Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Indes occidentales à l’Amérique Latine. Volume 1

 | 
Thomas Calvo
, 
Alain Musset

Vie intellectuelle et religieuse

L’évangélisation du Nayarit (xvie-xviiie siècle)

Jacqueline de Durand-Forest

Texte intégral

1La « Conquête spirituelle » du Nayarit est un exemple révélateur des multiples problèmes rencontrés et surmontés avec plus ou moins de bonheur par les religieux de la Nouvelle-Espagne. L’imbrication du spirituel et du temporel y est particulièrement sensible, comme sont manifestes les difficultés des franciscains et des jésuites à appréhender un univers sacré très labile, en apparence seulement.

Situation géographique du Nayarit

2Cette petite province intérieure également appelée Nuevo Reino de Toledo, formée par le prolongement de la grande Cordillère ou Sierra Madre occidentale, se situe le long de la frontière entre les anciennes provinces de Nouvelle-Galice et de Nouvelle-Vizcaye, la frontière de cette dernière province passant juste au sud de Huazamota. A l’est et au sud, les rivières Atengo et Santiago séparent le Nayarit de la Nouvelle-Galice, à l’ouest la limite était la rivière San Pedro.

  • 1 Manuel Orozco y Berra, Historia de la Dominación española en Mexico, Mexico, Antigua Libreria Robr (...)
  • 2 Miguel O. de Mendizabal, La Evolución del Noroeste de Mexico, Mexico, Publicaciones del Departamen (...)

3La Sierra del Nayar qui délimite la partie occidentale de cette province est d’un relief particulièrement tourmenté et difficile, parsemé de pics, de hauts sommets, entrecoupés de profonds ravins (barrancos) et de précipices. Malgré d’étroits sentiers le long des gorges, cette Sierra restait inaccessible et ne fut conquise par les Espagnols qu’en 1772, alors que les tribus avoisinantes l’avaient été bien plus tôt1. Dès 1566, pourtant, le conquistador Francisco de Ibarra avait envoyé une expédition vers la Sierra del Nayar, mais ses soldats étaient plus préoccupés de chercher des filons d’argent que de pacifier les Indiens Huichols et Coras2.

Organisation administrative

  • 3 José Luis Razo Zaragoza et Luis Perez Verdia, El Reyno de Nueva Galicia, Historia temática Jalisci (...)

4Le Nayarit faisait partie du territoire du Reino de la Nueva Galicia, qui comprenait aussi jusqu’au xviiie siècle les États actuels du Jalisco, de Sinaloa, une partie de Durango et de San Luis Potosí. Depuis la seconde moitié du xvie siècle, le Reino de Nueva Galicia était soumis à l’autorité suprême d’un capitaine général et gouverneur du dit Reino, les poblaciones principales (22 en tout) étant elles-mêmes placées sous le commandement d’un alcalde mayor ou d’un regidor3.

  • 4 Peter Gerhard, Colonial New Spain 1519-1786, « Historical Notes on the Evolution of minor Politica (...)

5En 1722, après la prise de la Mesa del Tonatí, la situation du Nayarit demeure complexe. Pour les affaires militaires, la province relève d’un capitaine-commandant ou gobernador nommé par le vice-roi, alors que les affaires politiques sont du ressort de la Nouvelle-Galice et les affaires de justice de l’Audience de Guadalajara. La capitale en était le Presidio de la Mesa del Tonatí. Après 1784, le Nayarit fut inclus dans l’Intendance de Guadalajara, relevant du point de vue ecclésiastique du diocèse de cette même ville4.

Population

  • 5 Groupe nahua-cuitlateco, tronc yuto-nahua, famille pima-cora, d’après Mercedes Olivera de V. Blanc (...)

6La province du Nayarit était habitée principalement par les Tepehuanes, les Huichols et les Coras, ceux-là même qui occupaient la Sierra del Nayar. Leur langue, le cora, appartient à la famille uto-aztèque, tout comme celle des Huichols5. Les Coras étaient des agriculteurs, ils semaient du maïs, des haricots et pratiquaient la culture sur brûlis, comme ils le font encore aujourd’hui.

  • 6 Maria Elena Galaviz de Capdevielle, Rebeliones indigenas en el norte del Reino de la Nueva España (...)

7Le premier contact européen avec cette région eut lieu en 1531, lors de l’expédition de Nuño de Guzman vers les territoires qui allaient constituer la Nouvelle-Galice. Durant les deux siècles suivants, malgré de fréquents échanges commerciaux (plantes, animaux européens) avec les groupes voisins hispanisés, les Coras-Nayarits résistèrent vigoureusement à la pénétration espagnole, prohibant l’entrée de leurs montagnes. Ils refusaient d’écouter la prédication des religieux et furent plus belliqueux que les Huichols, car non seulement ils offraient de la résistance, mais ils prenaient même l’offensive, protégeant ceux qui étaient poursuivis par les autorités espagnoles et harcelant haciendas, ranchs et mines des colons. Cependant, la nécessité d’obtenir du sel les obligea à une soumission temporaire et relative, en 1721, soit un an avant leur réduction6.

La conquête spirituelle du Nayarit

  • 7 Robert Ricard, La Conquête spirituelle du Mexique. Essai sur l’apostolat et les méthodes des ordre (...)

8Alors que plusieurs franciscains avaient fondé les premiers villages d’Indiens au Nayarit dès le milieu du xvie siècle (Xalisco en 1540, Autlán en 1542, Ahuacatlán en 1551)7, il fallut attendre la fin du siècle pour que d’autres frères mineurs s’aventurent à l’intérieur du Nayarit, notamment Fray Francisco de Barrios, qui fonda le Pueblo de Santa Maria de la Sierra, Fray Pedro Gutierrez celui de San Blas, Fray Luis de Navarro ceux d’Acatlán, Caramota, San Francisco.

9Entre la fin du xvie et le début du xviie siècle, de nombreux couvents furent édifiés (Centicpac en 1569, Acaponeta en 1591, Guainamota en 1601, Itzcuintla en 1605, Guazamota en 1606, Ayotuxpan en 1607...), qui constituèrent une chaîne d’approche de la Sierra del Nayarit. Au cours du xviie siècle, huit missions furent créées en Nouvelle-Galice. Des expéditions dans le nord de la Serranía furent entreprises en 1603 par Fray Antonio López, tandis que (comme le raconte le père Tello, dans sa Crónica miscelanea de la Provincia de Jalisco, écrite en 1652) Fray Miguel de Uranzú se rendit seul en 1607 et en 1611 dans la Serranía des Coras, où il rencontra le fameux capitaine des Coras appelé Nayarit : « Un viejo ciego de un ojo y desnudo en carnes », et pauvre, contrairement à la légende espagnole suivant laquelle il était assis sur un siège en argent ! Ce personnage devait mourir quelques années plus tard et faire l’objet d’un véritable culte de la part des Coras, comme on le verra plus loin.

  • 8 Marie-Areti Hers, « Los Coras en la Epoca de la Expulsion Jesuita » in Historia mexicana, vol. 27, (...)
  • 9 Alberto Santoscoy (ed.), Nayarit. Colección de Documentos ineditos y etnográficos acerca de la Sie (...)

10D’autres expéditions furent entreprises à l’intérieur de la Sierra, notamment par le père franciscain Fray Antonio Arias y Saavedra. Son enquête officielle de 1673 nous renseigne sur le culte rendu à l’oracle de la Mesa del Nayar par les Coras, par leurs voisins orientaux et par les Huichols8. L’Audience de Mexico engage alors Fray Juan de Mohedano, évêque de Guadalajara et provincial de Jalisco, à soutenir l’activité apostolique de Fray Juan de Estupiñan auprès de ces Indiens et à fonder deux doctrinas avec deux ou trois ministres. Une Cédule royale du 25 mai 1688 autorise Fray Antonio de Avellanedo à se rendre avec quarante religieux et cinq frères lais au Nayarit et au Coahuila, pour s’employer à la conversion des Indiens. Mais les religieux n’arrivent pas à destination. En 1696, les Coras retournent alors dans la Serranía, abandonnant les cinq pueblos fondés par les provinciaux Mohedano et Estupiñan9.

  • 10 Danièle Dupiech-Cavaleri et Mario Humberto Ruz, « La Deidad fingida. Antonio Margil y la religiosi (...)
  • 11 Eduardo Enrique Rios, Fray Margil de Jésus. Apostol de America, ch. 12 : « La imposible conquista (...)

