Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Inquisition et société au Mexique

 | 
Solange Alberro

Introduction

Texte intégral

1Nous serions bien en peine, à dire vrai, d’exposer les raisons qui nous ont amenée à scruter, pendant dix-huit courtes années, les archives inquisitoriales de la Nouvelle-Espagne... Qui peut réellement découvrir les cheminements secrets et les affinités mystérieuses qui nous portent vers un sujet d’étude, puis de passion, nous détournant de celui qui paraîtrait attrayant à d’autres ?

2Dans l’impossibilité où nous sommes donc de rendre compte de nos motivations essentielles, il ne nous reste qu’à signaler la genèse consciente d’une démarche, en soupçonnant que les affinités qui nous lient au thème choisi n’intéressent pas uniquement les victimes, mais aussi les bourreaux, et plus encore, la relation que les uns et les autres entretinrent dans ce qui fut sans doute une des premières machines répressives modernes, le phénomène inquisitorial.

  • 1 Bartolomé Bennassar, L’Inquisition espagnole, introduction. En 1963 déjà, Emil Van der Vekene relev (...)

3Certes, nous ne marchons pas en solitaire sur ce chemin : bien d’autres nous ont précédée, nous accompagnent, et poursuivront, tant il est vrai que l’Inquisition n’a cessé d’alimenter une littérature extraordinairement abondante, le reflet de l’intérêt inquiet, voire angoissé de bien des hommes de notre époque, attentifs à découvrir les origines de toutes les formes de contrôle et de répression qui, de manière brutale ou insidieuse, sévissent un peu partout de nos jours1.

4Or, si le Saint-Office apparaît comme l’ancêtre, parfois le modèle des institutions qui se donnent pour tâche la normalisation des âmes et des esprits — plus que celle des corps — il est devenu également une catégorie conceptuelle de l’esprit occidental. A cet égard, notons-le, les démentis partiels que constituent les nombreuses études sur le tribunal n’ont guère de prise sur cette catégorie qui, de manière inébranlable, et par là-même, évidemment nécessaire dans le champ conceptuel occidental, unit bûchers, tortures et Inquisition, dans le voisinage d’ailleurs de notions telles qu’Espagne, catholicisme, etc.

5Notre propos n’est pas de partir en croisade contre cet état de choses ; il est trop solidement, trop anciennement établi, suffisamment dénoncé, quoique sans effet, et qui plus est, il n’est pas totalement erroné. Encore faut-il le nuancer, dans la mesure où il est fondé sur la considération privilégiée du discours, par la prise en compte, cette fois, de la pratique inquisitoriale : car, c’est à ce prix seulement que la réalité historique d’une institution et d’une culture pourra être justement appréhendée et surtout, qu’une étude des mécanismes de contrôle et de répression sera susceptible d’être entreprise un jour, échappant enfin aux propositions héritées d’une tradition suspecte — les Lumières vis-à-vis d’une ancienne grande puissance agonisante — et qui grippent en fait l’exercice d’une pensée critique.

6C’est dans cette perspective que prétend s’intégrer la présente recherche, née de la découverte du monde hispano-américain. Car comment expliquer la chatoyante diversité des pratiques religieuses, morales, des sensibilités, l’infinie richesse des bricolages individuels d’antan et d’aujourd’hui, garants de la survie de groupes et d’individus, dans un monde qu’on s’accorde à tenir pour écrasé sous la botte conquérante, puis colonisatrice et inquisitoriale ? Ou bien l’emprise impériale fut limitée, ou elle subit elle-même les transformations profondes que lui imposait le milieu américain.

7Ces interrogations et ces réflexions restant latentes, le hasard des lectures et des conversations nous guidèrent naturellement vers l’Archivo General de la Nación de México et le fonds Inquisition. Ce fut alors la longue plongée, la découverte confirmée et l’affirmation d’un univers, et, à nouveau, d’autres interrogations. Que représenta l’Inquisition en Nouvelle-Espagne ? Quelle fut la nature du pouvoir impérial et quelles formes emprunta-t-il ? A quels résultats parvint-il en regard des objectifs qu’il se proposait ? Quelle société se dessine à travers le quadrillage inquisitorial et comment ses hommes la vécurent-ils ?

8Les sources nous guidèrent. En effet, on le sait, seul le tribunal de México, avec ceux de Tolède, Cuenca, Valence et peut-être des Canaries, a conservé la presque totalité des archives inquisitoriales, l’activité des autres n’étant plus guère représentée que par des résumés de procès, les Relaciones de causas de fe, envoyés au Conseil suprême de l’Inquisition et aujourd’hui déposés à l’Archivo Histórico Nacional de Madrid. En d’autres termes, nous avons à México non seulement la majorité des procès intentés, mais aussi la masse inestimable des dénonciations restées sans suite, la correspondance des inquisiteurs mexicains avec la Suprême, les commissaires locaux, avec d’autres tribunaux américains et métropolitains, les généalogies détaillées des candidats à la familiature et aux différentes fonctions inquisitoriales, des lettres de particuliers réclamant des biens ou des sommes leur appartenant, etc. En tout, quelques 1 553 volumes d’environ 800 à 1 000 feuillets chacun, couvrant la période 1521-1823, outre 15 volumes d’index représentant 3 000 pages mécanographiées à interligne simple.

  • 2 Nous pensons en particulier à Eduardo Pallares et à son Procedimiento inquisitorial, à Los orígenes (...)

9Tout n’était pas possible, il fallait opérer des choix. Le premier concerne la période étudiée, celle des Habsbourg, puisque le Saint-Office sous les Bourbons entre dans une période de décadence accélérée et qu’en outre la nature de sa fonction s’avère sensiblement différente. Le second regarde les sujets abordés. C’est ainsi que nous avons délibérément négligé la procédure inquisitoriale. Elle est en effet amplement traitée par d’autres chercheurs2, bien connue aujourd’hui, et il nous paraissait oiseux de l’évoquer une fois encore, la richesse et l’originalité de nos sources nous prescrivant — nous semblait-il — d’autres tâches, et nous nous sommes bornée à indiquer seulement les différences — mineures — qui caractérisent la procédure américaine. De la même façon, nous avons sacrifié la question de l’administration financière de l’institution, qui peut être étudiée à partir des 247 volumes du fonds Real Fisco. En effet, un survol de ces sources nous a convaincue de la nécessité qu’il y aurait, pour mener à bien une étude féconde, de dépasser le cadre strictement institutionnel pour aborder celui de l’économie coloniale, le tribunal ayant participé à de nombreuses opérations financières de toutes sortes — prêts, achats, ventes, gestions, etc. — mettant en cause aussi bien d’autres institutions que des particuliers.

  • 3 Monelisa Lina Pérez-Marchand, Dos etapas ideológicas del siglo xviii en México a través de los pape (...)

10Notre recherche souffre encore d’une autre lacune puisque, pour les mêmes raisons que nous venons d’évoquer en ce qui concerne les finances inquisitoriales, nous ne traitons pas le problème de la censure des ouvrages circulant en Nouvelle-Espagne, ni celui de la répression des lecteurs et des propriétaires de livres interdits. C’était là non seulement un sujet déjà en partie abordé, mais, nous le savons, en cours d’étude, et qui intéressait d’ailleurs beaucoup plus le xviiie siècle — la deuxième moitié exactement — que la période ici considérée3 ; comme pour les finances inquisitoriales, il s’agissait d’un pan entier de l’édifice qui méritait à lui seul une analyse détaillée.

11Dans ces conditions, à quoi avons-nous donc accordé notre attention ? D’une part, à l’institution, à ses hommes, ses moyens, à son activité, ses rôles et ses fonctions. Tout cela à travers le discours qu’elle produisait, à usage interne et externe, mais aussi à travers la pratique qui se manifestait à nos yeux dans des centaines de documents. Puis, nous nous sommes attachée à décrire la société que cette pratique inquisitoriale révèle, en mettant en lumière les relations dynamiques qu’elle entretient avec le phénomène inquisitorial.

