Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mexique : crise d’un modèle économique ?

 | 
Geneviève Marchini

Première partie : L'Héritage du processus de stabilisation et de changement structurel : 1982-1993

II. La très coûteuse stabilisation des prix

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple J. Ramos, 1991.
  • 2 M. Husson (1993) signale qu’à partir de 1976 « les prix intérieurs répercutaient les variations de (...)

1La période 1982-1987, caractérisée par l’application de programmes d’ajustement centrés sur le contrôle de la demande, marquée en outre par des « chocs externes » comme le tremblement de terre de Mexico, en septembre 1985, et la chute des prix du pétrole, en 1986, avait vu se détériorer la situation des prix, avec une vive accélération de l’inflation. Suivant en cela l’analyse néostructuraliste1, on peut avancer que les dévaluations brutales de 1982 et 1985 ou les mouvements de dépréciation accentuée du peso mexicain, en 1986-1987, et d’autres corrections de prix relatifs clefs ont créé des pressions sur les coûts qui ont contribué à accélérer la hausse des prix2. La composante inertielle de 1’inflation, qui explique la propagation de celle-ci dans le temps, trouve son origine dans une combinaison de facteurs. Le caractère non concurrentiel de nombreux marchés, qui permet la fixation des prix par les entreprises en fonction des hausses anticipées des coûts de production, la mise en place de mécanismes d’indexation des contrats, mais aussi l’impact de l’inflation sur le déficit budgétaire (l’effet Olivera-Tanzi), se conjuguent pour reproduire un certain palier de hausse des prix d’une période à l’autre. Le niveau atteint en 1987 par la hausse des prix – une progression de 159 % de l’Indice des prix à la consommation – faisait craindre l’hyperinflation : c’est vers la fin de 1 ’année que le gouvernement de Miguel de la Madrid décida de changer radicalement l’attitude adoptée en matière de lutte contre l’inflation. Le nouveau programme donnait la priorité à la stabilisation du niveau des prix ; il réussit à abattre rapidement l’inflation tout en réactivant l’économie. Trois éléments se combinèrent pour assurer ce succès :

  • 3 Le rôle des dévaluations massives dans l’accélération inflationniste, et l’utilisation du taux de c (...)

21. Le programme combinait la poursuite des politiques antérieures quant à l’austérité budgétaire, un contrôle renforcé de l’émission monétaire et du crédit, l’accélération de réformes de structure destinées à élever le degré de concurrence sur les marchés (comme la libéralisation commerciale) et – il s’agit là de son originalité essentielle – une politique de prix et de revenus concrétisée dans le mécanisme du Pacto de Solidaridad Económica (PSE). Le PSE comprenait l’ancrage du taux de change au dollar3 et la fixation concertée des autres prix clefs (tarifs du secteur public, salaires, prix des biens produits par le secteur privé) lors de négociations État-syndicats officiels/organismes patronaux.

Encadré 5 - Renégociations de la dette extérieure publique (1982-1989)

Encadré 5 - Renégociations de la dette extérieure publique (1982-1989)
  • 1 Milliards de US$.
  • 2 Certificats de Dépôt.

Note 11
Note 22
source : J.A. Gurría, 1994.

  • 4 Nous qualifions cette politique d’« hétérodoxe » pour les raisons suivantes : 1 ) elle ne fait pas (...)

3Les termes initiaux du PSE ont été revus et modifiés à des dates fixées par avance et pour des durées qui se sont élargies progressivement. Le programme a changé de dénomination au cours des années mais son esprit même n’a pas été altéré. On peut citer à cet égard les modifications qui ont concerné son dispositif central, l’ancrage cambiaire : la fixation du taux de change peso-dollar a été abandonnée assez rapidement, une bande de flottement ayant été adoptée, mais une caractéristique centrale s’est maintenue en ce que la dépréciation nominale de la monnaie nationale a été systématiquement inférieure à l’inflation interne, amenant ainsi une appréciation réelle continue du peso. Cette stratégie « hétérodoxe »4 de diminution de l’inflation progressive, dont la crédibilité s’est rapidement affirmée et maintenue, a permis de réduire le composant inertiel de l’inflation. En coordonnant les anticipations des agents et en les rendant compatibles avec les objectifs de la politique monétaire, elle a évité la récession souvent associée aux politiques de stabilisation. La sous-évaluation initiale de la monnaie nationale a par ailleurs amorti dans un premier temps les effets de la réévaluation réelle.

42. Comme on l’a vu, l’ajustement budgétaire était largement réalisé alors que le PSE se mettait en place : il existait un surplus tant primaire qu’opérationnel, et c’était principalement le composant inflationniste du service de la dette interne qui était à l’origine des énormes besoins de financement de l’Etat – de l’ordre de 16 % du PIB en 1987-1988. La politique budgétaire a donc maintenu son cours restrictif, mais les baisses supplémentaires de dépenses réelles ont été limitées, et par là donc leur effet récessif.

  • 5 J. Ros, 1993b.

53. En 1989, alors que sont déjà observables les premiers résultats positifs du PSE, l’inflation passant de 159,2 % en 1987 à 59,7 % en 1988, et que le creusement du déficit en compte courant menace la continuité du programme5, le Mexique signe dans le cadre du plan Brady (voir encadré 5) l’accord sur la renégociation de la dette extérieure : en créant les conditions pour que le pays redevienne sujet de crédit international, il permettra la poursuite de la stratégie. Dans un second temps, les privatisations, l’ouverture du compte de capital de la balance des paiements, qui prend place en 1989-1990 (voir encadré 9), et la conjoncture internationale favorable aux investissements sur les marchés « émergents » apporteront les fonds qui financeront la stratégie.

6En effet, la combinaison de diminution de l’inflation et de reprise économique (qui tendent à élever le revenu réel et la demande du secteur privé), d’accélération de la libéralisation commerciale (qui facilite l’entrée des produits) et de réévaluation réelle du peso par rapport au dollar (qui diminue le prix relatif des biens importés), sans parler de doutes possibles sur la continuité du programme, cette combinaison, donc, a été à l’origine d’une diminution immédiate du surplus commercial. Elle a été suivie de l’apparition d’un déficit et de son creusement à partir de 1991, lequel vint s’ajouter au service de la dette externe pour donner lieu à un déficit massif en compte courant. C’est en fait le retournement, favorable au Mexique, des flux de capitaux à la suite du plan Brady qui apporta le financement d’origine externe nécessaire à un compte courant profondément déficitaire, grâce au renfort fourni par la baisse des taux d’intérêt sur le marché international et par le lancement du programme de privatisation de certains fleurons du secteur public mexicain.

Grafique 5 - Inflation et croissance (1981-1993)

Grafique 5 - Inflation et croissance (1981-1993)

source : Tableau 1.

7On peut dire qu’entre décembre 1987 et le milieu de 1992 une dynamique positive s’est établie entre stabilisation et entrées de capitaux extérieurs, qui se sont mutuellement renforcées. Les premiers succès du programme que constituent la baisse de l’inflation et du déficit financier de l’État ainsi que l’accord sur la dette extérieure ont tout d’abord contribué à consolider la crédibilité, interne et externe, de la politique économique. Les entrées de capitaux et l’assouplissement de la contrainte extérieure ont permis la poursuite du programme avec de légers remaniements ne mettant pas en cause son esprit, et, en favorisant la baisse des taux d’intérêt internes, en ont accru les effets bénéfiques. Cette évolution heureuse des variables macroéconomiques alliée au faible glissement de la monnaie nationale a, à son tour, accru le caractère attractif des investissements au Mexique, dont la rentabilité en dollar est restée très élevée.

  • 6 Ce débat sera abordé dans la dernière partie du travail.

8Une rupture de cette dynamique est perceptible au milieu de 1992, marquée par une chute de la Bourse mexicaine. La hausse des taux d’intérêt nominaux et réels qui se produit alors n’est pas conjoncturelle : elle s’est maintenue et a été attribuée à un retournement des anticipations concernant la parité du peso. Simultanément, la croissance de l’économie mexicaine continue de s’essouffler (voir graphique 5) et un débat va s’établir et s’intensifier à propos de la poursuite de la politique de stabilisation, en raison des coûts croissants qu’elle ferait peser sur l’économie6. En effet, la diminution de l’inflation, accompagnée d’une reprise de la croissance entre 1988 et 1990, a été depuis lors associée à un ralentissement économique progressif, le taux d’inflation de 8 % de 1993 n’étant obtenu qu’au prix de la stagnation économique.

9Cette performance économique décevante aurait été motivée, selon de nombreux analystes, par la stratégie en matière de lutte contre l’inflation suivie, et plus précisément par l’appréciation du peso liée à celle-ci et à l’afflux de capitaux externes, dont les effets pervers se seraient fait sentir particulièrement dans le secteur productif et sur la progression des exportations ; ces éléments, associés à l’insuffisance de l’épargne intérieure et à la fragilité croissante du financement externe à l’économie, auraient dessiné un panorama peu engageant à moyen terme. Dans les sections qui suivent, nous apporterons les données nécessaires à la présentation de ce débat et de celui, plus général, qui porte sur la stratégie de développement appliquée.

Notes

1 Voir par exemple J. Ramos, 1991.

2 M. Husson (1993) signale qu’à partir de 1976 « les prix intérieurs répercutaient les variations de ceux des importations avec une intensité environ double de ce que la part occupée par les produits importés pouvait justifier » (p. 53).

3 Le rôle des dévaluations massives dans l’accélération inflationniste, et l’utilisation du taux de change dans la lutte contre cette même inflation, la stabilisation du taux de change nominal jouant le rôle d’« ancre » nominale des prix, ont fait l’objet d’une ample polémique ; voir notamment S. Edwards, 1993a ; P. Salama et J. Valier, 1990 ; P. Salama, 1989.

4 Nous qualifions cette politique d’« hétérodoxe » pour les raisons suivantes : 1 ) elle ne fait pas partie des mesures composant à cette date les programmes standards des institutions qui, comme le FMI et la Banque mondiale, ont fortement pesé sur la définition des programmes de stabilisation et d’ajustement suivis par le Mexique dans les années 80 (le programme n’a d’ailleurs pas reçu initialement l’aval de ces organismes) ; 2) elle s’inspire d’un des éléments des programmes de stabilisation « hétérodoxes » mis en pratique au milieu des années 80 en Argentine, au Brésil et au Pérou : la politique de prix et de revenus destinée à casser le composant inertiel de l’inflation. C’est d’ailleurs le seul élément qu’elle retient de ces programmes, qui appliquaient des politiques monétaires et budgétaires plutôt expansives.

5 J. Ros, 1993b.

6 Ce débat sera abordé dans la dernière partie du travail.

Notes de fin

1 Milliards de US$.

2 Certificats de Dépôt.

Table des illustrations

Titre Encadré 5 - Renégociations de la dette extérieure publique (1982-1989)
Légende Note 11Note 22source : J.A. Gurría, 1994.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2852/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Titre Grafique 5 - Inflation et croissance (1981-1993)
Légende source : Tableau 1.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2852/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540