Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mexique : crise d’un modèle économique ?

 | 
Geneviève Marchini

Troisème partie : En guise de conclusion générale

Bilan critique et perspectives

Texte intégral

1Dans cette dernière partie de notre travail nous chercherons à pousser plus avant certaines des idées émises tout au long des deux premières parties. Dans un premier temps, nous allons faire une synthèse des observations antérieures, ce qui nous amènera naturellement à présenter rapidement le débat qui eut lieu entre 1992 et 1994 au sujet des atouts et des faiblesses des politiques suivies. Par la suite, nous développerons les points qui nous paraissent essentiels pour comprendre la dynamique de l’ajustement structurel entre 1988 et 1994 : la priorité donnée à l’obtention d’un cadre macroéconomique stable, la concurrence entre les instruments des différents volets de la réforme avec le problème de la séquence des réformes, l’insuffisance des interventions destinées a corriger les défaillances des marchés. Enfin, nous nous interrogerons sur les perspectives de l’économie mexicaine.

1. L’AJUSTEMENT STRUCTUREL : UNE SYNTHÈSE DES RÉSULTATS

2Nous avons déjà présenté les caractéristiques revêtues par la stabilisation macroéconomique et les transformations structurelles. Nous n’allons pas les reprendre ici, mais nous allons tenter d’en faire un bilan critique, en partant des fonctionnements défectueux auxquels les politiques mises en œuvre tentaient de remédier.

3Pour ce qui est de la stabilisation interne, il est clair que des résultats positifs ont été obtenus : entre 1988 et 1994, les objectifs essentiels que s’était fixé le gouvernement Salinas en matière de contrôle de l’inflation et d’équilibre des finances publiques ont été atteints, avec des effets très positifs sur la crédibilité du Mexique à l’étranger. On peut affirmer, comme nous l’avons fait plus haut, que le danger de déstabilisation macroéconomique progressive observé depuis le début des années 70 avait été conjuré. Ces succès doivent cependant être nuancés. En effet, malgré la progression très vive des exportations manufacturières et la reprise de l’investissement productif, de nombreuses activités industrielles se sont contractées et leurs dirigeants ont licencié du personnel, tandis que le revenu par habitant se maintenait à un niveau inférieur à celui de l’année 1980. En outre, le rôle de l’ancrage cambiaire dans la stabilisation, ainsi que l’usage prolongé de ce mécanisme, ont jetté des doutes sur la possibilité de maintenir à moyen terme les taux d’inflation atteints en 1993-1994.

  • 1 Ici encore, il faut remarquer que la politique de taux de change appliquée depuis 1988 a contribué (...)

4En ce qui concerne l’équilibre des finances publiques, deux remarques doivent être faites. Il faut noter d’une part la sensibilité des besoins de financement de l’État à l’évolution du service de la dette publique, et donc aux taux d’intérêt, à l’inflation intérieure et au taux de change, l’endettement du secteur public restant important1. D’autre part les énormes besoins, présents et à venir, dans le domaine de l’infrastructure et des dépenses sociales permettent de s’interroger sur le caractère durable du niveau actuel des dépenses publiques. En effet, un des aspects du redimensionnement de l’État tient au fait que ses dépenses se sont adaptées au niveau de ses revenus. Sans pour autant méconnaître l’importance de la consolidation des revenus de l’État, nous avons souligné que l’aspect le plus remarquable de l’ajustement budgétaire tenait à la réduction des dépenses (7 points de PIB entre 1980 et 1993, année où le poids des intérêts est semblable), et non à la variation, restreinte, du poids relatif des recettes publiques. En particulier, une grande partie de cet ajustement s’est faite aux dépens de l’investissement public, or, une révision des statistiques de la participation de l’État à l’investissement montre que, durant toute la période 1950-1982, celle-ci a été supérieure à ce qu’elle est aujourd’hui (voir tableau I en annexe).

5Si l’on aborde maintenant les objectifs structurels des mesures, on peut tout d’abord constater qu’à quelques exceptions près, le degré d’avancement formel des politiques est élevé et qu’elles sont allées loin dans la libéralisation : le gouvernement mexicain a montré une grande fidélité aux principes libéraux en économie. C est le cas de la réforme commerciale, avec un taux moyen pondéré des tarifs bas et la quasi-disparition des armes non tarifaires. C’est le cas aussi de l’ouverture du compte de capital de la balance des paiements, à la suite de laquelle on n’a guère maintenu de restrictions à l’investissement étranger (elles sont principalement destinées à limiter les prises de participation donnant un contrôle effectif de la marche de l’entreprise). Le degré de concurrence et l’internationalisation des marchés de biens et des marchés d’actifs ont donc progressé de façon notable. Comme nous l’avons dit, la libéralisation des opérations des banques existantes est allée elle aussi fort loin : liberté des taux, disparition des obligations de réserves légales, grande liberté dans l’allocation de leurs fonds. Cela s’est, en revanche, réalisé dans le cadre d’une industrie protégée et peu concurrentielle.

6Nous concluons de cette brève synthèse que l’intervention publique dans l’allocation des ressources s’est effectivement réduite ; il faut rappeler à cet égard que la politique industrielle a été essentiellement destinée à renforcer le libre fonctionnement des marchés et qu’elle a abandonné toute prétention à orienter l’investissement. Les marchés ont donc joui, au cours des dernières années, et dans un cadre macroéconomique en voie d’assainissement, d’une liberté qu’ils avaient rarement connue. Les relations entre le patronat (et surtout le grand patronat) et le gouvernement se sont sensiblement améliorées.

7Les effets de cette libéralisation sont, comme nous l’avons souligné, mitigés. Pour nous en tenir à ses principaux aspects, nous n’aborderons que les conséquences de l’ouverture de l’économie vers l’extérieur. Les marchés de biens nous présentent un panorama où l’essor des exportations manufacturières, tiré par les progrès importants de certaines activités modernes, ne suffit pas à contrebalancer l’augmentation des importations, liée à la dégradation du solde d’autres activités. Une modernisation hétérogène du secteur productif et un usage croissant de biens intermédiaires importés accompagnent cette évolution, qui a signifié une modification du sens du déficit en compte courant, attribuable essentiellement, jusqu’à 1994, au déficit des transactions manufacturières.

8L’autre face – comptable, celle-ci – du déficit en compte courant est la baisse de l’épargne intérieure, modérée jusqu’en 1986, accélérée depuis 1989-1990. Si elle a été compensée par des entrées massives de fonds, il n’en est pas moins vrai que, potentiellement tout au moins, la contrainte de l’extérieur semble sortir raffermie de l’ajustement, la nature de court terme de ces investissements renforçant encore cet aspet. En ce sens, on peut prétendre que l’ajustement n’a pas réussi à lever cet obstacle à la croissance, l’un des plus enracinés assurément, et que ce dernier s’est trouvé renforcé par le processus. Temporairement ou de façon durable ? Il s’agit là d’un point essentiel et très débattu. D’ores et déjà, on peut affirmer que la relation entre l’investissement et le déficit en compte courant s’est détériorée : en 1980, pour un investissement qui dépassait 27 % du PIB, le déficit en compte courant était de 5,4 %, alors qu’en 1993, l’investissement était de 21 % du PIB et le déficit de 6,6 %. Enfin, si l’on considère la distribution des revenus, l’étendue de la pauvreté et de la pauvreté extrême, il est clair que l’ajustement a été associé à une dégradation de ces indicateurs ; rappelons néanmoins que l’amélioration de la distribution des revenus ne constituait pas un objectif explicite de politique, et que c’est seulement dans les dernières années de la période considérée que l’équité et la lutte contre la grande pauvreté sont soulignées.

2. LE DÉBAT À PROPOS DES RÉSULTATS DE L’AJUSTEMENT STRUCTUREL

  • 2 Si les différentes mesures du taux de change réel divergent quant à l’importance de l’appréciation (...)

9Les résultats de l’ajustement ont donné lieu à un débat très nourri, qui s’est centré sur la problématique de l’appréciation du peso2 (voir graphique 32), l’existence ou non d’une surévaluation, ses conséquences et les mesures à prendre.

  • 3 R. Dornbush et A. Werner, 1994, p. 281
  • 4 Ilbid., p. 280

10Pour les tenants de la thèse de la surévaluation du peso, notamment R. Dornbush, la combinaison déficit commercial-faible croissance-taux d’intérêt en hausse était due à la poursuite de la politique de stabilisation inaugurée fin 1987 (ancrage cambiaire et politique de revenus). Les leçons tirées de nombreux épisodes de stabilisation de ce type indiqueraient que cette politique, très utile dans un premier temps, doit rapidement céder la place à d’autres mécanismes : politique de change destinée à éviter l’appréciation, rôle accru de la concurrence dans la lutte contre l’inflation3. Le maintien prolongé des politiques initiales aurait provoqué une surévaluation importante du peso, et celle-ci constituerait « l’une des erreurs de politique économique les plus graves qui aient été commises4 » :

  • 5 lbid., p. 262

Les données combinées suggèrent que la demande s’est déplacée vers les marchandises importées et que l’effet de réduction de la croissance attribuable à l’appréciation réelle a été aggravé par un coût réel élevé du crédit5.

Graphique 32 - Taux de change réel (1980-1993) (différents indices)

Graphique 32 - Taux de change réel (1980-1993) (différents indices)

n.b. Indice a : prix à la consommation de 133 pays, pondérés par leur PIB, base 1978 = 100. Indice b : prix relatifs biens non échangés/biens échangés, base 1980 = 100. Indice c : salaires industriels ajustés par la productivité (20 premiers partenaires commerciaux), base 1992 = 100.
source : Fadl K. Sergio et Samuel Puchot S., 1994, p. 1118.

11Le remède à la stagnation économique passait, à l’exemple du Chili, par une dépréciation réelle de la monnaie nationale, qui aurait pu être obtenue sur la base d’une dévaluation ou d’un flottement, selon le degré d’accord politique existant entre les partenaires du Pacto et qui aurait redonné au Mexique sa compétitivité externe perdue.

12Deux points étaient développés par les adversaires de cette thèse, et tout spécialement par les membres du gouvernement. Tout d’abord, la taille du déficit en compte courant était attribuée à des déséquilibres passagers liés aux transformations de l’économie mexicaine. Dans cette approche, le déficit en compte courant est en relation avec la modernisation de l’appareil productif qui amène le secteur privé à investir plus qu’il n’épargne. Il s’agit d’un phénomène qui accompagne à la transition vers une économie intégrée internationalement, et qui est économiquement « sain » puisqu’il doit donner lieu à la création d’une capacité productive permettant, grâce aux flux de revenus futurs qu’elle engendrera, le service et l’amortissement de la dette contractée aujourd’hui. Déficit et faible croissance disparaîtraient « naturellement » une fois achevée la transformation productive.

  • 6 P. Aspe, 1993, p. 191

13En ce qui concerne le taux de change, une modification de son niveau d’équilibre à long terme, liée au succès des transformations structurelles vécues par l’économie, était proposée pour justifier son appréciation réelle. Les gains de productivité auraient permi « une appréciation du taux de change réel sans perte de compétitivité6 ». L’afflux de capitaux vers le Mexique était considéré comme l’effet, non de facteurs externes au pays (exogènes), mais de l’évolution positive de variables endogènes (stabilisation macroéconomique, crédibilité des politiques économiques, succès des privatisations et libéralisation des marchés).

  • 7 Voir 2e partie, VII, 1

14Pour la première approche, les modalités mêmes de la stabilisation freinaient la croissance et déséquilibraient les comptes externes ; pour la seconde, celles-ci n’étaient pas en cause, il s’agissait fondamentalement d’un problème de maturation des transformations économiques. Pour l’une, la dévaluation était un pas nécessaire afin de renouer avec la croissance, pour l’autre non. Une troisième approche était celle de G. Calvo, pour qui l’insuffisante crédibilité du programme appliqué expliquait l’essentiel de la baisse de l’épargne interne et du boom de la consommation associée à celle-ci7 ; il soutenait qu’une dévaluation pouvait se révéler destructrice :

  • 8 G. Calvo, commentaire, dans R. Dornbush et A. Werner, 1994, p. 301

La crédibilité imparfaite change complètement la combinaison des politiques efficaces. Une dévaluation à la Dornbush et Werner [...] peut résoudre le problème de surappréciation dans le court terme, mais seulement pour céder la place à une appréciation plus prononcée et à une inflation plus élevée dans le futur. Les autorités auraient révélé leur penchant pour la politique discrétionnaire, et les gens pourraient commencer à penser que cela pourrait se reproduire8.

15Sans nier totalement la validité des arguments concernant la transition du secteur productif, tout en prenant en compte les effets récessifs transmis à l’économie mexicaine, en raison de la mauvaise conjoncture par son principal partenaire commercial, l’évolution des variables macroéconomiques semble néanmoins donner une grande part de raison à la thèse de la surévaluation. Nous avons vu que d’un côté les gains de productivité, inégaux entre secteurs, n’ont pas été tels qu’ils aient pu permettre un phénomène d’appréciation réelle de la monnaie sans perte de compétitivité externe pour les producteurs locaux.

16En outre, le diagnostic des autorités pêchait par excès d’optimisme au moins sur deux points essentiels :

  • plus que le reflet d’une augmentation exceptionnelle de l’investissement et d’une modernisation rapide de l’appareil productif, le déficit commercial était la conséquence de la dégradation du taux d’épargne privée et de l’insuffisance de la transformation productive ;
  • si dans un premier temps, la nature des flux de capitaux (IED, endettement des banques et des entreprises mexicaines) permet de supposer qu’ils ont répondu à des variables réelles internes et à un processus de modernisation, en revanche, à partir de 1992, année où s’accentue le rôle des investissements de portefeuille, ce sont les variables financières et des facteurs externes au pays qui s’affirment.
  • 9 G. Calvo, L. Leiderman et C. Reinhart, 1993

17En effet, le Mexique a été l’un des principaux bénéficiaires du phénomène de « retour » des capitaux privés vers certains pays en développement, dénommés « marchés émergents » d’Asie et d’Amérique latine. Or, à la suite d’un certain nombre de travaux, on sait aujourd’hui qu’il existe une corrélation négative élevée entre ces flux de capitaux, en Amérique latine notamment, et les taux d’intérêt (et plus généralement la rentabilité des investissements) aux États-Unis. En matière de politique économique, des mesures de prudence - qui n’ont pas été prises par le Mexique – étaient recommandées afin de réduire les coûts inhérents à un renversement brusque de ces flux.9

18Cependant, et malgré la justesse du diagnostic de surévaluation de la monnaie mexicaine, la mise en œuvre de la modification de la parité et ses conséquences semblent avoir justifié à posteriori les craintes manifestées par G. Calvo au sujet d’une éventuelle dévaluation :

  • 10 G. Calvo, dans R. Dornbush et A. Werner, 1994, p. 303.

Les forces qui ont maintenu soudé le « bon » équilibre - où le Mexique reçoit le crédit de son énorme effort de transformation et de ses politiques clairement conçues - peuvent se dissiper d’un instant à l’autre10.

3. LA PRIORITÉ DONNÉE À L’ASSAINISSEMENT DU CADRE MACROÉCONOMIQUE

19Dès 1987-1988, la lutte contre l’inflation et l’obtention de la stabilisation interne sont devenues l’objectif prioritaire du gouvernement mexicain. Ce but a été poursuivi, si l’on peut dire, « à tout prix ». La priorité donnée à cet objectif de court terme doit se comprendre pour référence à ce qui revient à l’État dans le cadre de la stratégie de libéralisation : création d’un cadre macroéconomique adéquat et établissement de la confiance nécessaire au fonctionnement harmonieux des marchés.

20De fait, on peut même dire que la plupart des politiques appliquées, y compris les mesures de « changement structurel », ont été mises en œuvre du fait de considérations prioritaires de court terme, et qu’elles semblent donc avoir été subordonnées à la stratégie de stabilisation.

  • 11 A. Ten Kate, 1992a, 1992b.

21Ainsi, au cours de l’année 1987, la libéralisation commerciale sélective a commencé à être employée pour « punir » les activités où la hausse des prix était supérieure à la moyenne11. De façon générale, au cours des années suivantes, l’ouverture commerciale aurait davantage servi l’objectif de stabilisation que celui, à plus long terme, de renforcement de la compétitivité externe de l’appareil productif. En effet :

  • 12 R. Dornbush et A. Werner, 1994, p. 272.

Dans la mesure où les marchés au Mexique étaient très oligopolistes et où l’application de contrôles faisait courir le risque de pénuries, la libéralisation a été employée pour contraindre à une meilleure discipline des prix et alléger les pénuries potentielles12.

22Quant au financement de l’économie, certaines des caractéristiques spécifiques qu’adopte la libéralisation du compte de capital semblent aussi avoir davantage répondu à des considérations immédiates plutôt qu’à un dessein de long terme. En effet, elle se produit très rapidement, dans un moment où l’économie requiert avec urgence de l’épargne étrangère afin de poursuivre la stratégie d’ancrage cambiaire. Rappelons également que les efforts réalisés par d’autres gouvernements pour limiter l’afflux potentiellement déstabilisant de « hot money » n’ont pas eu de parallèle au Mexique, sans doute parce que ces capitaux étaient trop nécessaires à court terme.

23Il semble que, selon les conceptions du gouvernement mexicain, la priorité donnée à l’obtention d’un cadre macroéconomique adéquat ne devait pas entrer en concurrence avec des objectifs de moyen et long terme. Ainsi, C. Salinas déclarait en 1993 :

  • 13 Ibid., déclarations citées p. 287, reprises de Business Week, 01/02/1993, p. 41.

Certains demandent : pourquoi ne pas relacher un peu vos objectifs d’inflation afin d’atteindre de meilleurs taux de croissance ? Je réponds : il n’y a pas de dilemme inflation-croissance13.

24Une analyse en termes de périodisation des réformes permettra de préciser comment l’interaction des différents volets de celles-ci a pu appuyer la stabilisation au détriment des transformations de long terme et de la croissance.

4. LA PÉRIODISATION DES MESURES ET SES EFFETS

25La multiplication des expériences de stabilisation et de réformes structurelles a donné naissance à une littérature très abondante, dont une partie traite plus spécialement des thèmes de la séquence et du rythme des réformes ; ces thèmes n’étaient pas abordés dans les premiers modèles, statiques, rendant compte des effets à attendre de celles-ci. Nous allons d’abord faire le point sur le rythme et la séquence des réformes appliquées à partir de 1988, pour ensuite proposer quelques réflexions sur l’interaction stabilisation-ouverture commerciale-ouverture financière et sur ses conséquences.

  • 14 Ce rythme semble placer le programme mexicain sous la définition de la « thérapie de choc » de la B (...)

26Le programme de réforme qui se met en place à partir de décembre 1987 est très concentré : les pas essentiels sont faits entre décembre 1987 et la fin de l’année 1991, moment où la plupart des réformes sont pratiquement achevées. Le début des réformes (ou leur accélération dans le cas du commerce extérieur) s’échelonne entre la première date mentionnée et juillet 1989, soit sur une période d’environ un an et demi14. La stabilisation et la mise en œuvre des réformes microéconomiques se produisent simultanément : la période fin 1987-1988, qui voit s’accélérer l’ouverture commerciale et débuter la réforme fiscale et la libéralisation du système financier interne, est caractérisée par une inflation très élevée et un profond déficit financier de l’État. La résorption progressive de ces déséquilibres se produit alors que se poursuivent les réformes, notamment l’ouverture aux flux financiers externes.

  • 15 Les dates données entre parenthèses indiquent le début des mesures.

27La séquence de mise en application des réformes débute avec l’accélération de la réforme commerciale (décembre 1987-1988), se poursuit avec la réforme fiscale et la privatisation des grandes entreprises publiques ainsi que la libéralisation du système financier interne (1988) pour terminer par la déréglementation des marchés intérieurs et l’ouverture du compte des transactions en capital de la balance des paiements (1989)15. Mais en fait, les différents volets se chevauchent largement et la plupart des ajustements se font de façon simultanée ou très rapprochée.

  • 16 On peut consulter à cet effet S. Edwards, 1984, 1987 : J.-M. Fanelli et R. Frenkel, 1994 ; N. Funke (...)

28Quelles vont être les conséquences de cette stratégie ? Il faut ici nous en remettre à la littérature, à laquelle nous ne nous réfèrerons que brièvement16. En ce qui concerne notre sujet, on peut en extraire les conclusions suivantes :

  • si les déséquilibres macroéconomiques sont graves, le contrôle de l’inflation et du déficit budgétaire est le plus souvent considéré comme une condition nécessaire à la réalisation de la réforme commerciale (afin d’établir un taux de change stable et adéquat) et à la libéralisation financière interne (la libéralisation du taux d’intérêt permettant la levée du rationnement du crédit) ;
  • si la réforme commerciale est souvent considérée comme l’élément complémentaire de la stabilisation (discipline des prix), la principale objection qui soit formulée contre ce rôle tient au taux de change : des mouvements brusques et erratiques ou une appréciation soutenue du taux de change réel au cours de la stabilisation pourraient mettre en danger la réforme17 ;
  • l’ouverture du compte de capital est un des points les plus polémiques de la séquence, en raison des flux de fonds très importants potentiellement déstabilisants qui peuvent se produire soit en direction des marchés locaux (stabilisation réussie, taux d’intérêt élevés) soit vers les marchés internationaux (taux d’intérêt insuffisants). Nous sommes là en présence d’un effet de « concurrence entre instruments normatifs », car si l’ouverture financière s’accompagne souvent d’un mouvement d’appréciation réelle de la monnaie locale, on peut soutenir que la libéralisation commerciale requiert le maintien d’un taux de change réel compétitif et stable. Ces deux volets de l’ouverture externe tendent donc à créer des déplacements de ressources dans des sens opposés. Si les entrées de capitaux sont transitoires, le mouvement d’appréciation de la monnaie se renversera, rendant nécessaires de nouveaux déplacements de ressources. Ceci amène :
  • 18 S. Edwards, 1984, p. 19. La période de transition peut être parfois très ample : ainsi, S. Edwards, (...)

... si tant est qu’il soit désirable d’éviter des mouvements de ressources superflus [...] à synchroniser les effets de l’ouverture du compte courant et du compte de capital [...] en ouvrant le compte courant d’abord, et seulement après un certain temps, le compte de capital18.

  • 19 Cet argument est notament avancé par D. Lal, 1987, dans une approche en termes d’« économie politi (...)
  • 20 Efficace dans le sens où l’ajustement se fait en préservant le niveau des dépenses qui affectent le (...)

29Les partisans d’une libéralisation précoce des flux transfrontières de capitaux soulignent que celle-ci peut aider au financement de l’ajustement, en suscitant le retour des capitaux qui ont fui le pays ou l’entrée de capitaux étrangers19. Ces capitaux peuvent contribuer au financement non-inflationniste du déficit budgétaire et à un ajustement plus « efficace » des finances publiques20, ou encore financer la transformation du système productif. Cependant, certaines conditions préalables devront être remplies afin que ces effets positifs se fassent sentir : ajustement budgétaire simultané, réformes importantes dans la sphère financière (introduction de contrôles monétaires indirects, renforcement des intermédiaires, liberté des taux), nécessaire crédibilité (intérieure et extérieure), des diverses composantes de la réforme, et enfin capacité d’éviter la surévaluation du taux de change. Bref, un niveau d’exigence élevé est requis afin que les effets positifs attendus des entrées de capitaux ne soient pas accompagnés d’effets secondaires indésirables.

30Sur la base de ces apports théoriques, que pouvons-nous dire des complémentarités et des effets de concurrence qui se sont produits entre les différentes facettes de l’ajustement, appliquées en grande partie simultanément ?

311) L’ouverture du compte de capital de la balance des paiements a permis dans un premier temps la poursuite du type de politique de stabilisation choisie : elle en a assuré le financement. En fait, on peut dire que stabilisation et ouverture financière externe se sont mutuellement renforcées. Les premiers effets positifs de la stabilisation, alliés à la renégociation de la dette extérieure, ont permis le retour du Mexique sur les marchés internationaux de capitaux ; les fonds obtenus ont servi à consolider la stabilisation, et la crédibilité du programme s’est vue renforcée. La rentabilité élevée de la BMV et les taux d’intérêt internes séduisants (phénomène amplifié par un glissement de la valeur nominale du peso inférieur à l’inflation) ont facilité l’entrée de capitaux, qui à leur tour ont permis la poursuite du programme. A partir du milieu de 1992, avec le renversement des anticipations concernant le change, les risques associés à la poursuite des mêmes politiques sont devenus apparents, menaçant les résultats obtenus en matière de stabilisation.

  • 21 S. Edwards, 1989 ; H. Gibson et E. Tsakalotos, 1994.

32L’obtention de la stabilisation a eu, quant à elle, une influence positive sur l’ensemble de l’ajustement. Cette conclusion doit être nuancée, car la stabilisation a été accompagnée d’une appréciation réelle soutenue du taux de change et de taux d’intérêt internes élevés. Or une telle évolution de ces deux variables macroéconomiques a été signalée comme facteur d’échec de réformes microéconomiques, notamment dans le cas du Chili21.

332) Le Mexique n’a pas évité le phénomène d’appréciation réelle de la monnaie nationale attaché à de massives entrées nettes de capitaux. Ce phénomène a eu à son tour un poids décisif sur le cours pris par la transformation productive. Si l’appréciation du taux de change a permis l’abaissement du coût des biens de capital, et a donc rendu l’acquisition de technologies nouvelles moins onéreuse pour les entreprises, les effets nets de cette variable sur la transformation de l’appareil productif semblent avoir été négatifs. La rentabilité des producteurs de biens échangés a diminué aussi bien à l’exportation que sur le marché intérieur, et, avec elle, les ressources disponibles pour autofinancer la transformation. Il est possible que des entreprises viables dans d’autres conditions aient été contraintes à fermer leurs portes : on peut penser que c’est le cas notamment de producteurs de biens intermédiaires, domaine où la progression des importations a été très vive ; une désarticulation excessive des circuits productifs en serait résultée.

343) L’accès des grandes entreprises aux marchés internationaux de capitaux a d’une part financé à moindre coût leur propre modernisation et d’autre part libéré des fonds sur les marchés financiers internes. Cependant, on sait que cette plus grande disponibilité de fonds ne s’est pas traduite par une offre de financement adéquate pour nombre d’entreprises. Les défaillances des marchés financiers internes et principalement celles du système bancaire (caractère oligopoliste, asymétries d’information, segmentation) auraient fortement contribué à ce résultat. L’existence d’une marge bancaire souvent jugée excessive, l’insuffisance du financement destiné aux PME, les taux réels élevés se seraient combinés avec la concurrence accrue et une demande parfois déprimée pour freiner la transformation productive.

35L’analyse de la séquence des réformes permet donc d’affirmer que la combinaison d’une politique de stabilisation prolongée passant par un ancrage cambiaire et une politique de revenus avec une ouverture financière précoce, effectuée alors que la libéralisation commerciale n’avait pas pleinement exercé ses effets, a eu des conséquences contradictoires sur le cours de la transformation productive. Nous émettons l’hypothèse que les effets nets de cette combinaison de mesures ont été négatifs : la modernisation de certaines activités a été freinée ou ne s’est pas faite. Les imperfections des marchés financiers internes ont renforcé cette tendance. En outre, l’hystérésis de cette transition peut affecter à long terme les caractéristiques de l’appareil de production post-libéralisation.

36Toutes choses étant égales par ailleurs, on peut cependant penser qu’un rôle plus actif de l’État aurait pu améliorer la qualité de la transition. C’est ce que nous allons examiner maintenant.

5. IMPERFECTIONS DES MARCHÉS ET RÔLE DE L’ÉTAT

37S’il s’est créé, entre économistes appartenant à des écoles différentes, un consensus assez large à propos du bien-fondé de la direction générale des réformes, les courants non orthodoxes n’en continuent pas moins de réclamer un rôle plus actif de l’État. Sans prétendre à l’exhaustivité, nous allons reprendre dans cette section quelques points qui ont été soulignés par ces derniers et qui nous semblent pertinents dans le cas mexicain.

a) La politique industrielle

38L’ouverture commerciale présentait des risques pour de nombreuses entreprises, protégées de la concurrence pendant une période prolongée et qui, au sortir de plusieurs années de crise, avaient vu leurs équipements se détériorer ou devenir obsolètes. Nous avons vu que certaines caractéristiques de la transition (appréciation du taux de change, insuffisance et cherté du crédit bancaire) ont renforcé leurs difficultés. Simultanément, la politique industrielle abandonnait toute sélectivité et tout recours à la subvention. On prend la mesure du handicap de ces entreprises lorsqu’on les replace dans un contexte international où les relations commerciales se caractérisent par un protectionnisme renouvelé et un degré élevé d’intervention stratégique des autres États pour favoriser leurs propres producteurs.

  • 22 M. Agosín et R. Ffrench-Davis, 1993 distinguent ainsi, d’une part, les restructurations productives (...)
  • 23 Ibid.

39Partant de cette base, il est possible de soutenir qu’une politique industrielle plus engagée et destinée à favoriser directement la modernisation des entreprises ainsi que l’orientation de leurs produits vers les marchés étrangers auraient permis une recomposition de l’appareil productif plus proche de l’optimum, avec une dégradation moindre de capacité productive22. Des subventions accordées de façon temporaire aux activités exportatrices, mais aussi des éléments destinés à améliorer l’accès des producteurs au financement (taux internationaux, correction des biais qui vont à l’encontre des nouveaux projets), à la technologie et aux marchés étrangers sont quelques-uns des instruments d’une telle politique23.

b) La correction des défaillances des marchés financiers

40Nous abordons ici un sujet où, quand il a existé une intervention correctrice de la part de l’État, on peut penser qu’elle a été insuffisante. On sait que les marchés financiers des pays en développement sont plus sujets que d’autres aux lacunes et imperfections (marchés absents, asymétries d’information, segmentation, aléa moral). Dans ce cas, une intervention de l’État peut être justifiée afin d’atteindre une plus grande efficacité économique.

  • 24 S. Edwards, 1987.

41En ce qui concerne les flux de capitaux et les transactions financières avec l’extérieur, S. Edwards (1987) estime que les pays en développement font face à une offre de fonds à pente positive, le coût du financement croissant avec le niveau d’endettement du pays en raison de l’élévation du degré de risque associé à celui-ci. En tant que source de disparité entre coût privé et coût social de l’endettement extérieur, cette caractéristique peut être assimilée à une externalité négative, et donner lieu à une correction, sous forme d’un impôt sur l’importation de capital24.

  • 25 Voir note 16.

42Comme nous l’avons dit, des interventions ont existé. En ce qui concerne les marchés financiers intérieurs, elles ont pris la forme de créations et de simulations de marchés absents (création par exemple, de titres publics destinés à protéger l’investisseur contre le risque de change ou contre l’inflation). Dans le cas du système bancaire, outre la mise en œuvre d’une nouvelle réglementation de précaution, nous avons vu intervenir une action compensatrice des lacunes du marché, en faveur des PME, avec l’offre de crédit de la banque de développement. Une intervention destinée à freiner l’endettement extérieur a, elle aussi, existé, nous y avons fait référence à plusieurs reprises ; elle concernait également les banques, sujettes à partir de 1991 à des mesures qui ont effectivement limité la progression de leurs passifs en devises25.

43Quant au système bancaire, une intervention plus directe aurait été souhaitable sur plusieurs points : le pouvoir de marché des intermédiaires avec ses effets sur le coût du crédit, l’accès inégal au système – développement de systèmes d’information, mécanismes de garanties favorisant les nouveaux projets ou l’accès de nouveaux agents. Par ailleurs, les mécanismes de supervision ont montré leur inefficacité lors des cas de fraudes, qui ont été détectés trop tard. Un impôt décourageant les flux de capitaux spéculatifs aurait probablement diminué les effets déstabilisants associés à ceux-ci, avec des entrées moindres, mais peut-être plus attachées à des « fondamentaux » de l’économie : on a vu que cet impôt n’était pas concevable dans le cadre de la stratégie de lutte contre l’inflation suivie.

  • 26 P. Salama et J. Valier, 1994.

44Il s’agit là, à notre sens, d’interventions qui auraient pu assez rapidement soutenir la reconversion productive et éviter les coûts les plus élevés résultant d’une part des défaillances du système bancaire, qui ont amené une allocation des ressources sous-optimale, et d’autre part de l’afflux incontrôlé de capitaux de très court terme. Des interventions dont l’importance n’est pas moindre à plus long terme concernent notamment l’équité de la distribution des revenus. Outre ses aspects éthiques, celle-ci comporte des aspects liés à la croissance. L’expansion de la demande intérieure et la composition de celle-ci y sont liées et revêtent d’autant plus d’importance qu’en raison de la taille de la population et de l’économie mexicaines, il est difficile de penser que les exportations puissent être le seul moteur d’une croissance dynamique. Dans une perspective d’insertion internationale de l’économie, elle offre la possibilité, grâce à une population mieux éduquée et mieux nourrie, d’un déplacement vers des productions plus complexes, à valeur ajoutée plus élevée26.

45La dynamique de l’ajustement au Mexique et les résultats de celui-ci s’expliquent par les relations critiques qui se sont établies entre la stabilisation et les différents volets de la libéralisation externe (ouverture commerciale et ouverture du compte des transactions en capital de la balance des paiements, dans le contexte de marchés financiers internes imparfaits). Nous avons souligné ici qu’à la source de ces relations, on trouve essentiellement la problématique de la succession et de la vitesse des réformes, ainsi qu’une intervention correctrice insuffisante de l’État.

6. QUELLES PERSPECTIVES POUR L’ÉCONOMIE MEXICAINE ?

46Au moment où nous écrivons ces lignes, environ dix mois se sont écoulés depuis les mesures de change prises en décembre. Nous pouvons donc tenter un bilan rapide de la politique appliquée afin de faire face à la crise financière, et réfléchir aux conséquences à moyen terme des évolutions observées.

47Dès les lendemains de la crise de décembre, les mesures politiques de court terme employées par le nouveau gouvernement de E. Zedillo ont poursuivi deux objectifs : stabiliser la parité du peso, et par conséquent les flux de capitaux, et éviter la retombée du pays dans une spirale inflationniste.

  • 27 Taux des Cetes à 28 jours.

48Les efforts réalisés pour stabiliser les flux de capitaux ont pris deux voies : la négociation d’une aide financière internationale considérable (environ 48 milliards de dollars, apportés essentiellement par le FMI, la Banque mondiale et le gouvernement américain) et la réduction, par l’amortissement anticipé, du montant de Tesobonos en circulation, associé aux pressions à la baisse et à la volatilité du peso (-19,25 milliards de dollars). Ces mesures, combinées aux effets des programmes de stabilisation, ont effectivement réussi, vers la fin du premier semestre, à stabiliser la valeur du peso (autour de 6-6,5 pesos par dollar américain) et à reconstruire partiellement, sur la base de prêts, les réserves internationales de la Banque centrale. Les taux d’intérêt internes ont pu redescendre de leur maximum d’avril (environ 75 %) à 47 % en juin27, et les institutions mexicaines sont revenues sur les marchés de capitaux internationaux. Il n’a par contre pas été possible de fixer la parité du peso, le régime de flottement impur adopté en décembre persistant jusqu’à la date actuelle.

  • 28 AUSEE : Acuerdo de Unidad para Superar la Emergencia Económica (Accord unitaire destiné à faire fa (...)
  • 29 Ces chiffres ainsi que ceux qui suivent proviennent de SHCP (19956).

49Les mesures prises au cours des premiers mois de l’année 1995, dans le cadre de deux plans de stabilisation (AUSEE en janvier et PARAUSEE en mars28) ont cherché tout à la fois à rétablir l’équilibre du compte courant et à limiter l’impact inflationniste de la dévaluation du peso. Elles se sont traduites par une politique monétaire restrictive et par un ajustement budgétaire très sévère. En effet, l’évolution des finances publiques pour les six premiers mois de l’année montre une élévation importante du surplus primaire de ce secteur, qui double en termes réels. Ce surplus n’a pas été obtenu sur la base d’une progression des recettes : elles ont diminué en termes réels de 2 %, la chute des rentrées d’impôts, malgré l’élévation du taux de la TVA de 10 à 15 %, n’étant pas entièrement compensée par la hausse des revenus provenant de la taxe sur les hydrocarbures (+83 %)29. Ce sont donc les dépenses publiques qui se contractent : -8 % dans leur ensemble en termes réels, alors même que les intérêts sur la dette publique s’élèvent de 35 % ; les dépenses d’investissement (-57 %), qui s’effondrent, et les dépenses courantes (-19 %) ont servi de variables d’ajustement. Dans le même temps, la base monétaire se contractait de 17,4 % en termes nominaux, alors que la hausse des prix à la consommation atteignait 32 %. Le retour à un ancrage monétaire des prix et la nature de l’ajustement budgétaire rendent en cela similaires les ajustements de 1995 et de 1983. Leurs effets sur le niveau d’activité économique sont également comparables : au cours du premier semestre de 1995, la chute du PIB a été de 5,8 % et les ventes au détail ont baissé de 23,4 %, cette récession étant déclenchée par la baisse des dépenses budgétaires et la perte de pouvoir d’achat des revenus salariaux.

50Un des résultats positifs des programmes de stabilisation appliqués a résidé dans l’ajustement de la balance commerciale, qui, comme on l’a vu, était responsable de l’essentiel du déficit en compte courant. Dès le mois de février, en effet, on enregistre un surplus commercial, obtenu à hauteur de 80 % sur la base d’une augmentation des exportations : le taux de croissance annualisé des exportations est de 32 % au cours du premier semestre de l’année, et de 44 % pour les biens manufacturés hors maquiladoras. La diminution des importations est dans l’ensemble de 6,5 % (annualisés), la baisse se concentrant sur les biens de consommation (-40 % annualisés) et les biens d’équipement (-30 % annualisés). On retrouve là aussi l’important effet d’un taux de change déprécié et d’une demande intérieure réduite sur les exportations manufacturières.

  • 30 Procapte : Programa de Capitalización Temporal (Programme de capitalisation temporaire).
  • 31 Au 31 octobre 1995, le Fobaproa avait ainsi racheté des crédits de mauvais payeurs pour un montant (...)
  • 32 UDI : Unidad de Inversión (Unité d’investissement).
  • 33 ADE : Apoyo a los Deudores (Aide aux débiteurs).

51Simultanément, le gouvernement s’est vu obligé d’intervenir de façon réitérée dans le système bancaire : le Mexique est en effet venu s’ajouter à la longue liste de pays où l’application de politiques de libéralisation financière s’est achevée par une crise bancaire. Plusieurs mécanismes ont été créés afin de sauver les banques en difficulté ; ils ont été mis en œuvre au moyen du Fobaproa, le Fonds de protection bancaire de l’épargne, lequel, en sus des apports réalisés par les banques elles-mêmes, a reçu des prêts de la Banque mondiale et du BID en concertation avec le gouvernement. Ces mécanismes comprennent notamment un fonds de capitalisation de banques, pour lesquelles le ratio correspondant est inférieur à 8 % (le programme Procapte30), le rachat des mauvais crédits contre des obligations publiques, programme auquel peuvent accéder les banques présentant un niveau ou un programme de capitalisation adéquats31. En outre, et suivant en cela l’exemple des différents programmes appliqués en 1994, le gouvernement est intervenu afin d’imposer une solution au problème de la dégradation de la qualité des créances bancaires. Un premier programme de conversion de dettes en UDI32 (unité de compte dont la valeur est indexée sur l’inflation), qui amenait le débiteur à ne payer dans l’immédiat que le taux d’intérêt réel, n’ayant pas résolu ce problème, un second mécanisme (le programme ADE33) a vu le jour. Dans ce cas, le programme a un coût, qui sera financé de façon conjointe par le gouvernement et les banques : les taux d’intérêt sont en effet significativement abaissés. Simultanément, des mesures ont été prises quant à la fixation des taux d’intérêt et les réserves bancaires ; il est certain que les banques ont perdu de fait une partie de la très grande autonomie dont elles avaient joui, et qu’il existe une tendance vers un contrôle renforcé du système.

  • 34 APRE : Alianza Para la Recuperación Económica (Alliance pour la récupération économique).

52La profondeur de la récession, supérieure aux prévisions officielles, accompagnée d’une progression très rapide du chômage, l’attitude de rejet généralisé que les mesures d’austérité ont suscitée dans la population et l’aggravation des problèmes sociaux, le poids, enfin, des problèmes politiques non résolus par un gouvernement qui apparaît faible et souvent divisé, ont amené un nouvel épisode de dépréciation et de volatilité du peso, la valeur de la monnaie semblant être à la merci des rumeurs. Une inflexion est peut-être en train de se produire en matière de politique de stabilisation : un nouveau programme économique, l’APRE34, qui a pris la forme du mécanisme des Pactos a été annoncé ; des exemptions fiscales en faveur des PME et du secteur automobile y sont annoncées. Selon certains analystes, il s’agirait d’un changement de cap en matière de politique monétaire et budgétaire et de l’abandon de leur cours restrictif.

  • 35 Les conditions dans lesquelles celles-ci furent annoncées montrent clairement qu’elles sont davant (...)
  • 36 D’importantes privatisations avaient été annoncées dès le mois de janvier ; elles concernaient not (...)

53Pour caractériser les politiques suivies par le gouvernement Zedillo, on peut dire que celui-ci a choisi, face à la crise, de persister dans la voie tracée par ses prédécesseurs : austérité, mécanismes de concertation « à la mexicaine » (fort usés) et amplification des réformes structurelles ; dans ce cas, il s’agit surtout des privatisations visant à rétablir la confiance et à appuyer la stabilisation35. Le gouvernement n’a pas remis en cause son engagement en faveur de la poursuite de la libéralisation. En matière commerciale en particulier, il ne s’est pas produit de retour au protectionnisme ; seules certaines mesures destinées à protéger temporairement des secteurs victimes de pratiques de dumping (textiles et vêtement, chaussures) ont été prises. La liberté des flux de capitaux ne s’est pas non plus vue restreinte. La déréglementation intérieure et la privatisation des activités de secteurs où l’Etat conservait une participation importante s’accélèrent, avec l’annonce de la mise en vente, grâce à un artifice constitutionnel, de la pétrochimie de base (qui appartient au domaine réservé de l’Etat36), et avec des mesures concernant le système de retraites.

54Si le gouvernement a dû intervenir lourdement dans le système bancaire et le re-réglementer, dans l’ensemble cependant, le modèle mis en place au cours de la seconde moitié des années 80 reste entier. Malgré les déclarations mettant l’accent sur l’importance de l’épargne interne, peu d’efforts ont été faits en dehors du dégagement d’une épargne publique - grâce à la baisse des dépenses, d’investissement notamment. Les taux d’intérêt continuent d’être utilisés afin d’attirer les capitaux et de soutenir la valeur du peso. La marge de manœuvre de l’État mexicain apparaît plus que jamais réduite, en raison du poids accru des dépenses financières et du coût, qui n’est pas encore pleinement connu, du sauvetage des banques.

  • 37 Déclarations de R. Dornbush, citées dans El Financiero, 01/11/95.

55L’économiste R. Dornbush déclarait récemment que, malgré l’instabilité des marchés financiers, l’économie mexicaine serait aujourd’hui en mesure de récolter les fruits des profondes transformations réalisées au cours des douze dernières années. Pour que ces promesses se réalisent, l’accélération de la dépréciation du. peso et une politique monétaire moins restrictive seraient requises. Ces mesures devraient permettre le retour de la croissance, et iraient aussi de pair avec l’abandon de la priorité donnée au contrôle de l’inflation. Ni les consommateurs, ni le gouvernement ne pouvant aujourd’hui activer la croissance, seul le secteur externe aurait la capacité de jouer le rôle de moteur de l’économie37. La « voie chilienne » ainsi présentée est-elle la seule voie possible pour le Mexique ?

56La bonne réponse des exportations manufacturières à la dévaluation, l’ouverture encore réduite de l’économie, sa situation géographique stratégique et son insertion dans l’Alena indiquent un potentiel important du secteur externe. Toutefois, pour qu’il devienne réalité, il faut davantage qu’un taux de change compétitif. Nous avons à cet égard signalé le rôle des stimulations sous forme de subventions, d’aide à l’absorption technologique, d’offre d’infrastructures notamment, dans les économies aujourd’hui leaders à l’exportation. Il faut aussi rappeler que les défaillances du système bancaire ont joué un rôle important dans le retard pris par la reconversion de certaines activités. Or sur ces deux points cruciaux, il n’y a pas encore d’indices signalant un engagement public plus actif.

  • 38 R. Dornbush, 1991.

57Enfin, un taux de change très déprécié est associé, tout au moins à court terme, à un faible pouvoir d’achat des agents internes, salariés notamment, et donc à une demande intérieure déprimée38. Or l’importante population mexicaine, dont la croissance est encore forte, et le poids des besoins non satisfaits laissent penser que le marché interne peut toujours constituer, si des politiques judicieuses sont appliquées, une importante source de croissance.

58Colima, novembre 1995

Notes

1 Ici encore, il faut remarquer que la politique de taux de change appliquée depuis 1988 a contribué à améliorer le ratio endettement externe du secteur public/PIB, le poids de cette dette tendant à diminuer par rapport aux variables exprimées en pesos.

2 Si les différentes mesures du taux de change réel divergent quant à l’importance de l’appréciation et au moment où celle-ci commence à se produire, il n’en reste pas moins que tous les indicateurs signalent une même tendance amorcée en 1987-1988

3 R. Dornbush et A. Werner, 1994, p. 281

4 Ilbid., p. 280

5 lbid., p. 262

6 P. Aspe, 1993, p. 191

7 Voir 2e partie, VII, 1

8 G. Calvo, commentaire, dans R. Dornbush et A. Werner, 1994, p. 301

9 G. Calvo, L. Leiderman et C. Reinhart, 1993

10 G. Calvo, dans R. Dornbush et A. Werner, 1994, p. 303.

11 A. Ten Kate, 1992a, 1992b.

12 R. Dornbush et A. Werner, 1994, p. 272.

13 Ibid., déclarations citées p. 287, reprises de Business Week, 01/02/1993, p. 41.

14 Ce rythme semble placer le programme mexicain sous la définition de la « thérapie de choc » de la Banque mondiale, que celle-ci définit ainsi : « ...l’application rapide et concentrée d’un programme d’ajustement sur une période inférieure à deux ans » (Banque mondiale, 1991, p. 138).

15 Les dates données entre parenthèses indiquent le début des mesures.

16 On peut consulter à cet effet S. Edwards, 1984, 1987 : J.-M. Fanelli et R. Frenkel, 1994 ; N. Funke, 1993 ; RI. McKinnon, 1993.

17 Repousser la stabilisation ne se conçoit que dans un cadre d’économie politique, si le caractère élevé des coûts et le manque de crédibilité de la stabilisation faisaient courir le risque d’un abandon du processus dans son ensemble (N. Funke, 1993).

18 S. Edwards, 1984, p. 19. La période de transition peut être parfois très ample : ainsi, S. Edwards, 1989 ou R.I. McKinnon, 1986, 1993 préconisent le maintien prolongé de contrôle des capitaux.

19 Cet argument est notament avancé par D. Lal, 1987, dans une approche en termes d’« économie politique » des réformes, où un taux de change flottant et la pleine convertibilité externe sont combinés avec l’annonce d’une réforme commerciale (D. Lal, 1987, cité par N. Funke, 1993).

20 Efficace dans le sens où l’ajustement se fait en préservant le niveau des dépenses qui affectent les possibilités de croissance économique, notamment les dépenses d’investissement (infrastructure) et de caractère social (santé, éducation).

21 S. Edwards, 1989 ; H. Gibson et E. Tsakalotos, 1994.

22 M. Agosín et R. Ffrench-Davis, 1993 distinguent ainsi, d’une part, les restructurations productives qui élargissent d’emblée la frontière de production, avec une élévation forte de la production de biens exportables et une hausse modérée en ce qui concerne les biens concurrents d’importations et les biens non-échangés (cas des pays d’Asie) et, d’autre part, les restructurations où la production se situe initialement sous la frontière de production, avec une hausse des productions de biens exportables et une stagnation ou une baisse des productions de biens concurrents d’importation ou non-échangés : dans ce cas, les gains d’efficacité microéconomique (des entreprises survivantes plus efficaces) se combinent avec une moindre efficacité macroéconomique.

23 Ibid.

24 S. Edwards, 1987.

25 Voir note 16.

26 P. Salama et J. Valier, 1994.

27 Taux des Cetes à 28 jours.

28 AUSEE : Acuerdo de Unidad para Superar la Emergencia Económica (Accord unitaire destiné à faire face à l’urgence économique) ; PARAUSEE : Programa de Acción para Reforzar el Acuerdo de Unidad para Superar la Emergencia Económica (Programme d’action pour renforcer l’AUSEE).

29 Ces chiffres ainsi que ceux qui suivent proviennent de SHCP (19956).

30 Procapte : Programa de Capitalización Temporal (Programme de capitalisation temporaire).

31 Au 31 octobre 1995, le Fobaproa avait ainsi racheté des crédits de mauvais payeurs pour un montant de 25 170 millions de nouveaux pesos alors que le montant prévu initialement était de 15 000 millions. Six banques y avaient eu recours, dont la troisième en ordre d’importance. Ces fonds auraient représenté 1,8 % du budget du gouvernement fédéral. Quatre autres banques souhaitaient y faire appel (El Financiero, 03/11/95, p. 5).

32 UDI : Unidad de Inversión (Unité d’investissement).

33 ADE : Apoyo a los Deudores (Aide aux débiteurs).

34 APRE : Alianza Para la Recuperación Económica (Alliance pour la récupération économique).

35 Les conditions dans lesquelles celles-ci furent annoncées montrent clairement qu’elles sont davantage un symptôme de faiblesse que le reflet d’un véritable choix économique. Dans ce sens, leur impact sur la crédibilité des politiques peut être faible.

36 D’importantes privatisations avaient été annoncées dès le mois de janvier ; elles concernaient notamment les ports, aéroports, chemins de fer et satellites.

37 Déclarations de R. Dornbush, citées dans El Financiero, 01/11/95.

38 R. Dornbush, 1991.

Table des illustrations

Titre Graphique 32 - Taux de change réel (1980-1993) (différents indices)
Légende n.b. Indice a : prix à la consommation de 133 pays, pondérés par leur PIB, base 1978 = 100. Indice b : prix relatifs biens non échangés/biens échangés, base 1980 = 100. Indice c : salaires industriels ajustés par la productivité (20 premiers partenaires commerciaux), base 1992 = 100.source : Fadl K. Sergio et Samuel Puchot S., 1994, p. 1118.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2865/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 211k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540