Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Indes occidentales à l’Amérique Latine. Volume 1

 | 
Thomas Calvo
, 
Alain Musset

Vie intellectuelle et religieuse

De la forme au contenu. propriété et parenté Indiennes à travers les testaments nahua de la vallée de Toluca à l’époque coloniale

Nadine Béligand

Texte intégral

  • 1 Ces testaments proviennent de l’Archivo Parroquial de Calimaya (ci-après APC) et ont été transcrits (...)
  • 2 Voir par exemple Frances Berdan et James Lockhart, Beyond the Codices, The Nahuatl View of Colonial (...)
  • 3 On trouve ces exemplaires dans les sections Tierras et Civil de l’Archivo General de la Nación (ci- (...)
  • 4 Voir par exemple, AGN, Tierras, 2222, ff. 363r-388r, San Agustín Mexicapa.

1Pour la vallée de Toluca à l’époque coloniale, et notamment pour la paroisse de Calimaya (voir carte p. 297), nous disposons d’un important corpus de testaments rédigés en nahuatl et qui datent des xviie et xviiie siècles1. Conservés dans les archives paroissiales de Calimaya, ils n’ont jusqu’à présent fait l’objet d’aucune publication. Nous connaissons quelques exemplaires de testaments qui proviennent des régions centrales du Mexique et sont conservés dans des archives locales. Plusieurs de ces manuscrits, élaborés au xvie siècle, ont été transcrits puis traduits du nahuatl vers l’anglais et vers l’espagnol2. Dans les archives nationales de Mexico (Archivo General de la Nación), nous avons retrouvé bon nombre de testaments originaires de la vallée de Toluca3. Ceux-ci sont parfois accompagnés de traductions du nahuatl vers l’espagnol, entreprises à la requête de l’alcalde mayor de la juridiction ou d’un juge de l’Audience royale, dans le but de régler des litiges nés au sein des familles indiennes. La plupart de ces documents ont trait au droit de jouissance des biens transmis par les mourants à titre d’héritage4. Entre la date d’élaboration du testament et celle du litige, en règle générale conduit par les parties d’un groupe d’héritiers, peuvent s’écouler plusieurs générations.

  • 5 Voir AGN, Tierras, 2079, exp. 6, ff. lr-26v ; plaintes de Sebastián Fabián, de San Andrés Ocotitlán (...)

2Jalousement conservé par certains groupes familiaux, le testament révèle que les liens de parenté constituent le fondement de l’usufruit et de la propriété des biens légués, car il agit comme une preuve de propriété foncière. L’accusation de vol de testament ou l’affirmation selon laquelle il aurait été falsifié sont des arguments souvent invoqués dans les enquêtes effectuées par les auditeurs de l’Audience royale5. En somme, le règlement des litiges inter-familiaux liés à la succession foncière constitue une portion non négligeable de l’activité administrative des tribunaux régionaux et de l’Audience royale.

  • 6 Certains testaments ont fait l’objet d’un soin particulier. Néanmoins, quelques exemplaires, de la (...)

3La possibilité de disposer d’un corpus de testaments relativement important permet par conséquent de mieux connaître les systèmes de parenté et les stratégies liées à la succession des biens fonciers. C’est ce que nous nous proposons d’analyser dans cet article, en nous appuyant sur un testament féminin de la fin du xviie siècle. Toutefois, avant d’entrer dans le contenu testamentaire, il nous semble important d’en analyser la forme. En effet, les testaments de la vallée de Toluca posent des problèmes particuliers. Tout d’abord, ils présentent quelques difficultés d’approche liées à leur structure interne. Les caractéristiques linguistiques et l’agencement choisi par le notaire sont modifiables en fonction des volontés et de l’importance du testateur, mais aussi eu égard à la scrupulosité du notaire et à son inspiration du moment6.

4Les notaires employés pour exécuter cette tâche sont de plusieurs types. Certains agissent pour le compte de l’Église, d’autres pour la république d’Indiens et, dans de très rares cas, au bénéfice des confréries. Quelle que soit leur qualité, les notaires sont toujours attachés à un village en particulier et n’exécutent que les testaments des personnes qui résident dans leur circonscription. La majorité d’entre eux sont Indiens ; ils rédigent les testaments en nahuatl. Certains s’expriment dans un nahuatl linguistiquement plus orthodoxe que d’autres ; ce qui a donné lieu, récemment, à la théorie selon laquelle ces notaires étaient déjà fortement acculturés. Pour reprendre cette question d’ensemble, nous avons choisi d’examiner le contenu linguistique des testaments de notre corpus.

Le nahuatl des testaments de la paroisse de Calimaya : des notaires acculturés ?

  • 7 James Lockhart, Nahuas and Spaniards, Posconquest Central Mexican History and Philology, Nahuatl St (...)
  • 8 Lockhart reproduit trois testaments de San Lucas Tepemaxalco : un de 1731, écrit par le notaire Ana (...)

5Récemment Lockhart7 a analysé un certain nombre de testaments dont trois qui proviennent de la vallée de Toluca8. Il a remarqué que le nahuatl s’appauvrit au fur et à mesure que l’on se rapproche de la fin du xviiie siècle. D’après lui, une coupure sensible se situe dans la décennie 1730. A partir de cette date, le nahuatl des testaments de San Pablo Tepemaxalco indiquerait une forte acculturation du milieu notarial indigène. Lockhart considère que l’hispanisation du nahuatl témoigne de l’intrusion, dans les documents, de modismes du langage oral. Ainsi, d’après l’auteur, les notables utilisaient-ils, dans leurs dépositions, non plus le nahuatl mais l’espagnol, « langue qu’ils parlaient ». Pour démontrer son hypothèse Lockhart a relevé les formules hispanisées et surtout les transcriptions qu’il a reconnues incorrectes. Par exemple, la prédominance du final au lieu du tl dans centlamanli – pour centlamantli – premièrement – le changement du son uh en c dans le toponyme Cuauhtenco – « près des arbres » – par exemple, souvent transcrit comme Cuactenco. Variations, il est vrai, très communes chez tous les notaires de cette époque.

  • 9 Idem, p. 108, p. 112 et p. 135-140.

6Les voyelles sont également sensibles aux changements. La variante la plus fréquente est celle du u se substituant au o, dans tuchpa, par exemple, au lieu de toxpan, « en notre présence ». La consonne n, placée à la fin des mots, constitue d’après l’auteur la forme la plus instable des transcriptions. Ainsi trouve-t-on, chez le notaire Benavides, la forme agglutinée sannixquich pour san ixquich « seulement » – ou bien le rajout de la consomme dans ytlasonpiltzin par exemple, au lieu de ytlasopiltzin, « son fils bien-aimé ». Leonardo de la Cruz, dont l’exemplaire de testament est daté de 1736, remplace souvent le tl final par le 1, le uh manque cinq fois et le s est présent 24 fois, en remplacement du tz. Chez Domingo Ramos, – 1736 – le 1 rempace sept fois le tl, le c est remplacé par qui trois fois, le uh est oublié à deux reprises et le son tz est remplacé par s à deux occasions9.

7Lockhart note que chez Benavides les transformations du tl en 1 sont fixes alors que les autres omissions en sont encore à un « stade de transition ». Autrement dit, la date à laquelle écrit Benavides – 1731 – serait une date clé qui marquerait le début d’une phase de transition vers une acculturation linguistique de l’univers administratif indigène. Ainsi, l’auteur a-t-il voulu démontrer que vers 1730 les notaires de la région de Calimaya pensent en espagnol et traduisent, tant bien que mal, en nahuatl, pour satisfaire les besoins de leur clientèle. Ce sont des interprètes qui transcrivent par écrit leurs traductions personnelles, tout en conservant les défauts de prononciation et les accents qui leur sont propres.

  • 10 À ces « erreurs » s’ajoutent les « fautes d’orthographe » que l’auteur a soigneusement relevées, te (...)
  • 11 D’un exemplaire de testament à un autre, le même notaire peut, soit s’exprimer dans un nahuatl corr (...)

8La multiplication de relevés d’erreurs de transcription du nahuatl10 ne s’appuie malheureusement que sur un échantillon restreint. Contrairement à ce que Lockhart a conclu, notre corpus invite à proposer une approche différente, dans laquelle l’évolution temporelle n’est pas un facteur déterminant des variations linguistiques. Outre les inévitables hispanisations du nahuatl, plus marquées, il est vrai, au xviiie siècle, les altérations de la langue écrite ont existé dès le xviie siècle11. La chronologie ne joue qu’un rôle de second plan face à l’art notarial. Certains notaires réussissent à conserver intactes un ensemble de formules nahuatl propres au contenu testamentaire, mais ils s’inspirent de divers archétypes. La carence de « modèle » diplomatique a dû jouer un rôle important sur les notaires. Face aux individus qui sollicitent leurs services, ils se sentent plus libres de choisir parmi les supports dont ils disposent.

9Afin de démontrer ce postulat, nous avons repris une partie de notre corpus. Nous avons sélectionné 27 notaires que nous considérons particulièrement représentatifs, dans la mesure où ils nous ont livré plusieurs exemplaires de leur production. Les testaments, rédigés sur des périodes de dix à trente ans d’intervalle par le même notaire, nous ont permis d’effectuer des sondages, tant sur l’interaction des hispanismes et des formes nahuatisées que sur l’évolution de la structure documentaire. Au cœur des testaments, nous avons sélectionné des paragraphes particulièrement sensibles aux changements : l’invocation initiale – profession de foi – la rédaction de la date – pour l’introduction de l’emploi de la langue espagnole – la formule achevant le testament – pouvant souligner l’homogénéisation des modèles utilisés – et enfin la signature du notaire – la manière dont ils se désignent, comme membres d’une société indienne. Pour l’instant, nous nous en tiendrons à l’examen de l’invocation initiale.

Le corpus de testaments de Calimaya et Tepemaxaico. Mamocenquisca yectehuallo...

  • 12 Ces formules sont très variables ; leur contenu repose en grande partie sur les dévotions propres à (...)
  • 13 La comparaison entre les textes y est présentée par des parties de textes soulignés. « Mamocenquisc (...)

10Il est rare qu’un notaire ouvre toujours un testament sur les mêmes mots. Aucune convention n’est définitivement fixée, ni pour la langue, ni pour l’orthographe, et encore moins pour la ponctuation. En revanche, un ordre particulier à la diplomatique testamentaire est respecté. Après l’invocation initiale, la profession de foi, la pétition de la réunion de la cour céleste et les dispositions relatives à la sépulture12, le notaire énonce les chapitres du testament relatifs à la transmission des biens. Une formule stéréotypée, attestant que le testateur n’a rien d’autre à léguer, précède l’énumération des témoins et des exécuteurs testamentaires. Enfin, le notaire ratifie le contenu du testament, et appose sa signature au pied de celles des témoins et exécuteurs testamentaires. Si l’ordre du testament tombe bien dans la catégorie du stéréotype, la terminologie, quant à elle, est nettement différenciée. Ce n’est que très exceptionnellement qu’un notaire fait usage de la même nomenclature. A titre d’exemple, Andrés de Santiago écrit la phrase suivante : « Que soit entièrement loué et sanctifié le nom de notre vénéré Dieu le père, dieu son fils bien-aimé, dieu (l)’esprit saint. Qu’il en soit ainsi. Amen, Jésus, Marie et Joseph », de deux façons différentes en nahuatl13.

  • 14 Testament d’Antonio de la Cruz, 12 novembre 1773, in APC, Boîte 140, n° 12. Le texte nahuatl est le (...)

11Cet exemple illustre bien que les déformations évoquées par Lockhart sont aussi le fruit du hasard. Il n’est pas impossible que le notaire ait été influencé par la prononciation du testateur. Ainsi les variations de formulation, outre qu’elles puissent fort bien constituer de simples oublis – tel est le cas dans la formule macenquisca (voir note 13), ont-elles permis au notaire de singulariser chaque document, au détriment d’un modèle trop rigide ; d’où l’introduction, par exemple, de termes plus affectifs comme « son fils bien-aimé » (voir note 13). Cette tendance est confirmée par un autre notaire, chez qui les variations ne reposent pas uniquement sur quelques changements de termes mais plus particulièrement sur une différenciation produite par les dévotions personnelles de testateurs dont il a recueilli les derniers vœux. Martin Antonio Hernández, notaire à San Andrés Ocotitlán, répondant aux souhaits de deux de ses clients, commence un testament par l’invocation suivante : « Que soit entièrement loué le nom du vénéré Dieu le père, [celui de] son fils bien-aimé, de Dieu l’esprit saint, trois personnes divines en qui je crois comme en un seul Dieu, et je crois aussi en ma bien-aimée mère sainte Marie toujours véritable et bien-aimée Vierge14. »

  • 15 Testament de Rosa María, 6 novembre 1782 in APC, Boîte 140, testament n° 6. Transcription : « Ynica (...)

12Dans ce texte dominent les figures de la sainte Trinité et de la Vierge. En revanche, dans un autre testament il évoque la sainte Trinité et l’Eglise romaine : « Au nom de la vénérée sainte Trinité, Dieu le père vénéré et Dieu son fils bien-aimé et Dieu l’esprit saint, trois personnes divines mais un seul Dieu véritable [...] et je crois ausi en notre bien-aimée mère la sainte Église15. »

  • 16 Fray Alonso de Molina, Confessionario Mayor en la lengua mexicana y castellana (1569), Mexico, Edit (...)

13Cette différence de présentation tend à prouver que les notaires de la paroisse et cabecera (chef-lieu) de Calimaya ne disposaient pas d’un modèle unique. Ensuite, les changements de « modèles » ou de « modes » n’ont pas influencé a priori l’élaboration des testaments. Sinon, comment expliquer que nous trouvions des expressions propres aux modèles franciscains du xvie siècle dans des testaments tardifs du xviiie siècle ? Ainsi, l’expression ynica ytocatzin Dios tetatzin, « au nom du bien-aimé Dieu le père », qu’emploie Martin Antonio Hernández dans les testaments qu’il a réalisés entre 1781 et 1788, est propre aux testaments du xvie siècle et apparaît comme modèle de « cabeza o principio de testamento » du Confessionario Mayor d’Alonso de Molina16.

  • 17 Les familles de la Cruz et de Santa Maria descendent des lignages tlatoani – seigneurs naturels – d (...)
  • 18 Nous nous appuyons ici sur le testament de Juan Alonso, rédigé par don Bernardo de la Cruz, daté du (...)

14L’observation des variations dans la synchronie conduit à des résultats très proches. Dans le village de Santa María la Asunción, en 1692, deux notaires sont en activité : don Bernardo de la Cruz et don Lorenzo de Santa Maria. Ils portent les patronymes de deux familles nobles de la république de Calimaya17, s’octroient la particule espagnole de respect, don, et emploient un nahuatl proche de celui du xvie siècle. Toutefois, l’un d’eux n’évoque que la sainte Trinité et le second insiste plus sur le personnage de la Vierge18. Ces quelques exemples suffisent à illustrer l’impact du testateur sur un individu dont l’art consiste avant tout à transmettre l’ensemble des dernières volontés d’une personne en particulier. Au-delà de l’énumération ordonnée des clauses, un testament est bel et bien un contrat entre deux univers, dont est garante la relation entre deux individus.

Axcan ypan ynin tonali...

  • 19 « Axca mierconles ypan yey tonnatin te april te 1697 anos axca mierconles nichihuan notestamento. » (...)
  • 20 « Axca martes mani meztli a 12 de Febrero D[e] 1697... » Testament de Lucía María in APC, boîte 130 (...)
  • 21 « Axca martes a 14 de Nobienbre de 1692 años. » Testament de Juan Alonso, rédigé par Bernardino de (...)

15Nous avons recherché l’existence d’une évolution dans la formulation de la date, en confrontant les testaments du xviie siècle et ceux du xviie siècle. Là encore, les résultats sont assez surprenants. Grosso modo, il existe trois façons de présenter les dates : certains notaires les formulent en espagnol, d’autres en nahuatl (toutefois le nom du mois et le terme año, « année » sont écrits en espagnol), et la plupart s’exprime en incorporant les deux systèmes de présentation, tant dans le compte des années que dans la terminologie. Au xviie siècle, rares sont les notaires qui formulent entièrement la date en nahuatl. Nicolas Gabriel, notaire à Calimaya, par exemple, exprime la date en ces termes : « Aujourd’hui mercredi, au troisième jour d’avril de l’an 1697, aujourd’hui mercredi, je fais mon testament19. » Hormis les noms du jour, du mois, la formulation conserve bon nombre de termes nahuatl, notamment le numéro du jour, ici « trois ». Don Antonio de los Santos, contemporain du précédent, ne prend guère soin d’inscrire le nombre du mois en toutes lettres. La date est exprimée en ces termes : « Aujourd’hui mardi de [ce] mois, le 12 février de l’an 1697...20 » Enfin, la date peut être exprimée sous la forme abrégée de : « Aujourd’hui mardi 14 novembre 169221 ».

  • 22 « Axca lunes a 9 de mayo de 1707 años » et « Axca domingo 20 días del mes de abril de 1721 ». La pr (...)
  • 23 « Axca martes y chicuey tonali de mayo yhuan xitlacpohualli año de 1753 años... » Testament de Juan (...)
  • 24 Par exemple Lucas Juan, notaire à Santa María la Asunción, exprime la date en ces termes : « En onc (...)
  • 25 Par exemple : « Axca yn tonali A 10 días de Nobiebre de 1756 años » ; testament de Martín Melchor, (...)

16Au xviie, la date est pratiquement toujours exprimée avec un ou deux mots nahuatl : axca, « aujourd’hui » et éventuellement l’année, xihuitl. Les formulations : « Aujourd’hui lundi 9 mai 1707 » ou « Aujourd’hui dimanche 20 avril 172122 » sont de ce type. Elles ne varient guère pendant la première moitié du xviiie siècle. En revanche, à partir de 1750, on assiste à une volonté d’affirmer la connaissance de l’énoncé indigène. Ainsi, en 1753, Felipe Juan, notaire à Santa María Nativitas, exprime-t-il la date d’un testament de la façon suivante : « Aujourd’hui mardi, au huitième jour de mai, du compte des années de l’année 1753...23 » Dans cette formulation, le nombre du jour du mois (chicuey – voir note 23), les termes « jour » (tonali) et « compte des années » (xitlacpohualli), sont exprimés en nahuatl. Nous retrouvons cette présentation chez Agustín Matías, également notaire à Santa Maria Nativitas, et chez Jacinto Francisco qui exerce à Santiago Cuaxustenco. Tous les deux sont en activité entre 1745 et 1756. À la même époque, quelques escribanos n’expriment plus la date qu’en espagnol24. Une variante à cette présentation consiste à faire précéder l’énoncé de la date en espagnol par l’expression nahuatl « maintenant, au jour » – axca yn tonali ou ypa yni tonali, « en ce jour25 ».

Ca san ixquich nictzonquixtia notestamento

  • 26 « Ca san ixquich nictzoquixtia nodestamento yxpantzinco dios yhua ynimixpa nodestigohua yhua noalba (...)
  • 27 « Ca ye nictzoquixtia ynococoxcatlatol nicocoxqui ca ye imixpa notestigohua... » ; testament de Bar (...)

17Observons maintenant la manière dont s’achèvent les testaments. Tous les notaires insèrent une phrase particulière qui sert de transition à la liste des exécuteurs testamentaires et des témoins. C’est une conclusion des clauses testamentaires qui précède les signatures. Au xviie siècle, cette phrase, très stéréotypée, est la suivante : « Voilà tout, j’achève mon testament en présence de Dieu, de mes témoins et exécuteurs testamentaires, ils exécuteront ma déclaration [de personne] malade devant Dieu26. » A partir de la décennie de 1720, les notaires ne se limitent plus à décrire la « déclaration malade » -nococoxcatlatol – ils décrivent la personne malade – nicocoxqui27 (voir termes soulignés, note 27).

  • 28 Par exemple, testament de Feliciana María, du 5 novembre 1781 in APC, boîte 140, testament n° 49.

18Les termes « témoins » et « exécuteurs testamentaires » sont pratiquement toujours écrits en espagnol, sous une forme nahuatisée (voir les termes soulignés de la note 26). A la fin du xviiie siècle toutefois, Tiburcio Vázquez, notaire à San Andrés Ocotitlán, n’emploie jamais le terme testigo, « témoin », lui préférant son équivalent nahuatl : notlaneltili28.

Nehuatl onitlacuilo...

  • 29 Voir tableau n° 1 : Lorenzo de Santa María, en 1694 et Antonio de los Santos, en 1697.
  • 30 Le fiscal est un personnage chargé d’entretenir l’église ; il veille notamment à son embellissement (...)

19Pour saisir l’évolution des signatures des notaires, nous avons établi deux tableaux (tableaux n° 1 et 2, voir pages suivantes). A la fin du xviie siècle, la formule la plus en vogue est celle de « escribano », « notaire ». En revanche, l’énoncé nehuatl nitlacuiloa, « moi le notaire », est plus rare29. Cette formule nous incite à considérer qu’un petit groupe de notaires n’avait pas perdu la pratique de la langue maternelle. À cette époque, la majorité des notaires se présentent comme « notaires de l’Église » ou fiscales30. Les charges de « notaires de la république » ne semblent pas avoir encore été instituées. Pourtant, le métier de notaire répond déjà à une organisation communautaire précise. Tous ces notaires travaillent ensemble. Les testaments sont sans doute rédigés en deux exemplaires, le premier est remis à la famille du défunt et le second est déposé dans les archives du monastère franciscain, commun aux deux républiques indiennes de Calimaya et Tepemaxalco.

tableau 1. Signatures des notaires au xviie siècle

tableau 1. Signatures des notaires au xviie siècle

Sources : A.P.C., boîtes 130 et 140 et A.G.N., Civil, 644. Dans ce tableau, le B. signifie Boîte et le C. Civil.
Note. 1 Les textes mis entre crochets ont été reconstruits par nous-mêmes.

Note 2 Le temachti – orthographié ici temaxti – est le prédicateur ou précepteur. Ce notaire exerçait vraisemblablement des fonctions de prédication dans le monastère franciscain de Calimaya.

Note 3 « Moi qui ai écrit, Lorenzo de Santa María ».

Note 4 « J’ai écrit ici en face de la personne malade ; ici ma signature fait foi, Don Antonio de los Santos, fiscal mayor ». Sur le fiscal, voir la note 30.

Tableau 2. Signatures des notaires au xviie siècle

Tableau 2. Signatures des notaires au xviie siècle

Sources : A.P.C., boîtes 130 et 140 et A.G.N., Civil, 644.
Note 1. Teopanquiahuac est un des quartiers de San Pedro Calimaya. Il en est de même pour les toponymes de Teopantonco et Teopancaltitlan.

  • 31 La paroisse franciscaine de Calimaya et Tepemaxalco a été fondée par fray Jerónimo de Mendieta, dan (...)
  • 32 Voir tableau n° 2, dans la colonne « signature ».
  • 33 Voir tableau n° 2 : « es(criba)no de la cofradía. »

20Chacune des républiques exerce sa juridiction sur un certain nombre de villages qui lui sont assujettis31. Ainsi, les notaires, sans doute désignés par leur république d’origine, agissent pour le compte des villages qui incombent à leur territoire juridique. Cette spécificité répond à l’organisation territoriale puisque chaque république gère ses biens fonciers à titre individuel. Par conséquent le notaire ne peut intervenir qu’au titre des successions qui tombent sous la juridiction qui l’a élu. Au xviiie siècle les choses changent. Les notaires n’hésitent pas à se différencier, leurs signatures se singularisent, deviennent en quelque sorte leur « carte de visite ». Le tableau n° 2 présente une sélection des signatures les plus représentatives, entre 1702 et 1795. Au début de la période en question, les notaires font toujours précéder leurs signatures de la formule « moi qui ai écrit en face de la personne malade », comme c’est le cas de Nicolas Mateo en 171132. Ce dernier se déclare « alcalde », juge municipal à San Pablo Tepemaxalco ; c’est un membre du gouvernement indigène. Les « notaires de la république » font leur apparition véritable en 1745 ; à partir de là, l’emploi du terme se généralise et coexiste avec le terme de « notaire de la sainte Église ». De nouveaux rédacteurs entrent en scène, tel Diego Martín qui est notaire de la confrérie de saint Antoine en 172133.

21Cette diversité révèle que les testateurs choisissent leur notaire en fonction du contenu de leurs testaments. Ainsi ne trouve-t-on jamais de notaire de la sainte Église dresser une liste de terres de común repartimiento (terres réparties par le gouverneur de la république indienne, au prorata des chefs de famille) et, vice-versa, les notaires de république n’enregistrent aucune déclaration testamentaire qui comporterait une liste de biens cédés à des groupes de dévotion. Le métier de notaire se singularise parce que la société indienne a changé. La place croissante occupée par les notaires de république prouve que les mourants ont recours à des personnes qualifiées, capables de répondre à leurs souhaits individuels, au sein d’une société qui trouve sa normalisation dans le binôme Église – république ou terres des saints – terres des hommes. À partir de 1750, rares sont les Indiens de cette région qui disposent d’un nombre de terrains suffisant pour en léguer une partie aux confréries. Aussi, la majorité des notaires reste-t-elle liée à la république, garante de la transmission des biens communautaires.

22Nous avons exposé ici les différentes formes utilisées par les notaires pour rédiger des testaments en langue nahuatl. Les transformations survenues dans l’élaboration de ce « genre littéraire » ne conduisent pas a fortiori à un appauvrissement de la langue. Ensuite, les « erreurs » ou « fautes », relevées par Lockhart, ne sont pas soumises à des facteurs exclusivement chronologiques. Dans l’ensemble, les manuscrits des xviie et xviiie siècles restent assez proches. L’introduction de formules hispanisées est souvent le produit du hasard et de l’activité de certains notaires, qui rédigent des manuscrits à la fois en espagnol et en nahuatl. Pourtant, dans le milieu notarial subsiste un groupe qui a visiblement cherché à réélaborer ses formulations. À la fin du xviiie siècle, quelques notaires s’expriment dans un nahuatl dépouillé d’hispanismes.

23Au-delà des formulations, ce sont les contenus testamentaires qui évoluent. Ils s’adaptent à de nouvelles réalités sociales et dévoilent les mutations des structures communautaires. La fragmentation de la propriété foncière ne dépend pas uniquement de la structure de la famille indienne ni de la volonté du testateur de survivre à travers les membres de sa famille. Car tout un chacun fait partie d’un ensemble, une république et une paroisse. Au xviie siècle, période où la population n’exerce pas encore trop de pression sur la répartition des terres, le testateur fait appel au notaire de l’Église afin que ce dernier respecte son vœu de perpétuer des cultes pour les saints de sa dévotion à qui il octroie terres et numéraire. Au xviiie siècle, phase de récupération et de poussée démographique, ceux qui se préparent au grand voyage font appel au notaire de leur gouvernement, personne indiquée pour faire appliquer la succession des biens collectifs dont ils ont l’usufruit. C’est là que se différencient véritablement les notaires, par la fonction qu’ils remplissent dans la construction de la société coloniale. C’est ce que nous avons voulu montrer dans la seconde partie de cet article, en nous appuyant sur un testament élaboré en 1698 et, pour des raisons particulières, en deux temps.

Tester : un devoir de conscience. Nicchihua ynin amatlacuilolli

  • 34 Le fiscal mayor est le fiscal le plus important. Voir note 30.

24Quand on réside à San Pablo Tepemaxalco et que l’on choisit de léguer une partie de ses biens propres à des confréries et à des saints, à quel notaire va-t-on faire appel ? Agustina Angelina est une personne malade et sans doute âgée : elle s’identifie à ses témoins et exécuteurs testamentaires qu’elle qualifie de huehue, « vieux ». Comme elle habite à San Pablo Tepemaxalco, elle peut avoir recours à Antonio de los Santos, fiscal mayor de l’Église34. Il est Indien, de langue maternelle nahua et exerce pour le compte du couvent franciscain où on lui a appris à lire et à écrire ; il s’exprime dans un nahuatl des plus corrects. Aussi, serait-il tout à fait apte à recueillir sa déclaration conformément à son souhait. Toutefois, Antonio de los Santos n’est pas notaire de la sainte Église. Jusqu’à présent, il n’a rédigé que les testaments des paroissiens résidant à San Francisco Puchtla, village de visita de San Pablo Tepemaxalco. Dans ce panorama villageois ne reste qu’un notaire ou plutôt le notaire : Andrés de Santiago. Il est excellent nahuatlato et possède le titre d’escribano de la santa iglesia. Il est expert en matière de renonciation de biens au profit du culte. De surcroît, c’est le seul notaire de la paroisse qui travaille pour la cabecera de Calimaya et Tepemaxalco depuis au moins quinze ans. Toutes ces caractéristiques font de lui un individu expérimenté en matière notariale.

  • 35 L’agave est une plante d’origine mexicaine connue sous le nom de maguey au Mexique ; c’est l’Agave (...)
  • 36 Dans cette paroisse, la cour céleste est composée de la Vierge Marie et saint Michel, saint Pierre (...)
  • 37 Un tomín est un réal ; il équivaut à un huitième de peso de oro común ou peso de a ocho, la piastre

25Avant d’intervenir, Andrés de Santiago tient à s’assurer que sa cliente a effectivement l’intention de céder quelques biens à l’Église. Agustina Angelina possède quelques terrains ; elle choisit d’indexer son petit capital foncier et de se dessaisir de deux lopins de terre, au profit de saint Antoine et de la Vierge de la Soledad. Elle octroie également des rangées d’agaves35 en bénéfice du culte de Jésus Nazaréen. Andrés de Santiago présente le modèle de testament qu’il utilise. D’abord l’invocation initiale, comportant la profession de foi de la testatrice, puis la date (le 4 septembre 1698), le lieu de résidence de la testatrice : Agustina Angelina est du quartier de Teopanquiahuac, de San Pablo Tepemaxalco. Puis le notaire évoque la réunion de la cour céleste au chevet de la mourante36. Ensuite le testament est divisé en clauses. La première concerne les dispositions relatives à la sépulture : le lieu d’enterrrement et le type de messe. Agustina souhaite être enterrée dans l’église et demande une messe et un répons. Enfin elle transmet un tomín à Jérusalem37. Les clauses suivantes statuent sur la transmission des biens temporels.

La transmission des biens

  • 38 Elle possède deux metlame – pluriel de metlatl. Il s’agit de pierres à moudre le maïs. Le metlatl, (...)

26Agustina Angelina possède une maison, quatre lopins de terre ; trois sont qualifiés de tlalli, « terre » et un de solar, « terrain », vingt-six agaves, deux meules dormantes38, un grenier, une image de saint Jean et d’autres images de « saints » qu’elle considère comme ses santoti, « petits saints ». Son activité agricole se porte sur deux plantes : le maïs et l’agave. Elle est probablement tlachiquera. C’est une femme qui se dédie à la culture de l’agave dont le suc, l’aguamiel, donne une boisson fermentée, le pulque. Ce dernier était abondamment commercé dans cette région jusqu’à la première moitié du xxe siècle. Agustina Angelina a une fille, Maria, épouse de Juan Marcos et mère de deux enfants : Sebastiana Maria et Baltasar. Elle a aussi un neveu, Nicolas et une commère, Luisa Juana. Son univers familial se réduit visiblement à ces six personnes.

  • 39 La Vierge de la Soledad est souvent citée dans la paroisse de Calimaya où un culte lui était rendu. (...)