11Le début du xviiie siècle connut de nouvelles tentatives de pénétration : celle (en 1701) de l’ecclésiastique Francisco Bracamonte, accompagné de douze soldats, qui furent mis à mort par les Nayarits, dans un défilé, celle également infructueuse du capitaine Francisco Mozarra et de quelques franciscains. Devant les problèmes que posait le Nayarit, foyer de rébellions, terre d’asile pour les apostats et repris de justice en fuite, l’Audience de la Nouvelle-Galice fit valoir au conseil des Indes qu’il était nécessaire de « pacifier » au plus vite cette région. Une Cédule royale du 31 juillet 1709 autorisa donc le gouvernement de Guadalajara à organiser la « conquête », donnant son approbation pour que la partie apostolique en soit confiée au franciscain Fray Antonio Margil, « diestro y experimentado en apostólicas correrías10 ». Dans sa lettre du 13 janvier 1711 à l’Audience, le franciscain demande l’amnistie pour les Coras coupables de crimes ou de délits et pour les apostats réfugiés au Nayarit, et la nomination d’un alcalde indien à la tête du pueblo, après réduction et pacification de celui-ci. L’Audience accède à toutes ses requêtes, lui recommandant, s’il devait rebrousser chemin, de réunir toutes les informations nécessaires pour entreprendre la « réduction pacifique » ou la « conquista con fuerzas competentes11 ».

  • 12 Fray José Alcocer, Bosquejo., op. cit., p. 104-112 et Eduardo Enrique Rios, Fray Margil..., op. ci (...)

12Accompagné de Fray Luis Delgado, Margíl part donc pour Guazamota, d’où il envoie deux Indiens amis, dont l’un parlait le cora, annoncer sa venue aux Nayarits et apporter à leur chef, Tecuat, un chapelet et une image du Christ. Cinq jours plus tard, les messagers reviennent, faisant savoir que les Nayarits refusaient de devenir chrétiens, pour obéir à leur « principal Nayarit », un squelette, objet de leur vénération. Il s’agit de la dépouille du vieil Indien borgne mentionné par Fray Miguel de Uranzú. Les religieux décident de se rendre quand même à San Juan Peyotan, mais les Indiens menaçants leur barrent la route. Fray Margíl les prévient que, s’ils n’acceptent pas de devenir chrétiens, le roi enverra des soldats pour que « a fuerzas de armas los redujesen ». Devant leur obstination, le franciscain décide de s’en retourner considérant, ainsi qu’il l’écrit lui-même, que « le but souhaité de leur conversion ne s’obtiendrait pas par le don de nos vies, et qu’au contraire elles ne feraient qu’accroître leur orgueil et leur audace...12 ». Dès son retour, Margíl s’employa à décider la Real Audiencia et le vice-roi à entreprendre la réduction du Nayarit, mais de graves événements survenus à San Juan de Ulua empêchèrent l’exécution de ce projet.

  • 13 Fray José Alcocer, Bosquejo.., op. cit., p. 104-112 et Eduardo Enrique Rios, Fray Margil..., op. c (...)
  • 14 Manuel Orozco y Berra, Historia de la Dominación española en Mexico, Mexico, Antigua Libreria Robr (...)
  • 15 Fray J. Ortega, Maravillosa conquista, op. cit., p. 89, et Francisco Alegre S. J., Historia de la (...)

13En 1715, la Real Audiencia de Guadalajara, toujours préoccupée par ce problème, chargea le général don Gregorio Matías de Mendiola d’entreprendre l’entrée dans le Nayar. Il part donc, accompagné d’un jésuite, le père Tomás de Solchaga13, du chapelain don Francisco Xavier Pardo, de trente soldats espagnols et d’Indiens amis des pueblos voisins de Sombrerete. Ils doivent attendre jusqu’en janvier 1716 pour que les Indiens leur permettent d’entrer dans le Nayar. Une délégation vient à leur rencontre pour leur faire savoir que les Nayarits sont prêts à obéir au roi d’Espagne, mais pas à adopter la religion chrétienne, car ils redoutent de déplaire au Soleil, qu’eux et leurs aïeux ont toujours adoré14. Les Espagnols comprennent que les Indiens ne sont pas prêts à se réduire spontanément. Le père Solchega estima que « En cuanto a la reducción de los nayares a nuestra Santa Fe, jusgo que nunca la haran espontaneamente »... C’est donc un cas de guerre juste15.

