Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Inquisition et société au Mexique

 | 
Solange Alberro

Deuxième partie. La société

Chapitre IV. Le drame des années 1642-1649

Texte intégral

1Essayons de voir, finalement, comment la démarche inquisitoriale s’articule non seulement à la société coloniale, mais aussi aux vicissitudes de la politique métropolitaine ; comment donc elle se trouve bien à une charnière de la machine impériale, tout en étant au coeur de la vie de la vice-royauté dans sa spécificité sociale et humaine. Essayons, enfin, sinon d’apporter une piètre démonstration aux prétentions définitives de sa relation avec les sphères de l’économique et du politique, du moins de suggérer des rapprochements. Pour cela, nous aurons recours au procédé qui consiste à observer le déroulement des événements à un moment précis, par un retour justifié à l’événementiel, voire l’anecdotique, et ceci dans un cadre étroitement chronologique qui seul permet d’envisager des relations de causalité à travers les contradictions ou les coïncidences qu’il met en lumière. Nous choisirons à cet effet la période qui va de 1640 à 1650, période privilégiée à plusieurs chefs, le plus important pour nous consistant en l’intense activité qui correspond à ce qu’il est convenu d’appeler la “Grande Complicité”, l’apothéose de la présence inquisitoriale en Nouvelle-Espagne.

2Pour ce faire, nous tâcherons de suivre une sorte de calendrier où les événements, tour à tour amplement déployés, juste signalés ou se précipitant dans le drame, formeront peu à peu, nous l’espérons, un tableau plein de sens. C’est par conséquent une sorte de film que nous présentons ici et les séquences qui le composent ont, faut-il le préciser, été choisies en fonction du sens que le scénariste, comme il se doit, croit découvrir.

PRELIMINAIRES

  • 1 Henry Charles Lea, History of the Inquisition in Spain, p. 271.
    Seymour B. Liebmann, The Jews of Ne (...)
  • 2 S. Liebmann, op. cit., p. 142.
    Joaquín Meade, La Huasteca veracruzana, p. 228.

31580-1640. Union des 2 Couronnes de Castille et du Portugal ; désormais, les Portugais peuvent passer sans entraves aux Indes espagnoles ; parmi eux, de nombreux descendants des juifs qui avaient quitté l’Espagne en 1492, après l’arrêt d’expulsion, et qui voient dans le passage au Nouveau Monde l’espoir de pouvoir pratiquer plus librement la religion de leurs ancêtres à laquelle ils n’avaient jamais renoncé malgré leur conversion forcée au catholicisme. 1601. Liberté d’émigration accordée aux marranes par Philippe III, de caractère en principe irrévocable, moyennant la somme globale de 200 000 ducats1. C’est précisément en 1580 que débarqua sur les côtes de Nouvelle-Espagne, Luis Carvajal y de la Cueva, nommé le 3 mai 1579 gouverneur du Nouveau-Leon ; il était accompagné de sa soeur, de ses nombreux neveux, et des colons destinés à peupler les nouveaux territoires, tous dispensés de prouver leur pureté de sang malgré la règle imposée par la Couronne, probablement du fait de la négligence achetée du favori, Antonio Pérez2.

  • 3 José Toribio Medina, Historia del tribunal del Santo Oficio de la Inquisición en México, p. 108.

424 février 1590. Autodafé au cours duquel Luis de Carvajal, dit le Vieux, c’est-à-dire le gouverneur du Nouveau-Leon, est réconcilié par l’Inquisition de México pour avoir gardé le silence sur les pratiques mosaïques de sa soeur dona Francisca et de ses neveux Isabel, Leonor, Catalina, Mariana et Luis, qui sont condamnés à cette même occasion3.

51er février 1595. Luis de Carvajal, le Jeune, neveu du précédent, est de nouveau arrêté par le tribunal : lui-même, sa mère et ses soeurs sont revenus au judaïsme malgré leur réconciliation antérieure. C’est pendant leur incarcération que Luis le Jeune, illuminé d’un mysticisme coupé de profondes dépressions, écrit à ses soeurs et à sa mère de touchants billets qu’il tente de leur faire parvenir dans des fruits et qui sont interceptés par les geôliers qui les remettent aux inquisiteurs. Ainsi, celui-ci adressé à la benjamine, Anica, qui souffrait cruellement de la gorge :

  • 4 Alfonso Toro, La familia Carvajal, II, p. 139; le billet se trouve p. 210.

Jubile et réjouis-toi, ma fille bénie, car voici le chemin du paradis et de la gloire qui t’attend. C’est par là que sont passés tous les saints qui en jouissent maintenant. Oh ! Quels beaux colliers de perles et d’or d’Ofir ton Seigneur te fera porter, martyre de mon coeur, autour de cette gorge souffrante ! Oh ! Quelles belles chaînes d’or ! Oh ! Quels joyaux pour tes douleurs ! Eh, eh, mon innocente, prends patience, je te complimente pour ces bonnes nouvelles4.

  • 5 Medina, op. cit., pp. 124-133.
    Toro, op. cit., II, pp. 263-277.

68 décembre 1596. Premier autodafé solennel, depuis l’installation du tribunal du Saint-Office à México, sur la Plaza Mayor. Doña Francisca et 4 de ses enfants sont livrés au bras séculier et meurent, avec quelques autres judaïsants, sur le bûcher ; la religion persécutée a pourtant pris racine en Nouvelle-Espagne, et les réconciliés d’alors la maintiendront vivante dans le secret, la transmettant à leurs descendants5.

  • 6 Medina, op. cit., p. 160.
    Toro, op. cit., II, p. 307.

725 mars 1601. Mariana de Carvajal périt sur le bûcher à son tour, comme sa mère, ses soeurs et son frère aîné ; seule survit la petite Anica, alors réconciliée6.

  • 7 Liebmann, op. cit., p. 188.
    AGN, Inquisición, vol. 279, exp. 9, f. 113, Testificaciones contra pers (...)

81604-1605. Nouvelle et importante autorisation dans le même sens que la précédente, confirmée cette fois par un décret papal du 23 août 1604. Le pardon est assuré à tous les marranes qui, dans un délai de 2 ans — pour ceux qui se trouvent aux Indes — viendraient à confesser leurs fautes, c’est-à-dire, leurs pratiques judaïques. Bien que le Saint-Office mexicain ait mis des entraves à l’exécution de ces mesures, 16 familles au moins en demandèrent le bénéfice, et un certain modus vivendi s’établit avec le tribunal, qui dura jusqu’aux années 16307.

91621. Avènement de Philippe IV, le comte-duc d’Olivares devient tout-puissant. Arrière-petit-fils du juif converti Lope Conchillos, secrétaire de Ferdinand le Catholique, il était loin de partager les préjugés de bon nombre de ses contemporains en ce qui concernait la pureté de sang et les marranes : on sait comment, conscient, à l’instar de quelques autres esprits lucides, de leur rôle socio-économique fondamental, et soucieux d’échapper à la dictature des banquiers gênois, il chercha à rappeler et à retenir les marranes en Espagne, leur ménageant une relative sécurité pendant son règne. Son attitude d’ouverture bienveillante à leur égard ne pouvait pas manquer de l’opposer directement au Saint-Office, comme le montre cet épisode rapporté par R. Trevor Davies :

  • 8 R. Trevor Davies, La decadencia española, 1621-1700, pp. 86-87.

En certaine occasion, Olivares entra en conflit avec l’Inquisition, exigeant des inquisiteurs qu’ils lui remettent les liasses de plusieurs procès, ce à quoi l’inquisiteur général Sotomayor s’opposa ; mais se voyant incapable de résister au favori tout-puissant, l’inquisiteur plaça sur les papiers en question un crucifix lorsqu’on les remit à Olivares. Malgré semblable démonstration, le comte-duc ne se troubla pas, il fit brûler les documents et mettre en liberté plusieurs personnes que le Saint-Office tenait emprisonnées8.

  • 9 AGN, Inquisición, vol. 335, exp. 86. Il s’agit du brouillon d’une lettre sans date ni signature.

101622. Une dénonciation faite à l’Inquisition mexicaine mentionne l’existence d’une synagogue dans la ville de México, dans la rue de Santo Domingo, c’est-à-dire à 2 pas du tribunal. Un passant pouvait entendre le samedi les prières des fidèles qui s’y réunissaient, et le nombre des juifs vivant alors dans la capitale était évalué à 500. La dénonciation ne fut suivie d’aucun effet, et on se contenta de la garder dans les archives9.

  • 10 AGN, Inquisición, vol. 488, exp. 5, ff. 366 et 367, Proceso contra Juana Enriquez (1642).
  • 11 Liebmann, op. cit., pp. 220 et 221.

1116 septembre 1625. Hernando Polanco, oficial mayor de la Trésorerie de la ville de México, se présente au Saint-Office : il a travaillé pendant 7 mois comme caissier chez le riche commerçant Simón Váez Sevilla, et vient rendre compte des choses suspectes qu’il a pu y observer. On ne met, par exemple, jamais de lard dans le pot, et un jour où l’on fit cuire un jambon destiné à un hôte dans la marmite dont on se servait habituellement pour préparer les aliments de la famille, la maîtresse de maison, Juana Enríquez se fâcha beaucoup et brisa le récipient ; au lieu de saindoux, on utilisait de l’huile à la cuisine, Simón Váez mangeait de la viande le vendredi, sa femme se rendait à la messe après-midi, afin d’être sûre d’y arriver trop tard, et quand d’aventure elle pouvait y assister, elle ne cessait de bavarder, même pendant l’élévation, s’abstenait de dire son rosaire, elle fréquentait des condamnés bien connus, et vivait avec son mari dans l’isolement et la méfiance10. Comme la dénonciation précédente, celle-ci n’entraîna aucune poursuite, et resta dans les archives inquisitoriales. C’est aussi en 1625 qu’a lieu à Carthagène des Indes, le procès de Manuel Alvarez Prieto, où il est fait mention de la Cofradía de los judíos de Holanda, qui collectait des fonds à 3 fins diverses : aider militairement les Hollandais à s’emparer des possessions espagnoles et portugaises du Nouveau Monde ; racheter les juifs tombés dans l’esclavage, ce dont s’occupait la communauté juive d’Amsterdam ; et, enfin, constituer une caisse d’où les donateurs pouvaient puiser les sommes qu’ils avaient déposées, lors de leur installation aux Pays-Bas ou à une autre occasion11.

  • 12 Julio Caro Baroja, Los judíos en la España moderna y contemporánea, tome II, p. 56. L’auteur rappo (...)
  • 13 Antonio Domínguez Ortiz, Los judeoconversos en Españay América, pp. 213-224.

121628. Désireux d’exclure les étrangers du commerce des Indes Occidentales, Philippe IV autorise les hommes d’affaires portugais à se mouvoir et à traiter librement sur terre et sur mer. D’où leur installation et leur pouvoir à Séville, Cadix, Sanlúcar, aux Pays-Bas, dans les ports allemands, au Brésil, aux Indes Orientales, à La Havane, Carthagène des Indes, Portobelo, Charcas, Buenos Aires, au Pérou et en Nouvelle-Espagne. Malgré les tentatives d’Olivares pour les attirer en Espagne, les marranes, craignant à juste titre l’Inquisition, n’établirent guère de succursales dans la péninsule, maintenant l’essentiel de leurs familles et de leurs biens dans les pays du nord de l’Europe, ce qui eut pour conséquence d’emporter vers ces pays la substance de l’Espagne ; et loin de l’enrichir, ils (les juifs) augmentèrent grandement les forces des Hollandais et des autres hérétiques”. C’est aussi en 1628 que le gouvernement de Madrid se plaint de “ce que jusqu’à présent, [les juifs] ont fait et font envoyer en Espagne de la monnaie de billon, et autres fraudes qui peuvent être plus nuisibles à cette monarchie, comme ils le font partout où ils se trouvent, et ceux qui vivent en Espagne même, sans qu’on puisse remédier à tout, à cause de leur grande industrie et adresse”12. On le constate, les vues du comte-duc concernant les marranes n’étaient pas universellement partagées et il est probable en effet que les demi-mesures en leur faveur qu’il se trouva contraint d’adopter favorisèrent une situation ambiguë pour tout le monde. Quoi qu’il en soit, Antonio Domínguez Ortiz a fait justice de ces rumeurs persistantes de “conjuration” des juifs espagnols exilés, et les a réduites à ce qu’elles étaient essentiellement, l’expression des craintes paranoïaques d’une société se sentant piégée, tant de l’intérieur que de l’extérieur13. Ceci étant, il faut bien souligner ce climat, à la veille des désastres.

  • 14 Liebmann, op. cit., p. 210.
    AGN, Inquisición, vol. 337, exp. 1, Proceso contra Miguel Diaz Enriquez (...)

13Pendant les années 20... Miguel Díaz — alias Ishack de Matatya Aboab — parcourut 300 lieues en 10 jours, pour accourir de Hollande à Madrid, afin d’intercéder en faveur de ses frères, Manuel et Simón, poursuivis par l’Inquisition de México ; Miguel Díaz descendait de la famille Aboab, qui avait, autrefois, tenu une académie talmudique en Castille. Si ce dernier périt d’épuisement après semblable exploit, un des frères alors en péril, Manuel, arrêté en 1621 au Guatemala et remis au tribunal de Nouvelle-Espagne, finit ses jours à Hambourg14.

  • 15 Alcalá Zamora, op. cit., p. 291.

141630. Après tant de raids plus ou moins fructueux sur les côtes pacifique et atlantique, Pernambouc est prise par une escadre néerlandaise de 65 navires, soutenue de 1 200 canons. Les juifs portugais qui résident dans le port applaudissent à l’exploit, ils se félicitent de passer sous la coupe des princes d’Orange et s’apprêtent à seconder les rebelles qui projettent de se rendre dans la péninsule pour s’emparer du port de Setubal15.

  • 16 Maurice Birckel, Recherches sur la trésorerie inquisitoriale de Lima, II, pp. 339 et 340. Toutefoi (...)

151633. La subvention royale aux Inquisitions américaines prend théoriquement fin, et les difficultés financières ne vont cesser de s’accroître16.

161635. Début des hostilités entre l’Espagne et la France, dans le cadre de la guerre de Trente Ans.

  • 17 Domínguez Ortiz, op. cit., p. 139.
  • 18 Medina, op. cit., p. 184.

17Août 1635. Dix-sept des principaux marchands du Pérou sont incarcérés par le Saint-Office, sous l’inculpation de judaïsme. Un an plus tard, le nombre des détenus s’élève à 81 et on prépare l’arrestation de 80 autres personnes ; de par les correspondances commerciales et familiales, le mouvement s’étend aussitôt à Carthagène des Indes17. A México, des poursuites contre les judaïsants sont également entreprises et 12 d’entre eux sont réconciliés - 5 étant livrés en effigie au bras séculier - lors de l’autodafé du 2 avril 163518. La différence de traitement donné aux marranes de Lima, où ils furent nombreux à être l’objet de longs procès, et à ceux de México, où le tribunal se montra à la fois clément et peu soucieux de pousser l’affaire, est sans doute imputable à la présence au Pérou du redoutable inquisiteur Sáenz de Mañozca face aux ministres accommodants de Nouvelle-Espagne, et à la pression incontestable des raids réalisés par les pirates hérétiques sur les côtes péruviennes. C’est l’époque où, à México, les ministres renvoyaient Leonor Núñez se soigner dans sa famille, où Duarte de León Jaramillo brodait dans son cachot et communiquait avec les siens de mille façons astucieuses, où les prisonniers recevaient nourriture et menus objets de chez eux. Quantité de déclarations contre les judaïsants qui n’ont pas été inquiétés alors restent dans les archives.

  • 19 Alcalá Zamora, op. cit., p. 373.

18A cette même époque, certains ennemis, anglais ou hollandais, pouvaient alors constater les effets désastreux de la guerre sur la monarchie espagnole ; ses terres se trouvaient “désertées par le commerce, dépourvues de vaisseaux, et ses sujets, grands et petits, souffraient de lourdes peines et s’appauvrissaient...” ; il ne serait pas étonnant, dans ces conditions, “que les naturels des Indes, se voyant privés du commerce avec les Espagnols, essaient de commercer avec nous et se rebellent contre l’Espagne...”. Quelques-uns des gouverneurs des Indes pourraient facilement “se soulever avec les terres à eux confiées, et dans ce cas, ils essaieraient de négocier et de commercer avec nous... ce qui serait pour notre chère patrie l’occasion la plus favorable qu’on puisse imaginer...”19. C’est le Pérou qui est ici évoqué.

  • 20 Charles H. Lea, History of the Inquisition in the Spanish Dependencies, pp. 466 et 467.
    Medina, His (...)

1925 mars 1638. Autodafé à Carthagène des Indes, où plusieurs judaisants sont punis20.

  • 21 Domínguez Ortiz, op. cit., p. 140.
  • 22 AHN, Inquisición, libro 1054, f. 14, Cartas de la Nueva España, 1640-1648.

2023 janvier 1639. Monumental autodafé — le plus important de l’histoire de l’Inquisition au Pérou — mettant un terme à la Complicidad Grande ; la communauté marrane y est détruite à jamais21. Ce même jour — coïncidence ! — la Suprême s’étonne, dans une lettre adressée au tribunal de México, qu’il ne s’y trouve pas de prisonniers, et les ministres sont rappelés à l’ordre22.

ANNEE 1640

  • 23 Marcelino Menendez y Pelayo, Historia de los heterodoxos españoles, tome III, pp. 213-215.
    J. Caro (...)

21Avril 1640. Sous les soleils mouillés de pâles rivages, après avoir subi l’épreuve de l’abjuration publique de ses péchés, celle des 39 coups de fouet rituels appliqués sur son torse nu tandis que les psaumes fervents s’élevaient, après que tous les fidèles de la synagogue furent passés, levant le pied sur son corps prostré dans la poussière, Uriel da Costa, ce “personnage digne d’horreur”, né marrane, portugais, et rebelle aux lois, décida, ivre d’humiliation et de solitude, de se donner à ce néant que toute sa vie il avait mis sa dignité à contempler en face23.

  • 24 Jonathan I. Israel, Race, Class and Politics in Colonial Mexico, 1610-1670, pp. 199-200.

22Juin 1640. La flotte amène en Nouvelle-Espagne don Diego Pacheco y Bobadilla, marquis de Villena, duc d’Escalona — dont la défunte femme était la soeur du duc de Bragance — et qui vient prendre ses fonctions de vice-roi, aux côtés du visiteur général et évêque de Puebla, don Juan de Palafox y Mendoza. Ce dernier est un protégé d’Olivares, tout dévoué à la cause de l’Espagne défaillante, un des hommes les plus brillants du xviie siècle mexicain24.

  • 25 AHN, Inquisición, livre 1054, f. 14, op. cit.

2330 septembre 1640. Il y a maintenant 18 ans que les édits de foi n’ont pas été lus en Nouvelle-Espagne, la Suprême ne décidant toujours pas si l’ont peut procéder à leur lecture sans l’assistance du vice-roi25.

  • 26 AHN, Inquisición, livre 1054, ff. 21-24.

2425 novembre 1640. Lettre des inquisiteurs mexicains à la Suprême : il n’y a plus d’argent au tribunal, pas même de quoi payer certains salaires et assurer l’entretien des prisonniers pauvres. Sa Majesté fera supprimer des canonicats à Guadalajara et au Michoacân, et les rentes iront désormais à l’Inquisition26.

  • 27 Caro Baroja, op. cit., tome II, p. 44.

251er décembre 1640. Rébellion au Portugal, où le duc de Bragance est proclamé roi, sous le nom de Jean IV. Au cours de cette année 1640, Pellicer indique que les tribunaux de Lima et de Carthagène des Indes avaient signalé au roi que de nombreux judaïsants portugais jugés par eux maintenaient de “grands commerces et correspondances avec les juifs de Hollande et du Levant”27.

ANNEE 1641 : DES NUAGES DE TEMPETE S’AMONCELLENT A L’HORIZON

  • 28 AGN, Inquisición, vol. 489, f. 97, Cédula real.

267 janvier 1641. Conséquence de la rébellion du Portugal, une cédule royale interdit l’installation en Nouvelle-Espagne des Portugais qui n’y résideraient pas déjà ainsi que l’entrée de leurs bateaux dans les ports de la vice-royauté. La correspondance des marchands de cette nation avec le reste du monde doit être interceptée. Quant aux sympathisants du duc de Bragance, ils doivent être expulsés et leurs biens séquestrés28.

  • 29 Caro Baroja, op. cit., tome II, p. 44.

2712 mars 1641. Pellicer déclare savoir de source sûre que le projet visant à ramener en Espagne les juifs de Hollande et d’ailleurs est à nouveau considéré, et que l’Inquisition s’y oppose29.

  • 30 AGN, Inquisición, vol. 390, exp. II, Testimonio de Gaspar de Robles (1641); vol. 391, exp. 1. Caus (...)

2826 mars 1641. Un jeune homme, Gaspar de Robles, vient spontanément se dénoncer au Saint-Office de México sur l’instigation de son confesseur : il y a 15 ans qu’il judaïse et il a été initié à la religion de ses pères par 2 oncles, en Nouvelle-Espagne. Si l’un d’eux est mort, l’autre, Francisco Home, ne tarde pas à être arrêté, dénonçant à son tour plusieurs judaïsants dont 2 relaps, Francisco Nieto et Isabel Núñez. Estropié par la question qu’il a subie, Home meurt dans les cachots de l’Inquisition30.

  • 31 Luis González Obregon, Rebeliones indígenas y precursores de la independencia mexicana, pp. 214-21 (...)

294 avril 1641. La nouvelle des soulèvements du Portugal et de la Catalogne parvient à México ; le vice-roi, parent du rebelle duc de Bragance, porte ce jour-là, par hasard, des habits de fête... Villena était déjà haï pour sa cupidité, son indolence, son entourage de criados rapaces qui se jetèrent sur la vice-royauté alors qu’elle traversait une grave crise économique, la soumettant à un pillage encore jamais vu. D’où la quantité d’histoires circulant sur son compte qui, vraies ou fausses, ont le mérite à la fois de peindre le personnage et de traduire la méfiance méprisante qui l’entourait. On racontait ainsi qu’“on lui avait offert deux chevaux qui s’appelaient l’un Castille et l’autre Portugal ; comme on lui demandait lequel il préférait, il répondit sur le champ, je laisse Castille et prends Portugal”. On prétendait qu’il avait lui-même raconté comment “après avoir été nommé vice-roi, et se trouvant à Madrid, il rencontra dans la rue un noble de grande maison qui lui dit : et vous, qu’allez-vous faire aux Indes, y allez-vous pour voler ou pour vous en emparer en vous révoltant ? Ce à quoi il répondit : je m’en emparerais si ce que je laisse en Castille n’était plus considérable, car un tiens vaut mieux que deux tu l’auras...”31.

  • 32 L. González Obregón, op. cit., p. 215.
    Israel, op. cit., p. 205.

30Depuis son arrivée dans la vice-royauté, il n’a cessé de favoriser les Portugais à qui il a confié des charges importantes, comme aux frères Váez de Azevedo dont l’un est pourvoyeur général de la flotte de Barlovento, et l’autre capitaine d’infanterie32. On commence à évoquer une trahison de la part d’Escalona, et des craintes obscures s’emparent d’une bonne partie de la population castillane. Escalona reçoit également les cédules royales du 7 janvier, concernant les Portugais ; il décide de les ignorer et de les tenir secrètes, sans même avertir le visiteur Palafox ni l’Audience de México.

  • 33 AGN, Inquisición, vol. 416, ff. 449-453, Carta del Santo Oficio de México al Consejo, avisando de (...)

3123 avril 1641. Gaspar de Robles est absous et libéré, mais les inquisiteurs lui demandent de se feindre juif à nouveau et de “prêter attention pour les avertir s’il venait à savoir ou à entendre par la suite que certains observaient ladite loi, afin de les prévenir”. Cette ruse sera plus tard reprochée par la Suprême au tribunal mexicain, à qui on enjoindra alors : “Maintenant, silence...”33.

  • 34 Israel, op. cit., p. 210.

3219 juin 1641. Palafox, qui s’est mis au labeur avec une énergie notable, prend très à coeur les intérêts de la Couronne menacée par les rébellions récentes. Il rappelle à Madrid que le vice-roi, le duc d’Escalona, est beau-frère du rebelle Jean IV34.

  • 35 AGN, Inquisición, vol. 416, ff. 449-453, Carta al Consejo... op. cit.

333 août 1641. Gaspar de Robles a suivi ponctuellement les ordres donnés par les inquisiteurs. Il se présente à nouveau au tribunal, et dénonce la famille des Rivera, composée de la mère et de 5 soeurs, dont il est plus ou moins parent35. Mais visiblement, les temps ne sont pas encore venus pour l’Inquisition de frapper ; on se contente alors d’accumuler les dénonciations.

  • 36 AGN, Inquisición, vol. 387, exp. 11, Memoria del día en que entraron los presos de esta complicida (...)

3426 août 1641. Gaspar Alfar, un faux prêtre et escroc, entre dans les prisons inquisitoriales36.

  • 37 AGN, Inquisición, vol. 499, exp. 1, ff. 5 et 6, Proceso y causa criminal contra Luis de Mezquita ( (...)

3528 août 1641. Lettre de Fernando de Mezquita, de Veracruz, à son frère Luis de Mezquita, vivant à México. Des rumeurs circulent dans le port, évoquant un navire portugais ayant à bord 150 soldats et qui aurait atteint les îles Canaries, sur le chemin peut-être de la Nouvelle-Espagne ; Fernando ajoute : “Dieu veuille qu’il en soit ainsi, et que nos amis atteignent cette terre, de sorte que nous en ayions une grande satisfaction”37.

  • 38 Stanley M. Hordes, The Crypto Jewish Community of New Spain, 1620-1649; a Collective Biography, p. (...)

36Août 1641. Palafox se rend à México pour convaincre le vice-roi de la nécessité de prendre des mesures : il faut d’abord retirer Váez de Azevedo et les autres Portugais des postes stratégiques qu’ils occupent, puis il faut tous les obliger à déclarer leurs armes, à abandonner les ports, leur interdire enfin l’accès à tout office qui les placerait dans une position avantageuse si une insurrection venait à éclater. Le duc d’Escalona réserve un accueil glacial à l’évêque, dont les conseils pressants ne seront pas plus suivis que les ordres royaux contenus dans les cédules de janvier 1641. Après cet échec, Palafox s’emploiera, avec l’énergie qui le caractérise, à convaincre le roi que le duc n’est pas la personnalité qui convient à la tête de la vice-royauté, compte tenu de la situation tendue qui y règne38.

3720 novembre 1641. Le visiteur don Juan de Palafox, de plus en plus inquiet, adresse au vice-roi la note suivante, dont une copie est remise au Saint-Office :

Excellentissime,
J’avoue à Votre Excellence que le pli que j’ai reçu d’Espagne m’a fortement inquiété et affligé, considérant l’état de ces royaumes, malgré que j’aie toute confiance en ce que Dieu soutiendra sa cause et la Couronne d’Espagne qui défend son Eglise.
L’arrivée également des nouvelles de la révolte au Brésil, qui annoncent que les Portugais ont égorgé 3 000 Espagnols, et qu’ils ont essayé par deux fois de se soulever dans le quartier de Gethsemani à Carthagène, et les nouvelles fondées qui précédèrent la rébellion du Portugal et des îles tertiaires attirent tellement mon attention que je n’ai pu laisser d’écrire ce billet à Votre Excellence, tant parce que j’aime le service du Roi, Notre Sire, la paix et la sécurité de ses royaumes, que parce que je souhaite les succès de Votre Excellence et que les heureux effets de votre zèle et prudence resplendissent de par le monde et soient approuvés par Sa Majesté et Son Royal Conseil, comme ils l’ont été jusqu’à ce jour.
Je ferai noter à Votre Excellence le peu de tristesse et d’affliction qu’a causé, chez les Portugais de cette Nouvelle-Espagne (qui sont fort nombreux, Votre Excellence en conviendra), le soulèvement du Portugal ; selon ce que j’ai entendu, ils en parlaient avec une certaine liberté, non seulement lors de leurs banquets et divertissements, mais publiquement, à certaines occasions ; et j’ai su qu’il y a très peu de temps, on a dégainé les épées à ce sujet.
Je considère qu’à leur nombre fort élevé s’ajoutent leur fortune et leurs richesses, qui sont considérables, l’adresse, l’industrie et la diligence, le grand soin et le secret avec lesquels ils procèdent et exécutent toute chose.
Ils ont quantité d’esclaves et d’autres commis et finalement, non seulement dans cette ville mais dans le pays, ils ont tout le pouvoir nécessaire pour embarrasser la sécurité de ces royaumes et le gouvernement pacifique et prudent de Votre Excellence.
Ces considérations et ces nouvelles qui, dans l’affliction et le trouble des temps présents, apparaissent plus vives et semblent plus graves, m’obligent à représenter à Votre Excellence combien il conviendrait d’assurer ce point avec les moyens les plus sages, appropriés, les mieux préparés et doux qu’il paraîtra à Votre Excellence et aux autres ministres, et que vous concevrez heureusement.
Les habitants castillans de cette ville ne laissent pas d’être quelque peu chagrins qu’il y ait un capitaine portugais à la tête d’une compagnie active dans cette même ville, et surtout après cet incident que connaît Votre Excellence, où le Portugais a refusé de baisser son drapeau sur le passage de l’Audience royale et de la municipalité, alors que Votre Excellence se trouvait à Santa Ana.
Un autre Portugais, tout aussi connu, est Sebastián Váez de Azevedo, frère de ce capitaine et pourvoyeur général de la flotte de Barlovento de cette ville, et par là, il peut, comme il le fait, emmagasiner toutes les armes et munitions et ce qui est nécessaire à une guerre très prompte et très soudaine et dont nous ignorons si elle sera contre Votre Excellence et les autres ministres du roi. Il m’est revenu que les Portugais sont en train d’acheter toutes les pierres à fusil, les arquebuses, devenant secrètement les maîtres des armes ; de cela, les Castillans commencent à concevoir de la crainte, à se préparer, surtout depuis qu’on a publié dans cette ville le soulèvement des Portugais au Brésil et le massacre de 3 000 Castillans. La Veracruz est la porte principale de ces royaumes, il s’y trouve aujourd’hui plus de Portugais que de Castillans et, selon ce que je sais (Votre Excellence s’informera de ce qu’il en est) deux capitaines portugais actifs d’infanterie ; et la ville étant un port par lequel entrent toutes les premières nouvelles des dommages ou des remèdes, c’est là que ce risque peut causer les effets les plus pernicieux pour le service de Sa Majesté.
Toutes ces choses et d’autres encore que je laisse à la prudence et à la considération de Votre Excellence me paraissent non seulement suffisantes mais elles me semblent obliger les ministres que nous sommes à en conférer et à ce que Votre Excellence, inspirée par son zèle, son sang chrétien, les obligations de son état et de sa maison, daigne en délibérer en Conseil royal, avec le secret et la pondération qui s’imposent ; car, avec l’assistance, le conseil et la direction prudente de Votre Excellence, et l’opinion de tant de graves ministres qui y concourent, vous pourrez prendre la décision qu’on doit attendre de votre attention et de votre zèle ; lors de ce même Conseil royal, Votre Excellence pourra distribuer les ordres qu’elle a reçus de Sa Majesté par le premier aviso ; à leur sujet, et sur ce qui s’est produit depuis, et arrive chaque jour, comme des avertissements répétés, Votre Excellence disposera ce qui convient le mieux.
Il est vrai, Monsieur, que l’affaire se fait extrêmement pressante, et que c’est là une matière qui peut inquiéter Votre Excellence et nous-mêmes, les ministres qui prêtons nos services : les Portugais seront peu de chose s’ils nous trouvent prévenus, mais ils nous donneront fort à faire s’ils nous prennent par surprise. Votre Excellence voudra bien de bonne manière, avec adresse et promptitude, réformer ce capitaine portugais et empêcher qu’un autre ne vienne, pas plus aux Philippines qu’ailleurs, et qu’il n’y ait point de capitaine ni même de soldat de cette nation, toutes choses qui seront une consolation pour le peuple.
Votre Excellence pourrait appeler en secret les deux capitaines de la Veracruz et les tenir occupés ici, pourvoyant dans l’intérim leur place avec des Castillans, jusqu’à ce que tout ceci soit assuré et que Dieu, dans sa miséricorde, nous donne quelque lumière dans les ténèbres où nous vivons, parmi d’aussi tristes et pénibles événements.
Il sera fort bien vu que, sur un point aussi important et qui interesse la sécurité de ces royaumes (et quand bien même il ne le serait pas tant), vous confériez avec un tribunal aussi grave et saintement religieux que celui de l’Inquisition, qui observe un secret considérable, où assistent des sujets d’une grande expérience et dont l’opinion permet que Votre Excellence justifie sa décision à tout moment, car c’est un tribunal très grand, qui a une connaissance très intime des Portugais, de leurs qualités et de leurs inclinations. C’est une matière fort universelle et grave et dans laquelle il convient d’oeuvrer avec une prudence telle qu’elle n’éveille point de méfiance chez les Portugais, mais avec l’attention et la sûreté nécessaires pour qu’ils ne vivent pas gonflés et superbes, qu’ils ne soient les maîtres des armes, ni ne les gouvernent ; car je peux assurer à Votre Excellence (et je présume que vous l’aurez entendu par ailleurs, la chose étant tellement publique et notoire), bien que je veuille croire que tous sont très loyaux au service de Sa Majesté, que la tristesse des Castillans est fort grande et qu’il est nécessaire d’y prêter attention... (les lignes suivantes sont écrites de la main du visiteur). Monsieur, la prudence de Votre Excellence et l’occasion pourvoieront aisément à tout, et aucun ministre ne laissera de vous assister, moi le premier. En vérité, les habitants castillans de cette ville me disent à chaque pas qu’ils craignent fort les Portugais ; avant que quelque chose ne survienne, il sera bien que Votre Excellence intervienne...

38Réponse du tribunal à l’évêque Palafox, de la même date :

  • 39 AGN, Inquisición, vol. 489, ff. 85-88 verso, Carta del obispo Palafox al virrey Escalona..., y res (...)

Nous avons vu à ce Tribunal le billet de Votre Seigneurie, que nous renvoyons avec la présente ; il nous a paru très ajusté à la matière et très conforme à la prudence, douceur et zèle chrétien de Votre Seigneurie, et monsieur l’inquisiteur, le docteur don Francisco de Estrada, ira cet après-midi, comme vous l’ordonnez, baiser votre main à deux heures39.

  • 40 Hordes, op. cit., pp. 130 et 131.

3921 novembre 1641. Le riche commerçant Simón Váez Sevilla, sentant la situation s’aggraver, et informé peut-être par ses nombreuses relations des préoccupations et des démarches de Palafox, donne l’ordre à son agent de Zacatecas de liquider immédiatement tous ses stocks de marchandises, à n’importe quel prix, et de lui faire parvenir à México les sommes qu’il en obtiendrait. Il lui demande également de recouvrer une dette, précisant qu’il n’y aurait pas songé s’il ne s’y était vu contraint par l’annonce en Nouvelle-Espagne du soulèvement du Portugal40.

4025 novembre 1641. Réponse du Saint-Office au billet du vice-roi, le marquis de Villena, duc d’Escalona :

  • 41 AGN, Inquisición, vol. 489, ff. 99 et 100.

Nous avons reçu, avec toute la considération et le respect dus, le billet de Votre Excellence du 23 de ce mois, avec les cédules de Sa Majesté regardant les Portugais et la réponse que vous donnez à celui de monsieur l’évêque et visiteur, et nous baisons la main de Votre Excellence pour l’honneur et la faveur que vous nous faites de nous communiquer une affaire aussi grave et importante pour le service de Sa Majesté, confiant en cela en nos bonnes dispositions ; et nous vous seconderons avec un zèle sincère, comme c’est notre obligation, étant vos serviteurs et chapelains, fort honorés, nous trouvant instruits de tout ce que Votre Excellence nous rapporte ; en exécution de ce que vous nous mandez, après en avoir traité et délibéré avec tout le soin et l’attention possible, bien que ces matières soient fort distantes de notre profession et que notre ministère s’en trouve très retiré, nous exposerons ce que nous sommes capables d’entendre, désireux de servir Votre Excellence, afin qu’elle obtienne les heureux effets que nous nous promettons de son zèle, de sa prudence et de son soin vigilant au service de Sa Majesté.
On ne saurait douter, Excellentissime, qu’avec la première nouvelle du soulèvement du Portugal, et avec celles qui ont suivi, regardant le désastre au Brésil et l’émeute de Carthagène, Votre Excellence se trouve navrée et inquiète, comme le sont tous les bons vassaux de Sa Majesté, à cause des soupçons qu’engendrent ces événements et du peu de confiance qu’en général on peut avoir pour ce qui est des Portugais, après que de si coûteuses expériences aient manifesté leur infidélité ; et s’il est vrai que dans cette ville et ce royaume ils sont en grand nombre — plus élevé qu’il ne conviendrait — nous espérons en Dieu qu’ils resteront fidèles et obligés pour les nombreux honneurs et bénéfices dont ils jouissent par la clémence de Sa Majesté, qui leur permet d’y vivre avec de grandes richesses et commodités, et particulièrement le leur donnant à entendre, comme elle l’ordonne dans l’une de Ses cédules royales. Mais comme les choses humaines sont sujettes à s’altérer à la suite de tout petits accidents, on ne peut guère se promettre d’elles la persévérance, ni assurer la durée et fermeté, et moins encore dans celles de semblable qualité, qui ont plus coutume de se mouvoir aisément à n’importe quel exemple pernicieux que de se réfréner sous l’empire de la raison et de la justice. Et tout ce que prévoit la prudence en semblables cas, ce n’est pas de les redouter, mais de les prévenir et d’y porter remède afin qu’elles ne se produisent point. On a dit force choses, ces jours passés, pour ce qui est de la satisfaction de ces gens, de leur témérité dans les propos et de ce qu’ils se sont pourvus d’armes, mais nous ignorons si elles sont fondées, et Votre Excellence dit fort bien qu’il ne faut pas croire sans un fondement suffisant, ni négliger les dires. Ce que nous sommes parvenus à savoir, c’est que tout cela a causé un grand chagrin et souci aux Castillans et aux vassaux de Sa Majesté. Rien ne rend pires les hommes, Sire, que de leur manifester clairement qu’on les tient pour mauvais, quand ils s’améliorent parfois lorsqu’on leur donne à entendre qu’ils sont bons. Nous entendons qu’aujourd’hui, Votre Excellence se trouve en ce point avec les Portugais, où sa vigilance et sa chrétienne prudence oeuvreront de sorte qu’ils ne tombent point dans la méfiance ni que les habitants de cette cité, les vassaux de Sa Majesté, ne vivent insouciants et imprévoyants, car la vaine confiance est toujours plus nuisible que les ennemis eux-mêmes et l’on a vécu ici dans la négligence que certaines occasions passées ont manifesté.
Sa Majesté (que Dieu garde d’heureuses années) dispose dans Ses cédules royales tout ce qu’en la matière peut former la prudence humaine, et elle confie au sang et aux obligations de Votre Excellence d’agir pour le mieux pour Son royal service, la paix et la sécurité de ces Siens royaumes ; et ainsi, il ne nous reste à dire à Votre Excellence que, comme quelqu’un ayant la chose présente et qui l’a percée, avec les nouvelles que Votre Excellence a données et qu’elle demande à nouveau à monsieur l’évêque et visiteur, jointes à celles qui résulteront des diligences du licencié don Pedro de Oroz, alcalde de cette cour de justice, on vérifie de plus près la substance de cette affaire, afin que Votre Excellence puisse mieux mettre à exécution ce que Sa Majesté daigne mander dans Ses cédules royales... Rien ne nous rassure davantage et ne nous garde mieux de la crainte que de voir Votre Excellence gouverner ces royaumes, qu’elle conservera dans un très prospère état. Nous supplions Votre Excellence de daigner nous aviser de ce qui conviendrait au plus grand service de Sa Majesté, afin que ce Saint-Office et tous ses ministres lui offrions nos personnes, nos vies et nos biens, comme nous en avons l’obligation, demandant sans trêve dans nos sacrifices l’augmentation et la conservation de la monarchie espagnole41.

41Fin novembre 1641. Les choses sont donc claires : l’évêque de Puebla demande des mesures contre les Portugais, et sollicite discrètement l’intervention inquisitoriale. Le vice-roi reste très réticent, et le Saint-Office évite de se compromettre, tout en manifestant une tiédeur notable en ce qui concerne les points de vue et les suggestions de Palafox. Les temps de la persécution des marranes portugais ne sont décidément pas venus.

  • 42 Israel, op. cit., p. 211.

4227 novembre 1641. Toutefois, Escalona, apparemment ébranlé par les représentations de Palafox, ordonne aux Portugais, y compris à ceux qui sont nés dans la vice-royauté, de se présenter au corrégidor dans les 3 jours, et de livrer les armes qui seraient en leur possession. Dans la seule ville de México, 419 chefs de famille se présentent donc aux autorités et 16 armes à feu — bien peu de choses en vérité, pour des gens qu’on supposait occupés à tramer une insurrection ! — sont saisies42.

ANNEE 1642 : LE DRAME

  • 43 AGN, Inquisición, vol. 489, ff. 102-104, Carta del obispo Palafox al Santo Oficio (1642).

4316 janvier 1642. Désormais, la lutte entre le vice-roi et l’évêque-visiteur est impitoyable, chacun essayant d’obtenir le rappel de l’autre ; une nouvelle étape est franchie lorsque Palafox rend responsable Escalona de l’arrestation d’un carme déchaux par le corrégidor de Veracruz, lequel était porteur de lettres que l’évêque de Puebla adressait à Madrid, réclamant d’urgence le rappel du vice-roi en Espagne43.

  • 44 AGN, Inquisición, vol. 489, f. III, Carta del Santo Oficio al virrey Escalona (1642).

4428 janvier 1642. Dans une atmosphère tendue, la position du Saint-Office reste la même. Le tribunal écrit au vice-roi qu’il n’a eu vent d’aucune nouveauté : “S’il avait entendu qu’il y en eut, et qui fût importante pour le service de Sa Majesté, il en aurait avisé Votre Excellence sans attendre qu’on le lui demande”44.

4510 février 1642. Cédules royales concernant à nouveau les Portugais de la Nouvelle-Espagne, dont la Couronne, manifestement convaincue par Palafox, redoute une insurrection. Le port de Veracruz doit être pourvu d’une plate-forme munie de batteries, les Portugais résidant dans les ports et les mines devront s’en éloigner de 20 lieues vers l’intérieur des terres. Le ton des cédules traduit bien la méfiance qui règne alors, et Philippe IV s’adresse ainsi au vice-roi :

  • 45 AGN, Reales cédulas originales, vol. I, No. 288, f. 528.

Pour ce qui est des étrangers, il se présente à Moi de vous dire ce que les occasions et les expériences montrent : vous savez le grand nombre de ces gens dans ces provinces, établis et commerçants, avec ou sans licence, et malgré qu’on vous instruise précisément de ce qu’on doit faire avec les Portugais dans une autre missive de même date que la présente, et que vous devrez exécuter, outre d’autres choses sur ce point, il M’a paru devoir ajouter à ce que J’y dis : prêtez attention à reconnaître le grand souci que peuvent donner les Portugais, car ils se trouvent fort nombreux dans les ports les mieux pourvus d’hommes, plus riches que les naturels et plus unis entre eux que les autres ; dans les mines, ils sont fort riches, et Je suis informé qu’ils sont finalement l’éponge de tout l’or et l’argent du rescate, et ceux qui égarent Mes quints royaux ; ils n’ont cure de tenir des propos contre la royauté, se mêlent beaucoup aux nègres auxquels ils sont fort unis et dont ils sont respectés ; et leur loyauté n’étant pas assurée, comme on peut le craindre de tant d’indices, reconnaissant le péril qui est si intérieur et domestique, il M’a paru, outre ce que je vous ai dit dans la missive citée, attirer votre attention sur toutes ces considérations (et je présume que votre soin aura pourvu à tout) afin que nous oeuvrions tous à une même fin... car personne ne saurait assurer que les Portugais qui se trouvent si éloignés de Ma personne resteront constants, quand ceux qui s’en trouvent si près ont été si déloyaux..45.

46Le ton du monarque est sec, le sort du vice-roi est déjà scellé.

  • 46 AGN, Reales cédulas duplicadas, vol. 63, f. 3 verso, La Corona al obispo Palafox...
    AGN, Riva Palac (...)

4718 février 1642. Cédule d’Olivares, nommant l’évêque Palafox vice-roi de Nouvelle-Espagne, à la place du duc d’Escalona46.

  • 47 Boletín del AGN, tome XXVI, No. I, p. 70.

4817 mars 1642. Don Juan Sáenz de Mañozca, formé par son oncle, don Juan Mañozca y Zamora, l’artisan de la “Grande Complicité” péruvienne, prend possession de sa place d’inquisiteur à México47.

  • 48 Pierre Chaunu, Séville et l’Atlantique, tome V, “Le traffic de 1621 à 1650”, pp. 388-392.

4918 mars 1642. L’aviso, le San Francisco, quitte les côtes andalouses en direction de la Nouvelle-Espagne48.

  • 49 AGI, Contaduría, 885. A. Oficiales Reales de Veracruz. Cargo de almojarifazgos por mercancías tra (...)

504 mai 1642. Le “San Francisco, qui est venu comme premier aviso fut visité le 4 mai 1642...”. Il ne fait aucun doute que le navire était porteur de la cédule d’Olivares concernant Palafox49.

516 mai 1642. Lettre du tribunal de México à la Suprême, faisant le bilan des relations entre le vice-roi, le duc d’Escalona, et l’évêque Palafox et précisant le rôle tenu par le Saint-Office dans l’affaire.

  • 50 AGN, Inquisición, vol. 407, exp. 12, ff. 438-441, Carta del Santo Oficio de México a la Suprema.

Monsieur,
La nouvelle du soulèvement du Portugal qui est parvenue dans cette ville l’année dernière 41, a causé dans l’esprit des fidèles vassaux de Sa Majesté la tristesse et la douleur d’obligation, désireux comme ils le sont de répandre leur sang, d’offrir leur vie et leurs biens pour Son royal service et pour Sa défense ; à cette nouvelle s’étant ajoutées celle du soulèvement de l’île de Madère et du Brésil, et celle de tentatives semblables de la part des Portugais de Carthagène des Indes, l’affliction des Castillans a redoublé, et ils ont commencé naturellement à craindre les Portugais, qui sont nombreux et puissants dans ce royaume, surtout dans cette ville, celle de Puebla de los Angeles, de la Nouvelle-Veracruz et du port de San Juan de Ulúa ; et cette affliction s’est accrue, voyant et jugeant les Portugais bien aise et sans aucune tristesse de ces fâcheuses nouvelles ; certains d’entre eux, imprudents, ont sans doute parlé avec une telle passion, ou si peu de réserve (selon la rumeur publique de cette ville), qu’ils ont en tous points altéré l’esprit des Castillans, leur inspirant de la méfiance, et le désir qu’on les modère ; ceux-ci ne parlaient de rien d’autre, en public ou en secret, si ce n’est de la convenance de se prévenir et de se défendre des autres pour une quelconque éventualité ; comme la crainte forme des géants dans l’air, la rumeur courut que les Portugais amassaient des armes à feu et des munitions, et qu’ils parlaient en toute liberté en faveur du soulèvement du Portugal : nous ignorons si ces rumeurs étaient fondées ou non, leur examen ne nous concernant point, bien que nous en conçûmes de l’inquiétude, pour ce qu’on pouvait craindre de quelque discorde ou querelle entre les Castillans et les Portugais ; lorsque nous en avions l’occasion, nous nous employions à faire entendre que tout était paisible, que les Portugais étaient de loyaux vassaux de Sa Majesté et qu’ils ne manqueraient pas à leurs devoirs.
Le 18 novembre de l’année passée, don Juan de Palafox y Mendoza, évêque de la Puebla de los Angeles et visiteur de ce royaume, écrivit trois billets adressés à nous, les deux inquisiteurs et le procureur, dans lesquels il nous demandait d’assister de concert, à 11 heures du matin, dans le cabinet de l’inquisiteur le plus ancien, car il avait certaine affaire grave et importante à nous communiquer pour le service de Sa Majesté ; il fallait veiller à dissimuler quelque peu cette rencontre, afin qu’elle ne fût point remarquée ; on fit donc ainsi, observant un grand secret, et nous trouvant ensemble et seuls, monsieur l’évêque parlant comme s’il s’adressait au tribunal du Saint-Office, nous relata les excès des Portugais nous disant qu’ils étaient bien plus grands qu’il n’y paraissait, qu’on lui en avait fait un rapport très sûr, et aussi de l’affliction et des craintes des Castillans, qui les voyaient placés à des postes publics de milice, en des temps aussi périlleux ; il s’était résolu à avertir le vice-roi, le marquis de Villena, et à lui faire voir combien il importait au service de Sa Majesté et à la conservation de ce royaume de contenir les Portugais, de leur enlever armes et offices, et d’en munir les Castillans, pour quelque éventualité ; et connaissant la loyauté et l’amour avec lesquels le Saint-Office et tous ses ministres servent Sa Majesté, il avait voulu nous communiquer cette affaire et le dessein qu’il formait, afin que nous l’assistions de nos conseils, comme vassaux, serviteurs et chapelains du Roi Notre Sire, nous qui avions le plus grand intérêt à Son royal service et à la sécurité de nos personnes, car dans le cas où les Portugais tenteraient un mauvais coup, nous serions, nous, les autres ministres, les édifices et le secret de cette Inquisition, les premiers à nous trouver en péril, à cause de la détestation qu’inspire communément le Saint-Office à ceux qui sont connus comme appartenant à cette nation. Cette proposition regardait le service de Sa Majesté, le bien public et la sécurité de cette ville et de ce royaume, et ne cherchait qu’à avertir ledit vice-roi. Nous lui répondîmes qu’elle nous semblait bonne, qu’il devait le voir et communiquer à sa personne, si pleine d’autorité et de prudence, ce qu’il savait de la matière, afin que le vice-roi y pourvoie et y apporte remède, avec la prudence et le zèle qu’on pouvait attendre de ses hautes obligations, et nous recommandâmes audit évêque de tâcher de procéder avec une grande douceur, réserve, et en silence, afin de ne pas attirer l’attention et d’éviter les inconvénients qui pourraient s’ensuivre autrement ; tout particulièrement, qu’il ne laisse entendre d’aucune façon qu’il nous avait communiqué son dessein qui, bien que bon, pourrait éveiller quelque méfiance chez le vice-roi avec qui nous entretenions des relations bonnes et paisibles, et une attention redoublée chez les Portugais, dans la crainte du Saint-Office. Il nous remercia de notre bonne volonté et de notre conseil, prit congé de nous, laissant entendre qu’il nous avait rendu visite parce qu’il voulait retourner à son église de Puebla.
Le 20 dudit mois, il nous écrivit le billet dont nous vous envoyons copie avec la présente, et il y joignit celui qu’il avait écrit au vice-roi, afin que nous le vissions ; nous fûmes d’avis que le procureur, don Francisco de Estrada, devait aller le voir, comme l’évêque l’insinuait dans ledit billet, et ceci fait, ce dernier lui dit qu’il avait considéré comme un moyen plus assuré d’écrire au vice-roi au lieu de l’aller voir, pour éviter certains inconvénients ; il avait appelé le procureur pour le lui dire, et on répondit à son billet par un autre, fort bref, dont la copie se trouve avec les autres ; le 22 dudit mois (après avoir mandé son billet au vice-roi), il en écrivit un autre au tribunal, l’avisant de l’effet qu’il avait eu, et la copie se trouve également avec la réponse.
Le 24 dudit mois, le vice-roi nous écrivit de sa main — Votre Altesse en verra la copie — et il nous adressa copie de la réponse qu’il avait faite à l’évêque, ainsi que deux copies de trois cédules de Sa Majesté par lesquelles elle daigne mander ce qu’on doit faire avec les Portugais ; après avoir tout examiné avec l’attention que nous devons, nous lui répondîmes ce que Votre Altesse verra par la copie.
Et le 27 desdits mois et année, le vice-roi fit publier dans les endroits les plus en vue de cette ville et en face des édifices de cette Inquisition, le ban imprimé que nous vous envoyons, ordonnant à l’alguacil mayor de la cour de justice de nous le remettre, ce qu’il fit ; sa publication et les démarches entreprises en vertu des ordres qu’il contenait redoublèrent tellement les craintes des Castillans que ledit évêque, certaines personnes graves et de nombreux familiers et ministres de cette Inquisition nous avertirent qu’il convenait de vivre sur nos gardes, à cause de ce que pourraient faire les Portugais ; ainsi, il nous a paru devoir recommander en grand secret aux familiers les plus compétents et les plus chargés de responsabilités de tenir prêtes leurs armes et celles de leurs serviteurs, sans faire remarquer leurs précautions ni manifester leur méfiance, en vue de ce qui pourrait se présenter pour le service de Sa Majesté et de ce Saint-Office ; et nous leur mandâmes, sous la foi du serment de fidélité et du secret qu’ils avaient fait, de ne révéler ces choses et de ne les communiquer à personne (et ils obéirent), cette démarche ne prétendant à rien d’autre qu’à de prudentes dispositions pour le service de Sa Majesté ; et Dieu a bien voulu qu’elles n’aient pas été nécessaires, car ces craintes et ces rumeurs se sont apaisées, le vice-roi et ledit évêque ayant vécu plusieurs mois en grande paix et harmonie, avec de grandes démonstrations d’amitié ; mais à cause des juridictions de leur charge, ou parce que l’évêque avait tellement poussé les mesures contre les Portugais, les esprits ont commencé à s’irriter ; comme d’ordinaire il se trouve des tiers malintentionnés qui, par leurs médisances et leurs méchants rapports, trouvent à s’introduire pour gagner la faveur de ceux qui gouvernent, il n’en a sans doute pas manqué entre l’évêque et le vice-roi, ce qui troubla la paix et l’harmonie dans laquelle ils vivaient, à notre grand regret comme à celui de tous ceux qui, dans cette république, sont animés de bonnes intentions.
Les choses se trouvant en cet état (sans qu’on désespère aucunement de les raccommoder), il arriva que le mois de janvier de cette présente année de 42, don Juan Fernández de Córdoba, homme du vice-roi et corrégidor de Veracruz et du port de San Juan de Ulúa, arrêta un religieux lai ou convers des carmes déchaux, qui, sous couleur de se rendre à Campeche demander la charité, allait à La Havane et en Espagne, porteur de lettres et de dépêches dudit évêque de la Puebla et d’autres personnes, écrites contre le vice-roi, dont il ne tenait pas l’autorisation de s’embarquer, ainsi que l’ordonne Sa Majesté ; on dit que le corrégidor procéda aux formalités de rigueur, qu’il le fouilla et chercha les lettres qu’il portait, mais qu’on ne lui en trouva point, si ce n’est une patente de son provincial pour faire son voyage et une lettre de paiement pour ses dépenses ; ledit corrégidor avertit le vice-roi qui en eut un déplaisir et une méfiance accrus, et nous apprîmes qu’il les avait manifestés secrètement à l’ordre du Carmel qui s’excusa en disant ne rien savoir de l’affaire, le provincial qui était seul à la connaître se trouvant absent ; ledit évêque-visiteur s’informa en détail de l’incident et s’emporta de sorte qu’à la mi-janvier, il écrivit un billet fort vif et résolu à don Francisco de Zerecedo, secrétaire du vice-roi, afin qu’il le montre à ce dernier, ainsi qu’une lettre qu’il avait faite audit don Juan Fernández de Córdoba, avec l’arrêt qu’il lui faisait notifier ; nous fûmes très fâchés de voir ce billet, et de ce qu’on l’avait envoyé dans une semblable précipitation, l’évêque nous en fit tenir les copies le jour-même, avec un billet ; nous adressons les copies correspondantes à Votre Altesse, ainsi que celle de la réponse que nous fîmes audit évêque ; nous apprîmes que celui-ci en avait mandé de semblables aux chapitres et aux communautés de cette ville.
Nous entendîmes que, par la suite, il avait envoyé un sien secrétaire, un prêtre, à Veracruz, avec l’ordre d’afficher l’excommunication dudit don Juan de Córdoba, ce qui fut fait ; ce dernier, après en avoir appelé au métropolitain et requis le secours de la force publique, fut absous ad reincidentiam, de la façon ordinaire, et on fit retirer l’arrêt ; quelques jours plus tard, le frère lai du Carmel arriva dans la ville, et le vice-roi l’ayant appris, il le fit remettre aux prélats de son couvent ; ces actions de l’évêque déterminèrent le vice-roi à faire une information pour savoir quels tribunaux ou personnes s’étaient plaints à lui qu’on leur cachait ou retenait les plis ou les lettres qui venaient d’Espagne ; pour ce faire, il donna commission au docteur Andrés Gómez de Mora, oidor de cette Audience royale et aussi, pour qu’il poursuive ou entreprenne de nouveau ce qui regardait les Portugais ; en exécution de quoi, le 26 dudit mois de janvier, ledit oidor rendit visite à chacun de nous séparément, dans nos cabinets, le procureur le recevant chez lui ; il nous communiqua de la part du vice-roi la démarche qu’il faisait, et nous demanda de déclarer par écrit devant lui et son notaire ce que nous savions et entendions ; nous lui répondîmes (sans nous être vus ni en avoir communiqué) ce que nous devions, et que les inquisiteurs n’étaient pas gens à témoigner ni à comparaître en jugement devant aucun juge, et surtout dans des matières si différentes de leur profession ; ce qu’on pouvait certifier de vive voix au vice-roi, c’est que le tribunal du Saint-Office n’avait point à se plaindre de l’absence de plis et de lettres, car il était tout à fait public et notoire qu’il n’était pas arrivé de flotte ni d’avisos d’Espagne, et s’il avait eu motif à le faire, il ne se serait plaint qu’à Sa Majesté et à Votre Altesse ; quant aux Portugais, le tribunal lui avait répondu par un billet du 25 novembre de l’année passée 41, après quoi ledit oidor prit congé de nous.
Puis, le 27 janvier de cette année, le vice-roi, le marquis de Villena, nous écrivit, aux deux inquisiteurs et au procureur, un billet signé de son nom, avec une copie des commissions qu’il avait données audit oidor ; sans aucun doute, le marquis entreprit cette démarche à cause de ce que l’oidor lui avait rapporté, et il nous demanda de lui notifier, au bas de l’écrit, notre sentiment ; et encore que nous nous rejouirions, et fort, que lesdits vice-roi et évêque ne nous consultassent point sur semblables choses, les ayant suppliés là-dessus plusieurs fois, s’agissant du service de Sa Majesté et du bien public de ce sien royaume, il ne serait point juste que nous nous excusions, surtout auprès d’un vice-roi qui représente la personne royale et à qui on doit un respect si considérable ; ainsi nous répondîmes ce que Votre Altesse verra, par les copies mandées. Et considérant que des actions référées, une rupture plus profonde pouvait s’ensuivre si quelques personnes soucieuses du service de Dieu et de Sa Majesté ne s’employaient à y porter remède, il nous parut convenir et être nécessaire que notre collègue, l’inquisiteur Soltero, évêque élu de Guatemala, vît secrètement le vice-roi et l’évêque, pour leur manifester qu’il importait fort au service de Dieu Notre-Seigneur et au bien public qu’ils s’accordassent, se vissent et entretinssent des communications (ce qu’ils ne faisaient point) car de la discorde ne manqueraient pas de naître des inconvénients et des scandales de gravité ; ledit inquisiteur Soltero leur fit visite à chacun plusieurs fois, il tâcha tant qu’il put de les accommoder, leur représentant tout cela avec la modestie et le respect qui leur sont dus ; il n’y parvint guère, les esprits étant extrêmement échauffés à cause des billets qu’on sait, bien qu’il réussît à ce qu’ils se vissent et se rendissent les visites nécessaires, pendant lesquelles on ne touchait point le sujet des ressentiments ni de leur satisfaction, chose que tous deux acceptèrent, avec une chrétienne prudence ; ledit inquisiteur les en remercia, et ils se virent et visitèrent sous cette condition, donnant un fort bon exemple et du réconfort à la république, ainsi qu’à ceux qui sont jaloux du service de Dieu et de Sa Majesté ; ledit évêque ayant achevé les démarches regardant la reddition des comptes du marquis de Cadereita et de ses hommes, et prononcé la sentence, il se détermina à regagner son église ; auparavant, il vit le vice-roi, en prit congé, celui-ci fut le voir chez lui, et l’autre quitta la ville, les choses semblant tout à fait apaisées.
Nous avons jugé très nécessaire de faire à Votre Altesse un aussi long rapport sur toutes ces affaires, afin de lui montrer que nous n’avons pu nous dérober au vice-roi ni à l’évêque...50.

52Il est donc évident qu’en date du 6 mai 1642, le Saint-Office était avant tout le médiateur et le modérateur, souvent las et agacé, dans les différends qui opposaient le vice-roi et l’évêque-visiteur — désormais adversaires irréconciliables — avec cependant un certain penchant pour l’autorité suprême de la vice-royauté et une méfiance perceptible à l’égard du fougueux prélat. En ce qui concerne les Portugais, l’attitude du tribunal est particulièrement sereine et prudente, rien ne laissant entrevoir un brusque changement dans ce domaine, bien que les archives inquisitoriales recèlent depuis longtemps déjà des témoignages suspects sur les pratiques mosaïques de certains d’entre eux...

  • 51 AGN, Inquisición, vol. 413, f. 607, Carta del comisario de Veracruz al tribunal de México.

5312 mai 1642. Réception, au tribunal, d’une lettre du commissaire de Veracruz, datée du 6 mai, et commençant par ces mots : “J’ai écrit force lettres à Votre Seigneurie, l’avisant des nouvelles d’Espagne”51.

54Faut-il le préciser, nous avons la conviction que l’arrivée de la cédule d’Olivares fut signalée par le commissaire aux autorités de la capitale, d’autant plus que c’est à lui que revenait la visite inquisitoriale du San Francisco. S’il est difficilement pensable que le contenu du document ait été éventé, il est en revanche probable que son arrivée ait engendré des rumeurs précises sur de nouvelles et énergiques mesures de la part de la Couronne. Or, elles ne pouvaient aller que dans le sens déjà annoncé, la répression des Portugais, l’empire croissant de l’évêque-visiteur, la disgrâce du vice-roi.

  • 52 AGN, Inquisición, vol. 387, exp. 11, Memoria del día... op. cit.

5516 mai 1642. En conséquence, Ysabel Núñez, femme de Duarte de León Jaramillo, et Francisco Nieto, dénoncés par Francisco Home l’année précédente comme relaps, sont emprisonnés par l’Inquisition à México52. Pourquoi donc avoir tant attendu ?

  • 53 AGN, Inquisición, vol. 387, exp. 11, Memoria del día... op. cit; vol. 403, exp. 3, ff. 339-341 ver (...)

5617 mai 1642. Blanca de Rivera et ses filles Margarita, Clara et Ysabel sont elles aussi arrêtées. L’aînée, Maria, restée libre, consulte le groupe de judaïsants dont elle est très proche, afin de trouver les moyens d’empêcher sa soeur Clara, un peu faible d’esprit, de passer aux aveux. Une réunion nocturne se tient à cet effet chez Simón Váez Sevilla et sa famille — 16 personnes s’y retrouvent — où on décide que ce dernier offrira, par l’intermédiaire de Maria, une coquette somme au geôlier afin qu’il la laisse s’introduire auprès de sa cadette pour lui faire la leçon. Déjà, la peur s’empare de la communauté, et María est raccompagnée chez elle fort tard, par Francisco López, El Chato, un des nombreux commis du négociant Simón Váez... Dans les rues ruisselantes des premières pluies de la saison, sous les odeurs nouvelles de la terre mouillée et de la vase remuée des canaux, Maria, l’angoisse au coeur, se serrait contre le jeune homme qui la portait en croupe ; déjà elle sentait l’aile noire d’un immense malheur l’effleurer... Elle essaiera aussi, le lendemain, de retrouver les nègres qui, en 1635, avaient fait passer quantité de messages aux emprisonnés par l’Inquisition, mais lorsqu’elle se présente aux punis de l’époque afin de leur demander leur aide pour chercher les esclaves, elle reçoit un accueil hostile, et ne parviendra pas à établir le contact avec Clara53.

  • 54 AGN, Inquisición, vol. 387, exp. 11, Memoria del día... op. cit.
  • 55 AGN, Inquisición, vol. 398, exp. 1, f. 266 verso, Proceso contra Simón Váez Sevilla (642).

5719 mai 1642. Maria de Rivera et sa soeur Catalina sont à leur tour emprisonnées54. Doña Juana Enríquez, la femme de Simón Váez, désespérée, s’en va, apprenant les nouvelles, dans sa cuisine ; là, assise sur le coffre où l’on gardait les marmites, elle s’adresse en pleurant aux négresses du service : “Voyez, ne mangeons-nous pas comme tout le monde, le pot et les poules ? Si je ne mange pas de saindoux ni de lard, c’est parce que j’ai la gorge malade...”55.

  • 56 AGN, Inquisición, vol. 402, exp.l, ff. 339 verso et 340, Proceso contra Rafaela Enriquez.

58Un des jours suivant l’arrestation des Rivera, Blanca Juárez, apparentée à Simón Váez, découvre un beau matin dans le vestibule de son logis un billet anonyme l’avertissant que “les Blancas avaient chanté...” ; toutes les femmes de la famille achètent alors des abécédaires, où elles s’empressent d’apprendre les prières catholiques, en prévision de l’interrogatoire inquisitorial qui apparaît désormais inévitable...56.

  • 57 González Obregón, op. cit., p. 230.

5923 mai 1642. Un courrier arrive à Puebla, siège de l’évêché dont Palafox est titulaire, annonçant qu’un aviso avait ancré à Veracruz, porteur “entre autres nouvelles notables, de plis secrets pour le visiteur, et sa nomination à l’archevêché de México”57.

  • 58 González Obregón, op. cit., p. 230.

606 juin 1642. Arrivée de Palafox à México. Il avertit secrètement les autorités et l’Inquisition qu’il a reçu l’ordre de déposer le vice-roi et de prendre sa place, et prépare soigneusement son coup de théâtre58.

  • 59 AGN, Inquisición, vol. 387, exp. 11, Memoria del dia... op. cit.

617 juin 1642. Les confessions des Rivera commencent à porter leurs fruits : arrestation de Juan Pacheco de León, un des personnages importants de la vie religieuse de la communauté marrane, intime de la famille de Simón Váez Sevilla59.

62Le 8 juin 1642 : la nuit, et le 9 juin 1642 : à l’aube.

  • 60 González Obregón, op. cit., pp. 232 et 233. L’auteur s’inspire étroitement de la Relación publiée (...)

Le 8 juin de cette memorable année 1642, à dix heures du soir, monsieur de Palafox écrivit un billet aux inquisiteurs, avec qui il avait préalablement parlé de l’affaire, leur demandant de lui envoyer tous leurs familiers à quatre heures du matin. Il envoya don Pedro de Oroz chercher les oidores, manda différentes dépêches à l’ayuntamiento et aux tribunaux du royaume, écrivit plus de quatre-vingts lettres à différents gentilshommes et personnages, à divers supérieurs et prélats des ordres religieux, leur annonçant ce qu’avait ordonné Sa Majesté, et leur intimant l’ordre de se trouver à l’aube à l’archevêché.
Cette nuit-là encore, il donna l’ordre par écrit au maître de camp don Antonio Urrutia de Vergara, de réunir trente personnes distinguées et pleines de coeur, qui devraient se placer aux portes du palais royal, laissant tout le monde en sortir mais en empêchant l’entrée, s’en remettant à sa prudence et à sa discrétion du soin de prévenir les accidents qui pourraient survenir ce matin-là et de les éviter ; le maître de camp exécuta tout dans le plus grand secret, à minuit, en compagnie du général don Diego Astudillo Castrillo, qui avait reçu des ordres semblables.
Tous ceux qui avaient été convoqués se réunirent très tôt le matin du 9 juin. Les portes du palais royal s’étaient ouvertes sans que personne de ceux qui l’habitaient ne se rende compte de ce qui allait se produire, et comme de furtifs conspirateurs, quoique bien paisibles et insouciants, puisqu’ils étaient des conspirateurs, mais autorisés par le roi, les hommes qui devaient procéder à la notification sortirent du palais de l’archevêché et prirent le chemin de celui du vice-roi qui n’était qu’à une rue de là ; le silencieux cortège entra sans en être empêché, il monta posément l’escalier et une fois à l’étage, se dirigea vers les appartements du vice-roi, marquis de Villena et duc d’Escalona.
Son Excellence était encore au lit, dormant du paisible sommeil de celui qui ne craint ni ne soupçonne rien. Alors, l’oidor don Andrés Pardo de Lagos, les alcaldes don Juan de Gordejuelas et Pedro Oroz, le procureur don Pedro Melián et le secrétaire de la chambre don Diego de Rivera lui intimèrent l’ordre de s’éveiller.
Il était à peu près six heures du matin, Son Excellence, sans se lever, surprise, effarée, s’imaginant peut-être qu’elle était la proie d’un terrible cauchemar, leur ordonna d’entrer ; une fois dans la pièce, ils se mirent à genoux, la suppliant d’obéir à la disposition royale de Sa Majesté, par laquelle, pour certaines considérations de Son royal service, Elle lui ordonnait de se rendre en Castille et de remettre le pouvoir à Sa Seigneurie Illustrissime, don Juan de Palafox y Mendoza.
Le secrétaire, Diego de Rivera, donna au duc d’Escalona la cédule royale, mais Son Excellence la lui rendit, lui ordonnant de la lui lire, après quoi Villena s’exclama : “C’est là un grand coup ! Mais dans les obligations qui sont les miennes, on ne peut douter de l’obéissance à Sa Majesté en tout ce qu’Elle daignera ordonner”.
Et cet humble mais puissant vassal du roi apprit par ceux qui lui avaient notifié l’ordre qu’entre-temps, Sa Seigneurie Illustrissime, monsieur de Palafox, avait pris possession du gouvernement, lequel lui fit savoir sur le champ combien il conviendrait qu’il se retirât hors de México, là où il jugerait se trouver le plus commodément...60

63Palafox, vice-roi, prend des mesures énergiques contre les Portugais, celles-là mêmes que son prédécesseur avait laissées lettre morte. La communauté marrane sait alors ses jours comptés et une opinion répandue dans ses rangs veut que la persécution qui s’annonce vise essentiellement les individus de nationalité portugaise, les riches en particulier. Dans les jours qui suivent le coup de Palafox, tous ceux qui ont du bien cherchent à le mettre en sûreté pour le préserver des séquestres et le retrouver à la sortie des geôles inquisitoriales, car alors personne ne croit à une longue incarcération ni à des suites funestes.

  • 61 AGN, Inquisición, vol. 423, exp. 3, f. 123 verso, Diez cuadernos de comunicaciones de cárceles oíd (...)

64Ainsi, par exemple, l’opulent Mathías Rodríguez de Olivera confia de l’argent et des objets de valeur à un esclave à qui il promit la liberté si celui-ci les lui gardait fidèlement jusqu’à sa sortie de prison61 ; quant à Simón Váez, il fut appelé par don García de Valdés Osorio,

  • 62 AGN, Edictos de Fe, vol. I, No. 9.

un des jours de la fin juin de ladite année 42, qui lui révéla qu’une personne placée à un des postes les plus importants de cette ville lui avait fait dire de régler ses comptes avec Simón Váez, et de rentrer dans son argent si ce dernier lui en devait, car il y avait une cédule qui ordonnait de retirer leurs biens aux Portugais. Et au su de cette récente nouvelle, ils décidèrent de cacher les biens puisque cette nuit-là, ledit Simón Váez Sevilla commença à transporter les marchandises les plus précieuses qu’il avait chez lui au logis de don García, avec tout le secret et la dissimulation possibles ; et à peu près une heure après l’angélus, il lui envoya, afin qu’il les lui garde, deux gros coffres doublés de vachette incarnat au cloutage doré, emplis de bas de soie, de mantes de soie, de fil fin de Gênes, de dentelles fines blanches et noires, de soie, que Gaspar Váez Sevilla porta dans la voiture de son père, et qu’il remit, avec leurs clefs, audit don García [... et Simón Váez] continua à lui envoyer des coffres de marchandises, d’un très grand prix [...] ; et une des nuits avant son emprisonnement, il envoya dans sa voiture audit don García cent barres d’argent, au cours de quatre voyages, à raison de vingt-cinq barres chacun, qu’escortèrent lesdits Gaspar Váez et Juan Méndez Villaviciosa, en qui les deux hommes avaient toute confiance62.

  • 63 AGN, Inquisición, vol. 400, exp. 1, f. 330, Proceso contra Juana Enriquez (1642).

65Simón Váez avait aussi caché quantité de biens et d’objets de valeur chez ses bons amis, doña Leonor de Pareja et son époux, don Andrés Pardo de Lago, oidor de l’Audience et consulteur du Saint-Office, un des importants personnages qui avait été chargé par Palafox de notifier, au petit matin du 9 juin, la nouvelle de sa destitution au duc de Villena63.

  • 64 AGN, Inquisición, vol. 374, exp. 6, f. 100, Proceso contra Melchor Xuárez (1631). C’est Isabel de (...)

66Enfin, Isabel de Silva, prévenue par un ex-amant, Melchor Xuárez, lui-même judaïsant et secrétaire de surcroit de l’évêque-visiteur, que ce dernier voulait s’emparer des biens des Portugais, “ramassa ses bijoux, ses vêtements et d’autres choses, et les donna à garder audit Melchor Xuárez, qui les garda en effet dans la maison dudit don Juan de Palafox, d’où ledit Melchor Xuárez les envoya à Puebla”, où des amis chrétiens cachèrent le tout64 ; Xuárez avait rendu là un fier service à son amie, dont les objets de valeur ne pouvaient certainement pas tomber dans une cachette plus sûre : le logis de Palafox...

  • 65 AGN, Inquisición, vol. 412, exp. 2, f. 468, Proceso contra Luis Núñez Pérez (1642).

6714 juin 1642. Arrestation de Luis Núñez Pérez, intime des Rivera. Au moment de la fouille d’entrée, on trouve dans ses poches une copie des accords passés entre le Portugal et les Pays-Bas, indice aux yeux des inquisiteurs, de relations extrêmement suspectes avec les ennemis de la Couronne65.

  • 66 AGN, Inquisición, vol. 396, exp. 3, f. 493, Deposiciones de comunicaciones de cárceles de Francisc (...)

6816 juin 1642. Thomás Núñez de Peralta, un gros marchand de la vice-royauté, beau-frère de Simón Váez Sevilla, est à son tour emprisonné. Beatriz Enríquez, sa femme, Simón Váez Sevilla, son beau-frère, et les autres membres de la famille tentent d’établir le contact avec l’emprisonné ; c’est alors qu’on invite l’esclave Antonia à s’“ébattre” avec un Noir serviteur du Saint-Office, pour faciliter l’entreprise66

  • 67 AHN, Inquisición, legajo 1737, exp. 11, Resumen de los cargos que resultan asi comunes como partic (...)
  • 68 AGN, Inquisición, vol. 398, exp. 1, f. 65, Proceso contra Simón Váez Sevilla (1642).
    AGN, Edictos d (...)

6911 juillet 1642. L’inquisiteur don Francisco de Estrada y Escobedo lui-même prévient don García de Valdés Osorio, comte de Peñalba, de l’arrestation prévue pour le lendemain de nombreux judaïsants, dont Simón Váez Sevilla67 ; Peñalba, entretenant avec ce dernier d’importantes relations commerciales, reçoit ainsi le discret avertissement de régler au plus vite ses comptes avec lui, afin de ne pas voir une partie de sa fortune compromise dans les séquestres inquisitoriaux. Mais don García et Simón Váez sont de vieux amis : le comte fait alors appeler d’urgence le négociant, prétextant des affaires considérables à discuter, et il lui révèle son arrestation imminente, lui offrant son aide ; après que des voitures pleines de marchandises lui aient déjà été confiées les semaines précédentes, et que les livres de comptes, des documents compromettants de toutes sortes aient été brûlés, il ne reste plus qu’à sauver ce qui peut l’être encore : des écritures pour une valeur de 140 000 pesos sont finalement mises au nom de don García, qui reçoit également “une caissette doublée de vachette ou de cordouan noir clouté, où doña Juana Enríquez, femme dudit Simón Váez, avait placé tous les bijoux et les objets de valeur en or, les perles, les diamants et d’autres pierres précieuses de grande valeur, et en quantité considérable”68.

  • 69 AGN, Inquisición, vol. 416, ff. 449-453, Carta al Consejo avisando de la Complicidad (1643).

70Nuit du 12 au 13 juillet 1642. A l’aube du petit matin brumeux, arrestation de 7 judaïsants, dont Simón Váez et sa famille, le personnage le plus notable de la communauté marrane de Nouvelle-Espagne69.

  • 70 AGN, Riva Palacio, tome 48, exp. 2, Libro donde se asientan... op. cit.

71Nuit du 13 au 14 juillet 1642. Comme la nuit précédente, dans le même secret, 30 personnes sont incarcérées dans les geôles inquisitoriales, pour pratiques mosaïques. Le coup de filet a retenu dans ses mailles l’essentiel de la communauté ; désormais, les arrestations des semaines, mois et années qui suivent ne sont plus que la conséquence des aveux... En 1647, 130 personnes se presseront dans les prisons70.

72Voici la façon dont les événements sont alors rapportés aux autorités de la péninsule par celles de Nouvelle-Espagne :

  • 71 AGN, Inquisición, vol. 416, ff. 449-453, Carta al Consejo... (1643), op. cit.

Lettre du tribunal de Nouvelle-Espagne au Conseil Suprême de l’Inquisition, avisant de la Complicité (sans date ni signatures, à l’évidence de 1643)
Le 26 mars de l’année passée 1641, un jeune homme, célibataire, âgé de 32 ans, s’appelant Gaspar de Robles, qui vagabondait en différents parages de Nouvelle-Espagne, et naturel de San Vicente de la Vera, dans le royaume du Portugal, est venu spontanément se dénoncer à ce Saint-Office, sur le conseil de son confesseur ; et demandant miséricorde, il confessa avoir observé la loi de Moïse depuis 15 ans, car deux siens oncles la lui avaient enseignée, appelés Gaspar Méndez ou Gaspar Piñeiro, mort en Nouvelle-Espagne, et Francisco Home, alias Vicente Enríquez qui, à cause de ce témoignage et parce qu’on put le trouver, fut emprisonné et mourut dans les prisons secrètes de la manière que nous avons rapportée à Votre Altesse. Et après que ledit Gaspar de Robles eut confessé tous ses délits avec force mémoire, raison et les signes d’un repentir véritable, il fut admis à la réconciliation secrète, et absous le 23 avril de ladite année (dans la marge, de la main du notaire : nous lui mandâmes de prêter attention pour nous avertir s’il venait à savoir ou à entendre par la suite que certains observaient ladite loi, afin de nous prévenir), car ce jour-là, il acheva ses confessions ; et se trouvant malade, il resta se soigner dans un hôpital de ladite ville ; le 3 août de ladite année 41, il revint déclarer à ce tribunal, après en avoir conféré auparavant avec un docte confesseur à la vie exemplaire, que nous lui avions indiqué, de l’ordre de saint Dominique : pendant le temps qu’il avait été dans ladite ville, après sa dénonciation, il avait communiqué familièrement avec Blanca Méndez ou doña Blanca de Rivera, doña María, doña Margarita, doña Catalina, doña Clara et doña Ysabel de Rivera, ses filles, qu’il traitait de tante et de cousines, quoiqu’il ignorât leur degré de parenté avec lui ; et il déclara tout ce que contiennent les déclarations dont, avec la présente, nous adressons copie autorisée et en duplicata à Votre Altesse ; et les ayant examinées en consultation le 13 mai de l’année passée 42, il fut décidé de conformité que lesdites doña Blanca et ses trois filles doña Margarita, doña Clara, doña Ysabel de Rivera devaient être arrêtées, ce qui fut exécuté le 17 desdits mois et an ; et se trouvant emprisonnées, de par l’incommodité et la mauvaise disposition des prisons secrètes, lesdites doña Blanca et doña Ysabel communiquèrent entre elles de leurs cachots respectifs, les deux autres se trouvant éloignées. De cette communication, connue sur le champ grâce à l’avis qu’en donna un autre prisonnier ancien (il s’agit de Gaspar de Alfar) qui se trouvait près d’elles, nous découvrîmes que non seulement les deux soeurs qui étaient restées dehors étaient complices dans le même délit, mais qu’il s’en trouvait un nombre considérable, aussi bien dans cette ville qu’ailleurs, leurs noms étant révélés, de même que d’autres circonstances extrêmement graves ; poussés par notre zèle inquiet, nous descendîmes dans les prisons secrètes avec les notaires du secret et leurs aides, afin d’écouter ces conversations qu’à certaines heures concertées de la nuit, telles que minuit et une heure, tenaient lesdites mère et fille ; en effet, bien qu’elles eussent confessé l’observation de la loi de Moïse, elles s’étaient accordées sur des aveux semblables, sans vouloir découvrir les autres complices, se prévenant l’une l’autre afin de ne pas parler de telle ou telle personne, qu’elles nommaient ; il fut très aisé aux notaires d’écrire tout cela, toujours en présence de l’un d’entre nous qui s’y trouvait d’ordinaire, avec trois ou quatre ministres pour témoins ; pourvus de cette vérification contre lesdites soeurs doña María et doña Catalina, nous resolûmes de les arrêter, ce qui fut fait le 19 desdits mois et an. Et l’une d’elles se trouvant d’aventure près de la mère et de la soeur qui communiquaient auparavant, elle saisit l’occasion et leur narra tout ce qui s’était passé les deux jours où elle était restée dehors en liberté, le grand chagrin et la peine de tous ceux et celles qui se trouvaient compris dans ce délit — nommant la plupart d’entre eux — car ils redoutaient qu’elles ne les dénonçassent, les réunions qu’ils tenaient et leurs craintes que ladite doña Clara, étant quelque peu inepte, ne les découvrît ; elle leur dit aussi comment ceux du dehors avaient parlé et décidé de corrompre le geôlier des prisons secrètes ou son aide, pour que ladite Maria, alors en liberté, pût entrer une nuit dans la prison de ladite doña Clara pour l’exhorter ou l’effrayer fortement, afin qu’elle ne dénonçât personne ; ladite doña María tenta même la chose une fois en prison, promettant à l’aide du geôlier mille pesos, que lui donneraient Simón Váez Sevilla ou Juan Méndez Villaviciosa, lui demandant du papier, de l’encre et une plume, dans le dessein d’écrire à ces derniers ; ledit aide du geôlier nous avertit sur le champ, et nous lui mandâmes non seulement d’accepter l’offre et de l’assurer qu’il ferait ce qu’elle demanderait, mais aussi qu’il lui donnerait le nécessaire pour écrire les deux billets qu’écrivit ladite doña María, avec des indices très précis et les mots dont ils avaient conféré sous leur toit même, leur représentant combien il importait à tous qu’elle parlât à ladite doña Clara et que, pour y parvenir, il leur convenait de donner audit aide du geôlier les mille pesos ; de la sorte, elle irait de sa prison à celle de sa soeur, doña Clara, pour la prévenir de ne pas les dénoncer, comme il ressort des deux billets que ledit aide du geôlier nous remit, fermés tels qu’il les avait reçus de ladite doña María. Cette présomption plus que suffisante, s’ajouta à ce que ladite doña María, se croyant sur le point de mourir de mélancolie et des serrements de coeur dont elle souffrait alors, avait confessé ses propres délits, et ceux de force autres femmes connues d’elle, qui s’étaient expressément déclarées comme observantes de la loi de Moïse, et dont elle tenait que les maris, fils et filles l’observaient aussi [doña María] communiquant également avec certains d’entre eux et nous informant par là très bien dans ses déclarations ; et considérant attentivement la gravité de l’affaire et les circonstances individuelles référées, outre les nombreux indices pesant sur la majeure partie des personnes contre lesquelles elle avait témoigné, nous avons préparé les prisons ménagées dans les deux maisons dont nous avons rendu compte à Votre Altesse, et une fois achevées, avec un secret tel que jamais cette disposition ne fut découverte, nous appelâmes seulement l’ordinaire de cet archevêché, le docteur Cristóbal Sánchez de Guebara, chantre de la cathédrale, professeur retraité par décret et dont on connaît l’instruction, seule personne avec qui on consulta la matière car il nous paraissait d’un grave inconvénient d’en référer aux consulteurs de l’Audience, étant tous partiaux et amis de quelques-uns de ceux que nous allions arrêter ; et il eut été très possible que par leur défaut de discrétion tout ceci ait transpiré, comme ont transpiré d’autres choses que nous avons consultées avec eux ; et le 12 juillet de l’année passée 42, on vota de conformité la prison de plus de 40 personnes, hommes et femmes, qu’on exécuta d’un coup, confiée à divers ministres, le dimanche suivant, de l’aube à huit heures du matin, et tous furent saisis sans le moindre bruit ni tapage ; et ce même jour, ils commencèrent à demander audience et à confesser leurs délits, déclarant pour complices non seulement ceux qui se trouvaient prisonniers mais bien d’autres dont on s’est emparé, tant dans cette ville qu’ailleurs, qui se trouvent absents ou sous mandat d’arrêt. Et se rendant compte ladite doña Blanca et les deux filles en question qu’on les avait forcément entendues, elles commencèrent à avouer, très bien semble-t-il, comme le firent également les deux autres soeurs, d’où s’ajusta la Complicité ; et tous ont peu à peu avoué, et si beaucoup ne le font pas complètement et si un petit nombre reste réfractaire, il se trouve suffisamment de témoignages contre eux pour que nous procédions en ce qui les regarde, sans que rien ne nous fasse douter ni ne nous embarrasse...71.

  • 72 AGN, Inquisición, vol. 403, exp. 3, f. 292 verso, Proceso contra María de Rivera (1642).
  • 73 AGN, Inquisición, vol. 407, ff. 213-235, Papeles que tocan al secreto del Santo Oficio de la Inqui (...)

73Voici donc la version donnée par le Saint-Office mexicain à la Suprême qui, sans être fausse, n’en est pas moins incomplète, l’omission significative étant ici subtilement maniée. En effet, on sait maintenant comment les dénonciations de Gaspar de Robles du 23 août 1641 avaient été tout à fait induites, le jeune homme ayant reçu l’ordre de paraître revenir à la pratique mosaïque afin de mieux tromper ses coreligionnaires. Par ailleurs, l’épisode où Maria de Rivera tente de corrompre l’aide du geôlier et de faire parvenir des billets à Simón Váez et à Juan Méndez, est prudemment tronqué dans cette version inquisitoriale. En fait, l’aide du geôlier, Baltasar de Obiedo, déclara à Maria “qu’il avait remis le signal et la lettre à Simón Váez dans son cabinet, où il lui parla ; que celui-ci lut ce qui était écrit sur l’enveloppe, la signature et quelques lignes de la lettre... Simón Váez se courrouça alors très fort, et ledit Baltasar de Obiedo relata tout cela sur l’ordre qu’il avait reçu du tribunal” (souligné par nous), rapporte un témoin impliqué dans l’affaire, le notaire des séquestres, Miguel de Almonacir72. Le fait est confirmé par ailleurs, Obiedo dut “venir avec la réponse au billet de Simón Váez ; j’arrivai à la prison de Maria en grande hâte et très fâché, pour tenir l’emploi que je devais et que ces messieurs m’avaient ordonné de tenir”73.

74Enfin, Gaspar de Alfar est, comme toujours, bien informé des manèges inquisitoriaux — ce qui corrobore son éventuelle collaboration — et c’est à Rafaela Enríquez qu’il révèle qu’

  • 74 AGN, Inquisición, vol. 402, exp. 1, f. 269 verso, Proceso contra Rafaela Enriquez (1642).

en les pipant, avec industrie et malice, messieurs les inquisiteurs les avaient arrêtés, elle et tout son lignage, et la façon dont ils s’y étaient pris était la suivante : comme doña María de Rivera avait demandé de quoi écrire un billet destiné à son ami Simón Váez à un geôlier de nom Obiedo. celui-ci consulta ces messieurs qui lui mandèrent de lui donner ce qui était nécessaire : il leur montra le billet, qui disait que Simón Váez devait donner à Obiedo 500 ou 600 pesos, pour qu’on la réunisse avec sa mère et ses soeurs, afin de traiter de son affaire ; et après que ces messieurs eurent vu ledit billet, ils en firent écrire un autre, au nom de Simón Váez, qui répondait ne pas les connaître, car il était un vrai gentilhomme et ne se mêlait de rien, dans le but d’irriter ladite doña María, sa mère et ses soeurs, et de les inciter par là à apporter de nombreux témoignages contre eux, comme elles le firent, contre son ami Simón Váez, cette confessante et tout son lignage74.

75Malgré quelques inexactitudes — jamais l’Inquisition ne se risquerait à produire un faux, l’écrit étant compromettant à trop de titres, et Maria ne cherchait pas non plus à être réunie avec sa famille sinon à voir Clara une fois — Alfar dit bien l’essentiel de la manoeuvre, qui fut d’ailleurs renouvelée avec Juan Méndez Villaviciosa ; les billets que Maria de Rivera destinait à 2 correspondants furent interceptés par l’Inquisition, qui ordonna à Obiedo de revenir auprès de la prisonnière, feignant d’être en proie à une violente colère : il devait alors raconter comment il avait essuyé le mépris de Simón Váez et de Juan Méndez, qui avaient prétendu ne pas connaître Maria ; offensé, Obiedo faisait ensuite entendre qu’elle s’était moquée de lui et qu’il n’était pas disposé à se prêter de nouveau à ses manèges. Ce que les inquisiteurs espéraient se produisit alors, Maria se croyant abandonnée à son sort et rejetée, ne voyant plus d’issue, tomba dans le désespoir, et passa aux aveux. De leur côté, faut-il le dire, Simón Váez et Juan Méndez n’eurent jamais vent - du moins tant qu’ils furent en Nouvelle-Espagne — de cette ultime tentative pour sauver la situation.

76Enfin, toute la responsabilité est ici rejetée sur les Rivera, alors qu’entre leur arrestation, les 17 et 19 mai, et le grand coup de filet du 12 juillet, d’autres judaïsants furent arrêtés qui passèrent également aux aveux. Notons-le, le Saint-Office se garda bien d’informer exactement la Suprême, sachant que ces ruses indignes dépassaient trop les limites, pourtant larges, que fixaient les codes et la praxis inquisitoriaux. Il faut donc se rendre à l’évidence, le dénouement du drame marrane fut le fruit immédiat de l’indiscrétion, de la délation, du mensonge et de l’imposture, les mouchards aux pieds chaussés de laine, copiant fébrilement à la lueur de lanternes sourdes les paroles de pauvres femmes aux abois, les inquisiteurs madrés et cyniques étant les artisans de cette amère victoire...

7723 juillet 1642. Lettre du tribunal de México à la Suprême.

  • 75 AHN, Inquisición, libro 1054, f. 27, Cartas del tribunal del Santo Oficio de México al Consejo.

Notre Seigneur a bien voulu découvrir dans cette ville et ce royaume une grande complicité d’observants de la loi de Moïse, à laquelle depuis longtemps nous donnions corps peu à peu à travers des témoignages isolés ; et la trouvant à point, nous commençâmes à arrêter environ 40 personnes, hommes et femmes, qui sont aujourd’hui dans les prisons secrètes ; et la plupart d’entre elles sont si pauvres qu’il a fallu chercher de l’argent pour les alimenter, car c’est là un ancien fléau de notre Inquisition, et s’il est vrai que certaines jouissent d’une fortune modérée, l’une d’elles nous paraissant riche, elles ont caché leurs biens, pour éviter qu’on ne les leur séquestre à cause du soulèvement du Portugal...75.

  • 76 AGN, Inquisición, vol. 499, exp. 6, ff. 238-240 verso, Proceso contra Antonio López de Orduña (164 (...)

787 août 1642. Témoignage de Manuel Bizcarreto, alias Manuel Carreto, âgé de 40 ans, maître tailleur, au service, pendant un temps, de la reine de Hongrie, qu’il suivit dans ses déplacements, en particulier à Livourne, Rome, Ancône, où il a bien connu les juiveries, leurs habitants et leurs moeurs. A México, il cousait pour les gens riches, par exemple pour Isabel de Silva, qui lui avait commandé un riche vêtement de “velours argenté, ordonné de dentelles noires...” ; travaillant au domicile de ses clients pendant des périodes plus ou moins longues, il a pu observer des choses étranges, “et depuis six ans, il a fort soupçonné les Portugais qui vivent dans cette ville et ce royaume de vouloir se rebeller et de trahir Sa Majesté ; et ses soupçons sont venus de voir les réunions qui se tenaient d’ordinaire chez Simón Váez Sevilla, où se retrouvait un nombre considérable de Portugais”76.

  • 77 AGN, Inquisición, vol. 413, ff. 283-285 verso, El Lic. Thomás de la Cruz Fontinueva presenta Nicol (...)

7920 août 1642. Le licencié Thomas de la Cruz Fontinueva présente au Saint-Office son nègre esclave, Nicolas de Santa Cruz, et un jeune Espagnol de 14 ans, Juan de la Cruz, qui déclarent avoir entendu une conversation entre plusieurs Portugais ; l’un d’eux, Pedro Duarte, vivant chez Leonor de Rojas — judaïsante emprisonnée — avait déclaré qu’“avec quatre autres hommes aussi ardents que lui, ils mettraient le feu à l’Inquisition”77.

  • 78 AHN, Inquisición, livre 1054, ff. 25 et 26, op. cit.

8022 septembre 1642. Lettre du tribunal de México à la Suprême : “Le vice-roi a tenu plusieurs réunions pour savoir s’il pourrait nous réclamer les biens confisqués pour les déposer dans les caisses royales...”78.

  • 79 AGN, Inquisición, vol. 387, exp. 11, Memoria del dia, op. cit.
    González Obregón, op. cit., p. 262; (...)

8126 octobre 1642. Arrestation de don Guillén de Lampart, qui va initier ses compagnons d’infortune à l’alphabet des prisons79.

  • 80 Ignacio Rubio Mañé, El virreinato, orígenes y jurisdicciones y dinámica social de los virreyes, to (...)

8223 novembre 1642. Don García Sarmiento de Montemayor, comte de Salvatierra, devient vice-roi de Nouvelle-Espagne, à la place de don Juan de Palafox qui retrouve son évêché de Puebla80.

83Dans le courant de l’année 1642. Dans les ors brunis et la clarté rousse de 1 000 chandelles qui faisaient chatoyer les soies et approfondissaient encore les tons des sombres velours rehaussés de malines que portaient les fidèles recueillis de la synagogue d’Amsterdam, Menasseh ben Israël, qui avait vu le jour sur les bords du Tage, s’adressa, au nom de ses coreligionnaires et dans la langue de ses ancêtres, aux illustres visiteurs de ce jour-là, le prince Frédéric Henri d’Orange et la reine Henriette d’Angleterre :

  • 81 Caro Baroja, op. cit., tome II, p. 130.

Maintenant, ce n’est plus le Portugal ni l’Espagne mais la Hollande, que nous reconnaissons pour patrie ; ce ne sont plus les rois de Castille ni du Portugal, mais les très Nobles Etats et Votre Altesse Sérénissime, dont les heureuses et victorieuses armes nous protègent et nous défendent, que nous reconnaissons pour seigneurs81.

84L’assemblée silencieuse écoutait en retenant son souffle, mais on pouvait pourtant discerner, parmi le crissement des riches étoffes et le bruit mat des gouttes de cire s’écoulant sur les chandeliers et le sol, quelques soupirs étouffés, surprendre aussi des regards perdus, retenant à jamais des visions de blancs patios parfumés de jasmins et d’orangers, où la rumeur légère de la fontaine se mêlait à celle du vent...

  • 82 Les espoirs messianiques sont nombreux, non seulement en Nouvelle-Espagne, nous l’avons signalé, m (...)

85A des milliers de lieues de là, du fond des cachots obscurs de l’Inquisition, ou cachés dans de poussérieux villages indigènes, des sites miniers balayés par les tempêtes du désert, de verdoyantes îles tropicales, les marranes mexicains supplient le Tout-Puissant de hâter l’arrivée inéluctable du pardon royal, obtenu par l’intercession tutélaire du comte-duc, celle de cette flotte fabuleuse portant les marins portugais et hollandais qui viendraient les délivrer de leurs chaînes, et surtout, celle, imminente cette fois, du Messie, dont l’avènement les consolera de leurs peines millénaires et proclamera enfin leur perfection, désormais éclatante, d’élus parmi les élus...82.

ANNEES 1642-1643

  • 83 AGN, Inquisición, vol. 489, ff. 114-119, Donativo de los portugueses (1642).
    W. Borah, “The Portugu (...)

86La Couronne, toujours en faillite, fait appel aux Portugais de Nouvelle-Espagne, leur donnant l’occasion de manifester leur “fidélité et leur amour” à son égard, par un gracieux donativo, qui servira à pourvoir à la défense de la vice-royauté, en cas de nécessité. Croyant trouver là le moyen de s’assurer une relative sécurité, ils sont nombreux à s’exécuter83.

ANNEE 1643 : LE TEMPS DES EPREUVES

  • 84 Gregorio Marañon, El conde duque de Olivares, pp. 203-206.

87Janvier 1643. Chute du comte-duc d’Olivares. Après 22 ans d’espoirs et d’échecs partagés dans une longue complicité tendue, le monarque et son homme, écrasés d’un même sentiment de désastre, invitus invitum, se séparent. Dans la nuit glaciale du 23, le favori prend le chemin du néant et de Loeches, où il vivra confiné jusqu’à son nouvel exil à Toro84.

  • 85 Domínguez Ortiz, op. cit., p. 76.

88C’est aussi pendant cette année que le sévère inquisiteur général Arce Reinoso remplacera l’indulgent Sotomayor à la tête de la Suprême ; pendant le mandat du nouveau venu, 13 000 procès seront instruits, et 17 autodafés célébrés, les judaïsants étant les principales victimes de cette intense activité85. Ainsi, la main puissante qui, depuis 20 ans, protégeait les marranes et avait tenté de corriger en partie les effets néfastes de l’expulsion de 1492 en favorisant leur réinsertion intelligente dans la vie espagnole, est désormais privée de tout pouvoir, au moment même où le Saint-Office, jusque-là contenu par le favori, se voit dirigé par un homme opposé à toute attitude de modération, de conciliation ; comme 150 ans plus tôt, la chance historique a été négligée et c’est le mauvais choix qui a prévalu, pour tous...

  • 86 AHN, Inquisición, livre 1054, f. 87, op. cit.

8926 janvier 1643. Le comte de Salvatierra, vice-roi, a demandé et obtenu du tribunal mexicain 1 390 pesos des biens séquestrés, à titre du don consenti par les Portugais à Sa Majesté. La somme lui fut remise en mains propres86.

  • 87 AHN, Inquisición, livre 1054, f. 161, op. cit.

9031 mars 1643. Lettre du tribunal de México à la Suprême. Les témoignages sont formels : Melchor Xuárez, le secrétaire de l’évêque de Puebla, visiteur, et ancien vice-roi, don Juan de Palafox y Mendoza, est un juif pratiquant. La Suprême décide d’écrire à Llerena, d’où était originaire la première femme de Xuárez, Leonor de Mesa, pour s’informer des circonstances de sa mort et des origines de la famille87.

9123 avril 1643 (date de la réception à Madrid). La Suprême reçoit la lettre suivante des autorités inquisitoriales de la vice-royauté :

  • 88 AHN, Inquisición, livre 1054, f. 31, op. cit.

Il y a de nombreuses années que nous nous préparions à ajuster [cette complicité], avec d’aussi bons effets que ceux que nous voyons présentement : aujourd’hui, il se trouve jusqu’à 70 prisonniers contre lesquels nous avons suffisamment de témoignages, et on en a envoyé arrêter d’autres en divers lieux ; nous tâchons que la réussite, en une matière d’une telle importance, soit à la mesure de nos désirs et de nos obligations sans rien refuser à la tâche, qui étant grande par nature, n’est point allégée par la considération du service que nous rendons à Dieu, pour sa plus grande gloire et son honneur, et au Roi Notre Sire, dans le grand souci que semblables gens lui donnaient ici ; nous préservons ce royaume de la contagion qu’ils y avaient semée, et concevons force soupçons pour ce qui regarde les nouveaux et pires dommages qu’on pouvait en craindre, car ils mettaient leurs espoirs dans la flotte du Portugal, dont nous savons qu’ils parlaient et désiraient fort qu’elle arrivât, possédaient la liste des esclaves qui étaient et sont dans tous les moulins à sucre ; nous trouvâmes dans la poche de l’un d’eux un papier des contrats et des capitulations, qu’après sa rébellion, la Couronne de Portugal a établis avec les Etats de Hollande, toutes choses dont nous avons informé le vice-roi, don Juan de Palafox, afin que de son côté, il observe la vigilance qui importe tellement, et qu’il retire les Portugais qui se trouvent dans les ports de mer et les mines, ce qu’il a fait..88

  • 89 Léon Poliakov, Histoire de l’antisémitisme: de Mahomet aux Marranes, p. 250. L’historien se réfère (...)

9218 mai 1643. L’infanterie espagnole subit le désastre de Rocroi ; peu après, les prisonniers et les blessés qui traversent Rouen voient accourir les marranes qui vivent dans la ville, seuls venus leur porter secours et réconfort...89.

9316 septembre 1643. L’inquisiteur docteur Juan Sáenz de Mañozca s’adresse en ces termes à la Suprême :

  • 90 AHN, Inquisición, livre 1054, ff. 152 et 153, op. cit.

La Complicité s’accroît, la malice des prisonniers est notable, car ayant mûri ici dans le judaïsme, ils connaissent la façon du Saint-Office pour la leur avoir apprise ceux qui ont été punis par notre Inquisition ou ailleurs, et ils avouent en rusant et en faisant des réserves ; mes collègues travaillent avec un soin extrême, et pour ma part, je tâche de les aider en les informant de ce qui s’est produit au Pérou, où je suis resté continuellement pendant cinq ans, à besogner contre la Complicité qu’on y a découverte et punie...90.

9420 septembre 1643. Lettre du tribunal vice-royal à la Suprême :

  • 91 AGN, Inquisición, vol. 416, ff. 445 et 445 verso, Carta del tribunal del Santo Oficio de México al (...)

Nous nous trouvons avec force prisonniers, fils et petits-fils de ceux qui ont été réconciliés et punis par notre Inquisition ; si leurs parents et leurs grands-parents n’étaient pas restés ici, cette mauvaise graine aurait presque toute été arrachée, sans infecter les vieux chrétiens par des mariages, ni scandaliser les Indiens là où ils se sont établis ; ce doute nous est venu de voir que tous sont Portugais ou en sont des descendants : car s’ils étaient exilés en Espagne, ils pourraient communiquer avec les traîtres du Portugal, et s’ils étaient envoyés aux Philippines, ils pourraient s’unir à ceux des Indes et causer de grands dommages, les mêmes qu’ils causeraient s’ils partaient en exil aux îles Barlovento ; ainsi, nous nous trouvons d’un côté désireux de les expulser de ce royaume sans qu’aucun n’y reste, et d’un autre, nous voyons les inconvénients que nous représentons a Votre Altesse..91.

9527 novembre 1643. A propos de la flagellation d’un Christ par la famille Rivera, le Saint-Office mexicain, désorienté, demande conseil à Madrid :

  • 92 AHN, Inquisición, livre 1054, f. 97, op. cit.

Nous supplions Votre Altesse de nous aviser de ce que nous devons faire dans ce cas ; si nous devons tous les livrer au bras séculier, ainsi que les complices qui viendraient à paraître avec le temps, même s’ils avouent avant la publication des témoins ou pendant, ou si nous devons seulement livrer au bras séculier ceux qui avoueraient après la publication ; quelles démonstrations publiques devons-nous faire, en réparation à la Majesté Divine, faut-il placer une marque infamante sur les maisons où un délit aussi grave a été commis, car cette démonstration, aussi bien du châtiment des coupables que de la réparation à un si grand Seigneur, servira d’exemple dans des terres si neuves, où jamais chose semblable ne s’est produite, et ce sera un exemple pour les Indiens récemment convertis, un sujet de crainte pour les Hébreux, et d’honneur pour notre nation espagnole...92.

ANNEE 1644

9619 janvier 1644. Lettre de l’Inquisition de México à la Suprême :

  • 93 AHN, Inquisición, livre 1054, f. 116, op. cit.

...Malgré le soin et l’attention soutenus avec lesquels nous procédons en cette Complicité... la malice et l’obstination de certains inculpés est si extrême que, grâce à des dénonciations de compagnons qui semblent sincèrement convertis, nous avons appris qu’ils judaïsent jusque dans les prisons, sans crainte ni méfiance des geôliers eux-mêmes, prenant des bains, faisant oraison à certaines heures, la tête couverte, le visage tourné vers le mur, et pratiquant d’autres cérémonies tout à fait judaïques ; de telle sorte qu’ils ont avoué au tribunal avoir judaïsé, montrant du repentir pour s’être écartés de la foi et de la créance dans la loi de Notre-Seigneur Jésus-Christ mais avec les grandes réserves que nous savons par les preuves existant contre eux ; d’une chose et d’une autre, nous en vînmes à douter si, leur impénitence étant si évidente, nous devions les livrer ou non à la justice et au bras séculier93.

9720 septembre 1644. Diverses lettres de l’Inquisition mexicaine à la Suprême, la tenant informée de l’évolution des affaires en cours :

  • 94 AHN, Inquisición, livre 1054, f. 212, op. cit.

...Nous ne pouvons point refuser ni éviter l’application de la question, ce qui nous retarde le plus ; et nous assurons Votre Altesse que nous désirons nous voir libérés et avec quelque répit ; à nouveau nous supplions Votre Altesse de nous avertir de ce qu’elle décidera sur les points où nous l’avons consultée, afin de ne pas interrompre la poursuite des procès... Les biens séquestrés sont si peu de chose, il y a tellement de créanciers que nous nous tiendrons pour favorisés si nous assurons l’entretien des prisonniers eux-mêmes94.

98Enfin, la délicate question de Melchor Xuárez, le secrétaire de Palafox et judaïsant, est évoquée. Auparavant, par une lettre — non datée — les autorités inquisitoriales de la vice-royauté avaient informé Madrid de la situation :

  • 95 Xuárez avait soutenu en effet que les Portugais avaient très bien fait de se rebeller et que “s’il (...)
  • 96 AGN, Inquisición, vol. 416, ff. 427 et 427 verso, Carta del Santo Oficio de México al Consejo, non (...)

Monsieur,
Parmi les personnes contre lesquelles il se trouve à ce Saint-Office des témoignages les signalant comme observantes de la loi de Moïse, et dont nous nous occupons, il en est une, Melchor Xuárez, secrétaire de l’évêque-visiteur don Juan de Palafox y Mendoza, à qui celui-ci confie des affaires extrêmement graves et importantes, comme celles dont il a le soin pour le service de Sa Majesté ; et afin que Votre Altesse entende l’accusation qui ressort contre lui, nous Vous mandons avec la présente le témoignage d’une femme avec qui on présume qu’il a eu une communication illicite et chez qui il vivait, elle-même, son mari et ses parents étant observants de la loi de Moïse, ce pour quoi ils se trouvent prisonniers ; et nous Vous en remettons également un autre, d’une autre femme à qui la première a dit que ledit Melchor Xuárez observait la loi de Moïse ; à ce Saint-Office, nous avons des dépositions véridiques de personnes qui connaissent ledit Melchor Xuárez, et qui disent que l’Inquisition de Llerena a livré en personne au bras séculier (dans la marge : à l’autodafé de 1601 ou de 1602) un de ses frères, comme observant de ladite loi, force parents et proches [de cet homme] se trouvant présentement prisonniers comme judaïsants ; quant à sa femme, ou bien elle est prisonnière, ou bien elle est réconciliée ; il n’y a pas que cette seule présomption contre lui, sinon qu’on le croit marié deux fois, car lorsqu’il est arrivé dans ce royaume, il a donné à entendre qu’il était veuf, et pour se remarier ici, il a fourni une information, avec des témoins par ouï-dire, d’une telle faiblesse, qu’on en conçoit de grands soupçons ; nous l’avons examinée, et possédons l’original à ce Saint-Office ; outre cela, des indices le montrent comme déloyal et traître au Roi Notre Sire, comme il ressort du premier témoignage95 ; et bien que tout ceci nous ait paru suffisant à tous pour procéder à son arrestation, et éviter par là de plus grands inconvénients qui pourraient s’avérer très nuisibles, de par le poste qu’il occupe auprès d’un visiteur, ne convenant pas que les intérêts de Sa Majesté soient en péril aux mains d’un ministre félon (en marge : et d’une si mauvaise qualité) à qui ledit don Juan de Palafox les a confiés et les confie : pour cela même, nous avons suspendu l’affaire, considérant le tapage que semblable décision pouvait provoquer — et le danger qu’il y aurait au déplaisir dudit évêque-visiteur — jusqu’à être informés par Votre Altesse de ce que nous devons faire dans ce cas, et comment nous devons agir96.

99Or, le 20 septembre 1644, les inquisiteurs écrivent de México le billet suivant à la Suprême :

  • 97 AGN, Inquisición, vol. 416, f. 466, Carta del Santo Oficio de México al Consejo.

... L’Inquisition de Llerena nous a remis, en obéissance à ce que Votre Altesse a ordonné, un témoignage de l’état du procès de Leonor de Mesa, femme de Melchor Xuárez, secrétaire de l’évêque don Juan de Palafox ; elle est morte dans cette ville, alors qu’elle était emprisonnée pour observance de la loi de Moïse ; et l’ayant examiné, nous n’avons rien trouvé de substantiel pour ce qui regarde ledit Melchor Xuárez qui, connaissant la nouvelle de la mort de ladite épouse, se remaria, étant réellement veuf...97

  • 98 Israel, op. cit., p. 237.

100Xuárez n’étant donc pas bigame, l’Inquisition ne voyait plus de motif pour le poursuivre, ce qui lui permit de continuer sa carrière sans entraves, devenant même par la suite secrétaire de don Juan Sáenz de Mañozca, archevêque de México, artisan de la Grande Complicité péruvienne, oncle et mentor de l’inquisiteur mexicain don Juan Sáenz de Mañozca98 !

ANNEE 1645

10120 février 1645. Lettre du tribunal vice-royal à la Suprême :

  • 99 AHN, Inquisición, livre 1054, f. 264, op. cit.

... Nous sommes retardés pour les faire paraître en autodafé, que nous voulons célébrer le plus tôt possible, car la dépense est élevée, et chaque jour nous procédons à de nouvelles arrestations, que nous justifions de droit ; les nouveaux sont emmêlés avec ceux qui étaient déjà prisonniers, et nous nous voyons obligés d’arrêter les uns à cause des autres, ce qui ne saurait être autrement, la Complicité remontant à plus de 40 ans, et comprenant ceux qui furent punis lors des autodafés célébrés les années 29 et 39, qui dissimulèrent leur complicité avec la majeure partie de ceux qui se trouvèrent inculpés, et le fait qu’ils judaïsèrent avec eux de nouveau99.

  • 100 Marañon, op. cit., pp. 219-234.

10222 juillet 1645. Mort du comte-duc d’Olivares qui donnait depuis un certain temps des signes de démence100.

  • 101 AGN, Inquisición, vol. 387, exp. 11, Memoria del dia... op. cit. Israel, op. cit., p. 213.

1038 octobre 1645. Arrestation de Sebastian Váez de Azevedo, une des personnalités les plus notables de la société vice-royale, ami personnel de l’ex-vice-roi, le marquis de Villena, apprécié pour ses compétences par Palafox lui-même101.

ANNEE 1646

  • 102 García, op. cit., pp. 137-177.

10416 avril 1646. Premier autodafé correspondant à la Complicité : 41 judaïsants sont réconciliés. Plusieurs des Rivera y figurent, dont Clara, défunte102.

10526 juin 1646. Relation des procès en cours à ce tribunal du Saint-Office de l’Inquisition de México, appartenant à la présente Complicité, qui nous occupe depuis 1642 (document destiné à la Suprême) :

  • 103 AGN, Inquisición, vol 426, ff. 534-536 verso, Relación de las causas que están pendientes en este (...)

Simón Váez Sevilla, alias Simón Váez Soburro, habitant et marchand de cette ville, naturel de celle de Castelo Blanco, au Portugal, bien qu’il dise être naturel de Santiago en Castille, aux frontières du Portugal, ce en quoi il ment évidemment ; il fut arrêté avec séquestre de biens le 13 juillet 1642, avec suffisamment d’informations le déclarant observant de la loi de Moïse, le caudillo de tous les juifs de ces royaumes, et sa maison la synagogue. Après son emprisonnement et même jusqu’au moment où cette relation est écrite, l’information qui le regarde a grossi, grâce à des témoins qui déclarent contre lui des choses graves et d’extrême considération. La première audience d’office a eu lieu !e 5 du mois de novembre de ladite année 1642, et on n’en avait pas eu plus tôt avec lui, parce qu’on le savait fort courroucé, attendant pour voir s’il s’apaisait avec le temps ; lorsqu’il déclara sa généalogie sous serment, il insista pour qu’on le change de prison, prétendant que lorsqu’il se verrait dans une autre, il dirait ce qu’il avait à dire sur son affaire ; l’audience cessa, on le passa dans les prisons qui se trouvent à cette Inquisition ; puis le jour suivant, il demanda audience de son gré, et avoua que depuis 12 ans, persuadé par Alvaro de Acuña, Portugais, il avait abandonné la loi de Notre-Seigneur Jésus-Christ, et embrassé celle de Moïse, qu’il avait jeûné par deux fois tout seul, le jour de la Grande Fête ; il déposa contre sa femme, doña Juana Enriquez, et d’autres complices, avec une extrême malice et mentant en toute chose ; il demanda de nouveau à revenir à son ancienne prison, d’où on l’avait sorti, ce qu’on exécuta d’un commun accord, cherchant à procéder avec grand soin à l’égard de cet inculpé, sans lui montrer le moindre signe de rigueur, afin de ne pas l’agiter. Le 8 dudit mois de novembre, il demanda audience de son gré, et au cours de celle-ci, il réclama la présence de sa dite femme pour la convaincre de déclarer la vérité : si on ne la lui accordait point, il perdrait la raison ; on tâcha de le distraire de sa requête, l’assurant que s’il confessait entièrement la vérité, de même que sa femme, on lui donnerait cette consolation, procédant toujours avec précaution, envers un homme aussi plein de malice. Le 10 dudit mois, on poursuivit avec lui la première audience, il y déclara sa généalogie, dit que ses parents et grands-parents étaient vieux chrétiens et gens de qualité, que son père et sa mère ont été arrêtés par l’Inquisition de Lisbonne, que toute sa maison a été punie en effigie ou remise au bras séculier par différentes Inquisitions d’Espagne et du Portugal, et même par cette Inquisition, et que son père était boucher et avait fait office de bourreau à Castelo Blanco ; et lorsqu’il fit état de ses qualités, il procéda avec une affirmation de vérité et des marques de superbe telles qu’il aurait pu échauffer les juges les plus patients. On lui fit la première admonition, et il répondit avoir déjà confessé ce qu’il savait et ne rien avoir à dire de plus. Le 26 dudit mois, on lui fit la deuxième et le 4 décembre de ladite année de 1642, la troisième ; il répondit aux deux qu’il n’avait plus rien à dire. Voyant le grand nombre de témoignages qui survenaient en ce qui le regardait, et que les choses dont on l’accusait dépassaient ce qui fait l’ordinaire des délits contre la foi, les preuves allant jusqu’à impliquer l’assassinat de judaïsants qu’ils faisaient tuer pour qu’ils ne le dénonçassent pas ainsi que des tentatives de meurtre de catholiques portugais parce qu’il les soupçonnait de vouloir le dénoncer ; à côté de délits de communications de prison, et le percement de trous à cet effet, et d’autres choses de cette qualité, nous fûmes d’avis de surseoir à l’accusation, jusqu’à ce que soit découverte dans sa majeure partie, bien que point complètement, la gravité de ses délits ; ainsi, jusqu’à la date où nous remettons cette relation, nous n’avons fait que l’ouïr lorsqu’il a demandé audience, ce qu’il a fait les 17 avril, 13 mai, 1er juin, 19 août et 3 septembre 1643, et le 27 avril 1644, où chaque fois il a demandé qu’on lui donne la compagnie de sa femme et de son fils Gaspar Váez Sevilla ; nous lui avons toujours répondu fort doucement que dès qu’il déchargerait sa conscience et qu’il avouerait entièrement la vérité, on tâcherait de lui donner toute la consolation possible. Le 22 septembre de ladite année 1644, il a demandé audience de son gré, et avec les mêmes démarches insistantes, a réclamé ladite femme et son fils, et on lui a répondu avec les mêmes douces attentions la même chose qu’auparavant ; usant de la cautèle et de la malice accoutumées, avec lesquelles il procède dans son affaire, il déclara avoir un scrupule, car il avait senti un genre de maussaderie chez messieurs les inquisiteurs lorsqu’ils furent le voir, lors de la dernière visite de prison ; et il craignait qu’elle ne fût causée par la connaissance de certaines communications de prison et de deux trous que Gaspar de Alfar avait faits dans son cachot, afin de communiquer avec d’autres prisonniers, rejetant la faute sur lui, le donnant pour un menteur, qui avait sûrement porté un faux témoignage le regardant ; on l’écouta fort patiemment, sans paraître entendre son adroite démarche103.

10630 août 1646. Lettre du tribunal de México à la Suprême :

  • 104 AHN, Inquisición, livre 1054, f. 300 verso, op. cit.

... Que Votre Altesse considère les combats que nous livrons, depuis bientôt cinq ans, avec semblables gens... Certains, qui ont déjà été condamnés, sont à nouveau dénoncés de choses plus ou moins graves, qu’ils avaient tues et cachées, et pour ne pas monrer encore cette pierre de scandale sur la montagne, nous ne faisons rien contre eux104.

10730 novembre 1646. Lettre de l’inquisiteur Juan Sáenz de Mañozca à la Suprême :

  • 105 AHN, Inquisición, livre 1054, f. 303 verso, op. cit.

... Avec des principes moindres, on avait glorieusement découvert la Complicité du Pérou... On reconnut ma prédiction et la vérité de ce que j’avais toujours affirmé, que tout le royaume était aux mains des judaisants105

ANNEE 1647

  • 106 García, op. cit., pp. 181-196.

10823 janvier 1647. Autodafé à México, où figurent 23 judaïsants réconciliés106.

  • 107 AHN, Inquisición, livre 1054, f. 392, op. cit.

10920 novembre 1647. Lettre du tribunal aux autorités de la péninsule : “... En divers endroits de ces royaumes, et certains très proches de cette ville (Mexico), il se trouve des viviers de judaïsants”107.

ANNEE 1648

  • 108 García, op. cit., pp. 197-259. L’extrait du procès concernant Gaspar Alfar se trouve aux pages

11030 mars 1648. La Complicité touchant à son terme, on réconcilie 22 judaïsants. Gaspar de Alfar, le faux prêtre et escroc, le pitoyable mouchard et précieux auxiliaire des inquisiteurs, reçoit sa récompense et se voit condamné à 300 coups de fouet et aux galères à perpétuité — c’est-à-dire à la mort différée — féroce, prudente et très classique mesure qui fait se débarrasser des exécuteurs de basses oeuvres trop bien informés lorsqu’ils deviennent encombrants, leur besogne prenant fin108.

ANNEE 1649 : LE DENOUEMENT

  • 109 Guijo, op. cit., I. p. 28.

11111 janvier 1649. L’Inquisition fait annoncer dans la capitale, par des crieurs publics, le prochain autodafé, qui sera célébré le 11 avril ; les fidèles sont invités à y assister, afin de gagner les grâces et indulgences accoutumées109.

  • 110 Mathías de Bocanegra, Auto general de la fe celebrado por los señores inquisidores... el año 1649, (...)

11211 avril 1649. L’aube se lève sur une ville encombrée de montures, canots, carrosses, de milliers de visiteurs — on parle de 30 000 — accourus des régions avoisinantes, ayant dormi pour la plupart à même le sol, enroulés dans leur sarape, dans cette chaude nuit de printemps, entourant maintenant les Indiennes qui battent vivement les tortillas et chauffent les tamales, le chocolat et l’atole fumants du déjeuner, sur les petits fourneaux installés un peu partout ; la ville s’éveille déjà dans une joyeuse rumeur de fête qu’on perçoit à l’animation exceptionnelle des rues et des places encore fraîches et ombreuses. C’est en effet un grand jour, où triomphe cette sombre fête baroque que l’Inquisition ne peut offrir que parcimonieusement, car elle exige des acteurs de grand style, des spectateurs nombreux et de qualité — puisqu’aussi bien le vice-roi et sa compagnie, les autorités civiles et religieuses, que le bon peuple et la canaille en sont nécessairement — et, également, de l’argent, beaucoup d’argent, pour fabriquer le décor imposant et recherché qui en constitue le cadre allégorique, pour payer les innombrables ministres et artisans qui collaborent à son faste... Or, un heureux concours de circonstances ajustement rendu la chose possible, et cet autodafé, immortalisé par une longue relation imprimée110, constitue sans aucun doute l’apothéose de la présence inquisitoriale en Nouvelle-Espagne, aucun autre ne pouvant lui être comparé.

113On a réservé à cet effet les cas les plus graves, ceux qui ont nécessité de longues années de labeur : 109 judaïsants y figurent, dont 57 sont déjà morts, les cercueils de 47 personnes y sont portés par des Indiens, et surtout, on aura la rare satisfaction d’y voir flétrir quelques-uns des personnages les plus éminents de la société vice-royale. Enfin, pour ceux qui recherchent d’infâmes jouissances sous couleur d’édification, il y aura, un peu plus tard, loin du pompeux appareil, à l’humble marché de San Diego, le garrot et le bûcher pour 13 personnes...

  • 111 Guijo, op. cit., I, pp. 46-47.

114Depuis les premières heures du matin, ils sont prêts, égarés d’insomnie, de terreur, de rage parfois, ou sereins, illuminés déjà de la paix d’Adonaï, harcelés de confesseurs et d’exhortations, écoutant anxieusement les courses et le tapage à peine étouffé des préparatifs dont ils seront, quelques heures plus tard, tristement honorés. Dans la lumière accablante de midi, on entendra, si la palpitation multiple des éventails et le piaffement des montures le permet, énumérer la longue liste de leurs crimes contre la foi. Quelle leçon, pour le bon peuple et les autres, de voir humiliés aujourd’hui, fouettés demain à travers les rues, à califourchon sur des bourriques et demi-nus, ce Simón Váez Sevilla et sa femme Juana Enríquez qui, il n’y a pas si longtemps, roulaient carrosse, et “mandaient dans cette ville, recevant la visite d’oidores et de leurs épouses, fêtés et respectés comme s’ils eussent été les plus nobles du royaume”111... ; ce Sebastián Váez de Azevedo, qui était pourvoyeur général de la flotte de Barlovento au temps de Villena, marié à une dame de qualité et à qui il fallait demander audience par écrit... ; ce Mathías Rodríguez de Olivera, orgueilleux de sa richesse et de sa tournure de “don Juan”... ; ce Treviño de Sobremonte, lui aussi puissant hier, et bravant maintenant tous ceux qui cherchent encore à sauver son âme ; cette altière Isabel Tristán, aux manières si aristocratiques, tous deux promis aux flammes... ; et enfin, cette vieille femme de 67 ans, qui inspirait la compassion par le cancer qui lui rongeait affreusement le sein, cette veuve Ana de León, l’Anica de Carvajal qui, après avoir vu périr tous les siens sur le bûcher, voyait s’accomplir la promesse du martyre que son frère Luis le Jeune lui annonçait un demi-siècle auparavant, dans ses billets inspirés... vanitas vanitatum... et buvons à la santé de Sa Majesté.

  • 112 Nous nous inspirons ici de la Relación de Bocanegra, op. cit.; du récit de l’autodafé que donne Gr (...)

115Toute l’après-midi, toute la nuit, les Indiens silencieux attiseront patiemment les bûchers, veillant à ce que les flammes de l’enfer consument tout ; dans le lendemain maussade et paresseux des jours de fête, vers midi, devant les tribunes dégarnies et une assistance de gamins du quartier, de badauds familiers du marché et de chiens des rues, le corregidor fera recueillir les cendres qu’on ira jeter dans les canaux verdâtres qui clapotent à 2 pas112.

UN EPILOGUE (PARMI D’AUTRES...)

  • 113 AGN, Inquisición, vol. 416, f. 536, Carta del Santo Oficio de México al Consejo.

11624 mai 1649. Le Saint-Office mexicain écrit à Madrid, envoyant le témoignage de quelqu’un qui a vu les réconciliés des autodafés précédents, en principe emprisonnés à vie en Espagne ou exilés des villes de Séville et de Madrid, “se promener fort galamment et l’épée au côté, à Cadix et à Séville ; et même ceux qui ont été condamnés aux galères sont partis comme les autres, dans divers endroits d’Espagne...”113

  • 114 AGN, Inquisición, vol. 398, exp. 1, ff. 349, 351, 360 et 386. Proceso contra Simón Váez Sevilla (1 (...)

1177 janvier 1650. Simón Váez Sevilla et sa tribu s’embarquent enfin, de Campeche pour la métropole ; c’est ici que, désobéissant aux ordres de l’Inquisition, il est venu attendre son bon ami, le comte de Peñalba, nommé gouverneur du port. Ce dernier ne l’abandonnera pas alors, et Simón Váez quittera la vice-royauté, une somme coquette en poche et emmenant quelques cargaisons de marchandises, sans, bien sûr, arborer cet affreux sac bénit que le Saint-Office prétend lui imposer114.

  • 115 Guijo, op. cit., I, p. 142.
    AGN, Inquisición, vol. 435, f. 475, Proceso contra Gaspar Riveros de Va (...)

118Noël 1650. Sebastián Váez de Azevedo, à moitié fou, s’éteint à l’hôpital de Nuestra Señora où, abandonné de tous, sauf de son ex-secrétaire, le mulâtre Gaspar Riveros de Vasconcelos, il demeurait depuis sa chute115.

119Fin juillet, ou le 10 août 1652. Mort, dans des circonstances apparemment mystérieuses, de don Garcia de Valdés Osorio, comte de Peñalba, gouverneur abhorré du Yucatán qu’il avait soumis, malgré la pauvreté séculaire de cette région, à un pillage systématique. On a évoqué un assassinat, commis par un Africain au plus sombre d’une nuit secouée par une de ces monstrueuses tourmentes des Caraïbes... Le 15 novembre 1848, le journal El Fenix de Campeche revenait sur l’affaire qui n’a cessé d’attirer les romanciers : le quotidien rappelle qu’un 20 novembre

  • 116 Juan Francisco Molina Solís, Historia de Yucatán durante la dominación española, pp. 221-222.

de l’année 1655, don Francisco de Bazán, étant gouverneur et capitaine général de cette province, l’oidor de l’Audience de México, don Francisco Calderón y Romero arriva à Campeche, dans le dessein affiché de procéder à une visite des caisses royales de la province, mais chargé de la mission secrète de mener l’enquête sur l’assassinat commis à Mérida, la nuit du 10 août 1652, de don Garcia de Valdés Osorio, comte de Peñalba, gouverneur et capitaine général de cette province. On prétendait que quantité de gens de qualité étaient impliqués dans ce crime mystérieux, que le licencié Calderón ne parvint jamais à éclaircir malgré l’appui qu’il reçut de l’Inquisition. C’est un fait que le crime resta totalement impuni, en dépit des efforts des parents et amis du comte, qui firent tout leur possible pour arracher aux ténèbres les véritables coupables116.

  • 117 AHN, Inquisición, livre 1054, f. 97, op. cit.

12018 novembre 1654. Déclaration de l’inquisiteur Juan Sáenz de Mañozca : “... La Complicité achevée en avril 1649, cette Inquisition est revenue peu à peu à son ancienne paresse...”117.

  • 118 AHN, Inquisición, legajo 1738, exp. 1, f. 382.

12110 janvier 1655. Simón Váez Sevilla, âgé maintenant de 60 ans, et condamné à l’emprisonnement à vie en Espagne, se présente de son plein gré aux autorités inquisitoriales de Madrid, où il réside, afin d’éclaircir certaines questions touchant ses biens. Il révèle, entre autres choses, que son fils Gaspar se trouve depuis 2 ans en Italie, que de ses anciens commis, associés ou correspondants, Juan Méndez de Villaviciosa est en France et Luis de Amézquita à Venise...118.

  • 119 González Obregón, op. cit., p. 237, cite le père Cavo, Los tres siglos de México, tome II, p. 17.

122Quelques années plus tard... Villena fut réhabilité en Espagne, et Philippe IV — lui ayant restitué la faveur dont il jouissait précédemment — lui confia une deuxième fois la vice-royauté de Nouvelle-Espagne, à laquelle le duc préféra toutefois celle de Sicile119.

EX TEMPORE

  • 120 Caro Baroja, Inquisición, brujería y criptojudaismo, pp. 46 et 47.

Un juif, né à Amsterdam l’année 1631, mort dans cette même ville en 1707, portant le nom d’Isaac Mathias Aboab, eut la curiosité d’étudier sa généalogie à partir de ses grands-parents, qui étaient justement de ces juifs qui, au Portugal, s’en furent aux fonts baptismaux, contraints et sur leurs deux pieds, en 1497. Nous trouvons dans cette généalogie un grand-père maternel d’Isaac, appelé Duarte Núñez, marié à Gracia Núñes, dont il eut 10 enfants ; certains vécurent à Amsterdam, exerçant le commerce, d’autres, comme Abraham Curiel et Jacob Curiel, partirent à Tripoli de Syrie et à Saphet, où ils moururent en juifs publiquement reconnus, bien sûr... Un autre, fray Francisco de Vitoria, fut, à la fin du xvie siècle, évêque de Tucumán, puis archevêque de Mexico, et il mourut à Madrid alors qu’on l’avait proposé pour l’archevêché de Charcas. Par ailleurs, dans la descendance de l’arrière-grand-père d’Isaac, qui s’appelait Abraham Aboab comme juif, et Duarte Dias comme chrétien, nous trouvons des femmes qui s’unirent à des personnes de considération dans la société espagnole. Une petite fille d’Abraham épousa à Scville le contador Simon Vaz, et la fille de ce couple, appelée aussi Ana Vaz comme sa mère, épousa Juan de Salamanca...120.

Notes

1 Henry Charles Lea, History of the Inquisition in Spain, p. 271.
Seymour B. Liebmann, The Jews of New Spain, p. 188.

2 S. Liebmann, op. cit., p. 142.
Joaquín Meade, La Huasteca veracruzana, p. 228.

3 José Toribio Medina, Historia del tribunal del Santo Oficio de la Inquisición en México, p. 108.

4 Alfonso Toro, La familia Carvajal, II, p. 139; le billet se trouve p. 210.

5 Medina, op. cit., pp. 124-133.
Toro, op. cit., II, pp. 263-277.

6 Medina, op. cit., p. 160.
Toro, op. cit., II, p. 307.

7 Liebmann, op. cit., p. 188.
AGN, Inquisición, vol. 279, exp. 9, f. 113, Testificaciones contra personas reconciliadas en este Santo Oficio después de sus reconciliaciones, 1606; están aquí ansi mesmo las licencias que se les dieron [a] algunos de estos reconciliados para yr a España para goçar del breve de su sanctitad.

8 R. Trevor Davies, La decadencia española, 1621-1700, pp. 86-87.

9 AGN, Inquisición, vol. 335, exp. 86. Il s’agit du brouillon d’une lettre sans date ni signature.

10 AGN, Inquisición, vol. 488, exp. 5, ff. 366 et 367, Proceso contra Juana Enriquez (1642).

11 Liebmann, op. cit., pp. 220 et 221.

12 Julio Caro Baroja, Los judíos en la España moderna y contemporánea, tome II, p. 56. L’auteur rapporte ici l’opinion de Pellicer de Ossau dans son “Comercio impedido” (Madrid 1640), in J. Sempere y Guarinos, Biblioteca española económico-política, III, pp. 140, 142 et 144.
Ce texte est également repris par J. Alcalá Zamora y Queipo de Llano, España, Flandes y el Mar del Norte (1618-1639), p. 133.

13 Antonio Domínguez Ortiz, Los judeoconversos en Españay América, pp. 213-224.

14 Liebmann, op. cit., p. 210.
AGN, Inquisición, vol. 337, exp. 1, Proceso contra Miguel Diaz Enriquez (1621).

15 Alcalá Zamora, op. cit., p. 291.

16 Maurice Birckel, Recherches sur la trésorerie inquisitoriale de Lima, II, pp. 339 et 340. Toutefois, dans la note 2 de la page 340, cet historien considère qu’à Mexico, “certains paiements auraient pu continuer jusqu’en 1649, d’après le livre 282, f. 59 verso, in AHN, Madrid, Inquisición”.
Tout récemment, María Asunción Herrera Sotillo, dans sa thèse doctorale Ortodoxia y control social en México en el siglo xvii: el tribunal del Santo Oficio, vient de jeter une lumière définitive sur les finances de l’Inquisition mexicaine; elle établit clairement qu’à partir des confiscations des années 1630, la situation du tribunal s’améliora considérablement jusqu’à devenir tout à fait prospère dans la décennie suivante; et que, de toute façon, c’était une habitude invétérée chez les inquisiteurs de crier misère auprès de la Suprême et des autorités en général, quand bien même leur sort était loin d’être aussi désespéré qu’ils le peignaient. Voir tout le chapitre VI, pp. 155-199 de la thèse citée. Nous avons fait néanmoins remarquer qu’il convenait d’établir une différence entre la prospérité individuelle des ministres, le fruit de pratiques frauduleuses, et celle de l’institution elle-même.
Voir note 64, première partie, chapitre I.

17 Domínguez Ortiz, op. cit., p. 139.

18 Medina, op. cit., p. 184.

19 Alcalá Zamora, op. cit., p. 373.

20 Charles H. Lea, History of the Inquisition in the Spanish Dependencies, pp. 466 et 467.
Medina, Historia del tribunal del Santo Oficio de la Inquisición de Cartagena de las Indias, pp. 222-227.

21 Domínguez Ortiz, op. cit., p. 140.

22 AHN, Inquisición, libro 1054, f. 14, Cartas de la Nueva España, 1640-1648.

23 Marcelino Menendez y Pelayo, Historia de los heterodoxos españoles, tome III, pp. 213-215.
J. Caro Baroja, op. cit., I, p. 496. C’est Bayle qui voit Uriel da Costa comme un “personnage digne d’horreur”, dans son Dictionnaire historique et critique, tome I, pp. 184-192.

24 Jonathan I. Israel, Race, Class and Politics in Colonial Mexico, 1610-1670, pp. 199-200.

25 AHN, Inquisición, livre 1054, f. 14, op. cit.

26 AHN, Inquisición, livre 1054, ff. 21-24.

27 Caro Baroja, op. cit., tome II, p. 44.

28 AGN, Inquisición, vol. 489, f. 97, Cédula real.

29 Caro Baroja, op. cit., tome II, p. 44.

30 AGN, Inquisición, vol. 390, exp. II, Testimonio de Gaspar de Robles (1641); vol. 391, exp. 1. Causa criminal contra Francisco Home, alias Vicente Henriquez (1641).

31 Luis González Obregon, Rebeliones indígenas y precursores de la independencia mexicana, pp. 214-216.

32 L. González Obregón, op. cit., p. 215.
Israel, op. cit., p. 205.

33 AGN, Inquisición, vol. 416, ff. 449-453, Carta del Santo Oficio de México al Consejo, avisando de la Complicidad (1643).
Biblioteca Nacional, MS, 1259, f. 29, Cedulario de Nueva España, Inquisición, Carta de la Suprema al Santo Oficio de México.

34 Israel, op. cit., p. 210.

35 AGN, Inquisición, vol. 416, ff. 449-453, Carta al Consejo... op. cit.

36 AGN, Inquisición, vol. 387, exp. 11, Memoria del día en que entraron los presos de esta complicidad, desde el año de 1639 hasta el de 1647.

37 AGN, Inquisición, vol. 499, exp. 1, ff. 5 et 6, Proceso y causa criminal contra Luis de Mezquita (1642).

38 Stanley M. Hordes, The Crypto Jewish Community of New Spain, 1620-1649; a Collective Biography, p. 135.

39 AGN, Inquisición, vol. 489, ff. 85-88 verso, Carta del obispo Palafox al virrey Escalona..., y respuesta del Santo Oficio al obispo de Puebla (1641).

40 Hordes, op. cit., pp. 130 et 131.

41 AGN, Inquisición, vol. 489, ff. 99 et 100.

42 Israel, op. cit., p. 211.

43 AGN, Inquisición, vol. 489, ff. 102-104, Carta del obispo Palafox al Santo Oficio (1642).

44 AGN, Inquisición, vol. 489, f. III, Carta del Santo Oficio al virrey Escalona (1642).

45 AGN, Reales cédulas originales, vol. I, No. 288, f. 528.

46 AGN, Reales cédulas duplicadas, vol. 63, f. 3 verso, La Corona al obispo Palafox...
AGN, Riva Palacio, vol. I, cuaderno I, f. 126.
Cédula real aux inquisiteurs, leur annonçant la nomination de Palafox comme vice-roi, à la place du marquis de Villena.

47 Boletín del AGN, tome XXVI, No. I, p. 70.

48 Pierre Chaunu, Séville et l’Atlantique, tome V, “Le traffic de 1621 à 1650”, pp. 388-392.

49 AGI, Contaduría, 885. A. Oficiales Reales de Veracruz. Cargo de almojarifazgos por mercancías transportadas, año 1642.

50 AGN, Inquisición, vol. 407, exp. 12, ff. 438-441, Carta del Santo Oficio de México a la Suprema.

51 AGN, Inquisición, vol. 413, f. 607, Carta del comisario de Veracruz al tribunal de México.

52 AGN, Inquisición, vol. 387, exp. 11, Memoria del día... op. cit.

53 AGN, Inquisición, vol. 387, exp. 11, Memoria del día... op. cit; vol. 403, exp. 3, ff. 339-341 verso, Proceso contra María de Rivera (1642).

54 AGN, Inquisición, vol. 387, exp. 11, Memoria del día... op. cit.

55 AGN, Inquisición, vol. 398, exp. 1, f. 266 verso, Proceso contra Simón Váez Sevilla (642).

56 AGN, Inquisición, vol. 402, exp.l, ff. 339 verso et 340, Proceso contra Rafaela Enriquez.

57 González Obregón, op. cit., p. 230.

58 González Obregón, op. cit., p. 230.

59 AGN, Inquisición, vol. 387, exp. 11, Memoria del dia... op. cit.

60 González Obregón, op. cit., pp. 232 et 233. L’auteur s’inspire étroitement de la Relación publiée par Carlos Maria Bustamante dans le supplément No. 5 de La voz de la Patria, México 1831.

61 AGN, Inquisición, vol. 423, exp. 3, f. 123 verso, Diez cuadernos de comunicaciones de cárceles oídas por Gaspar Alfar.

62 AGN, Edictos de Fe, vol. I, No. 9.

63 AGN, Inquisición, vol. 400, exp. 1, f. 330, Proceso contra Juana Enriquez (1642).

64 AGN, Inquisición, vol. 374, exp. 6, f. 100, Proceso contra Melchor Xuárez (1631). C’est Isabel de Silva elle-même qui révèle l’aide apportée par son ancien amant.
AGN, Inquisición, vol. 393, exp. 1 et 2, sans pagination, Proceso contra Beatriz Enríquez (1642).

65 AGN, Inquisición, vol. 412, exp. 2, f. 468, Proceso contra Luis Núñez Pérez (1642).

66 AGN, Inquisición, vol. 396, exp. 3, f. 493, Deposiciones de comunicaciones de cárceles de Francisco de la Cruz, llamado Querétaro, esclavo que fue de Simón Váez Sevilla, [de] Antonia de la Cruz, negra esclava de Thomas Núñez de Peralta, [de] Ysabel, negra criolla, esclava de Simón Váez (1642-1643).

67 AHN, Inquisición, legajo 1737, exp. 11, Resumen de los cargos que resultan asi comunes como particulares de la visita de la Inquisición de México (1656).
AHN, Inquisición, legajo 1738, ff. 382 et 383, Visita Medina Rico.

68 AGN, Inquisición, vol. 398, exp. 1, f. 65, Proceso contra Simón Váez Sevilla (1642).
AGN, Edictos de Fe, vol. I, f. 9.

69 AGN, Inquisición, vol. 416, ff. 449-453, Carta al Consejo avisando de la Complicidad (1643).

70 AGN, Riva Palacio, tome 48, exp. 2, Libro donde se asientan... op. cit.

71 AGN, Inquisición, vol. 416, ff. 449-453, Carta al Consejo... (1643), op. cit.

72 AGN, Inquisición, vol. 403, exp. 3, f. 292 verso, Proceso contra María de Rivera (1642).

73 AGN, Inquisición, vol. 407, ff. 213-235, Papeles que tocan al secreto del Santo Oficio de la Inquisición de México que exivió doña María de Paz, viuda de Francisco de Herrera Campos, hermano de Agustín Ruiz Marañón, alcalde que fue de las cárceles secretas con otros papeles tocantes al dicho Francisco Ruiz Marañón, para las quentas que se le están tomando del oficio de alcalde que tuvo a su cargo, f. 220, sans date.

74 AGN, Inquisición, vol. 402, exp. 1, f. 269 verso, Proceso contra Rafaela Enriquez (1642).

75 AHN, Inquisición, libro 1054, f. 27, Cartas del tribunal del Santo Oficio de México al Consejo.

76 AGN, Inquisición, vol. 499, exp. 6, ff. 238-240 verso, Proceso contra Antonio López de Orduña (1642).

77 AGN, Inquisición, vol. 413, ff. 283-285 verso, El Lic. Thomás de la Cruz Fontinueva presenta Nicolás de Santa Cruz, negro esciavo del primero y Juan de la Cruz, español de 14 años.

78 AHN, Inquisición, livre 1054, ff. 25 et 26, op. cit.

79 AGN, Inquisición, vol. 387, exp. 11, Memoria del dia, op. cit.
González Obregón, op. cit., p. 262; chefs d’accusation 38 et 39, de la première accusation présentée par le promoteur fiscal, le 11 octobre 1645.

80 Ignacio Rubio Mañé, El virreinato, orígenes y jurisdicciones y dinámica social de los virreyes, tome I, p. 294.

81 Caro Baroja, op. cit., tome II, p. 130.

82 Les espoirs messianiques sont nombreux, non seulement en Nouvelle-Espagne, nous l’avons signalé, mais aussi dans toute l’Europe méditerranéenne, secouée, on le sait, par le mouvement de Zhabattai Zevi.

83 AGN, Inquisición, vol. 489, ff. 114-119, Donativo de los portugueses (1642).
W. Borah, “The Portuguese of Tulancingo and the Special Donativo of 1642-1643”, in Jahrbuch für Geschichte von Staat, Wirtschaft und Gesellschaft, Lateinamerikas, I (1964).

84 Gregorio Marañon, El conde duque de Olivares, pp. 203-206.

85 Domínguez Ortiz, op. cit., p. 76.

86 AHN, Inquisición, livre 1054, f. 87, op. cit.

87 AHN, Inquisición, livre 1054, f. 161, op. cit.

88 AHN, Inquisición, livre 1054, f. 31, op. cit.

89 Léon Poliakov, Histoire de l’antisémitisme: de Mahomet aux Marranes, p. 250. L’historien se réfère à Cánovas del Castillo, Estudios del reinado de Felipe IV, qui cite lui-même Robillard de Beaurepaire.

90 AHN, Inquisición, livre 1054, ff. 152 et 153, op. cit.

91 AGN, Inquisición, vol. 416, ff. 445 et 445 verso, Carta del tribunal del Santo Oficio de México al Consejo.

92 AHN, Inquisición, livre 1054, f. 97, op. cit.

93 AHN, Inquisición, livre 1054, f. 116, op. cit.

94 AHN, Inquisición, livre 1054, f. 212, op. cit.

95 Xuárez avait soutenu en effet que les Portugais avaient très bien fait de se rebeller et que “s’il avait été à Badajoz, il aurait livré la ville au roi du Portugal”95
95 AGN, Inquisición, vol. 374, exp. 6, f. 100 verso, Proceso contra Melchor Xuárez (1631).

96 AGN, Inquisición, vol. 416, ff. 427 et 427 verso, Carta del Santo Oficio de México al Consejo, non datée.

97 AGN, Inquisición, vol. 416, f. 466, Carta del Santo Oficio de México al Consejo.

98 Israel, op. cit., p. 237.

99 AHN, Inquisición, livre 1054, f. 264, op. cit.

100 Marañon, op. cit., pp. 219-234.

101 AGN, Inquisición, vol. 387, exp. 11, Memoria del dia... op. cit. Israel, op. cit., p. 213.

102 García, op. cit., pp. 137-177.

103 AGN, Inquisición, vol 426, ff. 534-536 verso, Relación de las causas que están pendientes en este tribunal del Santo Oficio de la Inquisición de México, pertenecientes a la presente Complicidad, de que en el se conoce desde el año de 1642.

104 AHN, Inquisición, livre 1054, f. 300 verso, op. cit.

105 AHN, Inquisición, livre 1054, f. 303 verso, op. cit.

106 García, op. cit., pp. 181-196.

107 AHN, Inquisición, livre 1054, f. 392, op. cit.

108 García, op. cit., pp. 197-259. L’extrait du procès concernant Gaspar Alfar se trouve aux pages

200-209.
Voir aussi Gregorio de Guijo, Diario, 1648-1664, I, p. 4.

109 Guijo, op. cit., I. p. 28.

110 Mathías de Bocanegra, Auto general de la fe celebrado por los señores inquisidores... el año 1649, passim.

111 Guijo, op. cit., I, pp. 46-47.

112 Nous nous inspirons ici de la Relación de Bocanegra, op. cit.; du récit de l’autodafé que donne Gregorio de Guijo, op. cit., I, pp. 39-47 et des procès des punis.

113 AGN, Inquisición, vol. 416, f. 536, Carta del Santo Oficio de México al Consejo.

114 AGN, Inquisición, vol. 398, exp. 1, ff. 349, 351, 360 et 386. Proceso contra Simón Váez Sevilla (1642).

115 Guijo, op. cit., I, p. 142.
AGN, Inquisición, vol. 435, f. 475, Proceso contra Gaspar Riveros de Vasconcelos (1650). ff. 489 et 489 verso.

116 Juan Francisco Molina Solís, Historia de Yucatán durante la dominación española, pp. 221-222.

117 AHN, Inquisición, livre 1054, f. 97, op. cit.

118 AHN, Inquisición, legajo 1738, exp. 1, f. 382.

119 González Obregón, op. cit., p. 237, cite le père Cavo, Los tres siglos de México, tome II, p. 17.

120 Caro Baroja, Inquisición, brujería y criptojudaismo, pp. 46 et 47.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540