Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

René Masson dans le Trait d’Union

Chapitre IV. Les dernières années

1870-1874

Texte intégral

LA NOUVELLE ÉPOQUE DU TRAIT D’UNION ET LA SITUATION

1[…] Notre prédécesseur avait ses opinions, nous avons les nôtres ; quelque différentes qu’elles soient entre elles, il est un terrain commun sur lequel elles se trouveront toujours d’accord, alors qu’il s’agira de l’amour pour notre patrie d’origine et des vœux à former pour sa gloire et sa prospérité. Quant à présent, le reste importe peu : laissons là les divisions secondaires et n’ayons en vue que ce but principal, unique, auquel nous aspirons tous et que nous atteindrons infailliblement : le salut de la France !

2L’histoire recherchera plus tard si l’Empire est tombé sous le poids de ses fautes, de son imprévision ou de la fatalité ; aujourd’hui, ne voyons que le fait brutal : l’Empire est tombé. A sa place, il n’y avait rien à mettre que la République ; que ce soit par affection ou par raison, acceptons-la, sinon comme une fin, au moins comme un moyen. Elle, surtout, par sa nature même et par ses traditions, peut soulever l’enthousiasme des masses et surexciter le sentiment patriotique ; laissons-la faire son œuvre ; ne cherchons pas à l’entraver par nos défiances ou nos mauvais présages. En assumant le poids d’une situation terrible qu’elle n’a pas faite, elle s’est, comme Marcus Curtius, jetée dans le gouffre pour sauver la patrie ; souhaitons que son sacrifice ne soit pas inutile, et, dans tous les cas, saluons-la de nos sympathies aussi longtemps qu’elle ne s’en montrera pas indigne.

3Nous nous sentons d’autant plus d’indulgence et de bienveillance pour la République que, dans notre opinion, l’expérience qu’elle tente en ce moment tournera certainement contre elle, quelqu’en soit d’ailleurs le résultat : comme Curtius, elle se sacrifie par le suicide. Si elle échoue, sa cause est perdue, non pas seulement pour le moment, mais pour l’avenir, car elle portera longtemps la peine des fautes commises par ceux qui l’auront précédée ; si elle réussit, il est très probable qu’après avoir donné ses fruits, l’arbre se dessèchera sur pied, car il est implanté dans un sol qui n’est pas préparé pour lui, et la reconnaissance publique n’ira pas jusqu’à violenter, en sa faveur, les instincts et les tendances évidemment monarchiques de la masse de la nation.

4Nous, qui avons toujours été, qui sommes encore franchement et sincèrement républicain, nous qui considérons le gouvernement du peuple par le peuple comme la seule forme autoritaire qui soit compatible avec la logique, la vérité politique et la dignité de l’homme, nous en sommes arrivé, depuis plusieurs années, à douter sérieusement de la possibilité de sa stabilité, dans l’état actuel des esprits en France : le peuple qui a supporté pendant si longtemps, sans sérieux, le gouvernement personnel de l’Empire, le peuple, qui a donné sept millions et demi de votes au dernier plébiscite, n’est certainement pas républicain dans sa majorité ; or, il faut, pour que la République subsiste, qu’elle vive dans un air respirable et dans un milieu qui lui convienne, deux conditions qui lui font défaut.

5Cette conviction que les faits et l’expérience ont infiltrée, peu à peu, dans notre esprit, n’a pas affaibli la fermeté de nos principes démocratiques, mais elle nous a rendu républicain de l’avenir : nous ne rêvons, désormais, la stabilité de la République française que pour nos enfants. Qu’on décrète l’instruction gratuite obligatoire, qu’on protège la presse de manière à la rendre accessible au dernier des habitants des campagnes ; que le citoyen français, après avoir reçu les premiers éléments de son instruction dans les écoles publiques, complète son éducation par la lecture quotidienne des journaux à bon marché ; que tous sachent lire, écrire, interpréter sainement leurs droits et leurs devoirs, discuter leurs votes, et, dix ans après, on aura une République grande et forte, comme tout ce qui se fonde en France, dans des conditions de permanence et de stabilité.

6Nous n’en sommes malheureusement pas là. Voilà pourquoi, tout en accueillant avec empressement la proclamation d’une République en France, comme le seul moyen peut-être de salut qui s’offre à tout esprit intelligent et patriote, nous ne croyons pas à sa durée, même après le succès, et pourquoi nous pensons que, quoiqu’il arrive, les républicains sortiront victimes de l’épreuve.

7La République actuelle, en France, ne remplira le but de salut qu’on attend d’elle, qu’au cas où elle aura été acclamée par toutes les opinions, comme un remède souverain à la situation désespérée du pays ; si elle avait été l’œuvre d’un parti turbulent ; si elle avait été imposée par les braillards, les utopistes et les ambitieux, elle ne servirait qu’à tourner contre elle tous les gouvernements d’Europe, à empêcher des alliances possibles et à provoquer peut-être une coalition contre la France. Attendons avec confiance et espérons que cette dernière hypothèse soit bien loin de la vérité.

8A vrai dire, la convocation d’une Constituante de 750 membres nous donne quelque appréhension ; elle nous présage plus de discussion que d’action, et c’est tout le contraire que nous aurions désiré.

9Nous aurions voulu qu’en s’installant, les nouvelles autorités républicaines rassurassent en même temps les défiants et les timides ; qu’en déclarant la patrie en danger, en faisant un appel suprême au dévouement de tous les citoyens, elles se fussent engagées solennellement à soumettre au peuple, aussitôt après avoir repoussé l’invasion, le choix de la forme définitive du gouvernement. De cette manière, toute crainte de désunion à l’intérieur et de complications à l’extérieur aurait naturellement disparu.

101er octobre 1870

LA GUERRE FRANCO-PRUSSIENNE - LES SYMPATHIES, LES INTÉRÊTS ET LES RELATIONS DU MEXIQUE

11Aujourd’hui que l’attente de nos journaux du dehors nous laisse un peu de répit, occupons-nous d’une question importante, que nous avons indiquée récemment, et sur laquelle nous voudrions appeler l’attention de nos confrères de la presse.

12Nous voulons parler du rapport existant nécessairement entre la guerre franco-prussienne, les conséquences qu’elle a produites, celles qu’elle produira, et les sympathies, les intérêts et les relations de la République mexicaine.

13Le Boquiflojo nous a mal compris lorsqu’il a cru que nous voudrions voir le Mexique s’occuper des événements qui se passent en Europe plus que de ses affaires personnelles ; ce que nous avons dit, et ce que nous croyons avoir clairement exprimé, c’est que la guerre franco-prussienne et ses conséquences passées ou futures doivent, au point de vue moral et international, être rangées par le Mexique dans les questions qui lui sont propres, puisqu’elles touchent sérieusement à ses sympathies, à ses intérêts et à ses relations, et que, par conséquent, la presse mexicaine doit s’en occuper tout autant, ni plus ni moins, que de toute autre question se rattachant à sa politique intérieure.

14Il est évident, en effet, que la politique extérieure d’une nation est intimement liée à sa politique intérieure, et que l’une et l’autre sont également indispensables à la prospérité générale. Par suite de la guerre d’intervention, le Mexique s’est trouvé, trop longtemps, complètement isolé de l’Europe ; aujourd’hui encore, bien qu’ayant renoué, dans une certaine mesure, ses relations diplomatiques avec l’Allemagne du Nord et l’Italie, il ne faut pas se dissimuler que, pour la plupart des puissances européennes, le Mexique n’existe pas, au point de vue international et diplomatique. c’est là, nous le savons, le résultat des circonstances les plus regrettables et les plus malheureuses. On connaît assez nos opinions sur l’intervention, et nous n’avons nullement l’intention de rejeter sur le Mexique la responsabilité d’une situation qui n’est pas son fait ; nous ne nous sentons même pas le courage de blâmer le peuple mexicain d’avoir porté la question sur le terrain de l’amour-propre ou, si l’on veut, de la dignité nationale ; mais ce que nous devons supposer, c’est que les hommes d’Etat du Mexique, en se croyant obligés de ne pas aller au devant de la reprise de relations qui avaient été rompues par hostilité contre la République, ont dû, plus d’une fois, déplorer la nécessité qui les empêchait de rentrer entièrement dans le sein de la grande famille des nations.

15L’homme est essentiellement sociable ; l’isolement le tue moralement, intellectuellement et physiquement ; il a besoin d’échanger ses idées, aussi bien que les produits de son travail et de son industrie, pour vivre en bonne santé de corps et d’esprit. Les nations qui ne sont que des agglomérations d’individus, sont soumises aux mêmes conditions, pour leur existence et leur prospérité. Il leur faut le frottement continuel de la vie internationale, l’échange intellectuel, commercial et industriel ; sinon, elles tombent dans le marasme, dans l’hypocondrie ; leur santé dépérit, leur prospérité décroît, leur organisme se détraque, et la mort arrive.

16Nous ne croyons pas nous tromper en affirmant qu’une des causes, la principale peut-être, de la situation défavorable du Mexique, depuis la fin de la guerre d’intervention, provient précisément de son isolement international et de son défaut de sociabilité. Voilà donc la maladie diagnostiquée ; le remède est facile à trouver.

17Ce remède, la guerre franco-prussienne l’a apporté d’elle-même et comme par enchantement. L’Empire français, qui avait fait l’intervention, est tombé sous le poids de ses fautes ; les adversaires de l’Empire, qui s’étaient montrés en même temps contraires à l’intervention, sont maintenant à la tête des affaires. La République a remplacé la monarchie personnelle ; il y a parité d’institutions dans les deux pays, et le peuple mexicain, au lieu des ennemis qu’il voyait dans l’administration tombée, ne peut voir que des amis dans l’administration nouvelle. Tels sont les premiers résultats de la guerre franco-prussienne ; en les constatant, en les faisant ressortir et en en tirant profit, la presse mexicaine ne traiterait-elle pas tout aussi bien sa propre chose que la cosa agena ?

18Nous aurions cru qu’elle s’empresserait de profiter de la circonstance pour demander la reprise des relations internationales avec la France, ou pour rechercher les moyens d’amener cette reprise de relations, ou tout au moins pour manifester son désir de la voir se réaliser ; il n’en a rien été ; la presse officielle est restée muette ; la presse officieuse en a fait autant ; la presse de l’opposition avait bien d’autre chose à faire que de s’occuper sérieusement des véritables intérêts du pays, et c’est à peine si un journal indépendant a lancé, une fois en passant, un mot en l’air sur ce sujet d’une importance si réelle.

19Bien mieux, le ton général de la presse, tout d’abord si violemment hostile à la France impériale, s’est à peine modifié depuis que la France est républicaine : on accueille aujourd’hui les amis comme on accueillait autrefois les ennemis ; la rancune a survécu aux causes qui l’avaient produite. Avons-nous tort de nous en étonner ?

20Si quelque journal balbutie deux mots de rapprochement et de sympathie, c’est d’une voix si embarrassée, d’un ton si peu convaincu, qu’on est presque tenté de l’accuser d’hypocrisie ; le journal officiel est resté positivement hostile ; un journal officieux, considéré comme l’organe du ministre le plus considérable, ne se donne même pas la peine de cacher son antipathie ; un journal dont nous reconnaissions jadis la mesure et le tact, a pris la question au rebours : il nous était favorable sous l’Empire ; il nous est devenu défavorable sous la République ; les journaux ultra-libéraux, graves ou légers, sont pour le régime du sabre et du droit divin, contre le régime démocratique ; une feuille hebdomadaire, rédigée par un citoyen de la République américaine, est plus prussienne que le roi Guillaume, –et ce n’est, chose étrange, que chez les journalistes conservateurs et même cléricaux que nous trouvons, pour la République française égorgée, quelques paroles de bienveillance et quelques voeux sympathiques dont nous leur témoignons toute notre gratitude.

21Pourtant, chacun sait que c’est la France impériale qui, par son influence, avait tenu, jusqu’à ce jour, le Mexique au ban de la plupart des nations d’Europe ; et il est évident que c’est la République française qui est tout naturellement appelée à réparer, sous ce rapport, le mal causé par l’Empire.

22Telles sont les considérations sérieuses que nous avons cru devoir soumettre à nos confrères de la presse au Mexique ; ils ne les prendront pas en mauvaise part, mais seulement comme l’expression du désir que nous avons de voir les Républiques du Mexique et de France renouer des relations malheureusement interrompues, et dont la reprise serait aussi logique que profitable à chacune d’elles.

23Bulletin. 30 octobre 1870

LES CANDIDATURES PRÉSIDENTIELLES

24[…] Il est facile de voir déjà que le candidat qui compte le plus de soldats de la plume, M. Porfirio Diaz, est peut-être celui qui a le moins de chances d’être élu. Cette candidature à laquelle on n’a rien de précis à reprocher, paraît trop vague et trop indécise à la masse des citoyens. M. Porfirio Diaz a l’air de se laisser faire violence par ses amis ; il a personnellement, presque déserté le combat, comme si la bravoure, si magnifiquement éprouvée sous la gueule du canon, lui faisait défaut devant le scrutin. M. Porfirio Diaz, s’il s’agissait de marcher contre l’ennemi, l’épée au poing, n’aurait pas de concurrent possible, mais il s’agit d’administrer le pays, de le diriger dans ses actes politiques, civils et sociaux, et il n’a pas fait sous ce rapport ses preuves assez complètes, pour que l’attitude passive et retirée qu’il a prise, puisse lui assurer le succès. On va même jusqu’à tourner contre lui son grade et sa gloire militaires, et nous voyons qu’en invoquant l’histoire du passé, on lui reproche son uniforme qui effraie certains libéraux, mieux disposés en faveur de l’habit noir de M. Juarez ou de la toge de M. Lerdo de Tejada.

25Les deux véritables rivaux, autant, du moins, que nous en pouvons juger quant à présent, nous semblent être MM. Juarez et Lerdo de Tejada. Préjuger le succès de chacun de ces candidats par le nombre des adhérents qu’il a dans la presse, ce serait, nous le répétons, construire sur un terrain mouvant ; entre deux hommes de cette valeur, il faut aller chercher plus haut les éléments d’appréciation, d’autant mieux que, très probablement, l’élection première ne donnera aucun résultat définitif, qu’il y aura ballottage entre les deux candidatures et que le choix du président se fera dans le Congrès. La prochaine élection présidentielle se rattache donc étroitement aux futures élections des députés qui se réuniront le 16 septembre pour désigner le magistrat suprême de la nation.

26M. Juarez a, sur son concurrent, l’avantage immense d’être en évidence. Figure historique, connu et respecté dans l’ancien et le nouveau monde, il personnifie le Mexique dans la grande famille des nations ; son nom marche de pair avec celui du fondateur de l’indépendance mexicaine et, quoiqu’il arrive, l’histoire de son pays lui réserve une de ses grandes pages les plus brillantes. M. Juarez a la foi jusqu’à l’obstination, la patience jusqu’au fatalisme ; il marche lentement, sans se hâter jamais ; mais il a, devant les yeux, un but qu’il ne perd pas de vue ; à ceux qui lui reprochent, et nous étions de ceux-là, son défaut d’initiative et son manque d’élan et d’enthousiasme, il répond froidement : ”Il est un bien dont le Mexique a besoin avant tout ; il est près de l’obtenir, mais il ne l’a pas encore : c’est la paix intérieure ; travaillons à l’établir ; affermissons la loi sur son piédestal ; finissons-en avec les habitudes violentes et l’appel aux armes à la moindre occasion ; le reste viendra tout seul : la paix est féconde ; elle nous apportera d’elle-même l’ordre administratif, la prospérité, la richesse, la force et la grandeur. Tenons-nous fermes sur le terrain de la réforme que nous avons opérée ; pas de concessions en arrière, mais aussi, pas de démarches imprudentes en avant. Nous avons bouleversé, par nécessité, le pays par la grande révolution que nous avons faite, dans ses conditions morales et dans ses institutions ; laissons-le se rasseoir, et maintenant que notre tâche est accomplie, cessons d’être révolutionnaires, pour devenir conservateurs... de la révolution.”

27Ne pouvant attaquer ni sa personnalité, ni ses principes, les adversaires de M. Juarez ont invoqué contre lui, son long séjour au pouvoir, et ont présenté sa réélection comme une contradiction flagrante, si ce n’est avec les préceptes constitutionnels, tout au moins avec l’esprit des institutions démocratiques.

28Partout ailleurs, cet argument aurait une valeur réelle ; au Mexique, dans l’état présent, il est facile de le retourner contre ceux qui l’invoquent.

29Ne parlons pas de la question de l’égalité ; elle n’est pas en jeu : la constitution ne défend, dans aucun cas, la réélection ; donc, elle est légale ; mais est-elle convenable ?

30Si la paix intérieure du pays est l’objectif auquel doivent tendre tous les bons Mexicains, la longue permanence de M. Juarez à la Présidence est une garantie précieuse au lieu d’être un danger. Lisons et relisons l’histoire de ce pays et de ses révolutions, et nous verrons que la cause première de ses malheurs et de ses agitations est venue, précisément, de l’instabilité de sa première magistrature et des changements fréquents et presque toujours violents qui se sont opérés dans le personnel de ses présidents. Combien en est-il qui aient accompli, paisiblement et légalement, leur terme constitutionnel, avant M. Juarez ? Qu’on réponde !

31Nous avons eu l’honneur d’être l’ami d’un des hommes les plus distingués qu’ait jamais eus le Mexique, homme d’intelligence, d’ordre et de progrès, s’il en fut jamais ; il n’est plus hélas ! Mais ses paroles sont restées gravées dans notre mémoire, et ne s’en effaceront jamais :

32”Que nos présidents, nous disait-il, achèvent tranquillement et successivement trois termes constitutionnels, et notre pays est sauvé !”

33Celui-là n’aurait pas été effrayé par la réélection ; il l’aurait appelée de tous ses vœux, car le désir qu’il avait si vivement manifesté, les douze années de présidence de M. Juarez l’ont réalisé. Nous avons tout lieu de croire, d’ailleurs, que les mêmes motifs ont déterminé les constituants de 1857, lorsqu’ils ont autorisé, dans le code fondamental, la réélection sans limites, du Président de la République. Pour ceux donc qui veulent avant tout la paix intérieure du Mexique, et qui, dans les circonstances encore précaires où se trouve le pays, hésitent à se lancer dans l’inconnu, la réélection de M. Juarez, nous le répétons, est une garantie au lieu d’être un danger.

34M. Lerdo de Tejada est un homme considérable à tous les égards. Intelligent au suprême degré, homme d’Etat consommé, doué tout à la fois du talent que lui a donné la nature et de l’expérience qu’il a acquise, par l’étude et la pratique d’une vie bien remplie dans les affaires publiques, il se présente au premier aspect sous un jour plus brillant que M. Juarez ; mais il n’a ni la fermeté des principes, ni la foi aveugle et presque fataliste de ce dernier ; en temps normal, ce serait notre candidat préféré ; dans la situation actuelle du Mexique, nous lui donnerions la seconde place. Son temps n’est pas venu, mais il viendra ; nous aurions voulu qu’il le comprit et qu’il fit preuve, en cette circonstance, du tact politique, qu’il possède à un si haut degré, en sachant attendre.

35La position même de M. Lerdo de Tejada, resté si longtemps aux côtés de M. Juarez, rendait sa candidature difficile : ministre, il restait caché dans l’ombre projetée par la grande figure du Président ; en dehors du cabinet, il est peut-être trop en lumière, car ses partisans, entraînés par un zèle exagéré, semblent le poser en adversaire de M. Juarez, alors qu’il peut revendiquer, au contraire, avec une gloire légitime, sa large part de coopération et de solidarité dans tous les actes qui ont signalé le Président à la reconnaissance du pays. Cet antagonisme est regrettable ; il s’est traduit par des tendances politiques qui ont peut-être justement alarmé les libéraux sincères et de bonne foi. On a parlé d’alliance entre M. Lerdo et le parti conservateur ; sans doute, on a exagéré, et nous avons la conviction profonde que l’ancien ministre des relations restera toujours fidèle à la réforme conquise, avec sa participation, au prix des plus lourds sacrifices ; mais on craint, et c’est déjà trop, que la porte s’entrouvre pour donner passage à ce parti rétrograde et clérical, qui ne désespère jamais, qui n’a jamais rien appris et qui n’a jamais rien oublié.

36M. Lerdo, d’ailleurs, bien qu’homme du monde aux manières séduisantes, et diplomate des plus accomplis, ne transigeait pas avec certains devoirs, et se montrait inflexible contre les perturbateurs de la paix publique. Cette qualité, dont il faut lui tenir grand compte, vient cependant plaider contre sa candidature aux yeux des hommes qui désirent sincèrement la paix intérieure du pays. Il s’est fait, dans l’accomplissement méritoire de ses hautes fonctions, des ennemis nombreux, et ces ennemis comptent précisément parmi les hommes turbulents pour lesquels la loi n’est qu’un vain mot, et qui s’arment du sabre et du fusil pour réaliser leurs moindres désirs. N’est-il pas à craindre que son élection soit le signal d’une levée générale de tous ces éléments de troubles et de désordres, et que la paix publique, si précieuse aujourd’hui, n’en souffre une déplorable atteinte ?

37Bulletin. 28 janvier 1871

MERCI ! !

38Nous ne pensions pas qu’il nous fût possible d’éprouver un sentiment d’ineffable satisfaction, au milieu des malheurs et des désastres qui tombent tous les jours, comme la foudre, sur cette France infortunée que nous chérissons tant ; et, cependant, nous écrivons ces lignes, les larmes aux yeux, et sous l’impression la plus vive du plaisir et de la reconnaissance.

39Hier soir, plusieurs de nos compatriotes se sont présentés dans nos bureaux et nous ont offert, au nom de la colonie française de Mexico, un témoignage d’estime et de sympathie que nous ne pensons pas avoir mérité, mais qui n’en restera pas moins, dans les souvenirs de notre vie si durement agitée, comme une consolation suprême et comme un stimulant pour l’accomplissement de notre tâche ingrate, hélas ! dans les circonstances lamentables que traverse la mère-patrie.

40On nous a remis une liste portant pour titre :

41Souscription de la Colonie Française pour offrir à M. René Masson, rédacteur du Trait d’Union, un encrier d’honneur, comme preuve de sympathie pour ses sentiments patriotiques. Mexico, le 7 février 1871.”

42Cette liste de plusieurs centaines de signatures, restera dans nos archives comme le titre le plus précieux dont un homme doive être fier, et qu’il puisse léguer à ses enfants.

43Elle est accompagnée d’un magnifique encrier, œuvre d’art de grande valeur, sur lequel sont gravés ces mots :

44La colonie française

45À

46René Masson

477 février 1871

48L’encrier lui-même est flanqué de deux flambeaux en argent massif, d’un goût et d’un art irréprochables, et, pour que rien n’y manque, deux superbes plumes en or complètent ce riche bagage de journaliste.

49Nous voici donc splendidement armé pour le combat. Ces armes, que nos lecteurs habituels nous ont mises entre les mains, leur seront entièrement dévouées, comme celles, plus modestes, que nous avons maniées jusqu’à ce jour ; nous nous en servirons, en redoublant d’ardeur, pour défendre leurs droits, leur dignité, leurs aspirations, leurs intérêts, et pour leur communiquer la foi qui nous anime dans un meilleur avenir et dans une revanche éclatante : Dieu veuille qu’elles nous aident bientôt à constater le succès des efforts que tentera notre France pour se relever avec éclat et reprendre, dans le monde, le rôle d’apôtre de la liberté et d’avant-garde de la civilisation qu’une invasion barbare a pu contrarier un instant mais ne saurait avoir effacé !

50Merci ! Mille fois merci, à tous, à chacun de ceux qui ont pris part à cette manifestation généreuse qui nous a fait éprouver, hier, le plus pur sentiment d’orgueil et d’attendrissement que nous ayons jamais ressenti, dans notre longue carrière de luttes et de déceptions !

51Bulletin. 10 février 1871

LES VANDALES DE PARIS

52Parlons un peu des télégrammes que nous avons publiés hier, et qui nous ont donné de si déplorables nouvelles de Paris.

53Que nos lecteurs se transportent un instant avec nous, par la pensée, dans les rues de cette capitale de la France, qui faisait encore, il y a moins d’une année, l’admiration du monde ; où les sciences, l’industrie, les arts, la littérature, les théâtres, la mode, –les choses sérieuses et les choses futiles, le travail et le plaisir, le luxe et le confort attiraient en foule les étrangers des deux hémisphères ; qu’ils comparent cet état de civilisation avancée, d’agitation fébrile, d’éclatante splendeur et de prospérité inouïe, à l’état du Paris d’aujourd’hui ! Qu’ils se figurent ce que doit être, au moment où nous écrivons, cette grande et splendide cité d’autrefois ; ce que doivent être ses environs, jadis émaillés de châteaux magnifiques, de riantes villas, de frais cottages, de maisons de campagne délicieuses ; tout est à bas, tout est en ruines ; le canon, le fer, le feu, tout ce qu’a pu inventer le génie de la destruction, sont passés là-dessus ; ce qu’avaient épargné les Prussiens, les Français eux-mêmes l’ont dévasté. Qu’ils supposent ce qui peut rester de ces richesses et de ces splendeurs, après un siège de cinq mois par l’envahisseur ; après un siège de deux mois par les soldats français ; après les péripéties terribles de la guerre contre l’envahisseur, et les péripéties plus terribles encore de la guerre civile la plus acharnée ; qu’ils assistent, en imagination seulement, à ces scènes épouvantables de la prise de la ville par Mac Mahon et de la défense opiniâtre des Communistes ; ne voient-ils pas vingt incendies allumés à la fois, dans toutes les directions ? N’entendent-ils pas la voix terrible du canon, l’éclat strident des mitrailleuses, le roulement sinistre de la fusillade, et au milieu de ce bruit infernal, à la lueur rougeâtre des monuments en feu, les cris des combattants, les gémissements des blessés, les lamentations des femmes et des enfants ? Puis, la clameur immense s’apaise tout à coup ; la mort règne sur la cité ; les incendies s’éteignent ; l’insurrection est vaincue ! Mais quel est cet autre bruit étrange, intermittent, qui perce l’ombre et le silence ? Ce sont les exécutions sommaires, hâtives, de centaines de malheureux Français, coupables, égarés, innocents peut-être, que d’autres Français fusillent en masse, par groupes de cinquante, de cent, dans l’ivresse du triomphe et de la vengeance !

54Ne vous semble-t-il pas assister à l’une des grandes catastrophes de l’histoire du monde ? Sauf la différence des temps et des lieux, par exemple, à la destruction de Ninive, à la prise de Constantinople par les Turcs, à ces grands souvenirs de meurtre et de ruine qui font l’épouvante de l’humanité !

55Combien de générations faudra-t-il, pour laver tout ce sang, pour relever toutes ces ruines, pour éteindre toutes ces haines qui doivent fermenter au fond des cœurs !

56On s’abîme dans la douleur lorsqu’on cherche à approfondir cette terrible situation.

57Encore, ce ne sont là que des faits ; si déplorables qu’ils soient, le témoignage des sens suffit pour le constater ; mais si on veut en rechercher les causes, en étudier l’origine, et surtout, en faire retomber la lourde responsabilité sur ceux qui l’ont encourue, que de défaillances, que de lâchetés, que de hontes, que de crimes ne faut-il pas accuser et condamner ?

58Quelle terrible chose que la passion humaine surexcitée ! Quelle bête féroce que l’homme emporté par le bouillonnement du sang et les mauvais instincts ! Comment comprendre, comment expliquer les actes barbares des insurgés de Paris, ne reculant devant aucun excès, non pas pour vaincre, ils ne l’espéraient plus, mais pour tomber avec rage, en faisant le mal pour le mal, et par pur esprit de vengeance sauvage ?

59L’assassinat, l’incendie leur semblent choses toutes naturelles ; ils répandent le sang et ils allument le feu pour tromper leur impuissance ; le désespoir les aveugle au physique comme au moral ; ils n’ont plus conscience de leurs actes et, comme le chien pris de rage, qui n’a plus que l’intelligence du mal, ils deviennent pour la société un fléau qu’il faut dompter ou faire disparaître.

60Les exécutions sommaires, après la défaite des Communistes, se justifient sans doute ; mais combien auront-elles duré ? Quel aura été le chiffre des victimes ? Quels soins aura-t-on pris, dans le désordre de la victoire, pour distinguer sûrement le coupable de l’innocent ? Combien de familles aura-t-on jetées dans le deuil d’autres familles ? A quelle hauteur s’élèvera l’hécatombe ? Combien de cadavres aura-ton ajoutés, après le triomphe, aux cadavres faits pendant la lutte ? Combien de livres de sang aura-t-on versées en plus des livres déjà répandues depuis un an !

61C’est à faire frémir ; mais détournons les yeux de ce spectacle lugubre, et tâchons d’oublier un moment le présent pour nous élancer vers l’avenir ! Qu’allons-nous apprendre maintenant ?

62N’en doutons pas : la dictature, et la dictature militaire est au fond de la situation. On nous dira bientôt qu’un général heureux, (en est-il dans la guerre civile ?) sera mis à la tête d’un gouvernement nouveau, gouvernement du sabre et des lois d’exception. Le remède est héroïque ; il peut sauver le malade ; mais comme les caustiques puissants, il laisse toujours sa trace, et il cause au patient des douleurs et des souffrances ; la France n’en est pas encore à sa dernière épreuve.

63Bulletin. 7 juin 1871

LES COLONIES AU MEXIQUE

64Le Mexique n’a véritablement pas été heureux dans les tentatives de colonisation qui se sont faites sur son territoire. Si nous voulions faire l’historique de tous les insuccès constatés depuis l’entreprise de Coatzacoalcos jusqu’à celle de Tuxpan, nous en aurions trop long à dire. Les essais n’ont pas été meilleurs sous l’Empire de Maximilien, malgré les efforts et les sacrifices qu’il a faits pour arriver à un résultat satisfaisant ; et si nous en exceptons la colonie déjà vieille de Jicaltepec et la colonie toute récente de Magdalena-Bay, il ne reste même plus vestige de toutes les expériences qui ont été tentées depuis quarante ans et plus.

65La colonie de Jicaltepec a résisté, grâce à la nature toute spéciale de ceux qui l’ont fondée et qui s’y sont, en quelque sorte, cramponnés. Ce sont des Français qui sont venus s’y établir : des hommes habitués aux travaux des champs, de vie frugale et de besoins limités ; Dieu sait les dures épreuves qu’ils ont supportées, les souffrances qu’ils ont endurées, les déceptions qu’ils ont subies ; le moindre de leurs maux a été l’inondation qui les a souvent ruinés ; leur but primitif était la culture de la vanille, mais elle les a si souvent trompés, qu’ils ont dû l’abandonner presque entièrement pour se rattacher à une production plus certaine et moins chanceuse. La colonie de Jicaltepec vit toujours, mais ce serait, croyons-nous, beaucoup s’avancer que de prétendre qu’elle prospère.

66La colonie de Magdalena-Bay s’était annoncée, disait-on, sous les auspices les plus flatteurs. Nous avouerons cependant n’avoir jamais eu grande confiance dans son avenir.

67Nous nous sommes demandé, dès le début, comment des Américains du nord, hommes pratiques avant tout, avaient pu choisir, pour fonder une colonie au Mexique, précisément la partie la plus aride et la plus abrupte de son territoire, un coin de la Basse-Californie où il n’y avait ni végétation, ni possibilité d’en créer, où, sous un soleil torride, il n’y a ni arbres qui servent d’abri, ni fleuves où se désaltérer ; où la terre végétale fait défaut ; où l’eau potable n’existe pas, et où la principale industrie, pour les pionniers de cette singulière colonisation, a dû consister dans la récolte de lichen, ce produit des pays qui ne produisent rien, cette dernière et seule ressource des misérables populations qui végètent, comme elle, sur les rochers dénudés et glacés de l’Islande ; dans cette dernière, comme à Magdalena-Bay, l’aridité est effrayante et la seule différence entre les deux pays, c’est que l’un est brûlé par le soleil, sans eau pour en modérer les ardeurs, et que l’autre est couverte de glaces éternelles, sans soleil pour les fondre.

68N’y avait-il donc pas, au Mexique, des terrains fertiles, arrosés, ombragés, d’une puissance de production végétale inouïe, situés sous des climats splendides, placés entre l’azur du ciel et la verdure du sol, promettant au colon une ample rémunération pour un travail modéré, et lui assurant, surtout, la vie la plus douce, la plus tranquille, la plus indépendante et, en même temps, la plus productive qu’homme ait jamais rêvée sur terre ?

69Il est arrivé, à Magdalena-Bay, ce qu’il était malheureusement facile de prévoir : les colons désillusionnés, découragés, désertent par centaines après avoir subi les plus amères déceptions. Nous avons vu, dernièrement, comment le gouverneur de la Basse-Californie, compatissant à l’infortune d’une partie de ces malheureux, était venu généreusement à leur secours ; nous apprenons aujourd’hui que cent autres colons, originaires de New York, sont arrivés, au commencement de juillet, à San Francisco, dans l’état le plus misérable, dénués de toutes ressources, et se plaignant horriblement des déceptions dont ils ont été victimes.

70Nous insérerons prochainement le récit, publié par l’un de ces infortunés, de ses aventures, depuis son engagement pour aller coloniser Magdalena-Bay, jusqu’à son arrivée à San Francisco, et nous en ferons le texte de réflexions toutes naturelles sur la colonisation au Mexique.

71Bulletin. 23 juillet 1871

LES COMMUNISTES MEXICAINS

72Nous avons promis de parler des communistes qui viennent de donner signe de vie au Mexique. Voyons donc.

73Depuis quelque temps, nous remarquons deux symptômes bien marqués et de nature toute opposée dans la presse : certains journaux, autrefois très belliqueux, sont devenus plus pacifiques et s’élèvent, avec une énergie que nous ne saurions trop approuver, contre toute idée de violence, quel que soit le résultat des élections présidentielles ; d’autres ont redoublé d’ardeur, et parlent de l’ouragan qui est tout prêt à se déchaîner. Le Diario cite ces paroles d’une feuille dont la modération n’était pas la première vertu, qui vient de disparaître et qui n’est certes pas fort regrettée : ”Les sourds rugissements d’une tempête furieuse et prochaine commencent à se faire entendre !”

74Nous sommes, en ce qui nous concerne, assez rassuré sur les résultats de la tempête annoncée ; mais il nous faut bien reconnaître qu’on sème les vents pour récolter l’ouragan. Il semblerait, d’après la communication dont nous avons parlé hier et qui vient d’être adressée, de San Luis, par M. le général Escobedo, au ministre de gobernacion, que c’est sur la frontière de l’Etat de Nuevo-Leon, et sur les rives du Bravo, que le premier coup doive être frappé.

75Nous savons déjà qu’on a saisi, sur un des pionniers de cette révolution projetée, plusieurs exemplaires d’une circulaire dont le texte a été publié par le journal officiel.

76Cette circulaire, adressée à la nation mexicaine, est d’une longueur démesurée ; c’est une œuvre de haute fantaisie, qui dénote cependant, de la part de son auteur, une étude spéciale des questions économiques, mais qui par son communisme radical, laisse bien loin derrière elle toutes les élucubrations des socialistes parisiens.

77Elle contient, surtout, une loi agraire en dix longs articles explicatifs, avec deux articles transitoires, sa partie réglementaire en sept autres articles, et des commentaires comparatifs sur les lois antérieures.

78Nous n’entreprendrons pas d’en faire l’analyse, car nous croyons compter peu de partisans de cette école parmi nos lecteurs ; mais nous devons constater que cette loi agraire est donnée, par son auteur, comme un levier pour opérer la révolution rendue nécessaire par la manière frauduleuse dont les élections ont été faites.

79Ainsi donc, nous avons la Commune mexicaine en perspective, mais la Commune bien autrement radicale, bien autrement socialiste que celle de Paris. Il est bon qu’on le sache, mais il ne faut pas trop s’en effrayer ; la tempête dont on nous menace passera sans grand fracas :

Qu’en sort-il souvent ?
Du vent.

80Bulletin. 13 août 1871

PRONUNCIAMIENTO DE M. PORFIRIO DIAZ

81Hier, pendant la séance du Congrès, M. le ministre de gobernacion a donné lecture de l’acte de pronunciamiento de M. Porforio Diaz. Nous avons ce document sous les yeux : il est daté de la Noria, novembre 1871. Il est fort long et il nous est impossible d’en donner la traduction dans ce numéro, déjà rempli par les nouvelles étrangères ; mais nous le publierons demain.

82Il a été vendu, hier soir, par extra, dans les rues de la capitale et y a causé une vive sensation. La foule était grande dans le centre de la ville ; elle paraissait discuter l’événement avec animation, mais nous n’avons pas appris qu’il y ait eu le moindre désordre.

83Nous avons entendu révoquer en doute l’authenticité de ce document, mais nous ne pouvons rien dire à ce sujet ; sans doute il va donner lieu à une polémique ardente, car il contient un programme qui ne peut être aveuglément accepté par toutes les opinions.

84Il commence par énumérer, tous les griefs articulés depuis longtemps par l’opposition, contre la réélection et contre les actes de l’administration de M. Juarez.

85M. Porfirio Diaz y rappelle ensuite qu’il a quitté le collège pour prendre part à la révolution d’Ayutla ; qu’il a ensuite lutté contre l’invasion étrangère et qu’il a soutenu l’indépendance nationale jusqu’à ce que le gouvernement fût rétabli dans la capitale de la république. Il a donné, dit-il, assez de preuves qu’il n’aspire ni au pouvoir ni aux emplois, mais le devoir lui impose l’obligation de se dévouer à sa patrie en danger et, à partir de ce jour, il se consacre, tel qu’il est et pour ce qu’il vaut, à la cause du peuple.

”Si le triomphe couronne mes efforts, ajoute-t-il, je retournerai dans le calme de la vie domestique, préférant, en tout cas, la vie frugale et pacifique de l’obscur laboureur, aux ostentations du pouvoir. Si au contraire nos adversaires sont les plus heureux, j’aurai rempli mon dernier devoir envers la République”

86Puis vient le programme :

87Constitution de 1857 et liberté électorale, telle sera la bannière ; moins de gouvernement et plus de liberté, tel est le programme de M. Porfirio Diaz.

88Mais tout aussitôt, il parle de l’établissement d’une Convention de trois représentants par chaque Etat, qui donnera le programme de la reconstruction constitutionnelle et nommera un président provisoire qui, en aucune manière, ne pourra être le dépositaire actuel des pouvoirs de la guerre.

89Les autres articles du programme, pour l’élection présidentielle, la nomination des ministres et des fonctionnaires par l’Exécutif, etc. etc., diffèrent en beaucoup de points des termes de la Constitution de 1857.

90Ce n’est donc pas cette Constitution qui est la bannière de la révolution ; il y a donc contradiction flagrante dans les affirmations du plan, et ce que nous voyons au fond de ce programme, si peu d’accord dans ses termes, c’est la dictature de la Convention qu’il s’agit d’établir, et la préparation du terrain pour l’élection présidentielle définitive.

91Telles sont nos premières appréciations ; mais le sujet est grave, et nous nous proposons de le traiter à nouveau lorsque nous aurons publié le plan du pronunciamiento.

92Très important. 14 novembre 1871

À PROPOS DE CRÉDIT

93A propos d’un procès quelque peu célèbre et beaucoup plus scandaleux, dont la solution est encore pendante devant les tribunaux les plus élevés du pays, certains journaux viennent d’entreprendre une croisade contre la Banque de Londres, dont l’existence, disent-ils, est illégale, parce qu’elle n’a pas publié ses règlements.

94Voici maintenant qu’on se plaint qu’elle manque aux lois sur le papier timbré et qu’on excite contre elle le zèle du fisc pour lui appliquer nous ne savons quelles amendes.

95C’est un joli rôle que joue là certaine presse, en se faisant dénonciatrice en matière fiscale !

96Nous n’avons aucune relation avec la Banque de Londres, et nous ne sommes pas chargé de la défendre ; mais il est des choses qui choquent tellement le sens moral et les notions les plus élémentaires de la justice et de l’honnêteté, qu’il est impossible à la presse qui se respecte de les laisser passer sous silence.

97La Direction de la Banque de Londres est assez intelligente, croyons-nous, pour se défendre elle-même, et nous aurions peine à comprendre comment elle se serait exposée à ces reproches d’illégalité et aux dénonciations dont elle est l’objet ; mais encore une fois, cela la regarde ; nous ne nous occuperons ici que de la question d’intérêt public.

98Il n’existe, au Mexique, qu’un établissement de crédit ; c’est la Banque de Londres. Elle est entre les mains d’étrangers et c’est là peut-être son crime aux yeux de ses adversaires, qui lui préfèrent des maisons nationales aussi solides et aussi recommandables que celle qui a existé, jadis, sous le nom de Madrid et Arroniz. Des goûts et des couleurs, on ne dispute pas.

99Il nous semble, cependant, que la Banque de Londres rend des services assez importants au commerce et aux affaires pour qu’on ne la voie pas d’un trop mauvais œil. Loin de chercher à la renverser, les patriotes mexicains qui se plaignent, à si juste titre, de la nullité des transactions et du défaut de mouvement commercial et industriel, qui conduisent le pays à sa ruine, devraient employer tous leurs efforts à réformer la législation, de manière à permettre aux établissements de cette nature, de se créer et d’étendre leurs opérations, au grand profit des populations actives et laborieuses. Ils devraient même citer la Banque de Londres comme un exemple à suivre par les nationaux et les étrangers ; si la législation sur les hypothèques permettait de faire entrer la valeur immobilière dans la circulation publique, et s’il existait au Mexique dix, vingt, cent établissements de crédit comme la Banque de Londres, le mouvement des affaires et l’animation commerciale et industrielle auraient bientôt fait du pays une nation riche et prospère.

100Ce ne sont pas les capitaux qui manquent au Mexique, mais ils sont généralement dans des mains avides et incapables, qui ne veulent ou ne savent les faire valoir avec largeur de vues, intelligence et libéralité. L’usure et l’escompte à des conditions ruineuses, telles sont les seules industries financières du pays. Toute idée féconde, toute affaire à brillants résultats, toute combinaison habile, dont la richesse publique tirerait de si grands avantages, sont tuées dans leur germe, étouffées ou mutilées par la difficulté de trouver des capitalistes qui les comprennent et veuillent même se donner la peine de les étudier.

101Un seul établissement sort de la règle commune, et cela dans des limites malheureusement très réduites ; c’est trop, paraît-il, et voilà certains organes de la presse qui l’attaquent, et voudraient le voir disparaître, se faisant en cela l’écho de préjugés condamnables ou d’intérêts privés fort peu respectables. Et l’on se demande pourquoi le pays ne prospère pas ; pourquoi la richesse publique, le mouvement des transactions et des affaires vont toujours en diminuant au lieu d’augmenter !

102Bulletin. 12 mars 1872

MORT DE M. JUAREZ

103Nos lecteurs comprendront pourquoi ; depuis la mort de M. Juarez, nous nous sommes abstenus complètement de toucher à la politique mexicaine. Toute la presse en a fait autant. Avant de s’occuper de l’avenir, il a fallu payer son tribut au passé ; avant de se lancer dans les espérances futures, il a fallu se livrer à la douleur, au recueillement, aux regrets du présent. Toutes les opinions, tous les partis, toutes les nationalités se sont unis, à cet égard, dans un même sentiment, et nous le constatons avec d’autant plus d’empressement, que nous avons été personnellement, pendant de longues années, attaché par une affection sincère à l’homme éminent dont chacun pleure et regrette aujourd’hui vivement la perte.

104Mais, demain, cette douleur universelle se calmera, et la question de l’avenir remplacera, tout d’un coup, celles du présent et du passé. La situation s’est trouvée transportée sur le terrain nouveau, comme par enchantement ; elle peut mener le pays à sa prospérité ou à sa perte ; les premiers actes du nouveau président auront une influence décisive sur les résultats de son administration, et nous avons assez de confiance en sa haute intelligence, pour être certain qu’il a compris la hauteur de sa mission et les moyens de l’accomplir. Attendons, à cet égard, quelques jours encore.

105Bulletin. 23 juillet 1872

LES GRÈVES D’OUVRIERS

106La presse mexicaine commence enfin à traiter la question des grèves, qui est bien digne d’occuper son attention, comme elle occupe, depuis quelques temps, l’attention du public. Tout ce qui touche au travail, mérite, au Mexique plus que partout ailleurs, d’être soigneusement étudié, car il s’agit là de la base de la grandeur et de la prospérité des nations.

107En ce qui nous concerne, nous ne saurions déployer trop de zèle pour favoriser ce qui tend à l’accroissement et à l’organisation du travail, tandis que nous verrions avec le plus grand regret, ce qui tendrait à le réduire ou à le désorganiser.

108L’expérience a prouvé surabondamment que les grèves d’ouvriers, telles qu’elles se sont produites jusqu’à ce jour, ont jeté le désordre dans le travail et dans l’industrie, et causé des misères déplorables dont les travailleurs ont été les premières victimes.

109De pareilles manifestations ont eu lieu dans la plupart des pays d’Europe et aux Etats-Unis. Réduire les heures de travail et élever le taux des salaires, telles ont été toujours les exigences des grévistes. Il est évident que les chefs d’industrie ne se sont pas facilement soumis à ces conditions imposées sans leur volonté, et, dans presque tous les cas, ils ont résisté jusqu’à ce que le comble de la misère forçât leurs ouvriers à renoncer à leur prétentions. Il est malheureusement reconnu que la grande majorité des grévistes se compose de mauvais ouvriers et que les bons ouvriers n’ont jamais eu besoin d’avoir recours à de pareille coalitions qui, bien interprétées, sont un appel à la force contre le droit.

110Un bon ouvrier trouve toujours un bon patron ; il n’existe pas le moindre doute à cet égard, et le travail est le lien le plus sûr et le plus étroit qui puisse unir, dans leur intérêt mutuel, la tête et les bras de l’industrie ;

111Nous ne pouvons établir ici la statistique des préjudices qu’ont causé, dans tous les pays où elles se sont produites, les grèves des ouvriers, mais nous emprunterons au Times de Londres les renseignements suivants :

112Le nombre toujours croissant des grèves en Angleterre y a singulièrement augmenté le paupérisme. De 1871 à 1872, le chiffre des pauvres avait baissé de 127.000 à 104.000 ; mais les grévistes se sont mis à l’oeuvre et ce chiffre s’augmente par milliers chaque semaine. Le Times estime à un million de livres sterling la perte mensuelle qu’a subie, depuis les grèves, la richesse de l’Angleterre ; il ajoute que patrons et ouvriers de toutes les industries ont souffert considérablement, que l’agriculture a été paralysée et que la fabrique a été presque nulle à l’époque la plus favorable de l’année.

113A New York, des grèves formidables ont encore eu lieu tout récemment, au grand préjudice de l’industrie nationale et au préjudice plus grand encore des travailleurs de tous les genres. Ces grèves sont mortes et le travail a été repris par les grévistes, qui ont même abandonné les concessions que certains d’entr’eux avaient conquises sous le coup de la nécessité.

114(suivent alors des extraits de la presse yankee faisant état de grèves avortées, dont un article de l’Inquirer de Philadelphie qui conclue :)

115Un des plus turbulents parmi ces agitateurs, qui ne parlait de rien moins que de tuer les capitalistes et de brûler leurs propriétés, à la façon de la Commune –et aussi de jeter les journalistes par la fenêtre - n’est dans le pays que depuis quelques mois, et n’a pas plus la notion des bienveillantes et justes relations qui existent aux Etats-Unis entre le patron et l’ouvrier qu’il n’a de sens commun.”

116La tête et les bras de l’industrie, doivent, nous le répétons, chercher leurs garanties mutuelles dans l’intérêt qui les unit, et la solution du problème repose uniquement dans l’alliance intime et fraternelle des bons patrons et des bons ouvriers.

117Bulletin. 14 août 1872

LE CONGRÈS À ITURBIDE

118Le Congrès s’est installé, hier, dans sa nouvelle Chambre, ancien et futur théâtre parlementaire. La commission chargée d’organiser le local a parfaitement rempli sa tâche. Le rideau de la scène est irrévocablement baissé, et les exercices congressionnels ne se pratiquent que dans la salle. Le bureau a pris la place de l’orchestre, ce qui est tout à fait logique et convenable ; les députés sont rangés en cercle dans le parterre, dans les galeries du pourtour et dans les premières loges ; aux secondes loges sont les tribunes réservées au corps diplomatique, aux dames, etc. ; le public occupe les troisièmes loges et le paradis ; quant à la presse, elle est reléguée dans les deux petits coins d’avant-scène qui lui permettent assez difficilement de voir, d’entendre et de s’ébattre ; nous ne savons trop comment les sténographes et les journalistes pourront s’y loger.

119La salle est éclairée par un immense tragaluz, vasistas en verre dépoli, au centre duquel se trouve un ventilateur circulaire, fermé par un châssis en toile blanche qui s’enlève à volonté.

120L’acoustique est assez satisfaisante ; la lumière est un peu faible, et le tout est divisé en tant de compartiments, contient tant de portes et de couloirs, qu’il constitue un vrai dédale dans lequel on a besoin, pour s’orienter, à défaut de fil d’Ariane, de celui du patriotisme et de la curiosité.

121Bulletin. 19 novembre 1872

L’INAUGURATION DU CHEMIN DE FER DE VERACRUZ À MEXICO

122Orizaba, 2 janvier 1873

123MM. les Rédacteurs du Trait d’Union.

124Rome n’est plus dans Rome. Tout Mexico descend à Veracruz ; vous devez vivre en ce moment dans le désert ; il est tombé, hier soir, un aguacero terrible sur Orizaba ; sept cents voyageurs l’ont inondé ; le torrent suit son cours vers le bord de la mer ; ce matin, à six heures, un premier convoi a emporté 300 personnes environ ; un second convoi est parti un peu avant neuf heures, avec le même nombre de voyageurs, et à midi, le train présidentiel sortira de la gare avec une centaine de personnes environ.

125Hier soir, le président, tous les ministres, M. Herreros de Tejada, toute la gent officielle sont arrivés, les premiers, à six heures moins le quart. Ils ont été salués par une salve de 21 coups de canon ; la foule les attendait à la gare et dans les environs ; ils ont été parfaitement accueillis. M. Lerdo de Tejada est descendu dans la maison de MM. Carrillo, où il a reçu grand nombre de visiteurs ; M. le ministre d’Espagne lui a présenté les journalistes de la Havane et les officiers de l’Isabel la Catolica.

126Deux autres trains ont suivi, de très près celui qui portait le président ; ils sont arrivés à une demi-heure d’intervalle, l’un de l’autre ; à sept heures et demie su soir, Orizaba comptait sept cents habitants de plus que de coutume.

127M. Nelson se trouvait ici ; il a reçu M. Lerdo de Tejada à sa descente de wagon, et il repart avec lui pour Veracruz.

128La soirée a été des plus animées ; la grande rue d’Orizaba était splendidement illuminée ; les indiens des environs étaient venus, dans la journée, avec leurs musiques ; ils ont participé longuement aux fêtes du soir et de la nuit. Une musique excellente est venue se placer sous les fenêtres de la maison Carrillo ; une illumination des plus originales l’entourait ; M. Lerdo de Tejada a paru sur le balcon ; une allocution lui a été adressée ; il y a répondu au milieu d’immenses acclamations. Lors de la visite faite au président par les représentants de la presse de la Havane, de petits discours ont été prononcés, et les quelques mots de M. Lerdo de Tejada ont produit le meilleur effet. La plupart de ces journalistes voyaient de près, pour la première fois, un Président de République ; ils sont revenus enchantés ; la personne et l’attitude de M. Lerdo leur ont été des plus sympathiques.

129La grande rue d’Orizaba est restée, jusqu’à minuit, remplie de monde et d’allégresse. Alors seulement les feux d’artifice ont été allumés en face de l’Hôtel des diligences et de la Lonja ; il était bien près d’une heure du matin lorsqu’ils se sont terminés ; les habitants ordinaires sont rentrés chez eux, les habitants de passage ont cherché leurs lits et le sommeil s’est étendu sur toute la ville.

130Il était curieux, en vérité, de constater l’impression qu’avait produite sur tous les voyageurs le passage des cumbres, de Boca del Monte à Maltrata. Presque à sa sortie de Mexico, dans les environs de Tepexpan, un incident avait causé quelque sensation. Des pierres énormes avaient été placées sur la voie par malveillance ; mais une locomotive d’avant-garde précédait le premier convoi, son chasse-pierres est venu se heurter contre ces obstacles qui l’ont endommagé sans produire de résultats sérieux. Les pierres ont été enlevées et tout s’est régulièrement passé jusqu’à Boca del Monte. Sur la route, en passant devant Huamantla, le gouverneur de Tlaxcala était venu à la rencontre du président ; des discours ont été échangés ; pareil fait s’est produit sur d’autres points où des municipalités étaient venues féliciter M. le Président de la République ; ces épisodes avaient retardé d’une heure environ la marche des convois. A Boca del Monte, des tables avaient été dressées par M. Maurice Porraz, qui avait admirablement disposé le repas, suivant son habitude ; là aussi, il y a eu des discours et des toasts ; et l’on s’est remis en route, sous la conduite de machines Fairlie.

131Les excursionnistes étaient entrés dans la région des sensations ; ils en ont conservé un souvenir impérissable ; le spectacle grandiose qui se développait sous leurs yeux, leur a causé l’impression la plus vive ; il en est qui ont eu le vertige ; tous ont admiré l’intelligence et la hardiesse des travaux gigantesques qui font le plus grand honneur aux ingénieurs de la compagnie ; tous ont été plongés dans l’extase, en contemplant ces scènes de la nature et ces prodiges de l’art, dont leur imagination ne leur avait donné qu’une idée fort incomplète. Le premier convoi, arrivé dans les bas-fonds de Maltrata a pu voir le second convoi, passant sur sa tête, à des milliers de pieds de hauteur, et le second convoi a admiré, à la fois, le premier convoi qui roulait à ses pieds, et le troisième convoi, qui le suivait dans la région des nuages. Il est impossible de se figurer rien de plus pittoresque et de plus magnifique. Le convoi présidentiel devait partir le premier, ce matin, à six heures ; mais les plans de M. le gouverneur de l’Etat de Veracruz, qui voulait porter la garde nationale du port au devant du Président, et les besoins du service ont fait modifier le programme ; les deux autres trains se sont mis en route à 6 heures et à 9 heures, et le train officiel ne quittera la gare, comme je vous l’ai dit, qu’à midi.

132Je suis à Orizaba depuis deux jours ; j’y reste, jusqu’à ce que je trouve un train qui me conduise à Mexico, ou tout au moins à Apizaco ; mais la chose me paraît un peu difficile, car tout le matériel de la ligne est employé entre Orizaba et Veracruz, et peut-être me sera-t-il nécessaire d’attendre le retour de la comitiva.

133Il me reste à vous parler de mon séjour à Veracruz, et à vous donner des détails sur l’arrivée et sur le personnel des représentants de la presse de la Havane ; j’y consacrerai mes loisirs et demain, probablement, vous recevrez une autre lettre de moi.

134Correspondance particulière du Trait d’Union. 5 janvier 1873

NOTRE DERNIER BULLETIN

135Nous écrivons ces lignes avec une des plumes que nos lecteurs français ont bien voulu nous offrir comme témoignage de gratitude et de sympathie ; nous les signerons avec une autre plume que nous devons à l’affection de nos compagnons de rédaction, de nos employés et de nos compositeurs. Ces instruments du journaliste puiseront leur aliment dans l’encrier dont on nous a fait présent, à pareil titre, et nous rédigeons nos adieux à la lumière du lustre de bureau que nous tenons de la libéralité de nos abonnés de Guanajuato. Cela fait, nous remettrons les plumes dans leur étui ; nous fermerons l’encrier et nous éteindrons le lustre […]

__________

136Le Trait d’Union a son histoire ; nous croyons utile, en partant, de la résumer aussi sommairement que possible.

137Nous sommes arrivé à Mexico le 5 avril 1849 ; le 5 mai, un mois après, jour pour jour, le Trait d’Union faisait son apparition ; deux mois plus tard, il était en voie de prospérité. Bien que nouveau débarqué, nous avions l’avantage d’être connu, déjà, pour avoir édité le Franco-américain à New York et à la Nouvelle-Orléans. La publication a été d’abord hebdomadaire, de format in-quarto, avec 16 pages d’impression. Les prix d’abonnement étaient les mêmes qu’aujourd’hui, sauf une légère différence dans les frais de port pour l’intérieur. L’édition hebdomadaire a duré moins d’un mois ; à partir du 30 mai 1849, le Trait d’Union a paru deux fois par semaine, les mercredis et les samedis, dans le même format, avec huit pages d’impression.

138Sous les présidences de MM. Herrera et Arista, nous avons vécu parfaitement tranquille, parfaitement libre ; notre journal avait pris dignement sa place dans la presse du pays, et jouissait d’une popularité que nous avons plaisir à rappeler.

139En décembre 1851, nous est venue la nouvelle du coup d’Etat ; en décembre 1852, nous avons appris l’établissement du Second Empire en France. Le Trait d’Union, dès ce moment, a refusé son adhésion au gouvernement issu du parjure, et le 4 septembre 1870 l’a trouvé dans les mêmes sentiments. C’est assez dire qu’il a été mis à l’index et que son fondateur a eu, pour ennemis, pendant dix-neuf ans, tous les représentants de l’Empire à Mexico. Les persécutions dont il a été plus tard victime ont pris là leur origine ; on nous a même nié notre qualité de Français, parce que nous nous étions occupé de la politique du Mexique ; fort heureusement, nous avions le droit de prendre le titre de citoyen américain.

140Revenons aux affaires mexicaines. Le 6 janvier 1853, deux ans jour pour jour après la proclamation de sa présidence, M. le général Arista donnait sa démission et s’enfuyait de Mexico ; M. Juan B. Cevallos était nommé constitutionnellement pour le remplacer ; mais la révolution qui avait renversé M. Arista, refusait de reconnaître son successeur. M. Cevallos se démit de ses fonctions… ; M. le général Lombardini a été nommé président par intérim et le 18 mai 1853, Santa-Anna était proclamé président de la République.

141Pendant cette époque agitée de l’histoire mexicaine, le Trait d’Union a heureusement navigué entre les partis et la révolution ; mais bientôt après ont commencé ses tribulations.

142Tout d’abord a paru une nouvelle loi sur la presse qui, entre autres mesures rigoureuses, imposait un cautionnement aux journaux ; nous avons dû déposer plusieurs milliers de piastres au Monte Pío, et les amendes ont fort ébréché le dépôt. Nous n’avons pas à entrer dans les détails, à cet égard ; nous avons payé, et le Trait d’Union a suivi son cours. Nous devons cependant mentionner qu’au moment même où son ministre Bonilla nous ruinait en nous accablant d’amendes et demandait à tout propos notre expulsion du pays, le général Santa-Anna nous nommait spontanément chevalier de l’ordre de Guadalupe. Nous n’avons jamais réclamé, ni reçu notre diplôme, mais nous avons toujours gardé, au fond du cœur, de la gratitude pour celui qui s’était énergiquement opposé aux persécutions qu’on nous destinait.

143Alors sont venus la révolution d’Ayutla, le départ du général Santa-Anna, le passage au pouvoir du général Martin Carrera, la présidence du général Juan Alvarez et celle de M. Ignacio Comonfort.

144Pendant ces événements, le Trait d’Union s’est trouvé plus à l’aise, et a joui de toutes les garanties possibles de liberté et de sécurité. Il est arrivé tranquillement au mois de juin 1856. Il avait alors un peu plus de sept années d’existence ; se laissant entraîner par son ardeur, il changea soudainement son mode de publication et se fit quotidien, en augmentant sensiblement son format et sans modifier son prix d’abonnement. Il a, de cette manière, plus que doublé la matière dont il remplissait ses colonnes, et cette expérience un peu hardie lui a parfaitement réussi. Nos lecteurs doivent se rappeler avec quelle ardeur il a soutenu l’œuvre du désamortissement et la Réforme ; lorsque des symptômes ont fait prévoir le coup d’Etat, il a donné, à M. le président Comonfort, qu’il connaissait à peine, des conseils aussi francs qu’énergiques ; ils ont été fort mal accueillis. Quelques mois plus tard, le rencontrant dans l’exil, M. Comonfort nous a témoigné vivement ses regrets de ne nous avoir point écouté, et nous nous sommes attaché à lui par une étroite amitié qui nous a fait apprécier les qualités du cœur de cet homme infortuné, qui s’était laissé entraîner dans un moment de faiblesse, et qui devait payer un jour, si chèrement, ses efforts pour se réhabiliter aux yeux de ses compatriotes.

145Pendant l’administration de M. Comonfort, le Trait d’Union avait vu sa prospérité s’accroître considérablement ; en juin 1857, entrant dans sa neuvième année, il a encore augmenté son format, et trois mois plus tard, il ajoutait à sa publication une Bibliothèque littéraire qui était favorablement accueillie.

146Mais vînt le coup d’Etat, le pronunciamiento de Tacubaya et l’attaque de la capitale par Osollos et Miramon.

147Les bureaux et les ateliers du Trait d’Union étaient au Paseo, près de l’Acordada. Le 20 janvier 1858, la citadelle canonnait l’Acordada, et notre imprimerie, qui se trouvait précisément sur la ligne, a dû suspendre ses travaux. La ville prise, le général Zuloaga a été nommé président intérimaire, et son premier acte a été de suspendre, le 23, à dix heures du soir, la publication du Trait d’Union. Nous avons dû passer au milieu des balles pour aller chercher refuge chez des amis ; quelques minutes après, un détachement de cavalerie venait pour nous arrêter, mais il était trop tard. De notre retraite, nous avons protesté contre la confiscation de notre journal. Nos rédacteurs, en notre absence, ont, le 26 janvier, remplacé le Trait d’Union par le Courrier Français.

148Nous sommes alors parti pour l’intérieur ; simple particulier, nous avons rejoint M. Juarez à Queretaro ; nous l’avons accompagné à Guanajuato et à Guadalajara, où son gouvernement nous a laissé, lors de l’occupation de la ville par M. le général Osollo ; nous y avons été arrêté et nous aurions été bien certainement incarcéré, sans l’intervention de M. Osollo qui nous donna un sauf-conduit pour revenir à Mexico.

149Le Courrier Français suivait sa publication ; le 13 février, il avait été suspendu par ordre supérieur, mais l’ordre avait été levé et il avait été autorisé à continuer de paraître, sous la condition de s’abstenir complètement de toute politique locale.

150Nous sommes rentré à Mexico. Le 10 juin 1858, nous n’avons jamais su pourquoi, le Courrier Français a été sommé, par ordre suprême, d’opter entre le paiement d’une forte amende ou sa suppression. Il s’est décidé pour la suppression, et le lendemain, 11 juin, paraissaient Les Deux Mondes. Le jour même de son premier numéro, le nouveau journal était suspendu ; le président Zuloaga a levé la suspension, et il a continué sa publication ; mais le 29 juillet 1858, il a dû se supprimer lui-même pour échapper aux rigueurs d’une nouvelle loi sur la presse qui lui imposait un fort cautionnement.

151Ici le Trait d’Union, car il avait toujours surnagé sous des noms divers, a fait sa première halte.

152Sorti de la presse, étranger à toute polémique et à toute participation à la politique, nous avons été traqué, persécuté ; nous avons dû nous réfugier des mois entiers, sous le toit ignoré de plusieurs amis, et un beau jour, nous avons été arrêté et emprisonné à l’Acordada, en nombreuse compagnie. Nous sommes resté là plusieurs semaines, et nous avons reçu l’ordre, enfin, de sortir de la République.

153A ce moment, le gouvernement de M. Juarez était à Veracruz, et comme nous devions passer par ce port pour nous y embarquer, nous avons dû donner une caution pour garantir que nous ne nous arrêterions pas en route, pour nous mettre sous la protection de l’administration libérale. Notre caution a été M. le général Manuel Robles. Nous n’entrerons pas dans les détails du mémorable voyage dont le but était de nous livrer à Cobos, en nous imposant un itinéraire par Orizaba. Averti à temps, nous y avons pris la route de Jalapa ; mais nous y avons été arrêté ; grâce à l’intervention du général qui commandait la place, nous n’avons pas été dirigé sur Orizaba, et nous avons pu suivre notre route sur Veracruz.

154Chose remarquable, à notre arrivée dans le port, nous apprenons que M. Manuel Robles, notre caution, était au pouvoir, à la suite du mouvement d’Ayutla, et qu’il avait mis en liberté tous les prisonniers politiques ; nous aurions pu, sans doute, profiter de cette circonstance pour ne pas nous embarquer ; mais nous avions donné notre parole et nous ne nous en croyions pas dégagé ; nous partîmes pour la Nouvelle-Orléans, afin d’y subir notre exil. Nous y sommes resté près d’une année ; les choses politiques ayant changé de face et notre engagement étant rompu, nous sommes revenu à Veracruz.

155Le 3 janvier 1860, le Trait d’Union reparaissait à Veracruz. Jamais il n’a été plus libre, plus tranquille, plus heureux que lors de ses débuts dans la cité héroïque ; nous en avons conservé la plus vive reconnaissance pour ses habitants. Mais le malheur nous poursuivait ; nous avions tenu la plume pendant le siège ; lorsque des obstacles imprévus et un deuil de famille nous ont fait suspendre notre publication le 9 mai ; nous l’avons reprise le 9 octobre et nous ne l’avons cessée que le 8 janvier 1861, pour prendre la diligence de Mexico, et venir y rejoindre le gouvernement de Juarez.

156Le 4 février 1861, le Trait d’Union se remettait paisiblement à l’œuvre dans la capitale de la République, où il retrouvait immédiatement ses amis d’autrefois. Quelques mois s’étaient à peine écoulés que vinrent les complications internationales, et les tribulations recommencèrent.

157Nous entrons ici dans une phase relativement récente, et nous passerons sous silence des détails que connaissent la plupart de nos lecteurs.

158Fidèle au titre de notre journal, nous avons fait tous nos efforts, pour prévenir des événements dont nous avions prédit les déplorables conséquences. Nous avions, en ne consultant que notre intérêt personnel, un rôle tout tracé ; c’était d’accepter les conditions d’un contrat magnifique qui nous était proposé ; mais notre conscience nous le défendait, et sans nous concilier aucune gratitude, nous nous sommes créé des inimitiés terribles. Nos tentatives de médiation n’ont pas été heureuses. Après le débarquement des troupes de l’intervention, nous avons reçu du ministre mexicain des relations et de l’intérieur, le 17 janvier 1862, l’ordre verbal de suspendre le Trait d’Union ; cet ordre a été retiré, mais cédant aux exigences d’une juste susceptibilité, nous, avons cessé volontairement notre publication, en attendant des jours meilleurs. La signature de la Convention de la Soledad nous avait paru une occasion favorable, toute cause d’hostilité semblant avoir disparu ; nous avons repris la plume le 10 avril suivant. Mais à notre grande surprise, et sans en donner aucun motif, le général Parrodi nous a envoyé, le 2 mai, l’ordre de cesser immédiatement la publication du Trait d’Union. A cet ordre, il fallait se soumettre ; nous nous sommes soumis : voilà comment nous avons été traité, d’un côté.

159De l’autre côté, les choses ont été bien autrement graves. Retranché depuis près de quatre mois du journalisme, concentré dans la famille, nous nous croyions à l’abri de toute éventualité sous la foi d’une proclamation promettant l’oubli du passé. Les troupes françaises prennent Puebla et entrent à Mexico. Vers le milieu d’août, à trois heures du matin, des gendarmes et des zouaves pénètrent dans notre maison, en brisent les portes et nous emmènent prisonnier. Nous sommes conduit à la commandance de la place ; puis à la prison de Santiago, à pied, grossièrement insulté par les soldats, auxquels on nous avait présenté comme un assassin et un incendiaire. Sans nous voir, sans nous entendre, on nous a dirigé, en compagnie de plusieurs Mexicains notables, arrêtés avec nous, sur Veracruz, et nous avons été tous empilés dans un cachot de San Juan de Ulúa. Voilà comment nous avons été traité par l’intervention.

160Le général Parrodi, en supprimant le Trait d’Union, avait agi de même contre l’Estafette, qui venait de se fonder en acceptant le contrat que nous avions refusé ; ce confrère a reçu plus tard, pour ce fait, une indemnité pécuniaire considérable, et a été largement subventionné par l’intervention étrangère et l’Empire mexicain. Un autre journal français, l’Ere Nouvelle, s’est établi aux frais du trésor de l’expédition ; l’intervention et les subventions finies, ces deux organes ont disparu. Quant à nous, on vient de voir quelle a été notre récompense. Enlevé violemment à notre famille et à nos intérêts ; plongé dans un cachot de San Juan de Ulúa en temps de vomito, on nous destinait à Cayenne. Nous sommes resté quatre mois et demi dans le fort ; un de nos compagnons de captivité, M. Florencio Castillo y est mort du vomito ; fort heureusement pour nous, le maréchal Forey et le trop célèbre Saligny, nos deux principaux persécuteurs ; furent rappelés ; nous demandâmes au maréchal Bazaine, qui leur succédait, des juges et de la justice ; il se contenta de nous autoriser à retourner aux Etats-Unis, et nous nous embarquâmes pour la Havane, à bord du packet anglais. Notre exil a duré quatre ans et demi que nous avons passés à New-York, où nous avons fait venir notre famille ; inutile d’ajouter que nos avons été complètement ruiné, indépendamment des souffrances morales qu’on nous a fait subir.

161Nous prions ceux de nos souscripteurs qui ont conservé la collection du Trait d’Union, de vouloir bien jeter les yeux sur les numéros du journal qui ont précédé notre persécution ; ils verront, aujourd’hui que le temps leur a ouvert les yeux, avec quel dévouement, quelle conscience et quelle indépendance, il s’est conduit, dans la crise difficile qui avait surgi. En relisant les lignes qui nous sont sorties du cœur à cette époque, nous ne pouvons réprimer un sentiment de satisfaction et de fierté. Laissons de côté ces tristes souvenirs. L’intervention terminée, nous sommes revenu à Mexico, pour y sauver les débris de notre naufrage et bien déterminé à ne plus relever le Trait d’Union ; mais un ami nous a fait comprendre qu’il y avait des services à rendre aux résidents français, et de concert avec lui, nous nous sommes remis à l’œuvre. Le 1er février 1868, donc, le Trait d’Union a repris sa publication ; le 1er octobre 1868, il est passé aux mains de M. Belut, et la guerre franco-prussienne ayant été déclarée, nous en sommes redevenu propriétaire le 1er octobre 1870.

162Quatre années se sont écoulées depuis ; nos forces et notre santé n’ont pu résister aux assauts qu’elles avaient soufferts ; le 30 mai 1872, une attaque cérébrale nous a mis à deux doigts de la tombe, et nous n’avons pu recouvrer encore notre énergie, ni notre activité d’autrefois. Aujourd’hui même, le Trait d’Union retourne à M. Belut ; il sera mieux placé dans ses mains que dans les nôtres.

163Quant à nous, étranger désormais à toute politique, sans responsabilité d’aucun genre dans la rédaction future du Trait d’Union, nous nous bornerons à faire connaître le Mexique à la presse étrangère, par des correspondances particulières, et nous reprendrons, dans la mesure de nos forces, l’Histoire anecdotique du pays, depuis 25 ans, travail que nous avions commence pendant 1 intervention, que les circonstances nous ont fait suspendre, et que nous nous proposons de poursuivre avec toute la célérité possible.

__________

164Telle est l’histoire matérielle du Trait d’Union ; elle renferme plus d’un enseignement utile ; nous pourrions l’accompagner de considérations morales fort intéressantes ; mais nous nous sommes étendu déjà trop longuement sur le sujet ; nos lecteurs suppléeront à notre silence.

165Nous devons reconnaître qu’au milieu des vicissitudes qui ont agité notre vie de journaliste, M. le président Juárez, dont nous n’avons pas toujours approuvé la politique dans ses dernières années, nous a donné, dans une certaine mesure, son aide et son affection ; nous devons ajouter que M. le Président Lerdo de Tejada nous a gratifié de bonnes paroles ; nous n’en perdrons jamais le souvenir ; mais cela ne nous a pas empêché d’avoir sacrifié, pendant plus de vingt ans, notre intérêt personnel à ce que nous avons toujours considéré comme l’intérêt général ; c’est très consolant pour la conscience, mais c’est moins profitable au point de vue matériel.

166Nous aurions peut-être encore assez de force physique pour continuer nos travaux de journaliste, mais la force morale nous a fait défaut. Placé continuellement, pour la mission que nous nous étions imposée, entre la politique française et la politique mexicaine, nous avons perdu la foi ; la perspective de l’une et celle de l’autre nous effraient ; nous savons que nous ne pouvons plus être utile au Mexique ; la presse y a perdu tout prestige et toute influence, et nous préférons nous en séparer. Il ne nous reste qu’à faire des vœux ardents pour la prospérité de notre pays d’origine et pour celle de la nation dans le sein de laquelle nous avons gaspillé les plus belles années de notre vie.

167Nos adieux et nos remerciements à nos souscripteurs ; il en est beaucoup qui nous ont suivi, depuis nos débuts, dans toutes les phases de l’existence du Trait d’Union ; parmi eux nous comptons des Mexicains et nous devons constater ici que ceux qui nous ont été fidèles sont, par leurs lumières et par leur honorabilité, à la tête de leurs compatriotes.

168Nos meilleurs souvenirs à ceux de nos confrères avec lesquels nous avons toujours été dans les meilleurs termes, tout en différant quelquefois d’idées et de convictions.

169Enfin, tous nos vœux et nos souhaits pour la prospérité du Trait d’Union, sous la direction de son nouveau propriétaire et rédacteur en chef.

170Bulletin. 30 septembre 1874

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540