  • 16 Fray J. Ortega, ibid.
  • 17 Fray J. Ortega, op. cit., p. 92, et Manuel Orozco y Iberra, Historia de la Dominación española en (...)

14Par Cédule, le vice-roi, le marquis de Valero, ordonne qu’il soit procédé à la pénétration du Nayar. La tâche en est confiée à don Juan de la Torre Valdés y Gamboa, nommé à l’occasion capitaine-protecteur. Tonatí, le chef des Nayarits, vient à sa rencontre, puis en février 1721, il se rend avec cinquante Indiens, à Mexico, pour se plaindre de ce que les populations voisines privent les siens de sel, s’emparent d’eux et les gardent prisonniers. Le vice-roi les reçoit, puis le père Alejandro, provincial des jésuites, qui instruit Tonati dans la religion chrétienne. Mais de peur, au retour, d’être mis à mort par ses compatriotes, l’Indien reporte le baptême à plus tard16. Toutefois, il demande l’envoi de jésuites dans le Nayarit. Le père accepte avec quelque réticence, du fait que la province est entourée de pueblos cristianos administrés par les frères mineurs. Il envoie cependant le père Juan Tellez Girón et le père Antonio Arias de Ibarra, lequel a passé quatorze ans dans la Nueva Vizcaya17. Tonati revient chez lui, malgré le danger encouru.

  • 18 Fray J. Ortega, op. cit., p. 166 et Alegre, op. cit., p. 293.
  • 19 « Nayarit » ou « Nayar » était le fils du dieu principal Tota ou Tayaopa, dont l’idole fut sauvée, (...)

15En janvier 1722, don Juan Flores de San Pedro, le successeur de la Torre (relevé de ses foncions par le vice-roi), fait requérir les Nayarits par trois fois, sans succès. Le 15 janvier, les Espagnols partent à l’assaut de la Mesa del Tonati18. Sur un cerro, ils trouvent « d’infâmes adoratoires d’idoles », en particulier un temple où étaient conservés les restes du Nayarit, lesquels allaient être envoyés à Mexico avec les objets contenus dans le temple, pour y être brûlés en grande pompe19. Puis le temple du Soleil fut incendié, une église de fortune édifiée, où, le jour suivant, le père Arias célébra la messe avec grande solennité. Les Indiens de la Mesa voisine del Cangrejo vinrent alors faire acte de soumission. Ordre fut ensuite donné de marcher sur le pueblo de San Blas, pour en faire sortir les Indiens qui s’y étaient réfugiés. La province devient alors le Nuevo Reino de Toledo. Don Juan de Olivân Rebolledo, auditeur général de guerre, est chargé de punir les rebelles et de former des pueblos. Il désigne des gouverneurs, des alcades, des fiscales chargés de seconder les missionnaires dans leur tâche. Plusieurs sont ainsi fondés.

16En janvier 1724, les Nayars menacent de se soulever au Cangrejo, ils abandonnent le presidio et le pueblo de la Santíssima Trinidad et incendient les églises de divers pueblos. Le gouverneur de la province arrive avec cinq cents soldats, cent vingt escope-teros et trois cent quatre-vingt flecheros. La sédition se calme bientôt. En 1727, les Indiens sont rassemblés en onze pueblos. Lorsque, quelques années plus tard, l’évêque de Guadalajara, don Nicolas Gômez de Cervantés, vient visiter ce Reino dont il est responsable, il se réjouit de constater qu’à peine sept ans après leur conversion, les Indiens sont plus avancés dans la foi que bien des pueblos chrétiens après presque deux cents ans de conversion.

Persistance des pratiques idolâtres et tentatives nouvelles d’extirpation

  • 20 Marie-Areti Hers, op. cit., p. 18.
  • 21 Fray José Ortega, op. cit., p. 216 et suiv.
  • 22 Fray José Ortega, op. cit., p. 218.

17En cherchant à éradiquer le culte rendu à l’oracle de la Mesa del Nayar, les jésuites pensaient atteindre la vie politique, militaire et religieuse de la nation cora, qui influençait même les Huichols et quelques groupes de la côte20. Mais c’était sans compter avec les Indiens, notamment les plus âgés, restés irréductibles dans leurs croyances. L’année suivante fut découvert, en effet, un oratoire où ils venaient vénérer une pierre sacrée, la pierre du soleil21. Sans doute ce fait parut-il peu significatif aux yeux du jésuite José Ortega qui le rapporte, puisqu’il termine son récit de la conquête du Nayar ainsi : « Finalement tous ceux qui entrent dans cette Sierra en sortent remplis d’admiration, de ce qu’a fait en si peu de temps le bras tout-puissant de Dieu, auquel à tout moment nous devrions avec grande affection et reconnaissance adresser d’infinies louanges, pour qu’il ne permette pas que cette province du grand Nayar, baignée maintenant de lumière, retombe dans les funestes ombres de l’erreur et dans l’idolâtrie aveugle22. »

  • 23 Ce document fait partie de l’Archivo fransicano, tome II des manuscrits, conservé maintenant à la (...)
  • 24 Le questionnaire qu’on lui soumet peut s’énoncer ainsi :
    « Où se trouvent la caverne de l’idole et (...)
  • 25 Cf. document p. 150, et Meyer, op. cit., p. 132, 133, 136 et suiv.

18Les craintes du religieux devaient se révéler justifiées, comme le prouvent divers documents datés de 1756-57, 1768, 1769 et 1786, qui dénoncent la persistance de pratiques idolâtriques. Le document de 1756-5723, encore inédit lorsque nous l’avons examiné en 1981, rapporte l’enquête que mena le lieutenant Francisco de Salsedo dans la mission de Nuestra Señora de los Dolores, en présence des jésuites Bartolomé Bol et Francisco Xavier Gonsales. L’enquête fut entreprise à la demande du père visiteur de la province et juge ecclésiastique, Thadeo Antonio de el Rivero, à la suite de rumeurs parvenues aux oreilles du capitaine Antonio Serratos, selon lesquelles cet endroit recelait des chaquareros ou curanderos et des idolâtres. Juan Garcia, l’un des curanderos dénoncés et interrogés, avoua, en effet, au cours de son interrogatoire24, que les habitants du village vénéraient des squelettes et l’idole de Tajadsi, ou plutôt une flèche qui en était la relique et qu’on invoquait pour de fructueuses récoltes et de bonnes chasses (au cerf). Les trois cadavres en question (Ruaccame, Cuaccame, Bigbuame) furent confisqués par le lieutenant et remis au missionnaire Juan Antonio Nuñez, pour être jetés dans un brasier. Quant à la caverne où était vénérée la flèche, elle fut incendiée. Le document décrit aussi une technique de divination thérapeutique à l’aide d’un récipient contenant de l’eau et duquel devait sortir un serpent si la maladie était fatale, puis une cérémonie, comprenant des fumigations de tabac, était célébrée devant l’idole (la flèche) pour guérir les bébés malades ; des mitotes ou bailes diabólicas étaient exécutées ensuite. Ces pratiques et la proximité du pueblo avec celui de San Blas où l’on se rendait pour danser et s’enivrer, valurent au pueblo de Dolorès d’être brûlé et à ses habitants d’être déplacés, en attendant que l’évêque de Guadalajara soit informé des faits « para que contra los referidos idolatras proceda en el modo que hallase conveniente25 ».

  • 26 M.-A. Hers, Los Coras..., op. cit., p. 20.
  • 27 Les sept missions étaient les suivantes : Santisima Trinidad de la Mesa (del Tonati), Santa Teresa (...)
  • 28 M.-A. Hers, op. cit., p. 20 et J. Meyer, op. cit., p. 159 et suiv.
  • 29 Ce manuscrit que nous avons consulté en 1981 à la bibliothèque de l’État de Jalisco (Guadalajara) (...)

