Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Problèmes agraires de l’Ajusco

 | 
Nicole Percheron

Chapitre 1. Les conditions de la vie rurale dans les villages de l’Ajusco

Texte intégral

LE MILIEU NATUREL

Relief et Géologie

  • 1 Voir Annexe II, carte No. 2.

1Les villages de l’Ajusco se trouvent dans une zone montagneuse très accidentée, de formation volcanique1. Ils sont situés entre 2 900 mètres d’altitude, à Santo Tomás Ajusco, et 2 350 mètres à San Pedro Mártir. La sierra de l’Ajusco relie la sierra de Las Cruces, à l’ouest, à la cordillère du Popocatepetl, à l’est. Elle fait partie, géographiquement, du système montagneux tarasco-nahua, ou axe néovolcanique, dans la Sierra Madre occidentale du Mexique.

2Cette région se forma à la suite de mouvements tectoniques successifs qui se produisirent à l’époque tertiaire et qui bouleversèrent le plateau sédimentaire central, édifié à l’ère secondaire. Le volcan de l’Ajusco, surgi à l’époque miocène, culmine à 3 953 mètres d’altitude. Les dernières manifestations volcaniques de la sierra eurent lieu en 76 après J.C., lors de la dernière éruption du volcan Xitle, situé un peu plus au nord que l’Ajusco, et qui couvrit de laves le rebord sud du plateau de México, constituant ainsi le Pedregal de San Angel. Ces divers mouvements tectoniques donnèrent au plateau de México sa physionomie actuelle: de hauts volcans au sud, des coulées volcaniques à leurs piémonts plus au nord, de nombreuses “lagunes”, aujourd’hui plus ou moins asséchées, qui proviennent d’une ancienne et grande “lagune” divisée par les divers séismes.

  • 2 Idem.

3Cette sierra de l’Ajusco se compose d’une double ligne de volcans, aux caractéristiques assez différentes par leurs altitudes et leur constitution géologique. Une première ligne de volcans, plus ancienne que le Popocatepetl, forme une crête volcanique ouest-est, en arc de cercle, qui ferme au sud cette région: l’Ajusco2, le Marinal (ou Malinali), le Mezontepec, le Malacatepetl, le Pelado, l’Oyameyo, l’Ocopiasco, le Chichinautzin et le Cuautzin sont les principaux volcans de cette chaîne. L’Ajusco, le plus important, a trois sommets: le Santo Tomás qui est à 3 953 mètres, le Zempoaltepetl à 3 950 mètres et le pic de l’Aguila à 3 937 mètres. Au pic de l’Aguila il reste une sorte d’obélisque érodé en son centre, en haut du sommet, qui permet de voir une partie de la chaudière. Son cratère fut énorme. Volcan de type strombolien, il jeta sur ses pentes de nombreuses cendres ainsi que des laves.

4Tous les volcans de cette première chaîne se caractérisent par leurs altitudes élevées, plus de 3 000 mètres, leur aspect majestueux, leurs cônes bien développés, leurs cratères très abîmés par l’érosion et envahis par la végétation.

5Ils sont entièrement couverts de forêts épaisses. Ils sont constitués d’andésites, hornblende du miocène, qui sont ici les plus anciennes, et du début du pliocène, de magma amorphe et microlithique. Ces roches volcaniques sont d’une couleur rouge gris, plus ou moins rouge selon l’oxydation. Sur les flancs et au pied de ces volcans se déposèrent de multiples pierres ponces. Elles se mêlent aux produits de la désintégration des andésites qui constituent les volcans. Les eaux de ruissellement les disposent en strates irrégulières et peu inclinées qui constituent des tufs détritiques et des collines. Ces roches volcaniques sont couvertes en divers endroits par un revêtement d’argile et de sable mêlé à la terre végétale, mais sont souvent à découvert, ce qui entraîne la rareté des terres cultivables.

  • 3 Idem.

6Au nord de cette haute crête volcanique, s’étend une deuxième ligne de volcans, parallèle, très différente. Plus bas en altitude, ils s’élèvent entre 2 500 et 3 000 mètres en général, tel le Xitle3, le plus élevé, à 3 188 mètres, le Cuatzontle, la Magdalena, l’Ololica (ou Olincan), le Xochitepetl. Moins majestueux, aux cônes moins développés, dépourvus de végétation, ils ont par contre des cratères bien conservés qui témoignent de leur formation plus récente. En effet, leur sous-sol, constitué par les andésites provenant des éruptions des volcans sud, a été recouvert par des basaltes, riches par endroits en cristaux d’olivine, qui ont jusqu’à 50 mètres d’épaisseur à l’est.

7Ils ont formé diverses couches de laves noires, superposées au cours des éruptions successives. Ces coulées de laves ont parfois entouré des andésites qui formaient des pics comme dans la zone du Xitle. Cette deuxième ligne de volcans encore en activité au début de notre ère, interrompit et modifia le versant nord de la première ligne de volcans.

8Les villages se sont installés soit sur les flancs de cette deuxième formation volcanique, comme San Andrés et San Pedro, soit au pied des volcans plus élevés, tels Ajusco, Magdalena, Xicalco, Topilejo et Parres. L’altitude élevée où se situent ces villages, et la constitution volcanique des terrains, où andésites et basaltes sont souvent à nu, font de ces villages des lieux de terres froides, ingrates et stériles, donc peu fertiles et peu cultivables.

Hydrographie

9Ces terres sont, en outre, dépourvues d’eau en raison du système hydrographique déficient. Ceci peut paraître paradoxal car la sierra de l’Ajusco, dans sa partie sud et élevée, est riche en sources, comme en témoigne le nom qui lui fut donné par les habitants: Axochco, (Atl-Xochitl-Co) nom nahuatl signifiant: lieu de la fleur de l’eau, ou lieu des sources. Le deuxième nom d’Ajusco, Xaltipac, précise que ces sources coulent sur le sable. Dans la zone du mont Alegre jaillissent, notamment, d’innombrables sources.

10Celles-ci donnent bien naissance à de petits ruisseaux, mais ceux-ci ne tardent pas à s’infiltrer, ainsi que les eaux de pluie et de ruissellement, dans les interstices des roches andésitiques très abîmées par l’érosion due aux variations très fortes de températures durant la journée, en ces lieux élevés. Ou bien, arrivées plus bas, les eaux qui ont pu rester en surface s’infiltrent complètement, absorbées par les couches basaltiques poreuses et très perméables. Ainsi, les ruisseaux à peine formés disparaissent définitivement, et les eaux de l’Ajusco, si prometteuses, ne servent en rien aux villages de la sierra.

  • 4 Fernando Alvarado Tezozomoc, Crónica Mexicana (1598), México, Ed. Leyenda, S.A. 1944, page 382.

11Les eaux infiltrées s’arrêtent en profondeur, sur la couche andésitique plus ancienne, imperméable à cet endroit car protégée de toute érosion, et qui forme la base de toute la sierra. Les eaux resurgissent plus bas et plus au nord, au pied de la sierra, sous forme de sources. Elles alimentent en eaux d’irrigation les chinampas ou jardins de Xochimilco. Elles donnent les sources sulfureuses de Xico, à l’est de la sierra. C’est une de ces sources, qui surgit près de Coyoacán sur le pedregal de San Angel, la source Acuecuexatl que le roi aztèque Ahuitzol voulut capter et dérober au roi de Coyoacán et qui faillit inonder Tenochtitlan, la capitale aztèque, comme le raconte le chroniqueur aztèque Tezozomoc4.

12Des sondages récents ont permis de découvrir une nappe phréatique immense, sorte de grand lac souterrain invisible, sous les ultimes contreforts de l’Ajusco, notamment dans la région de Natividas et de Santa Cruz. Cette nappe est alimentée par les eaux qui s’infiltrent sur les flancs de la sierra de l’Ajusco. Son rôle est extrêmement important dans l’équilibre hydrographique de tout le plateau: une partie de ces eaux ressort donc sous forme de sources, notamment près de Xochimilco, mais une autre partie alimente la nappe phréatique de tout le plateau de México. Si cette nappe est saturée, des sources surgissent alors au pied des volcans: ce sont les ojos de agua.

13Malgré tout, quelques ríos parviennent à couler et à irriguer certaines terres: le Rio San Juan de Dios, provenant de sources sur le pedregal du Xitle, le Río Eslava et le Río Magdalena, mais ils se trouvent à la périphérie sud et ouest de la sierra et ne sont guère utiles aux villages de l’Ajusco. Le Río Buenaventura, le seul qui desservait plusieurs villages, est capté dès sa source, à l’est du village de Santo Tomás Ajusco, mis sous tube pour l’usage local de cette communauté. Son lit reste donc à sec et les autres villages sont privés d’eau. Ces ríos restent, de toutes façons, de très faible débit et ne peuvent être utilisés pour une irrigation de grande envergure. Il faut tenir compte aussi des saisons, car, l’hiver, en saison sèche, beaucoup de sources se tarissent et les ríos sont à sec.

14Le problème de l’eau se posait déjà à l’époque coloniale, d’autant plus que de nombreuses “grâces” d’eau aux haciendas, par les vice-rois, avaient privé en partie d’eau les villages.

15A l’heure actuelle encore, le manque d’eau reste un problème primordial pour les paysans qui ne peuvent pratiquer que des cultures dites de temporal, c’est-à-dire uniquement en saison des pluies.

Le climat

16Le climat, qui détermine l’approvisionnement en eau, est un facteur décisif dans les possibilités agricoles de la sierra. Les villages se trouvent dans les terres froides, ce qui correspond à un climat de type tropical d’altitude. D’une part il est caractérisé par l’alternance de deux saisons: une saison sèche, d’octobre à mai, et une saison pluvieuse de juin à septembre. D’autre part, l’altitude rend le climat rude et éprouvant. Les températures moyennes sont de 16 à 18 degrés, mais peuvent atteindre 28 degrés en été et 0 degré et moins pendant les mois les plus froids, de novembre à janvier. A ces altitudes, les températures varient surtout énormément entre le jour et la nuit, notamment en saison sèche.

17Les vents dominants sont les vents du nord et nord-est, froids et parfois humides. Ils sont très forts de février à avril. Les grêles qui tombent parfois en juin, après les semailles, lorsque germent et lèvent les grains, et les gelées, fréquentes en novembre et décembre, au moment des récoltes, sont les facteurs climatiques les plus redoutés par les paysans, surtout pour les villages les plus élevés.

18Le climat et les changements de saisons rythment donc ici la vie agricole à laquelle ils sont liés.

La faune et la flore

19Le climat et l’altitude ont, cependant, favorisé le développement d’une riche végétation naturelle caractérisée par l’abondance des forêts et des herbages. Certains villages en gardent le témoignage par leur nom nahuatl: San Pedro Ocotitlan, lieu des pins, San Miguel Topilejo, de Topilan, lieu où abondent les bâtons de pèlerins. On trouve de très nombreux conifères, pins, cèdres et autres espèces typiquement mexicaines: oyameles, ailes, jacolotes... ainsi que quelques bouleaux et des capulines, sortes de cerisiers sauvages, enfin, diverses espèces de chênes. En haute altitude, des fougères et des mousses poussent en sous-bois dans les forêts de pins et d’oyameles.

20Malheureusement, un déboisement excessif, dès l’époque coloniale, a fait disparaître une partie des forêts et provoqué une grande érosion des sols, qui est accentuée par les fortes pluies d’été, enlevant ainsi de nombreuses terres à l’agriculture. Ce problème avait déjà été perçu au siècle dernier, particulièrement dans l’Hacienda de Xoco, dont l’administrateur avait réglementé les coupes de bois. Dans les zones déboisées, on trouve une végétation secondaire d’arbousiers, de chênes, de bruyères, de ronces à mûres.

21Les herbages sont aussi très abondants. Il existe divers types de zacate, herbe drue et assez haute qui sert de pâturage, et dont certaines espèces, genre de chiendent, sont exploitées pour leurs racines ou servent à fabriquer des balais. On distingue aussi le zacate tendre, l’épais, celui à “queue de rat”, tous utilisés comme pâturage pour les troupeaux.

  • 5 Bernardino de Sahagún, Historia general de las cosas de Nueva España (1590), México, Editions Porr (...)
  • 6 Toribio de Benavente о Motolinia, Historia de los Indios de la Nueva España (1568), México, Ed. Ch (...)

22De nombreuses herbes médicinales étaient autrefois ramassées sur la sierra. Mais beaucoup d’espèces ont disparu, et seules quelques vieilles femmes connaissent encore le secret des plantes, ce qui était une véritable science aux temps précortésiens. Les pères Sahagún5 et Motolinia6 nous ont décrit, après la Conquête, les richesses en arbres, plantes et herbes aux vertus curatives des montagnes qui entourent Mexico.

23Cette région boisée était, d’autre part, peuplée d’une faune abondante, aujourd’hui en partie disparue car exterminée. Les vice-rois y ont fait de splendides chasses pendant toute l’époque coloniale. Ils y chassaient spécialement une sorte de daim, très recherché, qui n’existe plus, ainsi que des biches, des cerfs, des jaguars, des lapins. On trouve encore des écureuils, des chats sauvages de montagne, des vipères, des aigles et autres oiseaux. Le village de San Andrés, dont le nom nahuatl signifie montagne aux dindons, garde le souvenir de l’abondance de cette espèce, seule volaille autrefois connue et domestiquée.

  • 7 Alvarado Tezozomoc. Crónica Mexicana, page 56:
    “Entonces dijó Tlacaeletzin (chef aztèque), escuchab (...)
  • 8 Codex Mendoza (traduit en anglais par James Cooper Clark), Londres, Ed. James Cooper Clark, 1938. (...)

24A l’époque de la domination aztèque, le tribut7 d’Ajusco comportait des livraisons de bois, de peaux de bêtes, et de pierres sculptées8. Cela montre bien que les principales ressources fournies par la sierra étaient le bois des forêts, la chasse et l’exploitation des carrières de pierres volcaniques. A l’heure actuelle, l’exploitation du bois et des carrières de pierres, les pâturages pour l’élevage fournissent des ressources importantes, en plus de l’agriculture, peu favorisée par le milieu naturel, aux habitants de la sierra.

L’ECONOMIE

Les conditions de la vie économique

25La vie économique de la région repose en effet sur les ressources de l’élevage, des cultures et du bois. Il n’y a aucune activité industrielle et peu d’activités artisanales.

26Il y a peu de terres cultivables. Les terres des villages se répartissent en trois catégories: les terres de temporal, de plus ou moins bonne qualité, classées donc dans les catégories 2 ou 3, permettant une seule récolte par an, les pâturages et les terres de montagne, inutilisables car de forte déclivité. Les terres de temporal varient de 15 % de la superficie totale à Xicalco, à 40 % à San Pedro situé plus bas. Les autres villages ont en moyenne 20 % à 30 % de terres cultivables. Les pâturages constituent en général 15 % à 20 % du total. Les terres de montagne atteignent 50 % à 60 % de la superficie dans les villages les plus élevés en altitude. On constate donc que la moitié seulement des terres est utilisable en moyenne, les terres consacrées à l’élevage étant relativement importantes. De vastes espaces restent inoccupés. A Ajusco, 80,5 % des terres sont des terres de montagne (friches, rochers ou forêts exploitables), 12,5 % des terres cultivées, et 7 % des pâturages. A Topilejo, 92 % des terres sont des pâturages et 8 % des terres cultivées.

27L’agriculture, c’est-à-dire cultures et élevage, est la principale activité des habitants. Elle occupe en moyenne 60 % de la population active, surtout dans les villages les plus élevés, qui sont les plus pauvres et les plus attardés. Cette agriculture reste très traditionnelle: les paysans utilisent encore généralement l’antique araire de bois tiré par un cheval ou deux boeufs. Une enquête récente, en 1972, à Topilejo, montrait que 58 % des paysans utilisaient l’araire, 23 % la pioche et 19 % le tracteur pour préparer les champs avant les semailles. Cet araire est le plus souvent loué, avec les animaux de trait, aux quelques paysans du village, qui, un peu plus fortunés, peuvent se les procurer. Les engrais sont peu utilisés, ce qui explique que les rendements soient très faibles. Alors qu’on obtient 10 quintaux de maïs à l’hectare sur le plateau de México, près de Tlalpan, on obtient seulement 3 quintaux sur les versants de l’Ajusco.

28Le relief accidenté, les conditions climatiques, géologiques et hydrographiques défavorables expliquent en grande partie que l’agriculture n’ait pu se développer et soit restée rudimentaire et pauvre.

Les cultures9

  • 9 Voir Annexe IV, photos No. 7 à 9.

29Sur les surfaces cultivées prédomine le maïs. Il représente 64 % de la surface cultivée, dans toute la délégation de Tlalpan. Presque chaque champ de maïs est entouré par la traditionnelle rangée de maguey, ou agave à pulque (boisson fermentée tirée de la plante). Sur les terres plus élevées d’Ajusco et de Topilejo, on cultive aussi l’avoine, l’orge, un peu de blé et des pommes de terres, qui représentent la deuxième production d’Ajusco. A Parres, où les terres sont plutôt favorables aux pâturages, les principales cultures sont celles des fourrages, 74 % de la production agricole. A cela s’ajoute la production de légumes dans les jardins qui entourent les maisons: haricots noirs, fèves, courgettes, salades, choux-fleurs, navets, radis, oignons, carottes, petits pois, tomates, piments. Ces productions couvrent essentiellement les besoins locaux des paysans eux-mêmes. Très peu de produits sont vendus sur les marchés.

30Par contre s’est développée une culture intensive et entièrement commercialisée, celle des fleurs, sur les terres les mieux exposées, les plus ensoleillées et les moins menacées par le gel, donc dans les villages les plus bas: Magdalena, Xicalco, San Andrés et San Pedro. Il s’agit surtout de fleurs coupées: giroflées, gueules de loup, roses, hortensias, marguerites, oeillets simples et gros oeillets d’Inde pour la fête des morts. Les fleurs sont cultivées sous serres pour les plus délicates (roses et hortensias), ou en plein champ. Elles sont vendues au grand marché de la Merced, les halles de México, ou au bord de la route, à l’entrée de Tlalpan, à la sortie de l’autoroute de Cuernavaca. Cette culture est pratiquée par de nouveaux venus dans la sierra, acquéreurs de parcelles privées dans les villages. Ils disposent de moyens financiers suffisants pour assurer les investissements nécessaires.

L’élevage

31A côté des cultures, l’élevage tient une place importante, en raison de l’étendue des pâturages communaux.

32La délégation de Tlalpan possède en tout:

3315 467 ovins (pour la laine)

345 541 bovins (pour le lait)

354 419 porcs

362 807 animaux de trait (boeufs et chevaux)

37soit: 28 234 animaux

38Ces chiffres de 1972, qui ont pu être recueillis, concernent toute la circonscription, soit les huit villages de l’Ajusco plus trois villages du plateau. Ils permettent d’évaluer à un peu plus de 2 500 le nombre moyen de bêtes par village, ce qui est beaucoup. On constate d’autre part l’importance primordiale du troupeau ovin, qui atteint 75 % du total. Les chiffres omettent cependant de compter le nombre de volailles, difficile, il est vrai, à évaluer, chaque paysan possédant toujours quelques poules auprès de sa maison pour les besoins familiaux.

39Dans deux villages, surtout, prédomine l’élevage: Ajusco et Topilejo. A Topilejo, les troupeaux sont trop nombreux et les paysans doivent louer des terres aux villages voisins. Les seuls chiffres que nous ayons pour ce village datent de 1935, époque de la Réforme Agraire. Ils indiquaient que, pour une population d’à peine 2 000 habitants, il y avait: 171 bovins, 453 chevaux et 3 430 moutons. On peut supposer, comme le montre le cas d’Ajusco, que le cheptel n’a cessé d’augmenter. En effet, on sait qu’à Ajusco le troupeau bovin est passé de 680 à 1 208 têtes de 1948 à 1975, c’est-à-dire qu’il a doublé en 30 ans à peine, et que le troupeau ovin, plus stationnaire, est passé dans le même temps de 5 797 à 7 670. On constate, toutefois, dans les deux cas, l’extrême importance du troupeau ovin.

40Il s’agit en grande partie d’un élevage traditionnel. Certains bergers d’Ajusco et de Topilejo possèdent quelques troupeaux de 100 à 200 moutons qu’ils font paître sur les pâturages communaux et n’ont qu’une activité pastorale. A Ajusco, en 1975, il y avait 21 bergers possédant entre 40 et 500 moutons, soit 2 260 moutons à eux tous, le tiers du troupeau ovin du village. Mais en général, les paysans ne possèdent que quelques bêtes, élevées à la maison pour les nécessités familiales. Autrefois, la laine des moutons servait à tisser le costume local. Aujourd’hui elle est vendue à des filatures proches, notamment à Chiconcuac.

41Cependant, cet élevage traditionnel a laissé place très récemment, à un élevage plus moderne, en stabulation libre, dans des fermes nouvelles installées près du village d’Ajusco; seize fermes se consacrent à l’élevage des porcs, pour la viande, des bovins, pour la viande et le lait, ou des volailles, pour la vente des poules et des oeufs. Toute la production est destinée à la commercialisation. Ce type d’élevage reste cependant tout à fait exceptionnel, et entre les mains de personnes étrangères au village. Elles sont arrivées il y a 30 ans, mais on ne connaît pas leur origine. Elles avaient acheté des terres à l’Hacienda La Venta. Aucun paysan de la sierra ne peut envisager d’installer des fermes aussi coûteuses.

42Dans la majorité des cas, en effet, nous avons vu que les paysans pratiquaient une économie de subsistance, aux revenus très bas et très insuffisants, qui expliquent la pauvreté de ces villages, à l’aspect misérable. Cependant, ils trouvent un complément de ressources dans l’exploitation des richesses forestières communales dont les produits sont en partie utilisés dans les foyers paysans, et en partie vendus à l’extérieur.

L’exploitation du bois et des carrières

43L’exploitation des forêts a en effet fourni de tous temps aux paysans des ressources en bois de construction, de chauffage, charbon de bois (pour la cuisson des aliments sur le brasero), et plus récemment, bois pour les industries du papier et de la cellulose.

  • 10 Don Alvaro Tezozomoc, Crónica Mexicana, page 56.

44Déjà au temps de la domination aztèque, les habitants de la sierra devaient fournir un tribut de bois10. A P époque coloniale, les nombreux conflits entre les villages et les haciendas pour les coupes de bois et l’exploitation des forêts, que chacun réclamait comme siennes, prouvent l’importance de l’exploitation forestière dans cette région, dont cela a toujours été la principale ressource, la seule susceptible d’être commercialisée.

45De nombreux paysans, dépourvus de terres suffisantes, en faisaient, et en font encore, leur unique occupation. A Ajusco, en 1864, sur 135 chefs de famille, il y avait:

4694 charbonniers (charbon de bois) soit 69 % de la population active

4719 bûcherons soit 13 % de la population active.

48A Topilejo, en 1935, sur 417 chefs de famille, il y avait:

49136 charbonniers soit 32 % de la population active

50116 bûcherons soit 27 % de la population active

5164 exploitants de racines de zacate soit 15 % de la population active

5261 agriculteurs soit 14 % de la population active

5318 bergers soit 4 % de la population active

54On constate donc que pour plus de la moitié de la population l’activité considérée comme principale était celle de l’exploitation forestière. Il n’existe malheureusement pas d’information plus récente précisant ainsi les diverses activités du secteur primaire exercées dans les villages, mais l’on peut facilement se rendre compte sur place qu’il y a toujours beaucoup de bûcherons et de charbonniers qui travaillent dans les forêts.

55Ces forêts occupent encore 50,8 % de la surface de la circonscription de Tlalpan, soit 15 720 hectares, ce qui est considérable et représente les plus importantes réserves forestières du District Fédéral. 86 % de ces forêts sont exploitables pour leur bois.

56Certains villages, tel Topilejo, s’étaient organisés, après la Révolution, en Société Coopérative forestière, sous la direction du Secrétariat des Forêts, de la Chasse et de la Pêche. La coopérative de Topilejo fonctionna de 1929 à 1937. Elle se chargeait de couper du bois à brûler qui était vendu à México. Puis elle fut dissoute lors de la constitution de l’ejido et de la dotation en parcelles ejidales.

57A San Andrés où il n’y avait pas cette organisation coopérative au bénéfice de toute la communauté, chacun pouvait couper du bois ou faire du charbon de bois en toute liberté dans les forêts communales. Mais, depuis 1960, cela est absolument interdit en raison des risques graves d’érosion des sols qu’entraînait le déboisement. Beaucoup de paysans se sont trouvés alors sans ressources, et obligés de chercher du travail hors du village.

58En fait, maintenant, toute cette zone forestière est sous le contrôle, en ce qui concerne les coupes de bois et les reboisements, de la Compagnie Loreto y Peña Pobre, ancienne grande hacienda située au nord de Tlalpan, devenue importante fabrique de papier et de cellulose. Les villages qui possèdent des forêts communales, comme Ajusco, Topilejo et Magdalena, ont des contrats avec cette compagnie. Cela représente l’avantage de fournir des revenus sûrs et réguliers, tirés des forêts, mais cela lie les villages à cette puissante usine qui peut pratiquer les prix qu’elle veut. Des conflits ont donc eu lieu au sujet du prix d’achat du bois par la fabrique, notamment il y a une dizaine d’années. Le problème fut réglé en 1966 par la décision de fixer le prix du mètre cube de bois de pin ou d’oyamel à 21 pesos (environ 8 francs de 1974).

59Il y a, en réalité, longtemps qu’une partie du bois était vendue à la Compagnie Loreto y Peña Pobre: depuis le siècle dernier, date de sa création. Mais il n’y avait pas de contrat, et l’exploitation des forêts se faisait anarchiquement. Maintenant, on veille aux reboisements, afin d’entretenir les réserves forestières au lieu de les détruire. Cet effort est très récent: il date d’il y a 10 ans pour Topilejo, par exemple. L’usine de Loreto y Peña Pobre, qui se charge du reboisement, fait actuellement une campagne: elle offre aux villages des arbres fruitiers, tels des noyers et des capulines, afin d’en développer l’extension. Cela offre, en outre, un double avantage aux paysans: d’une part, ils peuvent en ramasser les fruits pendant plusieurs années, et d’autre part, ces arbres peuvent être abattus plus tôt que les pins, et rapporter ainsi plus souvent des revenus.

60L’exploitation du bois fut aussi la principale ressource des haciendas de la sierra. L’hacienda la plus importante, celle de Mipulco-Eslava, fut, dès l’époque coloniale et jusqu’en 1975, date de sa vente en lotissement, uniquement destinée à l’exploitation forestière, et vendait du bois pour la construction.

  • 11 Diego Durán (1537-1588), Historia de las Indias de Nueva España e Islas de la Tierra Firme, México (...)

61Les carrières de sable et de pierres, notamment une pierre volcanique, le tezontle, qui sert à la construction, donnent aussi lieu à une exploitation lucrative. A l’époque précortésienne, déjà, les habitants de la sierra les exploitaient pour la construction. Diego de Durán rapporte, d’après les chroniques aztèques, que les Tépanèques de la sierra, lorsqu’ils furent vaincus, implorèrent les Aztèques de ne pas les massacrer car ils pouvaient leur être utiles11. Ils furent, en effet, plus tard obligés de construire une chaussée sur la “lagune” de Tenochtitlan, utilisant les pierres qu’ils cherchaient dans la sierra de l’Ajusco.

62Le village de San Andrés possède une carrière aujourd’hui délaissée. Par contre, à Topilejo, plusieurs contrats fixant les prix ont été signés depuis 1944 avec la compagnie des chemins de fer qui extrait des pierres dans les carrières du village pour l’entretien de la voie ferrée México-Cuernavaca.

DES COMMUNAUTES RURALES ORIGINALES

Les premiers habitants de la sierra

63Grâce à leurs activités encore très liées à la sierra et à son exploitation, ces villages ont conservé jusqu’à nos jours leur caractère de communautés rurales et ont pu préserver en grande partie leur originalité et leur unité. C’est un petit monde à part qui vit aux portes mêmes de la capitale, avec ses fiers paysans à cheval, grands et robustes, ce qui est très exceptionnel dans les campagnes mexicaines. Ils gardent de nombreuses traditions et coutumes. L’originalité de ces villages de la sierra s’est forgée au cours de leur histoire commune, qui a formé de véritables communautés aux liens étroits. En effet, pour expliquer cette unité, il faut remonter aux origines mêmes.

  • 12 Voir Annexe I.

64Si l’on en croit les légendes locales12 du Xitle et de l’Ajusco, la sierra fut peuplée très tôt, dès l’époque préclassique, avant l’éruption du volcan Xitle en 76 après J.C. Les fouilles archéologiques ou les découvertes fortuites, lors de travaux de construction, sous les laves du Xitle, ont mis à jour des restes humains, des meules de pierre pour le maïs, de la poterie, qui permettent de confirmer les légendes et de préciser que la sierra était peuplée autour du volcan Xitle au moment où se développait plus bas, sur le plateau, la civilisation de Cuicuilco, auprès de la pyramide récemment découverte. Les premiers habitants furent sans doute anéantis par la terrible éruption de 76 après J.C. à moins qu’ils n’aient fui avant, dès les premiers signes avant-coureurs, comme cela semble être le cas à Cuicuilco.

65Quoi qu’il en soit, les fouilles archéologiques pratiquées au sud-est du village de Santo Tomás Ajusco près de la pyramide, encore visible, de Tequipa, permettent de dire que la sierra fut repeuplée, mais bien plus tard. C’est sans doute ce que veut expliquer la légende du volcan Ajusco qui relate des événements bien postérieurs. La céramique trouvée près de la pyramide permet de dater le site de la période post-classique tardive, “Aztèque 3”, fin xive siècle. Cette partie la plus élevée de la sierra semble donc avoir été peuplée très tard. Ce sont des tribus d’origine nahua, les Tlahuicas, venues de la région de Cuernavaca, plus au sud, qui s’installèrent là. On peut prouver cette dernière affirmation d’après les similitudes des dialectes nahuatls encore parlés dans la sierra d’Ajusco et dans la région de Cuernavaca. Plus tard arrivèrent d’autres tribus nahuas, celles des Tépanèques, qui dès le xiiie siècle avaient envahi le sud-ouest du plateau de México qu’ils ne dominèrent qu’au xive siècle et dans la première moitié du xve. Il y eut alors des métissages dans la sierra entre Tlahuicas et Tépanèques. Telle fut l’origine du peuplement.

66La région de Topilejo fut peuplée bien plus tard, au début du xvie siècle, par quelques familles d’une autre tribu nahua, celle des Acolhuas qui s’étaient auparavant, depuis trois siècles, établis à l’est de la “lagune” sur le plateau. Lors de la conquête aztèque, cette zone servit de refuge à tous les indigènes du plateau de México qui fuyaient les combats. Ils s’établirent alors sur ce versant de la sierra. Les Tlahuicas, comme les Tépanèques, s’installèrent près des sources de la sierra. Ils y fondèrent les premiers villages. C’est alors que se forgèrent les communautés de la sierra, notamment par les luttes communes contre les envahisseurs et les spoliateurs.

  • 13 Diego Durán, Historia de las Indias de Nueva España e Islas de la Tierra Firme, tome 2, page 623, (...)
  • 14 Diego Durán, Historia de las Indias de Nueva España e Islas de la Tierra Firme, tome 2, page 95 : (...)
  • 15 Tezozomoc, Crónica Mexicana, page 56:
    “Y endonde estas voces dieron era desde Axochco, hasta estar (...)

67Les premiers combats pour leur liberté et leur indépendance furent ceux qu’ils durent livrer contre les Aztèques. C’est alors qu’ils entrent dans l’histoire, grâce aux récits des chroniques aztèques, écrits après la Conquête d’après les codex anciens. Ils nous racontent comment les Aztèques de Tenochtitlan, après avoir été soumis par les Tépanèques, à qui ils payaient tribut, décidèrent de secouer le joug. De 1427 à 1433, eut lieu la grande guerre de Tenochtitlan contre Azcapotzalco, l’un des royaumes tépanèques situé à l’ouest de Tenochtitlan, puis la guerre contre le royaume tépanèque de Coyoacán. Les habitants de la sierra participèrent aux combats. Ceux-ci furent très rudes, comme en témoigne la gravure n°. 11 du livre de Duran13. Ils se terminèrent dans la sierra de l’Ajusco, où les Tépanèques s’étaient réfugiés, par une poursuite meurtrière, au cours de laquelle les Tépanèques tentèrent de fuir et de se cacher dans les montagnes et dans les grottes. Les Tépanèques furent vaincus et offrirent leur soumission depuis de la sierra14 et 15.

  • 16 Selon une tradition orale recueillie dans le village même.

68La sierra fut alors, comme toutes les terres des royaumes tépanèques, soumise aux Aztèques qui s’attribuèrent des domaines, faisant des anciens possesseurs des tributaires. Tout métissage avec les envahisseurs semble avoir été refusé, comme en témoigne le refus d’assimiler une colonie de quelques familles aztèques venues participer, après la conquête espagnole, à la décoration de l’église de Santo Tomás Ajusco, vers 154016. Il s’agissait de sculpteurs sur pierre, qui furent relégués dans un quartier spécial, plus au nord, qui devint plus tard le village de San Miguel Ajusco. A l’heure actuelle, l’animosité entre les deux villages s’est perpétuée: malgré une histoire commune, des terres communes, ils ont deux municipalités distinctes, et ceux de Santo Tomás continuent à traiter avec dédain ceux de San Miguel, jugés “moins intelligents”. D’autre part, l’alliance des habitants de la sierra avec Cortés, avant la prise de Tenochtitlan, prouve qu’ils avaient réussi à garder leur unité et leur personnalité malgré l’oppression du régime aztèque, dont ils n’ont pas hésité à secouer le joug à la première occasion.

  • 17 Voir Annexe IV, photo No. 3.
  • 18 Voir Annexe IV, photo No. 5.

69Ils continuèrent à rester, tout au long des siècles, très repliés sur eux-mêmes, n’acceptant pas l’intrusion étrangère. Une preuve nous est fournie par l’extraordinaire continuité des noms patronymiques, que l’on peut constater grâce aux registres paroissiaux et aux archives coloniales. A Ajusco, par exemple, les Palomares existent toujours et portent le même nom que le président du village en 1609, que l’on peut voir sur la grande carte conservée à Ajusco17. D’autres noms y figurent, que l’on retrouve encore: Nava, Reyes18. Mais il y a aussi les Camacho, Romero, Carrillo, Los Santos... Il est intéressant de noter que dans cette région, les Indiens possédèrent très tôt des noms de famille. Ceci constitue un fait assez exceptionnel, qui reste inexplicable.

70Les registres paroissiaux, qui enregistraient à part les Indiens, les métis, les Espagnols, montrent qu’il n’y avait pratiquement que des Indiens dans les villages durant toute l’époque coloniale. On peut donc dire qu’il n’y eut pas de métissage avec les Espagnols après la Conquête. En outre, à ce fonds de population très stable à travers le temps, à cette absence de brassage, s’ajoute un fonds culturel commun, très ancien et dont il reste de nombreuses manifestations, ce qui accentue encore les liens qui unissent ces communautés.

Les fêtes traditionnelles

  • 19 Voix Annexe I, légendes du Xitle et de l’Ajusco.

71Déjà aux temps précortésiens, comme en témoignent les légendes19 du Xitle et de l’Ajusco, un culte, particulier à la sierra, s’était développé, avec ses fêtes traditionnelles, ses manifestations religieuses aux rites originaux. Ce culte était lié aux arbres, à la chasse, aux volcans.

  • 20 Voir Fray Francisco Antonio de la Rosa Figueroa, 14 juin 1766, Manuscrit de la Bibliothèque Nation (...)
  • 21 Diego Durán, Historia de las Indias de Nueva España e Islas de la Tierra Firme, tome I, pages 269- (...)

72Le religieux Fray Antonio de la Rosa Figueroa, dans un manuscrit conservé à la Bibliothèque Nationale de México20, décrit la cérémonie, encore pratiquée au xviiie siècle, du “mât volant”: les habitants de la sierra allaient choisir un arbre très haut et très droit dans les forêts de l’Ajusco, dressaient son tronc dans un lieu sacré, et, de là-haut, des hommes, retenus par des cordes, se lançaient dans le vide (cérémonies encore pratiquées par les Totonaques de la sierra de Puebla). Le mât jouait aussi un rôle important dans d’autres cérémonies décrites par Durán21, et spécifiques des Tépanèques. Telle, par exemple, la fête de Miccaihuitontli, en août, petite fête des morts, ou fête des enfants morts, qui durait vingt jours: on coupait dans la montagne le plus gros et le plus grand arbre, appelé Xocotl, et, après lui avoir enlevé l’écorce, on le plaçait à l’entrée de la cité ou du village. Posé sur le sol, il était l’objet d’une grande vénération. Offrandes, danses, chants lui étaient dédiés. Ces cérémonies devaient protéger les enfants. Lors de la grande fête des morts, qui suivait, le tronc était alors dressé. A son sommet, on plaçait un oiseau fait de pâte. La fête continuait, par des danses, des offrandes, des sacrifices humains et un grand feu.

  • 22 Voir Motolinia, Historia de los Indios de Nueva España, page 53.

73Motolinia22, lui, rapporte les cérémonies dédiées, une fois par an, aux divinités des forêts: les seigneurs et les chefs, après avoir chassé absolument tous les animaux qu’ils avaient rencontrés dans la montagne, le gibier comme les serpents, les oiseaux et même les papillons, allaient les sacrifier dans les temples construits sur la montagne.

  • 23 Voir reproduction en Annexe VI, gravure 27 du livre de Duran, Historia de las Indias de Nueva Espa (...)

74Les volcans faisaient aussi l’objet d’un culte particulier. Les fêtes principales avaient lieu en octobre lors de la fête de Tepeilhuitl. Ce culte était lié à celui de Tlaloc, dieu de la pluie et du tonnerre, et à celui de la déesse des eaux et des sources, qui étaient les maîtres de la sierra. Les volcans étaient représentés par des reproductions23 en pâte. Ils devaient être nombreux car ils représentaient tous les volcans de la terre. Chaque maison, qui possédait son petit autel particulier avec ses idoles, y ajoutait ces volcans de pâte et quelques offrandes. Tous ces volcans avaient des têtes avec des yeux, des costumes de papier, ou étaient peints en noir, ou couverts de terre, d’arbres en papier. Au bout de trois semaines les têtes de ces petites idoles étaient coupées et une sorte de “communion” sacrée était réalisée par l’absorption de cette pâte aux vertus magiques, la divinité entrant en chaque individu. Puis quatre grains de maïs étaient jetés aux quatre vents pour obtenir une bonne moisson.

  • 24 Selon une tradition orale conservée au village d’Ajusco.

75Un culte très particulier, lié aussi à la moisson, avait lieu chaque année, le 3 mai, sur la pyramide de Tequipa, à Ajusco24. C’était la cérémonie du maïs, dédiée à la déesse de l’amour et de la moisson honorée en ce lieu. La cérémonie était présidée par le prêtre cacique, et commençait par des danses, le matin. Puis tous les habitants, qui avaient cessé le travail, partaient en procession sur les pentes de l’Ajusco, vers l’est, jusqu’à une pierre en forme de grenier à maïs, d’où, selon la légende, la déesse avait fait sortir le maïs de la sierra. Là ils faisaient des offrandes pour obtenir de bonnes moissons devant une petite cabane miniature posée sur la pierre, la porte tournée vers le village.

76La pyramide servait aussi dans d’autres circonstances: c’est là que les caciques, chefs du village, lorsqu’ils se sentaient trop vieux, désignaient et investissaient dans leur fonction leurs successeurs, au cours d’une imposante cérémonie. C’est là aussi que les fiancés venaient faire leur promesse de mariage devant la déesse. Puis ils écoutaient les conseils du prêtre, qui parlait au nom de la déesse. Le jeune homme portait ensuite sa fiancée jusqu’au sommet de la pyramide. Les jeunes parents amenaient leur enfant nouveau-né au temple où il recevait son nom, nom de fleur pour les filles, nom d’animal pour les garçons.

77Ces divers cultes semblent, d’après les dénonciations des prêtres catholiques, avoir duré longtemps après la Conquête. Il faut dire qu’il n’y eut jamais dans la sierra de prêtre permanent. Les curés qui venaient dire la messe ou rendre les divers sacrements dans les villages résidaient à Tlalpan, ou Xochimilco. Cet isolement des villages explique la persistance de certains rites actuels, qui généralement furent mêlés aux rites catholiques à peine assimilés, donnant parfois un curieux syncrétisme.

Coutumes actuelles

  • 25 Voir Annexe IV, photos No. 13, 14, 15 et 16.

78Jusqu’en 1948, on célébrait, par exemple, une messe, régulièrement, sur la pyramide de Tequipa. D’autre part, chaque année, à San Miguel Ajusco, on commémore, depuis le 8 mai 1707, l’apparition, à cette date, de l’archange Saint Michel sur trois volcans qui entourent le village. A cette occasion, les enfants dansent devant l’église, dans l’atrium, la danse des lobitos, ou petits loups; déguisés en gibier, jaguars, lapins, biches, ils dansent, accompagnés par un joueur de flûte et de tambour, tandis qu’un chasseur tente de les tuer, aidé de l’archange Saint Michel. Dès que l’un est touché, il tombe, et les loups et les corbeaux se jettent sur lui se disputant la proie25. Il s’agit, sans doute, d’une vieille réminiscence des danses que devaient pratiquer les chasseurs avant la chasse et qui ont pu être plus tard associées à l’idée de nourriture en général, lors du passage à une économie sédentaire. Le fait que l’apparition de l’archange Saint Michel ait eu lieu en mai, juste avant la saison des pluies et l’époque des semailles, n’est sans doute pas une simple coïncidence, les prêtres catholiques ayant cherché à donner un sens chrétien aux anciens rites difficiles à extirper.

  • 26 Voir Annexe IV, photo No. 21.

79Pendant que se déroule la danse des lobitos, les petites filles chantent et dansent dans l’église la danse d’origine européenne des pastoras26 (ou des bergères) vêtues de robes blanches et couronnées de fleurs. Il y a encore quelques années, les chants, accompagnés à la guitare, étaient chantés en nahuatl. Toutes ces danses semblent appeler et célébrer le retour de la végétation et l’abondance de nourriture.

80Dans tous les villages ce sont les fêtes des saints Patrons qui sont célébrées avec le plus de faste: grandes processions, mais aussi bals, fête foraine... A Magdalena, on a coutume de célébrer tous les mariages, baptêmes, communions de l’année, le 22 juillet, jour de sainte Marie-Madeleine, pour porter chance. La semaine sainte et la fête des morts sont les autres fêtes les plus importantes. Pour le 2 novembre, comme dans tout le Mexique, on apporte les offrandes de nourriture et de fleurs aux morts sur la tombe, tandis qu’un autre repas est préparé sur le petit autel familial, qu’on a gardé la coutume de disposer dans la maison.

81Beaucoup de superstitions subsistent encore. Lors d’une mort, par exemple, on laisse la porte de la maison ouverte pendant neuf jours pour que l’âme puisse s’en aller, et on sonne les cloches de l’église pour éloigner les mauvais esprits. Beaucoup de ces villages croient en des histoires de trésors et de fantômes. Les habitants d’Ajusco ont cherché, jusqu’à présent en vain, le trésor enfoui sous la pyramide de Tequipa. A Parres, on raconte qu’une femme, vêtue de blanc, dont on ne voit pas le visage, apparaît vers minuit, se dirige vers l’Hacienda El Guarda, aujourd’hui en ruines, puis disparaît. Superstitions et coutumes, encore bien préservées et respectées, contribuent à resserrer les liens entre les habitants qui se sentent appartenir à une même communauté.

82Cependant, d’autres facteurs viennent aussi donner plus de personnalité à ces villages, les différenciant bien de la grande ville voisine. Les vieux parlent encore le nahuatl, qui a été longtemps la seule langue parlée et comprise dans ces villages. A l’époque coloniale, il fallait des interprètes pour toute relation avec le monde extérieur. L’espagnol n’a été introduit qu’au siècle dernier, mais on a continué longtemps, au moins jusqu’à la Révolution, à parler náhuatl en famille.

  • 27 Voir Annexe IV, photo No. 3.

83Jusqu’à la Révolution, les habitants portaient le costume typique de la sierra, que l’on voit sur la carte de 160927. Il était confectionné par les femmes qui tissaient au métier primitif, dit de ceinture, les laines brutes, souvent très foncées des moutons. Les hommes portaient un caleçon de laine jusqu’aux genoux, un manteau court, le jorongo, serré à la taille par une ceinture, parfois une grande cape noire, et des sandales de cuir. Les femmes avaient une longue chemise, une longue jupe drappée ou plissée à la main, retenue par une large ceinture, et par-dessus, un huipil, ou tunique longue. A l’heure actuelle plus aucune femme ne sait ni filer ni tisser, et le costume n’est plus porté, mais c’est un fait récent.

Les associations

84Ces dernières coutumes ont disparu, d’autres disparaîtront d’ici peu, mais il reste toutes sortes d’associations qui, par les réunions collectives qu’elles imposent, renforcent les liens communautaires.

85En dehors des multiples associations sportives, des associations des pères de famille, qui, à Ajusco et Magdalena par exemple, s’occupent des problèmes scolaires et des améliorations matérielles des villages, ainsi que des comités locaux de l’Institut de la Jeunesse, il y a les regroupements purement paysans: chaque village possède un comité des biens communaux, élu pour trois ans par l’ensemble des comuneros, ou des détenteurs de parcelles communales; ce comité comprend un président, un secrétaire et un trésorier. Il y a aussi le comité ejidal, élu par les ejidatarios, ou possesseurs de parcelles ejidales données par la Réforme Agraire. Ces comités sont permanents, règlent les problèmes courants, distribuent les parcelles. Ils convoquent régulièrement toute l’assemblée des paysans.

86A San Andrés, il y a un représentant des petites propriétés formées après l’achat par le village de l’Hacienda de Xoco, au siècle dernier. Il se charge de payer les impôts fonciers en bloc et sert d’intermédiaire pour tout problème ou toute transaction sur ces terres. La vie de ces villages est donc assez active, les habitants se sentent profondément attachés et unis à leur communauté, à la vie de laquelle ils participent, et au sein de laquelle ils peuvent espérer avoir des responsabilités, des charges.

87Mais seuls ceux qui sont comuneros et ejidatarios appartiennent à cette communauté. Les “étrangers”, héritiers ou acquéreurs de propriétés privées, non originaires des villages, ne sont pas intégrés. Ils ne font pas partie du village, doivent vivre en marge, à l’écart. Cet aspect des villages de la sierra, pourtant très proches de la capitale, est dû essentiellement au fait que la population est restée très stable, qu’il y a eu peu de modifications dans les activités des villages, peu de départs de population, peu d’arrivées, donc peu de mouvements migratoires.

LA POPULATION

L’évolution démographique

88Pour connaître avec plus de précisions l’évolution et les caractéristiques de cette population, on ne peut étudier que les deux derniers siècles. Il est, en effet impossible, faute de documents, de savoir quelle était la population au moment de la Conquête. Les premiers renseignements précis nous sont donnés seulement à la fin du xviie siècle par les registres paroissiaux de baptêmes, mariages et enterrements. Les premiers recensements, faits par les prêtres de Tlalpan pour vérifier les communions pascales, ne datent que du xviiie siècle. On peut, à partir de cette période, faire un bilan de l’évolution démographique du xviiie au xxe siècle.

89On constate que pendant l’époque coloniale la population ne s’est pratiquement pas accrue; la très grande natalité était compensée par une très forte mortalité. Ceci peut se vérifier par les livres de baptêmes et d’enterrements. On a pu calculer qu’au début du xviiie siècle le taux de mortalité s’élevait, à Ajusco, à 25 % (15 % à l’heure actuelle) ce qui est considérable. Le taux de natalité était à la même époque non moins considérable: 50 %. D reste encore à notre époque de 42 %. La mortalité touchait surtout les enfants: à Ajusco, de 1697 à 1711, les livres d’enterrements montrent que, sur 171 morts, 69 étaient des enfants, souvent en très bas âge, soit 40 % des morts. Les enfants de moins de seize ans représentaient cependant une forte partie de la population, plus de 30 %.

Courbes démographiques du xviiie au xxe siècle
N.B. Le chiffre de 1792 est calcule approximativement, ainsi que celui de 1725 pour Ajusco. Nous ne possédions, en effet, que le nombre d’hommes et de femmes, et non celui des enfants.
On a cependant ajouté 1/3 (de population) en plus après avoir constaté que la population se composait toujours, au xviiie siècle, comme au xixe, d’environ 1/3 d’hommes, 1/3 de femmes, 1/3 d’enfants.
Il n’a d’autre part, pas été possible de trouver les registres paroissiaux de Xicalco et de Topilejo, appartenant à une autre paroisse, celle de Xochimilco.
Un recensement plus récent a eu lieu à Ajusco en 1975, mais il n’a pu être inscrit ici car un certain nombre de personnes, occupant des terres situées hors des terres communales, n’ont pas été comptées, tels les habitants de la Colonia Felicidad. Il s’agit d’un recensement opéré par le Secrétariat de la Réforme Agraire, pour la confirmation des terres communales de ce village, et non d’un recensement du Département des Statistiques. Ce recensement de 1975 ne peut donc être utilisé à titre comparatif pour l’évolution démographique.

90Les épidémies étaient fréquentes, celle de 1777 fut particulièrement meurtrière, et expliquent aussi la stagnation de la population au xviiie siècle. La courbe démographique d’Ajusco, la plus complète, montre bien que c’est dans la deuxième partie du xviiie siècle, lors de la terrible épidémie de 1777, que la population, qui s’accroissait fortement depuis le début du siècle jusqu’à tripler, est le plus touchée dans son évolution: elle baisse rapidement, stagne, et ce n’est qu’à l’extrême fin du xviiie siècle qu’elle remonte, doublant en treize ans à partir de 1792. La courbe d’Ajusco nous permet aussi de constater que la guerre d’Indépendance, de 1810 à 1820, a fortement touché les villages, réduisant de nouveau de moitié la population. En effet, la sierra a, de tous temps, constitué une zone stratégique de première importance puisqu’elle domine la capitale, et lors de chaque conflit armé de l’histoire mexicaine, les habitants ont vu débarquer des troupes, s’installer des garnisons, et ont toujours dû, de gré ou de force, participer aux combats pour défendre ces positions. En 1810, les troupes d’Hidalgo occupèrent le territoire d’Ajusco et les habitants furent enrôlés. Ils reculèrent avec ces troupes lors de leur retraite, laissant de nombreux morts sur le terrain.

91Au xixe siècle, l’ensemble de la population des villages progresse lentement ou stagne jusqu’en 1864. A part San Pedro, village le plus proche de la capitale et déjà marqué par des activités nouvelles, la population, en 1864, retrouve à peine le chiffre de 1792. Ceci est dû aux terribles épidémies du xixe siècle: épidémie de choléra dramatique de 1834, celle de 1850. qui fit disparaître tout le quartier de San Buenaventura, à San Pedro, ne laissant qu’une seule survivante. Il y eut aussi, à la fin de l’époque de Maximilien, l’occupation des troupes françaises qui avaient pris les villages pour empêcher les troupes de Juárez de se ravitailler. Il y eut encore quelques combats. La fin du xixe siècle est, par contre, partout une période de croissance subite et accélérée de la population due à une baisse de la mortalité en raison d’un début de campagne d’hygiène et de soins médicaux plus appropriés. Beaucoup de villages virent leur population tripler les 25 dernières années du siècle, tels Ajusco, San Andrés.

92Mais la terrible guerre civile de 1910 vint de nouveau compromettre ce redressement démographique. Ce sont les villages les plus élevés qui furent les plus touchés, retombant à peu près au chiffre de population de 1864, 50 ans avant. Cela représente 2/3 de la population en moins. Or ceci n’est qu’une approximation minimale puisque nous ne possédons pas de recensement entre 1900 et 1921. On peut, en effet, supposer que la population avait continué à progresser de 1900 à 1910, et que les pertes humaines ont été encore plus importantes. On remarque que les villages de San Andrés et de San Pedro, situés aux confins du plateau, perdirent relativement moins d’hommes: 1/3 à San Pedro, 1/8 à San Andrés. Cela s’explique par le fait que ce sont surtout les villages de la montagne, plus stratégiques, qui souffrirent le plus. Ils furent occupés par les madéristes, puis par les zapatistes. Certains paysans d’Ajusco s’illustrèrent dans les troupes zapatistes et sont devenus les héros du village, tels les deux frères Valentin et Manuel Reyes Nava, tous deux généraux dans l’armée de Zapata. Manuel fut fusillé en 1927 pour avoir pris part au soulèvement des cristeros.

  • 28 Voir Annexe IV, photo No. 10.

93Le 18 août 1913, le village d’Ajusco fut entièrement brûlé par les troupes de Zapata qui fuyaient et ne voulaient laisser ni vivres, ni refuge aux vainqueurs, selon les uns, ou par les troupes de Huerta, par représailles, selon les autres. A Topilejo, les carranzistes arrachèrent tous les arbres, grande ressource du village. Le même scénario se répéta partout: mise à sac des maisons, enrôlements de force des habitants qui ne s’étaient pas portés volontaires, villages entièrement brûlés, ainsi que les bâtiments des haciendas28.

94Dans de nombreuses familles, tous les hommes, père et fils disparurent, tués. Dans les années 1913-1914, aucun habitant ne restait dans ces villages désolés. Tous les survivants avaient fui dans les montagnes, seul refuge, où ils vécurent longtemps de racines et d’herbes. Ils vivaient dans des grottes. Ce fut, pendant plusieurs années une existence très dure et très rudimentaire. Là, beaucoup périrent encore. Beaucoup de personnes, surtout des femmes, qui ont vécu ces années terribles, ne cessent, en racontant leurs souvenirs, de répéter: “ce que l’on a pu souffrir, souffrir...” Certains traversèrent la sierra et passèrent dans le bassin de Toluca, à pied, où ils trouvèrent à s’employer comme domestiques ou ouvriers agricoles. Ce fut un véritable exode. Ce n’est qu’en 1920 que les villages de la sierra se repeuplèrent, se reconstruisirent au milieu des ruines, dont certaines sont toujours visibles. Cette période porta un coup très dur à la population qui fut considérablement réduite. Toute activité cessa dans les villages durant environ cinq ans. Les terres retournèrent en friche. Ce fut donc un désastre tant démographique qu’économique dont ces villages eurent du mal à se relever et qui s’ajouta à tous les autres problèmes antérieurs et de toujours: terres insuffisantes, milieu naturel peu favorable.

95Cependant, dès la fin de la guerre civile, la population se met à croître rapidement, et à un rythme de plus en plus accéléré, surtout ces vingt dernières années. En 50 ans, de 1920 à 1970, la population d’Ajusco, de Magdalena, de Xicalco a augmenté d’environ sept fois, celle de San Andrés de six fois, celle de Topilejo de près de cinq fois. San Pedro bat les records avec une augmentation de quinze fois plus. Le cas de Parres, qui a vu sa population multipliée par vingt, est à part car il s’agit d’un village créé par la Réforme Agraire qui s’est développé rapidement.

96Cette évolution générale est incontestablement due, avant tout, à une croissance naturelle de la population favorisée par une baisse très forte de la mortalité, depuis que les villages bénéficient de services médicaux, de services de protection infantile, à laquelle s’ajoute la persistance d’une natalité très élevée. Le pourcentage de la population jeune est donc extrêmement élevé. Le recensement d’Ajusco de 1975 montre que:

97Une enquête menée par les assistantes sociales du munícipe de Tlalpan en 1974 précise que:

98On voit que la majorité des familles a plus de 5 enfants et que la moyenne des familles a entre 5 et 8 enfants. Cette explosion démographique devient bien sûr extrêmement inquiétante lorsque l’on songe au peu de ressources qu’offre la sierra.

Les mouvements migratoires

99Jusqu’à présent, la faiblesse des mouvements migratoires semble être une constante de l’histoire de la population des villages de la sierra. Pour l’époque coloniale, on ne peut pas prouver qu’il y a eu ou non émigration hors des villages. On sait cependant que certains habitants travaillaient sur les haciendas voisi les comme ouvriers agricoles, employés ou non à temps complet. Mais ils restaient dans la sierra. Cependant quelques renseignements intéressants à ce sujet nous sont parfois donnés par les registres paroissiaux. A Ajusco, par exemple, nous savons que lors du recensement de 1757, deux familles étaient parties dans les villages voisins de la sierra, à Xicalco et à Magdalena, une autre famille, elle, était allée vivre beaucoup plus loin, à Cuatepec, près de Chalco. En 1771, une famille était partie pour México, un jeune homme était allé à Magdalena, et une jeune fille était allée se marier à Huipulco. Ces quelques sondages permettent de se rendre compte qu’il s’agit de migrations assez rares, et qui se sont réalisées dans un rayon assez restreint.

100La vitalité des communautés de l’Ajusco à travers l’histoire tendrait, de toutes façons, à prouver la stabilité de la population. Nous savons, d’autre part, qu’il y avait peu d’immigrations. Ces renseignements nous sont fournis aussi par les registres paroissiaux qui précisent l’origine "raciale" des gens. Nous savons ainsi que dans toute la paroisse de San Agustín Cuevas (Tlalpan) il y avait sur 3 070 âmes:

1012 534 Indios

102280 Españoles

103122 Mestizos

104105 Mulatos

10525 varios (negros y moriscos)

106Cela représente 84 % d’Indiens, dont la très grande majorité vivait dans la sierra. On constate, d’autre part, la très faible proportion de métis, environ 3 %, qui montre l’insignifiance de l’immigration dans cette région. Les Espagnols résidaient à Tlalpan, siège de la circonscription administrative. Les grands propriétaires terriens, eux, résidaient à México. On peut, pour la même date préciser la situation à Ajusco, ce qui donne une idée plus précise: sur 500 habitants, environ, il y avait 17 familles non indiennes, soit 46 métis et 27 Espagnols. Cela ne représente que 14 % du total. Tous, cependant, semblent intégrés à cette communauté, puisqu’ils sont paysans, bergers ou domestiques, et que certains, Espagnols comme métis, étaient mariés avec des Indiennes du village. Il y a donc eu une certaine immigration, que l’on ne doit pas sous-estimer, mais elle semble avoir été très limitée jusqu’à la fin de l’époque coloniale.

107Dans les autres villages, l’immigration semble avoir été encore plus réduite, presque inexistante. A Topilejo et à Xicalco, les recensements de 1777, à San Pedro et à San Andrés, ceux de 1791, ne signalent aucune famille non indienne. A Magdalena en 1792, sur environ 150 personnes, seuls trois métis, une même famille venue de Toluca, furent recensés.

108Aucun document n’a pu permettre de poursuivre cette étude des migrations plus avant. Il faut attendre les enquêtes sociales menées ces dernières années par la municipalité de Tlalpan pour avoir une idée de la situation actuelle.

109L’enquête menée à Xicalco en 1974 montrait que 6 % seulement de la population venaient d’autres régions. A Ajusco, le recensement de 1975 précise que ceux qui ne sont pas originaires du village sont des femmes venues se marier à Ajusco, ainsi que des employés fédéraux (généralement des chauffeurs), des commerçants, et de nombreux ouvriers agricoles, tous récemment installés. Il s’agit de 106 personnes, soit 3 % de la population, ce qui est très faible et s’explique par le manque de possibilités de travail dans cette zone.

110L’émigration hors des villages est également faible. Ce n’est que ces dernières années que les jeunes commencent à quitter les villages, tout au moins lorsqu’ils en ont la possibilité car la ville de México offre peu d’emplois et, sans aucune formation professionnelle, on risque fort d’aller grossir les rangs des innombrables chômeurs. Aucune statistique n’existe pour chiffrer ces départs. On ne peut que citer des exemples connus assez caractéristiques, tel celui d’une famille de paysans d’Ajusco qui a pu donner à ses enfants une instruction supérieure: le fils est médecin, la fille institutrice. L’un est installé à México, l’autre à Acapulco. Ces cas sont cependant assez rares.

111Les migrations ne sont, en fait, pas définitives, mais essentiellement saisonnières ou journalières selon les activités exercées. A Topilejo, par exemple, certains paysans partent quelque temps vers d’autres Etats voisins pour vendre leurs récoltes. Mais, généralement, les déplacements journaliers priment. Les enquêtes sociales de 1974 précisent dans quelles directions se font ces déplacements et dans quelles proportions ils touchent la population; sur l’ensemble de la population active:

112A Xicalco: 61 % travaillent au village, 29 % à Tlalpan,
17 % dans le District Fédéral,

113A San Pedro: 15 % travaillent au village, 31 % à Tlalpan,
48 % dans le District Fédéral et 6 % dans l’Etat de México.

114Ces deux exemples permettent de voir la différence entre les villages de la montagne, comme Xicalco, et ceux proches du plateau, comme San Pedro, qui donnent peut-être une idée de ce que sera la sierra d’ici quelques années. En effet, à San Pedro, peu de personnes travaillent au village, et beaucoup vont travailler très loin, la majorité, 54 %, se déplaçant dans les Etats du District Fédéral et de México, où ils trouvent des débouchés: services publics, transports, chantiers ou usines. Ceci implique des déplacements quotidiens longs et fatigants. Par contre, à Xicalco, commune restée rurale, la majorité des habitants, les 2/3, est occupée au village. Ceux qui se déplacent vont surtout travailler à la ville très proche de Tlalpan, le chef-lieu administratif.

115Si beaucoup d’habitants, tout au moins dans les villages de montagne, travaillent dans le village même, c’est que le secteur agricole est resté prépondérant, même pour les jeunes, comme le montre l’étude de la population active.

La population active

116Il faut tout d’abord noter que la population active de ces villages représente une faible proportion de la population totale, étant donné le grand pourcentage de jeunes. Elle représente, selon les villages, 25 à 30 % de la population. Sa composition a changé au cours des temps. Jusqu’à la Révolution, il ne s’agissait que d’une population exerçant les activités du secteur primaire: paysans, bergers, ouvriers agricoles, charbonniers, bûcherons. C’est après la Révolution que l’on voit apparaître d’autres secteurs. A Topilejo, par exemple:

117Ce tableau comparatif permet de se rendre compte que c’est surtout le secteur tertiaire, services publics, transports et commerce, qui se développe, au détriment des activités liées à l’agriculture et à l’exploitation du bois. En 1935, le pourcentage de population active était plus élevé car davantage de jeunes, aujourd’hui scolarisés, travaillaient. Le secteur secondaire était surtout représenté par des artisans: tisserands, menuisiers, un maçon, un ferronier, et quelques ouvriers. Le secteur tertiaire comprenait des commerçants et quelques employés rameurs sur les barques de Xochimilco. Maintenant, le secteur secondaire est surtout représenté par les ouvriers des usines et des chantiers des environs, et le secteur tertiaire par les employés des services publics et, toujours, par des commerçants.

118Il y a d’autre part, une différence assez marquée entre les villages de la montagne et ceux proches du plateau, comme nous le montre une comparaison entre San Pedro et Magdalena, tous deux bien représentatifs:

119Ces statistiques de 1970 font apparaître les inégalités de développement dans ces villages de l’Ajusco. Dans les villages du haut, plus éloignés de la ville, le secteur primaire est resté très développé, et les villages gardent leur vrai caractère de communes rurales. Seul, d’autre part, le secteur tertiaire s’y est vraiment développé. Au contraire, les villages du bas ont en grande partie abandonné l’agriculture, se tournant vers des activités nouvelles. Ils ont davantage pu bénéficier des possibilités de travail qu’offraient México et le District Fédéral. Ceci est dû essentiellement au fait qu’ils sont, depuis longtemps, mieux reliés au plateau par des voies de communication. Les villages du haut ne furent longtemps reliés que par une piste. La route goudronnée que l’on peut emprunter actuellement ne date que d’il y a trente ans. Cela a beaucoup retardé leur développement économique et leurs contacts avec le plateau. Même à l’heure actuelle, les moyens de transport font défaut, les services de car restant insuffisants. Les moyens de télécommunications sont encore plus déficients: seul le commissariat des villages possède un téléphone. Cet état de choses n’aide guère ces villages à être reliés au monde extérieur.

120Les revenus que procurent aux habitants leurs diverses activités restent, d’autre part, partout très bas. Une enquête à Xicalco en 1974 a permis de dresser le tableau suivant:

(un peso = 40 centimes français environ en 1974)

121C’est donc entre 1 000 et 2 000 pesos mensuels que se situe la moyenne des revenus: 54 % de la population vit avec 500 à 800 francs par mois. Cela explique les mauvaises conditions de vie et la pauvreté de ces villages.

122Une enquête sociale, faite en 1975, montre que, dans la plupart des villages, plus de 70 % des maisons n’avaient l’eau qu’à l’extérieur au robinet public, dans la rue, que 20 % n’avaient pas l’électricité, que 70 % à 80 % (et même 98 % à Magdalena) n’avaient pas d’égoût. Par contre, 20 % à 40 % ont la télévision, et plus de 70 % la radio. Les maisons sont rudimentaires, construites avec des briques ou des pierres volcaniques, recouvertes de tôles ou de feuilles de carton épais, avec une ou deux pièces seulement dans 80 % des cas. En 1972, on avait constaté qu’à Topilejo 38 % des maisons possédaient encore un sol de terre battue. A cela s’ajoute, en corollaire, les mauvaises conditions d’hygiène, la promiscuité, le manque d’assistance médicale. Près de 40 % des femmes accouchent encore à la maison avec l’aide de la sage-femme du village. Beaucoup d’enfants ne sont pas vaccinés ou, tout au moins, insuffisamment vaccinés.

123Les écoles sont fréquentées irrégulièrement, les parents ne s’intéressant pas à la scolarisation de leurs enfants, ou bien ayant besoin d’eux aux champs. Il y a, par exemple, à Topilejo, en dehors des enfants de moins de six ans, qui ne savent évidemment pas lire, 10 % d’analphabètes, ce qui est à peu près la moyenne partout; 7 % savent seulement tout juste lire et écrire, 41 % ont pu faire une scolarité primaire, mais généralement incomplète et irrégulière, 3 % une scolarité secondaire, et 1 % est parvenu jusqu’au supérieur. On retrouve ici comme dans d’autres domaines, des différences sensibles entre les villages du bas et ceux du haut, plus défavorisés.

124Il ressort de cette étude de la population que, pendant longtemps, l’accroissement démographique est resté faible, en raison des fortes mortalités, naturelles ou dues aux guerres, mais que ces vingt dernières années l’accélération du taux d’accroissement de la population est devenue galopante, posant de graves problèmes de surpeuplement dans la sierra. En effet, dans la plupart des villages, les activités économiques sont restées très liées à une agriculture encore archaïque, qui n’apporte pas de gros revenus. La misère qui règne dans ces villages de la sierra, surtout ceux de la montagne, se traduit par des conditions de vie rudimentaires. Cet état de choses est le résultat de plusieurs siècles d’histoire. Il vient du manque de terres dont souffrent ces villages et qui devient de plus en plus dramatique avec l’explosion démographique récente. L’histoire de ces terroirs est longue et épineuse. Elle commence même avant la conquête espagnole.

Notes

1 Voir Annexe II, carte No. 2.

2 Idem.

3 Idem.

4 Fernando Alvarado Tezozomoc, Crónica Mexicana (1598), México, Ed. Leyenda, S.A. 1944, page 382.

5 Bernardino de Sahagún, Historia general de las cosas de Nueva España (1590), México, Editions Porrúa, 1956, 4 volumes (1er volume 373 pages, 2e volume 367 pages, 3e volume 336 pages, 4e volume 387 pages), volume 3, pages 282 à 344.

6 Toribio de Benavente о Motolinia, Historia de los Indios de la Nueva España (1568), México, Ed. Chávez Hayboe, 1941, 320 pages.
Page 203: “Parte de las laderas y lo alto de los montes son de las buenas montañas del mundo, porque hay cedros y muchos apreses, y muy grandes, tanto, que muchas iglesias y casas son de madera de ciprés. Hay muy gran número de pinos, y en extremo grandes y derechos... Hay muchas y muy grandes encinas y madroños, y algunos robles. De estas montañas bajan arroyos y ríos, y en las laderas, y bajos salen muchas y muy grandes fuentes”.

7 Alvarado Tezozomoc. Crónica Mexicana, page 56:
“Entonces dijó Tlacaeletzin (chef aztèque), escuchables lo que dicen, o lo que quieren estos tecpanecas, dijeron: señores mios, hacemos conveniencia de que nos proferimos a servidumbre y que haremos unos puentes de madera y llevaremos a México Tenuchtitlan por tributo madera arrastrando y piedras de peñas para casas... tablas llevaremos y morillos, pues somos vecinos y moradores de estos montes y montañas”.

8 Codex Mendoza (traduit en anglais par James Cooper Clark), Londres, Ed. James Cooper Clark, 1938. 3 volumes (1er volume 104 pages, 2e volume 137 pages, 3e volume 72 pages).
Page 32: tribut de bois (bois à brûler et poutres); page 42: tribut de peaux de bêtes (cerfs).
Voir Annexe V (reproductions de ces 2 pages du Codex).

9 Voir Annexe IV, photos No. 7 à 9.

10 Don Alvaro Tezozomoc, Crónica Mexicana, page 56.

11 Diego Durán (1537-1588), Historia de las Indias de Nueva España e Islas de la Tierra Firme, México, Editions Porrúa, 1967, 2 volumes, 116 gravures (1er volume 341 pages, 2e volume 641 pages) (Ed. Paleográfica del manuscrito autógrafo de Madrid), tome 2, page 95: “Aqui tenéis esclavos y perpetuos tributarios, para cuando hubiéredes menester: piedra, madera, cal, tierras, terrazgueros, obreros, para vuestras casas, ropa, bastimento de todo género, como lo quisiéredes y demandáredes.”

12 Voir Annexe I.

13 Diego Durán, Historia de las Indias de Nueva España e Islas de la Tierra Firme, tome 2, page 623, voir reproduction de la gravure, Annexe VI.

14 Diego Durán, Historia de las Indias de Nueva España e Islas de la Tierra Firme, tome 2, page 95 : “Los tepanecas se subieron al monte de un lugar que llaman Axuchico, y desde allí empezaron a dar grandes voces, cruzadas las manos, y a pedir casasen de maltratarlos y herirlos, y que dejasen las armas, que ellos se daban por vencidos”.

15 Tezozomoc, Crónica Mexicana, page 56:
“Y endonde estas voces dieron era desde Axochco, hasta estar entendidos todos los tecpanecas que llegaban en pueblo de Ocuila, y en Xalatlauhco y Atlalpulco, a donde llegaron huyendo de los tecpanecas”.
(localités situées à l’ouest de la sierra).

16 Selon une tradition orale recueillie dans le village même.

17 Voir Annexe IV, photo No. 3.

18 Voir Annexe IV, photo No. 5.

19 Voix Annexe I, légendes du Xitle et de l’Ajusco.

20 Voir Fray Francisco Antonio de la Rosa Figueroa, 14 juin 1766, Manuscrit de la Bibliothèque Nationale de Mexico. Informe de Fray Francisco Antonio de la Rosa Figueroa de 14 de junio 1766 al provisor e inquisidor general de los indios y chinos, don Manuel Barrientos, en orden a los abusos, supersticiones, idolatrías y otros excessos acostumbrados por los indios en la diabólica ceremonia del Palo Volador que los indios de Xochimilco acostumbran hacer en la cueva de Ajusco.

21 Diego Durán, Historia de las Indias de Nueva España e Islas de la Tierra Firme, tome I, pages 269-270.

22 Voir Motolinia, Historia de los Indios de Nueva España, page 53.

23 Voir reproduction en Annexe VI, gravure 27 du livre de Duran, Historia de las Indias de Nueva España e Islas de Tierra Firme, volume I, page 330.

24 Selon une tradition orale conservée au village d’Ajusco.

25 Voir Annexe IV, photos No. 13, 14, 15 et 16.

26 Voir Annexe IV, photo No. 21.

27 Voir Annexe IV, photo No. 3.

28 Voir Annexe IV, photo No. 10.

Table des illustrations

Légende Courbes démographiques du xviiie au xxe siècleN.B. Le chiffre de 1792 est calcule approximativement, ainsi que celui de 1725 pour Ajusco. Nous ne possédions, en effet, que le nombre d’hommes et de femmes, et non celui des enfants.On a cependant ajouté 1/3 (de population) en plus après avoir constaté que la population se composait toujours, au xviiie siècle, comme au xixe, d’environ 1/3 d’hommes, 1/3 de femmes, 1/3 d’enfants.Il n’a d’autre part, pas été possible de trouver les registres paroissiaux de Xicalco et de Topilejo, appartenant à une autre paroisse, celle de Xochimilco.Un recensement plus récent a eu lieu à Ajusco en 1975, mais il n’a pu être inscrit ici car un certain nombre de personnes, occupant des terres situées hors des terres communales, n’ont pas été comptées, tels les habitants de la Colonia Felicidad. Il s’agit d’un recensement opéré par le Secrétariat de la Réforme Agraire, pour la confirmation des terres communales de ce village, et non d’un recensement du Département des Statistiques. Ce recensement de 1975 ne peut donc être utilisé à titre comparatif pour l’évolution démographique.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3343/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3343/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 9,4k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3343/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3343/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3343/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende (un peso = 40 centimes français environ en 1974)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3343/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 109k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter