Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Indes occidentales à l’Amérique Latine. Volume 1

 | 
Thomas Calvo
, 
Alain Musset

Chroniques du quotidien

Les fantasmes d’une société en Andalousie au début du xviie siècle

Pierre Ponsot

Texte intégral

1Chaque individu ou groupe humain, en tout temps et en tout lieu, a ses désirs plus ou moins secrets, ses fantasmes et ses chimères. Leur réalisation se heurte à l’environnement, au temps que l’on vit, à l’État et à l’Église gardiens de l’ordre établi. Les ouvertures possibles sont le dynamisme individuel et la chance. Cette dernière peut parfois prendre le visage de l’État, lorsque celui-ci, aux abois, doit desserrer son étreinte, transgresser les normes qu’il a lui-même édictées.

2Une telle chance fut offerte par Philippe IV à ses sujets castillans plusieurs fois au cours de son règne. Pour mettre en œuvre les ambitieux projets de son ministre-favori Olivares, il fallait beaucoup d’argent et très vite. Augmenter encore les impôts traditionnels paraissait impossible à tous les conseillers : on risquait de graves troubles. Le comte-duc reprit alors une idée géniale déjà essayée par Philippe II (en 1590) et par Philippe III (en 1603, sans succès). Il s’agissait de vendre aux sujets ce qui ne coûtait rien à l’État, du vent en quelque sorte : certains objets de leurs aspirations, du paraître et du rêve, ou du concret mais ne rapportant rien au Trésor royal. Et ceci en débattant le prix avec eux. Bien entendu, les dons patriotiques gratuits seraient les bienvenus. Officiellement, les sujets faisaient un don à leur souverain, pour une grande cause : la victoire de l’Espagne sur ses ennemis, le refoulement du protestantisme par le catholicisme. D’où le nom de Donativo donné à cette opération fiscale, qu’Olivares rendit périodique, quasi institutionnelle. Il en fut ainsi négocié en 1624-25, 1629, 1632, 1635, 1640. Après cette date, le royaume apparut tellement saigné et réticent que le successeur d’Olivares se limita à tendre la main aux plus riches, aux villes, aux officiers de l’État.

3Les Donativos d’Olivares constituent une source d’histoire sociale et des mentalités par l’ampleur de leur cible : tout sujet possédant un peu d’argent, sans discrimination. Le conseil de Castille, sans nul doute inspiré par le favori, exprime bien cette universalité en 1632 :

  • 1 Cité dans Dominguez Ortiz : Politica y hacienda de Felipe IV, Madrid 1960, p. 301.

« L’afflux de la demande d’argent suppose que chacun donne, fût-ce en petite quantité. Le moyen de l’obtenir est de parler avec tout le monde, de manière que le maître comme son épouse, ses fils et ses serviteurs donnent ce qu’ils veulent ; il est juste cependant de faire comprendre à chacun l’obligation qui lui incombe conformément à ses obligations et à son avoir, étant donné la situation dans laquelle je me trouve et la nécessité d’accourir à la défense de notre religion sacrée. Ainsi les commissaires doivent accomplir ces démarches auprès de tous [...] sans omettre la plus pauvre auberge, une seule exploitation [...] non seulement dans les maisons des maîtres mais dans celles de leurs domestiques, réclamant au mari et à l’épouse, aux fils, aux valets et servantes, en prenant pour règle de ne laisser aucune personne en dehors de la quête, fût-ce le valet de charrue ou le pâtre1. »

  • 2 Biblioteca Nacional, Madrid, mss, 6763. Il est probable qu’il s’agit d’une copie d’un document de (...)

4Les historiens n’ont jusqu’à présent utilisé ces documents que du point de vue de l’histoire administrative et financière, et encore parcimonieusement. Je voudrais montrer qu’une lecture différente est possible, dans la perspective de la connaissance de la société et de la place qu’y occupent les individus, des représentations sociales et des mentalités. Je n’analyse qu’un petit segment de cette source, se rapportant à une partie de l’Andalousie à une date donnée. Une utilisation de plus grande envergure est bien entendu souhaitable. La date du document pose problème, vu qu’elle ne figure pas dans le texte2. En fait, plusieurs indications internes ne laissent de choix qu’entre deux dates : 1625 et 1629. Je présente ces données en annexe. Du point de vue de l’utilisation en histoire sociale des mentalités cette alternative n’a aucune incidence. Tout au plus la conjoncture politique est-elle différente. En 1625, le Donativo aura bénéficié de l’euphorie de « l’année des miracles » : plusieurs succès militaires laissaient bien augurer de la politique offensive du comte-duc. En 1629, c’est plutôt l’année de tous les dangers, avec le début de la guerre contre la France et les protestations contre les projets de réformes internes de la Grande Junte. Si l’humeur des Castillans a pu en être affectée, cela ne peut modifier que leur propension à verser, pas le choix des contreparties réclamées.

5La population couverte par notre Donativo est répartie sur trois anciens « royaumes » de l’Andalousie : Séville, Cordoue et Jaen. Le premier est de loin le mieux représenté, ce qui correspond à sa supériorité en peuplement et en richesse, grâce surtout au grand commerce. Toutefois, il n’est pas exclu que des Andalous de ces provinces aient souscrit ailleurs, notamment à Grenade et à Madrid. Certains calculs de richesse ou de degré de patriotisme seraient donc aléatoires. Au total, nous atteignons 653 souscripteurs de toute catégorie. Ils se répartissent, en grandes masses, entre 97 agglomérations (cités, villes, villages), 46 institutions ou groupes professionnels, et 510 individus, parfois associés par deux ou plus ; je les ai dissociés chaque fois qu’il s’agissait d’une simple facilité de paiement ; en revanche, je les ai conservés ensemble comme unité lorsqu’ils réclamaient quelque contrepartie indivisible.

  • 3 Relevés personnels dans des livres de comptes de laboureurs.

6Une difficulté technique rend un peu délicate l’utilisation des données chiffrées. Elle concerne les unités monétaires. Si la conversion des reales et des maravédis en ducados ne pose pas de problèmes, la mention fréquente de versements en piata doble est difficile à interpréter. J’ai regardé tous les dictionnaires, feuilleté tous les ouvrages spécialisés, consulté les historiens-experts : aucune définition claire de « l’argent double » n’a surgi. Cependant, j’ai rassemblé un faisceau de présomptions qui m’a permis de faire un choix. Il s’agit vraisemblablement de pièces d’argent de quatre ou huit réaux (les fameuses piastres), ces dernières de frappe déjà ancienne, qui avaient tendance à disparaître de la circulation. Le ducat, lui, est une monnaie de compte, les paiements stipulés sous son nom étaient donc effectués avec lesdits réaux. Ces bonnes pièces étaient acceptées avec une prime (un premium) par rapport aux autres monnaies réelles. J’ai retenu comme prime, un peu arbitrairement car il s’agit en fait de deux primes différentes, faute de mieux, le premium de l’argent sur le cuivre (vellon), calculé par E. J. Hamilton ; en 1625 il était de 12,24 %, en 1629 de près de 17 % (on voit là les effets de la conjoncture sur les capacités de paiement des gens). J’ai adopté le dernier pourcentage parce que je crois que le document a plus de chance de dater de cette année-là. L’incidence sur mes conclusions est d’ailleurs minime. Rappelons que le ducado castillan est une grosse unité de compte, comparable aux ducats italiens ou au florin. Il valait à l’époque 375 maravédis, soit à peu près 11 réaux ; pour donner une idée approximative de son pouvoir d’achat, indiquons qu’au début du xviie siècle un bœuf pouvait valoir entre 220 et 480 réaux, un cheval autour de 50 réaux3.

7Un classement par ordre d’importance des versements n’offre qu’un intérêt relatif : il reflète à peu près la puissance et la richesse des donateurs. Ainsi, parmi les grandes villes, on ne s’étonnera pas de voir Séville en tête, avec l’énorme somme de 475 000 ducats. Cordoue suit avec 200 000, mais Cadiz est à la traîne avec seulement 30 000. C’est Ecija qui prend la troisième place avec 82 500, or ce n’est pas un centre commercial, seulement un gros centre agricole. Derrière se dessine un ensemble de petites villes avec des versements compris entre 16 000 et 40 000. Puis viennent les villages qui offrent quelques centaines de ducats, les derniers descendant à 100. L’effort consenti est fonction des revenus municipaux, mais aussi de l’objectif poursuivi : on se saigne pour satisfaire une vieille revendication.

8Chez les groupes et institutions, l’opulent archevêché de Séville (avec sa cathédrale et ses chanoines) tient la tête, mais la médiocrité de la somme, 40 000 ducats, surprend. La mitre de Cordoue est absente de nos listes ; seul figure le Chapitre pour une somme assez rondelette. L’évêché de Cadiz lui aussi manque (ce qui confirme nos soupçons sur l’existence de versements ailleurs). Arrive en second la Casa de la Contratación de Séville, avec la modeste somme, vu la renommée de l’établissement, de 21 333 ducats, mais rappelons qu’il ne s’agit que de fonctionnaires ; les grands marchands, eux, sont représentés par le consulat, qui n’apparaît pas ; le palmarès en serait probablement changé. L’hôtel des monnaies de Séville prend la troisième place : ses officiers ont fait un gros effort. Nous n’avons pas toutes les « Nations » étrangères de Séville et autres ports, qui ont dû subir une forte pression. Les Français ont sans doute déjà été trop pressurés, car ils n’offrent qu’une bien maigre somme – mais peut-être la plupart ont-ils quitté ce pays en guerre avec le leur. Cependant les Flamands et les Allemands ne font guère mieux : crise économique oblige ? Le reste est constitué par des fonctionnaires qui se sont regroupés pour faire aboutir une demande commune.

9La source ainsi calibrée, avec ses manques et ses ambiguïtés, passons au véritable but de l’analyse : les motivations des donateurs. Remarquons en préliminaire que celles-ci ne peuvent pas recouvrir l’universalité des passions et des rêves des humains. Leur sphère est circonscrite aux domaines où intervient l’État. Or l’État d’ancien régime, si totalitaire soit-il, ne pouvait pas intervenir dans les domaines réservés de l’Église, ni dans ceux du droit privé, du travail et de l’économie notamment.

10Les 97 villes et villages versent 71,7 % du total. Le tableau n° 1 ci-dessous classe leurs demandes :

11On peut répartir les demandes en trois catégories. Les honneurs, d’abord ; deux « villes » payent pour devenir « ciudad », Bujalance et Carmona, deux grosses agglomérations en rivalité avec leur capitale provinciale toute proche ; il leur en coûte quelque 10 000 ducats. Six villages (pueblos) veulent devenir des « villes » : le coût varie entre 1 250 et 7 000 ducats. Des moyens pour l’administration ensuite, sous trois formes. Les villes réclament des offices municipaux nouveaux ; le plus souvent il s’agit d’un chef de la police (alguacil mayor). En réalité, presque toujours, il ne s’agit pas de création, mais de rachat, une municipalisation ; en effet, les offices d’alguacil étaient restés propriété royale (droit de nomination), ou avaient été aliénés à des particuliers (c’est le cas de Jerez, qui rachète à un habitant le bâton d’alguacil mayor que celui-ci avait jadis acheté du roi, contre 24 500 ducats). La levée de taxes nouvelles est de loin en tête, avec plus de 80 % des demandes ; ces arbitrios seront ensuite soit payés par les consommateurs sous forme d’octrois ou de taxe sur les denrées, soit (plus rarement) répartis entre les contribuables par repartimiento. La permission de défricher des terres publiques, qu’elles soient royales ou municipales, est un autre moyen pour une ville de se procurer des ressources, en revendant ce droit d’usufruit à des particuliers ; leur petit nombre et leur faible pourcentage surprend : indiquent-ils que la « faim de terre » était réduite en cette période du début de la grande récession ? Troisième et dernière catégorie de versements : les désintéressés, sans contrepartie royale ; elle représente moins de 10 % du total, mais on aurait pu s’attendre à moins ; traduisent-elles le pur patriotisme royaliste, ou la bonne santé de certaines finances municipales, et pour les particuliers la prudence ?

12Les groupes professionnels et les institutions ne versent que 9 % du total. Leurs désirs sont résumés dans le tableau n° 2 (voir page suivante).

13La majorité des demandes porte donc sur la perpétuation, c’est-à-dire le caractère héréditaire, d’un office. C’est normal, les officiers se sont groupés pour obtenir collectivement, au sein d’une même institution, ce privilège ; en cas de dissension, on fait bande à part en versant à titre personnel. Par exemple, 19 jurats et 15 échevins (regidores) d’Ecija, 16 échevins de Jerez, les 30 jurats de Cordoue, les employés de la douane de Séville, les officiers de la Contratación de Séville (contre 21 333 ducats), les 21 officiers et employés de la Monnaie de Séville, etc. Le prix d’une perpétuation semble tarifé en fonction de la nature de l’office et de l’importance de la ville. Les autres demandes ne concernent que un à trois cas. Les 14 contremaîtres (capataces) de l’hôtel des monnaies de Séville achètent leur charge. Deux chapelles Saint-Louis de Français résidents veulent en fait lever une petite taxe sur leurs compatriotes. Les agents de commerce (Corredores de Lonja) de la Bourse de Séville, qui jouissent déjà du monopole des transactions, ne veulent plus relever de la justice de la Bourse mais de la justice ordinaire royale (la Audiencia) lorsqu’ils devront rendre compte de leurs activités (Juicio de Residencia). Les chartreux de Séville veulent pouvoir acheter librement six arrobes de poivre au Portugal et ne pas payer de droit sur la chaux. Les jésuites d’Ecija placent leur argent en achetant une rente foncière (censo). Le Chapitre de la cathédrale de Cordoue verse une bonne somme (12 000 ducats) pour que le roi confirme son Statut de Pureté de Sang ; il s’agit là d’un cas attardé, tous les Chapitres ont acquis ce statut d’exclusion raciale au xvie siècle ; il serait donc intéressant de connaître les raisons du retard, de la résistance des Cordouans devant la vague antisémite. La majorité, plus de la moitié des groupes et institutions, répond sans condition à l’appel du roi : on peut soupçonner qu’ils espèrent ainsi acheter la future bienveillance de l’État.

14Les particuliers, en dépit de leur nombre (510), n’ont pas versé autant que les municipes, un peu moins du cinquième du total. Récapitulons leurs demandes dans le tableau n° 3 (voir page suivante).

  • 4 Nous touchons là à la question si importante et si rarement traitée de la corruption dans l’Espagn (...)

15Les particuliers manifestent une gamme de souhaits nettement plus étendue que les villes ou les institutions : une vingtaine de genres, que l’on peut regrouper en cinq grandes catégories. La première tient à la fois de l’honneur et de l’intérêt pécuniaire. Les achats d’office, ou plus rarement la permission d’en jouir lorsque l’impétrant ne remplit pas les conditions requises, arrivent en tête de la liste, avec un grand quart des demandes et près de la moitié des versements. Avec les perpétuations, les offices atteignent 39 % des demandes et 56 % des sommes versées. On ne peut mieux souligner l’importance de l’office dans l’imaginaire ; c’est l’un des premiers buts de tout nouveau riche, le premier degré de la consécration, et l’honneur rejaillit sur la postérité comme sur toute la famille (une partie des sollicitations est en faveur d’un fils ou d’un frère). Il arrive même que, l’office obtenu, l’on cherche à augmenter le degré d’honneur qu’il assure ; exemple cet alcaide de la forteresse de Bujalance qui désire que sa charge ait la prééminence sur d’autres dans la même ville (question de préséance dans les cérémonies). Les offices ont une valeur hiérarchisée bien établie. S’il a peu d’argent, un citadin en demande un dans un village éloigné, ou bien en ville il se contentera de l’une de ces multiples charges de notaire ou de secrétariat d’une institution (escribanía), ou encore d’une charge de procureur, dépourvue de véritable fonction. Il lui en coûtera quelques centaines de ducats. Pour siéger dans un conseil de ville comme échevin (regidor, ou veinticuatro) ou sous-échevin (jurado) il devra débourser entre 200 et 700 ducats, mais dans un bourg uniquement, car dans les bonnes villes les places sont prises depuis longtemps. L’alguacil est un homme d’armes, il touche au plus noble des services publics, son office vaut donc assez cher, de 600 à 4 000 ducats : le plus souvent quelques milliers, même dans un village. Pour réaliser son rêve il faut parfois accepter une charge dans un endroit bien éloigné de sa résidence, un village perdu dans la Sierra, ou aux Canaries, où l’on n’ira naturellement jamais : l’essentiel est d’enrichir sa carte de visite ! Cependant, certains offices rapportent un revenu non négligeable ; non pas directement, en émoluments (rarement payés), mais indirectement, en donnant accès à d’innombrables petits trafics d’influence4.

16Si l’honneur s’acquiert, même s’achète, il se perd aussi et il se restaure. Les bâtards en sont dépourvus dès leur naissance, la grâce royale peut le leur conférer... si leur père possède quelques ducats. Il faut croire que l’observance par les Andalous du sixième commandement de Dieu était bonne puisque trois personnes seulement sollicitent cette grâce, dont un amiral gaditan. Une condamnation par un tribunal était une tache sur l’honneur d’une famille ; le roi encore pouvait l’effacer. Plus de cent personnes se font ainsi blanchir, en versant plus de 8 % du montant du Donativo. Quelques-uns se font ainsi pardonner une fraude fiscale, dont un Français qui obtient l’exemption de l’embargo de ses biens. D’autres condamnations diverses, plus ou moins bénignes, ne portant pas sur des crimes, sont rachetées ; il s’agit le plus souvent du bannissement. Mais c’est la condamnation pour crime, en général aux galères, parfois à la peine de mort, qui arrive en tête de ce genre de grâce, avec plus de 16 % des demandes et 3 % des versements. Le prix du sang varie de 20 à 300 ducats, il tourne en moyenne autour de 50 et 100 ducats. On est frappé par la modestie de ce prix. Les 20 ducats, il est vrai, rachètent d’un crime bien léger, aux yeux de la morale sociale du siècle : le meurtre d’un esclave. Un propriétaire achète le pardon pour son esclave, qui a occis sa propre femme, pour 40 ducats. La vie d’un comédien vaut encore moins cher : 36 ducats, pas plus, pour le meurtre d’au moins deux de ces marginaux. Petites gens, petit prix. Autre sorte de meurtre : l’avortement, pourtant fermement condamné par l’Église, est pardonné contre 50 ducats (deux cas). Beaucoup plus grave est l’enlèvement d’une religieuse, si fréquent d’après la littérature ; un noble cordouan doit payer 1 000 ducats pour se racheter.

17Autre privilège honorifique, celui de rouler carrosse, très convoité par les riches roturiers, les marchands notamment ; cinq Andalous l’obtiennent contre 36 à 50 ducats, une bien petite somme. L’honneur suprême, l’aspiration de tout homme de bien et de biens, c’était la qualité de noble. Le roi seul peut anoblir. Philippe IV, à l’occasion du Donativo, l’accorde à dix Andalous, pour 1 384 ducats en moyenne (minimum 400, maximum 4 000). Cette faveur suprême est parfois le résultat d’une transaction après un procès entre le roi et un sujet : c’est le cas de deux frères d’Utrera, dont l’un est échevin, à qui Philippe II avait promis 12 000 ducats pour les dédommager de la non-jouissance d’un office en Sicile « qui s’était avéré incertain » (que salio incierto) : l’office lointain, mais sûrement important, avait été octroyé à notre regidor pour l’honorer lorsqu’il avait épousé une demoiselle de la suite de la reine (ce qui était déjà une récompense, plutôt qu’une histoire d’amour !). La somme ne fut naturellement jamais payée. Utrera faisant partie de « la terre » de Séville, la cité, très jalouse de ses droits, ou, mieux, soucieuse de restreindre les privilèges fiscaux à une caste fermée, s’était opposée à l’octroi de la noblesse aux deux frères ; le Donativo est l’occasion de sortir de cet imbroglio pour 2 000 ducats.

18Une seconde catégorie de demandes touche à des points de droit privé. Bien que celui-ci soit en règle générale hors de la sphère du pouvoir royal, l’autorisation du souverain est parfois nécessaire, par exemple pour qu’une plainte en justice soit reçue dans des cas limites, ou pour terminer un procès par une transaction. Le Donativo ne comprend que cinq de ces cas, mais l’un d’eux surprend par le montant : plus de 1 000 ducats pour recouvrer une créance sur la ville de Séville ; la justice castillane prenait parfois des voies bien tortueuses. Philippe intervient encore dans les affaires familiales en permettant l’exercice d’une tutelle, douteuse en droit, ou au contraire dispense un sujet de cette obligation parfois onéreuse.

19Une troisième catégorie, tout en comportant des aspects juridiques qui font intervenir le souverain pour tourner une loi, est plus directement intéressée, pécuniairement. C’est le cas du prêt d’argent, d’abord. Le grand instrument du crédit privé, dans toutes les sociétés européennes d’Ancien Régime, c’était le censo reservativo, la « rente constituée » des Français. Il était omniprésent dans toutes les couches sociales, portant sur des sommes allant de quelques réaux aux milliers de ducats. De fait, 31 % des souscripteurs en font leur objet. Le législateur, depuis longtemps, afin de répondre aux exigences de l’Église condamnant l’usure, l’avait enserré dans un corset de réglementation. Il faut donc faire appel au roi pour imposer une rente sur des biens en dehors des normes juridiques, ou bien pour la rembourser lorsqu’elle était, cas largement majoritaire, perpétuelle. Les versements pour obtenir ce passe-droit sont modestes, de 18 à 200 ducats, mais un aristocrate en paye 460 pour une création (ses terres étaient sans doute déjà lourdement hypothéquées).

20Le grand obstacle au crédit, comme à la circulation des biens fonciers, c’était le majorat (le mayorazgo espagnol, assez différent du français). Depuis les Rois catholiques, il fallait l’autorisation royale pour en créer un, ou pour le modifier (composition, règle de succession, notamment en faveur d’une femme). Cela explique que onze sujets réclament l’intervention du souverain dans ce domaine. Il ne leur en coûte que de petites sommes, de 18 à 50 ducats le plus souvent, probablement parce que la chose était considérée comme banale, atteignable par d’autres voies plus ordinaires ; toutefois un noble paye 1 000 ducats. Les biens du majorat sont inaliénables (vinculados) : comment faire si on a un besoin pressant d’argent ? On s’adresse encore au roi pour qu’il lève exceptionnellement l’interdiction, ce que font 34 Andalous, soit près de 7 % du total, en échange de modestes sommes (de 9 à 100 ducats, une exception à 250). Le majorat et la mainmorte rendant difficile l’achat de terres, les sujets entreprenants lorgnaient sur les terres publiques, qu’elles relèvent de l’État ou des communes. Elles aussi étaient en principe inaliénables, mais une longue tradition remontant à Charles Quint justifiait la vente par le souverain en cas de grande nécessité. Dix sujets réclament donc une parcelle, ou bien la légitimation d’une usurpation toujours contestable. Ainsi, à Ecija, 14 habitants se groupent pour faire légaliser leurs empiètements, contre 1 200 ducats ; à Moron, un autre groupe d’usurpateurs offre 800 ducats pour que la justice abandonne les poursuites dont ils étaient l’objet, mais la chancellerie de Grenade s’y oppose. À Bujalance, trois habitants achètent 22 fanègues de terre royale pour 2 750 ducats. Le prix va de 4 petits ducats à 700 pour un aristocrate. La terre prenait beaucoup plus de valeur lorsque l’exploitant obtenait le privilège, contre les anciens usages, d’enclore ou de la mettre en défens à l’égard des troupeaux des tiers. Sept sujets en font la contrepartie de leur versement, qui varie de 30 à 100 ducats.

21Le commerce avec les colonies d’Amérique rapportait de juteux bénéfices, même si les risques étaient gros. Il était légalement interdit aux étrangers mais, depuis le début, ceux-ci pratiquaient une contrebande que la corruption de l’administration rendait difficilement répressible. Il était tout de même plus sûr d’acheter la grâce royale de la « naturalisation » (naturaleza) qui leur donnait les mêmes droits, en matière de commerce, que les sujets castillans. Sept étrangers demeurant à Séville profitent du Donativo pour accéder au grand trafic océanique, en échange de sommes substantielles :

  • David LANFRAN, français 425 duc.
  • Adrien LEBRONIC, consul des Français de Sanlucar 234 duc.
  • Jacques BULES, français 468 duc.
  • Ricardo SUIT, anglais 468 duc.
  • Francisco PEREZ DE HERRERA, portugais 432 duc.
  • Juan Baptista CIZMAN, flamand 936 duc.
  • Nicolas DAVEGA, portugais 877 duc.

22Un dernier service royal sollicité de la catégorie pécuniaire consiste à se faire octroyer un monopole de fabrication ou de vente, ou encore se faire céder un revenu royal, évidemment peu rentable. Un échevin d’Ecija obtient contre 2 000 ducats le monopole de la vente du savon dans sa ville. Le prieur du consulat des marchands de Séville, administrateur de la Bourse des marchandises, verse 10 000 ducats en échange du « droit de Bourse » (derecho de Lonja), une taxe sur les transactions.

23Une quatrième catégorie rassemble les demandes concernant la vie religieuse. Le roi, exerçant le patronage sur maintes institutions ecclésiastiques, disposait de nombreux « bénéfices ». Or il n’en confère aucun par le Donativo. Un seul sujet se préoccupe en cette occasion du salut de ses compatriotes, et du sien : don Fernando de Ulloa y Sandoval, échevin de Cordoue, offre 100 ducats, pas plus, pour que Philippe lui permette de fonder un couvent de Carmélites. On peut mettre dans ce groupe la ville de Lucena, qui donne 300 ducats pour qu’une taxe (arbitrios) soit levée en faveur de son couvent de Carmélites. Aussi, à la rigueur, ce Sévillan qui verse 100 ducats en échange du patronage d’une confrérie de drapiers, plus le droit d’installer le couvent de nonnes de ce même patronat dans une maison qu’il achètera. Même si les affaires religieuses pouvaient passer par d’autres canaux pour aboutir au souverain, on ne peut qu’être frappé par le peu d’empressement des Andalous à utiliser l’occasion du Donativo pour promouvoir leur catholicisme, en pleine bataille pour la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception.

24Reste une ultime catégorie de souscripteurs : ceux qui ne demandent rien, faisant donc un don gratuit, que ce soit par pur patriotisme ou avec une arrière-pensée. Ils sont 41, soit 8 % du total, et versent 19 % du montant global. Les versements s’échelonnent sur une large échelle, du minuscule 6 ducats à l’énorme 25 000, mais les moyens, entre 50 et 200, prédominent : l’attachement à la Couronne semble donc répandu dans toutes les couches de la société. Les aristocrates, cependant, se devaient de donner l’exemple. Voici leurs dons :

  • Duc de Medina Sidonia (il fournit 1 200 hommes armés en trois ans) 25 000 duc.
  • Marquis de Prieto 11 000 duc.
  • Duc d’Arcos 8 000 duc.

25autres aristocrates mentionnés (avec demande) :

  • Duc de Veraguas 100 duc.
  • Comte de Cantillana 1 050 duc.
  • Comte de Palma del Rio 700 duc.
  • Marquis de la Algaba 200 duc.
  • Comte de Alcaudete 4 550 duc.
  • Vicomte de Palenciana 1 000 duc.
  • Seigneur de La Palma 460 duc.

26Récapitulons, pour terminer, les trois grandes origines des dons :

27En résumé, la répartition entre les trois sortes de donateurs fait ressortir les municipalités, et essentiellement les grandes cités, comme le pilier des finances royales. En dépit de sa puissante volonté, Olivares n’a pas pu briser cette vieille règle. Ses successeurs en prendront acte : les futurs Donativos ne s’adresseront plus qu’à elles. Mais les institutions et les clans oligarchiques dirigeant les villes auront profité de la détresse des finances royales pour consolider leurs privilèges et leur autonomie. Telle est la conclusion à tirer sur le plan administratif et financer de cette bataille fiscale du comte-duc.

28En ce qui concerne les mentalités, qu’avons-nous appris ? Les particuliers, du Grand d’Espagne à l’humble villageois, ont profité de l’occasion que leur offrait l’État pour assouvir quelque vieux rêve, ou règlent leurs problèmes, grands ou petits. Certains sauvent leur vie, ou leur liberté. Les plus nombreux accèdent à l’office, municipal en général, que la famille convoitait depuis longtemps pour sortir du rang, ou bien le consolident dans le lignage par l’hérédité. D’autres augmentent ou bien amputent leur majorat, pour faire un placement ou pour accéder au crédit. Quelques-uns règlent des questions de famille. Des étrangers s’introduisent dans le trafic des Indes. Bien peu, paradoxalement, acquièrent une terre, ce bien si rare, ou l’affranchissent de pesantes tutelles collectives par l’enclosure. L’honneur, lié aux titres, aux offices, au statut dans la société, reste finalement la préoccupation majeure : les Donativos, signes de la faiblesse de l’État, auront contribué à le répandre, c’est-à-dire, en fin de compte, à affaiblir son rôle dans la société. Résumons, dans le tableau n° 5, le jeu de l’honneur et de l’intérêt, de la famille et du patriotisme, dans le cœur et l’esprit des Andalous au début d’un siècle noir :

29Quant à l’État, au pouvoir royal soit-disant absolu, il laisse à chaque Donativo une parcelle de son autorité, de ses privautés. Pour quelques millions de ducats que le « Grand Dessein » d’Olivares réclame en urgence, il abandonne un peu plus d’autonomie à la société civile. Le comte-duc croyait tenir le pays dans sa main de fer, la nation le tient par ses besoins d’argent. A la longue ce glissement aurait-il mené à une société plus libérale ? Difficile à croire. S’il avait réussi, Olivares serait sans doute revenu sur ces concessions et aurait réaffermi l’État. Il a échoué, et la monarchie autrichienne des Espagnes s’est retrouvée à la fin du xviie siècle l’une des plus faibles d’Europe, ce qui permit à Ranke son célèbre parallèle avec la Turquie. Ce sont les hommes des Lumières qui sauront, au siècle suivant, opérer le redressement de l’État espagnol, qui pour la première fois deviendra vraiment absolutiste.

Annexes

301. La date du document :

31– Un souscripteur mentionne les ducats qu’il avait déjà offerts « pour le dernier Servicio ». Le nôtre serait donc le second ? (Servicio et Donativo sont probablement synonymes).

32– Le regidor d’Utrera Alonso Valbuena de Coria et son frère qui réclament (achètent) la noblesse, indiquent que Philippe III devait 12 000 ducats à leur père Alonso de Valbuena Cortegana. Une transaction en 1625 paraît bien datée.

33– Le Français Pedro de Alogue, marié à une Sévillane, indique qu’il a déjà payé les 11 000 réaux qu’il offre aux frères Christobal et Marcos Fucar, trésoriers généraux du Donativo. Ces descendants des grands Fucar du xvie siècle étaient effectivement trésoriers en 1625, mais l’étaient-ils encore en 1629 ? Une recherche à Simancas l’établirait.

34– Selon Dominguez Ortiz, op. cit., le Donativo de 1625 a été recouvré par les Corregidores, celui de 1629 par des conseillers de Castille en mission en Andalousie. Alonso de Cabrera. Il n’est pas mentionné dans notre document.

35– Niebla offrit 18 000 ducats en 1630 pour que l’exemption de ses hameaux de sa juridiction, achetée à l’occasion de notre Donativo, soit rejetée. Notre document indique que son offre fut admise ; comme cette contre-ofensive fut certainement immédiate, ladite mention constitue une forte présomption en faveur de 1629.

362. Liste des marchands (trafiquant avec les Indes, pour la plupart) mentionnés (en dehors des étrangers naturalisés, plus haut) :

37– Pedro de la O el Joven (condamné par le conseil des Indes pour avoir débarqué de l’argent non déclaré).

38– Juan de Arjinel, français, et Thomas Mina (condamnés pour avoir exporté des métaux précieux en France).

39– Pedro Lafarxa, français.

40– Un Basque de Rentería.

41– Julio de Olarte et Cie, marchands d’or et d’argent.

42– Francisco Bernardino Palacios, Geronimo de Cremona, Francisco Recaldo, milanais.

43– Diego Diaz et Francisco Baez, portugais.

44– Antonio Maria Bucareli (famille de grands marchands sévillans).

45– Pedro de Alogue, français.

Notes

1 Cité dans Dominguez Ortiz : Politica y hacienda de Felipe IV, Madrid 1960, p. 301.

2 Biblioteca Nacional, Madrid, mss, 6763. Il est probable qu’il s’agit d’une copie d’un document de Simancas.

3 Relevés personnels dans des livres de comptes de laboureurs.

4 Nous touchons là à la question si importante et si rarement traitée de la corruption dans l’Espagne de l’Ancien Régime : seul un livre en allemand, bien méconnu, lui a été consacré, celui de Jacob Van Klaveren, Stuttgart 1960 (quel dommage qu’il n’ait jamais été traduit !).

Table des illustrations

Titre tableau n° 1
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/1395/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre tableau n° 2
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/1395/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre tableau n° 3
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/1395/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre tableau n° 4
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/1395/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Titre tableau n° 5
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/1395/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 238k

Auteur

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540