19Les documents de 1768 et de 1769, longuement étudiés par M.-A. Hers26, nous éclairent sur l’état précaire dans lequel les jésuites avaient laissé, en juin 1767, leur sept missions de la province du Nayarit que les franciscains la province de Jalisco se virent confier. Outre ces missions, les frères mineurs en administrèrent trois autres au Nayarit (Tonalisco, Santa Fe et San Blas), qui n’avaient jamais appartenu aux jésuites27. Alors qu’entre 1767-1768 Miguel Antonio de Oca, le commandant de la province du Nayarit et du presidio de San Xavier Valero, dans la Mesa du Tonati, avait favorisé les Indiens, le commandant Vicence Cañaveral Ponce de León, qui lui succéda (de juillet 1768 à 1771, date de sa mort), s’efforça d’éradiquer l’idolâtrie. Il laissa des informes, spécialement une enquête de 1768 sur le renouveau du culte aux idoles précédemment détruites mais reconstituées, en particulier celle de la divinité principale Tallao (nuestro Padre el Sol), pivot de l’organisation sociale des Coras – encore vénérée aujourd’hui. Le document de 1767 concerne le procès intenté à Manuel Ignacio Doye pour idolâtrie, rébellion contre le Presidio de la Mesa en 1758 et tentative de soulèvement lors de la destitution du commandant de Oca en 176728. Le dernier document29 auquel nous nous référerons est la relación du franciscain José Antonio Navarro, Provisor General et commissaire du Saint-Office, en charge de la mission de Jésus Marie. On y trouve de précieuses informations sur cinq idoles, notamment Tonati, le Soleil, et Teatet, la déesse-mère dispensatrice de pluie, détenues respectivement par Manuel Ignacio et Josef Ignacio. Sont également mentionnés plusieurs curanderos, aux activités desquels le missionnaire voulait mettre un terme. Le document fait également état des questions posées aux délinquants et de leurs réponses.

20Les témoignages recueillis sont nombreux, mais les renseignements qu’ils apportent sur l’idolâtrie sont souvent répétitifs. Ils donnent cependant d’intéressantes précisions sur les pratiques curatives (guérison par succion, par extraction du « corps étranger » responsable du mal, par fumigation), sur les offrandes et les mitotes (danses). Les cérémonies sont décrites de manière détaillée, par exemple celle du baptême d’un nouveau-né et de la « bénédiction » de l’assistance, ou encore celle de la « consécration » d’une tortilla, que se partageront ensuite les assistants. Il s’agit là, à n’en point douter, de syncrétisme, ou, à tout le moins, d’accomodations mimétiques.

  • 30 J. Meyer, op. cit., p. 241-242.

21En définitive, cette série de documents témoigne à la fois de la persistance chez les Coras du Nayarit de leurs croyances et de leurs pratiques idolâtriques et chez les missionnaires, qu’ils soient franciscains ou jésuites, d’une égale ardeur à extirper l’idolâtrie. Une certaine évolution apparaît aussi dans la mentalité des Espagnols, puisque ces documents parlent moins de « conquête » que de « pacification », la « conquête armée » étant considérée comme le dernier recours, en cas de pénétration difficile, voire impossible. La procédure du requerimiento était encore utilisée, mais auprès de populations au préalable averties de ce qui les attendait. Au vrai et à en juger d’après d’autres informes de la fin du xviie siècle récemment publiés, les préoccupations politiques l’emportent sur celles d’ordre spirituel, le désir évident des autorités étant de priver le Nayarit de son statut original, en sécularisant les missions et en mettant un terme au gouvernement militaire comme au contrôle franciscain30.

  • 31 Joseph E. Grimes and Thomas Hinton, op. cit., p. 810.
  • 32 Manuel Gamio, La Población del Valle de Teotihuacan, Mexico, Instituto Nacional Indigenista, 1979, (...)

22Il convient, pour finir, de noter que la religion des Coras modernes est restée essentiellement indigène, selon les Grimes et Hinton31 ; les dieux principaux sont restés les mêmes depuis le xviiie siècle, malgré une dénomination légèrement différente : Taya ?u au lieu de Tayaoppa, le Père ; Tati au lieu de Teauta ou Tate, la Mère... Elle a toutefois emprunté au catholicisme le baptême, les saints, le calendrier rituel, le diablo dans le domaine de la sorcellerie. Doit-on alors estimer, à la suite de Manuel Gamio32, que cette sorte de religion « mixte » ou « hybride », qui se fit jour à l’époque coloniale, avait été admise par les religieux ? Le zèle apostolique dont ils firent preuve le dément et nous incite plutôt à attribuer cet état de fait à l’isolement des Coras et à leur mode de vie resté traditionnel.

Notes

1 Manuel Orozco y Berra, Historia de la Dominación española en Mexico, Mexico, Antigua Libreria Robredo, 1938, p. 33-34.

2 Miguel O. de Mendizabal, La Evolución del Noroeste de Mexico, Mexico, Publicaciones del Departamento de la Estadistica Nacional, 1930, p. 13.

3 José Luis Razo Zaragoza et Luis Perez Verdia, El Reyno de Nueva Galicia, Historia temática Jaliscience (Parte 1. EDUG – Universidad de Guadalajara, 1981, p. 112-113).

4 Peter Gerhard, Colonial New Spain 1519-1786, « Historical Notes on the Evolution of minor Political Jurisdictions » in Handbook of Middle American Indians, vol. 12, Austin, Texas University Press, 1972, p. 119.

5 Groupe nahua-cuitlateco, tronc yuto-nahua, famille pima-cora, d’après Mercedes Olivera de V. Blanca Sanchez, Distribución actual de las Languas indigenas de Mexico, Mexico, Dpto. de Investigationes Antropológicas, 1965, p. 39.

6 Maria Elena Galaviz de Capdevielle, Rebeliones indigenas en el norte del Reino de la Nueva España (siglos xvi y xviii), Mexico, Editorial Campesino, 1967, p. 46-47 et Joseph E. Grimes et Thomas B. Hinton, « The Huichol and Cora », HMA1, vol. 8, Ethnology, Part II, n° 37, p. 792-813.

7 Robert Ricard, La Conquête spirituelle du Mexique. Essai sur l’apostolat et les méthodes des ordres mendiants en Nouvelle-Espagne de 1523-24 à 1572, Paris, Insitut d’ethnologie, 1933, p. 86, citant le père Tello, chap. 104, p. 341-342, et Thomas Calvo, Los Albores de un Nuevo Mundo (siglos xvi y xvii), Mexico, Universidad de Guadalajara – Centre d’Études mexicaines et centraméricaines (Documentos para la Historia de Nayarit), 1990, p. 255.

8 Marie-Areti Hers, « Los Coras en la Epoca de la Expulsion Jesuita » in Historia mexicana, vol. 27, Mexico, 1977 p. 17-48, et pour L’Informe de Antonio Arias y Saavedra, voir Th. Calvo, op. cit., p. 294-95 et 99.

9 Alberto Santoscoy (ed.), Nayarit. Colección de Documentos ineditos y etnográficos acerca de la Sierra de ese Nombre. Guadalajara, 1899, p. LXX, LXXI, LXXI, LXXVI, LXXXX, LXXXII.

10 Danièle Dupiech-Cavaleri et Mario Humberto Ruz, « La Deidad fingida. Antonio Margil y la religiosidad quiche del 1704 », in Estudios de Cultura Maya (vol. XVII), Mexico, 1988, p. 213-267 et Jean Meyer, El gran Nayar, Mexico, 1989. Univ. de Guadalajara et Centre d’Études mexicaines et centraméricaines (Colección de Documentos para la Historia de Nayarit III), p. 21. Fray José Antonio Alcocer, Bosquejo de la Historia del Colegio de Nuestra Señora de Guadalupe y sus misiones. Año de 1788, Mexico, Porrua, 1958, p. 104 et suiv. – P. José Ortega, Maravillosa conquista y reducción de la Provincia de San Joseph del Gran Nayar, Nuevo Reino de Toledo (1754), Mexico, Layac, 1944, p. 58-60.

11 Eduardo Enrique Rios, Fray Margil de Jésus. Apostol de America, ch. 12 : « La imposible conquista del Nayarit », Mexico, Joé Porrua e hijos, 1941, p. 144.

12 Fray José Alcocer, Bosquejo., op. cit., p. 104-112 et Eduardo Enrique Rios, Fray Margil..., op. cit., p.143-147.

13 Fray José Alcocer, Bosquejo.., op. cit., p. 104-112 et Eduardo Enrique Rios, Fray Margil..., op. cit., p.143-147.

14 Manuel Orozco y Berra, Historia de la Dominación española en Mexico, Mexico, Antigua Libreria Robredo, 1938, t. 4, p. 36-37.

15 Fray J. Ortega, Maravillosa conquista, op. cit., p. 89, et Francisco Alegre S. J., Historia de la compañía de Nueva España, Nueva edición par Ernest Burrus S. J. et Felix Zubillaga, S. J., Roma, Institutum Historicum, 1956-1960, t. 4, p. 28.

16 Fray J. Ortega, ibid.

17 Fray J. Ortega, op. cit., p. 92, et Manuel Orozco y Iberra, Historia de la Dominación española en Mexico, Mexico, Antigua Librería Robredo, 1938 (tome IV), p. 33-34.

18 Fray J. Ortega, op. cit., p. 166 et Alegre, op. cit., p. 293.

19 « Nayarit » ou « Nayar » était le fils du dieu principal Tota ou Tayaopa, dont l’idole fut sauvée, lors de la première prise de la Mesa en 1722. Voir Roberto Moreno de los Arcos, « Autos seguidos por el Provisor de naturales del Arzobispado de Mexico contra el idolo del gran Nayar, 1722-1723 » in Tlalocan, Mexico, 1985, Instituto de Investigaciones Filológicas, UNAM, (vol.X), p. 385.

20 Marie-Areti Hers, op. cit., p. 18.

21 Fray José Ortega, op. cit., p. 216 et suiv.

22 Fray José Ortega, op. cit., p. 218.

23 Ce document fait partie de l’Archivo fransicano, tome II des manuscrits, conservé maintenant à la bilbliothèque de l’État de Jalisco, à Guadalajara. Il a été transcrit et publié par Jean Meyer, dans son ouvrage intitulé El Gran Nayar, op. cit ; p. 121 à 158.
C’est dans le cadre des recherches pluridisciplinaires sur le Nayarit, dirigées par Jacques Soustelle, que nous avons entrepris l’étude de l’évangélisation de cette province. Nous devons au regretté Fray Lino Gomez Canedo, OFM, de nous avoir informé de l’existence des manuscrits de 1757 et 1786, encore inédits lorsque nous les avons consulté en 1981, nous remercions de plus Carmen Castañeda de nous en avoir facilité l’examen.

24 Le questionnaire qu’on lui soumet peut s’énoncer ainsi :
« Où se trouvent la caverne de l’idole et les cadavres ? »
« Comment s’appellent-ils ? »
« Qui sait quelque chose sur ces idoles ? »
« Quel est le culte pratiqué ? »
« Quels en sont les ministres ? »
« Quelles en sont les cérémonies ? »
« A quel moment et dans quelles circonstances pratiquaient-ils les abusiones ? »

25 Cf. document p. 150, et Meyer, op. cit., p. 132, 133, 136 et suiv.

26 M.-A. Hers, Los Coras..., op. cit., p. 20.

27 Les sept missions étaient les suivantes : Santisima Trinidad de la Mesa (del Tonati), Santa Teresa, San Juan Peyotan, Jesús Maria, Guaynamota, San Pedro Yscatan, Nuestra Señora del Rosario. Voir Fray Lino Gomez Canedo, « Les collèges apostoliques de Propaganda Fide. Ses (sic) méthodes et son rôle dans l’évangélisation » in La Découverte de l’Amérique, esquisse d’une synthèse. Conditions historiques et conséquences culturelles. 10e stage international d’Études humanistes, Tours, 1966. Librairie philosophique Vrin, Paris, 1968, p. 210 à 228, en particulier p. 224.

28 M.-A. Hers, op. cit., p. 20 et J. Meyer, op. cit., p. 159 et suiv.

29 Ce manuscrit que nous avons consulté en 1981 à la bibliothèque de l’État de Jalisco (Guadalajara) appartient aussi à l’Archivo franciscano ; il vient d’être partiellement publié par J. Meyer in El Gran Nayar, op. cit. p. 215 à 240.

30 J. Meyer, op. cit., p. 241-242.

31 Joseph E. Grimes and Thomas Hinton, op. cit., p. 810.

32 Manuel Gamio, La Población del Valle de Teotihuacan, Mexico, Instituto Nacional Indigenista, 1979, tome 1 (5 tomes), p. xlvi.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540