Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Indes occidentales à l’Amérique Latine. Volume 2

 | 
Thomas Calvo
, 
Alain Musset

Vie politique et enjeux de pouvoir

De la Reconquista à la Conquista : transferts et adaptations dans le contrôle des populations étrangères

Claude Morin

Texte intégral

  • 1 J’ai présenté une première version de ces réflexions lors du colloque « Cristóbal Colon : un proje (...)

1L’enseignement de Jean-Pierre Berthe, tout américaniste qu’il fût, s’est toujours signalé par l’intérêt qu’il portait aux antécédents et aux attaches ibériques des personnes, des institutions et des processus qu’il analysait. Cette préoccupation a laissé sa marque dans ses recherches. Elle a évidemment influencé aussi ces américanistes qu’il a contribué à former. Le texte qui suit est pour l’essentiel le résultat d’une relecture opérée en fonction d’une double interrogation que n’aurait pas reniée l’historien qu’honore cet ouvrage. Premier axe : dans cette projection de l’Espagne en Amérique inaugurée par le voyage de Cristóbal Colón, quelle est la part du « médiéval » ? Quelle est la part du « moderne » ? Deuxième axe : qu’est-ce qui est transfert et adaptation de réalités espagnoles ? Qu’est-ce qui est création surgie des réalités américaines1 ?

  • 2 Charles Verlinden, The Beginnings of Modem Colonization : Eleven Essays with an Introduction. Itha (...)
  • 3 On trouvera d’autres exemples de précédents médiévaux de la colonisation moderne dans Michel Balar (...)

2Deux grands historiens ont développé l’hypothèse d’une continuité. Charles Verlinden a consacré une part importante de ses recherches aux précédents médiévaux de la colonisation moderne2. Il a montré le rôle essentiel des Italiens dans la transmission des techniques de colonisation depuis la Méditerranée orientale jusqu’aux îles de l’Atlantique et à l’Amérique. Les institutions établies dans les colonies atlantiques, sans être de simples copies des colonies orientales, avaient des origines communes avec celles-ci. Verlinden a ainsi mis en lumière le mouvement qui se fait d’est en ouest. Préoccupé par les techniques commerciales, il a cependant ignoré d’autres techniques bien plus importantes pour l’avenir du colonialisme espagnol, celles qui avaient trait au contrôle du territoire et des populations autochtones3. Or celles-ci, une fois abandonnées les pratiques inspirées des comptoirs génois et portugais au profit d’une colonisation, paraissent puiser avant tout à des précédents ibériques.

  • 4 Mario Góngora, Studies in the Colonial History of Spanish America. Cambridge, 1975, p. 1.
  • 5 Au moment de rédiger la communication dont cet article est issu, je ne connaissais pas l’ouvrage f (...)
  • 6 Je renvoie le lecteur à deux synthèses récentes. Histoire des Espagnols. vie-xxe siècles, sous la (...)
  • 7 Je reprends ici l’usage en vigueur à l’époque coloniale - et jusqu’à maintenant - de désigner les (...)

3L’historien chilien Mario Góngora a reconnu le versant ibérique de cette continuité. Il écrit vers 1974 : « Les hommes qui entreprirent la découverte, la conquête et la colonisation des Indes suivaient des méthodes et étaient mus par des motivations collectives qui avaient toutes deux leurs origines dans le passé lointain4. » Il pense d’abord à la Reconquête, mais aussi aux entreprises menées dans les Canaries et sur les côtes d’Afrique. Il se montre sensible aux inflexions imposées aux projets ibériques par les conditions américaines ainsi qu’à leur caractère inédit. L’historiographie des vingt dernières années nous permet d’aller beaucoup plus loin, tant pour ce qui est de l’Espagne que pour les Indes5. D’une part, nous connaissons beaucoup mieux les modalités de la reconquête de l’Espagne musulmane et donc les mécanismes mis en œuvre pour soumettre ces territoires6. D’autre part, les « Indiens » ne nous apparaissent plus sous les traits d’une masse indifférenciée subissant l’assaut conjugué des conquérants, des missionnaires, des fonctionnaires, des colons venus d’outre-Atlantique. De la même manière que les Espagnols ont rivalisé pour le contrôle des peuples autochtones, faisant naître des projets concurrents, les Indiens ont non seulement réagi à ces projets, les appuyant ou leur résistant, mais se sont appropriés selon leur propre logique des institutions de domination, telles la fiscalité, l’organisation communautaire, la justice ou la religion, pour les faire servir à leur survie en tant que groupes irréductibles à l’assimilation7.

Le transfert d’expériences ibériques : la Reconquête, laboratoire pour la conquête et le contrôle des Indes

  • 8 Certains trésors américains ont frappé ajuste titre l’imagination des contemporains. La rançon ama (...)

4Les Espagnols empruntèrent beaucoup aux pratiques et institutions mises au point lors de la reconquête de la péninsule Ibérique contre l’Islam, à la fois guerre de frontières, croisade religieuse et entreprise de colonisation. L’essentiel de la conquête fut réalisé par des armées privées sous la conduite de chefs qui avaient été investis d’une autorité par le roi ou son représentant. Les rois d’Espagne étaient habitués à concéder des terres qui n’étaient pas encore en leur possession et à accorder des droits et des privilèges de grande portée à des aventuriers à qui ils confiaient la tâche de conquérir et de défendre des territoires ainsi concédés. Les promesses des princes et l’initiative privée avaient été le moteur de la reconquête. L’appropriation du butin, sous réserve de verser au roi le quinto, constituait la principale récompense de ces armées de soudards. La conquête allait être une occasion exceptionnelle de poursuivre cette tradition prédatrice8.

  • 9 Pour une synthèse sur cette question, voir Pierre Guichard et Denis Menjot, « Les emprunts aux vai (...)

5La reconquête, ce fut aussi un ensemble d’institutions empruntées à l’Islam espagnol et qui passèrent aux Indes, après une phase d’acclimatation et de transformation en Espagne. Ces emprunts témoignent de la supériorité reconnue au système étatique musulman dans des domaines qui ressortissent à l’organisation municipale, militaire, fiscale. Donnons-en quelques exemples. Les alcaldes sont les héritiers des juges qui appliquaient la loi coranique en al-Andalus. Ils désignent dès la fin du xie siècle les principaux officiers de justice des villes. Au xiiie siècle, le roi de Castille se dote d’un appareil judiciaire propre. Il nomme ses officiers de justice alcaldes. Les chrétiens reprennent aussi la fiscalité musulmane. Ils perçoivent aux musulmans des impôts d’origine islamique. Comme ils feront plus tard aux Indes avec la fiscalité préhispanique, ils conservent les agents locaux de la perception (alamins), mais éliminent le fonctionnaire de rang élevé (musrif) qui coiffait l’appareil fiscal. Ils adoptent également des impôts non coraniques. La royauté reprendra le quinto, apparu à l’époque des taifas, et soumettra la production minière au paiement de cet impôt. Elle fera surtout grand usage de l’alcabala, l’appliquant aux transactions, suivant un taux qui variera suivant les époques, pour en faire la principale source de revenus. Il est important de noter avec P. Guichard et D. Menjot comment ces institutions subissent en passant de l’aire musulmane à l’aire chrétienne une mutation importante. Leur rapport à la source musulmane en vient à sonner creux, leur conservation dans l’aire chrétienne se limitant souvent au lexique9.

  • 10 Góngora. p. 5, 22, passim. Sur l’utilisation des mots « fief », « vassal », dans les documents d’a (...)

6Les Indes nous offrent plusieurs exemples de ces glissements sémantiques. La capitulation y acquiert un nouveau sens. Ce n’est plus un privilège accordé à des minorités musulmanes ou juives vivant sous la domination chrétienne. Elle devient un privilège concédé à ceux qui participent à une entreprise constituée à la façon d’une compaña castillane (un chef de guerre et ses soldats) et le bénéfice attendu doit être une part du butin. Les capitulaciones, à la façon des fueros médiévaux, définissent les droits du conquérant. Il en va de même avec l’encomienda. Celle-ci était reliée en Castille à la défense d’un monastère, d’un territoire et conférait un droit de juridiction et de perception. Dans les Indes, l’encomienda, telle que la définissent les Lois de Burgos (1512), dérive du service que les Indiens doivent au roi (qui hérite du service que les Indiens donnaient à leurs seigneurs) et que le roi cède à un Espagnol. C’est un privilège royal réglementé par surcroît. Ce n’est pas un fief. Mais Cortés lui donnera un sens ibérique en y greffant les devoirs de défense pour l’encomendero. Il cherchera par cette voie à fonder la légitimité d’un transfert de la féodalité. Après un certain flottement, sensible dans le vocabulaire employé tant par la Couronne ou ses représentants que par les conquérants, la Couronne s’emploie à anéantir cette prétention inacceptable à l’époque où elle unifie la péninsule et alors qu’elle implante un réseau d’agents à son service exclusif. Il n’empêche que l’encomienda sera l’institution clé définissant les nouveaux rapports entre conquérants et conquis, ceux qui ne passaient pas par le troc (ou par la rapine), mais par la mise au travail des Indiens au bénéfice d’une minorité parasitaire. En tant que récompense pour les conquérants, elle devient le moteur pour de nouvelles conquêtes. Ceux qui arrivent en territoire déjà conquis, ne pouvant en bénéficier sur place, se lancent à la conquête de nouveaux territoires. On est à la recherche d’Indiens à faire payer et travailler. Ce n’est pas la terre qui attire, mais les hommes appelés à verser un tribut en nature ou en travail10.

  • 11 Sur la conquête des Canaries comme précédent pour l’occupation des Antilles, voir Agustín Guimerá (...)

7La conquête des Canaries (à partir du dernier quart du xve siècle) et les incursions sur les côtes africaines (la Barbaresque) devaient compléter la formation des Espagnols pour l’épopée américaine. Le cycle canarien se reproduit aux Antilles. La population autochtone y subit des déprédations, un asservissement, une déportation d’une île à l’autre. Comme on l’observera souvent aux Indes, un secteur autochtone collabore avec les conquérants et reçoit des terres ; les chefs ont droit au titre de don et à des domaines. Beaucoup s’intégrent à la nouvelle société en acceptant le baptême, en castillanisant leurs noms, en adoptant l’espagnol. Les côtes africaines font plutôt l’objet de razzias destinées à capturer des esclaves. Cette modalité reverra le jour dans les Antilles et sur les frontières. La chasse aux Indiens rebelles sera une source de main-d’œuvre pour les zones dépeuplées d’Amérique qui n’ont pas d’activités productives pouvant financer l’importation d’esclaves noirs. Les conquêtes menées sur la côte barbaresque, dans les Canaries et en Amérique, sont dans un premier temps des entradas, des tentatives pour se saisir d’hommes, de trésors, de terres sur une frontière infidèle11.

  • 12 On trouvera un exposé de ces pratiques dans Y Histoire des Espagnols, p. 193 ss.
  • 13 Voir Carl O. Sauer, The Early Spanish Main. Berkeley, 1966, surtout le chap. IV.

8Les Canaries sont aussi le banc d’essai pour une vaste opération de redistribution des terres en vue d’une production de canne à sucre. On assiste à un repeuplement de l’archipel par des colons attirés par une politique d’établissement fondée sur la distribution de terres et d’eau aux participants à la conquête, sur le retour des aborigènes exilés et sur le libre transit entre différents lieux du royaume, des formules qui seront appliquées aux Indes. Le repartimiento constitue la pièce maîtresse de cette politique. Ses antécédents remontent à la reconquête. Le repartimiento désignait alors la répartition autoritaire menée par les agents du roi des maisons et des terres enlevées aux occupants musulmans. Un des plus anciens concerne Cordoue vers 1230. Les Espagnols s’installent dans les meubles des Andalusis. La prise de possession des territoires musulmans s’accompagne donc de l’expulsion des habitants des villes et leur remplacement par de nouveaux citadins chrétiens. Ne subsistent alors et pour un temps que de modestes morerias urbaines cantonnées dans un faubourg ou dans un quartier particulier12. Dans l’Española, une fois confirmé l’échec de la factorerie, on tente une colonisation à la castillane, suivant ce modèle, en répartissant les terres. L’opération échoue, car l’île se vide de sa population autochtone, anéantie par l’encomienda et les maladies, et les colons partent à la conquête du continent13.

  • 14 L’Invention de l’Amérique : rêve et réalités de la Conquête. Paris, 1991, p. 200.

9Tentons un bilan partiel. Puisqu’il est question de transfert, il est normal que le médiéval l’emporte. Et il l’emportera durablement dans cette Amérique des Ibériques. Les Indes fourniront un terreau propice pour réaliser les aspirations seigneuriales que nourrissaient les conquérants et les colons qui les suivirent. Thomas Gómez a résumé récemment en quelques mots cet idéal : « Disposer de rentes substantielles, bénéficier du travail des Indiens, mener grand train de vie dans l’oisiveté et les plaisirs, user de largesse avec ses amis et de générosité avec ses serviteurs, mériter l’estime des autres et courir après les titres honorifiques, tel est l’idéal de vie seigneurial, tel est le but qu’ils [les conquérants] poursuivaient14. » Valer más, économiquement et socialement, voilà ce que les Indes offraient aux immigrants.

  • 15 Góngora, chap. I. pour un exposé des contradictions.
  • 16 Clarence Haring, The Spanish Empire in America. New York. 1963. p. 105.

10La modernité est à rechercher dans le rôle que tient le capital marchand dans le financement de la conquête. Les marchands de Gênes, de Florence, de Nuremberg et d’Augsbourg prêtent de l’argent. Les Welser participent à la conquête du Venezuela. Ils arment des navires, achètent des esclaves et des chevaux, des armes et des rations, font des avances aux caudillos. Mais si l’association entre les financiers et les exécutants est moderne, les exécutants conservent la structure guerrière médiévale. La formule est doublement médiévale : le chef militaire reçoit des pouvoirs de gouverner des territoires et des vassaux (ainsi la capitulación de Toledo de 1529 pour Pizarre) et la distribution du butin obéit à la fois à des règles légales (déterminées dans des contrats écrits) et coutumières (elle est réalisée par des camarades élus par toute la bande). Les parts sont tantôt égales (après avoir défalqué des coûts), comme pour l’ancienne compaña, tantôt inégales (comme ce fut le cas au Pérou)15. La modernité s’inscrit aussi dans le caractère mercantiliste de la colonisation. Les occupants mettent sur pied une économie tournée vers l’échange. Il s’ensuit une quête de « produits moteurs » capables d’engendrer un gros volume de rentes (le point de vue de la métropole) et de financer des importations indispensables à la reproduction d’un style de vie copié sur l’Europe « aristocratique » (le point de vue des colons). Il y a cependant de nombreux précédents médiévaux à ce type de colonisation, dont la Crète vénitienne. Autre élément de modernité, le rôle que tiendra l’État espagnol dans la gestion du Nouveau Monde. Les conquistadores voient leur hégémonie initiale battue en brèche par l’arrivée d’une bureaucratie nombreuse et tatillonne. L’Espagne s’emploie à reconquérir l’Amérique à coups d’ordonnances, dépossédant les conquistadores de leurs prérogatives. La féodalité n’aura pas de base juridique. Un exemple de cette activité d’un État tentaculaire : la Recopilación de leyes de los reynos de las Indias, complétée en 1681, consolidait en 6 400 lois les 400 000 cédules royales émises en moins de deux siècles16 !

  • 17 Sur l’esprit de croisade, voir Angus MacKay, p. 26-35 ; sur la fin de l’Espagne des trois religion (...)

11Faut-il considérer l’œuvre missionnaire comme l’expression de la modernité ? Sûrement pas si l’on examine les ressorts de l’entreprise et les motivations de ses agents. Elle se situe aux antipodes de la rationalité. Elle n’est moderne que dans la mesure où l’État y voit un instrument de contrôle des populations autochtones. Elle est associée alors à tous les colonialismes, y compris ceux qui n’osent plus s’afficher comme tels en cette fin du xxe siècle. Notons ici que la conversion n’avait pas fait partie des objectifs espagnols avant le xiie siècle quand triomphe, à l’instigation de la papauté et des peuples du nord, une mentalité de croisade. Elle ne concerne les Juifs qu’au xve siècle (le problème des conversos) et l’islam qu’après 1492 (le problème des moriscos). L’aspect missionnaire n’apparaît qu’à partir de l’expansion espagnole sur les côtes africaines et dans les îles. Il doit beaucoup à la réforme du clergé régulier, déjà très avancée dans la péninsule dès le milieu du xve siècle, alors qu’elle reste à faire ailleurs17.

L’appropriation et l’adaptation d’institutions américaines

  • 18 Robert 1. Burns, Moors and Crusaders in Mediterranean Spain, London, 1978, chap. II. IV, XI. XIII. (...)

12Nous avons vu les emprunts à l’islam. Il y a plus. De la même manière que le milieu génois avait façonné Colomb et l’avait préparé à réaliser ces voyages vers l’Amérique et à en revenir, de même les Espagnols avaient été préparés par une longue interaction avec l’Autre. Des siècles de coexistence et de conflit avec les Juifs et les musulmans avaient fait naître des mécanismes pour transiger avec des populations bien différentes. Comme ce sera le cas aux Indes, les chrétiens furent souvent el longtemps minoritaires au sein de territoires conquis. La colonisation chrétienne se réduisait à quelques groupes placés aux points stratégiques et susceptibles d’en assurer l’occupation et le contrôle militaire. La mise en valeur était assurée, pour l’essentiel, par des paysans musulmans (mudéjars). Dans les royaumes de Valence et de Murcie. des zones à fort peuplement musulman étaient concédées par le roi à de grands seigneurs (laïcs ou ecclésiastiques) qui imposaient à leurs vassaux, en échange de protection, « un régime seigneurial de plus en plus lourd en obligations fiscales, en dépendance judiciaire et même en prestations de travail », en rupture avec le passé musulman : en plus de quelques jours de travail obligatoire chaque année, le seigneur pouvait requérir, en échange d’un salaire minime, de la main-d’œuvre pour ses terres. Ces sofras étaient jugées humiliantes. Le cadi devenait un agent de l’administration royale ou seigneuriale qui substituait sa justice aux juges coraniques choisis par la communauté. Les musulmans furent vite réduits à la condition d’une population dominée, « dont les modes d’organisation et la culture n’eurent plus grand-chose à voir avec ceux qui prévalaient avant la Reconquête18 ». Cette situation allait se reproduire sur une vaste échelle en Amérique.

13Le succès de la conquête s’explique moins par une supériorité militaire (plus psychologique que technique) que par l’exploitation (par des Espagnols expérimentés dans la gestion des différences) des divisions dont étaient porteurs les empires aztèque et inca. Pour les peuples récemment conquis ou encore combattants, les Espagnols apparurent comme des libérateurs ou des alliés. C’est donc avec l’appui des Totonaques, des Tlaxcaltèques, des Canaris et des Huancas que Cortés et Pizarre livrèrent leurs batailles décisives. Almagro écrasa les Quichés sans que les Cakchiquels n’interviennent, puis les réduisit à leur tour. Les Espagnols purent ainsi compter sur la collaboration d’auxiliaires indiens. Ils bénéficièrent d’une convergence d’intérêts qui rangea une partie des indigènes du coté des conquistadores. La collaboration ne reposa pas que sur la force. Les Espagnols attiraient avec des biens matériels inédits, en passant pour des dieux, ou en posant comme alliés dans les conflits anciens. Les Espagnols réinterprétèrent aussi à leur avantage les stratifications des sociétés qu’ils subjuguaient, éliminant l’élite dirigeante, surtout religieuse et guerrière, cooptant les chefs locaux, s’attachant à titre d’auxiliaires ou de domestiques les membres de catégories placées dans la mouvance des élites ou sans attaches communautaires (naborías, mayeques, yanaconas, selon le cas). On observe une simplification des structures sociales des groupes autochtones réduits à être tous des Indios sans égard aux évidentes différences ethniques. Tous les Indiens sont soumis au paiement du tribut, signe de vassalité et marqueur d’ethnicité. Les Espagnols en revanche échappent en Amérique au pecho, cet impôt personnel qui frappait les gens du commun. Voilà pourquoi les Espagnols en Amérique se considéraient tous comme des hidalgos, des petits nobles.

  • 19 Weckmann, p. 112, 182 ; p. 336 sur les origines islamiques du requerimiento.
  • 20 Pierre Ragon, « La Couronne, l’Église et les enquêtes ethnographiques dans la vice-royauté de la N (...)

14L’expérience ibérique devait servir les conquérants. Ne les voit-on pas attaquer les Indiens au cri de « saint Jacques », patron de la Reconquête, et assimiler les temples aux « mosquées » ? De même la lecture du requerimiento avant d’engager le combat contre l’infidèle témoigne d’un concept de guerre venu de la Reconquête19. Mais l’expérience ne fut pas le seul atout des Espagnols. Très tôt ils se mirent à l’étude des coutumes des peuples qu’ils avaient conquis. L’Espagne fut la première nation européenne à être confrontée à la domination et à l’exploitation de territoires et de peuples aussi éloignés d’elle, tant géographiquement que culturellement. Les Espagnols déployèrent un effort soutenu pour pénétrer les mystères des civilisations américaines. À propos du seul Mexique, on peut compter sept traités « ethnographiques » rédigés entre 1530 et 1580. Le pouvoir central est à l’origine de cinq de ces sept chroniques. Le deuxième président de l’Audience. Ramírez de Fuenleal (il était aussi évêque d’Hispaniola), était convaincu que la bonne conduite de l’administration passait par une connaissance approfondie des populations mexicaines. Homme de la Renaissance, il était capable de faire la part entre les bonnes et les mauvaises institutions. Il accordait à ces civilisations le respect que ces ancêtres avaient témoigné pour les réalisations de l’islam. Si la Couronne s’intéressait au passé des indigènes, c’est qu’elle croyait qu’une province devait être gouvernée selon ses coutumes, à la façon des royaumes espagnols qui avaient leurs fueros. Les théologiens de Salamanque élaborèrent une théorie politique par laquelle ils s’efforçaient de faire une place aux droits traditionnels tout en ménageant les tendances absolutistes de la Couronne. En même temps que la Couronne s’érigeait en défenseur des coutumes anciennes, elle combattait tous les privilèges contraires à l’expansion de son pouvoir. Contre les ambitions « féodales » des encomenderos, elle mobilisait l’appui des missionnaires dont la démarche s’accommodait aussi de la préservation des hiérarchies traditionnelles, sélectionnant les coutumes compatibles avec la domination et pourchassant celles qui étaient contraires au christianisme20.

  • 21 Comme le signale Verlinden, p. 46, aucune société coloniale n’a pu subsister qui réduisait la popu (...)

15La réappropriation des institutions préhispaniques fut décisive dans le domaine fiscal, encore plus qu’à l’époque de la Reconquête. Les premiers rapports avec les Indiens avaient été désastreux. Les Indiens des Antilles ne survécurent pas aux modes de prélèvement imposés par les Espagnols et inspirés davantage de la rançon que du tribut. L’encomienda débouchait sur l’extermination. L’esclavage indigène était hors de question, sauf sur les marges de l’Empire contre les rebelles21. Le service personnel obligatoire était incompatible avec la liberté juridique dont devaient disposer les vassaux du roi et dont jouissaient les paysans de Castille. Mais la liberté des Indiens était également incompatible avec la colonisation et l’exploitation des Indes. Les Indiens devaient travailler pour les Espagnols. Cette contradiction (qui habite les Nuevas leyes. 1542) trouva sa solution après la conquête des grandes civilisations du continent habituées à mobiliser de grandes quantités de produits et de travail au moyen de tributs et de corvées. Les autorités reprirent donc, en les modifiant sur plus d’un point (le taux, les exemptions, la définition de l’unité fiscale, la nature du prélèvement), les systèmes tributaires préhispaniques. Elles cherchèrent à les uniformiser à l’ensemble des Indes, sans y parvenir. Le Mexique et le Pérou afficheront des différences notoires, indices s’il en faut de l’importance des structures d’accueil.

  • 22 Pour un bilan des modalités du travail indigène en Amérique espagnole, voir Juan A. et Judith E. V (...)

16Les autorités adoptèrent aussi des systèmes de mobilisation de la main-d’œuvre qui avaient cours dans les civilisations préhispaniques, le cuatequil au Mexique, la mita au Pérou, en les modifiant considérablement et en les implantant là où ils n’existaient pas, comme en Colombie ou au Guatemala. La substitution de l’encomienda par des systèmes de distribution de main-d’œuvre administrés par des officiers de la Couronne atteste d’une volonté de rompre avec des institutions d’origine médiévale (comportant un droit seigneurial et un service envers une personne) au profit d’arrangements bureaucratiques dont le bénéficiaire est une entreprise (agricole, minière, manufacturière) ou un service public (construction, voirie). Un autre aspect moderne est que le corvéable a droit à un salaire tarifé. Mais c’est un mode de recrutement qui ne s’applique qu’aux Indiens. Ces systèmes évolueront aussi différemment au Mexique (où ils tendront à disparaître au profit d’arrangements définis par les employeurs) et au Pérou (où ils subsisteront sous des formes modifiées jusqu’au xxe siècle). C’est dans les pays andins que l’on rencontrait encore vers 1960 des tenanciers obligés à des journées de travail (gratuit) sur les haciendas. Une opposition qui se retrouve jusque dans le vocabulaire : on parle de gañan (terme espagnol désignant un salarié) au Mexique, de yanacona (terme quechua à connotation servile) au Pérou. L’encomienda persistera toutefois sur les marges de l’empire, au Venezuela, au Chili ou au Paraguay. Partout le service personnel aura la vie dure, au mépris des lois impuissantes, malgré leur répétition, à contrer la volonté des dominants de se comporter comme des seigneurs22.

  • 23 Le servage pour dettes aura une grande diffusion en Amérique latine. À défaut de pouvoir s’attache (...)

17En conclusion, la Conquista est fille du Moyen Âge plus que des temps modernes. On pourrait même dire que le Moyen Âge espagnol est venu se donner, grâce à la conquête des Indes, une nouvelle vie. La Couronne espagnole ne permettra pas cependant que se recrée en Amérique une féodalité de type occidental qui n’avait jamais pu s’implanter en Espagne (sauf en Catalogne), en raison de la coupure qu’avait représentée l’invasion musulmane. La colonisation de l’Amérique revêtira néanmoins un cachet nettement aristocratique. D’une part, les paysans autochtones, juridiquement libres, seront soumis à des impôts spécifiques et connaîtront des régimes de travail souvent voisins du servage, dans les faits, à défaut d’être de droit23. D’autre part, la conquête et l’exploitation des Indes assureront par les rentes qu’elles procurent aux monarques un sursis durable à une société qui se conçoit comme essentiellement aristocratique. Le paradoxe veut que les Indes aient contribué à la modernisation de l’Occident tout en gênant l’évolution dans la péninsule. C’était le mal qui frappait l’Espagne au dire des « arbitristes » du xviie siècle. « On nous traite comme des Indiens », disaient-ils, en parlant des avantages que tiraient les autres puissances du commerce hispano-américain. Le résultat est que l’Espagne et les Indes conserveront longtemps des institutions qui participent à fois du Moyen Âge et de la modernité et qui, en vertu de leur nature hybride, seront des obstacles à l’avènement d’une modernité (un euphémisme pour désigner le capitalisme) qui triomphe ailleurs. En d’autres mots, l’Espagne est demeurée plus « médiévale » en raison de son empire américain et l’Amérique espagnole sera moins « moderne » du fait qu’elle a été colonisée par l’Espagne plutôt que par, disons, l’Angleterre ou les Pays-Bas.

  • 24 J’ai traité de l’évolution du rapport hommes-terres en Indoamérique dans « Des terres sans hommes (...)

18Cette convergence ne dépend pas seulement du transfert de pratiques, d’institutions et d’expériences. Elle a aussi une base matérielle. De la même manière que la Reconquête (avec ses déséquilibres dans le rapport hommes-terres) a favorisé la formation de grands domaines dans la portion méridionale, ainsi la Conquête, par ses conséquences désastreuses pour la population autochtone, a ouvert la voie à l’apparition et à la consolidation de grands domaines en Amérique espagnole24.

Notes

1 J’ai présenté une première version de ces réflexions lors du colloque « Cristóbal Colon : un projet entre Moyen Âge et modernité », tenu à l’université de Montréal, du 10 au 13 novembre 1992. Les actes ont paru dans Cahiers d’histoire. Montréal, vol. 13, 1994.

2 Charles Verlinden, The Beginnings of Modem Colonization : Eleven Essays with an Introduction. Ithaca, N.Y., 1970, regroupe ses principales contributions éparpillées sur un quart de siècle. Il va jusqu’à soutenir : « There are no essential differences between the colonial techniques of the Middle Ages and those of modem times » (p. xviii).

3 On trouvera d’autres exemples de précédents médiévaux de la colonisation moderne dans Michel Balard. édit. Etat et colonisation au Moyen Âge et à la Renaissance. Lyon. 1989.

4 Mario Góngora, Studies in the Colonial History of Spanish America. Cambridge, 1975, p. 1.

5 Au moment de rédiger la communication dont cet article est issu, je ne connaissais pas l’ouvrage fondamental de Luis Weckmann. The Medieval Heritage of Mexico, New York. 1992, une somme de 692 pages. L’auteur y débusque tout ce qui dans l’histoire de la Nouvelle-Espagne d’avant 1650 peut être enraciné dans le Moyen Age, depuis les institutions jusqu’aux manières d’être. Si plusieurs de ces institutions, en se transplantant en Amérique, représentent une régression par rapport à l’évolution en Europe, elles affichent aussi un nouveau dynamisme qui renforcera le processus de différenciation entre les deux sociétés, la métropolitaine et la coloniale. Un éminent américaniste. Richard Morse, a insisté sur « the neomedievalism of Spanish colonial institutions », New World Soundings : Culture and Ideology in the Americas. Baltimore. 1989. p. 97.

6 Je renvoie le lecteur à deux synthèses récentes. Histoire des Espagnols. vie-xxe siècles, sous la dir. de Bartolomé Bennassar, Paris, 1985 (rééd., 1992), chap. II-XIII. Historia de España. Madrid. Historia 16, 1986, p. 209-555.

7 Je reprends ici l’usage en vigueur à l’époque coloniale - et jusqu’à maintenant - de désigner les Amérindiens par le terme « Indiens » en étant bien conscient de son caractère réducteur et erroné. J’ai traité de la résistance dans ma contribution « Espagnols et Indiens : stratégies de domination et stratégies de résistance », dans 1492-1992 : de l’autre côté de la découverte. Montréal, 1992. p. 27-32. Pour une synthèse sur la manière dont les Indiens vécurent la conquête, voir Nathan Wachtel, « The Indian and the Spanish Conquest », dans Cambridge History of Latin America, Cambridge. 1984, vol. I. p. 207-248. On lira avec profit le bilan historiographique proposé par Steve J. Stern. « Paradigms of Conquest : History, Historiography, and Politics ». Journal of Latin American Studies, 24 (quincente- nary suppl., 1992), p. 1-34.

8 Certains trésors américains ont frappé ajuste titre l’imagination des contemporains. La rançon amassée pour obtenir la libération d’Atahualpa aurait rempli une immense salle et représentait six tonnes d’or et douze tonnes d’argent, soit l’équivalent de 10 millions de dollars d’aujourd’hui. La part qui revint à Charles Quint du butin pris aux Aztèques impressionna le graveur Albert Durer.

9 Pour une synthèse sur cette question, voir Pierre Guichard et Denis Menjot, « Les emprunts aux vaincus. Les conséquences de la "reconquête" sur l’organisation institutionnelle des États castillan et aragonais au Moyen Âge », dans Michel Balard, édit. État et colonisation au Moyen Age et à la Renaissance. Lyon, 1989, p. 379-396. Angus MacKay, Spain in the Middle Ages : From Frontier to Empire. 1000-1500. London. 1977. p. 143 ss. souligne les éléments de continuité entre l’Espagne de la Reconquête et l’empire espagnol.

10 Góngora. p. 5, 22, passim. Sur l’utilisation des mots « fief », « vassal », dans les documents d’avant 1550, voir Weckmann, p. 72-76. Ruggiero Romano a repris récemment la question de la parenté entre l’encomienda castillane et l’encomienda américaine afin de défendre sa thèse de l’existence d’un féodalisme colonial : Consideraciones. Lima, 1992, p. 3-22. 67-101.

11 Sur la conquête des Canaries comme précédent pour l’occupation des Antilles, voir Agustín Guimerá Ravina. « ¿Canarias, ensayo de la colonización americana ? : el repartimiento de la tierra en La Española », dans América v la España del siglo xvi. Madrid, 1983, vol. II. p. 175-190. Aussi Góngora, p. 17.

12 On trouvera un exposé de ces pratiques dans Y Histoire des Espagnols, p. 193 ss.

13 Voir Carl O. Sauer, The Early Spanish Main. Berkeley, 1966, surtout le chap. IV.

14 L’Invention de l’Amérique : rêve et réalités de la Conquête. Paris, 1991, p. 200.

15 Góngora, chap. I. pour un exposé des contradictions.

16 Clarence Haring, The Spanish Empire in America. New York. 1963. p. 105.

17 Sur l’esprit de croisade, voir Angus MacKay, p. 26-35 ; sur la fin de l’Espagne des trois religions, voir Histoire des Espagnols, p. 263-265.

18 Robert 1. Burns, Moors and Crusaders in Mediterranean Spain, London, 1978, chap. II. IV, XI. XIII. XV ; Histoire des Espagnols, p. 146-152.

19 Weckmann, p. 112, 182 ; p. 336 sur les origines islamiques du requerimiento.

20 Pierre Ragon, « La Couronne, l’Église et les enquêtes ethnographiques dans la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne au xvie siècle ». Revue canadienne des études latino-américaines. 17. n° 33, 1992, p. 73-93, pour la collaboration entre la Couronne et les évangélisateurs contre les encomenderos.

21 Comme le signale Verlinden, p. 46, aucune société coloniale n’a pu subsister qui réduisait la population autochtone à l’esclavage. L’esclavage a donc été limité à des groupes extérieurs.

22 Pour un bilan des modalités du travail indigène en Amérique espagnole, voir Juan A. et Judith E. Villamarin, Indian Labor in Mainland Colonial Spanish America, Newark, DE, 1975. N’est il pas symptomatique que les propriétaires de mines, de troupeaux soient qualifiés de senores de minas, de senores de ganado ? Weckmann, p. 363.

23 Le servage pour dettes aura une grande diffusion en Amérique latine. À défaut de pouvoir s’attacher les personnes en vertu d’un lien juridique, les grands propriétaires invoquent la dette qu’auraient contractée les paysans pour les empêcher de quitter leurs domaines. Coincées entre le principe de la liberté et les réalités coloniales (ou l’exigence de rentabilité), les autorités passeront des lois limitant le montant de la dette. Sans succès cependant. Deux mises au point sur le servage : Arnold J. Bauer, « Rural Workers in Spanish America : Problems of Peonage and Oppression ». Hispanic American Historical Review, 59, Feb. 1979, p. 34-63 ; Alan Knight. « Mexican Peonage : What Was It and Why Was It ? ». Journal of Latin American Studies, 18. May 1986, p. 41 -74.

24 J’ai traité de l’évolution du rapport hommes-terres en Indoamérique dans « Des terres sans hommes aux hommes sans terres : les paramètres agraires de l’évolution démographique dans l’Indoamérique (Mexique-Pérou) », dans Antoinette Fauve-Chamoux, édit. Évolution agraire et croissance démographique. Liège. 1987, p. 75-87.

Auteur

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter