Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mexique : crise d’un modèle économique ?

 | 
Geneviève Marchini

Première partie : L'Héritage du processus de stabilisation et de changement structurel : 1982-1993

IV. Libéralisation commerciale et transformation de l’appareil productif

Texte intégral

  • 1 A. Ten Kate, 1992a, 19926 ; R. Dornbush, 1991.

1La libéralisation commerciale se donne un objectif fondamental de moyen et long terme : rendre l’industrie nationale compétitive afin de faire des exportations un (ou le) moteur de la croissance1. Selon le cadre théorique dans lequel on se place, on en attend des effets de type et d’ampleur différents :

  • des gains statiques en terme d’amélioration de l’allocation des ressources, dans le cadre du modèle standard de concurrence parfaite : en réponse à la modification des prix relatifs, les facteurs se déplacent vers des activités où le pays possède des avantages comparatifs et où la productivité est la plus élevée ;

    • 2 J.-M. Grether, 1992.
    • 3 A. Ten Kate, 1992a, 1992b.
    • 4 La plus grande spécialisation, la disponibilité d’une plus grande variété d’intrants à un moindre c (...)

    d’autres effets, dynamiques notamment, qui apparaissent lorsque l’on prend en compte les phénomènes de concurrence imparfaite et de pouvoir de marché2, la présence d’économies d’échelle3, ou d’externalités, et, plus récemment, avec l’apparition des modèles de croissance endogènes, la relation entre politique commerciale et croissance économique4.

2Concrètement, les résultats attendus de la réforme devraient par conséquent inclure un rapprochement des prix intérieurs et des prix internationaux dans le cas des biens échangés, avec une diminution des marges là où l’industrie était protégée et peu concurrentielle, un mouvement de réallocation de ressources, qui impliquerait des coûts d’ajustements en ce que des firmes ou des activités non compétitives seraient restructurées et disparaîtraient le cas échéant, et enfin une dynamisation de la croissance de la productivité et du produit.

  • 5 Le mécanisme par lequel opère la libéralisation commerciale comprend plusieurs étapes. Il se produi (...)

3Ces deux derniers effets mettent du temps à se manifester car ils sont en grande partie liés à la restructuration productive et à la réalisation de nouveaux investissements5 : le temps écoulé depuis le lancement de la réforme (10 ans) et son accélération (8 ans) permet de penser que des résultats doivent être perceptibles.

  • 6 J.I. Casar, 1994, p. 333.
  • 7 Ibid., p. 361.

4Les statistiques disponibles permettent d’observer dans l’industrie manufacturière l’importance de l’internationalisation, mais aussi ses limites. Ainsi, en 1992, les exportations représentaient 12 % des débouchés de sa production tandis que la proportion du marché intérieur approvisionnée par les importations s’élevait à 20 %6. Pris dans son ensemble, le secteur manufacturier améliorait sa performance extérieure, puisque ses exportations couvraient 40 % des importations du secteur en 1992, contre 20 % en 19827. Mais l’élévation considérable de ces échanges, encore sévèrement déséquilibrés, s’est traduite dans l’aggravation du déficit commercial, alors même que la croissance était peu soutenue.

5L’hypothèse que nous proposons ici est qu’il s’est bien produit une transformation productive, mais que sa progression s’est heurtée à des limites inhérentes à la politique de stabilisation et de libéralisation telle qu’elle a été menée (notamment au rôle joué par le taux de change et la périodisation des mesures) et à la réduction de la participation de l’État. Parmi les évolutions qui en ont découlé, certaines pourraient avoir porté préjudice à la compétitivité et à la composition à long terme de l’appareil productif.

6Afin d’analyser cette restructuration en cours, nous aborderons successivement :

  • le comportement de l’investissement productif et des gains de productivité, incertains tout au long des premières années de l’ouverture commerciale, mais qui semblent récemment plus solides ;

  • le redirectionnement de l’allocation des ressources associé à l’essor des maquiladoras et au changement de poids relatif des différentes activités industrielles ;

  • la progression des importations intermédiaires par rapport à la valeur brute de production et la baisse du contenu national des biens produits.

1. INVESTISSEMENT ET PRODUCTIVITÉ

7Tous les indicateurs disponibles en matière d’investissement productif (évolution de la productivité ainsi que divers indicateurs d’effort de modernisation) signalent l’existence de transformations en cours, mais aussi le caractère assez récent de certaines d’entre elles et l’hétérogénéité des réponses sectorielles.

a) La reprise de l’investissement productif

  • 8 Il faut signaler néanmoins que l’investissement résidentiel, moins sujet que l’investissement produ (...)

8Après les niveaux très faibles de la période 1983-1988, qui avaient amené un vieillissement de l’appareil productif (voir tableau 4), l’investissement a repris, atteignant à partir de 1991 le niveau réel maximal enregistré en 1980-1982. Mais, si l’on calcule son poids relatif par rapport au PIB, la FBCF totale continue d’être largement inférieure aux résultats enregistrés au cours des années du boom pétrolier : environ 21 % en 1992-1993 contre 25 % en moyenne en 1980-1981. La progression de la FBCF privée (80 % de la FBCF totale en 1992-1993 contre environ 55 % entre 1980 et 1982) ne permet pas en effet de compenser complètement le recul de la participation de l’État : alors que la première s’élève de 14 % du PIB en 1980 à presque 17 %en 1992-1993, dans le même temps, la FBCF publique se contracte de 11-12 % du PIB en 1980-1981 à environ 4 % en 1992-1993. L’ampleur de l’investissement en 1992-1993 est donc plus proche du niveau moyen atteint entre 1965 et 1975 que des niveaux plus élevés caractéristiques des années du boom pétrolier.8

Graphique 11- Investissement (flux pour 1980-1993)

Graphique 11- Investissement (flux pour 1980-1993)

source : Tableau IX, en annexe.

  • 9 Cette proportion retombe en 1993, ce qui pourrait indiquer un freinage du processus de modernisatio (...)
  • 10 Cette évolution reflète également l’affaiblissement du secteur producteur de biens de capital, dont (...)

9Cela dit, si l’on observe la composition de la FBCF, on remarquera que l’investissement en machines et équipements, qui constitue un indicateur de l’effort de transformation productive, tend à croître plus rapidement que les autres composantes et représente une fraction supérieure de la FBCF totale entre 1991 et 1993. La FBCF du secteur privé est composée d’équipements productifs à hauteur de 55/60 % (1991-1992), en grande partie importés (voir tableau IX en annexe)9. Cette évolution est corroborée par la part croissante des biens de capital dans les importations totales (voir graphique 12)10.

b) Les changements dans la productivité de l’industrie

  • 11 Plus précisément, J. Tybout et D. Westbrook, 1993, observent une association positive entre le degr (...)

10Des études effectuées sur la période 1984-1990, comprenant les premières années de la libéralisation commerciale, avaient mis en évidence les effets de celle-ci sur les profits des entreprises et leurs coûts moyens qui diminuaient, mais celles-ci n’avaient pas obtenu de résultats clairs en ce qui concerne la productivité, dont l’évolution semblait être peu corrélée avec l’amplification de l’ouverture11. Autrement dit, ces études ont révélé les premiers effets attendus de la libéralisation commerciale sur les marges et les profits à court terme tandis que les effets à moyen et long terme ne paraissaient pas encore se manifester.

Tableau 4 - Âge moyen et productivité du stock de capital (1980-1989)

Tableau 4 - Âge moyen et productivité du stock de capital (1980-1989)

source : J. Ros, 1993a, p. 37.

11Après avoir stagné ou diminué tout au long de la première phase de l’ajustement, la productivité du travail dans l’industrie manufacturière montrait dans son ensemble une progression de 4,75 % en moyenne annuelle entre 1990 et 1992, ce chiffre cachant une grande dispersion sectorielle. En effet, elle progressait rapidement dans les industries métalliques de base, les produits métalliques, machines et équipements (plus de 9 % en moyenne annuelle), suivis des produits minéraux non métalliques (7 %), et des industries chimiques, pétrochimiques et productrices de plastiques (4,7 %), industries qui toutes ont augmenté ou conservé leur participation relative dans le produit et se comportent bien à l’exportation. En revanche, les secteurs en contraction – textiles et vêtement notamment - présentaient des taux de croissance très faibles ou nuls (voir tableau XI en annexe).

  • 12 P. Aspe A., 1994.
  • 13 Une corrélation positive s’établit entre croissance du produit et croissance de la productivité (Lo (...)

12Plus récemment, au cours des premiers mois de l’année 1994, la productivité de l’industrie en général aurait crû à un rythme annuel de 12 %12, ce qui semblerait traduire une accélération importante des gains d’efficacité, et constituerait peut-être un indicateur de maturation de la transformation productive13.

c) Les autres indicateurs de transformation productive

  • 14 Tous deux ont été élaborés sur la base des résultats de l’Enquête nationale sur l’emploi, la techno (...)

13Dans l’étude récente qu’il a consacrée à la compétitivité de l’industrie manufacturière mexicaine post-ajustement, José I. Casar (1994) présente une série d’indicateurs de changement structurel. Outre l’évolution de la productivité du travail et de la productivité totale des facteurs (PTF), deux indicateurs qualitatifs rendent compte des efforts de modernisation réalisés par les différentes branches d’activité : ce sont les indices de modernisation relative du capital et d’effort technologique relatif14.

  • 15 Ibid., p. 367-371.

14Dans leur ensemble, ces indicateurs confirment que les activités qui se comportent le mieux à l’exportation passent par un processus de modernisation assez dynamique : c’est le cas de l’industrie automobile, de la chimie et de la pétrochimie, et également de la sidérurgie et de l’industrie du verre, mais moins des plastiques et des appareils électriques et électroniques. Les indicateurs suggèrent aussi des perspectives assez bonnes dans l’industrie alimentaire, tandis qu’ils soulignent le retard relatif des industries de textile, du vêtement, du papier et des activités productrices de biens d’équipement15.

Graphique 12 - Composition des importations (1980-1993) (par type de bien)

Graphique 12 - Composition des importations (1980-1993) (par type de bien)

source : Tableau X, en annexe.

2. LA RÉORIENTATION DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE

15La recomposition de la production industrielle indique les déplacements de ressources en cours. Trois tendances y sont observables : la croissance d’un secteur de maquiladoras très peu lié au reste de l’industrie, la recomposition de la production industrielle conventionnelle et l’élévation du contenu importé des produits.

a) L’essor rapide des entreprises d’assemblage de produits destinés à l’exportation

  • 16 INEGI, 1994a, p. 66. A titre de comparaison, l’industrie manufacturière employait en 1990 un peu mo (...)

16La progression des entreprises de ce type, les maquiladoras, se produit à partir de 1984, date à laquelle est assoupli le régime auquel elles se trouvaient assujetties : une part notable du commerce extérieur mexicain est aujourd’hui leur fait (voir encadré 6). Il s’agit de segments de production relativement intensifs en main-d’œuvre, intégrés dans des circuits productifs internationalisés ; outre l’électronique et le matériel électrique et non électrique, elles se sont développées dans le textile et le vêtement ainsi que dans les produits dérivés du bois. Leur croissance s’est produite parallèlement à l’évolution du système productif national, avec lequel elles ont des liens réduits : une proportion très faible de composants, inférieure à 2 % du total, est d’origine locale. Ces entreprises, principalement mais non exclusivement localisées dans les états de la frontière nord, employaient en septembre 1994 environ 593 000 personnes16.

Encadré 6 - Les entreprises maquiladoras (1980-1993)

Encadré 6 - Les entreprises maquiladoras (1980-1993)

source : C. Salinas de Gortari, 1994, p. 149, et INEGI, 1994f, p. 49.

17Étant donné la nature des opérations de ces entreprises, on peut dire qu’il s’agit là d’une évolution conforme aux prévisions de la théorie standard du commerce international, dans le sens où se met en place une spécialisation qui répond aux avantages comparatifs (statiques) existants de l’économie mexicaine, salariaux dans ce cas, une fois éliminées diverses « distorsions ».

b) La recomposition sectorielle

18L’évolution sectorielle de la production a été liée à la performance à l’exportation et à la capacité montrées par les différentes activités de conserver leur marché intérieur face aux importations. Les secteurs dont la part relative progresse sont aussi les plus dynamiques sur les marchés externes : la chimie, la pétrochimie et les plastiques (la division V), qui représentaient 3,3 % du PIB au début des années 80, élèvent leur part à plus de 4 % entre 1989 et 1993 ; l’industrie automobile est à l’origine de la progression de la division « Produits métalliques, machines et équipement », de 4,7 % du PIB en 1980-1981 à 5,2 % en 1991-1993, cette progression compensant la rétraction absolue et les pertes considérables de marché des autres activités de la division, c’est-à-dire les industries d’équipement. La progression de l’industrie alimentaire (+ 1/2 point de PIB entre 1980 et 1993) se manifeste à partir de 1988 et semble davantage liée à la récupération du marché intérieur.

19Les divisions en contraction absolue sont celles des « Textiles, vêtements et cuir » (1 point de PIB entre 1980 et 1993) et de l’« Industrie du bois et dérivés ». Une demande intérieure déprimée, inférieure au niveau de 1982, et une concurrence très forte des importations depuis l’ouverture commerciale, souvent à des prix de dumping, se sont conjuguées pour donner lieu à une perte progressive d’importance de ces activités, avec une accélération de ce processus, depuis 1990 pour le textile, et depuis 1988 pour l’industrie du bois. Dans le cas du textile, cette diminution du niveau d’activité contraste nettement avec la progression des exportations de ce secteur. Cette discordance trahit tout autant l’importance des maquiladoras dans les exportations de produits textiles et de vêtements que la dimension des pertes de marché interne, qui n’ont pas compensé les gains à l’exportation de l’industrie textile conventionnelle.

20La recomposition sectorielle de la production a donc dans une grande mesure renforcé des tendances présentes avant l’ajustement et qui remontent aux caractéristiques du processus d’industrialisation par substitution d’importations (ISI) : les industries qui progressent le plus sont de forte intensité en capital et de contenu technologique intermédiaire. La faiblesse des industries de biens de capital est confirmée : elles ne se sont pas adaptées au renforcement de la concurrence. Il faut souligner les difficultés d’adaptation de secteurs ayant une grande intensité en travail peu qualifié où les PME sont nombreuses. L’expansion de la production des maquiladoras dans les secteurs textiles, de l’habillement et de l’industrie du bois se produit alors même que ces secteurs s’avèrent dans leur ensemble incapables de faire face à la concurrence des importations.

  • 1 Programa National de Modemización Industrial y del Comercio Exterior (1990-1994).
  • 2 Calcul basé sur la méthodologie de l’OCDE. Les subventions y sont calculées sur la base du « coût n (...)

Encadré 7 - Grands traits de la politique industrielle (1988-1994)
En conformité avec le rôle attribué à l’État dans le nouveau modèle économique, la politique industrielle qui se met en place avec le mouvement de réforme microéconomique concrétisé dans le Pronamice1 va suivre les orientations suivantes : 1 ) renforcer le rôle du mécanisme de marché dans l’allocation des ressources, 2) garantir la stabilité macroéconomique et la concurrence sur les marchés.
L’élargissement de l’ouverture commerciale et la déréglementation interne sont les deux voies proposées pour atteindre ces objectifs. Un travail de promotion destiné à combler les retards dont souffre le secteur industriel vient compléter le dispositif. Il s’oriente vers le soutien à la productivité, la technologie et l’investissement, ainsi qu’à l’appui aux PME (p. 34-38). Outre le processus d’ouverture externe et la déréglementation, les modalités spécifiques qu’adopte la politique sont les suivantes :
• les secteurs qui faisaient l’objet d’une politique de promotion spécifique antérieure (automobiles, produits pharmaceutiques et ordinateurs) sont progressivement libéralisés ;
• des « programmes sectoriels de compétitivité » sont créés. Ils ne sont pas liés à un but de développement de secteurs sélectionnés, mais signifient la résolution de problèmes ponctuels, au moyen « ... d’actions qui tendent à la déréglementation, à la concertation, à la levée d’obstacles institutionnels et structurels qui empêchaient le libre fonctionnement des marchés et à la promotion intérieure et internationale » (p. 49) ;
• l’action des banques de développement agissant dans le secteur industriel (Nafinsa et Bancomext) est recentrée autour des PME, et a pour objectif la correction d’une défaillance des marchés financiers. Si les fonds prêtés s’élèvent fortement en valeur réelle après 1991, cette politique donne cependant lieu à une baisse relative de l’importance des crédits accordés au secteur industriel. Par ailleurs, les crédits sont offerts aux taux du marché et n’impliquent aucune subvention de la part de l’État ;
• les appuis fiscaux se sont centrés sur la promotion de l’exportation et les seuls instruments utilisés sont l’exonération, le remboursement ou la réduction des taxes à l’importation (p. 51 -53). Le coût de ces programmes de promotion en matière de subventions était nul2.
La politique industrielle menée à partir de 1988 a donc été essentiellement non interventionniste, en ce sens qu’elle s’est limitée à créer des conditions générales concurrentielles sur les marchés et qu’elle n’a pas établi de préférence sectorielle. Les mesures de promotion indirecte, fiscales et de crédit, ont été très réduites.
source : F. Clavijo et S. Valdivieso, 1994.

  • 17 Ce coup de frein est également sensible dans l’industrie alimentaire, en expansion elle aussi jusqu (...)

21Un ralentissement généralisé de la croissance s’observe à partir de 1991. Aux effets, déjà signalés, de la contraction des activités viennent s’ajouter les conséquences d’une baisse de dynamisme dans la production des divisions « Chimie, pétrochimie, plastiques et caoutchouc », à partir de 1991, et « Produits métalliques, machines et équipement », à partir de 1993, alors que ces divisions avaient jusque là accéleré la croissance industrielle (voir tableau XII en annexe)17. Il est difficile de ne pas envisager une corrélation entre cette évolution et celle du taux de change réel, dont l’appréciation se poursuivait dans le même temps ; mais des facteurs exogènes, comme la récession aux États-Unis, ont joué aussi leur rôle, notamment dans le cas de l’automobile, dont l’influence sur la performance à 1 ’ exportation de 1 ’ industrie mexicaine fut déterminante.

c) L’importance croissante des importations de biens intermédiaires

  • 18 K. Unger, 1993, p. 218-219.
  • 19 Voir « La industria mexicana, desplazada como proveedora de la planta exportadora » (El Financiero, (...)

22L’ouverture commerciale a donné lieu au remplacement de biens intermédiaires produits localement par des équivalents importés. On peut en trouver confirmation dans l’évolution du coefficient qui met en relation le montant des biens intermédiaires importés et la valeur brute de production : s’il était de 8,6 % en 1982 et de 8,8 % en 1986, il atteignait déjà un niveau de 13,2 % en 1990 pour l’industrie manufacturière dans son ensemble18 et il semble avoir augmenté fortement depuis19.

23Ce ratio était particulièrement élevé dans les activités modernes leaders à l’exportation, avec, en tête, l’automobile et les appareils non électriques, où il se trouve multiplié par deux pour atteindre respectivement 40 et 58 % en 1990 ; il se situe aux environs de 20 % dans les secteurs de biens intermédiaires ; enfin ce sont les branches de biens de consommation traditionnelles qui présentent la plus grande intégration nationale : l’industrie alimentaire, le textile. À quelques exceptions près, la pétrochimie notamment, l’élévation du contenu de biens importés était générale dans l’industrie.

  • 20 Dans une estimation économétrique des déterminants de la demande d’importations au Mexique, R. Dorn (...)

24Il semble donc que le remplacement de fournisseurs locaux de composants – non compétitifs, tant en ce qui concerne le prix que la qualité des produits – par des entreprises étrangères concurrentes ait représenté un des moyens utilisés afin d’améliorer la compétitivité des produits de l’industrie mexicaine, et ce d’autant plus que le secteur en question est exportateur. Il s’agit là d’une évolution normale dans une période de transition au cours de laquelle l’économie s’intègre davantage à l’économie internationale et où la production se recentre autour des activités les plus compétitives. Cependant, ce renversement de la substitution d’importations, dans lequel de nombreux producteurs locaux disparaissent ou se transforment en importateurs, signifie également une baisse de la valeur ajoutée nationale des marchandises produites ; cet aspect peut renforcer la contrainte externe de l’économie s’il n’existe pas en contrepartie un progrès significatif des secteurs générateurs de devises. La réévaluation du peso aurait accéléré et renforcé le remplacement des biens intermédiaires locaux en rendant moins onéreux les substituts importés20.

  • 21 J. Ros, 1993a.

25Si l’on excepte la croissance du secteur des maquiladoras, la transformation du secteur productif mexicain en réponse à l’ouverture commerciale a renforcé la spécialisation acquise au cours du processus d’ISI et il ne s’est pas produit de redirectionnement massif des ressources productives vers d’autres secteurs21. L’ouverture commerciale paraît avoir bénéficié surtout aux grandes entreprises dont la production présentait une forte intensité en capital et en travail qualifié et qui possédaient souvent des liens commerciaux ou financiers internationaux antérieurs au processus, ce qui leur a permis de se rendre compétitives, tandis que les PME, principales pourvoyeuses d’emplois, n’ont pas su ou n’ont pas eu les moyens de se moderniser.

  • 22 Voir à ce sujet F. Clavijo et J.I. Casar, 1994, spécialement le tome 2.
  • 23 Ainsi, l’industrie de la chaussure aurait diminué sa production de 45 % entre 1989 et fin 1993, et (...)

26Sans pour autant généraliser, tellement les problèmes spécifiques que connaissent les différentes activités sont hétérogènes22, la modernisation productive semble s’être heurtée à de grandes difficultés dans les secteurs où prédominent les PME : face à la concurrence exercée par les importations, de nombreuses entreprises auraient fermé leurs portes23, en particulier dans les secteurs du textile, de la chaussure et du jouet. Parmi les causes avancées par les organismes patronaux, il faut souligner l’accès restreint, voire inexistant, au crédit bancaire, l’insuffisance des programmes ciblés des banques de développement, les taux d’intérêt élevés en termes réels, et plus généralement l’absence de programmes spécifiques destinés à faciliter la modernisation technologique des PME ou leur accès aux marchés d’exportation : l’absence d’une politique industrielle stratégique était fortement ressentie, après plusieurs décennies d’intervention publique dans la direction de la croissance (voir encadré 7).

Notes

1 A. Ten Kate, 1992a, 19926 ; R. Dornbush, 1991.

2 J.-M. Grether, 1992.

3 A. Ten Kate, 1992a, 1992b.

4 La plus grande spécialisation, la disponibilité d’une plus grande variété d’intrants à un moindre coût, l’introduction plus rapide du progrès technique, toutes évolutions permises par l’ouverture vers l’extérieur, produisent une dynamisation de la croissance (S. Edwards, 19936). La Banque mondiale souligne également l’importance de l’accélération dans l’incorporation du progrès technologique qui serait associée à l’ouverture commerciale (Banque mondiale, 1991).

5 Le mécanisme par lequel opère la libéralisation commerciale comprend plusieurs étapes. Il se produit tout d’abord une augmentation des importations : cette concurrence accrue doit amener une modification des prix relatifs et un rapprochement des prix internes par rapport au niveau de prix international (A. Ten Kate, 1992a, 1992b). À court terme, la baisse du pouvoir de marché des producteurs doit être observable dans la réduction des marges. Une diminution de leur inefficacité technique peut également se produire assez rapidement. Les effets sur l’allocation des ressources se produisent à moyen terme et la plupart des effets dynamiques sur le taux de croissance à long terme (J. Weiss, 1992).

6 J.I. Casar, 1994, p. 333.

7 Ibid., p. 361.

8 Il faut signaler néanmoins que l’investissement résidentiel, moins sujet que l’investissement productif à des fluctuations brutales, a également augmenté sa participation relative dans la FBCF totale, puisqu’il passe de 17 % du total en 1980-1981 à presque 24 % en 1992.

9 Cette proportion retombe en 1993, ce qui pourrait indiquer un freinage du processus de modernisation, à mettre sur le compte de la stagnation économique régnant cette année-là.

10 Cette évolution reflète également l’affaiblissement du secteur producteur de biens de capital, dont le solde commercial, auparavant très négatif, se dégrade encore davantage.

11 Plus précisément, J. Tybout et D. Westbrook, 1993, observent une association positive entre le degré d’ouverture initiale d’un secteur industriel et le comportement – à la baisse – de ses coûts moyens, mais non une évidence solide d’un lien entre l’élévation du degré d’ouverture et les changements du coût moyen (indicateur d’amélioration productive), la plupart des secteurs présentant cependant une hausse de la productivité, due en général à une élévation de l’efficacité résiduelle. J.-M. Grether, 1992, constate également une association positive entre le renforcement de la concurrence internationale et la baisse des marges brutes, qui suggère un comportement plus compétitif lors de la fixation des prix, effet renforcé dans les secteurs les plus concentrés. Il n’y a pas pour lui d’évidence solide en ce qui concerne les effets de l’ouverture sur la productivité totale des facteurs (PTF). En revanche, G. Kessel et R. Samaniego, 1992, concluent que l’ouverture externe aurait donné lieu à une modification structurelle du taux de croissance de la PTF, statistiquement significative dans le cas des industries où celui-ci était le plus faible avant l’ouverture. K. Unger, 1993, note quant à lui une progression récente de la productivité du travail, associée dans de nombreux cas à des réductions de personnel.

12 P. Aspe A., 1994.

13 Une corrélation positive s’établit entre croissance du produit et croissance de la productivité (Loi de Verdoorn).

14 Tous deux ont été élaborés sur la base des résultats de l’Enquête nationale sur l’emploi, la technologie et la formation (Ministère du travail et INEGI), effectuée au cours de l’année 1992. Le premier indice rend compte de la fréquence d’introduction d’équipements nouveaux et de leur niveau technologique, le second de l’importance des dépenses de recherche et de développement ainsi que des efforts de réorganisation du processus productif (J.I. Casar, 1994, p. 366).

15 Ibid., p. 367-371.

16 INEGI, 1994a, p. 66. A titre de comparaison, l’industrie manufacturière employait en 1990 un peu moins de 4,5 millions de personnes, chiffre qui a diminué depuis (INEGI, 1993a, p. 34).

17 Ce coup de frein est également sensible dans l’industrie alimentaire, en expansion elle aussi jusqu’en 1992.

18 K. Unger, 1993, p. 218-219.

19 Voir « La industria mexicana, desplazada como proveedora de la planta exportadora » (El Financiero, 11/10/94), où l’on souligne les craintes fort répandues de « désintégration silencieuse des circuits productifs » et de « réduction de l’industrie à de simples opérations d’assemblage ».

20 Dans une estimation économétrique des déterminants de la demande d’importations au Mexique, R. Dornbush et A. Werner trouvent une élasticité-prix statistiquement significative de la demande de biens intermédiaires importés. Cette demande est par ailleurs sensible à la réduction tarifaire et tend à s’ajuster plus rapidement que la demande de biens d’équipement ou de consommation. Voir R. Dombush et A. Werner, 1994, p. 292.

21 J. Ros, 1993a.

22 Voir à ce sujet F. Clavijo et J.I. Casar, 1994, spécialement le tome 2.

23 Ainsi, l’industrie de la chaussure aurait diminué sa production de 45 % entre 1989 et fin 1993, et réduit l’emploi offert de 60 000 postes (El Financiero, 11/10/94, p. 25).

Notes de fin

1 Programa National de Modemización Industrial y del Comercio Exterior (1990-1994).

2 Calcul basé sur la méthodologie de l’OCDE. Les subventions y sont calculées sur la base du « coût net » pour le gouvernement : celui-ci est nul en ce qui concerne le crédit, offert à un taux supérieur au coût de captation ; quant aux mesures d’exonération des droits de douanes, le GATT ne les considère pas comme des subventions (note 48, p. 67).

Table des illustrations

Titre Graphique 11- Investissement (flux pour 1980-1993)
Légende source : Tableau IX, en annexe.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2854/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau 4 - Âge moyen et productivité du stock de capital (1980-1989)
Légende source : J. Ros, 1993a, p. 37.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2854/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Graphique 12 - Composition des importations (1980-1993) (par type de bien)
Légende source : Tableau X, en annexe.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2854/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Encadré 6 - Les entreprises maquiladoras (1980-1993)
Légende source : C. Salinas de Gortari, 1994, p. 149, et INEGI, 1994f, p. 49.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2854/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540