Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Inquisition et société au Mexique

 | 
Solange Alberro

Glossaire

Texte intégral

Adelantado : gouverneur d’une province frontière.

Albino : l’enfant né d’un morisco et d’une Européenne, ou d’un Espagnol et d’une morisca.

Alcabala : impôt d’origine arabe, payé sur les transactions commerciales, source d’importants revenus pour la Couronne.

Alcalde : magistrat ou juge, élu ou nommé pour 2 ans. Terme d’origine arabe.

Alférez : enseigne, porte-étendard, porte-enseigne, sous-lieutenant. Terme d’origine arabe.

Alguacil : fonctionnaire de police d’un rang inférieur. Terme d’origine arabe.

Atole : du nahuatl, atolli. Brouet de farine de maïs et d’eau, qu’on fait bouillir. On peut aussi le confectionner à partir d’autres farines et de lait.

Axiote : condiment composé en particulier de piment, d’épices et de vinaigre, utilisé pour accommoder les viandes.

Béate : femme qui porte un habit de tertiaire franciscaine ou du Carmel, le plus souvent, et qui vit parfois en communauté et s’adonne à de pieuses pratiques.

Caballería : mesure fixée par le vice-roi Mendoza en 1538, de 42, 8 hectares exactement.

Chalchihuites : du nahuatl, émeraudes, pierres vertes. Souvent aussi, des turquoises.

Champurrado : boisson composée d’atole et de chocolat.

Capellanía : fondation destinée à faire dire des messes ou à d’autres oeuvres de piété.

Carta acordada : décision prise en Conseil et notifiée aux intéressés.

Castes : systèmes qui tentaient d’organiser les différents résultats du métissage en Amérique et qui n’a rien à voir avec celui des Indes. Synonyme, dans l’usage courant, de métis, métissage.

Castizo : l’enfant du métis et de l’Espagnole, et vice-versa.

Cazango : nom d’une tribu d’Angola. En Nouvelle-Espagne, les Noirs qui procédaient de ce groupe.

Consulat : tribunal composé de marchands et de négociants importants, qui s’occupait du commerce et des commerçants. Celui de la ville de México fut très puissant au xviie siècle.

Copal : du nahuatl, copalli, résine. Utilisé comme encens.

Corrégidor : le premier magistrat d’une ville espagnole, aux pouvoirs politiques et judiciaires étendus.

Coyote : du nahuatl, coyotl, nom du loup américain. A plusieurs sens ; ici, l’enfant du métis et de l’Indienne et vice-versa.

Encomienda : en Amérique, juridiction accordée à un Espagnol sur un certain nombre d’Indiens, dont il percevait les tributs et disposait de la force de travail ; en principe, elles disparaissent après la promulgation des Leyes Nuevas à partir de 1549, remplacées par les haciendas.

Estancia : extension de terre vouée à l’agriculture et surtout à l’élevage, de 1 750 hectares pour le gros bétail, de 780 hectares pour les ovins.

Gachupín, gachupines : origine discutée. Du nahuatl, cac, cactli, chaussure ; chopín, coup de pied, ou tzopini, chose qui pique. Pendant la colonie, nouveau venu en Amérique, Espagnol peu averti des réalités locales, Espagnol.

Hacienda : grand domaine foncier.

Huipil : nahuatl, huipilli. Sorte d’ample chemise de coton sans manches, qui tombe jusqu’aux hanches, souvent brodée. Portée par les femmes indigènes, actuellement encore dans certaines régions du Mexique et d’Amérique centrale.

Ladino : à l’origine, qui comprend le latin. En Amérique, Indien qui comprend et parle l’espagnol, interprète. Par extension quelqu’un de vif et d’éveillé.

Macehual, macehuales : du nahuatl, macehuali, vassal. Pendant la Colonie, Indien d’humble condition, domestique ou travailleur agricole. A l’origine, homme libre, par rapport à la noblesse, aux serfs et aux esclaves.

Maguey : agave dont les feuilles et la sève sont utilisées à de multiples usages.

Manta : toile ou pièce de coton, qui peut servir de manteau, d’écharpe, etc.

Mesta : association d’éleveurs qui traitait officiellement des questions concernant le bétail.

Metate : origine nahuatl. Pierre rectangulaire de roche volcanique, légèrement creusée en son centre et reposant sur 3 pieds, où l’on broie le maïs, le chocolat, etc.

Morisco : enfant de la mulâtresse et de l’Européen et vice-versa.

Nahuatl : langue parlée par les Mexicas, improprement nommés Aztèques.

Ololiuhqui : nahuatl, ololoa, couvrir, ololiuhqui ; Ipomoea sidaefolia, graine aux effets hallucinatoires semblables à ceux du peyote.

Palenque : en Nouvelle-Espagne, refuge des nègres marrons, dans des régions de difficile accès. Ils furent vite éliminés ou assimilés, et les descendants actuels des fugitifs sont encore identifiables sur la côte pacifique — Costa Chica — entre Acapulco et Puerto Escondido ; dans la sierra orientale autour d’Orizaba, où se trouve le village de San Lorenzo de los Negros, l’ancien palenque de Yanga.

Petate : natte de feuilles de palmes ou de roseaux, sert de tapis, de matelas, de cercueil.

Peyote : du nahuatl, peyotl, ce qui hallucine ou donne du courage. Du cactus Lophophora williamsii.

Piloncillo : mélasse solidifiée, qui se présente sous forme de cônes ou en troncs de cône.

Pipilzizintli : nahuatl, pipilli, garçons, et xochitl, fleur. Sorte de haricot qui se trouve dans la gousse produite par un arbre, Dolychos phaseolus. Effets hallucinatoires.

Rancho : petite exploitation rurale, souvent annexe à une hacienda pendant la période coloniale.

Real, real de minas : tout d’abord, campement de mineurs, puis toute agglomération minière.

Regidor : magistrat municipal élu.

Sarape : sorte de couverture de laine qui sert aux Indiens de manteau.

Sitio : de gros ou de petit bétail ; l’équivalent de l’estancia avec les mêmes dimensions.

Tamal : du nahuatl, tamalli ; pâte de maïs mélangée à de la graisse, condimentée et parfois fourrée de viande, de sucre, etc., cuite à la vapeur dans la feuille du maïs ou dans celle du bananier.

Tianguis : nahuatl, tianquiztli, foire, marché, place où ils se tiennent.

Tomín : petite monnaie américaine d’argent, équivalente au huitième du peso, synonyme du real.

Topil, topiles : du nahuatl topilli, verge de justice. Indien qui fait fonction d’alguacil dans les conseils et les tribunaux inférieurs des communautés. Celui qui s’occupe des églises, et qui sert un peu de sacristain.

Tortilla : la galette, souple, rapidement cuite, de maïs moulu (le nixtamal) avec de l’eau et de la chaux, le pain véritable du Mexicain depuis la période préhispanique jusqu’à nos jours. De multiples usages.

Tresalvo : degré de métissage correspondant à trois parts de sang européen pour une de sang indien ou africain ; peu employé en Nouvelle-Espagne, d’origine péruvienne.

Zapote : du nahuatl, zapotl, nom générique de diverses plantes. Signifie “fruit” de manière générale, zapote blanc, noir, chicozapote, etc.

Zopilote : nahuatl, zopilotl ; oiseau rapace, Cathartes atratus, appelé aussi aura ; sa cervelle entre dans la composition de nombreux philtres de magie amoureuse.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540