Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Indes occidentales à l’Amérique Latine. Volume 1

 | 
Thomas Calvo
, 
Alain Musset

Vie intellectuelle et religieuse

Le monastère de Saint-Augustin de Guayangareo (Michoacán), vers 1571

Jacques Hirzy

Texte intégral

  • 1 García Pimentel Luis, Relación de los Obispados de Tlaxcala, Michoacán, Oaxaca y otros lugares en (...)
  • 2 On trouvera le texte de cette Real Cédula dans Descripción del Arzobispado de México, hecha en 157 (...)
  • 3 Par exemple, le Códice Franciscano, publié par Joaquín García Icazbalceta en 1889 et réimprimé par (...)

1Parmi les nombreux documents élaborés et réunis à l’occasion de la visite du conseil des Indes par le licenciado Juan de Ovando, de 1569 à 1571, beaucoup, de ceux qui concernent la Nouvelle-Espagne, restent encore inédits. C’est le cas de bon nombre de relaciones de monastères de l’ordre de Saint-Augustin au Mexique. Sauf erreur de notre part, quarante-sept de ces textes ont été conservés, dont vingt-deux ont été publiés dans leur forme originale par Luis Garcia Pimentel et Francisco del Paso y Troncoso1. Rappelons que par la Real Cédula, signée à Madrid par Philippe II le 23 janvier 15692, le roi demandait aux évêques et aux fonctionnaires civils des Indes, des mémoires détaillés relatifs à tous les aspects de la vie ecclésiastique et administrative des royaumes d’outremer. Les ordres religieux, très jaloux de leur indépendance vis-à-vis de la juridiction épiscopale, envoyèrent directement au conseil des Indes les documents où ils décrivaient leurs établissements et leurs activités missionnaires. Nous connaissons ainsi de nombreux documents concernant les franciscains3, pour la plupart rédigés par le P. Mendieta.

  • 4 Archivo General de Indias, Indiferente General, 1529, (p. 61-62 pour la relation de Guayangareo).
  • 5 La fondation du monastère augustinien de la ville est attribuée au père Alonso de la Veracruz, qui (...)

2Les religieux de la province augustinienne du Très-Saint Nom-de-Jésus de Mexico ne semblent pas avoir envoyé au conseil des Indes des textes de synthèse; nous disposons seulement de relations des monastères, rédigées chacune par son prieur; dix-sept de ces relations se trouvent aujourd’hui à la bibliothèque de l’université du Texas, à Austin, trente autres sont conservées aux Archives générales des Indes de Séville4. De ces dernières, six concernent l’ancien diocèse du Michoacán; celles de Charo / Matlalzingo, Yuririapundaro, Cuiseo et Cupândaro (deux monastères dans une seule relation), Guango, Xacona et Guayangareo. Plusieurs de ces documents sont d’ailleurs gravement mutilés; ils n’en mériteraient pas moins d’être édités et commentés. Dans cette perspective, nous avons choisi de donner ici un échantillon, en publiant le document consacré au monastère de Saint-Augustin de Guayangareo5, dont voici la transcription. Par rapport au texte original, nous avons seulement modernisé l’orthographe, résolu les abréviations et introduit une ponctuation conforme à l’usage moderne.

Relación del pueblo de Guayangareo

3En Guayangareo, que es pueblo de españoles, en la provincia de Mechuacán; dista de la ciudad de México, treinta y cinco leguas, el cual (pueblo) tiene setenta vecinos; hay un monasterio de la orden de Nuestro Padre San Agustín, en el cual suelen de continuo residir ocho o nueve religiosos. Están ahora, al presente, por la necesidad que hay, seis: cuatro sacerdotes y nueve [sic: lapsus du rédacteur; comme le prouve la suite du texte, il faut lire «dos»] religiosos que no lo son. El prior se llama fray Gerónimo de Guevara; es teólogo, predicador y confesor de españoles y lengua tarasca; predica y confiesa en ella a los naturales de aquella provincia. Asimismo, el padre fray Gaspar de Talavera es hombre docto, teólogo y confesor de españoles y lengua mexicana. El padre fray Pedro de San Gregorio es lengua tarasca y matlalcinga; confiesa y predica en ambas lenguas. El padre fray Alonso Gallegos es lengua tarasca, predicador y confesor. Los otros dos religiosos sirven de acompañar la casa. Este convento no tiene a su cargo de obligación ningunos indios, ni tiene ningún estipendio para su sustentación más de limosnas particulares de algunas personas y alguna renta que tiene, aunque poca. Acuden a la doctrina, además de que los religiosos predican y confiesan y administran todos los sacramentos a los españoles, algunos pueblesicos, los cuales son sujetos a una cabecera que se dice Undameo. Esta cabecera acude y es visitada de Tiripitio porque así está mandado por el señor Virrey, a causa de que está más cerca de Tiripitio, del cual dista una legua, que de Guayangareo, del cual dista cinco. Los tributantes que tiene Tiripitio se dará relación; los pueblos sujetos a Undameo [que] acuden a Guayangareo por estar cerca y por estar así mandado por el señor Virrey son los siguientes y contienen los tributantes que siguen:

