Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Indes occidentales à l’Amérique Latine. Volume 2

 | 
Thomas Calvo
, 
Alain Musset

Images et récits

Cartes et chroniques de guerre. À propos d’une carte du Haut-Pérou (1782)

Marie-Danielle Demélas-Bohy

Texte intégral

  • 1 J’excepte, bien sûr, les planisphères de cette remarque.

1Séduisantes autant qu’imprécises, les cartes anciennes servent à situer, avec plus ou moins de justesse, des lieux et des passages dont on possède une trace écrite, mais dont on ne connaît pas l’emplacement. Il est moins courant qu’on les emploie à reconstituer la perception de l’espacé que partageaient les hommes au temps où elles furent établies1, encore moins qu’elles aident à déterminer l’origine de la vocation littéraire d’un chroniqueur important, ni qu’elles démontrent des continuités rebelles. C’est pourtant le cas du document que je tenterai de présenter, selon une démarche inusitée, éclairant un journal de guerre par une carte antérieure à son écriture mais donnant à la carte sa pleine signification grâce au journal ; rappelant ce qu’un fils devait au passé de son père, mais dissipant un peu d’obscurité du destin paternel par l’aventure du fils. Au fil de ces aller et retour de la carte à la chronique, j’espère aussi prouver certaines permanences entre la grande jacquerie indienne de 1780-1782 et les guérillas de la guerre d’indépendance.

Une carte inédite

  • 2 Un an après avoir achevé ce texte, une mission en Bolivie m’a permis d’en savoir davantage. Des re (...)

2Voici deux ans, un collègue, disparu depuis, me fit part de l’une de ses découvertes dans l’Archivo General de la Nación, à Buenos Aires. Ce chercheur obligeant, Thierry Saignes, connaissait les travaux que j’avais entrepris sur les guérillas indépendantistes du Haut-Pérou : la carte dont il se proposait de me montrer une copie aurait été dessinée sur ordre d’un officier des troupes de pacification, entre 1815 et 1824. J’en fis développer le négatif fourni par les archives, sans connaître les dimensions de l’original. Le document n’était pas d’excellente qualité et le cliché en noir et blanc obscurcissait ou effaçait beaucoup de détails d’une belle carte aquarellée. Il fallait cependant se résigner à cette perte d’information : de récentes difficultés rencontrées par l’Archivo General de la Nación argentina auraient rendu, semble-t-il, ce document introuvable. La copie qui m’en a été confiée ne comportait aucune mention de cote ; seule une nouvelle pêche hasardeuse permettrait de retrouver l’original et comprendre son étrange itinéraire à travers les archives2. Seconde déception : s’il correspondait bien au territoire contrôlé par la guérilla qui opéra dans les provinces de Sicasica et d’Hayopaya entre 1814 et 1825, le document était antérieur d’un peu plus de trente ans à ses débuts.

  • 3 M. E. del Valle de Siles. Historia de la rebelión de Tupac Catari, 1781-1782. La Paz, editorial Do (...)
  • 4 Ce détail ne doit pas surprendre : certains groupes de Chiríguanos, une ethnie qui passait pour in (...)
  • 5 On appelle alors « cartouche » un emballage comprenant une balle de plomb et la quantité de poudre (...)
  • 6 M. E. del Valle de Siles. Historia de la rebelión de Tupac Catari. 1781-1782, op. cit., p. 394-395

3Un ouvrage récemment publié par María Eugenia del Valle de Siles, foisonnant d’informations inédites sur la rébellion de Tupac Catari, permet de dater précisément les événements qu’illustrait la carte3 : il s’agissait d’une campagne, menée entre le 30 mai et le 29 juillet 1782 par José de Reseguín, le commandant en chef des troupes auxiliaires chargées d’éradiquer les derniers foyers de la jacquerie indienne qui avait soulevé, pendant deux ans, la plus grande partie des provinces andines. En mai 1782, alors que les troupes de Tupac Amaru avaient été vaincues ou soumises, au Pérou, et que, dans l’Audience de Charcas. Tupac Catari avait été exécuté et ses armées défaites près du lac Titicaca, des milliers d’Indiens tenaient encore la région des Vallées (il s’agit d’une zone au relief très accidenté, située entre 2 000 et 3 500 m d’altitude, qui permet le passage entre le haut plateau minier, le bassin céréalier de Cochabamba et les Yungas tropicales). Afin de pacifier la zone, le commandant Reseguín parvint à rassembler des forces importantes et diverses. Ses troupes régulières comprenaient « 51 capitaines, 47 lieutenants, 37 enseignes. 3 579 soldats, et 404 fusiliers. Le corps des Indiens alliés était formé de 185 archers chiriguanos4, 213 hommes de Chayanta et 72 de Cochabamba. L’artillerie se composait de 5 canons et 500 cartouches à boulets. 20 130 cartouches5 de fusil d’une once, 17 620 de trois quart d’once, et 12 280 d’une demi-once, plus 2 000 pierres à fusil et 5 quintaux de poudre6 ». S’ajoutaient à ces forces des miliciens des provinces de Mizque, Laguna, Tapacari, Arque et Cochabamba, conduits par le colonel Diego Velasco (1 122 soldats et 50 fusiliers), ainsi qu’une colonne de 500 hommes, commandée par le chef des milices de Cochabamba, Pedro de Arauco, qui devait opérer en renfort. Enfin, au cours des opérations, 500 Indiens de Paria (prov. d’Oruro), menés par leur curé, le Dr. don Pedro de Arcos, interviendraient aux côtés des forces royalistes.

4Au total. 6 760 soldats, munis d’armes à feu et d’artillerie de montagne, avaient pour mission de réduire près de 12 000 Indiens (l’estimation était de Reseguín), parmi lesquels beaucoup de femmes et d’enfants, les rebelles s’étant repliés avec famille et troupeaux. Malgré leur nombre, les rebelles, mal armés, n’avaient a priori aucune chance de s’en tirer. Il fallut cependant deux mois d’une campagne difficile pour en venir à bout. On pressent que cette expédition révèle un terrain propice à la résistance et des tactiques indigènes dont d’autres rebelles – les guérilleros de la guerre d’indépendance – pourront plus tard tirer parti. Pourtant, si María Eugenia del Valle de Siles n’avait mené sa recherche avec tant de soin, cette opération de grande envergure resterait ignorée. José de Reseguín avait été privé de toute gloire par ses supérieurs. Sebastián de Segurola et Ignacio Florès, qui celèrent ses succès afin de faire valoir les leurs.

  • 7 Il en existe deux exemplaires : l’un aux Archives des Indes (AGI. Charcas 595), l’autre aux Archiv (...)
  • 8 Comme le souligne M. E. del Valle de Siles, « Todo esto hace más dificultosa la lectura de este di (...)

5Par l’un de ces mystères qui font le charme des archives, le long rapport, sous forme de journal, que Reseguín rédigea pour rendre compte de son commandement, fut séparé de la carte sur laquelle il s’appuyait7. Faute de ce document, le journal s’avère parfois obscur8 : la découverte fortuite de celle-ci devrait faciliter le travail des historiens de la Grande Rébellion. Mais pour en tirer profit, il leur faudra abandonner leurs habitudes scolaires : la carte, orientée O.S.O., doit se lire en gardant en mémoire que le haut correspond aux abords du haut plateau, le bas au bassin de Cochabamba et aux vallées semi-tropicales, que les deux niveaux communiquent par de profonds thalwegs taillés par des affluents du río de Hayopaya, et qu’il convient de suivre un ordre de lecture – de gauche à droite – correspondant au déroulement chronologique de l’expédition, précisé par des numéros placés sur certains points de la carte dont j’ai transcrit la légende.

  • 9 D’autant que ces effectifs avaient tendance à fondre. Témoignages, journaux et rapports s’entenden (...)
  • 10 C’est le nom attribué au río de La Paz (ou Choqueyapu) en contrebas de la cité.
  • 11 Ce qu’on pourrait traduire par sauvages. C’est ainsi que les gens des hautes terres désignaient le (...)

6Des aller et retour du journal à la carte qui lui correspond montrent comment s’était organisée la résistance des rebelles, retranchés dans une contrée qui offrait autant de refuges inexpugnables où ils pouvaient attendre des renforts, que de possibilités de s’échapper pour reprendre le combat dans la zone la plus peuplée et la plus riche, celle de l’altiplano, ou de se replier vers la selva en cas désespéré. De gauche à droite, la carte situe l’emplacement de sanctuaires successifs, dont deux, le premier en haut, à gauche, et le second au centre, avaient été définis en fonction d’une stratégie d’ensemble. Le premier, autour d’Ajamarca, correspondait à la haute vallée du río de Mohosa. Les Indiens s’y étaient repliés avec leurs troupeaux et, connaissant l’usure des forces de pacification, ils pouvaient se croire à l’abri d’une expédition de 2 000 ou 3 000 hommes9. Mais, au cas où l’adversaire parviendrait cependant à les déloger d’Ajamarca, ils devraient rallier une zone presque inconnue, à la végétation dense, au relief abrupt, comprise dans un carré borné par les bourgs de Quinte et de Choquetanca Chico (de gauche à droite), et Cañamina et Haraca (de bas en haut). Le cartographe avait souligné de jaune ce territoire qui avait valu tant de peines à la troupe. Entre Ajamarca et Choquetanca, la résistance devait chaque fois fixer et fatiguer son adversaire sur les embûches naturelles de la zone, massifs et hautes vallées où la cavalerie devenait inutile, et où, surplombant les soldats, les Indiens désorganisaient les colonnes en lançant sur elles des galgas meurtrières (blocs de pierre). Le choix de ces bastions naturels offrait donc aux rebelles deux issues possibles : par le haut, ils pouvaient s’échapper en direction de Yaltiplano, en franchissant les cabeceras de valles, et, si leurs forces le leur permettaient, prendre à revers les villes clés – Oruro, par la haute vallée du río de Hayopaya ou La Paz, par Río Abajo10 ; par le bas, en empruntant, par Irupana, Chulumani, puis Coroico, la voie des Yungas, ces hautes vallées tropicales qui offraient l’abri de la selva, chez les Infidèles, ou Indios bravos11. Ce plan astucieux fut réduit à néant par la puissance inattendue de l’adversaire.

De la Jacquerie à la guérilla

  • 12 José Santos Vargas. Diario de un comandante de la guerra de independencia, 1814-1825, introduction (...)
  • 13 J’ai traité de la participation des communautés indiennes de Mohosa à la guerre civile dans « Darw (...)

7En 1782. José de Reseguín intitula sa carte « Piano que demuestra el terreno que ocupaban los Yndios Rebeldes de las Montanas de Leque, Mohosa, Cabari, Ynquisivi, Capiñata, Choquetanca ». Il circonscrivait ainsi le théâtre même de la future guérilla de Sicasica et d’Hayopaya qui, selon son chroniqueur. José Santos Vargas, parvint à contrôler, dès la tin de l’année 1817, « en el partido de Sicasica, el primer pueblo de su [du commandant Lira, premier dirigeant de la guérilla] nacimiento Mohosa. Cavari. Inquisivi, Ichoca. Yaco, Quime, Capinata, Colquiri, Haraca ; en el partido de Chulumani (que es Yungas) Suri y Sircuata ; en el partido de Hayopaya eran su capital Palca. Machaca. Morochata. Charapaya. Choquecamata, Leque. Calchani y Yani12 ». Si la carte retrouvée à Buenos Aires était bien antérieure à la guerre d’indépendance, elle n’en recoupait pas moins le terrain d’action de la seule révolution autochtone du Haut-Pérou, qui résista à partir de 1814 en ne comptant que sur ses propres forces, jusqu’à l’intervention des armées indépendantistes de Bolívar et Sucre, à la fin de 1824. El figure en bonne place, sur la carte de 1782, le bourg de Mohosa, qui constitua l’une des bases de la guérilla, et qui, bien plus tard, lors de la guerre civile de 1899, joua de nouveau un rôle de premier plan13. À la tin du xviiie siècle, Mohosa occupait déjà une place importante dans un dispositif de résistance indigène.

  • 14 José Santos Vargas. Diario de un comandante de la guerra de independencia, 1814-1825. introduction (...)
  • 15 J. S. Vargas. op. cit., p. 33 (édition de 1982).

8Afin de vérifier le détail de cette coïncidence, j’ai relevé les occurrences topony- miques du plan de Reseguín et recherché leur présence dans la principale source dont nous disposons sur la guérilla, le journal tenu pendant onze ans par le tambour-major José Santos Vargas14. Toutes y figurent, à l’exception de celles correspondant à la zone du dernier refuge des rebelles, en 1782, dont Reseguín écrit : « Era un parage enteramente desconocido, aun por los mismos rebeldes qe, se havian refugiado a aquellas montanas » (Il faut ici entendre montanas dans le sens qu’on lui donne dans les Andes : le piémont amazonien à la végétation dense). Inhabitée en 1782, cette zone inhospitalière l’était probablement restée après la brève occupation des fuyards. Pour le reste, la carte de Reseguín démontre que la guérilla d’Hayopaya opérait dans les mêmes villages, franchissait les mêmes cours d’eau, gravissait les mêmes accidents montagneux. Ces refuges naturels avaient abrité les premières guérillas qui s’étaient formées en 1811, lors des opérations du corps expéditionnaire argentin mené par Balcarce et Castelli, et c’est dans la cordillère de Toco (n° 11 sur la carte) que s’était alors retranché le capitaine Dionisio Lira, fusillé en juin 1813 pour avoir tenté d’organiser les communautés indiennes de la province. Dionisio Lira était le père du premier dirigeant de la guérilla, Eusebio Lira, héros de la chronique de José Santos Vargas15. La carte permet ainsi d’inscrire la guérilla dans une continuité. Rebelles en 1780-1782, les Vallées l’étaient encore en 1811-1825, puis à nouveau en 1899. Récurrence qui devrait inciter à chercher la trace d’autres révoltes de Mohosa, aux xvie et xviie siècles, et à poursuivre jusqu’à nos jours, si c’est possible, l’explication d’une telle persévérance dans le refus.

Légende de la carte des opérations de Reseguín dans les Vallées, mai-juillet 1782
« Piano que demuestra el terreno que ocupaban los Yndios Rebeldes de las Montañas de Leque. Mohosa, Cabari Ynquisivi, Capiñatan Choquetanca & Las Marchas, y contramarchas que en su seguimiento hicieron las tropas del Rey mandadas por el Theniente Coronel de Dragones Dn. José Reseguín, Comandante Grál, de aquella Expedicion. Demonstracion de las funciones, y ataques que tuvieron hasta la total estencion, y sugecion de aquellos Obstinados Sediciosos ; que há hecho la pasificacion grãl, de las Provincias Sublebadas del Perú, perteneciendo al Vireynato de Buenos Ayres. »

  • 16 La date ajoutait à la signification du meurtre comme sacrifice, aussi le fait que la mise à mort, (...)

9Mais la consultation du journal de Vargas, auquel mène la carte de Reseguín, incite à pousser plus loin l’analyse, à ne pas s’arrêter à la comparaison de permanences rebelles, pour tenter d’élucider le sens que les insurgés donnaient à l’espace où se déroulait la guerre. Il s’agissait d’une zone dont l’intérêt ne se limitait pas à la difficulté d’accès, et la chronique du tambour-major attribuait à l’occupation des cerros par les rebelles des raisons que les considérations strictement militaires de Reseguín ne pouvaient percevoir. En dépit de leur évangélisation, les communautés aymaras qui peuplaient les Vallées continuaient de révérer les sommets, Apus, Mallkus ou Wamani, les ancêtres qu’elles gratifiaient de sacrifices – les plus appréciés étant ceux d’êtres humains – pour se concilier assistance ou neutralité ; l’importance que les rebelles accordaient aux cerros n’était donc pas seulement tactique, elle se fondait sur la croyance en leur appui. Le sommet d’Amutara, « point chaud » de la résistance indigène en juin 1782 (n° 13, 15, 16. 17. sur la carte), fut le théâtre d’un sacrifice humain, à la Saint-André de 181216 :

  • 17 J. S. Vargas. op. cit., p. 30 (édition de 1982). C’est moi qui souligne.

« Ordenado que fue el gobernador subdelegado don Rafael Losada por el general Goyeneche a su partido de Hayopaya se vino. Así se estaba. Un día 29,ngos y días de fiesta y empezó a hablar en contra de los porteños tratándolos de impíos, licenciosos, herejes, alzados contra la religión, contra el rey y otras cosas muy mal habladas a todos los patriotas adictos a la libertad de las Américas. Enfurecida toda la gente así de cholada e indiada y toda clase de gentes, de común acuerdo se entropan y entran esa noche a su habitación, lo sacan a las 4 de la mañana, lo llevan preso más de 70 indios con sus lanzas y garrotes por el pueblo de Machaca, lo hacen pasar directamente al río de Hayopaya. lo hacen subir la cuesta por las haciendas de Calahaliri y Sihuas, en el alto que llaman Amutara en un lugar llamado Chilihua lo matan a palos, lanzazos y pedradas lastimosamente17. »

  • 18 Le père Ruben Vargas Ugarte mentionne l’existence d’un culte à la Vierge d’icoya dont la statue au (...)

10L’exécution du subdélégué royaliste, à l’aube du 30 novembre 1812, imitait des pratiques antérieures, et son récit suggère que la sauvegarde que recherchaient les rebelles, en 1782, sur le mont Amutara., était de nature magique autant que physique. Confortés par la force du Mallku, c’est là qu’ils livrèrent le premier combat auquel se heurta l’expédition de Reseguín, perplexe de n’avoir traversé, depuis son départ de Tapacarí, le 30 mai, que des villages désertés et des reliefs peuplés d’adversaires invisibles. Le 13 juin, environ mille Indiens résistèrent pendant plusieurs heures sur les flancs du cerro, laissant près de deux cents morts. Les protections surnaturelles que les rebelles tentaient de faire jouer en leur faveur étaient aussi, en partie, chrétiennes, selon des modalités que les travaux de T. Gisbert et de T. Bouysse-Cassagne commencent d’éclairer. Une image de la Vierge semble avoir joué un rôle particulier dans les Vallées : en 1782, alors que la plupart des églises des villages rebelles avaient été, soit saccagées, soit abandonnées en l’état par les Indiens, l’église de Mohosa, seul bâtiment préservé du village, avait été vidée de toutes ses images que les habitants avaient emportées dans leur fuite. Le journal de Reseguín ne fournit aucune indication sur les objets qui avaient disparu, et l’on ne dispose d’aucune visite ecclésiastique qui dresserait l’inventaire de l’église avant ce déménagement. Pour tenter de savoir ce que les Indiens y avaient soustrait, il faut relever les indices fournis par le journal de Vargas : en août 1816, le commandant Eusebio Lira attribuera à la Vierge d’Icoya, dont la statue trônait alors dans l’église de Mohosa, la protection particulière dont il avait bénéficié à l’égard de ses poursuivants royalistes, et de ses lieutenants et rivaux. Qu’était donc cette Vierge, actuellement inconnue ? Il pouvait s’agir d’une image dissimulée par les Indiens en 1782, comme d’une image sculptée ultérieurement18 : quoi qu’il en soit, on peut inférer des journaux de Reseguín et de José Santos Vargas qu’il existait un culte à la Vierge particulier à Mohosa, dont les rebelles – Indiens et guérilleros – cherchaient à capter la faveur, en même temps qu’ils se conciliaient le soutien des Apus (un inventaire plus détaillé de cette géographie sacrée des Vallées serait possible, que n’autorise pas la dimension réduite de cette contribution).

Vargas père et fils

  • 19 J. S. Vargas. op. cit, p. 27 (édition de 1982).
  • 20 Ibid.
  • 21 Ib., p. 110. En 1809, quand avaient commencé les premières rébellions de Chuquisaca et de La Paz, (...)

11La comparaison entre la carte de 1782 et le journal de 1814-1825 rapproche des événements et des lieux, mais leur enrichissement réciproque ne s’arrête pas là : ce sont aussi des hommes qui se répondent à trente ans de distance, des héritages et des savoirs qui se transmettent. Il était logique qu’à partir de 1811 les forces de répression fissent appel à l’expérience de vieux officiers qui avaient combattu des rebelles dans la province où venait d’éclater une guérilla. Participait à l’expédition de 1782 l’officier de milices don Gerónimo Lombera (n° 13, 26. 31, sur la carte) ; en avril 1812, devenu lieutenant- colonel, à la tête de deux escadrons de cavalerie et de 850 fusiliers, il écrase un premier rassemblement de 2 000 Indiens, à Belén, près de Sicasica19. Il avait alors été désigné comandante general apaciguador de los Valles20. Malgré un âge sans doute avancé, il occupait encore ces fonctions en 181621. Mais, entre la jacquerie et la guerre d’indépendance, les coïncidences humaines allaient plus loin encore. Si un lien étroit unissait la carte de 1782 au journal de la guérilla, plus fort encore était celui qui liait l’auteur du journal et cette expédition, entreprise quinze ans avant sa naissance : le père de José Santos Vargas, don Blas Mariano Vargas, avait servi sous les ordres du commandant Reseguín.

  • 22 Sur la dérive sociale de José Santos Vargas, consulter mon article « Je suis oiseau : voyez mes ai (...)

12Avant de décrire la participation de Blas Mariano Vargas à la campagne des Vallées, j’aimerais parler de son fils, le guérillero, et de son journal, un document des plus riches et des plus énigmatiques qui soient. Et il me faudra aussi parler de la vocation littéraire du guérillero, qui fut à l’origine de son engagement. Car, chose étrange, José Santos Vargas qui, après l’indépendance, devint Indien originario, membre de l’ayllu Vilacha, parcialidad Urinsaya, canton de Mohosa, entra dans la guérilla avec des motivations propres à un homme de lettres22. Ce n’était pas un partisan mais un écrivain, qui avait trouvé dans la guerre d’indépendance un superbe sujet. Né à Oruro, en 1796, orphelin de mère à six ans, et de père à huit ans, il mène une vie agitée et précaire avant de retrouver, en 1814, son frère aîné, le curé don Andrés Vargas, qui officiait dans le partido de Mohosa. Ce dernier avait servi de chapelain aux premières guérillas des Vallées, et il en avait tenu un journal qu’il fit lire à son cadet pour le gagner à la cause révolutionnaire (ce document fut perdu en 1819, à la mort du curé) :

  • 23 J. S. Vargas. op. cit., p. 22.

