Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Inquisition et société au Mexique

 | 
Solange Alberro

Deuxième partie. La société

Chapitre I. Le monde des espagnols : communautés et individus

Texte intégral

LA SOCIETE RURALE

I.1. DELITS DE MAGIE ET DE SORCELLERIE1, CELAYA 1614

I.1.1. LES ORIGINES DE CELAYA

1L’apparition de la région du Bajío comme entité pourvue de caractères particuliers, si on la replace dans le processus de formation du Mexique colonial, obéit à deux causes fondamentales qui se manifestent de la façon suivante : une première étape voit l’établissement de presidios, c’est-à-dire de garnisons, dispersées le long des routes qui unissent la capitale de la vice-royauté au Nord ; celles-ci étaient indispensables, afin de protéger les caravanes qui s’étiraient sur les plateaux immenses qui séparent la zone centrale, densément peuplée, des naissantes cités nordiques, contre les tribus d’Indiens nomades insoumis, tels que les Caxcanes, Guamares, Guachichiles, Zacatèques, et surtout les Chichimèques.

2La seconde étape commence avec la découverte des mines de Zacatecas en 1546, et dans les années suivantes, de celles de Durango, Fresnillo, Chalchihuites, San Luis, Guanajuato, etc., et qui vient donc ajouter à la première fonction stratégique une autre, chaque jour plus importante : en effet, les mines récemment découvertes, surtout celles de Zacatecas, ne tardent pas à attirer un grand nombre de gens, qui, isolés dans ces déserts hostiles, vont dépendre en tout des produits fournis par la métropole et par la vice-royauté, aussi bien pour ce qui regarde le fonctionnement des mines (mercure, matériel technique, etc.) que pour leur propre survie. Dans la quantité de marchandises qui prennent le chemin hasardeux du Nord, entre le vif-argent d’Almadén puis d’Huancavélica, les outres de vin de La Rioja, d’huile d’Andalousie, les toiles de Rouen, les draps de Ségovie et les fers de Biscaye, nous trouvons bien vite les milliers de fanègues de maïs et de blé, les troupeaux de bêtes à cornes envoyés par le Bajío, dont la vocation agricole se trouve désormais liée au développement des mines du Nord.

3C’est pourquoi les fondations de villes et de bourgs, situés dans cette dépression au nord-ouest de la ville de México, ce “Bajío”, c’est-à-dire cette terre basse, surgissent précisément un peu après la découverte des mines : Irapuato apparaît en 1557, San Felipe en 1562, Celaya en 1571, León en 1576.

  • 1 François Chevalier, La formation des grands domaines au Mexique. Terre et société aux xvie et xvii(...)

4Ces 2 fonctions, de protection contre les Indiens insoumis et d’approvisionnement des régions minières du Nord, fort bien étudiées par F. Chevalier et P.W. Powell1, sont clairement définies par les contemporains : le vice-roi don Martín Enriquez déclare, dans l’acte de fondation de la ville de la Concepción de Nuestra Señora de Celaya, établi à México le 12 octobre 1570 que

  • 2 Mezquital: bois ou zone peuplée de l’arbre mezquite.
  • 2 AGN, Tierras, vol. 674, ff. 47 verso et 48.

certains Espagnols disant posséder des labours dans le mezquital2 d’Apaceo, m’ont rapporté que dans ce dit mezquital, se trouvaient des terres commodes et propres à la fondation d’une ville d’Espagnols, auxquels on pourrait donner des terres d’irrigation et saisonnières où semer du blé, du maïs, de la vigne, des oliviers et d’autres choses, des terrains à bâtir et des parcelles pour les vergers ; lesquelles sont dans une région qui pourvoierait de denrées les mines de Guanajuato, Zacatecas, les villes de San Felipe, San Miguel et autres, d’où il résulterait un grand bien ; et se trouvant dans des régions ou les Indiens Chichimèques, Guachichiles, Guamares et d’autres nations sont rebelles et rétifs au service de Sa Majesté, la fondation de ladite ville contribuerait fort à pacifier lesdits Indiens et à assurer les chemins ; il y avait plus de quarante hommes Espagnols mariés, d’accord pour la peupler, y vivre et y résider, qui m’ont demandé de fonder ladite ville2.

  • 3 François Chevalier, “Signification sociale de la fondation de Puebla de los Angeles”, Revista de h (...)

5L’originalité de la fondation de ces noyaux urbains du Bajío consiste précisément dans le fait qu’elle répond aux 2 nécessités mentionnées plus haut : celle de protéger les routes vers le nord, et celle de pourvoir de vivres les zones minières ; elle obéit à une décision de caractère officiel ou privé de “peupler” un site spécifique, contrairement aux cités des Hauts Plateaux ou du sud du pays, où les colonisateurs s’établirent sur les lieux mêmes qu’occupaient déjà des populations autochtones, avec la signification politico-religieuse que l’on sait, Puebla de los Angeles représentant ici une exception notable, mise en relief par F. Chevalier3.

  • 4 Powell, op. cit., p. 143.
  • 5 AGN, Mercedes, vol. 10, 1574, ff. 16, 16 verso, 17, 41 verso, 44 et 56 verso.
  • 6 En 1536 et 1537, le vice-roi Mendoza fixa définitivement les dimensions d’une caballería, désormai (...)
  • 7 Francisco del Paso y Troncoso, Epistolario de Nueva España, vol. II, p. 135, Licencia del virrey d (...)
  • 8 Powell, op. cit., p. 197.

6Le cas de Celaya illustre donc ce processus de formation qui, avec des variantes, s’est répété dans de nombreuses bourgades de la région. Comme l’indique le vice-roi don Martín Enriquez, une quarantaine de laboureurs — Basques en majorité et fixés à Apaseo, à 2 pas de là — réclamèrent la fondation d’une ville dans le mezquital voisin qui porterait le nom de Salaia, c’est-à-dire “terre plate”, en basque, et qui servirait de garnison, aux côtés de celles de Guanajuato et de San Felipe4. L’autorisation une fois accordée, les nouveaux colons reçurent une, deux ou deux caballerías et demie5, à peu près 107 hectares de terrain6 (on se rappellera qu’alors, compte tenu des moyens technologiques de culture et des connaissances qui s’y rapportaient, cette extension qui, aujourd’hui peut paraître relativement importante, ne devait pas être d’un rendement agricole bien élevé) un terrain à bâtir, un verger et plus tard, le droit à 2 jours d’eau, grâce à des travaux d’irrigation mettant à profit les eaux du río San Miguel. Cette “ville” qui comptait une église, un couvent7, une place centrale, un édifice pour le conseil municipal et des autorités, était entourée de petits villages d’Indiens Mexicains, Otomis et Purépechas, soit Tarasques ; en effet, on prétendait, grâce à eux et à l’établissement en 1591 de quelques groupes originaires de Tlaxcala, de Cholula et Huejotzingo8, qui reçurent des privilèges semblables à ceux des Espagnols, attirer les Chichimèques et obtenir qu’ils se fixent. Au-delà des hameaux indigènes, s’étendaient les estancias de bêtes à cornes appartenant aux colons, les terres de cultures qui atteignaient fréquemment Apaseo, Salamanca et même Irapuato.

  • 9 Powell, op. cit., pp. 152 et 153.
    AGN, General de parte, vol. 2, f. 297.

7La nouvelle communauté ne tarda pas à prospérer, et les 10 premières années virent une croissance continue malgré une légère tendance à la stagnation au début des années 1580, rapidement surmontée d’ailleurs9, car, en fait, la population était si nombreuse et si stable en 1582, qu’on déplaça la garnison de Celaya dans un site mieux placé pour mener la lutte contre les Chichimèques.

  • 10 François Chevalier, op. cit., p. 76.
    Voir aussi les Relaciones geográficas de la diócesis de Michoac (...)
  • 11 AGN, Tierras, vol. 674, ff. 45 et 46, Liste des fondateurs.
    15 juin 1580, 60 vecinos, selon les Rela (...)
  • 12 Antonio Vázquez de Espinosa, Descripción de la Nueva España en el siglo xvii, p. 144.
  • 13 On considère ici que la famille de chaque vecino est constituée de 6 individus, en accord avec Bor (...)
  • 14 F. Chevalier, La formation des grands domaines... op. cit., p. 136. 11 y a quatre obrajes à Celaya
  • 15 AGN, Tierras, vol. 674, f. 444.
  • 16 F. Chevalier, op. cit., pp. 184-230.

8F. Chevalier note que, si en 1580 les habitants de Celaya ne récoltaient que 17 000 ou 18 000 fanègues de blé, ils atteignaient les 30 000 fanègues en 160010, la situation s’améliorant encore puisqu’en 1644, lorsque le versement des compositions de terre fut inéluctable, ils réussirent à payer à la Couronne 20 000 pesos, c’est-à-dire la même somme que la riche région d’Atlixco, afin de régulariser leurs titres. Pour ce qui est de la population, nous savons qu’en 1571, l’année de la fondation, il y avait à peu près 36 habitants11, qu’ils étaient déjà 70 en 1582, et que dans les premières décennies du xviie siècle, ils étaient 40012. Il est donc probable qu’en 1614, date qui nous intéresse ici, leur nombre est de 300/400 vecinos, ce qui signifie quelque 1 800 Espagnols13, vivant souvent avec des esclaves noirs, mêlés aux sang-mêlé (métis, tresalvos, albinos, mulâtres, etc.), et entourés des groupes indigènes que nous avons déjà mentionnés. Il est difficile d’évaluer l’importance numérique des non-Espagnols, compte tenu des épidémies qui ravagèrent les communautés indigènes à la fin du xvie siècle. La vie de la nouvelle fondation, peuplée de laboureurs, s’écoula entre les travaux agricoles et ceux de l’élevage, la construction des édifices religieux et civils, des maisons privées (avec l’aide provisoire d’Indiens Tarasques accordée pendant 3 saisons), l’établissement d’ateliers, en dépit des interdictions officielles14 ; il est bien probable que dans ces premiers temps, la vie sociale tournait autour d’événements locaux, les récoltes, les épidémies, les fléaux qui s’abattaient sur les cultures, l’arrivée et le départ des colons, les voyages à d’autres cités ; mais sur ce fond, commun sans doute à tant d’autres bourgades de la région, certains thèmes de préoccupation, propres à Celaya, se dessinent, concernant des secteurs sociaux et des familles, particuliers. Nous voyons tout d’abord que très rapidement, des disputes violentes et répétées éclatent entre les habitants de Celaya, comme collectivité, et de riches estancieros, tels que les Bocanegra, à propos de l’utilisation des eaux du río San Miguel, nécessaires à l’irrigation des labours et des vergers. Ce problème, auquel ne sera apportée de solution qu’en novembre 160315, est intimement lié à celui d’une stratification sociale naissante concernant les colonisateurs de la région. En effet, une fois évanouis les temps bibliques où, selon la tradition, les premiers habitants réunis à l’ombre d’un mezquite touffu s’étaient répartis équitablement les terres, certains s’arrangèrent pour recevoir plusieurs grâces, et la Celaya de 1614 se trouve dominée par quelques puissantes familles, telles celle des Pérez Bocanegra, marquis de Villamayor, maître de nombreuses terres, détenteur de charges importantes, celle d’Arizmendi Gogorró qui, à partir de San Luis Potosí, parvient à posséder 10 estancias dans le Bajío en 1615, ou celle d’Azevedo, également mineur de San Luis Potosí. L’évolution correspond à un processus d’accaparement des terres sur la base de fortunes réalisées dans les mines du Nord16.

I.1.2. LA CRISE DE 1614, SES MODALITES EXTERIEURES

  • 17 AGN, Inquisición, vol. 278, ff. 155-314 ; vol. 308, ff. 319-487. Signalons que la pagination de ce (...)

9C’est dans ce climat que déferle une vague de dénonciations et d’auto-dénonciations, pour faits de magie et de sorcellerie, en 1614, sans égale en vérité au cours des xvie et xviie siècles17.

  • 18 AGN, Inquisición, vol. 11, exp. 3, Proceso contra Pedro Muñoz, por palabras malsonantes, Irapuato, (...)
  • 19 AGN, Inquisición, vol. 70, exp. 12, Proceso contra Diego Hernández, por simple fornicación, Querét (...)
  • 20 Nous l’avons précédemment signalé, dans le chapitre II de la première partie de ce travail.

10Dans les années précédentes, 2 affaires avaient été signalées pour la région entière, entre 1567 et 157018, et 5 entre 1571 et 160019, avec des pourcentages, par rapport à l’ensemble de la Nouvelle-Espagne, qui oscillent entre 0,3 et 1,3 ; mais entre 1611 et 1615, une augmentation spectaculaire se produit et le pourcentage concernant le Bajío atteint alors 18,9 % de l’ensemble des affaires intéressant toute la vice-royauté. Il faut néanmoins préciser que, si ce pourcentage de 18,9 % peut apparaître modeste, compte tenu de l’importance socio-économique du Bajío à cette époque, la province, qu’elle soit une région minière, rurale, productrice de canne à sucre, une ville ou un port, apparaît toujours comme écrasée en termes statistiques, par les pourcentages atteints par la capitale de Nouvelle-Espagne20.

11Ceci est tellement vrai qu’il est parfois nécessaire, dans certains cas, de dissocier la province de la capitale si nous souhaitons voir se dessiner quelques oscillations qui, autrement, se trouveraient comme nivelées par les manifestations regardant la ville de México (voir figure I.A-Celaya 1 et 2).

12Après 1614 et 1615, le pourcentage quinquennal des affaires intéressant le Bajío, comparativement à celles qui touchent la Nouvelle-Espagne, retombe avec la rapidité qui avait été la sienne dans la brusque phase ascendante qui avait précédé, atteignant un 4,6 % à la fin du xviie siècle.

13Nous tenterons ici d’expliquer ce mouvement si particulier, en nous attachant aux années 1614 et 1615, qui correspondent à l’activité majeure de l’institution inquisitoriale pour les 2 siècles mentionnés.

  • 21 C’est en effet le moment où les accusations pour délits de sorcellerie et de magie sont les plus n (...)

14Par ailleurs, il fut possible d’établir, à partir de l’information concernant la nature des affaires déférées devant et traitées par le Saint-Office, les statistiques et la courbe correspondant à la fréquence quinquennale et annuelle de celles qui regardent la sorcellerie et la magie. Si nous comparons la fréquence quinquennale et annuelle de l’ensemble des affaires avec celle qui correspond exclusivement aux faits de sorcellerie et de magie, nous constatons une augmentation sensible de ces derniers à partir de 1605 jusqu’à 1630, parvenant même à représenter 33,2 % du total des affaires entre 1626 et 163021. Si nous observons cette fois le mouvement annuel, un maximum apparaît en 1614, représentant 38 % du total des affaires enregistrées dans la vice-royauté ; ce maximum correspond essentiellement au Bajío, et les chiffres le confirment : en 1614, d’un total de 344 affaires pour la Nouvelle-Espagne, 114 concernent cette région dont 94 sont de sorcellerie et de magie, c’est-à-dire 27,3 % du nombre total des affaires.

15Les documents consultés illustrent cette étrange épidémie. L’index du Ramo Inquisición mentionne 114 affaires, puis 44 en 1615, les dénonciations provenant essentiellement de Celaya, de Querétaro ensuite, et dans les cas isolés, d’Apaseo, León, Irapuato, San Miguel. Lorsque nous considérons les documents proprement dits, les volumes 278 et 308 du Ramo Inquisición qui correspondent respectivement aux années 1614 et 1615 livrent 141 affaires pour la seule ville de Celaya, c’est-à-dire, un nombre supérieur à celui qu’on obtenait par la seule consultation de l’index, déficient nous le savons.

16Les déclarations qui constituent ces documents se firent en deux étapes : la première correspond aux mois de juin-juillet 1614 ; c’est ainsi que devant le commissaire Pedro

  • 22 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 165, Carta de Fr. Diego Muñoz al Santo Oficio de México, 26 octobre (...)

17Núñez de la Roxa, se présentent 26 personnes, écoutées fort attentivement, nous le verrons, même si les indications relatives à la date, l’âge, le groupe ethnique, la fonction sociale, le lieu d’origine et de résidence du dénonciateur, le motif de la dénonciation, etc. font défaut. Peu après, les autorités inquisitoriales de México dépêchent le franciscain et commissaire Diego Munoz, qui fait procéder à la lecture de l’édit général de la foi, le dimanche 19 octobre 1614, pendant la grand’messe, comme c’était la coutume : il avait été proclamé en place publique le mardi antérieur, le 14 octobre. Cette cérémonie, qui devait en principe avoir lieu tous les 2 ou 3 ans, étant bien souvent omise, nous l’avons souligné, déclencha une vague incoercible de dénonciations. C’est ce qu’exprime le commissaire fray Diego Munoz lorsqu’il écrit à la hiérarchie : “Ce qui s’est ensuivi de la proclamation de l’édit général, c’est que sa nouveauté a poussé les gens du peuple de toute couleur à prêter témoignage, ce en quoi j’ai occupé quinze jours”22.

18Effectivement, un jour après la publication de l’édit, c’est-à-dire le 15 octobre, la première dénonciatrice d’une longue série de 115 personnes, qui déclareront pendant 2 mois seulement, vient se présenter. Le 28 novembre met un terme à la période des dénonciations, et en février et en octobre 1615, seuls seront interrogés 3 individus, appelés afin qu’ils apportent un complément d’information. Entre le 20 et le 30 octobre, 77 dénonciations sont enregistrées, les 21 et 27 étant les jours les plus actifs, avec 10 dénonciations respectivement. En novembre, le rythme redevient celui des premiers jours de la deuxième quinzaine d’octobre, avec une modeste moyenne quotidienne de 3 dénonciateurs. Il est relativement aisé d’expliquer ce phénomène de concentration des dénonciations : dans de petites communautés paysannes, où les hommes entretiennent des relations étroites de parenté ou de convivialité, on sait tout en un clin d’œil ; il est évident que, les méthodes du Saint-Office étant connues, la nouvelle des premières dénonciations dut éveiller parmi les villageois la crainte de se voir impliqués dans de délicates affaires et que le souci de devancer de possibles dénonciations les incita à se dénoncer, mais en dénonçant aussi les autres. Cette concentration des déclarations est précisément ce qui nous a poussée à nous pencher sur cette bourgade et à la privilégier par rapport à d’autres qui furent peut-être davantage affectées par des pratiques de sorcellerie et de magie, l’originalité de Celaya consistant dans la concentration de ce phénomène dans le temps et l’espace.

I.1.2.1. LES DENONCIATEURS

19Essayons donc de nous approcher de cette foule empressée et sans doute inquiète, qui se présente devant le familier, puis le commissaire du Saint-Office. Elle est surtout composée de femmes, dans la proportion de 2 pour un homme ; nous nous dispenserons d’insister ici sur ce point, puisque l’affinité du sexe féminin avec les préoccupations et les activités de magie est bien connue ; ceci étant, si nous considérons la répartition sexuelle en fonction de l’âge, nous constatons qu’à un nombre élevé de femmes jeunes, correspond un nombre relativement bas d’hommes du même âge. La nature des faits dans lesquels ces femmes se trouvent impliquées d’une manière ou d’une autre, nous fournit une explication : tandis que les hommes jeunes se livrent à des activités variées (travaux agricoles, voyages, affaires, jeux, participation à la vie civique, distractions de type sportif, etc.), leurs énergies étant ainsi consacrées à des intérêts divers, les filles et les femmes jeunes, les veuves, vivent davantage recluses, selon la tradition hispanique, et elles disposent d’un champ d’activité très limité. Pour elles, l’état civil constitue la seule façon de se définir personnellement et socialement ; d’où leur préoccupation constante pour les thèmes amoureux ou sexuels : qui épouseront-elles ? Comment attirer l’homme qui leur plaît et repousser celui qui ne leur dit rien ? Comment soumettre un mari ou le maintenir dans une douceur inoffensive, si on prétend le tromper ? Ces soucis frisent parfois l’obsession ; car si l’homme jouit d’une ample indulgence de la part de la société lorsqu’il cherche des solutions aux problèmes sexuels et affectifs, hors des normes admises — s’amusant avec des femmes sang-mêlé ou des indigènes, hors mariage — l’Espagnole se voit contrainte par des normes beaucoup plus strictes qui limitent forcément son comportement et l’amènent à se tourner vers des solutions parallèles, ayant alors recours à des pratiques magiques. C’est pourquoi la majeure partie des dénonciations et des auto-dénonciations portant sur la magie amoureuse concerne les femmes jeunes (voir figure I. A-Ce laya 3).

20Pour ce qui touche l’origine ethnique, les Européennes, péninsulaires ou créoles, prédominent puisque les fonctionnaires du Saint-Office nomment, nous le savons, d’un même nom — Espagnol — celui qui est né des 2 côtés de l’Atlantique. Toutefois, d’autres groupes s’insinuent, indépendamment de l’indigène contre lequel, rappelons-le encore, le tribunal inquisitorial ne pouvait procéder. Celui des Africains, dont l’importance n’est pas toujours bien pondérée dans l’histoire coloniale du Mexique, attire l’attention : dans la Celaya du début du siècle, ils sont aussi nombreux, à travers les archives inquisitoriales, que les métis.

21Les origines créoles des dénonciateurs sont révélées par leur provenance géographique, la majeure partie des Européens étant nés à Celaya. Les Espagnols venus d’Espagne, peu nombreux en fait, ont vu le jour dans les provinces du Sud, chose commune aux xvie et xviie siècles, bien que la présence de 2 Basques rappelle la patrie des premiers colons de la cité. Parmi les Noirs, 2 individus furent directement amenés d’Afrique : il s’agit d’une femme de Guinée et d’un homme qui parlait sa langue natale.

22On le voit, le caractère original de la fondation de Celaya se confirma aux cours des ans, bien que les habitants soient déjà tous créoles à l’époque qui nous intéresse ; mais il est non moins vrai que la cité est entourée de groupes hétérogènes. Il est enfin évident que 43 ans après les débuts de la bourgade, le noyau de colons est à la fois stable et dynamique, si l’on considère le nombre d’individus nés à Celaya ; il semble même que ce centre urbain ait exercé une attraction notable sur toute la région puisque nous voyons de nombreux individus originaires de tout l’évêché du Michoacán y résider.

23Finalement, les données dont nous disposons esquissent le profil d’une cité fermement établie : véritable centre régional, elle entretient des échanges actifs avec la capitale et le reste de la vice-royauté, sans pour cela avoir rompu le cordon ombilical avec l’Espagne (voir figure I.A-Celaya 3). Tout indique que la double vocation originelle de Celaya, étape vers le Nord minier et région productrice de vivres, s’est accentuée dans le sens de la stabilisation et de la consolidation.

24En ce qui concerne le statut social des dénonciateurs, les informations sont nombreuses, variées, et naturellement d’un grand intérêt. Le groupe indigène est constitué par plusieurs Indiens Mexicains — tous ladinos et par un Tarasque — groupe qui doit être assisté d’un interprète lorsqu’il déclare devant les autorités inquisitoriales. Deux sont artisans, savetier et forgeron ; le Tarasque remplit quelque fonction dans un couvent franciscain du Michoacán, et notons-le, il est le seul à pouvoir signer ses déclarations, bien que d’une écriture maladroite, ce qui témoigne encore de l’œuvre pédagogique des ordres religieux, particulièrement des franciscains.

25Deux des 3 mulâtresses sont esclaves d’Espagnols, et les Noirs, qui sont au nombre de 7, comprennent 2 hommes libres seulement. Si les femmes sont des esclaves domestiques, le Noir dénoncé appartient à un maître d’atelier espagnol.

26Les métisses, castizas et tresalvas, sont mariées à des Espagnols qui semblent bien appartenir à des secteurs inférieurs de la société villageoise : l’un d’eux jouit d’une mauvaise réputation, et on l’a surnommé “le Judas” ; un autre est tailleur, et le peu de prestige entourant les offices mécaniques dans la civilisation espagnole est bien connu ; un autre encore ne sait pas signer, chose presque insolite parmi la population masculine espagnole, 2 individus seulement étant incapables d’apposer leur signature au pied des documents inquisitoriaux dans un groupe de 33 Espagnols. C’est encore plus significatif si l’on considère que, outre l’Indien Tarasque, nommé Pantaleón, le métis et le castizo purent signer, d’une écriture claire et précise, qui plus est.

I.1.2.2. LA SOCIETE VILLAGEOISE

  • 23 Hernán Pérez de Bocanegra. En 1523, le général Hernán Pérez de Bocanegra conquit les provinces de (...)
  • 24 Il s’agit sans doute d’un parent d’Azevedo, mineur à San Luis Potosí et associé d’Arizmendi Gogorr (...)
  • 25 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 288, Testimonio de don Diego de Azevedo, 13 novembre 1614.

27C’est qu’en effet, la société des Espagnols se révèle complexe au travers des documents inquisitoriaux. Nous voyons apparaître, ou plutôt, nous distinguons tout d’abord, une catégorie visiblement privilégiée, composée de puissants propriétaires, comme Pérez Bocanegra23 ; bien qu’il ne se manifeste pas directement dans les documents qui nous intéressent, nous savons que les gens de bien se réunissent chez lui pour jouer une sorte de billard ; c’est là qu’on peut rencontrer un certain Juan de Velasco, marchand et frère du prieur du couvent de San Agustín, un freluquet de 17 ans, don Diego de Azevedo Carvajal24, qui, d’après le commissaire du Saint-Office, “a étudié la grammaire, est d’un bon entendement”25 et un Baltasar López Pallares, lui aussi d’un “bon entendement”, accusé par les autres d’avoir proféré des paroles inconvenantes dans la chaleur du jeu. Notons-le, aucun de ces individus ne se voit impliqué, ni de près ni de loin, dans des affaires de sorcellerie ou de magie. Nous les évoquons ici dans la mesure où leur apparition au travers des documents nous permet de compléter le tableau de la société locale.

  • 26 F. Chevalier, op. cit., p. 297.
  • 27 AGN, Tierras, vol. 674, f. 444, 21 novembre 1608.

28Ce secteur privilégié dont les fortunes se sont faites au hasard des entreprises militaires et politiques (Pérez Bocanegra, par exemple) ou de l’essor minier (Azevedo), domine la région. Son pouvoir se révèle dans le rôle politique qui est le sien — Bocanegra est alcalde mayor — et semble se manifester de manière active au début du xviie siècle26. Nous avons vu par exemple comment Bocanegra et ses héritiers furent en procès avec les habitants de la bourgade afin de disposer des eaux du río San Miguel qui permettait d’irriguer les terres. La sentence définitive, confirmée par les oidores de l’Audience royale de México, précise que “ledit Hernán Pérez et ses héritiers pourront utiliser ladite eau pour irriguer les terres qu’ils ont et qu’ils possèdent aujourd’hui seulement, et non celles qu’ils pourraient acquérir désormais”27, ce qui indique bien la tendance de cette famille à accumuler des terres et les moyens de les mettre en valeur, et son importance sociale.

29Bien que ces familles n’apparaissent pas dans les témoignages que nous étudions, si ce n’est par de simples allusions, leur ombre plane sur la vie sociale sans aucun doute : l’accaparement des terres qui est leur fait, leurs querelles avec les villageois et leur rôle politique sont certainement pour beaucoup un motif de crainte et d’insécurité.

30Moins puissant que l’antérieur, mais animé d’un dynamisme notable, apparaît le secteur des laboureurs enrichis ; contrairement aux Bocanegra et aux Azevedo, certains de ses membres se trouvent impliqués dans des activités de magie. La situation sociale a évolué depuis la fondation de la ville : si au début, les colons reçurent des facilités sensiblement comparables, plusieurs familles parvinrent à obtenir diverses donations de terres.

  • 28 Voir appendice I, Grâces de terres.
  • 29 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 110 ; c’est ici l’opinion du commissaire inquisitorial, Fr. Diego M (...)
  • 30 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 223, Relación al Santo Oficio de esta Nueva España, de Fr. Diego Mu (...)
  • 31 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 240, Testimonio de Ysabel de Aguilar, 21 octobre 1614.
  • 32 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 160, Testimonio de Raphael Hernández, 17 octobre 1614.
  • 33 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 161, Testimonio de Raphael Hernández, 17 octobre 1614.
  • 34 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 323 verso, Testimonio de Leonor López, 3 novembre 1614.
  • 35 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 160, Testimonio de Raphael Hernández, 17 octobre 1614.

31En 1614, par exemple, les Hernández, qui avaient participé à la fondation, possèdent 22 caballerías, c’est-à-dire quelque chose comme 941 hectares, 4 vergers, 2 terrains à bâtir, 4 moulins au moins28. Leur richesse et leur prestige social transparaissent dans les témoignages inquisitoriaux : une petite belle-sœur de 10 ans a égaré un collier de perles fines ; les frères Hernández possèdent des esclaves, Rafael est hacendado, il a été alcalde ordinaire et de la Hermandad à Celaya, où il n’était point trop apprécié29 ; Bernabé a fait des études, il est alférez et a été lui aussi alcalde ordinaire plusieurs fois ; Ysabel de Aguilar, de la famille Días, “de ce qu’il y a de plus honorable dans le village”30, est l’épouse de Rafael, elle sait lire et écrire et s’exprime avec facilité. Tous sont “de bonne raison et entendement” et ils assument des attitudes méprisantes où, tout au moins suffisantes, à l’égard des gens dont le statut social est moins brillant que le leur. Par exemple, Ysabel, lorsqu’elle parle d’une autre femme, n’hésite pas à affirmer que c’est “une femme légère et de peu”31, déclarant ici la superbe que lui confère sa bonne réputation et sa position sociale ; son époux lui fait écho, puisqu’il présente Luis Sánchez comme “un homme de la campagne et de peu d’entendement”32, tandis que le perspicace commissaire de l’Inquisition considère de son côté, ce même homme comme un “laboureur de maïs, d’un bon entendement”33 ; les mots reflètent ici évidemment un sentiment de classe ou pour le moins, de groupe, de la part de l’alcalde. Une Indienne qui était venue intercéder devant ce personnage, en faveur d’un fils prisonnier, reçoit cette réponse injurieuse : “Chienne d’Indienne, elle n’avait pas manqué de faire intercéder tout le monde ; il ne relâcherait pas son fils, et voulait qu’on l’envoie à la Chine”34, c’est-à-dire, on le sait, les Philippines. Bien que les Hernández soient investis de charges publiques secondaires, si on les compare à celles des Bocanegra, ils n’en jouent pas moins un rôle important dans la vie locale ; leurs propos et leurs comportements arrogants leur valent l’hostilité d’un certain nombre de gens, ce que remarque encore le commissaire du Saint-Office, et il est fort probable qu’ils n’apprécièrent guère de se voir impliqués dans des affaires inquisitoriales. Car les dénonciateurs rapportant au commissaire des faits dont on suppose qu’ils furent constatés ou racontés par les hommes de la famille Hernández — c’était là, indéniablement, une manière d’autoriser ces faits — il faut bien appeler ces derniers afin de vérifier le fondement des accusations. Notons qu’alors, ils nient toujours le contenu des dénonciations, rétablissant la réalité triviale des faits. Ils témoignent également d’un dédain notable en ce qui concerne les rumeurs qui circulent alors sur les sorcières et les magiciennes, car pour l’alcalde Rafael Hernández, il s’agit “d’entretiens communs et vulgaires — auxquels il ne croit point”35.

32Voici donc une nouvelle manifestation de cet esprit de caste que nous avions souligné, s’ajoutant ici à l’affirmation intéressante que, pour quelqu’un “de bonne raison et entendement”, les faits de magie et de sorcellerie sont indignes de crédit. Pourtant, la participation de ce secteur favorisé à ces mêmes faits ne se limite pas aux déclarations sollicitées par les autorités inquisitoriales : doña Ysabel, malgré sa condition, tout comme ses soeurs, se trouve directement impliquée puisqu’elle a eu recours à des procédés magiques : presque toutes ont administré à leurs époux la classique calebasse de chocolat auquel se trouvent mélangées les non moins classiques substances destinées à les amadouer ; sur leur demande, plusieurs indigènes ont procédé à la lecture du peyote, des grains de maïs, afin de découvrir des objets dérobés, ou savoir si elles se marieraient, lorsqu’elles étaient filles.

  • 36 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 270, Testimonio de Ysabel Gutiérrez, 23 octobre 1614.
  • 37 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 163, Testimonio de María de Torres, 24 octobre 1614.

33Une autre riche famille eut aussi affaire à l’Inquisition, à travers les femmes qui la composent : Ysabel Gutiérrez ne raconte-elle pas qu’une écuelle d’argent ayant disparu à la maison, les négresses firent appel au nègre Francisco Puntilla pour qu’il dise où elle se trouvait, grâce à des procédés magiques ? Elle avoue également avoir donné de l’argent aux Indiens de service qui travaillent dans les mines de sa propriété, à San Luis Potosí, afin qu’ils achètent du peyote et qu’ils puissent de la sorte découvrir des objets volés et la cachette de leurs femmes qui s’étaient enfuies. Elle avait enfin donné à sa belle-fille Francisco de Vallejo, mariée à Miguel de Soto, alcalde ordinaire de Celaya, certaine fleur jaune qui lui procurerait la paix conjugale36. Une autre femme, mère d’un regidor de la ville et appartenant aussi à une famille fortunée, évoque une “hacienda” qu’elle avait à Guazindeo (notons ici ce terme d”’hacienda” relativement rare à l’époque qui est la nôtre), et où se trouvaient plusieurs personnes, dont doña Clara Rangel, femme d’un Hernández ; c’est là qu’on leur lut les lignes de la main, et une certaine Maria de Torres confesse, par ailleurs, qu’outre cela, elle avait eu recours à des procédés magiques et à des herbes fournies par une métisse, afin d’amadouer son mari37.

34A l’autre extrême, nous rencontrons les secteurs les plus infortunés de la société espagnole. Il s’agit de familles qui jouirent au début des mêmes avantages que les autres mais qui, selon des processus que nous ignorons, en vinrent à constituer le secteur le moins brillant de la communauté.

  • 38 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 130, Testimonio de Juan de Vargas Patiño, 27 octobre 1614.
  • 39 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 483, Testimonio de Agustina Franco, 28 octobre 1614.
  • 40 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 280, Testimonio de Marcos Ramírez, 25 octobre 1614.
  • 41 AGN, Inquisición, vol. 343, f. 105, Testimonio de Ana Macías, 13 janvier 1622.

35Un certain Juan de Vargas Patiño s’en va à la découverte de mines, poussé par sa pauvreté connue de tous38 ; une métisse, mariée à un Espagnol, Agustina Franco, déclare qu”’il y a à peu près sept ans que, souffrant de grandes privations et de pauvreté, un Indien lui dit qu’il lui donnerait une poudre pour que son mari (qui ne faisait rien) travaille et cherche de quoi vivre”39. C’est parmi les représentants de ce secteur que nous trouvons précisément les 2 seuls Espagnols qui ne savent pas signer : l’un, Marcos Ram irez, est marié à une castiza taxée de sorcellerie et, si nous considérons attentivement sa déclaration, il apparaît comme dépourvu de moyens intellectuels40. L’autre, Alonso Santos, vit de la chasse, il est veuf d’une métisse et père de castizas, toutes sorcières ; qui plus est, il est le beau-père du précédent, Marcos Ramírez. Pourtant, nous trouvons parmi les noms des premiers habitants de la ville de Celaya, nommés regidores, celui d’un Domingo Sanctos, et Marcos Ramírez est fils d’un certain Francisco Ramírez Belvis qui a certainement une relation avec le Francisco Ramírez et la veuve de Belvis qui figurent sur la liste des fondateurs, ce qui prouve sans doute une évolution négative de ces familles. Enfin, pour conclure le tableau sommaire de ce secteur défavorisé, nous rencontrons, en 1622, une Ana Macías qui avait été à la fois témoin et actrice dans les événements de 1614 : elle se plaint alors d’être “pauvre et vieille”, elle ne sait rien faire pour gagner sa pitance, vit des seules aumônes qu’on lui fait, bien qu’elle soit Espagnole et qu’elle ait été mariée à un Espagnol41. Entre ces 2 secteurs opposés, se trouve la majorité des familles de condition moyenne, à qui cette situation intermédiaire apparaît incommode : ce groupe, aux profils imprécis et donc difficiles à décrire, joue pourtant un rôle bien particulier dans le processus que nous étudions et que nous tenterons de mettre en lumière maintenant (voir appendice I.A-Celaya 1 et 2 a, b et figure I.A-Celaya 4).

I.1.2.3. LE ROLE DES DIFFERENTS SECTEURS SOCIAUX

  • 42 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 158, Testimonio de Pedro Hernández de Uribe, 17 octobre 1614.
  • 43 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 201, Carta de Fr. Diego Muñoz al Santo Oficio.
  • 44 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 206, Carta de Fr. Diego Muñoz al Santo Oficio.
  • 45 Julio Caro Baroja, Las brujas y su mundo, passim.
  • 46 Gonzalo Aguirre Beltrán, Medicina y magia, el proceso de aculturación en la estructura colonial, p (...)

36Le fait de magie, lorsqu’il parvient à la connaissance de l’autorité inquisitoriale, inclut un minimum de 3 personnes : le délinquant, son complice ou son client, et le dénonciateur. Or, si nous considérons à nouveau les 3 secteurs sociaux mentionnés précédemment, nous constatons les choses suivantes : les sorcières déclarées n’appartiennent jamais au secteur social privilégié mais au contraire, au groupe qui jouit de moindre prestige et dont la situation est la plus précaire. Voyons à cet effet, les caractéristiques sociales des femmes qui sont accusées à Celaya : Catalina Rodriguez, tresalva de 32 ans, est mariée à l’individu surnommé “le Judas”, de fort mauvaise réputation : vivant en concubinage depuis 14 ans, elle est la fille de la métisse défunte Juana Rodríguez, considérée par tout le monde comme une sorcière qualifiée, épouse de Marcos Ramírez, dont nous avons souligné les limitations. Elle a pour sœur Inés García, dotée elle aussi, d’une mauvaise réputation, laquelle est une veuve d’une quarantaine d’années, ayant plusieurs enfants à charge. La moins connue, Leonor Villarreal, est une métisse, célibataire et lorsque le “notable” Pedro Hernández de Uribe les surprend toutes ensemble une nuit, dans une maison isolée du village, les propos qu’il entend à leur insu lui semblent être de “gens du commun”42. Quant à Maria Vázquez, alors négresse libre, elle avait d’abord appartenu à don Luis de Quezada — qui avait eu avec Francisco de Velasco, l’encomienda de Jilotepec — ce qui traduit un passé servile. Enfin, la Junca, c’est-à-dire Ysabel Duarte de la Cruz, quoique Espagnole, jadis mariée à un maître d’atelier espagnol, se trouve en 1614, veuve, pauvre et d’un âge avancé. Fray Diego Muñoz lui-même, le constate : “Cette femme est veuve et tenue pour pauvre”43. Elle semble de plus être l’objet de plaisanteries, du moins du mépris général, “ladite Ysabel Duarte étant considérée comme une femme faible d’esprit”44. Il est à noter que ces femmes ne sont pas originaires de Celaya mais de San Miguel ou de Tlazazalca. Les activités auxquelles elles s’adonnent en principe, ou qui sont effectivement les leurs, sont aussi nombreuses que variées. Nous n’insisterons pas sur certains de leurs aspects, comme le détail des substances utilisées pour la confection des philtres, les sortilèges et les procédés proprement dits, qui ont fait l’objet d’études de la part de spécialistes comme Julio Caro Baroja45 et Gonzalo Aguirre Beltrán46.

I.1.2.4. GUERISSEURS ET MAGICIENNNES

  • 47 Voir Africa, Journal of the International African Institute, vol. VIII, No. 4, “Witchcraft, Oracle (...)

37Il est toutefois nécessaire, avant d’entreprendre une étude détaillée de ces pratiques, de définir le sens exact des termes que nous utiliserons désormais. Puisque nous manquons de la qualification de la nature du délit de la part des autorités inquisitoriales, nous aurons recours aux concepts de sorcellerie et de magie tels que les définit l’anthropologue Evans-Pritchard47. Cet auteur pose la sorcellerie comme une “offense imaginaire”, car elle est impossible. “Une sorcière (bruja) ne peut faire ce qu’on lui attribue, et elle manque en vérité d’existence réelle” ; en d’autres termes, “une sorcière n’accomplit aucun rite, elle ne prononce aucun sortilège, ne possède aucun remède”. “Un acte de sorcellerie est un acte psychique”. En revanche, le magicien — hechicero — selon Evans-Pritchard, peut faire de la magie pour tuer ses voisins. La magie ne les tuera pas, mais le magicien “peut, et sans doute il le fait souvent, réaliser ses actes dans cette intention”. Par conséquent, la sorcellerie acquiert des aspects fantastiques, invraisemblables, elle nie, en fait, la réalité, tandis que la magie tente de modifier le monde qui l’entoure, en utilisant des moyens concrets, palpables.

  • 48 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 151, selon le témoignage de María Ramos qui raconte que sept ans pl (...)

38Les pratiques qui sont le plus clairement délimitées, dans le cas de Celaya, concernent les guérisons, et c’est le nègre Francisco Puntilla qui s’en occupe : esclave d’un maître d’atelier espagnol, il est né en Afrique et les villageois l’appellent souvent pour soigner des maux affectant le visage, ou la sciatique. Il semble bien que ses procédés curatifs soient d’origine africaine, ainsi les bâtonnets fixés aux pieds, la poule noire, la décoction d’herbes et surtout, la ventriloquie48. Souvent, il reçoit une quelconque rémunération pour ses services, par exemple la poule noire dont il se sert pour ses guérisons. Pourtant, Puntilla n’est pas réellement considéré comme un magicien, mais comme un guérisseur et un devin, puisqu’on a aussi recours à lui lorsqu’il s’agit de découvrir des objets volés ou égarés. L’opinion publique ne l’auréole d’aucune crainte ni de mépris, contrairement à ce que nous constatons en ce qui concerne les femmes précédemment évoquées.

39Parmi les pratiques que nous pouvons considérer comme relevant de la magie, nous isolerons celles qui tendent à modifier la réalité extérieure dans un sens favorable à la personne qui sollicite l’intervention de la magicienne, ou dans le sens de cette dernière. Les guérisons en font légitimement partie, bien qu’à Celaya, une autre femme, Ana Maria la Pastelera, c’est-à-dire “la Pâtissière”, remplisse les fonctions de guérisseuse aux côtés de Francisco Puntilla. Il est intéressant de constater que si les villageois pensent du bien de cette femme, qu’ils appellent, pour neutraliser, par ses soins, l’effet des maléfices, l’Inquisition voit les choses d’un autre œil : lorsque les recherches seront terminées et qu’on aura considéré les cas individuels, la Pastelera sera réprimandée, bien que sa mort ait alors empêché l’exécution du projet.

  • 49 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 144 verso, Ana Macias, veuve de Jerónimo de Vargas déclare “ q u ’ (...)

40Vingt ans plus tôt, cette Ana Macías que nous retrouvons en 1622, veuve vieillie et vivant d’aumônes, avait, sans doute accablée par de nombreuses maternités, demandé à la Junca quelque chose pour avorter, et en avait reçu, outre divers conseils, l’herbe “hirondelle”, appelée aussi “amours sèches”, ce qui avait entraîné chez elle une grave maladie49 ; l’affaire avait eu une certaine publicité et valu à la Junca des démêlés avec l’autorité épiscopale.

  • 50 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 453, Testimonio de Maria Diaz, 20 octobre 1614.
  • 51 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 270, Testimonio de Ysabel Gutiérrez, 23 octobre 1614.
  • 52 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 193, Philippa de Santiago, noire, esclave de l’alférez Bernabé Hern (...)

41Dans cette même perspective d’adaptation, de ou à, la réalité extérieure, se présentent à nous les cas nombreux où il s’agit de découvrir des objets égarés. Nous trouvons ici les essais réalisés pour retrouver le collier de petites perles fines que la fillette riche avait perdu50, les écuelles ou les cuillères d’argent51, les draps qui subitement disparaissent dans les maisons cossues. N’oublions pas non plus ceux qui, bercés par l’illusion commune de l’époque, rêvent de découvrir des mines ou des sites où furent cachés argent et trésors, au hasard des aventures. Parmi tous ces clients du mystère, se glissent des gens très divers : la fillette gâtée qui s’entête à retrouver son bijou, bien sûr, mais surtout les esclaves noires et mulâtres qui craignent de se voir accuser de vol et redoutent les châtiments rigoureux ; les chercheurs romantiques de mines et de trésors, à la condition peu brillante, qui essaient de s’enrichir par des moyens qui échappent au schéma traditionnel d’ascension sociale. Ils ont personnellement recours à l’indigène magicien qui peut être un de leurs domestiques, ou à quelqu’un comme la Junca52 ; l’intervention de l’indigène est presque toujours de règle, et celui-ci fournit les herbes, le puyomate, il procède à la lecture des grains de maïs, du peyote.

  • 53 Julio Саго Baroja, Vidas mágicas e Inquisición, vol. I, chapitre II, p. 49.

42Tout semble indiquer que l’Européen s’adresse à l’indigène, connaisseur de procédés qui lui paraissent convaincants car, comme le note justement Julio Caro Baroja53, le groupe vaincu ou considéré inférieur, est aux yeux du vainqueur comme investi de pouvoirs et d’attributs plus “naturels” qui lui confèrent un rôle privilégié lorsqu’il s’agit d’établir des relations avec le monde irrationnel. Or, ici, étant donné la situation, il est normal que le nègre et l’individu de sang-mêlé suivent l’exemple de l’Européen, qui établit la norme culturelle.

  • 54 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 197, Testimonio de Leonor de Hinojosa, “il y a à peu près trois moi (...)

43Les objets ne sont pas les seuls à opposer une résistance à la volonté ou au désir, il y a avant tout les hommes, surtout dans une société aux structures rigides où certains, les femmes et plus encore les esclaves, se trouvent dans l’impossibilité de modifier ou de tourner les règles du jeu social, à cause de leur sexe, de leur condition ou des 2 choses à la fois ; d’où les techniques pour amadouer l’oppresseur, le mari ou le maître. Les esclaves se montrent intéressées, elles demandent directement aux indigènes ou aux magiciennes les substances nécessaires à leurs tentatives. Voici par exemple un cas intéressant de syncrétisme, qui met en lumière l’intervention de 3 groupes culturels : Leonor de Hinojosa rapporte le cas d’une négresse qui reçoit d’une Espagnole l’herbe puyomate afin d’amadouer sa maîtresse54. Signalons à ce propos que Gonzalo Aguirre Beltrân relève la première dénonciation contre une Noire qui a recours au puyomate en 1617, alors qu’un cas semblable est donc enregistré dans la Celaya de 1614.

44C’est dans la magie amoureuse que les cas sont les plus nombreux et les plus variés, en accord avec la prédominance féminine que nous avons signalée. La femme, lorsqu’elle se trouve intégrée à la société des Espagnols, même si elle ne l’est pas personnellement, se trouve soumise à un conditionnement tel que le facteur sexuel s’avère être le seul moyen d’accéder à une certaine forme d’affirmation personnelle, même sommaire. Par conséquent, dans tous les secteurs sociaux, des femmes tentent d’amadouer leurs maris, qui souvent leur infligent de mauvais traitements ou les délaissent pour d’autres. Tout au long des déclarations, on perçoit un véritable courant de complicité féminine qui unit, de manière fragile et éphémère il est vrai, l’orgueilleuse Ysabel Aguilar et ses soeurs à l’humble et mal famée Pascuala de Silva, à la magicienne probable, cette “femme légère et de peu”, Magdalena de Roças, incitant la première à recevoir des autres les poudres destinées à amadouer le mari autoritaire, Rafael Hernández.

  • 55 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 100, “il y a comme un mois que son beau-frère, Agustín Muñiz lui a (...)
  • 56 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 361, Testimonio de Ysabel Maria, 25 octobre 1614.
  • 57 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 135, Diego Burgueño, jeune marchand originaire de Pátzcuaro s’expri (...)
  • 58 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 460, Catalina Rodríguez, de fâcheuse réputation, raconte dans son t (...)
  • 59 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 197, Leonor de Hinojosa déclare dans son témoignage “ q u ’ i l y a (...)

45Si amadouer le mari constitue la majeure et unanime préoccupation féminine, il en est d’autres, plus ou moins dérivées de celle-ci : par exemple, empêcher que la femme et son amant, lorsqu’ils se retrouvent, ne soient découverts55, savoir si un mari est fidèle, essayer de le faire rentrer à la maison s’il se trouve loin de chez lui56. Quelques jeunes hommes vivent les mêmes préoccupations lorsqu’ils prétendent séduire des femmes : un certain Fabián de Oviedo demande à la Junca de quoi vaincre les réticences d’une belle, et Antonio, un vacher métis, connaît des moyens infaillibles pour obtenir les faveurs auxquelles il aspire57. Les indigènes restent les pourvoyeurs essentiels des herbes nécessaires aux sortilèges concernant la magie amoureuse, le peyote et le puyomate conservent une grande importance de par leurs notables propriétés. Le copal, le coton et la divination par les grains de maïs sont utilisés dans l’élaboration ou la réalisation de procédés divinatoires qui permettent de savoir si une fille se mariera, si son mari sera un villageois ou non, si elle connaîtra des vicissitudes, etc. Puisque la magie amoureuse tend à unir, même provisoirement, des secteurs sociaux antagoniques ou, tout au moins, ayant peu d’affinités entre eux normalement en un réseau clandestin, il est naturel de trouver un caractère syncrétique aux procédés utilisés. Effectivement, les éléments autochtones accompagnent ceux dont l’origine est visiblement européenne et catholique : l’Indien Francisco fait 2 signes de croix sur une tasse contenant de l’eau, du copal et quelques boules de coton58, et l’Espagnole Ysabel Duarte procède de la même façon59. Toutefois, bien que la majeure partie des substances qui interviennent dans la magie amoureuse — souvent répugnantes, on le sait — soient d’origine européenne, précisons que leur identification n’est pas d’un grand intérêt pour nous : il est bien évident que, compte tenu des caractéristiques culturelles de la colonie, le facteur prédominant est européen, et que les éléments indigènes et africains, quoique toujours présents dans le processus syncrétique, sont d’une importance très variable.

  • 60 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 137, Testimonio de Ana Benitez, 25 octobre 1614.

46Toujours dans cette même catégorie de magie empirique destinée à redresser la réalité extérieure et, par conséquent, s’appuyant sur des procédés également concrets — herbes, substances, recettes, etc. — nous verrons maintenant ce que nous appellerons la magie destructrice qui marque un changement qualificatif dans les buts recherchés : on n’aspire plus, en effet, à un accommodement prudent de la réalité, mais au fond, à sa destruction, dans une perspective franchement négative et hostile. Il y a peu de cas dans ce sens à Celaya à vrai dire, mais ils existent : Ana Maria la Pastelera et une autre femme, Catalina Gonzalez — dont nous reparlerons plus tard — “dirent que pour nouer les aiguillettes, la croix du rosaire était d’un bon usage”60, quand l’arrière-plan psychologique qui correspond à un dessein semblable est bien connu : la haine de la vie et de ses manifestations. Rappelons à cet effet que la sorcière européenne classique entretient toujours une relation particulière avec la stérilité dont elle a l’expérience personnelle et qu’elle propage ensuite, dans la mesure du possible, au monde qui l’entoure.

  • 61 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 280, Testimonio de Marcos Ramírez, 25 octobre 1614.
  • 62 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 275, Testimonio de Catalina Martínez, 25 octobre 1614.
  • 63 AGN, Inquisición, vol. 278, ff. 415, 417 et 419, Testimonio de Martín Alonso, 29 octobre 1614.
  • 64 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 368, le frère de la victime, Vasco Sánchez Vadillo, raconte dans so (...)

47Cette volonté de destruction s’exprime encore plus clairement lorsqu’il s’avère possible de provoquer la maladie et la mort même, grâce aux sortilèges. Voici par exemple Marcos Ramírez, souffrant d’une épouvantable maladie au visage — dont les symptômes, soit dit en passant, laisseraient fort perplexes des médecins modernes... Ana Maria la Pastelera déclare que c’est sa femme, Ysabel de Aguilar et sa terrible belle-mère qui lui ont jeté un maléfice61. Quant à Andrés García, il fut à la dernière extrémité après avoir absorbé une calebasse de chocolat préparé par sa femme, et qui contenait un philtre62. Enfin, une jeune femme mariée, Ana Rodríguez, fit cadeau de culottes brodées à son amant, Martin Alonso, qui la délaissait, car il cherchait à en épouser une autre. Mais les circonstances ne la favorisèrent guère : comme c’était le matin de la Saint-Jean, Martin Alonso préféra s’amuser à cheval et il donna les culottes à sa soeur pour qu’elle les lui arrange à ses mesures, car elles étaient trop grandes. Quelques jours plus tard, celle-ci lui montra un maléfice qu’elle avait découvert en décousant la ceinture : après l’avoir vu, Ana Maria la Pastelera déclara que si le jeune Alonso avait porté le vêtement, il serait mort dans les 24 heures63. Ici, le désir de vengeance poussa visiblement la femme délaissée à ne provoquer rien de moins que la mort de l’infidèle. De semblables mobiles incitent Mari Vázquez à causer la mort d’une jeune fille de 14 ans, en lui égratignant la paume de la main sous couleur d’en lire les lignes ; après une brève et violente maladie, celle-ci mourut64. Quoique nous ignorions les raisons précises du ressentiment de Mari Vázquez, nous savons que l’adolescente était unanimement célébrée pour sa beauté et on devine à certains indices qu’elle appartenait à une famille riche : motifs peut-être suffisants pour éveiller la rancoeur, voire la haine d’une pauvre femme comme l’ex-esclave noire.

48Il est notoire que dans la Celaya de 1614, la majeure partie des individus qui ont recours à des moyens hétérodoxes pour résoudre des problèmes personnels s’en tiennent à des voies adaptatives douces, ceux qui se tournent vers des moyens plus radicaux étant peu nombreux ; dans la petite cité, la magie est totalement dépourvue du caractère sombre et dramatique qui, si souvent, marqua ses manifestations en Europe.

I.1.2.5. LES SORCIERES

49Nous avons, jusqu’à présent, considéré des formes de magie qui ont, en fin de compte, des points communs : le but recherché est toujours la modification de la réalité adverse, qui peut arriver à sa destruction. Les moyens employés sont plutôt concrets, ils incluent souvent des substances dont les propriétés réelles ne font aucun doute — c’est le cas du peyote, du puyomate, des herbes d’origine européenne, comme la mauve, la verveine, etc. — bien que d’autres n’aient qu’une valeur illusoire objectivement, mais symbolique, têtes de vautour (auras), cervelles d’âne, vers, etc. Enfin, la réalité des faits de magie, même si elle n’est pas toujours bien établie — on ne peut savoir en effet avec certitude si Mari Vázquez a vraiment tué la jeune Ynés ou si cette dernière est morte d’autre chose, encore que la Noire ait jugé prudent de s’absenter de la ville pour longtemps, après l’accident — paraît pourtant certaine dans un grand nombre de cas, étant confessée de manière concordante par les témoins et par les acteurs eux-mêmes.

  • 65 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 103 verso, Testimonio de Gerónimo Rodríguez, sans date.
  • 66 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 282, Germana de Rentería raconte que “ l a femme de Sebastián Rodrí (...)
  • 67 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 455, Ysabel de Aguilar prétend “qu’il y a comme trois mois que Magd (...)
  • 68 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 520, Francisca de Rayas y Arenas déclare qu’“il y a à peu près huit (...)

50Il en va tout autrement en ce qui concerne ce que nous appelons la sorcellerie : ici, prévalent des fantaisies qui imitent maladroitement les modèles développés avec un baroque et un brillant tout autres dans l’Europe des mêmes dates, approximativement. On accuse la métisse Leonor de Villarreal, les soeurs castizas Ynés Garcia et Ysabel de Aguilar, et peut-être la castiza Catalina Rodríguez, de se réunir de nuit en pleine campagne et de baiser le postérieur d’un bouc, sous un arbre touffu. Signalons que l’unique détail plaisant et original de cette version créole du sabbat, consiste à ajouter que l’animal se montre satisfait de l’hommage qui lui est rendu et qu’il gratifie chacune de ses dévotes d’une crotte aux propriétés peu communes : les sœurs Garcia et Aguilar, leurs enfants et neveux peuvent, en s’en enduisant, s’envoler sous forme de dindons pour se rendre au cimetière où ils rendent visite à leur mère et aïeule, la fameuse sorcière Juana Rodriguez65. Mais d’autres fois, les vols sont individuels : Léonor prend son essor changée en perroquet, après s’être frottée de certains onguents et avoir prononcé quelque sortilège66, Ysabel de Aguilar va s’amuser en empruntant le même mode de locomotion67 et la Duarte se vante d’avoir entraîné une sienne amie de Celaya à Querétaro, aller-retour (110 km environ) en une seule nuit68.

  • 69 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 194, “Francisco García, habitant cette ville de Celaya et vivant pr (...)

51Toujours parmi les manifestations relevant de la sorcellerie, un certain Francisco Rodriguez qui, par ailleurs, n’a pas la réputation de s’y adonner, raconte les épisodes extravagants d’un voyage au delà de Zacatecas, au cours duquel il eut l’occasion de rencontrer le Diable en personne, sous la forme d’un gros mulâtre noir (sic) qui demeurait dans une grotte ; viennent ensuite des pactes scellés par le sang, en tout point conformes aux archétypes de dangereuses randonnées jusqu’à ce que le nom de Dieu, invoqué par hasard, fasse s’évanouir le Malin et mette fin à toute l’histoire69.

  • 70 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 177, Ana de Espinosa raconte qu’“il y a à peu près deux ans qu’un j (...)

52De semblables faits sont rapportés non seulement par les dénonciateurs mais par les acteurs eux-mêmes : c’est le cas de cette rencontre avec le Diable et du pacte qui s’ensuivit, du voyage nocturne de la Duarte, des récits faits par les enfants d’Ynés Garcia, qui évoquent avec ingénuité et désinvolture les rendez-vous également nocturnes de leur mère et de leur tante70. Mais ici, pour parvenir aux buts recherchés, il ne semble pas y avoir de procédés empiriques, comme dans le cas de la magie adaptative : nous ignorons la nature des onguents qui permettent à Leonor de Villarreal de se convertir en perroquet, et on ne sait pas davantage comment s’effectuent les rendez-vous avec le bouc. Quel est donc le but de toutes ces manifestations dont l’irréalité est hors de doute et qui requièrent des moyens infimes, quand elles en exigent ? C’est le comportement des magiciennes et des sorcières qui nous donne l’explication.

I.1.2.6. PROFIL SOCIAL ET TRANSGRESSION

53En fait, les femmes qui se livrent à ces pratiques se trouvent à la limite de la société des Espagnols, de par leur origine ethnique qui fait d’elles les intermédiaires naturels avec les groupes indigène et noir ; ceci se traduit par une certaine marginalisation pour ce qui regarde leur statut civil — une célibataire, 2 veuves — ou des mariages avec des représentants peu brillants du groupe espagnol, nous l’avons vu. Comment vivent-elles cette situation incommode ?

  • 71 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 158, Testimonio de Pedro Hernández, 17 octobre 1614.
  • 72 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 273, Testimonio de Maria Magdalena de Rocas, 22 octobre 1614.
  • 73 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 462, Testimonio de Mari Gutiérrez, 23 novembre 1614.
  • 74 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 193 verso, Leonor de Villarreal rapporte “qu’elle a entendu dire à (...)
  • 75 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 146, Testimonio de Felipe Hernández, 19 octobre 1614.
  • 76 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 144, Juana Cortés raconte “qu’il y a à peu près trois ans, et plutô (...)
  • 77 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 323, Testimonio de Leonor López, 3 novembre 1614.

54Elles sont, et elles se sentent, unanimement méprisées : si Pedro Hernández les considère comme des “gens du commun”71, les petits les ont également en piètre opinion ; Anton Chino ne déclare-t-il pas qu”’Ysabel de Aguilar et sa soeur Ynés Garcia, filles de Juana Rodríguez, étaient des putes, des sorcières et des magiciennes ?”72. Catalina Rodríguez a été expulsée publiquement de l’église et excommuniée parce qu’elle vivait en concubinage73, et Ysabel Duarte, la Junca fut également réprimandée par l’évêque 20 ans plus tôt, la nouvelle s’étant répandue de la grave maladie d’Ana Macias, causée par la thérapeutique abortive que lui avait administrée la vieille magicienne. Outre le déterminisme de leur groupe ethnique et de leur condition sociale, leur caractère personnel et leur comportement leur attirent la réprobation générale. Elles ne manifestent pas même de solidarité entre elles, bien qu’elles soient toutes compromises dans les fameux sabbats : elles s’accusent mutuellement74, se calomnient afin de dévier la culpabilité75. Nous les voyons se quereller comme Leonor de Villarreal et Catalina Rodriguez, qui s’insultent76 et se menacent : “Tais-toi, sorcière, ou je t’attraperai et je te mettrai la tête dans la boue” dit l’une d’elles à l’autre77.

  • 78 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 158, Pedro Hernández de Oribe, de la puissante famille Hernández, p (...)
  • 79 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 139, selon Mariana de Vargas, “ i l y a à peu près trois mois, Ysab (...)
  • 80 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 181, Testimonio de María Jiménez, 28 octobre 1614.
  • 81 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 213, Testimonio de Maria Victoria, 21 octobre 1614.
  • 82 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 469, Testimonio de Marcos de Lara, 8 novembre 1614.
  • 83 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 100, Francisca Gutiérrez se souvient “qu’il y a plus ou moins sept (...)
  • 84 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 193, Philippa de Santiago, noire, esclave de l’alférez Bernabé Hern (...)

55Le fait qu’elles sont méprisées de tous entraîne chez elles un grand sentiment d’insécurité : lorsqu’elles sont surprises de nuit par Pedro Hernández, elles répondent craintivement à son salut78, et la Junca, apprenant les démarches menées par le Saint-Office, se tourmente et va se faire consoler79. Toutes tentent, s’aidant d’herbes et de recettes, de se gagner les sympathies, véritable leitmotiv des déclarations. Méprisées et tremblantes elles vont donc tenter de s’imposer à la collectivité qui les repousse ; elles veulent se rendre nécessaires et pour y parvenir, la magie amoureuse est leur terrain privilégié. Non contentes de fournir les moyens qu’on leur demande, elles les offrent bien souvent80 : Ysabel Duarte a coutume de procéder ainsi et sa zone d’influence s’étend à tous les groupes ethniques ; elle propose à Maria Victoria, négresse cazanga de quoi “amadouer sa maîtresse, afin qu’elle la laisse sortir”81, des herbes pour séduire les femmes à l’Espagnol Marcos de Lara82, et de la doradille aux Indiennes afin que leurs maris ne leur infligent pas de mauvais traitements83, ce qui lui vaut la remontrance d’un religieux franciscain. Cette femme, aux allures de Célestine, parvient en partie à réaliser ses desseins, car sa souplesse lui permet de s’introduire dans tous les secteurs sociaux où ses services sont largement sollicités. Une négresse esclave, Felipa de Santiago84, précise qu’elle a recours à la Duarte “parce qu’on disait qu’elle savait beaucoup de choses” ; situation paradoxale, que celle de cette femme, mais caractéristique car elle est à la fois méprisée et respectée, dans la mesure où elle s’avère nécessaire à la collectivité.

  • 85 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 129, Agustín Muñiz relate “ q u ’ i l y a à peu près vingt jours qu (...)

56Toutes ne réussissent pas à se faire accepter d’une certaine façon comme la Duarte, et les moyens dont certaines se servent pour tenter d’y parvenir peuvent être très variables : Mari Vázquez, conformément à sa trajectoire de femme opprimée et à son tempérament, s’impose par la crainte. Après avoir tué la jeune Ynés — les villageois sont convaincus qu’elle a commis le crime, ce qui provoque leurs craintes — elle couvre ses complices dans les pratiques magiques de menaces, destinées à prévenir les dénonciations et les châtiments qui, pense-t-elle, ne tarderont pas à s’abattre sur elle. Elle le dit clairement, si on l’emmène à l’Inquisition, elle en entraînera d’autres85. C’est ainsi qu’elle réalise ses desseins puisque, ne pouvant acquérir le respect ni l’affection, ni même se rendre nécessaire, telle la Duarte, elle est redoutée, ce qui équivaut à obtenir une certaine déférence. En fait, la Duarte et Mari Vázquez sont les 2 faces de la même médaille : l’une incarne un personnage amical, serviable, qui inspire une certaine compassion méprisante, l’autre est une figure négative et redoutable. Ces 2 femmes agissent en solitaires, les moyens qu’elles emploient sont réels et les effets qui résultent de leurs pratiques sont attestés universellement. Leurs situations objectives, une Espagnole déchue et une négresse promue, les a sans aucun doute conduites à choisir des voies en apparence opposées mais en réalité complémentaires.

  • 86 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 144, Juana Cortés raconte “qu’il y a à peu près trois ans, et plutô (...)

57Les métisses et les castizas se tournent vers une autre solution, apparemment moins radicale : elles éveillent l’intérêt et la crainte des villageois en prétendant participer à des événements extraordinaires, tels que des sabbats, car la répulsion et la terreur peuvent également engendrer un certain respect à l’égard de celles qui n’hésitent pas à intervenir dans ces ténébreuses cérémonies. C’est pourquoi les sorcières, accusées par l’opinion publique de s’être livrées à des activités semblables, ne font rien pour se disculper, elles sont au contraire les premières à promouvoir les histoires qui circulent à leur sujet. Nous l’avons vu, les enfants d’Ynés García diffusent allègrement les excursions aériennes de leur famille, la Duarte affiche ses talents pour effectuer des vols nocturnes, et au cours d’une querelle, Leonor de Villarreal reproche publiquement à Catalina Rodríguez d’être “son ennemie parce qu’elle ne voulait pas aller avec elle baiser le derrière du bouc”86.

  • 87 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 179, Testimonio de Mencia Meléndez, 27 octobre 1614.

58Elles se montrent également conscientes du caractère illusoire de leurs exploits et, détail intéressant, des buts qu’elles poursuivent : Ynés García proclame, en effet, qu’il est inutile de déclarer devant le Saint-Office car ce qu’on raconte d’elles “n’est pas chose d’excommunication ni de rien, c’est seulement pour faire peur”87.

  • 88 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 165, 23 octobre 1614.

59Ces femmes de sang-mêlé se trouvent dans une situation marginale si nous les comparons à Ysabel Duarte et à Mari Vázquez, et elles élaborent d’un commun accord, quoique inconsciemment sans doute, une fable inspirée de la tradition européenne et qui correspond à leurs intentions profondes. Car la Celaya de 1614 n’a rien de commun avec le Pays Basque de Pierre de Lancre, et le commissaire du Saint-Office, chargé de mener l’enquête, ressemble plus à Salazar y Frías qu’à Delrío ; les rumeurs inquiétantes qui ailleurs, vers les mêmes dates, pouvaient allumer des bûchers, ne trouvent guère d’écho chez le sage fray Diego Muñoz qui se limite à grommeler, écrivant à la hiérarchie de México : “J’ai besogné pendant plus de quinze jours, sans pouvoir éviter d’entendre jusqu’à des impertinences, car c’est en entendant qu’on peut savoir et vérifier”88. “Impertinences”, voilà donc à quoi se réduisent les périlleuses fantaisies qui devaient éveiller la crainte de toute la bourgade et valoir aux métisses l’attention qu’elles ne parvenaient pas à attirer autrement.

60On le sait, l’inquisiteur Salazar y Frías avait déjà déclaré, en 1611, dans son remarquable rapport au Conseil Suprême de l’Inquisition :

  • 89 Henry Lea, History of the Inquisition of Spain, vol. IV, pp. 233 et 234.

Je n’ai pas seulement trouvé d’indices d’où inférer qu’un seul acte de sorcellerie s’était produit... La lumière faite sur cette affaire a fortifié de manière extraordinaire mes anciens doutes, en ce sens que les témoignages de complices, sans preuve extérieure d’autres personnes, sont insuffisants à justifier même l’emprisonnement... Je suis également convaincu que dans les conditions actuelles, il n’est aucun besoin de nouveaux édits, ni de prolonger ceux qui existent ; au contraire, dans l’état de maladie de la mentalité publique, tout ce qu’on pourrait faire pour remuer la chose est préjudiciable et augmentera l’étendue du mal. J’en déduis l’importance du silence et de la réserve, car je sais d’expérience qu’il n’y a eu de sorcières et d’ensorcelés que lorsqu’on a parlé et écrit de ces choses89.

  • 90 AHN, legajo 1679, No. 2 et 4 bis, Escrito del padre Diego de Medrano, jesuita, sobre la brujería e (...)

61Le 28 janvier 1617, plusieurs années après les dramatiques événements de Logroño, don Antonio de Salazar y Frías résume de manière péremptoire son sentiment et il affirme : “De la dissimulation, est née la tranquillité”90.

  • 91 AGN, Riva Palacio, tome II, appendice 11, Carta del doctor Juan Sáenz de Mañozca.

62Bien qu’il soit fort peu probable qu’en octobre-novembre 1614 le tribunal de la vice-royauté ait déjà reçu de la Suprême des instructions dans ce sens, il est évident que les autorités de la Nouvelle-Espagne partageaient cette façon de voir. Quoi qu’il en soit, un document écrit dans les années 1640 (il n’est pas daté), de la main de l’inquisiteur Sáenz de Mañozca, et destiné aux ministres inquisitoriaux, fait état d’une opinion semblable, et la façon de procéder dans des cas de sorcellerie y est indiquée91 (voir appendice I.A-Celaya 3).

I.1.3. GENESE ET CAUSES PROFONDES DE L’INCENDIE : EFFETS ET MEFAITS DES MODIFICATIONS DANS L’EQUILIBRE D’UNE COMMUNAUTE

  • 92 Luis Velasco y Mendoza, Historia de la ciudad de Celaya, pp. 109-111. Le testament de Pedro Núñez (...)
  • 93 AGN, Inquisición, vol. 301, f. 107, voici la lettre qui accompagne les premières diligences réalis (...)
  • 94 AGN, Inquisición, vol. 283, ff. 273-275, c’est de là que surgissent les affaires de Celaya. Une le (...)
  • 95 Julio Caro Baroja, Inquisición, brujería y cripto-judaismo, op. cit., passim.
  • 96 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 190, Juan Freile s’exprime en ces termes : “Résidant dans un labour (...)

63Il semble qu’à Celaya, les événements aient été déclenchés par une maladresse initiale : le familier, qui se trouvait être alors Pedro Núñez de la Roxa, était riche puisque nous savons par son testament que ses biens produisaient 3 800 pesos par an92. Gêné dans ses affaires par la Mesta, il sollicita la protection du Saint-Office, invoquant sa qualité de familier93. Mais pour y parvenir plus sûrement, il chercha à se faire valoir, et imagina alors de remuer les cendres d’une dénonciation qui remontait à 1608 et qu’il avait transmise à México, à qui il demandait des instructions à ce sujet, et dont il ne reçut pas de réponse. Dans ce document94, une certaine Beatriz de Medina rapportait comment une autre femme, Ana Pérez, lui avait raconté que sa mère, Catalina González, lui avait dit que Juan Freile, frère de la dénonciatrice Beatriz de Medina, avait assisté à un sabbat — bien modeste et mesquin, il est vrai — organisé par les métisses précédemment mentionnées. Dans cette chaîne de personnes se transmettant une information qui se donne pour telle, se trouve la sorcellerie, comme l’avait remarqué Salazar y Frías en Navarre95 : il ne s’agit jamais de relations directes, à la première personne, mais de racontars, gonflés par chacun des commentateurs, qui se répandent en semant la confusion dans des villages entiers. Déjà en 1608, la principale responsable de la calomnie initiale se trouvait être Catalina González, puisque Juan Freile démentit énergiquement devant les autorités inquisitoriales le fait d’avoir assisté au fameux sabbat, en arrivant même à accuser sa sœur Beatriz de Medina d’être une menteuse animée de mauvaises intentions96.

  • 97 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 137, Ana Benitez raconte “qu’ il y a à peu près six ans que, conver (...)
  • 98 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 526, Catalina de Cuadros raconte “ q u ’ i l y a à peu près quinze (...)
  • 99 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 368, Vasco Sánchez Vadillo rapporte “qu’il y a comme un mois que Ju (...)
  • 100 AGN, Inquisición, vol, 278, f. 460, Catalina Rodríguez raconte longuement “que la belle-mère de ce (...)
  • 101 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 100 verso, Alonso de Silva donne la version suivante : “Il a entend (...)

64Cette Catalina Gonzalez, comme la Duarte, est une quinquagénaire, une veuve espagnole, et la nombreuse famille qu’elle régente est représentative de ce secteur intermédiaire, mal à l’aise entre les riches Hernández, Soto et les humbles Vargas Patino, par exemple. Ses enfants occupent de médiocres positions : une de ses filles, Ana Pérez, celle qui lança les ragots forgés par sa mère, est connue pour soigner les femmes qui souffrent du mal de matrice, office certes utile mais de peu de prestige dans cette société, et un de ses fils, que nous connaissons déjà, Francisco Pérez de Lemos, “le Judas”, est l’époux de la castiza mal famée et pécheresse publique, Catalina Rodríguez. La veuve Catalina Gonzalez hait précisément cette belle-fille qui incarne, sans aucun doute, les dangers qui la menacent, elle et sa famille : le faux pas en matière de morale, la tentation de la magie et de la sorcellerie, la honte pour la caste et ses conséquences, le déshonneur et la dérision. Ces dangers menacent d’autant plus que Catalina Gonzalez, elle-même, commence à se trouver compromise : en 1614, elle est l’objet de plusieurs dénonciations et nous découvrons qu’elle aussi porte sur sa personne des objets suspects97, qu’elle réclame des substances aussi peu équivoques que des ossements de défunts98, étant par ailleurs une des 2 seules femmes de la bourgade capable de clôre le bec de Mari Vázquez, ce qui révèle à coup sûr une complicité entre les 2 femmes99. D’où la quantité, la variété et la virulence des racontars qu’elle propage, avec une propension évidente pour le genre extraordinaire-épouvantable100. Lorsqu’elle distille ses histoires les plus vénéneuses, elle se protège généralement derrière une autorité : Catalina Rodríguez rapporte que sa belle-mère lui a en effet raconté que l’alguacil Alonso de Silva avait surpris plusieurs femmes en pleine nuit dans le cimetière, en train d’arracher les dents d’un mort avec des tenailles, qu’il leur avait enlevées. Or, dans sa déclaration, Alonso de Silva ne dit rien de semblable, on pouvait s’y attendre, et il mentionne l’histoire dont il avait eu vent par une mulâtresse, une certaine Leonor Rosales101, en un exemple supplémentaire de l’inconsistance et de l’origine suspecte d’une fable qui se répand pourtant avec la plus grande facilité. La source de ces inventions, de fondement bien précaire, et qui, en d’autres circonstances, pourraient s’avérer très nuisibles, est donc Catalina Gonzalez qui parvient personnellement à quelque chose qui ressemble finalement à ce que recherchait une Mari Vázquez : être prise en compte et même redoutée, mais ici, grâce à la force destructive de ses calomnies.

  • 102 AGN, Inquisición, vol. 308, f. 329, Fr. Diego Muñoz écrit à México : “Pour ce qui est de l’affaire (...)
  • 103 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 165, 23 octobre 1614.

65C’est ainsi que, poussé par l’opportunisme et par une étonnante étroitesse d’esprit, Pedro Núñez de la Roxa décide de tirer parti du climat de méfiance créé dans la cité par ces fantaisies et, bien qu’il soit dépourvu de l’autorité pour procéder, ignorant les modalités à respecter dans des cas semblables — ce qui explique les déficiences de l’information qui affectent la série des premières dénonciations et que nous avons signalées plus haut — il commence en juillet 1614 à réunir des déclarations, mettant ainsi le feu aux poudres, et procédant ici contrairement aux habitudes du Saint-Office qui cherchait à éviter le scandale. Tout glorieux, le familier envoie le résultat de ses démarches à la capitale, y joignant une lettre qui est un modèle de servilité et d’élégances douteuses, le tout destiné à obtenir des faveurs bien matérielles, la protection du tribunal pour mener à bien ses affaires. Il ne semble pas que México ait reçu ces nouvelles dans un esprit d’approbation, des indices montrent que Núñez de la Roxa fut accusé, bien qu’on ignore de quoi102. C’est un fait qu’on dépêcha immédiatement le commissaire fray Diego Muñoz, le premier provincial créole de l’ordre franciscain, et qui paraît avoir été doté de talents exceptionnels ; malgré son âge avancé, il remplit ses fonctions avec la plus grande énergie — nous nous rappelons le rythme impressionnant des dénonciations qu’il reçoit, certains jours d’octobre ou de novembre — et surtout, avec une clairvoyance, un bon sens et une largeur d’esprit étonnants. Sa correspondance avec la hiérarchie de la capitale, où il exprime fréquemment des opinions personnelles, en ce qui concerne les événements au sujet desquels il mène l’enquête, et les acteurs qui s’y trouvent impliqués, le montre assez : il remarque comment la nouveauté de la lecture de l’édit de foi a incité “les gens du peuple de toute couleur à prêter témoignage”103, circonscrivant par là la portée des faits de magie à un secteur social bien défini, le peuple ; nous l’avons en effet constaté, les familles les plus connues restent à l’écart du scandale, et les quelques riches qui s’y voient mêlés le furent à travers leurs femmes qui sont, avant tout clientes et jamais actives participantes, et qui, lorsqu’elles viennent se dénoncer, le font pour s’assurer une plus grande indulgence. Par contre, les magiciennes avouées appartiennent sans exception à des groupes marginalisés et dépourvus de prestige social, tandis que les dénonciatrices, mises à part quelques esclaves qui profitent de la situation pour nuire à leur maîtresse, proviennent du secteur intermédiaire, celui-là même qui propage les racontars initiaux, un secteur, en fait, amplement compromis avec l’antérieur mais qui lutte pour ne pas être confondu avec lui (voir appendice I. A-Celaya 2 a et b).

  • 104 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 187, Fr. Diego Muñoz remarque “que pour ce qui est de vouloir savoi (...)

66C’est ainsi que fray Diego Muñoz pondère la responsabilité des 2 groupes ethniques les plus nombreux, accusant nettement les Espagnols de tirer parti des Indiens et de les utiliser, ce qui est effectivement clairement établi par l’étude des déclarations104.

I.1.4. L’ATTITUDE DU SAINT-OFFICE

  • 105 AGN, Inquisición, vol. 308, f. 404, Ynés García est réprimandée le 10 février 1615 pour les motifs (...)
  • 106 AGN, Inquisición, vol. 484, f. 238, México réclame des informations supplémentaires : “Nous avons (...)
  • 107 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 223, Fr. Diego Muñoz écrit : “Les sept accusations qui sont inclues (...)
  • 108 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 229, “pour imposteur, une répréhension grave ; qu’on l’avertisse qu (...)
  • 109 AGN, Inquisición, vol. 305, exp. Il, sans pagination. “Pascuala de Silva, qui doit aussi être répr (...)

67Trois mois plus tard, en février 1615, México dicte les sentences : 29 réprimandes dont 8 sont données avec la mention “durement” ou “gravement”. Certaines n’atteindront personne, les coupables ayant quitté la ville ou étant morts ; c’est le cas d’Ana Maria la Pastelera qui était suffisamment compromise pour mériter la réprimande. La liste (voir appendice I.A-Celaya 4) en est intéressante à plusieurs titres : des 6 magiciennes ou sorcières dénoncées par de nombreuses personnes, une seulement sera punie, et cela pour des délits de superstition, sans que mention soit faite des pratiques magiques qui lui sont imputées105. En janvier 1615, le Saint-Office demanda un supplément d’information au sujet d’Ysabel de Aguilar, d’Ysabel Duarte de la Cruz, dite la Junca, de Leonor de Villarreal106, ce qui montre à l’évidence que le matériel dont il disposait alors ne lui apparaissait pas suffisant pour établir une sentence. Si Mari Vázquez ne se trouve pas incluse dans la liste des femmes qui reçoivent une réprimande, on peut supposer qu’elle continue à vivre hors de Celaya ou, plus probablement, qu’on ne la considère pas coupable de ce dont les villageois l’accusent, c’est-à-dire essentiellement de la mort de la jeune Ynés. Mais alors, si ceux qui apparaissent aux yeux de tous comme les coupables ne sont pas punis, qui l’est ? Avant tout, ceux qui utilisèrent des herbes, des poudres, des substances et des procédés pour amadouer, découvrir, retrouver, en d’autres termes, les clients des magiciennes, surtout s’ils ont eu recours aux indigènes. Mais là, le tribunal dédaigne les considérations sociales, et nous voyons Ysabel Gutiérrez, qui possédait des mines à San Luis Posotí, Catalina Gonzalez — la veuve de Gonzalo Díaz — qui n’a rien à voir avec la Catalina Gonzalez, veuve de Pablo Pérez, et qui était à l’origine des ragots à Celaya, entourée de ses 6 filles, faisant partie de “ce qu’il y a de plus honorable dans le village”107, baisser la tête devant le commissaire qui les réprimande. L’arrogante Ysabel de Aguilar, née elle aussi Díaz, l’épouse de l’ex-alcalde Rafael Hernández, mérite même la mention “durement”. Mais nous voyons aussi la pauvre métisse, accablée par la nécessité et la paresse de son mari, Agustina Franco, les esclaves, Leonor de Chávez, Ynés Maria, le “laboureur de maïs” Luis Sánchez, pour n’en citer que quelques-uns, individus dont la condamnation est significative. Le nègre guérisseur, Francisco Puntilla est appelé, réprimandé en tant que charlatan, et on somme son maître, qui possédait un atelier, de le surveiller et de l’empêcher de se livrer à ses “embrouillaminis”, car il est responsable de l’esclave108 ; la vipérine Catalina González est, elle aussi, grondée, car elle avait demandé autrefois des herbes à un Indien pour amadouer son mari et Pascuala de Silva, qui a des raisons pour mériter l’indulgence, ce qu’elle obtint d’ailleurs de la part de fray Diego Muñoz, reçoit un traitement identique109.

68Pourtant, tout n’est pas clair : pourquoi ne trouve-t-on pas dans la liste des réprimandés, le nom de Fabián de Oviedo, qui avait demandé à la Junca de lire les grains de maïs afin de pouvoir garder une femme qui le délaissait ? Une María de Torres, qui avait utilisé des herbes pour amadouer son mari et jouissait d’une réputation quelque peu trouble, et tant d’autres, qui méritaient également d’être rappelés à l’ordre ?

69Ce qui transparaît très clairement des positions inquisitoriales, en ce qui concerne les événements de Celaya, c’est l’absence totale de procès. Visiblement, et conformément au critère des autorités, la matière qui constitue la magie ou la sorcellerie, du moins sous les formes qu’elle prend à Celaya, ne mérite pas l’éclat d’un procès, et nous nous rappellerons à cet effet que l’Inquisition de Nouvelle-Espagne, suivant en cela l’exemple et les instructions donnés par la métropole, intenta un nombre réduit de procès à des sorciers ou des magiciens, préférant réserver ces manifestations pour des affaires d’une plus grande envergure, d’hérésie par exemple. Les inquisiteurs ne croient pas à la sorcellerie ici, puisque la participation au sabbat n’entraîne aucune réprimande. On punit plutôt ceux qui participent effectivement à des événements réels et qui relèvent de la superstition.

  • 110 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 201, voici l’opinion de Fr. Diego Muñoz en ce qui concerne La Junca(...)

70Les dénonciations ne sont pas prises au pied de la lettre et les réprimandes sont, la plupart du temps, dictées sur la base d’auto-dénonciations, ce qui montre que l’Inquisition, consciente de la fonction de défoulement social, qui est en partie la sienne à cette époque, est capable de la pondérer et de rétablir, dans la mesure du possible, la réalité des délits. Les prétendues sorcières et magiciennes sont vues comme des êtres humains qu’on replace dans un contexte objectif110, et il existe suffisamment d’indices pour penser que le tribunal, également conscient du rôle qu’elles se voient contraintes de tenir dans la collectivité, le pondère, et tend alors à punir davantage ceux qui ont recours à elles, qu’elles-mêmes.

  • 111 AGN, Inquisición, vol. 305, exp. II, sans pagination. Fr. Diego Muñoz écrit à propos d’un cas surv (...)

71Enfin, si le tribunal s’avère respectueux du jeu social111, il n’hésite pas à sanctionner des gens de condition relativement élevée, surtout s’ils ont compromis des indigènes et s’ils ont donné des exemples répréhensibles.

I.1.5. CONCLUSION

72Finalement, qu’apprenons-nous de la société vice-royale à partir des événements de Celaya ? Une communauté d’Espagnols commence à s’enraciner dans une fertile région, vers 1570-1580, entourée d’indigènes, de Noirs, de sang-mêlé ; les années passant, d’inévitables différences sociales ne tardent pas à surgir, certains colons réussissant à obtenir plusieurs donations de terres. L’année 1606 voit se renforcer considérablement ce processus, puisqu’alors sont réparties quelques 53 donations — c’est-à-dire approximativement, 2 000 hectares — certaines familles se trouvant en conséquence à la tête de vastes propriétés (voir appendice I.A-Celaya 2). C’est dans ce climat de déséquilibre socio-économique qu’intervient la première dénonciation en 1608, juste deux ans après la grande répartition des donations. Dans la Celaya de 1614, canton isolé de l’empire qui voit triompher la Contre-Réforme, il est inconcevable que l’insatisfaction relative d’un groupe réduit s’exprime par les voies majeures de la dissension religieuse, ce qui se produit alors dans certains pays européens. Cette insatisfaction n’a pas même un caractère de classe ou de groupe qui pourrait lui conférer un caractère de violence ou, tout au moins de radicalisme ; en effet, le secteur affecté fait partie, malgré tout, de la société des Espagnols, même s’il constitue le secteur le plus défavorisé du groupe dominant, les dominés étant ici, on le sait, les indigènes, les Noirs et les sang-mêlé.

  • 112 Alan Macfarlane, Witchcraft in Tudor and Stuart England : a Regional and Comparative Study, XXXI, (...)

73Le ressentiment s’exprime alors par les voies mineures, quoique hétérodoxes, de la magie et de la sorcellerie. Cette réaction n’est certes pas particulière à Celaya ; Alan Macfarlane note que dans des sociétés rurales, comme c’est le cas de celle que forment les paysans anglais entre 1560 et 1650, l’ascension socio-économique d’un groupe privilégié le mène à une alternative : il faut, ou suivre les normes traditionnelles qui consistent à aider les individus restés en deçà du changement — femmes âgées et sans ressources généralement, mais qui ne se trouvent pas dans le secteur le plus pauvre — ou opter pour une attitude individualiste, plus en harmonie avec la nouvelle situation, et investir alors dans des terres et des affaires personnelles. Ceux qui restent en marge de l’évolution, abandonnés en fait par les puissants, apparaissent comme des éléments entretenant des affinités avec la sorcellerie et la magie112.

74Nous avons vu comment les événements de Celaya prirent la direction signalée ; en faisant coïncider l’intérêt particulier du familier Pedro Núñez de la Roxa, avec les tensions et les conflits latents entre villageois, lesquels empruntaient les voies de la sorcellerie et de la magie.

75Bien évidemment, si l’étincelle que constitue le mobile personnel de Nûnez de la Roxa avait manqué, la crise n’aurait pas éclaté, et les rapports qu’il avait envoyés à México seraient restés sans écho, ce qui se produisit bien souvent. Mais en revanche, on ne peut douter que, pour voir surgir une véritable vague de dénonciations contre des sorciers et des magiciens — et non pas des cas individuels isolés, quel qu’intéressants qu’ils s’avèrent — il faille expressément un arrière-plan qui ne soit strictement de crise économique, mais plutôt de changement profond dans le statut socio-économique d’un groupe particulier : c’est le cas de Celaya, en pleine croissance au début du xviie siècle et affectée par des ruptures d’équilibre en ce qui concerne la situation qui y avait régné jusque-là. En ce sens, le théâtre inquisitorial se fait indéniablement l’écho de ces secousses et de ces réajustements profonds, comme on le voit encore un demi-siècle plus tard, à quelques centaines de kilomètres plus au sud, à Tepeaca.

I.2. RIVALITES DE POUVOIRS A TEPEACA : 1656-1660

  • 113 La courbe de délits dans la région de Puebla en fournit un indice.
  • 114 AGN, Inquisición, vol. 356, ff. 74 et suivants, ff. 116 et suivants.
  • 115 AGN, Inquisición, vol. 435, ff. 111 et suivants.

76Les registres inquisitoriaux montrent en effet avec netteté qu’une situation particulière règne dans la région de Puebla113. En 1626114, 64 personnes et en 1650115, 73 se présentent devant le commissaire du Saint-Office de Tepeaca pour dénoncer des délits variés. Si le phénomène apparaît ici très marqué, il se manifeste, quoique atténué, à Cholula, Huejotzingo, San Martín et San Salvador, ce qui traduit une origine liée à des causes profondes et communes à toute la zone, invalidant l’hypothèse d’une causalité accidentelle (voir figure I.A-Tepeaca 1).

77Les dépositions ayant été reçues avec un certain défaut de méthode, nous manquons des précieux renseignements que constituent d’ordinaire l’identité précise des dénonciateurs et celle des dénoncés. Toutefois, il semble que tant les Espagnols que les métis et les Indiens sont concernés, les accusations où l’identité des intéressés est formulée portant également sur ces 3 groupes, ce qui suggère d’emblée qu’une situation intéressant tous les secteurs ethniques est à l’origine de ces accusations.

I.2.1. PRELIMINAIRES : 1626-1650

  • 116 Qui sont, on le sait, le plus souvent des turquoises.

78En 1626, ce sont surtout des faits de superstition et de magie courante qui sont évoqués. A côté de procédés routiniers (sang menstruel administré à un homme dans le chocolat, peyote, puyomate et herbes diverses), nous trouvons un certain nombre de pratiques indiquant une influence indigène : l’utilisation de l’œufs de zopilote contre la mélancolie, des grenouilles contre les douleurs cardiaques, les prières adressées à la lune pour soigner les rages de dents, les chalchihuites116 utilisés pour les guérisons et sortis régulièrement au soleil, les invocations en nahuatl aux éclairs afin que les verrues disparaissent. Par ailleurs, ce sont les indigènes qui fournissent la plupart des procédés et des substances utilisés pour ces pratiques, ce qui traduit une société où la coexistence entre Espagnols et Indiens est étroite et où le syncrétisme culturel est avancé. Toutefois, à la lueur des événements ultérieurs, 2 éléments retiennent notre attention.

79En premier lieu, le thème de l’étranger lié à des agissements reprehensibles, même si leur hétérodoxie reste bénigne : plusieurs témoins racontent que c’est un Génois qui aurait introduit le procédé consistant à suspendre dans la maison un œuf, le jour de l’Ascension, pour la préserver de la foudre, et des gitanes sont associées à la lecture des lignes de la main.

80D’autre part, nous voyons se dessiner en grisaille 2 auto-accusations et une dénonciation de pratiques qui peuvent être rattachées au judaïsme : Isabel de Carrión s’accuse d’enlever le nerf du gigot sans savoir pourquoi, María Ramírez recommande de le faire afin de faciliter la cuisson, et Isabel de Vargas, qu’on appelle pour ensevelir les morts, déclare qu’elle leur lave d’ordinaire les pieds, les mains et le visage.

81Ces dénonciations de 1626 correspondent à une collectivité troublée certes par des conflits, mais rien ne laisse entrevoir une mise en cause d’un groupe déterminé ; seules la participation importante des Indiens comme source de procédés magiques et de substances, et la présence de plusieurs dénonciateurs associés à la fonction de muletier trahissent peut-être des difficultés avec et dans le monde indien et dans celui qui vit du transport de marchandises dans cette région carrefour entre México, Veracruz et Acapulco.

82En 1650, le tableau des délits est éclairé de couleurs beaucoup plus vives. Si les accusations de faits de superstition et de magie banale restent abondantes, 2 thèmes se détachent cette fois avec éclat. Celui de l’étranger pernicieux, à peine ébauché en 1626, se trouve maintenant développé et renforcé. Pita Pereira, Portugais, et obligé des boucheries de Puebla, est accusé d’avoir tenu des propos irrespectueux au sujet des excommunications, très certainement celles qu’a fulminées Palafox, dans le feu d’une querelle qui retentit fortement dans toute la région.

83Mais c’est surtout un certain Antonio Rodríguez, dont on ne sait exactement s’il est portugais ou biscayen, son caractère d’étranger ne faisant de doute pour personne, que des rumeurs nombreuses dénoncent d’une façon insistante : il aurait vomi après avoir communié, il réciterait l’Ave Maria au crépuscule, face à une encoignure et, chaque nuit, il fouetterait un crucifix. Ce sont les caciques don Pedro de Cárdenas et don Andrés de Carbajal qui sont à l’origine de ces accusations, car la plupart des dénonciateurs précisent qu’ils en ont eu connaissance par ouï-dire, auprès d’indigènes qui les ont entendu formuler chez les caciques. Nous assistons ici à la précision et à la radicalisation du thème ébauché en 1626. L’étranger pernicieux, à la présence falote, est devenu le Portugais aux funestes pratiques judaïsantes, et sa fusion avec l’élément significatif que constitue la participation indigène, est considérablement renforcée en 1650. Une structure de dénonciation est donc en place, dans laquelle les Indiens jouent un rôle déterminant et où le contenu des délits est dicté par les événements qui secouent alors la vice-royauté, c’est-à-dire, la persécution des judéo-chrétiens et les autodafés qui en sont le couronnement.

84Enfin, un autre thème surgit et s’impose par son ampleur, celui de l’inceste. Dans l’impossibilité où nous sommes de connaître avec précision l’origine ethnique des dénoncés et des dénonciateurs, il est difficile d’avancer une explication du phénomène : toutefois, la note très fréquemment portée par les instances inquisitoriales en marge des documents indique que ces cas ne sont pas de leur ressort, ce qui révèle probablement l’origine indigène des délinquants, les Indiens échappant, on le sait, à la juridiction inquisitorial. L’un des personnages les plus souvent dénoncés est Luis de Mançanedo, un métis interprète des Indiens et dont le rôle, nous le verrons plus loin, est important dans la vie de Tepeaca ; le nombre des accusations dont il est l’objet suggère l’existence d’un climat hostile à son égard.

  • 117 René Girard, Des choses cachées depuis la fondation du monde, passim.

85La fréquence du délit d’inceste correspond sans doute à une société repliée sur elle-même, aux tendances endogamiques, où la sexualité s’écarte dans la pratique tant des normes imposées par l’Eglise que des structures préhispaniques, suivant des tendances et des finalités qui restent à découvrir. Quoi qu’il en soit, il semble bien que la transgression d’un tabou rigoureux en ce qui concerne les Espagnols, plus aléatoire pour les indigènes dans la mesure où le terme “inceste” ne recouvre pas les mêmes réalités que dans la culture européenne marquée par la Contre-Réforme, constitue un symptôme de désagrégation culturelle et d’instauration d’un climat propice à la crise mimétique117.

I.2.2. LE CONTEXTE

  • 118 AGN, Ramo Mercedes, vol. XLIV, ff. 40-42 et suivants, ff. 57 et 69.
  • 119 AGN, Tierras, de très nombreux documents illustrent les conflits qui opposent les caciques, les ma (...)
  • 120 AGN, Mercedes, vol. XLIV, ff. 45 et suivants.

86Depuis 1591, les laboureurs espagnols possédant quelques 3 ou 4 haciendas sont en proie à l’inquiétude la plus vive, car le problème de la composition des terres remet en question la légitimité de leurs titres de propriété118. L’affaire est d’autant plus délicate qu’outre les spoliations et les abus qui ont très fréquemment présidé à l’apparition des haciendas, un aspect juridique et plus largement culturel lui confère une complexité inextricable : en effet, au lendemain de la Conquête, nombreux furent les caciques qui vendirent leurs terres personnelles ou celles de la communauté. Néanmoins, l’achat ou la vente, qui constituaient pour un Castillan des opérations clairement délimitées par toute la tradition occidentale, sont dépourvus de sens pour un indigène dont la culture prescrit des formules radicalement différentes en ce qui concerne la tenure, la propriété ou la jouissance d’une terre. D’où une suite ininterrompue de conflits et de malentendus qui nourrissent des procès qui s’étalent parfois sur plusieurs siècles, et où des familles indigènes nobles réclament des terres que les Espagnols assurent posséder légalement, documents en main119. Bien souvent, on arrivait à des arrangements locaux entre particuliers mais, avertissent les laboureurs espagnols, si Sa Majesté s’obstine à faire des recherches minutieuses au sujet des propriétés, il est certain qu’on ne découvrira guère, comme elle l’espère, de terres vacantes et susceptibles d’être vendues pour son bénéfice ; il y a longtemps que toutes sont occupées et la discorde renaîtra puisque les caciques dépouillés, mais avertis, ne manqueraient pas de réclamer à juste titre celles qui apparaîtraient éventuellement sans maître. Mieux vaut, une fois pour toutes, oublier le passé, achetant définitivement la stabilité de la situation présente120.

87Pour toutes ces raisons, les laboureurs de Tepeaca redoutent comme la peste les vérifications et arpentages annoncés par la Couronne et, après des négociations serrées, obtiennent de payer la forte somme de 30 000 pesos pour composer leurs terres et se libérer ainsi de démarches importunes. Au cours d’un vrai marchandage, ils invoquent la sécheresse et son cortège de mauvaises récoltes qui les affligent depuis plusieurs années — nous sommes en 1643 — le désarroi lié aux rumeurs d’arpentage et de vérifications, la crainte de se voir dépouillés des terres, qui ont entraîné la suspension des crédits et des avances de fonds et par conséquent la réduction des surfaces cultivées, et, enfin, d’énormes dettes qui s’élèvent, pour l’ensemble des laboureurs, à 1 300 000 pesos.

88Cette détresse est-elle réelle, ou sert-elle plutôt d’argument pour faire baisser les exigences royales ? La seconde hypothèse semble beaucoup plus vraisemblable puisque la communauté des propriétaires espagnols fut malgré tout en mesure de verser la grosse somme de 30 000 pesos, payée en 2 fois, en 1644 et 1645. Le fait est que l’effervescence règne tant au sein des laboureurs espagnols que parmi les caciques alertés de l’occasion qui s’offre à eux de réclamer leurs terres ancestrales.

  • 121 Voir en particulier AGN, Indios, surtout le volume 10 (très riche) ; les volumes 11, 13, 15, 16,17 (...)

89Hormis les caciques, le gros des indigènes est soumis lui aussi à de fortes pressions ; emprisonnés malgré eux dans les ateliers (obrajes) de Puebla, de Tepeaca et de la région, retenus dans les haciendas comme main-d’œuvre, objet de rivalités entre Espagnols qui se les disputent pour les faire travailler sur leurs propriétés, poursuivis par les marchands soucieux de recouvrer leurs dettes, persécutés dans leurs droits les plus légitimes et les plus modestes comme la vie conjugale, la liberté d’aller et venir et le droit de vendre du charbon de bois, du maïs, etc., sur leurs tianguis, leurs plaintes et leurs récriminations, et les mesures qui sont officiellement prises pour y remédier, emplissent des volumes entiers121.

  • 122 AGN, General de parte, vol. VIII, exp. 43, f. 27 ; exp. 6, f. 42 ; exp. 235, f. 161.
  • 123 Arístides Medina Rubio, La Iglesia y la producción agrícola en Puebla, 1540-1795, p. 262.

90Enfin, dernier élément de déséquilibre dans cette fertile région vouée à la production de blé, de la cochenille, à l’élevage, à l’artisanat et au commerce puisque l’axe México-Veracruz la traverse précisément, la délinquance rend dangereux le moindre chemin, le parage le plus familier. Les prisons regorgent de bandits de toute engeance, organisés en bandes redoutables et qui attaquent aussi bien les caravanes que les voyageurs isolés, volent les troupeaux des haciendas voisines. Le nombre et l’insistance des mesures officielles visant à les réprimer disent assez combien ils pesaient sur la vie de la contrée122. Comme l’a bien entrevu Aristides Medina Rubio123 : “Les premières décades du xviie siècle sont marquées par une croissance violente et continue, suivie d’une seconde étape de fortes fluctuations associées probablement aux phénomènes d’expansion des propriétés ecclésiastiques, de diversification des cultures et de déséquilibres internes et externes de la région”.

91Voici donc planté le décor et aperçus certains des acteurs et des figurants : une riche région centrale, bien peuplée et fortement reliée aux grands centres urbains de México et de Puebla, des communautés indigènes importantes mais affaiblies par une longue et intense coexistence avec les Espagnols et travaillées dans leur masse par des ferments de colère, des laboureurs espagnols, raidis par la crainte de voir questionnée la légitimité de leurs titres de propriété, crispés sur leur position acquise. Enfin, des facteurs externes, de caractère politique et religieux, comme le soulèvement du Portugal et la vague de persécution des judéo-chrétiens qui en découle très certainement, vont catalyser les inquiétudes, les conflits larvés et les frustrations encore confuses, leur ouvrant les perspectives fertiles de l’accusation de judaïsme.

  • 124 AGN, Inquisición, vol. 460 qui est entièrement consacré au procès “contre Domingo Márquez, alguaci (...)

92C’est ainsi que, dans ce climat orageux, éclate une affaire d’une ampleur remarquable : Domingo Marquez, alguacil mayor de Tepeaca, est accusé de judaïsme “et d’autres graves délits”. Son procès durera plus de 5 ans (de février 1656 à mai 1661), il emplit quelque 1 600 pages et ceux des faux témoins qui ont déposé contre lui couvrent environ 1 000 pages124. Deux cent-soixante personnes approximativement interviennent directement, sans considérer celles qui sont mentionnées d’une façon ou d’une autre ; tous les groupes ethniques sont représentés. C’est donc l’occasion exceptionnelle de découvrir, à la lueur d’une crise dont de nombreux aspects nous sont révélés avec minutie, les tensions et les conflits qui troublent Tepeaca et sa région depuis un certain temps déjà, et que nous pressentions depuis 1650.

I.2.2.1. LE PERSONNAGE PRINCIPAL : DOMINGO MARQUEZ

  • 125 AGN, Inquisición, vol. 460, ff. 174 et 175 verso, Proceso contra Domingo Márquez (1656).

93Domingo Marquez est un nouveau venu dont la rapide ascension sociale a sûrement heurté des intérêts établis, on le devine très vite. Devant les inquisiteurs de México, il déclare être âgé de 40 ans ; né à Viana au Portugal, il est le fils de Domingo Marquez, maître artisan fabricant de chapelets, puis marchand, et d’Isabel Turina. Ses grands-parents, dont il ignore le nom, étaient de “pauvres laboureurs”, des “muletiers de bourriques...”, misérablement vêtus, “qui portaient leurs souliers à la ceinture et les chaussaient à l’entrée de l’église”. Un de ses frères, Jacinto Marquez, étudia à Braga et s’enfuit à Séville où il se maria puis s’engagea dans la flotte. L’autre, Joseph Marquez, se maria et résida à Paraiba, au Brésil, où il vécut du commerce ambulant, vendant surtout du pain, du vin et du poisson, et c’est à Lisbonne qu’il trouva la mort. Un troisième frère, Gonzalo, était prêtre à Viana. Quant à Domingo, dès sa quinzième année, lorsque son père mourut, il fut envoyé par sa mère vendre du sucre et des marchandises du Portugal et de Hollande dans les foires de la Mina, Villanueva de Cerbera et Valencia de Urmino. Puis, il s’engagea comme soldat à Viana afin de gagner le Brésil, où il resta 2 ans, à Bahía de Todos los Santos et à Paraiba où habitait son frère. De retour dans sa patrie, il se rendit à Viana puis descendit à Séville à la recherche de son autre frère. C’est avec lui qu’il passa en Nouvelle-Espagne, et de Veracruz, il atteignit Puebla où il se fixa et vécut comme marchand ambulant, fréquentant les marchés indigènes, les tianguis125.

  • 126 AGN, Inquisición, vol. 460, ff. 174 et 175 verso, Proceso contra Domingo Márquez.

94Ses débuts furent difficiles et, gros travailleur, il parcourait à cheval toute la région, pour acheter des vêtements indiens, des couvertures et des étoffes qu’il transportait dans des besaces, arrivant jusqu’à Amilpas et parfois même à Acapulco. Il revendait ces effets ainsi que des tissus de Rouen et des draps de Campeche dans toutes les villes et bourgades, et il apprit le métier de tailleur. Seize ou 17 ans plus tôt, on pouvait le voir au marché de Puebla, disposer sa marchandise à même le sol ou sur une petite table et l’offrir aux chalands. Grâce à son labeur acharné, à son sens du commerce et à son habileté à tourner l’interdiction de trafiquer avec les Indiens, il devint prospère. Il acquit le droit de percevoir les impôts sur les achats et les ventes (alcabalas) et, en 1652, acheta la charge d’alguacil mayor de Tepeaca. Il épousa aussi une jolie veuve plus âgée que lui de quelques années, mère de 3 enfants déjà grands, et originaire de Huejotzingo où son premier mari avait été commerçant126.

  • 127 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 1, Proceso contra Domingo Márquez.

95Or, une lettre du commissaire du Saint-Office à Tepeaca, Cristóbal de la Carrera, datée du 10 février 1656, annonce au tribunal de México l’envoi de dépositions originales contre Domingo Márquez, effectuées par des témoins espagnols de bonne réputation. Il ajoute aussi que l’alguacil mayor est un “homme téméraire et de réputation exécrable, détesté dans cette ville et province, considéré comme d’un caractère changeant et comme infidèle à sa parole ; et ainsi, tant par son caractère que parce qu’il réalise de grosses affaires avec les villageois et les laboureurs — d’où il s’ensuit qu’ils lui doivent de fortes quantités d’argent — il les maltraite de par sa fonction d’alguacil mayor et tient la plupart d’entre eux sous l’empire de la peur”127.

96Notons ici que le fonctionnaire inquisitorial lui-même mentionne comme cause de l’hostilité qui entoure Domingo Márquez, le facteur économique, et en l’occurrence les dettes contractées à son égard par les villageois et l’utilisation qu’il fait de sa charge pour maltraiter ses débiteurs.

  • 128 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 2, Proceso contra Domingo Márquez.

97Les accusateurs initiaux sont peu nombreux, une douzaine environ, et les témoignages déterminants se réduisent à 2, ceux de Juan Márquez de Andino et de Luis Cancino de Rioja. Le premier dont les accusations sont les plus lourdes, déclare être âgé de 40 ans et provient d’Arcos, aux confins sud de la Castille. Huit ans plus tôt, il était associé de Domingo Márquez et faisait le commerce de vêtements et de textiles divers. Quant à Luis Cancino de Rioja, écrivain public de la municipalité, âgé de 46 ans, il suggère et insinue beaucoup plus qu’il n’accuse128.

I.2.2.2. LES ACCUSATIONS

98Quelles sont donc ces accusations, qui vont entraîner l’emprisonnement d’un homme pendant plus de 5 ans, le menant au bord de la folie, provoquant sa ruine matérielle et, au bout du compte, la destruction et peut-être même la mort de certains des accusateurs ?

  • 129 Aux alentours des années 1660, le bruit courait précisément qu’il existait “à San Salvador, deux o (...)

99Toutes se réduisent non pas à une affirmation de judaïsme, mais à des insinuations, des déductions tendancieuses jusqu’à l’absurde. Il est évident que seuls le climat qui succède à la grande persécution des judéo-chrétiens entre 1640 et 1650 et les autodafés qui en sont la culmination spectaculaire peuvent expliquer et la formulation de ces accusations spécieuses, et l’écho qu’elles reçurent, mettant en branle une aussi importante affaire que ce procès129.

  • 130 AGN, Inquisición, vol. 460, ff. 2, 3, 11 et 11 verso, Proceso contra Domingo Márquez.
  • 131 AGN, Inquisición, vol. 460, ff. 3, 3 verso, 4, 4 verso, 122 verso et 136 verso, Proceso contra Dom (...)

100Les moindres gestes, les comportements les plus insignifiants de Domingo Marquez sont dénoncés comme étranges, donc comme inquiétants à priori et par conséquent probablement révélateurs d’une appartenance judaïque : l'alguacil mayor mélangeait longuement le vin et l’eau, puis les reversait dans le flacon dont il servait ses convives, remarque Marquez de Andino, il coupait ses oeufs frits en morceaux très petits, et les coupures étaient singulières, jamais vues et donnaient à penser ; il tranchait une volaille aux articulations et la découpait ainsi en un clin d’oeil, déclare Cancino de Rioja...130. Un jour de dispute conjugale en public, Domingo Marquez lança à la tête de sa femme une assiette contenant du poulet en sauce et celle-ci lui jeta ces paroles : “Qui d’autre que toi peut faire une chose pareille, si ce n’est quelqu’un de ton engeance, il te suffit d’être un chien de juif...”. On s’étonne aussi de le voir se recueillir en faisant les 100 pas, les mains croisées dans le dos, on a remarqué qu’il parlait pendant la célébration de la messe, on l’accuse de ne jamais travailler le samedi. Un forgeron d’Atlixco aurait dit qu’il aurait su qu’un jeune esclave de Domingo Marquez aurait révélé que son maître fouettait un crucifix. Un marchand portugais de Puebla, parti depuis à Zacatecas, aurait déclaré à Marquez de Andino que l’association avec Domingo Marquez ne pouvait être que fructueuse, puisque le mana ne saurait manquer à ce dernier... Mais les 2 témoins invoqués, Antonio Rodrîguez, retrouvé effectivement à Zacatecas (est-ce le Portugais/Biscayen objet des dénonciations de 1650 ?), après enquête du Saint-Office, et Hernando Rodríguez de la Peña, forgeron et beau-frère de Marquez de Andino, nient avoir jamais tenu les propos qu’on leur prête131.

  • 132 AGN, Inquisición, vol. 460, ff. 38-40, 47, 48, 49, etc., Proceso contra Domingo Márquez.

101D’autres témoins, délinquants qui se trouvent alors dans la prison de Tepeaca, accusent aussi l’alguacil d’être resté insensible à l’invocation de la Vierge et du Christ, implorés pour obtenir la suspension d’un châtiment. Egalement, on lui reproche d’avoir proclamé que Sa Majesté le roi d’Espagne était responsable du soulèvement du Portugal, et que le duc de Bragance, rebelle, ne faisait guère de mal à ses vassaux132.

  • 133 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 109 verso, Proceso contra Domingo Márquez.
  • 134 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 29, Proceso contra Domingo Márquez.
  • 135 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 12, Proceso contra Domingo Márquez.

102Plus pernicieuse encore, la déclaration d’une dona María de Briceno, qui vient de son propre chef se présenter au tribunal de México : Márquez était impitoyable à l’égard des “malheureux Indiens” lorsqu’il s’agissait de recouvrer les dettes qu’ils avaient contractées. Elle savait et elle avait vu comment, écumant de rage, il les giflait, les insultait, leur prodiguait force coups de pied, coups de poing et coups de bâton, les dénudait, leur brisait marmites et metates, laissait pénétrer ses troupeaux dans leurs champs, “comme s’ils n’étaient pas catholiques”. Les pauvres Indiens couraient alors se plaindre à l’alcalde mayor de Tecali, un certain don Juan de Santiago, à son tour férocement persécuté par Domingo Marquez, comme s’il n’était pas lui non plus catholique... De là à considérer cet homme, si féroce avec les catholiques, comme un juif, il n’y avait pas loin, et c’est ainsi que dona María de Briceno se persuade aisément “qu’elle voyait Treviño (de Sobremonte) en sa personne” et qu’un jour, il serait brûlé comme lui133. Marquez de Andino avait inauguré ce procédé spécieux d’assimilation perfide puisqu’il avait écrit que l’alguacil mayor de Tepeaca percevait des bénéfices excessifs lors de ses affaires ; étant bien connu que les juifs pratiquent des taux usuraires, il s’ensuivait nécessairement que Domingo Marquez était juif...134. Enfin, Cancino de Rioja déclarait l’avoir entendu dire qu’il s’était rendu en Hollande, preuve irréfutable de sa familiarité avec les pires ennemis de Sa Majesté, et de la religion catholique135.

103Le bilan est en fait dérisoire. En ce qui concerne des faits précis, seuls sont dénoncés des comportements insignifiants, la partie la plus lourde des accusations regroupant d’une part des données obtenues par une série d’intermédiaires qui, en dernière analyse, nient avoir tenu les propos qu’on leur prête et, d’autre part, des attitudes auxquelles on attribue par principe un caractère judaïque, alors que les vrais ressorts de l’affaire sont délibérément masqués. C’est en répondant à ces accusations que Domingo Marquez nous dévoile la vie de la région dans ses aspects parfois les plus quotidiens, et surtout qu’il nous livre les clefs de cette ténébreuse affaire. Et nous découvrons très vite que la source des conflits, qui culminent en 1656 par l’emprisonnement de l’alguacil, est la rivalité aiguë qui existe entre lui et un autre notable, l’écrivain public Luis Cancino de Rioja, dans un contexte généralement favorable à ce dernier. Cette rivalité s’exprime sur plusieurs terrains et il semble bien que Domingo Marquez l’emporte en ce qui concerne le pouvoir économique.

I.2.2.3. LE POUVOIR ECONOMIQUE

  • 136 Il s’agit très certainement ici d’imitations locales et grossières du drap bleu de Cuenca, et non (...)
  • 137 AGN, Inquisición, vol. 460, ff. 245-269, Proceso contra Domingo Márquez.

104En effet, après ses débuts modestes de Puebla, ses affaires prospérèrent, et il dut se chercher un associé ; il prit alors chez lui Gabriel Jiménez, un Espagnol pauvre et malade récemment débarqué de la métropole et lui offrit 8 pesos mensuels, 6 réaux par jour pour ses aliments et quelque chose pour l’entretien de sa monture. Jiménez commença donc à sillonner tous les villages de la région, vendant aux Indiens des “huipiles, des pièces de tissu et des chemises de toile, des pantalons amples de drap, du drap bleu de Cuenca, de la toile grossière, des pièces de coton pour les Indiennes, des cardes pour la laine et les tissus de Cuenca136, et un peu de bon drap”. Le prix à la vente devait être le double du prix à l’achat, car les Indiens achetaient à crédit et les arrangements prescrivaient que chaque semaine ou chaque quinzaine, ils s’engageaient à payer 2, 3 ou 4 réaux, maximum de ce qu’il pouvaient donner. Beaucoup d’entre eux mouraient ou “s’absentaient”, et par là, cessaient de rembourser leurs dettes, ce qui explique, nous dit Domingo Marquez, la nécessité de calculer à priori un bénéfice de 100 %, afin de compenser les pertes représentées par les contrats rompus. Par ailleurs, il fallait intégrer dans le calcul des bénéfices, les sommes versées comme pots-de-vin aux autorités qui perçoivent les alcabalas de Puebla, et aux fonctionnaires indigènes, les cadeaux offerts aux gouverneurs des communautés afin que les premiers laissent entrer les marchandises dans la ville sans payer d’impôts, et que les seconds ferment les yeux sur ces activités commerciales illicites137.

105Enfin, le recouvrement des dettes n’avait rien de facile. Les Indiens ont coutume de se rendre le vendredi à leurs tianguis où ils peuvent obtenir quelque argent de leurs produits et le samedi et parfois même le dimanche sont les seuls jours où l’on peut espérer se faire payer des femmes qui, traditionnellement, tiennent les cordons de la bourse. Ce sont donc d’interminables chevauchées sur des chemins impossibles et infestés de voleurs, entre Tecamachalco, Acatzingo, Tecaxete, Santa Ysabel del Monte, Tlaxcala, Tecali et, bien souvent, Domingo Marquez, harassé, sortait de ses gonds

  • 138 AGN, Inquisición, vol. 460, ff. 290 et 290 verso. Proceso contra Domingo Márquez.

Parce que [les Indiens] ne le payaient pas et se cachaient et se gaussaient de lui, le faisant aller et venir pour rien, car lorsqu’ils apercevaient sa monture, qu’ils connaissaient, ils se sauvaient, et lui, ne pouvant se venger sur leurs personnes, leur brisait les pots et peut-être parfois, quelque metate ; mais lorsqu’il s’apaisait, il se repentait aussitôt et regrettait son attitude. Et au moment où les Indiens payaient leur dette, il leur déduisait le prix qu’ils attribuaient aux pots qu’il leur avait cassés ; et Dieu et sa conscience en sont témoins, il a bien payé plus de cent pesos en pots brisés appartenant à des Indiens, se vengeant sur ces ustensiles de ne pouvoir les attraper, eux, et de le faire courir à travers les ravins, en particulier à Tecali138.

  • 139 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 245, Proceso contra Domingo Márquez.

106Quoi qu’il en fût, les affaires étaient florissantes et, en 1648, Domingo Marquez chargea Gabriel Jiménez, désormais débordé, de chercher un autre associé. A l’hôpital de San Roque, à Puebla, où les Espagnols récemment arrivés de la métropole réparaient leurs forces éprouvées par la longue traversée et par le climat malsain des terres chaudes du Golfe, on découvrit Juan Marquez de Andino, le témoin principal contre l’Alguacil mayor en 1656 — et on lui installa une boutique à Tepeaca, pourvue d’un capital de 5 000 pesos. Mais on y offrait des marchandises plus diversifiées et plus coûteuses que celles que Domingo Marquez étalait à même le sol au marché de Puebla, quelques années plus tôt, preuve de la croissance notable du négoce : à côté de vêtements locaux, sortis des ateliers villageois ou réalisés par l’artisanat indigène, figuraient des pièces de Castille et même de Chine139.

107C’est alors le court moment, 2 ans tout au plus, où l’harmonie règne entre les associés, auxquels se joint un quatrième compère, un certain Carrelero. Lorsque Domingo Márquez arrivait le vendredi de Puebla pour procéder au recouvrement des dettes le samedi, il avait coutume d’apporter du poisson grillé, des pastèques et des melons, du vin, denrées courantes à Puebla mais rares à Tepeaca. Parfois, lorsqu’ils en avaient le loisir, le samedi, ils s’amusaient, les tâches accomplies : l’alguacil mayor raconte que

  • 140 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 203, Proceso contra Domingo Márquez.

Gabriel Jiménez avait une guitare, des castagnettes et des épées pour faire de l’escrime... Gabriel Jiménez sortait sa guitare et ses castagnettes, et tous dansaient, jouaient des instruments de musique, chantaient et ferraillaient, sauf lui-même qui ne sait pas l’escrime ; et parfois, il s’est habillé en femme, se mettant une cape en guise de jupe, un mouchoir ou ce qu’il trouvait comme coiffe et il dansait comme une femme, et ledit Gabriel Jiménez comme un homme, avec les castagnettes, et ils se divertissaient de cette façon...140.

108L’élément féminin n’était pas absent car la femme et les belles-sœurs de Juan Marquez de Andino vivaient dans la maison où les associés se retrouvaient, et leur présence apportait, nous le verrons, un piquant particulier aux distractions des hommes et au séjour villageois de Domingo Márquez.

  • 141 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 183 verso, Proceso contra Domingo Márquez.

109Mais Márquez de Andino s’avéra être “un fainéant qui ne travaille à chose petite ni grande” et, lorsque l’alguacil apprit qu’il “jouait et courait les filles”, le capital n’était déjà plus que de 3 000 pesos. Domingo le fit alors emprisonner pour dettes à son égard, et accepta ensuite de le libérer, réduisant considérablement le montant de la somme qui lui était due : Márquez de Andino devait payer seulement 400 pesos, en plusieurs fois. Néanmoins, les délais fixés vinrent à échéance sans qu’un sou ait été remboursé et, après avoir fait rechercher Márquez de Andino qui se cachait pour échapper aux poursuites, Domingo Márquez le fit à nouveau arrêter et jeter en prison au milieu d’un beau scandale, puisque le débiteur se roula à terre en appelant à son secours l’Inquisition. Constatons ici encore l’invocation opportuniste d’une instance ecclésiastique dans un conflit purement civil et de droit commun, preuve de la confusion entretenue dans des buts intéressés, et rendue possible par le climat régnant dans la société coloniale quelques années seulement après la persécution des judéo-chrétiens141.

110A partir de cet incident et du retrait de la boutique qu’il était chargé d’administrer, Máquez de Andino est devenu un ennemi violent de l’alguacil mayor, tout disposé à entrer dans une quelconque coalition contre lui, et son rôle de témoin à charge principal doit être interprété à la lueur de ces antécédents.

  • 142 A GN, Inquisición, vol. 460, f. 189 verso, Proceso contra Domingo Márquez.

111Si nous connaissons dans le détail certaines des opérations commerciales de Domingo Márquez, nous ne savons pas grand-chose de sa fortune, sinon qu’elle doit être assez considérable. Il est propriétaire du rancho de la Purísima Concepción, de troupeaux de moutons, il a fondé une capellanía de 4 000 pesos afin que des messes soient dites pour le repos de son âme après sa mort, il a fait peindre un tableau représentant la fuite en Egypte où sa femme et lui-même apparaissent sous les traits des donateurs, il possède carrosse et esclaves. En prison, il demande des conserves de pêche et de coing afin de pouvoir absorber de l’eau après ses repas, réclame une calebasse quotidienne de chocolat pour ses maux d’estomac, des chaussures neuves, ce qui témoigne d’habitudes de commodité. Il n’hésite pas à demander que soient interrogés les témoins qu’il cite en sa faveur et, se méfiant à juste titre du commissaire du Saint-Office de Tepeaca, Cristóbal de la Carrera, réclame qu’on envoie quelqu’un spécialement de Puebla pour effectuer les recherches le concernant, offrant de tout payer de sa bourse, “car il a du bien pour payer ces démarches”142.

  • 143 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 177, Proceso contra Domingo Márquez.

112Mais surtout, ses capacités économiques lui ont permis de faire l’acquisition, en 1650, de la charge de percepteur des alcabalas, ce qui va les renforcer encore dans la mesure où une partie des impôts détournés et des pots-de-vin reçus augmenteront sa richesse. C’est ainsi qu’il est en mesure d’acheter, 2 ans plus tard, le titre d’alguacil mayor, charge qui, cette fois, va lui ouvrir les portes du pouvoir répressif et en partie politique143.

I.2.2.4. LE POUVOIR POLITIQUE

  • 144 AGN, Inquisición, vol. 460, ff. 109 et 109 verso, Proceso contra Domingo Márquez.

113Il est probable que la conjonction d’un fort tempérament, violent, irascible, avec le souci de faire respecter ses propres intérêts va conduire Domingo Marquez à faire un usage peut-être injuste, certainement vigoureux, de ses nouveaux pouvoirs. Il en tire d’ailleurs vanité et, selon un témoin à charge, c’est un tyran qui “se vante de son pouvoir et de sa charge, et du fait que sans lui, aucun des officiers de justice ne gagnerait de quoi manger”144.

  • 145 Pourtant, comme le fait remarquer Xalguacil mayor, il ne poursuivait les coupables que sur l’ordre (...)

114S’il procède à des arrestations comme celle de Márquez de Andino ou d’un ancien alcalde mayor de Tepeaca, Maldonado de la Carrera, s’il veille personnellement à ce que les bandits et voleurs dont la prison locale est pleine, soient solidement enchaînés, c’est surtout la pratique du concubinage qui semble le mettre hors de lui. C’est aussi par là qu’il se fera des ennemis irréconciliables qui rallieront la coalition lorsqu’elle se déchaînera contre lui, car nombreux sont ceux, notables ou non, qui ont à leurs côtés une concubine145.

  • 146 A-t-il un lien de parenté avec le lignage des Santiago, caciques de longue date de Tecali? Nous l’ (...)
  • 147 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 291, Proceso contra Domingo Márquez.

115Par exemple, l’alcalde mayor de Tecali, don Juan Díaz de Santiago146, qui reçoit les plaintes des “malheureux Indiens” malmenés par Domingo Márquez, vit avec 2 femmes, la mère et la fille, et on ne sait au juste laquelle est la concubine en chef. L’irruption, un beau jour, de l’alguacil mayor chez don Juan Díaz de Santiago, en présence des 2 femmes, de l’écrivain Juan Bautista Vásquez qui fait également office de notaire auprès du commissaire inquisitorial de Tepeaca, Cristóbal de la Carrera, et qui vit lui aussi en situation irrégulière, et d’un troisième compère tout aussi pécheur, est mémorable. Furieux, Domingo Marquez déclare : “C’était Genève que cette maison, et où avait-on vu, de par le monde, que l’alcalde mayor, l’écrivain (c’était ledit Juan Bautista Vásquez) et l’alguacil, un nommé Bartolomé Sánchez, vivaient tous en concubinage, chacun ayant son amie dans cette même maison, et quel exemple était-ce pour le peuple !”147.

  • 148 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 366 verso, Proceso contra Domingo Márquez ; vol. 593, ff. 346 verso (...)

116Exerçant ses fonctions, Domingo Márquez fait alors expulser la mère et la fille, compagnes de l’alcalde mayor de Tecali, et c’est précisément l’une d’elles que nous voyons se présenter devant les inquisiteurs de México pour décrire les mauvais traitements que l’alguacil mayor de Tepeaca infligeait aux “malheureux Indiens”, et exprimer sa conviction qu’il est juif, un Treviño en personne qui sent déjà son bûcher... Domingo Márquez s’en prendra une autre fois à don Juan Díaz de Santiago, expulsant à nouveau la nouvelle amie, d’où une solide haine entre les 2 hommes : Díaz de Santiago soutient les Indiens lorsqu’ils éludent le paiement de leurs dettes à l’égard de Domingo Márquez, celui-ci le menace de le faire “frire dans de l’huile”, “brûler avec des salades vertes”. L’alcalde mayor de Tecali rejoindra la cabale contre son ennemi, se réjouira de sa détention, savourant d’avance son exécution qu’il croit certaine, et partagera avec les autres conjurés ses dépouilles tandis que Domingo Márquez moisit dans les cachots inquisitoriaux148.

117Le deuxième notable à attirer les foudres de Domingo Márquez n’est rien moins que Cristóbal de la Carrera, commissaire du Saint-Office à Tepeaca, celui-là même qui reçut les dépositions contre lui. Il faut croire que le célibat lui pesait fort puisque l’évêque Palafox avait déjà dû intervenir une première fois pour l’obliger à se séparer de la personne qui partageait sa vie.

  • 149 Miguel Zerón Zapata, La Puebla de los Angeles en el siglo xvii. Crònica de la Puebla, pp. 40 et 68
  • 150 AGN, Inquisición, vol. 460, ff. 190 et 291, Proceso contra Domingo Márquez.

118Pour l’époque qui nous intéresse, de la Carrera (un nom connu dans la région, associé à un des fondateurs de Puebla et à une série de notables)149, entretient une relation illicite avec une métisse, Margarita, une des filles d’un certain Juan de Valdivieso, un homme “diabolique et expert en paperasse, qui s’y connaît, sert parfois de procureur et qui a vécu dans l’entourage des alcaldes mayores de Tepeaca”. Un enfant est né de cette fréquentation coupable, et comme il était difficile de le garder sous le toit de l’ecclésiastique, on trouva un compromis qui satisfaisait les convenances et les sentiments légitimes de la paternité : c’est la propre femme de l’alguacil mayor, María Juárez, qui accepta de déclarer publiquement que le nouveau-né était son filleul récemment amené de Puebla, et qu’elle le laissait à Cristóbal de la Carrera dont une des esclaves, la mulâtresse Mónica, pouvait allaiter. Mais lorsque les relations de Domingo Márquez et de sa femme avec les filles Valdivieso se gâtent, l’alguacil mayor menace la pécheresse Margarita de la faire enfermer dans le couvent destiné aux filles perdues, s’en prend à ses sœurs qui vivent toutes en situation irrégulière et ont des enfants ; il essaye aussi de faire arrêter le notaire inquisitorial Juan Bautista Vásquez, qui aidait, nous l’avons vu, l’alcalde mayor de Tecali aux écritures et qui avait une concubine métisse150.

119Il use donc de ses pouvoirs répressifs moins sans doute pour mettre fin à des situations en principe scandaleuses, mais tellement répandues qu’elles passent finalement pour normales, que pour soutenir ses propres querelles et intérêts, puisqu’il n’avait pas hésité, au temps des bonnes relations, à couvrir l’origine de la naissance de l’enfant de Cristóbal de la Carrera et à faciliter sa présence sous le toit paternel.

  • 151 Pièce de monnaie mexicaine d’argent, valant cinquante centimes.
  • 152 AGN, Inquisición, vol. 460, ff. 191 et 191 verso, Proceso contra Domingo Márquez.

120C’est encore l’alcalde mayor de Tecali, don Juan Díaz de Santiago et son écrivain Juan Bautista Vásquez qu’il menace d’un procès de résidence : non seulement les 2 hommes empiètent sur sa juridiction, mais ils se livrent à des “marchés et opérations au sujet du vin que faisaient les Indiens avec la petite baie de l’arbre du Pérou, boisson qui entraîne l’excommunication de ceux qui la produisent et de ceux qui la laissent produire... et ledit alcalde mayor don Juan de Santiago et ledit Juan Bautista Vásquez la laissaient produire et ce dernier touchait un tostón151 par an de chaque foyer indien, ce qui faisait une grosse somme... et cette boisson est tellement nocive pour les Indiens qu’elle les tue”152.

121Poursuite des concubinages, avec menaces et expulsions des personnes intéressées, surveillance et menace de poursuite des activités illégales mais rémunératrices, subordination du pouvoir répressif à ses propres intérêts et aux avatars de ses relations sociales, tout ceci explique le renforcement des hostilités contre l’alguacil mayor, avec la constitution d’un noyau irréductible comprenant Yalcalde mayor de Tecali, don Juan Díaz de Santiago et son clerc, complice et notaire du Saint-Office à Tepeaca, Juan Bautista Vásquez, sans oublier Juan Marquez de Andino, personnages qui n’échappent ni aux griffes du puissant marchand ni à celles du gendarme redoutable qu’est Domingo Márquez.

I.2.2.5. LES FEMMES

  • 153 AGN, Inquisición, vol. 460, ff. 184 et 243, Proceso contra Domingo Márquez.

122Enfin, et pour achever d’aviver les passions, les femmes dont nous avons pressenti le rôle avec l’extension du concubinage, sa répression et ses conséquences, interviennent constamment, communiquant aux conflits l’acuité des rivalités amoureuses et une dimension nouvelle, celle des affrontements ethniques. En effet, les relations entre hommes et femmes à Tepeaca n’ont rien de paisible, et elles confèrent certainement à la vie quotidienne un charme appréciable. Domingo Marquez lui-même, si ardent à poursuivre les relations illégitimes, participe allègrement au carrousel amoureux. Nous savons comment le samedi, après le recouvrement des dettes, lui et ses associés se plaisaient à se costumer, à chanter, à jouer de la guitare, à croiser le fer et à danser à la mode de Galice et d’Andalousie. Or la femme et les belles-sœurs de Marquez Andino constituaient un public enthousiaste, et un flirt s’établit entre l’alguacil mayor et la jeune et jolie épouse de son associé. Voulant rester seul avec elle pour “badiner et lui faire la cour”, il donnait souvent 1 ou 2 réaux à la belle-soeur, dofía Maria, afin qu’elle s’éclipse, et couvrait l’objet de ses pensées, doña Ana, de cadeaux : argent, chocolat, et même une “robe de satin d’Italie, orange, avec des fleurs”. Mais, malgré “quelques embrassements et baisers”, elle refusa “d’arriver à l’œuvre”, ce qui dépita Domingo Marquez. Piqué, il lui proposa un vilain marché : ou la jeune femme cédait à ses avances, ou il emprisonnait son mari pour dettes et l’obligeait à rembourser ce qu’il lui devait. Une fois le conflit résolu (de quelle manière, on le sait), Ana de la Peña raconta tout à son époux, avec les conséquences qu’on imagine. Pourtant, il faut dire en toute justice que Domingo Marquez ne faisait que se venger puisque sa propre femme, Maria Juárez, à la quarantaine avenante, était courtisée par Marquez de Andino, qui semble bien avoir pris l’initiative de cette compétition amoureuse, étant, on le sait, un coureur de jupons, affligé de surcroît de la réputation de maquereau153.

  • 154 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 218, Proceso contra Domingo Márquez.

123Mais la licence ne respectait décidément rien, à Tepeaca (les tabous de l’inceste étaient très affaiblis, nous l’avons vu), et une colère formidable s’empara de l’alguacil mayor lorsqu’il découvrit que, pendant une de ses nombreuses absences motivées par ses activités commerciales, le commissaire du Saint-Office en personne, Cristóbal de la Carrera, non content d’entretenir une concubine et un enfant, avait jeté sur Maria Juárez elle-même, femme de Domingo Márquez, des regards concupiscents : ne l’avait-il pas emmenée en carrosse, en compagnie d’une vague cousine, il est vrai, et ceci pour sauver les apparences, “dans des vergers, hors de Tepeaca... et il lui avait offert une collation car elle était mélancolique...” ? Le ménage eut alors une altercation très violente que toute la bourgade commenta154.

124Ceci étant, il faut dépasser l’aspect anecdotique de ces incidents pour découvrir qu’ils recouvrent en fait des rivalités de pouvoirs, de prestige, qui, s’ils concernent les femmes au premier chef, intéressent également leur compagnon, légitime ou non. C’est là un caractère constant de la sexualité coloniale, qui traduit toute une série de relations, de tensions et d’ambitions à travers le champ qui lui est propre, en particulier l’ascension sociale de groupes ethniques à la position défavorisée : l’affrontement de María Juárez et de son mari Domingo Márquez avec les métisses, filles de don Juan de Valdivieso, s’inscrit dans cette perspective.

I.2.2.6. LES RIVALITES ETHNIQUES

125Deux étapes marquent la progression des hostilités entre les 2 groupes féminins. Au départ, un simple refus des filles Valdivieso d’aller présenter leurs compliments à la femme de l’alguacil mayor, lors de leur retour commun à Tepeaca, alors que les règles de courtoisie prescrivaient cette marque de respect de la part de métisses vis-à-vis de l’épouse légitime d’un fonctionnaire espagnol. Un climat tendu s’était installé, pourtant dissipé au moment de l’accord entre María Juárez et Cristóbal de la Carrera au sujet du bébé, fils de ce dernier et de son amie, Margarita de Valdivieso.

  • 155 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 181, Proceso contra Domingo Marquez.

126Mais la crise éclata à l’occasion d’une cérémonie religieuse célébrée dans un ermitage, et suivie de la représentation de petites pièces théâtrales de circonstance. Contrairement aux usages, la femme de l’alcalde mayor de Tepeaca fit asseoir à ses côtés la femme et la fille de l’écrivain public Luis Cancino de Rioja et les filles Valdivieso, sans inviter Maria Juárez à se joindre à elles. Un peu plus tard, lorsqu’on se disposait à assister à la comédie, les Valdivieso refusèrent la place que l’esclave noir Mathías réclamait afin d’y installer le coussin de sa maîtresse María Juárez. La situation était ouvertement hostile : le groupe des épouses et filles de l’alcalde mayor, de l’écrivain public et du paperassier métis et “diabolique” rejetait publiquement la femme de l’alguacil mayor. Les propos fusèrent alors, irrémédiables ; écoutons le récit qu’en donne Domingo Márquez : “Et alors ma femme, s’adressant au nègre, lui ordonna de placer son coussin où elle se trouvait, et elle dit aux filles de don Juan de Valdivieso, tout en feignant de parler au nègre, que ces dames étaient probablement des femmes d’alguacil mayor et elle-même quelque métisse. Et à cela, les filles de don Juan de Valdivieso rétorquèrent que du moins elles n’étaient pas les filles d’un Portugais, ce à quoi ma femme répondit qu’il n’y avait aucun déshonneur à être portugais, et que certains Portugais avaient plus d’honneur dans leurs souliers que certains Indiens sur leur tête”155.

  • 156 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 181 verso, Proceso contra Domingo Márquez.

127L’impétueux alguacil mayor s’en mêle alors, et décide que même si María Juárez n’était pas son épouse, elle mériterait la place qu’elle réclame, “étant ce qu’elle était”, c’est-à-dire espagnole et non pas métisse, renforçant le caractère ethnique de la dispute féminine. Comme les Valdivieso se lèvent et que Margarita proteste avec arrogance, le ton monte, et Domingo Márquez en arrive à les traiter d’“ordures”. Après quoi, il se retire en compagnie de María Juárez et leur carrosse doit être escorté par 2 lieutenants d’alguacil, de peur qu’un accident ne survienne dans un climat chargé de violence156.

128Cet épisode déclenche la crise à partir de laquelle va se tramer la véritable conspiration qui finira par amener Domingo Márquez devant les inquisiteurs ; il accélère l’escalade déjà longue des hostilités contre lui, en introduisant le facteur corrosif des affrontements ethniques, à travers les femmes. Car il y a longtemps que le dynamisme et l’ambition de l’alguacil mayor, servis par un naturel violent, lui ont attiré l’animosité de ceux qu’il effraie.

1.2.2.7. LES ATTAQUES DE 1650 A 1652

  • 157 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 322, Proceso contra Domingo Márquez.
  • 158 La Real Sala del Crimen dépendait en fait de l’Audience royale, ce qui revient à avoir traduit l’a (...)

129Dès 1650, c’est-à-dire 10 ans à peine après qu’il ait jeté les bases de sa fortune, avec les commencements laborieux que l’on sait, il se trouve confronté à plusieurs rivaux, dont Luis Cancino de Rioja, désireux comme lui d’acquérir la charge de percepteur des alcabalas, particulièrement rémunératrice dans cette riche région agricole et artisanale, parcourue de surcroît par les axes commerciaux les plus importants de la vice-royauté. Domingo Márquez l’obtient, payant une somme supérieure aux 5 000 pesos qu’offrait un regidor de Puebla, et c’est alors qu’éclate la première affaire contre lui. Les vecinos de Tepeaca protestent devant la juridiction civile, alléguant qu’un Portugais ne pouvait se voir accorder une charge semblable157. Deux ans plus tard, Domingo Márquez acquiert le titre d’alguacil mayor, ce qui met ses ennemis au comble du dépit et les pousse à lui intenter un procès devant l’Audience royale, l’accusant cette fois de réaliser des bénéfices illicites dans ses marchés et ventes avec les Indiens. Márquez fut donc emprisonné mais, réussissant à prouver son innocence, il fut acquitté. Toutefois, la guerre était solidement installée et 1656 marque la victoire provisoire de ses ennemis qui l’attaquèrent devant les autorités inquisitoriales après l’avoir vainement traîné devant la Real Sala del Crimen, pour les alcabalas, et l’Audience royale lors du procès pour bénéfices scandaleux158.

130Or, qui sont les ennemis de Domingo Márquez, indépendamment de ceux que nous connaissons déjà et dont le rôle important reste secondaire, puisqu’ils se bornent à rallier une coalition, à témoigner ? Qui tire réellement les ficelles de la machination ? Quelles forces sociales interviennent dans ces tempêtes dont nous voyons aisément les remous superficiels et dont les profondeurs, quoique secrètes, finissent par être sondées ?

I.2.2.8. LUIS CANCINO DE RIOJA

  • 159 Miguel Zerón Zapata, op. cit., pp. 65, 66, 67, 71 et 72.

131L’âme du complot est sans aucun doute l’écrivain public Luis Cancino de Rioja. Sévillan âgé de 46 ans en 1656, il a épousé doña Mariana de Villanueva, d’une famille établie depuis longtemps dans la région de Puebla159. C’est surtout son caractère et ses talents qui ont fait de cet homme un personnage redoutable, précurseur du licenciado dont toute la fortune repose sur sa virtuosité à manipuler le document écrit. Un naturel froid, extraordinairement rancunier, calculateur, l’assiste pour la mise en place de véritables plans, à réaliser à leur heure ; une ambition immense soutenue par un cynisme notable le porte à aspirer aux pouvoirs sous toutes leurs formes et à la domination.

  • 160 AGN, Inquisición, vol. 593, exp. 2, f. 369, Proceso contra Luis Cancino de Rioja (1662).
  • 161 AGN, Inquisición, vol. 593, exp. 2, f. 373, Proceso contra Luis Cancino de Rioja (1662).

132Seul à exercer les fonctions d’écrivain public dans la juridiction de Tepeaca, c’est lui qui, plus encore que les alcaldes mayores, voit passer entre ses mains tout ce qui concerne les biens, les états et les réputations. Comme le dit bien, dans une intuition lourde d’implications, un ancien alcalde mayor de Tepeaca venu témoigner à México, don Alvaro del Castrillo Villafana, Cancino de Rioja “possède dans l’archive, la clef de l’honneur de tout le monde”160. Maître de l’écrit officiel, ses abus sont innombrables et il est haï et redouté, nous dit le même témoin. Il perçoit des droits exorbitants d’enregistrement et d’écritures, falsifie tout ce qu’il veut et viole la légalité qui lui interdisait de semblables activités, puisqu’il trafique avec le blé, la farine, les troupeaux de moutons dont il tire des bénéfices énormes, possède une boulangerie ; propriétaire de plusieurs fermes qu’il a achetées à vil prix à des Indiens et à des Espagnols, il est de notoriété publique qu’il acquit pour 200 pesos une propriété appartenant à un noble indigène de Tecamachalco, don Francisco de Mendoza, et qu’une fois sienne, il la divisa en 2 ranchos qu’il loua 400 pesos chacun, ne payant jamais un sou à don Francisco, lequel, réduit à la misère, se voyait contraint d’acheter ses chandelles à crédit...161. Il dispose, pour mener à bien ses desseins, d’un réseau étendu d’individus de toute espèce qu’il a su s’attacher ou rendre dociles par intérêt ou par prudence.

I.2.2.9. SUBALTERNES ET CLIENTELE

  • 162 AGN, Inquisición, vol. 593, exp. 2, f. 370, Proceso contra Luis Cancino de Rioja (1662).

133Sa femme lui assure de nombreuses relations de connivence ou de dépendance dans le personnel travaillant dans les haciendas de la région et qui, d’une façon ou d’une autre, a été en contact avec sa famille, fixée depuis longtemps dans la contrée ; c’est donc, comme le dit encore don Alvaro del Castrillo qui a bien connu la situation, ayant eu Cancino de Rioja sous ses ordres : “De nombreux compères et, dans certaines fermes, de nombreux domestiques, serviteurs et des gens qui lui sont dévoués, et la justice périt d’ordinaire lorsqu’il s’agit de quelqu’un à lui”... Il est tellement puissant qu’il n’hésite pas à déclarer “qu’il n’y a pas d’autre alcalde mayor que lui-même, et que si on veille à le contenter, on peut dormir tranquille”162.

  • 163 AGN, Inquisición, vol. 593, exp. 2, f. 369, Proceso contra Luis Cancino de Rioja,

134Don Alvaro del Castrillo Villafana raconte aussi que, lorsqu’il était alcalde mayor, il voulut “porter remède à bien des choses du service de Notre-Seigneur, et qu’il n’y parvint pas, telle était la méchanceté dudit Luis Cancino ; car il fait nommer pour fonctionnaires municipaux des gens qui lui conviennent afin qu’ils lui révèlent les démarches que l’alcalde mayor leur ordonne de réaliser, et on n’exécute que ce qui lui plaît, à lui...”163.

  • 164 AGN, Inquisición, vol. 593, exp. 2, Proceso contra Luis Cancino de Rioja. C’est encore don Alvaro (...)

135Par ailleurs, ses fonctions l’ont familiarisé avec le monde de la pègre et il a compris tout le parti qu’il pouvait en tirer. C’est ainsi qu’“il connaissait très bien les voleurs et les mauvais sujets, il les commandait et les utilisait à ses affaires sans rien leur donner et eux le servaient de bon gré”. Cette collusion apparaît directement dans le procès qui nous occupe puisque tous les bandits de grand chemin, petits voleurs et autres délinquants qui se trouvaient alors en prison, se virent accorder le droit d’en sortir pour aller raconter au commissaire du Saint-Office, Cristóbal de la Carrera, combien l’alguacil mayor était impie, refusant de suspendre les châtiments auxquels ils étaient soumis malgré leurs invocations à la Vierge et à Jésus-Christ. Toutefois, Cancino n’hésitait pas, contrairement à ce dont il se vantait lui-même, à intervenir en faveur de ceux qui le servaient bien, et le cas de ces redoutables forbans qu’il fit libérer est là pour le prouver164.

  • 165 Ahijado de velación, selon la terminologie de ces relations nombreuses et puissantes qui constitue (...)
  • 166 AGN, Inquisición, vol. 593, ff. 372 et 376, Proceso contra Luis Camino de Rioja.

136Indépendamment du réseau domestique et de son empire sur la pègre, qui lui garantissent une action aussi étendue que profonde dans le tissu social le plus secret, Cancino de Rioja a su se constituer une clientèle cimentée par des intérêts et des liens divers. Tout d’abord, l’écrivain public se fait escorter par un véritable garde du corps, un Sévillan lui aussi, d’une trentaine d’années, un fier-à-bras courageux qui défend son patron plus habile à manier la plume que l’épée, un certain Pedro de Sierra. Juan Marquez de Andino, quoique né en Castille, est considéré comme andalou puisque Arcos, dont il est originaire, n’est qu’à 12 lieues de Séville : c’est lui qui est le protégé de Cancino en sa qualité même de “filleul de mariage”165. Les 2 hommes se rendent d’innombrables services : Cancino intervient auprès de Domingo Márquez lorsque Andino est emprisonné pour dettes ; ce dernier sert de faux témoin dans 2 affaires qui intéressent l’écrivain public et, stimulé par la promesse de se voir récompensé par une forte somme d’argent par son parrain, il formule les dénonciations les plus graves contre l’alguacil mayor. Les 2 familles, celle de Cancino de Rioja et celle de Márquez de Andino, vivent pratiquement ensemble et les femmes ne se quittent pas166.

137A ce noyau Cancino-Andino se joint la famille des Valdivieso, composée du père, du fils et des 3 filles. Ces métis ont choisi les belles voies coloniales de la bureaucratie pour les hommes et du concubinage pour les femmes, pour se tailler une place de choix dans la société. Si le père, don Juan de Valdivieso, est “diaboliquement” habile en ce qui concerne les écrits de toutes sortes, s’il sert également de procureur des prisonniers, ce qui lui permet de procéder avec Cancino aux arrangements les plus fructueux avec eux, le jeune fils suit les traces de son père, étant lui aussi “paperassier, écrivaillon et aide de Cancino”. Les Valdivieso ont aussi un beau-frère extrêmement précieux à Tepeaca, également plus ou moins clerc de Cancino et jouissant de sa protection : c’est le nahualato, l’interprète bien connu depuis 1650 par les dénonciations fréquentes d’inceste dont il fut l’objet, Luis de Mançanedo.

138A partir du triangle Cancino-Andino-Valdivieso, soutenu par la complaisance du commissaire du Saint-Office, Cristóbal de la Carrera, par la diligence de son notaire Juan Bautista Vásquez, aigrefin expert en paperasses lui aussi, par la haine solide de l’alcalde mayor de Tecali, don Juan de Santiago, ainsi que par une série complexe de relations familiales, d’intérêt, de connivence ou de dépendance (trop longues à analyser ici), est donc tendu sur la société villageoise un vaste filet qui explique les nombreuses déclarations (une trentaine au total) insignifiantes pour la plupart et qui émanent d’individus qui, d’une façon ou d’une autre, se trouvent obligés ou invités à rejoindre la coalition une fois que le signal de la curée est donné par Cancino.

139Si nous avons pressenti les pouvoirs étendus et troubles de l’écrivain public, ses connivences avec les gens des haciendas et la pègre, si nous connaissons ses proches, que savons-nous de ses relations avec les plus faibles, les Indiens, parmi lesquels régnait une certaine effervescence perceptible en 1650, et avec les forts, les puissants de longue date, qui ont pignon sur rue à Puebla et même à México ?

1.2.2.10. LES INDIENS

  • 167 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 372 verso, Proceso contra Domingo Márquez.

140Ils constituent une source de bénéfices nombreux et variés, nous l’avons vu, en tant que producteurs, consommateurs et main-d’œuvre âprement disputée pour le travail agricole dans les haciendas, et détenteurs de terres susceptibles d’être rognées au jour le jour. Ils sont enfin une masse importante qu’il est possible de manipuler et de mobiliser à des fins qui lui sont étrangères pour peu qu’on s’assure l’allégeance de leurs caciques. C’est pourquoi Cancino de Rioja s’est ménagé l’amitié de ces précieux instruments puisque c’est lui qui fait élire les gouverneurs des communautés selon son bon vouloir. Dans sa défense, préparée du fond de son cachot, Domingo Márquez demande que soient interrogés 9 témoins (parmi lesquels on trouve 2 laboureurs de Tepeaca, un “bourgeois” de Puebla, 2 femmes, un habitant de México, un mulâtre, fils de la sage-femme de Tepeaca, un prêtre et un chirurgien), afin qu’ils disent comment les caciques don Diego de Guzmán et son oncle don Luis de Luna sont les amis de Cancino, “soumis à lui, car il les fait élire gouverneurs, et le devient qui il veut, et lesdits Indiens fréquentent assidûment chez lui...”. Une amie de sa propre femme, l’Espagnole Juana Bravo, n’est-elle pas la maîtresse du cacique don Diego de Guzmán, neveu de don Luis de Luna, lui-même cacique ? Tous 2 sont les fidèles de l’écrivain public, il va sans dire. L’interprète Luis de Mancanedo, truchement obligatoire avec le monde indien, n’aide-t-il pas Cancino aux écritures, n’est-il pas considéré comme un de ses protégés ? Les notables indigènes étant alliés et complices de Cancino, les macehuales suivent. Voilà pourquoi les indigènes, manipulés par leurs caciques, interviennent à l’occasion des procès intentés en 1650 et 1652 contre Domingo Márquez, et ce dernier précise que c’est Luis Cancino “qui, avec de mauvaises intentions, excita les Indiens” (caciques). Une lettre signée des gouverneurs et de toute la municipalité indienne, adressée aux autorités de la capitale, déclare que Domingo Márquez ne pouvait se voir accorder le titre l’alguacil mayor, étant portugais et, pour appuyer leur pétition, les caciques allèrent jusqu’à déplacer à México une foule de macehuales ! Bien plus, ces procès ayant occasionné des dépenses élevées (10 000 pesos environ) ces mêmes caciques décidèrent que leurs sujets devaient coopérer pour une somme déterminée, ce qui entraîna des disputes encore vives en 1656, car certains refusèrent, à juste titre, de payer la contribution qui leur était réclamée dans une affaire qui leur était étrangère167.

  • 168 Sur le rôle ambigu, fondamental et encore mal connu des caciques, voir les trois études de Pedro C (...)

141Cancino sut donc utiliser la masse indienne en faveur de ses intérêts, par l’intermédiaire des caciques qu’il domine et contrôle grâce à ses fonctions bureaucratiques. La collaboration des caciques avec la domination coloniale constitue très certainement un des facteurs les plus violents de décomposition et d’aliénation des communautés indigènes ; collaboration de classe en définitive, dont il faudra bien affirmer le caractère et la responsabilité, contre le cliché trompeur et nocif d’un monde indien solidaire et uniformément écrasé par la botte espagnole. Il reste à préciser, en toute justice, que tous les caciques n’ont pas accepté de jouer ce rôle, ou ne se le sont pas vu offert et nombreux furent ceux qui, comme le noble don Francisco de Mendoza, de Tecamachalco, sombrèrent dans la misère égalisatrice de leurs macehuales après avoir été grugés et dépouillés par les laboureurs espagnols, les fonctionnaires ou d’autres caciques168.

I.2.2.11. LES PUISSANTS

  • 169 AGN, Mercedes, vol XLIV, ff. 40 et suivants.

142Mais Cancino de Rioja, malgré tout son insidieux pouvoir n’est qu’un nouveau venu dans la région, et sa charge, si elle lui donne prise sur la réalité au niveau légal, ne lui confère aucun pouvoir de décision sur le plan politique. Son affrontement personnel avec Domingo Marquez est bien à l’origine de l’affaire de 1656, et l’absence de figures de grand relief social parmi les témoins indique assez une neutralité bienveillante de la part des véritables maîtres de la région. Ceux-ci, actifs au moment des compositions de terres aux alentours de 1643, résident généralement à Puebla, quoique portant le titre de “laboureurs de Tepeaca”169. Toutefois, s’ils n’interviennent pas dans une affaire après tout délicate et qui peut s’avérer compromettante, ils sont dans la coulisse et leurs manifestations, bien que discrètes, nous éclairent sur leurs intentions, leurs intérêts.

143Lorsqu’en proie à des ruminations obsessives dans sa geôle, Domingo Marquez essaie de comprendre ce qui lui arrive et cherche à découvrir les véritables artisans de ses malheurs, il mentionne à plusieurs reprises un certain don Luis de Vargas y de la Cueva, indépendamment de Cancino de Rioja en qui il voit l’âme du complot.

  • 170 Miguel Zerón Zapata, op. cit., pp. 65, 67, 69 et surtout 73 ; et aussi le document cité de AGN, Me (...)
  • 171 Don Gaspar de Rivadeneyra, membre d’une puissante famille et familier du Saint-Office depuis 1642, (...)
  • 172 Guillermo S. Fernández de Recas, op. cit., p. 181.
  • 173 AGN, Inquisición, vol. 460, ff. 359 verso et 360, Proceso contra Domingo Márquez.

144Don Luis de Vargas y de la Cueva170 fut le promoteur des procès de 1650 et de 1652, Yalguacil mayor en est persuadé. Ce personnage, qui jouit d’une grande autorité, est “la tête par laquelle tous se gouvernaient” ; il fut aussi nommé commissaire par tous les laboureurs de la région afin de mener à bien avec la Couronne les négociations concernant les compositions de terres, en 1643. Descendant du capitaine et conquérant don Francisco de Vargas, il est le neveu du capitaine don Juan de Vargas Basurto y de la Cueva, et la famille resta propriétaire de plusieurs haciendas pendant longtemps, puisque nous retrouvons sa trace au début du xviiie siècle. Il entra dans une étrange conjuration qui fut très probablement un piège tendu à Domingo Márquez, comme celui-ci le comprit immédiatement après : en compagnie d’autres riches laboureurs et en particulier du puissant don Gaspar de Rivadeneyra171 et de son gendre don Joseph Mellado172, on fit savoir à Yalguacil mayor qu’un complot était tramé contre Cancino de Rioja et, connaissant la haine qui régnait entre les 2 rivaux, on l’invita à se joindre au groupe. Domingo Márquez rallia la coalition, versa les 200 pesos fixés pour chacun des participants et destinés à entreprendre les démarches contre l’écrivain public : tout se défit par miracle, un percepteur métis s’étant empressé d’aller révéler l’affaire à Cancino. Il s’agissait donc, vraisemblablement, d’une simulation organisée habilement par les puissants, soucieux d’apporter une aide efficace quoique discrète à Cancino dans sa querelle, dans le but de sonder l’inimitié et les velléités agressives de Domingo Márquez173.

  • 174 AGN, Mercedes, vol. XLIV, pp. 40 et suivantes et François Chevalier, op. cit., p. 355. Si la Nouve (...)

145Par ailleurs, il n’est pas sans intérêt de découvrir les relations qu’entretenait Cancino de Rioja avec les alcaldes mayores de Tepeaca dont la liste est révélatrice, par la qualité des noms qui y figurent, de l’importance socio-économique de la région qui versa, rappelons-le, la somme la plus importante en ce qui concerne la régularisation des titres de propriété174.

146Don Alvaro del Castrillo y Villafana, s’il vint témoigner en faveur de Domingo Márquez lorsque le Saint-Office le convoqua, révélant précisément les agissements funestes de Cancino, jugea bon d’entretenir des relations cordiales avec l’écrivain public lorsqu’il exerçait les fonctions d’alcalde mayor de Tepeaca, et c’est sa propre femme qui fut à l’origine de l’incident de l’ermitage entre María Juárez, l’épouse de Cancino et les filles Valdivieso, en n’invitant pas la première à s’asseoir en sa compagnie.

  • 175 Miguel Zerón Zapata, op. cit., p. 70 ; Guillermo S. Fernández de Recas, op. cit., p. 132. Nous sav (...)
  • 176 Il paraît inutile d’insister ici sur la famille Gómez de Cervantes, une des plus anciennes et des (...)

147Don Agustín de Valdés Portugal175, un grand nom de la vice-royauté, intervint magistralement aux côtés de Cancino en 1652, mettant en forme les accusations contre Domingo Márquez et préparant le procès qui s’ensuivit, l’accusant de bénéfices illicites dans ses ventes. Quant à don Gonzalo de Gómez de Cervantes176, autre représentant d’une des plus illustres maisons de la Nouvelle-Espagne, nous savons simplement qu’il était très ami de Cancino de Rioja.

  • 177 Voir Pedro López de Villaseñor, op. cit., passim, et Miguel Zerón Zapata, op. cit., passim.
  • 178 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 358 verso, Proceso contra Domingo Márquez.

148Enfin, don Diego Maldonado de la Carrera177 (un nom connu dans la région) — véritable coquin qui extorquait les Indiens d’une façon scandaleuse — trouva chez l’écrivain public un défenseur empressé : redevable au fisc d’une somme s’élevant à 5 000 ou 6 000 pesos, il fut emprisonné par l’alguacil mayor Domingo Márquez qui obéissait aux ordres de l’alcalde mayor du moment, don Fernando de Azcue y Armendáriz178. Cancino de Rioja offrit alors de payer la somme due par Maldonado, fit de nombreuses démarches pour obtenir sa libération et lui fit retirer les fers. Toutefois, la question se pose de savoir pourquoi ces puissants, ces noms parfois illustres soutiennent, quand ce ne serait que de leur neutralité bienveillante, de leur discrète sollicitude ou même de leur silence, les desseins pernicieux d’un Cancino de Rioja.

149Entre les 2 rivaux, l’écrivain public et l’alguacil mayor et, indépendamment des questions de caractère et de tempérament (qui pèsent certes très lourd dans un climat saturé d’affectivité et où l’Andalou froid et retors est plus à son aise que l’homme du Nord, direct et impulsif), pourquoi choisir le camp d’un Cancino de Rioja quand on a du bien, et peut-être même un parchemin pas trop neuf au fond d’un coffre ? Parce que l’écrivain public incarne un pouvoir récent, qui correspond en cette deuxième moitié du xviie siècle aux conflits larvés, aux spoliations hypocrites et à la rapine quotidienne et sournoise qui constituent la vie de la région de Tepeaca, déchirée par mille rivalités. Le temps des armes est révolu, celui des affrontements directs s’estompe et un Cancino domine à la pointe de sa plume les biens et l’honneur de tous. Fermer les yeux sur ses menées, faciliter ses machinations, c’est se ménager la réciprocité pour l’avenir, s’assurer la discrétion pour le passé ; c’est, en fin de compte, se concilier la liberté de continuer à procéder en toute impunité aux spoliations, aux achats et ventes plus ou moins frauduleux, aux arrangements troubles, etc., actes qui fondent en partie la prospérité des riches laboureurs espagnols. Sans intervenir directement dans la rivalité qui oppose l’écrivain public à l’alguacil mayor, les puissants presque invisibles mais vigilants assistent au duel, intéressés qu’ils sont par son issue, mais non pas décidés à agir en faveur de celui qui est un instrument précieux mais, pas encore un égal.

150Enfin, il n’est pas exclu que ces puissants aient considéré d’un oeil favorable la perte réputée proche et certaine de Domingo Marquez. Si on peut s’entendre avec Cancino de Rioja, soucieux de s’intégrer dans le tissu social par toutes les relations qu’il entretient, Domingo Marquez est un individualiste animé d’un dynamisme inquiétant qui mène sa barque tout seul. Or, la rivalité entre laboureurs est forte à Tepeaca, et ce Portugais aux débuts médiocres est, à long terme, une menace, même pour les notables en place. En moins de 20 ans n’est-il pas passé de son étal dans la poussière du marché de Puebla au statut de propriétaire, de marchand au rayon d’action étendu, disposant de vraies petites succursales et, surtout, n’est-il pas devenu récepteur des alcabalas, alguacil mayor ? Il a même voulu acquérir une charge d’écrivain public afin de rompre le monopole qu’exerce son ennemi Cancino et, au mépris des injures qui pleuvent sur lui, lui reprochant d’être portugais, il a entrepris des démarches visant à se voir conférer un titre de familier du Saint-Office, empiétant ainsi sur les terrains du pouvoir bureaucratique et du prestige social. Il n’est pas exclu que le groupe relativement restreint des vrais maîtres de Tepeaca ait considéré cette rapide ascension comme un péril pour leurs propres intérêts.

151Voilà la raison pour laquelle, après que la Real Sala del Crimen et la Real Audiencia aient frustré les espoirs que Cancino de Rioja et quelques autres nourrissaient de les voir briser l’alguacil mayor, c’est au Saint-Office qu’ils s’adressent en 1656, voyant en lui une institution dont le prestige et la rigueur viennent de sortir renforcés de la récente persécution des judéo-chrétiens. Puisqu’à ce moment précis il faut être juif pour être envoyé au bûcher, le Portugais Domingo Marquez sera dénoncé comme juif... Mais l’assimilation Portugais-juif, qui constitue le noyau même de la démarche des accusateurs, est trop sommaire pour les spécialistes inquisitoriaux qui n’ont pas pour habitude de procéder à la légère et d’embrasser tout bonnement les préjugés populaires. C’est pourquoi Domingo Marquez restera 5 ans dans les cachots inquisitoriaux, le temps de mener à bien l’énorme enquête nécessaire à l’éclaircissement du cas.

  • 179 AGN, Inquisición, vol. 460, ff. 1 et 64, Proceso contra Domingo Márquez.

152Tout indique que les inquisiteurs ont vite compris qu’ils avaient affaire à une véritable conspiration dans laquelle le tribunal était considéré comme un instrument susceptible d’être manipulé. En effet, la lettre de Cristóbal de la Carrera, commissaire du Saint-Office de Tepeaca et qui accompagnait les dépositions contre l’alguacil mayor est du 10 février 1656 et, par une lettre datée du 25 août de la même année, c’est-à-dire 6 mois plus tard seulement, les autorités de la capitale demandent au commissaire de Cholula de s’occuper de l’enquête, substituant Cristóbal de la Carrera dont la partialité et la mauvaise foi ne font désormais plus de doute179.

  • 180 AGN, Inquisición, vol. 460, ff. 190 verso et 233 verso, Proceso contra Domingo Márquez.

153La personnalité de Domingo Marquez a joué un rôle déterminant dans l’opinion qu’on sent naître, se renforcer et s’établir chez les inquisiteurs et qui, malgré leur neutralité, transparaît dans leurs attitudes à son égard. Celui-ci prend en main ses affaires avec l’énergie qui est la sienne, il y consacre toutes ses forces, fouille les recoins de sa mémoire pour rassembler ses souvenirs et tente de comprendre les ressorts de l’accusation. Il y parvient d’ailleurs, puisqu’il déclare lors d’une audience réclamée par lui qu’“il a compris la façon dont ses ennemis ont fabriqué des faux témoignages : c’est en prenant des choses de peu d’importance et vraies, et en y ajoutant des mensonges et des déclarations et, comme on dit, en montant un cheval à partir d’une puce”. Il situe également ses mésaventures dans l’atmosphère étriquée de Tepeaca, “un petit village où tout n’est que ragots, mensonges, qui provoquent des inimitiés ; et chacun est apparenté aux autres, en une vraie chaîne, et lorsqu’on touche à une seule personne, c’est comme si on sonnait la cloche pour ameuter tout le monde...”180. Il est aussi conscient de sa solitude, qu’il explique par sa nationalité portugaise et son mauvais caractère ; ses colères violentes, son naturel jaloux, l’ont amené à fouetter sa propre femme, nue dans l’écurie ; il est brutal avec ses esclaves, rude dans sa façon de parler. Mais c’est aussi un homme loyal, de bonne foi, généreux et les très nombreux témoins en sa faveur, appartenant à tous les groupes ethniques et tous les statuts sociaux, peignent petit à petit une personnalité vigoureuse et attachante. Maria Juárez elle-même s’emploie à le défendre de son mieux ; un de ses esclaves, Mathías, est un des principaux artisans de sa libération par les révélations qu’il fait de détails fondamentaux au sujet de Cancino de Rioja et de ses compères.

  • 181 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 285, Proceso contra Domingo Márquez.

154Enfin, il est impossible que les inquisiteurs soient restés insensibles aux accents sincères des déclarations de Domingo Marquez, dont certaines, qui ont été le scandale de la société étouffante et empoisonnée de Tepeaca, ont un arôme vieux chrétien indiscutable et paraissent tirées d’une réplique de Lope de Vega : “Le roi fait des nobles mais pas de vieux chrétiens”181.

  • 182 AGN, Inquisición, vol. 460, ff. 246 verso et 247 verso, Proceso contra Domingo Márquez.

155Le tribunal laisse transparaître sa sympathie lorsqu’il accorde à Domingo Marquez tout ce qu’il demande, d’autant plus facilement, il est vrai, que c’est ce dernier qui paiera les notes finales : du papier en abondance, de l’encre, des plumes afin de préparer sa défense, un compagnon de cellule vivable, quelques commodités. Lorsque l’alguacil, dont la raison commence à être ébranlée par la longue détention, se plaint d’insomnie, de bourdonnements, de crises de dépression et d’hallucinations, on lui envoie le médecin qui lui administre un traitement, on lui explique que le plus dur est passé et que la lenteur de la procédure a pour cause le grand nombre de témoins, dispersés dans toute la région de Puebla et qu’il a cités lui-même pour sa défense. On le réconforte aussi et l’autorise à s’occuper des démarches relatives à sa charge d’alguacil mayor182.

  • 183 AGN, Inquisición, vol. 460, ff. 638, 639 et 675, Proceso contra Domingo Márquez.

156Enfin, les inquisiteurs se réunissent le 17 mai 1661 et décident de l’innocence de Domingo Marquez, ordonnant que celle-ci soit proclamée publiquement à Tepeaca et que ses biens lui soient restitués, ainsi que sa charge l’alguacil mayor. Celui-ci rentre alors précipitamment chez lui, car “il a grand’envie de voir sa femme et sa famille”, et certainement aussi, de savourer son triomphe et de tramer quelque vengeance...183.

  • 184 AGN, Inquisición, vol. 593, exp. 2, f. 263, Proceso contra Luis Cancino de Rioja (1662).

157Mais les choses ont bien changé pendant son absence, car avant même la fin de son procès, le Saint-Office avait fait arrêter les principaux faux témoins. Cancino de Rioja, atterré par le cours imprévu des événements et l’abandon de tous, rendait fréquemment visite à Cristóbal de la Carrera, prudemment déplacé de Tepeaca et désormais bénéficier du village de Totomehuacán à une dizaine de lieues de là. Il ignorera toujours que le tribunal de México a commencé à rassembler des témoignages contre lui, pour l’accuser d’avoir dissipé les biens appartenant à l’alguacil mayor, déposés entre ses mains pendant la détention de celui-ci, et pour avoir “été faux témoin et pour avoir induit d’autres gens à de faux témoignages...”, poussé par son “caractère méchant, faux et parjure”, proclame l’Inquisition au début du procès qui n’aboutira jamais, l’écrivain public étant mort avant même son arrestation184.

  • 185 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 352 verso, Proceso contra Domingo Márquez.

158Toutefois, le conflit continue entre les 2 ennemis et Domingo Márquez fait constamment le voyage à México pour entretenir les inquisiteurs, qui lui sont devenus familiers, de la tournure des événements. Nous apprenons ainsi qu’on a cherché à l’assassiner, des hommes s’étant introduits chez lui la nuit, tout armés, par le poulailler, que sa fortune et sa charge ont été partagées entre Cancino de Rioja, don Juan de Valdivieso et don Juan Díaz de Santiago. Il insiste sur la haine dont il est l’objet, révélant que le tableau de la fuite en Egypte où il apparaissait avec María Juárez, sa femme, en qualité de donateurs, a été très abîmé : on a lacéré leurs visages et crevé les pupilles de leurs yeux...185.

  • 186 AGN, Inquisición, vol. 512, exp. 3. La condamnation originelle qui frappa Márquez de Andino est si (...)
  • 187 Nous ignorons le sort de don Juan de Santiago, alcalde mayor de Tecali qui, bien qu’agent actif de (...)

159Mais le temps émousse les haines les plus vives : Cancino mort, probablement de dépit d’avoir vu ses espoirs frustrés, les procès intentés aux autres faux témoins ne semblent pas avoir été poursuivis. Seul Juan Márquez de Andino, témoin à charge principal, subit une condamnation qui l’obligea à quitter Tepeaca186, et Juan Bautista Vásquez, arrêté pour avoir trahi le secret inquisitorial auquel il était asujetti, séjourna 5 ans en prison sans qu’on connaisse l’issue de son procès. Quant à don Juan de Valdivieso, un des principaux conjurés et digne représentant de ce groupe de métis qui fonde sa fortune sur la collaboration avec le pouvoir colonial et sur son rôle d’intermédiaire avec le monde indien, il sut contourner tous les écueils : ayant eu la prudence insigne de s’abstenir de témoigner contre Domingo Márquez, il échappa aux poursuites inquisitoriales ultérieures, et seul187 à sortir renforcé de la tourmente, il reçut la charge de lieutenant de Huamantla, des mains du puissant don Tristán de Luna y Arrellano ; son cas constitue l’illustration de l’ascension rapide des métis dans la région de Puebla.

  • 188 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 387, Proceso contra Domingo Márquez.

160Nous ne savons plus rien du sort de Domingo Márquez ; toutefois, on peut penser que, malgré la longue détention qui l’avait visiblement éprouvé et la perte presque totale de ses biens, consumés par ses ennemis, il lui resta assez de force pour recommencer une nouvelle vie. N’avait-il pas soutenu, au cours d’une dispute avec son ennemi juré, que “même s’il dépensait tout son bien en querelles avec Cancino, il ne cesserait pas pour autant de faire vivre la femme que Dieu lui avait donnée ; avec quelques provisions, les 100 pesos et les besaces qui lui resteraient d’aventure, il deviendrait colporteur, il la ferait vivre”188.

I.2.3. L’INQUISITION

161Le rôle joué par l’institution inquisitoriale dans cette affaire est remarquable. Elle procéda, avec la lenteur et la méticulosité qui lui sont coutumières, à la vérification des informations et, très vite, nous l’avons vu, prit les mesures nécessaires en vue d’assurer l’objectivité des démarches. Une fois que l’innocence de Domingo Márquez fut établie, confirmée par l’examen effectué par un chirurgien qui certifia que l’alguacil mayor n’était pas circoncis, elle la proclama publiquement et poursuivit les faux témoins, manifestant par là qu’elle était consciente du rôle qu’on avait voulu lui faire jouer et qu’elle refusait. Si elle admet celui qui fait d’elle le réceptacle des frustrations, des ressentiments et des tensions sociales qui lui parviennent par le truchement des dénonciations et qui nourrissent ses propres activités répressives, elle n’entend pas être transformée en l’instrument de rivalités qui lui sont étrangères, et punit sévèrement, on l’a vu, ceux qui tentent de la manipuler. C’est là une difficulté constante pour le Saint-Office, que ce décalage entre 2 rôles, dont le premier est inévitable, souvent nécessaire et parfois utile, le second parasitaire et aliénant dans la mesure où il lui fait perdre sa souveraineté, le détournant de ses finalités propres pour le réduire à servir des intérêts qui ne sont pas les siens. Ce décalage nous permet de découvrir toute une épaisse tranche de vie, puisque le climat politico-religieux des années 1650 amena la rivalité Cancino de Rioja-Domingo Márquez devant les instances inquisitoriales, alors qu’un autre moment de l’histoire de la Nouvelle-Espagne aurait suggéré d’autres dénouements : meurtre, fuite, départ de l’un des rivaux, etc.

I.2.4. CONCLUSION

162En définitive, cette affaire complexe et foisonnante nous révèle 2 principaux chefs d’intérêt.

163Les conflits d’une région, dont les traits socio-économiques semblent déjà fixés dès la deuxième moitié du xviie siècle, se déploient devant nos yeux : dans cette riche zone productrice de blé et de troupeaux, forte de sa place dans l’économie de la vice-royauté, les maîtres sont de puissantes familles qui résident à Puebla ou à México, et qui s’abstiennent d’intervenir ouvertement dans des machinations mal bâties qui ne les concernent pas de prime abord, mais dont l’issue ne les laisse pas indifférents. Le monde indien, en pleine décomposition, apparaît comme une force susceptible d’être manipulée à des fins qui lui sont étrangères par l’intermédiaire de caciques, qui sont sans doute la courroie de transmission du pouvoir espagnol et les artisans, peut-être les plus efficaces, de la déculturation.

164En sus des sources foncières de la puissance, les rivalités concernent de plus en plus les fonctions bureaucratiques liées aux processus d’enregistrement, d’écritures, de perception des impôts, de répression, de contrôle et de décision, révélatrices d’une société dense, stable, où les terres sont désormais rares et où la mobilité et la facilité des temps épiques ont fait place à un équilibre en voie de durcissement. Les trajectoires suivies par les nouveaux venus, Luis Cancino de Rioja et Domingo Marquez, s’inscrivent dans cette perspective, et nous avons vu quelles armes, quels alliés les ont assistés, les étapes de leur affrontement et son dénouement. Certaines de ces armes sont traditionnelles : accumulation et partage féroce de pouvoirs différents, politique, économique, administratif, répressif, voire même parareligieux (rappelons-nous comment Domingo Marquez, dans l’escalade de pouvoirs qui l’opposait à Cancino, en était arrivé à briguer le titre de familier du Saint-Office), appui et manipulation de groupes sociaux, indigènes, délinquants, neutralité bienveillante des puissants, corruption, arbitraire, etc.

165Mais si ces caractères avaient pu être ceux d’une banale affaire dans une quelconque province européenne de la même époque, en proie à la rivalité de robins avides et de boutiquiers rapaces et ambitieux, il n’en est pas moins vrai que celle que nous présentons ici est marquée du sceau du Mexique colonial. En effet, les antagonismes sexuels, les aventures amoureuses, intimement mêlés aux affrontements ethniques, nous l’avons vu, s’inscrivent aussi dans les luttes pour la domination. L’intervention constante et active des femmes, souvent entourées de leurs enfants, fruits des relations capricieuses de la vie coloniale, et secondées ou trahies par tout un petit peuple de servantes, de valets, d’esclaves, métis, noirs ou mulâtres, conférait aux conflits une coloration passionnelle et manifestait une rivalité ethnique ardente entre elles ; il est impossible de dissocier l’affrontement ethnique de la relation amoureuse et de la lutte pour le pouvoir, tant il est vrai que la situation coloniale fit naître un réseau original d’influences qui tissait des relations serrées entre sexes, groupes ethniques, secteurs sociaux, et permettait une mobilité, imprévue dans le projet colonial initial.

166Les 2 personnages principaux, les Espagnols Cancino et Marquez ayant perdu respectivement la vie et la fortune, c’est finalement le groupe des métis, la famille des Valdivieso, qui sortit renforcé du conflit, en accord avec un processus historique de longue haleine, qui débouchera sur le Mexique métis de l’Indépendance et de l’époque contemporaine. Il est probable que la région de Puebla, par ses caractéristiques propres, a constitué, avant d’autres, le creuset de cette évolution certainement précoce, en tout cas bien visible dès 1650.

167L’accusation de judaïsme portée contre Domingo Marquez, qui constitue l’étincelle mettant le feu à toute l’affaire, et sa conséquence dès lors inévitable : l’intervention du Saint-Office, avec l’instruction d’un long et pesant procès, nous situent dans le contexte de la Nouvelle-Espagne, aux lendemains de la répression des judéo-chrétiens, la “Grande Complicité” des années 1640-1650 ; seuls les échos de ce drame expliquent le recours à une accusation semblable et à l’institution inquisitoriale.

168Par ailleurs, l’attitude du Saint-Office reflète sa claire conscience, encore que jamais explicitée par un quelconque discours, de l’ambiguïté de ses rôles. En ce sens, le Saint-Office a un rôle démystificateur et salutaire puisque c’est la proclamation de l’innocence de Domingo Marquez qui restitue à toute l’affaire son caractère exclusivement civil. Enfin, il ne faut pas négliger l’élément profondément affectif, occasionnel et particulier qui permet le déclenchement de la crise : l’affrontement de 2 fortes personnalités cristallise au feu des passions, les tensions, les conflits naissants ou larvés, les courants souterrains qui agitent la société villageoise, en un clair exemple de l’articulation de l’individuel et du collectif, tant il est vrai que le psychologique lui-même procède du social et du culturel. Un Cancino de Rioja n’est-il pas, beaucoup plus qu’un personnage particulier, l’incarnation et le précurseur d’un véritable type social appelé à la fortune que l’on sait et surtout en Amérique Latine ? Et un Domingo Marquez ne rappelle-t-il pas ces marchands âpres et entreprenants que stigmatisait Pablo Neruda ?

169Une fois encore, nous retrouvons l’activité inquisitoriale au cœur des processus les plus clairement révélateurs de la formation de la société coloniale.

LA MINE ET LA FRONTIERE

I.3. ZACATECAS, FRONTIERE DE DEUX MONDES

170Dans l’histoire de la Nouvelle-Espagne, Zacatecas tient une place de choix. On sait quel fut le destin de la cité, fondée en 1546 par une poignée de capitaines basques (des 4 fondateurs, seul Baltasar de Temiño de Bañuelos était castillan), sur le site de riches filons d’argent dont l’existence avait été révélée par des Indiens. Perdue au milieu de déserts peuplés de tribus hostiles, précairement reliée à ses débuts à la lointaine capitale et aux zones habitées, elle s’affirma très vite comme un centre ultime de civilisation espagnole, et la tête de pont d’une avancée qui se poursuivra inlassablement vers le Nord.

  • 189 Peter J. Bakewell, Silver Mining and Society in Colonial Mexico : Zacatecas, 1546-1700, passim.

171Mais surtout, Zacatecas et sa région représentent une zone strictement minière de première importance, dont la fortune a profondément marqué les destinées de la colonie toute entière. Pour nous, qui nous penchons sur les sources inquisitoriales, Zacatecas est un thème d’étude privilégié : en effet, si nous disposons du matériel documentaire laissé par le Saint-Office, traditionnellement riche, nous avons par ailleurs le beau travail de P.J. Bakewell189 qui nous livre des conclusions sur l’activité économique de la contrée. Ceci nous permet d’établir des corrélations entre production de l’argent d’une part, et affaires inquisitoriales d’autre part.

I.3.1. ZACATECAS ET LA VICE-ROYAUTE

  • 190 Dans le corps du présent ouvrage, voir première partie, chapitre II.

172Nous avons précédemment mis en relief190 comment Zacatecas, se définissant par la seule activité minière, il était nécessaire de considérer ses relations avec le reste du pays comme destinées à garantir et à assurer cette vocation. C’était donc un centre producteur, et non un relais comme Veracruz ou Puebla ; il fallait par conséquent traduire cette autonomie relative en dressant le bilan des affaires inquisitoriales dans la zone, sans référence à la situation de l’ensemble de la Nouvelle-Espagne. En d’autres termes, le bilan des affaires inquisitoriales de cette région devait apparaître en valeurs numériques absolues et non relatives.

173Nous avons vu la coïncidence surprenante de la courbe exprimant ces derniers avec la variation économique rendant compte du mouvement de la production de l’argent (voir figure I.B-Zacatecas 1), ce qui nous avait permis d’affirmer que lorsque la stabilité régnait dans la production minière, le volume des affaires inquisitoriales enregistrées restait peu élevé ; au contraire, lorsque la production minière variait (dans le sens d’une élévation ou d’une chute, peu importait), nous assistions à un accroissement sensible du volume des affaires inquisitoriales. Ce rapport établi, nous avons cherché à préciser la place de Zacatecas en relation cette fois avec le reste de la colonie. Pour ce faire, nous avons comparé la courbe correspondant au nombre total des affaires pour une période de 5 ans à Zacatecas, avec celle qui traduit la moyenne intraquinquennale de ces mêmes faits pour toute la Nouvelle-Espagne (voir figure I.B-Zacatecas 2). Notons que pour Zacatecas nous calculons un chiffre total, le nombre des affaires étant relativement peu élevé, alors que dans le cas de la vice-royauté, nous préférons établir une moyenne. En effet, le nombre des affaires est important, et, s’il était exprimé en valeur absolue, il rendrait malaisés l’établissement et la lecture simultanée des 2 courbes sur une même figure.

174Si l’on se rappelle que le maximum de 1650 de la courbe A correspond aux démarches liées aux grandes persécutions de judaïsants, on constate que les 2 courbes ont un profil très semblable. Certes, il y a une contradiction légère autour des années 1660 et 1680, que nous ne sommes pas en mesure d’expliquer, le volume des affaires pour Zacatecas étant trop faible (moins de 10) pour que l’étude de leur contenu apporte quelque lumière sur le phénomène. Notons également que, conformément à la situation économique de la région et précisément à l’essor minier de Sombrerete-Fresnillo à la fin du siècle, la plupart des affaires enregistrées entre 1660 et 1700 l’ont effectivement été dans cette zone. Par ailleurs, il existe un faible décalage de moins de 5 ans, dans la coïncidence entre les 2 courbes, entre 1615 et 1630 ; celle qui correspond à Zacatecas est légèrement en retard sur celle qui traduit l’évolution générale. Il est possible que ce décalage s’explique par l’éloignement de Zacatecas, la lenteur des communications, ce qu’on pourrait appeler le temps de réponse ; toutefois, nous ignorons pourquoi ce facteur se serait fait sentir à ce moment précis, et, en vérité, la concordance entre les 2 courbes nous semble, somme toute, très satisfaisante malgré les légères différences que nous venons d’évoquer. Il est donc clair que l’évolution des délits de Zacatecas est conforme à l’évolution générale de la Nouvelle-Espagne, et le faible décalage dans le temps qu’on observe parfois entre les manifestations relevant des instances inquisitoriales dans la zone étudiée et le reste du pays ne semble pas indiquer que Zacatecas déclenche le processus général, tant sur le plan des délits que sur le plan économique de la colonie, mais qu’elle le suit plutôt.

  • 191 AGN, Inquisición, vol. 513, exp. 31 ; vol. 697, f. 95.
  • 192 AGN, Inquisición, vol. 482, f. 132 ; vol. 605, exp. 7 et 17.

175De la lecture des documents inquisitoriaux se dégage l’idée qu’il existe un tissu de relations entre Zacatecas et sa région (Fresnillo, Sombrerete, Ram os, Jérez, etc.) et celle de San Luis Potosí d’une part, celle de Nombre de Dios — Durango et ses alentours (Valle de Poanas, San Martin, Nieves) — d’autre part. Les commissaires du Saint-Office visitent également ces zones et surtout, la population, traditionnellement instable, s’y meut avec fréquence. Telle femme inculpée à Zacatecas, est retrouvée à Sombrerete191, tel méfait perpétré à Nombre de Dios par des sorcières, est relaté par des témoins à Sombrerete192. Or ces 3 régions sont exclusivement minières, et elles participent du même conditionnement géographique, économique, social. Il nous est donc apparu légitime de comparer les courbes qui traduisent le nombre d’affaires enregistrées dans chacune d’elles (voir figure I.B-Zacatecas 3). La lecture en est aisée : le maximum est commun aux 3 zones, entre 1625 et 1630. Les maxima, quoique faibles, sont concordants ; celui de 1660-1665 entre Zacatecas et San Luis Potosí, et celui de 1690 et 1695 entre Zacatecas et Nombre de Dios. Nous pouvons donc affirmer que des 3 zones comparées, Zacatecas est la plus sensible, la plus dynamique. Une fois de plus, le miroir inquisitorial confirme ce que nous savions déjà : la cité minière est sans conteste celle dont la vitalité rayonne sur tout le Nord, laissant loin derrière elle les 2 autres centres qui apparaissent beaucoup plus inertes.

  • 193 Bakewell, op. cit., p. 40.

176Enfin, nous avons choisi parmi les options qui s’offraient à nous, d’établir une courbe qui traduirait la moyenne cette fois des affaires à Zacatecas, par rapport à l’ensemble de ces mêmes faits pour toute la Nouvelle-Espagne (voir figure I.B-Zacatecas 4). Nous constatons que les proportions de la zone étudiée augmentent régulièrement au cours des xvie et xviie siècles pour constituer 11,5 % du total des affaires enregistrées dans la vice-royauté. Si ce pourcentage peut paraître, à juste titre, relativement faible, il convient toujours de se rappeler que la capitale écrase numériquement la colonie, d’abord par son importance démographique, mais surtout parce qu’une grande partie des cas soumis au tribunal par la province, est déférée devant les instances de la ville de México, dès que la gravité du délit nécessite l’intervention effective des autorités inquisitoriales. En ce sens donc, México représente beaucoup plus que la somme des cas qui la concernent strictement, nous l’avons signalé. Ceci étant, l’importance de Zacatecas considérée, rappelons-le comme la seconde ville de la vice-royauté193, tend à s’accroître durant la période étudiée. Néanmoins, cette indication, confirmée par la production d’argent dans la région, relevée par Bakewell, reste soumise à la vérification qui devra être apportée par d’autres chercheurs, s’appuyant sur des sources différentes des nôtres.

  • 194 Bakewell, op. cit., passim.

177En définitive, l’examen de nos données statistiques nous a montré que Zacatecas, malgré son caractère de centre producteur et ses traits sociaux bien spécifiques (groupes humains turbulents, aventureux) reste étroitement solidaire du reste de la Nouvelle-Espagne. Elle est aussi le leader incontesté de la zone minière du Nord, et voit son importance s’accroître régulièrement par rapport au reste du pays, même au cours du xviie siècle qui, on le sait194, a pourtant été marqué vers son milieu, par une dépression économique sensible dans la zone étudiée.

  • 195 Voir les chapitres consacrés à Celaya et Tepeaca, voir supra.

178A première vue, les affaires inquisitoriales relevées à Zacatecas ne présentent pas de traits saillants : les maxima (voir figure I.B-Zacatecas 1) des années 1630 et 1650 sont bien caractérisés par des délits de type magique, alors que ceux des années 1620 et 1670 sont plus spécifiquement de type religieux mineur : propos inconvenants, superstition, etc. Toutefois, leur nombre reste faible ; il n’était pas possible, comme cela avait été le cas de Celaya en 1614 et de Tepeaca195, de discerner, dès la première approche, une marque particulière et, par là, significative de l’ensemble des délits de la zone. Au contraire, on se trouvait en présence d’un échantillonnage assez varié comprenant quelques comportements sentant l’hérésie, des déviations dogmatiques sans gravité, des faits de violence courants, et surtout, comme partout, le gros contingent constitué par les écarts religieux de toutes sortes et les manifestations bénignes de magie et de sorcellerie. C’était précisément cet ensemble d’affaires, dépourvu au premier abord de physionomie bien nette et d’originalité, qui suivait fidèlement la variation économique. En d’autres termes, les hommes et les femmes qui commettent ou sont accusés de commettre des délits banals appartiennent à la masse sensible aux oscillations de la production d’argent qui domine la vie de la région. Leur personnalité, souvent peu individualisée, leur statut social qui les rend vulnérables leur inspirent, semble-t-il, des comportements directement commandés par la conjoncture économique. Nous trouvons là encore confirmation de nos analyses précédentes : Zacatecas est un microcosme relativement indépendant par sa fonction minière, mais aussi solidaire du reste du territoire puisque la nature des délits qui la caractérisent n’est pas sensiblement différente de celle des affaires inquisitoriales qui correspondent à l’ensemble du pays. Enfin, le tableau des délits reflète à la fois la situation économique locale et l’activité inquisitoriale de la vice-royauté, preuve de la liaison organique étroite de la cité minière avec l’ensemble de la colonie.

179C’est l’analyse des documents qui a enfin révélé la singularité de la zone. On est en effet assez vite étonné, à leur lecture, du climat qui semble régner un peu partout : des individus appartenant à des secteurs sociaux différents s’expriment, et pour la forme et pour le contenu, avec une liberté surprenante, se comportent avec la plus grande désinvolture.

I.3.2. DE L’IRREVERENCE AU SCANDALE

  • 196 AGN, Inquisición, vol. 316, f. 372.

180Dans les mines de l’hacienda de Cieneguilla, appartenant à Juan Ruiz Conde, vit un Bartolomé Centurión qui travaille à l’amalgame ; c’est un homme d’un caractère chagrin qui tient souvent des propos scandaleux. Il déclare en 1617, entre autres choses, que si Jésus-Christ était espagnol, il ne croirait pas en lui (Centurión est certainement génois), et que si saint Pierre et saint Paul étaient indiens, ils seraient les plus grands cocus du monde. Il appelle souvent le Diable, lui offre son âme, et invoque “l’amour du Diable” comme motivation, puisque, constate-t-il, personne ne fait rien pour “l’amour de Dieu”. Enfin, il jure abondamment et prétend que si l’on cherche au ciel, on ne trouvera ni Dieu ni Vierge196.

  • 197 Miguel Othón de Mendizábal, Compendio histórico de Zacatecas, Obras completas, tome V, p. 188.
  • 198 AGN, Inquisición, vol. 510, exp. 105.

181Un certain Morillo, dont on ne sait pas grand-chose, si ce n’est qu’il travaille également dans une hacienda, propriété du puissant don Diego de los Ríos Proaño197, s’est exclamé au printemps 1625, en proie à la colère, que, dorénavant, il ne fera plus de bien “à ces putes d’âmes du purgatoire, car c’est peine perdue puisqu’elles ne l’aident pas ; et pas davantage à saint Antoine qui est un ivrogne”198.

  • 199 AGN, Inquisición, vol. 612, f. 490.

182En 1669, se moquant cette fois non plus de la cour céleste et des valeurs religieuses, mais du très concret tribunal du Saint-Office, avec qui elle avait eu pourtant des ennuis, une mulâtresse, veuve d’un mulâtre libre qui avait été équarisseur aux abattoirs de la ville, a provoqué un scandale en pleine rue : lors d’une altercation avec une autre mulâtresse qui lui reprochait ses pratiques de sorcellerie, Juana a déclaré bien fort qu’elle se moquait du commissaire du Saint-Office et du vicaire de Zacatecas : “Que ceux-ci, lorsqu’ils la voyaient, riaient avec elle et lui faisaient mille gracieusetés”, et que d’ailleurs, elle les avait placés, eux et d’autres personnes de la cité, dans un oeuf et qu’elle faisait d’eux ce qu’elle voulait199.

  • 200 AGN, Inquisición, vol. 540, f. 206.

183Enfin, témoignage d’une piété populaire infantile et à la limite de l’irrévérence, ces abus relevés à Sombrerete en 1698 par le bachelier Matheo de Aguirre, vicaire, juge ecclésiastique, et commissaire du Saint-Office, et communiqués aux instances de México par une lettre de juin 1698 : le chiffre de Jésus et de Marie apparaît sur des biscuits, des pastilles ; des agnus-dei portent l’inscription “vous devez être pastille puisque vous allez de bouche en bouche”. On offre le chocolat aux hôtes, accompagné de figures de saints en sucrerie. Les femmes brodent le nom de Marie sur leurs chemises, elles portent les images de l’Immaculée Conception et du saint sacrement comme breloques, entremêlées à leurs tresses, sur la tête, le sein. La réponse de México nous paraît extrêmement révélatrice des normes qui régissent les manifestations de la piété populaire à la fin du xviie siècle en Nouvelle-Espagne : dans un document daté du 24 janvier 1699, Pedro de Aguirre, franciscain et qualificateur du Saint-Office déclare, en s’appuyant sur le concile de Trente, que ces témoignages n’ont rien de répréhensible ; qu’ils sont dictés par la simple ingénuité et qu’en conséquence, il n’y a pas lieu de les sanctionner, puisque seule une rigueur entâchée de luthéranisme peut trouver à y redire200.

  • 201 François Chevalier, La formation des grands domaines, op. cit., pp. 144, 203, 218, 232, 235, 237, (...)
  • 202 José Dávila Garibi, La sociedad de Zacatecas en los albores del régimen colonial, arbre généalogiq (...)
  • 203 AGN, Inquisición, vol. 312, f. 545.

184Si les petites gens prennent des libertés avec la religion, les notables participent d’une façon exemplaire au relâchement général. En 1616, un jeune homme d’une des plus puissantes familles de Zacatecas est dénoncé : don Vicente de Zaldívar, fils de don Juan Guerra de Resa, riche mineur et seigneur de troupeaux201 et de doña Ana de Zaldívar, de la noble et ancienne famille de Zaldívar202. Agé d’à peine 20 ans, il a étudié à San Ildefonso, collège jésuite de la capitale, mais n’est pas allé très loin dans cette voie. De retour dans les propriétés familiales, il a tenu des propos dangereux, d’ailleurs sévèrement critiqués par son propre frère aîné, don Juan de Resa203. En présence de charpentiers et d’autres travailleurs, il a déclaré un soir, à l’hacienda du Peñol Blanco, que le Diable pouvait faire son salut, de même que de quiconque, y compris les Maures, les juifs et les gentils ; que l’espérance seule suffisait et que la foi n’était pas nécessaire pour y parvenir. Une autre fois, en chemin, entre Sombrerete et Aviño, il a dit que s’il se mettait à étudier, il arrangerait bien des choses des Saintes Ecritures que les docteurs ignoraient, que Dieu ne pouvait transformer une pierre en être vivant, et que si les racontars n’existaient pas, il n’y aurait pas de saints ; il a été jusqu’à prétendre qu’il prouverait à un Mathías Hernández que Dieu ne l’avait pas créé. Par ailleurs, son manque d’assiduité aux pratiques religieuses est notoire. Le jeune homme, ayant eu vent de la dénonciation dont il a été l’objet, décide, 3 ans plus tard, de se rendre au tribunal de México, un jour qu’il se trouve à Zacatecas “pourvu de mules et de provisions pour pouvoir faire le voyage” ; preuve qui, pour être banale, reste toujours stupéfiante de la mobilité des hommes des xvie et xviie siècles, qui n’hésitaient pas à parcourir des centaines de kilomètres dans des circonstances infiniment précaires pour des motifs dont l’urgence ne semble pas toujours évidente. Il plaide donc coupable à México, explique ses libertés de langage par ses études tronquées, un enseignement mal assimilé, et dénonce le fait que ses accusateurs sont des ennemis avec qui il a eu maille à partir. Quoi qu’il en soit, le commissaire Zugastimendia avait écrit à México de Zacatecas en 1616 que “considérant que le dénoncé est de condition libre, téméraire, puissant dans ces parages, sa cause suscitera de nombreux inconvénients s’il vient à soupçonner quelque chose”. Ceci étant, il ne semble pas que don Vicente de Zaldívar ait été poursuivi avec beaucoup de rigueur.

  • 204 AGN, Inquisición, vol. 390, f. 387 ; vol. 498, f. 136.
  • 205 “Acusación contra el doctor don Santiago de Vera, presidente de la Real Audiencia de Guadalajara, (...)

185En 1640, c’est un véritable scandale qui éclate à Zacatecas entre autorités civiles et ecclésiastiques204, opposant directement don Sancho Guevara Dávila, chevalier d’Alcántara, corrégidor de Zacatecas, marié à doña Francisca del Peso de Vera (a-t-elle un lien de parenté avec le fameux auditeur don Santiago de Vera, qui régna en souverain absolu sur la Nouvelle-Galice de 1593 à 1605-1606, s’appuyant sur sa tentaculaire famille205 ? Nous ne sommes pas parvenue à le savoir) à don Juan Sánchez duque de Estrada, du Conseil de Sa Majesté et évêque de Guadalajara. Le corrégidor, qui en est arrivé à appeler le prélat “vile canaille cléricale” est donc excommunié. Le jour même où la sanction est rendue publique, il se rend à une course de taureaux, se promène en carrosse ; ses partisans, eux aussi excommuniés, suivent son exemple. Le regidor Miguel de Iraçoqui circule dans toute la ville, vêtu de couleurs vives, il entre dans les boutiques forçant ainsi les gens à lui adresser la parole ; il a en outre déclaré “qu’il se torchait le derrière avec certaines censures”. Quant au greffier Juan de Herrera, il déambule lui aussi avec désinvolture, et s’installe sur le pas de sa porte pour chanter en s’accompagnant à la guitare. Le corrégidor continue ensuite à remplir toutes ses fonctions, à assister à des événements de caractère officiel comme si de rien n’était. Sa femme, le fameux jour où l’avis d’excommunication est affiché à la porte de l’église de San Agustín, se précipite sur le document et le déchire, proférant des paroles qui suscitent le scandale. Comme le recteur de la Compagnie de Jésus, Rodrigo de Rivero, indigné par ce comportement avait prononcé un sermon, le jour de la Sainte-Trinité, où il déplorait l’irrespect et le mépris dans lesquels étaient tenues les censures ecclésiastiques et l’Eglise, il reçut un “papier” écrit par doña Francisca, contenant, outre des injures, l’accusation de prêcher une doctrine erronée.

  • 206 AGN, Inquisición, vol. 318, f. 221.
  • 207 Il s’agit ici d’une vaste et puissante famille de Nouvelle-Espagne, voir le tableau généalogique d (...)

186Un autre personnage puissant avait lui aussi fait scandale dans les années 1615206. Don Francisco de Pareja y Rivera était en effet doté d’une parentèle impressionnante, puisqu’il était le “fils du licencié Francisco de Pareja, auditeur royal de l’Audience de Guadalajara, et de doña Beatriz de Ribera207, petit-fils de don Diego de Ribera, chevalier de l’Habit de Santiago, héritier et parent de don Garcia de Pareja au deuxième degré, ambassadeur des Flandres et appartenant au duc de Lerma, de l’Habit de Santiago, et neveu de don Gonzalo de Perch de Valenzuela au premier degré, qui se trouve à Madrid en qualité d’héritier, et alcalde de la Maison du Roi et de la Cour, sans compter tous ses autres parents nobles et fort connus à la Cour”. Notons que toutes ces déclarations sont exactes, ce qui mérite d’être relevé puisque de nombreux aventuriers se forgent fréquemment une famille prestigieuse au Indes. Ce jeune homme de 23 ans, si heureusement né, est lui-même alcalde mayor des mines de Fresnillo, et il est redouté pour ses colères. C’est d’ailleurs, semble-t-il, un trait de famille : une de ses soeurs s’est pendue dans un accès de fureur. Un beau jour, un homme poursuivi pour un délit par notre alcalde mayor va chercher refuge dans une église, alors qu’on y célébrait la messe. Le vicaire des mines, qui officiait, connaissant le caractère de don Fancisco, décide sagement de faire durer la cérémonie afin de laisser à ce dernier le temps de s’apaiser. La messe terminée, surgit alors un religieux de l’ordre de la Merci, qui s’empresse d’en commencer une autre, toujours pour permettre à l’alcalde furieux de retrouver son sang-froid. Celui-ci s’écrie que “même s’il pleuvait des messes du ciel, il mettrait la main sur le délinquant”, ce qu’il fit aussitôt, au grand scandale des assistants. A d’autres occasions, il avait affirmé qu’il préférait aller en enfer plutôt que pauvre au paradis ; et que si Jésus-Christ descendait du ciel, cela ne l’empêcherait pas de recouvrer ses dettes. Certes, ces propos ne sont pas particulièrement scandaleux si on les compare à ceux qui sont tenus par des individus que nous rencontrerons bientôt. Pourtant, le statut social de l’alcalde mayor leur confère un caractère d’exemple et par là de gravité exceptionnelle. Ces considérations s’appliquent d’autant plus au corrégidor de Zacatecas, don Sancho de Guevara Dávila ; nous le voyons clairement, le scandale est volontiers le fait de représentants de l’autorité.

  • 208 AGN, Inquisición, vol. 356, f. 145.

187Mais les membres du clergé participent de cette désinvolture généralisée, et nous nous bornerons à donner quelques exemples représentatifs de tous les autres. Le prêtre Juan de Sosa, responsable du real de Tepeque, soutient lors d’un prêche, le jour de la Saint-Simon et Saint-Judas de 1625, que si Dieu ne punit pas les mauvaises langues qui s’attaquent à ses serviteurs, celui-ci n’existe pas et n’a pas d’honneur208.

  • 209 AGN, Inquisición, vol. 312, f. 41.

188Fray Gabriel Arias qui a pourtant été le provincial des franciscains de la région persiste à défendre des propositions aberrantes, malgré les remontrances dont il est l’objet, et il sème la confusion chez les fidèles : saint Joseph aurait été conçu sans péché originel, saint François serait digne d’adoration, la Vierge dépasserait de beaucoup tous les saints, en matière de perfection...209.

  • 210 AGN, Inquisición, vol. 316, f. 389 ; vol. 318, ff. 279 et 344.
  • 211 Nous ignorons si ce Diego de Monroi était le familier du Saint-Office cité par Mendizábal, op. cit (...)

189Pedro Loarte, desservant les mines de Ramos prétend, le jeudi saint de 1617, que les majordomes de la compagnie du Saint Sacrement et de Notre-Dame du Rosaire, occupés à préparer la cérémonie du lavement des pieds, se livrent à des cérémonies plus excessives encore que celles de la loi juive210. Par ailleurs, il ne se confesse pas, ne lit jamais son bréviaire, déclare que les santons représentant les bergers de la crèche installée par les fidèles sont des idoles. Malgré les renseignements qui lui ont été communiqués à ce sujet, il marie une Indienne déjà mariée. Enfin, il est grossier dans ses propos, vit publiquement en concubinage, et soutient ouvertement qu’il aime la femme plus ou autant que Dieu. Fait significatif, le mineur Pedro de Vielma qui, scandalisé, va dénoncer le fait auprès d’un dominicain, Diego de Monroi211, ne reçoit qu’un haussement d’épaules, ce qui indique clairement et l’indifférence des autorités ecclésiastiques et la généralisation de tels délits.

  • 212 AGN, Inquisición, vol. 133, exp. 2.

190Témoignages de la rivalité entre clergé régulier et séculier, aiguë, on le sait, à la fin du xvie siècle, au moment du déplacement du premier par le second, ces déclarations virulentes du père Balthasar Tenorio212, vicaire desservant les mines de Chalchihuites, en pleine région franciscaine : le jour de la Toussaint 1583, il entre dans son église, qu’il trouve à moitié vide, la majorité des fidèles étant allés au couvent des franciscains. Il s’exclame alors que c’est de “la friponnerie, d’abandonner son église pour aller dans une porcherie, une masure et une grotte de voleurs, et y entendre un enseignement erroné”.

191L’Inquisition elle-même ne semble pas être au-dessus de tout soupçon : rappelons-nous la mulâtresse qui déclarait en 1669 que le commissaire s’amusait avec elle. Certes, il s’agit très vraisemblablement d’une fanfaronnade, puisque nous savons que cette femme avait été précédemment punie pour ses pratiques de sorcellerie ; pourtant, le simple fait qu’elle puisse parler de ce personnage en ces termes indique assez qu’il n’inspirait certainement pas la terreur, ni même la crainte respectueuse souhaitable.

  • 213 AGN, Inquisición, vol. 303, f. 392.
  • 214 AGN, Inquisición, vol. 510, f. 512.
  • 215 AGN, Inquisición, vol. 369, exp. 17.

192Mais en ce qui concerne les représentants du clergé, la palme revient sans doute à ces prêtres qui ont, en 1624, la charge de l’église de San Agustín, Diego de Herrera et Pedro de Alvarado respectivement213. Si Alvarado prétend que d’après un concile, la fornication n’est pas un péché mortel, Herrera va beaucoup plus loin. Un jour qu’il disait la messe, il s’aperçoit que le calice ne contient pas de vin mais de l’eau ; l’acolyte lui propose alors de remédier rapidement à cet état de choses, ce à quoi Herrera répond : “Ça ira comme ça”. Enfin, plusieurs femmes indiennes étaient accourues à l’église, portant un bébé au bord de la mort, afin qu’il ne mourût pas sans baptême : le sacristain, seul à ce moment, sonne les cloches pour appeler Herrera et Alvarado. Ceux-ci arrivent, vociférant et furieux d’avoir été dérangés, et Herrera s’écrie qu’il n’y avait aucune importance à ce que des enfants mourussent sans être baptisés, qu’il en faisait son affaire. Déjà en 1613, plusieurs graves accusations avaient été formulées contre lui214. Ayant été l’objet de censures ecclésiastiques, ce qui laisse supposer que ses errements n’étaient ni nouveaux ni récents, il avait proféré des paroles extrêmement irrespectueuses à l’égard de l’évêque, niant son autorité et la valeur des censures. Alors que doña Francisca, épouse du mineur Agustín de Zavala, était aux portes de la mort, il lui avait fait porter le saint sacrement sans aucun appareil ni accompagnement, sans même faire sonner les cloches. Arrivé trop tard au chevet de la moribonde, il n’avait pas hésité à oindre le cadavre, malgré les règles strictes à ce sujet. Il avait l’habitude d’intervenir régulièrement dans les disputes, les faits de violence, et invita même une fois le corrégidor à s’emparer d’un coupable alors que son état ecclésiastique lui prescrivait prudence et indulgence. Ami de la discorde et des ragots, il en sème à tous les vents, écrit des lettres anonymes ou des messages où il imite l’écriture d’autrui, afin d’exciter les colères et les différends. Tricheur, querelleur, brutal, négligent de ses obligations sacerdotales, il appelle Lorenzo Tostado, alcalde ordinaire qu’il empêche de remplir ses fonctions, “fils de ramasseur d’ordures et rien du tout”, etc. Mais ce qu’il y a de stupéfiant, c’est de constater que ce Diego de Herrera Arteaga a obtenu le titre de familier du Saint-Office en 1625, et qu’il est ensuite devenu commissaire puisque nous le voyons dans les années 1628-1630 recevant des déclarations, contre lui-même entre autres ! Certes, il expédie de Zacatecas une lettre, datée du 30 juin 1630, adressée aux autorités inquisitoriales de México, où il se défend de l’accusation dont il a été l’objet, à savoir, d’avoir célébré la messe avec de l’eau. Il précise que son principal accusateur, Juan de Sandoval, est un homme médisant et mordant, surnommé dans la ville la “trompette du Jugement”, son ennemi déclaré215. Il est certain que les différends entre individus se sont fréquemment manifestés à travers des accusations semblables ; toutefois, celles qui mettent Herrera en cause sont trop nombreuses, trop constantes (de 1613 à 1630), pour qu’il s’agisse ici d’un simple conflit de personnes ou de groupes d’intérêts. Même en réduisant la portée des accusations, pour tenir compte d’un quelconque facteur subjectif, il n’en reste pas moins vrai que le prêtre se conduit d’une manière scandaleuse, et sa nomination aux fonctions inquisitoriales pose tout le problème de la qualité du personnel ecclésiastique en Nouvelle-Espagne.

  • 216 AGN, Inquisición, vol. 316, f. 359.
  • 217 F. Chevalier, op. cit., deuxième partie, chapitre 2.
  • 218 Pierre Chaunu, L’Europe classique, passim, pour le sens donné à la notion de frontière.
  • 219 AGN, Inquisición, vol. 356, ff. 291-293, lettre du commissaire Alfonso de Benavides, en fonction a (...)
  • 220 Medina, op. cit., p. 273.
    La tendance constante à la rébellion au Nouveau-Mexique a été bien étudié (...)

193Enfin, le commissaire du Saint-Office, le frère Lope Izquierdo, écrit en 1617 qu’il est cloué à Zacatecas, “à la disposition de ceux qui ont besoin de lui, puisqu’aucun des prêtres commissaires ne se décide à franchir le seuil de sa porte pour se rendre à la ville, qui est si éloignée”216 : preuve de l’inertie et de l’indifférence des ministres. C’est bien là l’originalité première de la zone : la distance, l’éloignement géographique, l’isolement dans une steppe infinie, rendaient aisés les relâchements, les défaillances, pratiquement assurés de l’impunité. Nous l’avons vu, tous les secteurs sociaux semblent ressentir les effets de cette situation, mais il est significatif que les notables et les membres du clergé affichent des attitudes déclarées d’irrévérence et de rébellion. Cette situation n’est pas nouvelle et François Chevalier217 a bien mis en valeur l’indépendance, l’arrogance, la rébellion potentielle des puissants de Nouvelle-Galice. En effet, cette lointaine et immense région a constitué très longtemps une véritable zone de frontière218. Elle a donc restauré puis renforcé des comportements sociaux en voie de disparition dans la métropole, et les fameux groupes de “nourris”, le type de leurs propriétés, leur pouvoir, leurs idéologies et leurs mœurs sont à proprement parler féodaux. Cette situation est d’autant plus nette qu’on s’éloigne de la capitale, et le Nouveau-Mexique offre des exemples éclatants de cet état de choses : voyez la description du laisser-aller général qui y règne219, par le commissaire de l’Inquisition Ben avides, et l’impossibilité qu’il y a à imposer une autorité quelconque, et surtout, la rébellion des gouverneurs, en particulier celle de don Juan de Eulate, dans les années 1620, jusqu’à celle, exemplaire, en 1668 de don Diego de Peñalosa, contre le pouvoir royal, l’Eglise et ses représentants220.

194Par ailleurs, la relation répression/délinquance est bien connue : dans le cas présent, le tribunal du Saint-Office et ce qu’il représente, les valeurs qu’il défend et les interdits qu’il stipule, ne sont plus ressentis, du fait de l’éloignement de la zone, comme une idéologie efficacement répressive. Les manifestations individuelles de non-conformisme tendent donc à ne pas emprunter le canal traditionnel des délits d’Inquisition. En d’autres termes, les faits délictueux perdent leur caractère de délit socialement donc idéologiquement structuré, pour devenir des agissements spontanément violents, fréquents dans la région, et qui prétendent immédiatement modifier la réalité, sans passer par l’élaboration que constitue la transgression dans un délit idéologiquement défini. C’est donc l’individualisme et la violence qui expriment les frustrations, les tensions, les non-conformismes, ce qui correspond bien à une société aux valeurs féodales.

  • 221 Elías Amador, Bosquejo histórico de Zacatecas, vol. 1, p. 346.
  • 222 Elías Amador, op. cit., pp. 347 et 368.
  • 223 Bibliothèque du Musée d’Anthropologie, bobine 3, documents microfilmés de l’Archivo del ayuntamien (...)

195La violence est parfois perceptible à travers les témoignages d’Inquisition, nous le verrons. Mais nous savons surtout par l’histoire de la cité qu’elle était coutumière, naturelle. Telles ces rixes meurtrières qui opposent, aux alentours des années 1620221, les travailleurs indiens des mines des quartiers de Tonalán et de Tlacuitalpan : ces véritables batailles rangées, les sasemes, servent de diversion et elles sont encouragées par les commerçants et les cabaretiers de la ville, trop contents de trouver là l’occasion de vendre poudre, fusées, armes, vin et tabac. Telles encore ces interdictions répétées à diverses époques du port d’armes, et cette tentative du licencié don Diego de Medrano, visiteur général, pour réduire le vagabondage nocturne des personnes “inquiètes”222, 223.

196Quant au caractère individualiste des délits, il éclate partout. En effet, il était naturel que dans les conditions d’isolement qui étaient les siennes, la zone minière du Nord apparaisse comme propice à une certaine clandestinité, et au refuge des individus qui ne souhaitaient ou ne pouvaient pas vivre en pleine lumière. Ils furent certainement nombreux ceux qui cherchèrent dans ces solitudes la paix et la liberté pour des croyances ou des comportements que les contraintes idéologiques de l’époque rendaient difficiles ou impossibles. Nous retrouvons la trace de certains d’entre eux à travers la documentation inquisitoriale : l’analyse de ces cas, bien qu’isolés, est en fait révélatrice du caractère original de la zone de Zacatecas. C’est donc toute une série de marginaux qui se présente à nous.

  • 224 AGN, Inquisición, vol. 435, f. 457.

197Originaire d’Ecija, petit, barbu, demi-vagabond, Joseph Díaz Pimienta224, âgé de 35/36 ans, apparaît comme un peu dérangé, et buvant trop de vin ; il prétend avoir appris la science des herbes à Alger, lorsqu’il était prisonnier, et étonne le petit peuple de Zacatecas au printemps 1650 par ses prédictions, ses déclarations. Non seulement il lit les lignes de la main et annonce les malheurs privés et publics, comme cette funeste fête de la Sainte Croix où 2 hommes trouvèrent la mort, mais il offre aux femmes des accouchements faciles grâce à une oraison écrite et prétend obtenir par ses poudres qu’une femme se promène toute nue sur la place publique. Pour donner à ses talents un caractère licite, il assure que chaque vendredi la marque du Christ crucifié apparaît dans sa bouche, et il dit ne rien craindre du tribunal du Saint-Office qui sait parfaitement qu’il agit par “grâce naturelle”.

  • 225 AGN, Inquisición, vol. 318, f. 332.

198Voici encore cet hystérique touchant, Juan Bautista225, originaire de Gênes. En 1617, c’est un homme de 60 ans, de taille élevée, voûté, modeste, pauvre, vertueux, qui vit des leçons qu’il donne aux jeunes filles. Il se croit de sang royal, et dans sa jeunesse a voyagé en Allemagne, en Espagne et en Italie avant de se fixer en Nouvelle-Espagne. Très tôt, il a eu des visions : des rois et des princes lui ont annoncé qu’il occuperait un jour une position élevée. Jésus-Christ lui-même lui est apparu, lui laissant un stigmate sur la cuisse. Bref, Juan Bautista se croit appelé à de hautes destinées et en particulier à devenir un “réformateur universel de l’état séculier et ecclésiastique”. Malgré son âge, il attend patiemment son heure et adresse aux théatins un mémoire à ce sujet ; ceux-ci n’y voient que “chimères sans fondement”.

  • 226 AGN, Inquisición, vol. 58, exp. 3.

199Comparé à ces imaginatifs, Gonzalo Sánchez est plutôt un aventurier cynique et débrouillard, héros d’une aventure peu commune et qui mérite d’être résumée226. Originaire de Zafra, en Extremadoure, et nouveau chrétien par sa mère, le savetier Sánchez décide de gagner les Indes, avec sa famille. Nous ignorons ses mobiles, et bien que l’Inquisition le soupçonne d’être maure, il est plus vraisemblable qu’il ait été ou judaïsant, ou tout simplement désireux de tenter sa chance dans un pays où ses origines ne lui auraient pas nui. A la suite d’événements confus, la famille se retrouve sans argent ni bateau, aux îles Canaries. Sánchez forge alors une histoire à la fois rocambolesque et très réaliste compte tenu du climat du xvie siècle : il obtient d’un compère la rédaction d’un faux procès-verbal selon lequel, sa famille restant captive des Maures, Sánchez aurait été laissé libre afin de se procurer la rançon nécessaire à la libération des siens. Notre savetier se rend alors à Madrid, attendrit ( !) le Conseil Suprême de l’Inquisition, qui lui fait l’insigne charité de lui laisser la disposition de quelques hábitos : les tuniques infâmantes imposées par le tribunal à quelques condamnés de Llerena, pourront être rachetées par les intéressés, et donc retirées de l’église où elles constituent pour eux une insulte permanente et l’argent provenant du rachat reviendra à Sánchez. Le savetier va alors s’adresser aux rois d’Espagne et du Portugal qui tous deux lui feront des aumônes substantielles. Le document inquisitorial nous décrit l’individu en pleine action, “pleurant toujours ses infortunes, la barbe abondante, les cheveux aux épaules, vêtu de deuil de la tête aux pieds, provoquant, dans les rues et sur les places, des attroupements auxquels il racontait les malheurs de sa captivité, et bien d’autres qu’il prétendait avoir soufferts en mer, prisonnier des corsaires français, se référant aux lieux, aux noms et aux coutumes des Maures, au serment qu’il avait dû prêter pour qu’on le laissât venir chercher la rançon ; tout cela de telle sorte que tout le monde croyait ce qu’il disait et, par compassion, lui faisait la charité”. Après avoir réuni une petite fortune, Sánchez et sa famille s’embarquent pour les Indes et nous le retrouvons en 1574 à Zacatecas où il est venu tenter sa chance, et probablement chercher l’impunité à ses méfaits. Malheureusement pour lui, il sera retrouvé par le tribunal qui lui fera payer cher la mystification dont celui-ci a été l’objet : au terme d’un procès, il sera puni de 200 coups de fouet, et de 6 ans de galère.

  • 227 AGN, Inquisición, vol. 303, f. 395.
  • 228 AGN, Riva Palacio, tome VI, No. I, f. 134.
    Cédula real de Carlos V, 8 de abril de 1533, Gerona.

200Enfin, voici encore un individualiste, don Gregorio Faxardo, qui vit, aux alentours de 1623, dans l’hacienda de Santa Catalina, juridiction de Sombrerete227. Originaire de Cordoue, il se dit descendant des rois maures qui ont régné sur cette ville. Or, s’il est vrai qu’une cédule de Charles V, rédigée à Gérone en 1533228, autorisait les descendants des rois maures à prétendre aux charges inquisitoriales, ce qui indique clairement qu’ils bénéficient de tous les droits, en particulier de celui de passer aux Indes, il est évident que Faxardo est loin d’être un chrétien accompli, et le fait qu’il vive retiré dans une hacienda de la région de Sombrerete donne à penser qu’il cherche à fuir l’opinion publique et le commerce de ses semblables. Tout le monde dans la contrée le tient effectivement pour Maure, tant son impiété est notoire, allant jusqu’à refuser les secours spirituels lors d’une grave maladie qui mettait ses jours en danger. Il est redouté pour sa brutalité et sa cruauté : n’a-t-il pas raconté que dans sa jeunesse, “à Cordoue, pour une contrariété que lui avait donné un Maure, domestique de son père, il l’avait étranglé de ses mains, ou poignardé, et l’avait enterré dans le jardin dudit père” ? Dans son hacienda même de Sombrerete, il inspire la terreur : “Il est si cruel et si mauvais qu’au moindre sujet de mécontentement [il s’en prend] à ses esclaves ; en particulier, il a coupé une oreille à un petit mulâtre nommé Bartolo, et lui a planté dans le corps, à huit reprises, un fer à marquer les mules, chauffé au rouge, ce qui est un châtiment infernal”, ajoute le témoin.” Voici un exemple de cette violence aveugle que nous évoquions plus haut, caractéristique d’une société esclavagiste et rurale, et peu soumise à la pression des corpus répressifs structurés comme celui qu’imposait le tribunal du Saint-Office qui aurait pu, en canalisant ces impulsions, leur conférer un caractère plus social, donc plus “civilisé”. Nous l’avons signalé, ces témoignages ne sont pas extrêmement fréquents dans les documents d’Inquisition ; c’est d’abord, dans la mesure où l’action du tribunal se faisait faiblement sentir dans la zone étudiée, que l’écho de ce qui se passait dans les haciendas lui parvenait rarement. Par ailleurs, il est certain que la violence est généralisée, naturelle ; elle n’apparaît donc pas comme une transgression à un code moral quelconque susceptible d’être dénoncée d’autant plus qu’elle peut librement s’exercer contre des individus dépourvus de tous droits, les esclaves. A vrai dire, les seuls droits des esclaves étaient plus ou moins défendus par l’Eglise ; mais nous avons vu précisément comment l’autorité en général et celle de l’Eglise en particulier était bafouée. Pour toutes ces raisons, il est très vraisemblable que le comportement de Faxardo, quoique particulièrement odieux, ait été assez représentatif de celui des maîtres d’hacienda.

201Nous avons rencontré jusqu’à présent des individus que nous pouvons, en gros, classer en 2 catégories : les premiers mettaient en cause l’autorité religieuse par leurs propos et leurs actes souvent scandaleux. Si le statut social de certains d’entre eux conférait à leurs délits une gravité particulière, ceux-ci restaient malgré tout bénins, dans la mesure où ils étaient commis dans un état d’exaltation : colère, désespoir, provocation, rivalités. Même les propos d’un Vicente de Zaldívar, apparaissent en définitive sans gravité si l’on accepte les critères des instances inquisitoriales ; il s’agit, on le sent, d’un adolescent, petit coq bavard qui cherche à épater son entourage d’hommes frustes, ingénus et surtout subordonnés à son frère aîné. Ces délits traduisent, certes, un mépris de l’autorité du Saint-Office et de l’Eglise, mais qui s’exprime seulement dans des situations conflictuelles pour leurs auteurs, et qui ne va pas jusqu’à un refus conscient et global des valeurs idéologiques imposées. Le deuxième groupe est constitué par des aventuriers de tout poil, individualistes et marginaux dont les agissements remettent éventuellement en cause les mêmes valeurs, mais qui ne cherchent pas davantage à les remplacer, ne serait-ce que pour leur usage personnel, par d’autres, plus intimement acceptées. Ces 2 catégories d’individus secouent le joug lorsqu’il les gêne, et n’aspirent qu’à vivre comme bon leur semble, sans que l’on perçoive en eux un autre système de références idéologiques.

202Il en va autrement avec les exemples qui suivent, qui témoignent d’un début d’élaboration dans la critique et le refus des valeurs religieuses en vigueur.

I.3.3. DU PERSIFLAGE AUX PROPOS SUSPECTS

  • 229 AGN, Inquisición, vol. 316, f. 401.

203Diego López de Medina, par exemple, est probablement athée229. A-t-il des ascendances juives, connaît-il les idées de la Réforme ? Certains l’accusent de vouloir fonder une secte, tant ses agissements sont étranges... C’est en 1617 un homme âgé, originaire de Monterubio del Monte, dans la Manche de Tolède, et il travaille à la charpenterie de l’église principale de Zacatecas. Ses entorses aux normes religieuses sont nombreuses et graves. Il refuse d’asister aux offices pendant la semaine sainte de 1615 et déclare tout net : “Que celui qui veut souffrir les passions du Christ s’arrange pour les souffrir ; pour moi, je ne suis pas venu de Castille pour cela mais pour gagner de l’argent”. Au heu d’aller à confesse, il avoue s’être enfermé pendant les jours saints en compagnie d’une femme et s’être adonné au péché. Une autre fois, au cours d’une discussion, il nie que Dieu n’ait pas eu de commencement, et s’étonne que dans ces conditions les anges se soient rebellés. Il déclare aussi que lorsqu’il était moine à Nuestra Señora de Astorga, il n’a jamais vu de miracles réalisés par la mère de Dieu, et prétend entre autres choses que les bougies bénies ne servent à rien. Enfin, il met en doute de façon très véhémente la valeur du sacrement de la confirmation. Il refuse également de prier les saints puisque, constate-t-il, c’est par intérêt qu’on s’adresse à eux, afin d’obtenir leur intercession. Enfin, il se moque des personnes qui portent des scapulaires et recommande à ses gens de ne pas assister à la messe. Nous le voyons, il s’agit ici d’un refus déjà conscient, délibéré, de certaines normes religieuses qui traduisent un anticonformisme plus radical et plus cohérent que celui d’un Vicente de Zalvidar par exemple.

  • 230 Bibliothèque du Musée d’Anthropologie, bobine 3, documents microfilmés de l’Archivo del ayuntamien (...)
  • 231 AGN, Inquisición, vol. 318, f. 321.

204Miguel Bazán de Larralde, lui, est administrateur des haciendas de Truxillo, propriétés du vice-roi don Luis de Velasco ; fils d’un père connu et serviteur de la Couronne, il deviendra en 1619, l’année suivant la dénonciation dont il est l’objet, comptable de la Caisse royale de Zacatecas, charge qu’il achète 6 000 pesos230. C’est un homme d’une quarantaine d’années, célibataire, maigre et maladif, manchot de surcroît. Il est intelligent, d’un caractère chagrin, emporté, et sa haine des religieux qu’il ne peut souffrir chez lui est bien connue231. Des franciscains étant arrivés dans une maison de Fresnillo pour demander l’aumône, Larralde commente après leur départ : “A quoi s’occupent ces charlatans qui demandent l’aumône pour la dépenser en chocolat avec la première femme venue...”. Réprimandé par un assistant qui lui fait remarquer que ces aumônes lui vaudront le ciel, Larralde poursuit : “Voyez qui veut m’emmener au ciel, c’est comme vouloir que les femmes entrent dans le Tiers ordre, pour avoir les religieuses sous la main et s’amuser avec elles”. Il prétend aussi qu’il n’est pas nécessaire de prier les saints, qu’il suffit de prier Dieu. S’il est vrai que ces propos ont pu être inspirés par un anticléricalisme traditionnel, il nous semble probable, compte tenu de la position sociale de Larralde, un notable très certainement instruit, qu’une influence éramiste transparaît ici. Significatif, également, le fait que cet administrateur et futur fonctionnaire tienne ces propos irrévérencieux, qui confirment notre observation précédente : les notables transgressent ouvertement les interdits religieux, et donnent l’exemple de la rébellion et de l’irrespect.

I.3.4. SAPIT HAERESIM

205Les individus entrevus jusqu’à présent se sont illustrés par des transgressions somme toute mineures. Toutefois, des Diego López de Medina et des Miguel Bazán de Larralde étaient déjà sur la pente de l’hétérodoxie, et celle-ci apparaît maintenant en pleine lumière avec un dernier groupe constitué par un protestant et surtout, les judéo-chrétiens plus ou moins déclarés.

  • 232 AGN, Inquisición, vol. 316, f. 431.

206Avec Nicolás Chavarría, il n’y a plus de doute232. Ce protestant est un homme intéressant, d’un caractère timide, affable, paisible, qui jouit d’une excellente réputation à Zacatecas où il vit en 1617. Quoique portant un nom basque, il semble être né à Séville, et il a raconté que, fait prisonnier par des corsaires anglais, il a parfois joué du luth pour la reine Elizabeth. A Zacatecas où, fait intéressant, on le considère comme un étranger, il est marchand, et on lui demande souvent d’exercer ses talents de musicien aux offices religieux ou dans les riches maisons comme celle du mineur Agustín de Zavala. Il ne va jamais à l’église, sauf lorsqu’il est appelé pour y jouer de la musique, et s’arrange alors pour ne pas adorer le saint sacrement. Il ne pratique aucun exercice spirituel, ne se rend pas aux processions, ne possède pas d’image religieuse chez lui. Malgré la précaution qu’il prend de sortir muni d’un énorme rosaire, l’opinion publique le tient pour un disciple de Luther.

  • 233 AGN, Inquisición, vol. 318, f. 347.

207Enfin, les nouveaux chrétiens semblent avoir été fort nombreux à Zacatecas, riche et active cité minière, on le sait, la porte d’une région de refuge de surcroît. Leur présence est facilement décelable et nous nous limiterons à en donner quelques exemples. Dans une échoppe des mines de Ramos, un Portugais de 40 ans, Francisco García, raconte en 1618 une bonne plaisanterie qu’il tient d’un marchand flamand, Lorenço Chávez : “Une vierge dont il était notoire et public qu’elle devait donner le jour à un fils de Dieu, se trouvait seule dans sa chambre ; un étudiant se cachant sous l’habit d’un patriarche entra par le toit et lui déclara qu’il était le Dieu du ciel, qu’il venait pour qu’elle conçût, et qu’il voulait avoir affaire à elle ; lorsqu’on vérifia l’aventure, il s’avéra que ce n’était pas le Dieu du ciel, mais un homme”. García souligne que Chávez raconte la plaisanterie mieux que lui, et il ajoute que “devenant public qu’elle était enceinte, et par ordre céleste, on la fit garder par quatre cardinaux jusqu’à l’accouchement”. Tout cela, conclut-il, s’était passé à Rome, et la vierge avait donné le jour à une fille233. Coïncidence ? Nous apprenons que Lorenço Chávez, le conteur originel de l’histoire est en train de liquider ses marchandises pour s’absenter des mines, ayant probablement eu vent de la dénonciation dont García est l’objet... Or, si Chávez est flamand, il y a de fortes chances pour que García, le Portugais si réceptif à la grosse ironie de la plaisanterie, soit issu d’un milieu de nouveaux chrétiens. Rappelons encore que ceux qu’on appelait “Portugais” aux Indes étaient très souvent des nouveaux convertis descendants des juifs espagnols chassés en 1492, réfugiés ensuite au Portugal, et qui étaient passés aux Indes, surtout pendant la période de l’union des 2 Couronnes.

  • 234 AGN, Inquisición, vol. 660, f. 146.

208Si le cas de Fernando de Lezcano234 n’est pas clair (un seul témoignage contre lui, démenti par les autres), on reste malgré tout perplexe : vers 1685, ce riche mineur de Chalchihuites, âgé de 60 ans, vit très isolé. Chaque vendredi matin, il se retire dans sa chambre, avec interdiction à quiconque de l’y déranger. Une fois, les habitants de la zone voulant réparer un oratoire qui était en mauvais état, on décida de porter la statue de la Vierge chez Lezcano pendant les travaux, sa demeure étant la meilleure du real ; comme on cherchait quel endroit de la maison serait le plus convenable pour y déposer la statue, le mineur déclara grossièrement qu’“il n’y avait pas chez lui d’endroit plus décent que sa braguette, et qu’on ne l’ennuie pas avec ces sottises”. L’entourage de cet homme est composé de mulâtres et d’esclaves noirs, à l’exclusion de tout Espagnol. Mais ce misanthrope affectionne surtout les chiens dont il possède un nombre extraordinaire. Lorsqu’une chienne met bas, il célèbre l’événement par de grandes réjouissances, et dispose 2 cierges auprès de l’animal en gésine. Dans sa folie, il les appelle ses enfants, dort et mange avec eux, les nourrit de chocolat et de viande, ce pour quoi il achète un veau par semaine, leur laisse un héritage, et quand une bête vient à mourir, il l’enterre et reçoit des condoléances. Il a été jusqu’à fouetter cruellement un esclave de confiance et à le vendre pour une bouchée de pain, parce que celui-ci avait donné quelques coups à un animal. Outre ces extravagances et bien d’autres, on ne le voit guère remplir ses obligations religieuses, et lorsqu’il assiste à la messe, il s’abstient de s’agenouiller, prétextant des hémorroïdes, justification aberrante comme le fait remarquer le dénonciateur plein de bon sens. Enfin, à quelqu’un qui lui demandait de participer financièrement à la confection d’un baldaquin pour le saint sacrement, il répond dédaigneusement qu’“au diable le saint sacrement, et le Christ, qu’on le laisse en paix, qu’il ne fait pas l’aumône et qu’il n’y a pas d’autre Christ que ses métaux”.

209Ce misanthrope singulier est peut-être un nouveau chrétien, si l’on accorde quelque attention à la véritable parodie des cérémonies chrétiennes à laquelle il se livre avec ses chiens ; d’ailleurs, des bruits courent, prétendant que son grand-père a été brûlé à Medina Sidonia. Après les grandes persécutions du milieu du siècle contre les judaïsants, il est sans doute venu se réfugier dans la solitude et l’amertume, et se contente d’entretenir une haine active de la religion imposée et quelques pratiques délabrées de sa propre religion, comme le respect du sabbat, du vendredi au dimanche. Son comportement qui relève probablement de la pathologie est pour nous un clair indice de l’isolement et du désespoir de cet homme et de ses semblables à la fin du xviie siècle, lorsqu’il s’est avéré vain de chercher à maintenir une collectivité vivante de nouveaux chrétiens dans la vice-royauté, à cause des persécutions bien sûr, mais plus encore par l’impossibilité de vivifier la vie spirituelle des synagogues locales par les contacts avec les communautés étrangères, condition indispensable à la survie de la religion juive, on le sait.

  • 235 AGN, Inquisición, vol. 605, f. 281.
  • 236 Manuel de Acosta, alias Francisco de Torres ; il s’agit très probablement du mari d’Isabel Tinoco, (...)

210Francisco Pérez235 est lui aussi un solitaire, et son cas rappelle celui de Lezcano. En 1666, toujours donc la fin critique du siècle, il est propriétaire d’une hacienda de gros bétail dans la juridiction de Sombrerete, après avoir été mineur. C’est son ex-chapelain, le licencié Juan Lasso Cordero, qui révèle la situation qui règne chez Pérez, après avoir abandonné l’hacienda, écœuré de ce qu’il y avait vu et de son impuissance à y rien changer. Ainsi, pendant le Carême et les jours d’abstinence, tout le monde consomme de la viande, alors que rien n’est plus facile que de manger du piment et des haricots noirs comme le font tous les propriétaires de la région et leurs gens. Lorsque le chapelain proteste, Pérez lui recommande de ne pas s’occuper de régenter le monde car “tout est permis dans ce royaume”. Quoique marié lui-même (sa femme habite, semble-t-il, le Michoacán et n’est jamais apparue dans l’hacienda de Sombrerete), Pérez vit en concubinage avec une Indienne Sinaloa, elle aussi mariée et dont le mari réside dans la région. C’est une sorcière experte, impérieuse, qui lui a donné plusieurs enfants. Pérez les a baptisés lui-même et en a enterré un qui était mort dans un coin de sa maison. Un mercredi des Cendres, le chapelain décide d’enseigner le catéchisme aux gens de l’hacienda qui sont totalement ignorants. L’hacendado fait un tel scandale que le prêtre renonce à son entreprise. Mais le plus grave dans l’affaire, c’est, à côté d’une vieille amitié pour un Manuel de Acosta236, Portugais, d’une famille de judaïsants célèbre, et mineur à Sombrerete, l’absence notoire de lard dans la marmite, et son refus d’en manger, sous prétexte que ce mets l’indisposait. C’est aussi sa fréquentation des psaumes, et ses questions insidieuses qui surprennent et déconcertent chez cet homme fruste : puisque l’Ancien Testament est caduc, comment est-il possible d’en révérer certains personnages ?

  • 237 Boletín del Archivo General de la Nación, tome VII, No. 1, p. 98, Causa criminal contra Treviño de (...)
  • 238 F. Chevalier, op. сit., p. 217.
  • 239 Bibliothèque du Musée d’Anthropologie, bobine 3, documents microfilmés de l’Archivo del ayuntamien (...)

211Ces solitaires acariâtres, à la limite du pathologique, sont des réfugiés, nous en avons la conviction. Pour eux, les sierras minérales et les déserts lunaires qui entourent Zacatecas ont été les derniers abris, et nous percevons les échos assourdis de leurs impuissantes colères, de leurs dérisoires et ultimes révoltes. Le caractère de zone de refuge s’affirme encore avec la présence de juifs convertis dont l’identité et les pratiques ne font cette fois plus de doute. Certes, nous savions, par les communications entre prisonniers, entre autres celles de Treviño de Sobremonte237, que Zacatecas était une ville où fonctionnait une synagogue. Toutefois, l’étude des documents d’Inquisition, se référant pour la plupart à de simples dénonciations rarement suivies de démarches plus importantes, nous laisse penser que la région considérée a dû jouer un rôle sans doute plus grand que celui qu’on lui attribue généralement, en ce qui concerne la présence permanente ou épisodique de nouveaux convertis. En effet, son caractère de frontière présentait au moins 2 avantages indiscutables : d’une part, l’éloignement des instances inquisitoriales de México, dont l’efficacité était, nous l’avons vu, considérablement atténuée, et rendait toujours possible la fuite vers le nord, l’anonymat au bout du monde. D’autre part, l’existence de ces nombreux moulins à métaux, de ces haciendas agricoles, de ces maigres bourgades de torchis semées dans l’espace immense, mais dont la population, disposant de ressources financières importantes, était demandeuse et avide de tout ce qui rendait la vie à la fois possible et un peu moins ingrate : matériel pour les travaux de la mine, de l’hacienda, produits alimentaires, vêtements, bien sûr, mais aussi marchandises d’un luxe parfois saisissant, appréciées par des mentalités frustes, prodigues, et ostentatoires qui semblent être souvent le propre des hommes dont le destin est lié à la mine, et qui nous ramènent encore aux époques où les seigneurs féodaux se ruinaient pour des étoffes précieuses, des armes et des parfums d’Orient. Zacatecas, on le sait, a souvent donné des exemples de magnificence, et l’architecture, qui en fait au xxe siècle une des plus belles villes du Mexique par son élégance et sa richesse, en est un ultime témoignage. Rappelons cette coutume des riches mineurs, de faire sonner la cloche à l’heure des repas, pour convier les gens de passage à la table du maître238, et cette interdiction faite en 1620 aux Noires et aux mulâtresses de porter soie, or, étoffes teintes de cochenille, bijoux, perles, etc.239, ce qui montre bien l’extension des goûts somptuaires.

  • 240 Boletín del Archivo General de la Nación, tome VII, No. 1, pp. 108-125 et 130 ; tome VII, No. 3, p (...)
  • 241 AGN, Inquisición, vol. 510, f. 334.

212C’était donc une région privilégiée pour les marchands ambulants de toutes sortes, et cette occupation était souvent le fait de nouveaux convertis, pour des raisons évidentes. Nous savons bien sûr que le grand Trevino de Sobremonte lui-même, lorsqu’il tenait boutique à Guadalajara, s’est rendu plusieurs fois à Zacatecas240. En 1625, l’alguacil mayor de Cuencamé dénonce un adolescent de 12/13 ans, Gabriel, né à Mexico, et résidant à Zacatecas en compagnie de sa mère et d’une soeur, dona Blanca et dona Clara. L’enfant venu offrir des colifichets de dentelle et des parfums à Yalguacil et à sa femme, est pris d’un malaise et refuse la conserve de viande et le vin qu’on lui offre car, dit-il, son père ne lui a pas permis de prendre de vin ni de lard. La rumeur publique prétend que sa grand-mère a été condamnée par le Saint-Office de México241.

  • 242 AGN, Inquisición, vol. 365, exp. 24.

213Un autre marchand portugais, Francisco de Villegas242, est accusé en 1628 : vendeur de vêtements, il réalise de nombreux voyages entre México et Zacatecas, Indehé, Guanaceví et le nord en général. Un jour, faisant route en compagnie d’autres hommes, on achète un agneau, et Villegas demande avec insistance qu’on le laisse rôtir l’animal, car, dit-il, il sait très bien s’y prendre ; il procède alors au nettoyage rituel des gigots, leur enlevant veines et graisse (sacar la landrecilla), ce qui sera vu et dénoncé par ses compagnons.

  • 243 AGN, Inquisición, vol. 43 5, f. 445.

214Plus tard, en 1650, au terme de la grande persécution des judaïsants, un autre marchand, Thomas de Sosa, est accusé par un vieil ami de 20 ans243 : lui ayant offert l’hospitalité, il a pu constater que Sosa ne respecte ni les vendredis ni les jours maigres, mangeant de la viande et recevant des femmes. Un vendredi précisément qu’ils étaient partis ensemble pour les mines de Fresnillo et de Cuencamé, Sosa refuse de partager les provisions de Pineda, œufs, fromage et légumes et se fait tuer un poulet. Or, cet homme, marié à une femme de Zacatecas, n’est autre que le neveu de Luis de Carbajal le Jeune, puisque sa mère est Anica, soit Ana de Leôn Carbajal, morte à l’âge de 67 ans sur le bûcher, l’année qui précède la dénonciation dont son fils est l’objet, on le sait.

  • 244 AGN, Inquisición, vol. 303, f. 610, Catalina Enriquez est la mère d’Isabel Tinoco, voir note 47.
  • 245 Genaro García, op. cit., pp. 225, 230, 234, 237, 247 et 250.
    S. Liebmann, The Jews of New Spain, pp (...)

215Mais à côté d’un Trevino de Sobremonte ou d’un descendant des Carbajal, qui se rendent de temps à autre à Zacatecas pour affaires, nous savons qu’une autre grande famille de judaïsants a résidé dans la cité et y a exercé une profonde influence, les Enriquez. Dans le courant de l’année 1624, Catalina, fille d’Antonio Rodriguez Arias et de Blanca Enríquez, est dénoncée devant l’autorité inquisitoriale locale244. Comme elle assistait à la messe en compagnie de 2 autres femmes dont une nièce, elle a eu un comportement caractéristique au moment de l’élévation : au lieu d’adorer le saint sacrement, elle a tourné son visage vers sa main gauche et a craché 3 fois. Pendant une autre messe, célébrée dans un collatéral de la même église, elle se livra aux mêmes gestes, et fixa longuement son regard sur un chien qui se trouvait derrière elle pour éviter de voir l’ostensoir présenté aux fidèles au moment de l’élévation. Cette famille Enríquez a sans aucun doute été le point de ralliement de nombreux judaïsants, et l’organisatrice de la synagogue. On sait comment les époux Enríquez et leurs filles ont été de véritables guides spirituels pour leurs coreligionnaires, et se sont illustrés par une piété intense, souvent teintée de messianisme et de superstition245. Les filles ont été l’occasion d’alliances avec des familles célèbres pour leur dévotion, on s’en souviendra : Juana est mariée à Simón Váez Sevilla, Beatriz à Thomás Núñez de Peralta, pour se limiter aux alliances les plus prestigieuses, puisque ces 2 hommes sont parmi les figures les plus brillantes de l’histoire des judaïsants en Amérique latine.

  • 246 AGN, Inquisición, vol. 435, f. 587 ;
    Edictos, I, No. 9.

216Si la famille des Enríquez et ses nombreuses ramifications a vécu à México, c’est dans le Nord minier, Parral, Cuencamé, Fresnillo et bien sûr Zacatecas, entre les mains d’amis sûrs et souvent portugais que les gendres Thomás Núñez de Peralta et Simón Váez de Sevilla dispersèrent leurs biens lorsque les premières manifestations de la persécution les poussèrent à mettre leur fortune à l’abri, comme en témoignent une lettre d’un religieux mercédaire datée du 20 juillet 1642 et un édit daté du 29 janvier 1659 et signé du visiteur Medina Rico, destiné à retrouver la trace des biens de Simón Váez de Sevilla246.

  • 247 AGN, Inquisición, vol. 333, exp. 1.
  • 248 G. García, op. cit., p. 238.

217Cherchant lui aussi la paix et la sécurité, nous voyons également un Jorge López, âgé de 25 ans, originaire de la Torre de Moncorbo, au Portugal, judaïsant convaincu, débarquer à Veracruz en 1621247. Il accompagne le docteur Fernán Juárez Tabares, résidant à Zacatecas, certainement judaïsant lui aussi, et qui lui a proposé de l’aider en lui installant une boutique de sucre et de cacao, dans cette même ville. Coïncidence ? Parmi les voyageurs qui font route de concert, se trouve doña Ana Enriquez, Portugaise, mère d’Isabel Duarte, mère à son tour de Manuel Artúnez, c’est-à-dire un membre d’une autre grande famille de judaïsants248.

218De la même façon, Francisco López Díaz, El Chato, se rend à Zacatecas lorsqu’il arrive d’Espagne, et il est pris en charge par Simón Váez auquel il est recommandé, devenant ensuite un familier de la famille Enríquez.

I.3.5. L’ANTISEMITISME, CATALYSEUR SOCIAL

  • 249 AGN, Inquisición, vol. 356, f. 155.
  • 250 ”Acusación contra don Santiago de Vera”, op. cit., pp. 199 et 200 (voir note 17).
  • 251 Bibliothèque du Musée d’Anthropologie, bobines 3 et 4, documents microfilmés de l’Archivo del ayun (...)
  • 252 P.J. Bakewell, op. cit., p. 99.

219En 1626, trois dénonciations identiques sont enregistrées contre des descendants de judaïsants ; les 3 ont pris leur source dans le milieu conflictuel des officiers du cabildo : Diego Machón de Urrutia, dépositaire général, traite Diego de León, riche mineur, de chien de juif, dont le grand-père a été baptisé debout249. L’accusation est reprise et amplifiée devant le commissaire du Saint-Office par Juan Moreno de Villegas, autre mineur qui ajoute que León est riche, père de l’actuel alguacil mayor, et qu’il porte des vêtements de soie brodés d’or malgré les interdictions qui pesaient sur les descendants de nouveaux chrétiens punis par l’Inquisition. Or, il s’agit très vraisemblablement de ce Diego de León, parent et homme de paille du redoutable Santiago de Vera, président de l’Audience royale et gouverneur de Nouvelle-Galice de 1593 à 1605, que nous avons déjà rencontré auparavant. Ce haut personnage, pratiquant systématiquement une politique de népotisme éhonté, nomma Diego de León, oncle de ses enfants, d’abord alcalde mayor de Sombrerete, puis des mines de Fresnillo250. Le bénéficiaire, après avoir été jusque-là l’“homme le plus pauvre du Mexique”, se retrouva à la tête d’une fortune de 80 000 pesos d’or commun. Nous le voyons ensuite occuper le poste d’alcalde ordinaire de Zacatecas en 1615251, puis acheter l’année suivante, pour la somme de 32 000 pesos, la charge d’alguacil mayor pour son fils Antonio de León Covarrubias, ce qui correspond au contenu de l’accusation portée devant l’Inquisition. En 1634, Antonio passe la main à son frère Francisco de León Covarrubias, et cette constance dans la fortune et l’occupation des postes officiels qui en découle, assez exceptionnelle, comme le note Bakewell252 chez des mineurs soumis a une fortune capricieuse, témoigne de la puissance de la famille León qui, sans nul doute, a pu et dû exciter l’envie de rivaux moins chanceux. L’accusation est-elle fondée ? Nous l’ignorons, les documents d’Inquisition ne nous livrant rien de plus au sujet du personnage en question. Toutefois, si elle a quelque fondement, elle traduit bien la facilité avec laquelle un réprouvé pouvait changer ses destinés dans ce Nord minier, ouvert à toutes les aventures. Le même dénonciateur, Juan Moreno de Villegas s’en prend à une Isabel Rodríguez qui, quoique descendante de nouveaux chrétiens punis par le Saint-Office, porte des vêtements somptueux.

  • 253 AGN, Inquisición, vol. 309, exp. 4 ; vol. 356, exp. 154.

220Enfin, la dernière de ces 3 accusations est présentée par la veuve de Pedro Venegas qui fut regidor de Zacatecas, contre Cristóbal Herrera, qui possède de nombreux biens, des vergers, des esclaves, et s’habille très richement. Si le doute est permis en ce qui concerne Diego de León, Herrera apparaît effectivement comme judaïsant ; en 1614253 déjà, il avait demandé pourquoi, si Jésus était le Sauveur annoncé par les prophètes, était-il né dans un lieu indigne, pourquoi avait-il dû fuir en Egypte, et pourquoi s’était-il laissé crucifier ?

221Pendant les années 1620-1630, en dépit des máxima atteints par la production d’argent (il faudra attendre la fin du siècle pour retrouver une prospérité semblable), s’amorce la grande dépression qui va s’accentuer dans les décennies suivantes, jusqu’à la reprise spectaculaire. Cette époque semble avoir été fertile en calamités naturelles et en difficultés de toutes sortes.

  • 254 E. Amador, op. cit., p. 345.
  • 255 E. Amador, op. cit., pp. 352 et 353.
  • 256 E. Amador, op. cit., p. 346.
  • 257 E. Amador, op. cit., pp. 357 et 358.
  • 258 Ribera Bernárdez, Compendio de las cosas más notables contenidas en los libros del cabildo de esta (...)
  • 259 E. Amador, op. cit., p. 358.

222En 1619-1620, les prix flambent, le filon de Veta Grande est inondé, des épidémies déciment les travailleurs noirs, mulâtres et indiens, et une tendance à l’émigration vers les mines de Ramos se dessine254. L’année 1622 voit de violents tremblements de terre (exceptionnels dans cette région) et quelques mois plus tard, une pluie de cendres s’abat sur la cité ; puis, en juillet, c’est la grêle et les inondations255. Entre 1620 et 1623, nous l’avons vu, les Indiens des quartiers de Tonalán et de Tlacuitalpan et les travailleurs des mines s’affrontent en véritables batailles rangées, armés de pierres et de couteaux256. C’est en 1623 que les mines de Parral sont découvertes, attirant immédiatement de forts contingents de population de Zacatecas ; la sécheresse règne, les grains manquent, les épidémies sévissent257. En 1629 à nouveau, sécheresse et épidémies ravagent la région à tel point258 qu’il faut prendre des mesures en 1630 pour retenir la main-d’œuvre qui fuit la cité259. Tous ces événements funestes ont certainement ébranlé les sensibilités, aiguisé les inquiétudes, aigri les ressentiments, surtout dans les groupes dont la situation socio-économique n’était pas très solidement établie.

223Ces 3 accusations nous semblent intéressantes par leur rancœur sociale qui emprunte les canaux classiques et institutionnalisés de la haine du nouveau chrétien. Cette frustration, exprimée à Zacatecas dans une période d’instabilité est le fait d’un secteur social déterminé : celui d’officiers du cabildo, les Vanegas, Tostado, Machón de Urrutia, d’un mineur, Villegas. Ces fonctionnaires, choisis parmi les notables de la ville, n’appartiennent pas aux très puissantes et stables familles qui dominent depuis longtemps la vie publique, les Zaldívar, les Zabala, les Bañuelos, les Tolosa Cortés Moctezuma, par exemple. Ce secteur moyen de la fraction dominante, certainement affecté par la variation économique, manifeste son désarroi à travers l’antisémitisme sous sa forme hispanique, le sentiment anti-judéo-chrétien.

I.3.6. CONCLUSION

224En définitive, il est clair que Zacatecas et sa zone suivent étroitement le destin de la Nouvelle-Espagne dans son ensemble. L’activité délictueuse y est en effet en relation avec la fluctuation économique locale, et le mouvement des délits dans toute la vice-royauté. Toutefois, les conditions spécifiques que sont l’éloignement géographique, l’affaiblissement des autorités et la constitution de groupes sociaux aux modalités archaïques, apparaissent avec netteté dès que l’on se penche sur les documents particuliers.

225Tous ces individus qui illustrent la faillite des autorités marquent des degrés dans la transgression et nous permettent de comprendre comment la cité et sa région ont fonctionné en tant que zone frontière et donc de refuge. Il y a tout un peuple d’originaux divers, d’aventuriers plus ou moins charlatans, de mécréants bénins, délinquants de petite envergure, ignorants et de statut social modeste pour la plupart. Apparaissent ensuite des individus dont les transgressions ont un caractère plus radical dans la mesure où elles remettent en cause les normes religieuses, leur désobéissant, distorsion nant leur fonction, ou même les niant purement et simplement : tels ces notables arrogants et rebelles, ces curés aux conduites scandaleuses. Toutefois, ces individus, tout en manifestant leur mépris pour l’idéologie en vigueur, ne vont pas jusqu’à la repousser clairement ; tout au plus, ils expriment les distances qu’ils prennent à son égard dans des explosions de colère, d’insolence dont on sent bien qu’elles sont sans lendemain. Ces 2 groupes d’individus ont des points communs : ils cherchent à Zacatecas ce qu’ont cherché jusqu’à des dates récentes tous les marginaux qu’attiraient, comme une lampe attire les papillons, ces hauts lieux de l’aventure que sont les mines d’or et d’argent, la fortune, le hasard, et peut-être plus encore la liberté de la jungle où la force fait loi. Tous, maîtres d’hacienda tyranniques ou maniaques, puissants imbus d’eux-mêmes, ouvriers solitaires de la mine, trouvent là un climat propice à des intérêts, des rêves, des appétits qu’une société plus stable et plus structurée réprime et limite nécessairement.

226A côté de ces délits de violence individualiste qui restent malgré tout mineurs, nous trouvons avec un Chavarría et surtout le groupe des judéo-chrétiens des transgressions conscientes, cohérentes et délibérées, des normes religieuses. La présence nombreuse de ce dernier groupe de “grands délinquants” indique clairement que Zacatecas fonctionnait efficacement comme zone de refuge.

227En somme, les documents inquisitoriaux nous confirment, avec une richesse factuelle exceptionnelle, ce que nous savions sans doute, mais en partie seulement : la cité minière du nord est fortement rattachée à l’ensemble de la vice-royauté, tant par son activité économique essentielle que par son tableau des délits, mais elle possède la forte personnalité d’une zone frontière, donc de refuge.

228L’institution inquisitoriale joue une fois encore le rôle d’un miroir qui reflète une société sans cohésion, faiblement contrôlée, composée d’individus animés de mobiles strictement personnels et qui adoptent des comportements déviants, allant de simples manquements au rejet et à la dérision des normes morales et religieuses. Cette société typiquement minière, et qui plus est, de frontière, est bien différente des pesantes communautés rurales, à la fois cimentées et divisées par tout un réseau ancien d’intérêts et de tensions, et où les dénonciations multiples et lentement distillées désignent certains délits et des boucs émissaires. Rien n’émerge de la remuante Zacatecas, si ce n’est l’éclat multiple et original des fantaisies individuelles, des rébellions et des colères particulières, les vrais enjeux se manifestant ailleurs et autrement, sans doute, selon les lois de la jungle.

Notes

1 François Chevalier, La formation des grands domaines au Mexique. Terre et société aux xvie et xviie siècles, passim.
Philip W. Powell, Soldiers, Indians and Silver. The Northward Advance of New Spain, 1550-1600, passim.

2 AGN, Tierras, vol. 674, ff. 47 verso et 48.

3 François Chevalier, “Signification sociale de la fondation de Puebla de los Angeles”, Revista de historia de América, 23 juin 1947, pp. 105-130.

4 Powell, op. cit., p. 143.

5 AGN, Mercedes, vol. 10, 1574, ff. 16, 16 verso, 17, 41 verso, 44 et 56 verso.

6 En 1536 et 1537, le vice-roi Mendoza fixa définitivement les dimensions d’une caballería, désormais de 42,8 hectares.
Voir Actas de cabildo... de la ciudad de México, tome IV, pp. 69 et 72 ; cité par Chevalier, F. dans “Signification sociale de la fondation...”, op. cit., p. 117, note 26.

7 Francisco del Paso y Troncoso, Epistolario de Nueva España, vol. II, p. 135, Licencia del virrey de Nueva España, don Martín Enriquez, para fundar en la villa de Celaya un monasterio de religiosos de la Orden de San Francisco, México 18 de noviembre de 1573.

8 Powell, op. cit., p. 197.

9 Powell, op. cit., pp. 152 et 153.
AGN, General de parte, vol. 2, f. 297.

10 François Chevalier, op. cit., p. 76.
Voir aussi les Relaciones geográficas de la diócesis de Michoacàn, 1579-1580, vol. 2, p. 50.

11 AGN, Tierras, vol. 674, ff. 45 et 46, Liste des fondateurs.
15 juin 1580, 60 vecinos, selon les Relaciones geográficas de la diócesis de Michoacán, vol. 2, p. 50 ; en 1582, 60 vecinos selon Vargas, dans “Descripción de Querétaro”, in Colección de documentos para la historia de San Luis Potosí, vol. I, pp. 28 et 29.

12 Antonio Vázquez de Espinosa, Descripción de la Nueva España en el siglo xvii, p. 144.

13 On considère ici que la famille de chaque vecino est constituée de 6 individus, en accord avec Borah Woodrow, New Spain’s Century of Depression, p. 6.

14 F. Chevalier, La formation des grands domaines... op. cit., p. 136. 11 y a quatre obrajes à Celaya.

15 AGN, Tierras, vol. 674, f. 444.

16 F. Chevalier, op. cit., pp. 184-230.

17 AGN, Inquisición, vol. 278, ff. 155-314 ; vol. 308, ff. 319-487. Signalons que la pagination de ces deux volumes est tout à fait incohérente, en particulier celle du volume 278, plusieurs systèmes de numérotation se chevauchant constamment.

18 AGN, Inquisición, vol. 11, exp. 3, Proceso contra Pedro Muñoz, por palabras malsonantes, Irapuato, 1569.

19 AGN, Inquisición, vol. 70, exp. 12, Proceso contra Diego Hernández, por simple fornicación, Querétaro, 1575 ; vol. 79, exp. 8, Fr. Pedro de Liñán se queja de insultos que le infirió Francisco de Aguilar, Celaya ; vol. 84, exp. 13, Denuncia por un pleito entre dos frailes de Querétaro, 1578 ; vol. 125, exp. 12, Denuncia contra Alvaro de Abreo por blasfemias y no oír misa, San Miguel, 1580.

20 Nous l’avons précédemment signalé, dans le chapitre II de la première partie de ce travail.

21 C’est en effet le moment où les accusations pour délits de sorcellerie et de magie sont les plus nombreuses.
Voir Alberro, La actividad del Santo Oficio en Nueva España, 1571-1700, pp. 49 et 50.
Voir également, dans le corps du présent travail, première partie, chapitre II.

22 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 165, Carta de Fr. Diego Muñoz al Santo Oficio de México, 26 octobre 1614.

23 Hernán Pérez de Bocanegra. En 1523, le général Hernán Pérez de Bocanegra conquit les provinces de Jalisco et de Suchipila, aux côtés du président de l’Audience de México, Nuño de Guzmán (Vázquez de Espinosa, op. cit., p. 174). Nous le retrouvons en 1534 sur la liste des fondateurs de la ville de Grenade, au Michoacán (del Paso y Troncoso, op. cit., vol. III, p. 158) et il apparaît comme le défenseur de la frontière contre les Chichimèques ; il est membre de l’ayuntamiento de México en 1543 (del Paso y Troncoso, op. cit., vol. IV, pp. 52 et 53), après avoir été capitán general de la Nouvelle-Espagne pendant la guerre de Mixtón. En 1560, il possède les encomiendas d’Acámbaro et Apaseo (del Paso y Troncoso, op. cit., vol. IX, p. 3) et développe d’importantes haciendas agricoles dans la région même (Chevalier, op. cit., p. 76). On trouve parmi les grâces concédées en 1588 à Celaya et en 1593 à Apaseo – voir l’appendice I (Grâces de terres) le nom de Luis Ponce de León, fils de Hernán Pérez de Bocanegra. L’empire de cette famille est consacré par une grâce royale du 27 mai 1610, qui concède à don Hernán Pérez de Bocanegra, déjà chevalier de l’ordre de Saint-Jacques et adelantado perpétuel de la Nouvelle-Galice, le titre de marquis de Villa Mayor (Vazquez de Espinosa, op. cit., p. 174). En 1618, Hernán Pérez de Bocanegra achète les deux tiers de l’encomienda d’Ecatepec pour la somme de 9 600 pesos (Charles Gibson, Los aztecas bajo el dominio español, 1519-1810, p. 427).

24 Il s’agit sans doute d’un parent d’Azevedo, mineur à San Luis Potosí et associé d’Arizmendi Gogorrón, voir F. Chevalier, op. cit., p. 230.

25 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 288, Testimonio de don Diego de Azevedo, 13 novembre 1614.

26 F. Chevalier, op. cit., p. 297.

27 AGN, Tierras, vol. 674, f. 444, 21 novembre 1608.

28 Voir appendice I, Grâces de terres.

29 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 110 ; c’est ici l’opinion du commissaire inquisitorial, Fr. Diego Muñoz dans Testimonios de Raphael Hernández, 17 octobre 1614.

30 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 223, Relación al Santo Oficio de esta Nueva España, de Fr. Diego Muñoz.

31 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 240, Testimonio de Ysabel de Aguilar, 21 octobre 1614.

32 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 160, Testimonio de Raphael Hernández, 17 octobre 1614.

33 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 161, Testimonio de Raphael Hernández, 17 octobre 1614.

34 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 323 verso, Testimonio de Leonor López, 3 novembre 1614.

35 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 160, Testimonio de Raphael Hernández, 17 octobre 1614.

36 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 270, Testimonio de Ysabel Gutiérrez, 23 octobre 1614.

37 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 163, Testimonio de María de Torres, 24 octobre 1614.

38 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 130, Testimonio de Juan de Vargas Patiño, 27 octobre 1614.

39 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 483, Testimonio de Agustina Franco, 28 octobre 1614.

40 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 280, Testimonio de Marcos Ramírez, 25 octobre 1614.

41 AGN, Inquisición, vol. 343, f. 105, Testimonio de Ana Macías, 13 janvier 1622.

42 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 158, Testimonio de Pedro Hernández de Uribe, 17 octobre 1614.

43 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 201, Carta de Fr. Diego Muñoz al Santo Oficio.

44 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 206, Carta de Fr. Diego Muñoz al Santo Oficio.

45 Julio Caro Baroja, Las brujas y su mundo, passim.

46 Gonzalo Aguirre Beltrán, Medicina y magia, el proceso de aculturación en la estructura colonial, passim.

47 Voir Africa, Journal of the International African Institute, vol. VIII, No. 4, “Witchcraft, Oracles, and Magics among the Azande”, p. 21.

48 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 151, selon le témoignage de María Ramos qui raconte que sept ans plus tôt, son mari souffrant de la tête, il s’adressa à Francisco Puntilla qui prit “deux petits pots contenant des onguents ; avec ceux d’un des pots, il enduisit la tête du malade et une fois qu’il l’eut fait, il se frotta les mains et en fit tomber des petites coquilles comme de clovisses ; puis, il l’enduisit de l’onguent de l’autre pot, se frottant les mains et se les secouant à nouveau : elle vit que des vers blancs — qu’on appelle gallinas ciegas — en tombaient et il disait qu’il les sortait de la tête, que cela montrait que la maladie s’en allait ; lorsqu’il faisait la guérison, il parlait un langage qu’on ne comprenait point ; puis il mit à ses pieds séparés des bâtonnets enfilés à des cordons, à droite et à gauche, l’un en face de l’autre, et recommençant à parler le langage qu’elle n’entendait pas, elle le vit changer les bâtonnets d’un côté à l’autre, et il disait qu’il leur demandait si le malade allait guérir. Il demanda ensuite une poule noire de Castille, et la saisissant à deux mains, il posait son bec sur les oreilles et sur la tête du malade, tout en parlant son langage incompréhensible ; puis il se couvrit de sa capote, sortit un sac de cuir, et se tenant au sol, il parlait avec lui de sorte qu’on ne pouvait point comprendre, et de l’intérieur de ce sac, un piaillement comme de poussin lui répondit, que ce témoin entendit”, 27 octobre 1614.

49 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 144 verso, Ana Macias, veuve de Jerónimo de Vargas déclare “ q u ’ i l peut y avoir à peu près vingt ans qu’étant en conversation avec ladite Ysabel Duarte de la Cruz, [ladite] Ysabel Duarte lui dit qu’elle lui donnerait un remède pour ne plus enfanter et que [ladite] Ysabel Duarte donna à celle-ci le remède suivant : lorsqu’elle aurait ses menstrues, elle devrait uriner sur une fourmilière, boire de l’eau qu’elle aurait mise au serein et dans laquelle elle jetterait les petites pierres de la fourmilière ; cette déposante fit la chose trois fois, et la troisième fois qu’elle but ladite eau, elle se sentit fort mal, fut au bord de la mort et reçut les sacrements ; l’affaire fut très publique dans cette ville, et lorsque l’évêque de cet évêché y vint, on dénonça ladite Ysabel Duarte, et ledit évêque la tint prisonnière et la punit”, sans date.
La mulâtresse Leonor Rosales déclare aussi qu’“elle se souvient qu’il y a plusieurs années, elle a entendu dire qu’on avait amené Ysabel Duarte de la Cruz, veuve, qui avait été femme de Diego de Junco, devant un visiteur qui vint à cette ville de la part de monsieur l’évêque ; cette déposante s’en fut au couvent de San Francisco et elle vit que ledit visiteur l’avait punie et réprimandée parce qu’on disait que ladite Ysabel Duarte avait donné les herbes qu’on appelle les amours sèches et l’herbe de l’hirondelle pour qu’une femme nommée Ana Macias n’ait plus d’enfants, laquelle se trouva à la dernière extrémité et très près de mourir à cause des breuvages faits avec lesdites herbes ; et ledit visiteur dit à ladite Ysabel Duarte que si elle commettait à nouveau une chose semblable à celle qu’elle avait commise, il lui mettrait le capuchon infâmant et il la sortirait publiquement à la porte de l’église”, AGN, Inquisición, vol. 278, f. 101, sans date.

50 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 453, Testimonio de Maria Diaz, 20 octobre 1614.

51 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 270, Testimonio de Ysabel Gutiérrez, 23 octobre 1614.

52 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 193, Philippa de Santiago, noire, esclave de l’alférez Bernabé Hernández, confesse que la négresse Catalina avait demandé à La Junca de quoi amadouer sa maîtresse et que celle-ci “prit un oeuf cru, l’ouvrit et mit dedans des petites boules de coton ; elle l’approcha de sa bouche, parlant si bas qu’on ne pouvait l’entendre, et elle le donna à ladite Catalina en lui disant : prends-le, enterre-le, et tu verras comment les choses iront pour toi avec ta maîtresse ; et ce témoin demanda à ladite Ysabel Duarte : Madame, que faites-vous là? Ce à quoi elle répondit : Ah, si tu savais, tu prendrais peur”, 27 octobre 1614.

53 Julio Саго Baroja, Vidas mágicas e Inquisición, vol. I, chapitre II, p. 49.

54 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 197, Testimonio de Leonor de Hinojosa, “il y a à peu près trois mois que, donnant le fouet à une sienne négresse nommée Agustina, elle lui trouva une racine appelée puyomate, quelque peu usée, et l’autre lui dit qu’Ysabel Duarte la lui avait donnée pour amadouer cette déposante, en la mettant dans son chocolat”, 22 octobre 1614.

55 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 100, “il y a comme un mois que son beau-frère, Agustín Muñiz lui a raconté qu’ayant fait un pari avec Juan de Cuenca, habitant de cette ville, il s’était rendu de nuit au cimetière de San Francisco, et avait pris de la terre la plus voisine d’un corps qui y était enterré, en compagnie d’Ysabel de Retamosa, tante du nommé Cuenca ; qu’elle avait emporté la terre, la lui avait donnée, et qu’il l’avait envoyée à une femme qu’il aimait bien afin qu’elle la mît au chevet de sa mère, de sorte que celle-ci ne la surprît pas lorsqu’ils voudraient se voir”, Testimonio de Francisca Gutiérrez, 22 octobre 1614.

56 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 361, Testimonio de Ysabel Maria, 25 octobre 1614.

57 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 135, Diego Burgueño, jeune marchand originaire de Pátzcuaro s’exprime dans son témoignage en ces termes : “ i l y a deux ans que, dans cette ville, un vacher métis de Bernabé Hernández, nommé Antonio, et dont il ignore le nom de famille, s’en vint à l’échoppe de ce déposant pour lui acheter un sou de fil ; et il vit que ce dernier portait dans un cordon de la ceinture de son sayon, un méchant petit paquet, comme en toile d’araignée ; et lui ayant demandé à quoi cela servait, l’autre répondit qu’en portant cela et en le touchant d’un tesson de porcelaine de la Chine qu’on jetait ensuite sur la femme qu’on convoitait, on obtenait ses faveurs ; et pour cela, il lui demandait un sou de sayon, lui en laissant pour rien un petit morceau dans la boutique ; et ce déposant le jeta aussitôt, ne voulant pas l’accepter, parce qu’il n’en concevait rien de bon”, 29 octobre 1614. Notons-le, les témoins prétendent toujours, pour des raisons évidentes, ne pas avoir accordé d’attention aux procédés magiques qu’on leur offrait ; il convient donc, de la même façon, de ne pas accorder d’attention à ces dénégations...

58 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 460, Catalina Rodríguez, de fâcheuse réputation, raconte dans son témoignage “qu’il y a dix ans que, se trouvant avec sa commère Clara de Manduxana, espagnole, femme de Diego Hortiz, celle-ci souffrait de jalousie à l’endroit d’un homme avec qui elle avait un commerce ; et pour savoir s’il en voyait une autre, elles s’en furent, sur le conseil d’une Indienne tarasque, Geronima (qui est à Corralejo) chez un Indien nommé Francisco — aujourd’hui défunt, et qui avait la réputation d’être sorcier. Une fois arrivées, l’Indienne Geronima dit à ce dernier le motif de leur visite, c’est-à-dire, savoir si l’ami de la Clara de Manduxana en voyait une autre ; l’Indien prit une jatte d’eau et se tenant au sol, il y jeta deux petites boules de coton, l’une grise et l’autre blanche, un petit morceau de copal blanc, la blanche au nom de Clara, la grise à celui de son ami, et le copal au nom de la femme qu’on soupçonnait ; l’Indien prononça quelques mots qu’on n’entendit point ; les yeux fixés sur la jatte, il fit deux fois le signe de la croix au-dessus, puis les petites boules de coton s’unirent toutes seules quand elles se trouvaient auparavant séparées, comme d’un empan ; l’Indien les agita d’une paille, elles ne se séparèrent jamais et il déclara que cela signifiait que l’homme qui était avec elle l’aimait fort, qu’il ne la laisserait point, et qu’il n’était pas vrai qu’il allait avec une autre ; [le témoin] s’accuse d’avoir assisté à cela, qui lui sembla une imposture à laquelle elle ne crut point”, 24 novembre 1614.

59 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 197, Leonor de Hinojosa déclare dans son témoignage “ q u ’ i l y a deux ans et deux mois que se trouvant fâchée avec son mari qui la traitait mal, sa tante Ysabel Duarte la vit en pleurs chez elle un matin ; elle lui en demanda la cause, celle-ci la lui dit, et l’autre lui offrit un remède pour vivre en paix avec son mari ; elle accepta l’offre à cause de l’affliction et des mauvais traitements, et Ysabel Duarte lui recommanda de l’attendre seule l’après-midi, où elle reviendrait ; lorsque l’heure fut venue, elles s’enfermèrent toutes seules dans une pièce, ladite Ysabel Duarte prit une grande jatte peinte du Michoacán, la remplit d’eau, la posa sur le sol, puis jeta un peu de copal sur des braises en répandant une fois les vapeurs autour de la jatte ; après cela, elle enveloppa trois grains de mais dans un peu de coton, chacun d’eux étant différent, elle les jeta en triangle dans la jatte, donnant à l’un le nom de cette déposante, à l’autre celui de son mari, au troisième celui de la femme avec qui il sortait, si d’aventure il était épris, ou de celle qui était la cause de la discorde ; lorsqu’ils se furent déposés en triangle dans la jatte, elle fit au-dessus le signe de croix, disant Jésus quatre ou cinq fois, et jusqu’alors, comme on avait fait le signe de croix et prononcé le nom de Jésus, [la déposante] n’y vit rien de mal. Après quoi [la Duarte] s’inclina sur la jatte et la bouche tout près de l’eau, elle répéta certains mots que cette déposante n’entendit ni ne distingua, et après la première fois, l’autre lui dit : c’est par amour de toi que je fais cela, et elle parla alors à trois diables ; épouvantée, celle-ci la supplia fort de laisser tout cela et de ne pas poursuivre, l’autre lui répondit qu’elle ne pouvait plus, qu’elle s’y était déjà engagée. Et alors que l’autre prononçait à nouveau les paroles que le témoin ne distingua pas davantage et dont elle ne sait si ce furent les premières, celle-ci vit que les trois grains de mais s’agitèrent tout seuls, tournant vivement dans la jatte, et les deux grains qui portaient son nom et celui de son mari s’arrêtèrent à leur place, de même que le troisième, comme ils avaient été avant de se mouvoir ; et une fois arrêtés, les deux grains portant son nom et celui de son mari se rapprochèrent, le sien venant auprès de l’autre, et tous deux, côte à côte, recommencèrent à tourner trois ou quatre fois autour de la jatte, le troisième grain derrière eux, très écarté ; et ladite Ysabel Duarte, lui dit lorsqu’elle eut jeté les sorts, que son mari était épris, ce qu’elle ne crut point, étant assurée du contraire ; elle la persuada de ne pas répandre l’eau de la jatte par derrière, la répandit par devant, la gourmanda pour cela, lui disant que ce qu’elle avait fait n’importait point ; et la déposante a bien remarqué que lorsque Ysabel Duarte entra dans la pièce pour jeter les sorts, elle avait une bonne mine allègre et après les avoir jetés, elle s’était fort altérée et était si laide qu’elle faisait peur ; et la déposante en ressentit une grande, après que l’autre lui eût dit qu’elle parlait avec trois diables, et elle conçut une mauvaise opinion d’avoir vu les grains de mais branler tout seuls ; et pour avoir accepté l’offre d’Ysabel Duarte, y avoir consenti et avoir assisté à tout, elle s’accuse et demande miséricorde”, 22 octobre 1614.

60 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 137, Testimonio de Ana Benitez, 25 octobre 1614.

61 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 280, Testimonio de Marcos Ramírez, 25 octobre 1614.

62 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 275, Testimonio de Catalina Martínez, 25 octobre 1614.

63 AGN, Inquisición, vol. 278, ff. 415, 417 et 419, Testimonio de Martín Alonso, 29 octobre 1614.

64 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 368, le frère de la victime, Vasco Sánchez Vadillo, raconte dans son témoignage qu’“il y a quatre ou cinq ans que sa soeur, Ynés Sánchez Vadillo, fillette de quatorze ans, se plaignit à ses parents, Juan Sánchez Vadillo et Francisca de Zamora que, se trouvant un jour dans le vestibule de son logis, la négresse libre Mari Vázquez l’appela et lui demanda de lui montrer sa main avec ces mots : voyons, fillette, ta bonne fortune ; et lorsqu’elle la lui eut donnée, l’autre la serra, lui enfonça un ongle dans la paume, qu’elle laissa marquée ; elle commença alors à se plaindre que depuis, elle avait tout le bras endormi ; une semaine après la chose, elle resta deux jours au lit, perdit la parole le deuxième jour, et mourut, selon ce qu’on présuma et raconta, à cause d’un maléfice ; et bien qu’on disait qu’elle mangeait de la terre, cela ne l’empêchait guère de se tenir debout, de s’occuper à coudre ou à ce que ses parents lui demandaient ; juste après sa mort, ce témoin a vu dans la paume de sa main la marque de l’ongle, noircie, et ladite Mari Vázquez est tenue communément pour une sorcière”, 4 novembre 1614.

65 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 103 verso, Testimonio de Gerónimo Rodríguez, sans date.

66 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 282, Germana de Rentería raconte que “ l a femme de Sebastián Rodríguez, Ana ou Catalina Gonzalez (elle ne connaît pas bien son nom) raconte que Leonor de Villarreal, métisse, était allée dormir un soir chez elle ; après s’être enduite de certains onguents et s’être convertie en perroquet, elle était sortie en volant, et celle-ci l’avait vue au matin toute meurtrie”, 29 octobre 1614.

67 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 455, Ysabel de Aguilar prétend “qu’il y a comme trois mois que Magdalena de Rosas, habitant cette ville, femme de Cristóbal Benitez, lui avait raconté, alors qu’elles se trouvaient toutes deux seules chez elle, qu’elle avait vu Ysabel, la fille de Juana Rodríguez, portant une tête de mort ; après certaines incantations et avoir ôté sa chemise, elle l’avait vue voler et revenir aussi, lui disant qu’elle s’était fort divertie de voir cela, gardant son pied sur sa nuque”, 21 octobre 1614.

68 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 520, Francisca de Rayas y Arenas déclare qu’“il y a à peu près huit mois qu’Ysabel Duarte, La Junca, est venue voir cette déposante pour lui demander d’intervenir afin qu’on relâche un de ses petits-fils qu’on envoyait à la Chine ; elle dit qu’elle voulait le tuer avec du sublimé, qu’elle allait acheter avec un sou qu’elle montra ; ce témoin la gronda, elle envoya acheter ce sou de vin, le but, et une fois bu, raconta qu’elle avait emmené une femme, de nuit, à Querétaro, à huit lieues de là, et l’avait ramenée à cette ville ; qu’elle avait donné certaine herbe à une autre femme qui voulait se marier, alors que ses parents n’y consentaient point ; celle-ci en mit dans leurs vêtements, après quoi ils acceptèrent la chose”, 25 octobre 1614.

69 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 194, “Francisco García, habitant cette ville de Celaya et vivant près du village de San Juan, dans la juridiction de cette ville, dit que parlant et conversant avec le métis Francisco Rodríguez, fils du défunt Sebastián Rodríguez, Francisco Rodríguez raconta à ce déposant qu’il était allé vers l’intérieur, dans le Guadiana, au delà de Zacatecas, et qu’en compagnie d’un certain Yáñez et d’un Juan de Alvarado, métis, ils étaient entrés dans une grotte, où ils virent, assis sur une chaise dorée, le Diable, sous la forme d’un gros mulâtre noir ; un taureau noir apparut, pour être toréé par lesdits Rodríguez et Miguel Yáñez, et Alvarado, aujourd’hui défunt ; et après qu’ils l’eurent toréé, apparut une mule noire, sellée et harnachée de noir, et un bâton noir, pour bâtonner ladite mule ; ledit Francisco Rodríguez monta la mule qui faisait force cabrioles mais ne put le désarçonner ; et Juan de Alvarado dit alors à Francisco Rodríguez : prends garde, lorsque nous entrerons dans la grotte, ne regarde ni à droite ni à gauche, même si on t’appelle, et ne te retourne pas ; puis Francisco Rodríguez ayant mis pied à terre, il se plaça devant le Diable, l’appelant Monsieur, et le Diable dit à Francisco Rodríguez de demander ce qu’il voudrait ; Francisco Rodríguez demanda au Diable de quoi se faire aimer des femmes ; chacun resta neuf jours dans la grotte à apprendre, et à la fin, Francisco Rodríguez et Miguel Yáñez, naturel de la ville de San Miguel, sortirent, tandis que Juan de Alvarado y restait, et comme Francisco Rodríguez se trouvait dans la grotte, au bout des neuf jours, le Diable dit à Miguel Yáñez et à Francisco Rodríguez qu’ils devaient lui faire une écriture, Miguel Yáñez pour sept ans, Francisco Rodríguez pour deux, de leur propre sang, et Francisco Rodríguez la fit pour deux ans, et l’autre pour sept ; et pour faire les écritures, le Diable les saigna tous deux, leur prenant du sang des bras, dont il écrivit sur un papier ; et étant occupés à cela, apparut une personne sous la forme d’une femme, toute vêtue de noir, blanche de visage et portant toupet ; et eux, à sa vue, sortirent, et bien qu’on les appelât de part et d’autre, ils ne se retournaient pas, à cause de ce que Juan de Alvarado leur avait dit ; sur le chemin du retour, revenant de Guadiana, près de Zacatecas, Francisco Rodríguez et Miguel Yáñez rencontrèrent un homme d’aspect magnifique, montant un cheval noir qui, les voyant, leur adressa la parole, leur demandant où ils allaient ; ce à quoi ils répondirent que chez eux, car il y avait fort longtemps qu’ils en étaient partis ; l’homme leur dit alors de rester avec lui à son service pendant un an, car il les paierait bien, [ajoutant] qu’il avait des estancias de gros bétail, juments et vaches, et ils s’en furent avec lui, pensant qu’il disait vrai ; il les emmena dans des parages très rudes et couverts de rochers ; et Francisco Rodríguez dit à Miguel Yáñez, par Dieu, ce ne sont pas là des parages propres aux estancias, et à ces paroles et au nom de Dieu, ledit homme et son cheval disparurent, et ils s’en revinrent par le chemin qu’ils avaient pris”, Testimonio de Francisco Garcia, sans date.

70 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 177, Ana de Espinosa raconte qu’“il y a à peu près deux ans qu’un jour, alors qu’elle était en train de laver dans le ruisseau de cette ville, elle vit passer une fillette qui devait avoir cinq ans, fille d’Ynés Garcia, veuve de Simón Blanco, qui pleurait et portait une cruche ; elle lui demanda où elle allait et pourquoi elle pleurait, la fillette répondit qu’elle allait chercher du mais cuit (qu’on appelle nixtamal) et qu’elle pleurait parce que sa mère lui avait donné le fouet, pour ne pas avoir voulu s’enduire ; et comme elle lui demanda pourquoi il fallait qu’elle s’enduise, la fillette répondit que c’était pour voler”, 28 octobre 1614.

71 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 158, Testimonio de Pedro Hernández, 17 octobre 1614.

72 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 273, Testimonio de Maria Magdalena de Rocas, 22 octobre 1614.

73 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 462, Testimonio de Mari Gutiérrez, 23 novembre 1614.

74 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 193 verso, Leonor de Villarreal rapporte “qu’elle a entendu dire à Catalina González, veuve de Pablos Pérez, que sa belle-fille Catalina Rodríguez avait la réputation d’être sorcière ; et cette déposante a aussi entendu dire à ladite Catalina González qu’on racontait que sa belle-fille, la femme de Francisco Pérez, avait été vue par Juan Freile en train de baiser un bouc au derrière ; et ladite Catalina González a raconté à cette déposante qu’elle avait entendu dire qu’Alonso de Silva possédait des tenailles qu’il avait enlevées une nuit à La Junca, nommée Ysabel Duarte, et dont elle arrachait les dents d’un défunt”, sans date.
De son côté, Mari Vázquez relate, vol. 278, f. 193, “qu’elle avait entendu dire à Catalina, femme de Francisco Pérez, fils de Pablos Pérez, qu’il y avait dans cette ville des femmes qui sortaient dans les alentours pour baiser un bouc au derrière ; cette déposante a aussi entendu dire à une femme aujourd’hui défunte, appelée La Pastelera, que la femme de Francisco Pérez, fils de Pablos Pérez, était l’une de celles qui sortaient pour baiser le bouc ; et elle a entendu dire à une Indienne nommée Ynés, qui vit dans le petit village attenant à cette ville, qu’un Indien appelé le Plumitif avait coupé la main d’un défunt que la Hermandad avait fait exécuter dans cette ville ; cette déposante a aussi entendu dire à Catalina Gonzalez, veuve, qu’Alonso de Silva, habitant cette ville et alors alguacil, possédait des tenailles qu’il avait enlevées à une femme qui était en train d’arracher les dents d’un défunt”, sans date.

75 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 146, Testimonio de Felipe Hernández, 19 octobre 1614.

76 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 144, Juana Cortés raconte “qu’il y a à peu près trois ans, et plutôt davantage, que deux femmes, Leonor de Villarreal, métisse et fille, et Catalina Rodríguez, femme de Francisco Pérez (qu’on appelle du sobriquet Judas) étant en train de se quereller dans cette ville, dans la rue près du logis de ce témoin ; celle-ci sortit au vacarme qu’elles faisaient, et elle vit et entendit qu’elles s’insultaient, et la Villarreal dit à l’autre que, pour ne pas avoir voulu aller avec elle une nuit baiser le derrière du bouc, elle l’avait jetée hors de chez elle et rossée”, 22 octobre 1614.

77 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 323, Testimonio de Leonor López, 3 novembre 1614.

78 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 158, Pedro Hernández de Oribe, de la puissante famille Hernández, présente ainsi les faits auxquels il a assisté : “ I l y a près de trois mois que je suis allé dans un hameau d’Indiens qui se trouve dans les faubourgs de cette ville, afin d’y acheter des volailles ; et m’approchant de la maison d’un Indien j’entendis qu’on parlait à l’intérieur en espagnol et je prêtai l’oreille à l’entretien, qui me parut se tenir entre des femmes, dont l’une disait à l’autre : il suffit, car nous voilà assignées devant Pedro Núñez, familier du Saint-Office, qui m’a fait appeler ; l’autre dit alors qu’on l’avait aussi appelée pour l’interroger ; et ces dames, non contentes de cela, disaient qu’elles volaient. Et comme ce témoin eut le sentiment qu’il s’agissait de gens du commun, il entra où elles se tenaient et leur dit tous mes souhaits, mes dames volantes, ce à quoi elles répondirent fort troublées, lui reprochant le nom qu’il leur donnait et dont il leur dit qu’il les saluait de celui-là même qu’il leur avait entendu ; il s’agissait de Leonor de Villarreal, métisse et fille, d’Ysabel Rodríguez (dont le vrai nom n’est point celui-ci), également métisse, femme de Marcos Ramírez, et là-dessus il s’en alla”, 17 octobre 1614.

79 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 139, selon Mariana de Vargas, “ i l y a à peu près trois mois, Ysabel Duarte de la Cruz, veuve de Diego de Junco, est venue chez elle lui raconter à elle-même et à sa mère, Ana Macias, qu’elle était chagrine car Fabián de Oviedo l’avait mise dans une affaire où elle n’était pas fautive...”, 16 novembre 1614.

80 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 181, Testimonio de María Jiménez, 28 octobre 1614.

81 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 213, Testimonio de Maria Victoria, 21 octobre 1614.

82 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 469, Testimonio de Marcos de Lara, 8 novembre 1614.

83 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 100, Francisca Gutiérrez se souvient “qu’il y a plus ou moins sept ans que ladite María Magdalena, sa mère, lui révéla que Sebastián de Tamayo, de l’ordre de San Francisco, lui avait conseillé de gourmander Ysabel Duarte parce qu’elle s’employait à donner aux Indiennes l’herbe de la doradille afin que leurs maris ne les maltraitassent point”, 22 octobre 1614.

84 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 193, Philippa de Santiago, noire, esclave de l’alférez Bernabé Hernández, confesse que la négresse Catalina avait demandé à La Junca de quoi amadouer sa maîtresse et que celle-ci “prit un oeuf cru, l’ouvrit et mit dedans des petites boules de coton ; elle l’approcha de sa bouche, parlant si bas qu’on ne pouvait l’entendre, et elle le donna à ladite Catalina en lui disant : prends-le, enterre-le, et tu verras comment les choses iront pour toi avec ta maîtresse ; et ce témoin demanda à ladite Ysabel Duarte : Madame, que faites-vous là? Ce à quoi elle répondit : Ah, si tu savais, tu prendrais peur”, 27 octobre 1614.

85 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 129, Agustín Muñiz relate “ q u ’ i l y a à peu près vingt jours qu’Ana de Silva, tante de sa femme, Marta de Hortega, lui a raconté que Mari Vázquez, la négresse, avait déclaré que, si on l’accusait devant l’Inquisition, elle paierait son péché, et chacune le sien”, 25 octobre 1614.
Fr. Diego Muñoz écrit de son côté à ses supérieurs qu’“hormis ce que l’on prouve, la rumeur publique dans cette ville la tient très communément pour sorcière, qui en connaît d’autres. Et après avoir eu connaissance de l’édit général de la foi, elle n’a rien déclaré de substantiel et on l’a entendue menacer que si on l’amenait au Saint-Office, elle entraînerait d’autres femmes avec elle”, voir vol. 278, f. 156, sans date.

86 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 144, Juana Cortés raconte “qu’il y a à peu près trois ans, et plutôt davantage, que deux femmes, Leonor de Villarreal, métisse et fille, et Catalina Rodríguez, femme de Francisco Pérez (qu’on appelle du sobriquet Judas) étant en train de se quereller dans cette ville, dans la rue près du logis de ce témoin ; celle-ci sortit au vacarme qu’elles faisaient, et elle vit et entendit qu’elles s’insultaient, et la Villarreal dit à l’autre que, pour ne pas avoir voulu aller avec elle une nuit baiser le derrière du bouc, elle l’avait jetée hors de chez elle et rossée”, 22 octobre 1614.

87 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 179, Testimonio de Mencia Meléndez, 27 octobre 1614.

88 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 165, 23 octobre 1614.

89 Henry Lea, History of the Inquisition of Spain, vol. IV, pp. 233 et 234.

90 AHN, legajo 1679, No. 2 et 4 bis, Escrito del padre Diego de Medrano, jesuita, sobre la brujería en Vizcaya, 12 de diciembre del 1616, y respuesta a éste, 9 de febrero de 1617, Madrid.

91 AGN, Riva Palacio, tome II, appendice 11, Carta del doctor Juan Sáenz de Mañozca.

92 Luis Velasco y Mendoza, Historia de la ciudad de Celaya, pp. 109-111. Le testament de Pedro Núñez de la Roxa, mort en 1617 montre qu’il “laissait tous ses biens au collège qu’on allait fonder et, par conséquent, les trois mille huit cents pesos que ces mêmes biens produisaient en terres à blé et autres propriétés devaient être destinés au logement et à l’entretien des collégiens”. Le familier qui prend sa suite, Gaspar de Almanza, exécuteur testamentaire de Pedro Núñez de la Roxa, consacre aussi en 1617 huit mille pesos aux mêmes fins. Lorsqu’il meurt en 1629, il laisse ses biens au collège ; nous constatons ici la richesse des familiers, généralement choisis, on le sait, parmi les villageois les plus fortunés.

93 AGN, Inquisición, vol. 301, f. 107, voici la lettre qui accompagne les premières diligences réalisées par Pedro Núñez de la Roxa et destinées à obtenir des faveurs : “L’occasion si patente et si opportune au très grand service de Dieu Notre-Seigneur et de notre sainte foi catholique s’étant présentée, j’ai décidé de procéder de la sorte en avisant Votre Grâce, puisqu’il m’appartient de connaître des choses semblables à celles que je vous envoie ; et, n’ayant pas commission pour vous les envoyer en forme, on vous les emporte de la façon dont elles vont, que Votre Grâce verra, et, dans son saint zèle, considérera, pourvoyant au remède qui conviendra ; la raison pour les avoir fait écrire de la façon dont elles vont, c’est d’avoir considéré que les gens du pays sont aujourd’hui ici et demain ailleurs ; et afin que les personnes qui venaient déclarer et rendre compte ne s’en fussent pas sans l’avoir fait, poussé par un zèle de bon aloi, je m’y aventurai, voyant qu’il s’agissait du service de Dieu, qui m’excusera auprès de Votre Grâce si j’ai été trop loin en quelque chose ; me trouvant toujours très humblement soumis aux pieds et aux corrections de Votre Grâce, en tout et pour tout, espérant être tenu pour quelqu’un de très chrétien et très zélé à l’observance de notre sainte foi, je fais ici une pause. Après avoir rempli mon obligation, je me déterminai à rendre compte à Votre Grâce, si manifestement mon maître, et dont j’espère recevoir les faveurs, comme le dernier de cette maison et son familier ; il vient ici quelques juges pourvus de commissions de mesta et d’autres choses semblables, et bien que mon titre dise bien qu’on doit respecter les privilèges et les droits que Sa Majesté nous concède, à nous autres familiers, sans y prendre garde, et parce que j’ai quelques terres et un peu de bêtes à cornes et de juments, ils me ruinent avec des peines excessives ; je supplie Votre Grâce de me favoriser en toute chose qui sera juste dans ces circonstances, et de m’avertir de la façon dont je pourrai me prévaloir de vous, qui êtes si manifestement mon maître, confiant en Notre-Seigneur qu’il donnera à Votre Grâce son amour divin joint à l’accroissement de santé et dignité que mérite Votre Grâce et que vos serviteurs bien dévoués nous désirons. De Salaya, juillet 23, 1614. Pedro Núñez de la Roxa.” Nota bene : la traduction a tenu à rendre le ton ampoulé, maladroit et servile du texte original.

94 AGN, Inquisición, vol. 283, ff. 273-275, c’est de là que surgissent les affaires de Celaya. Une lettre du familier Pedro Núñez de la Roxa accompagne la dénonciation originale. Nous présentons ce document quoique long, puisque c’est lui qui donne naissance à l’épidémie de pratiques de magie et de sorcellerie.
“Votre Grâce étant la personne à qui il est juste que j’aie recours, car mon maître et mon refuge, je le fais ici, rendant compte à Votre Grâce des choses suivantes : il y a à peu près vingt jours que dans cette ville de Salaía où je demeure, certaine personne qui y habite me vint dire qu’elle avait oui-dire que quelques femmes de ladite ville, cinq mariées et deux filles, étaient tenues pour sorcières ; ainsi on m’avertissait, moi, Pedro Núñez, afin que je procédasse, comme familer du Saint-Office, à une enquête à ce sujet, et, la remettant au tribunal supérieur, que fussent punies des choses d’un tel préjudice pour la république ; et pour qu’on entendît de quoi il s’agissait, on présentait le mémoire ou relation qui accompagne cette lettre, par quoi Votre Grâce verra ce qu’il convient de faire dans ce cas ; et comme je n’ai aucune commission particulière ni autorité pour aller plus avant, je n’ai guère voulu, sans d’abord en aviser Votre Grâce, innover quoi que ce soit ; je supplie donc Votre Grâce de me la conférer afin de porter remède à ces maux qui sont déjà d’un grand scandale dans ce village ; et j’espère du saint zèle et de Votre Grâce le remède à tout, car bien d’autres choses infiniment plus graves, se trouvent fort aplanies et facilitées de part l’efficacité de Votre Grâce, que Dieu garde, dans un accroissement de sa dignité, Zalaya [?] octobre 1608.” “Un dimanche, des premiers compère Miguel Ramos, qui se trouvait malade et au lit, et sa femme relevant de couches, je fus affligée d’un mal de matrice, et dus ainsi faire appeler Ana Pérez, épouse de Juan Bayardo, personne qui entend et sait soigner ce mal ; et alors qu’elle me soignait, devant Lucía de Estrada, ma commère, et sa mère Luisa Mateos, bien que je ne sache si elles prêtèrent l’oreille ni assistèrent à cela, ladite Ana Pérez me demanda s’il était vrai que mon frère Juan Freile avait rencontré quatre sorcières ; je dis que j’ignore si ma commère et sa mère entendirent, car elle ne fit pas sa question en secret mais bien fort et, si elles étaient présentes, il est fort possible qu’elles aient entendu ; car on lui avait demandé à elle si elle l’avait entendu dire dans notre quartier, l’ayant entendu dire du côté du quartier où vit sa mère, qui était celle qui le lui avait dit ; je répondis à cela que je ne savais rien et que mon frère ne m’avait rien dit ; et lui demandant ce qu’on lui avait raconté, elle me répondit que sa mère lui avait dit qu’on disait que, allant aux labours ou s’en venant, sur le tard, il avait rencontré une femme couverte d’une mante dont elle me dit le nom et que je ne me rappelle pas, et que ledit Juan Freyle lui avait dit : qu’est-ce, madame, et où allez-vous donc à cette heure? et l’autre lui répondit qu’elle allait par là, attendre des compagnes qui devaient venir avec elle ; et ledit frère s’était alors adroitement caché dans un enclos de Ramírez Belvis, et il avait vu arriver trois autres femmes, l’une étant une certaine Juana Rodríguez, femme d’Alonso Sanctos, l’autre sa fille, épouse de Blanco, et la troisième, sa gentille belle-soeur ; je lui demandai de qui il s’agissait et elle me répondit : la femme de mon frère Francisco Pérez ; je lui dis alors : elle aussi se mêle de ces choses? et elle me répondit : que les diables l’emportent, ne m’a-t-elle pas tué un enfant avec une calebasse de chocolat? Son sang réclame vengeance devant Dieu, je demande chaque jour justice à Dieu contre elle. Et une fois réunies toutes les quatre, elles s’étaient placées sous un arbre très touffu où se tenait un grand bouc, la queue dressée ; chacune fallait baiser, et à chaque baiser qu’il recevait, il faisait un tour, fort content ; mon frère avait bien prêté attention à tout, et les avait menacées de les accuser ; je lui demandai alors qui lui avait raconté la chose, elle me répondit que c’était sa mère, qui l’avait ainsi entendu dire dans son quartier.
La même personne me dit également que le fils de Francisco Belvis allant quérir quelqu’un pour le soigner d’une maladie provoquée par des maléfices qu’on lui avait jetés, il s’en fut chez La Pastelera, laquelle lui déclara qu’elle le guérirait, mais que pour ce faire, il devait rester caché quatre jours, sans qu’on sache où il était, et elle l’avait caché dans son logis ; et comme sa femme le cherchait, la mère du jeune homme l’inquiétait, lui disant qu’il s’en était allé à Guazindeo ; et une nuit où il était caché, il perçut une puanteur de soufre, et La Pastelera se munit de rue dont on dit que c’est une herbe contre les sorcières ; et malgré tout cela, le matin suivant, sa femme était venue et avait dit : pourquoi me refuse-t-on Marcos Ramírez, on le garde caché chez La Pastelera ; et elle disait que la rue ou la maison qui empestaient le soufre indiquaient que les sorcières la hantaient, qu’il fallait se munir de rue, une herbe qui fait effet contre elles, et qu’elles ne pouvaient, là où il y avait de la rue, user de leurs maléfices ; et elle me dit tout cela alors qu’elle était en train de me soigner, comme je l’ai dit.” Beatriz de Medina

95 Julio Caro Baroja, Inquisición, brujería y cripto-judaismo, op. cit., passim.

96 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 190, Juan Freile s’exprime en ces termes : “Résidant dans un labour qui se trouve à trois quarts de lieue de cette ville, il y allait et en venait, parfois de nuit, parfois de jour ; un jour de fête, après avoir entendu la messe dans cette ville, il s’en fut voir sa mère et une soeur aujourd’hui défunte, et ladite soeur demanda à celui-ci : mon frère, que dit-on que vous avez vu l’autre nuit, alors que vous alliez aux labours ou en veniez? On dit que vous avez rencontré deux femmes, des sorcières, hors de cette ville ; et ce déposant lui répondit qu’il n’avait rien vu et qu’il ne savait rien ; à ceci, ladite soeur répliqua que comme elle allait un jour en compagnie de sa mère rendre visite à la femme de Luis Hernández, l’une d’elle souffrit du mal de matrice et on envoya quérir Ana Pérez, qui fut l’épouse de Juan Bayardo et l’est aujourd’hui de Francisco Hernández, habitant de cette ville ; et ladite Ana Pérez étant en train de soigner celle qui se trouvait malade, Ana Pérez dit à Beatriz de Medina, soeur de ce déposant : qu’a donc vu votre frère, une nuit, lorsqu’il se rendait aux champs? On dit qu’il rencontra fort tard et hors de la ville deux femmes à qui il parla, qu’il leur demanda où elles allaient d’aventure à pareilles heures, et qu’elles lui répondirent qu’elles allaient attendre d’autres compagnes ; que ledit Juan Freile avait continué son chemin, qu’il s’était arrêté sous un arbre, un mezquite, et qu’il vit que deux ou trois autres femmes s’étaient réunies avec celles qu’il avait rencontrées ; un bouc s’était mis devant elles, les femmes s’étaient agenouillées et l’avaient baisé au derrière ; lesdites femmes craignaient que ledit Juan Freile ne les eût vues et n’allât les dénoncer ; et ce déposant répondit à sa soeur qui lui avait raconté tout cela que c’était méchanceté et mensonge, qu’il n’avait rien vu de ces choses, et qu’on prit garde à ce qu’on avait dit car ce déposant allait en rendre compte au familier du Saint-Office, afin que fût punie semblable méchanceté, ce qu’il fit alors”, sans date. Il faut comparer ce témoignage avec celui de la soeur du témoin, Beatriz de Medina, antérieur de cinq ans.

97 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 137, Ana Benitez raconte “qu’ il y a à peu près six ans que, conversant avec la veuve Catalina González dans cette ville, elle lui sortit de la manche de la tunique (?) — sans qu’elle le remarque — et croyant qu’il s’agissait de quelque chose à manger, un mouchoir dans lequel était enveloppée une grande rose jaune — qu’elle ne reconnut point — et aussi un bâtonnet blanc et de petits os comme de tête de poule ; elle les montra à Magdalena de Rosas, sa marâtre et à Lucía, indienne ladina, et sa marâtre prit le mouchoir et le mit derrière un petate”, 25 octobre 1614.

98 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 526, Catalina de Cuadros raconte “ q u ’ i l y a à peu près quinze ans que, se trouvant à un enterrement dans l’église de San Francisco de cette ville, une femme, aujourd’hui défunte, appelée Beatriz de Medina, lui dit qu’une autre qui se tenait derrière elles, nommée Catalina González, veuve de Pablos Pérez, avait demandé à un Indien mexicain de ceux qui aident aux enterrements, un des ossements qu’on avait sortis de la sépulture”, 27 octobre 1614.

99 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 368, Vasco Sánchez Vadillo rapporte “qu’il y a comme un mois que Juan Rubio, habitant de cette ville, lui dit à San Luis Potosí que la négresse Mari Vázquez lui avait dit que deux femmes de la ville seulement pouvaient la faire taire, La Rosa, épouse de Benitez, et Catalina González, celle de Pablos Pérez”, 4 novembre 1614.

100 AGN, Inquisición, vol, 278, f. 460, Catalina Rodríguez raconte longuement “que la belle-mère de cette déposante se querellant avec Juana Rodríguez, défunte, ladite belle-mère appela ladite Juana Rodríguez sorcière, à qui on avait enlevé un mort qu’elle portait sur son dos, qu’on avait déposé au couvent du Carmen”, 24 novembre 1614.

101 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 100 verso, Alonso de Silva donne la version suivante : “Il a entendu dire à Leonor Rosales qu’une nuit, alors que Bernabé Hernández faisait son tour de ronde, quand il était, alcalde ordinaire, il avait trouvé dans le cimetière de San Francisco des femmes en train de creuser la tombe d’un défunt dont elles sortaient les ossements, et que ledit alcalde les gourmanda et les jeta hors de là...”, sans date. On peut ici apprécier la chaîne des témoignages invoqués pour autoriser des faits invraisemblables, celui du puissant Hernández pesant le plus lourd, selon les villageois ; faut-il le préciser, Bernabé Hernández ne raconte rien de semblable. Quant à son frère Rafael, il donne une version de ce qui s’était réellement produit et qui diffère beaucoup, bien entendu, de celle-ci.

102 AGN, Inquisición, vol. 308, f. 329, Fr. Diego Muñoz écrit à México : “Pour ce qui est de l’affaire de Pedro Núñez de la Roxa, familier du Saint-Office, tout ce qui la regarde est consigné et elle est conclue en définitive, comme Votre Seigneurie le mande ; je tiens pour assuré — considérant son âge et sa maladie — que si Votre Seigneurie ne daigne user avec lui d’équité et de bienveillance, le dispensant de comparaître personnellement, il périra en chemin ; il a regretté et il regrette fort d’avoir fait erreur là où il voulait tant réussir, et il se console de ce que ce fut par ignorance et pour avoir cru facilement ceux qui l’ont trompé ; il souhaite voir la fin de son affaire, qu’il espère favorable, car il se fie à son innocence et à la miséricorde de Votre Seigneurie ; c’est un homme qui a du bien, et d’une simplicité et sincérité que je certifie et que me disent les témoins.
La notification de la sentence pourrait être faite, si Votre Seigneurie en dispose ainsi, par le greffier qui s’est occupé de l’affaire, Juan de la Cruz Saravia ; si d’aventure il y avait une peine pécuniaire, il suffirait de mander à Pedro Núñez de la présenter dans le délai qu’on lui prescrirait et de la remettre à qui Votre Seigneurie ordonnera ; il sera bien ponctuel en cela, car il l’est fort, de même qu’à oeuvrer dans la vérité. Que Dieu garde Votre Seigneurie, en accroissant sa divine grâce. Salaía, 21 février, 1615.” Fr. Diego Muñoz

103 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 165, 23 octobre 1614.

104 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 187, Fr. Diego Muñoz remarque “que pour ce qui est de vouloir savoir et faire apparaître des choses cachées et les découvrir par les sorts des grains de mais et en buvant le peyote, l’usage en est fort répandu à Celaya, et le remède préservatif et prohibitif très nécessaire ; bien que la plupart du temps, les Indiens soient les acteurs, les Espagnols tirent profit d’eux, et comme il s’agit d’une chose qui provient de leur état de gentilité, il est vraisemblable qu’il s’y trouve un pacte implicite ou explicite avec le Démon, ce qui se trouve vérifié de ce que la racine du peyote lorsqu’on la prend comme médicament — car c’en est un pour l’asthme et d’autres maladies — n’a point pour effet de faire perdre le sens ni de donner des visions, chose qui se produit lorsqu’on la prend pour lesdites fins, et il est aussi évident que le pacte diabolique fait se mouvoir les grains de maïs dans l’eau ; et prononcer des paroles sacrées, clairement et distinctement, au début, sans éveiller la méfiance, parler ensuite avec lui et se cachotter sur les grains de sorte qu’on ne vous entende ni perçoive, les grains se mettant alors à branler tout seuls, en cercle, puis s’unissant et se séparant : tout cela donne à entendre qu’il y a pacte diabolique ; et lorsque quelque chose disparaît à Salaía — même les gachupines nouvellement arrivés d’Espagne y ont recours pour la faire apparaître, selon l’usage du pays - on va de suite faire prendre le peyote aux Indiens, ou leur faire jeter les sorts des grains de mais”, sans date.
Fr. Diego Muñoz remarque également, à propos de La Junca, “que dans la déclaration qu’elle fait relative aux sorts de Fabián de Oviedo, elle esquive la chose, jetant la faute sur un certain Indien Pantaleón, lequel — je présume — a dû être pris par tous deux comme bouc émissaire pour lui attribuer la faute et se dérober, sachant que le Saint-Office ne procède pas contre les Indiens. Je l’ai interrogé et il déclare que La Junca a jeté les sorts, ce qui est le plus vraisemblable, à cause des témoignages qui existent contre elle, et de ce que l’Indien n’est pas tenu pour sorcier, étant, comme il l’est, tarasque, ceux de cette nation n’ayant point d’inclination pour ces choses : Fr. Sebastián Alemán, son gardien, qui le connaît et le communique régulièrement en répond, l’homme sert comme chanteur à l’église, et on n’a rien appris sur lui pour ce qui est de la sorcellerie”, vol. 278, f. 201.

105 AGN, Inquisición, vol. 308, f. 404, Ynés García est réprimandée le 10 février 1615 pour les motifs suivants : “Pour avoir reçu de Mari Vázquez, négresse, un bâtonnet dont elle devait se frotter les lèvres afin que tout le monde l’aimât ; elle en parla à une sienne commère, lui donnant le bâtonnet, qu’on jeta sans y prêter attention ; elle s’accusa d’avoir reçu et transmis la chose à sa commère, comme il est dit, demandant miséricorde.”

106 AGN, Inquisición, vol. 484, f. 238, México réclame des informations supplémentaires : “Nous avons vu les témoignages contre Ysabel Duarte, et ils restent céans. Si autre chose la regardant venait à survenir, vous nous l’enverrez ici-même. Dieu garde Votre Révérence. México, le 15 janvier 1615.”
“Avec la présente, nous mandons à Votre Seigneurie le témoignage de Marcos Ramírez regardant Ysabel de Aguilar, son épouse, afin qu’elle examine aussitôt Francisco Ramírez et Maria de San Miguel, mulâtresse, puisque ledit Marcos Ramírez déclare qu’ils ont des choses à dire contre ladite Ysabel de Aguilar, sa femme ; cette diligence accomplie, vous nous l’enverrez, précédée de cette missive. Dieu garde Votre Révérence. México, le 15 janvier 1615.”
“Nous avons vu à ce Saint-Office la déposition de German de Rentería contre Leonor de Villarreal, métisse, et nous la renvoyons à Votre Révérence avec la présente, afin qu’avec la promptitude possible, elle examine Ana Catalina González, femme de ?, en raison de ce qu’elle dit : que ladite Leonor de Villarreal, métisse, était allée dormir une nuit chez elle et s’étant enduite d’onguents, elle se convertit en perroquet, et sortit en volant, et qu’on l’avait vue au matin toute meurtrie ; après quoi vous nous renverrez cela, avec cette lettre originale, à México, ut supra.

107 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 223, Fr. Diego Muñoz écrit : “Les sept accusations qui sont inclues sont de Catalina González, veuve de Gonzalo Díaz, et de six de ses filles. Celle de la mère est confirmée par les dépositions de Pedro Hernández de Uribe, son compère, bien qu’ils diffèrent grandement dans le temps ; lui, étant homme et d’un meilleur entendement, a dû se souvenir mieux qu’elle. C’est une femme âgée, sincère, elle et ses filles, de ce qu’il y a de plus honorable dans le village ; elles se sont accusées avec des démonstrations de regret et de repentir, tout particulièrement Ana de Aguilar, épouse de Francisco Brabo, qui n’a pas cherché à s’excuser ; Ysabel de Aguilar est femme de Raphael Hernández, qui a été alcalde ordinaire et de la Hermandad. Toutes ces femmes et celles qui s’accusèrent le plus, manifestèrent de la religion et de la crainte pour les censures, de l’obéissance et du respect pour ce qui est des préceptes du Saint-Office, et il est malheureux de voir combien les abus dont elles s’accusent se trouvent répandus dans cette ville”, sans date.

108 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 229, “pour imposteur, une répréhension grave ; qu’on l’avertisse que s’il recommence ces impostures, il recevra deux cents coups de fouet, et qu’on ordonne à son maître de ne pas le laisser guérir ni faire les embrouillaminis qu’il fait”, répréhension, 10 février 1615.

109 AGN, Inquisición, vol. 305, exp. Il, sans pagination. “Pascuala de Silva, qui doit aussi être réprimandée, réside à sept lieues de cette ville de Celaya, dans celle de Salamanca ; et comme son mari s’y trouve — on dit qu’il est de méchante condition, et qu’il la maltraite — je ne l’ai pas appelée ; je commettrai sa répréhension — si Votre Seigneurie y consent — à un religieux exact et prudent”, sans date.

110 AGN, Inquisición, vol. 278, f. 201, voici l’opinion de Fr. Diego Muñoz en ce qui concerne La Junca : “Cette femme est tenue pour un peu faible d’esprit, mais point de sorte — selon ce que je remarquai et appris qu’elle manque de raison et ne puisse satisfaire à ce qu’on lui demande, d’où je conclus qu’elle ne pèche pas par ignorance ; il y a plusieurs années dit-on publiquement dans la ville — l’ordinaire l’a punie d’une peine pécuniaire pour sorcellerie”, sans date.

111 AGN, Inquisición, vol. 305, exp. II, sans pagination. Fr. Diego Muñoz écrit à propos d’un cas survenu à Querétaro : “la [répréhension] d’Ana Sánchez, métisse habitant Querétaro — en grand secret et fort discrètement car ses filles sont mariées avec ce qu’il y a de mieux dans le pays — pourra être faite par Fr. Domingo Macías, de l’ordre de San Francisco, prédicateur et vicaire des religieuses, homme prudent, et je lui enverrai la commission, dès que Votre Seigneurie m’y autorisera”.

112 Alan Macfarlane, Witchcraft in Tudor and Stuart England : a Regional and Comparative Study, XXXI, pp. 205 et 206.
“D’abord, il semble que l’augmentation de la population et les changements dans la propriété des terres créérent un groupe de villageois plus pauvres, dont les liens avec leurs voisins légèrement plus riches, devinrent plus ténus. Chaque fois davantage, les gens durent décider s’ils allaient investir leurs richesses dans le maintien d’un niveau de vie décent pour les vieillards ou en améliorations qui les garderaient à la tête de leurs voisins petits propriétaires. C’est la période des accusations de sorcellerie. Les gens se sentent encore tenus de s’aider et de s’entraider les uns les autres, tandis qu’ils ressentent également la nécessité d’investir leur capital dans des achats de terres et en pourvoyant leurs enfants. Ceux qui étaient extrêmement pauvres ne faisaient pas de problème. On pouvait s’en débarrasser, les envoyer promener, ou les louer comme travailleurs. C’était les voisins ou les parents un peu moins brillants qui réclamaient seulement un peu d’aide, qui devinrent une source croissante d’anxiété.”

113 La courbe de délits dans la région de Puebla en fournit un indice.

114 AGN, Inquisición, vol. 356, ff. 74 et suivants, ff. 116 et suivants.

115 AGN, Inquisición, vol. 435, ff. 111 et suivants.

116 Qui sont, on le sait, le plus souvent des turquoises.

117 René Girard, Des choses cachées depuis la fondation du monde, passim.

118 AGN, Ramo Mercedes, vol. XLIV, ff. 40-42 et suivants, ff. 57 et 69.

119 AGN, Tierras, de très nombreux documents illustrent les conflits qui opposent les caciques, les macehuales et les laboureurs espagnols qui se disputent leurs terres : citons, outre le volume 63 mentionné par François Chevalier (La formation des grands domaines au Mexique. Terre et société au Mexique aux xvie et xviie siècles, p. 281) les volumes 66-77-85-87-96-121-127, etc., le 2730 où nous voyons les démarches réalisées en 1702 par “le gouverneur et le commun de la ville de Tepeaca pour qu’on leur accorde les quatre lieues de terres et de communaux qui leur reviennent en tant que ville. Copie des cédules royales de 1559 et d’autres provisions postérieures qui concèdent à Tepeaca le titre de cité et lui assurent ses privilèges. Les laboureurs et propriétaires d’haciendas des alentours présentent une contradiction et présentent la composition de terres et d’eaux de 1643, dans laquelle elles furent comprises”. Mentions de plusieurs haciendas, etc. Et le volume 2770, dont plusieurs dossiers sont consacrés aux mêmes problèmes.

120 AGN, Mercedes, vol. XLIV, ff. 45 et suivants.

121 Voir en particulier AGN, Indios, surtout le volume 10 (très riche) ; les volumes 11, 13, 15, 16,17 ; 18, 19 (très riches) ; 20, 21-23 (très riches) ; 24, etc.
AGN, General de parte, vol. III, exp. 366, f. 260 verso ; vol. VIII, exp. 201, f. 140 ; exp. 226, f. 156, etc.
Aussi, les renseignements précieux contenus dans Silvio Zavala et María Castelo, Fuentes para la historia del trabajo en Nueva España, 8 vol., et naturellement dans Alonso de la Mota y Escobar, Memoriales del obispo de Tlaxcala, tome I.

122 AGN, General de parte, vol. VIII, exp. 43, f. 27 ; exp. 6, f. 42 ; exp. 235, f. 161.

123 Arístides Medina Rubio, La Iglesia y la producción agrícola en Puebla, 1540-1795, p. 262.

124 AGN, Inquisición, vol. 460 qui est entièrement consacré au procès “contre Domingo Márquez, alguacil mayor de Tepeaca, pour judaïsme et autres graves délits contre la foi catholique”. Le vol. 593, exp. 2, contient les procès contre Luis Cancino de Rioja et contre Jacinto Muñoz Siliceo. Le vol. 580, exp. 3, celui qui intéresse le notaire inquisitorial Juan Bautista Vásquez. Le vol. 591 ceux qui furent intentés contre Pedro de Sierra et contre Juan Ibáñez Durán. Le procès contre le mulâtre Luis Francisco, esclave de Juan Ibáñez Durán se trouve dans le vol. 605, exp. 6. Enfin, le vol. 512, exp. 3, renferme le gros procès intenté à Juan Márquez de Andino, principal faux témoin, induit par Luis Cancino de Rioja. Il est probable que d’autres procès contre de faux témoins restent à découvrir, notamment dans des documents non encore classés.

125 AGN, Inquisición, vol. 460, ff. 174 et 175 verso, Proceso contra Domingo Márquez (1656).

126 AGN, Inquisición, vol. 460, ff. 174 et 175 verso, Proceso contra Domingo Márquez.

127 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 1, Proceso contra Domingo Márquez.

128 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 2, Proceso contra Domingo Márquez.

129 Aux alentours des années 1660, le bruit courait précisément qu’il existait “à San Salvador, deux ou trois villages entiers peuplés de Portugais judaisants, dont on supposait qu’ils étaient de ceux qui avaient été condamnés à Lima, à México et ailleurs...” ce qui justifiait l’insistance de l’inquisiteur Medina Rico auprès du Conseil Suprême à Madrid pour obtenir l’autorisation de visiter le district de Puebla une deuxième fois malgré la désapprobation de cette institution. Medina, op. cit., p. 269.

130 AGN, Inquisición, vol. 460, ff. 2, 3, 11 et 11 verso, Proceso contra Domingo Márquez.

131 AGN, Inquisición, vol. 460, ff. 3, 3 verso, 4, 4 verso, 122 verso et 136 verso, Proceso contra Domingo Márquez.

132 AGN, Inquisición, vol. 460, ff. 38-40, 47, 48, 49, etc., Proceso contra Domingo Márquez.

133 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 109 verso, Proceso contra Domingo Márquez.

134 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 29, Proceso contra Domingo Márquez.

135 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 12, Proceso contra Domingo Márquez.

136 Il s’agit très certainement ici d’imitations locales et grossières du drap bleu de Cuenca, et non pas d’étoffes importées de la métropole, trop chères pour la clientèle habituelle de Domingo Márquez à cette époque.
AGN, Inquisición, vol. 460, f. 245, Proceso contra Domingo Márquez.

137 AGN, Inquisición, vol. 460, ff. 245-269, Proceso contra Domingo Márquez.

138 AGN, Inquisición, vol. 460, ff. 290 et 290 verso. Proceso contra Domingo Márquez.

139 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 245, Proceso contra Domingo Márquez.

140 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 203, Proceso contra Domingo Márquez.

141 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 183 verso, Proceso contra Domingo Márquez.

142 A GN, Inquisición, vol. 460, f. 189 verso, Proceso contra Domingo Márquez.

143 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 177, Proceso contra Domingo Márquez.

144 AGN, Inquisición, vol. 460, ff. 109 et 109 verso, Proceso contra Domingo Márquez.

145 Pourtant, comme le fait remarquer Xalguacil mayor, il ne poursuivait les coupables que sur l’ordre de l’alcalde mayor, ce qui n’empêchait pas les ressentiments de se fixer sur lui, simple exécutant. AGN, Inquisición, vol. 460. f. 190 verso, Proceso contra Domingo Márquez.

146 A-t-il un lien de parenté avec le lignage des Santiago, caciques de longue date de Tecali? Nous l’ignorons. Voir Mercedes Olivera, Pillis y macehuales. Las formaciones sociales y los modos de producción de Tecali del siglo xii al xvi, pp. 184, 192 et suivantes.

147 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 291, Proceso contra Domingo Márquez.

148 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 366 verso, Proceso contra Domingo Márquez ; vol. 593, ff. 346 verso et 347, Proceso contra Luis Cancino de Rioja.

149 Miguel Zerón Zapata, La Puebla de los Angeles en el siglo xvii. Crònica de la Puebla, pp. 40 et 68.

150 AGN, Inquisición, vol. 460, ff. 190 et 291, Proceso contra Domingo Márquez.

151 Pièce de monnaie mexicaine d’argent, valant cinquante centimes.

152 AGN, Inquisición, vol. 460, ff. 191 et 191 verso, Proceso contra Domingo Márquez.

153 AGN, Inquisición, vol. 460, ff. 184 et 243, Proceso contra Domingo Márquez.

154 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 218, Proceso contra Domingo Márquez.

155 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 181, Proceso contra Domingo Marquez.

156 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 181 verso, Proceso contra Domingo Márquez.

157 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 322, Proceso contra Domingo Márquez.

158 La Real Sala del Crimen dépendait en fait de l’Audience royale, ce qui revient à avoir traduit l’alguacil devant les mêmes instances, quoique à des niveaux différents.

159 Miguel Zerón Zapata, op. cit., pp. 65, 66, 67, 71 et 72.

160 AGN, Inquisición, vol. 593, exp. 2, f. 369, Proceso contra Luis Cancino de Rioja (1662).

161 AGN, Inquisición, vol. 593, exp. 2, f. 373, Proceso contra Luis Cancino de Rioja (1662).

162 AGN, Inquisición, vol. 593, exp. 2, f. 370, Proceso contra Luis Cancino de Rioja (1662).

163 AGN, Inquisición, vol. 593, exp. 2, f. 369, Proceso contra Luis Cancino de Rioja,

164 AGN, Inquisición, vol. 593, exp. 2, Proceso contra Luis Cancino de Rioja. C’est encore don Alvaro del Castrillo Villafana qui précise ici “et certaines des personnes qui sont emprisonnées pour délits et vol et autres sont aidées par ledit Luis Cancino ; il les sort de la prison, les emmène dans ses haciendas où les délinquants ont coutume de se réfugier car ils sont préservés de la justice, et le servent...”. C’est ainsi que l’écrivain public se vantait “de vivre dans l’assurance qu’à lui, on ne lui volerait rien...”. Les deux bandits de grand chemin que Luis Cancino prit sous son aile, Juan Martin del Valle et Francisco Montalbo Camacho, finirent par être pendus à México. AGN, Inquisición, vol. 593, exp. 2, f. 370.

165 Ahijado de velación, selon la terminologie de ces relations nombreuses et puissantes qui constituent les différents systèmes de compadrazgo, ou parrainage, voir Hugo Nutini, Pedro Carrasco, James M. Taggart, Essays on Mexican Kinship, passim.

166 AGN, Inquisición, vol. 593, ff. 372 et 376, Proceso contra Luis Camino de Rioja.

167 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 372 verso, Proceso contra Domingo Márquez.

168 Sur le rôle ambigu, fondamental et encore mal connu des caciques, voir les trois études de Pedro Carrasco : “Las tierras de dos indios nobles de Tepeaca en el siglo xvi”, Tlalocan IV, 2, pp. 97- 119 ; “Más documentos sobre Tepeaca”, Tlalocan VI, 1, pp. 1-37 ; “Los documentos sobre las tierras de los indios nobles de Tepeaca en el siglo xvi”, Comunicaciones 7, Fundación Alemana para la Investigación Científica, pp. 89-92.
Pedro Carrasco montre bien comment la Couronne soutient dans un premier temps (jusqu’en 1571) les privilèges des caciques contre les macehuales qui refusaient de reconnaître leur autorité qu’ils jugeaient périmée du fait de la Conquête ; mais les dernières décennies du xvie siècle entraînant l’hécatombe des indigènes, la Couronne se vit privée de tributaires et imposa aux caciques le paiement du tribut. C’est également le drame démographique qui, en privant les caciques des services et redevances qu’ils percevaient de leurs sujets, les entraîna à louer et à vendre leurs terres aux Espagnols, à les aliéner par des mariages mixtes, scellant ainsi le déclin définitif de la noblesse indigène.
Par ailleurs, Mercedes Olivera (op. cit., pp. 210, 211 et 213), reconnaît le rôle joué par les caciques comme courroie de transmission entre la domination coloniale et les masses indigènes. Toutefois, nous pensons que si la Couronne et l’Eglise se sont délibérément appuyées sur eux comme elle le signale, ce sont surtout les notables espagnols locaux, mus par des intérêts particuliers et immédiats, qui ont recherché et obtenu leur collaboration ; les caciques la leur accordaient dans la mesure où ils espéraient, par le biais des fonctions de la municipalité indigène élue chaque année et manipulée par les notables espagnols, nous l’avons vu, conserver un certain contrôle et pouvoir sur les macehuales.

169 AGN, Mercedes, vol XLIV, ff. 40 et suivants.

170 Miguel Zerón Zapata, op. cit., pp. 65, 67, 69 et surtout 73 ; et aussi le document cité de AGN, Mercedes, vol. XLIV.
Voir également, AGN, Tierras, vol. 2730, exp. 1, où un document de 1701 nous donne des renseignements précis sur toute la famille.

171 Don Gaspar de Rivadeneyra, membre d’une puissante famille et familier du Saint-Office depuis 1642, voir François Chevalier, op. cit., p. 192 ;
Miguel Zerón Zapata, op. cit., p. 72.
Guillermo S. Fernández de Recas, Mayorazgos de la Nueva España, p. 184 ; et du même auteur, Aspirantes americanos a cargos del Santo Oficio, pp. 117 et 118.

172 Guillermo S. Fernández de Recas, op. cit., p. 181.

173 AGN, Inquisición, vol. 460, ff. 359 verso et 360, Proceso contra Domingo Márquez.

174 AGN, Mercedes, vol. XLIV, pp. 40 et suivantes et François Chevalier, op. cit., p. 355. Si la Nouvelle-Galice dut payer 40 000 pesos, la seule Tepeaca versa 30 000 pesos.

175 Miguel Zerón Zapata, op. cit., p. 70 ; Guillermo S. Fernández de Recas, op. cit., p. 132. Nous savons qu’il fut corregidor de Oaxaca, corregidor de Puebla, justicia mayor de Puebla, familier du Saint-Office, mayor de la ville de Celaya, corregidor de México.
Voir Jonathan Israel, Race Class and Politics in Colonial Mexico, 1610-1670, p. 235 et passim. Pedro López de Villaseñor, Cartilla vieja de la nobilísima ciudad de Puebla (1781 ), p. 381 et Gregorio M. de Guijo, Diario, 1648-1664, vol. I, p. 262.

176 Il paraît inutile d’insister ici sur la famille Gómez de Cervantes, une des plus anciennes et des plus nobles de la Nouvelle-Espagne, on le sait.

177 Voir Pedro López de Villaseñor, op. cit., passim, et Miguel Zerón Zapata, op. cit., passim.

178 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 358 verso, Proceso contra Domingo Márquez.

179 AGN, Inquisición, vol. 460, ff. 1 et 64, Proceso contra Domingo Márquez.

180 AGN, Inquisición, vol. 460, ff. 190 verso et 233 verso, Proceso contra Domingo Márquez.

181 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 285, Proceso contra Domingo Márquez.

182 AGN, Inquisición, vol. 460, ff. 246 verso et 247 verso, Proceso contra Domingo Márquez.

183 AGN, Inquisición, vol. 460, ff. 638, 639 et 675, Proceso contra Domingo Márquez.

184 AGN, Inquisición, vol. 593, exp. 2, f. 263, Proceso contra Luis Cancino de Rioja (1662).

185 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 352 verso, Proceso contra Domingo Márquez.

186 AGN, Inquisición, vol. 512, exp. 3. La condamnation originelle qui frappa Márquez de Andino est significative, par sa gravité exceptionnelle, de la volonté du Saint-Office de stigmatiser le faux témoignage et, par conséquent, la tentative de manipulation de l’institution inquisitoriale. En effet, le 29 août 1664, celui-ci fut condamné à paraître au cours d’un autodafé, avec les insignes de faux témoin puis, après avoir assisté à l’office divin, il devait être exposé à la dérision publique trois ou quatre heures, attaché, le buste nu, enduit de miel et couvert de plumes, recevoir deux cents coups de fouet, monté sur un âne, et promené dans les rues de la ville ; enfin, il était envoyé aux galères de Terremate, aux Philippines, pour dix ans, c’est-à-dire pour le restant de ses jours, le traitement infligé aux galériens rendant peu probable une survie au-delà de quelques années. En invoquant son âge, la soixantaine (ce qui contredit ses déclarations de 1656 où il prétendait être âgé de quarante ans, mais Andino explique que c’est Cristóbal de la Carrera, le commissaire du Saint-Office en personne qui jugea préférable de le rajeunir alors, estimant sans doute plus crédible le témoignage d’un quadragénaire!) Márquez de Andino obtint que la condamnation aux galères fût commuée en un bannissement de México, Tepeaca et Puebla, dans un rayon de vingt lieues et pour une période de dix ans.

187 Nous ignorons le sort de don Juan de Santiago, alcalde mayor de Tecali qui, bien qu’agent actif de la conjuration, s’abstint lui aussi de témoigner contre Domingo Márquez.

188 AGN, Inquisición, vol. 460, f. 387, Proceso contra Domingo Márquez.

189 Peter J. Bakewell, Silver Mining and Society in Colonial Mexico : Zacatecas, 1546-1700, passim.

190 Dans le corps du présent ouvrage, voir première partie, chapitre II.

191 AGN, Inquisición, vol. 513, exp. 31 ; vol. 697, f. 95.

192 AGN, Inquisición, vol. 482, f. 132 ; vol. 605, exp. 7 et 17.

193 Bakewell, op. cit., p. 40.

194 Bakewell, op. cit., passim.

195 Voir les chapitres consacrés à Celaya et Tepeaca, voir supra.

196 AGN, Inquisición, vol. 316, f. 372.

197 Miguel Othón de Mendizábal, Compendio histórico de Zacatecas, Obras completas, tome V, p. 188.

198 AGN, Inquisición, vol. 510, exp. 105.

199 AGN, Inquisición, vol. 612, f. 490.

200 AGN, Inquisición, vol. 540, f. 206.

201 François Chevalier, La formation des grands domaines, op. cit., pp. 144, 203, 218, 232, 235, 237, 427, 428 et pour les Zaldivar, pp. 218, 237 et 393.

202 José Dávila Garibi, La sociedad de Zacatecas en los albores del régimen colonial, arbre généalogique de la famille Zaldívar.

203 AGN, Inquisición, vol. 312, f. 545.

204 AGN, Inquisición, vol. 390, f. 387 ; vol. 498, f. 136.

205 “Acusación contra el doctor don Santiago de Vera, presidente de la Real Audiencia de Guadalajara, enviada al rey don Felipe II por Jerónimo Conde, alguacil mayor y regidor perpetuo de Guadalajara.” Document présenté par Juan В. Inguiñiz dans Estudios de historia novohispana, vol. IV, UNAM, México 1971.

206 AGN, Inquisición, vol. 318, f. 221.

207 Il s’agit ici d’une vaste et puissante famille de Nouvelle-Espagne, voir le tableau généalogique des familles Sáenz de Mañozca-Bonilla y Bastida, dans le présent travail, première partie, chapitre I, appendice 1.8.

208 AGN, Inquisición, vol. 356, f. 145.

209 AGN, Inquisición, vol. 312, f. 41.

210 AGN, Inquisición, vol. 316, f. 389 ; vol. 318, ff. 279 et 344.

211 Nous ignorons si ce Diego de Monroi était le familier du Saint-Office cité par Mendizábal, op. cit., p. 188, dans la liste des personnalités importantes en 1608.

212 AGN, Inquisición, vol. 133, exp. 2.

213 AGN, Inquisición, vol. 303, f. 392.

214 AGN, Inquisición, vol. 510, f. 512.

215 AGN, Inquisición, vol. 369, exp. 17.

216 AGN, Inquisición, vol. 316, f. 359.

217 F. Chevalier, op. cit., deuxième partie, chapitre 2.

218 Pierre Chaunu, L’Europe classique, passim, pour le sens donné à la notion de frontière.

219 AGN, Inquisición, vol. 356, ff. 291-293, lettre du commissaire Alfonso de Benavides, en fonction au Nouveau-Mexique, adressée aux autorités inquisitoriales de México.
”Illustrissimes :
Je vous envoie avec la présente tout ce qui s’est ensuivi des édits généraux que j’ai publiés dans ce Nouveau-Mexique sur l’ordre de Votre Seigneurie ; il importe fort que Votre Seigneurie en ait ainsi disposé, car le Démon a introduit parmi les Espagnols de ce pays le mépris de la juridiction ecclésiastique et de ses censures, et ils croient que la principale et la seule direction se trouve dans la juridiction temporelle ; et pour appuyer cela, ils font et disent des choses d’où s’ensuit la mésestime de l’Eglise et de ses ministres dans ces régions, chose qui demande remède de la part de Votre Seigneurie.
Ce même remède convient aux sorcières, car les Indiens naturels de ce pays sont de si grands sorciers que le mal s’en communique facilement à ces femmes espagnoles qui sont de peu d’esprit, parce qu’elles vivent ici excessivement éloignées de l’urbanité ; et les Indiennes qui sont dénoncées, Villafuerte et la doña Ynés ne le sont que de nom, car pour le reste, elles sont plus dégourdies que les Espagnoles, elles portent mante, et leurs fils métis sont mariés à des Espagnoles ; si Votre Seigneurie y consent, il conviendrait, pour mettre fin à pareil mal d’exécuter un quelconque châtiment en ce qui les regarde, pour l’exemple, d’autant plus qu’on sait publiquement qu’elles ont enseigné cet office à leurs filles et à d’autres jeunes Espagnoles ignorantes. Dans l’instruction imprimée que m’a donnée le secrétaire, il est dit que les commissaires ne doivent pas ratifier les témoins, sauf en cas de danger de mort, ou si le témoin entreprend un long voyage ; ils ne sont donc pas ratifiés, bien que ce pays étant si éloigné — les décisions de Votre Seigneurie ne peuvent être reçues et connues qu’au bout de quatre ans, et parfois davantage, à cause de la longueur du chemin, qu’on ne parcourt qu’à cette époque — je m’étais déterminé à les ratifier, mais je tiens pour plus opportun d’attendre l’ordre de Votre Seigneurie.
Les dénonciations ci-jointes contre don Juan de Eulate sont, me semble-t-il, de la dernière importance, car on ne viendrait jamais à bout d’écrire ce qui le regarde, d’après tout ce qu’on dit de lui et la mauvaise réputation qui est la sienne. Ce qu’il y a de plus remarquable dans les conversations de cet homme, c’est qu’il évoque toujours à propos ou hors de celui-ci, les faux pas d’évêques et d’ecclésiastiques, au point qu’il semble avoir étudié exprès toutes les histoires servant sa méchante fin, se glorifiant de les raconter parmi les Espagnols ignorants d’ici, d’où ils conçoivent une mauvaise opinion des ecclésiastiques qu’il a fort persécutés dans ces régions.
Un religieux de mon ordre, appelé Fr. Alonso Estremera, est arrivé avec moi ici, un homme docte et âgé, de très mauvais caractère ; il a proclamé ici qu’il avait été pendant longtemps qualificateur du Saint-Office et que, à cause d’un démêlé qu’il eut, où il voulut se prévaloir de son titre, il n’avait plus voulu l’être ; et bien qu’il me l’ait dit quelques fois, je n’ai guère voulu faire de démarches, en attendant les ordres de Votre Seigneurie.
J’ai trouvé ici un homme, appelé Juan Donayre de las Misas (Moquerie des messes) qui fait aussi une dénonciation contre don Juan de Eulate et contre lui-même ; je suis tout à fait convaincu qu’il s’agit d’un Francisco de Soto, docteur en médecine, naturel des îles Canaries, qui fut puni dans l’île espagnole par l’archevêque de celle-ci, don Fr. Agustín de Avila, qui faisait fonction d’inquisiteur ordinaire ; dans son procès, je servais d’alguacil mayor du Saint-Office alors que j’étais séculier ; après lui avoir donné la question pour son refus d’avouer, on lui mit le sac bénit et il fut banni à Séville, dans un hôpital que les inquisiteurs de là-bas devaient signaler, et on l’accusa de graves hérésies ; ici, il fait la bête et prétend être d’ailleurs, comme il le prétend dans sa déclaration ; et lorsque je lui dis que sans aucun doute, je l’ai vu dans l’île espagnole, il nie tout. Il semble vivre dans une dissimulation extrême, être un homme suspect, comme il ressort des écrits qui ont trait à lui et de ceux d’Esteban Perea.
Comme son nom, Moquerie des messes, a fait scandale ici, force gens se persuadant que cela signifiait “risée des messes”, je lui ai ordonné de changer de nom et ainsi, il dit qu’il voulait qu’on l’appelât Juan Pecador (pécheur) ; on l’appelle et il signe donc de la sorte, mais pour moi, je suis en tout point convaincu que c’est l’hérétique même de Santo Domingo, bien que ne l’ayant point vu depuis vingt-sept ans, il se peut que je me trompe ; quant à lui, il fait preuve d’un artifice notable, quoi qu’il montre parfois sa finesse dans certaines sournoiseries ; là-dessus, on fera ce que Votre Grâce mandera.
Par les déclarations du sergent-major Francisco Gómez et du capitaine Alonso Varela, je soupçonne à l’évidence qu’ils sont parjures et qu’ils ont laissé de déclarer force choses regardant don Juan de Eulate, car ils lui sont dévoués de manière notoire, et peut-être complices ; il faut à ces deux hommes quelque pénitence du saint tribunal, tant à cause de ce que j’ai référé que parce que tous deux sont les plus opposés à l’autorité et à la juridiction ecclésiastique, et qu’ils ont causé un grand mal ici ; on a dénoncé le Varela d’avoir affirmé que ce n’était point pécher que de jurer en vain, et il l’a fait faire plusieurs fois...” Nouveau-Mexique, 29 juin 1625

Cette lettre est un bref résumé de la situation qui règne au Nouveau-Mexique à l’arrivée de l’actif et efficace commissaire Benavides en 1626. Cette situation n’est pas essentiellement différente de celle que nous avons constatée à Zacatecas, mais elle nous parait correspondre à une dégradation plus grande encore de l’autorité et des normes répressives. En effet, si Zacatecas est déjà zone de refuge par rapport à la région centrale de la vice-royauté, le Nouveau-Mexique est, comme le dit bien Scholes “a heaven for social outcasts from the mining camps of Zacatecas, Santa Barbara and Parral” (First Decade of the Inquisition in New Mexico, p. 216). C’est-à-dire la zone de refuge de la zone de refuge! Il était donc logique d’y rencontrer des exemples de rébellion et de mépris de l’autorité ecclésiastique encore plus marqués que dans la zone minière du Nord.
Dans les années 1620, le gouverneur Juan de Eulate a soutenu : 1) que le “roi est son champion”, et que s’il lui demandait de combattre le pape et de piller Rome, il le ferait, comme Bourbon ; 2) qu’on ne doit pas adorer la croix mais seulement la révérer ; 3) qu’un prélat ne peut guère prononcer d’excommunication sans son autorisation ; 4) que les dévots de l’ordre de saint François sont ses ennemis mortels ; 5) que les religieux ne travaillent pas et qu’ils passent leur temps à manger et à dormir, contrairement aux gens mariés qui travaillent ; 6) que la Sainte Trinité est composée de quatre personnes. En outre, il est accusé de mettre tous les obstacles possibles à l’oeuvre évangélisatrice des franciscains, de favoriser le culte des idoles chez les Indiens, de vivre en concubinage, de ne pas remplir les devoirs religieux les plus élémentaires, de raconter obsessivement des histoires scabreuses sur les ecclésiastiques, etc. On le voit, Eulate commet des délits autrement plus graves, par leur caractère délibéré et constant, que ceux qui sont reprochés à un Dávila Guevara, corrégidor mayor de Zacatecas, et, fait significatif, le tribunal du Saint-Office n’entreprend rien contre lui — probablement convaincu de la vanité d’une semblable tentative.
A côté de ce gouverneur, nous voyons des officiers arrogants, et un marginal fugitif, Donayre de las Misas (Moquerie des Messes) — dont le nom choisi bafoue ouvertement les bienséances — certainement protestant et qui se sent suffisamment en sécurité pour jouer au chat et à la souris avec le commissaire, s’amusant à le piquer adroitement.
Les sorcières indiennes triomphent dans ces noyaux européens isolés dans l’océan indigène, elles sont largement assimilées par leur mariage, leurs vêtements, leurs moeurs, et elles dominent manifestement les Espagnoles de leur influence.
Enfin, voici un qualificateur du Saint-Office en rupture de ban qui vient lui aussi se réfugier dans ces solitudes.
On le voit, tous ces personnages ont franchi quelques degrés supplémentaires dans l’échelle de l’individualisme, de la rébellion, de la désinvolture et de la marginalisation par rapport à ceux que nous avions rencontrés à Zacatecas à la même époque. Encore une différence : le caractère individuel des délits éclate ici, car il ne semble pas qu’il y ait eu de groupes constitués comme celui des judéo-chrétiens dans la zone minière étudiée, tout au plus des associations précaires et opportunistes d’intérêts politiques immédiats, au cours des nombreux différends qui secouèrent pendant le xviie siècle la maigre et pauvre collectivité européenne qui représente l’avancée ultime vers le Nord de la poussée hispanique.

220 Medina, op. cit., p. 273.
La tendance constante à la rébellion au Nouveau-Mexique a été bien étudiée par France Scholes dans les ouvrages suivants :
1) “The First Decade of the Inquisition in New Mexico”, New Mexico Historical Review, vol. VII, No. VII.
2) “Problems in the Early Ecclesiastical History of New Mexico”’, New Mexico Historical Review, vol. VII.
3) “Church and State in New Mexico, 1610-1650”, Publications in History, vol. VII.
4) “Troublous Times in New Mexico, 1659-1670”, Publications in History, vol. XI.

221 Elías Amador, Bosquejo histórico de Zacatecas, vol. 1, p. 346.

222 Elías Amador, op. cit., pp. 347 et 368.

223 Bibliothèque du Musée d’Anthropologie, bobine 3, documents microfilmés de l’Archivo del ayuntamiento de Zacatecas.

224 AGN, Inquisición, vol. 435, f. 457.

225 AGN, Inquisición, vol. 318, f. 332.

226 AGN, Inquisición, vol. 58, exp. 3.

227 AGN, Inquisición, vol. 303, f. 395.

228 AGN, Riva Palacio, tome VI, No. I, f. 134.
Cédula real de Carlos V, 8 de abril de 1533, Gerona.

229 AGN, Inquisición, vol. 316, f. 401.

230 Bibliothèque du Musée d’Anthropologie, bobine 3, documents microfilmés de l’Archivo del ayuntamiento de Zacatecas.

231 AGN, Inquisición, vol. 318, f. 321.

232 AGN, Inquisición, vol. 316, f. 431.

233 AGN, Inquisición, vol. 318, f. 347.

234 AGN, Inquisición, vol. 660, f. 146.

235 AGN, Inquisición, vol. 605, f. 281.

236 Manuel de Acosta, alias Francisco de Torres ; il s’agit très probablement du mari d’Isabel Tinoco, petite-fille de Blanca Enriquez et d’Antonio Rodríguez Arias, résidant à Zacatecas. Admis à la réconciliation en 1648 et en principe banni à perpétuité des Indes Occidentales. Mais on sait quels accommodements intervenaient assez souvent et le fait que dans l’accusation contre Francisco Pérez le nom de Manuel de Acosta ait été souligné par les autorités inquisitoriales de la capitale semble bien indiquer qu’elles se trouvaient en présence d’un personnage déjà connu d’elles et fortement repéré. Voir Genaro García, La Inquisición de Mexico, op. cit., p. 244.

237 Boletín del Archivo General de la Nación, tome VII, No. 1, p. 98, Causa criminal contra Treviño de Sobremonte, pour judaïsant.

238 F. Chevalier, op. сit., p. 217.

239 Bibliothèque du Musée d’Anthropologie, bobine 3, documents microfilmés de l’Archivo del ayuntamiento de Zacatecas.
Voir aussi Amador, op. cit., p. 349.

240 Boletín del Archivo General de la Nación, tome VII, No. 1, pp. 108-125 et 130 ; tome VII, No. 3, p. 411, Causa criminal contra Treviño de Sobremonte.

241 AGN, Inquisición, vol. 510, f. 334.

242 AGN, Inquisición, vol. 365, exp. 24.

243 AGN, Inquisición, vol. 43 5, f. 445.

244 AGN, Inquisición, vol. 303, f. 610, Catalina Enriquez est la mère d’Isabel Tinoco, voir note 47.

245 Genaro García, op. cit., pp. 225, 230, 234, 237, 247 et 250.
S. Liebmann, The Jews of New Spain, pp. 232, 255, 267, etc.

246 AGN, Inquisición, vol. 435, f. 587 ;
Edictos, I, No. 9.

247 AGN, Inquisición, vol. 333, exp. 1.

248 G. García, op. cit., p. 238.

249 AGN, Inquisición, vol. 356, f. 155.

250 ”Acusación contra don Santiago de Vera”, op. cit., pp. 199 et 200 (voir note 17).

251 Bibliothèque du Musée d’Anthropologie, bobines 3 et 4, documents microfilmés de l’Archivo del ayuntamiento de Zacatecas.

252 P.J. Bakewell, op. cit., p. 99.

253 AGN, Inquisición, vol. 309, exp. 4 ; vol. 356, exp. 154.

254 E. Amador, op. cit., p. 345.

255 E. Amador, op. cit., pp. 352 et 353.

256 E. Amador, op. cit., p. 346.

257 E. Amador, op. cit., pp. 357 et 358.

258 Ribera Bernárdez, Compendio de las cosas más notables contenidas en los libros del cabildo de esta ciudad de Nuestra Señora de los Zacatecas, desde el año de su descubrimiento 1546 hasta 1730, p. 19.

259 E. Amador, op. cit., p. 358.

Notes de fin

1 Nous rendons hechicería, hechiceras par magie, magiciennes, bien que la traduction ne soit pas satisfaisante, il s’en faut: brujería, brujas correspondent à sorcellerie, sorcières.

2 Mezquital: bois ou zone peuplée de l’arbre mezquite.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540