12Si les sources furent nos maîtresses, nous en avons privilégié certaines. Les unes sont les Visitas, ces inspections auxquelles la Couronne soumettait avec une certaine fréquence ses fonctionnaires, et qui examinaient minutieusement leur gestion et leurs agissements. Deux Visitas furent menées à bien au cours du xviie siècle en ce qui concerne le Saint-Office de la vice-royauté, celle de Juan Sáenz de Mañozca (1645-1649), et celle de Pedro de Medina Rico (1651-1658). Destinées à la Suprême et largement utilisées avant nous par d’autres historiens, elles constituent la meilleure critique de l’institution, puisque réalisée de l’intérieur par des inquisiteurs eux-mêmes ; elles sont d’une inépuisable richesse, et nous y avons largement eu recours. En revanche, les Comunicaciones de cárceles, c’est-à-dire les communications de prison ont été inexplicablement ignorées jusqu’à ce jour ; le fonds Inquisition renferme pourtant des centaines de feuillets réunis en cuadernos, des conversations tenues par les prisonniers des geôles inquisitoriales, surtout entre 1642 et 1647, écrites par des mouchards et remises aux inquisiteurs, dont ils escomptaient à l’évidence l’indulgence le jour de la sentence, étant eux-mêmes prisonniers. On verra, dans le corps de ce travail le parti tiré de cette exceptionnelle source d’information, aussi bien pour le fonctionnement de l’institution que pour la société coloniale dans ses dimensions collectives et individuelles.

13Il s’ensuit nécessairement que la période qui retient notre attention de manière privilégiée est celle de la première moitié du xviie siècle, tout particulièrement, la décennie 1640-1650, correspondant, on le constatera, à l’apogée de l’activité inquisitoriale, période pour laquelle l’information s’avère non seulement abondante mais, encore une fois, exceptionnelle.

  • 4 Yolanda Mariel de Ybánez, El tribunal de la Inquisición de México (siglo xvi) ; Richard Greenleaf, (...)

14Nous admettons volontiers par contre, avoir quelque peu négligé les premières décades suivant l’installation du tribunal en Nouvelle-Espagne ; elles sont beaucoup mieux connues, ayant déjà fait l’objet de nombreux et importants travaux, contrairement à l’ensemble du xviie siècle, pratiquement ignoré4.

  • 5 Solange Alberro, La actividad del Santo Oficio de la Inquisición en Nueva España, 1571-1700.

15Du point de vue méthodologique, nous avons dans une première étape, procédé à une analyse quantitative détaillée des données contenues dans l’index du fonds Inquisition, qui, malgré ses lacunes et ses défauts, n’en est pas moins représentatif de l’activité inquisitoriale5. Pour des raisons évidentes, nous avons réduit ici au minimum l’exposé quantitatif de cette information, qui sous-tend néanmoins l’ensemble des analyses et des conclusions proposées. L’approche quantitative a par la suite été précisée et affinée par l’étude de cas, chaque fois que le sujet traité l’exigeait.

  • 6 Une certaine légende ( ?) prétend par exemple que Francisco Villa alluma des feux de joie à Queréta (...)

16Le fonds Inquisition constitue, il va sans dire, l’essentiel des sources consultées, et il convient de donner à cet égard quelques précisions. Des 1 553 volumes qui le composent, 15 font partie d’une section, dite de Riva Palacio, et qui doit son existence aux avatars subis par le fonds, à la fin du xixe siècle. Par ailleurs, on peut considérer qu’une cinquantaine de volumes concernent l’activité inquisitoriale avant l’établissement du Saint-Office en 1571, raison pour laquelle ils ne seront mentionnés qu’exceptionnellement, tandis qu’un peu plus de 800 intéressent les xviiie et xixe siècles. L’Inquisition des Habsbourg représente donc environ 650 volumes, l’imprécision s’avérant ici inévitable puisque de nombreux volumes, à la charnière des xvie et xviie siècles, comprennent aussi bien des dossiers datant du siècle précédent que du suivant. Car là encore, le fonds reflète les vicissitudes, non seulement de l’histoire mouvementée du pays6, mais du désordre inquisitorial que nous ne tarderons pas à découvrir. Ainsi, tandis que certains volumes sont entièrement consacrés à des bigames, des blasphémateurs, des judaïsants, des généalogies de familiers ou à la correspondance du tribunal, pour la sérénité du chercheur, d’autres mêlent toutes sortes de documents, voire des édits de foi dans une agréable confusion, mère de toutes les découvertes. La grande majorité de ces volumes est précédée d’une liste des principaux dossiers, réalisée en dépit de toutes les règles acceptées en la matière, mais manifestement inspirée par la meilleure volonté de quelque général ou colonel des années 1880, émule du général historien, don Vicente Riva Palacio. La pagination constitue souvent un autre problème, parfois insoluble : si certains volumes entiers ou certains dossiers sont dépourvus de pagination, d’autres en ont trois ou même quatre, et l’écriture du notaire inquisitorial voisine — mal — alors, avec celle du militaire consciencieux du xixe siècle et celle de l’archiviste des années 1940, et peut-être celle d’un chercheur anonyme et qu’on devine exaspéré, les différents systèmes se chevauchant, s’interrompant et se recoupant sans la moindre cohérence. Quoi qu’il en soit, voici un bref tableau des volumes dont nous faisons expressément mention dans cette recherche, le détail des dossiers et des feuillets se trouvant dans les notes correspondantes.

17Archivo General de la Nación, dorénavant AGN :

18Fonds Inquisition, volumes 38, 44, 70, 79, 84, 125, 130, 133, 145, 180, 207, 209, 210, 216, 271, 275, 278, 279, 283, 297, 301, 302, 303, 305, 308, 309, 316, 317, 318, 325, 329, 332, 333, 335, 337, 339, 341, 343, 353, 356, 360, 365, 369, 374, 381, 387, 390, 391, 393, 394, 395, 396, 397, 398, 399, 400, 401, 402, 403, 407, 408, 409,411, 412, 413, 416, 417, 423, 426, 431, 435, 437, 445, 446, 454, 460, 482, 484, 487, 488, 489, 490, 498, 499, 500, 502, 504, 510, 512, 513, 516, 520, 523, 527, 530, 536, 538, 539, 540, 561, 586, 592, 593, 605, 612, 629, 660, 678.

19Section Riva Palacio : tomes 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 9, 12, 14, 15, 18, 21, 23, 24, 33, 36, 43, 44, 48, 49, ce dernier tome tout entier contenant un index élaboré par les ministres inquisitoriaux, Indice general de las causas de fe que se han seguido en este tribunal del Santo Oficio de la Inquisición de México, desde su fundación que fue el año de 1571, hasta el de 1719.

20Pour les recherches sur les familiers du Saint-Office, nous avons eu recours aux volumes suivants, Inquisición : 192, 193, 195, 196, 197, 198, 199, 200, 202, 203, 204, 205, 213, 216, 220, 221, 251, 275, 282, 298, 307, 309, 314, 318, 324, 331, 346, 347, 349, 351, 352, 359, 364, 367, 370, 374, 375, 377, 379, 383, 397, 405, 416, 417, 418, 419, 426, 464, 476, 481, 483, 489, 495, 499, 509, 591, 592, 648, 659, 679, 1 507 et dans la section Riva Palacio, au tome 35.

21• Autres fonds consultés à l’AGN :

Edictos de fe, volume I.

Fondo reservado, nómina de inquisidores.

Reales cédulas originales, volume I.

Reales cédulas duplicadas, volume 63.

Mercedes, volumes 10, 44.

General de parte, volumes 2, 3, 8.

Tierras, volumes 674, 2 730, 2 770.

Indios, volumes 10, 11, 13, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 23, 24.

Pour l’étude des familiers, Real Fisco, volumes 14, 21, 29, 36, 37, 42, 56.

Virreyes, volumes 1 664, 1 665.

Hacienda, legajos 599, 791.

Vínculos, volumes 4, 56, 247.

22L’Indiferente general mérite quant à lui quelques lignes. Ce fonds au nom suggestif, et aux richesses littéralement insondables dans la mesure où il contient tout ce que l’écume des siècles y a déposé, nous a été aimablement ouvert en 1977-1978 par Alexandra Moreno Toscano, alors directrice de l’AGN, lorsque le proche transfert des Archives dans ses locaux actuels a rendu nécessaire le regroupement de fonds et de lots jusque-là épars dans la ville, et, dans la mesure du possible, leur rapide identification. C’est ainsi que quantité de documents ont été mis à jour, et, en ce qui nous concerne, qu’une bonne quinzaine de caisses renfermant des procès entiers ou des fragments de procès, des lettres, etc, d’Inquisition ont pu être constituées. Signalons tout particulièrement une liste partielle du personnel inquisitorial (lettres E, F, G, J, L, M, P) que nous avons mise à profit pour l’étude des familiers et des commissaires.

  • Biblioteca Nacional, México, dorénavant BN. Section des manuscrits, MS 1 259. Correspondance du tribunal de México avec la Suprême.

  • Archivo Franciscano, Inquisición, MS 1 223, 1 226.

  • Bibliothèque du Museo Nacional de Antropología e Historia : bobine 3 et celles concernant les documents microfilmés de l’Archivo del ayuntamiento de Zacatecas.

  • Actas de Cabildo, volumes 8, 25.

  • L’Archivo Histórico de Madrid renferme des Relaciones de causas de fe provenant de México, et surtout, l’essentiel de la correspondance du tribunal de la vice-royauté avec la Suprême ; c’est également là que se trouvent les liasses de deux visites réalisées au milieu du xviie siècle, celle de Juan Sáenz de Mañozca et celle de Pedro de Medina Rico. Nous y avons consulté particulièrement les libros 282, 1 054 et les legajos 1 679, 1 737, 1 738.

  • Par contre, l’Archivo de Indias est nettement moins riche en ce qui nous concerne, bien que le fonds Encomiendas renferme quantité d’informations touchant les nouveaux chrétiens de Nouvelle-Espagne. Nous n’avons eu recours qu’au fonds Contaduría, 885, qui nous a fourni une donnée importante.

  • Restent enfin les collections et les fonds des Etats-Unis. Signalons la Henry E. Huntington Library, de San Marino, Californie, son précieux Abecedario de los relajados, reconciliados y penitenciados, qui va du xvie au xviiie siècle et qui, bien qu’incomplet, permet l’étude des sanctions appliquées par les trois Inquisitions ayant fonctionné en Nouvelle-Espagne. Nous avons également consulté les procès de Catalina Enríquez, Margarita de Moreira et de Simón López de Aguarda, accusés tous trois de judaïsme en 1642-1643. La Washington State University, Pullmann, Washington, nous a fourni par ailleurs ceux de Simón de León et de l’esclave Luis de la Cruz.

  • 7 Dans The Inquisition in the Spanish Dependencies, note au pied de la page 248, dans l’édition de Ma (...)

23Nous avons dû renoncer à prendre connaissance des procès de judaïsants se trouvant au Thomas Gilcrease Institute, Tulsa, Oklahoma — l’institution ne donnant aucune facilité aux chercheurs à cette fin, contrairement à la Henry E. Huntington Library et à la Washington State University — et à obtenir le document cité par Henry Charles Lea7, Extractos de causas de familiares y ministros que no son oficiales, que hay en la cámara del secreto de la Inquisición de México, en este presente año de 1716, et qui se trouvait au début du siècle à la Bibliothèque Royale de Munich. Nos recherches se sont avérées vaines, et personne ne semble savoir ce qu’est devenu cet important document, probablement dispersé par les tourmentes de notre époque...

24Les sources imprimées constituent pour nous un appoint non négligeable, mais se révèlent incomparablement moins importantes que celles qui proviennent des Archives. Citons tout d’abord le Cedulario de los siglos xvi et xvii, édité par Alberto Maria Carreño (México 1947), celui de Diego de Encinas, reproduit en facsimile à Madrid en 1945, les Provisiones, cédulas, instrucciones de su Majestad... réimprimées par Joaquín García Icazbalceta en 1878, 1879 (2 volumes), la Recopilación de leyes de los reynos de las Indias... éditée en 3 volumes par le Consejo de la Hispanidad (Madrid 1943), les Cartas de Indias, dont la réédition complète en 5 tomes est l’oeuvre de la Secretaría de Hacienda y Crédito Público (México 1982), le Cuerpo de documentos del siglo xvi, de Lewis Hanke (première réimpression, México 1977), les Documentos inéditos del siglo xvi para la Historia de México (deuxième édition, México 1975), les Pandectas hispano-mexicanas, éditées par Rodríguez de San Miguel, en 3 tomes (México 1980), et enfin les Cartas recibidas de España por Francisco Cervantes de Solazar (México 1946). On ne saurait ici oublier l’Epistolario de Nueva España, 1508-1818, de Francisco del Paso y Troncoso (México 1905-1908), et les Papeles de Nueva España, du même auteur (México 1939-1942), et enfin, les Documentos inéditos del siglo xvi para la Historia de México (deuxième édition, México 1975) de Joaquín García Icazbalceta.

25Touchant des thèmes plus précis, citons encore de Joaquín García Icazbalceta, la Bibliografía mexicana del siglo xvi (México 1886), du même auteur aussi les Relaciones de varios viajeros ingleses en la ciudad de México y otros lugares de la Nueva España, la Recopilación sumaria de todos los autos acordados de la Real Audiencia y Sala del Crimen de esta Nueva España de Ventura Beleña, 2 tomes (México 1981), les Actas de cabildo de la ciudad de México (México 1889-1911) nouvellement répertoriées par l’Ayuntamiento de la ciudad de México en 1971, et enfin Asien tos de la gobernación de la Nueva España, 1550-1552, de Silvio Zavala (México 1982).

26Le travail et ses conditions ont depuis longtemps attiré l’attention des chercheurs, on le sait. Rappelons les outils toujours nécessaires, tels que Legislación del trabajo en los siglos xvi, xvii y xviii (México 1938) et les Fuentes para la historia del trabajo en Nueva España, 8 volumes (México 1939-1946), de Silvio Zavala et María Castelo, complétées par les Ordenanzas del trabajo, siglos xvi y xvii (México 1947).

27L’histoire régionale est facilitée par la Colección de documentos para la historia de San Luis Potosí, éditée par Primo Feliciano Velázquez (à San Luis Potosí en 1897-1899), les Crónicas de Michoacán (México 1954), les Relaciones geográficas de la diócesis de Michoacán, 1579-1580 et les Fuentes para la historia de la tenencia de la tierra en el estado de Hidalgo (Pachuca 1976).

28Quelques points spécifiques sont également présents : Alumnos distinguidos del Colegio de San Pedro, San Pablo y San Ildefonso (México 1975) et la Biblioteca Hispanoamericana Septentrional, de José Mariano Beristain de Souza qui vient d’être rééditée, quoique de façon incomplète, puisqu’actuellement il n’y a encore que les deux premiers tomes (México 1980). Citons également l’Archivo Histórico de Hacienda, fort utile pour les questions économiques (México 1945).

29On ne saurait passer sous silence une série d’index, dont l’Indice y extractos de los protocolos de la notaría de Cholula, 1590-1600 (México 1973), de Cayetano Reyes García, l’Indice del Archivo del Juzgado General de bienes de difuntos de la Nueva Galicia, siglos xvi y xvii, de Claudio Jiménez Vizcarra (México 1978), et, d’Enrique Martínez Méndez, l’Indice del ramo de tierra del estado de Puebla (México 1979).

30Après ce bref aperçu de quelques sources imprimées, il nous reste à indiquer celles qui concernent plus précisément notre thème. Signalons tout d’abord l’utile Introducción a la Inquisición española. Documentos básicos para el estudio del Santo Oficio, de Miguel Jiménez Monteserín (Madrid 1980) qui complète avec profit le classique Manuel des Inquisiteurs de Nicolas Eymerich et Francisco Peña, précédé de la suggestive préface et des notes de Louis Sala, Molins (Paris 1973).

31Les Documentos inéditos o muy raros para la historia de México, 58, de Genaro García et Carlos Pereyra, contiennent des extraits des sentences inquisitoriales et des textes concernant l’Inquisition au Mexique (deuxième édition, México 1974) ; Vargas Rea a également publié des extraits de sentences dans ses Autos de fe (México 1953) et le récit du grand Auto general de la fe, celebrado por los señores Inquisidores... el 11 de abril de 1649 par Mathías de Bocanegra (México 1649) reste un document fondamental. Le Boletín del Archivo General de la Nación qui paraît régulièrement depuis 1930, a publié de nombreux textes nous intéressant, notamment le Proceso de una seudo iluminada (1649), ceux de Tomás Treviño de Sobremonte, de Juana Tinoco, etc. Ces mêmes Archives ont eu à coeur de publier des procès entiers, tels que le Proceso inquisitorial del cacique de Texcoco, celui de Luis de Carvajal Le Jeune, ceux d’indiens idolâtres et sorciers, et ceux qui regardent les Corsarios franceses e ingleses en la Inquisición de la Nueva España, et c’est en 1949 que parut le Libro primero de votos de la Inquisición de México, 1573-1600.

32Enfin, l’air du temps souffle toujours à travers les différents ouvrages de voyageurs tels que Gemelli Careri, Le Mexique à la fin du xviie siècle, présenté par J.-P. Berthe (Paris 1968) ; Thomas Gage, Thomas Gage’s Travels in the New World (Norman, Oklahoma 1958) ; Alonso de la Mota y Escobar, Descripción geográfica de los reynos de Nueva Galicia, Nueva Vizcaya y Nuevo León (deuxième édition, México 1940) : la Vida económica y social de la Nueva España al finalizar el siglo xvi, de Gonzalo Gómez de Cervantes (México 1944). Les chroniques de Gregorio de Guijo, Diario, 1648-1664 (México 1953) et le Diario de sucesos notables, 1665-1703 d’Antonio de Robles, restent en ce sens une référence indispensable.

33Certains des chapitres constituant ce travail ont déjà été l’objet de publications. C’est le cas de l’analyse des relations entre le phénomène inquisitorial et la conjoncture économique, qui se trouve dans le chapitre II de la première partie ; de la vague de sorcellerie à Celaya en 1614 ; de l’accusation de Domingo Márquez à Tepeaca en 1650 ; de l’étude sur Zacatecas et de celle qui intéresse les Noirs et les mulâtres, c’est-à-dire tout le premier chapitre et la moitié du second de la deuxième partie. La bibliographie générale rend compte de ces publications antérieures.

34C’est, bien sûr, la conjonction de nombreux facteurs qui ont rendu cette recherche possible et qui lui ont permis d’aboutir. Les institutions nous ont été particulièrement favorables, puisque le Ministère des Affaires Etrangères, à travers la Direction Générale des Relations Culturelles, Scientifiques et Techniques, la Direction de Coopération Scientifique et Technique et en particulier la Sous-Direction des Sciences Sociales et Humaines nous ont permis de prêter nos services pendant de longues années au Mexique, d’abord comme professeur à l’Institut Français d’Amérique Latine de México, puis comme chercheur à l’Instituto Nacional de Antropología e Historia. Nous tenons à exprimer notre reconnaissance à ces institutions et à leurs divers directeurs qui, d’une façon ou d’une autre, ont toujours eu à coeur de nous permettre la conduite de ce travail. L’Archivo General de la Nación, grâce à l’aimable accueil de don Ignacio Rubio Mañé d’abord, puis d’Alexandra Moreno Toscano et maintenant de Leonor Ortiz Monasterio a été et reste pour nous un lieu très privilégié.

35Mais les dettes les plus intimes regardent les oeuvres, les êtres, les vivants et les morts. Nous pensons d’abord à ceux qui, un jour lointain, ont fait confiance, comme Marguerite Cordier, alors directrice de l’Ecole Normale Supérieure de Fontenay-aux-Roses, à Jean Villégier, qui y était maître de conférence. Nos maîtres de jeunesse, Roger Bastide et Alfred Métraux nous ont, pour leur part, appris à jamais, l’attention au vivant, au caché, l’amour aussi des choses obscures où Marcel Mauss savait lire certaines histoires profondes des sociétés et des mentalités. Nous avons retrouvé ces affinités chez Norbert Elias, amplifiées et reprises dans la magistrale analyse que l’on sait. Plus près de nous, don Silvio Zavala et don Gonzalo Aguirre Beltrán nous ont, à travers leurs travaux et leur façon de vivre les sciences humaines, infiniment apporté.

36Si tous ces maîtres constituent peut-être notre référence intime, la présente recherche doit beaucoup, dans sa trame quotidienne, à tous ceux qui, par leurs conversations, leurs suggestions, leur amitié, voire leur patience, n’ont pas manqué de nous soutenir et de nous guider. A l’Archivo General encore, ce sont des amis soucieux de nous livrer une information nouvelle, d’accélérer une démarche, que nous remercions ici : Roberto Beristain, Liborio Villagómez, Salvador Victoria, Lourdes Villafuerte ; à l’Instituto Nacional de Antropología e Historia, c’est Enrique Florescano, aujourd’hui directeur, et qui depuis bien longtemps, nous faisait tenir les données dont il savait que nous ferions notre profit, tandis que de Seville, María Cristina García Bernai nous tendait une main amicale et que Stanley Hordes de la Nouvelle-Orléans puis d’Albuquerque, ainsi que Hugo Nutini, de Pittsburgh, notre ami de toujours, nous apportaient secours et encouragements. Jean-Pierre Berthe a guidé nos premiers pas, et certains des membres du jury chargé de juger ce travail savent la gratitude qui est la nôtre pour l’aide et l’inspiration qu’ils nous ont dispensées sans réserve ; c’est le cas, en particulier de François Chevalier, qui dès le début de notre recherche, manifesta la bienveillance la plus active, et de notre maître Pierre Chaunu, dont l’oeuvre féconde n’a cessé de constituer pour nous une source d’inspiration et qui nous prodigua un soutien chaleureux jamais démenti. Maryse Hilde a consacré toute la diligence possible à la dactylographie de l’original et les courbes et graphiques sont l’oeuvre d’Alfonso Gutiérrez.

37Nous les en remercions tous bien vivement.

38Enfin, Serge Gruzinski a été à la fois un ami généreux et un critique vigilant à qui je tiens à exprimer ma reconnaissance toute particulière. Quant aux miens, ils savent l’immense part qui leur revient.

Notes

1 Bartolomé Bennassar, L’Inquisition espagnole, introduction. En 1963 déjà, Emil Van der Vekene relevait une bibliographie de 1 950 titres touchant l’Inquisition.

2 Nous pensons en particulier à Eduardo Pallares et à son Procedimiento inquisitorial, à Los orígenes de la Inquisición española : el tribunal de Valencia, 1478-1530, de Ricardo García Garcel, à Ortodoxia y control social en México en el siglo xvii : el tribunal del Santo Oficio, de María Asunción Herrera Sotillo, à El Santo Oficio de la Inquisición de Galicia (poder, sociedad y cultura) de Jaime Contreras, aux mémoires et thèses dirigés par Bartolomé Bennassar, tels que l’Inquisition de Lima. Procédure, délits et conséquences culturelles (1692-1696) de Françoise Grigeul, à l’Inquisition de Carthagène, blasphèmes et superstitions, 1668-1674 de Christine Gouin, aux Débuts de l’Inquisition à Carthagène des Indes. L’autodafé de 1614, de Salvador Montoya Menjívar, etc.

3 Monelisa Lina Pérez-Marchand, Dos etapas ideológicas del siglo xviii en México a través de los papeles de la Inquisición ; de Pablo González Casanova, La literatura perseguida en la crisis de la Colonia, et bien sûr Libros y libreros en el siglo xvi, sélection de documents éditée par Francisco Fernández del Castillo, en 1914.
Par ailleurs, José Abel Ramos Soriano prepare une thèse de troisième cycle, sous la direction du professeur Daniel Roche, et qui porte précisément sur la littérature interdite par le Saint-Office en Nouvelle-Espagne, ses lecteurs et ses distributeurs.

4 Yolanda Mariel de Ybánez, El tribunal de la Inquisición de México (siglo xvi) ; Richard Greenleaf, The Mexican Inquisition of Sixteenth Century ; Alfonso Toro, La familia Carvajal, 2 tomes, et les publications de l’Archivo General de la Nación dont nous donnons le détail dans la bibliographie.

5 Solange Alberro, La actividad del Santo Oficio de la Inquisición en Nueva España, 1571-1700.

6 Une certaine légende ( ?) prétend par exemple que Francisco Villa alluma des feux de joie à Querétaro et à San Luis Potosí avec des centaines de documents historiques...

7 Dans The Inquisition in the Spanish Dependencies, note au pied de la page 248, dans l’édition de MacMillan, New York 1922.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2606/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 457k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540