Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Indes occidentales à l’Amérique Latine. Volume 2

 | 
Thomas Calvo
, 
Alain Musset

Images et récits

À propos d’une description de l’Espagne et du monde du début du xvie siècle

Adeline Rucquoi

Texte intégral

  • 1 Voir les descriptions de l’Espagne, par exemple dans J. García Mercadal. Viajes de extranjeros por (...)
  • 2 Pierre d’Ailly. Ymago mundi. Louvain. c. 1483 : trad. espagnole par Antonio Ramírez de Verger. Mad (...)
  • 3 Pio II. Historia rerum ubique gestarum. Venise. 1477. Seules furent écrites par le pape les partie (...)

1La découverte du Nouveau Monde a donné lieu à de multiples récits de voyages et de conquêtes et à de nombreuses descriptions des terres inconnues et de leurs habitants. Les découvreurs et conquistadores s’inscrivaient par là-même au sein d’une ancienne tradition de récits de voyages et de descriptions de terres lointaines, mêlant aux légendes et aux histoires fantastiques les références que pouvaient leur fournir la Bible et les auteurs classiques. Or, si les récits de voyages restèrent, aux xve et xvie siècles, un genre littéraire largement pratiqué1, plus rares sont les descriptions du monde. Dans son Ymago mundi rédigé en 1410, le cardinal Pierre d’Ailly se contentait d’une brève description géographique, accompagnée d’explications toponymiques (la Gaule doit son nom à la blancheur du teint de ses habitants, puisque gala veut dire « lait » en grec2) : et la description de l’Europe à laquelle Eneas Silvio Piccolomini, devenu le pape Pie II, consacra vers 1460 de nombreux chapitres de son Historia rerum ubique gestarum est indubitablement plus historique que géographique et accorde une large place aux événements politiques les plus récents3. Au contraire des récits de voyages ou de pélerinages, les « géographies » furent largement diffusées dans une Europe qui venait de découvrir celle de Ptolémée, et nous savons que Christophe Colomb possédait des exemplaires annotés de sa main de l’Ymago mundi et de la description de l’Asie par Pie II. Or la description du monde révèle tout autant la réalité de ce monde que la mentalité de celui qui, en en faisant le récit, adopte une « méthode » explicative, établit des hiérarchies et détermine des priorités.

  • 4 P. Miguélez. Catálogo de los Códices Españoles de la Biublioteca del Escorial, t. II. Relaciones H (...)
  • 5 Ibidem, p.111-113. Le père Miguélez attribue les quelques folios qui précèdent notre manuscrit au (...)

2La bibliothèque de l’Escorial conserve, dans ses fonds, une œuvre anonyme et inachevée, le manuscrit M-I-16, que seule une lecture attentive permet de dater des années 1519-1520. Intitulé par le père Miguélez, dans son Catalogue des manuscrits espagnols de l’Eseorial4, « Mélange historico-géographique jusqu’en l’année 1519 », l’ouvrage, qui comprend cent trente-quatre folios écrits d’une même main, paraît être original ; les nombreuses ratures, les ajouts en interligne, dans les marges et même, le cas échéant, sur une demi-feuille intercalée (par exemple entre les f° 62v et 63), tendent à confirmer cette hypothèse. Le manuscrit, qui appartint au comte-duc d’Olivares, fut relié au xviie siècle5 : or l’inversion de certains folios (les f° 64 à 67v doivent en fait être placés entre les f 59v et 60), qui date probablement de cette époque, en rend la lecture difficile. Il s’agit en fait d’une description du monde connu, adressée à « Votre Altesse » (le jeune Charles-Quint ?), description qui mêle l’histoire, la légende et les explications éponymiques à une véritable connaissance des régions exposées et à une solide érudition.

  • 6 Alfonso X el Sabio, General Estoria, première et deuxième parties, publiées en 1931 et 1961. La ma (...)
  • 7 Escorial. Ms. M-1-16. f° 7 : « En seis dias crio Dios todas las cosas en el primero dia crio la lu (...)
  • 8 F  29 : « E bolviendo a lo de la tierra digo que ansi como la linea equinocial devide en dos parte (...)
  • 9 Entre 1490 et 1492. Martin Behaim ou de Bohème avait construit la première représentation sphériqu (...)
  • 10 F  29 : « Todo el mundo e cada una destas cuatro partes es figurada por un cuadrante de los que lo (...)
  • 11 La première carte pourvue des degrés de latitude et longitude date de 1502, bien que Toscanelli ai (...)

3Dans son état actuel, l’œuvre qui nous intéresse commence au f° 7, en haut de la page, sans aucune adresse préliminaire, par la phrase « En six jours, Dieu lit toutes les choses ». Une brève histoire des cinq premiers âges de l’humanité, telle que la contaient tous les livres d’histoire à la suite de la General Estoria d’Alphonse X le Sage6, occupe les f° 7 à 28v, à la fin desquels l’auteur se contente de mentionner que le sixième âge a commencé avec la naissance du Christ et dure « jusqu’à aujourd’hui7 ». Après un folio et demi en blanc, le texte reprend au haut du f° 29 avec la phrase « et pour en revenir à la terre, je dis que de la même façon que la ligne de l’équinoxe...8 », afin d’établir que l’univers est divisé en quatre parties de quatre-vingt-dix degrés chacune : méridionale et septentrionale, orientale et occidentale9. L’indication des degrés de latitude est constante tout au long du texte, et la brève mention préliminaire selon laquelle « l’ensemble du monde et de chacune de ces quatre parties est représenté par un quadrant comme ceux que les marins utilisent pour naviguer, grâce auquel ils calculent la hauteur du soleil et du nord10 », révèle que l’auteur a certainement navigué. Ses connaissances sont ainsi nettement plus « modernes » que celles de Pierre d’Ailly un peu plus d’un siècle auparavant et proviennent sans doute tout autant de ses lectures que de la connaissance des cartes et d’expériences personnelles11.

  • 12 F° 29 : « E los que dividen en tres partes el mundo e dizen que la una es Asia e que esta tiene ta (...)
  • 13 F° 62 : « Esta isla de Irlanda tiene al oeste a la isla del Brasyl que es casi rredonda y esta en (...)
  • 14 F° 44v : « En esta ciudad de Sevilla esta todo el tracto de las Indias occidentales que los rreys (...)
  • 15 F° 46 : « En esta ciudad esta todo el tracto de las naos que van e vienen a las Indias occidentale (...)

4La moitié du monde, située à l’est des îles Canaries ou partie orientale de l’univers, est à son tour subdivisée en quatre parties : l’Asie, l’Afrique, l’Europe et l’Inde orientale. S’écartant ici du modèle tripartite (l’Asie, l’Europe, l’Afrique), proposé par les auteurs classiques et transmis par Paul Orose, Isidore de Séville, la General Estoria d’Alphonse X et même l’Ymago mundi du cardinal d’Ailly, l’auteur précise que l’Asie et l’Inde orientale ne doivent pas être confondues12. Aucune mention n’est faite de la moitié du monde qui s’étendrait à l’ouest de l’île de Hierro dans les Canaries et le mot même d’Amérique n’apparaît jamais dans le texte : en revanche, dans la sixième partie de l’Europe « qui seront les îles de Bretagne appelées Angleterre et Ecosse et Hibernie avec les autres îles », figure l’ « île du Brésil qui est presque ronde et se situe au cinquante et unième degré » à soixante-dix lieues à l’ouest de l’Irlande13. L’état du manuscrit, resté inachevé alors que l’auteur venait à peine d’aborder l’étude de l’Afrique, permet cependant de croire que la description du monde incluait les récentes découvertes. Nous n’en voulons pour preuve que la mention du commerce et de l’or des Indes occidentales à propos de la richesse de Séville14 et de Lisbonne15, quoique sans pouvoir déterminer si ces « Indes occidentales » constituaient pour l’auteur un autre continent ou une partie des Indes orientales.

  • 16 Pierre d’Ailly. Ymago mundi, chapitre 14 ; les divisions de l’Europe sont, pour le cardinal, la Sc (...)

5Tel qu’il se présente donc, le manuscrit offre une description à la fois géographique et historique de l’Europe, d’une Asie qui s’étend jusqu’à la Perse et englobe l’Egypte, et du nord de l’Afrique : la description du reste de l’Afrique, des « Indes orientales » et, peut-être, de la partie occidentale de l’univers est restée à l’état de projet. Le pape Pie II, vers 1460, avait entrepris son Historia rerum ubique gestarum par la description de l’Asie, comme Pierre d’Ailly avant lui en 1410 : la tradition en remontait aux auteurs classiques et bénéficiait de l’autorité de la Bible puisqu’il était établi que Sem, fils aîné de Noé, avait reçu pour mission de peupler l’Asie. Notre auteur choisit cependant ici encore de faire preuve d’originalité et entame son imago mundi par la description de l’Europe, à laquelle il consacre une étude très détaillée puisqu’elle occupe les folios 29 à 106v ; à la différence des « anciens », dit-il, qui divisaient l’Europe en cinq parties, il lui semble plus approprié de la diviser en dix parties : l’Espagne, la France, la Germanie, la Sarmatie à l’est de l’Elbe, les pays scandinaves, les îles Britanniques, l’Italie, la Grèce, l’Allemagne avec la Hongrie et enfin la « Sarmatie scythique ». Pierre d’Ailly avait également opté pour une division en dix parties, mais celles-ci ne correspondent que rarement avec celles du manuscrit de l’Escorial et paraissent reposer sur l’érudition plus que sur une réalité vécue16 : le cardinal d’Ailly, comme le pape Pie II, mentionnaient par ailleurs leurs sources. L’auteur espagnol de notre manuscrit, bien que possédant des connaissances érudites et peut-être universitaires, ne cite aucune « autorité » à l’appui de ses affirmations.

  • 17 The Geography of Strabo, ed, and translated by Horace L. Jones. London-Cambridge. Harvard Universi (...)

6Si « notre Europe » est choisie comme la première partie du monde, en son sein c’est l’Espagne, en fait la péninsule Ibérique, qui en constitue la première subdivision. Notre auteur fait ici preuve d’un nationalisme de bon aloi, entériné cependant par un précédent illustre : après avoir consacré deux livres à des explications générales sur la géographie. Strabon annonçait au début du livre III que la « première partie de l’Europe se situe à l’ouest et s’appelle Ibérie17 ». Patrie de l’auteur, l’Espagne a donc droit à un traitement de faveur qui commence par un rappel de son passé depuis le premier peuplement par « Tubal, petit-fils de Noé et quatrième fils de Japhet » (f° 29v) jusqu’à la reine Jeanne, « et de cette reine doña Juana est successeur légitime puisque fils aîné don Charles empereur maintenant des Romains qui lui succède comme roi en Espagne » (f° 41 v).

  • 18 F° 57v : « E sucedio en el ducado de Borgonia don Carlos su primo genito hijo que oy es duque de B (...)
  • 19 F° 67v : « Muerto Maximiano eligeron a Carlos su nieto rrey de Castilla duque de Austria e de Borg (...)
  • 20 F° 78 : « Don Fernando tercero deste nonbre que fue rrey de Castilla / doña Juana su hija que oy r (...)
  • 21 Joseph Pérez. La Révolution des Comunidades de Castille (1520-1521), Bordeaux. 1970.

7Les allusions relatives à la récente élection du roi d’Espagne à l’empire sont les seules qui permettent de dater le manuscrit. Elles révèlent par ailleurs que, pour l’auteur, Jeanne, fille des rois catholiques et mère de l’empereur, est la véritable souveraine. En dehors de la mention précédente, qui clôturait les pages consacrées à l’histoire de l’Espagne, Charles Quint est encore mentionné à quelques reprises. À propos de la Bourgogne, seuls sont cités les ducs du xve siècle, de Jean à Philippe le Beau, « et son successeur dans le duché de Bourgogne fut Charles, son fils aîné, qui est actuellement duc de Bourgogne et empereur d’Allemagne18 » ; à la fin de la liste des empereurs qui clôturait les pages consacrées à la troisième subdivision de l’Europe, la Germanie, figure l’indication « après la mort de Maximilien, ils élirent Charles son petit-fils, roi de Castille, duc d’Autriche et de Bourgogne, cl comte de Flandres, l’année du Seigneur de 151919 » ; plus avant, l’histoire du royaume de Naples s’achève avec « don Ferdinand, troisième du nom, qui fut roi de Castille / doña Jeanne sa fille qui règne actuellement avec l’empereur et roi Charles, son fils20 ». L’oubli du titre de roi de Castille à propos de l’héritier du duché de Bourgogne et le rappel incessant de l’existence de Jeanne, reine de Castille, nous amèneraient à situer l’auteur de ce texte dans un milieu proche des comuneros, dont la « révolution », en 1520-1521, se fit au nom de la reine Jeanne et contre son fils l’empereur21. D’autres indices appuient cette hypothèse : en conclusion à son résumé de l’histoire de l’Espagne, l’auteur précise à « V. A. » que les rois d’Espagne ne descendent pas des Wisigoths mais de Pelayo et des « rois naturels de l’Espagne », et « que ceux qui leur succéderaient doivent s’en glorifier et ne pas ôter sa gloire à leur terre pour la donner à une terre étrangère, surtout quand elle est moins bonne que la leur » (f° 42), allusion probable à l’élection au trône impérial ou aux Flandres.

  • 22 Les grandes enquêtes royales sur l’état des royaumes, lancées par Philippe II en 1575 et 1578, ins (...)

8La description des régions, en Europe et hors d’Europe, se veut géographique et non pas politique : les six « parties » de l’Espagne sont délimitées en fonction de six fleuves22 : les sept parties de la France répondent au même critère et incluent la Bourgogne et la Flandre : les divisions et subdivisions de l’Italie dépendent aussi bien des montagnes que des fleuves. La mer et les côtes servent par ailleurs de fil conducteur et de point de départ de toute description : l’Espagne est ainsi conçue à partir de Gibraltar en remontant la côte Atlantique jusqu’à Fuenterrabia, « et à partir d’ici commencent les monts Pyrénées qui vont entre l’Espagne et la France jusqu’à la mer Méditerranée », puis de nouveau à partir de Gibraltar en remontant les côtes méditerranéennes jusqu’à Perpignan (f° 42-53) : la France est divisée en sept parties, elle « commence » au cap Leucate et se termine au cap d’Hyères, et à l’ouest elle « commence » à Fuenterrabía pour s’achever à l’estuaire du Rhin (f° 54v-59v).

  • 23 F° 58 : « E delante del cabo de Fonte esta la isla de Sayn que es baxa tierra y esta arrodeada de (...)
  • 24 F° 61 : « E pasado el cabo Dobla buelve la costa fasta a Londres a la média partida del oeste noru (...)
  • 25 F° 42v : « Caliz es isla pequeña... tiene una baya que tiene la entrada por la parte del poniente. (...)
  • 26 F° 58 : « Desde cabo de Fonte al cabo Forno ay diez leguas, delante del cabo de Forno al oeste est (...)
  • 27 F° 59 : « Enves es el mayor logar de la costa y el mas rrico de mercaderes a donde se hazen mas rr (...)
  • 28 F° 50 : «... esta Alicante que es buen puerto e a este puerto se viene a reparar las naos que vien (...)
  • 29 F° 49 : [la provincia de Lepuzcua] « hazense en ella muchas naos e buenas tienen mucha fusta para (...)

9La description des côtes comprend l’indication des distances qui séparent les caps ou les embouchures de fleuves et celle des degrés de latitude : « De Gibraltar à Tarifa il y a cinq lieues et elle [la côte] va d’est en ouest à 36 degrés » (f° 42v), « de l’entrée du Rhône à Marseille il y a dix lieues et la côte va vers le sud-ouest. Marseille se trouve à 45 degré et demi » (f 56). Il ne s’agit pas seulement d’un procédé descriptif. L’auteur signale parfois des bas-fonds dangereux ou au contraire une rade abritée, témoignant ainsi d’une longue expérience de la mer et peut-être même plus spécialement de la navigation dans l’Atlantique. L’île de Sein, par exemple, « est une terre basse et est entourée de bas-fonds, où se sont perdus et se perdent beaucoup de navires, car elle est très dangereuse puisqu’elle est très basse23 » : de même, dans le golfe de Saint-Malo, « devant cette île et à l’ouest de celle-ci se trouvent les Casquetes qui sont des bas-fonds très dangereux » (f° 58) : en Angleterre, une fois dépassé Douvres, « la côte retourne jusqu’à Londres en direction ouest-nord-ouest, il faut naviguer près de la terre car au nord il n’y a que des bas-fonds24 ». En revanche, il est signalé que l’île de Cadix sert de halte aux navires qui croisent entre l’orient et l’occident25 et celle d’Ouessant à ceux qui vont d’Espagne en Flandres26, Anvers est l’endroit où se tiennent les foires les plus riches « parce que les navires arrivent jusqu’aux fortifications27 », et Alicante « est un bon port et c’est là que viennent se faire réparer les navires en provenance du Levant et de la plage de Valence qui fuient la tempête28 ». L’auteur enfin connaît les bâtiments et en spécifie souvent le genre : « L’Écluse est un bon port et la principale escale des chrétiens ; dans ce port de l’Écluse il y a continuellement des navires et des carraques [naos e carracas] de toutes les parties et terres des chrétiens » (f° 58v-59) : le roi de Castille envoya à La Rochelle « cinq navires gênois et quinze caravelles [cinco naos ginesas e quinze caravellas] » (f° 57) ; la région de Guipuzcoa et l’Angleterre se caractérisent enfin par leurs chantiers navals29.

10Les estuaires donnent à l’auteur l’occasion d’abandonner la côte pour décrire l’intérieur des terres, le bassin fluvial servant ici de critère. L’embouchure du Guadalquivir à Sanltúcar ouvre un chapitre sur l’Andalousie et ses principales villes : Grenade, Cordoue et Séville (f° 43-44v) ; le delta de l’Èbre permet de décrire la Vieille Castille, la Rioja, Nájera. Logroño, Calahorra. Calatayud, Tudela, le royaume de Navarre, Roncevaux, la vallée du Roncal, le royaume d’Aragon. Saragosse, Lérida, Teruel, Daroca et Tortosa (f° 50v-52v) ; l’estuaire de la Loire à Nantes offre l’occasion de mentionner l’Auvergne, la Touraine et le Poitou, de décrire la Bourgogne, Orléans. Tours et Nantes (f° 57v-58) ; celle du Rhin articule les deux premières parties de la « Germanie » avec la Zélande, la Hollande. Gueldres. Cologne. Aix-la-Chapelle, Trèves, la Lotharingie, Mayence, la Franconie et la Suisse (f° 59v et 64).

  • 30 F° 63 : « Esta ciudad de Florencia es noble ciudad e muy populosa e rrica e grande e de muy gentil (...)
  • 31 F° 48 : « Junto con esta iglesia hizieron los reyes catolicos don Fernando e dona Ysabel hazer un (...)
  • 32 F° 60 : « Este ducado e provincia de Lictuania es tierra de poco provecho e frigidisima e de mucho (...)

11Ces descriptions ne s’arrêtent que peu sur la morphologie des terrains mais s’intéressent aux villes qui sont qualifiées de « bons ports », de « bons lieux », de « grands lieux » (gran logar) ou de « petits lieux », de « gentilles villes », de « lieux anciens et fortifiés », de « nobles villes ». Dans certains cas. elles possèdent comme Florence « de très gentils édifices », dont l’hôtel de ville et l’église de Sainte-Marie, et de « bons jardins30 », ou comme Saragosse de « gentilles maisons », faites de briques et de plâtre (gentiles casas las casas de la ciudad son de ladrillo e yeso), et un pont « singulier » sur l’Èbre (f° 52) : l’hôpital érigé à Saint-Jacques de Compostelle par les rois catholiques suscite une appréciation flatteuse31, comme d’ailleurs à Sienne les « très gentils édifices parmi lesquels il y a un hôpital merveilleux et très bien régi et gouverné » (f° 63). Plus rares sont les appréciations concernant les paysages : l’ensemble du Portugal « est en majeure partie montagneux et stérile » (P 48), la terre de Galice « est entièrement montagneuse et humide » (f 48v), la province de Guipuzcoa est faite de « belles montagnes et agréables et grandes » (f° 49), la terre du royaume de Grenade « est en majeure partie stérile et sèche mais elle a de bonnes vallées et de bonnes rives » (f° 49v), le duché de Savoie « a de grandes montagnes froides et très enneigées » (f° 55v), la terre de Lithuanie « est de peu d’utilité et extrêmement froide et possède beaucoup d’étangs, et à cause des étangs et des eaux il est difficile d’y circuler en été, et en hiver les étangs et les rivières et toute la terre sont couverts de glace32 ».

