Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Problèmes agraires de l’Ajusco

 | 
Nicole Percheron

Introduction

Texte intégral

  • 1 Voir Annexe II, carte No. 1.

1Les villages de l’Ajusco, Santo Tomas et San Miguel Ajusco, Magdalena Petlacalco, San Miguel Xicalco, San Miguel Topilejo, Parres, San Andrés Totoltepec et San Pedro Mártir Ocotitlán se trouvent sur le massif montagneux qui borde au sud le plateau de México, à l’extrême sud-ouest du département du District Fédéral1. Ils sont disséminés, à diverses altitudes, sur les flancs de la sierra volcanique de l’Ajusco qui dresse une barrière de plus de 3 000 mètres entre le plateau de México, le bassin de Cuernavaca et l’Etat de Morelos, plus au sud.

2La sierra fut peuplée très tôt, dès l’époque précortésienne, comme en témoigne la toponymie, les villages ayant conservé leurs noms nahuatl. Mais la fondation des villages actuels, avec les limites des terres de chaque communauté date des toutes premières années de la Conquête. Cependant, la grande proximité de la capitale, México, et l’intérêt que présente la sierra pour ses immenses réserves forestières favorables à l’exploitation du bois, ainsi que pour son gibier autrefois abondant et recherché pour la chasse, valurent très tôt à ces villages la convoitise des riches et des grands personnages sur leurs terres. Leur histoire est donc surtout celle de leurs luttes pour défendre ces terres que leur avaient concédées les premiers vice-rois. Au cours de l’époque coloniale, à côté des terres des villages, propriété collective, se sont créées de grandes propriétés privées, les haciendas, qui ont très tôt empiété sur les terres des communautés villageoises.

3Au xixe siècle, les tentatives de la Réforme et du porfirisme pour créer des petites et des moyennes propriétés sur les terres de ces mêmes communautés ont encore davantage entamé leurs possessions. A notre époque, la spéculation foncière sur ces terrains panoramiques, qui dominent la capitale tentaculaire, achève de dépouiller les villages. La Réforme Agraire qui est entrée, selon les dirigeants actuels, dans son ultime phase “la Réforme intégrale”, n’a pas encore partout résolu les problèmes ni accordé suffisamment de terres aux paysans. Beaucoup de conflits, concernant des limites ou des spoliations de terres, datant de l’époque coloniale, n’ont jamais été réglés.

4Cependant, si les terres communales se sont rétrécies, au cours des temps, comme une peau de chagrin, de nouvelles structures agraires sont apparues, celles du développement de la petite propriété paysanne: les petites propriétés du xixe siècle et du début du xxe, créées sur les terres communales, existent toujours, bien que les lois agraires qui découlèrent de la Révolution de 1910 ne les reconnaissent pas. Or elles avaient bénéficié aux paysans mêmes des villages qui avaient fait cadastrer leurs parcelles communales. D’autre part, les haciendas ont disparu, dépecées par la Réforme Agraire, mais aussi vendues en lots dès le xixe siècle ou juste à temps avant la Réforme Agraire pour en éviter les effets. Beaucoup de lots furent achetés par les paysans de la sierra. C’est ainsi que, depuis un siècle, s’est développé un nouveau paysage agraire, fait d’une mosaïque de petites propriétés.

5Une partie de ces terres est restée aux mains des paysans. Elles sont considérablement morcelées par les partages ce qui incite par ailleurs leurs possesseurs à les vendre, puisqu’elles sont de peu de rapport pour la culture, à des spéculateurs ou à de nouveaux accapareurs. Ceci peut être le signe d’une nouvelle évolution dans la sierra. On peut donc dire que les terres, petites propriétés privées ou parcelles communales, sont en général très morcelées et réduites. Partout prédomine le microfondisme.

6Or il est absolument impossible de trouver d’autres terres à distribuer aux paysans des villages pour remédier à cette situation, tout au moins si l’on se conforme aux lois actuelles d’affectabilité de la propriété privée qui respectent les propriétés jusqu’à 500 hectares. La Réforme Agraire ne peut, pour le moment, plus rien octroyer. La situation des paysans de cette région est donc très précaire et s’aggrave d’autant plus que s’accélère, ces dernières années, l’accroissement démographique.

7L’étude de l’histoire de ces villages de l’Ajusco va nous permettre de mieux comprendre tous ces problèmes et d’expliquer cet état de choses. Mais cette histoire est liée au milieu géographique et aux conditions économiques qu’il est indispensable de connaître pour savoir dans quel cadre elle s’est déroulée.

Notes

1 Voir Annexe II, carte No. 1.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter