Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Indes occidentales à l’Amérique Latine. Volume 1

 | 
Thomas Calvo
, 
Alain Musset

Vie intellectuelle et religieuse

Quelques pages des livres de confréries de Chilón, Chiapas (1677-1720)1

Juan Pedro Viqueira

Texte intégral

  • 1 Je remercie Mario H. Ruz de ses conseils et de ses observations.
  • 2 A. Lavrín, « Mundos en contraste : Cofradías rurales y urbanas en México a fines del siglo xviii » (...)
  • 3 E. Zamora, Los mayas en las tierras altas en el siglo xvi. Tradición y cambio en Guatemala, Sévill (...)
  • 4 D. Aramoni Calderón, Los refugios de lo sagrado. Religiosidad, conflicto y resistencia entre los z (...)

1Les confréries des villages indiens de l’empire espagnol ont attiré l’attention de nombreux historiens, vu les diverses possibilités d’analyse dont ces institutions peuvent faire l’objet. Certains se sont intéressés à leurs aspects économiques en tant que caisses d’épargne qui permettaient de financer différentes activités productives et commerciales des Indiens2. D’autres ont mis en relation les confréries de quartier (barrio, parcialidad) avec l’organisation socio-spatiale d’origine préhispanique, fondée sur des liens de parenté, des communautés indiennes3. Enfin, d’autres se sont interrogés sur leur rôle dans la conformation des nouvelles et originales croyances religieuses des Indiens4.

2Mais pour aborder ces sujets, les chercheurs ont dû s’attaquer au problème des sources historiques. Celles-ci ne sont pas seulement rares, mais aussi généralement arides et ennuyeuses. Les livres de confréries, qui constituent la principale de ces sources, ne font pas exception à la règle. Ce sont généralement des livres sur lesquels on notait les entrées et les dépenses de la confrérie, et dans lesquels on faisait chaque année un bilan comptable à l’occasion de l’élection des nouveaux mayordomos. Les livres permettaient aux évêques de contrôler le fonctionnement financier des confréries pendant leurs visites du diocèse et de prévenir des abus et des agissements de la part du curé et des mayordomos. La monotone succession de dépenses en messes, cierges, saintes huiles et aumônes variées, interrompue par les comptes rendus de l’élection des mayordomos ou par l’examen des dépenses par les évêques ne semble pas, à première vue, offrir beaucoup de possibilités d’analyse aux historiens, ce qui fait que ceux-ci ont souvent délaissé l’étude des livres de confréries au profit d’autres documents.

  • 5 Les trois livres de confréries se trouvent aux archives du diocèse de San Cristóbal de Las Casas a (...)

3Dans cette courte contribution nous essaierons de montrer, néanmoins, que si un chercheur est en possession d’une vision générale de la vie économique d’une région donné, les livres de confréries peuvent, même dans ces aspects strictement comptables, être une source de grande utilité pour nuancer certaines hypothèses – ou même pour en poser de nouvelles – sur les mouvements économiques de la région étudiée. En effet, les livres de confréries permettent de voir de près leurs manifestations locales. Pour cela nous avons choisi les livres de trois confréries (Saint-Sébastien, le Saint-Sacrement et Saint-Dominique) du village tzeltal de Chilón, qui se trouve au nord-est de la alcaldía mayor du Chiapas5, en limitant notre étude aux années 1677-1720, années qui constituent un tournant décisif dans l’histoire économique de cette province coloniale.

4Le choix du village a obéi au fait que les livres de confréries de Chilón qui ont été conservés jusqu’à nos jours sont plus nombreux que ceux d’autres villages, pendant cette période spécialement mouvementé de l’histoire du Chiapas. Il faut néanmoins signaler qu’il y eut au village deux autres confréries (de la Vraie Croix et des Âmes du Purgatoire) dont les livres paraissent avoir disparu définitivement, ce qui malheureusement limite la portée de nos recherches.

Les temps obscurs

5La confrérie de Saint-Sébastien, peut-être la plus ancienne du village de Chilón, a été fondée en l’an 1613. Cette année-là le chapitre en vacance de siège, en réponse à une demande du village, a autorisé son érection et a enjoint le doyen Fructus Gómez de Casillas et le chantre Gabriel de Avendaño de rédiger les ordonnances nécessaires à son fonctionnement. Les deux chanoines ont signalé sur celles-ci les charges qui devaient être élues pour la direction de la confrérie (deux mayordomos, un alcalde diputado et un secrétaire), la façon dont ses biens devaient être gardés (dans une grande caisse à trois clés) et les dates auxquelles les mayordomos sortants devaient rendre les comptes aux nouveaux élus (les jours suivants la fête de saint Sébastien). D’après ces ordonnances, la confrérie devait non seulement encourager la dévotion pour le glorieux martyr saint Sébastien, mais aussi payer deux messes par an pour le salut des âmes des confrères décédés : une d’elles le jour de la fête de leur saint patron ou l’un de son octave, l’autre le 2 novembre, jour des morts. Par ailleurs on y enjoignait les membres de la confrérie à soigner les frères malades : « Y también que los dichos mayordomos tengan cuidado con los hermanos enfermos que hubiere y les hagan confesar y comulgar a los que fueren de comunión y tengan cuidado de dejar en manos que de noche los velen y acudan a lo que hubiere menester so pena al hermano [que] no acudiere a velar cuando se le mandare por los mayordomos, de un real para la cofradía y se cobre de ellos y de sus bienes ».

6Pour réunir l’argent nécessaire aux frais de la confrérie, chaque dimanche deux membres devaient parcourir le village en demandant l’aumône. Bien que ce ne fut pas dit dans les ordonnances, la coutume voulait que si, à la fin de l’année, le montant des aumônes collectées avait été supérieur aux frais, la différence devait être utilisée pour former, puis accroître le capital (principal) de la confrérie. Celui-ci se partageait d’habitude entre les deux mayordomos qui l’investissaient dans leurs propres entreprises ou bien le donnaient en prêt à intérêt à d’autres membres de la confrérie, pour le rendre avec des gains à la fête du saint patron.

  • 6 Archivo General de Indias (AGI), Audiencia de Mexico, 3102 : « Informe de don Fructus Gómez, deán (...)

7Ainsi la confrérie de Saint-Sébastien favorisait l’union de ses membres afin de veiller à leur santé et à leur salut. En outre en mettant en commun les maigres économies des confrères, elle permettait de financer des activités commerciales du village et de former une réserve monétaire qui aidait à soulager les effets plus funestes des crises agricoles. Ces réseaux d’entraide qui comprenaient des vivants autant que des défunts étaient d’une grande utilité par les temps difficiles que vivait le Chiapas. La population indienne, victime des épidémies venues de l’Ancien Monde, de l’exploitation et des mauvais traitements des Espagnols, de l’anomie sociale et de la disparition d’une bonne partie de ses références culturelles, se réduisait rapidement. Le doyen Fructus Gómez, qui rédigea en 1611 un rapport sur l’état du Chiapas, fit remarquer que les deux tiers de la population autochtone avait disparu depuis l’arrivée des Espagnols : « Parece asimismo y consta por certificación de los más ancianos de estas provincias, que desde la dicha fundación [de Ciudad Real, en 1527] hasta hoy en día, se han menoscabado y disminuido de cuatro partes de los naturales, más de las dos y media6. »

  • 7 Ibid.
  • 8 M. H. Ruz, Copanaguastla en un espejo. Un pueblo tzeltal en el Virreinato, San Cristóbal de las Ca (...)
  • 9 Sur le système du « repartimiento » voir R. Pastor « El repartimiento de mercancías y los alcaldes (...)

8Sur les ruines des principautés (cacicazgos) préhispaniques, les Espagnols n’avaient pas réussi à mettre en place des entreprises économiques viables et dynamiques qui permissent d’apaiser leur soif de richesse. Les espérances de trouver d’importantes quantités de métaux précieux dans ces contrées avaient toutes disparu. Les riches terres irriguées de la vallée tropicale du Grijalva qui, avant l’arrivée des Espagnols, avaient été le centre de la richesse et du pouvoir régionaux, étaient délaissées faute de bras pour les travailler. Les colons plus entrepreneurs étaient partis ailleurs à la recherche de meilleures opportunités, de sorte qu’il ne restait à Ciudad Real (capitale du Chiapas) que 198 Espagnols7. Les activités économiques des colons étaient peu nombreuses. Un quart de ceux-ci vivait tout simplement des rentes chaque fois plus minces qui venaient des encomiendas. Les dominicains et un petit nombre de voisins avaient établi quelques estancias d’élevage et quelques moulins à sucre dans le priorato de Chiapa, dans le beneficio de Jiquipilas et dans la province de Los Llanos (fig. 1), mais ces entreprises n’arrivaient pas à communiquer un vrai dynamisme à l’ensemble du Chiapas8. » Les autres Espagnols vivaient de la corruption qui régnait dans l’administration publique ou se consacraient alors au commerce, si on peut nommer ainsi le fait d’obliger les Indiens à se dessaisir d’une partie de leur production agricole en échange de marchandises des repartimientos contrôlés par l’alcalde mayor9. Le Chiapas, recoin oublié de l’empire espagnol, s’enfonçait dans la dépression économique. En ce temps-là, des institutions telles que les confréries, qui permettaient de structurer les villages indiens, d’organiser à nouveau leurs activités religieuses et d’enrichir leurs réseaux de solidarités, s’avéraient donc indispensables.

fig. 1 – Province du Chiapas (1680-1720)

  • 10 AGI, Audiencia de México, 3102 : « Informe de don Fructus Gómez, deán de la catedral de Chiapas (1 (...)
  • 11 Ibid. et AGI, Contaduría, 815 : « Relación de las ciudades (1683) ». Sur la date à laquelle le vil (...)

9Le village de Chilón, laissé dans l’oubli par les autorités coloniales, a traversé (de même que le reste de la province de Los Zendales, dont il faisait parti) les décennies de crise avec beaucoup plus de bonheur que les autres villages du Chiapas. La province de Los Zendales s’étendait le long du versant nord-oriental du massif connu sous le nom des Hauts-Plateaux du Chiapas et couvrait toutes les hauteurs depuis Huixtán à 2 200 mètres d’altitude jusqu’à Palenque, qui se trouve sur les plaines côtières du golfe du Mexique. Région de pluies torrentielles et de paysages abrupts et montagneux qui renferment de petites et profondes vallées d’accès difficile, Los Zendales n’ont pas trop intéressé dans un premier moment les conquistadors. Au début du xviie siècle, il n’y avait que 11 Espagnols dans toute la province, tous pauvres10. Cet oubli relatif, le climat frais et humide moins favorable aux épidémies que celui des terres basses et le développement des plantations de cacao dans la région limitrophe avec le Tabasco, qui s’épanouissaient grâce à l’effondrement des plantations du Soconusco et aux attaques des pirates qui obligèrent les habitants de la Chontalpa (au nord-ouest du Tabasco) à migrer vers l’intérieur, permirent une lente mais soutenue croissance de la population locale. Chilón, situé à l’altitude de 800 mètres (seuil à partir duquel les épidémies perdaient un peu de leur virulence), passa ainsi de 322 tributaires en 1611 à 483 en 166611.

10La confrérie de Saint-Sébastien avait réussi en 1677 à amasser un modeste capital de 86 tostones, tandis que celle du Saint-Sacrement, qui avait aussi une origine ancienne, en comptait 59 dans ses coffres. Apparemment pendant ces années de récupération et de remise en ordre, personne ne s’est donné le mal d’inscrire dans les livres des confréries les entrées et les sorties, encore moins les noms des mayordomos qui se renouvelaient chaque année.

Les temps nouveaux

  • 12 Sur ces évêques du Chiapas voir E. Flores Ruiz, La catedral de San Cristóbal de las Casas. 1528-19 (...)

11Les choses changèrent en 1677 avec la visite que l’évêque frère Marcos Bravo de la Serna y Manrique fit aux livres de confréries de Chilón. Cet évêque, proche du président du conseil des Indes, avait été envoyé d’Espagne afin de combattre la corruption régnante et de mettre un terme aux pouvoirs exorbitants des dominicains au Chiapas. Sa nomination faisait partie des efforts de la Couronne espagnole pour reprendre en main ses colonies, qui avaient profité de la crise que traversait la métropole pour augmenter leur autonomie et leur pouvoir de décision. Bravo de la Serna sera ainsi le premier d’une suite d’évêques très différents entre eux, mais tous également entreprenants et dynamiques12. Sa loyauté aux intérêts de la Couronne et ses efforts rénovateurs lui valurent rapidement de gros problèmes avec tous les secteurs de la population, étant donné que l’évêque ne voyait partout que corruption, abus, incuries, superstitions et idolâtries.

12Chilón ne fut pas, loin de là, une exception. La négligence du curé en ce qui concernait la tenue des comptes des confréries de Saint-Sébastien et du Saint-Sacrement, comme le fait que les mayordomos avaient à leur charge d’importantes quantités d’argent provenant des aumônes des confrères, choquèrent sa mentalité bureaucratique et étroitement ecclésiastique. Il prescrivit aux Indiens d’acquérir de nouveaux livres dans lesquels ils devraient noter tout ce qui concernait leurs confréries. Cet ordre devrait lui valoir toute la reconnaissance des historiens que nous sommes, mais il ne fut sûrement pas du goût ni du curé ni des mayordomos. Encore moins de plaisir dut leur procurer la décision de l’évêque de ne laisser aux confréries que 10 tostones de capital et de donner le reste (125 tostones) à la caisse de la fabrique de l’église, mettant fin ainsi à leurs fonctions de réseaux d’entraide.

13Par ailleurs, Bravo de la Serna fonda une confrérie de Saint-Dominique, vu que le village n’en avait pas une dédié à son saint patron. Dans les ordonnances qu’il rédigea pour elle se manifeste ouvertement l’esprit réformiste de l’évêque. A la différence des prescriptions élaborées en 1613 pour la confrérie de Saint-Sébastien, on ne trouve dans celles-ci aucune mention à l’entraide qui doit exister entre les confrères. Au contraire, les seuls buts qui sont signalés de façon explicite sont celui de financer quatre messes par an (ce qui supposait une dépense de 28 tostones) et celui d’encourager la pratique religieuse des confrères : « Todos sean obligados a confesar y comulgar en la fiesta principal del santo y si no pudiesen en ella en una de las otras dos. »

14Remarquons au passage que, justement, ces deux sacrements n’étaient pas souvent fréquentés par les Indiens. En outre, l’évêque n’a pas oublié de signaler qu’on devait noter dans les livres les noms des confrères, les montants des aumônes qui étaient perçues tous les dimanches, les élections annuelles des mayordomos et les frais de la confrérie. La responsabilité du registre des deux premières rubriques revenait naturellement au secrétaire indien et aux mayordomos qui, ou bien n’ont pas été capables de remplir cette obligation, ou bien n’ont pas eu intérêt à le faire. Les curés, par contre (bien qu’avec une bonne dose de négligence), se sont acquittés de leur part. Bravo de la Serna, jaloux des prérogatives de l’Église, limita la liberté des Indiens dans la gestion de la confrérie et prit soin de signaler que les autorités civiles ne devaient d’aucune façon se mêler de ses affaires :

« Y también que las elecciones y cuentas las hagan siempre ante el padre cura que es y fuere de esta doctrina, el cual las confirme y las firme. Y también que fuera de lo dicho no gasten cosa alguna sin especial licencia del dicho señor padre cura y si algo gastaren no se les pase en cuenta. Y también que los que fueren mayordomos no permitan a los alcaldes ni a otro alguno entrometerse en la cofradía y sus dependencias si no es que sea cofrade con voz y voto como los otros. »

15Finalement, afin d’éveiller l’intérêt des Indiens pour la nouvelle confrérie, il accorda les indulgences habituelles : « Y le concedemos todas las gracias, indulgencias y exenciones que podemos y especialmente las del jubileo de cuarenta horas para el día del santo y los dos siguientes, teniendo descubierto el Santísimo Sacramento. »

16Le curé, à son tour, leur fit don de 6 tostones pour qu’ils commençassent à former le capital de la confrérie. La visite de l’évêque, entre droits de visite, livres et messes pour les défunts, coûta aux trois confréries au moins 50 tostones sans compter les 125 qui s’en allèrent grossir la caisse de la fabrique de l’église. L’ordre et le progrès avaient leur prix.

  • 13 Nos principales sources démographiques sont AGI, Audiencia de Guatemala, 161 : « Memoria de los pu (...)
  • 14 Sur ce système et son importance dans l’économie du Chiapas voir J. P. Viqueira, Tributo y socieda (...)
  • 15 S. D. Markman, Architecture and Urbanization in Colonial Chiapas, Mexico, Philadelphie, The Americ (...)

17Les temps nouveaux allaient encore causer bien des surprises aux habitants de Chilón. À l’époque, le Chiapas commençait à sortir de sa torpeur. La province de Los Llanos voyait sa population croître rapidement, ce qui ouvrait de nouvelles perspectives économiques dans cette région. Le nombre d’habitants de Los Zendales continuaient à augmenter bien qu’à un rythme plus lent13. Les visites réalisées par des oidores et d’autres fonctionnaires de tout poil afin de mettre à jour les recensements de tributaires se firent plus nombreuses et augmentèrent encore davantage les dépenses des Indiens. Les autorités locales mirent en place un nouveau et frauduleux système pour encaisser les tributs : les Indiens des régions éloignées de Ciudad Real durent alors payer presque tous leurs tributs en espèce, tandis que les autres continuèrent à le faire en nature, sauf en ce qui concernaient le tostón real14. Avec les gains de ce nouveau système, le commerce prit de l’élan et les alcaldes mayores purent financer leurs repartimientos de marchandises et prêter à crédit aux paysans qui cultivaient des produits de grande valeur commerciale, tels que la cochenille (grana), le coton et le cacao. Avec la reprise économique, les autorités du Guatemala purent mener à bien la conquête d’El Lacandón, où vivaient encore des Indiens insoumis. L’argent afflua à nouveau dans les caisses du diocèse et des ordres religieux, qui en profitèrent pour réparer et agrandir leurs églises et leurs couvents15.

18Les Indiens de Chilón durent, de même que presque tous ceux des autres villages de Los Zendales, payer leurs tributs en espèce. Pour trouver le rare et précieux numéraire, ils furent contraints de travailler une moyenne de deux mois par an pour les Espagnols, dans les plantations de cacao qui se trouvaient dans la région limitrophe entre le Chiapas et le Tabasco ou comme porteurs (tamemes) sur le chemin, de plus en plus parcouru, qui reliait Ciudad Real à Tacotalpa (la capitale du Tabasco) et qui traversait leur village. Les habitants de Chilón élevaient aussi des porcs que les Indiens du quartier de Cuxtitali, à Ciudad Real, venaient acheter de temps en temps. Attirés par les nouvelles possibilités économiques, quelques Espagnols, avec leurs domestiques (ladinos et mulâtres), vinrent s’installer dans le village, jusqu’alors habité uniquement par des Indiens.

  • 16 AGI, Escribanía de cámara, 369 C : « 7o cuaderno (1714) », ff. 36-44.
  • 17 Sur le rôle des religieux de l’ordre de la Merci dans la récollection de certaines de ces aumônes, (...)
  • 18 Sur ces donations, voir AGI, Audiencia de Guatemala, 44 : « El Cabildo secular de Chiapas al rey ( (...)

19Les conséquences de tous ces changements ne paraissent pas avoir été favorables aux natifs de Chilón. De 1690 à 1703 le nombre de tributaires diminua de 78 unités16. Les confréries, dépossédées de presque tous leurs capitaux, devinrent une charge de plus en plus lourde pour le village. Non seulement leur nombre avait augmenté, mais en plus les frais de chacune d’elles se multiplièrent. Les visites des évêques se firent plus nombreuses (1677, 1678, 1680, 1684, 1686, 1689, 1692, 1695, 1697, 1699, 1702, 1709, 1711). Chacune d’elles supposait une dépense de 20 tostones par confrérie, sans compter d’autres frais que le village, en tant que collectivité, devait couvrir. Par ailleurs, les aumôniers se présentaient plusieurs fois par an dans le village en demandant à chaque confrérie une aide de 2 à 4 réaux pour des causes qui étaient bien éloignées de la vie quotidienne des Indiens, mais qui ne manquaient pas d’enrichir leur imaginaire collectif, tels que la maison sainte de Jérusalem et la rédemption des chrétiens prisonniers des Maures17. D’autres demandaient l’aumône pour « Nuestra Señora de la Sierra Morena » ou pour la canonisation de frère Francisco de Jiménez de Cisneros et de Pedro Regalado, ou pour la béatification de María de Jesús de Agreda. Les Indiens de Chilón ne refusèrent leur aide ni pour la reconstruction en 1686 de l’église du village de Simojovel, qui avait souffert d’un incendie (bien que ce village fut assez éloigné du leur), ni pour des hôpitaux dans lesquels ils ne pourraient jamais aller se soigner, tels que celui de Nuestra Señora de Belén ou celui de San Juan de la Cruz qui se trouvaient à la ville de Guatemala. L’essor de la construction d’églises et de couvents fit aussi appel à leurs aumônes. Ainsi les confréries de Chilón donnèrent quelques tostones pour les travaux du couvent des nonnes du Carmel (1677, 1697 et 1704), pour la façade de l’église de Saint-François (1679), pour sa chapelle principale (1683) et pour son couvent (1686). Même les jésuites, nouveaux venus au Chiapas, demandèrent quelques aumônes en 1688 pour bâtir l’église de Saint-Augustin, malgré les importantes donations qu’ils reçurent sous forme de plantations de cacao18.

20Il n’y a rien de bien surprenant au fait que les confréries de Chilón ne réussirent pas à reconstituer leurs capitaux, à l’exception de celle de Saint-Sébastien qui put réunir la très modeste somme de 20 tostones (fig. 2). De plus en plus souvent les mayordomos se voyaient obligés à mettre de leur poche 6 ou 7 tostones (le montant d’au moins un mois de salaire) pour équilibrer les comptes des confréries. Certains durent même donner plus de 20 tostones, comme ce fut le cas de ceux qui exercèrent la charge dans la confrérie du Saint-Sacrement les années de 1691 et de 1692. Ainsi, ce qui auparavant était un privilège, auquel seuls « les meilleurs Indiens du village, de bonne vie et coutumes et bons chrétiens et paisibles » pouvaient accéder (d’après les ordonnances de la confrérie de Saint-Sébastien) et qui permettait le maniement d’importantes sommes d’argent, devint ces années-là une lourde charge, peu attrayante à remplir.

Temps d’espoir et temps de crise

21Les choses commencèrent à s’améliorer avec l’arrivée du nouveau siècle. Déjà, depuis 1695 le capital de la confrérie de Saint-Sébastien, qui avait fluctué autour de 20 tostones, s’accrut rapidement jusqu’à dépasser les 100 tostones en 1702 (fig. 2). Cette reprise fit réfléchir les autorités ecclésiastiques, en leur montrant que les temps étaient propices pour que les autres confréries puissent avoir les ressources nécessaires afin de les investir et de faire fructifier un capital qui, plus tard, pourrait servir l’Église. Ainsi, en 1702, l’évêque Núñez de la Vega ordonna que « des trois confréries, celles des Âmes, celle de Saint-Sébastien et celle de la Vraie Croix, qui ont de gros capitaux, on prenne une aumône pour aider celle du Saint-Sacrement et former avec elle un petit capital » qui fut de 14 tostones. La confrérie de Saint-Dominique reçut cette année-là 10 tostones que le curé lui donna et 6 tostones que l’évêque prit des biens de la fabrique de l’église. À ceux-là sont venus s’ajouter 18 autres tostones qu’elle reçut du nouveau curé en 1704. La confrérie du Saint-Sacrement vit à son tour son capital augmenter de 27 tostones. Avec ces renforts et grâce à l’absence de visites d’évêques entre 1702 et 1709 (le siège était vacant) les capitaux des trois confréries purent retrouver une croissance soutenue. En 1701, pour la première fois depuis 1677, le montant total des capitaux des trois confréries fut supérieur aux frais (fig. 3).

Fig. 2 – Capitaux des confréries

22Les frères dominicains qui géraient le village ne purent pas résister à la tentation de rehausser la dignité de l’église qui comptait maintenant parmi ses paroissiens de riches et prospères Espagnols. En 1704, le curé procéda à une collecte entre toutes les confréries pour acheter une bande de taffetas rouge aux bords de soie qui pourrait servir pour le Christ du collatéral ou pour Saint-Sébastien. L’année suivante, le curé se lança dans des travaux pour restaurer le baldaquin et la lampe, travaux au sujet desquels il annonça fièrement qu’il s’agissait « des plus chers et seigneuriaux » que l’église ait jamais connus et pour lesquels les trois confréries durent verser 56 tostones.

23Néanmoins les signaux prévenant que l’essor économique du village touchait à sa fin se multiplièrent rapidement. En 1709 le curé écrivit dans le livre de la confrérie de Saint-Dominique que les mayordomos « ne donnent aucune augmentation vu que les temps sont fatals à cause des travaux que sa Divine Majesté a envoyé de faim et de peste ». L’année suivante, dans le livre de Saint-Sébastien, le religieux remercia les mayordomos sortant du fait « que malgré les temps fatals le capital se conserve », tandis que ceux de la confrérie de Saint-Dominique durent être réélus « car personne n’a voulu la charge de mayordomo ». Au cas où les chevaliers de l’Apocalypse de la faim et de la peste n’auraient pas été suffisants, le nouvel évêque Juan Bautista Alvarez de Toledo commença ses visites en 1709. Ce prélat se plaisait beaucoup à faire des œuvres de charité. Non seulement il distribuait une fois par semaine du maïs aux pauvres de Ciudad Real, mais, en plus, il travaillait avec acharnement pour fonder un hôpital et une maison destinée aux femmes en perdition (casa de recogidas). Mais toutes ces œuvres de charité demandaient de grosses sommes d’argent qui, nécessairement, devaient provenir pour la plupart des maigres ressources des Indiens. C’est ainsi qu’en 1709, quand l’évêque fit sa visite au village de Chilon, non seulement il encaissa les droits habituels mais il prit aussi 8 tostones à chaque confrérie pour une messe dédiée aux âmes des défunts et leur imposa la dîme sur leurs capitaux.

24Malgré les maladies et les mauvaises récoltes, l’argent économisé pendant les dix années précédentes permit de résister à cette première visite d’un si philanthropique prélat. Mais en 1711, la catastrophe finit par se produire. Cette année-là, en janvier, l’évêque fit sa seconde visite, la plus ruineuse que le village ait jamais connue, juste au moment où celui-ci traversait une grave crise agricole. Après quoi, au mois de novembre (mois où l’on commence les récoltes) la situation s’avéra très difficile. Les mayordomos de la confrérie du Saint-Sacrement ne purent rembourser 15 tostones du capital qu’ils avaient reçu et durent s’engager à les payer le mois suivant. Ceux de la confrérie de Saint-Sébastien qui, au moment d’occuper leur charge, avaient reçu 90 tostones expliquèrent qu’ils en avaient donné 23 pour la visite de l’évêque et que le curé leur en avait emprunté 20 qu’il n’avait jamais rendus. Par ailleurs, ils se dirent incapables de montrer un seul des 47 tostones qui restaient une fois déduits les frais dont ils faisaient mention. Le curé les fit alors réélire pour qu’ils puissent récupérer le capital perdu. Les mayordomos de Saint-Dominique, pour justifier une diminution de 37 tostones, signalèrent eux aussi l’importance des dépenses dues à la visite de l’évêque et expliquèrent qu’un Indien, auquel ils avaient prêté 16 tostones, était parti au Tabasco et n’en était pas revenu.

fig. 3 – Capitaux des confréries

25Dans les mois qui suivirent, les mayordomos purent récupérer une partie des capitaux perdus. En janvier 1712, une fois la récolte vendue, ceux de la confrérie de Saint-Sébastien remirent 51 tostones et, au mois de mai, ceux de la confrérie du Saint-Sacrement firent de même avec la totalité du capital qu’ils avaient reçu. La crise touchait-elle à sa fin ? Peut-être pour ce qui était de la crise agricole. La crise sociale, par contre, ne faisait que commencer.

Temps de rébellion et temps de répression

  • 19 Malgré l’abondante littérature sur cette rébellion, le meilleur récit est encore celui du frère do (...)
  • 20 AGI, Audiencia de Guatemala, 296 : « Cuarto cuaderno (1713). »

26Les livres de confréries de Chilón n’enregistrent aucune dépense pour le restant de l’année de 1712 ni d’élections en 1713. Les raisons sont faciles à comprendre. Les Indiens de toute la province de Los Zendales et celle de la Guardianía de Huitiupán se sont soulevés contre la domination coloniale19. À Chilón, les Espagnols et les ladinos se sont fortifiés dans le couvent avec dix-huit armes à feu, des épées, des sabres et des machettes, peu de chose face aux centaines d’Indiens qui arrivèrent pour mettre le siège. Voyant la bataille perdue, le caporal Pedro Ordóñez, à la demande des rebelles, finit par leur remettre les armes. A peine désarmés, les hommes furent précipités du haut du couvent, tandis que leurs femmes furent emmenées à Cancuc, centre du soulèvement, afin de préparer des tortillas pour les dirigeants indiens. Le curé de Chilón, frère Nicolas de Colindres, réussit à s’enfuir vers Ocosingo, mais avant d’atteindre son but il fut assassiné par des Indiens de Guaquitepec20.

  • 21 AGI, Audiencia de Guatemala, 294 : « Cuaderno 1o (1712 y 1713) », ff. 221v-222v.
  • 22 AGI, Escribanía de cámara, 356 A : « Autos de residencia a Pedro Gutiérrez (1719) », ff. 253-254v.
  • 23 AGI, Audiencia de Guatemala, 250 : « Testimonio de los autos hechos sobre la remisión de tributos (...)

27Les natifs de Chilón restèrent rebelles jusqu’à la mi-décembre, date à laquelle un quartier (parcialidad) du village se rendit devant les troupes commandées par le président de l’Audience du Guatemala, qui s’était emparé de Cancuc et avait mis en fuite les Indiens21. On enregistra à nouveau dans les livres de confréries les frais pour les messes, les cierges et les saintes huiles, mais les élections de nouveaux mayordomos ont mis encore quelque temps pour se régulariser. Le village avait perdu une bonne partie de ses hommes, morts pendant la lutte armée ou bannis de la province par les Espagnols. Les troupes du Guatemala avaient emporté les animaux domestiques et tous les instruments de labeur en métal, en prétendant qu’ils pouvaient servir d’armes22. Les semailles de 1713 et 1714 se firent donc au milieu de grandes difficultés. Certains mayordomos nommés en 1712 furent capables de rendre une bonne partie des capitaux qu’ils avaient reçus, mais ceux-ci partirent en fumée entre les années 1714 et 1716. Cette dernière année, les sauterelles dévastèrent les champs de maïs. Le curé de Chilón informa alors les autorités civiles des maigres possibilités de succès pour la récolte suivante : « Aunque han sembrado otra vez los que han podido se teme que no se darán por haber pasado el tiempo de la sementera y si se dieren témese otro trabajo entonces, que las destruyan los hijos que aquí han procreado dichas langostas23. »

28Les épidémies firent alors rage sur les Indiens affamés. De 1714 à 1718, 173 tributaires décédèrent et 27 s’enfuirent au Tabasco. En 1718 la situation restait dramatique, d’après le rapport qu’en fit le curé :

  • 24 Ibid., ff. 183v-185.

« Han sido tales las necesidades y hambres que han padecido [los indios] hasta este [año] en que estamos que no es menos la que padecen que se han visto obligados de la necesidad a dejar sus pueblos por tiempo de medio año algunas veces y otros años de tres meses o cuatro meses hasta que tenían noticia que ya había maíz en sus pueblos ; y aunque es verdad que muchos volvían, pero de la vuelta se les seguía mayor atraso porque se hallaban sin casa, que se les había caído por no haber habido quien la habitase, perdido el tiempo para hacer su milpa para el año que se seguía ; por lo cual viéndose destituidos de un todo y tímidos de que las justicias no los castigasen pidiéndoles el tributo el que no podían pagar por la suma pobreza en que se hallaban, así se volvían a huir en busca del sustento a distintas provincias donde hoy se hallan muchos dispersos...24 »

29La famine et les épidémies qui dévastaient la province de Los Zendales obligèrent les autorités à exempter les Indiens de tribut pendant ces années-là. Le nouvel évêque, par contre, rendit visite à toute la région en 1716, puis en 1718 (sûrement à fin de réconforter spirituellement son troupeau) en encaissant, bien entendu, les droits habituels. Malgré la misère qui régnait dans la province, les aumôniers ne cessèrent de parcourir les terres ravagés en quêtant pour la rédemption des chrétiens prisonniers des maures, pour la fabrique de Nuestra Señora de los Dolores au Guatemala, et même, l’un d’entre eux, pour la province de Perse.

  • 25 A. Breton, « La “Provincia de Tzendales” en 1748 », Vingt études sur le Mexique et le Guatemala ré (...)

30En 1719, le panorama parut s’éclaircir. Les mayordomos des trois confréries rendirent des comptes encourageants et rapportèrent une partie des capitaux perdus. Mais l’année suivante, les autorités civiles levèrent de nouveau le tribut et les confréries se retrouvèrent sans un sou. Le bilan final de la « pacification » fut ainsi brutal pour Chilón. Le village perdit toutes ses maigres économies, une bonne partie des hommes jeunes et presque tous les Indiens qui savaient lire et écrire, condamnés pour avoir collaboré avec les rebelles. Les Espagnols survivants quittèrent pour longtemps le village à la recherche de lieux plus sûrs. L’économie du Chiapas entra dans un nouveau marasme et les haciendas, refuges des temps de crise, amorcèrent leur développement, souvent au détriment des terres indiennes. Chilón, qui avait été un centre économique d’importance, retomba dans l’oubli. En 1730 la confrérie du Saint-Sacrement n’avait pu amasser que 20 tostones de capital, qui furent perdus vers 1750 quand la population du village se trouva à son plus bas niveau. En effet Chilon ne comptait que 70 familles indiennes et 10 familles métisses25 (moins de la sixième partie qu’en 1684 !). Les deux autres confréries ont dû attendre jusqu’au début du xixe siècle pour pouvoir noter quelques tostones de capital dans leurs livres de comptes.

31Après l’effondrement de la population des terres tropicales de la vallée du Grijalva au xvie siècle, la province de Los Zendales a acquis une grande importante économique, puisque cette région fut la première à connaître une reprise démographique. Les Espagnols, conscients de la nouvelle situation, ont cherché à tirer profit de la population autochtone. Ils la contraignirent, à partir des années 1680, à payer ses tributs en espèces pour l’obliger ainsi à travailler dans ses entreprises agricoles et commerciales. Mais ce système tributaire a détruit en peu d’années les réserves humaines et économiques que les Indiens de Los Zendales avaient réussi à réunir tout au long du xviie siècle. La rébellion de 1712 (en bonne mesure résultat des exigences démesurées des Espagnols) et la répression qu’elle provoqua achevèrent de plonger la province dans la misère.

  • 26 M. H. Ruz, Savia india, floración ladina, p. 88-136.
  • 27 AHDSC, Livre de la confrérie des âmes du purgatoire de San Bartolomé de Los Llanos et D. Aramoni, (...)

32Dans les décennies qui suivirent, les activités économiques du Chiapas se concentrèrent de nouveau dans la vallée du Grijalva et dans les plaines de Comitân où les haciendas s’épanouirent au xviiie siècle26. Une partie de cette richesse profita aux Indiens de ces régions. Ainsi les confréries de San Bartolomé de Los Llanos et de Tuxtla, pour donner deux exemples, accumulèrent de grands capitaux et acquirent d’importantes estancias d’élevage27.

33Malgré cela, l’expérience des années 1680-1720 ne fut pas pour Los Zendales une parenthèse vite refermée. La province devint pendant cette période une réserve de main-d’œuvre bon marché pour le reste du Chiapas et pour une bonne partie du Tabasco, fonction que la région continue à remplir de nos jours au milieu de la misère de ses habitants et de conflits sociaux de plus en plus violents. Les vicissitudes des confréries de Chilon ne sont que l’expression locale de tous ces mouvements économiques de longue durée. Leur étude n’est pas pour autant inutile. Elle nous permet d’approcher ce qui devrait être la tâche primordiale des historiens : comprendre comment des hommes de chair et de sang ont vécu les grandes transformations de leur temps.

Notes

1 Je remercie Mario H. Ruz de ses conseils et de ses observations.

2 A. Lavrín, « Mundos en contraste : Cofradías rurales y urbanas en México a fines del siglo xviii », La Iglesia en la economía de América Latina, siglos xvi al xix, A. J. Bauer, compilateur, Mexico, Instituto Nacional de Antropología e Historia, 1986, p. 237-257 ; M. Carmagnani, El regreso de los dioses, Mexico, Fondo de Cultura Económica, 1988, p. 132-144 ; N. M Farriss, La sociedad maya bajo el dominio colonial. La empresa colectiva de la supervivencia, Madrid, Alianza Editorial, 1992, p. 412-423 ; A. C. van Oss, Catholic Colonialism. A Parish history of Guatemala, 1524-1821, Londres, Cambridge University Press, 1986, p. 109-115 et M. J. MacLeod, « Papel social y económico de las cofradías indígenas de la colonia en Chiapas », Mesoamérica, 5 juin 1983, p. 64-86.

3 E. Zamora, Los mayas en las tierras altas en el siglo xvi. Tradición y cambio en Guatemala, Séville, Diputación Provincial de Sevilla, 1985, p. 374-382. D. Aramoni Calderón fait actuellement, pour sa thèse doctorale au Colegio de Michoacán, des recherches sur cet aspect des confréries dans le cas des Zoques de la Dépression centrale du Chiapas.

4 D. Aramoni Calderón, Los refugios de lo sagrado. Religiosidad, conflicto y resistencia entre los zoques de Chiapas, Mexico, Consejo Nacional para la Cultura y las Artes, 1992, p. 381-410 et F. Rojas Lima, « La cofradía indígena, reducto cultural de los mayas de Guatemala », Los mayas de los tiempos tardíos, M. Rivera et A. Ciudad éditeurs, Madrid, Sociedad Española de Estudios Mayas-Instituto de Cooperación Iberoamericana, 1986, p. 253-282.

5 Les trois livres de confréries se trouvent aux archives du diocèse de San Cristóbal de Las Casas au Chiapas (AHDSC), gardés dans une caisse avec les livres de confréries du village de Bachajón. Pour ne pas charger cette communication de trop de notes, nous omettrons celles qui revoient à ces trois livres.

6 Archivo General de Indias (AGI), Audiencia de Mexico, 3102 : « Informe de don Fructus Gómez, deán de la catedral de Chiapas (1611) », ff. 40-47.

7 Ibid.

8 M. H. Ruz, Copanaguastla en un espejo. Un pueblo tzeltal en el Virreinato, San Cristóbal de las Casas, Centro de Estudios Indígenas-Universidad Autónoma de Chiapas, 1985, p. 66-67 et Savia india, floración ladina, Mexico, Consejo Nacional para la Cultura y las Artes, 1992, p. 59-84 et 110-113.

9 Sur le système du « repartimiento » voir R. Pastor « El repartimiento de mercancías y los alcaldes mayores novohispanos », El gobierno provincial en la Nueva España. 1570-1787, W. Borah éditeur, Mexico, Universidad Nacional Autónoma de México, p. 201-236.

10 AGI, Audiencia de México, 3102 : « Informe de don Fructus Gómez, deán de la catedral de Chiapas (1611) », f. 44v.

11 Ibid. et AGI, Contaduría, 815 : « Relación de las ciudades (1683) ». Sur la date à laquelle le village fut recensé, voir AGI, Audiencia de Guatemala, 75 : « Testimonio de autos sobre la necesidad que hay de contar los pueblos de Chiapas (1679) », ff. lv-2v.

12 Sur ces évêques du Chiapas voir E. Flores Ruiz, La catedral de San Cristóbal de las Casas. 1528-1978, Tuxtla Gutiérrez, Universidad Autónoma de Chiapas, 1978, p. 99-102 et M. H. Ruz, Chiapas colonial : Dos esbozos documentales, Mexico, Universidad Nacional Autónoma de México, 1989, p. 91-124 et 146-153.

13 Nos principales sources démographiques sont AGI, Audiencia de Guatemala, 161 : « Memoria de los pueblos (1595) » ; AGI, Audiencia de México, 3102 : « Informe de don Fructus Gómez (1611) » ; AGI, Contaduría, 815 : « Relación de las ciudades (1683) » ; G. Enríquez, « Nuevos documentos para la demografía histórica de la Audiencia de Guatemala a finales del siglo xvii », Mesoamérica, 17 juin 1989, p. 147-155 ; Archivo General de Centro América, A3.16.357 : « Tasaciones de pueblos de Los Llanos (1693-1703) » et AGI, Escribanía de cámara, 369 C : « 7o cuaderno (1714) », ff. 36-44.

14 Sur ce système et son importance dans l’économie du Chiapas voir J. P. Viqueira, Tributo y sociedad en Chiapas (1680-1721), dactylographié.

15 S. D. Markman, Architecture and Urbanization in Colonial Chiapas, Mexico, Philadelphie, The American Philosophical Society, 1984, p. 161-163, 178-180, 184-185 et 273-274.

16 AGI, Escribanía de cámara, 369 C : « 7o cuaderno (1714) », ff. 36-44.

17 Sur le rôle des religieux de l’ordre de la Merci dans la récollection de certaines de ces aumônes, voir M. C. León Cázares, « Los mercedarios en Chiapas. ¿Evangelizadores ? », Estudios de Historia Novohispana, 11, 1991, p. 11-43.

18 Sur ces donations, voir AGI, Audiencia de Guatemala, 44 : « El Cabildo secular de Chiapas al rey (1691) » et AGI, Audiencia de Guatemala, 397 : « Real cédula (24 de diciembre 1677) », ff. 200-204.

19 Malgré l’abondante littérature sur cette rébellion, le meilleur récit est encore celui du frère dominicain Gabriel de Artiga, qui fait parti du livre de F. Ximénez, Historia de la provincia de San Vicente de Chiapa y Guatemala de la orden de predicadores, Guatemala, Biblioteca Goathemala, 1971, IV, p. 252-337.

20 AGI, Audiencia de Guatemala, 296 : « Cuarto cuaderno (1713). »

21 AGI, Audiencia de Guatemala, 294 : « Cuaderno 1o (1712 y 1713) », ff. 221v-222v.

22 AGI, Escribanía de cámara, 356 A : « Autos de residencia a Pedro Gutiérrez (1719) », ff. 253-254v.

23 AGI, Audiencia de Guatemala, 250 : « Testimonio de los autos hechos sobre la remisión de tributos (1720) », ff. 95-98 v.

24 Ibid., ff. 183v-185.

25 A. Breton, « La “Provincia de Tzendales” en 1748 », Vingt études sur le Mexique et le Guatemala réunies à la mémoire de Nicole Percheron, A. Breton, J.-P. Berthe et S. Lecoin, éditeurs, Toulouse. Presses universitaires du Mirail, 1991, p. 187.

26 M. H. Ruz, Savia india, floración ladina, p. 88-136.

27 AHDSC, Livre de la confrérie des âmes du purgatoire de San Bartolomé de Los Llanos et D. Aramoni, « Indios y cofradías : Los zoques de Tuxtla », Memorias del coloquio internacional « La trascendencia del primer viaje de Cristóbal Colón », Villahermosa, Gobierno del Estado de Tabasco, sous presse.

Table des illustrations

Légende fig. 1 – Province du Chiapas (1680-1720)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/1412/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 2 – Capitaux des confréries
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/1412/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 401k
Légende fig. 3 – Capitaux des confréries
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/1412/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 492k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540