Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mexique : crise d’un modèle économique ?

 | 
Geneviève Marchini

Introduction générale

Texte intégral

  • 1 « ... un ajustement remarquable, accompagné de politiques fermes et clairement conçues », G. Calvo (...)

1Après plusieurs années d’un processus de stabilisation économique et de transformation des structures souvent cité comme modèle d’ajustement á suivre1, le Mexique a souffert á la fin décembre 1994 d’une dévaluation abrupte, suivie d’une crise financière d’une extrême gravité dont les conséquences semblent remettre en question les acquis de la stabilisation. Cet événement a eu des répercussions internationales qui se sont étendues aux marchés financiers « émergents » d’Amérique latine ainsi qu’aux marchés des changes, comme lorsque le Mexique s’était déclaré dans l’incapacité d’assurer pleinement le service de sa dette.

  • 2 N. Lustig, 1995.

2Quel sens faut-il attribuer á cette crise ? Ses causes sont-elles á rechercher du côté de l’incertitude, de caractère essentiellement politique, qui a marqué l’année 1994 et des politiques conjoncturelles appliquées pour conjurer ses conséquences déstabilisantes ? Il est certain que les événements politiques qui se sont succédé á partir de mars 1994 ont contribué á détériorer la perception que se formaient de l’économie mexicaine les agents nationaux et étrangers et á miner la crédibilité de la politique des taux de change. Il est certain également que les mesures prises (dollarisation de la dette publique interne, relèvement des taux d’intérêt, évaporation acceptée des réserves de devises de la Banque centrale) ont grandement contribué á l’amplification de la crise, une fois celle-ci déclarée. On peut aussi ajouter une part d’imprévisible : la violente réaction de certains investisseurs étrangers, postérieurement á la dévaluation, est venue aggraver la crise financière2.

3Il est clair cependant qu’il faut faire appel á des éléments antérieurs, plus fondamentaux, pour expliquer l’ampleur et la nature de la crise ainsi que les difficultés que traverse actuellement l’économie. Il faut spécifiquement se référer á la dynamique de la stabilisation et des politiques structurelles des années 1983 á 1994. En effet, la crise qui débute en 1982 n’étant pas seulement attribuable á des politiques macroéconomiques hasardeuses, mais exprimant aussi des problèmes de fond dont le traitement avait été longtemps repoussé, les politiques mises en œuvre devaient s’attacher á résoudre des blocages structurels. Pour cette raison, si les premières années – 1983 á 1985 – qui suivent la cessation de paiement d’août 1982 se caractérisent presque exclusivement par l’application de programmes de stabilisation á court terme, ce qui est recherche des décembre 1985, et plus encore á partir de 1988, c’est une transformation en profondeur du modèle de développement.

4Les politiques de libéralisation ne cherchent donc pas seulement á appuyer la stabilisation ; elles prétendent, á moyen et long terme, lever les obstacles structurels qui entravent la croissance, la modification des rôles respectifs de l’État et du secteur privé constituant une pièce centrale de la transformation voulue : l’intervention publique passée, construite autour de la stratégie de substitution d’importations, aurait produit, en raison des distorsions créées dans le fonctionnement des marchés, une allocation des ressources sous-optimale.

  • 3 La fermeture du marché intérieur (au moyen de taxes, de contingentements ou de licences d’importat (...)

5Les problèmes associés au modèle de développement étaient devenus apparents au Mexique des le milieu des années 60 (voir, en annexe, les antécédents de l’économie mexicaine) : la stratégie de promotion de l’industrie manufacturière3 avait en effet donné naissance á une industrie « moderne » intensive en capital et en composants importés, très peu concurrentielle, non compétitive en ce qui concerne la qualité de ses produits et ses coûts de fabrication et de surcroît peu créatrice d’emplois. Les disparités sectorielles s’étaient élargies – le secteur agricole, notamment, accusait un retard considérable. L’épargne interne était chroniquement insuffisante et les crises de paiements externes récurrentes (1976, pour la plus récente). Enfin, les inégalités sociales amplifiées étaient á la source d un mécontentement grandissant, qui venait miner la solidité du gouvernement.

  • 4 Ces mesures comprennent une tentative de réorientation de l’industrie vers l’extérieur, tentative (...)

6La tentative de correction du modèle qui a eu lieu dans les années 70 a surtout signifié une intervention plus importante de l’État dans l’investissement et la production (biens intermédiaires, biens d’équipement) et un élargissement de son rôle social. Les mesures de libéralisation ont été réduites4. Pedro Aspe A., un des responsables de la politique économique appliquée entre 1982 et 1994, présente de la façon suivante le choix politique que fait alors le Mexique :

  • 5 P. Aspe A., 1993, p. 21-22.

... vers la fin des années 60, il devint évident que l’investissement privé – aussi bien national qu’étranger – croissait plus lentement parce que les monopoles protégés bénéficiaient d’une large présence sur le marché et étaient peu incités á s’étendre en augmentant l’emploi et en élevant la productivité. Par conséquent, un pays comme le Mexique, face au besoin d’offrir davantage d’emplois á une population croissante, avait au début des années 70 le choix entre deux routes : ou bien orienter le programme de développement vers une économie d’exportation, comme l’avait fait la Corée en 1965, ou bien continuer sur la route tracée, en remplaçant l’investissement privé par une dépense accrue du gouvernement5.

  • 6 Une exception : en ce qui concerne la distribution des revenus, il faut remarquer une amélioration (...)

7Cet accroissement du rôle joué par l’État a permis de maintenir un taux de croissance élevé, surtout lors du boom pétrolier (1976-1981), mais cette intervention ne s’est pas faite sur la base de revenus budgétaires accrus : c’est l’endettement extérieur du secteur public qui l’a financée ; le poids du service de la dette est donc bientôt venu aggraver le problème chronique du compte courant. Les problèmes structurels de l’économie n’ont pas été résolus au cours de cette période6 et l’inflation croissante, la perte de confiance dans la conduite de l’économie accompagnée d’une fuite massive des capitaux – financée par une accélération de l’endettement public – s’y sont ajoutés. La conjonction d’une baisse des cours du pétrole, d’une élévation des taux d’intérêt et du retournement de l’attitude des prêteurs internationaux est venue mettre fin à ce qui ressemblait, au tournant des années 80, à une coûteuse fuite en avant.

8Quel bilan peut-on dresser au sortir d’une douzaine d’années d’ajustement ? En 1993-1994, la lecture des principaux indicateurs suggérait que les évolutions macroéconomiques et les processus de transformation microéconomique associés à ces politiques étaient pour le moins contrastés.

9Des résultats apparemment très positifs étaient enregistrés entre 1991 et 1994 en ce qui concerne la stabilisation (inflation à 7 % en 1994, équilibre des finances publiques), la modification de la position de l’économie mexicaine dans les échanges internationaux – avec l’abandon d’une insertion en tant qu’exportateur de matières premières au profit d’une spécialisation industrielle – et le regain de confiance qui avait rendu au Mexique sa qualité de sujet de crédit international. Mais une série de points noirs étroitement imbriqués venait assombrir ce panorama : chute de l’épargne interne (le profond déficit en compte courant étant de surcroît principalement financé par des capitaux de court terme très mobiles qui exigeaient des taux d’intérêts élevés), ralentissement progressif de la croissance du produit avec installation de la récession dans de nombreuses activités, crise en gestation dans le système bancaire et stagnation du revenu par habitant à un niveau inférieur à celui de 1980.

10Ce travail se propose l’établissement d’un bilan macroéconomique des années 1982-1994, qui recouvre en fait un double bilan critique : tout d’abord celui de l’économie mexicaine, avec ses forces et ses faiblesses actuelles, ensuite, et les deux thèmes sont pratiquement inséparables, celui des politiques mises en œuvre. Au cours du travail, nous serons amenés à nous poser les questions suivantes : parmi les objectifs que se proposaient les politiques d’ajustement, lesquels ont été atteints, comment et à quel coût ? En particulier, les objectifs de plus long terme ont-il été, sinon atteints, du moins approchés au cours du processus ? Quant aux déséquilibres observés, sont-ils le reflet d’une transition, l’indicateur d’une modernisation en cours ? En d’autres termes, peut-on observer l’amorce d’une résolution des problèmes structurels de l’économie mexicaine ?