  • El primero se llama Atecual, dista de Guayangareo dos leguas; tiene cincuenta tributantes y tiene de confesión ciento uno.
  • El pueblo de Jesús, que dista de Guayangareo una legua, tiene cuarenta tributantes; son de confesión cincuenta y uno.
  • En Santa María y San Joseph y San Bartolomé, que dista de Guayangareo tres cuartos de legua, hay cuarenta y siete tributantes y son ciento siete los que hay de confesión.

4Fray Gerónimo de Guevara

  • 6 Jerónimo (ou Alonso) de Guevara, prieur du monastère de Guayangareo, signataire du manuscrit. Ruiz (...)
  • 7 «... cuando se hacían los cimientos de la catedral guayangarense, a fines de 1577 o principios de (...)

5Comme on vient de le voir, le texte de cette relation, signée par le prieur du monastère fray Jerónimo de Guevara6, est un texte bref: il compte vingt-huit lignes d’écriture très serrée sur une seule page. Il comporte quelques ambiguïtés et peut s’analyser comme suit: en premier lieu, fray Jerónimo indique la situation géographique de Huayangareo par rapport à Mexico, lieu de résidence des autorités civiles et ecclésiastiques de la Nouvelle-Espagne. On peut rappeler que l’actuelle ville de Morelia, capitale de l’état du Michoacán, avait porté, avant son nom colonial de Valladolid, celui de Huayangareo, mais ce n’est pas ici le lieu de relater les péripéties de la fondation de cette ville et l’histoire agitée de ses diverses dénominations; on peut se reporter à ce sujet, à l’excellent ouvrage de Carlos Herrejón Peredo7. Rappelons seulement qu’au moment de l’enquête de Ovando (1570-1571), la ville porte le nom de Guayangareo. Elle ne recevra officiellement le nom de Ciudad de Valladolid qu’en 1578.

  • 8 Fray Pedro de San Gregorio, de son vrai nom Antonio de Mendoza, selon Ruiz Zavala, serait le prêtr (...)

6Fray Jerónimo rappelle par la suite que Guayangareo est pueblo de españoles et indique une population de soixante-dix vecinos, c’est-à-dire, soixante-dix chefs de famille ou foyers, soit un groupe humain de dimensions fort réduites: peut-être quatre cents ou cinq cents habitants, si l’on tient compte des serviteurs indiens et des esclaves noirs que pouvait compter chaque foyer. Dans la description qui suit, celle du monastère, le manuscrit comporte un lapsus. Il s’agit du nombre de religieux présents au monastère. Dans la ligne 3, l’auteur indique la présence habituelle de huit ou neuf religieux, mais signale, qu’à ce moment (celui de la rédaction), il n’y en avait sur place que six, dont quatre prêtres et deux frères lais. Et c’est là que se glisse l’erreur: à la ligne 4, au lieu d’écrire dos, fray Jerónimo répète le nueve de la ligne 3, alors que le texte est par ailleurs tout à fait clair: il y avait quatre prêtres et deux frères lais (cf. ligne 11: «Los otros dos religiosos sirven de acompañar la casa»). L’intérêt de cette partie du texte réside dans le fait que, sur les quatre religieux prêtres, trois connaissent la langue tarasque et l’un d’eux maîtrise aussi la langue matlatzinca8, tandis que le quatrième connaît la langue mexicaine, c’est-à-dire le nahuatl.

7La dernière partie du manuscrit est consacrée à leur action pastorale. En ce qui concerne leurs activités missionnaires, on voit que le monastère augustinien de Guayangareo n’a pas la charge d’une doctrina spécifique. Les religieux de Saint-Augustin jouent, vis-à-vis des Espagnols de la ville, le rôle d’un curé, mais, en outre, ils s’occupent aussi, pour des raisons de proximité géographique, de quelques hameaux (pueblesicos), qui dépendent du chef-lieu de Undameo (voir appendice.) Ces villages représentent en tout cent trente-sept tributarios (chefs de famille), auxquels correspondent deux cents cinquante-neuf personnes de confesion, c’est-à-dire d’âge supérieur à sept ans.

8En guise de conclusion, nous pourrions ajouter que malgré la modestie de son apport à l’histoire, ce texte nous donne cependant un échantillon, sur le terrain restreint d’une petite région, de l’effort missionnaire des ordres religieux dans la Nouvelle-Espagne. Il montre aussi leur volonté de maintenir à l’écart des Espagnols les populations indigènes, à travers la pratique de leurs propres langues.

Appendice

9Dans un document procédant de l’Archivo General de Indias, Patronato 182, Ramo 44, se trouve une relation que l’on peut dater de la fin de 1572 ou du début de 1573; le monastère de Guayangareo n’y figure pas, pour la bonne raison que la ville n’est pas un pueblo de indios, mais une ville d’Espagnols. En revanche, le document indique clairement que les religieux de Saint-Augustin de Guayangareo s’occupaient des Indiens du village de Undameo, qui parlaient la langue matlatzinca:

«... Relación de los pueblos de Yndios que los religiosos de San Agustín tienen a su cargo y assimismo de los religiosos que les administran la doctrina...
... Undameo dista de la ciudad de México quarenta leguas. Tiene como quinientos o seyscientos tributantes. Es de su Magestad. Hablan lengua matlalzinga. Están a cargo del monasterio que tenemos en el pueblo de Guayangareo donde está un sacerdote que confiessa y predica en la dicha lengua para este effecto. Cae en el obispado de Mechoacan...»

Notes

1 García Pimentel Luis, Relación de los Obispados de Tlaxcala, Michoacán, Oaxaca y otros lugares en el siglo xvi, México, 1904, p. 97-153.

Paso y Troncoso Francisco del, Papeles de Nueva España, 2a. serie, tomo V, Relaciones Geográficas de la Diócesis de Tlaxcala, Madrid, 1905, p. 273-286.

2 On trouvera le texte de cette Real Cédula dans Descripción del Arzobispado de México, hecha en 1570 y otros documentos, México, 1897, p. 3-7. Ce volume de documents a été publié par Luis García Pimentel.

3 Par exemple, le Códice Franciscano, publié par Joaquín García Icazbalceta en 1889 et réimprimé par Salvador Chávez Hayhoe, México, 1941. Voir aussi Jean-Pierre Berthe, «Les Franciscains de la province mexicaine du Saint-Evangile», in Enquêtes sur l’Amérique moyenne, México, CEMCA-INAH, 1989, p. 213-234.

4 Archivo General de Indias, Indiferente General, 1529, (p. 61-62 pour la relation de Guayangareo).

5 La fondation du monastère augustinien de la ville est attribuée au père Alonso de la Veracruz, qui, pendant son provincialat, de 1548 à 1551, avait procédé à plusieurs fondations. Fray Alipio Ruiz Zavala, O.S.A., Historia de la Provincia Agustiniana del Santísimo Nombre de Jesús de México, México, Porrúa, 1984, 2 vol., II, p. 342-343.

6 Jerónimo (ou Alonso) de Guevara, prieur du monastère de Guayangareo, signataire du manuscrit. Ruiz Zavala le note comme vicaire-prieur de Yuriria, puis comme prieur de Huango où il meurt en 1585, ibid. II, p. 314 et 503.

7 «... cuando se hacían los cimientos de la catedral guayangarense, a fines de 1577 o principios de 1578, ocurrió un hecho que modificaría el término central de toda esta historia. Se cambió el nombre de la ciudad de Guayangareo. Por mandato de Felipe II, en adelante se llamaría Ciudad de Valladolid. Así lo testificaba el virrey Enriquez de Almanza, cuando en carta de diciembre de 1578 decía al monarca: «... la iglesia catedral de Mechoacán se pasa a Guayangareo, que ahora se llama la Ciudad de Valladolid, como vuestra Magestad lo ha mandado y allí se empieza a edificar la iglesia...», Carlos Herrejón Peredo, Los orígenes de Guayangareo-Valladolid, Zamora, El Colegio de Michoacán; Gobierno del Estado de Michoacán, 1991, p. 103.

8 Fray Pedro de San Gregorio, de son vrai nom Antonio de Mendoza, selon Ruiz Zavala, serait le prêtre mentionné dans le document que nous publions en appendice: «... donde está un sacerdote que confiesa y predica en la dicha lengua...» Il s’agit de la langue matlalzinca. Ruiz Zavala le mentionne en tant que prieur de Culhuacan en 1573, de Puebla en 1578 et le présente comme le premier provincial criollo, élu en 1581, année de sa mort. Alipio Ruiz Zavala, O.S.A, Historia..., op. cit., II, p. 289 et 352.

Auteur

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540