Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Indes occidentales à l’Amérique Latine. Volume 1

 | 
Thomas Calvo
, 
Alain Musset

Chroniques du quotidien

Fêtes provinciales au Portugal à l’aube du xixe siècle

Andree Mansuy Diniz Silva

Texte intégral

1L’historiographie du Portugal offre si peu d’exemples de descriptions de fêtes provinciales et d’études de sociabilité, qu’il nous a semblé intéressant de faire connaître la relation des fêtes données en 1802 dans des localités du nord du Portugal, dans le Trás-os-Montes et la Beira Alta, à l’occasion du rétablissement de l’industrie de la soie.

  • 1 Dans ses Noçoes historicas, economicas e administrativas sobre a produçao e manufactura das sedas (...)

2Depuis le début du règne de D. Maria I, des difficultés de toutes sortes s’étaient abattues sur l’ensemble de ce secteur économique, aussi bien dans les grandes fabriques que dans les nombreux petits ateliers de province et chez les producteurs de vers à soie, malgré diverses mesures prises pour y remédier1. Le Trás-os-Montes, où l’on avait pourtant essayé d’introduire de nouvelles méthodes de filature à la piémontaise, était particulièrement affecté, et les années 1800-1801 y furent des années noires. C’est alors que fut tenté un nouveau moyen pour sauver la situation et tirer les habitants de leur misère. Grâce à la volonté opiniâtre de quelques hommes qui se préoccupaient depuis longtemps des vicissitudes de l’industrie de la soie, fut constituée une société de capitaux privés, confirmée par « alvará » du 6 janvier 1802, la Real Companhia do Novo Estabelecimento Para as Fiaçoes e Torcidas das Sedas. Cette société était chargée de promouvoir les plantations de mûriers, les écoles de filature, et de permettre la reprise du travail d’une multitude de petits producteurs en leur fournissant gratuitement les vers à soie et le bois nécessaire aux fourneaux, en leur achetant la soie dans les conditions les plus favorables pour eux, en attribuant médailles et primes aux meilleurs, et finalement en créant de nouveaux moulins à organiser la soie selon la fameuse méthode piémontaise.

  • 2 José António de Sá, Compêndio de observaçoes que formam о plano da viagem politica e philosophica (...)
  • 3 Cf. Dissertaçoes philosophico-politicas sobre о tracto das sedas na comarca de Moncorvo. Lisboa, 1 (...)

3C’est à un haut magistrat de Cour suprême, le Desembargador José Antonio de Sá, que fut attribuée la charge de juge conservateur de la nouvelle compagnie. Ce choix était des plus judicieux : docteur en droit de l’université de Coimbra, c’est à Moncorvo, dans le Trás-os-Montes, qu’il avait commencé sa carrière de magistrat comme juiz de fora, et qu’il avait appliqué les principes d’étude pour le « voyage politique et philosophique que l’on doit faire dans sa patrie » publié par lui en 17832. Son intérêt pour la province où il exerça pendant douze ans sa juridiction se manifeste dans l’ouvrage sur le commerce des soies dans la région de Moncorvo qu’il publia en 1787, et on peut encore juger de la pénétration de ses observations dans les divers mémoires qu’il lui consacra et qu’il adressa à l’Académie royale des sciences de Lisbonne dont il était membre3. Ainsi comprend-on la satisfaction qu’il dut éprouver quand, devenu Desembargador du Tribunal de Relaçao de Porto, puis surintendant général de la dîme royale de Lisbonne et du royaume, il se vit chargé par le prince-régent D. Joâo, par lettre royale (caria régia) du 22 mars 1802, de se rendre dans les Trâs-os-Montes pour faire connaître et appliquer les règlements de la nouvelle compagnie qu’il avait contribué à faire naître.

  • 4 Voir infra, note 8.
  • 5 Voir le mémoire sur les baldios de José António de Sá cité supra, note 3.

4C’est dans son numéro du 8 octobre 1802 (n° XL) que la Gazeta de Lisboa publia la relation des fêtes organisées dans les villes de Bragança, Moncorvo et Trancoso à l’arrivée du Desembargador José Antonio de Sa, en manifestation de contentement et de reconnaissance au prince-régent « pour le grand bienfait qui résultera à toutes les familles du rétablissement de ladite fabrique, qui se trouvait dans la plus grande décadence ». Mais en fait, on trouve deux motifs de réjouissance qui se superposent et sont clairement évoqués, aussi bien dans la description de la Gazeta de Lisboa que dans un autre texte presque identique que nous avons trouvé dans les archives privées de la famille Sousa Coutinho, accompagné d’une lettre personnelle du Desembargador et d’une requête des habitants d’un bourg voisin de Moncorvo4. Le premier motif est donc l’espoir du renouveau de la fabrique de la soie, qui devait mettre un terme au chômage et à la ruine des petits producteurs. Le second résulte d’une nouvelle répartition des vaines pâtures (baldios), dont les habitants les plus démunis attendaient non seulement de meilleures conditions de vie, mais la fin des interminables disputes et violences auxquelles le mauvais établissement des anciens titres de propriété et des répartitions précédentes ne cessaient de donner lieu5.

  • 6 Le général Manuel Jorge Gomes de Sepúlveda, qui s'illustra quelques années plus tard, en 1808, dan (...)

5D’emblée, le caractère politique des cérémonies est donné par la relation de ce qui se passa dans la capitale de la province, Bragança, dont les habitants « firent les démonstrations les plus publiques de leur satisfaction et de leur contentement à S.A.R. pour le grand bienfait qui doit résulter pour toutes les familles du rétablissement de ladite fabrique [des soies], qui se trouvait dans la plus grande décadence ». Deux actes politiques accompagnèrent ces manifestations : le gouverneur de la place6 et les magistrats firent libérer les prisonniers « qui se trouvaient dans les circonstances compatibles avec la justice », puis, sur la grande place du Collège, on délimita « l’emplacement où serait érigé un monument au prince-régent, en témoignage d’éternelle reconnaissance ». Sur Bragança, rien n’est dit de plus, et l’auteur de la relation (sans doute un proche de José Antonio de Sa, qui apparaît comme le personnage central de toutes les fêtes) passe au récit de ce qui se fit dans deux autres villes : Moncorvo et Trancoso. Le caractère politique des cérémonies est toujours manifeste, accompagné cette fois de divers exemples des formes de sociabilité provinciale de l’époque.

  • 7 Etant donné la saison, des châtaignes sèches, ce qui montre assez bien le degré de pauvreté de pay (...)
  • 8 En fait, ce que nous appellerions aujourd'hui le ministre des Finances du prince-régent, et son mi (...)
  • 9 Une partie des racines de la famille Souza Coutinho se trouvait dans le Trâs-os-Montes, où elle av (...)

6À son arrivée à Moncorvo, un gros bourg fortifié à flanc de montagne, dans les premiers jours de mai 1802, José Antonio de Sa commença par recevoir les témoignages de satisfaction de la population en raison de la répartition des vaines pâtures qui venait d’être faite. En particulier, la population du bourg voisin de Souto da Velha, conduite par son juiz (le président élu de l’assemblée municipale), vint lui exprimer son contentement pour la grâce que le prince-régent lui avait faite, « faisant mille éloges de ce prince si aimable, qu’ils appelaient leur Père bienfaiteur, car aucun autre ne leur avait jamais accordé un tel bienfait » (ce qui émut le Desembargador), « cet acte à la fois impérissable et gracieux, montrant la sincérité de gens rustiques mais sains, qui en remerciement m’étreignirent et me donnèrent des poignées des châtaignes7 ». Au demeurant, José Antonio de Sa protesta qu’il n’était que leur procureur, et leur fit savoir qu’ils avaient, en la personne du Principal Souza et de celle de son frère, D. Rodrigo de Souza Coutinho, alors « président du trésor Roya8 », « la protection la plus haute et la plus efficace auprès de S.A.R., ce qu’ils savaient très bien et reconnaissaient9 ». Cependant, ce contentement des paysans était tempéré par des rumeurs selon lesquelles, après le tirage au sort des baldios, « on avait fait en leur nom une fausse requête, pour laquelle ils n’avaient pas été entendus et qu’ils n’avaient pas signée, et dans laquelle on demandait qu’on leur retire les lots qui leur avaient été attribués et qu’on remette tout dans l’ancien état de propriété commune et de vaine pâture, sous prétexte que cela leur convenait davantage ». Et le Desembargador fut prié de s’occuper de l’affaire, envoyée devant la Mesa do Desembargo do Paço.

  • 10 A partir d'ici, nous reprenons le texte publié dans la Gazeta de Lisboa mentionné plus haut. La re (...)

7C’est seulement le 6 juin que commencèrent les fêtes de Moncorvo : et là encore l’accent est mis sur « la paix et les bienfaits qui résulteraient pour cette comarca et province, tant grâce à la restauration des fabriques de soies et étoffes, qui doivent donner leur subsistance à tant de familles, que grâce à la répartition des vaines pâtures qui était en cours avec tant de satisfaction de la population [...] cette mesure bénéfique promettant généralement non seulement le progrès des cultures, mais apportant la consolation aux vassaux les plus pauvres, qui de l’indigence extrême où ils se trouvaient se voient passer à de meilleures conditions, et dans l’espoir d’être un jour heureux, dès que leurs cultures prospèreront10 ». En présence du Desembargador José Antonio de Sa, du Desembargador Corregedor da Comarca, des ministres [du clergé] et des membres de l’assemblée municipale, fut célébrée une action de grâces au Tout-Puissant, avec célébration de la messe, prêche, Te Deum et procession solennelle. Suivit un déjeuner offert par le Corregedor « avec grande profusion et délicatesse, la table comportant plus de soixante-dix couverts, et les assistants y répétèrent [verres en main] de grands vivats à S.A.R. comme à leur Protecteur et Père, et ils portèrent de nombreuses santés à la famille royale et au ministère [et ils portèrent de nombreuses santés au grand ministre d’État éclairé qui s’était déclaré leur procureur devant cet Auguste Seigneur] ». L’après-midi, il y eut course de taureaux - un spectacle pour tous, mais auquel la noblesse, on le sait, ne répugnait pas à prendre une part active. Et le soir, le Corregedor ouvrit à nouveau les portes de sa maison pour qu’on y tienne une « académie littéraire, où furent déclamés divers papiers en prose et en vers faisant allusion à cet objet » - un divertissement évidemment réservé à la « bonne société ». C’est José António de Sá qui ouvrit la séance, en commençant par se féliciter d’être au milieu d’une population qu’il avait servie pendant douze ans, et de se joindre à elle pour manifester sa reconnaissance à S.A.R. Fortement applaudi, il « déclama un discours qu’il avait imprimé, relatif à cette même reconnaissance à S.A.R., et qu’il distribua à l’assemblée ». Huit autres personnes lurent à leur tour des discours (des magistrats, comme le Desembargador Corregedor da Comarca, le Provedor, le Juiz de fora ; un noble, gentilhomme de la maison du Roi ; un homme dont la qualité n’est pas mentionnée, un frère prêcheur, et deux licenciés en droit). Enfin, « une fois l’académie terminée, le reste de la nuit se passa en chansons et contredanses, auxquelles participèrent les dames de la société (as senhoras principais), et la fête s’acheva à l’aube ».

8A Trancoso, petit bourg ceint de murailles sur l’un des plateaux de la Beira Alta, « de nouvelles fêtes magnifiques en l’honneur du prince-régent et pour les mêmes motifs » étaient préparées pour l’arrivée de José António de Sá. Elles commencèrent le 27 juin et durèrent trois jours. L’abondance des détails fournis par le narrateur semble indiquer qu’il en fut le témoin direct et permet de discerner dans ces festivités un caractère sensiblement différent de celles de Moncorvo : à la fois plus aristocratique, plus raffiné et plus populaire. Comme à Moncorvo, cela commença par des solennités religieuses particulièrement brillantes, auxquelles fut associée une grande partie de la population. D’abord « une magnifique fête d’Église », avec un sermon prononcé par l’un des meilleurs prédicateurs de la province, et de la musique vocale et instrumentale dirigée par un ancien chanteur de l’église patriarcale de Lisbonne. Puis il y eut une procession à travers les rues, « à laquelle prirent part le Desembargador Superintendente Geral [José António de Sá], tous les magistrats, les juizes des villages, la noblesse des deux sexes qui, outre celle du bourg lui-même, était accourue des environs, et une foule immense ».

9Le soir, c’est dans un des grands salons d’une « personne de la première noblesse de cette province, Henrique José de Sá », que se tint une académie littéraire, « les portraits du prince-régent et de son épouse ayant été placés sous un dais magnifique ». Comme à Moncorvo, « on déclama des papiers en prose et en vers, entre lesquels jouèrent divers instruments ». La séance avait été ouverte par José António de Sá, avec le même discours imprimé qu’il « avait lu à l’académie de Moncorvo, qu’il fit distribuer dans toute cette brillante assemblée ». Vinrent sept autres discours lus par des magistrats (le Desembargador Corregedor et le Juiz de fora), par des ecclésiastiques (deux abbés et un frère prêcheur), un étudiant de l’université de Coimbra, et une autre personne dont la qualité n’est pas mentionnée. Dans tous ces discours, de même que dans le sermon à l’église, « furent exposés les grands bénéfices dont tous étaient redevables à S.A.R., aussi bien pour la paix qu’il venait de leur donner, que pour la mission dont il avait chargé le susdit Desembargador Superintendente Geral, relativement aux diverses branches d’industrie qui en était l’objet. À la fin de cette séance, l’amphitryon fit servir « un rafraîchissement délicieux et abondant », et ce fut enfin le moment de se divertir, avec « de nombreuses contredanses et chansons exécutées par les personnes de la première qualité, et qui durèrent jusqu’à l’aube ».

10Le lendemain 28 juin, il y eut du spectacle pour tous, sans doute vers la fin de l’après-midi : une course de taureaux avec des toréadors espagnols (capinhas castelhanos), puis des carrousels, jeu équestre traditionnel pratiqué par les nobles : « Les cavaliers étaient richement vêtus et leurs chevaux magnifiquement harnachés, d’autres chevaux venant derrière pour qu’ils puissent en changer, eux aussi richement harnachés, avec des caparaçons et des ornements de grand prix. » Le soir, à nouveau des chants et des contredanses (sans que soient précisés l’endroit ni les participants) et, élément nouveau, un feu d’artifice, dont on sait qu’il est indispensable à toute fête populaire. Le troisième et dernier jour il y eut, comme précédemment, taureaux, carrousels et feu d’artifice et en plus, en manière de couronnement à ces festivités auxquelles tout le monde pouvait assister, sinon participer, une sorte de cortège allégorique et une représentation théâtrale.

  • 11 « Alvará » ayant force de loi, du 14-10-1761.

11Pour le cortège, il mérite d’être entièrement cité et rapidement commenté. « Sur la place apparurent des figures nombreuses et variées, parmi lesquelles les plus remarquables étaient celles qui faisaient allusion à la Paix, qui fut représentée à cheval, un drapeau dans une main et dans l’autre une banderole argentée à son nom ; elle était suivie de la Renommée, qui tenait suspendus les distiques “Fama volat” et “Sint linguae centum / Sint oraque centum”. Ces deux figures étaient entourées de nombreuses autres figures à cheval, représentant divers cupidons et des dieux, vêtus comme le veut la mythologie, lesquels répétaient des vers relatifs à cet objet. A un autre endroit de la place apparut un grand char tiré par des nègres, sur lequel se tenait un vieil homme qui, au nom de l’Afrique, offrait ses enfants à Notre Auguste Prince Régent. » Si la Paix et la Renommée se justifient politiquement dans les circonstances de ces festivités ‘ paix civile, mais aussi paix après la récente guerre des Oranges qui, l’année précédente, avait brièvement opposé Portugais et Espagnols ‘ le mélange des genres avec les figures mythologiques ne laisse pas d’être curieux. Plus étonnant peut-être aux yeux d’un lecteur de notre époque peu averti d’histoire du Portugal et habitué à associer l’idée d’esclavage aux colonies davantage qu’à la métropole, le symbolisme du char tiré par des nègres nous offre l’image trop souvent occultée de la permanence au Portugal d’un noyau de population esclave, ou de souche esclave, quarante ans après la première loi interdisant l’introduction d’esclaves en métropole11...

12Quant à la représentation théâtrale, le narrateur se borne à indiquer que « ce soir-là fut représenté le drame Alaric à Rome qui s’acheva à l’aube ». En dépit de ce manque de précision quant aux acteurs, au public, et au lieu théâtral, il est licite de supposer que la pièce fut jouée par des nobles ou des notables devant un public de même nature que celui de l’académie littéraire qui s’était tenue l’avant-veille, et probablement dans le même salon. Du drame lui-même, nous n’avons malheureusement pu trouver la moindre indication à son sujet, mais le titre semble indiquer une pièce érudite de tradition classique et de longueur inusitée...

  • 12 Cf. Gazeta de Lisboa, Suplemento XLIX, 10-12-1802.

13Les premiers résultats concrets de la Real Companhia do novo estabelecimento para as fiaçoes e torcidas das sedas, apparurent quelques mois plus tard, lorsque le Desembargador José António de Sá lui-même présenta au prince-régent 16 pièces des diverses manufactures de soie fabriquées à Bragança : « Ayant daigné les examiner une par une très attentivement, manifestant le plus grand contentement de voir et observer des tissus d’excellente qualité qui ne le cèdent en rien à ceux de l’étranger », non seulement S.A.R. assura qu’il maintiendrait sa protection au nouvel établissement, mais il fit acheter toutes les pièces présentées pour en vêtir la famille royale12.

  • 13 Gazeta de Lisboa VIII, 25-02-1803.

14Cette nouvelle étant parvenue à Bragança, on profita de la célébration de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie, patronne du royaume de Portugal (le 8 décembre), pour célébrer de nouvelles actions de grâces, avec exposition du Saint-Sacrement. L’office fut célébré par le doyen gouverneur de l’évêché, devant l’assemblée municipale (Câmara), les officiers des régiments, la noblesse de l’un et l’autre sexe, et la population, tous transportés du plaisir le plus sensible, effet de leur loyauté, de leur amour et de leur reconnaissance à cet Auguste Prince qui, grâce au rétablissement de la fabrique de la Soie (qui était dans la plus grande décadence), a tant favorisé cette ville -sentiments exprimés avec énergie dans un sermon éloquent et érudit par le révérend Manuel de Madureira Feijó, trésorier principal de la Cathédrale, nommé chanoine de la Sainte Église Patriarcale, lequel, tout juste convalescent d’une longue maladie, voulut se faire l’organe de l’allégresse publique. Une procession dévote conclut cette festivité, et le soir il y eut une brillante réunion chez le colonel Manuel Leite Pereira, gouverneur par intérim de la province de Trás-os-Montes, avec une grande fête pendant laquelle fut éclatante l’harmonie entre les trois autorités, ecclésiastique, civile et militaire, tandis que résonnaient de nombreux vivats à Leurs Altesses Royales, principalement dans le corps des fabricants. Nouvel aspect dans ces festivités, l’importante aumône que le doyen gouverneur [de l’évêché] fit distribuer par les curés, spécialement en faveur des « fabricants pauvres et malades, des femmes, des filles et des veuves de soldats13 ». Et suite à la publication faite dans la Gazeta de Lisboa de l’honneur fait par S.A.R. à ladite fabrique, « on répéta un autre jour le Te Deum, on fit des illuminations dans quelques maisons, et ledit Doyen fit distribuer à nouveau à chaque fabricant pauvre l’aumône de 480 reis ». Les négociants de la ville « sensibles et reconnaissants de l’Auguste Protection dudit Seigneur, firent installer de nombreux métiers à tisser et augmentèrent le prix de la main-d’œuvre, de telle sorte que la plupart des fabricants qui se trouvaient sans travail et mendiants, à l’époque ou le Desembargador José António de Sá s’était rendu dans leur ville, sont maintenant tous occupés et satisfaits, de même que beaucoup de personnes de l’un et l’autre sexe qui travaillent à la préparation des soies ».

15Ainsi s’achevèrent les festivités qui accompagnèrent la tentative de relance économique d’une région aux multiples problèmes : festivités où l’on a vu la forte présence des autorités centrales et locales, des ministres de l’Église et des représentants de la noblesse et de bourgeoisie et, occasionnellement, de l’armée, bien plus que celle de la population directement concernée par la restructuration de l’industrie de la soie et de la propriété agricole. Mais ceci est loin de nous apparaître comme un trait spécifique de la société portugaise d’Ancien Régime.

16Pour terminer, on peut se demander ce qu’il advint de ces manufactures de la soie et quel fut le sort des nombreuses personnes qui dépendaient si étroitement de cette économie. Las... Avec l’invasion du Portugal en 1807, la compagnie dut suspendre ses opérations, et après l’expulsion des troupes napoléoniennes, elle eut la mauvaise idée de transférer ses fonds en Angleterre, « comme le fit la majorité de nos grands capitalistes. On abandonna les filatures et tous les projets cités ». De nouvelles tentatives furent faites pour restaurer la situation, toutes vouées à l’échec, et la destruction progressive des plantations de mûriers mit un point final à ce qui aurait pu continuer à être une source de travail et de revenus considérables pour les habitants d’une province à la terre et au climat difficiles, périodiquement contraints de s’exiler à la recherche de meilleures conditions de vie.

Notes

1 Dans ses Noçoes historicas, economicas e administrativas sobre a produçao e manufactura das sedas em Portugal, José Acursio das Neves a fort bien relaté les vicissitudes des diverses manufactures de soie, notamment depuis la seconde moitié du xviiie siècle. Cf. ses Obras completas, Ed. Afrontamento, Porto, s.d., vol. IV, p. 286-311. Voir aussi Fernando de Sousa, « A industria das sedas em Trâs-os-Montes (1790-1813) », in Revista de História Económica e Social, 2, Julho-Dezembro 1978, p. 59-73.

2 José António de Sá, Compêndio de observaçoes que formam о plano da viagem politica e philosophica que se deve fazer dentro da patria. Lisboa, 1783, XVIII-248 p.

3 Cf. Dissertaçoes philosophico-politicas sobre о tracto das sedas na comarca de Moncorvo. Lisboa, 1787, XVI-175 p. Dans les Memorias económicas da Academia Real das Ciências de Lisboa, tome III (1791), on trouve une Descriçâo da Torre de Moncorvo (Reediçâo pelo Banco de Portugal, Lisboa, 1991, p. 175-200) ; mais il y a d'autres mémoires restés inédits jusqu'à leur récente publication dans les Memorias economicas ineditas (1780-1808), Publicaçoes do II Centenario da Academia das Ciências de Lisboa, Lisboa, 1987, notamment « Memória sobre a necessidade de cultivar os baldios em Trás-os-Montes » (op. cit., p. 245-252).

4 Voir infra, note 8.

5 Voir le mémoire sur les baldios de José António de Sá cité supra, note 3.

6 Le général Manuel Jorge Gomes de Sepúlveda, qui s'illustra quelques années plus tard, en 1808, dans la lutte contre les troupes françaises qui occupaient le Portugal.

7 Etant donné la saison, des châtaignes sèches, ce qui montre assez bien le degré de pauvreté de paysans qui offraient ce qu'ils avaient de mieux.

8 En fait, ce que nous appellerions aujourd'hui le ministre des Finances du prince-régent, et son ministre principal.

9 Une partie des racines de la famille Souza Coutinho se trouvait dans le Trâs-os-Montes, où elle avait quelques propriétés, ce qui explique l'intérêt soutenu que divers de ses membres lui accordèrent : d'abord D. Francisco Inocêncio de Souza Coutinho (1726-1780), célèbre gouverneur de l'Angola puis ambassadeur du Portugal à Madrid, y avait fait planter à ses frais 15 000 pieds de mûriers ; puis son fils aîné, D. Rodrigo de Souza Coutinho (1756-1812), profita de sa longue mission diplomatique à Turin pour faire connaître au Portugal la méthode piémontaise de filature de la soie, grâce à l'envoi de modèles de moulins à organiser la soie et de techniciens comme les Arnaud père et fils. Rappelé au Portugal en 1796 pour entrer dans le gouvernement du prince-régent, D. Rodrigo continua à manifester sa volonté de développer l'industrie de la soie dans le Trâs-os-Montes, s'appuyant sur les efforts de José António de Sa et autres pour parvenir à la création de la compagnie destinée à ranimer l'ancien établissement de Bragança. Quant au frère cadet de D. Rodrigo, D. José António de Menezes, plus connu sous la dénomination de « Principal Souza », puisqu'il était dignitaire de l'Église patriarcale de Lisbonne, il maintenait des liens étroits et actifs avec sa province d'origine. Ainsi s'explique la présence, dans les archives privées de cette famille, du document mentionné supra, p. 2 et note 4. Ce document est accompagné d'une lettre de José António de Sá au principal Sousa (Moncorvo, 2-05-1802) dont nous avons extrait les éléments relatifs à la réception de J.A. de Sâ à Moncorvo, et d'une copie de la requête des habitants de Souto destinée à la Mesa do Desembargo do Paço.

10 A partir d'ici, nous reprenons le texte publié dans la Gazeta de Lisboa mentionné plus haut. La relation conservée dans les archives Souza Coutinho présentant quelques différences intéressantes, nous les avons incluses entre crochets droits : [ ].

11 « Alvará » ayant force de loi, du 14-10-1761.

12 Cf. Gazeta de Lisboa, Suplemento XLIX, 10-12-1802.

13 Gazeta de Lisboa VIII, 25-02-1803.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540