Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Inquisition et société au Mexique

 | 
Solange Alberro

Annexes. Deuxième partie

Texte intégral

ZONE CENTRALE ET ROUTE VERS LE NORD (d’après François Chevalier)

APPENDICE I.A – CELAYA 1

DONATIONS DE TERRES ET D’EAU CELAYA 1574-1615 (AGN, Mercedes, vol. 10-30)

1I : Caballerías

2II : Nature des terres

3III : Vergers

4IV : Terrains à bâtir pour maison ou moulin

5V : Estancia

6VI : Jours d’irrigation

7VII : Année

APPENDICE I.A – CELAYA2

a) Familles de Juana Rodríguez, Catalina González et Isabel Duarte de la Cruz, La Junca

b) Familles Estrada, Hernández, Díaz, Freyle, Torres

APPENDICE I.A – CELAYA 3

8Document non daté et non signé, concernant la façon de traiter les cas de sorcellerie en Nouvelle-Espagne ; d’après l’écriture, l’auteur en est le docteur Juan Sáenz de Mañozca, nommé procureur le 28 novembre 1640, mais arrivé dans la vice-royauté le 17 mars, en 1642 en tant qu’inquisiteur. (La traduction a tenu à respecter le style lourd et assez souvent confus du texte originel).

9Dans les affaires de sorcellerie, il faut procéder avec la plus grande circonspection, à cause de la grande variété d’opinions déjà écrites qui existent, bien davantage restant encore à consigner, tirées de l’expérience de ces temps ; tout particulièrement des grandes Complicités de l’Inquisition de Logroño, depuis l’année 1608, jusqu’en 1612, lorsqu’on a brûlé quelques femmes négatives et l’une d’elles, grande maîtresse et dogmatiste de beaucoup d’autres et qui avait avoué, mais qu’on remit au bras séculier en effigie parce qu’elle était morte en prison.

10I. On ne peut nier qu’il se trouve mille duperies et tromperies — enseignées par le Démon, comme martre de cette secte — pour tirer un grand profit, tel que la variété d’opinions, défendue par certains qui prétendent que tout se réduit à un rêve ; mais ces gens-là ne pourront pourtant pas nier que, bien que tout ce que font les sorcières pendant la nuit soit en rêve, et supposant que la force des onguents leur fasse croire que ce qu’elles rêvent en dormant se produit en réalité — quand cela n’est pas — tout ceci ne vaut rien puisque, par la suite, lorsqu’elles sont réveillées, elles ratifient les faits, les donnant pour vrais et s’y complaisant, en traitant et communiquant les unes avec les autres, s’oignant d’onguents dans le but de se rendre à leurs sabbats avec le Démon, pour le révérer et faire pour son service les méchancetés et dommages que, quand bien même elles ne les commettent pas, il suffit qu’elles croient les commettre, comme disent ceux qui, les plus pieusement, écrivent de ces choses, tel le Comense dans le Lucerna Inquisitorum, dans le traité de Strigis, 9. [En marge : à propos de ces tromperies qui se trouvent communément dans ces affaires de sorcellerie, voir le père Castro Palao in Opere Morali, tome I, trac. 4, disp. 8, point 16, 2, où il dit qu’à propos des personnes nombreuses condamnées dans la ville de Logroño, comme sorcières, on découvrit plus tard avec le temps, qu’elles l’avaient été avec force tromperies ; et c’est pourquoi leurs biens ne furent plus confisqués et leurs réconciliations et leurs sacs bénits pas davantage exposés dans les églises, et qu’on les déclara aptes à toute charge inquisitoriale ; et Francisco Ferrer, un juriste espagnol des plus doctes, dans ses Coment, ad. Constit. Cathol. Sol. Matrimoni, tempore déclarât., 2, No. 44, exhorte tous les juges de s’abstenir des traditions du père Delrio dans cette matière, et Barbosa in Collect, in Cap. episcopi 26 sq.].

11II. A cause des duperies que le Démon sait employer dans cette secte qui est très proprement la sienne, il faut beaucoup plus de preuves que pour les autres délits. Ainsi, comme le Démon a coutume d’apparaitre sous les traits de personnes innocentes dans ces sabbats, la preuve des complices à laquelle on s’en remet dans les autres délits ne suffira pas, conformément au chapitre In Fidei Favorem, 9 de Heret. in 6 Vide Glosam Finalem Legis 8 tto. 16, par. 3, Farinacium de heresi, 188, 64.

12S’il n’y a pas d’autres circonstances d’actes, que les mêmes complices aient partagés, et auxquels ils aient assisté de jour, ou d’autres indices que mentionne le dit Commense in Lucerna..., même dans ce cas, il faut, avant d’exécuter la prison, consulter le Conseil Suprême, pour plus de sûreté, conformément à une instruction qui se trouve à Logroño, la dix-neuvième, et qui ordonne de vérifier d’abord les dommages qu’on a confessé avoir commis, afin d’établir un constat de corpore ociso. Vide Simancam Enchiridime.

13III. Lorsqu’elles avouent avoir renié avec volonté, intention, croyance, persistance et apostasie — comme il est commun chez ces personnes — quand elles demandent miséricorde et qu’elles se répètent spontanément : étant plus âgées de douze ans, si elles sont femmes, et de quatorze pour les hommes, elles sont admises à la réconciliation, après en avoir consulté d’abord avec le Conseil Suprême (instruction 14, des sorcières ubissupra).

14IV. Si une fois qu’elles sont réconciliées, elles deviennent relapses, malgré l’abjuration qu’elles ont faite et la disposition du droit, la pratique veut qu’on les réconcilie deux fois ou plus, à condition qu’elles avouent spontanément, après en avoir consulté avec le Conseil Suprême, car on va à l’encontre du droit, et là où les instructions de 1613 ne sont pas considérées, on leur impose quelques peines.

15V. Si elles confessent spontanément devant le commissaire être allées aux sabbats, sans qu’y ait acte d’apostasie — ce qui se produit chez certaines — malgré toutes les questions et les répliques qu’on leur aura faites : on a coutume de commettre l’absolution ad cautelam aux commissaires, et il est même mandé de leur commettre la réconciliation (instruction 14).

16VI. Si les femmes ont un peu moins de douze ans et les hommes moins de quatorze, si même ils sont un peu plus âgés, s’ils confessent les erreurs et les choses commises dans cette secte, lorsqu’ils étaient mineurs (bien que, dans les autres hérésies, ils doivent abjurer les erreurs commises dans leur minorité, étant doli capaces, conforme à l’instruction 12 de Valladolid, folio II), on pratique l’absolution ad cautelam, instruction 14 de Logroño.

17VII. J’ai vu dans ces temps certaines personnes emprisonnées, et contre qui plus de vingt témoins complices témoignaient amplement de divers actes et de choses très particulières ; le Conseil leur fit donner la question et comme ils la vainquirent, on leur donna une peine extraordinaire bien légère. C’est pourquoi, il faut qu’il y ait d’autres preuves que celles des complices et des actes extérieurs.

18VIII. Bien que, conformément au droit, lorsqu’on réconcilie quelqu’un, il faut que ce soit avec confiscation des biens, on ne procède pas ainsi en ces temps, quand il s’agit d’une sorcière qui en possède. Et il y a même à l’Inquisition de Santiago, un procès plus ancien d’un sorcier : le Conseil Suprême ordonna de ne pas confisquer ses biens quoiqu’il ait été réconcilié et qu’il ait confessé après son emprisonnement.

19Maleficia, seu incantationes ad bonum finem, an fieri possin possint ? et quando ? Vide Albertinum in rubra de Hereticia, in 6, q. 10, No. 10, IX. En marge des premières lignes du texte : extrait des annotations de Monsieur l’Inquisiteur, le docteur Isidro de San Vicente, qui est mort alors qu’il était au Conseil de l’Inquisition. Chapitre 13 des sorciers.

20NOTE

21On aura remarqué les recommandations expresses faites aux inquisiteurs, de ne pas suivre les instructions du père Delrío en matière de sorcellerie.

APPENDICE I.A – CELAYA 4

LISTE DES REPRIMANDES DU SAINT-OFFICE PRONONCEES DANS LE COURS DU MOIS DE FEVRIER 1615. AGN, RAMO INQUISICION, vol. 305, EXP. II

22Mariana Vázquez, tresalva, doit être réprimandée pour avoir placé de la terre de défunt sous les coussins de son mari, afin qu’il ne la découvre pas, elle et un homme avec qui elle entretenait un commerce ; lui avoir donné de la cervelle d’âne, et mis entre les matelas du lit des racines dans le même but de ne pas être découverts ; avoir fait lire les grains de mais enveloppés de coton, dans une jatte d’eau afin de savoir si son mari s’absenterait, toujours dans le même but ; elle jeta des racines dans sa nourriture, et lui donna à boire les racines qu’elle avait placées sous le matelas, mêlées à de l’eau et à du sang menstruel, porta au cou une amulette faite de la mante d’un nouveau-né, afin de vivre en paix avec son mari, dans sa ceinture un bâtonnet qu’elle avait demandé à un Indien sorcier pour gagner les volontés et avait interrogé un vieil Indien qui prenait le peyote au sujet de son sort lorsqu’elle se marierait.

23Ysabel de Aguilar, espagnole, doit être réprimandée pour avoir demandé à Magdalena de Rocas des poudres de racines pour être aimée de son mari, et elle les reçut ainsi qu’une fleur jaune, qu’elle portait dans sa bourse ; pour avoir permis qu’on fasse chez elle des poudres de têtes d’oiseaux et d’autres confections dont on lui donna et qu’elle administra à son mari dans sa calebasse de chocolat, afin de vivre en paix avec lui.

24Mari Díaz de la Cruz, espagnole, pucelle, fille de Gonzalo Díaz, doit être réprimandée pour avoir fait apparaître un collier qu’elle avait perdu, au moyen des grains de maïs jetés dans une jatte d’eau.

25Ana de Aguilar, espagnole, doit être réprimandée pour avoir fait chercher des têtes de vautours (auras) et de tourterelles, des insectes qui habitent les jarres, de gros vers blancs qui naissent du fumier, et en compagnie d’une autre femme, appelée Pascuala de Silva, fait de tout cela des poudres qu’elle donna une fois à son mari : et, lui paraissant qu’elles restaient sans effet, elle leur ajouta davantage de têtes de tourterelles et les lui donna à nouveau afin que son mari la traitât bien, les lui administrant deux ou trois fois dans son chocolat ; et aussi, pour avoir voulu savoir d’une Indienne qui prenait la racine du peyote pour découvrir les objets perdus, si elle allait se marier et avec qui.

26Magdalena de Aguilar, veuve, doit être réprimandée pour avoir voulu savoir au moyen des grains de maïs jetés dans l’eau par un Indien, si un homme allait l’épouser ; lorsque les grains furent jetés, on lui dit que oui, et elle voulut savoir si elle allait se marier avec quelqu’un du village ou d’ailleurs par un autre Indien qui prenait la racine du peyote.

27Ursula Díaz, espagnole, femme de Diego López, doit être réprimandée pour avoir demandé à Maria de Luna, Indienne, des poudres afin que son mari la traite bien et s’amadoue, et elle les lui donna quatre fois dans son chocolat ; elle fit prendre la racine du peyote à un Indien pour faire apparaître un mouchoir et d’autres choses qu’elle avait perdues.

28Doña Catalina del Campo, femme de Hernando de X, doit être réprimandée pour avoir demandé à une Indienne des poudres pour que son mari la traite bien, laquelle les demanda à un Indien sorcier ; et une fois qu’elle les eût reçues, elle décida de les jeter dans le chocolat de son mari, mais prise de remords, elle n’exécuta pas son dessein.

29Catalina González, veuve de Gonzalo Díaz, doit être réprimandée pour avoir demandé à un sien compère de tuer un âne et de lui en apporter la cervelle, pour amadouer un de ses gendres.

30Ysabel de Balbin, espagnole, veuve, doit être réprimandée pour avoir ordonné à des Indiens tenus pour sorciers, de jeter des grains de mais dans une jatte d’eau, afin que son mari la traite bien.

31Ysabel Gutiérrez, veuve de Diego de Herrera, doit être réprimandée pour avoir demandé à un nègre, appelé Francisco Puntilla, qu’on dit devin, de placer dans un pot des baguettes allumées ; il renversa ce pot, fit du bruit, cherchant ainsi à faire apparaître une écuelle d’argent qui avait disparu de chez cette femme ; avoir donné de l’argent à des Indiens de service pour acheter la racine du peyote afin qu’ils la prennent et découvrent des vols et si on emmenait leurs femmes ; avoir reçu une rose d’une Indienne pour vivre en paix avec son mari, et l’avoir montrée à Francisca de Vallejo, sa belle-fille.

32Mariana Martínez, espagnole, femme de Gaspar de la Rocha, doit être réprimandée pour avoir accepté une racine que lui offrit Maria de San Miguel, mulâtresse, pour la donner à son mari et vivre en paix avec lui, bien qu’elle n’ait pas mis son dessein à exécution.

33Catalina González, veuve de Pablos Pérez, doit être réprimandée parce que, du vivant de son mari, elle demanda à un Indien, aujourd’hui défunt, des herbes pour vivre en paix avec lui et l’amadouer, herbes qu’elle porta avec elle quelques jours.

34Leonor de Chaves, mulâtresse et fille, esclave de Fabián de Oviedo, doit être réprimandée pour avoir demandé à une Indienne de lire les grains de mais jetés avec du copal et de la palme bénie dans une jatte d’eau, afin qu’apparaisse une assiette d’argent.

35María Magdalena de Rosas doit être réprimandée pour avoir donné à son mari des poudres d’herbes dans son cacao afin de l’amadouer, en avoir réclamé à Juana Rodríguez pour une autre personne, et demandé à un Indien borgne des poudres pour qu’une de ses parentes amadoue son mari.

36Agustina Franco, métisse, femme de Juan Agustín, doit être réprimandée pour avoir reçu d’un Indien des poudres afin que son mari travaille et cherche de quoi vivre, les lui mettant dans son chocolat, bien qu’elle n’exécutât pas son dessein.

37Pascuala de Silva, qui se trouva dans les labours de Salamanca, doit être réprimandée pour avoir fait des poudres de têtes de vautours, de tourterelles, d’insectes vivant dans les lieux humides et de vers, lesquelles ont pour effet, mêlées au chocolat, que les maris traitent bien leurs femmes.

38Leonor Mexia, espagnole, doit être réprimandée pour avoir demandé à une Indienne de jeter les grains de mais ainsi que des petits morceaux de copal dans une jatte d’eau, afin que son mari ne la maltraite point, et pour savoir s’il commerçait avec une autre femme.

39Ynés María, négresse de Juan Martín Hernández, doit être réprimandée pour avoir paye un Indien dans le but qu’il lise les grains de mais jetés dans l’eau, afin de faire apparaître des draps, et une cuillère d’argent, et avoir jeté de son sang menstruel dans le chocolat que devait boire son maître, pour l’amadouer et l’empêcher de maltraiter une fille qu’elle avait.

40Juana González, espagnole, doit être réprimandée pour avoir demandé à Mari Vázquez, négresse, de quoi écarter son mari, Domingo de Aguirre d’une femme avec qui il commerçait ; laquelle lui donna une herbe qu’elle jeta dans l’eau qu’elle donna fort souvent à boire à son mari et elle [...] et il lui parut que cela avait eu l’effet d’écarter son mari de la distraction dans laquelle il se trouvait.

41Maria de Aguilar, espagnole, femme de Pedro Estrada, doit être réprimandée parce qu’étant jeune et nouvellement mariée, apprenant que la racine du puyomate servait à ce que les maris traitent bien leurs femmes, elle en porta sur elle pendant quinze jours dans ce but.

42Luis Sánchez, espagnol, doit être réprimandé pour avoir dit en présence de quelques personnes que, même si Dieu avait voulu certain mariage qui s’était fait contre sa volonté, il l’empêcherait et tuerait ceux qui s’étaient mariés.

43Juan García de León, doit être réprimandé parce qu’il lit les lignes de la main et que de là, il assure des événements futurs.

44Baltasar López Pallares, espagnol, doit être réprimandé pour avoir dit au cours d’une séance de jeu, que ce qu’il disait était aussi vrai que le fait que Dieu était fils de la Vierge Marie, que le Credo.

45Diego Valadés, tailleur, doit être réprimandé pour avoir dit, en présence d’autres personnes, trois fêtes ayant lieu en peu de jours, au diable tant de fêtes.

46Francisco Puntilla, comme charlatan. Réprimandé gravement et qu’on le prévienne que s’il revient à ces impostures, il recevra 200 coups de fouets ; qu’on ordonne à son maître de ne pas le laisser faire de guérison, ni ses choses mensongères.

47Ana María, morisca, devait être réprimandée, mais elle est morte dans les mines de San Luis.

FIGURE I.A – CELAYA 1

FIGURE I.A – CELAYA 2

FIGURE I.A – CELAYA 3

FIGURE 3 - Délits de sorcellerie à Celaya : âge, origine ethnique et géographique des individus concernés

FIGURE 3 - Délits de sorcellerie à Celaya : âge, origine ethnique et géographique des individus concernés

FIGURE I.A – CELAYA 4

FIGURE 4 - Délits de sorcellerie à Celaya : nombre de caballerías de terre distribuées à Celaya de 1570 à 1614

FIGURE 4 - Délits de sorcellerie à Celaya : nombre de caballerías de terre distribuées à Celaya de 1570 à 1614

REGION DE TEPEACA (D’APRES PETER GERHARD)

FIGURE I.A – TEPEАСА 1

REGION DE ZACATECAS (D’APRES P.J. BAKEWELL)

FIGURE I.B – ZACATECAS 1

Nombre total de délits intraquinquennaux et coefficient de variation intraquinquennal de la production d’argent à Zacatecas, en fonction du temps

Nombre total de délits intraquinquennaux et coefficient de variation intraquinquennal de la production d’argent à Zacatecas, en fonction du temps

FIGURE I.B – ZACATECAS 2

Moyenne quinquennale du nombre total de délits dans la Nouvelle-Espagne (A) et nombre total de délits intraquinquennaux à Zacatecas (В)

Moyenne quinquennale du nombre total de délits dans la Nouvelle-Espagne (A) et nombre total de délits intraquinquennaux à Zacatecas (В)

FIGURE I.B – ZACATECAS 3

Nombre total de délits intraquinquennaux

Nombre total de délits intraquinquennaux

FIGURE I.B – ZACATECAS 4

Moyenne quinquennale des proportions de délits à Zacatecas par rapport au nombre total de délits dans la Nouvelle-Espagne

Moyenne quinquennale des proportions de délits à Zacatecas par rapport au nombre total de délits dans la Nouvelle-Espagne

FIGURE II.2 – LES NOIRS 2

Pourcentage des affaires concernant les Noirs par rapport au total des affaires en Nouvelle-Espagne, 1 550-1700

Pourcentage des affaires concernant les Noirs par rapport au total des affaires en Nouvelle-Espagne, 1 550-1700

FIGURE II.2 – LES NOIRS 2

Pourcentage des affaires concernant les mulâtres par rapport au total des affaires en Nouvelle-Espagne, 1 550-1700

Pourcentage des affaires concernant les mulâtres par rapport au total des affaires en Nouvelle-Espagne, 1 550-1700

Table des illustrations

Légende ZONE CENTRALE ET ROUTE VERS LE NORD (d’après François Chevalier)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2620/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2620/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2620/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 550k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2620/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 494k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2620/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 523k
Légende a) Familles de Juana Rodríguez, Catalina González et Isabel Duarte de la Cruz, La Junca
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2620/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 566k
Légende b) Familles Estrada, Hernández, Díaz, Freyle, Torres
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2620/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2620/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2620/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre FIGURE 3 - Délits de sorcellerie à Celaya : âge, origine ethnique et géographique des individus concernés
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2620/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Titre FIGURE 4 - Délits de sorcellerie à Celaya : nombre de caballerías de terre distribuées à Celaya de 1570 à 1614
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2620/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende REGION DE TEPEACA (D’APRES PETER GERHARD)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2620/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Pourcentage d’affaires concernant la région de Puebla par rapport à l’ensemble des affaires en Nouvelle-Espagne (1550-1700)
Légende PLAN DE TEPEACA DATANT DE 1583Le village d’Acatzingo est signalé, et sur la gauche un vaste ravin partage le territoire. AGN, Tierras, vol. 2677, exp. 5, f. 3.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2620/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2620/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende REGION DE ZACATECAS (D’APRES P.J. BAKEWELL)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2620/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Titre Nombre total de délits intraquinquennaux et coefficient de variation intraquinquennal de la production d’argent à Zacatecas, en fonction du temps
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2620/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 538k
Titre Moyenne quinquennale du nombre total de délits dans la Nouvelle-Espagne (A) et nombre total de délits intraquinquennaux à Zacatecas (В)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2620/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Titre Nombre total de délits intraquinquennaux
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2620/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
Titre Moyenne quinquennale des proportions de délits à Zacatecas par rapport au nombre total de délits dans la Nouvelle-Espagne
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2620/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Titre Pourcentage des affaires concernant les Noirs par rapport au total des affaires en Nouvelle-Espagne, 1 550-1700
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2620/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Pourcentage des affaires concernant les mulâtres par rapport au total des affaires en Nouvelle-Espagne, 1 550-1700
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2620/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 193k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540