Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Inquisition et société au Mexique

 | 
Solange Alberro

Première partie. Le tribunal du saint-office

Chapitre II. L’activité inquisitoriale

Texte intégral

II. 1. INTRODUCTION

1Les registres inquisitoriaux font essentiellement état de 2 types de documents, les dénonciations et les procès qui, tout en entretenant une relation aussi nécessaire qu’évidente, n’en recouvrent pas moins des réalités différentes. En effet, la dénonciation est issue de la masse du “peuple chrétien”, invité régulièrement par les édits de foi et par les injonctions des prêtres dans le secret du confessionnal, à déclarer au Saint-Office tout ce qui, en matière de foi et de pratique religieuse, peut apparaître comme suspect. C’est donc une attitude — certes fortement induite par une série de menaces de peines spirituelles pour ceux qui préfèreraient se taire — de collaboration avec l’institution inquisitoriale, et, en même temps, sans nul doute, un indice certain de christianisation et de normalisation de ce même peuple. Mais c’est aussi davantage.

  • 1 Jean-Pierre Dedieu, “Les archives de l’Inquisition, source pour une étude anthropologique des vieu (...)

2La dénonciation à l’Inquisition, assurée de l’anonymat, donc soustraite d’office à l’éventuelle vengeance du dénoncé, recompensée de surcroît par la certitude de faire oeuvre pieuse puisqu’il s’agit seulement, en principe, de “décharger sa conscience”, constitue un admirable moyen de canaliser les envies, les frustations, les inimitiés et les vengeances, tant au plan individuel que collectif. Si, comme le souligne justement Jean-Pierre Dedieu, le faux témoignage caractérisé est extrêmement rare1 — il coûte d’ailleurs fort cher, l’Inquisition ne pouvant admettre d’être abusée et manipulée — quoi de plus facile que de présenter des faits de manière tendancieuse, malveillante ou partielle ? Quand bien même il s’est borné à donner de vagues indications, à semer des doutes, le dénonciateur peut sortir du tribunal satisfait à plusieurs titres : non seulement il croit s’être comporté en bon catholique apportant son secours aux autorités chargées de veiller à l’orthodoxie, mais il nourrit l’espérance secrète d’avoir nui à un voisin détesté, à un rival plus heureux en affaires ou en amours, à un ennemi intime, un indésirable de sa communauté. En ce sens, les dénonciations sont révélatrices et elles catalysent des tensions qui, pour être généralement souterraines et inconscientes, n’en sont pas moins puissantes, et qui, lorsqu’elles prennent la forme de poussées collectives, traduisent toujours, nous le verrons, la présence de fermentations dans les profondeurs de l’économique, du sociologique, du mental.

3Pour toutes ces raisons, la relation entre dénonciation et délit s’avère fort complexe : ce qui est dénoncé comme étant un délit par un individu quelconque n’apparaît pas forcément comme tel aux yeux des inquisiteurs, ces professionnels qui manient des critères bien spécifiques, et qui n’y voient, par exemple, qu’une banale infraction sociale ; la marge existant alors entre les deux appréciations est révélatrice du niveau de christianisation du dénonciateur.

4Il arrive aussi qu’à la faveur de la dénonciation, confirmée par des témoignages ultérieurs, se dessine un délit différent de celui qui avait été rapporté originellement. Enfin, nous savons que des dénonciations, dont il s’avère par la suite qu’elles étaient fondées, restent sans suite, pour des raisons très diverses et tenant le plus souvent aux failles du fonctionnement institutionnel ; dans ce cas, le délit n’apparaît pas confirmé par un procès ultérieur, et aucune sentence ne vient le sanctionner.

5Quoi qu’il en soit, outre son rôle de révélateur et de catalyseur, la dénonciation traduit presque toujours un délit objectif, si nous adoptons ici les critères inquisitoriaux, c’est-à-dire qu’il correspond effectivement à une croyance, à un comportement considéré comme hétérodoxe par le tribunal ou, pour le moins, perçu subjectivement comme tel puisque ressenti comme transgression dans la conscience du dénonciateur, cette fois.

6Quant au procès, il témoigne d’emblée de l’intervention inquisitoriale et doit donc au premier chef être vu comme un indice de l’activité du Saint-Office. Il est ensuite indicatif de l’existence d’un (ou de plusieurs) délit(s) bien qu’ici encore, il convienne de nuancer.

7En effet, s’il est bien certain qu’un procès n’est généralement intenté que lorsque les dénonciations originelles semblent suffisamment fondées, il arrive que l’affaire se termine par un non-lieu, par une reconnaissance de l’innocence de l’inculpé, ou seulement par l’expression d’une forte suspicion à son égard, dans le cas, par exemple, où l’épreuve de la question a été subie victorieusement. Parfois aussi, le délit ayant motivé l’appréhension et l’ouverture du procès finit par apparaître dérisoire, et l’Inquisition, si elle punit, sanctionne plutôt le scandale provoqué que la transgression elle-même. C’est pourquoi si les procès sont significatifs de délits objectifs, on ne saurait les considérer comme des révélateurs parfaitement exacts de ceux-ci : c’est l’examen seul des sentences qui établit la nature des délits, mais seulement des délits qui, d’une part ont été dénoncés et ensuite ont motivé une poursuite judiciaire. Restent ceux qui ne furent jamais identifiés comme délits par une population peu avertie et insouciante en matière de foi, ceux qui ne furent jamais dénoncés, ceux qui furent dénoncés mais jamais poursuivis, ceux qui furent poursuivis mais pas sanctionnés, etc. Car il est illusoire d’imaginer qu’une instance normalisatrice comme le Saint-Office ait eu connaissance de l’ensemble des délits, et, plus encore, qu’elle ait eu une prise étroite sur eux...

8Enfin, la notion elle-même de délit est ambiguë, même et surtout si l’on s’en tient aux critères inquisitoriaux qui se sont pourtant attachés autant que faire se pouvait, à en délimiter le plus précisément possible les diverses modalités ; cette ambiguïté se trouve reflétée dans la vaste jurisprudence qui accompagne les codes utilisés par les tribunaux. Sans évoquer la persistante et mouvante confusion qui découlait inévitablement des empiétements et des imbrications des diverses juridictions civiles et religieuses — particulièrement sensible dans les cas des délits de blasphème, de sorcellerie, de bigamie — il faut bien reconnaître qu’entre une transgression positive, une croyance ou une pratique hérétique, un propos ouvertement et consciemment hostile aux choses de la religion et un comportement superstitieux, par exemple, qui relève simplement de l’ignorance et qui traduit tout au plus une lacune, une faille, la différence est grande ; l’institution inquisitoriale peut tantôt englober ces diverses attitudes dans une même catégorie de délits, ou, au contraire, les voir comme 2 délits différents. Tout semble être fonction d’époque, de conjoncture, de contexte, de cas et d’individu, l’attitude de l’inculpé — défi ou repentir — étant d’un poids déterminant dans l’appréciation de la faute et l’établissement de la sentence.

9Voilà pourquoi nous avons choisi, selon les questions que nous posons à nos sources, l’examen des dénonciations lorsqu’il s’agit de discerner des phénomènes intéressant les mobiles qui animent les individus, les groupes ou les majorités silencieuses — mais non muettes, à l’évidence — celui des procès dès lors que nous cherchons à saisir l’activité strictement institutionnelle. Mais nous avons aussi recours à la catégorie “affaires” (trâmites), qui englobe à la fois des dénonciations, les témoignages isolés et les procès, catégorie qui, si elle peut sembler un tant soit peu artificielle, se révèle opérationnelle et, en fin de compte, fondée puisque seule elle permet d’envisager globalement la besogne inquisitoriale dans sa relation dynamique et même, ici, dialectique, avec ces dénonciations qui, parfois en lourdes vagues, souvent au goûte à goutte, montent à la surface du magma social, bulles sulfureuses qui crèvent aussi en procès plus ou moins éclatants... Cette catégorie, à la fois légitime et bâtarde, permet donc d’embrasser le phénomène inquisitorial dans sa complexité fondamentale — sa dimension institutionnelle et sociale — de l’apprécier globalement et, par conséquent, de le mesurer et de l’interpréter en fonction de références plus vastes, comme le contexte économique, politique et social dans lequel il se trouve immergé.

II.2. L’ACTIVITE INQUISITORIALE EN NOUVELLE-ESPAGNE : QUELQUES CONSIDERATIONS

10En termes généraux, nous constatons que l’instauration du Saint-Office à México en 1571 est immédiatement suivie d’une augmentation sensible du volume des affaires, augmentation qui, après une dépression correspondant aux dernières années du xvie siècle, ne tarde pas à s’accentuer fortement entre 1610 et 1630 ; la décennie 1630-1640 voit à nouveau un effondrement du volume des affaires inquisitoriales, très vite corrigé par le maximum, spectaculaire cette fois, des années 1640-1650 (voir figure II. 1. et tableau II. 1.). La dernière partie du siècle est peu animée mais les deux ultimes décades assistent à nouveau à une remontée notable du nombre de délits dont le tribunal eut, d’une façon ou d’une autre, connaissance, puisque nous retrouvons des ordres de grandeur comparables à ceux des premiers temps d’exercice, 100 ans plus tôt.

11Or, si nous excluons l’exceptionnelle flambée des années 1640-1650, motivée par la persécution de la “complicité” des judéo-chrétiens, restés secrètement pratiquants du mosaïsme, il est évident que la tendance générale observée par le volume global des affaires suit fidèlement ce que nous savons des destinées socio-économiques de la Nouvelle-Espagne : après un vif décollage, fin xvie siècle, lié à la fortune minière, les 20 et sans doute 30 premières années du xviie siècle sont marquées par un incontestable épanouissement de la vice-royauté, touchant tous les domaines, et en particulier la mine, ici encore, mais brutalement frappé par la crise qui se laissait entrevoir dès les années 20 ; au terme d’une stagnation solidement établie, à partir de 1650 et qui dure plusieurs décades, un redressement énergique, une fois de plus lié à la mine, se fait sentir à la fin du siècle, avant-coureur du florissant xviiie. Le maximum des années 1640-1650, qui correspond à une véritable crise dont les racines profondes plongent autant dans le politique que le socio-économique, nous le verrons, souligne fortement cette période charnière entre les 2 moitiés du siècle, celle de l’épanouissement et celle de la dépression indiscutée.

12Il est donc indéniable que le phénomène inquisitorial, dans la complexité de ses implications les plus larges — la démarche qui relève de la délation et celle qui reflète l’action institutionnelle — entretient une relation avec le contexte qui le nourrit et qu’il contribue à animer ; reste à découvrir les modalités de cette relation, que nous devinons sans peine multiple et à plusieurs niveaux.

  • 2 Solange Alberro, La actividad del Santo Oficio de la Inquisición en Nueva España, 1571-1700, pp. 9 (...)

13Nous sommes en mesure, dans une première étape, de préciser la nature de ces “affaires” inquisitoriales dont nous venons de décrire les grandes lignes, afin de savoir quand il s’agit d’une action institutionnelle, avec la formation de procès, ou de mouvements surgis au sein des masses, sous forme de dénonciations : il suffit pour cela de comparer les deux figures représentant d’une part, le volume global d’affaires inquisitoriales et d’autre part celui des procès intentés par le Saint-Office. Des évidences sautent alors aux yeux : le nombre de procès (â la fin du xvie siècle) est, de loin, le plus élevé de toute la période étudiée, traduisant sans ambages la volonté du tribunal de contrôler une situation que de nombreux témoignages dénonçaient comme particulièrement relâchée en Nouvelle-Espagne ; et ce sont surtout les colons espagnols2 qui subissent les rigueurs inquisitoriales, les blasphémateurs et ceux qui se laissent aller à tenir toutes sortes de propos inconvenants ou scandaleux, les bigames et les partisans de la fornication banale et sans remords (la fornicación no es pecado, et ses variations nombreuses...), ceci afin, d’abord de les corriger et de leur faire savoir que l’époque des moeurs allègrement désordonnées est révolue, que désormais ils seront tenus en bride et peut-être, plus encore, de les empêcher de donner aux Indiens récemment convertis d’aussi fâcheux exemples.

  • 3 Alberro, op. cit., pp. 49 et 50.

14Par contre, les vastes mouvements d’affaires des années 1610-1630 correspondent, pour l’essentiel, à des dénonciations multitudinaires de pratiques de sorcellerie3, qui ne suscitent guère de réaction notable de la part du tribunal, puisqu’â cette période correspond un nombre médiocre de procès. Car les temps héroïques des débuts sont bien passés, pour les inquisiteurs en place qui vaquent mollement, dans la torpeur coloniale, à leurs occupations, et sont surtout soucieux de leur survie économique ; d’ailleurs, il n’est pas de tradition au Saint-Office, de poursuivre avec ardeur ces piètres délits qui relèvent de l’ignorance la plupart du temps, et sont indignes de l’attention de professionnels préparés pour débusquer l’hérésie protéique et pernicieuse. Donc, l’Inquisition se borne, dans ces années, à recevoir passivement les dénonciations, à les enregistrer, pour le plus grand profit de l’historien et de l’ethnologue futurs, et parfois, lorsque l’effervescence causée par toutes ces menées superstitieuses est par trop vive, à calmer les esprits par l’intervention prudente d’un commissaire, voire par quelque procès exemplaire qui remet les choses à leur place, c’est-à-dire à celle sans éclat, de l’ignorance ou de l’imposture.

  • 4 Huguette et Pierre Chaunu, Séville et l’Atlantique, tome VIII-1, Les structures géographiques, pp. (...)

15Mais dans ce cas, le Saint-Office joue un rôle non moins important que celui de contrôle et de répression, qui, trop souvent, apparaît comme étant le sien exclusivement : ici, il accepte de polariser les tensions et les pulsions individuelles et collectives sous forme de dénonciations, et, finalement, de les geler dans ses archives où elles n’auront de suite qu’éventuelle ; il les désamorce, en fait, en laissant aux dénonciateurs l’espoir ou l’illusion intime de les voir, un jour, aboutir, et, en fin de compte, il remplit une fonction inestimable de stabilisation sociale4. Ce phénomène, quantitativement apparent dans le cas privilégié des années 1610-1630, est constant dans la démarche inquisitoriale mais n’est généralement perceptible qu’à travers la microanalyse, celle qui nous fait descendre au cas concret.

  • 5 Alberro, op cit., pp. 39 et 40.

16Le milieu du xviie siècle, marqué par une augmentation considérable du nombre des affaires, enregistre également un nombre relativement élevé de procès contre les judaïsants5, encore qu’une forte disproportion entre les 2 mouvements — celui des affaires et celui des procès — soit sensible. Or, la raison en est simple : outre les dénonciations et les procès proprement dits, nous avons là une quantité de témoignages, c’est-à-dire de fragments de procès, recopiés plusieurs fois par les ministres, dans la mesure où leur contenu impliquait plusieurs accusés, et que le désordre et la paresse inquisitoriales — rappelons-nous ces feuillets qui jonchaient le sol du tribunal, attendant inutilement l’aiguille d’un notaire pour les coudre dans le procès auquel ils étaient destinés — ont laissés dispersés jusqu’à nos jours au hasard des archives ; par conséquent, c’est ici le nombre des “affaires” qui est artificiellement gonflé, puisque sous cette rubrique se rangent des documents nombreux qui normalement auraient dû être intégrés à des procès.

17Passé le moment d’activité d’autant plus intense que les procès contre les judéo-chrétiens sont le plus souvent longs, complexes et à ramifications, voire à rebondissements, ce qui explique qu’ils s’étendent sur une durée supérieure à celle qui correspond aux procès en général, l’inertie retombe comme une chape, et il faut attendre les dernières décennies du xviie siècle pour retrouver une légère coïncidence entre l’activité du tribunal à proprement parler et le volume d’affaires, c’est-à-dire, essentiellement de dénonciations.

18Par conséquent, on ne saurait nier que l’activité institutionnelle, tout en suivant les tendances de la délation — il ne peut en être autrement — ne colle pas exactement à cette dernière, phénomène qui révèle l’existence d’une stratégie inquisitoriale spécifique, et une conscience évidente, encore que non explicitée, d’une double fonction sociale, celle que nous connaissons depuis toujours, de contrôle et de normalisation, et celle que nous pouvions pressentir sans avoir les moyens de la dégager, de détournement des pulsions et de stabilisation sociale.

II.3. L’ACTIVITE INQUISITORIALE ET LE POLITIQUE

  • 6 Tomás y Valiente, El derecho penal de la monarquía española, pp. 221 et 222.

19C’est une question désormais banale, mais qui ne saurait être éludée, que celle des relations entre le phénomène inquisitorial et ce qui relève du politique ; c’est aussi une question qui n’a guère de chance de trouver une réponse définitive. En effet, Francisco Tomás y Valiente le résume magistralement, exprimant par là le sentiment de bien des historiens contemporains, les siècles qui nous occupent constituent l’“époque où l’Eglise se sert du bras séculier et où le pouvoir politique s’engage à réaliser des fins strictement religieuses”6. Autrement dit, le politique tel que nous le concevons, n’existe pas (encore), et tout est finalement politique, ce que déclarait d’ailleurs dans sa simplicité la formule de Philippe II, “pour le service de Notre-Seigneur et le Nôtre” : si les deux “services” sont bien distingués, ils sont aussi étroitement associés.

20Par ailleurs, si l’on veut absolument tenter d’établir la distinction d’un champ temporel plus précisément rattaché à l’Etat, il faut accepter des nuances et des ambiguïtés supplémentaires, puisque nous sommes sous l’Ancien Régime et de surcroît, dans l’empire espagnol, une véritable mosaïque de peuples, de pays et de royaumes, avec leurs juridictions, leurs coutumes et leurs droits particuliers.

21Ainsi, par exemple, si nous prétendons évoquer la politique en Nouvelle-Espagne, de quoi peut-il s’agir ? En premier lieu, bien entendu, de la Couronne, présente à travers les cédules royales, les cartas acordadas, les diverses nominations, etc. ; puis du vice-roi qui en est le représentant mais pas toujours exactement l’interprète fidèle ni le bras diligent, car on ne saurait mettre en doute que ces hauts fonctionnaires aient parfois agi de leur propre chef, animés par des considérations qui n’étaient pas forcément celles du monarque ; viennent ensuite les Audiences, représentant elles aussi un certain pouvoir politique dont les fins et les moyens ne concordaient pas toujours non plus ni avec ceux de la Couronne, ni avec ceux des vice-rois... enfin, les groupes de pression, les factions plus ou moins éphémères qui, à un moment donné, peuvent peser lourd dans la dynamique d’une institution et d’une société.

22Voilà pourquoi il est à la fois excitant et décevant d’essayer de lire l’effet du politique sur le phénomène inquisitorial : on le perçoit bien souvent et on ne le découvre que très rarement car, d’une part, il s’infiltre imperceptiblement à tous les niveaux, de la cédule royale qui le déclare avec éclat à la recommandation chuchotée au consulteur, de l’échange de correspondance avec un vice-roi, un visiteur, aux relations particulières. Les pouvoirs politiques multiformes suivent les tentacules emmêlés des carrières, des intérêts, des conjonctures surtout, ils agissent secrètement au sein de leurs imbrications mais parfois, aussi, affleurent suffisamment pour qu’on les reconnaisse.

  • 7 Eva Alexandra Uchmany, Introducción al estudio de los cristianos nuevos de origen español en la Nu (...)

23C’est par exemple le cas, dès 1528, bien avant l’installation du Saint-Office, donc, des judaïsants Hernando Alonso et Gonzalo de Morales, qui terminèrent leurs jours sur le bûcher, alors que Diego de Ocaña y Diego de Morales, pourtant tout aussi judaïsants, furent réconciliés : il est vrai que les premiers étaient partisans de Cortés, alors que les seconds lui étaient opposés ou restaient indifférents à la violente querelle qui secouait alors la vice-royauté. Or, un témoin de cette affaire, Pedro Vázquez de Vergara, déclare qu’“au début des années 30, don Sebastián Ramírez, archevêque de Santo Domingo, arriva dans la ville (de Mexico), où il était nommé président de l’Audience royale ; et ce témoin a entendu dire à de nombreuses personnes, dont il ne se rappelle plus les noms, qu’elles lui avaient entendu déclarer que dans le cas desdits Hernando Alonso et Gonzalo de Morales, on n’avait pas respecté les normes juridiques, comme il se devait, chose qu’il savait pour avoir été inquisiteur en Espagne”7.

  • 8 Corsarios franceses e ingleses en la Inquisición de la Nueva España, passim.

24Plus tard, après l’établissement du Saint-Office dans la vice-royauté, on peut déceler l’incidence du politique dans l’activité du tribunal, si on accepte d’accorder à ce terme le contenu à la fois imprécis et ambigu que nous avons précédemment signalé, et qui est évidemment le sien à l’âge classique. Qui peut nier, alors, que la poursuite des corsaires français et anglais, échoués sur les côtes de la Nouvelle-Espagne, dans les années 1570-1580, ne s’inscrive dans la perspective de la lutte menée par Philippe II contre l’ennemi qui se trouve en même temps être l’hérétique ?8 Que l’attitude observée par l’Inquisition à l’égard des nouveaux chrétiens d’origine portugaise, passés aux Indes à la faveur de l’union des 2 Couronnes - d’abord de relative indulgence au début du xviie siècle, puis, à partir des années 1630, de fermeté croissante, pour déboucher enfin dans les grandes persécutions de la décade 1640-1650 - n’ait des racines dans la situation politique où se débattait l’Espagne de Philippe IV, à l’apogée et au crépuscule du comte-duc ? Ici, le politique est tellement diffus qu’il imprègne tout, en vérité, et qu’il s’avère vain de chercher à le circonscrire.

  • 9 AGN, Riva Palacio, tomo II, exp. 3, Proceso contra Luis de Carvajal, gobernador del nuevo reino de (...)

25Par contre, on peut déceler l’intervention personnelle, autoritaire, celle du vice-roi, le comte de la Coruna par exemple, dans une affaire comme celle du gouverneur du Nouveau-Leon, don Luis de Carbajal y de la Cueva dit “le Vieux”. On sait comment le fondateur de ce royaume, s’appuyant sur une capitulation lui conférant la souveraineté sur un immense territoire, empiétant en fait sur des régions déjà soumises au vice-roi ou à d’autres puissants, s’attira bon nombre d’inimitiés, et en particulier, celle de ce haut fonctionnaire. La chute d’Antonio Pérez et l’accusation portée contre lui de judaïsme, ayant alors attiré l’attention sur tous ceux qui avaient reçu de l’ex-favori des grâces — c’était très probablement le cas de Carbajal qui put s’embarquer pour la Nouvelle-Espagne accompagné d’une centaine de familles, toutes dispensées de faire la preuve de leurs origines — le comte de la Coruna fit incarcérer par la justice civile le gouverneur du Nouveau-Leon, saisissant opportunément le prétexte de son ascendance douteuse pour se débarrasser d’un “féodal” encombrant. Le Saint-Office intervint ensuite, et si Carbajal apparut comme un catholique convaincu, il ne s’en avéra pas moins le complice tacite en fait, de sa nombreuse famille qui, elle, pratiquait le judaïsme avec ferveur. La suite n’est que trop connue, la ruine d’une famille entraînant le démantèlement de la frêle communauté marrane qui commençait à s’implanter dans la colonie9.

26Il faut donc constater que dans l’affaire de Luis de Carbajal, le Vieux, le religieux a servi de prétexte, et le Saint-Office, délibérément ou non, d’instrument pour parvenir à des fins dont on peut dire qu’elles étaient politiques, puisque le gouverneur du Nouveau-Leon remettait en cause la souveraineté du vice-roi en empiétant sur des terres en principe soumises à ce dernier : stratégie au caractère certes local, mais dont l’enjeu n’en est pas moins politique.

27Un demi-siècle plus tard, le célèbre cas de Guillén de Lampart vient à nouveau poser le problème des relations de l’Inquisition avec les sphères du pouvoir. Cet aventurier remarquable qui a captivé les esprits et les imaginations au point qu’il apparut comme un précurseur de l’indépendance mexicaine, qu’il inspira une littérature romanesque, et qu’il a pu effectivement représenter un danger potentiel par ses projets de rébellion efficacement secondés par une vive intelligence, une étonnante culture et une connaissance réelle du monde colonial et de ses faiblesses, n’était aucunement un hérétique, sinon, tout juste, un modeste déviant, au moment où il fut arrêté. Or, c’est l’Inquisition qui intervint, puisque c’est elle qui reçut la première dénonciation contre Lampart, révélant ses plans d’indépendance et le signalant comme suspect d’hérésie. Au cours des 17 ans que dura son emprisonnement, il est vrai que les chefs d’accusation s’amplifièrent et se diversifièrent notablement, au point de l’accabler, lors de sa sentence, sous l’énoncé de 228 délits, dont un bon nombre était totalement illusoire.

  • 10 . Luis González Obregón, Rebeliones indígenas y precursores de la independencia mexicana en los sig (...)
  • 11 Si d’abord la Couronne demanda qu’au terme de son procès, la personne de don Guillén lui fût remis (...)

28S’il est certain que Lampart avait, au départ, eu recours à des pratiques condamnées — astrologie, divination, etc. — ses écrits, déclarations, attaques ultérieures de toutes sortes aux autorités en général et aux inquisiteurs en particulier, s’ajoutant au fait qu’il était apparemment étranger, aggravèrent considérablement son cas, le transformant en ennemi public10. Ajoutons aussi que sa longue cohabitation carcérale avec les judaïsants arrêtés entre 1642 et 1649, fit de lui le témoin de bien des choses, dont certaines étaient irrégulières ou compromettantes, et il n’est pas exclu qu’on ait voulu également se débarrasser d’un sujet par trop gênant. C’est peut-être ce qui explique que, malgré des ordres de Madrid, puis des instructions de la Suprême, réclamant le prisonnier, Lampart ait terminé ses jours sur le bûcher, où les inquisiteurs mexicains l’envoyèrent en 1659, après l’avoir jugé pour astrologie et hérésie11.

29Bien que de nombreux doutes subsistent encore, dont il est peu probable maintenant qu’ils seront un jour levés, il est certain que l’aventurier irlandais fut emprisonné 17 ans puis exécuté pour des raisons religieuses, lesquelles tout en existant — l’Inquisition n’aurait pas pu intervenir autrement — étaient insuffisantes pour motiver un traitement et une condamnation semblables. Comme pour le vieux Luis de Carbajal, les considérations qui dictèrent et guidèrent l’action inquisitoriale, dépassent la sphère strictement religieuse qui ne leur est toutefois aucunement étrangère, et elles furent probablement dictées par des intérêts locaux : c’est particulièrement flagrant dans le cas de Lampart, puisque les ordres de Madrid le concernant restèrent lettre morte. Manifestement, le politique, entendu dans un sens large, prévalut ici et là sur le religieux qu’il réduisit à l’état de prétexte et de moyen. Il resterait, bien sûr, à découvrir l’impossible, le maillon qui manque sans doute à jamais et qui fait rêver les chercheurs, celui qui rendrait compte d’une conversation strictement privée, voire secrète, d’un conseil suggéré, d’une requête insinuée, entre ceux, autorités et mandants divers qui tinrent un instant les destinées des autres entre leurs mains, et qui établirait, une fois pour toutes, la relation indiscutable du Saint-Office avec l’hydre du pouvoir politique... Nous devons y renoncer la plupart du temps, sauf lorsque le miracle se produit.

30Et il se produisit, un beau jour de 1665 où le tribunal vint à apprendre, par une de ces nombreuses dénonciations qui constamment l’informaient de ce qui se passait un peu partout, que des Noirs et des mulâtres joyeusement réunis, avaient bu “à notre santé, et pour que l’année prochaine, nous gouvernions ce royaume”. Le vice-roi fut aussitôt averti de ces propos séditieux qui pouvaient se révéler dangereux, le nombre des gens de couleur dans la capitale étant alors considérable ; l’inquisiteur et visiteur don Pedro Medina Rico, consulté sur les mesures à adopter, il ressortit que :

  • 12 AGN, Riva Palacio, tome 33, exp. 3, sans pagination, Autos en razón de unas noticias que se dieron (...)

Son Excellence (le vice-roi) déclara qu’au nom de Sa Majesté’ et qu’en son propre nom, le tribunal devait essayer d’intervenir également dans l’affaire, qu’il fallait surtout empêcher que ces accidents ne se produisent et ne surviennent, et qu’il ne voyait pas, pour y parvenir, de moyen plus assuré, si ce n’est que ce tribunal, avec le secret qu’il observe, intervienne pour s’informer de ce qu’il en était ; on s’assurait de la sorte du bon effet et du plus grand service du Roi, car c’était les Tribunaux du Saint-Office qui assuraient et avaient assuré la permanence de ses royaumes ; et ainsi, de par l’obligation que les ministres avaient en cela, nous devions intervenir et, selon ce que nous découvririons et ce qu’il semblerait y avoir à propos de cette affaire, nous devrions informer Son Excellence, au moyen d’une consultation, sans préjudice de notre état12.

31Les démarches confiées par le vice-roi, le marquis de Mancera, furent donc discrètement réalisées par l’Inquisition, qui lui fit ensuite part des résultats dans un rapport dont les termes dissipent désormais tous les doutes. Qu’on en juge plutôt :

  • 13 AGN, Riva Palacio, tome 33, exp. 3, sans pagination, Autos en razón de unas noticias que se dieron (...)

Excellentissime. De même que le Tribunal du Saint-Office de l’Inquisition se trouve le plus favorisé de tous par la main puissante et libérale du Roi, Notre Sire [que Dieu Garde] et des Rois, ses antécesseurs, Nos Sires — puissent-ils être en sainte gloire — de même, Excellentissime, il s’emploie de son mieux à veiller à son plus grand service, remplissant une partie de son obligation ; et dans un si juste souci, son soin principal et majeur se porte à purifier ses royaumes, en déracinant les crimes de l’hérésie et du judaïsme et autres schismes, qui peuvent léser et offenser la Sainte Foi et la religion catholique, que Sa Majesté si vivement cherche à conserver intacte dans toute sa monarchie, connaissant avec certitude que la ruine totale des royaumes procède de la division des religions qu’on y professe ; et bien que les ministres qui servons à ce Tribunal, nous oeuvrions de toutes nos forces en ce que nous pouvons, à la consécution d’une fin aussi sacrée, et que notre ministère se borne à arracher du bon grain de l’Eglise l’ivraie que le judaïsme et l’erreur aveugle de l’hérésie ont coutume de jeter et jettent dans le bon grain de la foi et de la religion catholique : si malgré cela, nous entendons que la république peut souffrir le dommage de quelque inquiétude ou de quelque trouble, nous ne sommes pas dispensés d’informer le Roi Notre Sire, ou celui qui représente son autorité comme Votre Excellence dans ce royaume, de toutes les nouvelles qui viennent à notre connaissance ; nous devons au contraire, comme ministres les plus obligés, être les plus exacts13. (Souligné par nous).

32Ce texte, à proprement parler providentiel, nous indique assez que le Saint-Office était en l’occurrence parfaitement conscient de la spécificité de son rôle, qu’il saisissait clairement sa fonction dans la gestion monarchique et qu’il acceptait éventuellement de la dépasser lorsque les intérêts supérieurs, c’est-à-dire politiques, lui en prescrivaient la nécessité. Il montre aussi que le pouvoir — ici, le vice-roi — considérait comme fort avantageuse la collaboration du tribunal : la condition d’obligés de la Couronne qui était celle de ses ministres, payés sur les fonds de l’Etat ; une longue tradition de services et de soutien mutuels ; et surtout, le secret dont il entourait toutes ses démarches professionnelles, le faisaient sans aucun doute apparaître comme un instrument peut-être exceptionnel, mais toujours privilégié et préférable à d’autres.

33Ceci étant, si nous restons ici au niveau de la collaboration en ce qui concerne l’information, sans passer pour cela à une action positive du tribunal pour ce qui touche à la répression, la communication de cette information aux autorités civiles, de la part de l’institution qui était indubitablement la mieux informée de toutes, indique suffisamment la nature et la qualité des services qu’elle rendait éventuellement au politique.

  • 14 AGN, Inquisición, vol. 489, ff. 85-88, Traslado del papel que remitió a este Santo Oficio el señor (...)

34Enfin, nous disposons d’autres preuves de la collusion de l’institution inquisitoriale avec le politique : lorsque les nouvelles du soulèvement des Portugais au Brésil et de leurs tentatives à Carthagène des Indes parviennent vers la fin 1641 en Nouvelle-Espagne, l’évêque-visiteur Juan de Palafox s’alarme fort et il adresse au vice-roi, le marquis de Villena, une note dans laquelle il lui exprime ses craintes concernant les Portugais de la vice-royauté et les mesures qu’il juge bon de voir adopter à leur endroit, lui suggérant d’“en conférer avec un Tribunal aussi grave, saintement religieux que celui de l’Inquisition, qui observe un secret considérable, composé de sujets d’une grande expérience et dont l’opinion permet que Votre Excellence justifie sa décision à tout moment, car c’est un Tribunal très grand, qui a une connaissance très intime des Portugais, de leurs qualités et de leurs inclinations”14. Il apparaît donc clairement que pour Palafox, vice-roi lui-même quelques mois plus tard, l’intervention inquisitoriale va de soi lorsque la sécurité de la colonie l’exige.

  • 15 AHN, libro 1054, Carta del 23 de abril de 1643, f. 31.

35Le tribunal, d’abord réticent, ne tarda pas à jouer le rôle qui lui était demandé : ayant découvert que les judaïsants qui peuplaient ses cachots mettaient tous leurs espoirs dans la venue d’une flotte portugaise qui les libérerait, qu’ils disposaient de listes d’esclaves noirs travaillant dans les moulins à sucre, leurs alliés éventuels en cas de soulèvement et, dans les poches d’un prisonnier, la copie des contrats et des capitulations signés par le Portugal rebelle et les Etats de Hollande, les inquisiteurs “avertirent de tout cela le vice-roi, don Juan de Palafox, pour que de son côté, il manifeste la vigilance qui s’imposait et retire des ports de mer et des mines les Portugais qui s’y trouvaient, ce qu’il a fait”15.

36Cette fois encore, l’intelligence de l’Inquisition avec le pouvoir politique est évidente et, notons-le, elle se manifeste à nouveau au niveau de la communication de l’information, collaboration bien naturelle, il est vrai, entre des appareils qui, pour ne pas entretenir toujours des relations sans nuages, n’en conjuguent pas moins leurs efforts dès lors que des enjeux capitaux sont en cause.

II.4. L’ACTIVITE INQUISITORIALE ET L’ECONOMIQUE

  • 16 . L’examen des relations existant entre l’activité inquisitoriale et la conjoncture économique a ét (...)

37Nous avons précédemment montré la coïncidence existant entre le mouvement inquisitorial et celui, plus général, qui correspond au développement de la Nouvelle-Espagne pendant les xvie et xviie siècles : au décollage économique de la deuxième moitié du xvie siècle, qui comprend la légère récession des dernières années, correspond une tendance ascendante similaire des affaires inquisitoriales, avec le même fléchissement lors de la dernière décennie. Les débuts du xviie siècle président en même temps à une forte poussée économique et à une augmentation de l’activité inquisitoriale, tendance qui se modifie à partir des années 1630, approximativement, où le mouvement inquisitorial, comme l’économique, s’atténue et ne retrouve une certaine intensité que vers la fin du siècle16.

38Toutefois, si la relation entre phénomène inquisitorial et économique semble clairement établie, confirmant par là l’idée célèbre de Michelet dans La sorcière, une contradiction se présente : nous constatons en effet que la forte activité économique s’accompagne d’un plus grand nombre de délits, alors qu’on aurait attendu une augmentation des transgressions en période de récession, et une réduction lorsque régnait la prospérité. Ce point capital retiendra notre attention plus loin.

  • 17 Peter J. Bakewell, Silver Mining and Society in Colonial Mexico, Zacatecas, 1546-1700.

39Nous examinerons donc trois cas concrets où le phénomène entretient à l’évidence des relations avec la situation économique. Mais il faut d’abord préciser que notre choix n’est pas dicté par le souci de présenter une démonstration convaincante, mais plutôt par le manque d’information intéressant le contexte économique pour d’autres régions, d’autres villes. Zacatecas et sa contrée constituent un exemple privilégié, et ceci pour plusieurs raisons : d’abord, parce que nous disposons du remarquable travail de P.J. Bakewell, qui dresse un tableau très complet de l’activité économique de la région17. Ensuite, parce que cette ville, isolée sur les plateaux du nord du Mexique, peut être définie comme exclusivement minière, ce qui est fort appréciable puisque l’indice d’activité économique s’impose ici indiscutablement, alors que dans d’autres cas, il est malaisé de décider lequel est réellement représentatif ; pis encore, il faut parfois en retenir un qui ne paraît pas toujours convaincant, à défaut d’autres.

40Dans un premier temps, nous avons établi la courbe qui rend compte de la moyenne quinquennale des affaires, en relation avec le total des affaires pour l’ensemble de la Nouvelle-Espagne (voir figure II.2.). Nous pouvons ainsi apprécier le volume d’affaires enregistrées jusqu’aux premières décades du xviie siècle. A l’exception d’un léger maximum qui correspond vraisemblablement à l’établissement du Saint-Office, compte tenu du décalage normal dû à l’éloignement de la zone et du retard de la mise en place des autorités inquisitoriales, le mouvement ne s’accélère qu’entre 1615 et 1640, pour se réduire à peu de chose autour de 1655, avant de remonter brusquement et d’atteindre un maximum entre 1655 et 1670 ; les dernières années du xviie siècle ne voient en revanche pas de modifications notables ; qu’on nous permette, pour une plus grande clarté, de nommer désormais cette courbe A.

41Essayons maintenant de la comparer avec celle qui exprime, en moyennes quinquennales, la production d’argent (la courbe B) durant la même époque. A première vue, on ne saurait nier que les 2 figures présentent des profils semblables : 3 séries de maxima, autour des mêmes décades. Toutefois, leur examen plus approfondi rend compte de différences importantes : en admettant que le sommet des années 1580-1585 de la courbe A résulte de l’établissement du tribunal dans la vice-royauté, nous constatons que les maxima des années 1615-1640 correspondent à une augmentation de la production d’argent, tandis que celui des affaires de 1665-1670 coincide avec un fléchissement de la courbe B ; par ailleurs, la courbe A descend à nouveau alors que la seconde atteint de son côté son point le plus élevé, entre 1675 et 1680. Il est clair qu’on ne peut établir aucune relation à partir de ces observations : il n’y a ni coïncidence, ni opposition absolue entre les deux phénomènes.

42Il semble plutôt que parfois, les périodes de prospérité économique, parfois, de récession, voient augmenter le volume des affaires. Ceci nous a incitée, dans un deuxième temps, à dégager la notion de variation dans la production minière, par périodes quinquennales, cherchant à quantifier non plus sa valeur moyenne mais ses variations autour de la moyenne quinquennale : d’où l’établissement d’une nouvelle courbe qui représente le coefficient de variation de la production d’argent à Zacatecas pour des périodes de 5 ans, c’est-à-dire, le coefficient de variation quinquennale, pour nous en tenir à la terminologie classique en histoire.

  • 18 Alonso de la Mota y Escobar, Descripción geográfica de los reinos de Nueva España, Galicia, Nueva (...)

43Par ailleurs, la ville présentait des traits bien particuliers, souvent signalés18. Géographiquement isolée, elle se définissait par une activité fondamentale, la mine. Le transport et la vente de nombreux produits de consommation, de marchandises nécessaires à la technologie minière, le mouvement dense et continu qui unissait Zacatecas au reste de la vice-royauté et à la lointaine Espagne, tout cela était subordonné à cette vocation qui conférait à la zone un rôle déterminant dans l’activité économique de la colonie ; c’est ainsi que la dépendance de la cité pour sa survie apparaissait comme la condition même de son rôle moteur en économie, et il fallait alors voir la région comme un secteur en quelque sorte autonome, et, en conséquence, détacher la situation qui était la sienne, pour ce qui est des délits, du tableau général des affaires en Nouvelle-Espagne.

44Pour ce faire, une courbe fut établie (voir figure II.3.) qui correspondait à une moyenne quinquennale d’affaires, mais exprimée cette fois en termes numériques absolus. La comparaison de la courbe du coefficient de variation intraquinquennale de la production d’argent avec la moyenne quinquennale du nombre absolu d’affaires permit alors d’apprécier une étonnante coïncidence : l’unique contradiction apparaît avant 1570, et il convient de rappeler que si la cité, fondée en 1546, ne tarda pas à organiser la production d’argent, les recherches et procédures inquisitoriales sérieuses ne commencèrent qu’à partir de 1575, à cause du décalage précédemment signalé, c’est pourquoi les données antérieures à cette date ne doivent pas être réellement prises en compte.

45La relation qui apparaît maintenant très clairement entre ces 2 courbes peut être exprimée de la façon suivante : lorsque la variation économique est forte, le volume d’affaires augmente, la stagnation entraînant en revanche une diminution de ces dernières. L’idée de Michelet était donc juste, les délits sont effectivement liés à la crise, mais à condition d’élargir la notion de crise et de lui donner plutôt le sens de variation, bénéfique ou non, la question n’étant pas là. On peut donc en déduire qu’une situation d’équilibre n’engendre manifestement que l’ennui, terrain peu propice à l’éclosion des délits aussi variés que poétiques qui constituent la moisson habituelle du Saint-Office.

  • 19 . P. et H. Chaunu, Séville et l’Atlantique, 10 tomes, passim.

46A l’opposé de la lointaine cité des Hauts Plateaux, la maritime Veracruz nous offrait un autre exemple, également privilégié. D’abord parce qu’à côté des sources inquisitoriales abondantes, nous disposons de l’étude de Pierre Chaunu sur le mouvement portuaire, du moins pour une partie de la période étudiée, jusqu’en 165019. Enfin, parce que Veracruz présentait un cas très différent de celui que nous avions observé, mais tout aussi intéressant. Car, si Zacatecas s’avérait être en quelque sorte le moteur de l’économie de la vice-royauté, le port jouait également un rôle fondamental, pour des raisons inverses : il était le maillon d’une chaîne qui commençait en Europe, passait par un port espagnol et terminait dans la capitale vice-royale, et parfois aux Philippines, via Acapulco. Veracruz ne donnait naissance à aucun processus économique, fonctionnant comme un pont entre 2 mondes, contrairement à la cité minière, et l’activité intense qui régnait à certaines périodes dans le port, se trouvait totalement conditionnée à l’arrivée et au départ de la flotte. Pierre Chaunu a magistralement décrit le grouillement sporadique de foules violentes, qui contrastait fortement avec la solitude et la torpeur qui pesaient la majeure partie de l’année sur le port insalubre.

47Comme antérieurement, nous avons dégagé le coefficient de variation intraquinquennale du tonnage de Veracruz, considérant bien sûr que le tonnage déterminait l’activité économique du port, et avons pour cela pris en compte les allées et venues des bateaux entre l’ensemble des ports andalous et San Juan de Ulúa.

48Par ailleurs, la situation en ce qui concerne les délits était la suivante : si Veracruz était seulement un point transitoire sur une longue route économique, dépourvu de vie propre, l’activité inquisitoriale devait refléter cette caractéristique, et il convenait d’examiner les délits à l’intérieur du contexte général des délits inquisitoriaux ; c’est pourquoi nous décidâmes cette fois de les considérer en relation étroite avec le reste de la Nouvelle-Espagne, et d’établir en conséquence la courbe de la moyenne quinquennale d’affaires à Veracruz en relation avec la courbe générale d’affaires pour toute la vice-royauté (voir figure II. 4.).

49La comparaison des 2 courbes est féconde : il existe une bonne corrélation entre la variation intraquinquennale du tonnage et la moyenne des affaires. Le seul point qui puisse attirer l’attention, regarde le léger décalage qu’on observe lorsque la courbe des affaires augmente en 1590, tandis que le maximum de la variation du tonnage se dessine 5 ans plus tard ; il faut donc admettre que dans ce cas, la coïncidence chronologique entre la variation de l’indice économique et les manifestations délictueuses n’est pas stricte. Les délits sont en fait l’écume d’une société particulière, qui ne réagit pas toujours de la même façon aux impulsions surgies de l’infrastructure ; les mentalités requièrent toujours un temps de réponse variable, et variables sont également les modalités qu’elles choisissent comme moyen d’expression ; dans le cas présent, la rapidité et l’intensité de la réponse que constituent les délits, indiquent sans doute un corps social extrêmement sensible, puisque la courbe qui correspond aux délits, après un démarrage marqué par le décalage normal, suit celle qui rend compte de la variation du tonnage, d’un brusque mouvement.

50L’allure de cette même courbe entre 1610 et 1630 mérite également un commentaire. Nous constatons en effet qu’entre 1610 et 1615, elle coïncide parfaitement avec celle qui indique la variation du tonnage, et lorsque cette dernière marque à nouveau une forte oscillation, entre 1615 et 1620, la réponse délictive, quoique évidente, s’avère beaucoup plus faible. En 1625, celle-ci marque une pause, avant d’enregistrer encore une ascension moins prononcée en 1635, la variation du tonnage étant alors très forte. On peut ici constater comment, à une période de constantes et intenses variations économiques, la situation concernant les délits réagit plus faiblement ; il semblerait que le groupe social et les mentalités, essouflés de suivre les changements fréquents et marqués du contexte économique, perdent de manière provisoire et partielle leur capacité de réponse et d’adaptation.

  • 20 Jaime Vicens Vives, Historia de España y América, tome III, pp. 553 et 554.

51Il faut aussi, à ce propos, rappeler qu’à partir de 1621, le mouvement des flottes qui assuraient le trafic entre le Mexique et l’Espagne, enregistra une tendance constante à la diminution20 ; si en 1628, les Hollandais détruisirent une flotte, les tempêtes et les faits de guerre provoquèrent de lourdes pertes en 1622, 1631, 1633, 1641. Ces incidents se traduisirent, au niveau de la courbe du coefficient de variation du tonnage, par des oscillations prononcées, et l’on est en droit de penser que parallèlement, le volume des affaires diminua, du fait d’une réduction très probable de visiteurs à Veracruz.

52En revanche, il ne paraît pas possible d’invoquer ici le rôle des autorités inquisitoriales pour expliquer ces problèmes mineurs de décalage ; car nous avons considéré comme affaires une série de manifestations, essentiellement des dénonciations qui, la plupart du temps, impliquaient une attitude passive de la part du tribunal ; rappelons-nous que le notaire se bornait à enregistrer les faits rapportés, sans conséquences ultérieures, le plus souvent.

53L’étude de Veracruz semble donc confirmer les résultats obtenus à Zacatecas, et la relation entre affaires et mouvement économique paraît évidente ; lorsqu’on assiste à une modification sensible de l’économie d’une région, le phénomène délictueux augmente, alors qu’il tend à diminuer dans une situation stable.

  • 21 Arístides Medina Rubio, Elementos para una economía agrícola de Puebla, 1540-1795, passim.

54Puebla de los Angeles nous offre un troisième exemple, mais si nous disposons de riches sources inquisitoriales, nous manquons de séquences complètes, en ce qui concerne les indices économiques. Nous avons toutefois les données concernant les dîmes de l’évêché : constituées par des produits tels que le maïs, le blé, l’avoine, le cacao, les fruits, le bétail, la laine et le sucre, etc., elles reflètent fidèlement la production agricole de la région de Puebla. Aristides Medina a calculé la valeur de la dîme liquide, lorsqu’il a disposé de l’information nécessaire, c’est-à-dire pour les xvie et xviie siècles, entre 1558 et 1583, 1602 et 1624, 1641 et 1656, 1675 et 1699, ce qui nous a permis, à notre tour, d’établir le coefficient de variation intraquinquennale de la dîme liquide, puis la courbe qui l’exprime21. Rappelons à cet effet que la dîme liquide se trouve en relation presque proportionnelle avec la dîme perçue et qu’on la calcule à partir du montant des revenus de l’évêché qui englobent les prébendes, les canonicats, les rations qui sont propres au chapitre de la cathédrale, dont nous connaissons les salaires.

55Mais si, pour Zacatecas et Veracruz, la validité de l’indice économique utilisé était indiscutable, la production minière et le tonnage de l’ensemble des embarcations, respectivement, nous admettons volontiers que le choix de la dîme liquide pour Puebla laisse beaucoup à désirer. Car Puebla représente le cas le plus complexe de notre démonstration. Sa vocation agricole est connue : les vallées d’Atlixco, de Tlaxcala, les régions de Tepeaca, de Tecamachalco, bien peuplées, pourvoyaient de vivres aussi bien la capitale voisine que le port du golfe, et on peut effectivement admettre que cette activité se trouva reflétée dans les dîmes perçues par l’évêché.

56Puebla est beaucoup plus que le centre d’une contrée fertile : c’est d’abord l’arrêt forcé sur les routes commerciales évoquées, qui unissaient le Vieux Monde au Nouveau, via Veracruz, et parfois les lointaines îles Philippines, par Acapulco. Or, les draps de Ségovie et les ivoires chinois ne faisaient pas que traverser la cité, ils s’y vendaient souvent, et ce vestibule de la capitale vice-royale jouait en fait un rôle commercial important. En outre, Puebla ne tarda pas à voir surgir toute une série d’activités liées aux grands courants marchands qui l’animaient : ateliers qui produisaient, en dépit des restrictions officielles, aussi bien des étoffes de soie que de laine grossière, des tissus de coton à usage populaire, et élaboraient les denrées destinées aux longues traversées, biscuits et farines, suif, viandes séchées et jambons, cordages et agrès pour les vaisseaux, chandelles, objets de verre et de céramique, etc. Or, cet intense mouvement économique, qu’il est difficile de quantifier actuellement, étant donné l’état des travaux sur ce sujet, ne se trouve aucunement reflété par les dîmes qui rendent seulement compte de la situation agricole de la région.

57En adoptant cet indice économique, nous savions donc que nous privilégions la région au détriment de la cité, et que nous ne considérions qu’un seul aspect de son activité, négligeant sa fonction commerciale et artisanale que les témoignages décrivent pourtant comme considérable. Il fallait malgré tout s’en tenir là, puisqu’aucun autre indice n’était disponible.

58Par ailleurs, la relation étroite et multiple de Puebla avec le mouvement économique général exigeait que l’on intégrât sa situation délictueuse à l’intérieur de la situation générale propre à la vice-royauté. Nous avons donc établi, comme pour Veracruz, la moyenne quinquennale des affaires par rapport à l’ensemble des affaires en Nouvelle-Espagne, et, afin de nous adapter le plus possible à la nature de notre indice économique, significatif, nous l’avons vu, de la situation agricole de toute la région, nous avons aussi considéré les affaires enregistrées dans l’ensemble de cette même région (voir figure II.5.).

59Nos courbes coïncident presque parfaitement : le premier maximum de la courbe des affaires, entre 1570 et 1580, correspond précisément au maximum de la variation de la dîme, et lorsque cette dernière marque une oscillation spectaculaire, entre 1600 et 1615, la moyenne des affaires suit la même tendance, la simultanéité se reproduisant lors des mouvements de 1640-1650 et 1675-1700. Cette coïncidence nous suggère que l’indice économique auquel nous avons eu recours était bien valable, car il est exclu que la corrélation observée soit le fait du hasard : en conséquence, l’activité agricole de la région de Puebla constituait le facteur économique le plus important pour la cité, en dépit du développement commercial et artisanal que nous avons souligné.

60Il ne s’agit pas ici, de présenter cette observation comme une affirmation ; la matière même qui constitue l’objet de notre étude, le mouvement des délits et celle, inquisitoriale, qui y répond, nous interdit de rien affirmer pour ce qui relève de l’économique : nous la livrons seulement comme hypothèse, qui devra être vérifiée par d’autres...

61La tentation d’étudier la ville de Mexico était forte, mais il fallut y renoncer. En effet, le premier obstacle résidait dans le fait que nous manquions d’un indice économique satisfaisant. Le second concerne le tableau des délits établi pour la capitale : tout indique que la moyenne atteinte par rapport aux volumes délictueux que nous trouvons dans les provinces, est constante, ce qui concorde avec l’idée d’une ville de Mexico, somme de tous les courants économiques, sociaux et idéologiques de la vice-royauté. Enfin, il ne faut pas oublier que le tribunal résidant à Mexico, toute affaire surgie quelque part dans la colonie, débouchait éventuellement dans un procès intenté à Mexico, ce qui gonfle considérablement la moyenne de la capitale, de manière artificielle.

62Toutefois, de sensibles augmentations du volume des délits en relation avec la persécution des judéo-chrétiens à la fin du xvie siècle et dans les décades 1640-1650, se dessinent sur cette toile de fond. Or, la lutte contre les marranes a obéi à une politique commune à tout l’empire espagnol, quand bien même elle s’est adaptée aux modalités particulières de chacune de ses parties. Par conséquent, si les maxima concernant les délits de la capitale se trouvent liés à la persécution des judaïsants et si ce phénomène n’a pas été exclusif de la vice-royauté, nous sortons inévitablement du cadre explicatif proposé jusqu’à présent, et où des données économiques strictement locales étayaient le processus social qui fait l’objet de notre attention ; México reflétait donc l’ensemble de la vice-royauté à travers sa moyenne délictueuse constante, mais aussi, les mouvements qui agitaient l’empire ; situation légitime, en fin de compte, pour une capitale qui était à la fois la tête d’une dépendance et le membre d’un immense corps.

63Finalement, nous croyons avoir souligné, au prix d’une démonstration dont les lourdeurs nous ont paru, malgré tout nécessaires — ce que la sociologie a rendu évident à tous, exigeant, nous semble-t-il, une approximation rigoureuse en histoire — la relation indéniable qu’entretient la sphère de la transgression et de la déviance avec la conjoncture économique qui la soutient.

64Mais nous ne dissimulerons pas que, si ce phénomène a peut-être été mis en lumière ici, l’essentiel reste à découvrir : s’agit-il, en effet, d’une relation causale ou concomittante ? Quelle que soit la réponse à cette question, il faudrait comprendre les mécanismes de cette relation, les relais qu’elle emprunte, les articulations qu’elle met en jeu. Autrement dit, il faudrait scruter la boite noire où mûrissent les processus sociaux, là où les courants mystérieusement féconds de l’économique, du social et du mental, se fondent. C’est, à la vérité, un propos qui dépasse trop largement nos capacités, et que nous confions volontiers à d’autres. Qu’il nous suffise d’avoir montré, espérons-le, comment les turbulences de la situation économique, impliquant aussi bien le passage brusque à la récession qu’à la prospérité, s’accompagnent d’une inquiétude sociale manifeste, qui se traduit par une délinquance accrue, comprenant les transgressions proprement dites, leur délation et, éventuellement, leur sanction.

65Il faut aussi, très probablement, pour tenter de comprendre le phénomène, introduire la notion de rythme puisque ces mêmes variations économiques se déployant sur des durées plus amples, ne semblent pas provoquer d’augmentation notable du nombre des délits. Or, il apparaît que lorsque la variation économique se produit rapidement, le décalage avec le rythme des phénomènes de mentalité, plus lents et plus lourds par nature, entraîne des conséquences sociales, transgressions diverses, délinquance. Dans ces conditions, on conçoit qu’une institution aussi expérimentée que le Saint-Office se réserve de jouer, plus ou moins délibérément, et à certaines périodes où le décalage s’approfondit, le rôle prophylactique de catalyseur des émotions populaires profondes.

66Voyons maintenant comment elle affronta cette situation, organiquement conditionnée donc, par le politique et l’économique.

II.5. TENDANCES GENERALES DE L’ACTIVITE INQUISITORIALE

  • 22 Nous nous basons ici sur les données fournies par Gustav Henningsen dans “El banco de datos del Sa (...)

67L’Inquisition mexicaine — nous incluons ici les périodes d’activité monastique et épiscopale — brassa entre 1522 et 1700, une masse de 12 000 affaires approximativement, dont un peu moins de 2 000 furent des procès intentés entre 1571 et 1700, ce qui donne une moyenne annuelle de 15 procès ; nous sommes certes au-dessous des performances de Saragosse, Valence, Grenade, Logroño, Llerena, Tolède, Barcelone, mais au-dessus de celles des tribunaux de Murcie, Valladolid, Saint-Jacques de Compostelle, Majorque, Cordoue et des Canaries22, nous situant donc dans une bonne moyenne (voir tableau II.2.).

68Si cette approximation quantitative de l’activité inquisitoriale a un sens, le tribunal mexicain apparaît comme raisonnablement actif, auprès de ceux qui fonctionnaient dans la péninsule. Quant à en tirer des conclusions en ce qui concerne son degré d’efficacité, c’est-à-dire son emprise réelle sur les populations à lui soumises, tant au travers de la normalisation que du contrôle et de la répression, c’est une autre affaire.

69Il faudrait, en effet, pour apprécier l’impact de cette activité, dépasser son seul bilan, et le confronter aux spécificités du contexte dans lequel elle se déploie ; en d’autres termes, une moyenne annuelle de procès doit être mise en regard de l’espace qu’embrasse le district du tribunal, et de la population qui l’habite. Plus encore, il conviendrait probablement de considérer des facteurs plus complexes, tels que la densité démographique, la continuité ou la discontinuité du peuplement, l’homogénéité culturelle et religieuse, car 15 procès annuels pour un district de 30 000 km2, peuplé de 600 000 habitants, dont une bonne partie au moins est chrétienne de longue date, et ces mêmes 15 procès intentés à une population approximative de 450 000 âmes, composée de trois quarts de catholiques aussi récents que superficiels, perdus de surcroît sur un territoire de 3 000 000 km2, et noyés dans un monde indien hétérogène ne signifient certes pas la même chose.

70Bien évidemment, si l’activité de l’Inquisition est la même, ses effets ne le sont pas. Dans le premier cas, la densité démographique, le réseau des communications, des noyaux de peuplement et l’homogénéité culturelle répercutent ces effets en les amplifiant, alors que dans le second, ils s’amortissent rapidement dans le semi-désert spatial et humain, se heurtant à un univers culturel multiple qui, sans leur être à proprement parler imperméable, ne leur oppose pas moins l’indifférence de l’incompréhension et de l’ignorance.

71Pour tout cela, nous pouvons, sur la base des données statistiques nues, pondérer l’action du tribunal vice-royal, en la comparant à celle des Inquisitions péninsulaires ; en revanche, il ne semble pas possible de mesurer son impact, et, partant, son efficacité sur les populations, les facteurs intervenant alors nécessairement étant trop variables et variés et souvent, proprement impondérables.

72Par contre, ces données numériques nous permettent d’apprécier la délinquance, sans prétendre pour autant qu’elles la reflètent toute entière. Mais avant de les examiner, il n’est peut-être pas inutile de préciser que si tout délit jugé par le Saint-Office est, par principe, religieux, attentant plus précisément soit à un dogme, soit à une vérité enseignée par l’Eglise, nous avons, sur la base même des catégories utilisées par les ministres, distingué les infractions concernant plus nettement le champ religieux, la morale sexuelle et les pratiques de magie, les hérésies et les délits civils étant au départ clairement signalés. Nous considérons certaines de ces infractions, telles que la sollicitation, comme religieuses et sexuelles, tout en sachant pertinemment qu’entre le regard de l’inquisiteur qui n’y voyait qu’un manquement au sacrement de la pénitence et le nôtre, qui y introduit une notion de faute sexuelle, se glisse une possibilité d’erreur, que le théologien pourra sans doute censurer et l’historien comprendre et admettre, puisque c’est seulement en superposant nos catégories à celles de l’inquisiteur que nous risquons de découvrir un sens supplémentaire nous concernant, â une réalité passée et déjà expliquée à travers une grille plus traditionnelle.

73Nous constatons donc (voir tableau II.3.) qu’en Nouvelle-Espagne, les procès les plus nombreux — ils représentent plus du tiers du total — furent intentés pour des délits religieux mineurs, reniement, blasphème, propos et actes scandaleux, etc. Vient ensuite le groupe des transgressions aux implications sexuelles, polygamie et bigamie, sollicitation, propos hostiles à la chasteté, à la virginité, et favorables à la fornication, au concubinage. L’hérésie arrive modestement en troisième position, devant les pratiques de magie — érotique, utilisation à des fins diverses d’herbes, de procédés de divination, etc. — qui précèdent enfin les délits de type strictement civil, mais jugés par l’Inquisition, puisque le fait de ses agents, et comprenant aussi bien le vol, l’assassinat, la contrebande que le stupre. L’idolâtrie n’est pratiquement pas représentée, les indigènes échappant à la juridiction du tribunal, on le sait ; et lorsqu’elle l’est, c’est souvent à travers des cas impliquant des métis, des Noirs et des mulâtres, gagnés à ces pratiques, selon un processus acculturant bien particulier et contraire à celui qui est d’ordinaire mis en relief, puisqu’ici c’est le monde indien qui, dans certaines conditions, attire à lui de nouveaux éléments : les cas d’illuminisme sont par ailleurs insignifiants au plan statistique.

74L’originalité de la situation américaine est éclatante : si l’on peut considérer que les faits de sorcellerie et de magie atteignent des proportions voisines en Espagne et au Mexique, et que les délits religieux mineurs constituent, dans les deux cas, une masse considérable — avec une possible supériorité, toutefois, pour la vice-royauté — il en va tout autrement pour ce qui est de l’hérésie et des manquements sexuels. En terre américaine, le nouveau chrétien pratiquant dans le secret la religion de ses aïeux en dépit du baptême reçu et plus encore, le morisque ou le luthérien ne sont pas courants, alors que le bigame, le polygame, l’ecclésiastique sollicitant ou celui qui tient des propos scabreux sur les fondements de la morale sexuelle enseignée par l’Eglise sont légion.

75Voici donc un tribunal privé de ce qui fut, de tout temps, à la fois sa justification et son moteur, ce qui traditionnellement mobilisa le meilleur de ses énergies et exerça, en les aiguisant, ses compétences, dans une quête minutieuse et raffinée de la faille et de l’erreur, de l’hérésie. Car le vrai hétérodoxe, lucide et conscient, celui qui s’enferme dans un individualisme propice à la méditation et à la pesée secrète des choses de la foi, ou celui qui participe à un cercle ardemment occupé à la découverte et à l’expérience d’autres vérités, celui-là n’existe pratiquement pas en Nouvelle-Espagne. On trouve plutôt une hérésie désespérée d’arrière-garde, comme celle de ces judaïsants transis, accrochés à des lambeaux de pratique qui leur échappent inéluctablement, happés par les puissants tourbillons syncrétiques qui brassent tout, hérésie de hasard et d’occasion — nous serions tentée de dire, même, de contrebande ici, propre à quelque corsaire anglais ou français échoué sur les côtes après un naufrage — dont aucune n’aura fleuri spontanément dans la colonie, s’y trouvant plutôt transplantée de son terreau originel. Ces hérétiques ne recevront pas le redoutable hommage intellectuel de la dispute théologique de la part de leurs juges qui ne s’échaufferont guère qu’à l’enquête policière, mettant au jour des pratiques parfois déjà bâtardes et des certitudes nébuleuses. Par contre, c’est une avalanche de petits déviants dont les actes ou les propos remettent en cause ou ignorent simplement la loi de l’Eglise en matière de bonnes moeurs ; ceux-là s’épanouissent dans une floraison toute tropicale, se nourrissant profusément des relations de domination spécifiques de la situation coloniale, de l’émigration masculine et de la mobilité spatiale et sociale, à l’ombre d’un encadrement institutionnel et idéologique précaire.

II.6. LES HERESIES

76Bien que les hérétiques au Mexique n’aient pas eu cette présence dramatiquement écrasante qui est trop souvent la leur dans certains tribunaux péninsulaires, nous leur accorderons la priorité ; en effet, c’est contre eux que fut institué le Saint-Office en Amérique comme partout dans l’empire espagnol. Par ailleurs, l’importance et l’ampleur des démarches qu’ils suscitèrent, la gravité des peines qu’ils subirent et les enjeux qu’impliquent leurs délits font d’eux les princes tragiques du peuple des pénitents inquisitoriaux. Peu nombreux, en fait, ils ne dépassèrent certainement pas le demi-millier pour l’ensemble de la période que nous étudions, ils motivèrent, approximativement, quelque 400 procès, et une masse importante de documents annexes, témoignages, inventaires, actes et correspondances divers, contraignant par là les inquisiteurs à un dur et exceptionnel labeur.

  • 23 La variation dans les chiffres proposés ici tient à la variété des sources qui sont :
    l’Indice gene (...)

77La grande majorité d’entre eux sont ces Portugais dont les ancêtres avaient fui l’Espagne, au temps de l’expulsion décrétée par les Rois Catholiques ; l’union des 2 Couronnes (1580-1640) leur permit souvent de retrouver la terre de leurs aïeux, et ils virent dans le passage aux Indes ce que voyait bien sûr tout Ibérique, c’est-à-dire, l’occasion de réaliser une rapide et facile fortune, mais aussi, et c’est la différence, la possibilité de pratiquer moins dangereusement la religion à laquelle ils restaient malgré tout fidèles, en dépit du catholicisme qu’ils devaient afficher depuis déjà un siècle au moins. A 2 reprises, à la fin du xvie siècle et dans la décade 1640-1650 — nous excluons la phase des années 1630-1635 qui n’eut pas un caractère systématique — ils furent l’objet de fortes persécutions au terme desquelles leurs communautés restèrent abattues à jamais. Ce fut encore eux qui souffrirent les rigueurs les plus grandes : de 380 judaïsants ayant fait l’objet d’un procès — qui ne furent pas tous conclus, ne l’oublions pas — de 34 à 37 semblent avoir péri sur le bûcher, de 96 à 107 en effigie et un nombre indéterminé, mais élevé, mourut de maladie, de vieillesse, de détresse, se suicida ou perdit la raison pendant une incarcération souvent interminable23 (voir figure II.6.).

  • 24 La cédule de fondation du Saint-Office au Mexique et au Pérou se trouve dans Recopilación de leyes (...)

78Enfin, une poignée de corsaires anglais, français et hollandais, reliquat d’équipages naufragés qui s’étaient infiltrés dans les terres et y commettaient force actions téméraires, reçut également de lourdes condamnations parce que protestants, dans les années qui suivirent l’établissement du Saint-Office en Nouvelle-Espagne, et nous avons vu comment cet épisode s’inscrivait dans la politique militante de Philippe II contre l’hérésie en général, et la Réforme en particulier. Car c’était l’urgence et le devoir impératif, pour un monarque chrétien, de la combattre, qui dictèrent l’implantation de l’Inquisition sur le continent américain. Il suffit, pour s’en convaincre, de s’arrêter aux termes de la cédule de fondation du Saint-Office de México (voir appendice II. 1.) : l’hérésie y apparaît comme un “mal” dont on redoute la “contagion” (le mot est employé 2 fois), et qui exige des “remèdes” qui ont fait leur preuve : “châtier” et “extirper” les erreurs qu’elle propage, “dévier” et “exclure” toute relation avec les hérétiques. Ainsi, on se purifiera de cette “peste” et les naturels des terres nouvellement conquises, qui donnent de si touchantes marques de leur excellente disposition à recevoir la foi catholique — preuve de la “grâce et bénéfices singuliers dont Notre-Seigneur dans sa pitié et miséricorde a usé dans ces temps avec les naturels, leur donnant une claire connaissance de notre sainte foi catholique” ce qui, à l’évidence, redouble le devoir du champion du catholicisme, qui ne saurait rester indifférent à une telle manifestation de providentialisme — : ces innocents et simples naturels se trouveront préservés du mal. Car si l’hérésie est bien un mal, ce dernier a pour lui l’immense et impardonnable différence de l’être délibérément, ses tenants travaillant “avec une malice, une passion et un soin extrême” à la répandre par mille moyens, ce qui explique et justifie du coup la rigueur des remèdes nécessaires. Une terminologie médicale, donc, est utilisée ici, celle de l’épidémie — la peste — et de la chirurgie, qui recouvre un champ conceptuel simplement et profondément élémentaire, manichéen : maladie (volontaire, ce qui l’aggrave terriblement)/santé, mal/bien... Un dernier mot enfin, la cédule de fondation vise plus particulièrement la Réforme, puisqu’elle évoque les “doctrines et les erreurs nouvelles, fausses et réprouvées des hérétiques”, en écho évident au contexte politique qui l’a produite24.

  • 25 John H. Elliott et José F. de la Peña, Memoriales y cartas del conde duque de Olivares, tome I, p. (...)

79Or, nous le constatons à travers nos sèches données numériques, l’hérétique est relativement rare en Nouvelle-Espagne, c’est un sujet extérieur au milieu local, venu d’ailleurs et souvent en transit, il n’est pas bien difficile de l’“exclure” car il n’a guère de racines, et sauf lorsque la conjoncture politique y pousse, on ne le recherche pas avec fureur. Cette conjoncture ne s’est vraiment présentée qu’à 2 reprises, étant chaque fois l’aboutissement du concours de facteurs locaux et impériaux. C’est le cas, à la fin du xvie siècle, l’introduction du tribunal en Nouvelle-Espagne se conjuguant aux grandes campagnes menées par Philippe II contre les ennemis/hérétiques en général, en Espagne et ailleurs - morisques, marranes, Turcs, Anglais, révoltés des Pays-Bas. Au milieu du xviie siècle, l’arrivée au Mexique d’un nouvel inquisiteur, don Juan Sáenz de Mañozca, tout frémissant encore des persécutions contre les judaïsants menées en compagnie de son cousin et maître à Lima, et avide de renouveler de semblables exploits dans son nouveau poste, s’ajoutait à la nomination de Palafox comme vice-roi, au climat politique précédant la chute d’Olivares et à l’impact du soulèvement du Portugal. A l’inverse, les procès des années 1630, qui auraient pu donner lieu à des recherches plus poussées, débouchant inévitablement sur la découverte des pratiques de l’ensemble de la communauté marrane mexicaine, n’eurent pas de retombées, l’équipe des inquisiteurs alors en place n’étant pas disposée à intervenir contre un groupe qui comprenait quelques-uns des personnages les plus notables de la vice-royauté, et le comte-duc protégeant de sa main puissante les marranes nécessaires à la monarchie25.

80Hormis ces périodes de crise, tout semble indiquer que le Saint-Office se borne à rester informé de l’existence d’hérétiques probables dispersés un peu partout, mais dont il pressent peut-être que l’isolement et l’immersion dans un milieu humain et naturel étranger finiront, inexorablement, par venir à bout. C’est du moins ainsi que nous interprétons ces dénonciations qui, sans être jamais nombreuses, témoignent pourtant de la persistance de comportements étranges, voire suspects, parfois nettement hétérodoxes, révélant l’existence de quelque judaïsant, de quelque sympathisant de Luther, perdu dans un trou minier, une hacienda du bout du monde, aux prises avec sa détresse ou sa folie, dévoré lentement par le temps, plus souvent le désert, le chaos colonial...

81Il semble bien, en effet, que l’Inquisition mexicaine ait adopté une attitude énergique envers les hérétiques lorsqu’ils constituèrent des communautés — comme les marranes — des groupes — les corsaires — ou lorsque leur comportement, individuel cette fois, fut de nature à susciter le scandale et la confusion, suivant en cela les lignes de conduite tracées par la cédule de fondation du tribunal et au nom des mêmes considérations qui l’avaient inspirée. Car on ne saurait nier que l’hérésie, quelle qu’elle fût, aurait pu représenter un grave danger pour la colonie.

  • 26 Antonio Domínguez Ortiz, El Antiguo Régimen : los Reyes Católicos y los Austrias, pp. 421-423. Cet (...)

