Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Indes occidentales à l’Amérique Latine. Volume 2

 | 
Thomas Calvo
, 
Alain Musset

Le travail et l’argent

Les revenus ecclésiastiques du diocèse de Guadalajara en 1708

Thomas Calvo

Texte intégral

1Tantôt, en ouvrant un dossier volumineux, se sont échappés quelques feuillets couverts d’une écriture ronde, régulière, parfois parcourue d’impatience que tous les mexicanistes (et d’autres) connaissent bien. Sont remontés les souvenirs d’une expédition que Jean-Pierre Berthe et moi menâmes dans l’Occidente (Guadalajara et Morelia) en février 1986. Ceux qui connaissent bien notre ami savent ce que cela signifie : en rentrant à Mexico, la malle de ma voiture traînait littéralement sur le sol, et le lendemain, il me téléphona, triomphant, pour m’annoncer que pour sa part, au cours du bref voyage, il avait acquis 97 livres. Quant à moi, je ramenais la photocopie d’un volumineux dossier entreposé à l’Archivo del Arzobispado de Guadalajara. L’inscription, sur la couverture, m’avait attiré :

  • 1 À cette date le document n’était pas coté. Sans pagination. Comme toujours, c’est grâce à la dilige (...)

« Relaciones juradas que en virtud del edicto del Illmo Sr Dor Dn Diego Camacho y Avila. arzobispo. obispo de la Nueva Galicia, del consejo de su Mgd, y su predicador, etta mi Sor, se han presentado de las rentas ecclesiasticas que gozaron por el ano de 1708 todos los curas ecclesiasticos, seculares y regulares. hospi- tales, cofradias y hermandades, que gosaron de dhas rentas ecclesiasticas de el distrito de la vicaria de la ziudad de nra Señora de los Sacatecas, reaies y minas de Panuco y fresnillo, villa de Xeres y partido del Monte Grande, en que consta lo que se les regulo de quinto o cinco por ciento de dhas rentas y lo que importo a razon1. »

2Nous passâmes une matinée à apprécier le document, à prendre quelques notes. Jean-Pierre Berthe écrivit en haut de ses fiches : « Volume factice, brochage de papiers divers par ciudades, curatos, etc., non paginé, avec quelques feuillets sueltos ». Je recopiais le document qui servait d’exergue à chacun des dossiers internes, un édit de l’évêque Camacho Y Avila 

  • 2 C’est nous qui soulignons.
  • 3 Idem.

«... Hazemos saver como Nro SS P. Innocencio Papa duodecimo fue servido de concederle a la catholica magesd del Rey nro señor (que Dios guarde mu[ch]os anos) la gracia de que el estado ecclesiastico y religioso de este r[ey]no y del Peru2, contribuiesen un millon de ducados de la moneda de este reino, para que con esto y los demas medios que aplica a su real zelo, pudiese inponerse a las maquinas y designios de los herejes enemigos de nra sagrada religion, que intentan hostilidades e invasiones en este reino de la America, y ocupan sus plazas ; haziendo las prevenciones y resistencias comvenientes, conserbar yndemnes las personas y haziendas de sus vasallos, beneficio comun, utilidad y quietud a la de todos estados de este reino. Y para que tubiese efecto dha contri- bucion fue servido su beatitud mandar expedir su breve, su datta, en Roma, a catorze de jullio de mill setecientos (sic) y noventa y nueve años, el qual remitio su Magestad (que Dios guarde) acompanado con su real zedula su fha en San Lorenzo el Real, a onze de abril del año de setez[ient]os, a cuya execucion y cumplimiento no se havia dado paso en este obispado por no haver havido en el prelado desde el ano de setezientos y dos hasta el ano de setezientos y siete, que venimos a el, y hallandonos al presente ademas de dho breve y zedula real, con otro de su Magestad, a nuebe de febrero de setezientos y ocho, en que se nos ruega y encarga, pasemos a poner luego en execucion dho breve sin perder un instante en su puntual cumplimiento. por lo mucho que combiene para la maior defenza de nra sagrada religion, y a su real servicio, y habiendose ya executado lo referido en el arzobispado de Mexico, y los demas obispados de este reino, mandamos se observaze en el nro, de este r[ei]no de la Nueva Galicia3. Para lo qual se publico en nra sancta yglesia cathedral de esta ciudad, edicto general, a los treinta dias del mes de agosto pasado, para lo que toca a esta ciudad, y para lo que mira al distrito y jurridicion de las vicarias mandamos despachar el presente por el qual subdelegamos a los vicarios de ella la comision, a nos concedida, para este efecto. En virtud de la qual cada uno, en su territorio y jurridicion hara que este nro edicto se lea y publique, no solo en la yglesia parrochial donde residiere, sino tambien en las demas parrochias de su jurridicion, en los dias de mas concurzo y solemnidad que ofresieren ynmediatos al resivo de el por cuyo thenor. Mandamos que dentro de quinse dias primeros siguientes al de su publicazion. comparescan ante dhos vicarios todas las personas eclesiasticas, assi seculares, como regulares, curas, beneficiados y doctrineros, prelados de comunidades y combentos, maiordomos de fabrica y cofradias y hospitales de espanoles, e indios, y declaren clara y advertidamente debajo de juramto que hagan la renta y demas emolumentos que tienen y gosan por razon de tales en cada un ano, sin rebaja de gastos, sustento, ni otra cosa alguna ; sino de todo aquello integramente que un ano persivieren por capellanias y memorias de misas, aniversarios, entierros, administrazion de sacramentos, esquilmos de cofradias, limosmas de fabricas y otros qualesquier d[erech]os que por razon de su ministerio tienen y gosan, sin reservazion de cosa alguna, individuandolo todo por partidas distintas, y hecho el monto de lo que cada uno declarare, los revajaran dhos comissarios de las misas de la obligazion que cada uno tuviere anualmente a razon de seis reales, y del superavit que quedare rebaxadas dhas misas, pagaran el cinco por ciento que correspondiere, y lo que assi importarelo depositaran dhos vicarios en persona segura, llana y abonada, a su satisfacion, de que otorgara el tal depositario recivo en forma, obligandose a entregarlo cada [vez] que le sea pedida por nos... Dado en la ciudad de Guadalaxara, acinco dias del mes de septiembre de mill setezientos y nuebe anos... »

3En résumé, en 1699, une fois de plus, le pape autorise le roi à prélever le vingtième de tous les revenus d’origine ecclésiastique de son Église d’Amérique. Bien entendu le prétexte est la lutte contre les hérétiques : en réalité la paix venait d’être signée à Rijswijk (20 septembre 1697), et l’ennemi le plus dangereux était le très catholique Louis XIV... Entre 1700 et 1709 cette mesure fut au moins appliquée dans toute la Nouvelle-Espagne, et étant donné la fermeté du nouveau monarque (maintenant un Bourbon), probablement aussi au Pérou. Pour cela, une vaste enquête fut réalisée, dont le gros dossier que nous avions sous la main, concernant le diocèse de Nouvelle-Galice, était un témoignage. On devine les spéculations dans lesquelles se laissait entraîner Jean-Pierre Berthe : si on retrouvait d’autres lambeaux de cette enquête continentale... Pour l’heure, chacun de nous avait ses préoccupations : pour moi, c’était la ville de Guadalajara, et j’utilisai exclusivement les données s’y rapportant.

  • 4 Thomas Calvo, Poder, Religión y Sociedad en la Guadalajara del siglo xvii, Mexico, 1992. p. 117-120

4Ses principales conclusions ont été publiées depuis, et on peut brièvement les résumer4 : dans l’automne 1709, 73 individus et 18 institutions de cette capitale présentèrent un état de leurs revenus exclusivement ecclésiastiques. Il y a quelques grandes absences, plus ou moins justifiées : la compagnie de Jésus, le couvent de San Francisco, l’hôpital de la Vera-Cruz. Qu’il s’agisse de clercs ou d’institutions, on retrouve la même assymétrie : une masse ayant des revenus modestes (moins de 300 pesos pour un simple prêtre, 100 pesos pour une confrérie), et quelques privilégiés (5 060 pesos pour le doyen du chapitre, 14 807 pour le couvent féminin de Santa Maria de Gracia). Cette inégalité est encore plus flagrante si l’on examine les revenus d’ensemble de la Cathédrale (évêque. chapitre, fabrique : 58,7 % des revenus ecclésiastiques de la ville). À ce jeu, il est clair que les réguliers sont perdants. Bien sûr. la dîme, dont la Cathédrale accapare l’essentiel, est un élément explicatif essentiel. Mais il en est un autre, qui tient aux origines très différentes des ressources (voir tableau 1). Les institutions sont davantage accrochées au capital, rentières : cela signifie des taux de rémunération préétablis (à 5 %), une érosion progressive du capital (foncier, immobilier) ; donc une faible productivité financière dont bénéficient ses débiteurs. Les couvents, à leur grand dam, détiennent le coffre-fort qui alimente la société laïque (et certains clercs). Les 123 béguines et moniales de Santa Teresa, Santa Maria de Gracia et Jesús Nazareño se partagent 54 % du capital de l’Église de Guadalajara, mais à peine 16 % de ses revenus.

Tableau n° 1. Répartition de la fortune et des revenus de l’Église de la ville de Guadalajara (1708)

Tableau n° 1. Répartition de la fortune et des revenus de l’Église de la ville de Guadalajara (1708)

Source : AAG. obispos, cartas pastorales, edictos y circulares, Relaciones juradas.

  • 5 Voir Thomas Calvo, La Nueva Galicia en los siglos xvi y xvii, Guadalajara, 1989, p. 173-182.

5Il est temps d’exploiter l’enquête dans son ensemble. À travers tout le diocèse, il y eut 451 déclarations de revenus, 206 présentées à titre individuel. L’exemple de Guadalajara a déjà indiqué la nature de l’évasion : systématiquement, les ordres religieux mendiants ou hospitaliers s’estiment non concernés, renvoient à leurs autorités supérieures : le guardian du couvent de San Diego d’Aguascalientes déclare « no tener en dicho su convento renta ninguna, legados ni obras pias » et s’engage à en rendre compte à Mexico. Quant à l’hôpital de San Miguel des Bethléemites (Guadalajara), il se dit exempté par une bulle de 1561. D’une façon générale, les franciscains traînent des pieds, arguant de leur pauvreté, même lorsque, comme doctrineros (curés) ils ont des revenus certains : ils sont prêts à donner le plus souvent un donativo pingre, mais manifestement n’apprécient pas d’avoir à rendre des comptes. Certains frisent l’insolence : fray Antonio Buitrago (Sayula) « no dio nada y dixo que su prelado pagava por toda la provincia ». Les cas de réelle rebellion sont cependant rares. Ici comme en d’autres circonstances5, Zacualco fait preuve d’insoumission : 8 des 9 confréries, malgré la menace de 50 coups de fouet, ne présentent pas leurs comptes. Et il en est de même pour celle du Santissimo Sacramento de Suchipila. Mais ce sont là des confettis, dont l’absence est contrebalancée par les comptes de 212 confréries, parfois très détaillés. Quant à la compagnie de Jesus, elle ignore superbement l’édit, et personne ne songe à l’interpeller. Il est vrai que les sources de financement étant presque exclusivement séculières, elle se trouvait en marge de l’enquête.

  • 6 Jesus Amaya Topete, Ameca. Protofundación mexicana. Historia de la propiedad del valle de Ameca. Ja (...)
  • 7 Voir Thomas Calvo : « Entre les exigences de l’économie et celles de la démographie : les esclaves (...)

6Un document fiscal relativement fiable : si l’on prend comme critère le cas des confréries, l’évasion fiscale ne dépasserait pas les 5 % ; y a-t-il eu sous-estimation des revenus ? Dans la majorité des cas, ils ont été déterminés à partir de registres (livres paroissiaux, comptes de confréries), et se révèlent donc fiables. Finalement, une enquête homogène, conduite en trois ou quatre mois à travers un immense territoire qui prend en écharpe tout le nord du Mexique, depuis les limites du Michoacán et de la côte Pacifique jusqu’aux confins du Nuevo León. Sa limite est ailleurs : le document ne cerne qu’une partie de la puissance économique de l’Église. En est exclue la propriété foncière de certaines institutions, la compagnie de Jésus, principalement. Mais on n’a pas pardonné, semble-t-il, la moindre tête de bétail aux confréries indigènes. Hors de l’enquête, aussi, le poids de la fortune privée de certains clercs, déterminant pour asseoir le rayonnement de l’institution. Cependant, ici, la limite est nôtre tout autant que celle du document. Avec de la patience, il aurait été possible de dresser, à partir des noms, tout un tableau socio-économique du clergé à cette date. Nous avons reculé devant l’ampleur de la tâche. Mais un bref échantillonnage démontrera qu’élite (en particulier économique) et Église vont de pair. L’exemple le plus marquant se trouve à Ameca : le cas du licenciado don Juan Perez Maldonado, qui ne dispose que de 187 pesos de revenus ecclésiastiques passerait inaperçu, si nous ne savions qu’il est en voie de devenir le maître de tout le riche bassin d’Ameca, « homme chez qui le cerveau supplanta le cœur6 ». Qui connaît bien l’histoire du real de minas de Guachinango, ne sera pas surpris de lire qu’en 1709 son curé était un rejeton de la grande famille Rodriguez Ponce qui depuis un siècle dominait le lieu7.

  • 8 La dîme de 1708 rapporte 117 852 pesos. Ces divers chiffres sont tirés de Thomas Calvo, Guadalajara (...)
  • 9 Calculs à partir de Peter Bakewell. Minería y sociedad en el Mexico colonial, Zacatecas (1546-1700) (...)

7Le tableau 2 livre d’abord un chiffre, celui du total des revenus déclarés pour 1708 : 220 695 pesos. En soit le chiffre n’est guère significatif ; il le devient un peu plus si l’on rappelle que ceci ramène le revenu moyen à 500 pesos, environ, confortable pour un individu. Mais c’est alors oublier combien la moyenne est trompeuse, et que nous mêlons pêle-mêle couvents avec des dizaines de religieuses, confréries avec des centaines de membres, et clercs. Il est plus déterminant de rapprocher ce chiffre global de l’ensemble de la richesse produite dans la Nouvelle Galice, essentiellement agricole et minière. En 1705-1709, la dîme a rapporté en moyenne 105 740 pesos8, et représente approximativement 10 % de la rente foncière : celle-ci dépasserait 1 million de pesos. Pour la production minière, pour la même période, il faut envisager environ 1,43 million de pesos par an9. Pour faire court : l’Église détournerait, comme contre-partie des services religieux rendus, un peu moins de 10 % de la production de la Nouvelle Galice, et on ne prend pas en compte l’intervention directe de ses membres, hacendados ou mineurs...

8Dans le détail, le tableau 2 ne doit pas être interprété de la même façon : il ne traduit pas la répartition de la richesse régionale, mais trahit le mouvement d’attraction, voire de dépossession des diverses régions en faveur du centre (Guadalajara), par le biais de la dîme, des chapellenies, des cens, des legs. La répartition inégale, selon les types de revenus, nous éclaire sur les économies régionales (tableau 3). Le Nord-Est minier, riche en capitaux, favorise l’Église sous cette forme, et ses paroissiens ont les moyens de se montrer généreux en casuel (ovenciones), plus même que dans la Guadalajara commerçante. En revanche, les troupeaux du Nord-Est font maigre pitance, tout comme les confréries indigènes dont ils sont le support traditionnel. La zone dite intermédiaire (Aguascalientes, Canyones. Altos) est plus mêlée, économiquement et démographiquement, aussi est-elle la plus équilibrée quant à la répartion des types de revenus. La région centrale, c’est avant tout Guadalajara, capitale religieuse, et donc rentière (voir le tableau 1). Mais les campagnes environnantes sont en mesure de la soutenir, en particulier les riches bassins d’Ameca et Sayula avec au moins 44 % des troupeaux des confréries. Communautés indigènes vivaces, confréries puissantes sont ici la règle. L’Ouest perd progressivement pied, la faiblesse des rentes est un symptôme. Cependant il lui reste une aristocratie nostalgique, capable d’engraisser ses curés par le casuel. et surtout l’élevage s’affirme comme sa grande richesse. Que conclure ? Aucune surprise, un tableau régional qui s’accorde parfaitement avec celui restitué par d’autres sources : donc une bonne adéquation de l’Église dans sa fonction de pompe aspirante.

Tableau 2. Répartition générale des revenus ecclésiastiques (1708)

Tableau 2. Répartition générale des revenus ecclésiastiques (1708)
  • 1 Y compris les revenus d’origine non spécifiée.
  • 2 L’écart entre les revenus totaux et l’ensemble des revenus partiels s’explique par l’existence de s (...)

Note *1
Note *2

Tableau 3. Répartition régionale des revenus des confréries (1708)

Tableau 3. Répartition régionale des revenus des confréries (1708)
  • 10 Voir Danièle Dehouve, Quand les banquiers étaient des saints, 450 ans d’histoire économique et soci (...)

9Retenons cependant tout couplet trop anticlérical : comme le montre le tableau 4, mise à part la dîme (sous-estimée ici), aucune source de revenu n’apparaît excessive. Mieux, si l’on considère que la population du diocèse approche alors les 80 000 habitants, le prélèvement annuel est de quelque 3 pesos, inférieur au coût clérical dans d’autres régions du Mexique central ou surtout des Andes. Plus encore, il semble largement supporté par les non-indigènes, bien que le montant du casuel des paroisses d’Indiens soit plus que suspect. Enfin, il faut mettre entre parenthèses près de 20 % du total, ce que perçoivent les confréries, sous forme diverse. L’étude du pouvoir économique des confréries américaines est devenu quasiment un topos10, mais l’accent a surtout été mis sur les communautés indigènes, et on oublie vite que les autres peuvent avoir, du moins en apparence, la même vitalité. Cette enquête permet une utile comparaison : les 103 confréries espagnoles et les 109 indiennes ont des ressources comparables (230 pesos contre 174), mais la distribution interne est radicalement différente. Les confréries d’Espagnols, autant rentières qu’éleveurs, comptent sur l’aumône une structure largement cléricale. Et l’on peut supposer que la finalité est de même type (messes). Celles d’indigènes comptent presque exclusivement sur l’agriculture. « L’erreur » du juge ecclésiastique de la province de Sayula (il a confondu revenu et capital !) nous permet de faire l’inventaire des 34 confréries qui ont présenté un état de leurs biens :

Bovins 5 473
Bœufs 56
Chevaux 516
Juments 2 622
Mules 153
Ânes 21
Moutons 1 640
Toisons de laine 140
Maïs 609 fanègues
Fromages 441 pesos
1 propriété 1 850 pesos

tableau 4. Répartition des revenus ecclésiatiques (1708) par catégorie

tableau 4. Répartition des revenus ecclésiatiques (1708) par catégorie

10L’ensemble, pour le partido de Sayula, a été évalué à 38 436 pesos, somme non négligeable : on comprend que, parfois, il y ait des heurts entre communautés et curés, pour son administration. La cause semble entendue dans la paroisse de Sierra de Pinos, où le curé présente lui-même les comptes des confréries de naturalles. Les aumônes sont un soutien important pour les confréries, surtout d’Espagnols : dans le cas de la paroisse de Tepatitlan, une organisation est en place. Le demandante de la confrérie de Notre- Dame de la Conception, dont le rôle est précisément de mendier, a remis près de 13 pesos ; « las visitas que la Virgen hase cada mes » ont rapporté 12 pesos ; enfin, de sources diverses, on a rassemblé 23 pesos et demi. D’autres aspects des confréries nous mettraient au contact de réalités par ailleurs bien connues, et d’abord l’importance de celles consacrées au culte mariai : 37 pour les espagnoles, 86 pour les indigènes. Dans une région évangélisée d’abord par les franciscains, l’omniprésence de la Vierge de la Conception ne saurait surprendre : 22 et 60, respectivement, des confréries ont reçu ce vocable.

11Avoir rouvert le dossier, presque huit ans après, a-t-il modifié ma perception de l’Église du Nord mexicain ? Pas fondamentalement, mais certaines convictions se sont renforcées : les années 1700, par ailleurs mal connues, marquent à la fois le sommet de l’hégémonie d’une ville sur une région, encore trop vide, et pour cela mal « ruralisée », et la fin d’une association, celle de Guadalajara et de son propre Occident. Et l’Église, dans tout cela ? Elle joue son rôle, de canalisateur de la richesse, de capitaliste point trop gourmand. Dans un siècle d’inégalités et de privilèges, elle est à l’aise, sans scrupule, et s’inscrit dans l’injustice, marquant bien la distance entre son haut clergé et la masse de prolétaires du goupillon. En fait, si ce dossier a été rouvert, c’était pour répondre à un des points de l’enseignement de Jean-Pierre Berthe : il faut être attentif aux enquêtes ramasser les morceaux du puzzle. Très modestement, c’est ce que nous avons tenté de faire, en espérant que d’autres, à travers l’Amérique, rassembleront le reste.

Appendice

Revenu des clercs (1708)

Revenu des clercs (1708)

Notes

1 À cette date le document n’était pas coté. Sans pagination. Comme toujours, c’est grâce à la diligente amitié de Carmen Castañeda que nous avons pu en obtenir une copie.

2 C’est nous qui soulignons.

3 Idem.

4 Thomas Calvo, Poder, Religión y Sociedad en la Guadalajara del siglo xvii, Mexico, 1992. p. 117-120.

5 Voir Thomas Calvo, La Nueva Galicia en los siglos xvi y xvii, Guadalajara, 1989, p. 173-182.

6 Jesus Amaya Topete, Ameca. Protofundación mexicana. Historia de la propiedad del valle de Ameca. Jalisco y circunvecindad. Mexico, 1951. p. 232-233.

7 Voir Thomas Calvo : « Entre les exigences de l’économie et celles de la démographie : les esclaves de don Francisco Ponce (Nueva Galicia. 1655) ». Vingt Etudes sur le Mexique el le Guatemala (éd. A. Breton et alii), Toulouse. 1991. p. 243-252.

8 La dîme de 1708 rapporte 117 852 pesos. Ces divers chiffres sont tirés de Thomas Calvo, Guadalajara capitale provinciale de l’Occident mexicain au xviie siècle (thèse), Paris, 1987. t. IV, p. 1852. L’écart avec notre source est notable, une partie de la dîme revenant au roi (11,1 %), une autre aux curés (27,7 %) qui l’ont parfois englobée dans l’ensemble de leurs ressources, sans distinguer.

9 Calculs à partir de Peter Bakewell. Minería y sociedad en el Mexico colonial, Zacatecas (1546-1700). Mexico, 1976, p. 335, et Thomas Calvo. Guadalajara y su región en el siglo xvii, población y economia, Guadalajara. 1992, p. 233.

10 Voir Danièle Dehouve, Quand les banquiers étaient des saints, 450 ans d’histoire économique et sociale d’une province indienne du Mexique. Paris. 1990. 366 p

Notes de fin

1 Y compris les revenus d’origine non spécifiée.

2 L’écart entre les revenus totaux et l’ensemble des revenus partiels s’explique par l’existence de sources de richesse non spécifiées. ( ) Nombre de déclarations de revenus (partidas).

Table des illustrations

Titre Tableau n° 1. Répartition de la fortune et des revenus de l’Église de la ville de Guadalajara (1708)
Légende Source : AAG. obispos, cartas pastorales, edictos y circulares, Relaciones juradas.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2100/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 2. Répartition générale des revenus ecclésiastiques (1708)
Légende Note *1Note *2
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2100/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Tableau 3. Répartition régionale des revenus des confréries (1708)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2100/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre tableau 4. Répartition des revenus ecclésiatiques (1708) par catégorie
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2100/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Revenu des clercs (1708)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/2100/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 182k

Auteur

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter