Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mexique : crise d’un modèle économique ?

 | 
Geneviève Marchini

Première partie : L'Héritage du processus de stabilisation et de changement structurel : 1982-1993

Introduction à la première partie

Texte intégral

1Trois étapes peuvent être distinguées dans les efforts de stabilisation et de transformation de l’économie mexicaine à partir de décembre 1982 :

  • 1 Il s’agit du Programme immédiat de réordonnement économique (PIRE).

2L’application d’une politique de stabilisation à court terme centrée sur le contrôle de la demande (1983-1985), sous l’égide du FMI1, et dont l’objectif principal est le redressement du compte courant et, par là, la poursuite du service de la dette extérieure. L’austérité budgétaire, la dévaluation réelle de la monnaie nationale et la limitation des hausses de salaires constituent des éléments essentiels de cette politique. Dès 1983, un surplus budgétaire primaire important est dégagé et la balance commerciale redevient positive, mais c’est au prix d’une profonde récession et de l’accélération de l’inflation (voir tableau 1).

3En effet, le surplus commercial est davantage lié à la chute de la demande interne (et notamment à la diminution de l’investissement public et à la perte de pouvoir d’achat des revenus salariaux) qu’à la réponse des exportations, majoritairement composées de pétrole brut et donc peu élastiques aux prix. Un relâchement de l’austérité en 1984, accompagné d’un mouvement d’appréciation réelle du peso, amène par conséquent une baisse du surplus commercial, une nouvelle crise externe éclatant au mileu de l’année 1985, suivie d’une nouvelle dévaluation. Par ailleurs, l’obtention d’un surplus budgétaire primaire n’a pas permis une diminution proportionnelle des besoins de financement public. En effet, face à l’assèchement des sources externes de financement, l’État mexicain recours dès 1982 à un endettement interne important, contracté de façon croissante aux conditions du marché. L’accélération de l’inflation élève considérablement la charge nominale des intérêts de cette dette, dont le poids devient rapidement plus lourd que le service de la dette extérieure. C’est un véritable cercle vicieux inflation-endettement public interne croissant-recrudescence de l’inflation qui se met en place, de telle sorte que l’activité du système financier va se réorganiser essentiellement en fonction du « circuit » de la dette publique.

Tableau 1 - Indicateurs macroéconomiques (1980-1993)

Tableau 1 - Indicateurs macroéconomiques (1980-1993)
  • * Exportations de biens FOB en pesos constants + services de transformation ; importations CIF en pe (...)

Note **
SOURCES : C. Salinas de Gortari, 1994 ; Banco de México, rapports annuels ; INEGI, plusieurs années ; OCDE, 1992.

4Peu de réformes structurelles s’engagent au cours de cette période, si ce n’est le début de la libéralisation commerciale (décembre 1985) ; celle-ci a été précédée en 1983-1984 par le démantèlement partiel des contingentements qui avaient été mis en place en 1981-1982 afin de faire face aux premières manifestations de la crise externe. La rationalisation du secteur public s’y amorce également, avec des opérations de fusion ou de liquidation d’entreprises et d’organismes publics de taille limitée, tandis qu’un nouveau cadre légal qui redéfinit les rôles respectifs de l’État et du secteur privé commence à s’élaborer.

  • 2 Il s’agit du Programme de stimulation de la croissance (PAC), dont les caractéristiques s’inscrive (...)
  • 3 Celle-ci a pour conséquence première l’abandon progressif, en 1986-1987, du système de prix de réf (...)

5Dans un second temps, l’ajustement se poursuit au cours d’une période d’instabilité marquée par le tremblement de terre de Mexico et la chute du prix du pétrole, qui réduit considérablement les recettes commerciales du pays (1986-1987). L’esprit de ce programme2, qui fait lui aussi l’objet d’un financement du FMI, diffère de l’antérieur en ce qu’il incorpore des éléments de « changement structurel » et qu’il proclame un objectif de réactivation économique, mais il présente un point commun fondamental avec le programme de 1983, c’est de mettre l’accent sur l’obtention de l’équilibre extérieur. Ce programme comporte notamment une amplification des mesures d’austérité, avec la poursuite de la baisse des dépenses publiques, et une politique de flottement de la monnaie qui se traduit par un mouvement de dépréciation soutenue de celle-ci. La restructuration du secteur public s’engage alors définitivement, avec les premières privatisations d’entreprises, des PME pour la plupart, cependant que le commerce extérieur continue à se transformer, en particulier avec l’adhésion du Mexique au GATT3. La renégociation de la dette publique externe dans le cadre du plan Baker est essentielle pour le financement externe du programme – le ratio service de la dette/exportations diminue de 51 % en 1985 à 37,2 % en 1986 –, mais le Mexique ne cesse pas d’être confronté au rationnement du crédit sur le marché international des capitaux.

6Les résultats de ce programme, s’ils ne sont pas entièrement négatifs, mettent cependant en évidence son échec en ce qui concerne tant le contrôle de l’inflation et des besoins de financement du secteur public que la reprise de l’activité économique. L’ajustement extérieur est en effet efficace dans la mesure où il repose davantage sur une élévation dynamique des exportations manufacturières, qui compense la chute brutale des revenus pétroliers, que sur une baisse des importations liée à une demande interne déprimée : le ratio importations/PIB, qui était tombé de 11 % en 1981 à 4,4 % en 1983, se maintient en 1986-1987 à environ 5,6 % (voir tableau 1). Mais le redressement du solde budgétaire primaire, de +1,6 % à 4,7 % du PIB entre 1986 et 1987, ne permet pas d’éviter la dégradation du solde financier de l’État, avec un déficit qui atteint 16 % du PIB au cours de la même période. L’année 1986 est marquée par une récession d’ampleur légèrement moindre que celle de l’année 1983 (un recul de 3,8 % du PIB), et l’année 1987 par un faible niveau d’activité. Le revenu par habitant atteint au cours de cette période son niveau minimal pour la décennie et l’inflation son maximum – 105,8 % en 1986, 159,2 % en 1987 (voir tableau 1).

7Au terme de cinq ans de programmes de stabilisation centrés sur le contrôle de la demande interne, et malgré l’inflexion de 1985-1986 en direction du long terme et de la transformation des structures, il apparaît que l’obtention d’un fragile équilibre en compte courant s’est réalisée au prix d’une dégradation des variables économiques et sociales internes. L’accentuation de déséquilibres internes préexistants, mise en évidence par l’aggravation du déficit financier de l’État, par l’accélération de l’inflation et par sa transformation en un processus autoalimenté, se combine à l’apparition d’un déficit de croissance, attribuable aux effets, nocifs, de la dégradation de l’environnement économique sur l’investissement productif – diminution des investissements publics, demande interne déprimée, incertitude, absorption des fonds par le circuit de la dette publique...

  • 4 P. Salama et J. Valier, 1992.

8Ces résultats, fréquemment associés aux programmes de stabilisation de ce type, ont donné lieu à la résurgence d’un courant critique, representé en Amérique latine par la CEP AL et l’approche néostructuraliste, et à plusieurs tentatives d’application de programmes « hétérodoxes » (Argentine, Brésil, Pérou), qui se sont soldées par des échecs. Simultanément, la réflexion des économistes « orthodoxes » les a amenés à formuler des programmes de « deuxième génération4 » tentant de répondre aux défaillances observées dans le fonctionnement des ensembles de mesures antérieurs. C’est dans ce cadre que se situe le programme de stabilisation économique et de transformation des structures qui a été appliqué au Mexique à partir de décembre 1987 et jusqu’à décembre 1994, au cours de la dernière année du sexennat de Miguel de la Madrid et tout au long du sexennat de son successeur, Carlos Salinas de Gortari.

9En troisième lieu, donc, l’application de ce programme de stabilisation se centre sur le contrôle de l’inertie de l’inflation (ancrage cambiaire, évolution concertée des autres prix-clefs et des salaires) et s’accompagne du maintien de l’austérité publique ainsi que d’une accélération des réformes institutionnelles qui visent à transformer de façon fondamentale les rôles assumés respectivement par l’État et par le marché dans la conduite du processus de développement économique (décembre 1987-décembre 1994). Ces réformes comprennent la privatisation d’importantes entreprises publiques, la déréglementation des marchés internes, l’approfondissement de l’ouverture commerciale et la libéralisation financière, tant interne qu’externe (flux de capitaux). La renégociation de la dette extérieure dans le cadre du plan Brady vient compléter cet ensemble de mesures.

10Les résultats associés au programme de stabilisation, que nous aborderons de façon détaillée plus loin, sont immédiatement favorables. La diminution de l’inflation est rapide et se produit alors que l’économie connaît une reprise. Elle s’accompagne d’une baisse très sensible des besoins de financement de l’État, essentiellement liée à l’allègement de la charge des intérêts : il y a, dans un premier moment, effet de l’inflation sur les taux d’intérêt nominaux, puis réduction du montant de la dette et diminution des taux réels intérieurs et internationaux. Cependant, un déficit commercial étroitement lié aux modalités de la stabilisation et à l’interaction des mesures de libéralisation s’associe rapidement à ces résultats et ne cessera de s’approfondir ; c’est la récupération par le Mexique de sa condition de sujet de crédit international qui permet son financement. Malgré le ralentissement de la croissance observé à partir du tournant des années 90, une certaine euphorie semble s’être emparée des responsables de la politique économique.

11Les traits que présente l’économie mexicaine en 1993-1994 peuvent donc être regroupés sous deux rubriques :

  • tout d’abord l’existence d’un cadre macroéconomique assaini, dont l’obtention a été difficile et coûteuse : l’équilibre budgétaire, obtenu sur la base d’un redimensionnement profond de l’intervention de l’État dans l’économie, et un taux d’inflation réduit en sont les éléments centraux ; cependant, l’optimisme suscité par le bon comportement de ces variables se trouve considérablement tempéré à la lecture des statistiques de balance commerciale et de composition des flux de capitaux ;
  • ce dernier point nous amène à poser le problème du degré d’avancement des réformes de structure : dans quelle mesure le déficit commercial des années 1990-1994 est-il le reflet d’un processus accéléré de modernisation productive ? Dans quelle proportion les entrées de capitaux s’orientent-elles vers le financement de ce processus ? Plus généralement, peut-on observer l’amorce d’un processus de résolution des problèmes structurels de l’économie mexicaine ? On peut avancer à cet égard que le mouvement de transformation et de modernisation des structures a connu une progression inégale : la modification est profonde en ce qui concerne le commerce extérieur et l’insertion internationale du Mexique, mais l’évolution de l’appareil productif se révèle hétérogène et insuffisante, tandis que l’on observe un renforcement ou un retour de tendances préexistantes dans la distribution des revenus ou dans la répartition régionale des facteurs de production et de la richesse nationale, à quoi s’ajoutent des défaillances du système financier et une dépendance financière externe accrue.

12Les caractéristiques de l’économie mexicaine qui viennent d’être citées seront abordées dans la suite de ce travail dans l’ordre où elles ont été présentées ; c’est donc l’équilibre des finances publiques et le nouveau rôle de l’État qui vont nous intéresser dans l’immédiat.

Notes

1 Il s’agit du Programme immédiat de réordonnement économique (PIRE).

2 Il s’agit du Programme de stimulation de la croissance (PAC), dont les caractéristiques s’inscrivent dans l’évolution des organismes internationaux vis-à-vis de la stabilisation et du traitement de la dette externe.

3 Celle-ci a pour conséquence première l’abandon progressif, en 1986-1987, du système de prix de référence appliqués aux biens importés.

4 P. Salama et J. Valier, 1992.

Notes de fin

* Exportations de biens FOB en pesos constants + services de transformation ; importations CIF en pesos constants (ou en N$ selon les années), n.d. : non disponible.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Indicateurs macroéconomiques (1980-1993)
Légende Note **SOURCES : C. Salinas de Gortari, 1994 ; Banco de México, rapports annuels ; INEGI, plusieurs années ; OCDE, 1992.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2850/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 800k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540