82Si ses tenants y étaient incomparablement moins nombreux qu’en Espagne, les moyens pour les tenir en échec étaient également incomparables. Non seulement la Nouvelle-Espagne était cet immense territoire échappant en grande partie à tout contrôle effectif — à l’exception des Hauts Plateaux du Mexique central et de quelques vallées — mais les côtes, ni peuplées ni gardées, étaient à qui voulait les prendre ; point d’armée ni de flotte dignes de ce nom, quelques places plus ou moins fortes seulement... Par contre, la Méditerranée caraïbe était sillonnée de corsaires au service de princes hérétiques, tapis dans les repaires innombrables que sont les îles à l’affût des lourds galions qui, chaque année, prenaient la mer, chargés des richesses de l’Orient et de l’Amérique, et dont les coups de force les rendaient maîtres, pour quelques heures ou quelques jours, d’une cité côtière. Ne s’étaient-ils pas, plusieurs fois déjà emparés de Pernambouc, Maracaibo, Puerto Bello ou Campeche26 ? Et qui sait, peut-être un jour, leur mauvaise étoile les mènerait à l’assaut des sierras tutélaires, leur livrant la capitale, renouvelant d’incroyables conquêtes sur ces terres qui en avaient vu bien d’autres.

  • 27 AGN, Inquisición, vol. 489, ff. 85-88, Traslado del papel que remitió a este Santo Oficio el señor (...)
  • 28 María Teresa Huerta y Patricia Palacios, Rebeliones indígenas de la época colonial, passim. Ces ré (...)

83A ces craintes, s’ajoutaient celles qu’on nourrissait à propos de l’aide éventuellement apportée à l’hérétique du dehors par l’hérétique du dedans, clandestin, éternel phantasme de la cinquième colonne, mais qui avait pourtant pris corps, on le savait, lorsque les nouveaux chrétiens de Pernambouc avaient facilité la prise du port aux Hollandais dont ils attendaient la liberté de pratiquer ouvertement le mosaïsme27 ; celles, aussi, que faisait naître la présence, en Nouvelle-Espagne, d’un grand nombre de sang-mêlé, turbulents et rebelles, les véritables parias du régime de domination, celles encore qu’on pouvait toujours conserver en ce qui concernait les Indiens, apparemment dominés et dociles, mais qui, épisodiquement, et justement sur les marges des régions réellement contrôlées, n’en éclataient pas moins en révoltes violentes28.

84Enfin, même si les intellectuels et, d’une façon générale, les individus susceptibles de se sentir intimement concernés par les enjeux spirituels d’une hérésie n’étaient pas nombreux dans la vice-royauté, le simple fait d’une interrogation, d’une remise en question et de la proposition d’options différentes dans un domaine où, comme les autres, à la même époque, la culture hispanique ne tolérait que le conformisme, pouvait avoir l’effet d’une traînée de poudre, mettant le feu aux insatisfactions, aux aspirations larvées et aux colères rentrées de tant de laissés-pour-compte.

85Car l’hérésie, dans ce qu’elle a d’intrinsèquement rétrograde, a une force explosive dont est dépourvue toute idéologie de progrès : en prescrivant le retour en arrière, pour revenir à une pureté perdue — la Réforme — ou le maintien dans un état de perfection originel indépassable — le marranisme — elle réfute ce qui dans le présent prétend incarner la Vérité, c’est-à-dire l’Eglise. Or, celle-ci, qui se définit précisément par la fidélité à l’héritage et tire sa légitimité de la droite ligne de ses origines, peut bien, à la rigueur, admettre d’être dépassée par une démarche qui cherche à hâter l’évolution naturelle, puisqu’on reconnaît alors la nécessité et la validité de l’étape actuelle qu’elle, Eglise, représente ; mais elle ne peut accepter sa négation et sa condamnation, inhérente à toute hérésie, laquelle s’arroge alors la mission sacrée de retrouver un bien perçu comme prostitué, corrompu ou perdu par cette même Eglise. Or, s’il n’est pas facile de mobiliser les coeurs et les âmes pour un paradis ou un avenir qui chante, toutes choses éminemment incertaines, rien de plus aisé que de catalyser fureurs et frustrations sur du concret, les moeurs relâchées des ministres, le monolithisme écrasant de la machine, par exemple, car si l’on ne sait trop comment construire un éden, on peut immédiatement détruire l’immonde.

86Voilà pourquoi l’hérésie, indépendamment de ses propositions théologiques et spirituelles ne concernant qu’une poignée d’esprits, et de sa faible représentation au Mexique pendant la colonie, a pu apparaître comme la semence du Diable pour l’ordre monarchique, pourquoi le Saint-Office n’hésita pas à la réprimer régulièrement, brutalement, lorsqu’il la crut assistée des circonstances qui la rendaient dangereuse — implantation collective ou groupusculaire, contexte politique, social — pourquoi aussi il la laissa s’éteindre ou dégénérer quand elle resta individuelle, et surtout isolée, donc, inefficace, condamnée à l’anéantissement.

87Une dernière considération s’impose, découlant naturellement des précédentes. Si le Saint-Office fut instauré, en Nouvelle-Espagne comme ailleurs, pour combattre l’hérésie, si c’était ce pour quoi, depuis toujours, il était pleinement préparé, et si l’hérésie, en terre américaine s’avère infiniment moins fréquente que dans la péninsule, au point de ne représenter que le troisième champ de l’activité inquisitoriale, après les délits religieux mineurs et ceux qui intéressent la morale sexuelle, une alternative se présente inéluctablement : ou bien le Saint-Office, cessant de remplir les fonctions pour lesquelles il fut créé, dégénère, comme n’importe quelle institution devenue inutile, ou bien il s’adapte aux nouvelles nécessités du milieu spécifique qui l’insère désormais, assumant de nouveaux rôles et remplissant d’autres emplois, dans le droit fil, d’ailleurs, de la tradition inquisitoriale qui, nous l’avons constaté à travers la riche jurisprudence complétant les grands codes, permettait à chaque tribunal de s’adapter à la conjoncture locale tout en restant fidèle à l’héritage commun.

88Comment réagit donc l’Inquisition mexicaine ? Et d’abord, voyons-la aux prises avec ce qui constitue son pain quotidien, l’infinité des transgressions, graves parfois, bénignes le plus souvent, qui reflètent les libertés prises avec les choses de la religion dans leur vécu de tous les jours.

II.7. LES DELITS RELIGIEUX MINEURS

89Comment s’y retrouver, dans cette jungle foisonnante qui représente plus du tiers des procès pour l’ensemble de la période étudiée, témoignant à l’évidence de la profondeur et de la qualité du catholicisme des populations soumises au Saint-Office, et de la volonté de l’institution de les contrôler, donc de s’adapter aux exigences du milieu colonial ? (voir figure II.7.).

  • 29 AGN, Inquisición, vol 435, f. 309, Denuncia contra Juan Lozano, Cholula, 1650, et Denuncia contra (...)

90Que trouvons-nous parmi ces délits concernant plus spécifiquement le vécu de la religion ? Tout d’abord, le blasphème qui fleurit à la même époque en Espagne, jailli de la colère et révélateur, en négatif, des convictions religieuses, et aussi, sa variante coloniale, plus radicale dans son essence, le reniement des esclaves noirs et mulâtres (voir figures II.8. et II.9.). L’essentiel de ce groupe est constitué par une invraisemblable série de propositions qui vont des “hérétiques”, conscientes ou non, aux “indécentes”, “scandaleuses”, “insolentes”, etc., selon les qualificatifs inquisitoriaux. Car elles englobent aussi bien l’affirmation hétérodoxe que la plaisanterie fleurant le soufre, la grossièreté triviale et l’insulte banale que l’explosion de fantaisie insolente, découvrant bien souvent un imaginaire populaire riche et truculent. Ainsi, à côté de bavards tenant des propos concernant les vérités enseignées par l’Eglise, les personnages sacrés, la hiérarchie, rencontre-t-on des individus qui jurent “par les tripes de saint Pierre et les pattes de sainte Lucie”, d’autres qui affirment “qu’un cheval avait l’âge du Christ ; et qu’on se réjouirait qu’il lui poussât sur le front une corne assez grande pour atteindre le ciel, et y tuer les saints”29.

91Viennent ensuite les manifestations qui, d’une manière ou d’une autre, nuisent au prestige du Saint-Office ou empiètent sur ses prérogatives. Ainsi, à côté de propos hostiles ou irrespectueux pour l’institution, nous voyons de temps à autre, en province, l’usurpation du titre de familier ou d’alguacil, permettant à un quidam téméraire de procéder à l’arrestation d’un ennemi personnel, à l’intimidation d’un adversaire.

92Enfin, la sollicitation contribue généreusement à alimenter cette catégorie de délits, dans une proportion qui semble supérieure à celle que l’on trouve dans la péninsule. On sait comment cette transgression, consistant en ce qu’un confesseur sollicite de sa fille (ou de son fils) spirituel des “actes impudiques et deshonnêtes” n’était pousuivie par l’Inquisition que dans la mesure où elle intervenait pendant l’administration du sacrement.

  • 30 AGN, Riva Palacio, tome II, No. 1, 2, 3; tome III, No. 1, 2; tome IV, No. 1, 2, 3, 12, 13; tome VI (...)

93Conjuguant le relâchement des moeurs du personnel ecclésiastique avec celui de l’assistance spirituelle, l’ampleur du phénomène de la sollicitation est à la fois caractéristique et révélatrice de la situation coloniale, et tout prête à penser que loin de disparaître du fait de la répression inquisitoriale, il s’amplifia constamment pendant la période considérée et le siècle suivant : c’est du moins la conviction qui se dégage des mesures réglementant de manière chaque fois plus précise les circonstances matérielles présidant à l’administration du sacrement, et qui cherchent à empêcher le délit, considérant à l’évidence que c’est le meilleur et sans doute le seul moyen d’en réduire la portée30.

94Quant au reste de ces délits religieux mineurs, ils s’éparpillent en quantité d’irrévérences, tant en actes qu’en paroles, à l’égard des sacrements, des personnages, lieux et objets sacrés, et en désobéissances aux commandements et aux prescriptions de l’Eglise. Il faut citer quelques rares flagellations ou destructions de crucifix, trahissant souvent des pratiques judaïsantes mises au jour ultérieurement, l’habitude invétérée de placer des croix ou des calvaires dans des lieux impropres, voire indécents, celle de célébrer des réjouissances par trop mondaines et même inconvenantes devant des autels domestiques, l’usage inconsidéré d’objets pieux, ou au contraire, triviaux, mais agrémentés d’un symbole sacré, la propension de quelques aventuriers, en mal de statut et de moyens de vie, à célébrer la messe, dans les villages, à s’y faire passer pour prêtre, et recevant par là le secours que les fidèles ne manquent pas d’accorder au pasteur errant, ou celle, à l’inverse, de gens d’Eglise en rupture de bans, à jeter le froc aux orties pour se lancer, comme les autres, sur les grands chemins...

95Avec peu de variations, tous ces délits n’ont cessé d’être poursuivis par l’Inquisition mexicaine, dans un souci constant de les endiguer et de les réduire ; car s’il est vrai que la grande majorité d’entre eux ne sont imputables qu’à une religiosité populaire bien dépourvue encore du poli tridentin, ils pouvaient malgré tout, s’ils n’étaient combattus, contribuer à entretenir un climat propice à l’implantation de ferments autrement nocifs. Sans aller les chercher dans les sillons de l’hérésie, ne pouvait-on trouver ces dangereuses semences dans certaines propositions hérétiques qui jetaient tout à la fois la confusion et le germe de la notion suspecte ? Il fallait donc veiller, sinon à garder le terrain parfaitement propre — qui l’eut pu ? — du moins à maintenir présentes les normes essentielles de la croyance et de la pratique religieuse, et la tâche spécifique de l’Inquisition consistait à les rappeler constamment par l’exemple des sanctions et des pénitences infligées aux pécheurs.

II.8. LES MANQUEMENTS A LA MORALE SEXUELLE

96Nous avons vu que les manquements à la morale sexuelle sont infiniment plus fréquents en Nouvelle-Espagne qu’en métropole. En quoi consistent-ils (voir figure 11.10.) ?

97Aux côtés de la sollicitation, le fait des ecclésiastiques, que nous avons tenu à considérer également sous ce jour, la bigamie et sa variante éventuelle, la polygamie, représentent de loin l’essentiel de ce groupe délictueux (voir figure II. 11.). Fortement poursuivie dans les années 1580, suivant l’établissement de l’Inquisition mexicaine, nous la voyons se stabiliser dans la première moitié du xviie siècle pour amorcer ensuite une ascension que nous savons croissante au delà même des limites temporelles que nous nous sommes imposées. Car la bigamie, comme la sollicitation, est au coeur du processus colonial. Elle est liée intrinsèquement, on le sait, à l’arrivée d’immigrants de sexe masculin en terre américaine : qu’ils aient laissé en Europe une épouse bientôt oubliée, contractant dans la colonie une union plus adaptée à leur nouvelle vie, qu’ils soient arrivés célibataires pour se marier ensuite plusieurs fois, conformément aux errances dictées par l’économie, l’expansion de la colonie et leurs aspirations personnelles à une fortune différente, qu’ils aient enfin débarqué en compagnie de l’épouse espagnole, abandonnée plus tard, nous retrouvons les mêmes schémas au départ, appelés à des prolongements et à des développements ultérieurs : une mobilité géographique et sociale qui frise l’incohérence, et où rien n’est plus facile que de se transporter, sous un nom d’emprunt, dans une mine récemment découverte, d’y exercer les offices les plus divers et de s’y établir de manière souvent provisoire, en attendant mieux. Notons d’ailleurs que ces circonstances exceptionnellement favorables ne suffisent pas à garantir l’impunité du délit de double mariage, car la sociabilité et la mobilité, précisément, sont telles qu’il n’est pas rare de voir le pécheur découvert et reconnu par quelque ancien pays, en dépit du recul dans le temps et de l’éloignement dans l’espace, du brouillage de pistes que constitue l’absence d’état civil et de système d’identification.

98Mais alors, pourquoi s’encombrer d’une seconde union, occasionnant, outre des frais, une restriction de la liberté d’action — ce bien précieux que l’on vient chercher jusqu’en Amérique — et entraînant, lorsqu’elle vient à être découverte, un procès inquisitorial suivi d’un châtiment pouvant aller jusqu’aux galères, quand il est si facile de vivre plus ou moins publiquement, avec une compagne sang-mêlé par exemple, que n’effraie guère une relation semblable ?

99C’est que la sanction sacramentelle apparaît indispensable à tous, plus encore que ne semble redoutable la transgression et son cortège de peines, et cela pour des raisons que l’étude de cas particuliers révèle comme diverses. Il arrive, en effet, qu’un individu désireux de contracter une nouvelle union prometteuse d’avantages variés — jeune épouse, possibilité de descendance, d’ascension sociale et économique, etc. — passe outre à la crainte des punitions inquisitoriales et civiles, considérant que la célébration du mariage exigé par la promise et sa famille est la condition pour parvenir à ses fins ; il arrive aussi que, sans raison apparente, on se marie une deuxième fois, le premier conjoint étant toutefois vivant, par une sorte de conformisme social, et par un sentiment étrange de révérence extérieure à l’égard du sacrement, conçu visiblement comme un rite à la fois indispensable et bénéfique ; enfin, il arrive que les secondes noces soient célébrées, parce qu’il y a lieu de croire que le premier mari ou femme est décédé, le conjoint se trouvant alors en condition de se remarier ; dans ce cas, nous avons vu comment la casuistique se charge d’éclairer les circonstances du délit et de pondérer la responsabilité du pécheur.

100Paradoxalement donc, mais tout naturellement, la bigamie en vient à témoigner d’une considération, sans doute extérieure et incohérente à nos yeux mais réelle, des normes catholiques régissant l’union de l’homme et de la femme, et, en conséquence, de la profondeur de leur implantation dans la masse des croyants, puisqu’elle se situe entre leur respect total — la stricte monogamie — et leur total mépris — c’est alors le concubinage et toute espèce de relation occasionnelle. La Nouvelle-Espagne se révèle à travers les modalités de la bigamie comme ce que nous savons bien qu’elle est sur d’autres plans, l’économique, par exemple : une marge du monde européen quadrillée par les instances diverses qui imposent les normes convergentes des états naissants et de l’Eglise de la Contre-Reforme, et, dans le cas présent, de la monogamie, mais aucunement la jungle sans foi ni loi où tout serait possible. Il y règne ainsi une relative mais considérable liberté de moeurs, sous les apparences prudemment rassurantes d’un ordre imposé et accepté. Nous touchons ici, sans aucun doute, cette opposition constamment présente au coeur de la colonie et peut-être, du Mexique actuel : le décalage entre les apparences, l’image offerte et mise en valeur, et la réalité des choses qu’elle recouvre.

  • 31 Nous tenons compte ici des observations de J.-P. Dedieu dans “Les archives de l’Inquisition”, op.  (...)

101Aux côtés de la sollicitation et de la bigamie, il faut admettre que l’affirmation hétérodoxe selon laquelle “forniquer n’est pas un péché”, est de peu de poids. Objet des poursuites inquisitoriales dans les dernières décades du xvie siècle, ce délit semble s’estomper dès le début du xviie siècle, et il est probable que, comme en Espagne, sa disparition corresponde effectivement à l’implantation de la normalisation tridentine31. Or ici, à la différence des 2 grands délits de bigamie et de sollicitation, le Saint-Office a certainement remporté une victoire, relativement facile sans doute, car il ne s’agit pas d’une pratique — comme la bigamie — presque impossible à déraciner, parce que dictée par le contexte colonial, ni d’un discours multiforme, tel celui qui inspirait les innombrables “propositions” hérétiques ou irrespectueuses, et qui procédait le plus souvent de connaissances sommaires en matière de foi ; il suffisait en effet, de proscrire une formule stéréotypée recouvrant une réalité simple et quotidienne, celle des amours vénales, parfois des relations librement consenties de part et d’autre, qu’il n’était d’ailleurs pas du ressort inquisitorial de poursuivre. Dans ces conditions, on apprend vite à ne pas dire ce qui est interdit, quitte à le dire autrement ou à le taire même, d’autant plus que la pratique qui correspond au propos condamné est par contre largement tolérée, et qu’en fin de compte, il est ici plus important de pouvoir faire que dire.

II.9. LES PRATIQUES DE MAGIE ET DE SORCELLERIE

102Quant aux manifestations de magie, nous avons vu qu’elles n’ont pas motivé un grand nombre de procès en Nouvelle-Espagne, différant en cela de la tradition inquisitoriale péninsulaire (voir figure 11.12.).

103La grande sorcellerie diabolique, celle qui obscurcit les cieux de l’Europe occidentale autour des bûchers de la première moitié du xviie siècle, est absente en terre américaine. Pourtant, le diable y fait parfois quelques apparitions, invoqué par des esclaves désespérés, rencontré par des vachers mulâtres au fond des grottes d’une sierra désertique, et, sous les dehors classiques d’un animal toujours noir, nous le voyons pactiser et négocier, plus d’ailleurs comme un maquignon roublard que comme le prince des ténèbres : quoi qu’il en soit, et malgré des apparences beaucoup plus débonnaires, il reste l’ultime espoir des désespérés, le sauveur inversé des damnés de la terre, des 2 côtés de l’Atlantique.

104Infiniment plus courante et familière, la magie auréole toute chose d’un halo sinon mystérieux, du moins rituel et proprement culinaire, amortissant ainsi le contact des réalités par l’épaisseur protectrice des désirs et des projections. Car tout est matière à déploiement de recettes magiques : la découverte d’une mine, la recherche d’un objet égaré ou volé, un voyage, une maladie, un événement quelconque de la vie privée ou publique, et surtout, le vaste et somptueux territoire des relations amoureuses, dans cette terre privilégiée d’Aphrodite qu’est la Nouvelle-Espagne. Les procédés européens se fondent harmonieusement avec les indigènes, les Africains, même si les fèves laissent la place au maïs, la belladone au peyote, dans un heureux syncrétisme dont l’efficacité multipliée constitue sans aucun doute un des meilleurs lubrifiants de cette difficile société coloniale, en principe hérissée d’interdictions, de restrictions et de convenances, mais qui, irriguée par les multiples courants de ces échanges souterrains, parvient à se développer avec une prodigieuse vitalité. C’est d’ailleurs ce que révèle le volume ascendant de procès pour faits de magie, à partir de la deuxième moitié du xviie siècle, suivant le flot montant de ces contacts à mille niveaux, ces compensations fructueuses et ces services mutuels et furtifs, qui tendent à établir, dans la réalité de la vie quotidienne et individuelle ou sur un plan symbolique, un équilibre plus souple et plus satisfaisant entre les désirs et les nécessités.

105C’est aussi pourquoi une vague de dénonciations de pratiques magiques trahit généralement la présence d’un problème plus profond et intéressant d’autres champs, tant il est vrai qu’elles remplissent tous les interstices de la vie coloniale, et partant, sont les premières exposées au processus principal de captation des émotions populaires, la délation.

106Nous avons vu comment, face à tout cela, le Saint-Office se borne à catalyser ces émotions, à les geler dans ses archives, confiant le plus souvent le scandale au silence puis à l’oubli ; lorsqu’il se décide à intervenir, il semble rechercher, comme pour la plupart des délits religieux mineurs, plus l’édification par l’exemple des peines et la proclamation, renouvelée par ce moyen, des normes orthodoxes, que la simple répression, vraisemblablement irréalisable.

107Enfin, si l’on considère la relation existant entre le nombre global d’affaires concernant un type de délit et celui de procès auxquels elles donnèrent lieu, on constate que la moyenne pour la période étudiée est d’un procès pour cinq affaires et demi (voir tableau II. 1.). Il semble donc que les pratiques idolâtres et les tendances hétérodoxes aient entraîné une réaction énergique du Saint-Office, puisque la relation est d’un procès pour un peu plus de 3 affaires, bien qu’ici le faible volume, tant d’affaires que de procès, réduit indiscutablement la portée de ces constatations. A l’autre extrême, la relation d’un procès pour pratiquement 7 affaires regardant les faits de magie et de petite sorcellerie, indique assez le manque d’intérêt de l’institution pour les poursuivre. Enfin, la relation intéressant l’hérésie, d’un procès pour presque 5 affaires, peut paraître à juste titre faible : c’est qu’elle est en partie faussée, le volume d’affaires se trouvant ici artificiellement gonflé par un grand nombre de témoignages épars, qui auraient dû être normalement intégrés à des procès, si les inquisiteurs avaient été moins négligents... Dans ces conditions, il faut sans doute penser à une relation voisine de celle qui caractérise l’idolâtrie et les tendances hétérodoxes, en accord avec l’intérêt réel du tribunal en ce qui concerne la répression des pratiques hérétiques.

II.10. SOCIOLOGIE DES DELITS : REPARTITION SEXUELLE

  • 32 S. Alberro, La actividad del Santo Oficio... op cit., pp. 129 et 130.

108Il existe, bien sûr, une distribution spécifique des délits, sur laquelle il convient maintenant de se pencher. Le premier grand clivage concerne au premier chef leur répartition sexuelle32 (voir figure II. 13.).

109L’hérésie, lorsqu’il s’agit de marranisme, intéresse aussi bien les hommes que les femmes, et nous verrons plus loin comment celles-ci tinrent un rôle particulièrement important dans le maintien de la foi proscrite, recevant des juges le même traitement que les hommes. Mais il en va autrement avec la religion réformée, dans la mesure où ses tenants en Nouvelle-Espagne furent essentiellement des corsaires anglais, français ou hollandais, échoués sur les côtes atlantiques à la suite de naufrages.

  • 33 A cet égard, le fonds Indiferente general de l’AGN renferme des édits de foi non classés, nous l’a (...)

110Les délits religieux mineurs sont à prédominance masculine : les hommes se laissent, en effet, plus facilement que leurs compagnes, emporter par la colère ou le défi, proférant alors toutes sortes de blasphèmes, de propos intempestifs. Quant aux propositions hérétiques, elles sont bien rarement le fait des femmes, qui ne se risquent guère sur les terrains, réputés trop élevés pour elles, des concepts religieux. Elles se cantonnent plutôt dans le reniement mâtiné de chantage, lorsqu’elles sont esclaves, et dans une foule de menues pratiques irrévérentes, port et utilisation inconsidérés de médailles, confection de douceurs outrageusement décorées de symboles religieux, festivités alliant avec désinvolture le sacré avec le profane, voire l’indécent33. Pourtant, on est en droit de se demander si leur vie, plus confinée que celle des hommes, ne les met pas à l’abri des dénonciations, donc du procès qui nous fait découvrir l’ampleur du phénomène, et si, dans l’intimité de la cuisine ou du cabinet, entourées d’enfants, d’esclaves, de servantes, de voisines, de soeurs et d’amies, elles ne blasphémaient pas tout autant que les hommes, soutenant des propos qui, sans être hérétiques, n’en étaient pas moins aussi scabreux que les leurs.

111Mais nous sommes obligés de nous en tenir aux pièces à conviction, c’est-à-dire, en l’occurrence, aux procès, et force est de reconnaître qu’ils touchent beaucoup moins les femmes que les hommes, lorsqu’il s’agit de délits religieux mineurs.

  • 34 . J.-P. Dedieu, “Le modèle sexuel : la défense du mariage chrétien”, in B. Bennassar, L’Inquisition (...)

112Elles sont encore moins nombreuses si nous considérons les transgressions à la morale sexuelle. La bigamie est fondamentalement masculine, et liée, nous l’avons signalé, aux conditions mêmes de la colonisation. Toutefois, quelques femmes, sang-mêlé le plus souvent, s’aventurent sur ses sentiers, dans une proportion nettement supérieure à celle qui semble prévaloir en Espagne, où elles sont très rares34. Il faut interpréter leur présence, ici, comme le signe de structures familiales fragiles, d’une mobilité géographique et sociale considérable, et d’une grande liberté d’action et de moeurs.

113Elles ne se mêlent pas davantage de rien déclarer au sujet de la fornication car, nous venons de le constater, les femmes font éventuellement les choses, sans en discourir, le discours apparaissant plutôt comme l’apanage de l’homme, inséparable de sa participation à la vie publique et à une sociabilité ouverte, auxquelles les femmes ont peu accès, pour les siècles qui nous intéressent.

114Par contre, cette relégation à la pratique fait d’elles les maîtresses incontestées de la magie, à l’exception cependant des formes “nobles”, d’ailleurs rares en Nouvelle-Espagne, de l’astrologie, de la chiromancie, etc., exercées par des hommes.

115Les procès nous les montrent s’affairant à préparer, à procurer aux autres, à conseiller ou utiliser, des recettes aussi nombreuses que monotones et qui leur permettent d’apporter une solution symbolique ou réelle aux mille difficultés du quotidien ; elles sont donc ces humbles et actives ouvrières qui, à un niveau domestique et presque clandestin, rendent simplement la vie possible, fournissant sans relâche le grain d’espoir et d’illusion qui rend presque tout supportable.

II.11. REPARTITION ETHNIQUE DES DELITS

116Un autre clivage majeur regarde, cette fois, l’attitude délictueuse des différents groupes ethniques ; sans prétendre à un déterminisme auquel le développement du métissage et du syncrétisme dans la vice-royauté interdit d’emblée de songer, il existe malgré tout une tendance de certains secteurs de la société à des transgressions spécifiques, comme réponse naturelle au contexte dans lequel ils se trouvent placés.

  • 35 S. Alberro, op. cit., pp. 93 et 94.
  • 36 S. Alberro, op. cit., pp. 97 et 98.

117C’est le cas, à l’évidence, de la bigamie qui, au départ du moins, est le fait des Espagnols35, pour des raisons que nous avons dégagées. Les péninsulaires sont aussi, surtout dans ces premiers temps, de grands blasphémateurs, enclins à proférer toutes sortes de propos intempestifs et tenants de la fornication déculpabilisée. Enfin, ils sont avec les Portugais, ces anciens Espagnols, les judaïsants que poursuit l’Inquisition à la fin du xvie siècle et dans les années 1640-165036.

  • 37 . S. Alberro, op. cit., pp. 97 et 98.

118Les quelques autres étrangers que nous trouvons parmi les condamnés sont, outre les pirates protestants, des Flamands, Allemands, Italiens, Grecs, venus des 4 coins de l’empire et qui entretiennent des relations plus ou moins lointaines avec l’hétérodoxie, puisque, on le sait, l’hérésie est produit d’importation au Mexique37.

  • 38 . S. Alberro, op. cit., pp. 101 et 102.

119Les Noirs et les mulâtres de condition servile renient et blasphèment du même coup ; libres ou esclaves, leur sort misérable les fait souvent se tourner vers le Malin, avec qui ils signent volontiers un pacte leur promettant richesses, amours et libertés38.

  • 39 S. Alberro, op. cit., pp. 103 et 104.

120Quant aux métis39, nous les voyons, à plus forte raison s’agissant de femmes, s’occuper de magie où ils jouent le rôle d’intermédiaire entre le pourvoyeur de substances, recettes, etc. - généralement un indigène — et l’utilisateur la plupart du temps une Espagnole, s’emparant ainsi de cette même fonction d’intermédiaire qu’ils tentent d’occuper dans les autres sphères de la vie coloniale, la seule possible dans un système qui ne les avait pas prévus et qui fit tout pour les refuser. Mais, s’il leur est difficile de s’imposer ailleurs ouvertement comme secteur tertiaire, leur rôle ici non seulement ne se trouve pas contesté mais est au contraire, apprécié, récompensé et reconnu nécessaire, dans la chaîne clandestine qui unit subrepticement la vieille Indienne experte en herbes à la Castillane éplorée, via, bien sûr, la métisse ou la mulâtresse avertie. Ces castas ou sang-mêlé sont donc le canal par lequel circulent ces lubrifiants discrètement efficaces qui huilent tous les rapports sociaux, les rendant même possibles, et elles apparaissent en conséquence comme l’objet privilégié des procès pour pratiques de magie.

121Encore une fois, on ne saurait simplifier : s’il est bien vrai que l’Espagnol blasphème, tient des propos condamnables, succombe de surcroît à la bigamie avec une notable fréquence, et si avec le Portugais, il judaïse parfois ; si le Noir et le mulâtre renient et fréquentent le Malin et si la métisse fait commerce de sortilèges et d’amours, tout tend à se brouiller, le xviie siècle avançant, dans un allègre désordre qui, sans abolir totalement ces tendances, les estompe pourtant peu à peu.

II.12. LE FACTEUR SOCIO-ECONOMIQUE
DANS LA REPARTITION DES DELITS

122Enfin, l’appartenance à une catégorie sociale particulière entraîne aussi parfois un certain type de délit. Voyons d’abord le cas des ecclésiastiques qui motivèrent à eux seuls un nombre important de procès inquisitoriaux, puisque le Saint-Office devait, au premier chef, surveiller et punir ceux à qui revenait la lourde tâche de l’encadrement spirituel de la colonie.

  • 40 S. Alberro, op cit., pp. 133 et 134.
  • 41 Medina, El tribunal del Santo Oficio, op. cit., p. 30.

123Ils commettent fréquemment le délit de sollicitation40 et il faut bien reconnaître que même si on peut s’interroger sur la qualité moyenne du clergé américain — dès le xvie siècle, alors que l’élan missionnaire est encore vigoureux, on signale le passage aux Indes de nombreux prêtres “sous des déguisements, se disant laïques, marchands ou autre chose, et ce qui est pis, c’est que certains sont suspendus, apostats, grandement et gravement marqués...”, et fray Alonso de Montufar lui-même racontait qu’“un vieux religieux lui avait dit que s’ils passaient le golfe, c’était parce qu’ici, ils étaient libres”41 — les conditions de l’exercice du sacerdoce dans la colonie pouvaient aisément induire en tentation jusqu’à des ecclésiastiques vertueux.

124Car en Nouvelle-Espagne, le confesseur jouit d’un multiple prestige auprès de ses ouailles : il est d’abord le prêtre, bien sûr, c’est-à-dire, le médiateur entre la divinité et sa créature et, par là, investi de pouvoirs surnaturels, dispensateur de la paix spirituelle et du pardon ; il est aussi l’homme, supérieur par principe à la femme, dont il est fréquemment l’aîné, le lettré, de surcroît, par rapport à l’ignorante ; il est, enfin, l’Espagnol, péninsulaire ou créole, le dominant indiscuté à la peau claire d’un petit peuple d’Indiennes, de métisses, de Noires et de mulâtresses qui s’agenouillent à ses pieds et baisent sa main.

125Mais au-delà de ces relations de domination, d’autres, plus subtiles, peuvent établir une complicité psychologique et affective indéniable, favorisant des dérives et des glissements ultérieurs. En effet, pour des milliers de femmes, le confesseur est apparu, en fin de compte, comme une figure paternelle, le seul homme vraisemblablement qui les ait jamais écoutées raconter leurs joies et leurs tourments, qui ait percé leurs secrets, les ait conseillées et consolées ; le seul aussi qui ait eu le pouvoir de leur apporter l’apaisement et le sentiment de la pureté retrouvée à travers l’absolution. Comment, dans ces conditions, ne pas comprendre que la confession pouvait tourner à la conversation amicale, voire affectueuse qui, de plus, abordait nécessairement et régulièrement les terrains les plus intimes de la sexualité, les pensées, les rêves... amenant la femme à s’épancher comme elle ne le faisait avec aucun homme sans doute, et d’autant plus librement que le confesseur en était un sans en avoir ni les droits ni les exigences ? A partir de là, il faut bien peu de choses — le hasard, les circonstances — pour que de l’entretien confidentiel sous le regard de Dieu, on passe insensiblement au bavardage intime, puis aux propos et aux actes profanes.

126La sollicitation apparut aux autorités tellement répandue et semble-t-il si difficile à combattre avec efficacité qu’elles en arrivèrent à mettre sur pied une stratégie visant, bien sûr, à la réprimer — à travers l’Inquisition précisément — mais plutôt, à réglementer strictement les circonstances extérieures de la confession afin de restreindre au maximum les possibilités pratiques de la faute, nous l’avons déjà signalé.

  • 42 AGN, Inquisición, vol. 435, f. 139, Denuncia contra Fr. Francisco Ortiz, de la Orden de San Franci (...)

127Mais il n’est pas rare non plus que des prêtres mal formés ou insouciants de leur ministère se laissent emporter par l’éloquence facile ou la colère et, du haut d’une chaire ou à la faveur d’une conversation animée, soutiennent des propositions scandaleuses et même hérétiques. Ils passent aussi aux actes, à l’occasion, tel ce franciscain de Tampico qui “buvait du chocolat, commençait à dire la messe, abandonnait l’autel après l’Evangile, se rendait à la rivière pour recevoir des femmes, puis, une demi-heure plus tard, revenait continuer sa messe”42.

128Et n’oublions pas ces défroqués, parfois mariés ou vivant dans le scandale, qui courent les campagnes, usant toutefois des facultés auxquelles ils ont renoncé, et abusant de la crédulité des braves gens, et encore ces ecclésiastiques qui administrent les sacrements, alors qu’ils ne sont pas encore, ou plus, habilités pour cela.

129Ceci étant, gardons-nous bien de trancher en ce qui concerne la qualité du clergé colonial ; nos sources ne rendent pas compte de ce qui, sans doute, était la norme, une compétence approximative et une honnêteté moyenne. D’ailleurs, il faudrait, pour pondérer l’importance des déviances cléricales, les mettre en regard d’une appréciation quantitative et qualitative de ce clergé, compte tenu des variations temporelles et spatiales que nous savons importantes du fait du processus constant de sécularisation tout au long du xviie siècle, afin de dégager d’éventuelles tendances ; ce qui non seulement dépasse notre actuel propos, mais semble, en outre, irréalisable pour l’instant, à défaut d’études systématiques concernant le personnel ecclésiastique. Bornons-nous donc ici à souligner d’une part, les caractéristiques délictueuses de ce clergé telles qu’elles se manifestent à travers les sources inquisitoriales et, par ailleurs, le rôle important tenu par le Saint-Office, celui de juge et de censeur des serviteurs de l’Eglise.

  • 43 S. Alberro, op. cit.., pp. 131 et 132.

130Une autre catégorie sociale attire l’attention par sa propension à commettre toutes sortes d’infractions, ceux que nous appelons les itinérants43, c’est-à-dire ces vachers, généralement Noirs ou mulâtres errant derrière leurs immenses troupeaux, sur les Hauts Plateaux battus par les vents, ces muletiers qui assurent la circulation des hommes et des marchandises entre les ports, les mines et la capitale, tendant le réseau de leurs courses tenaces pour relier entre eux 3 continents, ces marins, soldats, vagabonds entre 2 emplois, ces colporteurs qui parcourent le pays, offrant les mille riens nécessaires au quotidien en attendant d’ouvrir une échoppe plus glorieuse dans quelque cité. Ils commettent quantité d’excès de langage - propositions, irrévérences, etc. — de comportement — pactes diaboliques, sacrilèges ou pratiques hérétiques, même — qui trahissent une désinvolture notable à l’égard des choses de la religion et plus généralement, de toutes les règles admises : attitude bien naturelle chez des gens accoutumés, et à la solitude, mère de la réflexion critique, et aux contacts et échanges nombreux, donc à une certaine distance par rapport à ce qui est tenu pour indiscutable au sein de communautés plus fermées. Il va sans dire que leur mobilité permanente et leur identité fuyante favorisent ces attitudes et les protègent des contrôles et des sanctions.

  • 44 S. Alberro, op. cit., pp. 125 et 126.
  • 45 Medina, op. cit., p. 273.
    AGN, Inquisición, vol. 356, ff. 257, 291-293. Lettres du commissaire Fr. (...)

131Enfin, il est significatif de constater qu’un nombre appréciable de fonctionnaires — greffiers, alguaciles, alcaldes, regidores, voire gouverneurs — furent l’objet de poursuites inquisitoriales44. Parmi eux, le dénominateur commun est la rébellion et l’arrogance, le refus d’obéir aux injonctions de l’Eglise et de l’Inquisiton. Il faut y voir le reflet des affrontements constants que nous avons évoqués entre le Saint-Office et les autres instances vice-royales, chacune tentant d’imposer sa loi aux autres et s’en défendant par les moyens qui lui sont propres. Ceci est particulièrement évident dans le cas des divers gouverneurs du Nouveau-Mexique, que l’éloignement de la capitale et l’isolement incitaient à se poser en véritables féodaux, et que le tribunal de la vice-royauté n’hésita pas à poursuivre. Concrètement, ces fonctionnaires tiennent le plus souvent des propos injurieux pour le Saint-Office, la hiérarchie ecclésiastique, affichent le mépris pour leurs commandements et leurs sanctions, empêchent l’exercice inquisitorial ou refusent leur collaboration, et vont jusqu’à faire preuve éventuellement de complicité passive ou même active avec des activités hétérodoxes, hérétiques, idolâtres45.

II.13. LES SENTENCES INQUISITORIALES

132Cette sommaire sociologie des délits se doit d’être complétée d’un examen des sentences inquisitoriales (voir tableau II.4.).

  • 46 Très peu de travaux concernent ce sujet, pourtant capital, puisqu’il faudra bien entreprendre un j (...)

133Rappelons d’abord qu’une proportion appréciable de procès — 15 % environ — fut suspendue, pour des motifs variables tels que mort de l’inculpé, faiblesse des preuves à charge, et aussi, pour des raisons qui ne sont pas précisées. On sait comment le Saint-Office disposait de peines variées procédant d’origines juridiques diverses, résultat d’un fonctionnement séculaire46.

134Parmi celles qui viennent du droit canonique, nous trouvons les pénitences spirituelles qui figurent dans l’immense majorité des sentences. Elles impliquent depuis la récitation de prières certains jours, l’assistance du coupable, portant les insignes de sa faute et de son repentir, à une messe publique, la fréquentation des sacrements, jusqu’à l’endoctrinement, lorsqu’il est jugé nécessaire. Les peines spirituelles peuvent aussi se combiner à la réclusion et au travail obligatoire, dans la formule qui consiste à servir pendant une période déterminée dans un hôpital, un couvent.

135Dans le même esprit que l’assistance à une messe, l’abjuration, sous ses deux formes, de levi et de vehementi, appliquée respectivement dans les cas de délits véniels ou graves, est présente dans la plupart des sentences, à l’exception de celles qui frappent les impénitents et les relaps, puisqu’elle consiste en une peine spirituelle, la reconnaissance des erreurs commises, accompagnée d’une promesse solennelle de les éviter ; mais cette confession revêt aussi la dimension d’un engagement public et social, le pénitent étant alors “réconcilié” et réintégré au sein de la communauté, ce qui dépasse la portée d’une simple sanction spirituelle de caractère strictement intime.

136Les peines concernant les biens matériels étaient diverses, et si celle qui consistait à faire la dépense de cierges pour les églises fut fréquemment appliquée par les Inquisitions monastique et épiscopale, elle tombe en désuétude avec le Saint-Office qui a recours par contre aux amendes, proportionnelles aux possibilités économiques du coupable, voire, au séquestre total des biens — incluant naturellement les esclaves — dont le produit, après vente aux enchères, revient en principe au fisc.

137Par ailleurs, l’Inquisition imposait les châtiments prévus par la justice civile pour certaines fautes, tels que la vergüenza pública, promenade infamante dans les rues de la cité, accompagnée de flagellation et de la proclamation des délits commis, extrêmement redoutée d’une société assoiffée d’honneur ; l’exposition de certains pécheurs, le corps enduit de miel et recouvert de plumes, le bannissement, pendant une période déterminée, le travail forcé dans une garnison, une forteresse ou les galères, et bien sûr, la remise au bras séculier, c’est-à-dire le bûcher.

138L’application de ces peines, distribuées et dosées selon la nature du délit, la qualité, le sexe, l’âge du coupable et son comportement devant les juges, conformément aux normes stipulées par les codes inquisitoriaux et à la jurisprudence en vigueur, montre, ici encore, que le Saint-Office est une instance parmi les autres, en ce sens que ses sanctions sont celles de la justice ordinaire et civile, avec la différence qu’elle les cumule et les combine à ses propres fins punitives et dissuasives.

  • 47 L’emplumage fut appliqué au moins une fois par le Saint-Office mexicain, sur la personne de l’Anda (...)

139L’éventail de ces châtiments est aussi révélateur du processus de sédimentation particulier au phénomène inquisitorial — et, plus largement, ecclésiastique — qui, loin de les abolir, accumule les expériences, y ajoutant celles que suscite le présent. Ainsi, à côté de peines de caractère archaïque — les plumes47, le bannissement, les amendes diverses d’origine médiévale, la poursuite de la lignée à travers les mesures infâmantes et restrictives qui s’abattent sur les familles dont un membre a été hérétique — en voyons-nous apparaître d’autres, plus adaptées aux exigences modernes, telles que le travail forcé dans les places fortes ou les galères, à rattacher aux nécessités politiques et militaires de la monarchie des xvie et xviie siècles, les pratiques de réclusion de tradition cléricale, annonciatrices de l’enfermement systématisé des marginaux et des déviants.

140Ces peines sont donc imposées en Nouvelle-Espagne conformément aux codes inquisitoriaux et à leur pratique consignée dans la jurisprudence et la casuistique que nous avons signalées ; leur application révèle la gravité que les inquisiteurs attribuent dans les faits à certains délits, par conséquent à leurs priorités répressives et le poids des contingences locales qui en infléchissent inévitablement l’usage.

141Quelle est donc, dans la réalité, leur distribution, et comment sont-elles appliquées ? Indépendamment des pénitences spirituelles qui, pour des raisons évidentes, figurent dans la plupart des sentences, c’est la flagellation — 14 % des cas — de 50 à 400 coups de fouet, la moyenne la plus fréquente en étant, de loin, 200 — qui punit le plus souvent les blasphémateurs, renégats, discoureurs inconsidérés et imprudents de toutes sortes, usagers de sortilèges et de procédés de magie, bigames jouissant de circonstances atténuantes. Le bannissement suit généralement le fouet — de 6 mois à 10 ans, du lieu et de la région où ont été commises les infractions, de la capitale et de Madrid — et, s’il est impossible d’échapper au premier châtiment, que les inquisiteurs peuvent toutefois mitiger lorsque le pécheur est vieux ou malade, le second est, par contre, souvent en partie éludé, en l’absence de contrôle réel et surtout d’état civil. Il faut noter que lorsque le bannissement était effectivement mis à exécution tel qu’il était prescrit, il constituait inévitablement un stimulant à l’instabilité, phénomène endémique dans la vice-royauté, devenant ainsi la source de nouveaux délits.

142La réclusion n’intervient pas fréquemment — dans 6 % des sentences — parce qu’elle exige une infrastructure qui fait défaut pendant les siècles qui nous intéressent, même si une cárcel perpetua existe effectivement à México ; c’est pourquoi elle concerne essentiellement les confesseurs sollicitants et les clercs en général, qu’il suffit de maintenir enfermés dans quelque couvent, avec le triple bénéfice de leur punition, de leur surveillance prévenant de nouvelles transgressions, et du scandale évité.

143Les laïcs, surtout les femmes, font aussi l’objet de la réclusion associée au travail, et ils sont alors confinés dans des hôpitaux où ils prêtent leurs services durant une période déterminée.

  • 48 Abecedario de los relaxados, reconciliados y penitenciados, op. cit., f. 13.

144Quant à la prison perpétuelle, il s’agit, on le sait, d’une simple formule — n’avons-nous pas trouvé l’expression “prison perpétuelle pour deux ans” ?48 — l’Inquisition, pas plus qu’aucune autre institution répressive de l’époque, n’ayant été en mesure d’assurer l’entretien prolongé de prisonniers, et l’incarcération à vie n’étant d’ailleurs jamais envisagée alors comme une forme de châtiment (voir appendice II.2.).

  • 49 Medina, op. cit., pp. 209 et 210.

145Les galères sont réservées aux hommes ayant commis de graves délits, hérésie parfois, bigamie sans circonstances atténuantes, usurpation de fonctions sacerdotales par des laies, et les inquisiteurs mexicains les incluent dans 6 % des sentences qu’ils prononcent. Cette proportion peut sembler d’autant plus forte que l’application de cette terrible punition rencontrait des obstacles considérables. En effet, si l’on fait abstraction de la courte expérience des galères en Amérique (1580-1623), les condamnés devaient rejoindre l’Espagne ou les Philippines, ce qui représentait des dépenses élevées que les autorités vice-royales éludaient constamment49. Dans ces conditions, le recours à cette peine paraît avoir été dicté par le seul respect des normes inquisitoriales, au détriment ici, des avantages pour le système monarchique, en un clair exemple du décalage imposé par le contexte colonial entre les intérêts idéologiques et ceux qui regardent le terrain politico-militaire, alors qu’en Espagne ou dans les possessions méditerranéennes, ils coïncidaient harmonieusement. La même observation est valable en ce qui concerne le travail forcé ou le service dans les forteresses marocaines ou les places des Philippines, punitions qui s’avéraient seulement “rentables” en Nouvelle-Espagne ou dans les marches du Nord de la colonie.

  • 50 La variation dans les chiffres proposés ici tient à la variété des sources qui sont :
    l’Indice gene (...)
  • 51 AGN, Inquisición, vol. 435, exp. 4, Proceso contra Gaspar Rivero de Vasconcelos (1650), f. 495.
  • 52 AGN, Inquisición, vol. 416, f. 536 ; on envoya aux inquisiteurs de Séville le témoignage de quelqu (...)

146Enfin, nous retrouvons l’hérétique et les rigueurs qui pèsent sur lui : la réconciliation d’abord, lorsqu’il est jugé une première fois, la remise au bras séculier qui appliquera la peine du bûcher en cas d’obstination dans la négation à reconnaître ses fautes, ou de deuxième procès pour les mêmes causes. Il faut se résoudre, ici, à laisser parler froidement les chiffres, dans un domaine trop justement saturé d’émotions et de passions : sur environ 2 000 procès intentés entre 1571 et 1700, de 34 à 37 condamnations à la peine de mort en personne et de 96 à 107 à la peine de mort en effigie furent prononcées, avec des pourcentages respectifs de 1,7 % et 5,1 %50, c’est-à-dire que la majeure partie des hérétiques — quelques centaines — échappa au bûcher, se voyant châtiés la plupart du temps par l’abjuration de vehementi, la vergüenza pública, plus redoutée peut-être des gens en place que la mort, la perte totale ou partielle des biens, le bannissement de Nouvelle-Espagne, des Indes, de Séville et de Madrid, la réclusion perpétuelle, avec les limitations que nous avons signalées à ce sujet. Beaucoup d’entre eux se heurtèrent aux mêmes difficultés que celles des condamnés aux galères, difficultés qui s’avérèrent, pour ces derniers, bienvenues, personne n’étant disposé à assurer leur transfert en Espagne et eux-mêmes n’étant pas en état d’y procéder après la perte de leurs biens. Il faut évoquer aussi probablement, ici encore, la corruption puisque certains prétendent qu’en payant, on pouvait échapper au bannissement51. Pour ces raisons, ils furent nombreux à rester dans la vice-royauté, où il n’est pas rare de les deviner, quelques années plus tard, sous un nom d’emprunt. Les autorités inquisitoriales ne signalaient-elles pas elles-mêmes, que des 74 judaïsants, en principe expédiés en Espagne, en 1649, pour y purger leur peine, 2 seulement s’étaient présentés à Séville52 ? Les autres étaient restés en Amérique, avaient rejoint une partie de leur famille en Italie, en Hollande, ou avaient mystérieusement disparu...

  • 53 AGN, Riva Palacio, tome 7, f. 96, Carta del Consejo al tribunal de México, reçue à México le 13 ju (...)

147Signalons finalement que les peines imposées par l’Inquisition mexicaine semblèrent à l’occasion rigoureuses à la Suprême, qui suggéra moins de sévérité, en particulier quand il s’agissait d’esclaves renégats, dont le délit lui apparaissait comme une réaction à un châtiment trop cruel infligé par le maître, alors que le tribunal mexicain, participant sans doute davantage des conditionnements coloniaux, les jugeait plus durement53.

II.14. CONCLUSION

148Le phénomène inquisitorial, dans sa triple dimension d’activité déviante, délatrice et répressive, permet donc d’appréhender la réalité coloniale de manière privilégiée, car si chacune de ces activités vaut naturellement d’être étudiée en soi, elle conditionne aussi la suivante, et le jeu qui s’introduit inévitablement entre elles rend la dynamique qui les sous-tend, significative d’options, d’intentions : nous l’avons dit, tous les délits ne furent pas identifiés comme tels, ceux qui le furent ne motivèrent pas toujours des dénonciations, et ces dernières moins encore de procès... Dans ses grandes lignes, ce phénomène suit les destinées socio-économiques de la vice-royauté, et se montre sensible aux contingences qui l’entourent. Ce qui procède du politique, entendu dans le sens forcément large et imprécis qu’exige l’époque, répercute inévitablement sur lui, et s’il s’avère exceptionnel de pouvoir cerner avec précision cet impact, on ne le perçoit pas moins constamment en action : il en inspire la trajectoire toute entière et tout particulièrement les moments forts que constituent les persécutions systématiques d’hérétiques, à la fin du xvie siècle et dans les années 1640-1650.

149Le complexe inquisitorial vibre aussi manifestement au rythme des fluctuations économiques, et la micro-analyse le montre collant au contexte local, à tel point qu’on peut sans doute le considérer, à l’instar de n’importe quel autre phénomène de délinquance/ répression, comme révélateur d’une situation de crise. En effet, c’est bien la crise, dans le sens de forte variation vers la récession ou la prospérité qui, en entraînant une rupture d’équilibre, ouvre les portes à une déviance accrue et au processus de délation.

150Quant à l’activité inquisitoriale proprement dite, elle se traduit par l’instruction de procès, révélateurs d’une partie seulement des délits commis, nous l’avons souligné. Leur distribution marque l’originalité de la colonie : si les pratiques de magie et de sorcellerie, les délits religieux mineurs y sont légèrement supérieurs en nombre à ceux qui se présentent en Espagne, la rareté de l’hérétique et la profusion du bigame et du confesseur sollicitant, l’érotique se substituant ici à l’hérétique, brossent un tableau aux couleurs beaucoup moins sombres et aux figures infiniment plus truculentes que dans la péninsule. Or, l’hérésie était, sur le continent américain, une floraison exotique, alors que les transgressions à la morale sexuelle enseignée par l’Eglise surgissaient naturellement comme une réponse au monde colonial, aux relations de domination.

151Le Saint-Office a rempli la mission qui avait justifié son introduction dans les possessions d’outre mer ; il a fait ce qu’il savait parfaitement faire, extirper l’hérésie. Quant à l’avalanche d’autres délits qui a fondu sur lui, il s’est borné, semble-t-il, à lui opposer le rappel constant des normes que dictait l’orthodoxie, en instruisant des procès et en appliquant des sanctions dont le nombre et l’impact sont sans commune mesure avec les véritables exigences répressives. C’est, à vrai dire, que la répression s’avérait irréalisable, l’encadrement institutionnel et idéologique d’une société pluriculturelle et métisse, instable et protéiforme étant trop précaire. L’Inquisition ne pouvait suffire à la tâche, elle dont les moyens étaient seulement adaptés à une situation européenne, et son inertie indiscutable, passées les premières décennies suivant son établissement à l’exclusion de la phase en partie induite des années 1640-1650, doit être interprétée comme le renoncement à l’impossible, l’acceptation de ce renoncement.

