Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

René Masson dans le Trait d’Union

Chapitre III. Les années de crise

1861-1868

Texte intégral

LA SITUATION

1Rien de nouveau sur la grosse question du jour. On est toujours sous l’impression pénible qu’ont produite la note collective des commissaires alliés, et la déclaration particulière des plénipotentiaires de la France. L’alarme est parmi les résidents français ; elle est grande et pleinement justifiée, malheureusement. Cependant, il reste encore une lueur d’espoir : on attend avec une certaine confiance l’arrivée du packet anglais qui nous dira l’effet qu’a produit, en Europe, la signature des préliminaires de la Soledad. Il paraît impossible que le gouvernement de l’Empereur approuve ce qui vient d’être fait en son nom ; surpris peut-être, au début, par l’intrigue et les faux rapports, il aura, sans doute, été mieux informé depuis. Il serait trop énorme que l’Empire, qui proclame son origine révolutionnaire, se fît, au Mexique, l’agent de la contre-révolution. Il serait trop énorme que la France de 89, la France de Solférino, devînt, au Mexique, l’avocat et le soldat des idées rétrogrades et des hontes de la réaction cléricale.

2Elle vient, a-t-elle dit, défendre les intérêts et garantir la sécurité de ses nationaux ? Ce ne peut être, évidemment, en s’alliant à la faction funeste qui tuait, pillait et brûlait tout récemment encore, au cri sauvage de : mort aux étrangers !

3Elle vient, a-t-elle dit, pacifier le pays ; ce ne peut être en y introduisant des éléments de discorde, en traînant à sa suite les fauteurs constants de révolutions, et en faisant, elle-même, une espèce de pronunciamiento militaire en faveur d’émeutiers vaincus, contre l’autorité légitime unanimement reconnue par les Etats de la Confédération.

4Non, cela ne peut pas être : la France ne peut persister dans de pareilles erreurs, et d’ailleurs, elle ne commet pas de fautes de coeur : ce serait la première fois qu’elle se serait montrée l’amie de ses ennemis et l’ennemie de ses amis.

5Il doit y avoir, là-dessous, quelque déplorable malentendu ou quelque colossale intrigue.

6Bulletin. 15 avril 1862.

LES FRANÇAIS À MEXICO

7La petite presse de la capitale dirige, depuis plusieurs jours, contre les Français, des attaques qui ne sont ni convenables, ni méritées. Cette manière de faire du patriotisme portera fort peu de profit au Mexique, et elle pourrait enlever à l’administration actuelle les sympathies qui lui sont acquises, si l’on ne savait que de pareilles attaques sont complètement étrangères à l’autorité.

8Un grand journal, le Constitucional, a suivi ce mauvais exemple ; hier matin, il publiait le paragraphe suivant :

9Magasins.- Nous prions de toute notre âme les dames mexicaines de faire leurs achats dans les établissements des Anglais, des Espagnols et des Allemands, mais de ne pas favoriser les magasins des sujets de l’empereur Napoléon III, que nous préférions tant auparavant. Leur silence, dans les injustes imputations que nous font M. de Saligny et la presse ministérielle de leur pays, nous semble une manifestation de mécontentement.”

10Les dames mexicaines auront, sans doute, plus de tact que l’auteur de ce paragraphe, et elles penseront que le silence des résidents français à Mexico peut recevoir une autre interprétation. La popularité de M. de Saligny parmi ses compatriotes au Mexique n’est pas si grande qu’elle puisse faire ombrage aux patriotes mexicains, et si les dames veulent faire leurs achats dans les magasins où l’on professe des sympathies pour leur pays, elles peuvent continuer de s’adresser, en toute confiance, à la grande majorité des magasins français.

11Bulletin. 17 avril 1862.

MANIFESTE DES COMMISSAIRES FRANÇAIS À LA NATION MEXICAINE

12[…] Le manifeste des plénipotentiaires français a produit sur nous et produira, sur la presque unanimité de nos lecteurs, la plus douloureuse impression. Il déclare positivement que la guerre est déclarée entre le gouvernement actuel et les représentants de la France, et ces derniers font appel à tous ceux qui ont confiance dans leur intervention, –c’est-à-dire qu’ils débutent par prêcher une révolution générale dans le pays, en invitant tous les Mexicains à prendre les armes pour renverser leurs autorités et leurs institutions, et ils comptent sur le concours des neuf dixièmes de la population.

13Si M. Jurien de la Gravière, dans les intentions et dans l’impartialité duquel nous avons pleine confiance, avait pu voir, par lui-même, l’effet qu’a produit, parmi ses compatriotes résidant au Mexique, la nouvelle de la signature des préliminaires de la Soledad, qui reconnaissaient le gouvernement actuel, et celui que vient de produire le manifeste qui déclare la guerre à ce même gouvernement, peut-être aurait-il hésité quelque peu avant de s’associer à une détermination qui froisse d’une manière aussi cruelle les sympathies et les intérêts de ceux-là même dont les armes françaises viennent, dit-on, protéger les personnes et les propriétés.

14Les Français du Mexique sont assez intéressés dans la question pour que leur opinion ait quelque poids, et leur conscience ne leur permet pas d’admettre qu’on dise, en leur nom, que le gouvernement actuel est celui contre lequel ils ont les plus sérieux griefs. C’est du parti de la réaction, auquel appartiennent M. Almonte et les autres émigrés aujourd’hui protégés par les armes françaises, qu’ils ont eu le plus souvent et le plus fortement à se plaindre, et si la liste officielle des griefs dont on demande réparation en leur nom avait été rédigée comme elle devait l’être, la responsabilité la plus lourde n’en retomberait assurément pas sur l’administration constitutionnelle.

15Les Français du Mexique, s’ils étaient appelés au scrutin sur la question, se garderaient bien d’affirmer que le pouvoir actuel est l’expression d’une minorité oppressive et violente, parce qu’ils ne le pensent pas, de même qu’ils n’auraient jamais affirmé que le gouvernement de Zuloaga et de Miramon était l’expression de la majorité, parce que ce n’était pas.

16Certes, les résidents français avaient quelque chose à désirer, et beaucoup d’entre eux ont souhaité l’intervention, parce qu’ils espéraient en voir sortir leur tranquillité, leur sécurité et leur prospérité, comme résultat inévitable de la tranquillité, de la sécurité et de la prospérité du pays entier ; mais ils sont considérablement alarmés, aujourd’hui que la question a pris un aspect qui les éloigne plus que jamais de la réalisation de leurs voeux. […]

17Bulletin. 21 avril 1862.

LA RÉAPPARITION DU TRAIT D’UNION

18Avons-nous réellement besoin de rédiger un programme ? Est-il bien nécessaire que nous fassions une profession de foi ? A ceux qui nous ont lu pendant quinze ans, à ceux qui ont connu nos luttes, les alternatives heureuses ou malheureuses de notre vie de journaliste, que pouvons-nous dire, sinon qu’après une absence de près de cinq années, nous revenons tel que nous sommes parti, avec nos gros défauts et nos petites qualités, et que nous sommes bien résolu à rester fidèle à nos antécédents, qu’ils nous accusent ou qu’ils nous justifient. […]

19Nous avions juré de ne plus faire de journaux, et si quelqu’un est étonné de nous voir aujourd’hui reprendre la plume que nous avions rejetée dans un moment de découragement et de dégoût, c’est bien nous assurément. Nous avons combattu de toutes nos forces une politique funeste aussi longtems que nous avons cru possible de l’arrêter dans la voie fausse où la poussaient des passions mauvaises. Nous avions vu le danger, nous l’avons signalé, tout en sachant parfaitement à quoi nous nous exposions, car le choix nous avait laissé entre la protection ou la persécution. Le devoir a dicté notre résolution, nous n’avons jamais regretté de l’avoir prise.

20Un moment nous avons cru pouvoir remplir la mission que nous imposait le titre même de notre journal, en conseillant une conciliation dont les résultats auraient été vivement désirables pour les différents intérêts engagés. Aujourd’hui même que les faits ont parlé, nous regrettons plus que jamais que cette idée féconde n’ait pas été mieux accueillie. Elle a été rejetée des deux parts et nous a placé entre deux baïonnettes. L’une d’elles, par un ordre brutal et non motivé, nous a fermé la bouche, l’autre, plus brutale encore, nous a fait enlever, de nuit, sans motif avoué, enfermer au fort de San Juan de Ulúa, et nous aurait envoyé certainement à Cayenne, si l’énormité même de cet abus de la force n’en avait empêché l’entier accomplissement. Nous en avons été quitte pour la ruine et l’exil.[…]

21Les tristes pages de l’Intervention appartiennent à l’histoire du passé ; fermons le livre qui les contient. Nous aurons grand soin, en ce qui nous concerne, de ne jamais en évoquer le souvenir. Ce n’est pas dans notre journal, c’est dans une oeuvre à part que nous nous proposons de relater et de commenter un jour ce grand drame international. Aujourd’hui, laissons dans l’ombre toute cause de froideur et de mésintelligence, et mettons en pleine lumière ce qui peut faire revivre la confiance et la cordialité. Etrangers et Mexicains ont besoin les uns des autres : personne ne voudra contester cette vérité ; ils sont solidaires dans la prospérité comme dans la ruine et tous doivent également désirer, quelque soit leur origine, l’agrandissement et la fortune du pays, s’ils veulent arriver à leur agrandissement et à leur fortune personnels.

221er février 1868

DES ATELIERS NATIONAUX AU MEXIQUE

23Hâtons-nous de déclarer que la proposition de M. Martinez de la Torre, unanimement approuvée par le Conseil Municipal, a nos sympathies les plus vives, personne plus que nous ne s’est montré l’avocat des classes déshéritées, et nous savons combien sont étroites les relations entre l’aisance matérielle et la moralité du peuple. La misère est mauvaise conseillère ; il est donc de principe élémentaire en matière gouvernementale et administrative de la prévenir et de la secourir, mais le problème n’est pas aussi facile à résoudre qu’à poser.

24M. Martinez de la Torre demande, ni plus ni moins, l’établissement des ateliers nationaux qui ont faits tant de bruit, en France en 1848, et sa bonne idée est l’idée de Louis Blanc. Les esprits généreux se rencontrent ainsi souvent sur un même terrain, à de longs intervalles, et pour ainsi dire, à leur insu. L’établissement des ateliers nationaux, en France, a été l’application faite par la République de 1848, du droit au travail, proclamé par une certaine école politique ; M. Martinez de la Torre va-t-il aussi loin dans ses théories ?

25Cette pensée de la création des ateliers nationaux était admirable de philanthropie, et cependant elle a produit les résultats les plus désastreux ; n’est-il pas à craindre qu’il en soit ainsi de la maison de secours ?

26Prenons la question à son début : est-il bien certain d’abord, que le travail manque à Mexico ? S’il en est ainsi dans un pays neuf, où tout est à créer, où les voies sont encore si larges, dans toutes les carrières, dans toutes les professions et dans tous les métiers, que ne dira-t-on pas de nos vieux pays d’Europe où l’on ne peut faire un pas sans être étouffé par la concurrence, où toutes les voies sont encombrées ; et cependant, les ateliers nationaux n’ont pu réussir en France.

27En réfléchissant mûrement, peut-être se convaincrait-on douloureusement que c’est l’amour du travail plutôt que le travail qui manque à Mexico ; mais nous ne voulons pas trop nous appesantir sur cette question désolante et nous supposerons qu’il se trouve véritablement, dans la capitale, pour nous servir des expressions mêmes de M. Martinez de la Torre des artisans dont la force physique et l’habileté professionnelle pourraient assurer l’existence de leur famille mais qui ne trouvent pas d’occupation.

28Dans ce cas même, nous ne pensons pas que l’institution de la maison de secours soit un remède efficace à de pareilles misères. Il est de principe, en effet, en économie politique, que la demande commande le travail. Le travail sans demande est un travail improductif. L’artisan habile et laborieux qui ne trouve pas d’occupation chez lui ou dans ses ateliers, n’en trouvera pas davantage dans la maison de secours, s’il n’y a pas demande ; s’il y a demande, le travail viendra le trouver chez lui, et il n’aura pas besoin de la maison de secours. Si les directeurs de la maison de secours font travailler les artisans sans qu’il y ait demande, ils encombreront le marché, en dépassant les exigences de la consommation, feront baisser les prix et ruineront les autres artisans qui, plus heureux, avaient, jusqu’alors trouvé de l’occupation dans leurs ateliers.

29Nous n’avons parlé que des artisans habiles et laborieux, que dirons-nous des paresseux et des inhabiles ? Ce sont ceux-là surtout qui encombreront la maison de secours ; l’histoire des ateliers nationaux en France est bonne à consulter, à ce dernier égard, et M. Martinez de la Torre y puisera de dures leçons données par l’expérience.

30Le principe de l’institution d’une maison de secours, sur les bases proposées, est faux dans son essence. Il tend à forcer la production ; la chose n’est pas possible, si l’on veut obtenir de bons résultats ; ce qu’il faut, c’est forcer la demande ; M. Riva Palacio l’a dit : ”le sort des artisans ne pourra s’améliorer tant que la confiance publique ne sera pas pleinement rétablie : alors, il y aura demande dans tous les arts.” La solution du problème est là : forcez la demande en ramenant la confiance publique ; ramenez la confiance en pacifiant le pays, en rassurant tous les intérêts, en garantissant la sécurité des personnes et des propriétés ; alors, soyez-en convaincus, tous les artisans honnêtes et laborieux auront du travail, chez eux, sans avoir besoin de maison de secours ; quant aux artisans incapables ou paresseux, qu’il y ait confiance ou qu’il n’y en ait pas qu’il y ait demande ou qu’il n’y en ait pas, qu’il y ait maison de secours ou qu’il n’y en ait pas, tous vos efforts pour améliorer leur sort seront superflus, à moins que vous ne vous décidiez à les nourrir à rien faire, ce qui serait un triste moyen pour les moraliser.

31Cette question du sort des ouvriers est bien vieille ; elle a été retournée dans tous les sens par nos économistes et par nos philanthropes européens ; on a rejeté, depuis longtemps, les théories du droit au travail et celles des maisons de travail ; on a reconnu qu’elles étaient impraticables : pour les artisans valides, honnêtes et laborieux, on a créé les Caisses d’épargnes, qui leur permettent, en calculant les économies faites dans les jours prospères de se mettre à l’abri de la misère dans les mauvais jours. Voilà ce que nous voudrions voir établir au Mexique, et si le Conseil Municipal en prenait l’initiative dans la capitale, il rendrait évidemment un service plus réel aux artisans qu’en instituant une maison de secours. […]

32Bulletin. 7 février 1868.

NOTRE JOURNAL

33Nous supplions à deux genoux nos lecteurs de fermer les yeux sur les fautes d’impression malheureusement trop nombreuses qui fourmillent dans nos colonnes. Nous en sommes les premières victimes, car on nous prête une orthographe et quelquefois des contresens qui nous font sauter à trois pieds de terre ; hélas ! nos compositeurs ne sont pas des académiciens français, et nous faisons tous nos efforts pour leur imposer plus de respect pour notre langue ; peut être y parviendrons-nous enfin.

347 février 1868.

L’IMMIGRATION AU MEXIQUE

35[…] Lorsque le Diario croit qu’il n’est pas de pays au monde où il existe autant d’étrangers, considérés comme tels, que dans la République mexicaine, il commet une erreur des plus monstrueuses. C’est le contraire qu’il faudrait dire.

36M. Miguel Lerdo de Tejada nous a donné, pour l’année 1855, la statistique des étrangers résidant dans la République. Après avoir constaté les relevés officiels de ceux qui avaient pris leur carte de sécurité, relevés qui accusaient un chiffre insignifiant, M. Lerdo de Tejada émettait l’opinion que cette donnée était insuffisante, beaucoup d’étrangers négligeant de remplir la formalité légale, et il évaluait le chiffre total des étrangers dans la République, à 25,000, c’est-à-dire, à trois pour mille du total de la population du pays.

37Maintenant, si l’on consulte les documents officiels concernant la population des grandes nations on constatera de bien autres résultats. New-York, Londres et Paris ne renferment certes pas moins de 200 mille étrangers chacun. A New-York, en calculant sur un million d’habitants nous trouvons vingt pour cent, au lieu de trois pour mille ; mais c’est un pays exceptionnel, nous dira-t-on. Voyons Londres, 200,000 étrangers sur 2.850,000 âmes, constituent à peu près sept pour cent de la population totale, et Paris avec ses 1.600,000 habitants, renferme près de treize pour cent d’étrangers ! ce qui n’empêche pas chacune de ces villes de prospérer, peut-être même prospèrent-elles, en partie, à cause de cela ; les étrangers y travaillant, et personne ne s’en plaint.

38Les étrangers sont donc peu nombreux au Mexique ; ils ont rendu d’énormes services au pays, cependant, et il serait peut-être curieux de savoir ce que seraient aujourd’hui, les arts, le commerce et l’industrie, si les ports avaient continué, depuis l’indépendance, d’être fermés à l’immigration.

39Le malheur du Mexique n’est pas d’avoir ouvert ses portes à trop d’étrangers, comme semblerait le faire croire le Diario oficial, mais bien de n’avoir pas su les attirer en assez grand nombre ; vouloir insister sur ce point, ce serait douter du bon sens de nos lecteurs.

40Nous sommes vraiment honteux d’avoir à soutenir une pareille polémique sous le règne des principes ultralibéraux de la Constitution de 1857 ; nous pourrions nous croire revenus aux plus mauvais jours du régime clérical, et nous ne serons complètement détrompés que le jour où nous verrons les funestes élucubrations du journal officiel désavouées par une voix encore plus officielle et de meilleure autorité.

4125 mars 1868.

LA IBERIA

42Ce collègue annonce, dans son numéro d’hier, que, désormais, il ne paraîtra que les mardis, jeudis et samedis de chaque semaine, et que le prix d’abonnement sera de deux piastres par mois, tout à la fois pour la capitale et au dehors.

43Nous regrettons vivement que ce journal, si habilement rédigé et dirigé, se soit vu forcé de prendre une pareille détermination. Dernièrement, le journal américain The two Republics, faisait un appel suprême à tous le résidents étrangers lisant l’anglais, en manifestant le besoin impérieux qu’il avait de leur soutien.

44Il n’y a, dans ce moment, que trois journaux étrangers dans la République : l’Iberia, les Deux Républiques et le Trait d’Union ; les temps sont mauvais pour eux, on le voit. Le Trait d’Union qui, relativement, a moins à se plaindre, luttera jusqu’au dernier moment ; mais, en présence de pareils antécédents, il lui faut du courage et de la persévérance ; il n’en manquera pas, si ses lecteurs l’entourent de leur bon vouloir et de leurs sympathies.

4522 avril 1868

ENCORE QUELQUES MOTS SUR LA SITUATION

46Nous n’avons rien absolument à signaler de nouveau dans la politique locale. La situation est mauvaise et les illusions que nous avions apportées dans nos bagages, en rentrant au Mexique, s’effeuillent peu à peu. Nous nous attendions à trouver le pays plus sage, car nous devions supposer qu’éclairé par les leçons si rudes de l’expérience, il comprendrait quelles fautes il a commises dans le passé, et s’efforcerait de les éviter à l’avenir. Nous nous sommes trompé, et nous n’avons aucun embarras à l’avouer : Le Mexique de 1868 est celui de 1857, et des années suivantes, jusqu’à l’intervention : nous retrouvons les mêmes hommes, les mêmes passions mesquines, les mêmes préjugés, le même défaut de sens pratique, la même lèpre de l’empléomanie, la même apathie devant les crimes sociaux et politiques, la même inertie en présence de tout ce qui n’est pas l’intérêt individuel. Nous l’avons dit, autant qu’il nous était permis de le faire dans la position exceptionnelle où nous nous trouvons, et nous n’avons trouvé d’écho nulle part ; si nous l’avons trouvé, il a été si faible qu’il est à peu près superflu d’en parler. Oh ! si nous étions Mexicain ! ! !

47Notre nature nous porte spontanément à prendre le parti du faible contre le fort ; lorsque le Mexique, faible, était malmené par des nations puissantes, nous l’avons défendu de toutes nos forces, ici et ailleurs, par la plume et par la parole. Les événements ont interverti les rôles : les puissants sont devenu faibles, et le faible est devenu fort. C’était le cas pour ses amis de dire à ce dernier ses vérités ; il ne veut pas les entendre ; le succès lui a fermé les oreilles au lieu de les lui ouvrir. A quoi bon prêcher dans le désert ?

48Le Mexique avait de chauds défenseurs, dans la presse étrangère, pendant l’intervention et l’Empire ; ces défenseurs deviennent de plus en plus rares ; nous remarquons, même, à l’extérieur, de l’hostilité là où nous n’avions jamais constaté que des sympathies ; d’où cela vient-il ? Nous le demandons à tous nos confrères ; la question vaut certes la peine d’être traitée ; nous ne savons guère s’ils daigneront s’en occuper ; quant à nous, nous en dirons quelques mots :

49Les défenseurs du Mexique deviennent de plus en plus rares, parce qu’ils désespèrent, et ils sont devenus d’autant plus indifférents qu’ils s’étaient créé plus d’illusions.

50Ils s’attendaient, après l’insuccès de l’intervention et la fin tragique de l’Empire, à voir le pays diriger tous ses efforts vers la paix et la sécurité publique. La guerre avait été si cruelle, les personnes et les intérêts avaient tant souffert, pendant ces terribles années de l’invasion étrangère, qu’on était en droit d’espérer le calme après l’orage. Les institutions républicaines une fois rétablies, on devait supposer que leurs partisans, déposant le mousquet et l’épée, s’uniraient dans un élan commun pour assurer désormais le règne de l’ordre, de la paix et de l’harmonie. Pour remettre sur sa base une société si vigoureusement ébranlée, il fallait donner au gouvernement de la force et à l’autorité du prestige. Qu’avons-nous vu ? Le dernier soldat étranger n’avait pas quitté le territoire mexicain, que la discorde levait la tête ; les déclamateurs reparaissent et de grands mots à la bouche, cherchaient à rendre le pouvoir impuissant. Aujourd’hui, au moment même où nous écrivons, un ancien ministre de la guerre du gouvernement républicain sème le vol et le meurtre parmi les populations inoffensives, sous le plus misérable prétexte ! L’ancien président de la Cour Suprême de Justice, l’ancien général en chef de l’armée nationale, jette l’agitation dans le pays dans un seul but d’ambition personnelle ! Et la presse enregistre chaque jour les hauts faits de l’un et les efforts de l’autre, sans avoir un mot d’anathème à cracher à la face de ces ennemis de la prospérité publique. Qu’avons-nous vu ? La représentation nationale désavouant la signature apposée par ses mandataires au bas d’un contrat solennel. Et pourquoi ? Parce que ce contrat est désavantageux à son avis. Mais où serait le mérite et le point d’honneur si l’on n’exécutait que les contrats avantageux ?

51La nation semble donc vouloir, par la voix de ses représentants, se discréditer à l’étranger et donner raison aux détracteurs qui doutent de sa parole et de sa bonne foi ; mais, un journal de l’opposition l’a dit : ”le gouvernement a reçu une bonne leçon !”

52Que voyons-nous encore ? Le meurtre, l’assassinat, le rapt, à l’ordre du jour, sur tous les points de la République, et l’impunité partout ! Le gouvernement se plaint de son impuissance et demande des armes légales pour défendre la société ; on les lui refuse et l’opposition bat des mains !

53Croyez-vous que ces anomalies passent désapperçues à l’étranger ? Chacun des courriers les y porte, et on les juge d’autant plus sainement qu’on les voit à distance. Quelles sont, nous le demandons en conscience, les sympathies qui tiendraient contre de pareilles épreuves ? Quels sont les amis assez indiscrets pour persister a vouloir sauver ceux qui refusent de se sauver eux-mêmes, et comment s’obstiner à désirer la pacification d’un pays qui semble vouloir se perpétuer dans l’anarchie comme dans son élément naturel ?

54Et puis, il est des gens au Mexique qui semblent croire, depuis quelques temps, qu’ils sont issus de la cuisse de Jupiter, et que l’Univers entier leur doit des hommages. Ces idées passeront ; elles ont bien passé en Chine et au Japon ! Mais elles n’en font pas moins tort à la cause du Mexique ; et nous qui croyons être véritablement et sincèrement l’ami du pays, nous sommes des premiers à le déplorer.

55Bulletin. 26 avril 1868

LA DETTE ÉTRANGÈRE

56Nous avons dit, hier, que les relations ne peuvent pas tarder à se renouer entre le Mexique et les diverses nations d’Europe, mais qu’elles se renoueront, très probablement, sur des bases nouvelles, et que ces nouvelles bases consisteront, à notre avis, dans la suppression des légations qui seront remplacées par des consulats-généraux.

57Nous avons dit encore que la suppression des légations européennes ne serait regrettée par personne. Nous avons, en effet, beaucoup vu et beaucoup observé, depuis vingt-quatre ans que nous habitons l’Amérique, et nous avons constaté, partout, le mal qu’y ont fait les chefs de légations européennes, sans avoir jamais pu découvrir qu’ils aient fait aucun bien. Ce mal s’est étendu tout à la fois au pays près duquel ils étaient accrédités, à la nation qu’ils représentaient et aux résidents dont ils avaient mission de défendre les intérêts. Tout le monde applaudirait donc à la suppression de ces sangsues diplomatiques, dont la piqûre a été trop souvent venimeuse.

58Mais il ne faudrait pas que cette réforme utile tournât au préjudice des intérêts légitimes des étrangers honorables et de bonne foi qui résident au Mexique :

59Dans l’état actuel des choses, suivant les déclarations faites par le gouvernement mexicain, le Mexique ne répudie pas sa dette étrangère, il se considère comme obligé d’honneur à l’acquitter, mais il méconnaît les conventions diplomatiques qui l’engageaient vis à vis des nations qui ont voulu établir ou fortifier l’Empire en ne tenant aucun compte du gouvernement républicain. Et, pour prouver son désir de remplir les engagements du pays vis à vis des créanciers anglais et espagnols, ceux que touchaient principalement sa déclaration, comme ayant fait avec le Mexique des conventions diplomatiques, le ministre des finances a affecté, chaque mois, une somme à l’amortisation de ces anciennes conventions, par voie d’enchères publiques, qui ont été régulièrement célébrées jusqu’à ce jour.

60Les créanciers anglais, voyant cette bonne disposition du gouvernement mexicain, certains, d’ailleurs, qu’ils ne pourraient compter sur la coopération active de leur propre gouvernement, ont, avec la science pratique dont ils ont toujours fait preuve, pris une détermination fort sage, comme nous l’avons dit ces jours derniers.

61Le comité de ces créanciers a nommé une commission qui aura pouvoir de traiter le gouvernement de M. Juarez sur le mode et les termes de leur paiement, ainsi que sur les autres détails.

62C’est ce qu’avaient fait autrefois les créanciers anglais, lorsqu’ils avaient pour fondé de pouvoirs à Mexico, soit M. Robertson, soit M. Falconnnet, soit tout autre dont ils ont pu constater les bons services. Nous ne pensons pas qu’ils aient eu beaucoup à se louer d’avoir échangé cette position pour aucune autre. Aujourd’hui, ils veulent y revenir, et nous ne pouvons que les en féliciter, dans leur propres intérêts et dans ceux du Mexique. On ne dit pas encore ce que feront les créanciers espagnols, moins dociles et moins pratiques que les créanciers anglais ; mais si nous avions un conseil à leur donner, ce serait de suivre l’exemple de ces derniers, et de ne pas attendre, pour faire valoir leurs droits, une intervention diplomatique, à la possibilité, et en tous cas, à l’efficacité de laquelle nous croyons peu.

63La France a, vis-à-vis du Mexique une situation tout exceptionnelle. La nation mexicaine se considère encore comme étant en état de guerre avec la France, et la France semble peu disposée à rentrer avec le gouvernement actuel du Mexique, en relations d’aucune espèce. D’un autre côté, les réclamations françaises anciennes ont été prises à sa charge, par le gouvernement français, et le Mexique refusera, nécessairement, de les prendre en considération. Mais, en supposant que chacun accepte cette situation comme définitive et que les réclamants français, qui ont invoqué l’appui de leur gouvernement, renoncent à s’adresser au Mexique pour les mêmes créances, n’y a-t-il pas encore quelques cas spéciaux à décider ?

64Il peut y avoir, par exemple, et il y a très probablement des créanciers français qui, n’approuvant pas l’intervention et ne croyant pas à son efficacité, n’ont pas voulu présenter leurs réclamations à la commission nommée pendant l’Empire, et qui ont réservé leurs droits pour des circonstances meilleures, à leur avis ; ces créanciers n’auront-ils aucun recours ? Seront-ils punis de déchéance pour avoir eu plus de foi dans la bonne disposition du Mexique, que dans une intervention dont la probité n’était pas la première vertu ?

65Maintenant, qu’arrivera-t-il pour les créances et les réclamations à venir ? Les résidents français du Mexique, nous aurions tort de nous le dissimuler, sont, en ce moment, complètement abandonnés à leur sort par leur gouvernement. Il ne faut pas se faire d’illusion à ce sujet. L’intervention qu’on prétendait avoir été faite à leur profit, leur a porté un grave préjudice, et nous avons le regret de constater que ce sont précisément les meilleurs et les plus méritoires qui ont le plus souffert. Aujourd’hui que l’intervention a échoué, ce sont encore les résidents français qui sont victimes de l’insuccès. Ces leçons qu’ils ont reçues, devraient leur profiter et le gouvernement mexicain lui-même, devrait y puiser un argument pour voir, désormais d’un oeil favorable, ces étrangers qui sont obligés, par la force des choses, de ne compter que sur eux-mêmes et sur les bonnes dispositions du pays, pour sauvegarder leurs droits et leurs intérêts. Nous voyons, dans cette situation, née des événements mêmes, un point de rapprochement qui peut produire des résultats utiles, et qui nous suggère une idée que nous soumettrons sans aucune prétention à nos lecteurs.

66Pourquoi les résidents au Mexique ne nommeraient-ils pas, parmi eux, une commission d’hommes honorables, amis du pays, qui aurait mission, pour l’avenir, de s’entendre avec les autorités mexicaines, sur tout ce qui concernerait la sécurité de leurs personnes et de leurs biens ? Cette commission agirait incontestablement avec plus d’efficacité que tous les ministres plénipotentiaires qu’on nous ait jamais envoyés ; nous n’aurions pas à craindre de ruptures diplomatiques, et comme les réclamations ne pourraient jamais avoir le caractère de l’exigence ou de la menace, nous avons la conviction que les autorités du pays s’y montreraient généralement favorables.

67Bulletin. 10 mai 1868.

NOS ADIEUX

68Nous écrivons, aujourd’hui, très probablement, notre dernier Bulletin. Nous en avons rédigé cinq mille environ, dans le Trait d’Union seulement, et nous croyons avoir conquis le droit de nous reposer.

69On comprendra que nous ne nous séparions pas de ce fils de nos oeuvres, sans un certain regret. Nous avons, en effet, passé ensemble de bons et de bien mauvais jours, et tous deux, nous avons survécu aux luttes des partis, à l’arbitraire de l’autorité, aux brutalités de l’intervention et aux péripéties diverses de la guerre civile. Nous avons commencé notre tâche, le 5 mai 1849, et nous la terminons, le 30 septembre 1868. On nous rendra cette justice que, pendant ce long espace de tems, en dehors des suspensions causées par la prison et l’exil, journal et journaliste sont toujours restés les mêmes : notre programme n’a pas varié, et malgré les événements considérables qui en ont si fort contrarié l’application, il est encore aujourd’hui ce qu’il était, il y a vingt ans. Ce programme, résumé dans le titre même de notre publication, se réduit à ceci : union de sentiments et d’intérêts entre le peuple mexicain et le peuple français. Voilà ce que nous avons prêché avant et après l’intervention, cette tempête qui n’a laissé que des ruines mais qui, comme toutes les tempêtes, a rafraîchi et purifié l’atmosphère politique.

70Nous avons repris nos travaux, en février dernier, dans les circonstances les plus délicates. Venir parler de réconciliation et de concorde entre des citoyens dont les gouvernements venaient de se livrer une guerre acharnée, alors que le sang des victimes était fumant et qu’on entendait encore le pas lointain des bataillons qui s’éloignaient, c’était peut-être un peu hardi ; mais, fort de nos intentions, nous nous sommes jeté tête baissée dans la situation, sans en calculer ni les difficultés, ni les dangers, et nous sommes heureux de constater ici que nous n’avons pas lieu de nous en repentir. Nous avons bien rencontré, sur nos pas, et des deux parts, des charlatans en patriotisme avec lesquels il nous a fallu briser quelques lances, et nous ne sommes pas bien certain d’être, aujourd’hui même, bien vivement regretté de tous ; mais nous avons la conscience d’avoir rendu quelques services, et de nous retirer avec l’estime des Mexicains et des étrangers honnêtes et raisonnables ; nous n’en demandons pas davantage.

71Nous laissons le Trait d’Union dans une excellente position : sans doute, il peut avoir quelques choses à désirer, au point de vue de l’intérêt matériel, car il souffre, comme toutes les entreprises, de la crise générale que subit le pays ; mais son existence est assurée, et sa réputation au moral est de nature à consoler, de sa retraite, son créateur qui l’abandonne. Il avait repris sa place dans l’appréciation de la presse étrangère, et nous avons constaté, récemment, de la part de journaux autrefois systématiquement hostiles au Mexique, un revirement d’opinion auquel il a peut-être un peu contribué.

72Nous nous retirons sans dépit et sans rancune ; les persécutions dont nous avons été l’objet ont laissé, chez nous, des traces qui ne nous permettent plus, comme autrefois, un travail constant et assidu ; notre âge nous défend, d’ailleurs, la continuation de cette vie de lutte et d’initiative qui nous animait jadis. Et puis, faut-il le dire ? nous croyons, à tort ou à raison, ne plus nous trouver, comme journaliste, dans un milieu qui nous convienne. Laissons donc à d’autres le soin de continuer notre oeuvre : plus jeunes, plus ardents, moins désillusionnés, ils feront mieux que nous, incontestablement, et nous aurons, en leur cédant la place, rendu peut-être un dernier service à nos souscripteurs.

73A partir de demain, donc, la direction et la rédaction en chef du Trait d’Union passeront, comme nous l’avons déjà dit, aux mains de M. Antonin Belut, que nous présentons aux lecteurs habituels du journal. Nous n’avons pas vu la profession de foi de notre successeur, et nous avons été privé, jusqu’à ce jour, du plaisir de connaître ses travaux comme journaliste ; mais élevé dans l’instruction et s’étant tout spécialement occupé d’études classiques et de littérature, nous ne doutons pas de son succès au cours d’une publication dont il aura seul les honneurs et la responsabilité.

74Nos remerciements sincères à ceux de nos souscripteurs et de nos collègues qui ont bien voulu nous accorder leurs sympathies ; quant à ceux auxquels nous n’avons pas eu le bonheur de plaire, nous espérons qu’ils nous pardonneront, en raison de notre insuffisance et de nos bonnes intentions, et nous avons confiance qu’ils trouveront chez notre remplaçant les qualités qui nous ont fait défaut.

75Bulletin. 30 septembre 1868

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540