« Estando así con mi hermano, en sus conversaciones y en sus pláticas me mostró un corto diario de algunos sucesos de años adelante del de esta fecha. Yo lo leiya por una vez y otra, y como me pareciese algo divertido dicho diario me animé en que lo había de hacer otro tanto si caso existiese en estos lugares23. »

  • 24 Ib., p. 9.

13Et José Santos devint guérillero afin de pouvoir écrire. On ne peut être plus clair : « Ansioso estaba ya yo de ser patriota, mucho más con la intención de saber y apuntar lo que sucediese. Ello es que me entropé por ser más testigo ocular de los hechos [...]24. »

  • 25 Ib., p. 10 : « Como yo tenía regular letra por entonces. el comandante don Eusebio Lira, el siendo (...)
  • 26 Ib., p. 11 : « Aunque ya no aprendía nada pero estaba siempre en la escuela. »
  • 27 Maîtrise littéraire qui n’empêche pas de nombreuses incorrections et obscurités, faiblesses attend (...)
  • 28 Cependant, le journal que José Santos Vargas prétend achevé au temps même de la victoire d’Ayacuch (...)
  • 29 J. S. Vargas. op. cit., préface, p. XX.
  • 30 Ib., p. 19 : « [...] Andaba fugitivo en los pueblos de Arani. Tarata. Toco y Clisa. donde algunos (...)

14Toute vocation littéraire comporte une part de mystère. Dans le cas de José Santos. ce choix impliquait, non un retrait du monde, fréquent chez l’écrivain, mais un engagement tel qu’il l’obligea de risquer sa vie pendant onze ans. Il entreprit même d’organiser sa carrière militaire en fonction de ses exigences littéraires : engagé à dix-huit ans comme simple soldat, il devient très vite le secrétaire du commandant – il fut celui qui rédigeait le courrier et les proclamations, servait de greffier lors de procès sommaires, tenait les comptes de la guérilla... et un journal : dans le même temps, il se mit à apprendre à jouer de la caisse claire pour devenir tambour. Bientôt tambour-major, il est l’homme qui ne quitte jamais le commandant pendant les combats, puisqu’il en transmet les ordres25 (raison pour laquelle il représente une cible de choix pour l’adversaire). Drôle d’écrivain qui flirte avec la mort : drôle de guerrier qui fait la guerre avec des baguettes. Autre source d’étonnement : la qualité de son écriture. À dix-huit ans, José Santos, qui, selon ses dires, n’avait passé que quatre ans dans une école dont il détestait le maître et où il n’apprenait rien26 entreprend d’écrire avec une maîtrise inattendue chez un homme si jeune et si peu lettré27. Dès les premières semaines, il maîtrise l’art du dialogue, et sait mettre en scène des combats héroïques ; le récit superbe des dernières semaines, puis de la mort du capitaine Eusebio Lira et du châtiment de ses meurtriers aurait été écrit alors qu’il n’avait que vingt et un ans28. Où a-t-il puisé ce savoir-faire précoce ? Dernier sujet d’interrogation : outre ses qualités de soldat, d’écrivain et de percussionniste. Vargas était l’un des meilleurs éclaireurs de la guérilla dont le commandement utilisa souvent la connaissance des voies de passage de cette contrée difficile29. Or, à la différence de beaucoup d’autres guérilleros – auxquels il n’attribue pas les mêmes talents de scout – José Santos n’était pas originaire des Vallées. Il avait vécu à Oruro, sur l’altiplano, jusqu’à l’âge de quinze ans, puis, chassé de la ville par les aléas de la guerre civile, il avait erré pendant trois ans dans des villages du bassin de Cochabamba30. Quand il s’engage, il ne connaît les Vallées que depuis deux ou trois mois (Vargas n’indique pas la date exacte de son enrôlement). Comment expliquer cette parfaite connaissance d’un territoire qui n’était pas le sien ?

  • 31 F. Cajías. « Los objetivos de la revolución indígena de 1781 : el caso de Oruro », Revista Andina. (...)
  • 32 L’asiento minier où il exploitait quelques filons.
  • 33 Archivo General de Simancas (AGS). secretaría de guerra. 6804, exp. 26.
  • 34 La légende de notre carte précise : « Dos Compañías destacadas en los Altos de Mohosa para cubrir (...)
  • 35 AGI. Charcas 595, cité par M. E. del Valle de Siles. op. cit., p. 399.
  • 36 « De regreso [de los altos de Mohosa] se condujo al pueblo de Sicasica a reunir a los indios disp (...)

15Cherchons la clé de ces énigmes dans le passé. Passé historique, passé familial aussi. En 1781 et 1782, le père du guérillero et du curé, don Blas Mariano Vargas, avait participé, à ses frais, à la lutte contre la rébellion. Dans un premier temps, il avait agi aux abords d’Oruro et dans sa province ; ayant ainsi fait la preuve de sa loyauté (au même moment, une partie des habitants d’Oruro s’étaient solidarisés avec les rebelles31) qu’avait récompensée un grade de capitaine de milices de La Joya32, il avait conduit ses hommes à la seconde expédition destinée à libérer la ville de La Paz, de nouveau assiégée par les Indiens, d’octobre à décembre 1781. Puis, en février 1782, il avait reçu l’ordre de rallier le détachement du commandant Tirry, basé à Sicasica, et c’est ainsi qu’il s’était joint à l’expédition entreprise par José de Reseguín, en juin-juillet 178233. Bien qu’elle ne mentionne pas son nom, la carte de Reseguín permet de connaître quelle fut sa participation : c’est lui qui dirigea les deux compagnies envoyées sur les hauteurs de Mohosa pour couvrir la marche du colonel Velasco et châtier le bourg rebelle (n° 7, sur la carte)34. Il partit avec ses hommes le 4 juin et, sans atermoiements, il remplit sa mission. Au soir du 5 juin, le gros de l’expédition qui bivouaquait dans la haute vallée, à Marquiribi, vit s’élever des fumées au-dessus de Mohosa. Le capitaine Vargas avait incendié le village, en n’épargnant que l’église, sur les portes de laquelle fut placardé cet avis : « Que las tierras de aquellas comunidades se vendían por el Rey a los particulares que las quisieran comprar por ser conveniente la extinción de esta obstinada gente35. » Cette « gent obstinée » réservait encore bien des surprises aux autorités du pays. Après douze jours de « nettoyage » de la contrée. Blas Mariano Vargas rejoignit le corps principal de l’expédition, puis revint à Sicasica achever la pacification36.

  • 37 Sur l’importance des journaux et mémoires dans le Haut-Pérou à cette époque, consulter la mise au (...)

16Soldat zélé que le père du chroniqueur rebelle. Cependant, les armes n’étaient pas son domaine : dans le civil, il exerçait la charge de greffier du tribunal d’Oruro. À titre exceptionnel, il avait aussi été nommé escribano de guerra par la Junta de Guerra d’Oruro. C’est à ce titre qu’au cours de ses campagnes, il prit la plume pour consigner les aveux des prisonniers, auxquels il servit également d’interprète (il parlait les deux langues véhiculaires du Haut-Pérou, le quechua et l’aymara). Et il rédigea les minutes de leur procès. Avec de telles aptitudes, il ne paraît pas invraisemblable que Vargas père pût être à la fois guerrier et chroniqueur. Lors d’un départ en campagne, le commandant en chef avait coutume de désigner un escribano de guerra ou l’un de ses officiers pour tenir le journal de l’expédition à partir duquel il bâtirait son rapport final. Don Blas Mariano Vargas pouvait bien avoir été ce scribe – les officiers greffiers ne devaient pas être nombreux – comme il pouvait aussi avoir tenu son propre journal, sans avoir été distingué par Reseguín : la Grande Rébellion fournit de nombreux exemples de cette sorte37. Le besoin d’écrire en ces temps difficiles était bien plus répandu qu’on ne pourrait le croire.

  • 38 Archivo Histórico de La Paz, serie %. Intendencia, gobierno, expedientes, 1786 (1). Dénonciation d (...)
  • 39 Un détail à rajouter au dossier de ce curieux personnage : sa tante maternelle, surnommée la Condo (...)
  • 40 Il s’agit là d’une inférence : je suppose que, Blas Mariano Vargas étant mort en 1806, son fils aî (...)
  • 41 J. S. Vargas. op. cit., p. 22.

17Lorsqu’il entreprit de s’engager pour écrire, en 1814, José Santos Vargas disposait donc de deux modèles, de deux sources d’inspiration et d’information ; derrière l’expérience de son frère, le chapelain chroniqueur, agissait celle de son père, officier et écrivain public. Ce dernier lui laissait en outre un héritage d’intérêts et de liens avec les communautés indiennes des Vallées, dont la trace ne figure ni sur la carte, ni dans le journal, mais dans les archives espagnoles. En effet, l’attention que don Blas Mariano Vargas porta aux habitants des Vallées ne prit pas fin avec l’écrasement de la jacquerie. Quatre ans plus tard, en février 1786, il s’associait au protecteur des Indiens d’Oruro, don Fermín Aguirre, pour adresser des appels à se rassembler aux dirigeants des communautés de Yaco, Leque. Mohosa et Ichoca – les mêmes qu’il avait combattues auparavant. Ces lettres furent interceptées, et le subdélégué d’Oruro entreprit de mener une enquête auprès de bergers des Vallées qui rapportèrent des rumeurs de conspiration. Vargas et Aguirre furent suspectés d’inciter les Indiens à reprendre la guerre, et le greffier dut s’enfuir à Chuquisaca pour échapper à un ordre d’arrestation38. En l’état actuel de mon enquête, je ne peux comprendre comment cet officier des troupes de répression avait pu établir et conserver des liens avec les communautés dont il avait confisqué le bétail, incendié les maisons et les biens39. Mais qu’importe pour cette démonstration. Il reste établi que la famille Vargas connaissait le terrain des Vallées, et leurs communautés, longtemps avant le début de la guerre d’indépendance, et que cette connaissance, chez ce notable créole qu’était don Blas Mariano, passait par l’écrit qui était son office. Son fils aîné, le curé Andrés Vargas, qui avait dû naître vers 178040, bénéficia des connaissances de son père et du réseau social qu’il était parvenu à tisser dans les Vallées, pour s’établir confortablement à Pocusco, dans les environs de Mohosa41. Et José Santos, qui était bien moins le fils de ses œuvres que son journal tente de le faire croire, fut adopté et reconnu dans cette contrée en vertu des mêmes liens. En somme, sans qu’on puisse savoir comment ce paradoxe aurait été rendu possible, tout se passe comme si le fait que le père ait pacifié la contrée de Mohosa aurait permit à ses fils d’en devenir, l’un, le curé, l’autre le commandant (c’est avec ce titre que José Santos Vargas acheva la guerre).

Heuristique

18Abandonnons le domaine de l’hypothèse pour une dernière remarque qui, cette fois, touche à la « cuisine » de l’histoire. Comme le déplorait María Eugenia del Valle de Siles, il est bien difficile, et souvent impossible, de suivre sur des cartes contemporaines l’emplacement d’événements anciens. Machinalement, l’œil s’oriente en fonction des toponymes et des points cardinaux – ne nous a-t-on assez rabâché qu’on ne parlait pas du « haut » de la carte, mais du « Nord » ! Seuls quelques virtuoses sont capables de se repérer quelle que soit l’orientation de la carte ancienne, réelle ou décrite, dont ils disposent. En outre, en un siècle ou deux, bien des noms ont changé : comment retrouver des lieux qui ne sont plus nommés ? La carte de Reseguín offre une réponse : beaucoup d’incertitudes disparaissent quand on accepte de partager la perception de l’espace dont témoigne une carte ancienne. Cette carte qui s’organise selon un réseau hydrographique en arête de poisson, dont le haut figure l’altiplano, et le bas, les vallées, constitue la seule représentation qui rende compte de la façon dont les guerriers (pas seulement eux. sans doute) concevaient l’espace qu’ils avaient parcouru, un espace ordonné suivant les grandes lignes du relief mais aussi selon le souvenir qu’ils avaient gardé de leurs épreuves. Ce qu’ils en disent devient alors clair. Cette carte, dont la valeur n’est pas seulement documentaire, mais aussi heuristique, offre un exemple simple de cas où la recherche peut s’appuyer avec profit sur des représentations indigènes.

19Le temps ne modifie pas seulement les représentations de l’espace. Sous la forme du récit patriotique, il introduit dans la carte des références symboliques nouvelles. C’est la leçon que j’ai tirée des difficultés que j’ai longtemps rencontrées à situer le célèbre village de Mohosa sur une carte contemporaine. Je connaissais sa situation précise, mais je ne voyais cependant pas où il se trouvait aujourd’hui. Cette carte, parce qu’elle ordonne les relations entretenues par les villages entre eux et les reliefs qui les entourent, m’a permis de comprendre que Mohosa porte désormais le nom de Lanza. Jusqu’alors, je ne pouvais concevoir que le village natal d’Eusebio Lira, premier commandant de la guérilla, héros du journal de José Santos Vargas, pût être rebaptisé du nom de José Miguel Lanza, dernier commandant de la guérilla, qui avait nui autant qu’il l’avait pu à Lira, et dont notre chroniqueur ne manqua jamais d’épingler la vanité ni la couardise. Les autorités contemporaines, sensibles à l’image flatteuse que Lanza avait su léguer de lui à la postérité – l’une de ses premières décisions, à la fin de la guerre, fut de célébrer à La Paz un Te Deum en son honneur et déposer au Panthéon des Martyrs les corps de ses deux frères morts pour la patrie –, crurent faire acte de civisme en donnant au village un nom qui rappelait sa participation à l’épopée indépendantiste. Mais, cherchant à inscrire un village dans une histoire exemplaire, elles ont effacé son passé et raillé, sans le savoir probablement, son héros autochtone.

Explicacion

201. Marchas del Comandante Grãl.

212. Marchas del Coronel de Milicias Dn. Diego de Velazco. destinado a seguir otro Camino desde Tapacari con la mira de cercar a los Rebeldes situados en Leque y Marquiribi.

223. Disposicion que tomaron las tropas divididas en tres Columnas para el ataque de dicho Marquirivi, y sus Estancias.

234. Campo de Guailla, en que quedó el equipage, tren de Artilleria, y demas efecto del Exercito.

245. Situation que tomaron las tropas de Velazco. durante el citado ataque de Marquiribi, para impedir retrocediesen los Rebeldes.

256. Trozo de tropas dejado por Velazco en Lipichi con el mismo fin.

267. Dos Compañias destacadas en los Altos de Mohosa para cubrir y sostener la marcha de Velazco, dirigida a castigar al pueblo de este nombre, y facilitar la subida.

278. Destacamento a las ordenes del Corregidor de Carangas Dn. Antolin de Echavarri, situado en los Altos de Layuri, en tanto se tomaban las alturas para ataquar a Ajamarca.

289. Disposicion para dicho ataque en dos columnas, obrando al mismo tiempo de Echabarri.

2910. Cuerpo de Velazco, situado en los Altos de Hamata y Tacopucara, a fin de impedir qe, los rebeldes retrocediesen al ventajoso Punto de Marquirivi.

3011. Cerro de Toco.

3112. Campamentos que ocupó el resto del Exercito, y equipages a las ordenes del Capitan de Dragones Dn. Agustin de Pinedo, en Añapaia e Yrapallo durante la operacion de Ajamarca.

3213. Destacamento del Theniente Coronel de Milieias Dn. Geronimo Lombera, que se separo desde Collipalla para situarse en los Altos de Chornacota, donde subsisto hasta el ataque, y desalojo de los rebeldes en el Cerro de Amutara.

3314. Tropas de Velazco que retrocedieron dejando un destacamento en Tacopucara : para colocarse en los Altos de Sopo e impedir la retirada de los Yndios rebeldes de Amutara al Cerro de Chicota.

3415. Cerro de Amutara.

3516. Disposicion para el ataque de Amutara por las tropas del Comandante Gral, divididas en dos columnas.

3617. Situacion que ocupaban los Rebeldes en Amutara, desde donde fueron muchos despeñados.

3718. Ataque por la parte de Siguas por las tropas de Arauco, divididas en dos columnas, maniobrando a un tiempo con las del Comandante General.

3819. Marchas de Arauco.

3920. Situacion que tomo el destacamento que salio del campamento de Amutara a las ordenes del Comandante General en los Altos de Habara para sostener a Arauco en la operacion y castigo de los rebeldes qe. se hallaban en el Pueblo de Cabari, y sus Estancias.

4021. Ataque que tuvo dicho destacamento al tiempo de retirarse al campamento de Amutara en el Cerro de Rearrea, en que fueron derrotados los enemigos.

4122. Destacamento mandado por el Comandante General y dirigido desde el campamento de Amutara por los Altos de Rearrea a flanquear por la derecha a los Rebeldes situados en las alturas de Sirarani.

4223. Destacamento de Velazco dirigido por el camino recto de Rearrea. a ataquar por el frente a los citados rebeldes.

4324. Situacion de estos en las inmediaciones de dicho Sirarani.

4425. Estancia de Sacavaca hasta donde fueron perseguidos los rebeldes por el Comandante General, donde hizo alto y paso la noche.

4526. Destacamento de Lombera situado en la estancia de Habara para impedir la retirada a los rebeldes de Chay y Quiñuani.

4627. Retirada de los rebeldes a Quiñuani despues de la derrota de Sirarani, donde esperaron al dia siguiente a las tropas del comandante. quien reunido ya con Velazco los siguio y ataco luego que aclaro el dia.

4728. Forma en que ataco, logrando derrotarlos enteramente quitandoles muchas cargas y crecido numero de ganados, persiguiendoles mas de dos leguas por la loma de dicho Quiñuani.

4829. Campamento de la pampa de Sirarani, y con el resto del exercito, tren y equipages, que despues del ataque de Quinuani se incorporo con el destacamento del Comandante en el campamento de Lico no. 30.

4931. Campamento de Arauco en las inmediaciones del pueblo de Capiñata, donde se le incorpore el comandante general con un destacamento de 600 hombres que saco del campo de Lico, y tambien se reunio en el Lombera con el destacamento colocado en Habara.

5032. Campamento de Ynquisivi donde se mantuvo reunido el comandante con dichos cuerpos dos dias, y despues de ellos se traslado por los altos de Quime, donde se hallaba el resto del exercito a las ordenes de Pinedo por haver tenido aviso de que los rebeldes havian atacado a este oficial varias veces con animo de apoderarse del campamento, pero fueron rechazados con perdidas de algunos, siempre que lo intentaron.

5133. Campamento en que los Yndios atacaron a Pinedo. tomandole las alturas.

5234. Posicion del exercito dividido en tres columnas para atacar a los Rebeldes que se hallavan fortificados en el cerro de Ycumarine.

5335. Columna de Velazco dirigida por el camino de Chichi para atacar la derecha de los Rebeldes.

5436. Columna del Sargento Mayor de milicias de Santa Cruz Dn. José Lorenzo Chaves. que siguio el camino real de Quime. y ataco a los Rebeldes por el frente.

5537. Columna del Comandante General que siguio el camino de Lacalaca, para atacar a los Rebeldes por su izquierda, con la idea de picarlos, y cogerlos por la espalda para facilitar el ataque, y subida de Chaves a Ycumarine.

5638. Destacamento de los yndios de Paria, sostenidos de algunos fusileros a las ordenes de su cura el Dr. Dn. Pablo de Arcos, que oeupaban las lomas de Calavaya, para impedir la retirada a los sediciosos por aquella parte.

5739. Situacion de los rebeldes en Ycumarine y sus inmediaciones.

5840. Campamento que ocupo el exercito reunido despues de haver derrotado a los Rebeldes en Ycumarine. donde consiguieron las Armas del Soberano una completa Victoria.

5941. Campo de Guaillani, desde donde salio el comandante general con 2000 hombres. un canon y 20 cargas de municiones a la ligera para internarse en el desconocido seno de Choquetanca. sin tiendas ni equipage alguno porque no lo permitio lo aspero del terreno.

6042. Choquetanca grande, cuyo punto abandonaron los rebeldes al descubrir las vanguardias del exercito del Rey, y donde quedo un destacamento de 400 milicias de Cochabamba para conservar el Punto, y se reunio con el coronel Dn. Pedro Arauco con un destacamento de sus tropas.

6143. Campo de Sn. Juanillo, donde tambien quedaron 400 hombres de las Milieias de Punata, y Arani. a las ordenes de su coronel Arauco, con el mismo fin de conservar aquel ventajoso punto y recoger los Yndios que ya empezaban a implorar el Perdon.

6244. Campo de Vertiz. Este era uno parage enteramente desconocido, aun por los mismos rebeldes qe. se havian refugiado a aquellas montañas, y por consiguiente no tenia nombre y en memoria del Exmo. Sr. Virrey de estas provincias se lo llamo de esta manera.

6345. Abra y campo de Torrini donde fueron soprendidos y derrotados los Rebeldes. perdiendo quanto llevaban para sus subsistencia y abrigo. que no les dieron mas tiempo que para ponerse en fuga.

6446. Campamento de Arancibia y Santamaria, colocados al frente del Punto de Tarocumana, para impedir la salida de los Rebeldes por aquel paso preciso, lo que no pudieron conseguir por sus pocas fuerzas.

6547. Campo de Araca desde donde salio el Comandante General para sostener a Arancibia, colocandose en el campo de las juntas No. 48.

6649. Punto en que fueron sorprendidos y atacados los Rebeldes por Arancibia quien dividio su gente en tres columnas. y los derroto enteramente, tomandoles aun tiempo por las espaldas de su campamento.

6750. Los Yndios rebeldes que quedaron muertos en tres trozos diferentes.

6851. Cuerpo de Arauco dividido en dos columnas para atacar a los Yndios que oeupaban el bentajoso punto de Chimo No. 52 donde ygualmente fueron derrotados.

6953. Punto en que se acogieron dichos Yndios despues de la derrota de Chimo donde se vieron obligados a rendirse a discrecion por no poder romper por ninguna parte el camino que intentaban para refugiarse en las montanas de Choquercamire.

7055. 56. 57. 58. 59 y 60. Campos del Rio de Santiago : La Biga. La Espia, Canamiña. Capala, hasta Charapari donde se reunieron todos los descamentos del exercito que se hallaron destinados en diferentes puntos.

Nota la

71El ambito domarcado de amarillo con puntos encarnados demuestra el terreno qe. comprehende los bosques de Choquetanca, poco conocido ; y muchos de ellos no se havian penetrado hasta ahora. Comprehende su circunferencia 60 leguas.

Nota 2a

72Que este piano se ha construido prudencialmente en quanto a las distancias, pero se ha tenido presente que desde el Pueblo de Tapacari al Rio de Coroyco hay 80 leguas, y desde el Pueblo de Palca al tambo de Caracollo 40.

73(Archivo General de la Nación argentina, sala ix, n 268).

Notes

1 J’excepte, bien sûr, les planisphères de cette remarque.

2 Un an après avoir achevé ce texte, une mission en Bolivie m’a permis d’en savoir davantage. Des recherches entreprises à la demande de María Eugenia del Valle de Siles (à qui j’avais adressé une copie de mon article et qui approuvait la thèse d’une continuité entre jacquerie et guérilla), et réalisées grâce à l’obligeance de Sinclair Thomson, ont permis de retrouver cette carte à l’AGNA, sous la cote sala IX, n° 268, mais il n’a pas été possible d’en obtenir une copie en couleur. La question de la disjonction de la carte et du rapport n’a pas été résolue.

3 M. E. del Valle de Siles. Historia de la rebelión de Tupac Catari, 1781-1782. La Paz, editorial Don Bosco, 1990, 664 p. Un chapitre est consacré à l’expédition de José de Reseguín : « Una pacification desconocida. Campañas de Reseguín en los valles nor-orientales de Sicasica », p. 389-412.

4 Ce détail ne doit pas surprendre : certains groupes de Chiríguanos, une ethnie qui passait pour indomptable, avaient adopté cependant depuis trois siècles des stratégies d’alliance avec les différentes forces en présence dans l’Audience de Charcas. Pendant la guerre d’indépendance, le cacique Cumbay accepta de seconder les troupes du porteño Belgrano, et ses hommes appuyèrent la guérilla des époux Padilla. Th. Saignes, « Cumbay, campeón de la paz », Historia y cultura, n° 16. La Paz, oct. 1989, ainsi que M.-D. Demélas et Y. Saint-Geours, La Vie quotidienne en Amérique du Sud au temps de Bolívar. Paris. Hachette. 1987, chap. IV.

5 On appelle alors « cartouche » un emballage comprenant une balle de plomb et la quantité de poudre nécessaire pour un certain type de fusil. Cette préparation permettait de gagner du temps lors des combat, et d’éviter les erreurs de dosage.

6 M. E. del Valle de Siles. Historia de la rebelión de Tupac Catari. 1781-1782, op. cit., p. 394-395.

7 Il en existe deux exemplaires : l’un aux Archives des Indes (AGI. Charcas 595), l’autre aux Archives nationales d’Argentine (AGNA. 9/15-7-14). M. E. del Valle de Siles. op. cit., p. 391.

8 Comme le souligne M. E. del Valle de Siles, « Todo esto hace más dificultosa la lectura de este diario. plagado además de nombres de haciendas, lomas y abras de ríos muy difíciles de ubicar en los mapas actuales. Todo esto dificulta el seguimiento de lo que ocurre en cada jornada así como la orientación y sentido de las marchas », op. cit., p. 397.

9 D’autant que ces effectifs avaient tendance à fondre. Témoignages, journaux et rapports s’entendent à dénoncer l’importance des désertions des troupes loyalistes (consulter les documents rassemblés par M. E. del Valle de Siles. Testimonios del cerco de La Paz, La Paz. Don Bosco. 1980. ainsi que les papiers du président Ignacio Flores conservés dans le fonds Jijón y Caamaño, Archivo del Banco Central del Ecuador, à Quito).

10 C’est le nom attribué au río de La Paz (ou Choqueyapu) en contrebas de la cité.

11 Ce qu’on pourrait traduire par sauvages. C’est ainsi que les gens des hautes terres désignaient les tribus insoumises du bassin amazonien.

12 José Santos Vargas. Diario de un comandante de la guerra de independencia, 1814-1825, introduction. trascripción e índices de Gunnar Mendoza. Mexico, Siglo xxi. 1982. p. 197 (p. 180 de l’édition de 1952 – voir infra, note 14 – qui ajoute à cette liste le village de Leque).

13 J’ai traité de la participation des communautés indiennes de Mohosa à la guerre civile dans « Darwinisme à la créole. Le darwinisme social en Bolivie. 1870-1910 », dans Pluriel-débat. Paris. 1980. n ° 23. p. 3-36 (en espagnol : « Darwinismo a la criolla : el darwinismo social en Bolivia. 1880- 1910 », dans Historia Boliviana, Cochabamba. 1981. 1/l. p. 55-82). Ainsi que dans « Jacqueries indiennes, politique créole. La guerre civile de 1899 », Caravelle, Cahiers du monde hispanique et lusohrésilien. Toulouse, 1985, n 44, p. 91-111 (en espagnol : « Sobre jefes legítimos y vagos. Insurrecciones indígenas y guerra civil en Bolivia », dans Historia y Cultura, La Paz, n ° 7. oct. 1985, p. 51-73).

14 José Santos Vargas. Diario de un comandante de la guerra de independencia, 1814-1825. introduction, trascripción e indices de Gunnar Mendoza. Mexico. Siglo XXI. 1982 (déjà cité), ainsi que Tambor mayor Vargas. Diario de un soldado de la independencia altoperuana en los valles de Sicasica y Hayopaya. 1816-1821. trascripción, prólogo y notas de L. Gunnar Mendoza. Sucre, Universidad San Francisco Xavier. 1952, 321 p. Ces deux ouvrages correspondent à l’édition de deux manuscrits différents du même auteur. Sur les problèmes posés par les discordances existant entre ces deux versions, consulter mon article « Les deux journaux de José Santos Vargas ». à paraître dans le Bulletin de l’Institut français d’études andines.

15 J. S. Vargas. op. cit., p. 33 (édition de 1982).

16 La date ajoutait à la signification du meurtre comme sacrifice, aussi le fait que la mise à mort, exécutée au lever du soleil, fût collective (« toda la gente así de cholada e indiada y toda clase de « entes [...] más de 70 indios con sus lanzas y garrotes »). Je renvoie le lecteur à un plus ample développement sur le sujet des sacrifices humains et de la Saint-André dans l’article « Les croyances du tambour-major. Le journal de José Santos Vargas ». Andes et méso-Amérique, cultures et sociétés, Etudes en hommage à Pierre Duviols. Publications de l’université d’Aix-en-Provence. 1991. vol. 1. p. 193-216 : ainsi que dans l’ouvrage L’Invention politique. Bolivie. Equateur. Pérou au xixe siècle. Paris. 1992. ERC. p. 208- 210.

17 J. S. Vargas. op. cit., p. 30 (édition de 1982). C’est moi qui souligne.

18 Le père Ruben Vargas Ugarte mentionne l’existence d’un culte à la Vierge d’icoya dont la statue aurait disparu lors de la Grande Rébellion (Historia del culto de María en Iberoamérica, vol. II. p. 297, note 19. Je remercie Teresa Gisbert pour m’avoir rappelé cette référence). L’enquête que j’ai menée pour en savoir davantage sur cette Vierge a donné de minces résultats, et je n’ai pu m’en procurer aucune image, ni savoir pourquoi le nom du lieu-dit Icoya lui avait été attribué, alors qu’elle résidait à Mohosa (à moins qu’il ne s’agisse de l’advocation « Virgen y Coya ». hypothèse suggérée par T. Bouysse-Cassagne). Le fait que le commandant Lira lui ait dédié une cérémonie solennelle d’action de grâces un 18 août (p. 97 de l’édition de 1982) ou un 15 août (p. 108 de l’édition de 1952) permet cependant de penser qu’il s’agissait d’un avatar de la Vierge de Copacabana.

19 J. S. Vargas. op. cit, p. 27 (édition de 1982).

20 Ibid.

21 Ib., p. 110. En 1809, quand avaient commencé les premières rébellions de Chuquisaca et de La Paz, Don Gerónimo de Marron y Lombera, alors propriétaire des haciendas Viloma et Vilomilla (prov. de Cochabamba) et commandant de milices à Cochabamba, se range aux cótés des forces de l’ordre. En 1822, il est décédé, alors qu’il avait atteint le grade de brigadier (Archivo National de Bolivia [ANB]. Expedientes Coloniales. 1822. n 41 et E. Just Lleó, Comienzo de la independencia en el Alto Perú : los sucesos de Chuquisaca, 1809, Sucre, editorial judicial, 1994. p. 229-30).

22 Sur la dérive sociale de José Santos Vargas, consulter mon article « Je suis oiseau : voyez mes ailes... Je suis souris : vive les rats ! », dans les actes du colloque L’Expression des identités américaines à partir de 1492 (Toulouse, octobre 1992), Caravelle. Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien, Toulouse, 1994, n 62.

23 J. S. Vargas. op. cit., p. 22.

24 Ib., p. 9.

25 Ib., p. 10 : « Como yo tenía regular letra por entonces. el comandante don Eusebio Lira, el siendo jefe don Pascual García y todos los demás jefes y oficiales que habían en aquellos Valles me oeupaban en la pluma, y yo que tenía intención aparejada de apuntarlo todo lo que pudiera suceder me introducía más por solamente informarme mejor para apuntarlo todo. Por eso aun no quería tener ascenso alguno ni queria salirme de tambor mayor, mas era por estar al lado de los jefes y saber todo lo que ocurriese. así es que cuando había alguna corta novedad siquiera yo ya me introducía, y ellos que siempre necesitaban de un plumario amanuense me admitía nomás. Por eso es que no se me escapaba la más mínima novedad que ocurría : me dejaban y me confiaban. yo también guardaba algún secreto en la cosa más leve. »

26 Ib., p. 11 : « Aunque ya no aprendía nada pero estaba siempre en la escuela. »

27 Maîtrise littéraire qui n’empêche pas de nombreuses incorrections et obscurités, faiblesses attendues de la part d’un homme vivant en milieu indien et métis, et qui parlait peut-être plus souvent l’aymara que le castillan.

28 Cependant, le journal que José Santos Vargas prétend achevé au temps même de la victoire d’Ayacucho (op. cit., p. 14) garde la marque de nombreux remaniements ultérieurs. Faute de disposer des différents états du manuscrit, il reste impossible de déterminer la part du travail littéraire dans ces retouches.

29 J. S. Vargas. op. cit., préface, p. XX.

30 Ib., p. 19 : « [...] Andaba fugitivo en los pueblos de Arani. Tarata. Toco y Clisa. donde algunos me cobijaban. » Le village de Toco dont il est ici question est situé à près de 40 lieues au sud du cerro de Toco (n° 11. sur la carte).

31 F. Cajías. « Los objetivos de la revolución indígena de 1781 : el caso de Oruro », Revista Andina. Cuzco, 1983, n° 2. p. 409 et sq.

32 L’asiento minier où il exploitait quelques filons.

33 Archivo General de Simancas (AGS). secretaría de guerra. 6804, exp. 26.

34 La légende de notre carte précise : « Dos Compañías destacadas en los Altos de Mohosa para cubrir y sostener la marcha de Velazco, dirigida a castigar al pueblo de este nombre, y facilitar la subida. Dans un dossier conservé par l’AGS. don Blas Mariano Vargas se prévaut d’avoir marchado con dos compañías a los altos de Mohosa a abilitar los caminos de los Valles » (AGS. loc. cit., fo. 17).

35 AGI. Charcas 595, cité par M. E. del Valle de Siles. op. cit., p. 399.

36 « De regreso [de los altos de Mohosa] se condujo al pueblo de Sicasica a reunir a los indios dispersos y atraerlos a la piedad del perdon » (AGS. loc. cit., fo. 33).

37 Sur l’importance des journaux et mémoires dans le Haut-Pérou à cette époque, consulter la mise au point de don Gunnar Mendoza en introduction au texte de Francisco Tadeo Diez de Medina. Diario del alzamiento de indios conjurados contra la ciudad de Nuestra Señora de La Paz. 1781. éd. M. F. del Valle de Siles. La Paz. 1981. p. xv-xxi.

38 Archivo Histórico de La Paz, serie %. Intendencia, gobierno, expedientes, 1786 (1). Dénonciation de l’Indien Felipe Vida, de l’hacienda de Lequepalca (partido de Paria) contre le protector de naturales, don Fermín Aguirre, et Vescribano don Blas Mariano Vargas. 8 mars 1786. Le dénonciateur évoque les rumeurs d’un rassemblement de 4000 Indiens de Yaco, Leque, Mohosa et Ichoca, « que entonces degollarán a todos [...] para alzarse otra vuelta » (fo. 2v-3). Détail savoureux : les minutes de l’enquête sont signées par le greffier Juan Manuel Cáceres, qui deviendra greffier de la junte révolutionnaire de La Paz, en 1809, puis prendra le commandement des communautés indiennes assiégeant La Paz. en 1811 (R. D. Arze Aguirre. Participation popular en la independencia de Bolivia. La Paz. Don Bosco, p. 110-115).

39 Un détail à rajouter au dossier de ce curieux personnage : sa tante maternelle, surnommée la Condo Goya, était propriétaire d’un tambo, à Oruro. Cela expliquerait des relations faciles avec les différentes provinces andines d’où provenaient marchandises et marchands qui s’arrêtaient à l’auberge-entrepôt.

40 Il s’agit là d’une inférence : je suppose que, Blas Mariano Vargas étant mort en 1806, son fils aîné avait dû achever avant cette date ses coûteuses et longues études à l’université (probablement celle de Chuquisaca) où il avait obtenu le titre de docteur.

41 J. S. Vargas. op. cit., p. 22.

Table des illustrations

Légende Légende de la carte des opérations de Reseguín dans les Vallées, mai-juillet 1782« Piano que demuestra el terreno que ocupaban los Yndios Rebeldes de las Montañas de Leque. Mohosa, Cabari Ynquisivi, Capiñatan Choquetanca & Las Marchas, y contramarchas que en su seguimiento hicieron las tropas del Rey mandadas por el Theniente Coronel de Dragones Dn. José Reseguín, Comandante Grál, de aquella Expedicion. Demonstracion de las funciones, y ataques que tuvieron hasta la total estencion, y sugecion de aquellos Obstinados Sediciosos ; que há hecho la pasificacion grãl, de las Provincias Sublebadas del Perú, perteneciendo al Vireynato de Buenos Ayres. »
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2133/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 687k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter