Andrés et que leur confirmation ne portait préjudice à aucun village voisin.

  • 10 Document de A.G.N. Tierras, vol. 875, exp. 3, feuille 1, (voir copie dans l’Annexe VII.).
    “resultan (...)

14L’ensemble des terres ainsi concédées correspondait à une estancia de ganado menor soit 780 hectares environ. Les limites du village furent symboliquement tracées selon le rituel coutumier : herbes arrachées et pierres jetées aux quatre vents, aux endroits les plus importants. Le village reçut ses titres de fondation, en náhuatl, et sa carte, aujourd’hui disparus. Le vice-roi, en leur confirmant leurs terres, en septembre 1560, précisa l’intérêt que portait le gouvernement espagnol à la fondation de villages10 ; c’est pourquoi il a favorisé très tôt leur constitution et les a dotés de titres légaux.

15Le village voisin de San Pedro existait aussi à cette époque, puisqu’il est mentionné dans les titres de fondation de San Andrés. Cependant, il ne reste aucun document datant d’avant 1700. Topilejo reçut ses titres, rédigés en nahuatl, en 1597. Le village avait alors déménagé plus au nord : quelques familles, converties par les missionnaires franciscains, avaient fondé un ermitage à l’écart du village ; ce fut le centre du nouveau village, autour duquel furent tracées des rues, délimitant des espaces où furent construites les maisons, ce fut aussi un village de “congrégation”.

16On peut donc dire qu’au xvie siècle tous les villages actuels de la sierra avaient été fondés et avaient reçu leurs titres confirmant la possession de leurs terres communales.

Les extensions et les garanties de terres

  • 11 Le village d’Ajusco conserve une copie d’un document qui proviendrait de l’A.G.N. Tierras, vol. 27 (...)

17Cependant, il y eut une deuxième série d’octroi de terres au début du xviie siècle. En 1609, près de 80 ans après sa fondation, Ajusco demanda une extension de terres au vice-roi Don Luis de Velasco II11. Ajusco, représenté par son président, Joseph Martin Palomares, exposa ses difficultés : le village manquait alors de terrains de parcours pour ses troupeaux. En outre, il entretenait d’interminables discordes avec Huitzilac, village situé plus au sud, sur le versant de Cuernavaca : les habitants de ce village venaient faire paître leurs troupeaux et couper du bois jusque sur les terres d’Ajusco. Ajusco se sentait donc à l’étroit, et menacé dans ses limites, qu’il était nécessaire de reculer. On se rend compte alors combien le cacique Tepanecatl avait été imprudent en 1531 en réduisant les terres de son village. On peut supposer qu’il fut plus tard critiqué.

  • 12 Voir Annexe III, dessin du blason.

18A cette occasion, Ajusco ne manqua pas de rappeler au vice-roi les services rendus par leurs ancêtres à Cortés lors de la conquête de Tenochtitlan. Cela leur valut un magnifique blason12, où l’on peut voir saint Thomas, patron du village. On conserve encore au village le cachet représentant ce blason : il servait autrefois à sceller à la cire les documents du village.

  • 13 Voir Annexe IV, photos Nos. 2,3,4,5 et 6.

19D’autre part, un cartographe, Don Josef Lozano, fut envoyé sur les lieux en compagnie du prieur du couvent de Culuacán, frère Juan de Grijalva, et du bachelier Don Celedonio Velasquez, vicaire de l’église de San Agustín Cuevas, comme garants. De nouvelles limites furent fixées au village. L’arpentage fut terminé le 2 août 1609. Ajusco reçut, comme garantie, une carte détaillée de ses terres13. Cette carte de 1609 existe toujours. Elle est pieusement conservée au village par un paysan de confiance. Elle fut perdue au xixe siècle, lorsque le propriétaire d’une hacienda voisine la déroba, afin d’empêcher les habitants de prouver leurs droits contre lui. Il ne la rendit que moyennant une forte somme d’argent. Elle fut cachée pendant la révolution de 1910, ce qui lui permit d’échapper à la destruction.

20Cette carte mesure environ deux mètres sur un mètre quatre vingts. Elle est peinte sur une cotonnade rose. Son état de conservation est excellent, bien que le temps ait fait passer un peu les couleurs. On peut y voir le village, groupé autour de son église, les principaux personnages du village, avec leur nom en nahuatl, quelques maisons, désignées par le nom de famille de leurs occupants, leurs patronymes espagnols constituant, pour l’époque, une nouveauté assez exceptionnelle. Autour du village serpentent les chemins et le río, et s’étendent les diverses montagnes qui servirent de limites naturelles. Ces limites sont très précisément soulignées par un pointillé, interrompu, par endroits, par des bornes qui furent effectivement placées à l’endroit indiqué sur la carte. En haut et à gauche figure le président du village en 1609 : Don Joseph Martín Palomares, en costume local. Tous les cachets de cire ont été conservés.

21Par ce nouvel octroi de terres, les limites d’Ajusco ont été repoussées au nord, à l’est et au sud. Le périmètre atteignit 42 219 varas, soit environ 35,300 kilomètres. La surface accordée en 1609 faisait 5 000 hectares, ce qui porta à 12 000 la surface totale du village.

  • 14 Voir Annexe VII, copie du document de l’A.G.N. Tierras, vol. 55, exp. 7, feuilles 1 à 4.

22Le village de San Andrés, d’autre part, se vit aussi accorder une nouvelle étendue de terres, la même année, à la suite de sa demande14. Les habitants expliquèrent qu’ils avaient besoin de davantage de terres pour leurs labours et leur élevage de bovins et d’ovins. Les nouvelles limites du villages furent repoussées le plus loin possible, jusqu’aux limites des autres villages voisins, San Pedro, Chimalcoyotl, Xochitepetl, Magdalena Petlacalco et Ajusco. Les terres communales de San Andrés en furent presque doublées, atteignant environ 1 400 hectares.

23Cependant, les terres octroyées aux villages ne purent être conservées dans leur totalité. Elles furent spoliées en partie par les domaines voisins, constitués dans la sierra à partir du début du xviie siècle. En effet, d’une part, les Indiens vendirent leurs terres facilement (bien que celles-ci fussent légalement inaliénables), soit sous l’effet de l’alcool, soit après intimidation, ou bien abusés dans leur naïveté ; d’autre part, les domaines privés envahirent délibérément certaines terres. Les spoliations furent si fréquentes au xviie siècle que la Couronne d’Espagne décida, en 1710, de régler les problèmes et de reconfirmer leurs terres aux villages indiens. Des juristes entrèrent en contact avec les villages et menèrent leur enquête.

24Les villages qui avaient été spoliés durent alors présenter devant le juge correspondant à leur circonscription toute la documentation qu’ils détenaient. Les titres de propriété accordés plus de 150 ans auparavant furent ressortis à la lumière, avec les antiques codex et les cartes. C’est ainsi qu’Ajusco prèsenta, devant le juge de Coyoacán, son vieux document en náhuatl de 1531, sa“grâce” de terres de 1609, et sa grande carte. Beaucoup de temps passa avant que toutes les demandes fussent étudiées, toutes les limites retracées, tous les litiges examinés ou réglés. On sait qu’Ajusco se vit garanti et confirmé dans la possession de ses terres de 1531 et 1609.

25Malgré cela, les terres des villages ne furent pas respectées et l’histoire des longs procès pour défendre leurs terres se poursuivit. On peut néanmoins dresser, pour le XVIe siècle, un tableau de l’étendue des terres communales de ces communautés rurales. Deux villages, surtout, dominent par leur étendue : Ajusco et Topilejo. San Miguel et Santo Tomás Ajusco avaient obtenu 12 000 hectares de terres, dont 3 500 environ de temporal labourables. Topilejo disposait de 12 650 hectares, dont 760 de temporal pouvant être cultivés et 7 770 hectares de pâturages. Bien que les habitants de Topilejo aient prétendu, au xxe siècle, lors de la Réforme Agraire, que leur village possédait 30 000 hectares à l’époque des vice-rois, il semble que ce chiffre soit exagéré, étant donné l’ensemble des terres disponibles dans la sierra.

26Les autres villages étaient beaucoup moins importants, ce qui s’explique par le fait qu’ils ne furent vraiment créés qu’après la Conquête en regroupant des familles isolées : San Pedro avait à peine 500 hectares, San Andrés environ 1 400, Xicalco 400 et Magdalena Petlacalco 470. Parres n’existait pas, étant simplement un petit hameau de Topilejo. Les villages occupaient donc environ 27 500 hectares, soit environ 638 caballerías. Les Espagnols ne modifièrent pas le régime agraire que ces terres avaient avant la Conquête : les terres restèrent de propriété communale, cultivées en partie en parcelles individuelles, et constituées dans une autre partie de réserves communes de forêts et de pâturages.

27Cependant, une fois ces surfaces fixées pour chaque village, il restait encore beaucoup de terres libres dans la sierra pour satisfaire les convoitises des Espagnols. La fondation des villages avait permis de préciser l’étendue et les limites des terres communales, et d’en légaliser la propriété. Les terres qui restaient vacantes, d’une part les anciennes propriétés du clergé et des caciques tépanèques, et d’autre part les terres abandonnées par Ajusco, étaient donc disponibles pour être distribuées en propriété privée aux conquérants.

LA FORMATION DES GRANDS DOMAINES DE LA SIERRA

Les premiers octrois de terres à des particuliers

28La région passa dès 1529, selon la cédule royale du 6 juillet, au pouvoir de Cortés. Elle fit donc partie du marquesado del Valle, et de sa juridiction de Coyoacán. Cette juridiction de Coyoacán, comme celle de Tacubaya, valut à Cortés de nombreux problèmes, car dans ces villages proches de la capitale, de nombreux grands personnages, notamment de la Royale Audience, avaient reçu des droits de repartimiento, c’est-à-dire le droit de recruter des équipes de travailleurs indigènes, contre versement d’un salaire. Ces droits avaient été octroyés par la première Audience, très hostile à H. Cortés. Elle avait profité du voyage de Cortés en Espagne, de 1528 à 1530, pour tenter de lui reprendre ses possessions, accordées en 1529.

29Les adversaires de Cortés, après le retour de ce dernier au Mexique, tentèrent de faire valoir, devant le Conseil des Indes, que les juridictions de Coyoacán et Tacubaya devaient, à cause de leur proximité de México, être rattachées à la capitale. Mais Cortés réussit à les conserver et elles restèrent liées définitivement au marquisat, ce qui ne fut pas le cas de toutes les terres de ce grand domaine.

30La cédule royale de 1529 avait, en effet, accordé un très vaste territoire à Cortés, véritable Etat intérieur, avec 23 000 vassaux. La Couronne d’Espagne s’aperçut très vite de l’incroyable concession qu’elle venait de faire et s’employa désormais à limiter et réduire, par tous les moyens, les pouvoirs démesurés accordés à Cortés. Dès 1531, la nouvelle Audience de México avait dénoncé les prétentions de Cortés, qui considérait les bois et pâturages du marquisat comme son domaine privé, et faisait remarquer que la Couronne d’Espagne ne pouvait aliéner ces terres, considérées comme communales. Le 20 avril 1533, une cédule royale spécifia que les bois, les pâturages et les eaux étaient biens communaux, et que le marquis del Valle ne pouvait s’en réserver l’usage exclusif.

31De longs débats, entre les juristes de la Royale Audience et ceux du marquisat, suivirent pour établir avec précision si les pâturages, les bois et les terres en friche relevaient directement du marquisat ou de la Couronne d’Espagne. L’enjeu de ce conflit était important car la Couronne d’Espagne avait décidé de renoncer à la communauté totale de ces terres dans le marquisat et avait autorisé les vice-rois à les répartir en propriétés privées à des particuliers. Qui allait donc pouvoir distribuer des domaines et percevoir les cens annuels ?

32Il n’y eut jamais de solution définitive, plusieurs cédules royales se succédant et se contredisant. En 1628, le marquis Pedro Cortés fut dépossédé de ses droits sur les terres en friche, mais en 1653 elles lui furent rendues. Puis, une cédule royale, en 1682, revint sur cette décision et confirma la cédule de 1628. Mais, dans la pratique, les vice-rois n’empêchèrent jamais vraiment les marquis del Valle de disposer des terres en friche, comme le montre la constitution de domaines distribués par les marquis del Valle sur les terres incultes du marquisat. Mais les vice-rois, s’appuyant sur la cédule de 1533, pouvaient octroyer ces mêmes terres. Ainsi, pendant l’époque des conflits entre eux et les marquis, qui durèrent un siècle et demi, les Espagnols qui voulaient obtenir des terres s’adressèrent selon les circonstances, au vice-roi ou au marquis, généralement au marquis, plus généreux. Martín Cortés tenta, en 1555, de s’opposer au vice-roi Velasco 1er et d’obtenir que toute concession de terres passât par son autorisation préalable, sous le prétexte d’éviter de léser les Indiens. Ce fut en vain. D’autre part, selon les vicissitudes de l’histoire du marquisat, plusieurs fois confisqué, de 1557 à 1593, de 1707 à 1726, puis de 1809 à 1816, les terres passèrent sous l’administration directe des vice-rois, qui disposaient, en ces périodes, des terres en friche.

33Le premier marquis, ainsi que ses successeurs du xvie siècle, ne firent pas de distributions de terres dans la sierra. Toutefois, H. Cortés prit une décision intéressante et importante, en restituant ses terres, en 1534, au cacique de Coyoacán, Ixtolinque, descendant des rois tépanèques d’Azcapotzalco, devenu Don Juan de Ixtolinque. Ce cacique avait aidé Cortés, avec qui il s’était allié en 1521, lors de la reprise de Tenochtitlan. Par la suite, il avait ramené dans les villages de la région de Coyoacán les habitants effrayés par les combats, qui avaient fui et s’étaient réfugiés dans les ravins ou sur les crêtes de l’Ajusco.

  • 15 Voir Annexe II, tarte No. 3.

34Ces terres, restituées au cacique, formèrent le premier domaine privé de la sierra, après la Conquête, reconnu et doté de titres de propriété en 1551. Il s’agissait de quatre caballerias de terres, soit environ 172 hectares, qui s’étendaient au nord-ouest de la sierra de l’Ajusco, et prirent le nom de domaine de Mipulco15. Les héritiers du cacique ne conservèrent pas longtemps le domaine, qui passa à la fin du xvie siècle à un Espagnol, héritier par alliance, Alonso de Sosa Perea. Il fut, peu de temps après, acheté par le gouverneur de Coyoacán. D resta, jusqu’à nos jours, propriété d’Espagnols.

35Aucun document ne parle d’autres domaines privés créés dans la sierra au xvie siècle. Les concessions de terres semblent ne s’être vraiment effectuées qu’au début du xviie siècle. Ce fut le marquis Pedro Cortés qui créa les premiers ranchos, certains d’élevage. Il y eut alors sur la sierra une véritable ruée des Espagnols en quête de terres. Ces domaines, comme celui de Mipulco, comprenaient en général entre une et quatre caballerías (soit de 43 à 172 hectares), mais quelques uns furent plus importants. Les archives coloniales conservent 18 octrois de terres entre 1614 et 1628. Douze de ces domaines ont de 1 à 4 caballerías et représentent au total 21 caballerías, soit 900 hectares. Ils se situent en général aux confins des villages d’Ajusco, Topilejo, et Magdalena Petlacalco, comprenant des terres montagneuses et des terres de labour.

  • 16 Selon les estimations de Irançois Chevalier, La formation des grands domaines au Mexique, terre et (...)

36Cependant, d’autres domaines atteignirent des dimensions plus importantes car il s’agissait de ranchos d’élevage. Les lois coloniales avaient fixé à 780 hectares un domaine d’élevage ovin, appelé estancia de ganado menor, et à 1 750 hectares un domaine d’élevage bovin, ou estancia de ganado major16. On connat l’existence, dans la sierra de l’Ajusco, de deux domaines de 1 750 hectares, attribués en 1621, et de quatre domaines de 780 hectares. Cela représente en tout 6 620 hectares, répartis entre 6 propriétaires. Mais, ces domaines, d’une certaine étendue déjà, furent, en réalité, presque tous annexés aux domaines plus petits, obtenus antérieurement. Ils constituèrent donc rapidement des propriétés assez étendues. Ce fait peut, sans doute, s’expliquer parce que les terres de la sierra ne sont guère utilisables que pour l’élevage, et que, pour cela il est nécessaire d’avoir beaucoup de terrain.

37Les documents montrent, dans de nombreux cas, comment certains personnages se firent attribuer plusieurs concessions de terres : José de Cuellar, qui possédait déjà 2 caballerías de terres stériles, sur des coulées de laves et dans des ravins, demanda en 1618 l’attribution d’une estancia de ganado menor, afin d’y pratiquer l’élevage de 2 500 chèvres, au nord du village de Magdalena Petlacalco. Ce domaine devint par la suite le Rancho de Tochihuitl, ou Tochigui, au nord et au pied de la sierra, qui fut, plus tard, annexé à l’Hacienda de Xoco. Au domaine de Juan de Cuellar, acheté par le couvent des carmélites de San Agustín Cuevas, furent ajoutées 2 caballerías de terres données gracieusement par les Indiens aux religieux.

38Caractéristiques aussi de la concentration de ces premiers domaines entre les mains d’un même propriétaire fut la formation du Ranchuelo, rancho de 6 caballerías de terres, au nord-est du village d’Ajusco, sur le flanc de la sierra : en 1614, le marquis Pedro Cortés accorda 2 caballerías de terres à Juan López Hermoso, puis, en juin de la même année, 4 caballerías aux frères Pedro et Luis Hernández Martinez. Une dizaine d’années après, Pedro Hernández Martínez racheta la part de son frère et le lot de Juan López Hermoso. Il réunit donc 6 caballerías et créa ainsi le Ranchuelo. Les héritiers de P. Hernández Martínez le vendirent quelques années plus tard, à Alonso de Sosa Perea, possesseur déjà du domaine de Mipulco, qui, de 4 caballerías, passa ainsi à 10, soit 430 hectares.

39Miguel Díaz Lorada, d’autre part, qui avait eu en 1618 1 caballería de terres près du village d’Ajusco, demanda en 1621, et obtint, une estancia de ganado major. Le cas le plus intéressant fut celui de Juan de Navarro, qui acquit en janvier 1614 un sitio de estancia de ganado menor, baptisé Rancho Navarro, puis qui se fit attribuer, en 1620, 2 caballerías (86 hectares) de terres labourables, et enfin acheta la même année 6 pièces de terres de labour au village d’Ajusco, dont la superficie ne nous est pas précisée. On peut dire qu’il porta ainsi son domaine à plus de 1 000 hectares. Il constitua, dès 1620, la première hacienda de la sierra, l’Hacienda del Arenal, qui atteignait, grâce à des annexions postérieures, 1 400 hectares au xixe siècle. C’était une hacienda de labour, qui cultivait du blé, mais faisait aussi de l’élevage de moutons.

40Malheureusement, on ne peut, faute de documents, préciser ce que sont devenus tous les domaines privés créés au début du xviie siècle. Mais les divers exemples cités, le fait aussi que l’on constate, bien longtemps après, que la sierra n’est plus partagée qu’entre trois grandes haciendas, permettent d’affirmer que les premières propriétés concédées entre 1614 et 1628 furent regroupées, concentrées en quelques mains dès le xviie siècle, et formèrent les haciendas que l’on voit apparaître au xviiie siècle.

41La surface totale de ces domaines atteignait plus de 8 000 hectares, sans que l’on puisse préciser avec exactitude. Ce chiffre donne cependant une idée de l’importance des propriétés privées créées au xviie siècle autour des villages, dont les terres communales, évaluées dans leur ensemble à 27 500 hectares, restent toutefois beaucoup plus étendues.

42La terre changea souvent de mains, devenue objet de spéculation, ou bien parce que les bénéficiaires ne s’y intéressèrent pas, comme le prouvent certains domaines. Déçus sans doute par la stérilité des terres, ils les laissèrent en friche et cessèrent de payer le cens annuel au marquis. Celui-ci enlevait alors le domaine et le redistribuait, son intérêt étant de voir les domaines bien exploités et donc bien imposables. Ce fut le cas des 4 caballerías du Rancho de la Venta de Ajusco, origine de la grande Hacienda de Xoco, qui fut d’abord attribuée par P. Cortés, en 1628, à Melchor de Villalobos. Mais celui-ci abandonna le domaine. Il changea plusieurs fois de mains, et en 1682 il fut vendu par le marquis del Valle à José Tello de Meneses, avec l’obligation d’y construire une maison d’habitation, des cours et des bâtiments de ferme, et de cultiver.

43Les marquis del Valle octroyèrent très souvent des terres communales inoccupées. En effet, le dépeuplement général des villages indiens au xvie siècle, en raison des fréquentes épidémies, provoqua l’abandon de nombreuses terres qui restèrent en friche. D’autre part, la stérilité des terres volcaniques rendait celles-ci plus propices aux pâturages. Toutes ces terres semblaient donc abandonnées. Or, toute terre en friche pouvait être demandée en attribution par quiconque désirait acheter un domaine. Une rapide enquête démontrait toujours que les terres en friche pouvaient être attribuées sans léser les villages voisins.

  • 17 B. García Martínez, El marquesado del Valle, Colegio de México. 1969, 175 pages. Voir pago 97.

44Il a été reconnu17 que P. Cortés, le marquis qui fut le plus généreux en concessions de terres (200 en dix ans, de 1613 à 1623 dans tout le marquisat), n’attribua que des terres en friche, parfois accordées au siècle précédent aux villages par les vice-rois. Cela lui permit d’accroître considérablement ses rentes annuelles. Mais il fut condamné en 1628, ce qui explique l’arrêt des concessions de terres à cette date, puis dépossédé des terres attribuées et condamné à rendre les cens perçus. Cependant, une cédule royale de 1633 revint sur cette décision, ce qui eut pour effet que les anciennes distributions de terres communales furent alors légalisées définitivement.

  • 18 Voir Annexe IV, photo No. 2, carte de 1609.

45Dans la sierra de l’Ajusco, deux attributions de terres communales, au moins, peuvent être prouvées : celle de Juan Navarro en 1614, et celle de José de Cuellar en 1618. Le domaine d ‘estancia de ganado menor de J. Navarro fut donné sur les terres communales qu’Ajusco avait obtenues lors de l’agrandissement de la superficie du village en 1609. Ce domaine envahissait des terres au nord du village et au sud du volcan Xitle, en violation flagrante de la concession du vice-roi Velasco 1er, faite cinq ans auparavant, et malgré les garanties données par les titres de propriété et la carte de 160918.

46En 1618, l’attribution de l’estancia de ganado menor o cabrío (pour chèvres) à José de Cuellar souleva les protestations de nombreux villages limitrophes. Une enquête avait été, en effet, ouverte à cette occasion pour savoir si cela ne portait pas préjudice aux villages voisins d’Ajusco, San Andrés et San Pedro. De nombreux témoignages oraux furent recueillis. Les villages protestèrent : la principale ressource, pour eux, était leur milpa, leur champ de mais, et la ferme d’élevage risquait, en envoyant paître ses chèvres sur des terrains proches des villages, de contaminer les eaux et de ne pouvoir empêcher l’invasion des chèvres dans les champs, qui seraient vite saccagés. On perçoit là un des grands conflits de l’époque coloniale entre les villages et les domaines espagnols : la contamination des eaux et les destructions provoquées par les troupeaux des Espagnols. Les villages demandèrent donc que le domaine de J. de Cuellar soit à une certaine distance d’eux de façon à éviter tout problème. Malgré les protestations, J. de Cuellar reçut son domaine. Ainsi, au mépris des villages et de leurs droits, de nombreux domaines purent être octroyés aux dépens des terres communales.

47D’autre part, les nouveaux propriétaires s’empressèrent, nous l’avons vu, d’agrandir leurs domaines, profitant de la naïveté ou de la faiblesse des Indiens qui vendirent très facilement leurs terres. On connaît le cas des Indiens d’un quartier de San Agustín Cuevas qui donnèrent 2 caballerías de terres au couvent des carmélites situé en cette ville. Ces terres étaient en principe inaliénables, mais les religieux ne respectèrent pas la loi. Trois cas de vente de terres communales ont pu être découverts. En 1612, des vergers furent achetés par le Rancho de Tochhuitl, au nord de la sierra. En 1620, les Indiens d’Ajusco vendirent des terrains à Juan de Navarro, qui constitua l’Hacienda del Arenal. En 1682, des Indiens de la sierra, dont l’origine n’est pas précisée, mais qui pourraient être de Magdalena et d’Ajusco, vendirent aussi des terres à José Tello de Meneses, propriétaire déjà de plusieurs domaines qui devaient constituer l’Hacienda de Xoco. D’autres ventes durent avoir été faites, mais les documents font défaut pour le prouver.

48On se rend donc compte que, dès le début du xviie siècle, et dès l’accaparement des terres libres de la sierra par les Espagnols, les villages furent spoliés, de gré ou de force, de certaines terres. D’autre part, la spéculation sur les propriétés et la tendance à regrouper les domaines en grandes propriétés dépassant 1 000 hectares se développèrent. Cependant, si l’une des haciendas de la région, l’Hacienda del Arenal, se forma très tôt et très rapidement, tout au début du xviie, les deux autres haciendas de la sierra, l’Hacienda de Mipulco et celle de Xoco s’édifièrent plus progressivement, surtout au xviiie siècle, mais atteignirent des dimensions beaucoup plus imposantes.

Formation des grandes haciendas

49L’Hacienda de Mipulco se forma très lentement, en trois siècles. Aux 4 caballerías de terres du cacique Ixtolinque, Alonso de Sosa Perea, l’héritier de ses enfants, ajouta, au début du xviie siècle, les 6 caballerías du Ranchuelo, situé entre Magdalena et Ajusco. Puis il fallut attendre un siècle pour que le domaine prenne des proportions importantes, se transformant en véritable hacienda.

  • 19 Voir Annexe II, carte 3.
    Voir Annexe II, photographie de la carte du domaine de Mipulco, conservée (...)

50Deux de ses propriétaires sont à l’origine de ces agrandissements. Tout d’abord, Gerardo Moro, avocat de la Royale Audience, qui acheta le domaine de Mipulco en 1726. Il apporta et annexa au domaine deux ranchos qu’il possédait déjà dans la sierra : le Rancho de Monte Alegre et le Rancho Llano Grande, dont on ne peut préciser l’étendue. Puis, en 1731 il acheta les trois ranchos de Viborillas, Saucedo et Abajo, 2 caballerías de terres en tout, comprenant des terres de labour, des forêts à exploiter et des pâturages pour élever 2 000 ovins et 1 000 bovins. Ces différents ranchos se trouvent à la limite nord-ouest du village d’Ajusco19. Enfin, plus tard, en 1751, il acheta des terres communales au village de Topilejo. sans que l’on puisse connaître leur étendue.

  • 20 Voir Annexe II, carte 3.
    Voir Annexe II, photographie de la carte du domaine de Mipulco, conservée (...)

51Ce domaine, déjà bien agrandi, changea encore plusieurs fois de mains avant de passer, en 1783, à Manuel Enderica Esteban qui y ajouta 24 caballerías de terres20 (1 032 hectares) qu’il avait obtenues deux années auparavant, après avoir demandé l’attribution de terres en friche au nord-ouest du village d’Ajusco, plus à l’ouest que les ranchos achetés par G. Moro. Ces terres appartenaient aux terres communales d’Ajusco.

  • 21 A.G.N, legajo 99, expediente 294 (en annexe et à la fin du document).

52Il n’a pas été possible d’évaluer avec exactitude la superficie totale de l’hacienda en 1783, ni de savoir s’il y eut d’autres acquisitions. Mais cette dernière hypothèse semble vraisemblable car on sait que l’hacienda avait atteint 4 600 hectares au xixe siècle. Le petit domaine du cacique tépanèque était devenu l’une des deux grandes haciendas de la sierra. Il s’agissait essentiellement d’une hacienda d’exploitation forestière car elle possédait d’immenses réserves de bois. D’autre part, dans les six ranchos dispersés dans la montagne, on cultivait les céréales, là où il y avait quelques hectares de surface plane, et on pratiquait l’élevage de bovins et d’ovins. Une carte établie en 169821 nous montre comment, très tôt, le domaine de Mipulco avait diversifié ses productions. Ce domaine fut désigné aussi sous le nom de San Nicolas Eslava (ou Islava), à partir de 1643, date de son achat par Antonio Rodríguez Eslava (ou Islava). L’appellation de San Nicolás pourrait provenir du nom du village voisin de San Nicolás Totolapan.

  • 22 Voir Annexe II, carte 3.
  • 23 Voir Annexe II, carte 3.
  • 24 Voir Annexe II, carte 3.

53L’Hacienda de San Joaquín Xoco (ou Joco) s’est formée, elle aussi, par annexions successives, au cours de l’époque coloniale. Cette hacienda avait été en partie constituée au xviie siècle, par la réunion de trois domaines différents situés sur le flanc nord-est de l’Ajusco, depuis Magdalena Petlacalco jusqu’au pied de la sierra : au rancho de ganado menor, situé à l’est de Magdalena et de Xicalco, accordé en 1621 à Pedro de Medina et baptisé Rancho Cuanauac22, fut annexé, plusieurs années après, par son deuxième propriétaire. Don Cristóbal de los Olivos, le Rancho Tepetlic23 (ou Santa Cruz Buenavista), situé plus bas, au sud-ouest de San Andrés. Ce fut le cinquième successeur de don C. de los Olivos, don Ignacio de Velasco, qui acheta en 1688 le Rancho de San Joaquín Xoco24, situé presque sur le plateau à l’ouest de San Pedro et de San Andrés. La propriété qui conserva l’unique nom de Rancho San Joaquín Xoco était donc d’un seul tenant et avait une certaine superficie, que l’on peut évaluer à environ 2 000 hectares. Cependant, elle fut considérablement étendue au siècle suivant par l’annexion d’une autre propriété qui s’était constituée peu à peu comme elle au xviie siècle et au début du xviiie, à ses côtés, l’enserrant progressivement par le sud et par le nord. Cette autre propriété portait le nom de Rancho de la Venta San Miguel Ajusco.

  • 25 Voir Annexe II, carte 3.
  • 26 Voir Annexe II, carte 3.

54Son origine remontait aussi aux premières concessions faites dans la sierra, sous le marquisat de Pedro Cortés. Le Rancho de la Venta, domaine d’origine, était situé à l’est du village d’Ajusco. Il comprenait 4 caballerías de terres, et fut créé en 1628 pour Melchor Villalobos. Mais, celui-ci ne s’intéressant pas au domaine et l’ayant laissé en friche, dut le rendre. Il fut octroyé la même année à Diego Antanzi y Aresti. Celui-ci y ajouta la demi caballería de son Rancho San Marcos25, contigu. En 1682, le nouveau propriétaire, Tello de Meneses, ajouta encore 4 caballerías, situées plus au nord, entre Ajusco et Magdalena, achetées à la famille Castañeda, qui avait donné son nom à ce domaine26. Puis, Tello de Meneses, acheta des terres aux Indiens, sans doute d’Ajusco et de Magdalena, mais on ne peut rien préciser.

  • 27 Voir Annexe II, carte 3.

55Ce fut au début du xviiie siècle, vers 1719, que le nouveau propriétaire, Antonio Diaz de Godoy, réalisa l’opération la plus importante en achetant l’Hacienda de Santa Ursula et le Rancho de Tochihuitl27. qui furent annexés au Rancho de la Venta de Ajusco. Ces deux domaines, nouvellement acquis, étaient situés tout à fait au nord de la sierra, au pied des volcans, au nord-ouest des villages de San Andrés et de San Pedro, près de San Agustín Cuevas. Ils avaient déjà été réunis en 1693 par Gerónimo González de Alarcon. Il avait acheté le Rancho de Tochihuitl, de 534 hectares, au couvent des carmes déchaussés de San Agustín Cuevas, bien qu’une partie des terres, donnée par les Indiens, fût inaliénable. Quant au Rancho ou Hacienda Santa Ursula de Buenavista, c’était un riche domaine, car il possédait uniquement des terres cultivables, de temporal et même de riego, c’est-à-dire irriguées. Cette propriété fut connue plus tard sous le nom de Rancho de Cuautla.

56C’est à cet important domaine, constitué, en 1719 environ, de deux parties séparées, l’une au nord de la sierra, l’autre presque au sud, que vint s’ajouter en 1753 le Rancho San Joaquín Xoco, acheté par Domingo Gomendio y Urrutia. Cette opération lui permit de réunir ses domaines de la Venta, de Tochihuitl et de Santa Ursula et de constituer une imense hacienda d’un seul tenant, qui couvrait tout le flanc nord-est de l’Ajusco, du village d’Ajusco aux faubourgs de San Agustín Cuevas. Cette hacienda dépassait en superficie l’Hacienda de Mipulco, qui avait à peu près la même situation géographique, mais plus à l’ouest de la sierra. L’Hacienda de Xoco avait 115 caballerías de terres à la fin de l’époque coloniale, soit près de 5 010 hectares. Elle était composée en partie de terres de pâturages dans la zone montagneuse, au sud de San Andrés, et en partie de terres de labours, pour le blé et le mais, et de vergers au nord, où ses champs s’étendaient sur le plateau.

57Toutefois, les propriétaires d’haciendas ne se contentèrent pas de réunir plusieurs terres de diverses origines pour agrandir leurs domaines et en faire de véritables haciendas : ils achetèrent plusieurs haciendas et réunirent ainsi entre leurs mains plusieurs grands domaines. Ce fut, à une plus grande échelle, la poursuite de ces cumuls de terres, commencés dès les premières concessions, au début du xviie siècle. Il arriva plusieurs fois que deux des grandes haciendas de la sierra de l’Ajusco, l’Arenai, Mipulco ou Xoco, fussent entre les mains d’un même propriétaire. Possédant ainsi une grande partie des terres privées de la sierra, il pouvait exercer une forte pression sur les villages indiens encerclés.

58Le premier exemple de cumul de ces grands domaines, constitués dans la sierra de l’Ajusco, dont parlent les documents, fut celui de Juan Aguirre Vidorreta, propriétaire de l’Hacienda del Arenal, achetée en 1684, à laquelle il ajouta le Rancho de la Venta de San Miguel Ajusco, acheté en 1688 à Tello de Meneses. Il semble que ces deux domaines restèrent longtemps aux mains du même propriétaire, car on les retrouve en 1713 possessions du capitaine Fernando de Retiz, qui revendit à Pedro Salvino Gerardi l’Arenai en 1719, et la Venta en 1724. En 1736, ce dernier voulut vendre l’Arenai à Gerardo Moro, avocat de la Royale Audience, déjà propriétaire de l’Hacienda de Mipulco. Mais la mort accidentelle de P. Salvino Gerardi ne permit pas d’accomplir cette vente. G. Moro occupa cependant plusieurs années l’Arenai et il fallut un procès intenté par le fils de P. Salvino Gerardi pour l’en déloger. On peut supposer que le but de G. Moro avait été d’acheter les domaines qui étaient la possession de P. Salvino Gerardi, c’est-à-dire non seulement l’Hacienda del Arenal, mais aussi le Rancho de la Venta de Ajusco, et de réunir entre ses mains toutes les propriétés privées de la sierra. La mort prématurée et inattendue de P. Salvino Gerardi empêcha vraisemblablement la réussite de l’opération.

59Il semble que ce soit la dernière tentative de réunir plusieurs grands domaines de la sierra, car, à partir de 1736, chacun eut ses propres propriétaires. Toutefois, cela n’exclut pas que d’autres haciendas, plus lointaines, aient été possédées par les propriétaires des haciendas de la sierra. En 1720, par exemple, Nicolás Díaz de Godoy, propriétaire du Rancho de la Venta de Ajusco, auquel il venait d’adjoindre le Rancho de Tochihuitl et l’Hacienda Santa Ursula Buenavista, acheta l’Hacienda de Peña Pobre, située au nord de San Agustín Cuevas. En outre, il possédait une maison et une huerta (jardin) à San Angel.

60En 1753, Domingo Gomendio y Urrutia qui constitua la grande Hacienda de Xoco en réunissant deux grands domaines, possédait déjà deux autres grandes haciendas voisines, sur le plateau, à l’est et au nord-est de San Agustín Cuevas : l’Hacienda de San Juan de Dios, au nord de San Pedro,et l’Hacienda de Coapa. Ainsi, ses terres s’étendaient du volcan de l’Ajusco sur tout le flanc nord de la sierra, et jusque sur le plateau, sur au moins 10 kilomètres du nord au sud. On ne peut rien préciser pour l’Hacienda de Mipulco, mais le fait que son propriétaire ait été en possession d’une dizaine des plus grandes haciendas du plateau, au xixe siècle, telles les haciendas de La Malinche, Santa Mónica, laisse à penser que ces cumuls dataient en partie de l’époque coloniale. Sans doute y eut-il d’autres cas semblables, mais ils ne sont pas apparus dans les documents.

61On a donc l’impression, qu’au cours des xviie et xviiie siècles, on assiste à une course effrénée au grand domaine, les cumuls de propriétés s’amplifiant au fur et à mesure des changements de propriétaire, et prenant des proportions importantes puisqu’au xviiie siècle la sierra n’est plus partagée, en dehors des terres communales des villages, qu’entre trois grandes haciendas, dont deux furent plusieurs fois réunies entre les mêmes mains.

62On peut se demander qui furent les possesseurs de ces domaines, quelle fut leur origine. Tous étaient Espagnols. Il y eut peu de propriétaires ecclésiastiques. Seuls deux prêtres achetèrent des domaines : Victoriano Velásquez de Robledo acquéreur, au milieu du xviie siècle du Rancho Cuanauac, et Antonio Díaz de Godoy, acquéreur du Rancho la Venta de Ajusco en 1719. Deux couvents possédèrent aussi des terres : le couvent San Sebastián des carmélites de México, qui acheta le Rancho Santa Ursula de Buenavista, près de San Agustín Cuevas, et le couvent des carmélites déchaussées de San Angel, qui posséda le Rancho Tochihuitl au début du xviie siècle, et l’Hacienda de Mipulco aux environs de 1643, puis plus tard de 1719 à 1726. Ces acquisitions furent rares et, surtout, ne restèrent pas aux mains des religieux : au xixe siècle au moment des lois de Réforme, seul le Rancho de Tochihuitl appartenait à la paroisse de Tlalpan. Aucune autre terre de la sierra n’était aux mains de l’Eglise.

63On ne connaît pas l’origine des premiers bénéficiaires des concessions de terres, dans les premières années du xviie siècle. On sait, par contre, que, dans le courant de ce siècle, les propriétaires portant le titre de “capitaines” furent nombreux. Il s’agit sans doute de grands commerçants ou de grands propriétaires pourvus de grades dans les milices levées à certaines occasions. Par exemple, le Rancho Santa Ursula de Buenavista eut au xviie siècle, sur quinze propriétaires cités, sept “capitaines”. Le Rancho de Tepetlic eut, avant 1688, quatre “capitaines” sur huit propriétaires. Il y eut, d’autre part, des professeurs de l’université et des juristes de la Royale Audience. L’Hacienda del Arenal eut, parmi les propriétaires connus, en 1648 Luis Díaz, maestro de coletro, puis en 1680 Francisco Moia, monedero en la royal casa de la moneda de la corte, en 1684 Juan Aguirre Vidaoerreta, scribano à la Royale Audience, en 1713 Don Fernando Vértiz, “capitaine”...

64On constate, d’autre part, que les domaines de la sierra changèrent très souvent de propriétaires, restant très peu de temps, en général, aux mains des mêmes familles. L’exemple de l’Hacienda de Mipulco peut en donner une idée : l’héritier du cacique tépanèque Ixtolinque, Alonso de Pereo Sosa, vendit le domaine, on ne sait en quelle année, au couvent des carmélites déchaussées de San Angel. Ces dernières le revendirent en 1643 à Antonio Rodríguez Eslava, qui le rebaptisa, en lui donnant son propre nom. Le fils de ce dernier, qui avait hérité la propriété, la vendit à Francisco de Valenzuela Venegas, oidor de la Royale Audience, on ne sait à quelle date. Celui-ci la revendit en 1719 au même couvent de carmélites qui l’avait possédée au siècle précédent. Par la suite, elle passa en 1726 à Gerardo Moro, avocat de la Royale Audience, en 1746 à Gregorio Bermudez Pimentel, en 1762 à Miguel de Irribaren, en 1776 à ses frères qui la vendirent à Manuel Esteban Enderica, maître de botanique, qui l’agrandit considérablement. Puis, en 1806, elle passa à Juan de Dios Martínez qui garda l’hacienda jusqu’à sa mort en 1848, après avoir traversé toute l’époque de l’Indépendance. Elle fut vendue en 1848 par ses héritiers à Antonio Lanz Cano, en 1849 à Tomas Benavides, et en 1853, au moment de la Réforme, à Enrique de la Tijera. Les autres haciendas de la sierra ont eu les mêmes changements fréquents de propriétaires du xvie siècle au xixe siècle.

65Ces nombreux changements de propriétaires étonnent : pourquoi les propriétaires eux-mêmes, de leur vivant, parfois leurs héritiers, revendirent-ils rapidement ces domaines ? Une première explication peut être que les hauts fonctionnaires de la Royale Audience ne restaient pas au Mexique : envoyés par l’Espagne, ils y revenaient sans doute, une fois leur mission terminée et revendaient leurs terres. Or on a constaté que beaucoup de propriétaires des haciendas de l’Ajusco exerçaient leurs fonctions à la Royale Audience. Au Mexique, les créoles appelaient ces Espagnols de la métropole les gachupines.

66Pour les autres propriétaires, on peut sans doute évoquer la faible rentabilité des terres, donc des revenus qu’ils en tiraient, pour expliquer que, déçus par leurs acquisitions, ils revendaient leurs domaines. Ces raisons seront évoquées au xixe siècle par le propriétaire de l’Hacienda de Xoco lorsqu’il vendit son domaine en 1882. Cela peut donc être une explication.

Problème de l’existence de petites propriétés

67Une autre question se pose aussi, après ce tableau montrant la formation des grandes haciendas : y a-t-il eu, ou non, place dans la sierra, à l’époque coloniale, pour la petite ou moyenne propriété ? Et où aurait-elle pu se former, se maintenir ?

68On a vu que les premières propriétés privées, d’étendue relativement modeste, constituées au début du xviie siècle, avaient été vite concentrées, absorbées, pour former de grands domaines. Mais resta-t-il quand même quelques unes de ces propriétés, dont les documents ne font pas mention ? ou bien, certaines purent-elles se former d’une autre manière ? Il est difficile de répondre à ces questions, mais quelques indices permettent de nuancer l’affirmation selon laquelle il n’y aurait eu, en cette fin d’époque coloniale que trois grandes haciendas et six villages qui se partageaient la sierra de l’Ajusco.

69Un cas très précis de tentative de formation d’une petite propriété, aux dépens des terres communales, nous est fourni par le conflit qui opposa le village de Topilejo à un commerçant espagnol installé au village à la fin du xviiie siècle. Il s’appelait Vicente Chávez et était marié avec une Indienne de Topilejo. Une enquête, menée par le juge de Coyoacán, montra comment Chávez. par ruse et intimidation, s’était approprié de nombreuses terres du village.

70Tout d’abord, il s’était fait prêter une maison dans le village, où il avait établi, en 1800, une boutique dans laquelle il vendait du miel, des cigarettes... La propriétaire, Juana María Colostilla, prétendit, devant le juge, qu’elle n’avait pas besoin de cette maison et qu’elle l’avait prêtée à V. Chávez à la seule condition qu’il la réparât. En dehors de cette boutique, il avait réussi à se constituer un petit domaine sur les terres mêmes du village, de différentes manières : certaines terres avaient été achetées à très bas prix aux Indiens, après que ces derniers eurent été saoulés à l’eau de vie. Il a été attesté que sept parcelles communales avaient été achetées à un prix dérisoire, quatre pesos chacune, avec l’assentiment du subdélégué du village José Mariano de la Peza. D’autres terres avaient été héritées, c’est-à-dire qu’il s’était prétendu l’héritiez de tel ou tel paysan, après sa mort, et avait écarté sous la menace les héritiers légitimes.

71Beaucoup de parcelles étaient aussi retenues par lui à titre de garantie contre de l’argent prêté. Mais, comme les paysans ne pouvaient jamais le rembourser, V. Chávez finissait par se considérer comme propriétaire de ces terres. Enfin, il louait treize parcelles communales à divers paysans, contre des sommes dérisoires variant de un à trois réaux par an.

72Les fraudes furent dénoncées en juin 1803, après la mort du subdélégué de Topilejo, qui semble avoir couvert les agissements de V. Chávez. Ce dernier l’avait sans doute acheté ou le tenait sous la menace. On ressent à plusieurs reprises la terreur que V. Chávez faisait peser sur le village. Par exemple, lors de l’enquête, lorsque le juge de Coyoacán, accompagné d’un interprète et d’un secrétaire, monta le 30 juin 1803 à Topilejo pour examiner les faits sur place : V. Chávez avait demandé, lors de sa comparution du 25 juin, la faveur de se justifier sur place, sachant bien qu’il tenait le village sous sa menace. Le 30 juin, le juge ne trouva personne dans le village. Seuls l’alcade et le secrétaire l’accueillirent, précisant que tous les paysans étaient partis dans la montagne. L’alcade, terrorisé, prétendit n’avoir rien à reprocher à V. Chávez.

73Lorsque le juge revint le 1er juillet, le village était, cette fois, réuni à sa demande. Les habitants, intimidés, lui dirent qu’ils louaient bien des terres à V. Chávez, mais que celui-ci leur payait régulièrement son loyer, en réaux comptants, et non en eau de vie ou pulque... La malhonnêteté de V. Chávez était pourtant évidente. Elle est encore attestée par d’autres faits, qui furent aussi dénoncés par le premier alcade : en 1799, déjà, il s’était vu assigner résidence à 25 lieues du village car il s’était rendu indésirable, ne voulant verser son tribut comme tout le monde. Il n’obéit pas, resta au village, s’imposa même contre l’autorité des alcades, se substituant à eux pour châtier les Indiens, s’attribuant les charges du trésorier du village, collectant les quêtes des messes.

74C’est donc par la force et la menace que V. Chávez réussit à s’imposer dans le village de Topilejo, à s’y installer, à y acquérir un petit domaine. Le juge de Coyoacán rendit justice aux Indiens, défendant à V. Chávez de posséder aucune terre, ni même d’en louer, dans le village. Cependant, plusieurs plaintes continuèrent à être adressées à Coyoacán, car V. Chávez ne rendait pas les terres qu’il avait accaparées auparavant. Il est encore dénoncé en 1807. On peut donc supposer que la sentence du juge resta lettre morte et que V. Chávez conserva ses terres, créant ainsi une propriété privée sur des terres communales.

75Un autre document, daté de 1800, nous parle, d’autre part, de la demande d’attribution de terres en friche, par Miguel Morales, secrétaire fiscal à la Royale Audience. Ces terres, “dénoncées “comme incultes, sans propriétaire et peuplées de canards nuisibles, situées entre Xicalco et Topilejo, lui furent attribuées par le gouverneur du marquisat del Valle, bien qu’elles fussent situées sur les terres communales de Topilejo. Une nouvelle petite propriété fut ainsi constituée.

76Les dates tardives de ces deux documents prouvant la formation de petites propriétés sur des terres communales sont-elles une coïncidence ? ou bien permettent-elles de dire qu’il semble qu’on assiste, à la fin de l’époque coloniale, à une nouvelle étape dans l’histoire agraire de la sierra ? à celle de l’apparition de petites ou moyennes propriétés constituées par la force, ou octroyées légalement par les marquis del Valle sur les terres communales des villages laissées en friche ?

77Les recensements de l’époque coloniale montrent bien qu’il y avait, dans les villages, des Espagnols et des métis ; mais qu’y faisaient-ils ? Ce que l’on peut dire, pour le village d’Ajusco, grâce au recensement de 1791, c’est que sur les 73 personnes faisant partie des 17 familles espagnoles ou métis installées au village, on compte 11 agriculteurs, 8 muletiers transporteurs de bois, 4 serviteurs ou ouvriers agricoles et 2 bergers. Que doit-on penser de ces 11 agriculteurs ? Cultivaient-ils des parcelles communales en tant que comuneros ? Ou bien les possédaient-ils à la façon de V. Chávez ? Aucun document n’a permis de donner réponse à ces questions. Cependant, dans la mesure où l’on sait qu’il y avait des éléments “étrangers” dans les villages, on peut penser, bien que les documents n’aient pas apporté d’autres confirmations aux cas de V. Chávez et de M. Morales, que d’autres petits domaines privés durent être fondés ainsi, plus ou moins illégalement, dans les villages, et que ces derniers durent s’incliner, comme Topilejo, devant le fait accompli.

78Nous avons donc constaté que les domaines privés qui se sont constitués dans la sierra à l’époque coloniale, ont très souvent accaparé des terres communales, dépouillant petit à petit les villages. Même après leur formation, ces domaines continuèrent à spolier les villages, usurpant des terres par des incursions constantes qui leur permettaient de réaliser des occupations de fait. Cependant, au début du xviie siècle, lors des premiers octrois de terres par les marquis del Valle, qui ne respectèrent pas toujours les terres communales, les villages ne se défendirent pas beaucoup. Les archives coloniales conservent quelques lettres de protestations des villages, notamment d’Ajusco, mais aucun dossier de procès, pour cette période. Les villages, trop faibles, trop ignorants de leurs droits, ne surent-ils pas se défendre ? ou bien, l’administration du marquisat del Valle ne les laissa-t-elle pas poursuivre leur action ? Le dépeuplement des villages explique sans doute aussi que les Indiens ne réclamèrent pas des terres dont ils n’avaient pas besoin.

79Par contre, dès la fin du xviie siècle, puis aux xviiie et xixe siècles, on constate que les villages se mirent à réagir très violemment. Il est possible que l’augmentation de la population, régulière pendant cette période, ait posé de graves problèmes de terres, et que les villages aient tenté de récupérer leurs terres perdues. Le village d’Ajusco, par exemple, est passé de 400 habitants en 1725 à 1 000 habitants en 1805, soit une augmentation de 150 % de la population. Le besoin de terres devait donc se faire sentii de façon impérieuse. De nombreux grands procès contre les domaines usurpateurs furent alors poursuivis avec acharnement par les villages. Malheureusement, l’imprécision des documents, dont beaucoup avaient disparu au cours des temps, ne permit pas toujours de lever les doutes et de rendre leurs terres aux villages. Ils obtinrent pourtant parfois gain de cause.

LES VILLAGES ET LES GRANDS DOMAINES

Les conflits pour les terres

80L’origine de ces conflits fut toujours l’invasion de terres communales par les grands domaines voisins. Cependant, la réalité était extrêmement complexe, et il était très difficile de parvenir à un règlement satisfaisant des problèmes, ce qui provoquait des rebondissements infinis de procès. D’une part, des terres communales laissées en friche ayant été octroyées en propriétés privées par les marquis del Valle, il arriva que les propriétaires, comme les villages, se trouvèrent chacun avec des titres de propriété en bonne et due forme. D était alors difficile de trancher.

81D’autre part, une coutume s’était établie, selon laquelle les terres en friche, non encore distribuées, pouvaient être laissées provisoirement aux habitants des villages limitrophes. Ceux-ci en jouissaient en attendant leur attribution à un particulier. Or, ces terres appartenaient aux communautés villageoises. Celles-ci ne voulaient donc plus les “rendre “et intentaient même un procès contre l’acquéreur.

  • 28 Voir A.G.N. Hospital de Jesús, leg. 120, exp. 7, feuille 9 :
    Vio que excedían [les terres] a las qu (...)
  • 29 Voir A.G.N., Hospital de Jesús, leg. 120, exp. 7, feuille 9 (verso)
    "Sigue indisputablemente que no (...)

82En 1685, le gouverneur du marquisat del Valle avait fait une enquête dans l’Ajusco pour fixer avec précision les limites de l’Hacienda del Arenal, avant de la vendre à Juan Aguirre Vidaorreta. Il s’aperçut alors que le village d’Ajusco occupait des terres en friche dans la zone du Xitle, à l’ouest du volcan. Il décréta que les paysans possédaient “trop” de terres, plus que ne le permettaient les ordonnances royales28. Il considéra qu’Ajusco usurpait des terres du marquis, qui aurait pu en tirer profit en y créant de nouveaux ranchos. En effet, tout domaine rapportait, non seulement le prix de vente, mais aussi un cens, ou rente, annuel. Le gouverneur décida de laisser ces terres à Ajusco en dotation provisoire, tant qu’il n’aurait pas d’acheteur.Ces terres constituèrent plus tard trois ranchos, Rancho Viborillas, Rancho Saucedo, Rancho de Abajo. Ils furent accordés à doña Juana Fuentes de Orora qui ne semble pas avoir eu de problèmes avec Ajusco, dans la mesure où, comme le précise un document29, elle loua les terres aux Indiens.

83Mais, en 1731, après sa mort, lorsque les ranchos furent vendus à G. Moro, l’avocat de la Royale Audience, les paysans d’Ajusco furent sommés de rendre ces terres. Un long procès opposa Ajusco à G. Moro, mais celui-ci garda ses ranchos.

  • 30 Voir A.G.N, Hospital de Jesús, leg. 99, exp. 294, feuille 45 (recto).
    “Desde dichos corrales, passa (...)

84En 1698, il sembla, de nouveau, que les habitants d’Ajusco avaient pris l’habitude d’aller, depuis longtemps, semer leur maïs sur des terres, autrefois vacantes, situées au nord du village. Une enquête fut menée sur ordre d’Antonio Rodríguez Eslava, propriétaire de l’Hacienda de Mipulco, à la recherche des 6 caballerías du Ranchuelo, appartenant à cette hacienda. Il s’avéra qu’une partie du Ranchuelo avait été occupée par l’Hacienda del Arenal, et l’autre, par le village d’Ajusco. Il apparut que les Indiens d’Ajusco30 avaient semé beaucoup de terres, qu’ils s’étaient étendus hors des limites du village, profitant de ce que personne ne les en empêchait. Ils devaient donc occuper une partie des 6 caballerías recherchées. Les paysans avaient dû profiter de ce que le Ranchuelo était resté longtemps abandonné pour réoccuper leurs anciennes terres. Le ton employé dans cette lettre de protestation auprès du juge de Coyoacán par le propriétaire de Mipulco montre son mépris pour les droits des Indiens. Des mesures furent prises et le Ranchuelo fut reconstitué, aux dépens d’Ajusco.

85Beaucoup plus tard, à la fin du xviiie siècle, Ajusco fut encore dépossédé de 24 caballerías de terres, exploitées pour le bois et les pâturages des troupeaux. Ces terres, en friche, furent dénoncées par J. Pérez Aguilar en 1781. Les habitants d’Ajusco protestèrent, mais l’enquête prouva que ces terres n’avaient jamais eu de véritables propriétaires, et avaient été exploitées par ceux qui voulaient, en attendant leur attribution. Elles furent mises aux enchères. J. Pérez Aguilar mourut à la suite d’un accident, et ce furent ses héritiers qui tentèrent d’acheter les terres. Mais un autre acquéreur se présenta, d’autant plus intéressé qu’il possédait l’hacienda voisine de Mipulco et divers ranchos dans la région : Manuel Enderica Estebán. Les enchères montèrent de 2 000 pesos à 4 100. Les 24 caballerías furent adjugées à ce dernier.

  • 31 Voir A.G.N, Hospital de Jesús, leg. 333, exp. 57, feuilles 1 à 5.

86Ces divers exemples de spoliations de terres communales, dans le village d’Ajusco, montrent comment les marquis del Valle, disposèrent des terres laissées en friche par les Indiens et comment ceux-ci en furent peu à peu dépouillés. En outre, les domaines usurpèrent d’autres terres communales, provoquant de très nombreux conflits. Au début de chacun de ces conflits, se déroulait, invariablement, le même scénario : les paysans tentaient de reprendre les terres spoliées en les occupant, y menant paître leurs bêtes ou y allant couper du bois. Un document de San Andrés31 relate même le cas d’intrusions nocturnes sur les terres de l’Hacienda de Xoco pour y prendre des chargements de bois. D’autres fois les paysans venaient en grand nombre et enlevaient les bornes que l’administrateur de l’hacienda avait fait déplacer : ils les reposaient plus loin à leur place. Inévitablement, ils se faisaient arrêter par les gardes de l’hacienda et maltraiter. S’ils étaient venus avec leurs troupeaux, on leur confisquait leurs bêtes ; s’ils étaient venus couper du bois, on leur confisquait leurs haches, leurs mules. Dans tous les cas, on les empêchait de pénétrer à nouveau dans l’hacienda. Les villages ont adressé d’innombrables plaintes contre les haciendas voisines, pour vol et mauvais traitements. Les enquêtes, menées par le juge de Coyoacán montraient toujours que le conflit était plus grave qu’il ne paraissait, puisqu’il s’agissait de problèmes à propos de terres en litige. De longs procès étaient alors menés, où chacun tentait de faire valoir ses droits.

87Tous les moyens furent bons pour les propriétaires d’haciendas, décidés à brouiller les pistes, pour effacer les preuves qui témoignaient contre eux, et obtenir gain de cause. En 1724, par exemple, lors d’un procès contre l’Arenal, le village d’Ajusco dut donner ses titres de propriété. Or ceux-ci ne leur furent pas rendus et se retrouvèrent entre les mains du propriétaire de l’hacienda, don Pedro Salino Gerardi. Le village d’Ajusco les réclama en 1740, et continua à adresser des pétitions au juge de Coyoacán, mais cela resta sans effet. En 1757, un inconnu se présenta au village avec un cahier contenant les titres, mais il disparut rapidement et mystérieusement...

88En 1759, les papiers n’étaient toujours pas retrouvés. En 1803, le village les réclamait toujours. Il semblait alors qu’ils se trouvaient à la juridiction de Coyoacán. Sans doute s’agissait-il de ce codex de 1531, dont on n’a jamais retrouvé la trace.

89Une autre fois, lors d’un procès d’Ajusco contre l’Hacienda de Mipulco, le propriétaire de cette hacienda corrompit le juge de Coyoacán. En 1786, un nouveau juge avait été désigné : les Indiens d’Ajusco en profitèrent pour tenter de se faire rendre justice. Le juge leur donna, en effet, raison, et fit rectifier les limites entre l’Hacienda de Mipulco et Ajusco, rendant leurs terres aux paysans. Mais le propriétaire de l’hacienda, Manuel Enderica Estebán, avait des relations au sein du marquisat : il fit pression, par l’intermédiaire de l’avocat de la chambre du marquisat, sur ce fonctionnaire trop zélé. Deux mois plus tard, le juge de Coyoacán redonnait à l’hacienda les terres en litige et se rendait en personne au village d’Ajusco, admonestant les habitants et leur enjoignant de ne plus envahir ces terres sous peine de graves châtiments.

  • 32 Voir A.G.N, Tierras, leg. 2012, exp. 5, feuille 1.

90Les habitants des villages, de leur côté, répondirent parfois très violemment aux malhonnêtetés et aux injustices dont ils étaient victimes. On note deux graves révoltes armées d’Ajusco contre l’Hacienda de Mipulco, en 1775 et en 1786. En novembre 1775, le village prit les armes sous la direction de son président Juan Pedro de la Candelaria. Il semble, d’après le témoignage de sa femme32 auprès du juge de Coyoacán, que les habitants d’Ajusco avaient été provoqués par les serviteurs de l’hacienda. La plainte, adressée alors à la Royale Audience par Ajusco, n’avait pas été transmise par le gouverneur de Coyoacán, en vertu de la cédule royale de 1736 accordant au marquis del Valle le droit à une juridiction privée. Sous ce prétexte, le juge de Coyoacán régla lui-même l’affaire, condamnant le village pour sédition et faux témoignage. En 1786, les paysans, désespérés devant l’impossibilité de gagner leur procès contre l’Hacienda de Mipulco passèrent de nouveau à l’attaque, envahirent les terres réclamées en vain par eux, défirent les bornes qui avaient été déplacées par les gens de l’hacienda. Ils s’en prirent aussi aux bêtes et aux employés de l’hacienda, enlevant leurs haches à ceux qui montaient couper du bois, attaquant même à coups de pierres et de bâtons l’administrateur de l’hacienda. Ils ne fuirent que lorsque ce dernier sortit son fusil. On remarque là l’inégalité des forces en présence. Par la suite, ils ne se déplacèrent plus qu’en groupes pour être plus en sécurité. Ils réussirent à occuper cependant les terres, y menant leurs troupeaux et y coupant du bois.

  • 33 Voir A.G.N. Hospital de Jesús, leg. 279, exp. 21, feuille 10.

91Les attaques continuèrent, comme le prouve l’histoire du paysan d’Ajusco, blessé, transporté sur une échelle, par des compagnons, jusqu’à Coyoacán33, pour témoigner de la brutalité des employés de l’hacienda. Le juge décida, à la fin d’avril 1786, d’imposer un compromis entre les deux parties : l’administrateur de l’hacienda devrait laisser les habitants couper du bois sur les terres en litige. C’était éluder la véritable question qui était celle de la propriété de ces terres, implicitement reconnues à l’hacienda.

92Il est à noter que, la même année, l’Hacienda de Mipulco avait à soutenir une autre révolte, au nord de ses terres, celle du village de San Nicolás Totolapan, dépouillé lui aussi de terres communales. La colère de ces villages suffit à prouver la mauvaise foi et la malhonnêteté de M. Enderica Estebán, propriétaire de Mipulco. Ces diverses révoltes montrent, d’autre part, que les villages de la sierra avaient appris, dès l’époque coloniale, à s’organiser et à se défendre par tous les moyens.

93Cependant, ce furent les moyens légaux qui furent généralement employés, c’est-à-dire les procès. Les premiers grands procès commencèrent à la fin du xviie siècle, lorsque l’Hacienda del Arenal envahit, en 1670, la zone du Xitle comprise dans l’extension des terres d’Ajusco de 1609. Dénoncé par les habitants du village en 1685, le propriétaire de l’Arenai, Juan Aguirre Vidarroeta, se vit interdire de dépasser les limites fixées par les bornes, placées en 1609, pour semer, couper du bois ou faire du charbon de bois, comme il en avait pris l’habitude, sur les terres qui furent garanties à Ajusco.

  • 34 Voir Annexe II, photographie de la carte montrant la zone en litige entre les deux haciendas. A.G. (...)

94Mais le procès rebondit en 1724, contre le nouveau propriétaire, P. Salvino Gerardi, qui avait semé, sur les mêmes terres, du blé et de l’orge. Le village fut une nouvelle fois garanti dans ses limites de 1609, malgré les protestations de P. Salvino Gerardi, qui avait tenté de faire légaliser ses spoliations. Cependant celui-ci ne désarma pas et refusa le bornage. Le procès dura jusqu’en 1734. Que se passa-t-il ensuite ? L’affaire fut sans doute étouffée puis classée aux dépens du village, car lors d’un procès plus tardif, qui opposa Ajusco à l’Hacienda de Mipulco, le propriétaire de cette hacienda prétendit que la zone du Xitle avait été donnée au domaine de Mipulco en 176234. Un autre procès opposa alors Mipulco à l’Hacienda del Arenal qui réclamait ces mêmes terres. L’Arenai gagna finalement, en 1784, et conserva, jusqu’au xxe siècle, ces terres qui avaient été accordées en 1609 au village d’Ajusco.

95En 1791, l’Hacienda del Arenal dut soutenir un nouveau procès contre un autre village voisin, Magdalena Petlacalco. Celui-ci avait été dépouillé d’une étendue de terres, appelée Arena Prieta. P. Abarrategui, le propriétaire de l’Arenai, dut restituer ces terres. Mais on ne sait s’il le fit effectivement. On trouve en 1832, un autre procès entre l’Arenai et Magdalena, qui prouve que les incursions de cette hacienda s’étaient poursuivies. Il s’agissait d’une autre zone, qui fut restituée à Magdalena et Xicalco, les deux villages concernés par la spoliation.

96Au début du xviiie siècle, Ajusco et Topilejo furent menacés par l’ambition d’un des grands assembleurs de terres de la sierra : G. Moro, l’avocat de la Royale Audience. Il se fit attribuer divers ranchos, avant d’acheter l’Hacienda de Mipulco, qui dépouillèrent Ajusco et Topilejo en 1731. Ajusco dut s’incliner car les paysans occupaient des terres en friche, par autorisation provisoire. Topilejo, par contre se voyait restituer ses terres et ses montagnes. Mais, vingt ans après, en 1753, l’adjudication à G. Moro d’autres terres en friches, dont il avait demandé l’attribution, spolia de nouveau le village de Topilejo, sans que d’autres documents nous relatent s’il y eut un nouveau procès.

97Au xviiie siècle, ce furent essentiellement les successeurs de G. Moro à l’Hacienda de Mipulco qui créèrent les plus graves conflits. Ces conflits prirent, pour le village d’Ajusco, le relais des procès de la période précédente avec l’Hacienda del Arenal. Les problèmes commencèrent lorsque l’hacienda, par ses annexions successives, atteignit les limites du territoire d’Ajusco. Les premiers documents relatant des conflits datent de 1757. L’hacienda envahit des terres du village, empêchant les paysans de mener leurs troupeaux. Ajusco engagea un procès et se vit garantir, l’année même, ses terres par le juge de Coyoacán. Cependant, l’affaire fut reprise en 1778, et, cette fois l’hacienda gagna le procès. Les paysans d’Ajusco continuèrent à réclamer et, en 1784, un nouveau procès commença. Ds réussirent, en 1786, à récupérer leurs terres, grâce à la bienveillance du nouveau juge de Coyoacán. Mais, on sait que M. Enderica Esteban le propriétaire de Mipulco, fit intervenir l’avocat de la chambre du marquisat, prétendant que le village le lésait de 100 caballerías de terres. Les Indiens, qui avaient cru l’affaire terminée, les avaient déjà occupées, avaient brûlé des bâtiments, accaparé tout le cheptel de l’hacienda (selon le propriétaire) et marqué à la chaux les nouvelles limites.

98Par la suite, les paysans, qui avaient dû abandonner leurs terres, ne purent reprendre le procès car leurs titres, dérobés par M. Enderica Estebán, restèrent à la juridiction de Coyoacán, où ils les réclamèrent en vain. En 1803, ils déposèrent une nouvelle plainte, car l’administrateur de l’hacienda les avait maltraités et avait confisqué des outils alors qu’ils coupaient du bois dans les montagnes voisines. Un compromis avait été établi après le procès de 1786 : les paysans pouvaient venir sur les terres de l’hacienda couper du bois, mais pour leur usage personnel. En 1803, l’hacienda accusa Ajusco de vendre ce bois, et d’enfreindre ainsi l’accord passé autrefois. Peut-être n’était-ce qu’un simple prétexte pour reprendre l’exploitation de ces terres.

99Ce n’est qu’en 1823 que le conflit trouva une solution : le propriétaire, Juan de Dios Martínez, désireux d’en finir avec les perpétuels conflits de limites, proposa une transaction. Ajusco recevrait quelques terres entre l’Hacienda del Arenal et celle de Mipulco, et, en contrepartie, cèderait 6 caballerías de terres plus à l’ouest, sur les limites du village de Jalatlaco. Cette transaction sema, plus tard la confusion, lors de la vente de l’hacienda à Enrique de Tijera, en 1853. Une enquête du juge de Coyoacán précisa les limites de 1823 et garantit à l’hacienda, comme au village, leurs terres respectives. Le règlement de cette affaire se fit donc au détriment du village, qui perdit une partie de ses terres, au nord-ouest.

100Quant à la grande Hacienda de Xoco, ses conflits avec les villages voisins commencèrent à la fin du xviie siècle, lorsqu’elle envahit, avec ses troupeaux, les terres de Topilejo. Le village se défendit en 1691, en réoccupant les terres, et en demandant justice à la Royale Audience. En 1700, une sentence fut rendue en faveur de Topilejo. Mais le village dut poursuivre sa requête, en 1701, car l’hacienda avait gardé les terres. Elles étaient situées à l’ouest du village, près du Rancho de Cuanauac. L’affaire s’était compliquée car C. de Perea, le propriétaire de Xoco, avait vendu ces terres pour y fonder une chapelle. Il se plaignit auprès de la Royale Audience car le mont, sur lequel avait été construite cette chapelle, était envahi chaque jour par de nombreux bûcherons de Topilejo, qui venaient y couper du bois pour le gouverneur de Xochimilco. Celui-ci revendait le bois et le charbon de bois à México. L’enquête montra que le mont appartenait aux Indiens, et la sentence qui suivit condamna l’hacienda à une amende et à la restitution des haches et des mules qui avaient été confisquées.

101Maigre cela, le problème ne fut jamais réglé. En 1707, la Royale Audience reçut une nouvelle plainte des paysans. Ils n’obtinrent une sentence en leur faveur qu’en 1734, après avoir mis en cause le chapelain. Comme celui-ci ne rendait toujours pas les terres, il y eut un autre procès en 1735. La sentence resta de nouveau sans effet, et en 1747, les habitants de Topilejo décidèrent de détruire les bornes posées par l’hacienda, et de les remettre plus loin. L’affaire continua en 1754 avec le nouveau propriétaire, J. Patino de las Casas. Les procès durent se poursuivre au xixe siècle car un document de 1826 nous apprend que Topilejo se vit confirmer et garantir dans la possession de ses terres.

102D’autres villages furent touchés par les empiètements de Xoco, car, en 1775, un grand procès mit aux prises l’hacienda et son propriétaire don José de Lans y Aristoarema, avec tous les villages voisins : Magdalena, San Pedro, San Andrés, et surtout Xicalco et Topilejo. D’après le propriétaire, 75 hectares de terres de l’hacienda auraient, au moins, été occupés par ces villages qui y faisaient leurs semailles, y menaient leurs troupeaux et y cherchaient du bois. Le propriétaire prétendit que, lors de l’achat de l’hacienda, en 1769, il n’avait pas reçu la totalité des terres. Le juge de Coyoacán lui accorda gain de cause en 1776.

103Un autre rancho, appartenant à l’Hacienda de Xoco, le Rancho de San Miguel Venta de Ajusco, connut d’autres problèmes avec Magdalena Petlacalco qu’il dépouilla d’un mont, au sud du village. L’affaire dura de 1727 à 1778. En 1764, Don Antonio Rodríguez de Velasco, le propriétaire, avait obtenu satisfaction, c’est pourquoi le village reprit le procès et le gagna en 1778.

104Il est extrêmement surprenant qu’aucun document n’ait permis de retrouver l’histoire des spoliations, pourtant importantes, de l’Hacienda de Xoco sur les terres de San Andrés et de San Pedro. On ne peut expliquer quand ni comment le village de San Andrés disparut presque entièrement, absorbé par l’hacienda. Il ne restait que 147 hectares autour de l’église, soit les maisons du village et quelques champs. Il en fut de même pour San Pedro.

  • 35 Voir A.G.N. Hospital de Jesús, leg. 355, exp. 12, feuilles 3 à 12.

105Un seul indice pour San Andrés a pu être découvert prouvant une spoliation de 4 caballerías de terres35. L’affaire remontait au début du xviiie siècle ; en 1727, une grave épidémie de choléra avait fait périr beaucoup d’Indiens de San Andrés et de nombreuses terres se trouvèrent en friche. Des habitants de San Agustín Cuevas, doña Theresa de Villasis et son fils Nicolás Díaz s’installèrent sur 4 caballerías de terres du village de San Andrés. Ils en repoussèrent avec violence les quelques Indiens qui y venaient avec leurs troupeaux : ils leur enlevèrent des boeufs et les maltraitèrent. Les Indiens, intimidés et peu nombreux, abandonnèrent ces terres.

  • 36 Voir A.G.N. Hospital de Jesús, leg. 355, exp. 12, feuille 1.

106Ce n’est que plus tard, en 1751, qu’ils entreprirent un procès contre Diego de Retana, possesseur du Rancho de Cuautla et de l’Hacienda Santa Ursula, exhibant leur merced de 154736. On ne cait comment Diego de Retana était en possession de ces terres. Les avait-il achetées à doña Theresa de Villasis ou à ses héritiers ? Il prétendit qu’il ne s’agissait pas des mêmes caballerías de terres que celles de la merced de 1547. Quoi qu’il en soit, il conserva ces terres et le village ne retrouva pas ses 4 caballerías de 1547.

107Ce document ne suffit pas à expliquer toutes les autres spoliations de terres, mais nous avons là une précision intéressante, montrant comment dans un village, des terres, parfois provisoirement en friche, pouvaient être accaparées et devenir des propriétés privées. Le manque de documents prouvant ces spoliations s’explique-t-il par le fait que les propriétaires de l’Hacienda de Xoco ont pu détruire tous les documents concernant leur domaine lorsqu’ils le vendirent en 1882 aux paysans de San Andrés et de San Pedro ? C’est une hypothèse envisageable.

108Le village de San Pedro fut encore spolié en 1850 lorsqu’une épidémie de choléra fit disparaître toute la population, sauf une survivante, du quartier de San Buenaventura. Les titres de propriété de ces terres furent alors dérobés par les propriétaires de l’hacienda voisine de San Juan de Dios, qui occupèrent les lieux.

109Des conflits surgirent aussi entre les villages à propos de limites de terres. Le conflit qui opposa Jalatlaco et Ajusco dès l’époque coloniale n’a toujours pas été réglé en 1975, malgré des réclamations encore très récentes d’Ajusco. Des problèmes semblables se posèrent entre Magdalena et Xicalco. Topi-lejo et San Mateo Jalpa, qui ne furent jamais réglés.

110On peut conclure, pour cette période qui va de 1520 à 1850, que les villages perdirent une partie de leurs terres, soit parce qu’elles étaient restées en friche et que les marquis del Valle les ont distribuées en propriétés privées, soit parce que les haciendas, constituées aux confins des villages, ont spolié ceux-ci en envahissant leurs terres communales. Les premiers procès, intentés par les villages pour se défendre, au début du xviiie siècle, furent toujours gagnés par ces villages, mais les propriétaires d’haciendas refusèrent les verdicts. Les conflits se poursuivirent donc, mais à la fin du xviiie siècle, les juges furent plus favorables aux propriétaires d’haciendas. Au xixe siècle, après l’Indépendance, les mêmes conflits se prolongèrent et les villages continuèrent à être dépouillés de leurs terres. La surface totale des villages passa, durant cette période, de 27 500 hectares à 20 000 environ, soit un quart de terres en moins. Deux villages, San Pedro et San Andrés, avaient perdu presque toutes leurs terres. Ajusco avait perdu les 5 000 hectares de terres données en 1609, lors de la deuxième dotation.

Les conflits pour les eaux

111D’autre part, les haciendas, pour irriguer leurs terres et abreuver leurs troupeaux, étaient de grandes consommatrices d’eau. L’Hacienda de Xoco avait construit un véritable barrage pour son approvisionnement. De nombreuses haciendas étaient donc intéressées par les eaux et les sources de la sierra de l’Ajusco, non seulement les haciendas de la sierra, mais aussi celles du plateau et des régions voisines. De nombreuses concessions d’eaux furent demandées par les domaines privés au marquis ou au vice-roi.

112Les eaux de la sierra s’infiltrant assez haut et se perdant ensuite, ce fut surtout sur le territoire du village d’Ajusco que furent recherchées les sources ou les ruisseaux susceptibles d’être captés. C’était un véritable château d’eau dont les possibilités ont été utilisées très tôt et partagées.

113Les premières concessions d’eau dont parlent les documents datent de 1631. Il s’agissait de capter une source du Mont Magdalena au profit de la Casa Huerta de San Jacinto, appartenant à des religieux de San Agustín Cuevas. La même année, le propriétaire du Rancho San Joaquín Xoco obtint l’autorisation de construire trois canalisations jusqu’à son rancho, afin d’approvisionner en eau sa maison et d’abreuver ses mules et ses chevaux. En 1742, une autre concession d’eau, venant des terres d’Ajusco, fut octroyée à l’Hacienda de Xoco. Presque toute l’eau utilisée dans cette hacienda provenait du village d’Ajusco.

  • 37 Voir Annexe II, carte 3.

114En 1695, quatre sources de ce même village furent octroyées à l’Hacienda de Borja, située au nord-ouest du village et appartenant à la Compagnie de Jésus. Les dirigeants d’Ajusco et du village voisin d’Atlapulco furent convoqués pour savoir s’ils ne souffriraient pas de préjudice. Ils affirmèrent qu’ils ne se servaient pas de ces eaux. En effet, les sources de Viborillas, inutilisées, s’infiltraient plus bas, celles de la Cañada, de Barrancahonda et de Monte Alegre se perdaient dans des ravins. Ces sources furent accordées aux pères jésuites pour irriguer leurs champs de blé et de maïs. La même année, la Royale Audience opérait la répartition des eaux du Río Magdalena entre les villages de San Nicolás Totolapan et Tizapan, et les domaines de Mipulco et celui du collège des carmélites de San Agustín Cuevas37. En 1716, ce même collège de Santa Anna faisait une nouvelle demande pour qu’on lui adjuge les eaux de quatre sources situées au nord-ouest du village d’Ajusco. Toutes ces concessions d’eaux étaient grevées d’un cens annuel versé au marquis.

115Ces concessions lésèrent considérablement les villages, qui tentèrent de reprendre leurs droits. En 1719 et en 1720, la Royale Audience tenta de régulariser la situation. Elle mit à profit la mise sous séquestre du marquisat pour intervenir directement dans ses affaires. Cette décision peut aussi être mise en rapport avec la cédule royale de 1710 visant à régler tous les litiges entre villages et haciendas, à propos des terres. La cédule royale du 25 novembre pourrait en être le corollaire : tous les Espagnols et Indiens vivant sur les terres du marquisat, et jouissant de sources ou de ríos sans en avoir les titres de concession, purent exposer leur cas et légaliser leur situation. Tous les villages de l’Ajusco exposèrent alors leurs problèmes : les haciendas consommaient beaucoup trop d’eau et privaient les villages. A part Ajusco, tous les villages situés plus bas dépendaient des distributions plus ou moins généreuses d’eau que les haciendas leur faisaient, cette eau passant préalablement sur leurs terres. En 1720, les villages obtinrent de nouvelles concessions d’eau.

116Certaines haciendas, telles l’Hacienda de Mipulco et celle de l’Arenal, possédaient leurs propres ríos, le Río de la Cañada, le Río Arenal, et plusieurs sources ; elles durent en accorder une partie afin d’approvisionner les domaines et les villages situés plus bas. L’Arenai dut, en 1700, laisser une partie des eaux du Río Arenal irriguer les cultures de blé de l’Hacienda de Xoco. L’Hacienda de Mipulco fournissait en eau le village de San Nicolás Totolapan.

117Cette situation créa de nombreux conflits, les propriétaires d’haciendas ayant tendance à utiliser beaucoup d’eau, et à en priver ceux qui se trouvaient en contre-bas. En 1754, le Rancho de Cuautla, appartenant à l’Hacienda de Xoco, fut attaqué en justice par un quartier de San Agustín Cuevas, car, l’aqueduc, qui descendait du rancho, était complètement à sec : les eaux de la source Ojo de Anxalco étaient retenues plus haut par le propriétaire du rancho. En 1783, il y eut une grave révolte des habitants de San Nicolás Totolapan, car l’Hacienda de Mipulco avait construit des canaux et des barrages pour retenir l’eau sur ses terres. Son propriétaire, M. Enderica Estebán, en raison de ses exactions, eut de très graves conflits avec les villages voisins. Les paysans de San Nicolás Totolapan envahirent plusieurs fois de nuit l’hacienda pour rompre les canaux et faire couler l’eau jusqu’au village. Un procès suivit, qui redonna ses droits au village.

118Les concessions d’eau provoquèrent aussi des conflits entre les haciendas. En 1695, les employés de l’Hacienda de Mipulco détruisirent le conduit qui menait les eaux à l’Hacienda de Borja, des pères jésuites, alors que le blé était semé et nécessitait une irrigation régulière. En 1698, l’Hacienda de Mipulco intenta un procès à cette même hacienda, car celle-ci prétendait que le Llano de Chichicaspa lui appartenait. Or, sur ce terrain, il y avait deux sources que les jésuites voulaient utiliser, en les déviant vers la Barranca Honda où se formait une autre source leur appartenant.

119Il y eut, d’autre part, de nombreuses protestations des propriétaires de l’Hacienda de Xoco contre ceux de l’Arenai, possesseurs de sources qui irriguaient les terres de Xoco. Il arriva plusieurs fois que l’Hacienda del Arenal arrêtât l’eau pour son usage personnel. En 1726, un long procès opposa J. Patino de las Casas, propriétaire de Xoco, à P. Salvino Gerardi, propriétaire de l’Arenal, qui refusait de laisser une partie des eaux du Río Arenal couler sur les terres de Xoco, selon la concession de 1700. Xoco obtint gain de cause.

120En 1732, G. Moro, possesseur à l’époque du Rancho de Abajo, et acheteur de l’Arenal, décida de couper l’eau à nouveau, privant ainsi d’eau l’Hacienda de Xoco et les villages situés plus bas. Il fut condamné par la Royale Audience à respecter les diverses concessions d’eau. Mais il ne tint pas compte de la sentence, et de nombreux procès lui furent intentés.

121L’affaire se régla lorsque G. Moro, qui n’avait pas réussi à acheter le Rancho del Arenal, dut le rendre, après l’avoir occupé quelques années.

122Les conflits pour les eaux et pour les terres ne furent cependant pas les seuls types de relations qu’entretinrent les haciendas et les villages de la sierra. Certains documents nous laissent, en effet, entrevoir que des relations économiques s’étaient établies entre eux.

Les relations économiques entre les villages et les haciendas

123Les habitants des villages cherchèrent souvent un complément de ressources dans les haciendas voisines. Divers documents montrent que, durant toute l’époque coloniale, les paysans travaillèrent dans les grands domaines, comme peones, ouvriers agricoles ou domestiques, comme bûcherons ou bergers, ou bien louèrent des terres.

  • 38 Voir Archives paroissiales de Tlalpan, livre No. 1841-43.

124Un document intéressant de 175038, montre qu’une dizaine de paysans d’Ajusco travaillait depuis plusieurs années sur une hacienda voisine, l’Hacienda El Bentorriyo, du capitaine don Silvestre Vidal. Ces paysans auraient dû être rémunérés, mais ils ne recevaient jamais leur salaire : l’hacienda possédait, en effet, une tienda de raya (boutique) où ils pouvaient acheter du pulque et leur dette dépassait largement leur salaire. Or, les malheureux n’avaient aucun espoir de pouvoir rembourser les quelque 100 pesos de dette, somme très importante pour eux, car l’hacienda, n’ayant plus besoin de faire couper le bois, les avait renvoyés, non sans leur avoir pris, pour se rembourser, des mules et des chargements de bois qu’ils transportaient sur les chemins du village. Le juge de Coyoacán, qui eut à régler ce conflit, décida d’un remboursement de la dette étalé sur plusieurs mois.

  • 39 Voir A.G.N., Hospital de Jesús, leg. 308, exp. 83, feuilles 1 et 2.

125D’autres documents nous permettent de nous rendre compte que les peones n’étaient guère payés pour leurs services. En 1751, Mathias Felipe, paysan de Santo Tomás Ajusco, se plaignit auprès du juge de Coyoacán des injustices dont il était victime39. Il était berger au Rancho de la Venta de San Miguel Ajusco, employé par Joseph Dorante. Son salaire s’élevait à 2 pesos par mois, alors qu’il aurait dû être de 5. Avec une famille de quatre enfants à nourrir, c’était très insuffisant. J. Dorante n’admit pas de le payer davantage. Au contraire, il lui confisqua, par représailles, un cheval pendant huit jours, l’empêchant de travailler. Puis, il retint sur son salaire quelques pesos, sous prétexte que 40 brebis du rancho avaient été perdues par sa faute.

  • 40 Voir A.G.N., Indios, volume 20, exp. 55, feuille 33 :
    “Para que el corregidor de Cuyuacan ampare a (...)

126Les conflits de ce genre durent être multiples, comme en témoignent divers documents. En 1656, les habitants d’Ajusco s’étaient déjà plaints de mauvais traitements, d’esclavage, de travail non rémunéré, de la part du juge Castañeda, de Xochimilco, qui les employait sur le Rancho Castañeda. Le juge de Coyoacán envoya au gouverneur de Coyoacán une lettre lui demandant d’intervenir afin que les habitants d’Ajusco conservent leur entière liberté et ne subissent plus de préjudices de la part du juge Castañeda40.

  • 41 Voir A.G.N., Indios, volume 30, exp. 242, feuilles 228-229.
  • 42 Voir A.G.N., Hospital de Jesús, leg. 302, exp. 15, feuille 4.

127Au xviie siècle, les Indiens semblent avoir toujours été défendus contre leurs oppresseurs. A Topilejo, en 1689, un décret41 semblable garantit aux Indiens un salaire pour tout transport d’eau ou ramassage de bois sur un rancho voisin. En 1740, un décret42 de la Royale Audience, rédigé en espagnol et en nahuatl, fut publié, concernant tous les Indiens de la juridiction de Coyoacán ; il précisait que les propriétaires d’haciendas, ou leurs administrateurs, ne pouvaient obliger les Indiens à travailler sans leur consentement.

128En 1755, l’Hacienda de Mipulco eut un grave problème de main d’oeuvre, les Indiens des environs refusant de travailler.

129L’hacienda fabriquait à l’époque du charbon de bois, destiné à la vente. Elle se plaignit auprès du juge de Coyoacán et auprès des dirigeants des villages, de ce que les Indiens étaient paresseux, toujours ivres de pulque, et, que, malgré un bon salaire et l’octroi de terres à cultiver, on ne pouvait plus trouver personne à recruter. Le propriétaire demanda qu’on intercède pour trouver des travailleurs. Le gouverneur de Coyoacán répondit que les Indiens devaient garder leur liberté, et qu’on ne pouvait les obliger à travailler contre leur gré. Il est à noter que ce problème surgit l’année même de la première révolte d’Ajusco contre Mipulco, à propos de spoliations de terres communales. On comprend alors mieux pourquoi les Indiens d’Ajusco refusaient de travailler sur l’hacienda, où ils auraient pu être victimes de représailles.

  • 43 Voir A.G.N., Tierras, volume 1681, exp. 6, feuilles 10 à 14.

130D’autre part, certaines terres des haciendas étaient louées à des habitants des villages. Le livre de compte de l’Hacienda de Xoco, de l’année 176643, montre que les habitants de San Andrés et de San Pedro louaient, les uns pour 23 puis 30 pesos, les autres pour 3 pesos et 4 réaux, puis 10 pesos, des pâturages pour leurs troupeaux. Il faut rappeler que les terres de ces deux villages avaient été absorbées par l’hacienda et que les habitants n’avaient d’autre recours que de louer les terrains qui leur étaient indispensables. Le livre de compte, précisant qu’une lettre dut être envoyée à San Andrés pour obtenir un règlement rapide de sa dette, prouve que les paysans ne pouvaient pas toujours payer, ou différaient volontairement le paiement.

131D’autres terres étaient louées pour les labours : le Rancho de Tochihuitl, appartenant à Xoco, était loué aux paysans de San Andrés ; des terres de Mipulco étaient aussi allouées. Les comptes de l’Hacienda de Xoco montrent que celle-ci louait, en 1750, des terres à 48 paysans de San Andrés, 31 de Magdalena, et 16 d’Ajusco. En 1731, les trois ranchos de Viborillas, Saucedo et Abajo, étaient loués, et sans doute depuis plusieurs années, aux habitants d’Ajusco.

  • 44 Voir Archives paroissiales de Tlalpan, livre No. 1841-43.

132Des problèmes surgirent aussi : par exemple, un document des archives de Tlalpan44 raconte comment une Indienne d’Ajusco fut victime des exactions du propriétaire de Xoco. Martha María de Santiago, louait des pâturages au Rancho de la Venta de Ajusco, appartenant à cette hacienda. Le berger de Xoco, Juan Nicolás avait la garde de ses 29 brebis et 13 moutons.Or, en 1762, l’administrateur du rancho s’empare du troupeau de Martha María de Santiago, sous le prétexte de se dédommager des pertes subies dans le propre troupeau du rancho, confié lui aussi à la garde du berger Juan Nicolás.

133Les haciendas tiraient encore profit d’autres ressources : le bois et les pierres. Le Rancho de Tochihuitl, appartenant à Xoco, louait ses carrières de pierres. L’Hacienda de Mipulco et celle de Xoco autorisaient les coupes de bois sur leurs terres, contre le paiement d’une taxe. Les paysans payaient une certaine somme qui leur donnait droit à des tickets, exigés lorsqu’ils pénétraient sur les terres de l’hacienda pour aller y couper du bois. De nombreux documents nous montrent que les villages de l’Ajusco se fournissaient ainsi en bois.

134Ces locations de terres, de pâturages, ces ventes de bois, de pierres par les haciendas prouvent que les villages possédaient des ressources insuffisantes, et qu’ils devaient chercher ailleurs des compléments de ressources. Certains paysans étaient même si démunis qu’ils se louaient sur les grands domaines, où ils étaient maltraités et mal payés. Cette situation s’explique par le fait que les terres accordées aux villages, lors de leur fondation au xvie siècle, devinrent vite insuffisantes et étaient de mauvaise qualité en général. D’autre part, ces terres furent peu à peu spoliées par les créations de ranchos, accordées par les marquis dei Valle, dès le xviie siècle, puis par les grands domaines, qui se fondèrent par cumuls successifs de diverses propriétés privées. Les trois grandes haciendas de la sierra ne cessèrent, jusqu’au xixe siècle, d’accaparer des terres communales.

135Les villages tentèrent par de nombreux procès de reprendre leurs terres, mais, ou bien les sentences du juge de Coyoacán en leur faveur restèrent lettre morte, ou bien, surtout à la fin de l’époque coloniale, les haciendas obtinrent gain de cause. Au xixe siècle, certains villages avaient perdu une partie de leurs terres communales. Les plus touchés furent San Pedro et San Andrés, presque complètement absorbés par l’Hacienda de Xoco. Ajusco avait perdu les 5 000 hectares obtenus en 1609. Complètement encerclés par les haciendas, les communautés rurales n’avaient plus d’espoir de trouver de nouvelles terres, alors que s’accroissait la population.

136Il semble, d’autre part, qu’à la fin de l’époque coloniale, à l’intérieur même des villages, sur des terres communales, ait commencé à se constituer, illégalement, et parfois par la force, un nouveau type de propriété, la petite ou moyenne propriété privée. Contre cette nouvelle menace pour leurs terres communales, les villages eurent beaucoup de mal à lutter.

137Or ce nouvel aspect de l’histoire agraire dans la sierra n’était que le prélude d’une époque nouvelle, où les villages allaient voir, après les lois de Réforme, leurs terres communales menacées d’être toutes divisées et transformées en petites propriétés privées.

Notes

1 F. Alvarado Tezozomoc, Crónica mexicana, page 61.

2 Instituto Nacional de Antropología e Historia, (nous utiliserons en abréviation I.N.A.H), Documentos históricos del licenciado Faustino García Chimalpopoca, volume 254, feuilles 259-260.

3 A.G.N. Tierras, volumen 2676, expediente 4, feuilles 1-4. Voir la reproduction en Annexe VII.

4 A.G.N. Tierras, volumen 26 /6, expediente 4, feuilles 1 à 4.
“Lo que si demasiadamente te [Dios] rogamos que cuando llegue ese día, ese momento que venga a repartir las tierras, el señor Marqués, tu saldrás, tu te paras para que nos pacen a quitarnos mas tierras”.

5 Voir Annexe II, carte No. 3.

6 Voir Annexe IV, photos Nos. 11 et 12.

7 Voir A.G.N, Hospital de Jesús leg. 355, exp. 12, feuille 1.

8 Voir Annexe VII, copie du document et fondation du village du fonds Tierras de l’A.G.N. vol. 875, exp. 3, feuilles 1 à 6.

9 Voir Annexe II, carte No. 3.

10 Document de A.G.N. Tierras, vol. 875, exp. 3, feuille 1, (voir copie dans l’Annexe VII.).
“resultando grave beneficio, utilidad el que se funden pueblos en los montes, sernos y cañadas que ay en los términos de esta siudad... doy licencia a Balthasar Cuautlin Diego Themeasin indios christianos...”

11 Le village d’Ajusco conserve une copie d’un document qui proviendrait de l’A.G.N. Tierras, vol. 2734. Aucune autre précision n’est donnée. Or, malgré des recherches minutieuses à l’A.G.N., il n’a pu être possible de localiser l’original qui reste introuvable: a-t-il disparu? Est-il égaré dans un autre volume du fonds Tierras?

12 Voir Annexe III, dessin du blason.

13 Voir Annexe IV, photos Nos. 2,3,4,5 et 6.

14 Voir Annexe VII, copie du document de l’A.G.N. Tierras, vol. 55, exp. 7, feuilles 1 à 4.

15 Voir Annexe II, tarte No. 3.

16 Selon les estimations de Irançois Chevalier, La formation des grands domaines au Mexique, terre et société aux xvième et xviième siècles. Paris, Institut d’Ethnologie, 1952, 480 pages.

17 B. García Martínez, El marquesado del Valle, Colegio de México. 1969, 175 pages. Voir pago 97.

18 Voir Annexe IV, photo No. 2, carte de 1609.

19 Voir Annexe II, carte 3.
Voir Annexe II, photographie de la carte du domaine de Mipulco, conservée dans le fonds Hospital de Jesús.

20 Voir Annexe II, carte 3.
Voir Annexe II, photographie de la carte du domaine de Mipulco, conservée dans le fonds Hospital de Jesús.

21 A.G.N, legajo 99, expediente 294 (en annexe et à la fin du document).

22 Voir Annexe II, carte 3.

23 Voir Annexe II, carte 3.

24 Voir Annexe II, carte 3.

25 Voir Annexe II, carte 3.

26 Voir Annexe II, carte 3.

27 Voir Annexe II, carte 3.

28 Voir A.G.N. Hospital de Jesús, leg. 120, exp. 7, feuille 9 :
Vio que excedían [les terres] a las que les permitten las reales ordenanzas, que tienen usurpadas tierras... en que se podían fundar differentes ranchos”.
Les ordonnances royales avaient fixé à 600 varas (501 mètres) à partir de l’église les limites du fundo legal ou emplacement et superficie des villages.

29 Voir A.G.N., Hospital de Jesús, leg. 120, exp. 7, feuille 9 (verso)
"Sigue indisputablemente que no siendo los indios de Ajusco mas que depositarios, usufrutuarios interinos, о inquilinos precarios...”

30 Voir A.G.N, Hospital de Jesús, leg. 99, exp. 294, feuille 45 (recto).
“Desde dichos corrales, passamos hasta las tierras que tienen sembradas los indios de Ajusco, que son muchas las que poseen, y según lo que deùiestra ; se han estendido por no haber quien les contrediga en todas las tierras que han querido dentro del Estado, y puede ser sean algunas de las 6 caballerías por lo cercano que estan a dichos corrales”.

31 Voir A.G.N, Hospital de Jesús, leg. 333, exp. 57, feuilles 1 à 5.

32 Voir A.G.N, Tierras, leg. 2012, exp. 5, feuille 1.

33 Voir A.G.N. Hospital de Jesús, leg. 279, exp. 21, feuille 10.

34 Voir Annexe II, photographie de la carte montrant la zone en litige entre les deux haciendas. A.G.N., Hospital de Jesús, leg. 49, exp. 6, page 45.

35 Voir A.G.N. Hospital de Jesús, leg. 355, exp. 12, feuilles 3 à 12.

36 Voir A.G.N. Hospital de Jesús, leg. 355, exp. 12, feuille 1.

37 Voir Annexe II, carte 3.

38 Voir Archives paroissiales de Tlalpan, livre No. 1841-43.

39 Voir A.G.N., Hospital de Jesús, leg. 308, exp. 83, feuilles 1 et 2.

40 Voir A.G.N., Indios, volume 20, exp. 55, feuille 33 :
“Para que el corregidor de Cuyuacan ampare a los naturales de Ajusco en libertad y no consienta que la persona de quien se quejan [le juge Castañeda] se sirva de ellos en contra de su voluntad y les pague lo que les debiere de su trabajo y servicios”.

41 Voir A.G.N., Indios, volume 30, exp. 242, feuilles 228-229.

42 Voir A.G.N., Hospital de Jesús, leg. 302, exp. 15, feuille 4.

43 Voir A.G.N., Tierras, volume 1681, exp. 6, feuilles 10 à 14.

44 Voir Archives paroissiales de Tlalpan, livre No. 1841-43.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter