Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mexique : crise d’un modèle économique ?

 | 
Geneviève Marchini

Première partie : L'Héritage du processus de stabilisation et de changement structurel : 1982-1993

V. La persistance de graves déséquilibres sociaux et régionaux

Texte intégral

1. L’AGGRAVATION DES INÉGALITÉS SOCIALES

  • 1 Entre 1963 et 1977, ce sont cependant les classes moyennes et les classes urbaines populaires (les (...)

1La répartition des revenus et de la richesse au Mexique est structurellement très inégale. Au cours des années 60 et 70, l’inégale participation aux bénéfices de la croissance avait donné lieu à une profonde insatisfaction de certaines couches de la société ; des politiques redistributives furent alors appliquées, amenant une certaine amélioration de la distribution des revenus entre 1963 et 19841.

  • 2 Les informations relatives à la répartition de la richesse sont peu nombreuses : certains indices p (...)

2Les politiques de stabilisation et de transformation structurelle ont interrompu cette tendance, qui a été remplacée par une évolution de signe opposé, particulièrement rapide entre 1984 et 1989 : 9 déciles sur 10 voient alors leur part de revenus régresser au profit du décile supérieur, les baisses les plus fortes se concentrant sur les déciles 2, 3 et 4. Cette tendance est encore à l’œuvre en 1989-1992, même si c’est de façon atténuée, la perte relative de revenus étant moindre ou se transformant en gain pour les déciles 7, 8 et 9 (voir tableau XIV en annexe). La distribution du revenu s’est donc significativement dégradée entre 1984 et 1992, dégradation qui détruit une partie des progrès effectués au cours des années 60 et 70, et qui met en évidence l’inégale répartition des coûts de l’ajustement (voir tableau 5)2.

3Divers éléments se sont combinés pour produire ce résultat ; on en signalera les plus importants :

  • 3 Voir à ce sujet le tableau 1A dans M. Székely P., 1994, qui présente la composition par sources des (...)

4En premier lieu, on observe une baisse des revenus salariaux réels, qui perdent 13 points par rapport au revenu national entre 1982 et 1990 (voir graphique 13) ; cette baisse est due pour une part au contrôle strict des salaires nominaux, qui amène une importante perte de pouvoir d’achat pour ces derniers (l’indice des rémunérations réelles moyennes tombe de 100 en 1980 à moins de 70 en 1987 : voir graphique 14), et pour une autre part à la rétraction des emplois « formels », mieux rémunérés, que remplacent des emplois du secteur « informel » ou des activités d’auto-emploi, souvent de faibles productivité et rentabilité. Ce phénomène touche bien entendu davantage les classes moyennes et populaires urbaines, dont les revenus salariaux représentent environ 50 % du revenu total3.

Tableau 5 – Distribution des revenus (1963-1992) (en pourcentages du revenu total des ménages)

Tableau 5 – Distribution des revenus (1963-1992) (en pourcentages du revenu total des ménages)

sources : N. Lustig, 1993, pour les données correspondant aux années 1963 à 1984 ; C. Salinas de Gortari, 1994, pour les années 1989 et 1992.

5La récupération des salaires réels (à l’exception du salaire minimal, qui concerne aujourd’hui une fraction moindre de la main-d’œuvre), à partir de 1988, a certainement permis un début de renversement de ce phénomène – la part des salaires dans le Revenu National s’élève de nouveau entre 1990 et 1992 –, mais l’insuffisance notable des créations d’emplois ne permet pas d’absorber les forts contingents qui se présentent tous les ans sur le marché du travail, et donc encore moins de résorber le retard accumulé. L’emploi manufacturier continue par ailleurs de se rétracter, dans le cadre de la restructuration du secteur : l’indice des emplois industriels (base 100 en 1980) n’est plus que de 87,5 en 1991, tombe à 84,1 en 1992 et s’établit en décembre 1993 à un niveau de 74. On sait également que le secteur agricole a expulsé de la main-d’œuvre de façon accélérée ces dernières années, et que les taux de chômage et de sous-emploi sont historiquement élevés.

  • 4 L’élévation simultanée de la part des revenus salariaux pour ces catégories de revenus serait liée (...)

6En second lieu, la concentration des profits (agrégat hétérogène qui comprend aussi bien les revenus des exploitants agricoles que ceux des vendeurs ambulants, les bénéfices des PME ou des grandes entreprises...) favorise le décile le plus élevé, pour lequel cette source de revenu gagne de l’importance (+4 points entre 1984 et 1989) alors qu’elle en perd pour les déciles de bas revenus (-5 % pour le décile le plus bas) : la baisse des subventions à la production, le retard des prix agricoles et la prostration de ce secteur, peut-être déjà les difficultés de certaines PME, en seraient les causes probables4.

7La crise de 1982 et l’ajustement consécutif ont donc eu un effet clairement régressif sur la distribution des revenus, les « coûts de l’ajustement » ayant essentiellement pesé sur les revenus moyens et bas. Ceci s’est traduit par une élévation de la proportion des habitants vivant dans des conditions de pauvreté ou de pauvreté extrême.

Graphique 13 - Revenu national : part des salaires (1980-1992)

Graphique 13 - Revenu national : part des salaires (1980-1992)

source : Tableau XV, en annexe.

8Les estimations de la pauvreté sont sujettes à débat : en effet, elles varient de façon importante en fonction du seuil choisi pour déterminer la condition de pauvreté ou de pauvreté extrême (voir encadré 8). En outre, l’existence d’une divergence entre les résultats des Enquêtes de Revenus-Dépenses et les statistiques de la Comptabilité nationale incite à envisager une probable omission de revenus dans les déclarations des ménages soumis à l’enquête. Lorsque l’on introduit une correction des revenus, on observe une réduction sensible de la proportion estimée des pauvres et très pauvres, quel que soit le seuil choisi, mais, aussi et surtout, une tendance à l’élévation de cette proportion entre 1984 et 1989. Ainsi, si l’on se fonde sur une estimation moyenne, comme celle de la CEPAL, la population vivant dans une situation de pauvreté extrême serait passée de 3,2 % de la population totale en 1984 à 7,6 % en 1989, tandis que la proportion de pauvres s’élevait de 16,1 à 26,3 % (voir encadré 8). La diminution du niveau de bien-être de la population peut être retrouvée dans l’évolution de certains indicateurs (éducation, santé, nutrition) : nous illustrerons notre propos en utilisant les données relatives à la nutrition.

  • 5 V. Brachet-Márquez et M. Sherrard Sherrarden, 1994, p. 1303. Les statistiques de mortalité infantil (...)
  • 6 N. Lustig, 1994, p. 116.
  • 7 V. Brachet-Márquez et M. Sherrard Sherrarden, 1994, p. 1301.
  • 8 Ibid.

9Les indicateurs officiels de santé et de nutrition ne présentent pas une détérioration systématique, certains d’entre eux s’améliorent même. Ainsi, les taux de mortalité générale et infantile diminuent – de respectivement 6,2 pour mille et 37,2 pour mille en 1980 à 5,1 pour mille et 22 pour mille en 19875. Les effets de l’ajustement s’exprimeraient dans l’élévation de la proportion des décès causés par l’anémie et la malnutrition – 1 % des causes de mortalité infantile en 1980, 5 % en 19896. Ces chiffres sont à mettre en relation avec les estimations concernant la nutrition : en 1988, la malnutrition aurait concerné 48 % de la population totale, contre 40 % en 1992-1993, après la reprise7. De fait, on note une diminution de la consommation, par habitant, de biens de première nécessité, disminution plus sensible dans les campagnes (grains, haricots)8.

Graphique 14 - Rémunérations réelles (1980-1992)

Graphique 14 - Rémunérations réelles (1980-1992)

source : Tableau XVI, en annexe.

10Les données dont on dispose semblent donc indiquer que les « retards » en matière sociale ont continué de s’accumuler, tout au moins au cours de la première partie de l’ajustement (1982-1988), en même temps que l’État diminuait ses dépenses sociales par habitant. Nous allons voir maintenant que la répartition territoriale des inégalités de revenus et de bien-être est elle-même biaisée, puisque certains États cumulent un niveau élevé de pauvreté et de grandes déficiences dans les domaines de l’éducation, de la santé et des infrastructures en général.

2. DES INÉGALITÉS RÉGIONALES PRONONCÉES

  • 9 On peut supposer cependant que la crise agraire a durement affecté les États les moins développés, (...)

11Les disparités régionales, accusées par le processus de développement antérieur aux années 80, ont souvent amené les observateurs à parler de deux Mexiques, l’un moderne, productif, éduqué, l’autre ancré dans des activités de subsistance et mal équipé. En l’absence d’information quant à l’évolution récente de ces déséquilibres9, nous essaierons d’en présenter un panorama sommaire.

12La décomposition du PIB mexicain entre États producteurs fait apparaître le degré élevé de concentration de l’activité économique ; quatre États, qui rassemblaient en 1990 environ 32 % de la population, expliquent à eux seuls près de 46 % du PIB. Il s’agit bien entendu de l’agglomération de Mexico (District Fédéral + État de Mexico) pour environ 33 % en 1988, de l’État du Jalisco pour 6,78 % et de celui du Nuevo Léon pour 6,33 % (voir graphique 15).

Encadré 8 - Estimations de l’étendue de la pauvreté et de la pauvreté extrême (1984-1989)

Encadré 8 - Estimations de l’étendue de la pauvreté et de la pauvreté extrême (1984-1989)
  • 1 Revenus trimestriels par personne, pesos constants de juin 1984 convertis en dollars au taux de cha (...)
  • 2 Estimations des auteurs cités sur la base des revenus des ménages déclarés au cours des enquêtes.
  • 3 Estimation de N. Lustig, incluant une correction prenant en compte les revenus non déclarés. Cette (...)
  • 4 Indique la validité statistique (niveau de 5%) de la différence entre les mesures de pauvreté de 19 (...)

Note 11
Note 22
Note 33
Note *4
source : N. Lustig et A. Mitchell, 1995, tableau 3, p. 16.

Graphique 15 - Parts des États dans le PIB (en pourcentages du PIB total)

Graphique 15 - Parts des États dans le PIB (en pourcentages du PIB total)

source : INEGI, 1994b.

13Ces trois pôles industriels, groupés autour des villes de Mexico, Guadalajara et Monterrey, concentrent une part encore plus importante du PIB manufacturier, puisqu’elle s’élève en 1988 à 59 % du total, une légère régression par rapport à 1985 (61 %) pouvant être due à l’essor de la production des établissements de type maquiladoras au long de la frontière nord du pays (voir graphique 16).

14Si l’on classe maintenant les 32 entités administratives en fonction du PIB par habitant, on peut prendre toute la mesure des disparités ; le tableau 6 réunit une série de statistiques économiques, sociales et d’infrastructure permettant de comparer 8 entités « riches », dont le PIB par habitant est de 20 à plus de 40 % supérieur à la moyenne nationale, et 8 États « pauvres », où le PIB par habitant est de 30 à plus de 40 % inférieur à cette même moyenne.

15Les entités « riches », à l’exclusion des cas particuliers constitués par les États du Campeche (extraction pétrolière dans une zone peu densément peuplée) et du Quintana Roo (développement touristique centré sur la station balnéaire de Cancún), se composent de capitales et d’États de peuplement récent, frontaliers ou proches des États-Unis (voir graphique 17) ; ils présentent un faible taux de participation de l’emploi primaire à l’emploi total, ainsi qu’une sous-représentation de la population rurale par rapport à la moyenne nationale, et la population indigène ne parlant pas espagnol y est pratiquement inexistante. Les revenus de la population active y sont relativement plus élevés qu’ailleurs du fait que les actifs percevant des revenus inférieurs au salaire minimal ne représentent que de 15 à 20 % de la population économiquement active (PEA) (l’État du Campeche mis à part).

Graphique 16 - PIB manufacturier par État (en pourcentages du PIB total)

Graphique 16 - PIB manufacturier par État (en pourcentages du PIB total)

source : INEGI, 19946.

  • 10 Le salaire minimal national était en 1994 de 13,97 nouveaux pesos, soit environ 4 dollars américain (...)

16Par contre, les États les plus « pauvres » – le PIB par habitant y est de 3 à 4 fois moindre que dans les 3 entités les plus « riches » – sont tous des États de peuplement ancien, situés au centre et au sud du pays (voir graphique 17), caractérisés, dans le cas spécifique des cinq États les plus défavorisés, par une forte présence indigène non hispanophone (32 % de la population déclarant ne pas parler l’espagnol dans l’Etat du Chiapas, 29 % dans l’État du Guerrero). La proportion représentée par la population rurale et l’emploi agricole est élevée, ainsi que la part de la population active ne recevant pas de revenus ou recevant des revenus inférieurs à un salaire minimal (plus de 50 % de la population active dans les cas du Chiapas et d’Oaxaca)10 : la grande pauvreté est essentiellement rurale et concerne surtout les petits producteurs travaillant pour l’autoconsommation.

17Plus graves, peut-être, que les inégalités existantes sont les perspectives de perpétuation ou d’aggravation de celles-ci que suggèrent les quelques statistiques rassemblées afin d’évaluer la formation du « capital humain » et l’infrastructure. Par exemple, le taux d’analphabétisme, pratiquement nul ou très bas dans le premier groupe d’entités, concerne de 20 à 30 % de la population dans les États les plus pauvres ; le pourcentage de la population ayant un niveau d’instruction supérieur au primaire est grosso modo deux fois plus élevé dans le premier groupe d’États que dans le second, le taux de diplômés de l’enseignement supérieur tombant de 577 (pour 10 000 hab.) dans le D.F. et de 373 au Nuevo Léon à 88 et 89 dans le Chiapas et l’État d’Oaxaca.

  • 11 L’État du Chiapas est paradoxalement le quatrième producteur d’électricité du pays (cf. INEGI, 1993(...)

18Une tendance similaire s’observe pour l’infrastructure, l’eau courante, l’électricité et la couverture médicale ne bénéficiant qu’une fraction de la population nettement inférieure à la moyenne nationale dans les États du Guerrero, du Chiapas et d’Oaxaca11. En ce qui concerne les investissements et les dépenses publiques, on soulignera les éléments suivants :

    • 12 Nous regroupons dans cette rubrique les investissements classés sous la dénomination « développemen (...)

    pour ce qui est des investissements réalisés par le gouvernement fédéral en matière sociale12 et en infrastructure de télécommunications et de transport (à l’exception des États de Tlaxcala et Oaxaca), les entités pauvres reçoivent en général un investissement par habitant d’une valeur impropre à favoriser un nivellement des inégalités régionales ;

    • 13 Le niveau élevé des dépenses publiques par habitant dans l’État d’Oaxaca est attribuable pour moiti (...)

    la variation des dépenses publiques des États présente une tendance similaire : étant supérieures (à deux exceptions près : Quintana Roo et Coahuila) dans les États à revenu élevé, elles ne permettent pas de combler les retards accumulés13 ;

    • 14 E. Gutiérrez, 1994.

    il en est de même de la répartition géographique des prêts de la banque de développement destinés à favoriser le développement régional : en 1990, 53 % de leur montant total allait à 11 entités géographiques, en premier lieu le D.F. et les États du Mexico, Jalisco, Nuevo León et Chihuahua ; cette concentration s’est accentuée en 1994 avec 55,4 % du total des crédits14 ;

  • par contre, en 1994, 45 % des fonds correspondant au programme « Solidaridad » (Pronasol) seraient allés aux quatre États les plus défavorisés, mais il s’agit de mesures prises en période électorale et après la rébellion du Chiapas.

Graphique 17 - Carte des États les plus riches et les plus pauvres

Graphique 17 - Carte des États les plus riches et les plus pauvres

Tableau 6 - Les inégalités régionales au Mexique

Tableau 6 - Les inégalités régionales au Mexique

1 : Part du PIB de l’État dans le PIB national (année 1988, en %). 2 : PIB par tête (1988, en millions de pesos courants). 3 : Part du secteur primaire dans l’emploi total (1990, en %). 4 : Population active percevant des revenus inférieurs à un salaire minimal ou ne percevant pas de revenu ( %). 5 : Dépense publique de l’État par habitant (milliers de N$ courants, 1992). 5* : Dépenses publiques classées par ordre décroissant (total = 32). 6 : Pourcentage de population rurale (1990). 7 : Pourcentage de la population ne parlant pas l’espagnol (1990). 8 : Pourcentage d’analphabètes (1990). 9 : Population de 15 ans et plus ayant un niveau d’instruction supérieur au primaire (1990, en %). 10 : Taux de diplômés de l’enseignement supérieur (par 10 000 habitants, 1990). 11 : Pourcentage de demeures disposant de l’électricité (1990). 12 : Pourcentage de demeures disposant de l’eau courante (1990). 13 : Médecins pour 1 000 habitants (1992). 14 : Investissement fédéral en développement rural, social, régional, plus télécommunications et transport (milliers de N$ courants, 1993). P.C : per capita. m.n. : moyenne nationale.
source : INEGI, 1992, pour 3, 4, 6, 7, 8, 9 ; INEGI, 1993d pour 10 ; INEGI, 1993a, pour 11, 12, 13 ; INEGI, 1994b, pour 1,2 ; INEGI, 1994c, pour 5, 14

19Les disparités sociales et régionales constituent, en raison de leur ampleur, un obstacle sérieux au développement harmonieux du Mexique. D’un point de vue strictement économique, elles ont notamment des conséquences importantes sur le niveau de la demande intérieure et sur sa composition, ainsi que sur la compétitivité de l’économie mexicaine, du fait de l’accès très inégal de la population à l’éducation, à la santé et à la culture. De façon plus générale, elles pèsent sur la vie politique et sociale, non sans effets sur la crédibilité des politiques menées par le pays.

Notes

1 Entre 1963 et 1977, ce sont cependant les classes moyennes et les classes urbaines populaires (les 50 % intermédiaires) qui gagnent davantage de parts de revenus, et non les plus pauvres, rurales dans leur grande majorité (voir tableau 5). La période 1977-1984, qui comprend donc les premières années d’ajustement, voit, curieusement, progresser de façon importante la part de revenus attribuée aux quatre déciles les plus bas, alors que stagne la part des cinq déciles intermédiaires. Cette évolution serait attribuable à la politique de prix agricoles pratiquée, qui entraîne la progression relative des revenus des ruraux pauvres (N. Lustig, 1993).

2 Les informations relatives à la répartition de la richesse sont peu nombreuses : certains indices permettent cependant de penser que sa distribution s’est également concentrée au cours de la période 1990-1993, tout au moins en ce qui concerne la richesse financière. Ainsi, entre 1989 et 1993, la concentration de l’épargne bancaire s’est élevée. Les comptes des grands épargnants (6 % du total des comptes) représentaient au cours de la dernière année 83,5 % de la valeur des fonds captés, les petits épargnants (94 % des comptes) n’en apportant plus que 16,5 % (A. Gómez, 1994). En ce qui concerne la Bourse, la BMV, l’élévation du solde moyen des comptes de la clientèle des intermédiaires s’est accompagnée d’une réduction de leur nombre, tendance amorcée aux lendemains de l’effondrement boursier d’octobre 1987 (L. Domville, 1993).

3 Voir à ce sujet le tableau 1A dans M. Székely P., 1994, qui présente la composition par sources des revenus des différents déciles.

4 L’élévation simultanée de la part des revenus salariaux pour ces catégories de revenus serait liée à l’incursion de nombreux agriculteurs pauvres sur le marché du travail urbain (M. Székely P., 1994).

5 V. Brachet-Márquez et M. Sherrard Sherrarden, 1994, p. 1303. Les statistiques de mortalité infantile sont sujettes à caution, les estimations de sources différentes présentant de grandes variations. Ainsi, N. Lustig (1994) présente des chiffres du Conseil national de la population qui gardent la même tendance décroissante, mais dont le niveau est plus élevé : 53,1 pour mille en 1980, 39,3 en 1989 (N. Lustig, 1994, p. 116).

6 N. Lustig, 1994, p. 116.

7 V. Brachet-Márquez et M. Sherrard Sherrarden, 1994, p. 1301.

8 Ibid.

9 On peut supposer cependant que la crise agraire a durement affecté les États les moins développés, pour lesquels cette activité est primordiale.

10 Le salaire minimal national était en 1994 de 13,97 nouveaux pesos, soit environ 4 dollars américains si l’on considère un taux de change d’environ 3,5 nouveaux pesos par dollar.

11 L’État du Chiapas est paradoxalement le quatrième producteur d’électricité du pays (cf. INEGI, 1993a, p. 637).

12 Nous regroupons dans cette rubrique les investissements classés sous la dénomination « développement social, rural et régional ».

13 Le niveau élevé des dépenses publiques par habitant dans l’État d’Oaxaca est attribuable pour moitié au service de la dette publique.

14 E. Gutiérrez, 1994.

Notes de fin

1 Revenus trimestriels par personne, pesos constants de juin 1984 convertis en dollars au taux de change libre moyen de 185,19 pesos-US$. Les lignes de pauvreté ont été définies par les auteurs : Psacharopoulos et al. (1993) basent leurs calculs sur des estimations de la CEPAL ; Székely (1993), Lévy (1991) et Hernândez-Laos (1990) partent d'une estimation des nécessités de base réalisée en 1983 par Coplamar, ancêtre de Pronasol. CEPAL (1990) estime les seuils de pauvreté rurale et urbaine séparément et calcule sur cette base un seuil pondéré de pauvreté. Tous les auteurs ont fondé leurs estimations sur les Enquêtes de Revenus-Dépenses de 1984 et 1989 (INEGI).

2 Estimations des auteurs cités sur la base des revenus des ménages déclarés au cours des enquêtes.

3 Estimation de N. Lustig, incluant une correction prenant en compte les revenus non déclarés. Cette correction est appliquée sur la base des statistiques de la Comptabilité nationale.

4 Indique la validité statistique (niveau de 5%) de la différence entre les mesures de pauvreté de 1984 et 1989.

Table des illustrations

Titre Tableau 5 – Distribution des revenus (1963-1992) (en pourcentages du revenu total des ménages)
Légende sources : N. Lustig, 1993, pour les données correspondant aux années 1963 à 1984 ; C. Salinas de Gortari, 1994, pour les années 1989 et 1992.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2855/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Graphique 13 - Revenu national : part des salaires (1980-1992)
Légende source : Tableau XV, en annexe.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2855/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Graphique 14 - Rémunérations réelles (1980-1992)
Légende source : Tableau XVI, en annexe.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2855/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Encadré 8 - Estimations de l’étendue de la pauvreté et de la pauvreté extrême (1984-1989)
Légende Note 11Note 22Note 33Note *4source : N. Lustig et A. Mitchell, 1995, tableau 3, p. 16.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2855/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique 15 - Parts des États dans le PIB (en pourcentages du PIB total)
Légende source : INEGI, 1994b.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2855/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Graphique 16 - PIB manufacturier par État (en pourcentages du PIB total)
Légende source : INEGI, 19946.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2855/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Graphique 17 - Carte des États les plus riches et les plus pauvres
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2855/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau 6 - Les inégalités régionales au Mexique
Légende 1 : Part du PIB de l’État dans le PIB national (année 1988, en %). 2 : PIB par tête (1988, en millions de pesos courants). 3 : Part du secteur primaire dans l’emploi total (1990, en %). 4 : Population active percevant des revenus inférieurs à un salaire minimal ou ne percevant pas de revenu ( %). 5 : Dépense publique de l’État par habitant (milliers de N$ courants, 1992). 5* : Dépenses publiques classées par ordre décroissant (total = 32). 6 : Pourcentage de population rurale (1990). 7 : Pourcentage de la population ne parlant pas l’espagnol (1990). 8 : Pourcentage d’analphabètes (1990). 9 : Population de 15 ans et plus ayant un niveau d’instruction supérieur au primaire (1990, en %). 10 : Taux de diplômés de l’enseignement supérieur (par 10 000 habitants, 1990). 11 : Pourcentage de demeures disposant de l’électricité (1990). 12 : Pourcentage de demeures disposant de l’eau courante (1990). 13 : Médecins pour 1 000 habitants (1992). 14 : Investissement fédéral en développement rural, social, régional, plus télécommunications et transport (milliers de N$ courants, 1993). P.C : per capita. m.n. : moyenne nationale.source : INEGI, 1992, pour 3, 4, 6, 7, 8, 9 ; INEGI, 1993d pour 10 ; INEGI, 1993a, pour 11, 12, 13 ; INEGI, 1994b, pour 1,2 ; INEGI, 1994c, pour 5, 14
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2855/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 184k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540