27Sa fille reçoit l’image de saint Jean et son gendre une terre, qu’il devra cultiver pour le culte de la Vierge de la Soledad39. Les liens de parenté spirituelle qui l’unissent à sa commère, lui dictent la transmission d’une terre pour qu’elle « élève ses enfants ». Nicolas, son neveu, reçoit une meule dormante et son petit-fils se voit octroyer une terre à Atlauhtenco. Un terrain est transmis à saint Antoine ; la fille et la petite-fille de la testatrice devront y planter des agaves. La majorité des biens d’Agustina Angelina ne revient pas à la fille mais à la petite-fille. Celle-ci bénéficie de la maison de sa grand-mère, des « images » de saints, d’une meule dormante et d’une terre à Xollaltenco. Au total, deux des quatre terrains sont octroyés au profit de cultes : la Vierge et saint Antoine. De plus, vingt agaves sont destinés au culte de la Vierge de la Soledad et six autres pour honorer le rédempteur Jésus Nazaréen. Enfin, le grenier devra être vendu pour couvrir les frais de son enterrement, soit la messe et la sépulture.

28Ce testament est éclairant. Il témoigne de l’importance accordée à la perpétuation des cultes dans le cadre familial. Il montre également que l’héritage ne consiste pas seulement en l’acquisition de biens matériels mais qu’il repose sur la transmission de devoirs. Ainsi, la fille de la testatrice reçoit-elle l’obligation de maintenir le culte de la Vierge, en travaillant une terre avec sa fille et une autre avec son époux. Dans la lignée consanguine et affine, petits-enfants et filleuls bénéficient de l’héritage foncier. Enfin, la transmission de l’unité domestique (maison-terre), tout comme les cultes qui y sont perpétués, reviennent exclusivement à la petite-fille, soit à la lignée consanguine féminine. Comme cela se produit souvent au terme de la lecture isolée de ce type de manuscrits, l’historien reste un peu sur sa faim. Car bien peu de renseignements ont pu être réunis sur les activités de cette présumée tlachiquera dévote. Or, notre testatrice n’en est pas restée là. Elle a revu le même notaire pour disposer les clauses relatives à la transmission de ses plantes, les agaves.

Un ajout testamentaire : des agaves pour des saints

  • 40 Sur l’agave et le pulque, voir Dominique Fournier, « Le sacrifice humain chez les Aztèques : questi (...)

29Pourquoi Agustina Angelina a-t-elle tenu à refaire un testament uniquement pour l’usage de ses agaves ? Sans doute en raison de la nature même de cette plante. Les agaves ne requièrent que peu d’espace et sont très souvent plantées en bordure des lopins de terre. Ils constituent ainsi des limites entre parcelles contiguës. Cette caractéristique rend indispensable toute revendication de propriété des plantes. A la différence des autres possessions, l’agave représente plus qu’une propriété familiale. Cette plante est totalement assimilée à l’individu. L’agave est qualifié de « jeune » jusqu’à ce qu’il ait été entaillé et le bouton floral extrait. Les opérations suivantes consistent à préparer la plante à l’extraction de la sève, l’aguamiel. À ce stade, on dit que la plante « vieillit ». Une fois l’aguamiel extrait la plante se déssèche, elle « pourrit », elle meurt40.

  • 41 Ibidem, p. 59.

30Notre testatrice, doutant sans doute de la bonne foi de ses voisins de parcelle, a revu le notaire. Ce dernier a rédigé un complément de testament, qu’il qualifie de « mémoire testamentaire » et non plus de « testament ». Dans ce manuscrit seule la profession de foi et la date ont été reprises ; le notaire est ensuite directement passé à l’énumération des clauses temporelles. Agustina Angelina demande que les agaves qui se trouvent sur le terrain de sa maison soient laissés à ses exécuteurs testamentaires afin de couvrir les frais de la messe et du répons qui seront dits pour elle. Ces plantes seront donc vendues – avec le grenier, cité dans le premier testament – pour régler toutes les dépenses afférantes à ses funérailles. Elle demande à sa fille María de râper les agaves. La phase de râpage se situe après l’ouverture des canaux de la plante – qui conduisent la sève depuis les feuilles jusqu’à la tête – elle consiste à sectionner le cœur de la plante et à le râper à l’aide d’une cuillère dénommée « raspador41 ». Une fois le râpage achevé, on procède à l’extraction de la sève. On la laisse fermenter pendant un ou deux jours. C’est alors que la sève prend le nom d’octli, pulque. Maria a pour tâche exclusive de râper les agaves. L’opération d’extraction de la sève relève en effet du domaine des activités masculines. Elle devra vendre le produit obtenu et consacrer la somme obtenue à la célébration d’une messe dite pour Joseph de la Cruz, ami de la testatrice, conformément au vœu de celle-ci.

  • 42 Agustina Angelina précise dans son testament que les agaves sont destinés aux « saints vénérés » et (...)
  • 43 Voir § 6 et 7, document n° 2.
  • 44 Voir §2, document n° 2.
  • 45 Voir § 2 et 4, document n° 2.

31Agustina Angelina dispose de six autres rangées d’agaves à répartir entre ses héritiers. Elle en cède la moitié à son beau-frère Pedro de la Cruz. Ce personnage n’est pas mentionné dans le premier testament ; c’est vraisemblablement le père de Nicolas, neveu de la testatrice. Les agaves sont octroyés à titre d’usufruit. Leur produit est destiné à rendre un culte aux saints42 de l’autel familial, aménagé dans la maison de la testatrice. Demeure dont la petite-fille est la principale bénéficiaire. Les trois filleuls de la testatrice, les enfants de la commère Luisa Juana, se voient attribuer une rangée d’agaves. Les deux autres rangées restantes vont à son petit-fils Baltasar et à ses petites-filles Sebastiana Maria et Juana43. Enfin, la moitié des agaves qui entourent sa maison resteront propriété de son neveu et de sa petite-fille44. Dans ce testament un ensemble de charges rituelles sont évoquées. Les formulations « ils » (les exécuteurs testamentaires et les témoins) « aideront toutes les âmes » et « il » (le beau-frère de la testatrice) « travaillera pour les saints vénérés et il aidera les âmes » annoncent une série d’obligations léguées aux membres de la famille pour perpétuer des cultes45.

  • 46 Voir Dominique Fournier : « Les vicissitudes du divin au Mexique. L’évêque, le juge et le pulque » (...)

32Il est surprenant de rencontrer une association entre la production de pulque et les cultes rendus aux saints. L’agave, plante épineuse, a souvent été assimilée aux aspérités du diable, au péché tentateur et l’extraction du pulque était sensée faire oublier « la foi qu’enseigne la doctrine46 ». Dans l’esprit d’Agustina Angelina, son beau-frère et son gendre sont les deux personnes les plus indiquées pour pratiquer l’extraction de l’aguamiel. La nomination de deux hommes pour accomplir cette charge rituelle rappelle les caractéristiques de l’agave. La plante est féminine ; dans le panthéon aztèque la déité tutélaire de cette plante est la déesse Mayahuel. En revanche, la sève fermentée, le pulque, est représenté par quatre cents lapins, de petites divinités masculines.

Le pulque et la quête des aeterna

33Terres et plantes sont toujours transmises selon un principe de charges, de devoirs, et en accord avec l’accomplissement d’un ensemble de gestes particuliers. La notion de propriété n’est jamais évoquée dans ce testament. Ce qui importe c’est le produit final de l’association usufruit d’un bien foncier – rendement, dans le but d’honorer des rituels. Pour analyser de plus près le testament d’Agustina Angelina, il convient d’observer le rôle que jouent les producteurs de pulque dans la paroisse de Calimaya.

  • 47 La cabecera de doctrina est le chef-lieu de la paroisse, la visita de doctrina est un village qui d (...)

34Un manuscrit conservé dans les archives paroissiales de Calimaya, un Directorio Parroquial, rédigé en 1750, nous a fourni quelques éléments de réponse. Ce « guide paroissial » est un calendrier liturgique ; il consigne tout type d’activité religieuse de la paroisse, tant dans la cabecera de doctrina comme dans les villages visitas de doctrina47. Y figurent également les sommes versées par les Indiens lors des messes anniversaires de leurs saints patrons, ou pour les processions et bénédictions de leurs saintes « images ». Ce document révèle que l’activité religieuse est fortement liée à la production du pulque. Les tlachiqueros occupent une place importante dans le rythme des cérémonies annuelles.

  • 48 Le maïs est semé alors que l’agave se cultive en transplantant des drageons.

35Le 15 mai est célébrée la San Isidro. Cette fête, encore vivante de nos jours à San Antonio la Isla, est une exaltation des bienfaits de la terre nourricière. Les semences (maïs, haricot) et les techniques agricoles en sont les principales protagonistes. En juin, le jour de Corpus Christi, plusieurs messes sont dites dans les villages de Calimaya, San Antonio la Isla, San Mateo Mexicalcingo et la Concepción. Le lundi qui suit la fête du Corpus est célébrée une messe, financée par les pulqueros de San Pedro Calimaya et de San Pablo Tepemaxalco. Peut-être existe-t-il une volonté de mettre en parallèle la transsubstantiation et les vertus nourricières de la terre. Plus généralement, nous pouvons lire dans ce calendrier la volonté de séparer la célébration du maïs (en mai) de celle de l’agave (en juin), peut-être parce que les techniques de production diffèrent48.

36Agustina Angelina était très certainement membre du groupe de dévotion qui finance la cérémonie de l’agave, faisant suite à Corpus Christi. Elle se déclare également liée au culte mariai et à celui de Jésus Nazaréen. Grâce au Directorio Parroquial nous savons que le 3 novembre, au lendemain du jour des morts, se célèbrent deux messes anniversaires commanditées par trois confréries : celle de la Vierge de la Soledad (Virgen de los Dolores), celle de saint Antoine et celle de Jésus Nazaréen. Nous voici en présence de la trilogie évoquée dans le testament d’Agustina Angelina. Elle octroie l’usufruit de ses agaves à ces trois groupes dévotionnels. Nous savons que saint Antoine et Jésus Nazaréen faisaient l’objet de cultes étroitement liés. Dans le village de San Antonio la Isla s’était constituée une confrérie de Saint-Antoine. Sur l’autel de la chapelle de Saint-Antoine trônait l’image de Jésus Nazaréen. Pour la semaine sainte étaient dites deux messes, l’une pour saint Antoine, l’autre pour Jésus Nazaréen dont l’image était sortie en procession. Le Vendredi saint la confrérie de la Vierge de la Soledad organisait sa propre cérémonie dans le village de San Antonio la Isla. Enfin, le 13 juin la confrérie de Saint-Antoine finançait la fête du saint éponyme.

  • 49 Les livres de la confrérie de Jésus Nazaréen se trouvent dans APC, boîte 111, livre n° 3 (V-2). Pou (...)
  • 50 Le prix de vente du pulque produit par un agave nous a été fourni par un des livres de la confrérie (...)

37L’examen des livres de confréries indigènes de Calimaya révèle que l’une des sources principales de revenus des confréries était constituée par l’agriculture. En revanche, les confréries d’Espagnols vivaient de la vente du bétail. Par exemple, les livres de la confrérie de Jésus Nazaréen, également connue sous le nom de « Jesús de los Naturales » (Jésus des Indiens), nous apprennent qu’en 1741 la confrérie dispose de plusieurs terrains. Le produit d’un champ de maïs et d’un champ de fèves rapporte à la confrérie 98 pesos par an. Cet argent est investi dans l’embellissement de l’autel, l’achat de cire, la célébration de messes pour des confrères défunts, la procession du Mercredi saint, la rémunération des chanteurs, le règlement des travaux de semences et de récolte du maïs et du blé et les frais liés aux élections du cabildo de la confrérie. Un inventaire plus détaillé, de l’année suivante, nous montre que la confrérie dispose d’un terrain sur lequel sont plantés 422 agaves, « petits et grands ». Un petit agave se vend alors à un peso et demi et un agave de taille moyenne à 2 pesos49. La vente du pulque rapporte environ 2,8 pesos par plante50.

38Un champ d’agaves peut donc fournir des rentrées d’argent régulières, capables d’assurer les dépenses de la confrérie sur une période de dix à quinze ans. Cet exemple illustre l’importance cruciale des agaves pour les confréries de Calimaya. Cette plante est beaucoup moins sensible aux gelées que ne le sont le maïs et le blé et assure la pérennité des cultes, même dans des périodes difficiles. Son importance explique sans doute qu’elle soit l’objet d’un traitement singulier. Aussi, notre testatrice a probablement exécuté un second exemplaire de testament à l’intention de sa confrérie, de sorte que ses proches reproduisent les gestes dont elle est chargée par le groupe de dévotion auquel elle appartient. Les trois principales confréries de San Antonio la Isla recrutaient des membres dans un cercle géographique plus vaste que celui de ses limites territoriales de village sujet : les habitants des chefs-lieux de San Pedro Calimaya et de San Pablo Tepemaxalco, telle Agustina Angelina, y étaient associés. Pour assurer la survie des cultes à travers les membres de la famille, une gestion d’ensemble s’imposait. Voyons maintenant, à partir des deux testaments de notre testatrice, comment était transmise l’administration personnelle du sacré.

L’exercice du culte : une affaire de famille

39Agustina est veuve et a deux filles. La cadette, Catarina, est visiblement célibataire ; l’aînée, Maria Ramos, est mère de trois enfants : Sebastiana Maria, Juana et Baltasar. Dans la génération de la testatrice subsiste le mari de sa sœur, Pedro de la Cruz, père de Nicolas. Enfin, des liens de parenté spirituelle l’unissent à sa commère Luisa Juana et à ses trois filleuls : Tomasa, Pasquala et Bernardo (voir tableau n° 3). Prenons maintenant les membres de cette famille par ménage. Catarina, la fille cadette ne reçoit aucun bien en héritage. La commère se voit octroyer une terre pour élever ses enfants. La fille aînée, Maria, devra se charger d’exploiter le produit de trois agaves pour faire dire une messe commémorative pour le repos de Joseph de la Cruz, personnage proche de la testatrice.

40Maria et sa fille Sebastiana Maria reçoivent l’obligation de planter des agaves dans un champ situé près de San Antonio la Isla pour perpétuer le culte de saint Antoine. Vraisemblablement cette terre est exploitée au profit de la confrérie de Saint-Antoine. Le mari de Maria, quant à lui, doit se charger de cultiver une terre pour le culte de la Vierge de la Soledad, probablement en bénéfice de la confrérie de la Vierge de la Soledad. Autrement dit, les obligations rituelles assurant les aeterna reviennent aux enfants, alors que le temporel est hérité par les petits-enfants. La petite-fille (sans doute l’aînée des trois) résulte être la principale bénéficiaire de sa grand-mère. Elle hérite de la maison, d’une terre à Xollaltenco, d’une meule dormante et de dix agaves ; en somme, tout le nécessaire pour fonder un foyer. Elle doit se charger d’entretenir l’autel familial situé dans la maison dont elle hérite. La transmission des biens temporels dans la plus jeune génération représente une garantie pour l’usufruit des ressources familiales. En somme, dans la lignée féminine sont perpétués les cultes des confréries, le culte domestique et les cultes rendus aux proches de la testatrice. En revanche, la lignée masculine se charge de la production : l’extraction de la sève de l’agave. De façon plus générale, les biens matériels sont hérités dans la lignée matrilinéaire alors que les obligations rituelles sont partagées entre consanguins et affins pour satisfaire la relation production-perpétuation.

41Dans le monde colonial la transmission de tout type de bien conduit à des responsabilités. Elles sont clairement définies pour les cultes liés à des confréries ou à des saints ; en revanche, elles sont moins bien connues dans le cadre domestique. L’exemplaire de testament présenté ici est assez exceptionnel. Tout d’abord par sa précision. Car le silence qui règne dans les autres exemplaires évoquant des terres de confréries permet rarement d’établir des liens entre parenté et charges rituelles. Ensuite, dans les livres de constitution de confréries, les listes nominatives ne tiennent pas compte des liens de parenté qui unissent les membres des groupes de dévotion. L’analyse de ce testament nous permet d’approcher la complexité de la transmission des biens temporels. Il nous laisse entrevoir que les consanguins sont avant tout considérés comme des associés au culte, des membres qui succèdent aux obligations rituelles dans le cadre des confréries.

Une gestion foncière du sacré

42Nous sommes en 1698. Un siècle plus tard, ce type de testament aurait un caractère véritablement exceptionnel ; la chute du nombre moyen de terres détenues par chaque chef de famille a conduit à restreindre la transmission des biens fonciers à la parenté consanguine. Peut-être est-ce là un des facteurs de disparition de certaines confréries dans la seconde moitié du xviiie siècle. Seuls les cultes domestiques et certaines confréries ont pu perdurer au-delà de ce seuil chronologique. Soulignons que les confréries se développent avec vigueur à San Antonio la Isla, dans la vallée proprement dite. Ce village dispose de terrains fertiles et sans doute d’un excédent foncier qui lui permet de dédier une partie de son finage à l’exercice des cultes. Les cabeceras de Calimaya et Tepemaxalco, situées dans une zone montagneuse, ne bénéficient pas d’une superficie cultivable suffisante ; la majorité des communaux sont des terres de pâturage.

tableau 3. Héritage, parenté et obligations familiales. Biens cédés par Agustina Angelina aux divers membres de sa famille et aux confréries

tableau 3. Héritage, parenté et obligations familiales. Biens cédés par Agustina Angelina aux divers membres de sa famille et aux confréries

Sources : A.P.C., boîte 130, enveloppe n° II, testaments n° 36 et 41

43Enfin retenons que l’exercice des cultes s’effectue surtout grâce à la contribution des tlachiqueros. L’agave joue un rôle essentiel dans l’économie de la région. La production du pulque répond à une administration agraire rationnelle. Comme l’agave est cultivé individuellement en bordures des parcellaires, son exploitation n’a aucune incidence sur la pérennité du terroir. Il ne peut en aucun cas accentuer le démantèlement des parcellaires communaux ou tenus en propre. Dans le cadre d’une agriculture intensive, la production doit être planifiée pour que le produit puisse être commercialisé, car la plante met entre huit et vingt ans avant d’être rentabilisée.

44Dans cet article, nous avons tenu à partir de la forme pour glisser progressivement vers le contenu du testament indien. Nous avons montré que les transformations linguistiques ne sont pas soumises à des facteurs exclusivement chronologiques. Quand on observe l’exercice notarial, on est frappé de ne trouver que peu de constantes orthographiques ou grammaticales chez un même individu. La même observation s’impose pour le contenu. Le testament n’est pas un document immuable ; on peut y revenir, le modifier. Ensuite, le testament est un excellent témoin du comportement culturel. C’est le seul manuscrit qui permette d’approcher la continuité des cultes, la reproduction de gestes rituels au sein d’un groupe familial. Enfin, il atteste des mutations de la société indigène. A la fin du xviie siècle, un nombre sans doute non négligeable d’Indiens souscrivent au projet de création de confréries. Des parcelles indiennes sont réservées à la perpétuation de cultes locaux, jugés indispensables pour la sauvegarde de la production agricole. Un siècle plus tard, grâce aux efforts entrepris par le passé, ces cultes perdurent et les transmissions de terres en leur faveur deviennent pratiquement inutiles. Les confréries disposent déjà des terrains qui leur assurent la gestion de leurs obligations liturgiques et grémiales. Les confréries indiennes ne cherchent pas à faire des bénéfices mais s’assurent de ne pas contracter de dettes.

45Au cœur de l’histoire des cultes locaux se trouve une plante, l’agave. Parfaitement adaptée à la rudesse du climat de la vallée de Toluca, et donc moins aléatoire que le maïs et le blé, elle constitue le porte-feuille des confréries, une réserve monétaire durable et hypothécable. Les confréries qui n’avaient pas misé sur cette plante ont sans doute été condamnées à disparaître. Les enjeux qui prônent l’exploitation de l’agave obligent les confréries à développer un contrôle, tant de ses acquéreurs que de leurs statuts, et à systématiser sa transmission. Au-delà de l’organisation foncière des confréries reste le cadre familial des confrères. Pour Agustina Angelina, la transmission des agaves n’est pas seulement une question de production dévotionnelle collective mais aussi une affaire personnelle, liée à son histoire. Les figures des saints de son autel familial représentent une sorte de doublet vivant du saint vénéré par tous les autres membres de sa confrérie, à la différence près que les premiers lui appartiennent.

46La confrérie n’a pas forcément inspiré la notion d’autel privé aux croyants indigènes. L’exemple du testament d’Agustina Angelina tend à prouver que les autels familiaux sont maintenus sous l’égide des principes de la parenté indigène. Mais force est de reconnaître qu’en leur apprenant à développer des mécanismes de gestion des parcellaires, la confrérie est à l’origine de la participation des Indiens à l’économie monétaire villageoise. Elle leur a également donné l’occasion de s’intégrer, de manière durable, dans le circuit des marchés régionaux, alors si réputés pour la qualité du pulque provenant de la vallée de Toluca.

Situation géographique de Calimaya dans la Valée de Toluca

Document n° 1. Testament d’Agustina Angelina, 4 septembre 1698, rédigé par le notaire Andrés de Santiago, notaire de l’église, in APC, enveloppe n° II, testament n° 361

  • 1 Je tiens à remercier vivement Alfredo Ramirez Celestino de l’aide qu’il m’a apportée pour traduire (...)

47Jesus ma[ri]a y Jusep Macenquisca yectenehuallo yni tlaçomahuis-tocatzin yn dios tetantzin yn dios ytlaçonmahuispiltzin y dios Espiritu santon mahimochihua ame Jesus maria y Jusep.

48Jésus, Marie et Joseph. Que soit loué et vénéré le nom bien-aimé du vénéré Dieu le père, Dieu son fils bien-aimé et dieu l’Esprit saint. Qu’il en soit ainsi. Amen Jésus, Marie et Joseph.

49Axcan miercoles a 4 de sentienbre de 1698 anños nictlallia nodestamento nehual notocan Agustina Agellina Viuda nican nochan san pablo tepemaxalco notlaxillacalpan teopanquiyahuac y masihui yn mococohua ynotlallo ynoçoquiyo auh yn noçiallis yn notlaasi ca tlacaquillis ca mo quen catqui ca san pactica Auh ca huell actopan yniquitohuan yntla onechmocnellillitzinnon yn t[e]ot[l] Dios yntla oninomiquilli cay çenmactzinco nicnotlallilintzin nohua yn noyolliatzin ynotlaçonmahuis tatzin dios no nicnotlatlauhtillintzin nohua ynotlaçomahuisnatzin yn cihuapilli Santa maria yhuan san miguel arcangel yn san pe[dr]o yn san pablo y San Ju[an] b[au]ht[ist]a yn fran[cis]co yhua yn yemochintin yn santosme yn santasme ynilhuicac motemiltiticate ynic nopanpa quimotlatlauhtillisque yn te[ot]l dios mahimochihua ame Jesus maria y Jusep.

50Aujourd’hui mercredi 4 septembre de l’an 1698 je dispose mon testament, je m’appelle Agustina Angelina (je suis) veuve ; j’habite ici à San Pablo Tepemaxalco, mon quartier est

51Teopanquiahuac. Et en ce moment précis, mon corps est malade mais ma volonté est que mes biens soient disposés comme suit et que ceci (ma volonté) soit exécuté. Tout d’abord je déclare que si Dieu prend pitié de moi, qu’à l’heure de ma mort je remets mon âme dans les mains de mon bien-aimé Dieu le père et je prie aussi ma bien-aimée mère la noble dame sainte Marie et l’archange saint Michel et saint Pierre saint Paul et saint Jean-Baptiste et saint François et tous les saints et les saintes qui se trouvent dans le ciel afin qu’ils intercèdent en ma faveur devant Dieu. Qu’il en soit ainsi. Amen Jésus, Marie et Joseph.

52Ynic centlamatli nitlanahuatia yntla onechmocnelilintzinno t[e]ot[l] dios yntla oninomiquilli ynocepultura ompa motlapos teopan callitic yhuan yn noquimilliuh ca yes notlacomahuis natzin ytlaquetzin nicnohuiquillis ynic ninocuitlalpitias S[an]to San fr[ancis]co ycordotzin yhuan nitlanahuatia sentetl misa yhua se rresponcos nopan mitos yhuan nictemacatiuh ce tomitzin gerrusalen

53Premièrement je demande, si Dieu prend pitié de moi, que lorsque je serai morte, ma sépulture soit ouverte à l’intérieur de l’église et que l’on me recouvre des vêtements de ma bien-aimée mère et qu’on me ceigne du cordon de saint François et je demande qu’une messe et un répons soient dits pour moi et je laisse un tomín à Jérusalem.

54Ynic ontlamantli nitlanahuatia yni nocha ca yehuatl nicahuillitias noxhuiuh ytocan Sebastiana maria yntla quimochicahuilis yn t[eo]t[l] dios yehuatl quimotequipanilhuis yn santoti amo aquin quichtilis yn quemania yhua nitlanahuatia Santo San Jua[n]tzin nicahuilitiuh nopitzin ytoca ma[ri]a Ramos yehuatl quimotequipanilhuis amo aqui tlen quitos yn quemanian

55Deuxièmement, je demande que ma maison soit cédée à ma petite-fille qui s’appelle Sebastiana María. Si Dieu le lui accorde elle travaillera pour les saints. Que personne ne s’y oppose jamais. Et je déclare céder mon (image de) saint Jean à ma fille qui s’appelle María Ramos ; elle s’en occupera. Que personne ne contredise ceci en rien, à aucun moment.

56Ynic yetlamantli nitlanahuatia çe Sollar ompa mantica atenmac ca yehuatzin nicnomaquilintzin notlaçomahuis tatzin santo San antoniotzin ornean quimotoquillisque ymetzin Yhua nitlanahuatia ce tlalli ompa mantica tlatzintla xollaltenco yehuatl nicahuillitiuh noxhuiuh Sebastiana yhua se metlatl nicahuilintiuh yhuan ocçe metlatl niccahuillia nopilloto ytoca nicolas Yhuan nitlanahuatia çen cuescomatl monamacas yc nechpalehuilisque ynanimatzin yhua nitlanahuatia ocçe tlallin onpa mantica atlauhtenco tlacpac nicahuilintiuh noxhuiuh ytoca Baltasar amo aqui quixtillis yn quenmania

  • 51 Le metlatl est une pierre à moudre le maïs, une meule dormante.
  • 52 Le terme cuezcomatl désigne un grenier dans lequel est conservé le maïs.

57Troisièmement je souhaite que le terrain qui se trouve là-bas à Atenmac (Atenco) soit donné à mon bien-aimé saint Antoine. Toutes les deux, elles planteront des agaves pour lui. Et je demande qu’une terre qui se trouve là-bas en contrebas de Xollaltenco soit laissée à ma petite-fille Sebastiana et je lui laisse un metlatl51 et un autre metlatl à mon neveu qui s’appelle Nicolas. Et je demande qu’on vende un cuescomatl52pour aider mon âme. Et je demande qu’une autre terre qui se trouve là-bas en amont d’Atlauhtenco soit cédée à mon petit-fils qui s’appelle Baltasar. Que personne ne la lui prenne à aucun moment.

58Yhua nitlanahuatia Senpantli metototin nicno- maquilia notlaçomahuis natzin Soledadtzin yhua nitlanahuatia se tlalli onpa mantica tlatzcantitla nicmacatiuh nomo ytoca Jua[n] marcos yquimotequipanilhuis totlasomahuis natzin yhua yc nechilnamiquis yn mostla huiptla Yhua ocçen tlalli ompa mantica San no o[m]pa tlatzcantitla titoquaxochtia don nagustin Diego nicnicmacatiuh nocomadre ytoca Luysa Juana yquin huapahuas pipiltototin amo aqui quixtillis yn Juana quemania yhua nitlanahuatia chiquaçen metl nicnomaquilintiuh notlaço temaquixticatzin Jesus Nasareno

59Et je demande qu’une rangée de petits agaves soit laissée à ma bien-aimée mère la Soledad et je demande qu’une terre qui se trouve là-bas à Tlatzcantitlan soit laissée à mon gendre qui s’appelle Juan Marcos. Il la travaillera pour notre bien-aimée mère et ainsi elle se souviendra de moi par la suite. Et une autre terre, qui se trouve également à Tlatzcantitlan, contiguë à celle de don Agustín Diego, je la laisse à ma commère qui s’appelle Luisa pour qu’elle élève ses enfants. Que personne ne la lui prenne jamais. Et je demande que six agaves soient donnés à mon bien-aimé rédempteur Jésus Nazaréen.

60Ca san ixquich nictzoquixtia nodestameto yxpantzinco dios yhua ynimixpa nodestigohua yhua noalbaseashua yquineltilisque ynococoxcatlatol yxpantzinco dios Don fran[cis]co de la Crus fiscal manor Don grabiel de San Jua[n] Al[cal]de PaSaDo albasea pascual de san Jua[n] teopantopile Andres de Satiago Es[criba]no de la sata ygleSia.

  • 53 Sur le personnage du fiscal, voir note 30.
  • 54 L’alcalde est un juge. Membre du gouvernement communal, il assiste le gouverneur de la république d (...)
  • 55 Le terme teopantopile signifie « alguacil de l’Eglise ». L’alguacil est un membre chargé de veiller (...)

61Voilà tout. J’achève mon testament devant Dieu et en présence de mes témoins et de mes exécuteurs testamentaires qui certifieront devant Dieu ma déclaration de personne malade. Don Francisco de la Cruz, fiscal menor53, Don Gabriel de San Juan, ancien alcalde54, exécuteur testamentaire, Pasqual de San Juan, alguacil55 de l’église, Andrés de Santiago, notaire de la sainte Église.

Document n° 2. Testament d’Agustina Angelina, 4 septembre 1698, rédigé par le notaire Andrés de Santiago, notaire de l’église, in APC, enveloppe n° II, testament n° 41

62Jesus maria y Juseph. Maçenquisca yectenehuallo yni tlaconmahuis tocatzin yn dios tetatzin yhua[n] dios hitlacopiltzin ynhua dios espirito santo mahimochihua amen Jesus maria y Jusep.

63Jésus, Marie et Joseph. Que soit loué et vénéré le nom bien-aimé du vénéré Dieu le père et Dieu son fils bien-aimé et Dieu l’esprit saint. Qu’il en soit ainsi. Amen Jésus, Marie et Joseph.

64Axcan miercoles a 4 de setienbre de 1698 años nictlalia nomemoria destamento nehuatl agustina angellina nican nocha San pablo tepemaxalco ytech nipohui tlaxilacalli teopanquiahuac nican nitlanahuatia ynican nocaltitlan mani metl ca nicahuilia noalbaseas yhua nodestigos quitosque yoa[n] quipohuasque yn ye huehue ynotechpopolihuis nomisan yhuan noresposos yhua yquinpalehuisque mochtin animas yhua yn tlen tepitoton omopohuas tlaco nicmacatiuh nopiloto ytoca nicollas yhua tlaco nicmacatiuh noxhuiuh cebastiana ma[ri]a

65Aujourd’hui mercredi 4 septembre de l’an 1698 je dispose ma mémoire testamentaire ; moi, Angelina Agustina ; j’habite ici à San Pablo Tepemaxalco et je suis du quartier de Teopanquiahuac. Je demande que les agaves qui se trouvent ici, près de ma maison, soient laissés à mes exécuteurs testamentaires et à mes témoins. Ces trois hommes âgés diront et relateront que je les donne pour ma messe et mon répons. Et ils (les agaves) aideront toutes les âmes et tous les petits. Que soit dit que je donne la moitié (des agaves) à mon neveu appelé Nicolas et l’autre moitié à ma petite-fille Sebastiana Maria.

66Yhua nopitzin ma[ri]a Ramos nicmacatiuh yey metl quichiquis yhua quichihuilis misa niuhtzin omoyetzi cat ca ytoca Jusep de la Crus difutu

67Et à ma fille Maria Ramos je laisse trois agaves qu’elle râpera et elle fera dire une messe pour mon ami bien-aimé Joseph de la Cruz, décédé.

  • 56 Le metotonti est le « petit agave ». Il s’agit des drageons récemment transplantés. Ces jeunes plan (...)

68Yhua nitlanahuatia yepantli metl ompa mantica San G[eron]imo tlacpac nicahuilia nohuepol ytoca pedro de la Crus ye quinmotequipanilhuis Santotzintzin yhua[n] yctech mopalehuilis yn animatzin mochtintzin animas ayc techilcahuas yn mostla huiptla Yhua nitlanahuatia cenpa[n]tontli metotonti56niquincahuilia yeynti notlaquatequilhua Bernardo yhua tomasa yhua pasquala quimoxexelhuisque amo aqui quixtilis yn mostla huiptla

  • 57 Agustina Angelina considère déjà qu’elle fait partie des Ánimas. Âmes du Purgatoire, étant donné qu (...)

69Et je demande que les trois rangées d’agaves qui se trouvent au-delà de San Jerónimo soient laissées à mon beau-frère qui s’appelle Pedro de la Cruz. Il travaillera pour les saints vénérés et il aidera les âmes, toutes les âmes. Qu’il ne nous57 oublie jamais ni demain ni après. Et je demande qu’on cède une rangée de petits agaves à mes trois filleuls, Bernardo, Tomasa et Pasquala. Ils se les partageront. Que personne ne les leur prenne ni demain ni après.

70Yhua ocSen pantli metotonti niquimaca noxhuihua Sebastiana ma[ri]a yhuan Juana quimoxelhuisque yc nechilnamiquisque yn mostla huiptla

71Et je donne une rangée de petits agaves à mes petites-filles Sebastiana Maria et Juana. Elles se les partageront. Ainsi elles se souviendront de moi par la suite.

72Yhua Ocçen pantli metotonti Oquimotlalilico nochpotzin metzticatca ytoca catalinantzin je nicmacatiuh noxhuiuh Baltasar amo aqui quixtillis yn quemania

73Et une autre rangée de petits agaves, dont dispose depuis un mois ma fille qui s’appelle Catarina, la donne à mon petit-fils Baltasar. Que personne ne la lui prenne jamais.

74Ca san ixquich nictzonquixtia nococoxcatlatol yxpantzinco dios yhuan yxpan noalbaseas yhuan nodestigoshuan yn quineltilisque yni nodestamento yxpantzinco yn t[e]ot[l] dios Don Grabiel de San Jua[n] Al[cal]de pasado Albasea Don Fran[cis]co de la Crus Fiscal manor Pasqual de San Jua[n] teopantopile destigo Don nadres de Santhiago es[criba]no de la santa yglesia.

75Voilà tout. J’achève ma déclaration, moi qui suis malade, devant Dieu et mes exécuteurs testamentaires et mes témoins qui certifieront mon testament devant Dieu. Don Gabriel de San Juan, ancien alcalde, exécuteur testamentaire, don Francisco de la Cruz, fiscal menor, Pasqual de San Juan, teopantopile, témoin. Don Andrés de Santiago, notaire de la sainte Église.

Notes

1 Ces testaments proviennent de l’Archivo Parroquial de Calimaya (ci-après APC) et ont été transcrits par Alfredo Ramírez Celestino et moi-même lors d’un séjour à la paroisse de Calimaya en 1988-1989. Ils couvrent les années 1672 à 1798.

2 Voir par exemple Frances Berdan et James Lockhart, Beyond the Codices, The Nahuatl View of Colonial Mexico, Berkeley and Los Angeles, UCLA, Latin American Center, University of California Press, 1976, Luis Reyes García, Documentos sobre tierras y señoríos en Cuauhtinchan, Mexico, Coédition Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social. Fondo de Cultura Económica. Quinto Centenario et Gobierno del Estado de Puebla. 1988.

3 On trouve ces exemplaires dans les sections Tierras et Civil de l’Archivo General de la Nación (ci-après AGN) de Mexico. Par exemple : Tierras, 2079, exp. 6, ff. 3r-v (1761, San Andrés Ocotitlán) ; ff. 13r-14r (1756, San Andrés Ocotitlán) ; Tierras, 2222, exp. s/n, ff. 308r-320r ; Civil, 644 : 39 testaments de la paroisse de Calimaya.

4 Voir par exemple, AGN, Tierras, 2222, ff. 363r-388r, San Agustín Mexicapa.

5 Voir AGN, Tierras, 2079, exp. 6, ff. lr-26v ; plaintes de Sebastián Fabián, de San Andrés Ocotitlán, présentée à l’alcalde mayor de Tenango del Valle puis au Juzgado General de Naturales, à Mexico. Voir également plainte de Ignacio Martin et Joseph Santos, présentées par Juan Anastasio Cervantes, procurador de indios, à l’alcalde mayor de Tenango del Valle et au Juzgado General de Indios, en 1765.

6 Certains testaments ont fait l’objet d’un soin particulier. Néanmoins, quelques exemplaires, de la fin du xviie siècle, parfois très succints, indiquent que les notaires non seulement ne suivaient aucun modèle mais ignoraient l’ordre de construction d’un testament. Ainsi, certains testaments sont-ils dépourvus de date ou de signature ; souvent, la localité de résidence du testateur est absente. Ces exemplaires de testaments, apparemment inachevés, se trouvent dans APC, Boîte 130, enveloppe n° IV, 1676, San Antonio la Isla et enveloppe n° II, 1682, provenance inconnue. Les testaments des boîtes 130 et 140 des archives paroissiales de Calimaya (APC) ne sont pas classés, aussi leur ai-je attribué une numérotation.

7 James Lockhart, Nahuas and Spaniards, Posconquest Central Mexican History and Philology, Nahuatl Studies Series, n° 3, Los Angeles, Stanford University Press, UCLA, Latin American Center Publications, University of California, 1991 ; voir chap. 7, p. 105-121 et chap. 8, p. 135-140.

8 Lockhart reproduit trois testaments de San Lucas Tepemaxalco : un de 1731, écrit par le notaire Anastasio de Benavides, un de 1735, de Leonardo de la Cruz et un dernier, daté de 1736, rédigé par Domingo Ramos ; ibidem, p. 135, 136 et 138. Ces testaments se trouvent dans AGN, Tierras, 2541, exp. 9, folio 6 et AGN, Tierras, 2541, exp. 9, ff. 33r-v.

9 Idem, p. 108, p. 112 et p. 135-140.

10 À ces « erreurs » s’ajoutent les « fautes d’orthographe » que l’auteur a soigneusement relevées, telles par exemple le hu remplacé par chu et formant par exemple le mot ychuan au lieu de yhuan, « et ».

11 D’un exemplaire de testament à un autre, le même notaire peut, soit s’exprimer dans un nahuatl correct, dénué d’hispanismes et de fautes de transcription, soit commettre bien des erreurs. Les exemples que je donne à la suite de cet article sont particulièrement révélateurs de l’hétérogénéité du nahuatl écrit, due au manque de règles stables.

12 Ces formules sont très variables ; leur contenu repose en grande partie sur les dévotions propres à chaque testateur.

13 La comparaison entre les textes y est présentée par des parties de textes soulignés. « Mamocenquisca yectenehuallo yni tlaçomahuistocatzin yn dios tetatzin yn dios ypiltzin yn dios espirito santo mahimochihua ame Jesus maria y Juçep », ou bien (les divergences sont soulignées dans les deux textes) « Masenquisca yectenehuallo yni tlaçomahuistocatzin yn Dios tetantzin yn dios ytlaçonmahuispiltzin y dios Espiritu santon mahimochihua ame Jesus maria y Jusep ». Notons l’oubli du réflexif mo de mamocenquisca dans le deuxième texte (macenquisca) et l’ajout d’un n dans tetantzin, « notre père »(deuxième texte). Dans le second texte Jésus est décrit comme « (son) fils bien-aimé » – ytlaçonmahuispiltzin – alors que dans le premier il est simplement désigné comme « (son) fils » – ypiltzin – Ce sont deux testaments rédigés par Andrés de Santiago. Le premier est celui de Martina de la Cruz, daté du 4 novembre 1692, in APC, Boîte 130, enveloppe n° I, testament n° 6. Le second est celui d’Agustina Angelina, daté du 4 septembre 1698, in APC, Boîte 130, enveloppe n° II, testament n° 36.

14 Testament d’Antonio de la Cruz, 12 novembre 1773, in APC, Boîte 140, n° 12. Le texte nahuatl est le suivant : « Mamocenquisca yecteneuhtzino yni tlasomahuistocatzin D[io]s ytlasopiltzin D[io]s espliri]tu S[an]lo yeintintzitzin personas ynic nitlaneltoca ca san huel yseltzin no nicnonelloquitia ynotlasomahuisnantzin S[an]ta maria mochipan huel neli y[c]hpotzintIi ». Dans ce testament il faut remarquer les contractions des deux n dans ynotlasomahuisnantzin, « ma bien-aimée mère », au lieu de yn notlasomahuisnantzin. Cette forme de raccourci est très fréquente dans les testaments de la paroisse de Calimaya ; elle résulte des contractions propres au nahuatl ; quand il est parlé, la consonne de l’article yn, – le, la, les – et celle de l’adjectif possessif no, – mon, ma – ont tendance à devenir, dans les textes, des consonnes géminées.

15 Testament de Rosa María, 6 novembre 1782 in APC, Boîte 140, testament n° 6. Transcription : « Ynica ytocatzin y S[antis]S[i]ma trinidad D[io]s tetatzin yhuan D[io]s ytlasopiltzin yhuan D[io]s espiritu S[an]to yeintintzitzin theotlacatzitzintin personas ca san huel yseltzin theol D[io]s [...] yhuan nicnoneltoquitia yn tonantzin S[an]ta yglecia. » La formulation initiale : « Au nom du vénéré Dieu le père » revient souvent chez ce notaire. Dans un testament qu’il a rédigé en 1781 il emploie la formule : « Au nom de la bien-aimée sainte Trinité » (testament de Feliciana María, 4 décembre 1781 in APC, Boîte 140, testament n° 4). Notons aussi que ce notaire écrit « theol Dios », littéralement « Dieu, Dieu ». En important à la fois le terme indigène teotl et le mot espagnol « dios », le notaire confirme la volonté du testateur de nommer « son » dieu dans les langues véhiculaires, porteuses de christianisation.

16 Fray Alonso de Molina, Confessionario Mayor en la lengua mexicana y castellana (1569), Mexico, Edition facsimilée, Universidad Nacional Autónoma de México, 1984. Molina préconisait d’initier les testaments par l’énoncé suivant : « Ynica ytocatzin, tetatzin, yuan tepiltzin, yua[n] sp[irit]u sancto : nicpehualtia no testamento », soit : « Au nom du père, et du fils et du saint esprit, je commence mon testament ».

17 Les familles de la Cruz et de Santa Maria descendent des lignages tlatoani – seigneurs naturels – de la région. Elles possédaient des biens dans la cabecera de Calimaya mais aussi dans les villages sujets qui en dépendaient. Ces deux familles sont très souvent associées au gouvernement des républiques indiennes. Par exemple, dans le Codex de San Antonio Techialoyan, qui date du début du xviiie siècle, le gouverneur du village s’appelle don Miguel de Santa Maria Axayacatl, un autre personnage, Juan de la Cruz, est tepixque, « gardien » des biens communautaires, et don Esteban de la Cruz quant à lui est tlayacanqui, « capitaine », « chef ».

18 Nous nous appuyons ici sur le testament de Juan Alonso, rédigé par don Bernardo de la Cruz, daté du 14 novembre 1692 in AGN, Civil, 644, ff. 66r-v, ainsi que sur un testament rédigé par don Lorenzo de Santa María : testament de María Juana, du 15 novembre 1692 in APC, Boîte 130, enveloppe n° I, testament n° 17.

19 « Axca mierconles ypan yey tonnatin te april te 1697 anos axca mierconles nichihuan notestamento. » Testament de Tomás de la Cruz, in APC, boîte 130, enveloppe n° 1, testament n° 4.

20 « Axca martes mani meztli a 12 de Febrero D[e] 1697... » Testament de Lucía María in APC, boîte 130, enveloppe n° I, testament n° 13.

21 « Axca martes a 14 de Nobienbre de 1692 años. » Testament de Juan Alonso, rédigé par Bernardino de la Cruz in APC, boîte 140, testament n° II.

22 « Axca lunes a 9 de mayo de 1707 años » et « Axca domingo 20 días del mes de abril de 1721 ». La première formulation revient à Marcos de los Santos, notaire à Calimaya, et la seconde à Diego Martín, notaire à San Antonio la Isla.

23 « Axca martes y chicuey tonali de mayo yhuan xitlacpohualli año de 1753 años... » Testament de Juan Miguel in APC, boîte n° 130, enveloppe n° II, testament n° 17.

24 Par exemple Lucas Juan, notaire à Santa María la Asunción, exprime la date en ces termes : « En once días del més de junio de mil setecientos y sinquenta y quatro años » et Luis Nuñez, notaire à San Lucas Tepemaxalco, de la façon suivante : « A 12 días del mes de octubre de 1756 años ». Testaments in AGN, Civil 644, testament n° 2 et A.P.C., boîte 130, enveloppe n° II, testament n° 19.

25 Par exemple : « Axca yn tonali A 10 días de Nobiebre de 1756 años » ; testament de Martín Melchor, rédigé par le notaire Matías Ortíz, de San Liguel Chapultepec in APC, boîte 140, testament n° 40 et : « Ypa yni tonali miercoles a 2 de mayo yhua xihuil de 1759 años » ; testament d’Alonso Cristobal, élaboré par Luis Martín de Francia, notaire à Santa María la Asunción, in AGN, Civil, testament n° 38.

26 « Ca san ixquich nictzoquixtia nodestamento yxpantzinco dios yhua ynimixpa nodestigohua yhua noalbasea yhua yquineltilisque ynococoxcatlatol yxpantzinco dios » ; testament de Agustina Angelina, 4 septembre 1698. rédigé par Andrés de Santiago in APC, boîte 130, enveloppe n° II, testament n° 36.

27 « Ca ye nictzoquixtia ynococoxcatlatol nicocoxqui ca ye imixpa notestigohua... » ; testament de Bartolomé Jacinto, réalisé par Diego Martin, notaire à San Antonio la Isla, 20 avril 1721 in APC, boîte 130, enveloppe n° IV, testament n° 4.

28 Par exemple, testament de Feliciana María, du 5 novembre 1781 in APC, boîte 140, testament n° 49.

29 Voir tableau n° 1 : Lorenzo de Santa María, en 1694 et Antonio de los Santos, en 1697.

30 Le fiscal est un personnage chargé d’entretenir l’église ; il veille notamment à son embellissement. Cette charge est annuelle et constitue un titre honorifique.

31 La paroisse franciscaine de Calimaya et Tepemaxalco a été fondée par fray Jerónimo de Mendieta, dans le cadre des congrégations d’Indiens, à partir de 1557. Voir Peter Gerhard, Geografía Histórica de la Nueva España. 1519-1821, Mexico, Universidad Nacional Autónoma de México, 1986, p. 280.

32 Voir tableau n° 2, dans la colonne « signature ».

33 Voir tableau n° 2 : « es(criba)no de la cofradía. »

34 Le fiscal mayor est le fiscal le plus important. Voir note 30.

35 L’agave est une plante d’origine mexicaine connue sous le nom de maguey au Mexique ; c’est l’Agave Mexicana.

36 Dans cette paroisse, la cour céleste est composée de la Vierge Marie et saint Michel, saint Pierre et saint Paul, saint Jean-Baptiste et saint François. Saint François est le fondateur du tiers ordre franciscain dit de la Pénitence. Une chapelle du tiers ordre franciscain a été construite à Calimaya par les pères évangélisateurs dès la fondation du monastère ; elle jouxte d’une part la chapelle ouverte, dédiée à la Vierge et, d’autre part, le monastère, placé sous l’invocation des saints patrons saint Pierre et saint Paul. Ainsi, l’apparition de la trilogie : saint François, saint Pierre et saint Paul, associée dans le testament à la Vierge Marie, résulte en une invocation qui place au premier plan les espaces cultuels du monastère de Calimaya à cette époque. Il ne s’agit en aucun cas d’une formulation qui répond à un modèle général mais d’une expression propre à cette paroisse et certainement suggérée par les pères franciscains.

37 Un tomín est un réal ; il équivaut à un huitième de peso de oro común ou peso de a ocho, la piastre.

38 Elle possède deux metlame – pluriel de metlatl. Il s’agit de pierres à moudre le maïs. Le metlatl, objet massif de forme rectangulaire, est une meule dormante.

39 La Vierge de la Soledad est souvent citée dans la paroisse de Calimaya où un culte lui était rendu. Elle est proche de la Mater Dolorosa, représentée au pied de la croix, le cœur poignardé par la douleur. Les représentaitons de la Vierge de la Soledad ont été introduites en Nouvelle-Espagne dans la seconde moitié du xviie siècle, peu de temps après leur diffusion en Europe.

40 Sur l’agave et le pulque, voir Dominique Fournier, « Le sacrifice humain chez les Aztèques : question de technologie ? », in Techniques et culture, 5, 1985, p. 49-72.

41 Ibidem, p. 59.

42 Agustina Angelina précise dans son testament que les agaves sont destinés aux « saints vénérés » et pour « aider les âmes ». Voir § 4, document n° 2.

43 Voir § 6 et 7, document n° 2.

44 Voir §2, document n° 2.

45 Voir § 2 et 4, document n° 2.

46 Voir Dominique Fournier : « Les vicissitudes du divin au Mexique. L’évêque, le juge et le pulque » in Le Ferment divin, dir. par Dominique Fournier et Salvatore d’Onofrio, Paris, Collection Ethnologie de la France. Regards sur l’Europe, Maison des Sciences de l’Homme, 1991, p. 225-240. Sur la notion de « péché » voir p. 229.

47 La cabecera de doctrina est le chef-lieu de la paroisse, la visita de doctrina est un village qui dépend de la cabecera pour l’administration religieuse.

48 Le maïs est semé alors que l’agave se cultive en transplantant des drageons.

49 Les livres de la confrérie de Jésus Nazaréen se trouvent dans APC, boîte 111, livre n° 3 (V-2). Pour les dépenses de la confrérie, voir ff. 2r-3v et, pour le prix des agaves, voir ff. 59v et 78v.

50 Le prix de vente du pulque produit par un agave nous a été fourni par un des livres de la confrérie de Nuestra Señora de la Natividad, fondée par les Indiens de San Lucas Tepemaxalco, dans leur village. Le texte aquel nous nous référons est le suivant : « 39 pesos de catorce magueyes que se rasparon », soit « 39 pesos provenant de 14 agaves qui ont été castrés ». La castration est l’opération d’extraction du bouton floral de la plante. Cette opération annonce l’exploitation de la plante par extraction de la sève. Livre de confrérie in APC, boîte 113, livre n° VIII-1, f. 3 1r.

51 Le metlatl est une pierre à moudre le maïs, une meule dormante.

52 Le terme cuezcomatl désigne un grenier dans lequel est conservé le maïs.

53 Sur le personnage du fiscal, voir note 30.

54 L’alcalde est un juge. Membre du gouvernement communal, il assiste le gouverneur de la république d’Indiens.

55 Le terme teopantopile signifie « alguacil de l’Eglise ». L’alguacil est un membre chargé de veiller sur les biens de l’église et leur entretien. Cette charge est proche de celle de fiscal, elle est également de nature honorifique.

56 Le metotonti est le « petit agave ». Il s’agit des drageons récemment transplantés. Ces jeunes plantes assureront l’avenir des trois filleuls de la testatrice.

57 Agustina Angelina considère déjà qu’elle fait partie des Ánimas. Âmes du Purgatoire, étant donné qu’elle emploie la formule « nous » losqu’elle s’y réfère. Elle requiert de son beau-frère qu’il voue une partie du produit des agaves à l’exécution d’un culte pour les « âmes », et pour« aider son âme ».

Notes de fin

1 Je tiens à remercier vivement Alfredo Ramirez Celestino de l’aide qu’il m’a apportée pour traduire ces deux testaments.

Table des illustrations

Titre tableau 1. Signatures des notaires au xviie siècle
Légende Sources : A.P.C., boîtes 130 et 140 et A.G.N., Civil, 644. Dans ce tableau, le B. signifie Boîte et le C. Civil.Note. 1 Les textes mis entre crochets ont été reconstruits par nous-mêmes.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/1402/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Tableau 2. Signatures des notaires au xviie siècle
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/1402/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Sources : A.P.C., boîtes 130 et 140 et A.G.N., Civil, 644.Note 1. Teopanquiahuac est un des quartiers de San Pedro Calimaya. Il en est de même pour les toponymes de Teopantonco et Teopancaltitlan.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/1402/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre tableau 3. Héritage, parenté et obligations familiales. Biens cédés par Agustina Angelina aux divers membres de sa famille et aux confréries
Légende Sources : A.P.C., boîte 130, enveloppe n° II, testaments n° 36 et 41
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/1402/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Légende Situation géographique de Calimaya dans la Valée de Toluca
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/1402/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 513k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540