  • 7 Banque mondiale, 1991, p. 135.

11Nous nous interrogerons plus avant sur les interactions qui se sont produites entre les divers types de mesures prises. Ainsi, les politiques de stabilisation macroéconomique et de réformes microéconomiques se sont-elles renforcées ou s’est-il produit un phénomène de « concurrence entre les instruments normatifs7 » ? Dans ce cas, en faveur de quelle option a-t-on tranché, quelle priorité s’est-on donnée ?

12Plusieurs hypothèses seront avancées dans cet essai afin de rendre compte des résultats contrastés de l’ajustement. Tout d’abord, nous poserons que l’objectif de stabilisation macroéconomique interne a été atteint au détriment des objectifs de modernisation productive et de croissance : l’assainissement de court terme aurait reçu la priorité sur les considérations de long terme.

13Une seconde hypothèse portera sur la mise en œuvre à partir de 1988 des mesures de stabilisation et de libéralisation, eu égard à la simultanéité d’ajustements multiples concernant aussi bien les marchés de biens que la sphère financière. On avancera à ce sujet que la stabilisation et l’ouverture financière externe se sont dans un premier temps mutuellement renforcées. Cependant, nous verrons que le Mexique n’a pas évité le phénomène d’appréciation réelle de la monnaie nationale attaché à de massives entrées nettes de capitaux et que ce phénomène a eu à son tour un poids décisif sur le cours pris par la transformation productive ; il pourrait avoir affecté à long terme les caractéristiques de l’appareil de production post-libéralisation. Autrement dit, nous avancerons que la périodisation des mesures de stabilisation et de libéralisation a engendré des effets pervers.

14Enfin, nous soutiendrons qu’il faut poser le problème de la définition du rôle de l’État dans l’économie : notre opinion est que la présence de défaillances et de lacunes des marchés peut ne pas avoir été suffisamment prise en compte et/ou qu’elle n’a pas donné lieu à une action correctrice adéquate.

15L’approche que nous suivrons sera essentiellement macroéconomique. Elle consistera à présenter les aspects particuliers des transformations vécues par l’économie mexicaine, à évaluer leur ampleur, quant à la stabilisation et à la sphère réelle dans un premier temps, puis dans le cas du financement et des marchés financiers. On abordera dans un troisième moment la discussion générale concernant la caractérisation des politiques suivies.

Notes

1 « ... un ajustement remarquable, accompagné de politiques fermes et clairement conçues », G. Calvo, commentaire effectué lors de la présentation de R. Dornbush et A. Werner, 1994, p. 298. Voir également les propos de M. Camdessus, en septembre 1994 (El Financiero, 09/94). La confiance dont bénéficiait l’économie s’étendait à certaines de ses institutions, telle la Banque centrale ; voir à ce propos les commentaires élogieux du représentant d’un courtier anglais, recueillis vers la fin septembre 1994 (C. Fernández et M. Hazán, El Financiero, 23/09/94).

2 N. Lustig, 1995.

3 La fermeture du marché intérieur (au moyen de taxes, de contingentements ou de licences d’importation), l’intervention publique dans le mécanisme de financement (crédits bonifiés, utilisation des réserves légales du système bancaire à des fins de promotion), les diverses subventions et la taxation différenciée des activités en étaient les principaux instruments.

4 Ces mesures comprennent une tentative de réorientation de l’industrie vers l’extérieur, tentative d’impact réduit : on tente de stimuler les exportations manufacturières (1971-1975) et une certaine ouverture aux importations se produit vers la fin des années 70. Le système financier fait l’objet d’une certaine libéralisation limitée et de politiques de modernisation (introduction de la figure de la banque universelle et tentative de développement des marchés boursiers).

5 P. Aspe A., 1993, p. 21-22.

6 Une exception : en ce qui concerne la distribution des revenus, il faut remarquer une amélioration de celle-ci à la suite des mesures redistributives prises au cours des années 70.

7 Banque mondiale, 1991, p. 135.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540