152Elle se cantonne donc dans un rôle de témoin, et, de temps à autre, de censeur. A cet égard, la moyenne des procès instruits annuellement par ses soins, ne doit pas faire illusion : l’Inquisition mexicaine déploya une activité honorable, par rapport aux tribunaux péninsulaires, mais que le contexte colonial, révélé essentiellement ici par l’ensemble des dénonciations, rendait à peu près dérisoire. A moins que cette fameuse fonction qui catalyse des courants agitant les profondeurs de la société n’ait fait, implicitement, partie de sa mission et de sa longue expérience, auquel cas il faudrait renoncer à la vision qui est souvent la nôtre, d’une institution exclusivement dédiée à la répression.

Notes

1 Jean-Pierre Dedieu, “Les archives de l’Inquisition, source pour une étude anthropologique des vieux chrétiens. Un exemple et quelques réflexions”, in J. Pérez Villanueva, La Inquisición española. p. 908.

2 Solange Alberro, La actividad del Santo Oficio de la Inquisición en Nueva España, 1571-1700, pp. 93 et 94.

3 Alberro, op. cit., pp. 49 et 50.

4 Huguette et Pierre Chaunu, Séville et l’Atlantique, tome VIII-1, Les structures géographiques, pp. 732, 747, 748. Le rôle de stabilisateur de l’Inquisition y est souligné.

5 Alberro, op cit., pp. 39 et 40.

6 Tomás y Valiente, El derecho penal de la monarquía española, pp. 221 et 222.

7 Eva Alexandra Uchmany, Introducción al estudio de los cristianos nuevos de origen español en la Nueva España, pp. 32 et 33.

8 Corsarios franceses e ingleses en la Inquisición de la Nueva España, passim.

9 AGN, Riva Palacio, tomo II, exp. 3, Proceso contra Luis de Carvajal, gobernador del nuevo reino de León... 1589. Le même tome contient le premier procès de Luis El Mozo, exp. 2. Celui de doña Francisca se trouve au tome 12, exp. 1, le deuxième procès de Luis El Mozo est dans le tome 14, celui de Mariana au tome 15, exp. 3.
L’histoire de la famille Carvajal est amplement connue. Citons, entre autres, Alfonso Toro, La familia Carvajal, 2 tomes, et du même auteur, Los judíos en la Nueva España. Seymour Liebmann, The Enlightened : the Writings of Luis de Carvajal, El Mozo et The Jews in New Spain, passim.
Martin A. Cohen, The Martyr, History of a Secret Jew and the Mexican Inquisition in the Sixteenth Century, passim.

10 . Luis González Obregón, Rebeliones indígenas y precursores de la independencia mexicana en los siglos xvi, xvii, xviii, pp. 207-327.
Vicente Riva Palacio, México a través de los siglos, libro segundo, capítulo XII, pp. 600-604. AGN, Riva Palacio, tome 21, en entier, et tome 22, No. 1 et 2, procès et écrits. Tout à fait romancée, la vie de don Guillén dans V. Riva Palacio, Memorias de un impostor, don Guillén de Lampart, rey de México.

11 Si d’abord la Couronne demanda qu’au terme de son procès, la personne de don Guillén lui fût remise, la Suprême convainquit par la suite le roi de la nécessité qu’il y avait à laisser le tribunal mexicain maître de la situation. Après l’épisode de la fuite de l’Irlandais, son état psychique se dégradant et son comportement en prison ne cessant de poser des problèmes, la Suprême recommanda par une lettre du 21 juin 1655 de lui donner un compagnon de cachot et de veiller soigneusement sur sa vie. Pourtant, le tribunal mexicain, visiblement dépassé par la situation, et laissé sans instructions par les autorités métropolitaines, décida le 6 novembre 1659 la remise de Lampart au bras séculier. La décision apparut discutable à certains inquisiteurs eux-mêmes, puisqu’Estrada y Escobedo jugea nécessaire de faire savoir à Madrid qu’en cette affaire, son avis était de ne pas exécuter la sentence sans l’approbation de la Suprême ; celle-ci demanda effectivement des explications, rappelant les ordres qu’elle avait précédemment donnés au sujet de la vie de don Guillén ; México répondit que tout se trouvait dans les “autos” déjà remis, et les choses en restèrent là. Toutefois, il est bien probable que l’inquisiteur et visiteur don Pedro de Medina Rico, responsable des faits, paya les libertés qu’il avait alors prises à l’égard des injonctions de la Suprême, par une certaine disgrâce, au terme de sa visite, puisqu’au lieu d’être promu, il devait rejoindre son poste antérieur en Espagne. Tout n’est pas clair dans cette triste histoire, et il est probable que seule une étude détaillée de l’action de la Suprême permettra peut-être de comprendre, d’une part, comment et pourquoi le souverain renonça à faire passer l’aventurier devant la justice civile, comme c’était tout d’abord son intention et ensuite, la réticence des autorités supérieures à donner des instructions précises au tribunal de la vice-royauté, qui ne cessa pourtant d’en réclamer pendant des années. Voir AGN, Inquisición, vol. 416, ff. 466, 566, 583 et 629, Cartas del tribunal de México a la Suprema et Medina, op. cit., pp. 412 et 413.

12 AGN, Riva Palacio, tome 33, exp. 3, sans pagination, Autos en razón de unas noticias que se dieron a este tribunal contra unos mulatos y negros, de que se dio noticia al señor virrey marqués de Mancera.
L’épisode est cité par González Obregón, op. cit., pp. 350-365.

13 AGN, Riva Palacio, tome 33, exp. 3, sans pagination, Autos en razón de unas noticias que se dieron a este tribunal contra unos mulatos y negros, de que se dio noticia al señor virrey marqués de Mancera.
L’épisode est cité par González Obregón, op. cit., pp. 350-365.

14 AGN, Inquisición, vol. 489, ff. 85-88, Traslado del papel que remitió a este Santo Oficio el señor obispo don Juan de Palafox... en 20 de noviembre de 1641... al virrey, duque de Escalona, f. 88. Biblioteca Nacional, Cedulario, Nueva España, Inquisición, MS 1259, Correspondencia de la Suprema con el tribunal de México, Carta del 25 de agosto, relative à l’utilisation de l’interrogatoire inquisitorial à des fins politiques.

15 AHN, libro 1054, Carta del 23 de abril de 1643, f. 31.

16 . L’examen des relations existant entre l’activité inquisitoriale et la conjoncture économique a été publié sous forme d’articles :
“Indices económicos e Inquisición en la Nueva España, siglos xvi y xvii”, Cahiers des Amériques Latines, 9 et 10 et dans les Actas del xli Congreso de Americanistas, México 1976, vol. II, pp. 401-413.

17 Peter J. Bakewell, Silver Mining and Society in Colonial Mexico, Zacatecas, 1546-1700.

18 Alonso de la Mota y Escobar, Descripción geográfica de los reinos de Nueva España, Galicia, Nueva Viscaya y Nuevo León, passim.
Miguel Othón de Mendizábal, “Carácter de la Conquista y colonización de Zacatecas”, in Obras Completas, vol 5, pp. 75-82 et Compendio histórico de Zacatecas, pp. 83-271.

19 . P. et H. Chaunu, Séville et l’Atlantique, 10 tomes, passim.

20 Jaime Vicens Vives, Historia de España y América, tome III, pp. 553 et 554.

21 Arístides Medina Rubio, Elementos para una economía agrícola de Puebla, 1540-1795, passim.

22 Nous nous basons ici sur les données fournies par Gustav Henningsen dans “El banco de datos del Santo Oficio, las relaciones de causas de la Inquisición española (1550-1700)”, Boletín de la Real Academia de la Historia CLXXIV, No. 5, pp. 547-570. María Asunción Herrera Sotillo, utilisant des données différentes des nôtres, arrive à un total de 1 235 procès pour l’ensemble du xviie siècle en Nouvelle-Espagne, c’est-à-dire à une moyenne sensiblement inférieure à celle que nous trouvons, bien qu’encore très honorable parmi l’ensemble des tribunaux péninsulaires.
Voir Ortodoxia y control social en México en el siglo xvii : el tribunal del Santo Oficio, pp. 214 et 215.
En ce qui concerne la partie statistique de notre travail, nous renvoyons à l’analyse détaillée de l’activité inquisitoriale prise dans son ensemble, voir S. Alberro, La actividad del Santo Oficio, passim.

23 La variation dans les chiffres proposés ici tient à la variété des sources qui sont :
l’Indice general de las causas de fe que se han seguido en este tribunal del Santo Oficio de la Inquisición de México, desde su fundación que fue el año 1571 hasta 1719, de l’AGN, Riva Palacio, vol. 49 en entier, qui donne 37 remis au bras séculier en personne et 96 en effigie ; l’Abecedario de los relaxados, reconciliados y penitenciados, de la Huntington Library, San Marino, Californie, qui fait de son côté état de 34 remis au bras séculier en personne et de 107 en effigie.
Quant à María Asunción Herrera Sotillo, op cit., p. 230, elle trouve 40 remis au bras séculier en personne et 103 en effigie, chiffre relativement élevé si l’on tient compte du fait que la période qu’elle considère n’inclut pas les autos de la fin du xvie siècle, où plusieurs personnes subirent la peine maximale.

24 La cédule de fondation du Saint-Office au Mexique et au Pérou se trouve dans Recopilación de leyes de los reynos de las Indias, tomo I, título XIX, ley I, pp. 159 et 160. Elle fut signée par Philippe II le 25 janvier 1569 à El Pardo, puis le 16 août 1570 à Madrid.

25 John H. Elliott et José F. de la Peña, Memoriales y cartas del conde duque de Olivares, tome I, p. 91, note 52.
Julio Baroja Caro, “La sociedad criptojudía en la Corte de Felipe IV”, in Inquisición, brujería y criptojudaismo, passim.
Toutefois, on ne saurait oublier que malgré l’appui vigilant d’Olivares, la persécution des marranes péruviens et néo-grenadins se déchaînait, dans un contexte certes différent du mexicain, où les pressions exercées par les attaques des corsaires et l’intervention d’un inquisiteur implacable furent déterminantes.

26 Antonio Domínguez Ortiz, El Antiguo Régimen : los Reyes Católicos y los Austrias, pp. 421-423. Cet historien rappelle (p. 422) la tentative malheureuse d’établir des galères à Carthagène des Indes entre 1580 et 1623, le climat et les conditions propres à l’Atlantique tropical, venant rapidement à bout des hommes et des bateaux.
Voir aussi John Lynch, España bajo los Austrias, tome I, pp. 391, 407 et 425.
Voir également Martha de Jarmy Chapa, Un eslabón perdido en la historia, piratería en el Caribe, siglos xvi y xvii, passim.

27 AGN, Inquisición, vol. 489, ff. 85-88, Traslado del papel que remitió a este Santo Oficio el señor obispo de este reyno, el 20 de noviembre de 1641... al virrey, duque de Escalona.
Herbert I. Bloom, The Economic Activities of the Jews of Amsterdam in the Seventeenth and Eighteenth Centuries, pp. 129 et 130.
Cyrus A. Adler, “Contemporary Memorial Relating to Damages to Spanish Interests in America by Jews of Holland”, PAJHS XVII, passim.

28 María Teresa Huerta y Patricia Palacios, Rebeliones indígenas de la época colonial, passim. Ces rébellions éclatèrent en effet au Yucatán, dans les régions d’Oaxaca, du Chiapas ou dans le nord de la vice-royauté, Nouvelle-Galice et Nouvelle-Biscaye.

29 AGN, Inquisición, vol 435, f. 309, Denuncia contra Juan Lozano, Cholula, 1650, et Denuncia contra Cristóbal de Morejón, San Martin Texmelucán, 1650, f. 205.

30 AGN, Riva Palacio, tome II, No. 1, 2, 3; tome III, No. 1, 2; tome IV, No. 1, 2, 3, 12, 13; tome VII, No. 1; tome IX, en entier.

31 Nous tenons compte ici des observations de J.-P. Dedieu dans “Les archives de l’Inquisition”, op. cit., pp. 893-902.

32 S. Alberro, La actividad del Santo Oficio... op cit., pp. 129 et 130.

33 A cet égard, le fonds Indiferente general de l’AGN renferme des édits de foi non classés, nous l’avons signalé ; ainsi ceux de 1622, 1626, 1637 concernant des médailles, images, reliques, chapelets, etc. ; ceux de 1626, 1637, 1691, qui dénoncent la présence de croix dans les endroits indécents ; ceux de 1643, 1652, qui stigmatisent la coutume d’orner les oratoires privés de symboles respirant la superstition, du portrait de dévotes personnes, de crèches, et où l’on mange, danse, chante et joue...
Voir l’index des édits de foi 6.

34 . J.-P. Dedieu, “Le modèle sexuel : la défense du mariage chrétien”, in B. Bennassar, L’Inquisition espagnole, p. 322.
Les travaux entrepris par ailleurs par Dolores Enciso, El delito de bigamia y el tribunal del Santo Oficio de la Inquisición en Nueva España, siglo xviii, laissent en effet entrevoir une participation féminine au délit de bigamie supérieure en Nouvelle-Espagne.

35 S. Alberro, op. cit., pp. 93 et 94.

36 S. Alberro, op. cit., pp. 97 et 98.

37 . S. Alberro, op. cit., pp. 97 et 98.

38 . S. Alberro, op. cit., pp. 101 et 102.

39 S. Alberro, op. cit., pp. 103 et 104.

40 S. Alberro, op cit., pp. 133 et 134.

41 Medina, El tribunal del Santo Oficio, op. cit., p. 30.

42 AGN, Inquisición, vol. 435, f. 139, Denuncia contra Fr. Francisco Ortiz, de la Orden de San Francisco, Tampico, 1650.

43 S. Alberro, op. cit.., pp. 131 et 132.

44 S. Alberro, op. cit., pp. 125 et 126.

45 Medina, op. cit., p. 273.
AGN, Inquisición, vol. 356, ff. 257, 291-293. Lettres du commissaire Fr. Alonso de Benavides au tribunal de México, 29 juin et 8 septembre 1626, relatives aux excès commis par le gouverneur Juan de Eulate. Ces documents sont cités intégralement dans le chapitre intitulé : Zacatecas, frontière de deux mondes.
Une autre lettre du même commissaire, écrite des environs de Zacatecas – parafe de los Tlacotes – en 1629, sans classification et qui se trouve dans le fonds Indiferente general de l’AGN, dénonce don Phelipe de Sotelo Osorio, qui vient d’être gouverneur du Nouveau-Mexique, et qui a offert “des chevaux, de l’argent, sa personne et une arquebuse à Luis de Rivera de 22 ans, sans office, naturel de Séville – pour qu’il prenne la fuite”. Rivera était prisonnier du Saint-Office. Osorio, outre des abus impies, “a permis aux Indiens du village de Xumanes de ne pas être chrétiens et de reconstruire les fabriques de l’idolâtrie que son prédécesseur avait brûlées ; il a traité et a été en affaires avec les infidèles, trouvant plaisir à ce qu’ils écrivent des choses malsonnantes à propos de la religion... C’est un homme scandaleux qui jure et a d’autres vices et qui pendant son gouvernement s’est employé à abattre et effacer la juridiction ecclésiastique, en persuadant tout un chacun qu’il n’y avait d’autorité que la sienne temporelle”...
AGN, Inquisición, vol. 593, exp. I, Proceso contra don Fernando López de Mendizábal, gobernador de Nuevo México, por proposiciones heréticas y sospechoso de judaismo (1662).

46 Très peu de travaux concernent ce sujet, pourtant capital, puisqu’il faudra bien entreprendre un jour une étude de l’évolution des codes et des peines inquisitoriaux, compte tenu de la jurisprudence et de la casuistique. Citons les remarquables réflexions de Francisco Tomás y Valiente, dans “Relaciones de la Inquisición con el aparato institucional del Estado”, in Gobierno e instituciones en la España del Antiguo Régimen, pp. 13-35 et dans El derecho penal en la monarquia absoluta, op. cit., passim, et l’ouvrage précurseur et fondamental de Georg Rusch et Otto Kirchenheimer, Punishment and Social Structure.

47 L’emplumage fut appliqué au moins une fois par le Saint-Office mexicain, sur la personne de l’Andalou Juan Márquez de Andino, convaincu de faux témoignage et qui fut condamné le 29 août 1664 à rester “exposé trois ou quatre heures, immobile, la partie supérieure du corps enduite de miel et emplumée”, voir : Rivalités de pouvoirs à Tepeaca, dans le corps de ce travail.
AGN, Inquisición, vol 512, exp. 3, Proceso contra Juan Márquez de Andino (1661), ff. 431-433.

48 Abecedario de los relaxados, reconciliados y penitenciados, op. cit., f. 13.

49 Medina, op. cit., pp. 209 et 210.

50 La variation dans les chiffres proposés ici tient à la variété des sources qui sont :
l’Indice general de las causas de fe que se han seguido en este tribunal del Santo Oficio de la Inquisición de México, desde su fundación que fue el año 1571 hasta 1719, de l’AGN, Riva Palacio, vol. 49 en entier, qui donne 37 remis au bras séculier en personne et 96 en effigie ;
l’Abecedario de los relaxados, reconciliados y penitenciados, de la Huntington Library, San Marino, Californie, qui fait de son côté état de 34 remis au bras séculier en personne et de 107 en effigie.
Quant à María Asunción Herrera Sotillo, op. cit., p. 230, elle trouve 40 remis au bras séculier en personne et 103 en effigie, chiffre relativement élevé si l’on tient compte du fait que la période qu’elle considère n’inclut pas les autos de la fin du xvie siècle, où plusieurs personnes subirent la peine maximale..

51 AGN, Inquisición, vol. 435, exp. 4, Proceso contra Gaspar Rivero de Vasconcelos (1650), f. 495.

52 AGN, Inquisición, vol. 416, f. 536 ; on envoya aux inquisiteurs de Séville le témoignage de quelqu’un qui les avait vus “fort galants et portant l’épée, à Cadix et à Séville, y compris les condamnés aux galères, d’autres étant partis ailleurs en Espagne”.
Dans le même volume, aux ff. 445, 474, 536 et 574, des témoignages montrent les difficultés qu’il y a pour les pénitenciés à partir en exil, et leur mépris des sanctions inquisitoriales.

53 AGN, Riva Palacio, tome 7, f. 96, Carta del Consejo al tribunal de México, reçue à México le 13 juillet 1616.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540