Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

René Masson dans le Trait d’Union

Chapitre II. Les années de la Réforme

B) 1861

Texte intégral

RÉAPPARITION DU TRAIT D’UNION, JOURNAL FRANÇAIS UNIVERSEL

1Le Trait d’Union reparaîtra, dans cette capitale, le lundi, 4 février prochain ; ses bureaux et son imprimerie sont rétablis au Paseo Nuevo N°1 ; comme nous en avions manifesté l’espoir, l’année dernière, à Veracruz, son nom, resté intact sur la façade de notre établissement typographique, nous y a patiemment attendu, depuis trois ans. […]

2Nous oublions tout ce qui peut être oublié, et nous rentrons dans la lutte, avec notre ancienne énergie de vingt-cinq ans et notre expérience actuelle, qui a dépassé la quarantaine. Nous venons, plein d’ardeur et de foi, riche de faits et de leçons ; nous avons vu de près et les hommes et les choses, pendant ces trois dernières années de lutte acharnée ; nous avons été plus ou moins directement mêlé aux épisodes les plus saillants de la révolution ; nous avons touché du doigt bien des ressorts secrets encore ignorés ou mal connus ; cela nous profitera et nous en ferons profiter nos lecteurs.

3Nous n’établissons pas un journal nouveau, et nous n’avons pas de programme à faire ; nous continuons un journal âgé de plus de dix ans, dont la vie a été quelques fois interrompue par la léthargie, mais que la mort n’a pas frappé, et que la mort ne frappera pas. Le Trait d’Union sera, quant à sa ligne de conduite, quant à ses opinions, quant à son esprit d’indépendance et quant à sa liberté d’appréciation, ce qu’il a toujours été ; nous ne pouvons, à cet égard, que répéter ici ce que nous écrivions, le 3 janvier 1860, à Veracruz.

4”Nous avons donné, jadis, d’utiles conseils qui n’ont pas été suivis ; ces conseils, la raison les avait dictés, et le coeur les avait exprimés ; on a reconnu trop tard qu’ils n’étaient pas sans valeur. Nous avons fait mieux : nous avons prédit, avec une précision remarquable, les désastres que devaient entraîner les fautes du gouvernement d’alors et celles du parti libéral. Nos prophéties de malheur ne se sont, hélas ! que trop réalisées. Pour peu qu’il y ait de mémoire, chacun de nos lecteurs se rappellera cette époque de polémique convaincue et dévouée qui a rendu le Trait d’Union suspect au gouvernement de M. le Président Comonfort, tout en le signalant à l’inimitié de la réaction. Nous avons eu le sort de Cassandre dont nous avions rempli le rôle, et nous sommes tombés, les premiers, victimes de nos prédictions.[…]

5Bulletin 30 janvier 1861.

PRÉFACE

6Nous n’avons pas encore commencé nos causeries, que déjà l’abondance des nouvelles nous coupe la parole et nous force d’être concis. Essayons, cependant, de mettre à profit le peu de place qui nous reste pour rentrer, ne fût-ce qu’un moment, en conversation avec nos lecteurs d’autrefois.

7Un mois ne s’est pas écoulé depuis que nous avons déposé la plume à Veracruz. En la déposant, nous avons jeté le premier cri d’alarme. L’apathie de l’administration, après l’occupation de la capitale, nous avait semblé dangereuse pour l’avenir de la révolution et de la réforme. Nous n’avons pas changé d’avis, aujourd’hui, que nous nous remettons à l’oeuvre, et ce que nous avons vu, depuis notre retour, n’a fait que nous confirmer dans notre opinion. On vit ici de théories, lorsqu’il faudrait entrer franchement et résolument dans la pratique ; on parle et l’on n’agit pas. De quelque côté que nous nous tournons, si nos oreilles sont frappées, nos yeux n’aperçoivent rien ; on rédige des programmes, on lance des décrets nouveaux, et les programmes et les décrets anciens restent sans application. Les écrits se succèdent, se croisent, se contredisent ; ils n’aboutissent pas. On proclame la vigueur et l’on pratique la faiblesse ; on s’occupe de tout à la fois et l’on ne conclut rien ; on songe à l’avenir et l’on oublie le présent. Aussi la confiance, qui s’était montrée si facile au début, s’est-elle retirée complètement. Nous n’avons pas l’habitude de déguiser nos impressions, et nous le disons avec autant de sincérité que de regret, l’opinion publique est inquiète.

8Tous les intérêts sont alarmés ; la société, si durement éprouvée pendant trois années, n’ose plus espérer en l’avenir. Elle en est arrivée, d’un bond, à la désillusion ; l’ère des révolutions, qu’elle croyait fermée, menace de se rouvrir bientôt ; l’ère de la pacification, qu’elle croyait ouverte à jamais, menace de se refermer. Ce sont là des choses tristes à dire, mais elles sont vraies.

9Le gouvernement est dans une mauvaise voie ; qu’il nous pardonne notre franchise, mais telle est notre conviction profonde. Il se perdra, s’il persiste dans le Don Quichottisme politique qui a perdu tous les gouvernements libéraux du pays. Ne peut-il donc attendre, pour régler librement sa vie, qu’il soit au moins sûr de vivre ? […]

10Bulletin. 4 février 1861

RÈGLEMENT GÉNÉRAL SUR LA NATIONALISATION

11Nous avons une grande nouvelle à annoncer. Dans un jour ou deux, le gouvernement va publier un décret qui fera du bruit, très probablement. Ce décret comprenant tous les cas, si nombreux et si compliqués, qui se sont présentés dans l’application des lois de désamortissement et de nationalisation, fera tomber bien des prétentions et bien des illusions. Nous ne savons pas encore quelles en sont les dispositions, mais nous aimons à croire que le gouvernement aura su naviguer entre les écueils qui se sont offerts sur sa route, en prenant la loi pour boussole. Notre désir est qu’il satisfasse les droits légitimes, et qu’il applique sainement les lois en vigueur, au lieu de promulguer une loi nouvelle, car alors le remède serait pire que le mal, et la confusion augmenterait au lieu de diminuer.

12Ce qui nous rassure, jusqu’à un certain point à l’avance, c’est que M. Miguel Lerdo de Tejada, qu’on s’est légitimement habitué à considérer comme la personnification des deux grandes mesures du désamortissement et de la nationalisation, a été, croyons-nous, officieusement consulté. Le projet de décret, formé par une sorte de comité financier, a été discuté et définitivement rédigé en conseil de ministres.

13En attendant ce décret désiré et redouté, nous avons pris connaissance hier matin, d’une circulaire de M. le ministre des finances que nous publions plus loin dans nos colonnes. Bien qu’elle porte la date du 30 janvier, elle n’a été publiée que le 6 février. Nous ne savons si nous l’avons bien comprise, car elle contient des incorrections notables qui nous ont forcés d’y mettre beaucoup du nôtre pour la traduire. Telle que nous l’interprétons, cependant, nous doutons fort qu’elle soit favorablement accueillie par tous ceux qu’elle intéresse, et nous devons nous attendre à la voir attaquer vigoureusement dans ses considérants et dans ses dispositions.

14Lorsque M. Prieto nous dit, avec une franchisse touchant la légèreté, que tous les revenus sont engagés ou détruits, que le crédit n’existe pas, que les réclamations internationales menacent de près, et que la seule ressource vitale du gouvernement, ressource tardive et insuffisante, –consiste dans la réalisation des biens désamortis, il nous donne la tentation de lui répondre : si les revenus sont détruits, relevez-les, c’est votre rôle et votre mission ; si le crédit n’existe pas, c’est qu’on a fait tout ce qu’on a pu pour l’empêcher de naître ; si les réclamations internationales menacent de près, réglez-les franchement et loyalement, dans les limites du possible, on n’exigera certainement pas davantage ; et si le gouvernement considère la réalisation des biens désamortis comme sa seule planche de salut, nous craignons fort que la planche soit pourrie et que le salut soit impossible.

15La circulaire fait d’autres aveux non moins compromettants, et contient des accusations peu flatteuses pour la révolution à laquelle le gouvernement constitutionnel doit son installation dans la capitale ; enfin, elle consacre, dans ses dispositions, une grande injustice et une ingratitude plus grande encore, en faisant peser sur les victimes mêmes de la révolution tout le poids de la situation financière.

16Nous avons, nous, meilleure opinion que M. Prieto, de l’état des finances du pays ; nous pensons qu’un homme habile, sage et tout à la fois initiateur et prudent sortirait, à sa gloire, des difficultés immenses, il est vrai, qu’ont légué au gouvernement actuel, la réaction et la révolution ; et dans notre conviction profonde, on aurait pu trouver mieux que cette réalisation des biens désamortis compromise, au dernier degré, par les nécessités impérieuses qu’a subi le gouvernement constitutionnel avant son triomphe.

17Bulletin. 7 février 1861

ARBITRAIRE

18Nous invitons le ministre de la guerre à faire en sorte que ses subordonnés respectent un peu plus la propriété des particuliers. De tous côtés il nous vient des plaintes sur la brutalité de certains officiers subalternes qui prennent des grains et fourrages sans les payer. Avant-hier encore une pauvre femme, propriétaire de la briqueterie de Tacubaya, et dont le mari est paralysé depuis 15 mois, s’est vu enlever ses chariots et ses mules par des soldats qui l’ont traitée avec la dernière grossièreté. Non seulement ces hommes n’ont eu aucun respect pour la faiblesse de son sexe, mais ils se sont moqués d’un ordre du gouverneur, portant le timbre officiel, et ont montré par là le peu de cas qu’ils font des autorités. La femme dont nous parlons est française

19Faits divers mexicains. 9 février 1861

OPÉRA ITALIEN

20Samedi dernier, nous avons assisté à une représentation qui nous a beaucoup intéressés. On donnait Lucia de Lamermoor, c’est à dire l’un des nombreux chefs d’oeuvre de Donizetti. Comme on a épuisé toutes les formules laudatives sur cette magnifique partition, nous ne parlerons que de l’exécution qui a été bien meilleure que nous ne nous y attendions. Il faut savoir, en effet, beaucoup de gré aux artistes qui se sont fait entendre l’autre soir, pour le courage que chacun d’eux a déployé dans sa partie. Il n’y avait presque personne dans la salle ; et rien ne paralyse les moyens comme de se voir obligé de chanter devant des loges vides. Décidément l’aristocratie de la capitale boude, mais elle boude contre elle-même, tout en exerçant une influence fâcheuse sur autrui. C’est son affaire, quant à nous, nous ne concevons guère que l’on préfère se claquemurer au milieu de sa valetaille, quand on a l’occasion d’écouter les accents divins d’un homme de génie. Mais briller par son absence, montrer qu’il suffit de fermer sa bourse pour ruiner de pauvres artistes, se venger ainsi de ses pertes d’illusions sur des gens qui croient venir dans un pays où on aime les arts par dessus tout, prouver enfin que l’on est encore indispensable, malgré que la preuve frappe des victimes innocentes, c’est aussi un plaisir… que nous laissons à ceux qui le recherchent.

21Nous n’entrerons pas dans une appréciation détaillée sur la valeur des artistes qui ont joué samedi soir. Pour cela, il faut plus d’une audition. Mais nous pouvons constater que, sauf un peu de négligence dans les nuances, Madame Tommasi et M. Ottaviani ont chanté avec une voix ample et juste. Chez M. Errani, au contraire, nous avons rencontré plus de sentiment musical que de force et, à notre avis, il a rendu avec beaucoup de bonheur la scène qui commence le dernier acte. Les choeurs, généralement si négligés, même sur de grandes scènes, ont exécuté avec suffisamment d’ensemble l’accompagnement du beau quintetto. Enfin, nous avons été charmés de la manière dont le solo de clarinette-alto a été rendu ; il est difficile de rencontrer une plus grande pureté de son, unie à autant d’habileté d’exécution. Somme toute, la représentation fait beaucoup d’honneur à M. Barili, l’infatigable chef d’orchestre, qui a su tirer un parti admirable d’éléments, après tout, passablement hétérogènes.

22On annonce la venue de M. Maretzek pour la fin du mois. Mais avant de venir, nous lui conseillons fort de s’assurer si les dispositions actuelles de l’aristocratie doivent changer, car si elles devaient durer encore long temps, il serait à peu près certain de s’en aller plus pauvre que devant.

23Faits divers mexicains. 12 février 1861

SINGULIÈRE DÉCOUVERTE

24On a été très surpris de rencontrer des vêtements sacerdotaux dans des lieux mal famés. Ces lieux étaient-ils, pour ceux qui portaient ces vêtements, un domicile clandestin, où ils vivaient en famille, et où ils se rendaient en sortant de l’autel ou du confessionnal ? Ou bien les bons pères y recherchaient-ils l’occasion d’arracher à la perdition quelques âmes pécheresses et ont-ils été interrompus subitement dans leur bonne oeuvre par les événements ? Le Pajaro Verde, qui paraît bien informé en ce qui touche les choses de sa religion, pourra peut-être faire cesser nos incertitudes. Il pourra nous apprendre aussi comment on a pu rencontrer de l’argent et des vases sacrés dans une maison de la rue Chavarria.

25Faits divers mexicains. 13 février 1861 (marqué : 15 février)

TRANSFERT DES NONNES

26La tristesse augmente à Mexico ; elle prend les proportions d’un deuil ; l’aristocratie ne déserte plus seulement les théâtres : il n’y avait pas, hier, une seule voiture au paseo ! La ville entière semblait couverte d’un voile épais, et le soleil n’a pas paru pour le dissiper ; tout était morne, silencieux, presque menaçant ; des groupes peu rassurants stationnaient au coin des rues ; on rencontrait, ça et là, quelques femmes pleurant, quelques hommes maugréant ; des rassemblements s’étaient formés à la porte de plusieurs couvents ; le Saint Viatique, qui se promène, aujourd’hui, dans une calèche élégante, attelée de deux chevaux frisons, marchait en compagnie d’une sinistre escorte ; qu’était-il donc arrivé ?

27Le gouvernement, appliquant la loi qui l’autorise à supprimer les cloîtres inutiles, a cru devoir faire vider, pendant la nuit du mercredi au jeudi, certains couvents trop vastes pour le peu de nonnes qu’ils contenaient, et faire transférer ces dernières dans d’autres maisons religieuses où elles auront trouvé compagnie plus nombreuse. Cette opération délicate avait nécessité quelques précautions de police et l’emploi de la force armée ; la nuit, cependant, la couvrit de ses ombres, et tout se passa sans désordre. Mais après le transfert des nonnes, vint le déménagement de leurs pauvres meubles, et le jour avait paru. La nouvelle courut la ville ; les soutanes s’agitèrent ; on cria au sacrilège ; on tenta d’exciter le peuple, et voilà pourquoi, hier, certaines femmes pleuraient, et certains hommes maugréaient ; voilà pourquoi la ville était triste ; voilà, pourquoi le paseo restait désert.

28A cette cause de mécontentement, du reste, se joignait, pour la gent dévote, la perte de ses plus chères illusions ; elle avait appris, dès le veille, la déroute de Zuloaga et de Vicario, ces deux saints champions de l’église, et la cause du deuil général s’expliquait par deux scandales au lieu d’un.

29Ces bouderies passeront ; ces résistances tomberont, si le gouvernement poursuit la réforme avec l’énergie qu’elle demande ; elles augmenteront et deviendront moins inoffensives, si le gouvernement faiblit ; que l’autorité veille ; qu’elle sévisse au moindre désordre, et le ridicule fera justice des sourdes manoeuvres et des basses intrigues qui, comme nous le disions hier, vont reprendre, dans l’ombre, l’oeuvre que l’épée n’a pu réaliser sur les champs de bataille.

30Bulletin. 15 février 1861

ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES - L’OPINION PUBLIQUE - CARACTÈRE DES CANDIDATURES.

31Les élections présidentielles marchent lentement : elles sont encore à faire dans beaucoup d’Etats ; à peine vient-on de convoquer les électeurs, dans l’Etat de Mexico, par exemple, où le résultat du vote ne sera connu que le troisième dimanche de mars. Il est difficile, en pareilles circonstances, de prévoir sur qui retombera la majorité du vote populaire ; ce qui paraît acquis, cependant, c’est qu’il n’y aura que trois candidatures sérieuses : celle de MM. Juarez, Lerdo de Tejada et Gonzalez Ortega. Jusqu’à ce jour, M. Juarez semble avoir l’avantage, puis viennent M. Lerdo et M. Gonzalez Ortega. Les trois compétiteurs se suivent de près ; il est douteux qu’aucun d’eux emporte la majorité voulue par la constitution pour son élection directe ; ce sera donc au nouveau congrès qu’il appartiendra de faire un choix, et la question, portée sur ce terrain, y prendra un caractère plus exclusivement politique.

32Chacune des trois candidatures présidentielles, abstraction faite de toute personnalité, porte son cachet et répond à une nuance distincte de l’opinion.

33L’opinion est, en effet, divisée sur la marche à donner à l’administration pour le triomphe efficace et définitif de la révolution et de la Réforme. M. le licencié Sabino Flores, dans un travail remarquable qu’a publié le Siglo, a savamment défini la triple situation des esprits ; ses observations, qu’il applique à l’attitude de la presse, ont une plus haute portée, suivant nous, s’il est vrai que la presse soit, dans son ensemble, l’expression du sentiment public.

34M. Sabino Flores, donc, divise en trois classes l’opinion manifestée quant à la politique qu’il conviendrait au gouvernement de suivre dans la situation actuelle.

35Il range dans la première classe ceux qui, justement jaloux de la consolidation des institutions libérales, voient avec mécontentement et appréhension la prolongation de l’état révolutionnaire et tout retard apporté dans le parfait rétablissement de l’ordre constitutionnel ; ceux qui regrettent que le gouvernement, tout livré qu’il est à des personnalités dignes de la confiance nationale, se maintienne dans la sphère d’une dictature plus ou moins arbitraire, anticonstitutionnelle et dangereuse.

36La deuxième classe se compose de ceux qui, prenant pour base de leur raisonnement l’état anormal dans lequel a été plongée la nation par une guerre civile de trois années, et l’esprit de réforme qui ressort des lois de juillet 1859, pensent que le gouvernement, loin de tendre à prendre le pacte fondamental pour mesure de ses actes, doit, au contraire, jeter un voile sur la constitution, saisir, d’une main ferme, le pouvoir discrétionnaire que lui offrent les circonstances, et l’appliquer, avec toute la rapidité possible, à la réalisation des conquêtes qu’a faites la révolution sur le terrain de la Réforme.

37Enfin, peuvent être rangés dans la troisième classe, ceux qui, se plaçant entre ces deux extrêmes, ne veulent ni que le gouvernement soit paralysé dans son action par un respect exagéré pour la constitution, ni que, considérant cette dernière comme une lettre morte, il se permette d’en violer toutes les prescriptions pour exercer un pouvoir dictatorial, et sans autre limite que le jugement et la conscience des fonctionnaires chargés de l’administration des affaires publiques.

38La première classe de l’opinion a pour devise le mot Constitution : ceux qu’elle comprend peuvent être appelés constitutionnels ; la seconde classe a pour devise le mot Réforme ; ceux qu’elle comprend peuvent être appelés réformistes ; quant à la troisième classe, qui n’accepte ni ne rejette absolument les principes invoqués par les constitutionnels et par les réformistes, elle pourrait avoir pour devise le mot juste milieu ; M. Sabino Flores appelle politiques ceux qui la composent.

39Cette classification de l’opinion dans le parti libéral est aussi exacte que bien définie. Ce que M. Sabino Flores n’a pas dit et ce qui, cependant, est vrai, c’est que chacun des trois candidats présidentiels peut être considéré comme la personnification de l’une des trois classes que nous venons d’énumérer.

40M. Benito Juarez pousse à l’extrême le culte de la Constitution de 1857, à laquelle il doit sa légitimité, et que la cause libérale a pris pour drapeau dans sa lutte acharnée contre la réaction. Mais il agit ainsi plutôt par gratitude et par devoir, que par conviction. Il a dû voir déjà qu’il lutte contre une impossibilité, qu’on l’accuse, à tout moment, de briser son idole, et qu’il est poussé, par la force des choses, à déchirer, plus souvent qu’il ne le désirerait, le pacte fondamental dans lequel est empêtrée son administration. Y a-t-il, par exemple, rien de moins constitutionnel que la nouvelle loi de M. Prieto sur les contributions ? Au moment où le Congrès va se réunir, ne semble-t-il pas étrange que l’exécutif ait empiété, de cette manière, sur les attributions du pouvoir législatif qui seul peut décréter l’impôt ? Il est toujours mauvais de s’attacher à un principe dont il est impossible d’appliquer les conséquences ; mais toujours est-il que si M. Juarez se laisse déborder quelques fois par la nécessité la plus impérieuse, il met la Constitution avant et par dessus tout, et nous pouvons le considérer comme le candidat des constitutionnels.

41M. Lerdo de Tejada pense différemment. Il veut surtout la Réforme, et il ne comprend pas la fin sans les moyens. Or, la Constitution n’est pas la Réforme ; elle la contredit, au contraire, sur plusieurs points. Que la Réforme, soit donc le but principal de l’administration, et que la Constitution n’en soit que l’accessoire ! Qu’on soit logique : la Constitution ne consacre pas tous les principes émis dans les lois de Réforme ; la Réforme, au contraire, consacre tous les principes émis dans la Constitution. Quel est donc celui de ces deux drapeaux qui doit marcher avant l’autre ? –Tel est, croyons-nous, le programme des réformistes, dont M. Miguel Lerdo de Tejada est le candidat.

42Quant à M. le général Gonzalez Ortega, il s’est montré, jusqu’à ce jour, tellement faible, tellement indécis, tellement incolore et tellement inactif, que force nous est de le désigner comme le candidat du juste milieu, ou mieux des politiques, comme les appelle M. Sabino Flores. On lui pardonnera difficilement son inaction, inconcevable après l’occupation de la capitale, la part qu’il a prise à l’amnistie de M. Isidro Diaz, et les idées qu’on lui prête de vouloir concilier des choses inconciliables.

43Telle est la situation actuelle de la question présidentielle. Il y avait, à notre avis, une autre place à prendre parmi les candidats. Nous dirons bientôt quelle était cette place, et quel est le programme qui devait la préparer.

4416 février 1861

CATÉCHISME POLITIQUE

45On annonce la prochain apparition d’un catéchisme politique constitutionnel, dû à la plume de M. le Licencié Nicolas Pizarro Suarez. Nous applaudissons à l’idée, des deux mains, car le temps de répandre les notions de droits et devoirs politiques dans les populations nous semble être venu. L’ouvrage de M. Pizarro Suarez fera, espérons-le, contrepoids au Catéchisme du R. Père Pipalda, bon, peut-être, pour former des moines, mais non des citoyens.

46Faits divers mexicains. 16 février 1861

JOUNAUX BON MARCHÉ

47L’exemple donné par l’amigo del Pueblo vient d’être suivi par Las Cosquillas, dont le prix d’abonnement est réduit à quatre réaux par mois, et par le Boletin de Noticias dont le prix mensuel sera, désormais, de six réaux. Bientôt le peuple véritable aura ses journaux et nous nous en applaudissons.

48Faits divers mexicains. 18 février 1861

ÉCOLE DES ARTS ET MÉTIERS

49Cet utile établissement, fondé, il y a 4 ans, au milieu des marais et où l’on a englouti plus de deux cent mille piastres avec assez peu d’intelligence, paraît devoir être installé dans l’édifice de l’ex-couvent de la Encarnacion. Ainsi placé dans le voisinage des ateliers et des fabriques, les élèves de l’Ecole pourront trouver de fréquentes occasions de s’instruire en allant voir, étudier, comparer les différents procédés industriels dont ils n’auraient pu se faire qu’une idée incomplète, en restant isolés et murés dans leur ancien local. Et ce n’est pas un mince avantage dans un pays où les établissements de ce genre, qui ont besoin d’un matériel excessivement coûteux, sont toujours montés incomplètement, par suite de la pénurie ou de l’incertitude des ressources pécuniaires.

50Une autre partie du même couvent recevrait, dit-on, les expositions de l’industrie, des arts, de l’agriculture.

51Faits divers mexicains. 25 février 1861

LES CLUBS

52Les clubs et les clubistes font beaucoup parler d’eux. On verra plus loin la démarche qu’a faite, mardi dernier, le club Reformista de la capitale, en demandant une décision solennelle et formelle sur les trois points qu’il a posés. Ces trois points étaient :

531° qu’on ne dérogeât pas aux articles 10 et 11 du récent décret réglementaire sur la nationalisation ; 2° le renvoi de M. Prieto du cabinet ; 3° et la nomination de M. Lerdo de Tejada au ministère des finances.

54On verra également quelle a été la réponse de M. le président Juarez, qui a promis de soumettre ces trois questions au cabinet et qui s’est plaint de la désunion du parti libéral, en suppliant ce dernier de ne pas apporter d’obstacles à la marche du gouvernement.

55A Puebla, le club rojo a appelé à sa barre les autorités supérieures de l’Etat, les a interpellées et leur a tracé leur règle de conduite, par voie de sommation. Le gouverneur, accusé de faiblesse, ayant déclaré qu’il ne pouvait agir sans facultés extraordinaires, le club s’est transporté dans le local de la Législature, a menacé cette dernière de dissolution, si les facultés n’étaient pas données, a fait voter ces facultés en matière de guerre et de finances, a prononcé la destitution d’un député et a demandé celle du préfet.

56Pendant que les clubistes en agissent ainsi dans la capitale fédérale et dans celle de l’Etat de Puebla, leurs collègues du club Doblado, à Guanajuato, limitant leur initiative, se contentent de discuter les mérites des différents candidats à la présidence, et proclament chaudement leur préférence en faveur de M. Benito Juarez.

57Dans d’autres grandes villes, les clubs s’occupent, avec plus ou moins de modération, des questions locales ou électorales. Il vient de s’en fonder un à Guadalajara, sous la dénomination de Club Cruz Aedo, en mémoire du brave et courageux écrivain qui avait déposé la plume pour l’épée, après le désastre de Salamanca, et qui a péri si malheureusement à Durango.

58On peut supposer que les actes d’autorité commis par les clubs de Mexico et de Puebla trouveront des imitateurs parmi ceux des différents Etats ; s’il en est ainsi, nous nous demandons, avec quelqu’inquiétude, quel bien il peut en résulter pour l’affermissement des institutions libérales, et, poussant plus loin nos investigations, nous poserons carrément cette question : les clubs sont-ils utiles ? sont-ils nuisibles ?

59Les clubs naissent des révolutions populaires ; on peut dire qu’ils en sont la conséquence logique et nécessaire ; après ces révolutions, le peuple défiant et craignant de se voir enlever sa conquête, a pour habitude de rester quelque tems sous les armes : le même motif qui le porte à garder son fusil, l’engage à se fortifier du droit de réunion et de délibération, cette autre arme non moins efficace pour la conservation de sa victoire. A toutes les grandes époques révolutionnaires de l’histoire, les clubs ont joué de grands rôles ; ils ont été souvent utiles et quelques fois nuisibles.

60Ils ont été toujours souverainement utiles, lorsque, veillant au salut de la révolution dans les premiers moments de transition, ils ont, par leur attitude énergique, suppléé au défaut d’autorités légalement constituées, facilité la constitution de ces autorités, empêché toute tentative de réaction, et protégé, contre la faiblesse ou les mauvais choix, l’installation d’un nouvel ordre de choses, en harmonie parfaite avec l’idée pour laquelle ils avaient combattu.

61Quelquefois, ils ont eu le bon esprit de se dissoudre d’eux-mêmes lorsque leur but était rempli, lorsque leur mission était finie, lorsque leur existence était, désormais, sans raison d’être. Ceux qui ont voulu trop prolonger leur action après l’avènement des autorités légales ont nui considérablement à la cause à laquelle ils étaient dévoués, et sont tombés ou sous le discrédit public, ou plus souvent sous les mesures de rigueur de ceux-là mêmes qu’ils avaient portés au pouvoir.

62A Mexico, les clubs ont rendu de grands services aux premiers moments de la chute de la réaction. Gardiens jaloux et fidèles des conquêtes de la révolution, ils ont préparé, facilité, protégé la transition de l’ancien régime au nouveau ; ils en ont imposé à la réaction par leur attitude et leur décision ; avant que les autorités légales fussent complètement en exercice, ils ont réprouvé des actes d’insigne faiblesse ; il en ont empêché d’autres, et ils ont remis la révolution dans le bon chemin d’où elle menaçait de vouloir sortir.

63Aujourd’hui les pouvoirs légaux sont régulièrement et définitivement établis ; nous ne pensons peut-être pas qu’il soit tems encore pour les clubs de se dissoudre, mais nous désirons vivement qu’après s’être montrés éminemment utiles, ils ne deviennent pas nuisibles par défaut de réflexion et de prudence.

64Ils se rendront nuisibles, si, sortant du seul rôle qu’il leur convienne aujourd’hui, ils prétendent se constituer en autorités au lieu de rester simples conseillers.

65Ils se rendront nuisibles, si, comme l’a dit, avec juste raison, M. le Président Juarez, ils viennent entraver l’action du gouvernement par des démarches que ne justifient ni la loi, ni la raison.

66Les clubistes, dans leur amour pour les institutions démocratiques, devraient ne pas oublier qu’il n’est pas d’autorité républicaine qui n’émane du vote populaire ; les membres d’un club sont-ils, par hasard, le produit de quelque vote du peuple ? D’où leur viendrait donc leur autorité ? Qu’ils jouissent du droit de réunion et du droit de pétition que leur accorde libéralement la constitution, rien de mieux ; mais qu’ils en jouissent dans les limites légales, et sans donner des ordres lorsqu’il leur est permis de ne donner que des conseils.

67Voyez, par exemple : si l’exécutif empiète sur les autres pouvoirs et sort des facultés que lui concède la Constitution du pays, les clubs s’agitent et le rappellent à la stricte observation de ses devoirs ; puis voici que, par une étrange contradiction, les clubs de Puebla et de Mexico, sans égard pour la Constitution, se mettent au dessus de tous les pouvoirs, ordonnent, commandent, menacent, destituent, comme si 20, 30, 100, 400 hommes réunis représentaient légalement la nation et pouvaient faire ployer, sous leur arbitraire, l’exécutif, le législatif et le judiciaire !

68C’est là, qu’on nous permette de le dire, de la belle et bonne anarchie, et M. le Président de la République a eu toute raison pour en exprimer ses plaintes.

69Nous n’examinons pas si les demandes des clubs de Puebla et de Mexico étaient fondées ou ne l’étaient pas, nous prétendons seulement qu’elles n’ont pas été présentées comme elles auraient dû l’être, et si l’on continue les mêmes errements, les clubs seront évidemment plus nuisibles qu’utiles.

70Bulletin. 1er mars 1861

LES OUVRIERS DE GUADALAJARA

71Nous trouvons dans les journaux de Guadalajara une manifestation d’ouvriers qui nous semble vraiment intéressante. Si nous avons applaudi, il y a quelque temps, aux fêtes du Fresnillo, nous considérons, dans un autre ordre d’idées, l’adresse que nous allons reproduire comme digne de toutes les sympathies et de tous les encouragements. Elle est un pronostic de plus, qui annonce que les classes populaires, dont on a toujours fait si peu de cas ici, se réveillent de leur léthargie, et qu’elles passent de l’indifférence à la vie morale active. C’est un phénomène remarquable, dont le gouvernement doit sérieusement tenir compte ; car en dirigeant l’expansion de l’esprit politique chez les ouvriers, au lieu de l’étouffer, comme par le passé, sous une couche épaisse d’ignorance et de superstition, il y trouvera son plus ferme appui et creusera, entre la réaction et lui, un gouffre qui sera, dans l’avenir, la limite infranchissable où viendront s’ensevelir les efforts toujours dangereux du parti de la soutane et du froc. Honorer le travail, lui reconnaître la dignité propre à laquelle il a droit comme essentiellement producteur, c’est le rendre attrayant pour une foule de gens qui, le croyant méprisable, encombrent les carrières soi-disant libérales et n’arrivent, en fin de compte, qu’à augmenter le nombre toujours croissant des parasites.

72Mais en même temps que nous constatons un fait aussi notable, nous observons que, dans cette résurrection, ce sont les provinces qui paraissent vouloir devancer la capitale. Dans les Etats, le mouvement, l’initiative, un désir ardent de progrès, d’organisation sociale ; à Mexico, l’inertie, les discussions futiles, les intrigues mesquines, quelque chose de terne, d’atone et d’indécis, conséquences de trois années d’oppression et de démoralisation. Quel contraste ! et quelle arme redoutable aux aspirations d’indépendance administrative et politique des Etats qui trouvent étrange, et non sans raison, les vacillations, les bégaiements, l’inertie du Pouvoir central, qui s’étonnent de voir des lois décrétées là, pour être bafouées ou biffées ici d’un trait de plume ! Mais ce sujet nous entraînerait trop loin ; nous y reviendrons en temps opportun, les mains pleines de preuves accablantes. (Suit le texte de l’adresse des ouvriers)

73Bulletin. 7 mars 1861

OUVERTURE DES RUES NOUVELLES

74On travaille activement au percement de rues nouvelles à travers les couvents supprimés. Par suite des déménagements que commandent les démolitions, nous avons vu passer par les rues de saints objets et des colis sacrés dont le transport, sur des épaules profanes, excitait vivement la curiosité publique. La gent dévote est scandalisée ; son exaspération s’accroît ; elle s’attend à quelque épouvantable tremblement de terre, à quelque pluie de feu dévorante qui engloutisse ou qui foudroie la moderne Gomorrhe. Déjà le cataclysme a commencé, l’Amigo del Pueblo le constate, par la mort violente de quatre démolisseurs, et le décès, par maladie, de quatre pauvres nonnes enlevées, par la bonté divine, au spectacle de ces scandaleux sacrilèges.

75Nous avons été fort surpris d’entendre nos amis de l’Independencia se plaindre, à plusieurs reprises et de concert avec la Prensa, du percement de rues inutiles. A laquelle des sept plumes de la rédaction ou des trois plumes de la collaboration revient donc la responsabilité d’une pareille interprétation ? Les rues projetées seconderont admirablement l’accroissement du mouvement de la population et des affaires ; elles sont tracées avec intelligence ; elles donneront à la capitale, plus d’air et plus de magnificence ; mais elles seront surtout utiles en cela, qu’elles consacreront la réforme par des actes irrévocables et qui resteront pour en perpétuer le souvenir, quoiqu’il puisse arriver. Son nid détruit, l’oiseau n’y revient plus ; le seul monument qui ait protesté, pendant la réaction, contre l’abolition des lois de réforme n’a-t-il pas été cette rue de l’Independencia, que la faction clérico-militaire n’a pu ni supprimer, ni combler ?

76Ce sont ces faits, palpables, positifs, indestructibles, qui mettent, en ce moment, la réaction hors d’elle-même ; elle sent l’impossibilité matérielle de les biffer et de les annuler comme elle en entretient encore l’espoir et l’illusion pour les décrets et les contrats. Non certes, ces percements de rue ne sont pas inutiles ; on l’a si bien compris, que partout, d’un coin à l’autre de la République, on démolit en publiant des décrets, et que le marteau vient en aide à la loi.

77Bulletin. 9 mars 1861

LE BRUIT.

78Nous lisons dans l’Independencia :

79”Aujourd’hui que le public est débarrassé du bruit que produisaient les cloches, n’auraient-il pas également droit d’être délivré de celui que font les clairons et les tambours ? S’il faut qu’il y ait des soldats, ne pourraient-ils pas faire leurs marches et leurs exercices au son plus doux des guitares ?”

80Si nos confrères, au lieu de vivre tranquillement au milieu de la ville, avaient, comme nous, le bonheur d’être voisins de l’Acordada, nous comprendrions mieux leurs plaintes. On a eu l’ingénieuse idée de créer, sous nos fenêtres, une école de clairons, et quels clairons ! De sorte que nous écrivons au son enrhumé des fanfares et nous sommes obligés d’être belliqueux malgré nous. Il est vrai qu’en compensation, nous avons le fameux fossé, dont nous avons déjà dit quelques mots à nos lecteurs, véritables lieux d’aisance en plein air, de 50 vares long sur 12 de large, et réceptacle ignoble de toutes les immondices de l’Acordada : on dirait, en vérité, que l’administration de la ville a pris à tâche de s’attaquer à tous nos sens à la fois.

81Faits divers mexicains. 9 mars 1861

NOS CORRESPONDANCES

82Nos lecteurs auront remarqué, sans doute, la correspondance de la Nouvelle-Orléans qui a paru, pour la première fois, hier dans nos colonnes. Elle émane d’un homme versé dans le journalisme du sud des Etats-Unis, et initié par une pratique de trente années à tous les secrets de la politique américaine. Nous nous sommes assuré cette précieuse collaboration, dont notre feuille ressentira bientôt les heureux effets. Notre nouveau correspondant a pour mission spéciale, à cette époque où les avis des Etats-Unis ont tant d’intérêt et tant d’importance, de traiter la question américaine en elle-même, dans ses rapports avec l’Europe, et, plus particulièrement, dans ses rapports avec le Mexique.

83Puisque nous en sommes sur ce chapitre des correspondances, nous pouvons promettre à nos souscripteurs, pour un avenir très prochain, une surprise qui leur sera certainement agréable. Le correspondant parisien, dont nous attendons bientôt la première communication, est un homme dont la réputation éclatante s’est généralisée dernièrement par des travaux littéraires et politiques qui ont eu le plus grand retentissement, qui ont été traduits en toutes les langues et reproduits dans tous les pays, y compris le Mexique.

84Rétabli dans la capitale, depuis un mois à peine, après une suspension mortelle de trois années, le Trait d’Union y a déjà repris, dans la presse, sa position d’autrefois. Nous recevons de tous les points de la République, des témoignages de sympathie non équivoques, et nous y puisons une nouvelle ardeur pour donner insensiblement à notre feuille l’intérêt et l’utilité qu’elle présentera sous peu pour tous ses lecteurs. Un peu de patience encore, et l’on verra si nous savons remplir nos promesses.

85Mais il faut que nos souscripteurs eux-mêmes nous viennent en aide en nous facilitant l’accomplissement de notre programme ; nous voudrions que notre journal justifiât complètement son titre en servant réellement de Trait d’Union entre tous ceux qui le lisent ; qu’ils usent donc de ses colonnes pour y échanger leurs communications et l’expression de leurs idées ; qu’ils y consignent leurs découvertes, leurs observations, leurs réflexions et leurs projets. Notre but est de consacrer une place d’honneur à la discussion des grandes questions économiques, industrielles et scientifiques qu’il est tems d’agiter et de résoudre dans le pays ; nous comptons donc sur la coopération active de ceux de nos abonnés qui donnent à ces sujets féconds toute la considération qu’ils méritent.

86Bulletin. 12 mars 1861

MORT DE MIGUEL LERDO DE TEJADA

87Nous ne saurions dire assez la douleur, les regrets, la désolation qu’a causés dans toute la société mexicaine la mort inattendue de M. Miguel Lerdo de Tejada. On voit, indépendamment des sympathies personnelles qu’avait su se concilier l’auteur des lois de Réforme, que la pays avait une foi sincère en lui ; dans le moment de transition et de crise que traverse la République mexicaine, on comptait, tôt ou tard, sur son action pour régulariser la situation et rassurer les intérêts si vivement agités par les lois de désamortissement et de nationalisation.

88Nous avons entendu des conservateurs eux-mêmes regretter vivement et sincèrement la perte d’un homme dont on plaisait à reconnaître le jugement de l’esprit pratique. S’il est triste de mourir ainsi, dans la première force de l’âge, au seuil d’un avenir magnifique, il doit être consolant de laisser dans la mémoire de tous, un souvenir honorable et des regrets profonds.

89Le gouvernement, le conseil municipal, d’autres corporations, toutes les classes de la société se sont unis en une seule manifestation de douleur et de regret.

90Dès le lendemain même de la mort de M. Lerdo de Tejada, à quatre heures du matin, le canon rappelait, de quart d’heure en quart d’heure, ce triste événement aux habitans de la capitale ; il le rappellera jusqu’au moment où l’illustre défunt reposera dans sa dernière demeure. Le drapeau national a été arboré, à mi-mât, sur tous les édifices publics. On a décrété un deuil national de trois jours. Les fonctionnaires publics et les chefs militaires porteront le deuil pendant neuf jours.

91Les amis nombreux de M. Lerdo de Tejada se sont réunis, samedi vers dix heures du matin, à l’Alameda de Tacubaya, et sont allés visiter la maison mortuaire.

92Dès vendredi soir, le cadavre avait été embaumé par MM. les docteurs Lucio et Garrone. Avant-hier, il a été transporté à Mexico et déposé dans la maison qu’habitait M. Lerdo de Tejada, rue del Empedradillo N° 5, où il a été exposé au public. Il avait été question de le placer sous un riche catafalque, dans le grand salon du palais municipal, mais des considérations de famille ont fait renoncer à ce projet.

93M. Lerdo de Tejada est mort pauvre. Il laisse une veuve et cinq enfants. Le gouvernement a ordonné que la maison dans laquelle il vivait, la seule dont il eût demandé l’adjudication conformément à la loi du 25 juin, fût laissée, en toute propriété, à sa femme et à ses enfants ; un secours pécuniaire a été donné à cette famille désolée ; M. le ministre de la justice et de l’instruction publique a, par une décision du 23 du courant, prévenu tous les recteurs des collèges nationaux que chacun des fils du défunt aura droit, dans tous et chacun de ces collèges, à une bourse entière, jusqu’à la fin de ses études ; enfin, c’est la nation qui se charge des funérailles. […]

94Bulletin. 25 mars 1861

RÉTABLISSEMENT DES CARTES DE SÛRETÉ

Tout homme a le droit d’entrer et de sortir de la République, de voyager sur son territoire et de changer de résidence, sans avoir besoin de carte de sûreté, de passe-port, de sauf-conduit et d’autre formalité semblable ….
(Art. 11 de la Constitution de 1857)
Les tribunaux seront toujours ouverts pour rendre la justice.
(Art. 17 de la même Constitution)
Les étrangers ont droit aux garanties concédées dans la section
1ère., titre 1er de la présente Constitution, sauf, en tout cas, la faculté qu’a le gouvernement pour expulser l’étranger pernicieux….
(Art. 33 de la même Constitution)

95Dans le cours de l’année 1859, M. Melchor Ocampo, alors ministre des affaires étrangères du gouvernement constitutionnel à Veracruz, a publié une circulaire pour rappeler que les cartes de sûreté étaient abolies par la constitution, en menaçant le consul espagnol à Tabasco du retrait de son exequatur ; s’il continuait à les exiger de ses nationaux. Aussi n’avons-nous pas lu sans surprise le décret du 16 du courant, que nous reproduisons plus loin et qui nous semble ordonner le rétablissement, à quelques modifications près, des cartes de sûreté, contre lesquelles on a tant et si justement crié.

96Désormais, les cartes de sûreté s’appelleront des certificats ; il est vrai qu’on ne devra pas les renouveler annuellement, et qu’ils ne coûteront qu’une piastre au lieu de deux ; là gît toute la différence. Les pénalités sont, aujourd’hui, relativement aux étrangers qui auront négligé de prendre leur certificat, tout aussi exorbitantes et tout aussi peu justifiables qu’elles l’étaient pour ceux qui négligeaient autrefois de prendre leur carte de sûreté. Indépendamment d’une amende de dix piastres, s’augmentant d’une piastre par chaque mois de retard, les tribunaux leur seront fermés, et les notaires ne pourront leur prêter le secours de leur ministère ; c’est-à-dire qu’on leur refusera l’administration de la justice et la constatation de leurs transactions civiles.

97Et c’est M. le président Juarez, dont nous connaissons la fermeté des principes démocratiques, qui a signé un pareil décret ! et c’est M. Zarco, l’ardent avocat de la Constitution de 1857, qui l’a contresigné ! Nous avouons n’y rien comprendre.

98L’étranger n’est-il pas, avant tout, un homme et un habitant de la République ? Qu’il soit Turc, Chinois, Français, Anglais, Allemand ou Américain, n’a-t-il pas, comme nous le disions dernièrement, en échange de son devoir de se soumettre aux lois du pays, le droit de les invoquer ? Et vous lui refuseriez, parce qu’il a négligé l’accomplissement d’une simple formalité, l’accès des tribunaux et la faculté de faire des transactions authentiques ? Et cela, lorsque vous proclamez, bien haut, la sincérité de votre libéralisme, lorsque vous appelez à vous l’immigration, et lorsque le ministère de Fomento s’efforce d’offrir des garanties et des avantages qui attirent, dans la République, la population du dehors !

99Cette distinction, avec les pénalités qui s’y rattachent, est contraire aux traités, car elle fait aux étrangers une condition autre que celle des habitants du pays ; elle est essentiellement inconstitutionnelle, car elle viole ouvertement les prescriptions du code fondamental ; elle est odieuse, car elle met, par des motifs futiles et non justifiables, une partie des habitants hors la loi commune ; elle est injuste, car elle frappe d’une peine monstrueuse un délit imaginaire et de convention ; enfin elle n’est pas applicable dans certains cas, ainsi qu’il nous sera facile de le prouver.

100Que fait au gouvernement mexicain la nationalité d’un étranger ? Les réclamations sont privées ou internationales, si elles sont privées, c’est l’homme qui les fait : peu importe alors le pays où il est né ; si elles sont internationales, elles ne peuvent avoir lieu que par l’intermédiaire du représentant d’une puissance étrangère, et c’est à ce représentant qu’il appartient d’examiner si le réclamant a ou n’a pas droit à la nationalité qu’il invoque. Le gouvernement local peut, il est vrai, contester ou admettre ce droit, mais il est toujours tems de le faire au moment où la réclamation se produit, et nous ne pouvons comprendre l’utilité de la prise d’un certificat anticipé.

101Si l’on a besoin de données pour la statistique du pays, il nous semble qu’on pourrait se les procurer par des moyens moins violents. Les légations étrangères les fourniraient avec plaisir ; les étrangers eux-mêmes s’y prêteraient volontiers, sans qu’on les menaçât de les mettre hors la loi en leur fermant les tribunaux et les bureaux des officiers ministériels qui donnent aux contrats leur cachet d’authenticité.

102Mais voyez ce qui peut arriver : un étranger a des démêlés personnels avec le représentant de son pays ; cela s’est vu, se verra probablement encore, et n’entraîne, que nous sachions, aucune conséquence infamante ou déshonorante ; il vient d’un pays où n’existe pas l’institution des passeports, —elle va bientôt disparaître partout ; –sa légation lui refuse le témoignage dont il a besoin pour prendre son certificat ; le voilà donc déclaré, de par le libéralisme de notre gouvernement constitutionnel, paria de la société mexicaine : il n’y a pour lui ni tribunaux ni notaires !

103Un étranger arrive ; il n’a pas de passeport ; il n’a pas de relations ; il lui est impossible d’établir légalement sa nationalité : jusqu’à ce qu’il ait fait venir de son pays les documents qui lui manquent, il est hors la loi !

104Un étranger sort de chez lui ; il oublie son certificat ; il vient de l’intérieur sans ce fameux talisman ; on lui vole ses papiers sur les grands chemins, –ce qui malheureusement n’est pas rare ; –s’il se présente un cas urgent, pressant, qui nécessite, en sa faveur, la prompte action de la justice,– il faudra qu’il s’en passe ; il n’y en aura pas pour lui !

105Mais il eût été beaucoup plus simple et plus logique d’ordonner que les étrangers fussent marqués sur le nez comme les moutons de Berry ; de cette manière, au moins, ils ne seraient exposés ni à oublier ni à perdre leur certificat !

106Nous nous fatiguerions vainement à chercher le motif pratique, rationnel, justifiable du décret. –Il n’y en a pas !– Il nous faut donc l’aller trouver ailleurs que dans la raison et les convenances publiques. C’est une mesure fiscale.

107Cette mesure fiscale viendra-t-elle soulager le trésor de la nation ? A ce titre, tout inconstitutionnelle et tout vexatoire qu’elle soit, elle aurait, au moins, sa raison d’être, mais non ! Ces quelques milliers de piastres, produit d’un véritable impôt de capitation sur les étrangers, ne profiteront pas au trésor ; ils s’égareront, comme autrefois le produit des cartes de sûreté, sans doute, dans les bureaux du ministère des affaires étrangères. L’usage était bon ; la constitution l’a renversé, et voici maintenant qu’on renverse la constitution pour le rétablir. Malheureusement, il est d’autres personnalités qui y trouvent leur profit, et de là vient qu’au lieu de compter, pour l’abolition d’un pareil abus, sur leurs représentants, les étrangers n’ont pu, jusqu’à présent, que protester sans résultat. Nous espérons n’avoir pas besoin, à cet égard, de nous expliquer plus clairement ; on nous comprendra, sans doute, à demi-mot.

108Nous soumettons, humblement, à M. le Président de la République, à M. Zarco lui-même et à tout le cabinet, les observations incomplètes qui précèdent, et nous attendons de leur libéralisme, de leur raison et de leur esprit de justice, l’abolition d’un décret qui suffirait à lui seul, s’il était maintenu, pour jeter du discrédit sur une administration.

109Si nos efforts restent sans résultat, il ne nous restera plus qu’à dire, avec le refrain espagnol :

Es la misma geringa con otro palo.

11025 mars 1861

PLAN DE FINANCES

111Nous avons parlé, hier, d’une idée financière qui nous a été communiquée ; elle prendra nos lecteurs par surprise et les effraiera d’abord ; mais elle est tellement féconde dans son hardiesse et tellement logique dans son audace, qu’en l’examinant dans son ensemble et dans ses développements, on restera presque confondu de l’immensité de ses résultats.

112Cette idée n’est pas de nous, hâtons-nous de le répéter ; elle émane d’un Mexicain dont l’intelligence est rare en affaires ; qui a quelquefois appliqué cette intelligence à des oeuvres de finances publiques, mais qui ne nous a pas autorisé à le nommer.

113Cette idée n’est pas neuve quant au principe sur lequel elle se fonde ; tout son mérite, –et il est grand-, consiste dans ses développements et dans son application à la situation actuelle du pays.

114Le principe, le voici : plus de douanes dans les ports ! plus de douanes aux frontières ! plus de droits ! plus d’entraves ! la liberté la plus entière, la plus complète, dans les entrées et dans les sorties !

115C’était là, nous nous le rappelons, la grande aspiration de M. Miguel Lerdo de Tejada ; combien de fois ne nous a-t-il pas dit : ”Après la réforme sociale, viendra la réforme financière, et le dernier mot de la réforme financière, pour le Mexique, c’est l’abolition la plus absolue de toute espèce de douanes.”

116M. Lerdo de Tejada ajoutait : ”Malheureusement, il n’y faut pas penser aujourd’hui ; nous avons une dette énorme à payer ; nos douanes sont la seule garantie de nos créanciers du dehors ; si nous leur enlevons cette garantie, que leur donnerons-nous en échange ?”

117Eh bien ! M. Lerdo de Tejada, malgré son habileté si notoire, malgré son coup d’oeil si sûr, malgré son aversion pour la routine et son enthousiasme pour les réformes, n’avait vu la question que par un côté.

118L’abolition des douanes n’est pas possible, en effet, si la dette extérieure subsiste ; mais si le premier effet de cette abolition est précisément l’extinction de la dette étrangère, que devient l’objection ?

119Supposons un homme d’Etat habile, hardi, audacieux, si vous voulez, qui s’adresse au corps diplomatique et qui lui dise :

120Nos douanes sont un fléau, et pour nous et pour vous.

121Pour nous, car elles renchérissent les objets de consommation ; parce qu’elles les mettent hors de la portée de la grande majorité du peuple ; parce qu’elles perpétuent la misère et paralysent l’aisance dans nos populations ; parce qu’elles donnent un aliment regrettable à la contrebande ; parce qu’elles ne nous laissent rien en échange des graves préjudices qu’elles nous causent ; parce que le peu qui nous en reste est absorbé par des milliers d’employés qui nous rongent ; parce que la configuration même de notre République et la diversité des interêts de localités en empêchent l’institution régulière et uniforme ; parce qu’elles causent, par ce motif même, des illégalités, des abus, des mépris d’autorité, des usurpations de facultés, des désordres intérieurs et des révolutions ; parce qu’elles constituent, pour la nation, une première et pesante contribution qui se perçoit à la porte et qui ne permet plus l’assiette, dans l’intérieur même du pays, d’impôts bien réglés, bien répartis, et suffisants pour tous les besoins de l’administration.

122Pour vous, car en échange de revenus incertains, d’un paiement toujours précaire et souvent interrompu par les convulsions politiques ou les exigences impérieuses du trésor, vous souffrez un préjudice incalculable, de tous les jours, de tous les instans, dans les intérêts de vos nationaux qui font le commerce au milieu de nous, dans les intérêts de vos manufacturiers qui nous expédient leurs produits. L’institution des douanes tue la consommation ; votre commerce, votre production languissent. Vos droits sur nos douanes, vos conventions diplomatiques, vous coûtent énormément : ils font naître des difficultés constantes ; ils relâchent, brisent les relations internationales ; ils font mouvoir les escadres et peuvent allumer la mêche des canons.

123Nous avons donc, à la fois, vous et nous, tout intérêt à l’abolition de cette institution vieillie, qui croule, tous les jours, sous les leçons de l’expérience et de la nouvelle économie politique. En la faisant disparaître, nous rendons un service immense à votre commerce ici, à votre production là-bas ; service pour service ; arrangeons-nous. […]

124Ce premier point convenu, l’on entrerait dans le domaine des chiffres, et peut-être serait-il facile de démontrer à chacune des puissances étrangères, qu’en prenant à sa charge la liquidation et le paiement des crédits de ses nationaux, le sacrifice qu’elle ferait serait amplement et magnifiquement compensé par la nouvelle ère qu’ouvrirait l’abolition des douanes à son commerce et à son industrie.

125Et si pareille combinaison se réalisait, –comme cela peut, nous dirions presque, comme cela doit se faire, –en voit-on déjà les résultats ?

126Le Mexique, entrant pleinement dans ce remarquable mouvement de liberté qui s’opère peu à peu dans le monde commercial, dont l’exemple vient d’être donné par la France et l’Angleterre et suivi par la nouvelle Confédération américaine du Sud, se trouverait, en même tems, délivré de la dette étrangère qui paralyse tous ses efforts de régénération ; sa population passerait bientôt de la misère à l’aisance ; sa consommation et par conséquent sa richesse s’augmenterait prodigieusement ; il n’aurait plus de contrebande à surveiller, à réprimer ; plus de question de tarif à trancher ; plus de difficultés diplomatiques à redouter, plus de réclamations pendantes à discuter, plus de troubles à craindre de la diversité des intérêts entre les ports ; il pourrait, reportant en partie les droits de douane supprimés sur la consommation intérieure, établir des contributions suffisantes à ses besoins, et consacrer aux frais de son administration la totalité du produit de ces contributions.

127Qui s’en plaindrait ? Les manufacturiers et les employés. Mais il est reconnu que le Mexique ne peut-être encore un pays de manufacture. Ses fabriques, ses usines peuvent se compter ; on les indemniserait au besoin.

128Quant aux employés, un gouvernement n’en doit avoir que le moins possible, et toutes les occasions d’en réduire le nombre doivent être saisies avec empressement, au grand profit de la nation. Telle est l’idée qui nous a été soumise et que nous craignons d’avoir fort mal rendue. Elle a besoin d’être formulée dans un plan bien étudié, bien mûri et bien défini. Telle n’est pas notre mission, et notre seul objet, en écrivant ces lignes, est d’appeler, sur ce sujet, à coup sûr digne d’un profond examen et d’une discussion sérieuse, l’attention de nos confrères de la presse.

129Bulletin. 4 avril 1861

LES LOYERS

130A ceux qui s’obstinent à méconnaître les heureux effets du désamortissement, nous ferons remarquer un fait notoire et très important :

131Jamais on n’a vu dans la capitale, tant de maisons vacantes à la fois. Il n’est pas une rue, même dans le centre de la ville, dont les balcons ne soient émaillés de papiers annonçant des appartements à louer. Cependant la population de Mexico n’a pas diminué ; les familles n’ont pas émigré, et nous avons en ce moment dans la capitale, une foule d’habitants de l’intérieur qui y sont appelés pour le service public ou par leurs intérêts particuliers.

132D’où provient donc la désoccupation des maisons, et quelle conséquence faut-il en tirer ?

133Une grande quantité de maisons sont privées de locataires parce que le désamortissement a rendu à la nation ce qui n’appartenait qu’à une caste ; parce que le tiers au moins des constructions de la capitale, où s’engraissaient quelques fainéants dans la solitude, a été converti en habitations pour le peuple ; parce que l’emplacement perdu des couvents, mis désormais à profit, permettra de tripler au moins la population de la ville.

134Il y a quelques mois à peine, les logements étaient d’une rareté déplorable à Mexico ; ils abondent aujourd’hui. Le trop plein s’est déversé dans les anciens établissements monastiques, et le couvent de Jesus Maria, lui seul, bien qu’il ne soit pas encore entièrement occupé, contient peut-être deux cent familles.

135La population se trouve donc plus à l’aise ; au lieu d’être entassée dans d’étroites et obscures maisons de vecindad, elle a maintenant de l’air et de la lumière ; le bien être du peuple et l’hygiène publique y gagnent déjà considérablement. Mais il est une considération plus importante encore : la demande de locations diminuant, les loyers baisseront, et ce sera la masse des habitants de la capitale qui en profitera.

136Tel est un des premiers résultats du désamortissement ; les autres suivront bientôt ; ils seront tellement évidents qu’ils ouvriront forcément les yeux de ceux qui les tiennent obstinément fermés par routine, par fanatisme ou par préjugé.

137Faits divers mexicains. 13 avril 1861

LES NOUVELLES DES ÉTATS-UNIS

138Nous publions, plus loin, de bien tristes nouvelles des Etats-Unis. Cette fois on n’a pas seulement brûlé de la poudre : le sang américain a coulé, versé par des Américains : la guerre civile s’envenime, et peut-être, entendrons-nous parler bientôt de luttes plus générales et plus acharnées.

139Les armements, ils n’en faut plus douter, n’ont jamais eu pour objet la guerre extérieure : l’Espagne peut achever, en toute tranquillité, son oeuvre de conquête à Saint Domingue ; chez les citoyens des Etats-Unis comme chez les libéraux du Mexique, la force est dans l’union, et la faiblesse dans les dissensions intestines. Nous aurions pu croire un moment, que sous l’influence d’un intérêt commun, les deux confédérations américaines mettraient, au moins momentanément, un terme à leurs discordes, afin d’agir de concert et de combiner leurs efforts pour retenir leur influence menacée dans la politique du Nouveau-Monde ; il n’en a rien été, et les choses sont aujourd’hui trop avancées pour qu’il soit possible de reculer.

140Attendons-nous donc à toutes les horreurs d’une guerre entre frères, chez nos voisins, et assistons avec tristesse et regret, à cette grande leçon d’histoire qui ne devra pas rester sans profit, —au suicide d’une confédération, dans les plus beaux momens de sa force et de sa prospérité !

141Bulletin. 4 mai 1861

UN BEAU CANARD

142Ah ! le beau canard ! qu’il était gros, et dodu, et bien emplumé ! Il a mis toute la ville en émoi ; il a plané tout un jour sur la capitale ; on l’a suivi dans son vol, avec une étrange anxiété : les uns, et les plus nombreux, y voyaient un présage de désastres incalculables ; les autres, en plus petit nombre, l’accueillaient comme un gage de la réalisation de leurs plus vives espérances.

143Il a fait son apparition à l’horizon politique de la capitale, samedi dernier, vers midi. A peine perceptible d’abord, il a pris bientôt des proportions colossales ; voici les nouvelles qu’il apportait sous les ailes ou dans le bec.

144Un extraordinaire était arrivé, la veille, à quatre heures et demie du soir ; il était venu de Veracruz, à bride abattue, apportant la guerre dans les plis de son zarape. A peine avait-il déposé ses dépêches au palais, que M. Zarco, ministre des relations, s’était rendu, en toute hâte, chez M. le ministre de France, pâle, défait, accablé ; les deux ministres s’étaient renfermés ; … l’indiscrétion s’arrêtait là.

145Que renfermaient donc ces fameuses dépêches ? On le disait avec détails : M. Pacheco, arrivé en Espagne, s’était présenté aux Cortes ; il y avait parlé pendant trois heures, et son discours avait produit tant d’effet, qu’un grand nombre de députés, ne pouvant retenir leur exaspération, s’étaient levés spontanément pour pousser des cris de guerre contre le Mexique.

146D’après une autre version, c’était dans le Sénat espagnol que la manifestation avait eu lieu : 84 sénateurs contre 40 avaient voté pour la guerre avec le Mexique !

147Ce n’est pas tout : Le gouvernement français avait envoyé à son représentant à Mexico des instructions précises pour exiger immédiatement et péremptoirement la reconnaissance des bons Jecker et le paiement de toutes les réclamations françaises ; toute une flotte avec ses innombrables canons était en mer, déjà, pour briser toutes les résistances.

148Les choses en étaient venues à ce point qu’on avait embarqué déjà 8 ou 10,000 hommes à la Havane ; la nouvelle en avait été reçue à la Nouvelle-Orléans, et le commodore Reibaud, consul général du Mexique, dans cette dernière ville, s’était hâté, de fréter un petit vapeur pour avertir le gouvernement mexicain du double danger qui le menaçait.

149C’était à l’arrivée de ce vapeur que le courrier extraordinaire avait enfourché son cheval, pour venir, ventre à terre, apporter les dépêches à Mexico.

150Il n’en fallait pas tant, on en conviendra, pour mettre la capitale en complète agitation. On s’arrêtait dans les rues pour se communiquer la nouvelle, pour la commenter s’en désoler ou … s’en réjouir. Or, il est vrai, parfaitement vrai qu’un courrier extraordinaire est arrivé, vendredi soir, de Veracruz à Mexico. Il est vrai, parfaitement vrai, qu’il a apporté une nouvelle, quelle était-elle ?

151On peut nous croire, car nous sommes allé puiser à la source : la nouvelle était que MM. les représentants de l’Angleterre, des Etats-Unis et de la Belgique, retenus quelque tems en rade par ordre du conseil de santé qui leur avait fait faire une courte quarantaine, avaient enfin heureusement débarqué ; qu’ils avaient été reçus au bruit du canon, avec les honneurs voulus, et que le moment était venu de donner des ordres, sur la route, pour qu’on leur préparât des escortes !

152Maintenant, d’où venait le canard ? Le Monitor prétend qu’il était sorti de la basse-cour de la réaction. Ainsi soit-il !

153Bulletin. 6 mai 1861

MEXICO COMME IL EST

154Nous avons reçu la première livraison de cette publication, dont l’intérêt et l’importance ne feront de doute pour personne. C’est une statistique illustrée de la ville de Mexico, quartier par quartier, rue par rue, maison par maison. La première livraison nous donne un dessin fort exact et parfaitement exécuté des quatre façades des rues de l’Empedradillo, première de Plateros, Alcaiceria et Mecateros, formant le bloc [manzana] N° 1, du cuartel menor N° 1, et du cuartel mayor N° 1. Chacun des habitants de ce bloc y trouvera sa maison aussi bien reproduite que s’il l’avait fait photographier. Au dessin est annexée, sur une feuille séparée, une notice statistique de la manzana ; l’indication des maisons, de leur nature, des industries qui s’y exercent et du nombre de leurs habi-tans avec leur âge, leur professions et leur nationalité.

155Nous recommandons cette publication à nos lecteurs.

156Faits divers mexicains. 18 mai 1861

INSTRUCTION DES OUVRIERS

157M. José Maria Cervantes Ozta vient de donner un noble exemple qui sans doute trouvera plus d’un imitateur parmi les libéraux éclairés. Il a fondé à ses frais un cours de langue française dédié aux artisans désireux de s’instruire. Ceux-ci ont répondu à son appel avec le plus vif enthousiasme ; un registre ouvert pour prendre les noms de ceux qui veulent suivre le cours a été presque immédiatement couvert de trois cents inscriptions ; et ce chiffre aurait été dépassé certainement, si le local avait permis d’admettre un plus grand nombre d’auditeurs.

158On voit que la classe ouvrière est la même partout, c’est à dire avide d’apprendre. L’expérience tentée par M. Cervantes Ozta prouve que les ouvriers mexicains méritent qu’on s’occupe d’eux sérieusement, et que le moment est venu où il est possible de fonder avec fruit un conservatoire des Arts et Métiers où l’on enseignerait gratuitement et d’une manière pratique, en même temps qu’attrayante, les éléments de la chimie, de la physique et de la mécanique.

159Faits divers mexicains. 21 mai 1861

LE COMITÉ DE SALUT PUBLIC EST CONSTITUÉ

160Aujourd’hui encore, les faits nous débordent ; ils sont fort intéressants, et nos lecteurs n’y perdront rien ; mais il se passe, au Congrès, des incidents dont l’intérêt n’est pas moindre. En attendant que nous puissions les apprécier, on en trouvera la relation dans notre compte-rendu des travaux de la Chambre. On verra que la représentation nationale s’est enfin décidée pour l’action ; que son hésitation disparaît rapidement, et que, cette fois, 89 voix contre 20 se sont prononcées pour que le Comité de Salut public propose la suppression de certaines garanties individuelles.

161Le Comité est nommé ; nous en connaîtrons bientôt la composition, et nous le verrons à l’oeuvre. Il devra s’entendre avec l’Exécutif pour agir de concert avec lui, et, par son intermédiaire, l’harmonie la plus complète se rétablira, nous l’espérons, entre les deux pouvoirs, au grand profit de la révolution et de la réforme.

162Nouvel et frappant exemple de la puissance d’une idée ! L’opinion, sans s’en rendre bien compte, attache une importance extraordinaire et un suprême espoir à cette institution du Comité de Salut Public. Le gouvernement l’accepte.

163Hier soir, vers sept heures, croyons-nous, les membres du cabinet se sont réunis, en séance secrète, avec ceux du Comité. Respectons le mystère de leurs conférences.

164Bulletin. 28 mai 1861

LES CHAUFFEURS

165Le Congrès s’est ému des atrocités commises par les bandits qui dévastent le pays et ne s’arrêtent devant aucun crime, en invoquant le nom de la religion. M. Montes, on le verra plus loin, a laissé déborder toute son indignation dans un projet de décret que la Chambre a voté d’urgence et presque à l’unanimité. Cette manifestation éloquente n’aura qu’un effet moral, celui d’une protestation énergique contre les attentats sociaux dont elle proclame la sauvage barbarie ; mais ce n’étaient pas les lois qui manquaient, pour châtier Marquez et ses complices ; ce qu’il faut, c’est la force et l’énergie pour en assurer l’application, en s’emparant des coupables.

166Cobos doit être content. Son importation a mieux réussi qu’il ne pouvait l’espérer ; on l’a même perfectionnée à ce point qu’il n’est pas un citoyen paisible qu’il soit en sûreté parmi les siens ; et qui ne doive s’attendre à être enlevé d’un moment à l’autre, pour être rançonné, maltraité et peut-être assassiné !

167Ce qui vient de se passer en Michoacan, sur la route de Queretaro, dans la Vallée, aux portes de la capitale, peut se renouveler, demain, dans les rues mêmes de Mexico. Toute la campagne environnante est livrée, sans défense, aux bandits qui y font impunément leur incursions ; les portes de la ville ne sont même pas gardées ; qui donc arrêterait ces bandes au passage et les empêcherait de venir chercher, par un coup de main sans danger, leurs victimes dans les faubourgs et jusque dans les rues les plus fréquentées ?

168Un de nos confrères a jeté, cependant, le cri d’alerte ; il a demandé l’établissement de postes militaires sur différents points de la Vallée ; il a demandé que les portes de la capitale, au moins, fussent gardées par des piquets de troupes qui puissent repousser une surprise et donner l’alarme au besoin ; mais non ! Les soldats dorment dans leurs casernes, et la population reste exposée, sans protection, aux attaques de ces nouveaux Chauffeurs.

169Car c’est bien là le nom qu’ils méritent et qu’on leur a donné. Mais ces Chauffeurs de la révolution mexicaine diffèrent de ceux de la révolution française en ce point essentiel, qu’ils portent un drapeau politique et qu’au lieu d’être uniquement les agents du crime, ils sont les agents du crime et de la réaction. Qu’on ne s’y trompe pas : ce n’est pas Marquez, ce n’est pas Cobos, ce n’est pas Cajiga, ce n’est pas Galvez qui travaillent pour leur propre compte ; ils ne sont que les hommes d’un système ; leur bras obéit, mais la tête qui commande est à Mexico même, dans cette capitale où l’indolence et l’apathie du pouvoir rivalisent avec l’imprévoyance et l’inutilité de ceux qui sont chargés de veiller au salut de la révolution.

170Non ! les crimes de Marquez et de ses lieutenants ne sont pas des crimes personnels ; ce sont des crimes ordonnés ; ce ne sont pas là des faits isolés et fortuits ; ils sont l’application d’un système ; tout le parti clérical et réactionnaire en a l’initiative et la responsabilité. Bulletin. 4 juin 1861

LE DÉSAMORTISSEMENT

171On n’a guère parlé, dans la séance du Congrès d’hier, que du désamortissement et des désamortisseurs. Il est de bon ton, depuis quelques tems, de jeter la pierre aux acquéreurs des biens du clergé, ces instruments puissants de la réforme. Que les soi-disant défenseurs de la religion les brûlent vifs à Atlixco, nous le comprenons, mais que les membres d’un Congrès soi-disant réformateur les injurient à Mexico, voilà ce que nous comprenons moins.

172Comme l’a fort bien dit M. Baz, lorsqu’il s’est agi, d’abord, de nationaliser les biens du clergé, l’objection principale à cette mesure consistait en ce qu’on ne trouverait jamais d’acquéreurs. Le préjugé, le défaut de confiance, les empêcheraient de se présenter, disait-on. Pour aplanir ces obstacles, on a dû faire un appel engageant aux intérêts ; l’épreuve avait réussi et les biens du clergé s’étaient vendus.

173Mais les choses allaient trop bien ; il a fallu les entraver ; ceux qui n’ont eu ni le courage ni la possibilité de prendre l’initiative dans les acquisitions se posent maintenant en modèles de délicatesse ; ils s’écrient avec un orgueil superbe qu’ils ne se sont pas adjugé une seule pierre ! Nous connaissons, par expérience personnelle, certaines de ces consciences-là !

174Toujours est-il qu’on a tant crié, dans le Congrès et en dehors du Congrès, que le désamortissement est complètement paralysé ; on a tué la confiance qui en est l’âme ; on a compromis la réforme ; on a manqué aux promesses qui avaient été faites aux intérêts ; les titres sont tombés dans la dépréciation ; les pagarés sont tombés dans le discrédit ; le gouvernement, effrayé par ces clameurs, n’a pas montré l’énergie qu’il lui fallait déployer pour sauvegarder les droits nouvellement acquis ; les adjudicataires de bonne foi, au lieu de tirer profit du désamortissement, en sont devenus les victimes ; une législation mauvaise est venue favoriser les résistances de la réaction contre les prétentions légitimes des nouveaux propriétaires ; il n’est pas une maison adjugée qui n’ait, en travers de sa porte, trois ou quatre amis du clergé qui en défendent l’entrée ; il n’est pas de chicanes, de mauvaise foi, de rouerie judiciaire qu’on n’emploie pour empêcher l’application de la loi ; et les adjudicataires de bonne foi paient leurs pagarés sans pouvoir entrer en possession de la chose vendue, sans en percevoir les loyers ; et les procès s’accumulent et s’éternisent ; les juges laissent le champ libre aux pica-pleitos ; ils se croisent même très commodément les bras, depuis quelque tems, sous le prétexte qu’on ne leur paie pas leurs appointements, et les pauvres adjudicataires, lésés, bernés, injuriés, n’auront, en résumé de compte, pour tous bénéfices, dans ces brillantes affaires, que l’avantage inappréciable de savoir leurs noms couchés sur les listes sanglantes de la réaction !

175Si nous avions l’honneur d’être membre du Congrès, au lieu d’injurier les acquéreurs de biens du clergé, nous demanderions, avec l’autorité que donnent le droit et la raison, l’accomplissement du programme de la réforme ; nous réclamerions une législation plus vigoureuse, pour garantir l’exercice de droits qui sont contestés avec une audace incroyable par les ennemis des institutions ; nous porterions, enfin, des accusations graves contre les juges qui méconnaissent leurs devoirs au point de refuser le concours de leur ministère en se fortifiant derrière une question d’intérêt personnel que le gouvernement doit sans doute prendre en considération, mais qui ne peut tourner au préjudice des justiciables.

176Après ce qui s’est passé, après ce qui se passe, si le désamortissement était à recommencer dans de pareilles conditions, il ne se ferait plus !

177Bulletin. 20 juin 1861

UNE COMÈTE

178Avant-hier soir, vers sept heures, une magnifique comète a fait inopinément son apparition à l’horizon de Mexico. Elle s’est montrée d’abord à l’ouest, puis est passée rapidement dans la direction du Nord ; son noyau était très brillant et sa chevelure, tournée vers le zénith, embrassait une grande partie du ciel.

179Hier soir, de légers nuages la cachaient en partie, mais on a pu cependant l’observer à loisir.

180Faits divers mexicains. 4 juillet 1861

PROUESSES DE LA RÉACTION

181L’individu qui a tué un enfant à la mamelle, à Tepeji del Rio, en le broyant contre un mur, est un Espagnol du nom de Cortina.

182Faits divers mexicains. 22 juillet 1861

LE SIGLO ET M. COMONFORT

183[…] C’est ici le cas de répondre au Siglo qui mentionnant, il y a deux jours, les voeux que nous émettions pour l’union et la réconciliation des deux fractions du parti libéral, nous demandait de plus amples explications.

184Notre confrère nous pose ces deux questions : ”Le Trait d’Union veut-il, après la déclaration de culpabilité de M. Payno, une amnistie pour Comonfort et qu’on lui permette de résider dans le pays comme simple particulier ? ou prétend-il que la réaction une fois vaincue par le parti libéral, la présidence soit rendue à l’auteur du Coup d’Etat ?”

185Nous ne voulons rien que le triomphe de la Réforme, et nous n’y croyons pas tant que le parti libéral sera divisé. Voilà notre profession de foi ; il nous semblait l’avoir assez clairement consignée dans les colonnes de ce journal, après l’avoir prêchée verbalement, pendant trois ans, à tous ceux qui nous ont fait l’honneur de nous écouter. Nous ne demandons de présidence pour personne, et nous faisons fort peu de cas des individualités. La condamnation de M. Payno ne prouve rien : il n’était pas plus que M. Baz, la personnification du Coup d’Etat. Cette personnification ne réside qu’en M. Comonfort, qui n’était d’accord ni avec M. Payno, qui voulait le coup d’Etat dans le sens rétrograde, ni avec M. Baz qui le voulait dans le sens progressiste. M. Comonfort a donc eu son rôle à lui entre ces deux extrêmes, rôle principal, responsable, qui n’a pas encore été discuté et qui n’a pas encore été jugé. La représentation nationale a absous le partisan progressiste et condamné le partisan rétrograde du Coup d’Etat ; aurait-elle absous ou condamné celui qui n’était ni partisan rétrograde, ni partisan progressiste ? Telle est la question qu’il était urgent de résoudre. Le Congrès ne l’a pas voulu, bien que M. Comonfort le lui eût demandé, et le Congrès a eu tort, dans notre conviction, car, il a, par un vote imprudent, fermé la porte de la légalité pour ouvrir celle de la violence.

186Le Siglo nous trouvera-t-il assez explicite ? M. Comonfort doit compte à la nation de son Coup d’Etat. Il faut qu’il soit jugé, mais jugé comme tout accusé doit l’être, après avoir été entendu et défendu, par la raison et par la légalité, non pas par la passion et l’illégalité.

187D’ici là, pourquoi fermer les yeux à l’évidence ? pourquoi vouloir se perdre en s’aveuglant ? pourquoi ne pas reconnaître que le nom de M. Comonfort, à tort ou à raison, sert aujourd’hui de ralliement à une fraction considérable du parti libéral, et pourquoi perpétuer la division dans ce parti, ou bien en donnant à celui qui a commis une faute, les moyens de la réparer ?

188Bulletin. 27 juillet 1861

L’EMPRUNT DES $ 400,000

189La réalisation de l’emprunt des $ 400,000 rencontre, avons-nous dit, quelque résistance ; mais il n’en faut pas désespérer, malgré tout. Un chiffre assez rond a été réuni déjà, et lorsque la combinaison sera mieux expliquée, mieux ordonnée et mieux comprise, la somme demandée sera bientôt complétée.

190Le projet qu’a publié le gouvernement n’est pas des plus heureux dans sa rédaction ; il aurait besoin d’être mieux pesé et mieux exposé. On nous a dit que les trois personnes chargées de faciliter l’émission de l’emprunt, ont adopté et soumis une rédaction nouvelle. En voici la substance, si nous sommes bien informés :

191Le gouvernement donnerait, en garantie d’un emprunt mensuel de $ 400,000, le produit des douanes maritimes de Veracruz, Tampico, Mazatlan, el Manzanillo, San Blas, et de celle de la capitale, avec toutes les garanties désirables pour que ces produits fussent perçus religieusement et ne pussent être détournés de leur destination ; si les $ 400,000 n’étaient pas couvertes de cette manière, une contribution serait imposée sur le District, pour les compléter ; si, au contraire, la perception des droits dépassait les $ 400,000, le gouvernement recevrait le surplus.

192En échange de ce prêt volontaire et sans intérêts, le gouvernement s’engagerait : 1o A supprimer le double droit de contra-registro ; 2° A supprimer également le droit de circulation des espèces, sauf à augmenter, s’il le jugeait convenable, de 2 %, le droit d’exportation des mêmes espèces ; 3° A suspendre la perception du droit de chemin de fer de 15 % ; 4° Et à rétablir l’escompte des 25 % payables en crédits.

193De cette manière, le voeu que nous exprimions, hier, serait rempli : l’harmonie se rétablirait entre le commerce et l’entreprise du chemin de fer ; il serait fait droit aux justes réclamations des négociants des ports du Golfe, et le gouvernement, comptant désormais sur les ressources indispensables à son administration et à ses besoins, pourrait travailler efficacement à la pacification du pays.

194Les négociants qui refuseraient d’aider le gouvernement en repoussant un appel ainsi fait loyalement à leur bonne volonté, s’exposeraient, peut-être, à ce qu’on les accusât d’égoïsme et à ce qu’on leur reprochât de vouloir spéculer sur la pénurie du trésor pour en tirer des avantages d’une autre nature ; ils seraient désormais, sans droits pour se plaindre de la continuation du désordre et de la guerre civile, et ils devraient en subir les conséquences sans murmurer.

195Chacun pense et dit, en effet, que la prospérité n’est pas possible sans la paix, que la paix ne peut être acquise sans que la rébellion soit domptée, et qu’on ne peut dompter la rébellion sans ressources financières permanentes : prospérité commune, sécurité pour les personnes et pour les propriétés, régularité des transactions commerciales, tout dépend donc de cette question financière, à laquelle il s’agit de donner une solution.

196Le gouvernement s’efforce de sortir de la voie de la violence et de l’arbitraire pour entrer dans celle des conventions amiables et de la légalité ; il offre toutes les garanties désirables ; il accompagne ces garanties des concessions demandées à grands cris par le commerce aux abois ; que peut-on demander de plus ?

197Que cette combinaison échoue, le système des exigences arbitraires et des emprunts forcés recommencera ; le gouvernement n’aura pas à choisir : il lui faudra vivre ou laisser la place à ses adversaires. Pour vivre, il aura besoin d’argent, et si on ne le lui donne pas, il le prendra. S’il cède la place à la rébellion, on sait, par une expérience des plus tristes, quelles sont les tendances et les allures des honnêtes gens qui tiennent la campagne.

198Nous n’avons entendu faire au projet d’emprunt qu’une objection à peu près sérieuse : Si les escadres française et anglaise s’emparent des ports, a-t-on dit, que deviendra la garantie des prêteurs ?

199A cela, nous répondrons que l’emprunt se paiera par quinzaines ; on pourrait même le stipuler payable par huitaines, pour plus de sécurité : les prêteurs ne courraient, ainsi, que le risque d’une huitaine, et quoiqu’il arrivât, le gouvernement aurait bien du malheur si tous ses ports étaient occupés à la fois et le même jour par les forces étrangères.

200Des événements de cette dimension ne tombent pas des nues à l’improviste ; on les voit venir, et les prêteurs auront toujours le tems de serrer les cordons de leur bourse, lorsque le danger sera réel.

201On nous annonce, en effet, comme un fait positif et inévitable, l’arrivée des escadres pour la fin de septembre ; nous n’en voulons pas douter, mais nous ne pouvons croire, —et bien des personnes partagent notre incrédulité, — qu’il éclate des hostilités sérieuses. La France et l’Angleterre sont loin, il est vrai, mais elles sont là, et nous avons peine à supposer qu’elles consentent ainsi, de gaieté de coeur, à armer des flottes pour défendre, avec une rigueur exagérée, une convention française qui n’existe presque plus, et une convention anglaise dans laquelle les Anglais figurent à peine. Nous ne pouvons admettre que deux grandes puissances, renommées par la sagesse et la prudence de leur politique, décrètent ainsi la ruine de leurs nationaux résidant dans le pays, pour protéger des intérêts au moins très contestables.

202Nous ne croyons pas à la guerre, parce que nous ne la comprenons pas. Si, contre notre attente, elle vient à éclater, nous n’hésitons pas à déclarer qu’elle n’aura ni les sympathies ni l’approbation de l’immense majorité des Français et des Anglais établis dans le pays.

203S’il s’agissait de l’honneur de leur pavillon ou de la réalisation de quelque idée noble et généreuse, les résidents étrangers se résigneraient volontiers, par esprit de nationalité, à la persécution et à la ruine dans les intérêts de la mère-patrie ; mais la question d’honneur national n’est pas en jeu, et l’idée noble et généreuse n’apparaît nulle part.

204Nous nous proposons de traiter cette matière avec plus de détention, et nous prions nos lecteurs, pour l’appréciation de l’attitude que nous forcent à prendre nos convictions, sur un point aussi délicat, de ne pas oublier que nous restons fidèles à notre programme en défendant les sentiments et les intérêts de la masse contre des sentiments et des intérêts individuels.

205Bulletin. 20 août 1861

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540