Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Inquisition et société au Mexique

 | 
Solange Alberro

Première partie. Le tribunal du saint-office

Chapitre I. L’institution inquisitoriale

Texte intégral

I.1. INTRODUCTION

I.1.1. LES PRELIMINAIRES

  • 1 José Toribio Medina, Historia del tribunal del Santo Oficio de la Inquisición en México, passim.

1La présence en Nouvelle-Espagne d’instances inquisitoriales remonte aux lendemains de la Conquête — 1522 — et elle se maintient jusqu’en 1819, c’est-à-dire qu’elle couvre l’ensemble de la période coloniale, en incluant le court hiatus où le tribunal fut supprimé par les Cortés de Cadix1.

  • 2 Richard Greenleaf, The Mexican Inquisition of Sixteenth Century, chapitres I, II, III, IV.

2Avant l’instauration du Saint-Office en 1571 à México, la vice-royauté en chantier avait connu une Inquisition monastique — 1522-1533 — menée par des moines évangélisateurs et extirpateurs d’idôlatries, puis épiscopale — 1535-15712. En effet, l’arrivée des premiers colonisateurs, suivie de la christianisation aussi massive que superficielle de la population autochtone, avait entraîné l’implantation des structures religieuses métropolitaines, et donc, tout naturellement, des tribunaux inquisitoriaux.

  • 3 Antonio Garrido Aranda, Moriscos e indios. Precedentes hispánicos de la evangelización en México, (...)

3Devant une réalité totalement nouvelle, on se tourna, comme Hernán Cortés lorsqu’il découvrit la terre mexicaine, vers ce qui, dans l’héritage récent de l’Espagne, pouvait constituer une référence, et les expériences acquises chez les morisques de Grenade et les Guanches des Canaries furent d’un secours précieux à l’heure de l’évangélisation, de l’hispanisation, de la répression3.

4Ces premiers tribunaux inquisitoriaux, dont la rude et parfois maladroite action n’est pas toujours dépourvue de l’esprit humaniste qui flotta sur les premières décennies de la conquête spirituelle du Mexique, firent rapidement apparaître les limitations et les dangers d’un modèle normatif et répressif peut-être adéquat en métropole, mais impropre et hasardeux dans un territoire nouvellement conquis et encore mal contrôlé.

  • 4 Procesos de indios idólatras y hechiceros, passim.
    Proceso inquisitorial del cacique de Texcoco, pa (...)
  • 5 Richard Greenleaf, Zumarraga... op. cit., p. 74.
    Richard Greenleaf, The Mexican Inquisition... op. (...)
  • 6 Henry Charles Lea, The Inquisition in the Spanish Dependencies, pp. 210 et 211.
    Cette cédule royale (...)

5En effet, la question du traitement réservé aux Indiens en cas d’infraction à la règle chrétienne ne tarda pas à se poser ; en tant que chrétiens à part entière, ils étaient responsables de leurs actes et donc passibles des mêmes sanctions inquisitoriales que les chrétiens de souche européenne, et certains d’entre eux, anciens prêtres, notables restés fidèles à l’ordre révolu, furent effectivement poursuivis pour pratiques idolâtres, pour sorcellerie, voire pour sacrifices, subissant les châtiments prévus par l’Inquisition pour de tels délits4. Mais pouvait-on réellement considérer ces néophytes comme coupables d’hérésie si peu de temps après la ruine de leur univers, alors que leur christianisme, même sincère, était si récent, si léger ? Les exemples des morisques et des juifs convertis dictaient la prudence, et un courant d’opinion ne tarda pas à naître, en faveur d’une plus grande indulgence à l’égard des Indiens. On sait comment l’affaire de don Carlos, cacique de Texcoco, accusé et condamné au bûcher par l’évêque Zumárraga pour dogmatisme et hérésie contribua puissamment à renforcer ce courant qui s’amplifia encore après les excès commis par les moines inquisiteurs au Yucatán et dans la région d’Oaxaca5. C’est ainsi que la Couronne, déjà suffisamment sensibilisée en 1539 pour adresser à Zumárraga des remontrances, lança un décret le 30 décembre 1571, stipulant que les Indiens n’étaient plus passibles de la juridiction inquisitoriale et relevaient exclusivement de leur évêque en matière de morale et de foi6.

  • 7 José Toribio Medina, Historia del tribunal... op. cit., p. 32.
    Francisco del Paso y Troncoso, Epist (...)
  • 8 Recopilación de leyes de los reynos de las Indias, tomo I, libro I, título XIX, ley I, pp. 159 et (...)

6Mais la rigueur dont on usait à l’égard des Indiens n’était pas le seul objet des critiques lancées contre la multiplicité des instances inquisitoriales qui agissaient avec autant d’irresponsabilité que d’arbitraire. Depuis longtemps déjà, nombreux étaient ceux qui réclamaient l’établissement d’un tribunal du Saint-Office dépendant du Conseil de la Suprême et Générale Inquisition — la Suprême — voyant en lui le seul remède aux progrès étonnants des pratiques hétérodoxes, voire hérétiques, à la dépravation des moeurs coloniales, particulièrement ecclésiastiques, aux abus de pouvoirs de toute sorte, aux conflits de juridiction, aux incompétences étayées par l’autorité... montrant par là le prestige indéniable dont jouissait l’institution à la fin du xvie siècle7. Tant de voeux furent exaucés par un monarque, certainement bien disposé à accorder cette sorte de grâce, Philippe II qui, par une cédule datée du 25 janvier 15698, ordonna l’établissement des tribunaux de Lima et de México. Les deux avant-dernières Inquisitions dépendant du Secrétariat d’Aragon, l’ultime étant celle de Carthagène des Indes, fondée en 1610, venaient de voir le jour et allaient désormais peser sur la vie du Mexique et du Pérou pendant plus de deux siècles et demi.

I.1.2. LE CONTEXTE AMERICAIN

  • 9 Bartolomé Bennassar, L’Inquisition espagnole, p. 54.

7Mais le tribunal de México devait agir dans un contexte bien différent du contexte péninsulaire. Tout d’abord, l’espace américain n’est pas l’espace européen, pas même dans ses variantes ibériques, si proches parfois de celles du Maghreb. Le territoire soumis à la juridiction de la nouvelle Inquisition comprenait non seulement la Nouvelle-Espagne, mais la Nouvelle-Galice, le Nord béant avec son avant-poste du Nouveau-Mexique, le Guatemala, l’actuel Salvador, le Honduras, le Nicaragua, enfin, les Philippines du bout du monde : en tout, près de 3 000 000 km2, alors qu’en Espagne, 16 tribunaux exerçaient leur autorité sur un peu plus de 500 000 km2, et que le district de Valladolid, avec ses 89 873 km2, faisait figure de géant9...

  • 10 AGN, Inquisición, vol. 356, ff. 291-293, Carta del comisario fray Alonso de Benavides, Nuevo Méxic (...)

8De plus, cet immense territoire était discontinu ; non seulement les îles Philippines se trouvaient à des mois de navigation périlleuse, ce qui les rendaient accessibles, dans le meilleur des cas, une fois l’an, mais l’espace américain lui-même était découpé par des chaînes montagneuses dont certaines constituaient un réel obstacle, des fleuves puissants, des lagunes, des marais qui isolaient des régions entières. Nous pensons au Yucatán qui, jusqu’à une date encore récente, resta à l’écart du reste du pays, au Nouveau-Mexique, d’où le diligent commissaire du Saint-Office, fray Alonso de Benavides se plaignait que le courrier avec la capitale, tardait 4 ans, et parfois même davantage10.

  • 11 Medina, op. cit., p. 179.

9L’Inquisition mexicaine ne tarda pas à mesurer la difficulté de la tâche qui lui était dévolue, compte tenu de l’ampleur de son district, et lors de la création de l’Inquisition de Carthagène des Indes, en 1610, elle réclama l’établissement d’un tribunal au Guatemala, dont une partie de l’Amérique Centrale dépendrait11. Pour des raisons très certainement financières, cette requête n’eut jamais de suite, et jusqu’à la disparition au xixe siècle du tribunal de Nouvelle-Espagne, ses inquisiteurs durent également se proclamer ceux d’une série impressionnante de territoires d’Asie et d’Amérique, théoriquement soumis à leur autorité.

  • 12 Philip Wayne Powell, Soldiers, Indians and Silver, passim. Robert Cooper West, The Mining Communit (...)

10La géographie américaine chantée par Neruda n’était pas le seul obstacle à vaincre. En effet, ces terres démesurées se trouvaient faiblement peuplées, parfois vides, dès qu’on s’éloignait de quelques dizaines de lieues de la capitale de la vice-royauté en direction du Nord minier. Or, la densité du peuplement constituait traditionnellement un facteur fondamental de l’efficacité inquisitoriale — et d’ailleurs, de tout appareil quel qu’il soit — en assurant la diffusion de l’information qui en émanait, et surtout, en créant, de par la coexistence, des conditions propices à la surveillance mutuelle, et par conséquent, à la production des dénonciations. A l’immensité du district, s’ajoutait donc un réseau humain lâche, clairsemé, sauf dans les villes, ce qui amortissait d’emblée toute entreprise normative qui se perdait rapidement dans le désert, tant géographique qu’humain. Cette population était de surcroît composée pour l’essentiel de “nations” indigènes hétérogènes, parlant des langues différentes, très superficiellement christianisées et hispanisées. Toutes n’étaient d’ailleurs pas sédentaires et soumises ; le Nord — encore lui, cet appel d’air irrésistible par lequel s’engouffrèrent tant d’aventures — était parcouru par des Indiens nomades qui attaquaient convois et bourgades, et semé de garnisons destinées à assurer le minimum de sécurité possible, pour les colons et les voyageurs. Si la frontière des territoires soumis épisodiquement aux “Indiens de guerre” ne cessa de reculer au cours des xvie et xviie siècles, elle persista, de même que les réduits rebelles et les raids sur des régions considérées comme pacifiées et en voie de colonisation12. Que pouvait-on attendre de ces nations indiennes, exemptées de la juridiction inquisitoriale, quand il s’agissait de débusquer et de dénoncer les infracteurs à la loi chrétienne ? Des nomades hostiles, rien, bien évidemment, et pour longtemps.

11Quant à ceux des hauts plateaux, vallées de México, Puebla, Oaxaca, ou ceux, beaucoup plus distants des montagnes du Chiapas ou de l’aride Yucatán quel qu’ait été leur degré de christianisation, variable au cours des deux siècles que nous considérons ici, l’idée de leur collaboration effective avec les autorités inquisitoriales par le biais de la dénonciation laisse perplexe ; en effet, imaginons, autant que faire se peut, une assemblée de Zapotèques, de Mazahuas ou de Totonaques monolingues, réunis par de pressants topiles dans l’église d’un bourg comptant au moins 300 chefs de famille espagnols ; ou même, pour être plus optimiste, des Nahuas dans l’admirable sanctuaire de Huejotzingo, ou, mettant décidément les choses au mieux, des habitants du quartier de Saint-Jacques Tlatelolco, assistant à la lecture — en espagnol, forcément — d’un édit général ou particulier de foi, à l’occasion d’une de ces campagnes régulières menées par l’Inquisition, et destinées à susciter les dénonciations indispensables au fonctionnement de l’institution.

12Ils écoutent — religieusement, sans doute — la description détaillée de pratiques dont on les avertit solennellement qu’elles sont des péchés et sont choses aussi nouvelles qu’incompréhensibles pour eux : blasphème, hérésie, calvinisme, illuminisme, mahométisme, inceste, bigamie, et des notions mystérieuses, des personnages fabuleux, libre arbitre, grâce, Sainte Trinité, etc. sont évoqués, entretenant d’incertaines relations avec les péchés mentionnés. A n’en pas douter, cet épisode extraordinaire — Lecture d’un édit de foi devant une assemblée d’Indiens, aux xvie et xviie siècles — constitue une scène magnifiquement absurde qui pose, une fois encore, le problème jamais résolu de la communication entre Occidentaux/Indiens, dominants/dominés, lettrés/rustres. Bien évidemment, à supposer que nos Indiens, ruraux ou urbains, eussent d’abord compris le castillan, puis le langage inquisitorial, l’essentiel du message ne pouvait que leur échapper, et à l’exception de quelques délits dont le contenu leur était plus proche, pratiques magiques, utilisation de certaines herbes aux propriétés particulières, divination, etc., il ne fallait pas compter sur eux pour démasquer un disciple de Calvin, de Jansenius, d’Erasme, pas même pour dénoncer un propos contraire à un sacrement, à la chasteté des ecclésiastiques. Lorsque les Indiens dénoncent — cela leur arrive — et s’ils le font spontanément, c’est poussés par la soif de vengeance, pour se débarrasser d’un indésirable, sur l’instigation de leurs caciques, aussi ; alors, l’infraction qu’ils dévoilent n’en est pas toujours une, ou elle est autre que celle qu’ils croyaient découvrir.

13Par conséquent, la majeure partie de la population, les 80 % en fait, reste étrangère à la procédure inquisitoriale, à double titre ; exemptés d’emblée de la juridiction du Saint-Office, les Indiens ne peuvent être inculpés, et le poids du contexte socio-culturel les exclut pratiquement de la fonction de dénonciateurs. L’Inquisition mexicaine fonctionne donc pour et par les 20 % restants de la population, 450 000 personnes environ, Espagnols, métropolitains et créoles, Européens en général, métis, Africains, mulâtres, Asiatiques, la condition indispensable à l’intervention inquisitoriale étant la confession chrétienne du sujet.

  • 13 Gonzalo Aguirre Beltrán, La población negra de México, passim.

14Le cas des Noirs mérite attention. On sait comment la chute démographique des Indiens, au xvie siècle, fut à l’origine de l’introduction massive, surtout entre 1580-1640, d’esclaves africains — environ 300 000 — pour les employer dans les secteurs les plus dynamiques de l’économie coloniale, la mine, le moulin à sucre, l’atelier textile, également, comme c’était le cas en Espagne, comme domestiques urbains13.

15Tout aussi fraîchement christianisés que les Indiens, ils furent, comme eux, tout d’abord, passibles des tribunaux inquisitoriaux, mais ne bénéficièrent pas, à l’instar de ces derniers, de la mesure qui les en exempta. Rien n’indique qu’alors ne se posa la question de savoir pourquoi les néophytes africains devaient être traités plus sévèrement que les autochtones en matière de délits religieux. On ne pouvait en effet justifier cette différence : le baptême administré aux malheureux effarés, vomis par les cales infectes des navires qui les amenaient en Amérique, puis, dans la mine, l’atelier, le moulin à sucre, une pratique religieuse forcée, rudimentaire et aléatoire, rien de tout cela n’entraînait un christianisme responsable qui autorisait les poursuites inquisitoriales.

16S’il est à peu près certain que des considérations politiques contribuèrent à conseiller une moindre rigueur en ce qui concernait les Indiens, donc à les soustraire à la juridiction du Saint-Office — ne représentaient-ils pas la majorité de la population de la vice-royauté, et ne pouvait-on pas redouter, si on les soumettait à des pressions excessives, des révoltes de nature à mettre en danger la colonie toute entière ? — les mêmes craintes ne s’imposaient pas à l’égard des esclaves noirs, infiniment moins nombreux, irrémédiablement déracinés, dispersés de surcroit sur tout le territoire. Par ailleurs, les Africains constituèrent vite des noyaux importants dans la capitale, les villes en général, et certaines régions de la vice-royauté, où ils ne tardèrent pas à assimiler suffisamment les normes de leurs maîtres, pour éventuellement les utiliser à leur profit, mettant parfois en danger l’ordre établi ; l’intervention inquisitoriale apparaissait alors comme utile à tous.

  • 14 Ruth Pike, Aristócratas y comerciantes, pp. 181-200.
    Jacques Heers, Esclaves et domestiques au Moye (...)

17Mais surtout, face à l’Indien, cette créature pourtant humaine et mystérieuse, cet inconnu qu’on venait de découvrir et qui suscitait une curiosité tellement passionnée qu’on ne cessait de scruter son passé, sa religion, ses moeurs, pour savoir comment le traiter, le convaincre et le dominer, l’esclave africain était une vieille connaissance. Depuis bien longtemps, les villes levantines, andalouses, la capitale même, voyaient des esclaves turcs, maures, africains, ornement presque indispensable des maisonnées opulentes, et leur christianisation, leur hispanisation n’avaient jamais posé de problèmes notables14. Voilà donc pourquoi, très probablement il ne vint à l’idée de personne de réviser les attitudes assumées depuis longtemps à l’égard des esclaves noirs, alors que celles qui intéressaient les Indiens, récentes, faiblement établies, et fortement contestées, furent modifiées, entraînant en 1571 l’exemption de ces derniers de la juridiction inquisitoriale, alors que les Africains y restaient soumis.

  • 15 AGN, Inquisición, vol. 629, exp. 4, f. 388, Actas del comisario de Mérida contra dos mulatos por i (...)

18Si on savait avec précision quels groupes, quels individus relevaient du Saint-Office, les processus de métissage, de syncrétisme n’allaient pas tarder à brouiller cette belle limpidité bureaucratique. Car très vite, il devint délicat d’affirmer que telle métisse au teint foncé n’était pas indienne, que tel mulâtre clair et aux yeux bridés en fût un... et nous voyons la perplexité du commissaire du Saint-Office au Yucatán, assistant en 1674 à la métamorphose de trois individus tenus pour mulâtres, adorateurs d’idoles, qui, emprisonnés à Mérida en attendant d’être transférés à México, se mettent à parler maya, à porter des vêtements indigènes, échappant par là au tribunal puisque s’avérant Indiens15.

  • 16 Cette fuite dans le monde indien profond n’a cessé d’être dénoncée par les magistrats, les ecclési (...)

19Non seulement les lois de l’hérédité compliquaient la tâche des autorités, mais le monde indien, omniprésent, constituait un refuge permanent et quasiment assuré à tout individu, quel qu’il fût. Au moindre soupçon de délation, de démarche inquisitoriale ou judiciaire, quoi de plus facile, pour l’Espagnol, le Noir, et à plus forte raison, le métis, le mulâtre métissé d’indien, que de disparaître dans le sein d’une communauté indigène, surtout si elle habite une région isolée, agreste ? Quel alguacil le poursuivra alors pour s’emparer de sa personne ? Et qui le dénoncera, protégé comme il l’est, soit par la supériorité de son statut, soit par les sentiments complexes de crainte, d’indifférence, de complicité peut-être et, toujours et surtout, par l’épaisseur de cette incompréhension, fille de l’incommunication entre 2 univers et que nous évoquions plus haut, dans laquelle baigne la communauté toute entière ? Il suffit sans doute de parler la langue du groupe, de se lier avec une de ses femmes, de partager la tortilla et de glisser quelque argent aux caciques complaisants, et le monde indien se laisse emprunter pour un temps ses apparences protectrices, toute poursuite éventuelle se perdant non plus dans le désert mais, cette fois dans des abîmes d’humanité singulière16.

  • 17 Voir, entre autres:
    Claudio Sánchez Albornoz, “La Edad Media y la empresa de América”. In España y (...)

20Telles étaient donc les caractéristiques de la situation que devait affronter le Saint-Office mexicain. La démesure du territoire à contrôler, semé d’obstacles naturels que la géologie américaine, dans la violence de sa jeunesse, avait multipliés à l’envie ; une faible population, en crise permanente de surcroît, car ravagée par des épidémies désastreusement fréquentes ; des nations très hétérogènes, des groupes humains allant des nomades barbares du Nord aux chasseurs cueilleurs de baies du Sud, des esclaves d’origine angola ou bantou aux cercles lettrés d’immigrés européens tout imprégnés de culture classique, une humanité grouillante d’aventuriers rapaces ou fous, de rescapés, de fugitifs et d’insoumis de toutes sortes, l’écume des tempétueux xvie et xviie siècles du vieux continent, courant tous qui derrière la fortune, qui derrière la gloire, un dieu, la liberté, le paradis, sur terre ou ailleurs, la Fontaine de Jouvence17... humanité incontrôlable en vérité, sans état civil, sans police ni frontières, et tellement animée du désir forcené d’échapper à tout contrôle qu’elle s’était risquée à franchir l’Atlantique, une humanité protéiforme enfin, bien vite métisse à tous égards, et qui, en cas de nécessité, s’immerge dans le monde indien, assuré d’y trouver subsistance et protection. Or, ces Indiens sont inaccessibles, et le Saint-Office mexicain, privé de juridiction sur eux, se voit amputé d’une de ses fonctions aussi traditionnelles que fondamentales en Espagne : dans la vice-royauté, il ne pourra aucunement tenter d’unir entre elles, par le contrôle de la religion commune, tant de nations diverses et éparses qui, bien que toutes en principe chrétiennes, n’en seront pas moins libres, dans les faits, de vivre la loi imposée presque comme elles l’entendront. Ce rôle fédérateur qu’il déploya en métropole, pour ce qui est des juifs et des Maures convertis, leur prescrivant une pratique minutieusement surveillée, lui est d’office interdit en terre américaine, où il fait entièrement défaut, et l’institution se voit donc réduite à n’être qu’un appareil normatif et répressif auprès d’une minorité seulement, en gros le groupe dominant et ses épigones, police dominante des dominants.

21Si l’une des limitations essentielles imposée à l’action inquisitoriale était l’effet des conditions géopolitiques propres au contexte américain, l’autre était le fruit d’une décision socio-politique, et toutes deux allaient peser lourdement sur la dynamique inquisitoriale dans la vice-royauté, en restreignant la portée de ses entreprises et en dépouillant le tribunal d’un de ses rôles fondamentaux, source de son pouvoir et de son autorité. Confronté à un pareil défi, de quelles forces disposait l’institution ?

I.2. LES HOMMES

I.2.1. LES INQUISITEURS

22Rappelons brièvement d’abord les circonstances qui présidèrent à l’établissement des tribunaux de Lima et de México et à celui, plus tardif, et qu’il faut voir nécessairement comme un prolongement des deux premiers, de Carthagène des Indes.

  • 18 Jaime Contreras, El Santo Oficio de la Inquisición de Galicia, p. 448.
    Jean-Pierre Dedieu, “Les qua (...)

23Il sont portés par le grand élan inquisitorial de la fin du xvie siècle, qui précéda le déclin inexorable de l’institution au cours des xviie et xviiie siècles, élan qui se traduisit par une forte activité de l’ensemble des tribunaux, liée à l’évidence à la conjoncture marquée par les combats de Philippe II en défense de l’orthodoxie18. A cet égard, la coïncidence de date, 1571, avec l’établissement des derniers tribunaux, américains, et la bataille de Lepante, ressentie unanimement comme le triomphe éclatant des Chrétiens sur les Infidèles, est éclairante.

  • 19 Rogelio Pérez Bustamante, “Nóminas de inquisidores, reflexiones sobre el estudio de la burocracia (...)

24Pourtant, ces deux Inquisitions des Indes sont, à tous égards les dernières venues, et elles figurent d’ailleurs tristement en queue de liste des tribunaux dépendant du Secrétariat d’Aragón, eux-mêmes précéde’s, on le sait, par ceux qui dépendent du Secrétariat de Castille. Dans cette hiérarchie créée par un long et complexe processus de formation historique de reconquête et de composants politiques, Lima et México se trouvent bien loin de Tolède, Inquisition la plus prestigieuse, ou même de Seville, Valladolid ou Grenade, qui comptent parmi les plus anciennes et les plus illustres19.

  • 20 Rogelio Pérez Bustamante, “Nómina de Inquisidores...” op. cit.,p. 268.

25Cette médiocre importance accordée aux institutions américaines se trouve reflétée par le nombre réduit de fonctionnaires qui y sont envoyés : face aux 4 inquisiteurs, assistés d’un procureur, des 4 notaires du secret, et de la multitude d’auxiliaires en fonction à Tolède, ou même des 3 inquisiteurs, du procureur et des 3 notaires du secret en poste à Païenne, México ne dispose que de 2 inquisiteurs, lesquels, avec l’aide d’un procureur, d’un seul notaire et d’un misérable geôlier, sont censés venir à bout des affaires écloses sur un immense district20.

26Sans écarter catégoriquement les motivations d’ordre spirituel qui purent inciter quelques fonctionnaires inquisitoriaux à accepter une charge aux Indes, il faut bien admettre que la grande épopée de la conquête spirituelle est révolue dans le dernier quart du xvie siècle, et que les moines fous de Dieu, les conquérants avides d’or et de gloire ont fait place le plus souvent, et en tout cas en Nouvelle-Espagne, aux bureaucrates, aux aventuriers qui n’ont en commun avec leurs précurseurs que la soif des richesses.

  • 21 Julio Caro Baroja, El señor inquisidor y otras vidas por oficio, pp. 15-60. Bartolomé Bennassar, o (...)

27Or, on le sait désormais, les inquisiteurs sont d’abord des bureaucrates, des lettrés soucieux de leur carrière, et, sauf exception, il leur faut des motifs bien puissant, jeunesse ou médiocrité entraînant un curriculum par trop mince, avenir bouché en métropole et en Italie, lourde famille à entretenir, désir de fortune et de promotion rapide et relativement facile, pour les décider â s’exiler aux Indes21.

  • 22 José Toribio Medina, op. cit., pp. 105 et 106.
    Voir l’index des inquisiteurs 7, 8, 10.

28La plupart de ceux qui prendront leurs fonctions en Nouvelle-Espagne présentent le même profil : études universitaires, parfois à Salamanque, la grande université — pratiquement pas d’assistance à un des 6 prestigieux Colegios Mayores — mais plutôt à Osuna, Séville, Cordoue, Grenade et surtout Lima et México, et obtention, dans des proportions égales du titre de docteur et de licencié. Il est remarquable que ces hommes d’Eglise ne soient pas tous ordonnés prêtres au moment où ils sont nommés inquisiteurs ; c’est le cas d’Alonso de Peralta et de Martos de Bohórquez, qui menèrent cependant les grandes persécutions contre les juifs conversos et organisèrent le fameux autodafé en 159422.

  • 23 José Toribio Medina, op. cit., pp. 37, 186, 187, 188, 225 et 270.
    Voir l’index des inquisiteurs.
    Bol (...)

29Si quelques-uns de ces ministres étaient déjà inquisiteurs avant leur arrivée dans la vice-royauté, la plupart occupaient des charges mineures dans un quelconque tribunal, d’autres encore étaient chanoines, voire écolâtres. Souvent, les carrières commencent aux Indes ou dans des zones marginales de la péninsule, Canaries, Baléares23.

30La nomination d’inquisiteur à México correspond donc la plupart du temps à une promotion, et il est fréquent qu’au sein même du tribunal, le procureur devienne à son tour inquisiteur, par le fait d’un décès, ou d’un départ pour un autre poste.

  • 24 Nómina del tribunal de la Inquisición de Nueva España, 1571-1646, pp. 61-71.
    Voir l’index des inqui (...)
  • 25 Nómina del tribunal de la Inquisición de Nueva España, 1571-1646, pp. 61-71.
    Voir l’index des inqui (...)

31Cette tendance à l’apparition d’une carrière “coloniale” débutant aux Indes ou dans les îles se trouve également suggérée par le destin des inquisiteurs lorsqu’ils quittent le tribunal mexicain. Si une minorité rejoint l’Espagne, quelques rares élus étant même appelés à des fonctions prestigieuses, tel le premier inquisiteur de la vice-royauté, Pedro Moya de Contreras, qui devint vice-roi du Mexique puis président du Conseil des Indes, celui aussi de Bernardo de Quiroz, nommé ensuite inquisiteur â Tolède, la moitié reçoit une mitre, en Nouvelle-Espagne, le gros évêché de Puebla, celui de Guadiana, du Michoacán, voire de México, ou à Cuba, au Guatemala, au Pérou ou en Nouvelle-Grenade, Chuquisaca, La Paz, Lima, Quito, Carthagène24. Il s’agit, là encore, d’une promotion, mais dans une filière qui apparaît comme parallèle et sans doute secondaire par rapport à la péninsulaire, comme il arrive lorsqu’une administration s’étend à la fois à la métropole et aux colonies ; la promotion à l’épiscopat aux Indes ne laisse pas en effet d’être parfois ambiguë car si certains évêchés procurent des revenus considérables, comme Puebla, Chuquisaca, d’autres ne semblent pas à priori présenter ces mêmes avantages, et parfois certains inquisiteurs refusent une nomination, considérée comme trop médiocre, tel le licencié Alonso Fernández de Bonilla, qui faisant fi de la mitre de Guadalajara en 1578, accepta l’année suivante celle de La Plata, évidemment parée de plus d’attraits25. Mais ici, tout est question de lieu et d’époque.

32Examinons donc rapidement quelques carrières d’inquisiteurs au tribunal de México.

  • 26 Medina, op. cit., p. 186.
    Voir appendice 1, index des inquisiteurs et procureurs 12.

33Le docteur Juan Gutiérrez Flores avait d’abord été procureur en Sicile vers la fin de 1600, puis nommé inquisiteur de Majorque en 1605, où il eut d’innombrables démêlés avec le vice-roi. Inquisiteur à México de 1613 à 1625, il devint ensuite le visiteur général de l’Audience de Lima où il mourut, coadjuteur de l’évêque de La Paz26.

  • 27 Medina, op. cit., p. 187.
    Voir appendice 1, index des inquisiteurs et procureurs 19.

34Quant à Domingo Vélez y Argos, il avait fait de solides études au collège de San Bartolomé de Salamanque, puis à l’université de cette ville, et fut ensuite nommé chanoine à Carthagène des Indes. Il ne tarda pas à y devenir proviseur de l’évêché, chantre, et enfin, inquisiteur du tribunal de cette ville. Les graves démêlés qu’il eut alors — lui aussi — avec le gouverneur de Nouvelle-Grenade l’obligèrent à se rendre en Espagne et on décida de l’envoyer comme inquisiteur à México à partir de 1638, où il mourut 9 ans plus tard27.

  • 28 Medina, op. cit., pp. 187 et 188. Nómina del tribunal... op. cit., pp. 69 et 70.
    Voir appendice 1, (...)

35Si le licencié Gaspar de Valdespina était passé par l’université d’Osuna avant de devenir procureur au tribunal de Lima, puis inquisiteur de México, le docteur Juan Sáenz de Mañozca, était créole de México, d’une famille comptant de nombreux serviteurs du Saint-Office et il avait longtemps vécu à Lima en compagnie de son cousin germain l’inquisiteur Mañozca y Zamora, l’initiateur de la grande persécution des judéo-chrétiens dans les années 1630 ; après des études à San Marcos, il revint comme inquisiteur en Nouvelle-Espagne où il ne manqua pas d’appliquer, à partir de 1642, les connaissances acquises aux côtés de son redoutable cousin, et il fut par la suite promu aux évêchés de La Havane, de Guatemala, et finalement de Puebla, où il mourut28.

  • 29 Medina, op. cit., p. 274.
    Voir appendice 1, index des inquisiteurs et procureurs 25.

36Enfin, don Juan de Ortega Montañés, dont nous ignorons la carrière en Espagne, était procureur de l’Inquisition mexicaine en 1660, inquisiteur deux ans plus tard, évêque de Guadiana en 1675, et de Michoacán en 168229.

  • 30 Medina, op. cit., p. 241.

37Le manque d’expérience et de compétence des inquisiteurs américains est un fait que le visiteur Pedro de Medina Rico commente en ces termes : “Les sujets qu’on invite aux Indes sont d’un moindre talent, sans aucune expérience, et, comme leurs prédécesseurs furent de la même qualité, ils ne trouvent personne dont ils puissent apprendre, mais trouvent qui imiter en matière d’intelligences torses, de sorte que même s’ils sont fort bons et fort doctes, c’est avec une extrême difficulté qu’ils prennent le chemin que nous devons suivre”30.

  • 31 Medina, op. cit., p. 38.
  • 32 Henry Charles Lea, The Inquisition in the Spanish Dependencies, p. 38.
  • 33 Medina, op. cit., p. 88.

38Une fois en place, comment travaillent ces fonctionnaires souvent médiocrement doués ? Tout d’abord, il faut reconnaître que le contexte colonial ne leur est pas très favorable. En effet, dès le début, les relations entre le Saint-Office et le vice-roi sont mauvaises, don Martin Enríquez ayant reçu sèchement les premiers ministres, et les choses ne devant guère s’arranger par la suite, bien au contraire31. Constamment, en effet, des querelles de prééminence, de juridiction opposèrent les autorités suprêmes au tribunal, et c’est à l’occasion de la célébration des autodafés et de la lecture des édits de foi que les dissensions apparurent le plus fortement, allant jusqu’à provoquer l’annulation de ces cérémonies, du moins sous les formes prescrites. Or, il était fort important, entre autres choses, que le tribunal et le vice-roi fussent en bons termes, puisque c’est le second qui remettait au premier les fonds que la Couronne destinait à son fonctionnement32. Si la Suprême, tenue au courant de tous les différends, ne cessait de prêcher la modération, les inquisiteurs n’en nourrissaient pas moins un vif ressentiment pour ce qu’ils considéraient avec raison comme un manque de respect à l’égard de l’institution qu’ils servaient, ce qui leur faisait prétendre “qu’à cause de cela, le peuple disait qu’en Nouvelle-Espagne, l’Inquisition n’était pas considérée, ni tenue en estime par le vice-roi, comme il se devait”33.

  • 34 Henry Charles Lea, The Inquisition in the Spanish Dependencies, p. 251.
    Les susceptibilités étaient (...)

39Les querelles surgissaient aussi à tout moment avec les autres instances, civiles et ecclésiastiques, constituant un obstacle permanent et insidieux à toute action, et la cédule royale, dite “de Concorde” du 22 mai 1610, qui prétendait régler une fois pour toutes les problèmes de juridiction, source la plus fréquente de différends, si elle servit effectivement de référence en cas de conflits, ne parvint jamais à les éliminer34.

  • 35 Medina, op. cit., p. 105.
  • 36 Medina, op. cit., p. 105.
  • 37 Medina, op. cit., p. 224.

40Mais l’harmonie était loin de régner entre les inquisiteurs eux-mêmes. Dès la fin du xvie siècle — 1582 — nous entendons parler de ministres “se battant à coups de poing, comme des gamins”35 ; Alonso Bonilla déclare en secret à son rival détesté, Granero Dávalos “qu’il faisait le serment de se pendre si on lui donnait une mitre avant lui”36, et, au moment crucial où le tribunal est submergé de travail du fait de l’arrestation de centaines de personnes, nous voyons les ministres Gaviola, Estrada et Sáenz de Mañozca se déchirer entre eux, et la tension monter à tel point que ce dernier craignait d’être assassiné par Gaviola, manifestement devenu fou37. De manière générale, la discorde fut la règle entre les ministres, qui ne cessèrent d’envoyer à la Suprême le récit détaillé de leurs démêlés.

41Dans ce climat orageux, comment s’acquittent-ils donc de leur tâche ? Les visiteurs don Juan Sáenz de Mañozca et don Pedro de Medina Rico qui reçurent la mission d’inspecter le Saint-Office mexicain en 1642 et 1654 respectivement, nous ont laissé un tableau aussi minutieux qu’édifiant. Les 2 visiteurs sont unanimes, les inquisiteurs ne font absolument rien.

  • 38 Medina, op. cit., p. 217.
  • 39 Medina, op. cit., p. 217.

42Le premier s’adresse à la Suprême en ces termes : “Je suis arrivé dans cette ville au début de mars 1642, et suis entré au tribunal le 17 de ce même mois ; et bien vite, j’ai découvert un dégoût pour le travail commun à tous, car on passait les heures de la matinée et de l’après-midi en bavardages, en allées et venues aux cabinets, à écrire sa correspondance, sans traiter quoi que ce fût de l’office”38. Lorsqu’il jette un regard sur les livres de témoignages, le visiteur découvre de quoi procéder contre une multitude de gens, bien que 4 personnes se trouvent seulement sous les verrous à ce moment-là, “un judaïsant, un bigame, un autre pour propositions et le quatrième, pour avoir dit la messe sans avoir reçu l’ordination : c’était là tout l’emploi d’une Inquisition au district si étendu”39.

  • 40 Medina, op. cit., p. 241.

43Une douzaine d’années plus tard, Medina Rico décrivait une situation identique, se plaignant qu’à l’exception de l’inquisiteur Sáenz de Mañozca, personne ne travaillait. Estrada y Escobedo, par exemple, n’avait rien de plus pressé à faire, dès qu’il arrivait au tribunal, que de se rendre dans son cabinet pour y prendre le chocolat ; il allait ensuite au secret, pour bavarder avec le procureur et les secrétaires, et leur faire perdre leur temps, puis avait accoutumé de sortir 2 ou 3 fois prendre l’air sur le pas de la porte... ce en quoi il était imité par Higuera y Amarilla. Et Medina Rico de se lamenter : “Je ne sais comment corriger cela, si ce n’est en refaisant ces inquisiteurs !”40.

  • 41 Medina, op. cit., pp. 169-177.

44Il y avait bien longtemps en effet que l’inertie s’était emparée du tribunal. Pendant les premières décennies de son existence, il avait pourtant déployé une activité raisonnable, mais les graves difficultés financières, ses querelles constantes avec les autorités, quelles qu’elles fussent, l’état ruineux et irrémédiable des prisons, la suspension prolongée de la lecture des édits de foi avaient créé un climat de torpeur auquel les inquisiteurs s’étaient accoutumés et dont le visiteur Sáenz de Mañozca eut toutes les difficultés à les tirer, ne fût-ce qu’un court instant41.

  • 42 Medina, op. cit., pp. 219-226.
    AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 148.

45Rien d’étonnant, donc, â ce que, au seuil de la décennie d’intense activité, 1640-1650, provoquée par la grande persécution des juifs convertis, les ministres n’aient pratiquement plus rien su de leur office. Voilà pourquoi les papiers jonchent le sol au tribunal, mêlant dans un beau désordre les feuillets appartenant aux procès anciens à ceux des affaires en cours, attendant en vain d’être assemblés par le fil et l’aiguille d’un procureur diligent, et rendant impossible toute tentative de regroupement d’un procès ; pourquoi les ministres ne portent même pas les costumes appropriés à leur office, pourquoi on en est arrivé à oublier “jusqu’au style et à la façon de procéder du Saint-Office, car celle-ci n’en a que le nom, Inquisition”42.

  • 43 Medina, op. cit., p. 217.
    Stanley Hordes relève également de nombreux manquements professionnels de (...)
  • 44 Medina, op. cit., p. 218.
    AGN, Inquisición, vol. 397, exp. 2, Proceso contra Micaela Enríquez (1642 (...)
  • 45 AGN, Inquisición, vol. 402, exp. I, Proceso contra Rafaela Enríquez (1642), ff. 95 et 96: “Don Fra (...)
  • 46 Medina, op. cit.,p. 219.

46Les irrégularités sont innombrables en ce qui concerne la conduite des affaires. Les inquisiteurs, par exemple, restent inactifs alors que les dénonciations et les dépositions abondent43. Des déclarations, venant de gens devant inspirer à priori la plus extrême prudence, des nouveaux chrétiens, sont reçues au domicile même d’un ministre44. Lorsque les accusés entrent en prison, ils ne sont pas toujours fouillés, ou s’ils le sont, c’est de sorte qu’ils puissent conserver or, argent, bijoux, objets et vêtements de valeur, ce qui leur permet par la suite de graisser la patte des nombreux auxiliaires servant dans les geôles, et de violer ainsi le secret et l’isolement auxquels ils sont en principe soumis45. Les interrogatoires sont coupés de pauses pendant lesquelles inquisiteurs et accusés bavardent familièrement de choses et d’autres, surtout lorsqu’il s’agit de femmes, les premiers révélant parfois des détails du procès tels que les seconds en viennent à deviner l’identité de leurs dénonciateurs, pouvant alors s’en venger en les dénonçant à leur tour, ou en réfutant plus aisément les charges qui pèsent sur eux46.

  • 47 Medina, op. cit., p. 226.
    AHN legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 26: “Des prisonniers pour i (...)

47Il arrive aussi que certains prisonniers croupissent des années dans leur cachot, sans que leur cause soit théologiquement qualifiée, que d’autres attendent des mois avant d’être appelés à déclarer devant les juges, et que d’autres, enfin, reçoivent papier et encre à discrétion, ce qui leur permet “de passer leur temps à écrire des psaumes et des doctrines hérétiques”47.

  • 48 Medina, op. cit., pp. 219, 226 et 227.
    AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 13.

48On tarde excessivement à recevoir les déclarations des accusés qui refusent d’avouer, trop aussi à communiquer les accusations et les communications de témoins aux avocats : certains procès sont envoyés incomplets à la Suprême et on ne prend pas en compte les défenses présentées par les accusés, sans même laisser à leurs avocats la possibilité de le faire48.

  • 49 Medina, op. cit., p. 218.
  • 50 Medina, op. cit., p. 219.
  • 51 Medina, op. cit., p. 227.
    AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 22; il s’agit de l’accusé (...)

49La manière dont est donnée la question prête également à de vives critiques. Sáenz de Mañozca découvre en effet qu“’on avait coutume de retirer les accusés dès qu’ils commençaient à passer aux aveux, sous prétexte qu’ils le feraient mieux et avec plus de commodités”. Lorsque le visiteur réclame l’application de la torture conformément aux usages, c’est-à-dire selon la qualité des indices et selon les forces de l’inculpé, on le traite de “cruel et criminaliste”49. Autres graves irrégularités, la question est donnée sans la présence de l’ordinaire, mais par contre l’inquisiteur Argos laisse son page, son neveu et sa famille écouter, par une trappe ménagée dans son cabinet, ce qui se passe dans la chambre de torture50. Enfin, il est arrivé qu’un judaïsant soit soumis à la question de manière extrêmement rigoureuse, sur la base d’un témoignage dont les inquisiteurs savaient pertinemment qu’il était mensonger51.

  • 52 Medina, op. cit, p. 226.
    AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 3.
  • 53 Medina, op. cit., p. 227.
    AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 23.

50Les irrégularités commises en ce qui concerne les conditions d’incarcération sont également nombreuses et graves. Si en principe, les inquisiteurs étaient tenus de rendre visite aux prisonniers 2 fois par mois, afin de les exhorter à avouer leurs fautes et de les consoler, des mois s’écoulent en fait sans qu’un ministre descende dans les cachots52 ; entre 1643 et 1647, aucune visite n’eut lieu, ce qui explique par exemple que le cadavre de doña Catalina de Campos fût retrouvé un beau jour à demi-rongé par les rats, personne — pas même les aides du geôlier qui apportaient pourtant, chaque jour, la chandelle et les aliments, et retiraient le vase de nuit — ne s’était aperçu de sa mort53.

  • 54 Medina, op. cit.,p. 219.

51Au cours de ces rares visites, les juges n’observaient pas toujours la conduite qui aurait dû être la leur, et le visiteur Sáenz de Mañozca se voit contraint de préciser, dans le rapport qu’il adresse à la Suprême que, “au cours des visites de prison, je n’ai pas accepté de m’asseoir sur les lits des prisonnières et de les laisser me prendre les mains, voyant certaines choses qui me faisaient rougir”54.

  • 55 Medina, op. cit., p. 226.
    AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 10.

52Souvent, les accusés, qu’ils soient déjà passés aux aveux ou qu’ils s’y refusent, étaient réunis dans le même cachot, les maris avec leurs femmes, les familles ensemble parfois accompagnées de leurs esclaves, de sorte que rien n’était plus facile que de se prévenir mutuellement, de s’accorder sur ce qu’il convenait d’avouer ou de taire55.

  • 56 Medina, op. cit., p. 218
    AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 8.

53Dans les années 1624, 1634, 1635 et entre 1640-1650, les prisonniers se faisaient envoyer de l’extérieur aliments et linge et, sous prétexte de maladie, certains reçurent l’autorisation de retourner chez eux afin de pouvoir se soigner plus commodément56.

  • 57 Medina, op. cit., p. 218.
    AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 6:...“négligeant ce devoir (...)

54Pendant la décennie 1640-1650, où les prisons regorgeaient de judaïsants, les esclaves de ces derniers, séquestrés au même titre que leurs autres biens par le Saint-Office, furent employés aux multiples besognes de cuisine, d’entretien qu’un nombre aussi élevé de prisonniers exigeait ; ils purent ainsi transmettre quantité de messages, tant à l’intérieur des geôles qu’à l’extérieur, recevant pour leurs services les objets qui avaient échappé à la fouille complaisante précédant l’incarcération57.

  • 58 AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 24.

55L’un des aides du geôlier n’était-il pas un esclave noir, un certain Sebastián de Munguia, “marié deux fois, du vivant de sa première femme (voyez donc sa qualité, pour remplir un ministère de toute confiance !) et il reçut seulement le fouet, alors que pour ce seul délit, il aurait dû être condamné aux galères, et cela en plus du fouet, et pour la communication avec les prisonniers, il aurait mérité la même peine”58.

  • 59 AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 19.

56Enfin, certains châtiments étaient administrés en privé, alors qu’ils auraient dû l’être publiquement, dans un souci évident de ménager la réputation et l’honneur des coupables, lorsqu’ils appartenaient à des secteurs sociaux influents ou qu’ils entretenaient avec les ministres inquisitoriaux des relations privilégiées59.

57Fautes, négligences et complaisances des inquisiteurs provoquèrent donc une situation de laxisme dans les prisons, et, comme ultime conséquence, une lenteur et une difficulté notoire dans la conduite des affaires pénales.

58Nous avons constaté les faiblesses de ces inquisiteurs, sans grande expérience, paresseux et incompétents dans l’exercice de leurs foliotions ; comment évoluent-ils dans la société coloniale ? Corrigent-ils, d’aventure, leurs lacunes professionnelles par une vertu sans faille ?

  • 60 Si les témoignages sur la rapacité des Espagnols passés aux Indes sont proprement innombrables, ci (...)

59Il faut rappeler que l’appât des richesses fut un des grands, sinon le principal, moteur de la Conquête et de la colonisation du continent américain, continuant, jusqu’à nos jours d’ailleurs, d’attirer des milliers d’émigrants aux yeux de qui scintillèrent, selon les époques, les noms magiques de Pérou, Potosí, Zacatecas, Guanajuato, Buenos Aires, New York, Alaska, Californie... Or, nous l’avons signalé, ce qui pousse les ministres du Saint-Office — et une grande majorité des fonctionnaires — à suivre une carrière coloniale, c’est l’espoir d’une fortune rapide et facile60.

  • 61 Medina, op. cit.,p. 106.
  • 62 Medina, op. cit., p. 219.
    On mesure ici le bien-fondé des observations faites par le marquis de Cer (...)

60Cependant, la situation financière du tribunal n’était pas de nature à entretenir des espoirs dans ce sens pendant bien longtemps. En effet, au début de son entrée en fonction, 10 000 pesos d’or lui furent attribués, et si les deux inquisiteurs, le notaire et le procureur en place, touchèrent pendant 2 ans des salaires décents, ils ne tardèrent pas à voir fondre leurs revenus, à tel point qu’en 1575, déjà, “les employés étaient couverts de dettes et désireux de vendre leur charge ou de revenir en Espagne, ce que fit le récepteur Diego de Salvatierra”. L’un d’eux même en arriva à déclarer — un comble pour un fonctionnaire inquisitorial ! — “qu’il voulait épouser une juive, pour qu’elle l’entretînt”61. Rien d’étonnant, par conséquent, à ce que, quelques années plus tard — 1642-1650 — le procureur Antonio de Gaviola, à qui le visiteur Medina Rico reprochait sa négligence et sa paresse, ait publiquement taxé son censeur d’impertinence, déclarant “que pour le salaire qu’on lui donnait, il en faisait assez”62.

  • 63 Medina, op. cit.,p. 106.

61Si la manne royale se fait aumône, force est de chercher ailleurs l’appoint qui fait défaut. Cet “ailleurs”, pour l’Inquisition, c’est, traditionnellement, les biens confisqués aux inculpés reconnus coupables. Mais là encore, on tombe de haut, et dès 1595, les ministres, désappointés, constatent que “l’infortune de cette Inquisition est telle en matière de confiscations, que les saisies provenant de ces juifs suffisent difficilement à payer leurs aliments, chose qui paraît incroyable aux Indes, et qui laisse penser que les pauvres ont fait exprès de l’être, ce qui navre bien les ministres de l’Inquisition, dont les salaires dépendent des peines et des pénitences”63. On ne peut donc être plus clair : la pauvreté est chose impensable aux Indes — lorsqu’on n’est pas Indien, s’entend — à moins d’y mettre du sien, et les inquisiteurs en sont réduits à tirer leur pain quotidien des confiscations.

  • 64 Charles Henry Lea, The Inquisition in the Spanish Dependencies, pp. 212-222.

62Cette situation entraîne une conséquence importante : la Couronne s’avérant défaillante dans son soutien financier au tribunal, il faut rechercher, pour survivre, l’hérétique fortuné, les autres menus délinquants, blasphémateurs, bigames et petits sorciers étant seulement nantis de biens négligeables64. Mais l’hérétique est rare aux Indes, et sa persécution exige une grosse besogne ; mieux vaut s’entendre avec lui puisqu’après tout, inquisiteurs, gros marchands, fonctionnaires appartiennent objectivement au même groupe dominant, par rapport aux masses indiennes, aux sang-mêlé chaque jour plus nombreux. On peut ainsi tirer parti de la situation exceptionnellement favorable qu’offre la Nouvelle-Espagne aux individus entreprenants, assurés d’un statut social privilégié, et donc, se lancer dans “les affaires”.

63Cet état de choses allait d’autant plus prévaloir que la situation financière du tribunal ne cessa de se dégrader au cours du xviie siècle, suivant en cela la situation chaque fois plus calamiteuse de l’Espagne de Philippe III et plus encore, de Philippe IV.

  • 65 Medina, op. cit.,p. 180.
    Toutefois, María Asunción Herrera Sotillo (op. cit., pp. 155-199), arrive (...)
  • 66 Antonio Domínguez Ortiz, Los judeoconversos en España y América, p. 132. Bartolomé
    Bennassar, Un si (...)

64Déjà à la fin de 1625, le visiteur général de la vice-royauté, don Martín Carrillo y Alderete signalait à Madrid que “si on ne vient le secourir, on pourra fermer le tribunal dans très peu de jours, car il n’y a pas de quoi nourrir les prisonniers, ni payer les officiers, lesquels ne sauraient servir pour rien”65. Deux ans plus tard, Philippe IV représentait au Pape que les Inquisitions américaines impliquaient pour le Trésor une dépense de 32 000 ducats, somme en fin de compte modeste et bien inférieure au revenu annuel de la moindre famille ducale d’Espagne66.

  • 67 Maurice Birckel, Recherches sur la trésorerie inquisitoriale de Lima, p. 339. Birckel note toutefo (...)
  • 68 Medina, op. cit., pp. 186-213.
  • 69 Medina, op. cit., p. 212.

65Enfin, un décret royal de 1633 mit fin, du moins théoriquement, aux subventions accordées à l’Inquisition péruvienne et tres vraisemblablement mexicaine, ce qui jeta les inquisiteurs dans une quête féroce de ressources67. Si depuis le début de leur présence en Nouvelle-Espagne, les ministres du Saint-Office n’avaient eu que trop tendance à s’en remettre à leur esprit d’entreprise pour assurer une fortune rétive, et qu’ils étaient pourtant venus chercher si loin — un Peralta “trafiquait comme un marchand” vers la fin du xvie siècle et Bohórquez “était tellement occupé à ses affaires que rien ne l’arrêtait”, déclaraient ses collègues68, bien avant que la conjoncture ne fût catastrophique ; les années 1630 constituèrent le tournant décisif, coïncidant avec les débuts de la crise multiple — on ne saurait guère plus parler exactement de dépression, marquant le milieu du siècle — aggravée comme elle le fut par les inondations et leur cortège d’épidémies qui, pendant une dizaine d’années, détraquèrent complètement la vie de la capitale, et l’Inquisition mexicaine se transforma alors en véritable “maison de commerce” selon le mot heureux de José Toribio Medina69.

  • 70 Medina, op. cit., p. 226: le visiteur Pedro Medina Rico évoquait en 1658 les lourdes accusations q (...)

66Effectivement, les témoignages sur la décennie qui suit sont accablants. Résumons donc, dans l’impossibilité de présenter un réquisitoire complet. Tout d’abord, précisons que certains ministres étaient parfois entourés de vastes familles, venues d’Espagne à leur suite ou établies dans le pays si l’inquisiteur était d’origine créole, avides de tirer parti de la position occupée par leur parent au tribunal. On pouvait ainsi réaliser quantité de petites affaires plus ou moins douteuses à l’ombre du Saint-Office, ou même, jouir d’une nomination d’officier, ce qui facilitait encore davantage les choses, du fait des privilèges et exemptions qui étaient liées à ces charges70.

  • 71 Medina, op. cit., p. 221.

67Don Francisco de Estrada y Escobedo, par exemple, est accompagné d’une mère “qui vit fastueusement à México, de quatre soeurs mariées et pourvues d’enfants, d’un frère, lui aussi marié, un autre étant moine, un troisième demi-prébendé de l’archevêché et demeuré plusieurs années à la Cour, où il travaillait à obtenir une place d’inquisiteur, et d’un autre enfin, étudiant et diacre”71. On le voit, pour le clan Estrada, le dicton espagnol “L’Eglise, la Flotte ou la Maison du Roi” est à l’honneur avec une nette prédilection toutefois pour le premier terme de l’alternative, puisque 4 des 5 frères ont embrassé des carrières ecclésiastiques.

68Quant au licencié Bernabé de la Higuera y Amarilla, il est littéralement accablé de parents ; l’un de ses neveux possède un moulin à sucre et son cousin germain, le licencié

  • 72 Medina, op. cit., pp. 221-223,
    AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 154

69Francisco de Viruega y Amarilla est commissaire du Saint-Office â Veracruz. Il y est du reste complètement effacé par le notaire inquisitorial, Sebastián de Campos, qui n’est rien moins que le beau-frère d’Estrada y Escobedo ; en effet, non seulement Campos accapare en fait les deux charges, celle de notaire et celle de commissaire, certainement pleines d’attraits dans un port par lequel passent tout le commerce et toutes les relations de la colonie avec sa métropole, mais il a encore obtenu, avec l’appui de son inquisiteur de beau-frère, de substantiels prêts, sur les fonds fiscaux, pratique — bien entendu — illégale72.

  • 73 AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 90.

70Les inquisiteurs eux-mêmes laissent parfois s’épanouir leur esprit d’initiative. Estrada y Escobedo, toujours lui, s’occupe activement de vendre, à des prix exorbitants d’ailleurs, le chocolat, considéré à l’époque plus comme un aliment que comme une simple boisson, et destiné aux nombreux prisonniers qui, entre 1640 et 1650, remplissent les cachots du Saint-Office73.

  • 74 Les témoignages sont ici innombrables. Outre l’inépuisable Toribio Medina (op. cit., pp. 219, 220, (...)

71La fortune peut couronner les entreprises individuelles et familiales, mais aussi tomber du ciel. Lorsque les biens confisqués à une poignée de riches judaïsants commencèrent à être adjugés, le produit de leur vente allant remplir les coffres de l’Inquisition, tout le monde sembla oublier que cet or devait être remis à la Suprême, et on procéda au partage du butin : les salaires gonflèrent brusquement, le nombre d’auxiliaires de toutes sortes augmenta considérablement, on puisa à pleines mains, prêtant à tout venant, plaçant à intérêt, on distribua aumônes, cadeaux, et on se servit aussi, généreusement74.

  • 75 Medina, op. cit., p. 227.
    AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 145.

72Les inquisiteurs manifestèrent alors des vanités sans doute destinées à compenser les longues années de médiocrité, les humiliations essuyées de la part de tant d’autres fonctionnaires alors mieux lotis... ils firent faire leurs portraits — aux dépens du fisc, naturellement — qui ornèrent désormais superbement la salle du tribunal, et sollicitèrent de Rome l’autorisation d’arborer camails et chapeaux doublés, agrémentés de franges et de glands de soie75.

  • 76 Medina, op. cit., pp. 219, 220 et 239.
    AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 88: “Le réce (...)

73Pour dissimuler ces indélicatesses — souvent des vols purs et simples — on en arrive à ne pas consigner les biens confisqués, â ne pas mettre sous clef ce qui doit l’être, ou même, franchement à arracher les pages compromettantes des livres de comptes, à extraire du coffre-fort l’or et les bijoux convoités76.

  • 77 AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargos 79-86. Il s’agit ici de biens appartenant à Agustí (...)
  • 78 Ici encore, les faits précis abondent:
    Medina, op. cit., pp. 211-224, d’où il ressort que le puiss (...)

74Car la rapacité ne connaît pas de limites, et les chefs d’accusation accumulés par Medina Rico révèlent des inquisiteurs se distribuant les ballots de musc provenant des Philippines, les bijoux et pierres précieuses, les dentelles, les étoffes de Chine, les objets de valeur, les coffrets richement travaillés et le linge fin, propriété des détenus77. Charges et offices étaient également devenus marchandises puisque n’importe quel prétendant y était admis moyennant pots-de-vin ou présents, sans même devoir justifier ses origines, ses capacités78.

  • 79 AHN, legajo 1737, Visita Sáenz de Mañozca 1, une lettre de Madrid, datée du 25 février 1650 déclar (...)

75Il s’avéra donc qu’au moment unique où les confiscations entraînèrent l’opulence du tribunal, aucun ministre, du plus ancien des juges au dernier des auxiliaires ne sut résister aux tentations, et que les immenses richesses alors obtenues se perdirent comme ruisseau dans le désert, rapidement dilapidées par les inquisiteurs, la Suprême n’en ayant jamais reçu que des miettes, à son grand désappointement79.

  • 80 C’est ce qui se produisit par exemple, dans le cas de Simon Vâez Sevilla et de sa femme Juana Enrí (...)

76Une telle propension au lucre pouvait facilement entraîner des connivences entre inquisiteurs et suspects, à partir du moment où ces derniers étaient fortunés, puisqu’on pouvait alors négocier sur un plan très matériel des solutions acceptables pour les deux parties. C’est effectivement ce qui se produisit pendant un certain temps, lorsque les autorités inquisitoriales, pourtant averties des agissements hétérodoxes, paraissaient les ignorer ; un peu plus tard, quand l’offensive fut déclarée ouvertement, il s’avéra plus difficile de maintenir cette attitude80.

  • 81 AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 31.
  • 82 Outre un présent à l’inquisiteur Soltero consistant en une “garniture d’argent de 300 à 400 pesos” (...)
  • 83 AGN, Inquisición, vol. 402, exp. I, Proceso contra Rafaela Enriquez (1642), f. 106
  • 84 AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 140.
  • 85 Medina, op. cit., p. 219. Nous reviendrons plus loin sur ce personnage remarquable.

77Par conséquent, c’est un fait établi qu’avant le déclenchement de la persécution contre les nouveaux chrétiens restés fidèles à la foi mosaïque de manière clandestine, les relations entre juges et certaines familles furent excellentes, et parfois même inattendues. Ainsi, l’amitié des ministres avec le Portugais judaïsants Luis de Burgos81, avec la puissante famille de Simón Váez Sevilla82, avec Thomas Núfiez de Peralta et sa femme Beatriz Enríquez, qui reçurent l’autorisation, alors qu’ils étaient au cachot, de se faire apporter leurs repas de l’extérieur — ce qui, à l’évidence, favorisa toutes sortes de communications — et se vantaient de les prendre dans de la vaisselle de Chine83, et surtout, avec Sebastián Váez de Azevedo. Ce personnage, très en vue dans la société coloniale, ami et protégé du vice-roi, le marquis de Villena, gros commerçant de surcroît, n’en était pas moins un Portugais pratiquant secrètement le judaïsme, chose que le Saint-Office ne pouvait ignorer, par le fait des nombreuses dénonciations et déclarations qui se trouvaient entre ses mains depuis fort longtemps. Cependant, Sebastián Váez de Azevedo, “de nationalité portugaise, ayant fait venir de Chine quantité de ballots et de marchandises de sa propriété, entreposés à Acapulco, et, voulant éviter de payer les droits dûs à sa Majesté, eut recours au tribunal qui prétendit être propriétaire desdits ballots et marchandises, les réclamant sans payer aucunement les droits, ce à quoi se refusèrent les officiers royaux d’Acapulco ; et finalement, voyant que les choses tournaient mal, on fit appel au vice-roi... aux alentours des années 1645, et Son Excellence donna l’ordre de livrer lesdits ballots et marchandises sans rien payer — ce qui fut exécuté en effet, les apportant dans le cabinet de monsieur l’inquisiteur, le docteur don Francisco de Estrada, où ledit Sebastián Váez de Azevedo vint les chercher, en plein jour, et au grand scandale de tout un chacun”84. On le voit, Váez de Azevedo était en excellents termes avec les inquisiteurs, qu’il conviait du reste à des festins, comme le révèle le visiteur Sáenz de Mañozca85.

78Cet exemple montre bien comment s’établissent les complicités entre individus appartenant à des secteurs sociaux dominants, le vice-roi, l’Inquisition, et un influent personnage ; les considérations idéologiques comme celles qui intéressent la religion et la politique — puisqu’après tout, Sebastián Váez de Azevedo est portugais, chose qui “aux alentours des années 1645”, devait le transformer automatiquement en suspect, ce qui n’est certes pas le cas aux yeux des autorités coloniales — se trouvant reléguées à une place tout à fait secondaire, pour ne pas dire insignifiante.

79Par ailleurs, il est clair que tout ce beau monde s’entend pour frauder le fisc de Sa Majesté, le Saint-Office n’hésitant pas à jouer le rôle de dépositaire des marchandises litigieuses et l’autorité suprême de la vice-royauté, le marquis de Villena, lui-même, facilitant l’opération.

80Nous voyons donc que l’action inquisitoriale, en ce qui concerne la persécution des pratiques hétérodoxes est sujette à caution, du moins dans les cas où des considérations économiques interviennent, et où les connivences intéressent des puissants, unis par des intérêts communs, s’exerçant par exemple au détriment de la Couronne — si lointaine et si mal défendue — situation caractéristique du contexte colonial américain.

81Mais l’immoralité des inquisiteurs débordait la sphère de leurs activités professionnelles et là encore, les visites réalisées vers la moitié du xviie siècle révèlent des faits surprenants.

  • 86 Medina, op. cit., p. 218.
    AGN, Inquisición, vol. 402, exp. I, Proceso contra Rafaela Enriquez (164 (...)
  • 87 AGN, Inquisición, vol. 402, exp. I, Proceso contra Rafaela Enríquez (1642), f. 101.
    AGN, Inquisici (...)

82Les fonctionnaires inquisitoriaux entretenaient parfois d’affectueuses relations avec des personnes dont on aurait pu supposer qu’elles leur auraient pour le moins inspiré une certaine méfiance. Les 2 soeurs judaïsantes, Rafaela et Micaela Enríquez, étaient intimes de l’inquisiteur Estrada y Escobedo, et la première fut même la maîtresse du notaire Eugenio de Saravia86. Là encore, ces relations eurent des conséquences importantes pour ce qui est de la bonne marche des poursuites inquisitoriales : le conseil judicieux de passer à des aveux “spontanés”, sans attendre une arrestation imminente, ayant été donné par ses amis du tribunal à Micaela Enríquez, dans le but de se gagner l’indulgence future de ses juges, ses confessions, contrairement à toutes les normes, furent reçues par le notaire Saravia, dans son propre logis. Quant à Rafaela, elle fut soumise, nous l’avons vu à une fouille si peu sévère lors de son entrée en prison, qu’elle lui permit de conserver des bijoux de valeur, qui vinrent par la suite récompenser les appréciables faveurs, messages, services divers, qu’elle obtint des geôliers et de leurs aides. Le notaire Saravia fit également avertir les 2 soeurs de la présence constante dans les prisons, de mouchards chargés d’épier les conversations entre prisonniers, ce qui leur inspira une avantageuse prudence dans les propos qu’elles tinrent elles-mêmes. Enfin, c’est encore Saravia qui recueillit chez lui la fillette de Micaela lorsque sa mère fut incarcérée, en un exemple d’humanité certes touchant, mais un tant soi peu saugrenu si l’on songe à l’état du protecteur, un secrétaire inquisitorial et à celui de la prisonnière, une hérétique. Estrada fit passer à la judaïsante Margarita de Moreira, une bien séduisante personne, il est vrai, un billet lui indiquant ce qu’elle devait avouer devant ses juges, dans son propre intérêt87.

  • 88 Medina, op. cit., p. 239.
  • 89 Medina, op. cit., p. 219.

83Pour sa part, c’est au charme célèbre des femmes de couleur que rendait hommage don Bernabé de la Higuera y Amarilla, inquisiteur. Il vivait en effet en concubinage public avec 2 esclaves, l’une africaine, l’autre mulâtre, dont l’une était sa compagne depuis une vingtaine d’années, et dont il avait des enfants, qu’il reconnaissait d’ailleurs ouvertement comme étant les siens88, tandis que l’inquisiteur Argos, que son âge avancé avait sans doute rendu plus insensible aux charmes féminins, se distrayait de son côté en tenant un salon de jeux dans son cabinet89.

  • 90 Medina, op. cit., p. 228, également les chapitres IV, XI, XV. AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico (...)

84Ajoutons encore qu’outre ces nombreux manquements à leurs devoirs, tant sur le plan professionnel que privé, les inquisiteurs ne laissèrent guère passer d’occasion, nous l’avons déjà signalé, de se jeter dans les disputes qui opposèrent incessamment les institutions coloniales, les individus. Parmi les nombreuses interventions dû tribunal, il faut évoquer celle particulièrement intempestive de la part des ministres, dans l’affaire Palafox ; l’évêque de Puebla fut alors l’objet de leurs insultes, telles que “suspect en matière de foi”, “tison ardent de l’enfer” à l’évidence déplacées, tant par leur ton que par l’esprit qui les inspire, surtout si l’on songe au rôle temporisateur que le tribunal se devait d’observer dans une dispute aussi complexe90.

  • 91 Il suffit, pour s’en convaincre, de penser à certains ministres évoqués par Ricardo García Cárcel, (...)
  • 92 Medina, op. cit.,p. 239.
    Bartolomé Bennassar, L’Inquisition espagnole, p. 80.
    Salvador Montoya Men (...)

85Il faut donc bien conclure que les inquisiteurs nommés en Nouvelle-Espagne n’avaient ni la taille ni la qualité nécessaires à la conduite du tribunal, surtout si l’on songe aux tâches écrasantes qui devaient normalement leur incomber et aux difficultés qui entravaient l’exercice de leurs fonctions. Au manque trop fréquent de formation solide, d’expérience, s’ajoutait l’ambition qui animait alors presque inévitablement tout fonctionnaire n’acceptant l’exil aux Indes que comme condition nécessaire à la réalisation d’une prompte fortune. Le contexte de la vice-royauté, où tous partageaient cette même ambition, fit le reste : l’impossibilité objective d’une part, de mener à bien leur tâche du fait des caractéristiques géographiques et humaines du district à contrôler, et, par ailleurs, les complicités inévitables existant au sein des secteurs dominants d’une société coloniale, entraînèrent l’inertie et la corruption des ministres inquisitoriaux. Leurs manquements graves et variés, n’étaient pourtant pas nouveaux dans l’histoire des hommes du Saint-Office91, mais c’est le poids du contexte colonial qui explique ici leur exubérance remarquable, puisque c’est à un inquisiteur mexicain, le docteur don Francisco de Estrada y Escobedo que revient la deuxième place en ce qui concerne — du moins jusqu’à présent — le nombre de chefs d’accusation : 111, compris entre les respectables 106 qui furent relevés contre le docteur don Cristobal de Valdesillo, inquisiteur à Cordoue en 1589, et les 115 qui pesèrent en 1650 sur l’inquisiteur Pereira de Carthagène des Indes !92.

86On le sait, les inquisiteurs étaient assistés par toute une série d’auxiliaires, tant laies qu’ecclésiastiques et, en particulier, par les commissaires.

I.2.2. LES COMMISSAIRES

87Ces représentants du tribunal en province ont pour mission de procéder à la lecture des édits de foi, d’effectuer, dans la mesure du possible des visites de district, et de recevoir des dénonciations et des dépositions.

  • 93 Nous présentons dans l’appendice 2 un index comportant la liste des commissaires en Nouvelle-Espag (...)

88A travers les divers documents comportant des listes de personnel inquisitorial pour la période 1571-1699, nous découvrons la présence de commissaires dans une centaine de bourgades disséminées du Nouveau-Mexique au Nicaragua, sans oublier les Philippines : à côté des cités d’importance, figurent de gros villages parfois en zones totalement indigènes, Teposcolula, Parangaricutiro, Tampamolón, par exemple, des sites miniers et des ports93.

89Ces commissaires, dont le nombre recensé est de 222 (voir appendice 2), apparaissent choisis de manière à peu près égale entre le clergé régulier et le séculier, puisque les premiers sont 81, et les seconds 113, les franciscains arrivant devant les dominicains, 40 et 23 respectivement, suivis par 9 augustins, 7 jésuites, un carme et un mercédaire. Leur répartition entre réguliers et séculiers, puis selon les divers ordres religieux, semble liée aux aires d’implantation du clergé et des ordres, et à leur importance numérique, le curé local cumulant bien souvent le titre de commissaire inquisitorial et celui de juge ecclésiastique ordinaire.

90Bien que la plupart de ces commissaires nous soient seulement connus par une signature au bas de dénonciations ou de missives routinières adressées au tribunal de la capitale, le hasard des documents révèle aussi quelques personnalités bien marquées.

  • 94 Voir par exemple les nombreuses affaires de Celaya, où intervint le commissaire Fr. Diego Muñoz, A (...)
  • 95 AGN, Inquisición, vol. 356, ff. 291, 293, 317, Cartas del comisario Fr. Alonso de Benavides a las (...)

91Certains sont d’une grande qualité, tel ce fray Diego Muñoz, premier provincial créole de l’ordre des franciscains qui, malgré son âge déjà avancé, parcourt sans relâche le Michoacán et le Bajío des années 1615-1620, y menant tambour battant des enquêtes, et bombardant les autorités supérieures de notes et de rapports dont le style vif et direct traduit à la fois un grand bon sens et une profonde connaissance des hommes et du pays qu’il a pour mission de surveiller94 ; ou encore, fray Alonso de Benavides, un autre franciscain, qui, quelques années plus tard, s’emploie de son mieux à introduire des rudiments d’ordre et de convenances dans un Nord minier et surtout un Nouveau-Mexique qu’il décrit comme échappant à tout contrôle et fleurant la barbarie. Son énergie et sa clairvoyance lui valurent la reconnaissance royale et papale, fait suffisamment rare pour qu’il mérite d’être signalé95.

92Mais à côté de ces commissaires remarquables — le fait qu’ils soient tous deux franciscains est-il significatif ? — animés d’un zèle digne du siècle antérieur, d’autres figures surgissent au détour des procès, des dénonciations.

  • 96 AGN, Inquisición, vol. 510, exp. 114, f. 512, Denuncias contra Diego de Herrera Arteaga, Zacatecas (...)

93A Zacatecas, toujours dans les premières décades de ce même xviie siècle, voici le commissaire don Diego de Herrera y Arteaga, tissu impressionnant de vices et de défauts : grossier, paresseux, impie, voire sacrilège, il sème la discorde par les ragots qu’il lance et les écrits anonymes dont il est l’auteur, il incite à la violence, allant jusqu’à frapper lui-même les femmes de leurs propres socques qu’il leur arrache, se querelle avec tout le monde, triche aux cartes dans les tripots, dit la messe les doigts chargés de bagues dont il admire les effets, refuse d’administrer les sacrements, etc.96

  • 97 AGN, Inquisición, vol. 561, f. 219 et suivantes, Proceso contra Beatriz de Padilla (1652), passim.(...)

94Auprès de lui, le licencié Diego Ortiz de Saavedra, commissaire de Lagos, semble particulièrement débonnaire ; c’est effectivement un homme aux douces moeurs familiales, qui vit calmement entre sa maîtresse tendrement aimée, une piquante et jolie quarteronne, et leur fils commun, dans le cadre douillet d’un foyer bien pourvu où il s’éteindra, fort regretté par les siens97.

  • 98 AGN, Inquisición, vol. 460 en entier, Proceso contra Diego Márquez (1656), passim.
    Voir appendice 2 (...)

95Cristóbal de la Carrera, commissaire à Tepeaca vers le milieu du siècle, supporte aussi difficilement le célibat ecclésiastique que son confrère de Lagos, dont par ailleurs il ne partage pas le caractère pacifique. Ayant déjà été sanctionné par l’évêque Palafox, qui l’avait pris en flagrant délit de concubinage, il n’ose vivre ouvertement avec sa nouvelle amie, la métisse Margarita de Valdivieso, et c’est au prix d’une ruse — dont personne n’est dupe — qu’il réussit à garder sous son toit leur nouveau-né ; une voisine complaisante acceptant de déclarer l’enfant comme son filleul amené de la ville, elle demanda au commissaire — dont une esclave pouvait allaiter l’enfant — de le prendre chez lui. Toutefois, le ministre inquisitorial reste sensible aux attraits des autres femmes, et cette même bonne voisine, épouse de l’alguacil mayor, est l’objet de ses attentions : lui trouvant la mine mélancolique, il l’invite à une collation dans les vergers entourant la bourgade, mettant à profit une absence du mari... Enfin, et ceci est sans doute le plus grave, de la Carrera n’hésite pas à tremper dans de sombres machinations, y apportant le secours de son autorité dévoyée98.

  • 99 AGN, Inquisición, vol. 435, f. 86.
  • 100 AGN, Inquisición, vol. 612, exp. 3, Testificación contra Juana de Coi, Zacatecas (1669), f. 490.
  • 101 Medina, op. cit., p. 91.
    Voir appendice 2, index des commissaires 17.
    La nomination de Diego de Or (...)
  • 102 AGN, Inquisición, vol. 316, f. 359, Carta del comisario Fr. Francisco Izquierdo a las autoridades (...)

96Outre ces quelques portraits, des échos plus ou moins assourdis dénoncent, ici, “une brute de commissaire”99, là un autre qui “s’amuse avec une mulâtresse”100, l’évêque de Michoacán réclame en 1594 le retrait du commissaire don Diego de Orduña “parce que depuis vingt ans qu’il réside ici, il vit dans le désordre, et dans des commerces publics d’incontinence, de jeux et de disputes personnelles”101, et fray Lope Izquierdo, lui-même commissaire à Zacatecas, écrit en 1617 au tribunal, en constatant que dans sa région, “aucun de ces messieurs prêtres et commissaires n’est disposé à faire un pas hors de chez lui pour venir ici, à cause des distances”102, en un exemple éloquent du poids incontestable des contingences géographiques sur l’exécution des tâches élémentaires.

97S’il est donc impossible de trancher en ce qui concerne la qualité des commissaires en général, il faut toutefois signaler que les personnalités remarquables ne paraissent pas avoir été fréquentes, alors que les manquements — essentiellement incontinence, mauvaise conduite, négligence, participation aux intérêts de groupes locaux — semblent l’être davantage, et la discrétion des documents à leur égard indique très probablement que la majeure partie d’entre eux se limita à l’exercice modéré de ses fonctions, dans un respect approximatif de ses obligations diverses.

I.2.3. LES FAMILIERS

  • 103 Voir appendice 3, l’index concernant les familiers et celui des localités dans lequelles il s’en t (...)

98Outre les commissaires, les officiers les plus nombreux au service du tribunal sont, sans conteste, les familiers qui couvrent d’un vaste réseau l’ensemble du district. En effet, entre 1571 et 1646, autrement dit pendant les 75 ans qui correspondent à la plus notable période d’activité du Saint-Office mexicain, un total de 314 familiers (nous incluons les 20 d’Amérique Centrale et les 24 des Philippines) se trouvent dispersés dans 64 localités, c’est-à-dire, et suivant la norme imposée, partout où se trouvait un noyau de population espagnole ; la densité des familiers y est très variable, naturellement révélatrice de la présence espagnole, et par conséquent, de l’importance de la bourgade103.

99C’est ainsi qu’après la ville de México, qui en compta 144 au cours de la période considérée, 1571-1646, viennent Puebla, avec 19 familiers, Zacatecas avec 16, et la ville de Guatemala avec 13.

  • 104 Libros de Cabildo, livre XXX, pp. 144-217, sessions des 28 mars, 4, 16 avril, 24 mai, 21 juillet 1 (...)

100Les ports, les sites miniers, les bourgs agricoles de la vallée de Puebla et du Bajío - de forte colonisation espagnole — sont pourvus de familiers alors que les populations essentiellement indigènes, où se trouvait pourtant un commissaire, n’en ont pas. En effet, la présence des familiers ne coincide pas forcément avec celle des commissaires, les premiers accompagnant un peuplement espagnol et métis alors que les seconds correspondent au réseau ecclésiastique déjà en place, puisque les commissaires sont toujours, nous l’avons vu, des réguliers ou des séculiers remplissant par ailleurs d’autres fonctions que celles que leur confie le tribunal. Quoi qu’il en soit, le nombre de familiers pouvait paraître excessif, tout au moins dans la capitale ; en effet, le conseil municipal de México demanda en 1626 la réduction de leur nombre, comme condition pour l’attribution de fonds à la flotte de Barlovento104.

  • 105 Voir appendice 3, l’index des familiers de la ville de México.

101L’analyse sociologique des familiers de la capitale, rendue possible par l’information glanée dans de nombreuses sources, et qui porte sur 90 % d’entre eux — 130 sur 144 exactement — permet de mieux connaître ces personnages105.

102Car ces auxiliaires sont loin d’être des inconnus ou de petites gens. Sur les 130 dont nous apercevons avec une certaine précision l’entourage social, 17 sont déjà familiers d’Inquisitions en Espagne — 7 à Séville, 3 à Tolède, 2 à Valladolid, un à Cordoue, un à Cuenca, un à Grenade, un à Madrid, un à Burgos — et 2 le sont du tribunal de Lima ; 14 sont chevaliers d’ordres militaires — 12 de Saint-Jacques, un de Calatrava et un d’Alcàntara.

103En ce qui concerne leur origine, les deux tiers sont espagnols métropolitains, un tiers est créole et 3 d’entre eux proviennent d’autres régions comme l’Italie, dont une partie était intégrée, on le sait, à l’empire espagnol ; si les péninsulaires sont la majorité pendant les premières décades qui suivent l’installation du tribunal, les créoles commencent à s’affirmer dans les années 1625-1630 et semblent l’emporter à partir de 1640.

104Socialement, ils représentent, sans aucun doute et sauf exception, les secteurs les plus marquants du pouvoir économique et social, et aucun laboureur modeste ne semble s’être glissé dans leurs rangs impressionnants, sinon respectables... Qu’on en juge plutôt ; 16 d’entre eux sont fondateurs ou détenteurs de majorats, 14 possèdent de puissantes encomiendas, une bonne vingtaine sont de gros commerçants parmi lesquels les électeurs députés et prieurs du consulat sont nombreux — une dizaine à peu près — et 49 occupent, ou ont occupé, à un moment ou à un autre, des fonctions officielles : beaucoup de regidores parmi eux -14- des greffiers, des alguaciles, des alcaldes, ordinaires ou mayores, des officiers, attachés aux grandes instances administratives de la vice-royauté, des auxiliaires du Saint-Office, des médecins, professeurs à l’université, bref, des notables et des lettrés.

  • 106 AGN, Riva Palacio, vol. 4, exp. 14... “que ne soient pas admis comme familiers ceux qui auraient é (...)

105Deux remarques nous paraissent s’imposer. Tout d’abord, si les prohibitions en vigueur à l’égard des offices manuels et des professions considérées comme indignes sont respectées106, les négociants sont bien accueillis, à condition toutefois que les affaires qu’ils manient soient suffisamment considérables pour les dissocier totalement des boutiquiers, faisant d’eux, au contraire, les partenaires éventuels et naturels des mandants de la colonie.

106Il est également notoire que la puissance des familiers procède de multiples origines qu’on ne saurait aucunement opposer. Ici, la propriété terrienne va de pair avec le capital investi en opérations minières, maritimes et commerciales, et une même famille, par le jeu calculé des alliances, peut comprendre encomenderos titrés, “seigneurs de troupeaux”, maîtres de moulin à sucre, mineurs, capitaines, pourvoyeurs de fonds pour les affaires publiques et privées, entrepreneurs de grands travaux, gros commerçants, officiers royaux, ecclésiastiques aussi bien réguliers que séculiers, intellectuels, sans oublier ministres inquisitoriaux ; le pouvoir et la richesse sont polymorphes, et dessinent les tentacules que les grandes familles, souvent présentes malgré les noms et les habits différents, étendent sur les hommes et les terres de Nouvelle-Espagne.

  • 107 Voir appendice 3, index des familiers 73.
    Carlos Colón Pacheco de Córdoba y Bocanegra et Chevalier (...)

107Voyons de près quelques exemples. Le docteur Carlos Colón Pacheco de Córdoba y Bocanegra, marquis de Villamayor, fait chevalier de l’ordre de Saint-Jacques en 1631, est familier à México en 1625. Il descend d’une puissante famille, étant l’arrière petit-fils de Hernán Pérez Bocanegra y Córdoba, “le grand laboureur” et “seigneur de troupeaux”, fondateur d’un riche majorat dans ses encomiendas d’Acambaro et Apaseos. Du côté maternel, ce don Francisco de Pacheco de Córdoba y Bocanegra était encore petit-fils du célèbre Francisco Vásquez de Coronado, conquérant du Nord et gouverneur de la Nouvelle-Galice avant la création de l’Audience de Guadalajara. Pacheco Bocanegra avait lui-même rendu des services à la Couronne et exercé les fonctions de corregidor dans quelques-unes des régions les plus riches du Mexique : il portait le titre d’adelantado de Nouvelle-Galice, recevait du roi une rente de 3 500 pesos et se disait apparenté à plusieurs grandes maisons espagnoles. Après information de l’Audience, en 1605, il demanda et réussit à obtenir le titre de marquis. Vers 1625, son fils don Carlos Colón de Córdoba Bocanegra y Pacheco ne s’intitulait rien moins que “marquis de Villamayor et adelantado mayor du royaume de Nouvelle-Galice, seigneur de los Apaseos et du majorat, encomendero d’Acambaro”. Ce n’est pas sans raison qu’il se qualifiait lui-même de “seigneur de los Apaseos”, puisqu’il avait l’encomienda perpétuelle de cette localité où se trouvaient, en outre, ses plus grosses haciendas. Il possédait d’ailleurs son ost particulier, avec lequel il vint au secours du vice-roi, marquis de Gelves, lors des émeutes de 1625. Cette même année, le second marquis alla, il est vrai, se fixer en Espagne où la famille semble résider de préférence, laissant à des administrateurs le soin de gouverner son marquisat et sa fortune107.

  • 108 Voir appendice 3, index des familiers 9, Antonio de Espejo.

108Voici encore Antonio de Espejo, familier en 1571, né à Cordoue, venu à México aux côtés du premier inquisiteur don Pedro Moya de Contreras ; il exerçait dans la capitale ses talents de marchand tout en possédant terres et troupeaux du côté de Querétaro, et participa à une expédition au Nouveau-Mexique en 1582-1583108.

  • 109 Appendice 3, index des familiers 12, Hernán Gutiérrez Altamirano.

109Vivant à la même époque, Hernán Gutiérrez Altamirano descendait de l’illustre maison Ibarra y Castilla, et se trouvait à la tête d’un majorat considérable qui comprenait des terres â Coyoacán, Tacubaya et dans la région d’Ecatepec, auxquelles il faut encore ajouter les villages de Calimaya, de Metepec, de Tepemeyalco, etc. Elu alcalde ordinaire de México en 1573, et nommé juge des biens de défunts, il jouissait de la confiance du vice-roi don Martin Enríquez qui le chargea de la délicate mission consistant à recenser et à surveiller les mulâtres de la capitale, dont le nombre croissant commençait à inquiéter les autorités109.

  • 110 Appendice 3, index des familiers 95, Simón de Haro.

110Conseiller du consulat, patron de l’église de la Concepción, Simón de Haro incarne le type même du marchand colossalement riche puisque sa fortune, réalisée sur la base du commerce de l’argent110, était évaluée vers le milieu du xviie siècle à 600 000 pesos.

  • 111 Appendice 3, index des familiers 130, Cristóbal de Mañozca Bonilla y Bastida.

111Un don Cristóbal de Mañozca Bonilla y Bastida était né à México, d’un père alguacil mayor, il avait pour oncle l’inquisiteur don Juan de Mañozca, et portait le titre de chevalier de l’ordre de Saint-Jacques ; marié à l’héritière d’un riche majorat, descendante d’une grande famille créole, les Cervantes Altamirano, on le considérait comme l’un des habitants les plus fortunés de la capitale, et il fut en mesure de collaborer avec la somme de 6 000 pesos aux travaux de drainage qui s’imposaient pour assurer la survie de la cité111.

  • 112 Appendice 3, index des familiers 120, Antonio Millán.
    AGN, Inquisición, vol. 418, exp. I, Proceso (...)

112Enfin, Antonio Millán, familier en 1641, quoique ses origines ne fussent pas clairement établies, était né lui aussi à México, où il devint un des marchands les plus prospères, trafiquant en argent et en cacao. Comptable et regidor de la ville, il obtint le substantiel fermage des bulles de la croisade, pour la Nouvelle-Espagne. Son père, Francisco, entrepreneur du conseil municipal, s’était vu adjuger le contrat de la construction des abattoirs de la cité, pour la somme de 8 000 pesos et ses fils, suivant la trajectoire familiale, étaient l’un regidor, l’autre prébende de la cathédrale de México. Ajoutons à ce portrait flatteur qu’Antonio Millán entretenait d’excellentes relations avec certaines des familles marranes les plus en vue — relations après tout bien naturelles entre notables -notamment avec celle de Simón Váez Sevilla et celle de sa belle-soeur, doña Micaela Enríquez et son marchand de mari, Sebastián Cardoso, également avec Manuel de Acosta qu’il aida dans les moments difficiles, faisant jouer tout son crédit en leur faveur112.

  • 113 Appendice 3, index des familiers 78, Tomás Moran de la Cerda.
  • 114 Appendice 3, index des familiers 91, Juan de Orduña.
  • 115 Appendice 3, index des familiers 39, Gaspar de Valdés.

113Il faudrait encore mentionner Tomás Moran de la Cerda, familier de l’Inquisition de Séville, secrétaire du vice-roi, don Rodrigo Pacheco Osorio, regidor de México et, de surcroît commerçant en argent113, don Juan de Orduña, également regidor, sargento mayor du royaume et procureur en chef de la cité, propriétaire, à sa mort, et entre autres biens, de 15 haciendas, d’un atelier, d’un moulin114... ou encore Gaspar de Valdés, fils d’un “riche républicain”, fondateur du Collège royal de Saint-Ildefonse, qui fut alcalde mayor des mines de Zacualpan, regidor de México puis de Puebla, avocat à l’Audience royale, procureur en chef de la ville de México, possédait une encomienda, 5 haciendas, 5 maisons, 2 majorats, se maria 2 fois avec de riches héritières et “se trouvait très apparenté à ce qu’il y a de plus notable et de choisi dans la ville”115.

  • 116 AGN, Riva Palacio, vol. 36, I, f. 36, Carta de Madrid, 25 septembre 1587.
    Outre les nombreux procè (...)
  • 117 AGN, Inquisición, vol. 407, f. 464.

114Pas plus que ceux d’Espagne, les familiers mexicains n’étaient “gens aussi paisibles et pacifiques qu’il est ordonné”116. En effet, les registres inquisitoriaux se font l’écho de dénonciations pour des motifs divers ; faits de contrebande, de violence, mauvaises moeurs, origine douteuse de certains familiers accusés d’être nouveaux chrétiens, morisques, voire même Indiens, manque de crédit pour certains d’entre eux, tel celui des mines de Ramos, “qui est la fable et la risée du pays”117.

115La capitale, à cet égard, nous donne quelques bons exemples de ces manquements, et les cas d’indélicatesse en matière financière, pour ne pas dire de fraudes pures et simples, ne sont pas rares.

  • 118 Appendice 3, index des familiers 75, Gabriel López de Luzena y Páramo.
  • 119 Appendice 3, index des familiers 104, Leandro de Gatica.

116En effet, si un Gabriel López de Luzena y Páramo, gros négociant, propriétaire de magasins distribuant toutes sortes de produits, contrebandier notoire d’argent par le galion de Manille, fit, vers 1654, une retentissante faillite qui lui valut une condamnation sévère à 6 ans de galères118, Leandro de Gatica fut plus heureux dans des négoces tout aussi ténébreux : ce familier de l’Inquisition de Séville, puis de México, puissant commerçant en vins, reçut de riches créoles mexicains la mission de vendre en métropole des marchandises dont la valeur atteignait 150 000 pesos, les bénéfices devant naturellement leur être retournés ; or, non seulement Gatica se garda bien de rendre à ses mandataires leur dû, mais il sollicita et obtint d’être nommé regidor de la capitale, où il revint entouré, semble-t-il de la considération universelle ; il devint par la suite procureur général, et sollicita finalement la charge de gouverneur ou de corregidor d’une province de la vice-royauté, sans que la magistrale escroquerie commise par lui, une dizaine d’années plus tôt — vers 1630 — lui eût causé le moindre préjudice119, tant il apparaît que la faute réside parfois moins dans l’escroquerie que dans son échec.

  • 120 Voir appendice 3, index des familiers 73.
    Carlos Colón Pacheco de Córdoba y Bocanegra et Chevalier (...)
  • 121 Appendice 3, index des familiers 78, Tomás Morán de la Cerda.

117Les actes de violence, voire les meurtres, sont évoqués avec une certaine fréquence. Antonio de Espejo, cet imposant personnage que nous connaissons déjà, donna la mort à un des vachers qui gardait ses troupeaux, sur ses terres de Querétaro, et il subit pour ce crime un procès au terme duquel il fut reconnu coupable, malgré ses antécédents glorieux120. Quant à Tomás Moran de la Cerda, autre personnage distingué que nous avons antérieurement mentionné, il eut maille à partir avec un alguacil du Trésor royal, et les choses tournant décidément fort mal, un de ses esclaves assena sur la tête de l’officier un coup d’épée, qui le tua net : comme Espejo, Moran de la Cerda fut traîné en justice, il dut payer 2 000 ducats d’amende et rester détenu pendant 6 ans au fort de La Havane121.

  • 122 Appendice 3, index des familiers 123, Gaspar de Rivadeneyra.
  • 123 Appendice 3, index des familiers 55, Francisco Serrano del Arco.
    AGN, Inquisición, vol. 297. Ce do (...)

118Enfin, le cas qui nous est le mieux connu est celui de Francisco Serrano del Arco, familier de l’Inquisition de Cordoue et de México, capitaine de la garde et de l’artillerie de Nouvelle-Espagne, juez de repartimientos de Chalco, grand chambellan et beau-frère du très puissant Gaspar de Rivadeneyra, lui-même familier, et l’un des plus grands propriétaires fonciers de la vice-royauté122, Serrano del Arco fut arrêté pour le meurtre d’un esclave, qu’il avait du reste tenté de camoufler en mort naturelle avec la complicité de la justice civile, et son arrogante attitude devant les inquisiteurs de México, s’ajoutant peut-être au fait qu’“une certaine aïeule paternelle”, du côté de sa femme, ne semblait pas avoir des origines très claires, incita la Suprême à lui retirer ses titres de familier, et, du même coup bien sûr, les privilèges qui y étaient attachés123.

  • 124 Appendice 3, index des familiers 37, Alonso de Cassas.

119Il serait intéressant de découvrir si l’octroi d’une familiature intervenait une fois que la richesse et le statut social du candidat se trouvaient établis ou si, au contraire, c’était à la faveur de cette nomination et des privilèges qui l’accompagnaient, qu’ils se constituaient. Le cas d’Alonso de Cassas — rien moins que le père de saint Philippe de Jésus — né en Castille, arrivé en Nouvelle-Espagne en l’an 1571, propriétaire d’une maison et d’un commerce prospère dès 1585, pourvoyeur des embarcations qui, d’Acapulco, prenaient la mer pour le Pérou et les Philippines, vivant dans l’aisance et fréquentant la meilleure société de la capitale, pour finalement recevoir la familiature en 1594, tendrait à montrer que cette distinction venait en fait confirmer une position déjà solidement établie124. Ceci étant, il est bien probable que cette position recevait les meilleurs stimulants, une fois la familiature accordée.

  • 125 Appendice 3, index des familiers 53, Francisco de Solís y Barraza.

120On le constate donc, le monde des familiers ne saurait constituer une oasis d’honorabilité, à une époque et dans un contexte où la rapine, la concussion et la violence représentent des voies assurées, et relativement sans conséquences, pour atteindre la puissance sous toutes ses formes. Tout en accordant aux inévitables hasards de la nature humaine et à ceux de la fortune l’existence indubitable de familiers pacifiques et modestes — il y en eut, tel ce Francisco de Solís y Barraza, descendant du Solís qui s’était emparé de la personne de Moctezuma lors de la conquête de México, chevalier de l’ordre de Calatrava, encomendero de quelques villages, qui fut emmené en captivité par les Maures à Alger, et dont la veuve sollicita de la municipalité, à titre de prêt, les 1 000 ducats correspondant à la rançon de son mari125 — il faut bien constater que nos familiers, du moins ceux de la capitale, se comportent comme les notables qu’ils sont, aux yeux desquels le titre inquisitorial semble n’être qu’un ornement de bon ton — comme la dague et le cheval, les bijoux et les étoffes luxueuses qu’ils ont le droit d’arborer — ornement qui confère de plus le cachet appréciable de vieux chrétien, et, entre autres, le privilège de soustraire ses détenteurs aux juridictions normales, les soumettant d’office à celle, forcément plus discrète de l’Inquisition, toute intéressée à étouffer les égarements des siens.

I.2.4. LES AUXILIAIRES INQUISITORIAUX

  • 126 AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 67
  • 127 AGN, fondo reservado, Nómina de inquisidores, f. 40 verso.
  • 128 AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 6.
    Henry H. Huntington Library, Abecedario de los r (...)
  • 129 AGN, Riva Palacio, tome 18, No. 2, Proceso contra Gaspar de los Reyes Plata (1599), passim.
  • 130 AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 142.
  • 131 Medina, op. cit., p. 212.
  • 132 Medina, op. cit., pp. 218 et 219.

121Restent les nombreux auxiliaires, laïcs et ecclésiastiques, qui, d’une manière ou d’une autre, participent à la besogne inquisitoriale : alguaciles, notaires, consulteurs, avocats, aides divers, visiteurs et correcteurs de livres, “honnêtes personnes”, geôliers, médecins, apothicaires et barbiers, pourvoyeurs, interprètes — de langues indigènes, d’allemand, de flamand, de français, d“’anglais et d’écossais” — ce qui, soit dit en passant, montre bien quels citoyens paraissaient à priori dignes d’être écoutés et surveillés, leurs patries d’origine étant d’emblée suspectes. Certains restent à jamais inconnus de nous, se limitant à n’être qu’un nom dans une liste, une signature au bas d’un document ; d’autres, au contraire, parviennent à surgir de l’anonymat, soit lorsqu’ils appartiennent au monde carcéral, par les conversations des prisonniers entre eux ou par leurs déclarations à leurs juges, soit parce que le hasard a souligné ou préservé quelques données sur eux, comme ce Juan Correa, barbier du Saint-Office quoique mulâtre126, le docteur Sebastián de Castro, “prêtre, mulâtre, fils d’Espagnol et de négresse, d’une vertu reconnue, qui sert de médecin dans cette Inquisition depuis de nombreuses années”127, ces aides de prison, Hilario de Andrino, Juan de Zubillaga, Antonio Zelenque, jugés et punis pour les irrégularités commises dans l’exercice de leurs fonctions128, suivant du reste en cela la tradition amorcée par le familier “Gaspar de los Reyes Plata, geôlier des prisons secrètes de ce Saint-Office”, qui subit en 1599 un procès pour “excès”129, ce don Fernando Alvarez de Toledo qui obtint l’adjudication de la charge d’alguacil mayor du Saint-Office, en distribuant judicieusement force présents130, ou encore le notaire Eugenio de Sarabia, aux talents mercantiles confirmés, qui tenait un magasin en gros du sucre produit par un moulin de sa propriété, dont les portes étaient ornées des armes du Saint-Office : aux travailleurs qui venaient réclamer leur salaire, il suffisait de montrer lesdites armes et les malheureux de “tourner le dos et de repartir, bredouilles et remplis d’effroi”131 ; enfin, ces ministres, accompagnés de leurs amis, qui, des rumeurs évoquant un éventuel soulèvement des Portugais, dans les années 1640, avaient organisé une ronde de nuit afin de protéger les édifices du tribunal ; tout dégénéra en beuveries et en danses, dans le vestibule même de l’Inquisition et dans les rues adjacentes, à tel point que Palafox tenta de faire arrêter les joyeux lurons, et que le geôlier Juan Ramos de Zúñiga dût alors aux excès de table commis dans ces bonnes parties de perdre la vie132.

I.2.5. LES QUALIFICATEURS

  • 133 Voir appendice 4, index des qualificateurs.
  • 134 Agustín de Dávila Padilla, Historia de la fundación y discurso de la provincia de Santiago de Méxi (...)
  • 135 Boletín del Archivo General de la Nación, Nómina del tribunal de la Inquisición, tome XXVI, No.3. (...)
  • 136 AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 56.
    Les qualificateurs taxés d’ineptie par Medina R (...)

122Parmi ces nombreux auxiliaires, figurent les qualificateurs, théologiens chargés de “censurer les dits et faits d’un procès”, aidant par là les inquisiteurs à établir une sentence. Choisis essentiellement parmi le clergé régulier — 63 franciscains, 47 dominicains, 25 augustins, 25 jésuites, 7 mercédaires, soit 167 réguliers alors que 11 séculiers figurent seulement dans la liste de qualificateurs qui couvre la période 1571-1699, l’appartenance de 33 d’entre eux n’étant pas précisée — quelques noms retiennent l’attention133 : ceux d’Agustín de Padilla et de Francisco de Burgoa, auteurs des chroniques dominicaines134, celui de Francisco Naranjo, qui fut aussi évêque de Porto Rico135. Pourtant, leur qualité s’avéra inégale, et le visiteur Medina Rico dénonçait une quinzaine d’entre eux, surtout des franciscains et des jésuites, vers le milieu du xviie siècle, comme étant “ineptes”136.

  • 137 C’est ce que dénonce Medina Rico dans sa Visita, AHN, legajo 1737, No. 12, cargo 54: “On admet des (...)

123Il semble en effet que, suivant en cela les coutumes régissant les nominations des officiers inquisitoriaux en Nouvelle-Espagne, les règles prescrites en la matière n’aient pas été observées avec la rigueur voulue, notamment en ce qui concerne les examens de pureté de sang et le niveau académique requis137.

124C’est du moins ce qui ressort de la prétention du père fray Francisco de Pareja, commandeur de l’ordre de la Merci, au titre de qualificateur en 1662. Fils de puissants créoles de Guadalajara, et petit-fils d’émigrés murciens et andalous, il était apparenté à des oidores, à un consulteur et à un qualificateur du Saint-Office, tant en Espagne qu’à México.

  • 138 AGN, Inquisición, vol. 592, exp. I, démarches relatives à la prétention du père Fr. Francisco de P (...)

125Sa candidature fut d’autant mieux reçue du tribunal vice-royal que, de l’aveu même des inquisiteurs, “il y a bien peu de qualificateurs qui disposent d’examens de pureté de sang”, et le titre fut accordé au religieux en 1666, bien que l’Inquisition de Murcie ait signalé que le lignage paternel ait été fortement suspect138.

126Là encore, le poids des nécessités — d’auxiliaires inquisitoriaux — et celui du contexte colonial — le crédit d’une famille influente — réduisent à une parodie, des normes en principe rigides : peu importe, en fin de compte, le lignage du qualificateur dont les titres universitaires, notons-le, ne sont pas même considérés ici. D’où la présence, sans doute trop fréquente au gré du censeur pointilleux, de qualificateurs “ineptes”.

I.2.6. LES CONSULTEURS

127Les consulteurs, quant à eux, occupent une place particulière puisqu’ils sont appelés à donner leur avis à divers moments du procès, et précisément, lorsqu’il s’agit de décider de la sentence finale.

  • 139 Voir appendice 5, index des consulteurs.

128Tous sont docteurs ou licenciés, ils sont essentiellement laïcs et occupent des charges publiques : de nombreux oidores des Audiences de México, de Guadalajara, de Guatemala, voire 2 présidents, des alcaldes de corte y del crimen, des fiscales, des corrégidors, outre 2 chanoines de México et de Puebla ; certains ont fréquenté les grandes universités d’Alcalá, de Salamanque, d’autres sont chevaliers de l’ordre de Saint-Jacques, de Calatrava139.

129Ces grands magistrats, ces fonctionnaires et ces ecclésiastiques de poids, établissent donc la relation entre le Saint-Office mexicain et les autres instances administratives de la colonie, ils assurent sur le plan juridique une continuité et une homogénéité entre la procédure inquisitoriale et les procédures ecclésiastiques ordinaires et civiles, et font entendre la voix de la bureaucratie impériale, représentant en principe du moins, les intérêts de la Couronne. Leur présence et leur intervention dans la conduite des procès inquisitoriaux montrent assez que le tribunal ne constitue pas une sphère d’action à part, suivant des normes exceptionnelles, mais qu’il est un rouage particulier d’un système plus général auquel il se trouve intégré.

130Or, ces consulteurs ne peuvent éviter d’entretenir des relations d’ordre familial, politique, débouchant inévitablement sur la sphère économique, avec le reste de la société coloniale, relations qu’il est difficile de mettre en lumière dans la mesure où, on le sait, il leur était interdit de posséder des terres, de procéder à des opérations commerciales ; en d’autres termes, de s’établir dans la vice-royauté, de peur de les voir participer de trop près aux intérêts locaux, perdant alors de vue ceux du pouvoir central qu’ils avaient pour mission de représenter.

  • 140 Mariano Cuevas, Historia de la Iglesia en México, tome III, p. 123.
    Juan Francisco Molina Solís, E (...)
  • 141 Guillermo S. Fernández de Recas, Aspirantes americanos a cargo del Santo Oficio, p. 77.
    Luisa S. H (...)

131Ainsi, par exemple, l’oidor et licencié Tomás Bernardo de Quiroz était certainement parent — frère sans doute — de don Gutiérrez Bernardo de Quiroz, évêque de Puebla, oncle de don Garcia de Valdés Osorio, comte de Peñalba, qui fut provisor de Puebla puis gouverneur du Yucatán de 1649 à 1652 ; or ce don Garcia de Valdés Osorio, père de 2 fils, Luis de Valdés, lui-même gouverneur de Nouvelle-Biscaye, et de Melchor de Valdés, alcalde mayor de Parral, se trouvait fortement lié, tant par l’amitié que par des relations commerciales et financières au puissant marchand judéo-chrétien, Simón Váez Sevilla140. Par ailleurs, le prébendé Antonio de Esquivel Castañeda, consulteur comme son collègue don Tomás Bernardo de Quiroz, était le fils d’un gros commerçant du consulat de la ville de México, Antonio de Esquivel Castañeda, et sa soeur, doña Lorenza, avait pour mari un autre personnage connu, Sebastián Váez de Azevedo qui fut condamné avec Simón Váez Sevilla comme judaïsant, lors du grand autodafé de 1649141.

  • 142 AGN, Ramo Inquisición, vol. 416, pp. 449-453. Carta del tribunal de México al consejo, avisando de (...)

132Enfin, il suffit de dire que les inquisiteurs eux-mêmes se méfiaient des consulteurs et de leurs vastes relations dans la société coloniale puisque lorsqu’ils décidèrent de lancer leur grande offensive contre les marranes, en 1642, ils jugèrent bon de préparer, dans le secret, de nouveaux cachots, destinés à être très vite occupés, consultant seulement l’ordinaire, “car il nous paraissait d’un grave inconvénient d’en référer aux consulteurs de l’Audience, étant tous partiaux et amis de quelques-uns de ceux que nous allions arrêter, et il eut été très possible que par leur manque de discrétion tout ceci ait transpiré, comme ont transpiré d’autres choses que nous avons consultées avec eux”142.

133Si ces 2 exemples, qui révèlent les complicités existantes entre secteurs dominants de la société coloniale, en dépit des normes et des principes en vigueur, ne sauraient être généralisés, il n’en reste pas moins que les consulteurs du tribunal, tout en représentant les intérêts bureaucratiques impériaux, se trouvaient, du moins dans certains cas, plus ou moins impliqués dans le contexte colonial et que leur voix put refléter par moments, l’ambiguïté de leur propre situation et de leurs intérêts personnels.

I.2.7. LES RELATIONS A L’INTERIEUR DU GROUPE

134Ce qui frappe, lorsqu’on considère ces légions de ministres inquisitoriaux, c’est le réseau de relations qui les lie, d’abord les uns aux autres, puis, par le jeu des alliances et des clientèles, aux secteurs dominants du monde colonial. Laissant de côté les nombreux cas où des frères, cousins, parents occupent plusieurs postes inquisitoriaux en même temps, ou successivement, nous choisirons seulement quelques exemples dévoilant des relations plus complexes.

  • 143 Voir appendice 3, index des familiers 74, Alonso Velázquez de Bazán; appendice 1, index des inquis (...)

135L’inquisiteur Francisco Bazán de Albornoz était frère du franciscain Jerónimo de Albornoz, qualificateur du Saint-Office, d’Alonso Velásquez de Bazán, familier, et de Margarita de Albornoz, mariée au familier et chevalier de l’ordre de Saint-Jacques, don Lope Diez de Almendáriz y Monsalve. Tous quatre avaient pour père don Francisco Verdugo de Bazán, conquérant de Nouvelle-Espagne, et pour oncle le familier, puis alguacil du Saint-Office, Antonio Velásquez de Bazán, époux de Maria Castro, fille naturelle de don Fernando Ruiz de Castro, marquis de Sarria, comte de Lemos143.

  • 144 Voir appendice 3, index des familiers 90 et 103, Juan et Pedro Soto López.

136La famille de marchands des Soto López, qui, à la mort du père, possédait l’immense fortune de 900 000 pesos, accumula charges officielles et inquisitoriales : ce même père, Juan de Soto López et ses fils Juan et Pedro furent en effet député au consulat, comptable du Trésor royal, familiers tous trois, notaire, et alguacil mayor du Saint-Office144.

  • 145 Appendice 3, index des familiers 12, Hernán Gutiérrez Altamirano; 28, Juan López Murillo; 38, Alon (...)

137Mais le cas le plus étonnant est, sans conteste, celui de la famille, ou plutôt du clan, Mafiozca-Bonilla y Bastida-Estupiñan. Le familier Nicolás de Bonilla y Bastida épousa en effet doña María Sáenz de Mañozca, soeur de l’inquisiteur Juan Sáenz de Mañozca et cousine de l’archevêque du même nom, descendante du familier don Pedro Sáenz de Mañozca et de Catalina Morillo, mariée en deuxièmes noces à Gaspar de Valdés, et mère de Sebastiana de Valdés y Morillo, épouse d’un Pareja y Rivera de Guadalajara, la famille Sáenz de Mañozca se trouvant de la sorte alliée à 2 tentaculaires et puissantes familles, les Valdés Valdés — Portugal, les Pareja y Rivera, etc. De l’union María Sáenz de Mañozca-Nicolás Bonilla y Bastida, naquirent Gertrudis de Bonilla y Bastida, mariée à Juan de Fonseca, chevalier de l’ordre d’Alcántara, Joseph de Mañozca Bonilla y Bastida, familier, de Cristóbal de Mañozca y Bastida lui aussi familier et l’époux de l’héritière de l’illustre maison Cervantes-Villanueva Altamirano ; une fois veuf de doña María, Nicolas épousa en deuxièmes noces Inés de Estupiñán, dont il eut encore un fils, Bartolomé Bonilla y Bastida Estupiñán, qui ne pouvait manquer d’être familier. Ce chef d’une famille aussi nombreuse que catholique fut par ailleurs alguacil mayor de la capitale, puis alcalde mayor de la deuxième ville du pays, Puebla, bien entendu familier du Saint-Office, et par ses soeurs, il se trouvait allié à Pedro Diez de la Barrera, regidor et correo mayor de México, et au maître de camp Antonio de Vergara145.

  • 146 Appendice 3, index des familiers 129, Nicolás de Bonilla y Bastida.
    Medina, Historia del tribunal.. (...)

138Pourtant, il faut bien se garder de juger sur les simples apparences, il est vrai, impressionnantes d’un semblable tableau généalogique — où se mêlent quelques-uns des noms et des fonctions les plus prestigieux de la vice-royauté - et en tous points conforme avec l’image d’une société espagnole raidie dans l’accomplissement d’austères devoirs civiques et religieux ; car don Nicolas n’a rien du patriarche irréprochable. Nous le voyons en effet contraint de quitter la ville à la suite d’opérations malhonnêtes, rester caché pendant 2 ans, craignant d’être envoyé par le vice-roi dans un port éloigné de la côte pacifique, où une charge obscure devait lui servir de punition. C’est encore lui qui est accusé de détournement de fonds inquisitoriaux, la somme coquette de 6 000 pesos — provenant des biens des prisonniers — lui ayant été attribuée comme “prêt”, lui dont, selon son beau-frère, l’inquisiteur Sáenz de Mañozca, la familiature fut bien difficile à obtenir — pour quelles raisons ? A cause de ses origines incertaines ? — et surtout lui qui “viviendo luxuriose, consumpsit totam suam substantiam, qui s’élevait aux 300 000 pesos que lui avait laissés son père... ; Mañozca regrette surtout “la mort de ma soeur, qu’il a causée par la vie de chien qu’il lui a faite, alors que c’était une femme irréprochable, la tenant reléguée dans un village d’Indiens où le temps de ses couches étant venu alors qu’elle se trouvait en plein désert, une Indienne barbare lui arracha tout ensemble l’enfant et les entrailles, ce dent elle est morte sans confession ; lui s’est remarié, il n’y a pas deux mois avec celle dont on disait qu’elle était déjà sa maîtresse du vivant de ma soeur, changeant ainsi ses habits de deuil en atours”146.

  • 147 Voir appendice 5, index des consulteurs 51, Andrés Pardo de Lagos.
    Gregorio M. de Guijo, Diario, 1 (...)

139Enfin, il n’est pas sans intérêt de souligner que 2 des membres de ce clan impressionnant, doña Leonor de Pareja y Rivera et son époux, l’oidor et plus tard (1662) consulteur du Saint-Office, don Andrés Pardo de Lagos, étaient en si bons termes avec le puissant judaïsant Simón Vàez qu’une fois ce dernier averti de son arrestation imminente — par son excellent ami, don Garcia de Valdés Osorio, que nous connaissons déjà, comte de Peñalba, futur gouverneur du Yucatán et neveu de l’évêque de Puebla, don Bernardo Gutiérrez de Quiroz, etc. — ils reçurent chez eux des biens de valeur que Vàez y cacha. La collusion et la solidarité de caste sont ici éclatantes, reléguant fort loin le zèle pour la pureté de la foi qu’une famille aussi riche en ministres inquisitoriaux était, bien plus encore qu’une autre, tenue de placer avant toute chose147.

140Tels sont donc les hommes qui, à des titres divers, servirent le Saint-Office en Nouvelle-Espagne. Les inquisiteurs, des Espagnols péninsulaires sauf exception, apparaissent comme des fonctionnaires détachés par leur administration, trop souvent médiocres et défaillants, venus chercher aux Indes des réponses à des exigences personnelles. Parmi eux, ceux qui voient dans la nomination à México l’étape nécessaire et décisive pour une promotion, en l’occurrence, une mitre en Amérique ou, beaucoup plus rarement, un poste dans un tribunal métropolitain, sont de loin les plus nombreux ; viennent ensuite les autres, les Higuera y Amarilla, Estrada y Escobedo, qui semblent avoir renoncé à une carrière d’une quelconque importance, se contentant de chercher un établissement local satisfaisant aux nombreux parents dont ils ont la charge. Oiseaux de passage ou construisant leur nid, tous tendent manifestement, comme les bureaucrates qu’ils sont du reste, à considérer l’accomplissement de leurs tâches professionnelles comme un moyen de parvenir à des fins personnelles : ceci est d’autant plus aisé que le contrôle de la Suprême est atténué par la distance et s’avère d’ailleurs relativement souple au cours du xviie siècle, que le contexte colonial invite à la démission, à la fois par l’impossibilité objective qu’il y a à mener à bien les missions confiées, et par les nombreux exemples qu’offrent à l’envie les autres fonctionnaires, oidores, alcaldes mayores etc., de politiques aussi personnelles qu’intéressées.

141Prolongeant une partie des facultés inquisitoriales, les commissaires, familiers, et autres ministres forment le tissu local et stable qui tient en profondeur le territoire, et ils sont encore plus directement et plus intensément soumis aux contingences locales que les inquisiteurs.

142Et bien que les juges soient de souche péninsulaire, une continuité sociale se dessine clairement, englobant dans un même champ inquisiteurs et autres ministres, créoles et métropolitains. En effet, l’appartenance au tribunal et son service s’accompagnent, nous l’avons vu, de privilèges appréciables, et ils confèrent un prestige lié aux valeurs que l’institution incarne, valeurs d’autant plus exaltées au plan symbolique qu’elles sont rares et sujettes à caution en terre américaine : car être familier ou alguacil mayor du Saint-Office en Nouvelle-Espagne, c’est encore ajouter à l’empire qu’exerce d’office le dominateur espagnol, l’autorité qu’implique l’appartenance reconnue — mais pas toujours prouvée ! — à ce qui constitue l’élite même de ce dominateur, la caste des vieux chrétiens. Voilà pourquoi le titre inquisitorial, la familiature tout particulièrement, est recherché, comme l’habit de Saint-Jacques ou celui de Calatrava, d’Alcàntara, pour l’aura de noblesse qu’il confère ; pourquoi les plus grands noms de la vice-royauté, les Altamirano, les Velasco, Valdés Portugal, Rivadeneyra, Arizmendi Gogorrón, Cortés, etc., apparaissent les combinaisons tentaculaires qui enserrent les domaines du pouvoir colonial, incluant tout ensemble la richesse foncière, marchande, minière, les charges civiles, ecclésiastiques, inquisitoriales. Ces assemblages se forment à partir bien sûr des charges héritées mais surtout des alliances matrimoniales — les femmes jouant ici un rôle fondamental encore que discret, les individus voués au célibat se réservant les percées sur les territoires ecclésiastiques — et ils ne semblent pas maintenir leur influence, sensible dans la plupart des sphères coloniales, au-delà de 2 à 3 générations, tant il est vrai que la puissance, en Nouvelle-Espagne, ressemble à sa terre, surgissant comme ses volcans, et s’effondrant, aussi vite, dans le fracas de quelque séisme.

I.3. LES INSTRUMENTS

I.3.1. LES CODES

  • 148 Ils se trouvent à l’AGN, Riva Palacio, tome 2, No. 1, 2, 3; tome 3, No. 1, 2, 3; tome 4, No. 1, 2, (...)

143Les codes appliqués en Nouvelle-Espagne sont ceux qui se trouvent en vigueur dans les tribunaux péninsulaires. Aux constitutions de Torquemada, s’ajoutent celles de l’archevêque de Grenade, celles de Diego de Deza, de Fernando de Valdés, et ces dispositions, compilées par les soins du cardinal Alonso Manrique étaient à la disposition des inquisiteurs de la vice-royauté148.

  • 149 Ces “Instrucciones del Ilustrísimo señor Cardenal, Don Diego de Espinosa, Inquisidor General, para (...)

144Par ailleurs, le cardinal, inquisiteur général et président du Conseil royal, don Diego de Espinosa, jugea opportun de donner, dès 1570, des instructions supplémentaires au tribunal de México, lesquelles, sans modifier le corpus fondamental des textes antérieurs valables pour toutes les Inquisitions, permettaient au nouveau tribunal de s’adapter aux conditions particulières de la colonie149 ; ces quelques modifications méritent commentaire.

145Après des recommandations précises en ce qui concerne la tenue de 16 livres où doivent être consignés tous les actes, figurer toutes les listes d’individus et de biens ayant quelque relation avec le tribunal, Espinosa donne une série de normes qui tendent à conférer à l’Inquisition mexicaine une plus grande indépendance par rapport à la Suprême, la rattachant davantage par contre aux instances administratives locales.

  • 150 Julio Jiménez Rueda, Don Pedro Moya de Contreras... op. cit., p. 178.
    Il faut noter toutefois qu’u (...)

146Ainsi par exemple, si le doute survient lorsqu’il s’agit de l’application de la question ou d’une éventuelle sentence impliquant la réconciliation, c’est le seul tribunal local — composé par les inquisiteurs, l’ordinaire et les consulteurs qui sont aussi, nous l’avons vu, juges de l’Audience — qui doit en décider, car procéder alors comme en Espagne, c’est-â-dire consulter la Suprême, signifierait un grand retard dans la conduite du procès, et, en fin de compte, un préjudice infini causé à l’inculpé. Alors qu’en métropole le doute, en ce qui concerne l’application de la question ou le choix de la sentence, impliquait automatiquement la consultation de la Suprême, la situation est différente en Nouvelle-Espagne : l’accord de 2 des 3 trois juges ecclésiastiques — 2 inquisiteurs, un ordinaire — suffit à imposer la question et une sentence quelle qu’elle soit. Si les 3 juges sont en désaccord, c’est l’opinion majoritaire des consulteurs — juges et magistrats des instances civiles, nous l’avons vu — plus celle d’un seul des 3 juges ecclésiastiques, qui prévaut sauf lorsqu’est en jeu une éventuelle remise au bras séculier, cas où la Suprême doit être consultée, étant seule habilitée à prendre une décision150. On le voit, le recours à la Suprême est forcément rare dans la vice-royauté, et le pouvoir des juges, ecclésiastiques et civils, s’en trouve renforcé ; les consulteurs, surtout, prennent un poids singulier, puisqu’ils peuvent emporter une décision dans les cas de désaccord des juges ecclésiastiques. Faut-il souligner qu’à travers eux, passent, éventuellement, tous les courants d’influence, toutes les pressions dictées par des considérations passablement différentes de celles qui sont strictement religieuses, telles que le rang, le nom, le crédit, la richesse, les intérêts divers ?

  • 151 Jiménez Rueda, op. cit., p. 182.

147Comme il apparaît également évident que les inquisiteurs sont dans l’impossibilité de visiter leur district aux dimensions démesurées, les instructions complémentaires se bornent à leur demander de se rendre où ils peuvent, laissant aux commissaires le soin de faire procéder ailleurs à la lecture des édits de foi, de recevoir les déclarations qu’ils doivent transmettre à la capitale, sans pouvoir procéder à d’autres diligences151.

  • 152 Jiménez Rueda, op. cit., pp. 181, 185,186 et 187

148Le vice-roi doit intervenir lorsque surgissent des différends entre l’Inquisition et les justices civiles à propos de familiers, il doit être informé des visites de district que les ministres prétendent effectuer, consulté lors de la nomination des premiers officiers dans les années suivant l’implantation du tribunal, consulté également sur le montant et la gestion des fonds nécessaires au fonctionnement de l’institution, de même que sur le salaire de ses collaborateurs152.

  • 153 Jiménez Rueda, op. cit., pp. 182 et 183.

149Enfin, il est à nouveau clairement stipulé de laisser les Indiens hors de la justice inquisitoriale, “jusqu’à nouvel ordre”, on insiste sur la nécessité qu’il y a à entretenir de bonnes relations avec les autres instances coloniales, à ne pas empiéter sur les diverses juridictions, et le tribunal est sommé d’agir “avec modération, douceur et une grande circonspection, car cela convient, de sorte que l’Inquisition soit très redoutée et respectée, sans donner occasion à ce qu’on la haïsse avec raison”153.

150A travers ces quelques modifications, nous constatons par conséquent que le tribunal gagne certes une plus grande indépendance par rapport à la Suprême, dans la conduite des affaires, compensée toutefois par une relation plus étroite avec les autorités locales, une renonciation implicite au contrôle des provinces se dessine, et nous croyons discerner, de la part de l’inquisiteur général, une certaine méfiance à l’égard de l’Inquisition américaine, à laquelle il accorde une plus grande autonomie mais dont il semble redouter les abus, puisqu’il veille à l’insérer dans l’ensemble des institutions monarchiques en place, dont il attend vraisemblablement, et non sans perspicacité, qu’elles exercent les unes sur les autres la surveillance et le contrôle que sont incapables d’imposer les lointaines autorités péninsulaires.

151Les codes en vigueur en métropole s’attachent, rappelons-le, à indiquer la procédure inquisitoriale : chacun en précisa le détail au fur et à mesure que le besoin s’en fit sentir, et les dispositions d’Espinosa permirent finalement son adaptation au milieu colonial.

  • 154 Ces abécédaires se trouvent à l’AGN, Riva Palacio, tome 2, No. 1, 2 et 3; tome 3, No. 1 et 2; tome (...)

152Mais une chose est le code, même subtil et minutieux, qui nécessairement se maintient toujours à un niveau relativement général, une autre, l’infinie variété des comportements humains, selon les époques, les lieux, le sexe, le statut social, les dispositions individuelles ; une institution aussi ancienne que le Saint-Office, ne pouvait manquer de recueillir et de conserver précieusement le fruit de sa longue expérience en la matière. D’où une série d’instructions parallèles et elles aussi complémentaires, s’ajoutant aux antérieures sans les annuler, véritables manuels pratiques qui se présentent sous la forme de commodes abécédaires (A : alumbrado, B : bruja, C : casado dos veces, etc.) traitant de toutes les questions possibles, des délits aussi bien que des détails de la procédure, questions insuffisamment précisées, semble-t-il, par les codes magistraux, et qui néanmoins pouvaient, au jour le jour, embarrasser l’inquisiteur de service154.

153Il faut absolument prendre ces manuels en compte, sans s’attacher aux seuls corpus de Torquemada, Deza, Valdés, Cisneros ou Eymerich, si l’on prétend saisir l’esprit et la pratique inquisitoriale, puisque les serviteurs mêmes de l’institution consultaient ces deux types d’outil de manière égale, trouvant dans les seconds le complément d’information qui manquait dans les premiers.

  • 155 C’est le cas de la sodomie et de la contrebande de chevaux, voir Bartolomé Bennassar, l’Inquisitio (...)

154Ecrits en espagnol, mais utilisant parfois le latin pour des citations et pour voiler la crudité de certains détails dont l’exposé s’avère nécessaire lorsque des délits de type sexuel sont évoqués, ces manuels puisent à toutes les sources, textes sacrés, conciliaires, Pères de l’Eglise, décrets pontificaux, droit canonique, codes inquisitoriaux, afin de délimiter le délit le plus précisément possible, le plaçant dans une perspective historique et spatiale. Viennent ensuite la jurisprudence et la casuistique, susceptibles d’inspirer des solutions aux cas concrets qui peuvent se présenter, et c’est alors une étonnante variété de cas, voire d’erreurs commises par les juges dans des sentences prononcées, qui sont commentés, dans un évident souci didactique. Car la diversité des expériences est respectée, et les sorcières ne sont pas exactement traitées de la même façon à Saint-Jacques de Compostelle, Logroño, Séville ou Palerme ; Saragosse s’occupe de délits qui ailleurs ne sont pas du for inquisitorial155 ; les tribunaux méditerranéens ne voient pas défiler les mêmes infracteurs que ceux du Nord de la péninsule, de l’Italie, des Canaries ou d’Amérique ; de manière générale, il est admis que chaque Inquisition suit son “style”, en accord avec les usages et les justices de la région, sans toutefois s’écarter sensiblement des normes unificatrices établies par les codificateurs antérieurement cités, et que la Suprême ne cesse de rappeler dans la correspondance qu’elle adresse à chaque tribunal.

  • 156 Les confesseurs qui sollicitent leur fille (ou fils) spirituelle pendant la confession “ne sont ja (...)

155Que révèle l’étude de ces manuels ? Un souci de prudence, de conformisme, sans aucun doute : les personnes de condition, les ecclésiastiques sont punis comme les autres, mais de telle sorte que leur châtiment ne constitue pas pour le peuple un objet de scandale susceptible de remettre en cause l’ordre établi, ce qui amène à les sanctionner secrètement, ou du moins, dans la discrétion156.

156Mais ces manuels témoignent aussi de bon sens, voire, il faut bien le dire, d’une modération et même d’un libéralisme surprenants si l’on s’attache aux idées communément reçues en ce qui concerne la pratique inquisitoriale, mais, en fin de compte, assez naturels chez les lettrés de haute tenue que sont les compilateurs de ces recueils ; ainsi, outre la condition sociale de l’inculpé, on prête attention à son sexe — les femmes bénéficiant généralement d’indulgence, car on ne saurait traiter ces mineures irresponsables et à peine conscientes avec la même rigueur que les hommes, ces êtres humains seuls complets — à son âge, et aussi, à son état psychologique. Le pécheur est-il fou, ou atteint de troubles mentaux ? Est-il sujet à des crises de désespoir, de frénésie ? Bénéficie-t-il de circonstances atténuantes liées à son ignorance, sa “simplicité”, son manque de lettres ? Et enfin, quelle attitude adopte-t-il devant ses juges ? Un repentir sincère vaut une sentence plus légère, alors que le refus de passer aux aveux et la rébellion sont plus durement punis. Nous donnerons ici un seul exemple de cette casuistique et de la prise en compte des circonstances individuelles qui entourent un délit ; il s’agit d’un cas de bigamie dont l’exposé se trouve dans un de ces manuels à la disposition des inquisiteurs mexicains, et caractéristique du ton et du style de ce type de documents.

  • 157 AGN, Riva Palacio, tome 9, Materias prácticas en delitos y causa de fe... op. cit., f. 56.

Dans la liasse 36 des condamnés à Saint-Jacques, se trouve un bien notable procès, contre un gentilhomme de Palencia, fort noble et d’une grande instruction ; celui-ci s’était marié dans sa Patrie, puis une deuxième fois en Flandres, où il fut absous par l’archevêque de Manille (il s’agit bien sûr d’une erreur, et il faut lire Matines au lieu de Manille, deux noms très proches en espagnol : note de l’auteur-traducteur). Or, étant divorcé de sa deuxième femme, il se fit religieux, reçut tous les ordres, après quoi il se maria pour la troisième fois à Guadix. Incarcéré dans les prisons secrètes, il avoua tout, son père présenta sa défense, qu’on admit, alléguant que son fils était fou depuis le premier mariage ; on procéda au vote en consultation, il fut absous car dément, le Conseil ordonna de lui lire sa sentence dans la salle, le condamnant à l’abjuration de levi et à la réclusion pendant cinq ans dans une forteresse, et à cette fin, on le mena à la Corogne, en l’an 1620157.

157On le voit dans cette véritable leçon donnée aux ministres inquisitoriaux, la condition sociale de l’accusé lui vaut la discrétion de la sentence et, sa folie est reconnue comme circonstance atténuante ; finalement, le tribunal se borne à enfermer provisoirement un dément, probablement ce que ferait n’importe quelle justice occidentale moderne.

158Les inquisiteurs mexicains sont donc pourvus des instruments conceptuels nécessaires à l’accomplissement de leurs tâches : ceux qui établissent les normes générales de la procédure partout où se trouve un tribunal, complétés par les Instructions du cardinal Espinosa, destinées à faciliter l’adaptation desdites normes en Nouvelle-Espagne, et divers manuels de jurisprudence et de casuistique, propres à inspirer la pratique quotidienne.

159L’esprit des Instructions d’Espinosa, qui tendent, nous l’avons vu, à relâcher en partie le contrôle de la Suprême sur l’Inquisition vice-royale, tout en l’inserrant dans le cadre administratif local, se trouve renforcé par la tendance de ces manuels à subordonner les normes générales aux “styles” particuliers, aux considérations conjoncturelles, favorisant finalement l’indépendance relative de l’Inquisition mexicaine, à l’intérieur d’un cadre traditionnellement souple, où chaque tribunal, bien que fortement relié à la Suprême, et par là, à la Couronne, disposait, selon les sujétions et les exigences de la conjoncture, d’une certaine marge d’indépendance. Peut-être faut-il chercher dans cette caractéristique du complexe inquisitorial une des causes de son adaptabilité, et, partant, de sa survie pendant plusieurs siècles.

I.3.2. LES EDITS DE FOI

  • 158 AGN, Riva Palacio, tome 2, Tres abecedarios, diferentes decisiones del Consejo Real y Supremo de l (...)

160Comme en métropole, les édits de foi ont pour but de rafraîchir les souvenirs et le zèle religieux des fidèles et de susciter les dénonciations, base de l’activité inquisitoriale. Ils étaient théoriquement lus tous les 3 ans dans toutes les bourgades de Nouvelle-Espagne comptant un minimum de 300 feux, au moment du Carême, et si les inquisiteurs veillaient à cette formalité dans la capitale et ses alentours, les commissaires devaient s’en charger dans les régions dont ils avaient la responsabilité, conformément aux instructions de l’inquisiteur Espinosa158.

  • 159 Ces délits se trouvent à l’AGN, dispersés entre les fonds Edictos, Inquisición, Indiferente genera (...)

161Ces édits se répartissent en généraux, portant sur l’ensemble des délits poursuivis par le Saint-Office, et en particuliers, c’est-à-dire relatifs à un délit spécifique, comme l’astrologie, la magie, les livres interdits, etc. ; si les premiers sont les mêmes pour tous les tribunaux de l’empire espagnol, le modèle en étant du reste établi par Madrid, il arrive que les seconds traduisent une adaptation au contexte local, selon un processus que nous avons déjà signalé. C’est ainsi que des édits particuliers invitent à dénoncer les utilisateurs de plantes et de procédés d’origine indigène, tels que le peyote, le puyomate, l’ololiuhqui ; le jeu des grains de maïs (la suerte de los maíces), les Noires ventriloques (las negras que hablan por el pecho) ; les fidèles qui dressent chez eux des autels à l’ornementation douteuse, prétexte ensuite à des causeries, fêtes, danses, musiques et jeux de cartes qui dégénèrent parfois en indécences ; à signaler aussi la présence de biens appartenant à des inculpés, celle d’esclaves qui se sont enfuis du domicile de quelque inquisiteur, d’un familier, ou propriété d’un inculpé, tandis que d’autres édits marquent la position du tribunal dans l’affaire Palafox, etc.159.

  • 160 José Abel Ramos S. et Jorge René González M., Discurso de la Inquisición... op. cit., pp. 147- 151 (...)
  • 161 AGN, Inquisición, vol. 413, f. 537, Lettre de Fr. Francisco Moreno aux autorités inquisitoriales d (...)
  • 162 AHN, livre 1054, Correspondencia entre el tribunal de México y la Suprema (1640-1648), f. 14, Cart (...)

162Bien que le nombre d’édits effectivement lus entre 1571 et 1700, soit de 100160, avec une fréquence annuelle supérieure à celle qui est stipulée, leur nombre ne doit pas faire illusion. D’une part, leur lecture s’avère extrêmement irrégulière, les villes de Saltillo et Monterrey durent attendre 1644 pour entendre un édit de foi, alors que leur fondation était bien antérieure161. La capitale même resta 18 ans sans qu’aucun édit ne soit lu, les relations du tribunal avec le vice-roi étant au plus mal, et la Suprême ne décidant pas si la cérémonie de la lecture pouvait s’effectuer sans la présence de ce fonctionnaire, présence en principe obligatoire mais difficile à obtenir puisque le vice-roi refusait d’assister à ladite lecture162.

163Par ailleurs, il faut bien voir que la proclamation de l’édit de foi n’était pas, comme dans la péninsule, soutenue par une démonstration du pouvoir inquisitorial susceptible d’en exploiter pleinement les retombées immédiates, les visites de district n’existant pratiquement pas en Nouvelle-Espagne. Et surtout, nous l’avons signalé antérieurement, la lecture de l’édit, en langue espagnole, dans un style qui, pour tenter d’être accessible, n’en restait pas moins en partie hermétique, qui évoquait par ailleurs, des notions et des comportements généralement étrangers à la majeure partie de la population, revêtait un caractère proprement surréaliste, et nous fait buter contre une des limitations infranchissables du pouvoir colonial et de l’emprise de l’idéologie dominante.

164Pour toutes ces raisons, il s’avère impossible de déterminer l’impact de l’édit de foi de manière globale, et de découvrir si c’est sa lecture qui suscite les dénonciations ou, au contraire, si c’est l’existence de comportements déviants qui entraîne sa proclamation.

  • 163 C’est le cas de Celaya, fondation espagnole où un édit général est lu le 19 octobre 1614 avec les (...)

165La lecture des édits généraux apparaît comme une formalité plus ou moins routinière, qui suscite des témoignages dans les régions à forte densité espagnole, là où l’opinion publique est déjà en partie familiarisée avec leur contenu conceptuel ; en ce sens, leur impact, rendu sensible à travers les dénonciations qui s’ensuivent, peut être considéré comme révélateur du degré d’acculturation des Indiens et des sang-mêlé, qui peu à peu, s’approprient suffisamment ce contenu pour le manier et même, le manipuler à des fins personnelles163.

  • 164 AGN Inquisición, vol. 400, exp. 2, Proceso contra Juan Pacheco de León (1642). Pacheco déclare qu’ (...)

166Toutefois, nous savons que la description, souvent minutieuse de certaines pratiques judaïques permit à des judéo-chrétiens déracinés et oublieux des rites de leur religion, de renouer avec une observance que l’exil et la persécution avaient abolie, la dynamique répressive succombant parfois à ses propres pièges164.

167Par contre, l’édit particulier, qui correspond à une situation spécifique (présence d’astrologues, recherche d’un individu, etc.) semble plus amplement reçu, dans la mesure où il met en jeu des comportements, des faits en principe répandus dans la vice-royauté.

I.3.3. LES AUTODAFES

168Reste la cérémonie la plus chargée de sens, celle qui exprime le mieux le pouvoir inquisitorial, l’autodafé. On ne saurait trop valoriser la fonction de ce singulier déploiement de moyens variés, qui, en une fête à la rigide ordonnance d’un rite, met en jeu des symboles aussi efficaces que primaires, des sentiments aussi contradictoires qu’intenses.

169Ainsi donc, à ce théâtre où se mêle la pompe de la religion à celle de la célébration monarchique et civile, la dignité à l’infamie, le mépris et la haine à la compassion, le peuple s’instruit et s’édifie, communie dans un rite d’exclusion et de purification fédérateur de la communauté, il s’émerveille des ors et des pourpres, de l’ordre cérémonial, il vibre et s’émeut dans ce qui est, aussi pour lui, une grande fête populaire. C’est une brillante et terrible leçon qui lui est donnée là, par les moyens élémentaires du grand spectacle en direct, et du rite collectif, puissants moyens pédagogiques, en vérité, pour les temps et les hommes qui nous occupent...

170Mais le grand autodafé est rare, il exige des ressources financières que l’institution inquisitoriale, toujours au bord de la faillite, ne peut trouver qu’exceptionnellement ; il exige aussi la présence des hérétiques qui seuls lui communiquent sa dimension tragique et son intensité, car même si la remise au bras séculier et le bûcher final sont rares, l’abjuration solennelle et la réconciliation constituent aussi des spectacles édifiants qui remuent en profondeur les âmes et les coeurs ; et enfin, il exige le concours des grands corps institutionnels et des autorités de la vice-royauté. Or, les hérétiques sont rares en Nouvelle-Espagne, et les mauvaises relations entre différentes institutions rendent souvent la présence des notables et du vice-roi, difficile.

  • 165 Medina, op. cit.., pp. 121-134, 155-162, 196-209 et 245-267.
    Mathías de Bocanegra, Auto general de (...)

171C’est pourquoi les majestueux “grands autos” ou “autos généraux” sont peu nombreux, et sur les 56 qui furent célébrés entre 1574 et 1699, une poignée seulement fut l’objet de récits, de commentaires, ceux de 1574, de 1596, de 1601, ceux qui marquèrent les années 1642-1648, celui de 1659, et surtout, le plus fameux, celui du 11 avril 1649, auquel accoururent quelque 30 000 personnes165.

172Mais, à côté de ces manifestations spectaculaires, combien d’autos particulares ou autillos, plus modestes, voire squelettiques, célébrés dans l’église de Santo Domingo ou dans la salle du tribunal, à caractère privé même, ne comptant qu’un petit nombre de pénitents sans grand relief...

173Dans ces conditions, on peut ici encore s’interroger sur l’impact de ces célébrations, certes très courues des habitants de la capitale, et des régions avoisinantes. Mais au-delà des vallées et des plateaux centraux, une fois qu’on a quitté les zones de relative densité espagnole, donc de forte acculturation, quel écho reçoivent ces autos modestes ? Bien que nous manquions de témoignages à cet égard, tout porte à croire qu’il se perd dans l’ignorance et l’incompréhension, à moins qu’il ne soit perçu et réinterprété dans des ensembles syncrétiques qui nous échappent...

I.4. CONCLUSION

174En définitive, le corps inquisitorial mexicain présente une structure opérationnelle tout à fait semblable à celle des tribunaux métropolitains, comme on pouvait s’y attendre : inquisiteurs, assistés de commissaires, de familiers dispersés sur l’ensemble du district, nombreux ministres, instruments nécessaires à la conduite des affaires. Toutefois, l’examen des circonstances et des modalités qui accompagnent le fonctionnement inquisitorial, telles que les contingences géoculturelles du contexte américain, les caractéristiques socio-économiques des agents, la dynamique coloniale qui le sous-tend, modifie et précise cette première impression, lui conférant toute son originalité.

175Nous avons évoqué le magnétisme de l’illusion américaine, la richesse et le prestige brillant d’un éclat enchanteur, comme à portée de la main et décidant les juges à accepter des postes lointains, favorisant ces constellations familiales qui, dans la mouvance inquisitoriale et bureaucratique, s’étendent à toutes les sphères du pouvoir. Pour ces individus, le service du tribunal s’avère un moyen d’obtenir des bénéfices personnels variés, une source de satisfactions et d’appréciables facilités. Rien d’étonnant, dans ces conditions, à ce que les fins spécifiques de l’institution s’estompent, en particulier derrière les fins personnelles, d’autant plus aisément que les contingences, ici la relation temps/communication/espace, contribuent largement à relâcher les liens du tribunal de la vice-royauté avec les autorités métropolitaines.

176Or cette situation de fait se trouve encore renforcée par les instructions particulières régissant l’Inquisition mexicaine, puisque le cardinal Espinosa, conscient de l’impossibilité qu’il y avait à contrôler d’aussi près ses agissements que s’il s’agissait d’un tribunal péninsulaire, lui accorde de surcroît une autonomie plus étendue, la rendant par ailleurs plus dépendante des instances locales, du vice-roi.

177Tout ceci explique sans doute le décalage constant qui s’insinue entre la fonction déclarée des appareils, des individus, et celle qui est effectivement la leur : ainsi, les inquisiteurs, les commissaires, familiers et autres ministres ne semblent remplir leurs devoirs professionnels que d’une manière occasionnelle, accessoire et approximative, comme si leurs véritables intérêts se trouvaient ailleurs ; la lecture des édits de foi, les autodafés ont beau rythmer la vie coloniale avec la même insistance que dans une province espagnole, ils n’en sont pas moins dépourvus de sens pour la majeure partie de la population, et leur impact se perd dans l’immensité et la discontinuité du territoire, dans les abîmes de la multiplicité culturelle, de la christianisation et de la castellanisation relatives.

178Voilà donc comment une situation locale, elle-même génératrice de différences par rapport à la péninsulaire, est judicieusement prise en compte par l’autorité centrale — la Suprême — qui, soucieuse d’assurer l’adaptation du tribunal américain à cette situation, émet des dispositions renforçant, en dernier recours, les différences et l’indépendance originelles : le cercle est alors bouclé, l’autonomie et la sujétion au contexte colonial, qu’on ne pouvait empêcher, se trouvent aggravées, et l’Inquisition de Nouvelle-Espagne, comme sans doute toutes les institutions en Amérique, poursuit une carrière incertaine, tantôt livrée â elle-même, c’est-à-dire, le plus souvent, à la discrétion de ses ministres qui la mobilisent à leur profit ou la délaissent, trop occupés par leurs affaires, tantôt rappelée à l’ordre et à un semblant d’obéissance et de discipline par la Suprême. Ainsi s’expliquent les manquements, les négligences, les failles : les visites de district ne sont pas effectuées car elles ne sont généralement pas réalisables — l’inquisiteur Espinosa en personne reconnaissait la difficulté de les mener à bien — ce qui ne signifie cependant pas tout à fait que certaines, dans les vallées de México, de Puebla, le Bajío, par exemple, ne pouvaient pas l’être... Les rapports à la Suprême, contenant les extraits détaillés des différents procès, qui, en principe devaient être envoyés à la métropole deux fois par an, sont très irréguliers, et il arrive qu’on les oublie.

  • 166 Medina, op. cit., pp. 219-226.

179La procédure, nous l’avons souligné, n’est pas toujours respectée, les ministres s’écartent souvent des règles, tant au plan professionnel que dans leur vie privée... mais entre les contingences locales et les concessions accordées par Madrid, soucieuse de prendre les premières en considération, qui peut, et comment, marquer précisément la norme, dénoncer efficacement l’erreur, la déviation et, plus encore, qui peut les corriger ? Tout semble se dissoudre, dégénérer, en dépit d’apparences conformes à celles des modèles péninsulaires, puisqu’on est arrivé à oublier “jusqu’au style et à la façon de procéder du Saint-Office, car celle-ci n’en a que le nom, l’Inquisition”166.

180Il ne faudrait néanmoins pas voir le tribunal de la vice-royauté exclusivement comme une parodie, un pâle et ridicule reflet des Inquisitions espagnoles métropolitaines : ses ministres étaient des professionnels qui firent souvent des carrières somme toute honorables, ses édits étaient lus et écoutés — sinon toujours entendus — et ses bûchers s’allumèrent parfois.

181La réalité est beaucoup plus complexe. En effet, ses serviteurs eux-mêmes avaient tout intérêt à maintenir l’institution dans une activité et une crédibilité suffisante, puisque c’était la source du pouvoir dont ils étaient les premiers bénéficiaires, voyant rejaillir sur eux-mêmes les effets de l’opinion dans laquelle était tenue l’administration qu’ils étaient censés servir.

182La réalité concernant la présence inquisitoriale se situe donc d’une part, dans la dynamique qui s’établit constamment entre le tribunal mexicain et la Suprême, d’autre part, dans celle qui équilibre les intérêts particuliers des individus qui le constituent localement, et qui peuvent d’ailleurs participer de factions, de groupes de pression, et ceux de l’institution comme telle. En ce sens, s’il s’avère difficile d’apprécier globalement cette présence inquisitoriale en Nouvelle-Espagne pour la période qui nous intéresse, tout étant fonction du moment, de la conjoncture et des individus, il n’est toutefois pas douteux que celle-ci se manifeste de manière plus superficielle et plus limitée que dans les districts péninsulaires, pour toutes les raisons que nous avons dégagées et qui tiennent tout d’abord aux contingences américaines et coloniales et ensuite à leurs implications au plan sociologique, administratif et finalement, individuel.

Notes

1 José Toribio Medina, Historia del tribunal del Santo Oficio de la Inquisición en México, passim.

2 Richard Greenleaf, The Mexican Inquisition of Sixteenth Century, chapitres I, II, III, IV.

3 Antonio Garrido Aranda, Moriscos e indios. Precedentes hispánicos de la evangelización en México, pp. 33-38.

4 Procesos de indios idólatras y hechiceros, passim.
Proceso inquisitorial del cacique de Texcoco, passim.
Richard Greenleaf, Zumarraga and the Mexican Inquisition, 1536-1543, chapitres II et III.
France V. Scholes et Ralph L. Roys, Fray Diego de Landa and the Problem of Idolatry in Yucatan, passim.

5 Richard Greenleaf, Zumarraga... op. cit., p. 74.
Richard Greenleaf, The Mexican Inquisition... op. cit., p. 121.
France V. Scholes et Ralph L. Roys, Fray Diego de Landa... op. cit., passim.
Antonio Gay, Historia de Oaxaca, pp. 402-404.

6 Henry Charles Lea, The Inquisition in the Spanish Dependencies, pp. 210 et 211.
Cette cédule royale fut reprise le 23 février 1575 par Philippe II, voir Toribio Esquivel Obregón, Apuntes para la historia del derecho en México, pp. 649-693. Pourtant les inquisiteurs demandèrent par la suite, en 1619, l’autorisation de soumettre dans certains cas les indigènes au for inquisitorial, en particulier les femmes qui prétendaient à tort avoir été “sollicitées” de leur confesseur. Bien que la Suprême ait accordé l’autorisation réclamée, il ne semble pas que le Saint-Office mexicain ait réellement entrepris des poursuites contre les Indiens.
Maria Asunción Herrera Sotillo, Ortodoxia y control social en México en el siglo xvii: el tribunal del Santo Oficio, pp. 81 et 82.
Antonio Garrido Aranda, Moriscos e indios... op. cit., p. 54.

7 José Toribio Medina, Historia del tribunal... op. cit., p. 32.
Francisco del Paso y Troncoso, Epistolario de Nueva España, vol. IV, p. 224; vol. VII, p. 248.
Medina, La Inquisición primitiva americana, pp. 493-496.

8 Recopilación de leyes de los reynos de las Indias, tomo I, libro I, título XIX, ley I, pp. 159 et 160.

9 Bartolomé Bennassar, L’Inquisition espagnole, p. 54.

10 AGN, Inquisición, vol. 356, ff. 291-293, Carta del comisario fray Alonso de Benavides, Nuevo México, 29 juin 1626.

11 Medina, op. cit., p. 179.

12 Philip Wayne Powell, Soldiers, Indians and Silver, passim. Robert Cooper West, The Mining Community in Northern New Spain; the Parral Mining District, passim.

13 Gonzalo Aguirre Beltrán, La población negra de México, passim.

14 Ruth Pike, Aristócratas y comerciantes, pp. 181-200.
Jacques Heers, Esclaves et domestiques au Moyen-Age dans le monde méditerranéen, passim.

15 AGN, Inquisición, vol. 629, exp. 4, f. 388, Actas del comisario de Mérida contra dos mulatos por idolatría, 1674. Il s’agit en fait de 3 individus, Balthasar Martín, Nicolás Lozano, Manuel Canché.

16 Cette fuite dans le monde indien profond n’a cessé d’être dénoncée par les magistrats, les ecclésiastiques, et a inspiré à la Couronne de nombreuses mesures pour l’empêcher, sans succès. Voir, entre autres: Vasco de Puga, Cedulario, tome II, p. 179, cédule royale du 28 août 1552. Jerónimo de Mendieta, Historia eclesiástica, vol. III, pp. 159 et 160; vol. II, pp. 154-167.

17 Voir, entre autres:
Claudio Sánchez Albornoz, “La Edad Media y la empresa de América”. In España y el Islam, pp. 181-199.
Irving A. Leonard, Conquerors and Amazons in Mexico, pp. 561-579.
Leonardo Olschki, Ponce de Leon’s Fountain of Youth: a History of a Geographical Myth, passim

18 Jaime Contreras, El Santo Oficio de la Inquisición de Galicia, p. 448.
Jean-Pierre Dedieu, “Les quatre temps de l’Inquisition”. In Bartolomé Bennassar, op. cit., pp. 15-41.

19 Rogelio Pérez Bustamante, “Nóminas de inquisidores, reflexiones sobre el estudio de la burocracia inquisitorial en el siglo xviIn Joaquín Pérez Villanueva, La Inquisición española, pp. 260 et 261

20 Rogelio Pérez Bustamante, “Nómina de Inquisidores...” op. cit.,p. 268.

21 Julio Caro Baroja, El señor inquisidor y otras vidas por oficio, pp. 15-60. Bartolomé Bennassar, op. cit., zpp. 75-91.
José Durand, La transformación social del conquistador, pp. 45-87. Décrit des attitudes concernant tous les émigrés espagnols, indépendamment de leur statut.

22 José Toribio Medina, op. cit., pp. 105 et 106.
Voir l’index des inquisiteurs 7, 8, 10.

23 José Toribio Medina, op. cit., pp. 37, 186, 187, 188, 225 et 270.
Voir l’index des inquisiteurs.
Boletín del Archivo General de la Nación, tome XXVI, No. 1.

24 Nómina del tribunal de la Inquisición de Nueva España, 1571-1646, pp. 61-71.
Voir l’index des inquisiteurs 3.
Medina, op. cit.,p. 102.

25 Nómina del tribunal de la Inquisición de Nueva España, 1571-1646, pp. 61-71.
Voir l’index des inquisiteurs 3.
Medina, op. cit.,p. 102.

26 Medina, op. cit., p. 186.
Voir appendice 1, index des inquisiteurs et procureurs 12.

27 Medina, op. cit., p. 187.
Voir appendice 1, index des inquisiteurs et procureurs 19.

28 Medina, op. cit., pp. 187 et 188. Nómina del tribunal... op. cit., pp. 69 et 70.
Voir appendice 1, index des inquisiteurs et procureurs 21.

29 Medina, op. cit., p. 274.
Voir appendice 1, index des inquisiteurs et procureurs 25.

30 Medina, op. cit., p. 241.

31 Medina, op. cit., p. 38.

32 Henry Charles Lea, The Inquisition in the Spanish Dependencies, p. 38.

33 Medina, op. cit., p. 88.

34 Henry Charles Lea, The Inquisition in the Spanish Dependencies, p. 251.
Les susceptibilités étaient telles parmi les différents corps de fonctionnaires qu’on en arriva à codifier la course de taureaux, selon les hiérarchies et les préséances. Selon Lea (op. cit., p. 254) “dans l’arène, à la course de taureaux, les premières courses doivent avoir lieu devant les autorités civiles, à moins que ces dernières n’expriment ouvertement leur désir qu’elles se déroulent devant les inquisiteurs”.

35 Medina, op. cit., p. 105.

36 Medina, op. cit., p. 105.

37 Medina, op. cit., p. 224.

38 Medina, op. cit., p. 217.

39 Medina, op. cit., p. 217.

40 Medina, op. cit., p. 241.

41 Medina, op. cit., pp. 169-177.

42 Medina, op. cit., pp. 219-226.
AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 148.

43 Medina, op. cit., p. 217.
Stanley Hordes relève également de nombreux manquements professionnels des inquisiteurs et de leurs collaborateurs, The Crypto Jewish Community of New Spain, 1620-1649; a Comparative Bibliography, pp. 161-163.

44 Medina, op. cit., p. 218.
AGN, Inquisición, vol. 397, exp. 2, Proceso contra Micaela Enríquez (1642), f. 139. Micaela Enríquez “se jeta aux pieds de monsieur Francisco de Estrada, en versant des larmes abondantes”. Ses déclarations reçues, elle put regagner son logis, vers 11 heures du soir.

45 AGN, Inquisición, vol. 402, exp. I, Proceso contra Rafaela Enríquez (1642), ff. 95 et 96: “Don Francisco (de Estrada) ordonna au geôlier de ne pas lui fouiller les poches. C’est ainsi qu’elle introduisit deux bagues qu’elle portait, avec un rubis et un diamant. Don Francisco, la voyant pleurer, lui donna de la compagnie”... “elle graissa de graisse jaune les pattes de l’homme aux clefs (le geôlier), sans quoi elle aurait péri”.
AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 6.

46 Medina, op. cit.,p. 219.

47 Medina, op. cit., p. 226.
AHN legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 26: “Des prisonniers pour illuminisme attendent toujours la qualification de leur cause, malgré une détention déjà longue. Guillén de Lampart et eux reçoivent papier et encre, et passent leur temps à écrire psaumes et doctrines hérétiques”.

48 Medina, op. cit., pp. 219, 226 et 227.
AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 13.

49 Medina, op. cit., p. 218.

50 Medina, op. cit., p. 219.

51 Medina, op. cit., p. 227.
AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 22; il s’agit de l’accusé Fernando Moreno

52 Medina, op. cit, p. 226.
AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 3.

53 Medina, op. cit., p. 227.
AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 23.

54 Medina, op. cit.,p. 219.

55 Medina, op. cit., p. 226.
AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 10.

56 Medina, op. cit., p. 218
AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 8.

57 Medina, op. cit., p. 218.
AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 6:...“négligeant ce devoir, lesdits messieurs les inquisiteurs, pendant la Complicité qui commença en 1642, mirent dans lesdites prisons force aides et nègres esclaves qui appartenaient aux prisonniers eux-mêmes; et tous entraient dans lesdites prisons, seuls ou accompagnés, comme ils voulaient; d’où il s’ensuivit que lesdits aides et nègres communiquèrent avec les prisonniers tout à leur gré, ils portèrent leurs messages à d’autres prisonniers et à de nombreuses personnes du dehors, pour des présents et de l’argent que leur donnaient lesdits prisonniers — puisqu’on ne procédait pas à la fouille des inculpés au moment de leur arrestation, comme il se devait, et qu’ils introduisaient en cachette quantité de bijoux et d’argent, et ostensiblement, bien des vêtements et du linge — et que leur donnaient aussi les personnes du dehors à qui ils remettaient et dont ils prenaient les messages...”.

58 AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 24.

59 AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 19.

60 Si les témoignages sur la rapacité des Espagnols passés aux Indes sont proprement innombrables, citons-en seulement un, issu du milieu inquisitorial, et qui porte précisément sur le personnel ecclésiastique; le visiteur Medina Rico reconnaît que les “religieux qui sont curés, ou les prêtres qui le sont, cherchent seulement à s’en sortir, et avec les meilleurs profits”. In Medina, op. cit., p. 226.

61 Medina, op. cit.,p. 106.

62 Medina, op. cit., p. 219.
On mesure ici le bien-fondé des observations faites par le marquis de Cerralvo, vice-roi de Nouvelle-Espagne, à Philippe IV, au moment où il abandonnait sa charge; constatant que l’exiguïté des salaires versés aux alcaldes mayores – de 100 à 400 pesos la plupart du temps – était la cause de leurs tratos y contratos, négoces qui enfreignaient les règlements auxquels ils étaient en principe soumis, le vice-roi conclut: “Il faut ou augmenter les salaires ou fermer les yeux”. “Relación del estado en que dejó el gobierno de la Nueva España el Excelentísimo señor don Rodrigo Pacheco y Osorio, marqués de Cerralvo”. In Fr. Antonio Vázquez de Espinosa, Descripción de la Nueva España en el siglo XVII, p. 231

63 Medina, op. cit.,p. 106.

64 Charles Henry Lea, The Inquisition in the Spanish Dependencies, pp. 212-222.

65 Medina, op. cit.,p. 180.
Toutefois, María Asunción Herrera Sotillo (op. cit., pp. 155-199), arrive à la conviction que la misère financière du Saint-Office mexicain était feinte, du moins à partir de la seconde moitié du xviie siècle, et qu’en réalité, les inquisiteurs géraient pour leur profit des sommes et des biens importants, produits par les séquestres dont furent victimes les judaïsants dans les années 1630 et surtout 1640. Pour nous, et tout bien considéré, nous pensons que cette misère fut bien réelle jusque dans les années 1630; que la situation postérieure favorisa une sécurité financière indéniable, sans qu’on puisse à proprement parler de prospérité. Enfin, il ne faut pas confondre l’aisance de certains ministres inquisitoriaux, due sans aucun doute au vol pur et simple et aux innombrables irrégularités dénoncées par les visiteurs eux-mêmes, avec la situation financière d’une institution: la corruption peut entraîner la richesse de certains, alors que l’organisme qu’ils servent est au bord de la faillite ou simplement viable, financièrement parlant, les deux phénomènes étant d’ailleurs directement et évidemment en relation. C’est ce qui nous paraît avoir prévalu en ce qui concerne le Saint-Office mexicain: si une partie, impossible à déterminer, des biens séquestrés fut détournée au profit de certains ministres, ce qui resta et fut déclaré suffit à entretenir un état satisfaisant, sans plus, de l’institution, qui dut également pourvoir aux besoins pressants de la Suprême par des envois réguliers et substantiels d’argent, à partir de la seconde moitié du xviie siècle. Ici encore, nous retrouvons le poids des contingences locales, des décalages permettant le jeu de la corruption.

66 Antonio Domínguez Ortiz, Los judeoconversos en España y América, p. 132. Bartolomé
Bennassar, Un siècle d’or espagnol, pp. 187 et 188

67 Maurice Birckel, Recherches sur la trésorerie inquisitoriale de Lima, p. 339. Birckel note toutefois qu’“à México, certains paiements auraient pu continuer jusqu’en 1649”... (ibidem, p. 340), tandis que Lea considérait que “it is probable that those (subventions) of Mexico and Lima were stopped in 1677, while that of Cartagena was prolonged even later” (The Inquisition in Spanish dependencies, p. 220). Bien que l’importante question des subventions royales aux tribunaux inquisitoriaux ne soit pas résolue, il n’en reste pas moins certain que leur situation toujours précaire s’aggrava au cours des années qui virent l’effondrement de la puissance espagnole.
Herrera Sotillo, op. cit., pp. 155-199, et le tableau différent qu’elle dresse de la situation financière de l’Inquisition mexicaine.
Voir également nos commentaires, note 64.

68 Medina, op. cit., pp. 186-213.

69 Medina, op. cit., p. 212.

70 Medina, op. cit., p. 226: le visiteur Pedro Medina Rico évoquait en 1658 les lourdes accusations qu’il devait formuler contre “les inquisiteurs et les ministres naturels de ces royaumes, où ils sont pourvus de tant de parents, d’amis et de correspondants”... implorant pour lui-même la protection divine, pour une aussi périlleuse démarche.

71 Medina, op. cit., p. 221.

72 Medina, op. cit., pp. 221-223,
AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 154

73 AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 90.

74 Les témoignages sont ici innombrables. Outre l’inépuisable Toribio Medina (op. cit., pp. 219, 220, 222, 223, 225, 227 et 239), voir aussi:
AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargos 91-109, sans interruption.

75 Medina, op. cit., p. 227.
AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 145.

76 Medina, op. cit., pp. 219, 220 et 239.
AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 88: “Le récepteur se vit obligé par les inquisiteurs à arracher les feuilles du livre où avaient été consignées les répartitions (de biens)”.

77 AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargos 79-86. Il s’agit ici de biens appartenant à Agustín de Rojas et à sa femme Leonor Váez, à Luis de Amézquita, à Simon Váez, Sebastián Cardoso, María de Rivera et son mari Manuel de Granada, Rafaela Enríquez, bien que la plupart des judaïsants incarcérés dans les années 1640 aient été victimes de spoliations semblables.

78 Ici encore, les faits précis abondent:
Medina, op. cit., pp. 211-224, d’où il ressort que le puissant Antonio Millán, familier que nous retrouverons plus tard, n’avait aucunement fait la preuve de ses origines. Medina Rico établit 24 accusations contre les inquisiteurs, pour n’avoir pas respecté les normes régissant les nominations à des fonctions inquisitoriales, et pour toutes sortes d’irrégularités en la matière. Voir AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 54, en particulier.

79 AHN, legajo 1737, Visita Sáenz de Mañozca 1, une lettre de Madrid, datée du 25 février 1650 déclare que “de nombreux rapports et informations nous sont parvenus, révélant que le fisc royal de l’Inquisition se trouve en piètre état, qu’on a tout dépensé et consumé en édifices, constructions et autres choses, que les rentes sont placées sur de mauvaises propriétés et sans hypothèques suffisantes, que les biens séquestrés aux coupables se sont évanouis et qu’on n’a pas cherché à les recouvrer, et que les créanciers des condamnés, non seulement ne sont pas payés mais pas même entendus, ce qui a donné lieu à force plaintes...”. Toutes choses parfaitement exactes.
Voir aussi Medina, op. cit., pp. 211 et 212, où il apparaît qu’inquisiteurs, officiers inquisitoriaux et leur parentèle s’étaient généreusement attribués des prêts substantiels provenant des bien séquestrés. Toutefois, il semble bien que la Suprême reçut de fortes sommes de l’Inquisition mexicaine, dont elle couvrit d’une certaine façon les agissements troubles en matière financière (Herrera Sotillo, op. cit., pp. 187, 196 et 199).

80 C’est ce qui se produisit par exemple, dans le cas de Simon Vâez Sevilla et de sa femme Juana Enríquez, de sa belle-soeur Rafaela Enriquez: bien que des dénonciations aient fait état de leurs pratiques judaïques indiscutables dès 1625, pour devenir plus nombreuses dans les années 1633- 1635, où furent effectivement poursuivis un certain nombre de judaïsants, leur statut social et leurs relations privilégiées avec les ministres inquisitoriaux les mirent à l’abri jusqu’à l’ouverture des grandes menées contre les juifs convertis à partir de 1642.
Voir AGN, Inquisición, vol. 398, exp. I, Proceso contra Simón Váez Sevilla (1642); vol. 402, exp. I, Proceso contra Rafaela Enríquez (1642).

81 AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 31.

82 Outre un présent à l’inquisiteur Soltero consistant en une “garniture d’argent de 300 à 400 pesos” offerte par Simón Váez Sevilla (AGN, Inquisición, vol. 398, exp. I, f. 218 verso, Proceso contra Simón Váez Sevilla, 1642), nous savons que le familier Pedro de Soto et le secrétaire du Secret, Tomás López de Erenchum assistèrent à l’enterrement de la belle-mère de Simón Váez, dont il s’avéra plus tard qu’elle avait été une fameuse “dogmatiste”; or il se trouve qu’on procéda pendant la cérémonie à des pratiques mortuaires judaïques, passées apparemment inaperçues des deux hommes... Les assistants eurent cependant l’impression que Soto et Erenchum avaient vu les gestes compromettants, puisque María de Rivera déclare dans son procès (AGN, Inquisición, vol. 403, exp. 2, Proceso contra Maria de Rivera, 1642, f. 349 verso), qu“’ayant vu que ledit Pedro de Espinosa jetait ledit papier (contenant les dents que la défunte avait perdues de son vivant), ils se regardèrent l’un et l’autre, se recommandant ce qu’ils venaient de voir, afin de le dénoncer à l’Inquisition”. Or le Saint-Office a annoté en marge de ce témoignage de Maria de Rivera: “Interrogés (Soto et Erenchum, s’entend), ils déclarèrent n’avoir rien vu ni entendu...”. Nous touchons là, sans aucun doute à la complexité de la société coloniale: les deux hommes surprirent-ils réellement quelque chose de suspect dans ce discret rituel funéraire, pourtant révélateur pour des fonctionnaires inquisitoriaux? Décidèrent-ils alors de se taire, mus par une solidarité de caste et d’intérêts, et prenant implicitement le parti de leurs amis marranes? Ou effectivement, ne virent-ils rien du tout? Quoi qu’il en soit, l’assistance du familier et du secrétaire à cette cérémonie, et le simple doute qui s’insinue pour ce qui est de leur attitude laissent perplexe. Ces relations entre ministres inquisitoriaux et nouveaux chrétiens dont on découvrit plus tard qu’ils étaient des judaïsants pratiquants, étaient bien établies, depuis l’Espagne même. Lorsqu’elle quitta Séville pour se rendre en Nouvelle-Espagne, la famille Silva fut recommandée par le frère de doña Elena, le percepteur des impôts et gros négociant Francisco Váez Sevilla, au familier Juan Crisóstomo de Navia, beau-frère du notaire inquisitorial Eugenio de Saravia, qui se trouvait prendre la mer par la même embarcation que les Silva, et nous savons que la vieille Catalina Enriquez, aux pratiques judaïques solides, avait pour compère l’inquisiteur don Juan de Llano y Valdés... AGN, Inquisición, vol. 408, exp. I, Proceso contra Margarita de Rivera (1642), f. 239 verso et AGN, Inquisición, vol. 408, exp. 2, Proceso contra Esperanza Rodríguez (1642), f. 460.
Voir appendice 3, index des familiers 96, Juan Crisóstomo de Navia.

83 AGN, Inquisición, vol. 402, exp. I, Proceso contra Rafaela Enriquez (1642), f. 106

84 AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 140.

85 Medina, op. cit., p. 219. Nous reviendrons plus loin sur ce personnage remarquable.

86 Medina, op. cit., p. 218.
AGN, Inquisición, vol. 402, exp. I, Proceso contra Rafaela Enriquez (1642), ff. 95, 95 verso, 101.

87 AGN, Inquisición, vol. 402, exp. I, Proceso contra Rafaela Enríquez (1642), f. 101.
AGN, Inquisición, vol. 412, exp. I, Proceso contra Francisco Botello (1656), f. 343 verso: “Un jour de visite, Estrada donna en cachette à Margarita Moreira un billet où il lui disait ce qu’elle devait avouer, et elle fit ainsi”.

88 Medina, op. cit., p. 239.

89 Medina, op. cit., p. 219.

90 Medina, op. cit., p. 228, également les chapitres IV, XI, XV. AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargos 159-175, relatifs aux agissements du tribunal dans l’affaire Palafox.

91 Il suffit, pour s’en convaincre, de penser à certains ministres évoqués par Ricardo García Cárcel, Orígenes de la Inquisición española, el tribunal de Valencia, 1478-1530, p 129, note 6, ou surtout par Jaime Contreras, El Santo Oficio de la Inquisición de Galicia, p. 340.

92 Medina, op. cit.,p. 239.
Bartolomé Bennassar, L’Inquisition espagnole, p. 80.
Salvador Montoya Menjivar, Les débuts de l’Inquisition à Carthagène des Indes. L’autodafé de 1614, p. 35.

93 Nous présentons dans l’appendice 2 un index comportant la liste des commissaires en Nouvelle-Espagne, leur dispersion géographique, et leur statut ecclésiastique.

94 Voir par exemple les nombreuses affaires de Celaya, où intervint le commissaire Fr. Diego Muñoz, AGN, Inquisición, vol. 278, passim, et index des commissaires 12.

95 AGN, Inquisición, vol. 356, ff. 291, 293, 317, Cartas del comisario Fr. Alonso de Benavides a las autoridades inquisitoriales de México, Nuevo México (1626).
France V. Scholes, Problems in the Early Ecclesiastical History of New Mexico, pp. 69-73. Voir appendice 2, index des commissaires 69.

96 AGN, Inquisición, vol. 510, exp. 114, f. 512, Denuncias contra Diego de Herrera Arteaga, Zacatecas (1613), vol. 303, f. 392; Denuncias contra los licenciados Diego de Herrera, Francisco de Alvarado, Zacatecas (1624).
Voir appendice 2, index des commissaires 70.

97 AGN, Inquisición, vol. 561, f. 219 et suivantes, Proceso contra Beatriz de Padilla (1652), passim.
Voir appendice 2, index des commissaires 109.

98 AGN, Inquisición, vol. 460 en entier, Proceso contra Diego Márquez (1656), passim.
Voir appendice 2, index des commissaires 174.

99 AGN, Inquisición, vol. 435, f. 86.

100 AGN, Inquisición, vol. 612, exp. 3, Testificación contra Juana de Coi, Zacatecas (1669), f. 490.

101 Medina, op. cit., p. 91.
Voir appendice 2, index des commissaires 17.
La nomination de Diego de Orduña comme commissaire est d’autant plus stupéfiante qu’à l’autodafé du 19 février 1576, “le bachelier Diego de Orduña, chanoine de Michoacán, pour avoir giflé l’archidiacre, qui était commissaire du Saint-Office, puis, une fois que ce dernier fut au sol, l’avoir piétiné, fut puni par le bannissement de l’évêché et par une amende” (Medina, op. cit., p. 74). Si, comme tout semble l’indiquer, y compris les concordances de date et de lieu, il s’agit bien du même personnage, les faits sont hautement significatifs et du climat qui régnait parmi le clergé et des vices qui affectaient manifestement le processus de nomination au titre de commissaire inquisitorial.

102 AGN, Inquisición, vol. 316, f. 359, Carta del comisario Fr. Francisco Izquierdo a las autoridades inquisitoriales de la capital, Zacatecas, 14 mai 1617.
Voir appendice 2, index des commissaires 54.

103 Voir appendice 3, l’index concernant les familiers et celui des localités dans lequelles il s’en trouvait.

104 Libros de Cabildo, livre XXX, pp. 144-217, sessions des 28 mars, 4, 16 avril, 24 mai, 21 juillet 1636.

105 Voir appendice 3, l’index des familiers de la ville de México.

106 AGN, Riva Palacio, vol. 4, exp. 14... “que ne soient pas admis comme familiers ceux qui auraient été bouchers, trancheurs de viande, pâtissiers, savetiers, ou qui auraient eu quelque autre office mécanique, et qu’ils en présentent le témoignage avant d’être admis aux examens (de pureté de sang)”... Carta acordada, Valladolid, 9 mai 1604.

107 Voir appendice 3, index des familiers 73.
Carlos Colón Pacheco de Córdoba y Bocanegra et Chevalier, op. cit., pp. 396 et 397.

108 Voir appendice 3, index des familiers 9, Antonio de Espejo.

109 Appendice 3, index des familiers 12, Hernán Gutiérrez Altamirano.

110 Appendice 3, index des familiers 95, Simón de Haro.

111 Appendice 3, index des familiers 130, Cristóbal de Mañozca Bonilla y Bastida.

112 Appendice 3, index des familiers 120, Antonio Millán.
AGN, Inquisición, vol. 418, exp. I, Proceso contra Manuel de Acosta (1643), f. 110.

113 Appendice 3, index des familiers 78, Tomás Moran de la Cerda.

114 Appendice 3, index des familiers 91, Juan de Orduña.

115 Appendice 3, index des familiers 39, Gaspar de Valdés.

116 AGN, Riva Palacio, vol. 36, I, f. 36, Carta de Madrid, 25 septembre 1587.
Outre les nombreux procès intentés à des familiers pour des motifs divers, conservés à l’AGN (en particulier, les volumes 308, exp. 118; vol. 325, exp. 3; vol. 356, exp. 185; vol. 437, exp. 8: vol. 214, exp. 19; vol. 84, exp. 2 et 3, etc.) et les cas évoqués par Charles Henry Lea (The Inquisition... op. cit.) comme celui de ce familier de Puebla, Diego de Carmona Tamariz, accusé d’avoir assassiné son ennemi Juan de Olivares, il existe, nous le savons précisément par Lea, un document important “Extrados de causas de familiares y ministros que no son oficiales, que hay en la cámara del secreto de la Inquisición de México, en este presente año de 1716” qui, au début du siècle se trouvait apparemment à la Bibliothèque royale de Munich. Nos recherches ont été infructueuses, les responsables actuels de la bibliothèque de l’état de Bavière ayant avoué leur ignorance en ce qui concerne l’existence et le sort de ce document, qui a sans doute souffert des nombreuses vicissitudes liées aux bouleversements politiques et aux guerres.

117 AGN, Inquisición, vol. 407, f. 464.

118 Appendice 3, index des familiers 75, Gabriel López de Luzena y Páramo.

119 Appendice 3, index des familiers 104, Leandro de Gatica.

120 Voir appendice 3, index des familiers 73.
Carlos Colón Pacheco de Córdoba y Bocanegra et Chevalier, op. cit., pp. 396 et 397.

121 Appendice 3, index des familiers 78, Tomás Morán de la Cerda.

122 Appendice 3, index des familiers 123, Gaspar de Rivadeneyra.

123 Appendice 3, index des familiers 55, Francisco Serrano del Arco.
AGN, Inquisición, vol. 297. Ce document non répertorié et sans pagination, se trouve à la fin du volume. Les démarches qui commencent par l’emprisonnement de Serrano del Arco le 23 août 1630 culminent le 30 mars 1634 lorsqu’il est officiellement notifié aux autorités de la ville que celui-ci n’est désormais plus familier. Notons que la Suprême s’arrêta peut-être aux origines incertaines d’une aïeule de sa femme, Constanza de Rivadeneyra, alors qu’elles ne parurent pas faire problème dans le cas du frère de celle-ci, don Gaspar... soutenu il est vrai dans ses prétentions par une fortune de 200 000 ducats.

124 Appendice 3, index des familiers 37, Alonso de Cassas.

125 Appendice 3, index des familiers 53, Francisco de Solís y Barraza.

126 AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 67

127 AGN, fondo reservado, Nómina de inquisidores, f. 40 verso.

128 AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 6.
Henry H. Huntington Library, Abecedario de los relaxados, reconciliados y penitenciados, ff. 19 et 19 verso.

129 AGN, Riva Palacio, tome 18, No. 2, Proceso contra Gaspar de los Reyes Plata (1599), passim.

130 AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 142.

131 Medina, op. cit., p. 212.

132 Medina, op. cit., pp. 218 et 219.

133 Voir appendice 4, index des qualificateurs.

134 Agustín de Dávila Padilla, Historia de la fundación y discurso de la provincia de Santiago de México, de la orden de predicadores, por las vidas de sus varones insignes, y casos notables de Nueva España.
Francisco de Burgoa, Palestra historial de virtudes, y ejemplares apostólicos, fundada del zelo de insignes héroes de la sagrada orden de predicadores en este Nuevo Mundo de la América de las Indias occidentales.

135 Boletín del Archivo General de la Nación, Nómina del tribunal de la Inquisición, tome XXVI, No.3.
Index des qualificateurs.

136 AHN, legajo 1737, Visita Medina Rico 12, cargo 56.
Les qualificateurs taxés d’ineptie par Medina Rico sont les suivants: Fr. Pedro de Calimaya, Fr. Alonso de la Lima, Fr. Martín de la Cruz, Fr. Cristóbal Baz, franciscains; Fr. Alonso de Garate, Dieguino, Fr. Juan de Córdoba, Fr. Alonso Díaz, Fr. Francisco de Vallejo, les pères Alonso de Medina, Francisco Calderón, un certain de Alvarado, Bartolomé López, Gerónimo Pérez, jésuites. Toutefois, on reste perplexe en découvrant qu’un qualificateur considéré comme “inepte” par Medina Rico, le jésuite Francisco Calderón, avait été deux fois provincial de la Compagnie, en 1644 et 1650, et qu’il était l’auteur d’oeuvres aussi variées qu’étonnantes, si l’on considère l’ampleur de la curiosité intellectuelle et les talents qu’elles révèlent, telles que “informe del superior gobierno de México sobre el sumidero de Pantitlán y sobre la obra del desagüe de las lagunas”... “Disertación de sobre si el chocolate quebranta el ayuno”... “Prácticas de casos de Inquisición útiles a los confesores”... “Cuestiones morales sobre los Indios, negros, mestizos y mulatos de la Nueva España”, in José Mariano Beristáin de Souza, Biblioteca hispano-americana septentrional, tome I, p. 242.
C’est encore le cas des “ineptes” Bartolomé de Letona, franciscain, ardent promoteur de la béatification du Vénérable, Fr. Sebastián de Aparicio, et prolixe auteur de vies de saints, du jésuite Alonso de Medina, “maître de réthorique et très versé dans les deux droits” (Beristáin de Souza, op. cit., tome II, pp. 182-262).

137 C’est ce que dénonce Medina Rico dans sa Visita, AHN, legajo 1737, No. 12, cargo 54: “On admet des ministres du Saint-Office sans examens de pureté de sang, on a recours à des dons, des présents...”. Mais, après tout, y avait-il de quoi s’indigner puisqu’en Espagne même, le fameux banquier portugais, Manuel Cortizos de Villasante d’ascendance juive notoire, avait obtenu en 1642 le titre de familier de l’Inquisition? (John H. Elliott et José F. de la Peña, Memoriales y cartas del conde duque de Olivares, tome II, p. 186).

138 AGN, Inquisición, vol. 592, exp. I, démarches relatives à la prétention du père Fr. Francisco de Pareja, commandeur de la Merci, au titre de qualificateur du Saint-Office. Voir appendice 4, index des qualificateurs 195.

139 Voir appendice 5, index des consulteurs.

140 Mariano Cuevas, Historia de la Iglesia en México, tome III, p. 123.
Juan Francisco Molina Solís, El conde de Peñalba, gobernador y capitán general de la provincia de Yucatán, pp. 3-5.
Atanasio G. Saravia, Apuntes para la historia de la Nueva Viscaya, 2; La ciudad de Durango, 1563-1821, pp. 82 et 83.
Manuel Lanz, Compendio de historia de Campeche, p. 79.
Stanley Hordes, The Crypto Jewish Community of New Spain, 1620-1649; a Collective Biography, pp. 104-107.

141 Guillermo S. Fernández de Recas, Aspirantes americanos a cargo del Santo Oficio, p. 77.
Luisa S. Hobermann, Merchants in Seventeenth Century Mexico City: a Preliminary Portait, p. 494.
Gregorio M. de Guijo, Diario, 1648-1664, tome I, p. 40.
Jonathan I. Israel, Race, Class and Politics in Colonial Mexico, 1610-1670, pp. 205, 211, 213, 214 et 246.
Stanley Hordes, The Crypto Jewish Community... op. cit., pp. 133 et 134. Voir index des consulteurs 34.

142 AGN, Ramo Inquisición, vol. 416, pp. 449-453. Carta del tribunal de México al consejo, avisando de la Complicidad (1643).

143 Voir appendice 3, index des familiers 74, Alonso Velázquez de Bazán; appendice 1, index des inquisiteurs 13; appendice 4, index des qualificateurs 64; et généalogie de la famille Bazán- Albornoz.

144 Voir appendice 3, index des familiers 90 et 103, Juan et Pedro Soto López.

145 Appendice 3, index des familiers 12, Hernán Gutiérrez Altamirano; 28, Juan López Murillo; 38, Alonso de Valdés; 58, Agustín de Valdés Portugal; 129, Nicolás de Bonilla y Bastida; 130, Cristóbal de Mañozca Bonilla y Bastida; 131, Joseph de Mañozca Bonilla y Bastida; 132, Bartolomé de Bonilla Bastida Estupiñán.
Voir généalogie de la famille Sáenz de Mañozca-Bonilla y Bastida.

146 Appendice 3, index des familiers 129, Nicolás de Bonilla y Bastida.
Medina, Historia del tribunal... op. cit., p. 221.

147 Voir appendice 5, index des consulteurs 51, Andrés Pardo de Lagos.
Gregorio M. de Guijo, Diario, 1648-1664, vol. I, pp. 97, 99, 104, 133, 178, 196, 201 et 229; vol. II, pp. 22-115.
AGN, Inquisición, vol. 400, exp. 4, Proceso contra Juana Enriquez (1642), ff. 206-330.

148 Ils se trouvent à l’AGN, Riva Palacio, tome 2, No. 1, 2, 3; tome 3, No. 1, 2, 3; tome 4, No. 1, 2, 3, 12, 13; tome 5; tome 9; tome 43, No. 1, 2, 3, 4, 5.

149 Ces “Instrucciones del Ilustrísimo señor Cardenal, Don Diego de Espinosa, Inquisidor General, para la plantación de esta Inquisición” se trouvent à l’AGN, Riva Palacio, tome 44, No. 2, et furent publiées par Julio Jiménez Rueda dans Don Pedro Moya de Contreras, primer inquisidor de México, pp. 169-188.
Cette nécessité d’adaptation apparaissait tellement évidente à toutes les instances, que le Conseil des Indes lui-même manifestait au roi, le 15 juin 1597, que: “Les Inquisitions des Indes disposent d’une vaste juridiction, d’un pouvoir et d’une autorité considérables, ce pourquoi, et du fait de l’extrême éloignement de Votre Majesté et du Conseil de la Sainte et Générale Inquisition, il convient fort au service de Dieu et de Votre Majesté qu’on y nomme des personnes d’une grande expérience et qui donnent toute satisfaction, et d’âge mûr...”, in Mariano Cuevas, Documentos inéditos del siglo XVI para la historia de México, p. 463; opinion du Conseil des Indes à propos d’affaires relatives à l’Inquisition de Nouvelle-Espagne, Madrid, 29 juin 1597.

150 Julio Jiménez Rueda, Don Pedro Moya de Contreras... op. cit., p. 178.
Il faut noter toutefois qu’une certaine ambiguïté subsista puisque la Suprême, consultée avec insistance par les inquisiteurs de México, visiblement dépassés au moment des grandes menées contre les judéo-chrétiens, répond qu’“après consultation avec l’Illustrissime évêque de Plasencia, inquisiteur général, nous devons vous faire savoir que sans avoir vu les actes, ni les copies des procès, nous ne pouvons vous dire ni indiquer ce que vous devez faire, si ce n’est vous recommander de procéder pour ce qui est des procès de cette complicité avec une justification et une attention extrême, en respectant les saints canons et les instructions du Saint-Office, sans dépasser les peines qu’ils stipulent, et en observant les règles particulières qui ont été données à ce tribunal à ce sujet. Vous prendrez garde à ne pas imposer de peine de remise au bras séculier, si ce n’est dans les cas prévus expressément par le droit canonique; et lorsqu’il vous paraîtra devoir imposer la peine de remise au bras séculier, quand bien même vous en serez d’accord, vous ne l’exécuterez pas sans remettre une copie authentique des procès...”.
AHN, livre 1054, Correspondencia entre el tribunal de Mexico y la Suprema, 1640-1648, f. 114.

151 Jiménez Rueda, op. cit., p. 182.

152 Jiménez Rueda, op. cit., pp. 181, 185,186 et 187

153 Jiménez Rueda, op. cit., pp. 182 et 183.

154 Ces abécédaires se trouvent à l’AGN, Riva Palacio, tome 2, No. 1, 2 et 3; tome 3, No. 1 et 2; tome 4, No. 1, 2, 12, 13 et 18; tome 7, No. 1; tome 9 entier. Les tomes 7 et 9 sont les plus riches en matière de jurisprudence.

155 C’est le cas de la sodomie et de la contrebande de chevaux, voir Bartolomé Bennassar, l’Inquisition espagnole, pp. 344-375.
AGN, Riva Palacio, tome 7, Cosas que voy observando se practican en la Inquisición, con algunos casos particulares y extraordinarios que me parecen dignos de anotar por ejemplares, para cuando suceda caso semejante, f. 285 verso.

156 Les confesseurs qui sollicitent leur fille (ou fils) spirituelle pendant la confession “ne sont jamais punis publiquement, à cause du préjudice et du scandale qui pourrait s’ensuivre, et de l’aigreur que certains pourraient concevoir à l’endroit des confesseurs, craignant pour leurs femmes et filles ces mêmes accidents, ce qui provoquerait de l’horreur pour le sacrement et plus encore dans ce temps, où les hérétiques tombent tellement dans cette erreur...”.
AGN, Riva Palacio, tome 9, Materias prácticas en delitos y causas de fe, con observación de algunos casos particulares que trabajó y estudió el señor doctor Isidro de San Vicente, que fue del Consejo Supremo de Inquisición y tiene algunas adiciones, solicitantes, f. 62.

157 AGN, Riva Palacio, tome 9, Materias prácticas en delitos y causa de fe... op. cit., f. 56.

158 AGN, Riva Palacio, tome 2, Tres abecedarios, diferentes decisiones del Consejo Real y Supremo de la Santa General Inquisición, f. 17.
Jiménez Rueda, op. cit., p. 182.

159 Ces délits se trouvent à l’AGN, dispersés entre les fonds Edictos, Inquisición, Indiferente general. José Abel Ramos S., Jorge René González M., “Discurso de la Inquisición sobre el matrimonio, la familia y la sexualidad a través de los edictos promulgados por el tribunal del Santo Oficio, 1576-1819”, in Seminario de historia de las mentalidades y religión en el México colonial, Seis ensayos sobre el discurso colonial relativo a la comunidad doméstica, passim. Les auteurs signalent que des 264 édits promulgués en Nouvelle-Espagne, entre 1576 et 1819, 20 provenaient d’Espagne ou de Rome et 244 avaient été élaborés dans la vice-royauté. Néanmoins, nous atteignons, dans l’index 6 concernant les édits de foi, un nombre supérieur, 100 exactement. Nous avons ici tenu compte de la liste proposée par Ramos et González, op. cit., mais aussi d’un supplément à l’index du fonds Edictos, élaboré par Maria de Lourdes Villafuerte García, et enfin de recherches personnelles réalisées dans l’Indiferente general. Cet index est loin d’être exhaustif, de nouveaux édits chaque jour apparaissent, disséminés dans divers fonds.

160 José Abel Ramos S. et Jorge René González M., Discurso de la Inquisición... op. cit., pp. 147- 151. D’après ces auteurs, 83 édits furent promulgués entre 1571 et 1700.

161 AGN, Inquisición, vol. 413, f. 537, Lettre de Fr. Francisco Moreno aux autorités inquisitoriales de la capitale, Monterrey-Saltillo, 27 mai 1644.

162 AHN, livre 1054, Correspondencia entre el tribunal de México y la Suprema (1640-1648), f. 14, Carta de los inquisidores Domingo Vêlez de Asas y Argos y Bartolomé González Soltero a la Suprema, 30 septembre 1640.

163 C’est le cas de Celaya, fondation espagnole où un édit général est lu le 19 octobre 1614 avec les résultats suivants, décrits par le commissaire Diego Muñoz dans une lettre adressée au tribunal de México: “Ce qui résulte présentement de la publication de l’édit général, c’est que sa nouveauté a incité les petites gens de toutes couleurs à venir déposer, ce qui m’a tenu occupé plus de quinze jours”... AGN, Inquisición, vol. 278, f. 165.

164 AGN Inquisición, vol. 400, exp. 2, Proceso contra Juan Pacheco de León (1642). Pacheco déclare qu’“à la publication des édits de foi, ils entendaient tous les rites et cérémonies de ladite loi de Moïse et ladite doña Blanca Enriquez, défunte, lui a dit la même chose”, f. 625 verso.

165 Medina, op. cit.., pp. 121-134, 155-162, 196-209 et 245-267.
Mathías de Bocanegra, Auto general de la fe celebrado por los señores... el Ilmo, y Rmo. don Juan de Mañozca... de II abril 1649.

166 Medina, op. cit., pp. 219-226.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540