12La brève mention des caractéristiques physiques et climatiques d’une région va de pair avec la liste de ses richesses naturelles. Les terres que traverse le Guadalete « sont riches en pain et en vin et en bétail, et le port où il débouche produit beaucoup de sel que l’on exporte en Flandres, en Allemagne et ailleurs » (f° 42v). La Galice se caractérise par ses montagnes « où l’on ramasse beaucoup de châtaignes ; c’est une terre humide et on y récolte peu de blé ; ce qu’on y récolte est du seigle : il y a du vin dans beaucoup d’endroits et c’est du bon vin, mais dans sa majeure partie elle n’a pas de vin : il y a là beaucoup de petites vaches, beaucoup de chèvres et de porcs ; on y trouve beaucoup de bétail sylvestre » : la région possède par ailleurs de nombreuses pêcheries où « on y tue le meilleur poisson pour le salage et la sardine et le congre pour le séchage [...] et cette province fournit toute l’Espagne en poisson salé et séché » (f° 48v). La terre de Flandre « est abondante en pain et en viande : on y trouve beaucoup de bétail parce que ce sont des terres de pâturage ; elle n’a ni vin ni huile ni fruits [...] on y fait un breuvage qu’ils boivent à la place du vin qui s’appelle cerveza [bière], qu’ils font avec du blé et de l’orge grillé et moulu et de la réglisse qu’ils importent d’Espagne [...] dans cette région ils mangent beaucoup de graisse de vache qu’ils appellent bura [beurre] et ils l’utilisent à la place de l’huile » (f° 59). La terre en Pologne « est plate et fertile ; c’est une terre riche en pâturages et en herbes, on y trouve beaucoup de bétail : il s’y trouve des chevaux très singuliers, beaucoup de mines de laiton et de cuivre, il n’y a ni or ni argent : il y a de nombreuses et bonnes rivières où on trouve beaucoup de poissons et bons, et beaucoup de volailles, il y a beaucoup de chasse dans les bois : ils n’ont pas de vin et boivent de la bière » (f° 60). L’île de Madère regorge de « beaucoup de fruits et l’on y fait beaucoup de sucre et de bois de cyprès, c’est une île très commerçante à cause des sucres et des confitures que l’on en fait » (f° 62-62v).

13De toutes les régions cependant, l’Andalousie est certainement la plus chère à l’auteur. Elle est « la meilleure terre et la mieux pourvue de toutes les choses nécessaires à la vie humaine que l’on puisse trouver dans le monde habité que l’on ait connu jusqu’à présent [...] on y trouve beaucoup de pain et beaucoup de vin, beaucoup d’huile, beaucoup de fruits frais et secs, acides et doux, beaucoup de viandes, beaucoup de laine et de soie, beaucoup de draps très lins de laine et de soie, el dans ses montagnes beaucoup de cochenille pour les teindre, beaucoup de chanvre et de lin. beaucoup de miel et de cire, les meilleurs chevaux du monde, de gentils harnachements de la gineta et de bride, dans ses montagnes on trouve des mines de plomb et de mercure et de fer et d’argent, et dans la rivière qui passe à Grenade on ramasse de l’or fin » : l’Europe entière s’y fournit et. ajoute l’auteur, répondant au pape et aux cardinaux qui voulaient savoir quelle était la terre la plus fertile dans le monde, Côme de Médicis « leur répondit qu’il avait des facteurs partout dans le monde et que lorsque quelque chose manquait en Italie, il envoyait deux navires à sa recherche, l’un au facteur qui se trouvait là où il savait qu’on trouvait en abondance ce qui manquait, et l’autre en Espagne à la province d’Andalousie, et que le navire qui avait été en Andalousie revenait le premier et apportait de la meilleure qualité et moins chère, et qu’il trouvait par conséquent que l’Andalousie avait universellement toutes les choses que les autres possédaient en particulier » (f° 43).

  • 33 Mario Penna. Prosistas espaholes del siglo xv. BAE, 116. Madrid. 1959. p. 205-230 : Alfonso de Car (...)
  • 34 L’intérêt pour la « nature » en tant que telle n’apparaît que plus tard au cours du xvie siècle. V (...)

14Le pain et la viande, base de l’alimentation, semblent être également répartis dans l’ensemble de l’Europe. La différence s’établit donc essentiellement sur la présence ou l’absence du vin et de l’huile. Nous retrouvons ici un ancien argument, déjà présent dans les Laudes Hispaniae d’Isidore de Séville, et repris en 1434 par Alfonso de Cartagena au concile de Bâle : l’Espagne est supérieure aux nations septentrionales en ce qu’on y trouve l’huile, le vin et le miel, aliments d’origine biblique33. De fait, l’Italie partage avec l’Espagne ce privilège ; la région de Sienne « est fertile de beaucoup de pain et de vin et d’huile et de beaucoup de viande et de poisson, c’est une terre où l’on élève beaucoup de bétail » (f° 63). La description qui nous intéresse ici est donc celle du monde vu, comme dans l’Antiquité et tout au long du Moyen Âge, à partir de la Méditerranée et comme un ensemble de peuples habitant dans des villes. Les indications relatives à la géomorphologie ou à la taille des villes et à leurs fonctions (capitale de royaume, siège d’évêché. port, forteresse) n’ont pour rôle que de situer dans leur cadre les sociétés humaines. L’homme est indubitablement le but d’une œuvre qui s’avère ainsi « humaniste » (dans le sens médiéval du mot) pour laquelle le passé (historique et légendaire), les caractères physiques et moraux, l’alimentation, la langue et les capacités (militaires, politiques, marchandes, artisanales ou intellectuelles), en fait les res et gestae des populations humaines, constituent ce monde dont l’auteur prétend offrir à son lecteur l’imago. Même quand celui-ci admire les jardins de Gênes ou de Florence et les vergers de Sienne, et loue la beauté des montagnes basques, son véritable intérêt reste l’homme34.

  • 35 F° 29v -30. Le cardinal Juan de Moles Margarit (1404-1484) avait cependant mis en doute l’existenc (...)
  • 36 F° 56v-57 : le récit provient d’une œuvre didactique offerte à la future reine catholique, probabl (...)
  • 37 The Historia Regum Britanniae of Geoffrey of Monmouth. A Single-Manuscript Edition from Hem. Burge (...)
  • 38 F° 61v : « En esta isla nascio Merlin en el año del señor de cccc xl vj. cuatrocientos e cuarenta (...)

15Le passé joue un rôle primordial dans la mesure où l’ancienneté et l’héroïsme des peuples permettent d’établir entre les nations une véritable hiérarchie, qui n’a rien à envier à celle qui caractérise les hommes. L’histoire de l’Espagne remonte ainsi sans interruption jusqu’à Noé par l’intermédiaire de Tubal, et Hercule y est présenté comme le héros pacificateur et fondateur de villes, sans aucune des restrictions qu’émettaient à la même époque les humanistes35. Les solides connaissances historiques dont témoigne cet abrégé de l’histoire de l’Espagne (f° 29v-42) se retrouvent tout au long des chapitres concernant les autres parties de l’Europe. L’histoire de la France depuis son peuplement par Gomer, fils aîné de Japhet, puis par les Troyens sous l’autorité de Franco « fils d’Hector », jusqu’à « monsieur d’Angoulême qui est maintenant roi en vertu de la loi qui fut faite en France que les femmes ne pouvaient pas succéder dans le royaume » (f° 54v- 55) se réduit à partir de Charlemagne à la liste des rois et à la durée de leur règne ; mais l’épisode légendaire de la prise de La Rochelle par la Pucelle avec l’aide de la flotte castillane36 s’accompagne d’un long développement sur l’assassinat du duc d’Orléans et les causes de la guerre en France. Les indications historiques relatives à la Germanie se limitent à sa fondation par Sichen, fils de Gomer et petit-fils de Japhet, et à son peuplement par un fils bâtard du roi Priam de Troie (f° 59v). Celles qui concernent l’Angleterre en revanche paraissent tirées de l’Historia regum Britanniae de Geoffrey de Monmouth37 ou de ses successeurs, d’où l’auteur tire l’histoire de Brutus qui, après moult voyages et aventures, fut envoyé par Diane dans « l’île d’Albion » qu’il peupla ; du cycle d’Arthur, connu dans la péninsule Ibérique depuis le xiiie siècle, provient par ailleurs l’histoire de Merlin, dont l’auteur met cependant en doute la naissance miraculeuse38, et à propos de l’Irlande il mentionne « qu’à la partie du septentrion se trouve ce qu’on appelle le purgatoire de saint Patrick » (f° 62). La connaissance du passé permet donc aux peuples de se glorifier de descendre, comme les Italiens de Janus « fils de Noé », ou comme les Français de Gomer, « fils aîné de Japhet et petit-fils de Noé » plutôt que, comme les Germains, de « Sichen, fils de Gomer et petit-fils de Japhet ».

  • 39 Voir Adeline Rucquoi. « Des villes nobles pour le roi », Realidad e imágenes del poder. España a f (...)

16Comme les peuples, les villes ont aussi une histoire, et notre auteur prend grand soin de la rappeler39 : Séville fut peuplée par Jules César « le premier empereur de Rome » (f° 43v), Mérida servit de siège à la bataille entre Hercule et Gédéon (Géryon, f° 44v), Lisbonne fut fondée par « Ulysse, fils d’Ulysse celui qui était présent lors de la destruction de Troie » (f° 46), Saragosse fut peuplée par « les compagnies de Tubal, petit-fils de Noé » (f° 52), Tours doit son existence à « Brutus le fils de Jules et le petit-fils d’Énée » (f° 57v-58), et Paris la sienne à « Perides qui fut troyen et partit avec Énée et avec Franco, fils d’Hector de Troie » (f° 58v), tandis que Trèves fut fondée et peuplée par « Trever, fils de Minus et petit-fils de Belus, qui fut exilé de l’Assyrie de la ville de Ninive par sa belle-mère la reine Sémiramis femme du roi Minus son père » (f° 64). Mais si les villes sont « fondées et peuplées », elles sont aussi fréquemment détruites et cette histoire de la destruction de la ville révèle l’héroïsme de ses habitants : assiégés depuis huit mois par les armées d’Hannibal, les habitants de Sigùenza « n’avaient plus rien à manger, et poussés par la faim ils mangeaient la chair humaine de ceux qui étaient tués, et lorsqu’ils virent qu’ils étaient perdus, ils tuèrent leurs femmes et leurs enfants et tous ceux qui ne pouvaient combattre, et ils mirent le feu à la ville et sortirent [...] et tous furent tués car aucun ne voulut être fait prisonnier » (f° 45), scène qui se répète à peu de détails près dans le cas de Zamora face à Scipion (f° 47v), de Calatayud devant Hannibal (f° 51), des « gens de Cantabrie et ceux des Asturies » face à Octave « après qu’il fut empereur » (f° 52v) el de ceux de Pérouse en Italie face au même Octave (f° 63v).

17L’histoire ecclésiastique « ennoblit » également, en dehors même des cas de Rome (f° 68 et ss) et de Jérusalem (f° 124-125). Cologne se caractérise ainsi par la sépulture de « saint Séverin qui fut appelé Boèce, qui fut sénateur de Rome » et par celle de « sainte Ursule et ici furent égorgées les onze mille vierges par les Vandales sur les rives du Rhin » ; elle est également la patrie de Godefroid de Bouillon « petit-fils du chevalier au cygne », « le premier qui entra à Jérusalem » (f° 64). Lyon, en revanche, accueillit Ponce Pilate, qui y avait été exilé par l’empereur Tibère pour avoir condamné le Christ, et qui, maltraité par ses parents « de vile condition », « se tua lui-même et mourut désespéré » (f° 55v). Au cours de sa description de l’Espagne, notre auteur raconte par ailleurs l’histoire du monastère de Guadalupe (f° 44v), la légende de la croix de Caravaca (f° 50). Le miracle de Santo Domingo de la Calzada et la fondation du monastère de Valvanera (f° 50v), le miracle des linges liturgiques (les corporalles) de Daroca (f° 52), et les apparitions d’images de la Vierge au Moncayo (f° 51) et à Saragosse (f° 52).

18L’histoire des peuples est donc conçue comme une généalogie, l’ancienneté du lignage et les hauts faits des ancêtres rejaillissant sur leurs descendants. Ceux-ci possèdent par ailleurs des caractères physiques et moraux, qui répondent à des critères plus philosophiques qu’esthétiques de beauté ou de laideur, mais dont la description révèle un véritable intérêt ethnographique. Les Galiciens, par exemple, « ont des corps bien faits, ils ne sont pas bien habillés, ce sont des gens robustes : ils portent les cheveux longs presque comme des femmes ; ils sont mal vêtus ; les femmes ne sont ni belles ni très propres, elles jurent et s’emportent comme les hommes ; leur nourriture est faite de pain de seigle, de viande de chèvre et d’eau, ils utilisent de la graisse à la place de l’huile : ce sont des gens de peu de conscience et de peu de vérité : ils tuent traîtreusement avec des arbalètes pour peu de chose ; ils ont l’habitude de dormir dans de mauvais lits et avec peu de vêtements [...] les gens de cette province sont un peu devins, ils ont l’habitude de regarder l’avenir dans le dos des animaux qu’ils tuent pour manger et dans les entrailles, et ils leur accordent beaucoup plus de crédit qu’il ne faudrait » (f° 48v). La beauté du corps (bien dispuestos, de buenos cuerpos, fermosos, airosos) et la bravoure aux armes (bellicosos, feroces, valientes, indomitos), qualités propres à la noblesse, se situent au sommet de l’échelle des valeurs ; les attitudes pacifiques (pacifiais, devoctos) sont plus rares et propres à certains peuples du nord de l’Europe : les habitants de la Zélande, par exemple, « sont riches et leurs corps sont beaux, ils sont pieux et pacifiques, et ne font de mal à personne si on ne leur en fait pas » (f° 59v). La « conversation » (buena conversación) qui, avec la beauté du corps et la bravoure aux armes, caractérise l’homme de la Renaissance fait aussi partie des qualités de certains peuples, comme les Bourguignons (f° 57v), les Normands (f° 58v), les Picards (f° 58v) ou encore les Génois (f° 62v) et les Florentins (f° 63). Sont condamnées en revanche les attitudes viles, comme celles de ces Galiciens qui « tuent traîtreusement avec des arbalètes » (f° 48v), celles des Navarrais qui, bien que « de bonne disposition et belliqueux et enclins à la guerre », le sont aussi « au vol » (f° 52) ou encore des Catalans qui « ne sont pas tout à fait de parole » (f° 52v) ; les excès également ne sont pas du goût de l’auteur qui qualifie les Écossais de « robustes et cruels » (f° 62) et regrette que les Anglais soient « enclins aux guerres et aux dissensions » (f° 61) ; l’on trouve enfin, au nord de la Livonie, des « gens sauvages, sans langue, qui ne s’entendent que par gestes » (f° 60).

19Glorifiés ou non par leur « lignée » et par leurs qualités physiques et morales, les peuples et, plus encore, les habitants des villes se caractérisent enfin aussi bien par leur « état et condition » que par leur production. Provenant sans aucun doute des milieux oligarchiques urbains, notre auteur place sur un même rang les nobles et les riches marchands, dont la présence contribue à valoriser la ville : l’habileté des artisans fait le reste. On trouve ainsi à Burgos « de nombreux marchands riches qui négocient partout en Europe en Asie en Afrique et en Indes » (f° 46), à Valladolid « de nombreux cavalleros, beaucoup de marchands de toutes sortes de négoces, beaucoup d’artisans de tous les arts mécaniques » (f° 47) et à Valence « beaucoup de cavalleros et beaucoup de riches marchands pourvus de grandes fortunes [...] beaucoup d’artisans de tous les arts mécaniques et libéraux et ce sont les principaux artisans et les plus subtils que l’on trouve en Espagne » (f° 50). Florence est peuplée de « beaucoup de riches marchands et de nobles chevaliers » (f° 63) et Gênes de « beaucoup de marchands fortunés qui négocient dans tous les endroits du monde habité » (f° 62v) ; la ville de Paris, « outre le fait d’être grande, est noble car il y réside de nombreux chevaliers nobles, beaucoup de riches marchands, et beaucoup d’artisans de tous les arts libéraux et mécaniques qui sont très subtils et ingénieux » (f° 58v). En revanche, les habitants du Languedoc « étaient autrefois bons aux armes mais maintenant ils sont portés vers l’artisanat et les travaux de la terre et ceux qui vivent dans les Cévennes ne valent pas grand-chose » (f° 55v). La noblesse des habitants, qu’ils soient chevaliers ou marchands selon la conception méditerranéenne de l’aristocratie, fait donc partie des mérites d’une ville. Mais la noblesse s’acquiert également par les lettres et l’auteur ne manque pas de signaler que la ville a été une pépinière de « philosophes », comme Cordoue « gentille ville et antique mère de chevaliers et de philosophes, qui fut une nouvelle Athènes car Avicennes et Averroès et Lucain et Sénèque et Juan de Mena en furent issus » (f° 43) ou Florence d’où vinrent « François Pétrarque et le Dante et Accurse, celui qui glosa le droit civil, et beaucoup d’autres philosophes » (f° 63) ; les universités et collèges ennoblissent également les villes qui les abritent, comme Valladolid (f° 47), Salamanque où se trouve « un studium generale de toutes les sciences, le plus grand et le meilleur des Espagnes où viennent étudier tous ceux d’Espagne » (f° 47v), Lérida (f° 52) et Paris qui possède « un studium generale où l’on trouve continuellement quinze à vingt mille étudiants de toutes les sciences » (f° 58v).

20L’intérêt dont fait montre l’auteur pour la vie économique et en particulier les matières premières ou les produits finis exportables renforce l’hypothèse de son appartenance aux milieux marchands urbains. À Rouen, écrit-il. « on fabrique dans la ville et sa région beaucoup de draps de bonne qualité que l’on appelle ruanes du nom de la terre » (f° 58v) ; Paris se caractérise par la présence de « beaucoup de maîtres armuriers de toutes sortes et l’on y fait les meilleures armes et les meilleurs harnais de toute la France [...] on y fabrique beaucoup de choses et des parures très subtiles en or et en argent et des sculptures très belles aussi bien pour les bâtiments et les rétables que pour les moules des imprimeries, on y imprime beaucoup de livres de toutes les sciences et très bons » (f° 58v) : les artisans de Valence, hommes et femmes, sont les plus habiles d’Espagne et « on y fait des objets en verre et vitrifiés et beaucoup de conserves très subtiles et très singulières » (f° 50). L’auteur nous fournit ainsi un panorama complet de la production des diverses régions européennes et des réseaux commerciaux qui les parcouraient au début du xvie siècle. Il prend ainsi grand-soin d’indiquer qu’à Medina del Campo se tiennent « deux foires chaque année qui sont les meilleures et les plus renommées d’Espagne et où se rendent tous les marchands d’Europe » (f° 47) et qu’en Flandres les foires se succèdent « de cette manière : la foire commence à Bruges, et quand elle finit à Bruges elle commence à Bruxelles, et quand elle finit à Bruxelles elle commence à Malines [...] de telle façon que pendant toute l’année on y trouve des foires et c’est la raison pour laquelle ils sont riches » (f° 59).

  • 40 Hilario Casado Alonso. « Oligarquía urbana, comercio international y poder real : Burgos a fines d (...)
  • 41 F° 34v : « E luego se juntaron los castellanos e vistos los males quel rey don Ordoño avia fecho e (...)

21Membre d’une oligarchie urbaine qui, outre ses intérêts marchands, contrôle le gouvernement de sa ville40, l’auteur note également les villes bien « gouvernées ». La population du royaume de Valence est « la plus subtile dans la vie politique qu’il y ait en Espagne » (f° 50) ; Marseille « fut bien gouvernée et respecta bien les lois d’Athènes, elle fut la tête et la mère de toute la France quant au gouvernement et c’est d’elle que la France apprit à se gouverner », jusqu’à sa destruction par les Catalans (f° 56) : les Frisons « n’acceptent aucun seigneur, ils sont gouvernés par des sénateurs, ils élisent parmi eux des notables qui exercent la justice pendant un an et pas plus » (f° 64-64v) ; les Gênois « sont gouvernés par un consulat et par des sénateurs et ils sont bien gouvernés » (f° 62v). Le « bon gouvernement », garantie d’ordre et de prospérité, n’est d’ailleurs pas réservé à la vie politique et Sienne possède « un hôpital merveilleux et très bien régi et gouverné » (f° 63), comme d’ailleurs celui de Saragosse (f° 52). La brève chronique historique qui précède la description de l’Espagne avait déjà permis à l’auteur de revendiquer ses origines : les deux juges, fondateurs mythiques de la Castille, étaient « deux caballeros de la classe moyenne41 », la multiplication des titres et des fortunes nobiliaires sous Jean Il de Castille fait l’objet de critiques (f° 41), alors que l’aide apportée par les pueblos aux rois catholiques dans leur entreprise de pacification du royaume est soulignée (f° 41 v) ; et l’auteur rappelle à l’occasion que les bons rois ne doivent pas exiger de leurs sujets des contributions exagérées (f° 43v-44).

22Cette trop brève analyse d’un texte qui mériterait une édition critique est loin d’en épuiser les richesses, même si nous l’avons volontairement limitée à l’Europe. À l’époque où les descriptions du Nouveau Monde commencent à fleurir sous la plume des conquistadores et des ecclésiastiques, il nous a semblé intéressant de faire connaître une description du « Vieux Monde » par un auteur issu des milieux marchands, probablement originaire de Burgos ou d’une ville proche en Vieille Castille. Le mélange d’érudition et d’expérience vécue, l’originalité de certaines prises de position et des procédés descriptifs, le refus des « autorités » et parfois même leur mise en doute (« je n’ai pas trouvé que les Romains ou les Grecs qui écrivirent sur Thulé fussent parvenus jusqu’en Islande et c’est pourquoi je ne considère pas que ce soit celle qu’ils appellent Thulé », f° 62) paraissent étonnamment « modernes ». Mais, fidèle à la tradition antique et médiévale, l’auteur décrit d’abord les peuples, fait une large part à leur histoire, même légendaire, ne dédaigne pas les caractères physiques et moraux, tente d’établir les hiérarchies et insiste sur la richesse issue du commerce et de l’artisanat. Les grandes enquêtes lancées par Philippe II au cours du dernier quart du xvie siècle ne seront pas en reste qui commenceront par demander l’origine du nom de la ville ou du village, le nom de son fondateur et l’ancienneté de sa condition, avant de passer à ses richesses naturelles, à ses « lieux de mémoire » et à ses hommes illustres. Traditionnelles ou neuves, antiques, médiévales ou propres à la Renaissance, les catégories conceptuelles auxquelles recourt notre auteur quand il décrit l’Europe des années 1519-1520, ou même l’Asie et le nord de l’Afrique qu’il connaît moins bien, sont en fait celles qu’emportent alors avec eux les découvreurs de l’Amérique et les conquérants du Mexique.

Notes

1 Voir les descriptions de l’Espagne, par exemple dans J. García Mercadal. Viajes de extranjeros por España y Portugal. Madrid. Aguilar, 1952. Miguel Angel Ladero Quesada, El mundo de los viajeros medievales. Madrid, Anaya, 1992. Michel Mollat. Les Explorateurs du xiiie au xvie siècle. Premiers regards sur un monde nouveau. Paris. CTHS. 1992.

2 Pierre d’Ailly. Ymago mundi. Louvain. c. 1483 : trad. espagnole par Antonio Ramírez de Verger. Madrid. Alianza Editorial. 1992.

3 Pio II. Historia rerum ubique gestarum. Venise. 1477. Seules furent écrites par le pape les parties concernant l’Asie et l’Europe. Pour la description de l’Asie, voir Eneas Silvio Piccolomini (Papa Pio II). Descripción de Asia. ed. par Francisco Socas. Madrid, Alianza Editorial, 1992. Le chapitre concernant « Hispania » mentionne sa division en cinq royaumes, résume le gouvernement d’Alvaro de Luna et sa mort, le début du règne d’Enrique IV, les luttes entre Jean II d’Aragon et son fils le prince de Viana, la défaite de l’infant Pierre du Portugal et le début du règne d’Alphonse V l’Africain.

4 P. Miguélez. Catálogo de los Códices Españoles de la Biublioteca del Escorial, t. II. Relaciones Historicas. Madrid, 1925. p. 111-121.

5 Ibidem, p.111-113. Le père Miguélez attribue les quelques folios qui précèdent notre manuscrit au docteur Páez de Castro qui fut nommé chroniqueur royal en 1555.

6 Alfonso X el Sabio, General Estoria, première et deuxième parties, publiées en 1931 et 1961. La majeure partie de la General Estoria, qui s’inscrit dans le courant de l’Historia Scolastica de Petrus Comestor et le Speculum Historiale de Vincent de Beauvais, reste encore inédite.

7 Escorial. Ms. M-1-16. f° 7 : « En seis dias crio Dios todas las cosas en el primero dia crio la luz c las tiniebras e dividio la luz de las tinieblas... » ; f° 28v : «... la quinta que fue desde la cautividad fasta a que nascio Ihesu Cristo duro quinientos e cuarenta e cinco años [...] y esta sesta dura desque nascio Cristo fasta a oy. »

8 F  29 : « E bolviendo a lo de la tierra digo que ansi como la linea equinocial devide en dos partes a todo el mundo de las cuales la una se llama meridional e la otra setentrional... »

9 Entre 1490 et 1492. Martin Behaim ou de Bohème avait construit la première représentation sphérique de la terre, où figuraient les cercles artiques et tropicaux que mentionne l’auteur de notre manuscrit. Voir Antonio Antelo Iglesias, « Cartografía e imagen del mundo en la época de los descubrimientos hispano-portugueses », A Distancia. Revista cultural de la UNED, mars 1993. 4-21.

10 F  29 : « Todo el mundo e cada una destas cuatro partes es figurada por un cuadrante de los que los maryneros usan en la navegacion con que toman las alturas del sol e del norte. »

11 La première carte pourvue des degrés de latitude et longitude date de 1502, bien que Toscanelli ait probablement travaillé à l’élaboration d’une carte de ce genre dès 1456. Voir Antonio Antelo Iglesias. « Cartografía... », op. cit.. 8-9 et M. de la Roncière et Michel Mollat du Jourdin, Les Portulans. Cartes marines du xiii au xvii siècle. Paris. 1987.

12 F° 29 : « E los que dividen en tres partes el mundo e dizen que la una es Asia e que esta tiene tanto como las otras dos yerran porque hazen a la India Asia siendo parte sobre si e la mayor de todas. »

13 F° 62 : « Esta isla de Irlanda tiene al oeste a la isla del Brasyl que es casi rredonda y esta en cincuanta e un grado, ay desde Irlanda a la isla del Brasil setenta leguas. »

14 F° 44v : « En esta ciudad de Sevilla esta todo el tracto de las Indias occidentales que los rreys catolicos don Fernando e doña Ysabel descubrieron e ganaron, e aqui viene todo el oro que de ellas se trae e se haze moneda en la casa de la moneda desta ciudad. »

15 F° 46 : « En esta ciudad esta todo el tracto de las naos que van e vienen a las Indias occidentales a Calicud e Meluca por espeçias e aqui vienen todas con ello. »

16 Pierre d’Ailly. Ymago mundi, chapitre 14 ; les divisions de l’Europe sont, pour le cardinal, la Scythie intérieure, la Germanie, la Mésie, la Thrace, la Grèce, la Pannonie, l’’Istrie, l’Italie, la Gaule et l’Espagne.

17 The Geography of Strabo, ed, and translated by Horace L. Jones. London-Cambridge. Harvard University Press, t. II. 1960, p. 3.

18 F° 57v : « E sucedio en el ducado de Borgonia don Carlos su primo genito hijo que oy es duque de Borgondia y enperador de Alemania. »

19 F° 67v : « Muerto Maximiano eligeron a Carlos su nieto rrey de Castilla duque de Austria e de Borgonia e conde de Flandes en el año del señor de jv d xjx años. »

20 F° 78 : « Don Fernando tercero deste nonbre que fue rrey de Castilla / doña Juana su hija que oy rreyna con el enperador e rrey don Carlos su hijo. »

21 Joseph Pérez. La Révolution des Comunidades de Castille (1520-1521), Bordeaux. 1970.

22 Les grandes enquêtes royales sur l’état des royaumes, lancées par Philippe II en 1575 et 1578, insisteront en revanche sur « le royaume auquel appartient ce lieu ». Voir P. Miguélez. Codices Españoles del Escortal. Relaciones histórico-geográficas, p. 263.

23 F° 58 : « E delante del cabo de Fonte esta la isla de Sayn que es baxa tierra y esta arrodeada de baxos / adonde se an perdido e pierden muchas naos porque es muy peligrosa a causa de ser tan baxa. »

24 F° 61 : « E pasado el cabo Dobla buelve la costa fasta a Londres a la média partida del oeste norueste navegase junto a la tierra porque a la parte del norte es lodo baxos. »

25 F° 42v : « Caliz es isla pequeña... tiene una baya que tiene la entrada por la parte del poniente. en esta baya es el rreposo de todas las naos que pasan de levante a poniente e de poniente a levante, es una de las mayores esealas del mundo. »

26 F° 58 : « Desde cabo de Fonte al cabo Forno ay diez leguas, delante del cabo de Forno al oeste esta la isla de Uxente la cual tiene a la parte del norte tres islcos. A esta isla van a rreconoscer tierra las naos que van de España para a Flandes. »

27 F° 59 : « Enves es el mayor logar de la costa y el mas rrico de mercaderes a donde se hazen mas rricas las ferias porque llegan las naos a los adarves. »

28 F° 50 : «... esta Alicante que es buen puerto e a este puerto se viene a reparar las naos que vienen de la parte del Levante e de la playa de Valencia huiendo de la tormenta. »

29 F° 49 : [la provincia de Lepuzcua] « hazense en ella muchas naos e buenas tienen mucha fusta para a ellas » ; f° 61 : (esta isla de Inglaterra] « ay en ella muchos montes de muy buena fusta e mucha para a hazer navios ».

30 F° 63 : « Esta ciudad de Florencia es noble ciudad e muy populosa e rrica e grande e de muy gentiles edificios [...] en esta ciudad ay dos edificios syngulares el uno la casa del consistorio que es obrada a maravilla en que estan las istorias de amos testamientos y una yglesia de nuestra señora con una torre muy alta e de maravilloso edificio. Esta ciudad es fermosa e muy populosa e de gentiles edyficios, tiene gentil rribera e buenos jardynes. »

31 F° 48 : « Junto con esta iglesia hizieron los reyes catolicos don Fernando e dona Ysabel hazer un ospital en cuadra de cuatro patios ques el mejor edificio que ay en el mundo. »

32 F° 60 : « Este ducado e provincia de Lictuania es tierra de poco provecho e frigidisima e de muchos estancos e a causa de los estancos e aguas es dificultuosa de andar en verano y en el ynvierno los estancos e rrios e toda la tierra se cubre de guiclos e los mercaderes e negociantes andan en ynvierno por encima de aquel yello con un artificio como en navios e en aquel llevan su mercaderia e porque no tienen camino cierto guianse por las estrellas e cerros como los marineros cuando navegan por la mar. »

33 Mario Penna. Prosistas espaholes del siglo xv. BAE, 116. Madrid. 1959. p. 205-230 : Alfonso de Cartagena. « Discurso sobre la precedencia del rey de Castilla... ».

34 L’intérêt pour la « nature » en tant que telle n’apparaît que plus tard au cours du xvie siècle. Voir Keith Thomas. Man and the Natural World. A History of the Modem Sensibility. New York. 1983.

35 F° 29v -30. Le cardinal Juan de Moles Margarit (1404-1484) avait cependant mis en doute l’existence de l’Hercule mythologique dans son Paralipomenon Hispaniae Libri X. écrit à la fin de sa vie, et qui fut édité par Sancho de Nebrija à Grenade en 1545.

36 F° 56v-57 : le récit provient d’une œuvre didactique offerte à la future reine catholique, probablement rédigée dans les années 1470-1480 et publiée avant la fin du siècle. Voir Adeline Rucquoi, « De Jeanne d’Arc à Isabelle la catholique : l’image de la France en Castille au xve siècle ». Journal des savants. janvier-juin 1990, 155-174.

37 The Historia Regum Britanniae of Geoffrey of Monmouth. A Single-Manuscript Edition from Hem. Burgerbibliothek, Ms. 568. Ed, par Neil Wright, Cambridge, 1984.

38 F° 61v : « En esta isla nascio Merlin en el año del señor de cccc xl vj. cuatrocientos e cuarenta e seis. en esta manera el rrey de Inglaterra metio a una hija suya virgen en un monasterio o casa de donzellas adonde no entravan sino donzellas, y estando aly el diablo tomo figura de un mancebo muy gentil onbre e abraçola e de solo aquel abraço dizen que la enpreno pero la mas aprovada opynion es que durmio con ella, enfin ella se enpreno sin ser coronpida e pario a Merlin. »

39 Voir Adeline Rucquoi. « Des villes nobles pour le roi », Realidad e imágenes del poder. España a fines de la Edad Media, ed. par A. Rucquoi. Valladolid. 1988, 195-214.

40 Hilario Casado Alonso. « Oligarquía urbana, comercio international y poder real : Burgos a fines de la Edad Media ». Realidad e imágenes del poder, España a fines de la Edad Media, ed. par A. Rucquoi. Valladolid. 1988. 325-347.

41 F° 34v : « E luego se juntaron los castellanos e vistos los males quel rey don Ordoño avia fecho e como avia muerto a los condes de Castilla acordaron de sacar juez.es entre sy e sacaron por juezes a dos eavalleros del estado mediano. » Voir Georges Martin, Les Juges de Castille. Paris, 1993.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter