Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Indes occidentales à l’Amérique Latine. Volume 2

 | 
Thomas Calvo
, 
Alain Musset

Images et récits

Du plan à l’emblème : l’image de Tenochtu Lân-Mexico en 1520

Dominique Pouligny-Gresle

Texte intégral

1L’Espagne a dévoilé au monde l’existence de l’Amérique. Pour faire entrer dans l’espace connu de l’Occident cette entité préexistante, il fallut aux esprits en quête de chimères pratiquer, au moyen de leur imaginaire, un effort d’exorcisme du mythe au profit de la réalité. Cette évolution mentale se lit lentement et dut recourir à des étapes où la fiction permit d’amortir les effets secondaires des brutales et complexes découvertes.

La naissance d’une image

2Dans le savoir européen, la participation germanique à l’ouverture sur le monde situé à l’ouest fut surtout de nature intellectuelle. On y accomplit l’union du mot et de l’image dans l’iconographie composite du nouveau monde inventé. A Bruxelles, peu après 1520. Durer admire les cadeaux du souverain mexica. Moctezuma, adressés par Cortés à Charles Quint. L’artiste de Nuremberg les décrit avec le sens du merveilleux que possèdent les esprits sensibles de la Renaissance. Bien qu’il soit alors confronté à un art complètement étranger à l’œil européen et divergent des styles qui lui sont familiers. Durer adopte immédiatement une attitude favorable et positive. En 1524, au château d’Ambras, près de Nuremberg, se trouve réunie une des plus grandes collections de la Renaissance préservée à travers les siècles. La participation des universités européennes par l’envoi de textes aux éditeurs allemands favorise la précocité des publications sur l’Amérique, leur qualité et la rapide circulation locale dont elles sont l’objet.

3Après l’impression de la lettre de Christophe Colomb à Bâle en 1493 et les sept éditions des lettres de Vespucci en allemand et en latin dans différentes villes d’Allemagne entre 1500 et 1505, survient à Nuremberg, en 1524, l’édition des deuxième et troisième rapports de Cortés. Ceux-ci sont accompagnés de la première carte de ville qui ait été conçue pour être publiée : celle de Tenochtitlán, la capitale mexica, conquise par Cortés, devenue par la suite la Mexico de Nouvelle-Espagne. Cet événement éditorial ouvre la voie à une histoire exceptionnelle au sein du « vivier d’images » que constitue le Nouveau Continent.

Les Cartas de Relation

  • 1 Hernán Cortés. Cartas de Relación. 14e édition. Mexico, Porrua, Sepan Cuantos n° 7, 19X5.

4De 1519 à 1526, les événements de l’histoire de la Nouvelle-Espagne sont consignés par Hernan Cortés dans les Cartas de Relation1.Ce genre de récit s’inspire du mode d’information choisi par Christophe Colomb et d’autres navigateurs pour porter à la connaissance des souverains leurs découvertes et explorations. Ces cinq rapports, dans leur forme manuscrite et associés à d’autres documents, sont conservés à la Bibliothèque Nationale de Vienne sous le nom de Codex Vindobonensis 1600. Il est possible que cette compilation effectuée par Samano, secrétaire du conseil des Indes, ait été destinée à Ferdinand Ier, frère cadet de Charles Quint et passionné par les découvertes espagnoles au Nouveau Monde. Ses efforts pour obtenir des copies des récits en provenance des Indes occidentales apparaissent dans sa correspondance entretenue entre 1525 et 1528 avec Martin Salinas, ambassadeur de Hongrie devant la cour de Charles Quint. Il est clair que la diffusion de ces textes se fit très rapidement en Europe. Ceci explique partiellement la notoriété de l’image qui accompagne le texte. Le latin favorisa cette pénétration dans les milieux européens cultivés.

  • 2 Histoire générale des voyages. Paris, Didot, 1754, tome 12. BN G 6063.

5Les « Cartas », rédigées de la main même de Cortés, constituent les plus anciens documents sur l’histoire de la Nouvelle-Espagne. L’auteur, premier témoin oculaire, fournit à l’Europe entière des informations sans égales et réserve aux destinataires des rapports la primeur de ses observations sur le monde indigène tout juste découvert. Il sélectionne les faits qu’il décrit en détail. Cette vision de découvreur ne contient pas toute la vérité, mais elle révèle le schéma des étapes de la conquête, et met en place les personnages et les événements dont les chroniqueurs et les historiens se sont faits les protagonistes. A cet égard, il est intéressant de noter que dans une Histoire générale des voyages, publiée à Paris en 17542, il est dit des Cartas qu’elles « sont écrites à Charles Quint pendant l’expédition même et dans la confusion des armes : mais quoiqu’elles portent un caractère de noblesse et de bonne foi qui doit les faire passer pour un monument respectable, il ne faut pas y chercher de longues et curieuses explications. Les premières contiennent une courte peinture de la situation de Cortés [...]. Dans les autres on ne lit que des demandes et des plaintes ».

  • 3 Marcel Bataillon, Hernân Cortés, autor prohibido, Libro Jubilar de Alfonso Reyes. Mexico, U.N.A.M. (...)

6Mais l’édition des récits de Cortés est frappée d’interdiction en 1527. Marcel Bataillon3 suggère que la couronne d’Espagne, souhaitant éviter de voir Cortés devenir un héros fondateur du Nouveau Royaume, empêcha, pour cette raison, la diffusion des récits du conquérant, déjà édités en plusieurs langues. Le texte du premier récit, dont l’existence est attestée par les chroniqueurs contemporains de Cortés, a disparu, et on le remplace traditionnellement par la Cartel de la Justicia y Regimiento de la Villa Rica de la Vera Cruz a la Reina Dona Juana y al Emperador Carlos V, su liijo en el 10 de Julio 1519. Le rédacteur y évoque les premières découvertes effectuées sur le continent depuis 1517 et confie toute l’admiration que lui inspirent les nouveaux territoires.

7La seconde Carta, très longue et datée du 30 octobre 1520, met en scène les phases successives de la découverte de la cité mexica, de son occupation, et enfin de sa conquête. C’est dans ce récit que figure la description de la merveilleuse Tenochtitlán, sans doute le plus beau morceau des Cartas de Relación. À Séville. en 1522. Jacobo Cromberger imprime ce texte dont une seconde édition est faite par Coci à Saragosse l’année suivante. Savorganus établit ensuite la traduction latine imprimée pour la première fois par Federico Pevpus à Nuremberg en 1524. Nicola Liburnio traduit simultanément en italien les textes des deuxième et troisième Cartas et les édite à Venise en 1524. Ce troisième récit avait été imprimé à Séville le 30 mars 1523. Son contenu affecte la période qui s’écoule d’octobre 1520 à mai 1522 et traite de la noche triste, du repli des Espagnols sur Tlaxcala, des dommages subis par les populations riveraines, de la reprise de l’offensive sur la capitale, puis de la prise de la ville. Au cours du xvie siècle, l’histoire du texte de cette troisième Carta fut liée à celle de la deuxième.

  • 4 Tercera Carta de Relaciôn, Jacobo Cromberger edit., Séville. 30.3.1523. B.N. Réserve 8° 01.662. Te (...)
  • 5 Ignacio Alcocer, Apuntes sobre la antigua México-Tenochtitlán. Tacubaya, 1935.

8Dès l’introduction, le texte mentionne : « ... Et avant environ deux tiers de lieue se trouvait une chaussée semblable à celle qui existe entre la lagune d’eau douce et celle d’eau salée, comme votre Majesté pourra l’avoir observé sur la représentation de la ville de Temistita que je lui ai envoyée...4 » Ce rapport part vers l’Europe, confié à Juan de Ribera, en juillet 1522. Les éditions de 1524, celle de Venise en italien et celle de Nuremberg en allemand, contiennent le même plan de Tenochtitlán. Il est usuel de nommer cette représentation de la cité « plan de Cortés ». Mais, prenant en compte des réserves émises par Ignacio Alcocer5, qui insiste sur la notion de plan « attribué à H. Cortés et d’auteur inconnu », nous choisirons comme terminologie le « plan cortésien » ou le « plan de 1524 ».

9Cortés date du 15 octobre 1524 la quatrième Carta. Rédigé à Tenochtitlán, ce texte, édité en 1525 à Tolède par Gaspar de Avila et en 1526 à Saragosse, ne connaît pas la célébrité des deux précédents. L’éclat de la conquête et les splendeurs de la cité admirable suscitent moins d’intérêt, et c’est l’organisation de la nouvelle colonie qui préoccupe l’auteur. Quant à la cinquième Carta, non datée, mais que l’on suppose de 1526, elle ne fut publiée qu’en 1844. Cortés y raconte son expédition au Honduras, l’arrivée à Mexico de Ponce de León et le décès de celui-ci. Parmi cet ensemble de documents, seules les deuxième et troisième Cartas se rapportent à notre sujet : par la description de la ville dans le premier cas, et par la référence au document cartographique dans le second.

Le plan princeps

10L’image cartographique contenue dans les éditions de 1524 montre, pour l’essentiel, que les premières observations établies par Cortés ont saisi le site de la ville dans son ensemble (fig. 1). Bien que le plan contienne d’importantes erreurs, la plupart des éléments urbains de la capitale mexica y figurent. L’orientation générale de la ville est choisie de façon à présenter le grand Temple de face. L’ouest se trouve en haut du plan, le nord à gauche et le sanctuaire regarde à l’est. En réalité, il faisait face à l’ouest. Le plan de base de Tenochtitlán conçu, ou plus exactement amplifié par Moctezuma Ier au milieu du xve siècle, dans l’idée d’entreprendre la construction d’une grande cité, était cruciforme : deux axes se croisaient au centre de la ville occupée par le grand Temple autour duquel étaient regroupés bon nombre de monuments importants de la cité.

  • 6 Coatepantli, mur orné de serpents de pierre.
  • 7 Eduardo Matos Moctezuma : El Templo Mayor. Mexico, Baneomer, 1981.

11Les chroniques du xve siècle et les représentations contenues dans les codex avaient très tôt suscité des hypothèses sur l’existence des monuments religieux séparés des édifices civils par le coatepantli6, long mur d’enceinte quadrilatère orné de serpents de pierre. Ces intuitions se sont trouvées confirmées par les fouilles archéologiques menées après 1978. Sur l’emplacement et à la périphérie immédiate du Templo Mayor7, les recherches attestent l’existence et la position relative des édifices figurés ainsi que la disposition des chaussées rayonnant vers la terre ferme. Les chroniqueurs en décrivent trois qui se dirigeaient respectivement du centre de la ville vers le nord, l’ouest el le sud. Issues de trois ouvertures pratiquées dans le mur entourant l’aire cérémonielle, elles reliaient l’île originelle aux berges du lac. Une quatrième voie partait vers l’est pour aboutir à la berge orientale de l’île, pourvue d’un débarcadère, utile à l’intense trafic lacustre.

  • 8 Tzompantli : plate-forme surmontée de piquets destinés à recevoir les têtes des sacrifiés.

12L’aire cérémonielle occupe le centre du plan : de forme carrée, entourée du coatepantli, elle renferme le grand Teocalli, temple double dédié à Tlaloc et à Huizilopochtlf, les temples annexes, les tzompantli8, plusieurs plate-formes et une statue centrale, allégorie sculpturale des « idoles » païennes vues par l’homme de la Renaissance. Au sud-ouest, se découpe un espace libre de constructions : proches de la place, les palais d’Axayacatl et les maisons des nobles voisinent avec le zoo et les volières du souverain.

  • 9 Tlatelolco, fondée en 1370 sur une île du lac de Texcoco. Cette cité fut conquise par les Tenochca (...)

13Au nord-ouest du plan, une légende « forum » désigne un petit quadrilatère qui correspond à la place de Tlalelolco9. L’albarradón, vaste digue tournée vers l’est et destinée a contenir les inondations, résulte d’une décision de Netzahualcoyotl, roi de Texcoco, qui. à la suite d’une grande crue survenue au milieu du xve siècle, aurait ordonné la construction de ce barrage fait de bois et de pierres, pour préserver la ville de l’atteinte des eaux. Les villages riverains distribués autour du lac sont correctement mentionnés et l’aqueduc issu de Chapultepec servant à acheminer l’eau potable nécessaire à la cité figure ici en bonne place.

14Le plan inspiré par Cortés associe une structure orthogonale d’essence indigène et un style chargé de conventions européennes. Tours, maisons, statues, toitures s’apparentent aux représentations des villes conçues et exécutées en Europe. Bien que nous ignorions l’identité du dessinateur du document, Federico Gomez de Orozco suggère que la gravure a pu être réalisée par Martin Plinius, qui exerçait son art à Nuremberg entre 1510 et 1536. 11 fonde son hypothèse sur les analogies de style entre ce plan et d’autres documents connus de ce graveur.

fig. 1 - Plan dit de Cortés

15Ce cas exceptionnel dans l’histoire de l’iconographie des villes tire son originalité de quatre caractéristiques. Premièrement, il résulte d’une exécution plutôt ancienne dans la chronologie des événements de la découverte des nouveaux royaumes. Ensuite, conçu au terme d’observations effectuées dans un contexte indigène, il adopte, pour sa forme achevée, les conventions européennes mais en conserve sa fonction descriptive en respectant l’infrastructure urbaine et des rapports topographiques. Par ailleurs, la représentation originale disparaît rapidement, mais son emploi secondaire, à travers la conception de nombreuses images dérivées qui intègrent plus ou moins de variantes, prolonge sa survie dans le temps. Enfin, en dépit de l’évolution des objectifs que les utilisateurs fixeront à l’usage de cette représentation, sa structure originale demeurera. Fonctionnant comme un « marqueur », le plan conçu pour informer devient, au fil du temps, une image évocatrice.

Les dérivés du plan fondateur

16Cette représentation de ville poursuit un long itinéraire. Le second volet de son histoire permet de souligner quelques-uns des facteurs qui ont participé à ses transformations. Au début du xvie siècle, à la suite des grandes découvertes survenues au cours des précédentes décennies, un vif intérêt porté à la géographie se développe dans le milieu des érudits européens. Les limites du monde physique rejoignent alors les frontières de l’imaginaire. Ces lieux vécus ou rêvés figurent dans les recueils ou collections de documents de voyage qui mêlent textes et références iconographiques. Quant aux « Insulaires » chers aux Vénitiens, très tôt ils décrivent les îles. Plus tard, les atlas présentent des cartes soutenues par des commentaires.

  • 10 Benedetto Bordone, né à Padoue vers 1450. Miniaturiste, dessinateur, géographe, éditeur d’œuvres c (...)

17Le plus ancien des « Insulaires » qui intègrent l’Amérique, celui de Benedetto Bordone10, contient dans son édition de 1528 une représentation de Tenochtitlán-Mexico issue du plan cortésien (fig. 2). Le plan remanié de Bordone, plusieurs fois remodelé par la suite, constitue la base des plans ultérieurs. Simultanément, il conserve la structure de la ville (facteur qui en facilitera l’identification en dépit des transformations successives) et renforce la tendance fantaisiste du plan initial. Négligeant d’inverser le dessin en le reportant sur la planche, il transforme la distribution cardinale et place le nord à gauche de l’image. La perspective est modifiée : sur le plan fondateur, la ville s’organise suivant un mouvement radial. Dans le cas présent, elle se répartit de part et d’autre d’un axe vertical et le regard glisse vers un point de fuite situé en haut. Le squelette de la ville mis en place par B. Bordone se retrouve dans les représentations qui figurent parmi les ouvrages géographiques des siècles suivants. Selon les époques, les compilateurs font appel à des graveurs plus ou moins talentueux : la xylographie ne permet pas la finesse des détails que procure la gravure sur cuivre. Certaines images sont coloriées, d’autres demeurent en noir et blanc.

fig. 2 - Isolario de Benedetto Bordone, La grancitta de Temistitan, Venetia, Livre 1°, p. X. BN imprimées G 1770

  • 11 En 1556, Giovanni Bautista Ramusio publia à Venise le troisième volume des Navigationi e Viaggi, v (...)
  • 12 Gotardo Arthus Dantiscano, Francfort 1624, tome XV, Livre I, Sigismond Lutoni.

18Les atlas du xvie siècle réservent une place estimable aux représentations des Amériques et il est fréquent d’y compléter la composition des planches par les « plans » des villes importantes de ce continent. Celles-ci figurent alors, soit en regard des côtes, soit dans l’espace océanique, soit encore en marge de la page, formant une guirlande de vignettes. Ramusio11, de Jode, du Pinet. Braun. Bertius, insèrent dans leurs ouvrages une image archétypique qui rapproche l’ancienne capitale mexica de Cusco, mais aussi de Mocca ou de Carthagène. Au xviie siècle. Dantiscano, Blaeu. Dapper12 : recourent également à ce référent iconographique et sont suivis par Van Meurs, Chatelain et Solis en 1755. Leurs plans cavaliers en « haut relief » évoquent des maquettes en trois dimensions, bien organisées, respectueuses de la perspective et du rapport avec l’environnement lacustre et montagneux. En 1822 encore, A. Dillon, pour donner une vision de Mexico dans les Beautés de l’Histoire du Mexique, remploie les plus fortes caractéristiques de l’image traditionnelle en la paysageant à la française. Parallèlement à cet usage du procédé de réutilisation d’une image née de la rencontre entre le plus illustre des conquérants espagnols et la plus admirable des villes du Nouveau Continent se développe, à partir du xviiie siècle, avec Nicolas de Fer en 1715, une technique de cartographie orthogonale, dépourvue d’effet allégorique.

Trois cas : trois devenirs

19Dans la perspective d’une ébauche de réflexion sur la relation qui existe entre le cadre mental d’une séquence culturelle, le style des images émises pendant ce temps et l’usage qui en est fait, trois cas de documents cartographiques notoires méritent d’être évoqués. Le premier concerne la représentation de la Ciudad Tenuxtitan figurant dans la compilation d’îles effectuée par Alonso de Santa Cruz au milieu du xvie siècle. Cette représentation semble constituer l’unique dérivé du grand plan conservé à l’université d’Uppsala, en Suède. Cette vue d’ensemble de la vallée de Mexico vers 1550 renseigne sur une ville dont le passé préhispanique semble complètement absent. Ce plan fut connu par la publication en 1910. par A. Perceval Maudslay, d’une lithographie très retouchée. Elle figure dans le tome des cartes de l’édition anglaise de la Historia verdadera de la conquista de Nueva España de Diaz del Castillo. Zelia Nutall en fit exécuter une copie et un excellent fac-similé en six feuillets qui reproduisent les sections du plan. Le caractère glyphique des maisons et des églises parle en faveur d’une réalisation autochtone. Le plan pourrait avoir été conçu au Collège impérial de la Santa Cruz à Tlatelolco, avec la coopération d’artistes indigènes sans doute subordonnés à des contraintes espagnoles. Cette représentation dénote en effet une connaissance intime de la vie dépeinte. L’exactitude topographique est attestée par les Diálogos de Cervantés de Salazar en 1554.

  • 13 Alonso de Santa Cru/., cosmographe de Charles Quint, rédige vers 1555 l’Islario General de todas l (...)
  • 14 F. Cervantes de Salazar, México en 1554. Mexico, Editorial Porrua, Sepan Cuantos, 1985.

20Bien qu’Alonso de Santa Cruz, cosmographe de la Casa de Contratación depuis 1536, écrive être passé à Mexico, il semble bien improbable que ce document soit son œuvre. Cependant. Santa Cruz en intègre une version appauvrie et malhabile dans l’lslario général de Todas las islas del Mundo13 qu’il achève vers 1556. Flanquée d’une vingtaine d’églises ou de chapelles, cette cité paisible presque déserte, au contraire de la ville animée et vivante décrite par Cervantés de Salazar, émerge de son enceinte lacustre où s’activent des personnages indiens, plus particulièrement masculins. L’intérêt ethnographique du document réside dans cette illustration des activités indigènes. L’absence d’individualisation des édifices civils et religieux dont souffre l’ensemble est compensée par la précision topographique. En effet, on peut suivre, à travers la ville, l’itinéraire des personnages présents dans les Diálogos14.

21Le second cas concerne le mode de représentation de Cusco. Si l’on se réfère aux documents conservés à la Bibliothèque nationale, le plus ancien d’entre eux appartient à un ouvrage de 1564, d’Antoine du Pinet. Xylographie sur double page, elle porte pour titre : Plan et portrait de l’illustre cité de Cusco, ville capitale du royaume de Peru. Cette vue à vol d’oiseau d’une ville de type hippodamique se compose de blocs : ses rues et ses canaux se coupent systématiquement à angles droits. Cette morphologie adoptée par l’auteur témoigne de l’indifférence qu’il porte à l’exactitude du lieu. Une muraille agrémentée de sept tours et percée de portes entoure la ville. Il s’agit d’une image conventionnelle qui pourrait illustrer n’importe quel lieu non défini.

  • 15 Op. cit. (note 11).

22En 1576, Belleforest, puis Braun et Hogenberg, dans le célèbre atlas Civitates orbis Terrarum, recourent à une représentation presque identique (fig. 3). Parmi ces fameuses images qui illustrent des villes connues ou inconnues. Hofnagel présente deux sortes de vues de ville : soit aériennes, soit horizontales, montrant alors le profil de la ville. Appuyant l’idée d’opposition et de complémentarité des deux villes impériales déchues mais investies, Cusco occupe la page en regard de celle de Tenochtitlán-Mexico. Les géographes, comme les auteurs d’atlas et de livres de voyages désiraient « faire voir » l’inconnu. Dans les Grands Voyages de Théodore de Bry, dont l’exemplaire conservé à la Bibliothèque nationale date de 1596, nous retrouvons l’image conventionnelle enrichie par l’éditeur liégeois. L’original de type Ramusio est repris par Munster en 1598. Viennent ensuite les éditions vénitiennes de Ramusio de 1606 et 162615 : à force de répéter, de copier et de recopier la même image, celle-ci s’impose comme un blason. Ce n’est qu’avec Dapper, en 1675, que l’on sort de la monotonie consécutive au mécanisme de reproduction à l’identique ; par l’ajout de détails non conventionnels, il crée une ambiance chargée d’un caractère de vraisemblance. 11 faut attendre l’Atlas du Pérou de Paz Soldait, édité à Paris en 1861, pour voir apparaître une œuvre objective conforme à la mentalité des xixe et xxie siècles, émanant d’une autre perception du monde que celle exprimée au cours des trois siècles précédents. Imprimée à Paris. Amsterdam, Francfort ou Venise, l’image de Cusco est toujours la même : tandis que Mexico est évoquée dans son cadre lacustre, et perçue à vol d’oiseau avec ses canaux et ses ponts, ses chaussées et temples monumentaux, la cité incaïque demeure, quant a elle, décrite dans ses fortifications et ses murailles. N’existe-l-il pas en réalité sur le haut-plateau andin une Sacsahuaman édifiée grâce à l’habile juxtaposition d’énormes blocs de pierres ? Dans les représentations de Cusco, on note peu d’observations issues de la réalité qui soient transcrites dans le langage graphique. Peu à peu viennent y figurer quelques éléments humains ou animaliers.

fig. 3 - Le Cuzco (Civitates Orbis Terrarum)

23Notre troisième sujet d’observation ne concerne pas les images de l’Amérique dans la culture vénitienne du xvie siècle, mais l’évolution de la propre image de Venise au-delà de 1500. La Sérénissime, ville riche où l’imprimerie vient d’apparaître, reste hors de l’entreprise américaine. Elle entretient toutefois des relations avec les grandes puissances qui l’impliquent dans leurs vicissitudes, et sa position culturelle dominante favorise sa curiosité. Les Espagnols eux-mêmes avaient bien ressenti et exprimé, à travers leurs commentaires, la ressemblance structurelle liée à la nature amphibie, aux moyens de transport utilisés et à l’importante activité commerciale des sites de Venise et de Mexico. Un examen assez superficiel des représentations cartographiques de Venise met en évidence les itinéraires divergents des représentations des deux cités de référence, bien qu’elles figurent parfois dans un même ouvrage.

  • 16 Cronologia magna marciana, Cod. Lat. 2.399, n° 1610.
  • 17 Voir Arcltivio delle magistrato aile acque, Venise.
  • 18 G. Cassin. Pianete e Vedute prospectiche di Venezia (1479-1855), Venise, 1982.

24La première représentation de Venise apparaît vers 1350 dans un manuscrit, aujourd’hui conservé à la bibliothèque Marciana de Venise16 : elle correspond à l’état de la ville au xiie siècle17. Si nous ignorons les plans imprimés au xve et xvie siècles, les plans manuscrits de cette époque sont très différents du précité et font apparaître les contours d’une ville en expansion depuis le xiie siècle. Alors qu’au Moyen Âge les plans de la ville posent la géographie sur un plan horizontal et les édifices en élévation, ces deux éléments constitutifs du plan sont, au xve siècle, soumis à la perspective. Le goût pour les représentations du monde affecte à l’époque certaines cours du Nord de l’Italie : on cite même le cas de Bellini qui aurait exécuté un plan de Paris sans jamais s’y être rendu. Mais, en 1500 apparaît une œuvre cartographique18 dont on ignore si elle fut inspirée par la tradition locale ou par l’école florentine. Jacopo Barbari, auteur présumé, englobe l’ensemble de la cité, en choisissant un point de vue élevé, tant pour la ville que pour les paysages qui l’entourent. 11 en résulte une perception plus fine de la topographie sensible, une meilleure profondeur de champ et une dichotomie plus nette entre le premier plan et l’arrrière-plan. L’auteur ne choisit pas de symboles conventionnels pour figurer les maisons, mais apporte à tous les éléments des détails que l’œil peut apprécier ; chaque structure apparaît dans une étonnante précision.

25La discussion sur les moyens techniques mis en œuvre pour la réalisation du plan reste ouverte et l’objet de notre attention ne réside pas en cela. A notre connaissance, rien de semblable ne fut réalisé à Venise au cours des deux siècles suivants, et la méthode demeura inimitée, même hors de la Sérenissime. Les plans vénitiens publiés au xvie siècle offrent un intérêt cartographique bien moindre. B. Bordone, miniaturiste, compile des informations sur les îles et publie son Insulaire pour la première fois en 1528 ; bien qu’il utilise la vue à vol d’oiseau, chère aux Vénitiens, comme le fait Barbari, sa composition de Venise diffère complètement de celle de 1500. Les éléments conventionnels sont réintroduits et l’image perd ses qualités de réalisme favorisées par les effets d’une xylographie très fine. La ville se présente dans une rigidité massive. Cette édition comporte une gravure de Mexico-Tenochtitlán, île d’Amérique agrégée par l’auteur à celles bien connues de l’Ancien Monde, comme nous l’avons décrit dans le groupe des dérivés. Le plan de 1524 y subit une transformation : épuré, réorienté, l’ensemble est construit avec une ligne de fuite dirigée vers le haut. La diffusion que connaissent en Europe ces Insulaires, favorise la modélisation de ces deux représentations. Aussi bien la Venise que la Temixtitan issue de l’ouvrage de Bordone serviront de base aux réutilisateurs, cartographes ou illustrateurs du xvie siècle.

26Quatre atlas vénitiens de cette époque reproduisent le même plan de base, dépourvu de sens topographique, et l’image de la Sérénissime diffusée par ces collections devient l’image standard des livres de voyages et autres compilations publiées en Europe aux xviie et viiie siècles. Cas précoce, unique et spectaculaire d’une entreprise de figuration presque « hyperréaliste », le plan de Barbari n’a suscité ni descendance, ni conception analogique, ni même plagiat. A Venise, lieu ouvert sur la géographie, quand bien même fût-elle celle d’hier, celle de la Méditerranée et de l’Orient, lieu passionnément épris d’arts, curieux des techniques et de l’univers, le rapport au réel demeurait contraint, retenu et même empêché. Le monde architectonique américain est exprimé selon les tendances et les orientations culturelles de l’époque et le désir de coller à la réalité apparaît comme tout à fait secondaire. Alors que l’Espagne, et surtout de nombreuses villes flamandes ou allemandes, poursuivent le perfectionnement de leur activité cartographique. Venise perd peu à peu sa capacité créative dans ce domaine. Nous pouvons encore citer Pietro Coppo qui, entre 1520 et 1540, produit des cartes confuses. Cependant que vers 1550 circulent des atlas de cartes où les premières découvertes apparaissent avec un remarquable caractère de précision et d’exactitude. Battista Agnese et Giorgio Sideri conçoivent un atlas hydrographique où figure un continent américain correctement dessiné. Mais, dans la seconde moitié du xvie siècle. Venise importe cartes et atlas conçus et réalisés à l’étranger. Cette cité lagunaire, si souvent rapprochée de Tenochtitlán dans les récits des conquérants, connaît, à la différence de la cité mexica, le privilège d’être décrite dans sa vérité. Quant au joyau urbain de la Nouvelle-Espagne, il est l’objet d’une représentation destinée à renseigner sur la topographie du site. Après que cet ouvrage a été oublié, le plan s’est propagé comme une image symbolique assez forte pour soutenir solidement l’imaginaire bien préparé des Européens.

L’imaginaire de la Renaissance

27La Renaissance, comprise comme période d’expression d’un renouveau culturel de dimension européenne étalée sur plusieurs siècles, a décliné avec talent toutes les figures rendues possibles par le jeu spéculaire, et celles de la symbolisation et de la substitution. 11 convient de raccorder l’histoire des idées à celle des arts, des sciences et de la littérature. Durant ce long processus, s’enchaînent des progrès technologiques, des bouleversements économiques, des transformations sociales et politiques. L’imaginaire de la Renaissance peut s’exprimer indépendamment de toute référence à la réalité. Il se manifeste aussi bien dans la créativité dégagée des contraintes réalistes que dans les efforts pratiques destinés à appréhender un impossible objet. L’imaginaire symbolique procède d’une impossibilité d’accès au réel. La désignation n’y est pas substantielle et les objets dépourvus de sens objectif y vivent par la situation qu’ils occupent dans un univers de signes. Le mode de signification s’établit à partir d’images signifiantes. La Renaissance apparaît comme une période privilégiée pour l’étude de l’imaginaire perçu à travers des référents. A défaut de pouvoir placer l’objet dans la réalité, on recourt à la fonction utopique qui, en tout irréalisme, donne un sens au désir de l’impossible.

28Deux moyens de reproduction apparaissent à la Renaissance : l’imprimerie et la miroiterie combinées dans la gravure. Ces deux techniques favorisent l’épanouissement des séries au détriment du modèle unique. Imprimerie et impression permettent conjointement une diffusion jusque-là jamais atteinte. Le triple mécanisme de reproduction, multiplication et diffusion, occupe l’univers de l’œuvre écrite, influençant ainsi son contenu, sa fonction et sa forme. Les artistes se réfèrent à un modèle et procèdent par imitation réitérative : tout en désirant rester fidèles à l’original, ils entraînent des variations dans leurs travaux d’imitation. Chaque cas nouveau apporte son lot d’additions, de corrections, parfois enrichissantes, parfois sclérosantes. Nous pouvons ajouter que circulaient alors des images de villes, parfaites constructions imaginaires, mais qu’elles n’ont pas été retenues. On leur a préféré les images erronées de sources réelles ou réalisables : l’imaginaire choisit ainsi son modèle.

  • 19 Jean Lafond, Le Modèle à la Renaissance, Paris. Oiseau de Minerve, Vrin. 1986.
  • 20 B. Walliser, Systèmes et modèles, Paris, Le Seuil. 1977. p. 143

29Cité par Jean Lafond19, B. Walliser20 écrit que le modèle recouvre toute représentation d’un système réel, qu’elle soit mentale ou physique, exprimée sous forme verbale, graphique ou mathématique, et que ce même modèle occupe une situation originale puisque, maquette ou figuration symbolique, il est à la jointure du concret et de l’abstrait. Schéma dynamique, le modèle permet d’effectuer le passage du plan déterminé d’un certain savoir à un plan supérieur pas encore marqué par les repères habituels. La référence au modèle stimule l’usage de l’imagination dans sa fonction créatrice. Ces images signifiantes permettent aux hommes de la Renaissance d’appréhender des abstractions.

  • 21 Franck Lestringant, L’Atelier du cosmographe ou l’Image du monde à la Renaissance, Paris. Albin Mi (...)

30En suivant Frank Lestringant21, nous rejoignons la littérature emblématique de la Renaissance qu’il met en relation avec la « Cosmographie du Levant ». « Dans sa Préface [écrit-il] Thévet achève son éloge à la vue, le plus parfait de tous les sens, par cette considération : la rencontre contrastante de l’image vivante et de la lettre morte représente le principe même de la syntaxe emblématique. En vertu d’une inspiration platonicienne, l’image donne accès à la signification spirituelle par le canal du plus noble des cinq sens. »

31L’emblème, espèce d’énigme en tableau, à caractère parfois ésotérique, qui associe une sentence et un narratif référentiel concret, participe de la sémiologie visuelle. Objet visible ou signe représentant une idée, ou rappelant une chose abstraite, l’emblème lie l’image à la pensée. Le processus mental contemporain, qui suppose à travers la cartographie exacte, la photographie, les relevés, une prise de contact avec des données réalistes connues de nous, est sans point commun avec la mentalité des Anciens, plus abstraite et plus conceptuelle. Jusqu’au xixe siècle, les gravures ne nous montrent pas les choses telles qu’elles sont mais telles qu’elles pourraient être. Mettant en œuvre des idées platoniciennes, les Anciens, par cet artifice, ne font pas émerger une médiocre réalité mais un désir. Ces vues de villes ont-elles eu pour conséquence fâcheuse d’étendre la curiosité, le goût de savoir ou de voir ? Si oui, elles l’ont fait en rassurant sur la connaissance déjà ancienne mais réinventée d’un ailleurs fauteur d’envie mais aussi de crainte.

Notes

1 Hernán Cortés. Cartas de Relación. 14e édition. Mexico, Porrua, Sepan Cuantos n° 7, 19X5.

2 Histoire générale des voyages. Paris, Didot, 1754, tome 12. BN G 6063.

3 Marcel Bataillon, Hernân Cortés, autor prohibido, Libro Jubilar de Alfonso Reyes. Mexico, U.N.A.M., 1956. p. 77-82.

4 Tercera Carta de Relaciôn, Jacobo Cromberger edit., Séville. 30.3.1523. B.N. Réserve 8° 01.662. Texte gothique.

5 Ignacio Alcocer, Apuntes sobre la antigua México-Tenochtitlán. Tacubaya, 1935.

6 Coatepantli, mur orné de serpents de pierre.

7 Eduardo Matos Moctezuma : El Templo Mayor. Mexico, Baneomer, 1981.

8 Tzompantli : plate-forme surmontée de piquets destinés à recevoir les têtes des sacrifiés.

9 Tlatelolco, fondée en 1370 sur une île du lac de Texcoco. Cette cité fut conquise par les Tenochca en 1473. Elle devint la cinquième parcialidad de Tenochtitlán qu’elle prolonge vers le nord-ouest. On en connaît le célèbre marché préhispanique et le collège de la Santa Cru/., fondé par les Franciscains.

10 Benedetto Bordone, né à Padoue vers 1450. Miniaturiste, dessinateur, géographe, éditeur d’œuvres classiques et peintre. Son Isolario est édité en 1528, 15.34, 1537 et 1557.

11 En 1556, Giovanni Bautista Ramusio publia à Venise le troisième volume des Navigationi e Viaggi, vaste compilation de chroniques relatives à la découverte et à la conquête de l’Amérique.

12 Gotardo Arthus Dantiscano, Francfort 1624, tome XV, Livre I, Sigismond Lutoni.

13 Alonso de Santa Cru/., cosmographe de Charles Quint, rédige vers 1555 l’Islario General de todas las islas del Mundo, où sont figurées et commentées les îles connues en Méditerranée et ailleurs.

14 F. Cervantes de Salazar, México en 1554. Mexico, Editorial Porrua, Sepan Cuantos, 1985.

15 Op. cit. (note 11).

16 Cronologia magna marciana, Cod. Lat. 2.399, n° 1610.

17 Voir Arcltivio delle magistrato aile acque, Venise.

18 G. Cassin. Pianete e Vedute prospectiche di Venezia (1479-1855), Venise, 1982.

19 Jean Lafond, Le Modèle à la Renaissance, Paris. Oiseau de Minerve, Vrin. 1986.

20 B. Walliser, Systèmes et modèles, Paris, Le Seuil. 1977. p. 143

21 Franck Lestringant, L’Atelier du cosmographe ou l’Image du monde à la Renaissance, Paris. Albin Michel. 1991.

Table des illustrations

Légende fig. 1 - Plan dit de Cortés
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2139/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 554k
Légende fig. 2 - Isolario de Benedetto Bordone, La grancitta de Temistitan, Venetia, Livre 1°, p. X. BN imprimées G 1770
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2139/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 830k
Légende fig. 3 - Le Cuzco (Civitates Orbis Terrarum)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2139/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 908k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter