Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Problèmes agraires de l’Ajusco

 | 
Nicole Percheron

Avant-propos

Texte intégral

1Les problèmes agraires et les difficultés d’appliquer une Réforme Agraire efficace sont à l’heure actuelle les grandes préoccupations des pays d’Amérique Latine où le régime de la grande propriété a régné pendant plus de quatre siècles.

2Au Mexique, où la Réforme Agraire, entreprise dès la fin de la Révolution de 1910, est ancienne, il est surprenant de constater, d’une part, que cette réforme n’est toujours pas terminée, et que, d’autre part, là où elle a fait son oeuvre, elle n’a pas réussi à doter les paysans de terres suffisantes et n’a pu éviter le développement du minifondisme. Dans certaines régions on peut même parler de microfondisme. C’est ce qu’on remarque aux portes mêmes de la capitale México, dans le département du District Fédéral.

3C’est l’observation de cette réalité qui m’a décidée, lors de mon séjour au Mexique, à étudier de plus près ces problèmes agraires en choisissant comme terrain d’investigation une petite région qui servirait d’exemple pour mieux comprendre et expliquer la situation présente. J’ai choisi d’étudier les villages qui se trouvent au sud de la ville de México, accrochés sur les flancs de la sierra volcanique de l’Ajusco, d’abord pour des raisons pratiques : leur proximité permettait des contacts fréquents avec les habitants et laissait la possibilité de travailler sur place chaque fois que c’était nécessaire. D’autre part, ces villages présentaient l’avantage d’avoir gardé leur caractère de véritables communautés rurales, très peu touchées par l’extension tentaculaire de la capitale. Ils ont leur histoire propre, leurs archives particulières, et c’est ce qui fait l’originalité du travail.

4Il m’avait semblé tout d’abord qu’une étude approfondie de ces 60 dernières années, au cours desquelles avait œuvré la Réforme Agraire, suffirait à dresser un bilan. Mais après avoir étudié, au Ministère de la Réforme Agraire, tous les dossiers de dotations de terres aux villages, il devint évident que la situation actuelle était le résultat d’une très longue histoire, faite de luttes, de procès, de spoliations diverses et qu’on ne pouvait rien comprendre si l’on ne remontait pas très loin, jusqu’à la Conquête même. En effet la caractéristique essentielle de la Réforme Agraire au Mexique a consisté à essayer de restituer aux villages les terres qu’ils avaient perdues au cours des quatre siècles passés. Au cours de l’époque coloniale et au xixe siècle, ce sont les grands domaines, les haciendas, qui se sont emparé illégalement de terres appartenant aux villages voisins. En outre, au xixe siècle, les lois de la Réforme, loi Lerdo de 1856, interdisant la propriété collective des communautés civiles et religieuses, appliquées dans les villages de l’Ajusco sous le porfirisme 15 ans plus tard, portèrent le coup fatal aux propriétés communales. Après la Révolution de 1910, archives, documents de toutes sortes, furent recherchés et présentés pour figurer aux dossiers de la Réforme Agraire. Les restitutions ne furent pas toujours possibles, les preuves de spoliation étant jugées insuffisantes. Mais de toutes façons, les villages reçurent des terres appelées ejidales, prises sur les haciendas voisines qui furent démantelées.

5Cependant, les documents font apparaître, pour certains villages, qu’à l’époque du porfirisme, la disparition de la propriété communale avait laissé place à des structures agraires nouvelles basées sur le développement de la petite et moyenne propriété dont semblaient, en fait, avoir bénéficié certains paysans.

6Tous ces renseignements méritaient une investigation approfondie puisqu’ils remontaient à la source. De multiples questions surgirent alors : quelles étaient les structures agraires de ces villages au moment de la Conquête ? Les Espagnols les modifièrent-ils ? Et comment ? Comment se formèrent, dans cette région, ces grands domaines ? Comment coexistèrent-ils avec les villages ? Comment et dans quelle proportion s’emparèrent-ils de leurs terres ? Puis, à l’époque de l’Indépendance du porfirisme, comment furent appliquées les lois supprimant la propriété communale ? Favorisèrent-elles le développement de la petite propriété privée et dans quelle mesure ? Enfin, quel bilan peut-on dresser de la Réforme Agraire ? Comment expliquer le microfondisme actuel ? C’est en analysant ainsi avec précision l’histoire agraire de ces villages que l’on peut mieux cerner les réalités. Ce type d’étude peut aboutir à des conclusions intéressantes, à des généralisations susceptibles d’être appliquées à l’ensemble des communautés rurales, permettant ainsi d’imaginer des solutions nouvelles au problème agraire qui paraît sans issue. En effet, les mesures prises actuellement semblent, ou feignent d’ignorer de nombreux faits, telle la petite propriété paysanne du xixe siècle, et ne font que compliquer les choses et retarder les solutions valables.

  • 1 Archivo General de la Nación (nous utiliserons en abréviation, A.G.N.)

7De nombreux documents ont dû être consultés pour parvenir à reconstituer le fil de l’histoire, tenter d’en expliquer les mécanismes et montrer comment on en est arrivé à la situation actuelle. Les Archives Générales de la Nation1 conservent de nombreux documents de l’époque coloniale. Les plus intéressants pour notre sujet se trouvent classés dans le fonds Mercedes et surtout Tierras. Ils concernent les “fondations” des villages peu après la Conquête et les garanties de possession légale de leurs terres. Mais l’essentiel de notre documentation provient des archives de l’Hospital de Jesús qui réunissent toutes les archives du marquis del Valle, successeur d’H. Cortès, car les villages de l’Ajusco firent partie du marquisat. Administration et justice étaient donc assurées dans les villages par les juristes des marquis de la juridiction de Coyoacán. Ces archives ont été très précieuses car on y trouve les octrois de terres par les premiers marquis et la formation des premiers domaines privés, tous les dossiers des longs procès entre les villages et les haciendas.

8Il n’a pas été possible d’approfondir la recherche sur les haciendas car leurs archives ne sont malheureusement pas consultables. En effet, ou bien les haciendas ont été morcelées et vendues il y a longtemps, et les archives sont introuvables, ou bien les héritiers actuels, malgré beaucoup d’insistance, n’ont pas accepté de livrer leurs documents, ce qui s’explique par le fait que de nombreux problèmes sont encore en suspens au Ministère de la Réforme Agraire et que le caractère d’actualité toujours brûlante des archives ne permet pas de les livrer à la recherche historique.

  • 2 Voir Annexe IV, photo No. 2. 8

9Par ailleurs, le village d’Ajusco conserve un document inestimable : une carte d’environ 2 mètres sur 1 mètre 80, peinte sur toile datant de 1609. Elle montre quelle fut la dotation de terres faite par le vice-roi Velasco, les limites précises et l’extension maximum d’Ajusco. Cette carte est confiée à la garde d’un paysan d’Ajusco qui a bien voulu accepter de la montrer et même de la laisser photographier2. Par contre, il n’a pas autorisé la consultation d’autres documents qu’il garde précieusement dans une mallette dont il est impossible de dire le contenu. D’autre part, le Musée d’Anthropologie conserve la copie en nahuatl d’une partie du document de fondation du village d’Ajusco en 1531, dont l’original a disparu.

10Les archives du Ministère de la Réforme Agraire possèdent aussi des copies ou des photocopies de documents anciens présentés il y a 40 ou 50 ans pour les demandes de restitution de terres, dont certains sont introuvables maintenant, ou font allusion à des documents tels ceux qu’avait envoyés le village de Xicalco, entièrement rédigés en nahuatl et jamais traduits, aujourd’hui disparus. Enfin, les quelques recensements trouvés dans le fonds Padrones à l’A.G.N., ainsi que les archives paroissiales de Tlalpan ont permis de faire une étude rapide de la population depuis l’époque coloniale.

11Si les documents de l’époque coloniale sont relativement assez abondants, il n’en est pas de même pour la période suivante où la rareté des archives et le désordre ou le classement peu satisfaisant où elles se trouvent les rendent difficilement utilisables, voire inutilisables. Les dossiers déposés lors de la Réforme Agraire font allusion à certains procès du xixe siècle entre villages et haciendas, mais ils n’ont pu être précisés ni étudiés car les archives du xixe siècle, conservées à la Cour Suprême de Justice, sont entassées dans une salle simplement par ordre chronologique, Etats, villes, villages étant mélangés. Il était impossible de reprendre tout feuille par feuille pour les quelques procès dont nous connaissions l’année. Cependant pour le xixe siècle et le début du xxe il fallait surtout préciser dans quelle mesure les lois de desamortización de 1856 avaient privé les villages de leurs terres communales. Il fallait donc plutôt rechercher s’il y avait des documents montrant l’apparition de propriétés privées dans les villages, à qui elles avaient appartenu et dans quelle mesure ou non elles avaient changé de mains. Trois sources ont pu être consultées, qui le plus souvent se sont confirmées ou même complétées : les livres du Registre Public de la Propriété, les archives notariales, et les livres de la Trésorerie du District Fédéral.

12Au Registre Public de la Propriété, on a pu consulter les livres enregistrant chronologiquement tous les actes de ventes ou achats de propriétés, soit par contrat privé, soit par contrat devant notaire. Ces livres sont classés par circonscriptions administratives. Nous avons donc feuilleté les quelque 80 livres de Tlalpan, un par un. Les plus anciens remontent à 1874. La série n’est pas tout à fait complète pour les 15 années qui suivent, mais on a pu dresser, grâce à l’ensemble, un tableau de la formation de la petite et moyenne propriété de 1874 à 1910, avec l’évaluation de leur importance, constatant que ces propriétés provenaient aussi bien de terres communales que de terres vendues par les haciendas, que de très nombreux paysans en avaient bénéficié, et que leurs héritiers les détiennent toujours, contrairement à ce que l’on pense généralement. Cependant on constate aussi qu’une nouvelle hacienda s’est formée sur des lots de terres communales cumulés. Il est intéressant de noter, à cette occasion, que l’on conserve, au Registre de la Propriété, quelques livres de l’époque coloniale, miraculeusement sauvés de la destruction, comme tant d’autres, par le directeur. Il doit y avoir des renseignements extrêmement précieux, mais il ne nous a pas été permis d’y avoir accès.

13D’autre part, dans la mesure où nous connaissions les noms des notaires qui avaient réalisé les transactions, il a été possible de consulter les archives notariales, très difficiles à utiliser sinon : ces archives contiennent, en effet, des trésors de documentation, mais elles sont classées par notaires dont les dossiers sont rangés chronologiquement ; et il n’existe aucun index. Celles que nous avons pu trouver complètent bien les livres du Registre de la Propriété.

14Enfin, à la Trésorerie du District Fédéral, où sont enregistrées toutes les propriétés en vue de la perception de l’impôt foncier, on a pu retrouver les 5 livres où furent enregistrées et cadastrées les terres du village d’Ajusco en 1907 et 1909 avec les plans et les dimensions des parcelles communales devenues propriétés privées paysannes. Les livres des autres villages ont disparu, malheureusement.

15Pour l’époque contemporaine, la principale source d’information provient des archives du Ministère de la Réforme Agraire qui contiennent tous les renseignements sur l’application de la Réforme Agraire et les problèmes agraires des villages de 1920 environ à nos jours. Certains villages conservent aussi quelques documents intéressants ainsi que des plans qu’il a été possible d’utiliser. Le municipe de Tlalpan, chef-lieu administratif, a d’autre part organisé récemment des enquêtes sociales qui nous ont permis de faire une étude précise de la population, pour l’époque tout à fait contemporaine. Le Département de statistiques avait fourni tous les recensements depuis 1900.

16Il est cependant important de noter l’extrême indigence des archives municipales : les délégations des villages ne conservent pratiquement rien. Il n’y a évidemment ni cadastre ni état civil, aucun recensement de la population avec précisions sur les activités, les possessions des habitants. Les délégués des villages semblent connaître “en gros” le dossier du village conservé au Ministère de la Réforme Agraire. Ils savent en fait très peu de choses et n’ont pu être d’une grande aide. Partout on a noté aussi l’extrême ignorance en ce qui concerne les haciendas voisines dont on semble ignorer l’existence pourtant encore florissante il y a à peine 40 ou 50 ans : c’est comme si l’on parlait d’une époque très lointaine et oubliée.

17Il n’a pas pu être possible de connaître avec précision la répartition des terres cultivées, encore moins celle des terres restées communales et des propriétés privées, les commissaires communaux et ejidales pourtant chargés de la répartition des terres, ne le sachant pas, et n’ayant même pas de dossiers, de listes, de plans. Il faudrait enquêter auprès de chaque famille pour faire un bilan.

18Heureusement, le village d’Ajusco fait exception et c’est ce qui a permis à cette étude d’être plus documentée. Le délégué d’Ajusco a, en effet, su réunir et classer des dossiers, recueillir documents et témoignages directs, organiser quelques enquêtes locales permettant d’établir une petite monographie locale. D’autre part, en 1975, a été publiée la dernière résolution présidentielle, concernant l’application de la Réforme Agraire dans ce village où tout était resté en suspens depuis 30 ans. En conséquence, un recensement très exhaustif et précis des habitants et des terres, communales ou non, a été réalisé au cours du printemps 1975. Enfin, on a aussi utilisé les sources orales, beaucoup d’habitants ayant vécu la Révolution de 1910, ses espoirs, ses déceptions, certains ayant combattu aux côtés de Zapata, les plus âgés pouvant même parler de l’époque du porfirisme.

19Dans un sujet concernait l’histoire des terres communales de quelques villages, de leurs spoliations, de leurs transformations en propriétés privées, des cartes, des plans étaient indispensables. En dehors de ceux fournis par les archives de l’époque coloniale, on a utilisé les cartes établies par les commissions de la Réforme Agraire, lors de dotations de terres, qui montrent les terres communales perdues ainsi que celles octroyées. Nous devons aussi particulièrement remercier messieurs A. Solano Yáñez et A. Ruiz Piñeda, ingénieurs du Cadastre à la Trésorerie du District Fédéral, qui nous ont fait photocopier 13, vues aériennes de la région ainsi que de nombreux relevés topographiques. Monsieur Hernández, architecte au municipe de Tlalpan, nous a, de son côté, fourni toutes les cartes établies par ses soins pour sa circonscription de Tlalpan : cartes topographiques, économiques, cartes montrant le régime de propriété de la terre, carte du futur aménagement touristique de cette région, dont il s’occupe actuellement.

20Mais il me reste à remercier encore bien d’autres personnes pour leurs conseils judicieux et leur aide précieuse : monsieur J.P. Berthe, tout d’abord, professeur à l’Institut des Hautes Etudes d’Amérique Latine, qui m’a conseillée tout au long de mes recherches, monsieur Stresser-Péan, directeur de la Mission Archéologique Française de México, qui m’a guidée dans ma bibliographie à mon arrivée à México, monsieur J. Meyer, professeur à l’Université de Perpignan et au Colegio de México, qui m’a orientée dans le choix de mon sujet, monsieur E. Pareyón Moreno, archéologue de l’Institut d’Anthropologie et d’Histoire de México, qui m’a fait part de toutes les découvertes archéologiques de l’Ajusco et indiqué les chroniques parlant de cette région à l’époque précortésienne, monsieur R. Stavenhagen, directeur du C.E.S., Colegio de México, qui m’a ouvert les portes de son séminaire de recherche sur les réformes agraires en Amérique Latine.

21Dans les villages mêmes, je tiens à remercier particulièrement le professeur J. Camacho, directeur de l’école d’Ajusco, qui a laissé à ma disposition toute sa documentation personnelle et toutes les archives de la municipalité dont il est le délégué, monsieur S. Romero, gardien de la carte de 1609, monsieur A. Rodea Carrillo, délégué de San Andrés, monsieur B. Carrillo, délégué des ejidatarios de San Andrés, et monsieur B. Sandoval, représentant des petits propriétaires possesseurs de l’ancienne Hacienda de Xoco, à San Andrés.

22México, 1977

Notes de fin

1 Archivo General de la Nación (nous utiliserons en abréviation, A.G.N.)

2 Voir Annexe IV, photo No. 2. 8

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter