Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Indes occidentales à l’Amérique Latine. Volume 1

 | 
Thomas Calvo
, 
Alain Musset

Chroniques du quotidien

Larmes des veuves, indigence des fonctionnaires : aspects d’un malaise administratif en Nouvelle-Grenade (1788-1819)

Jeanne Chenu

Texte intégral

  • 1 Asunción Lavrín (compiladora), Las mujeres latinoamericanas, perspectivas históricas, México, 1985
  • 2 AGI. Sevile, Santa Fe 933-934. Cf. Manuel Romero Tallafigo, « AGI. Archivo de la vía reservada (se (...)
  • 3 A. Lavrín, op. cit.
  • 4 Suzy Bermúdez, Análisis de trabajos históricos escritos sobre la mujer latinoamericana durante los (...)

1À une époque où la recherche historiographique en Amérique latine fait une place de plus en plus grande à la femme dans l’histoire sociale et politique1, notre attention a été attirée par deux liasses de la Sección Gobierno Santa Fe, à l’Archivo General de Indias de Sevilla dont la rubrique Expedientes de pensiones sobre vacantes mayores y menores del Arzobispado de Santa Fe de 1788 a 1819 portait en sous-titre la mention « Pensiones a viudas 1788-18302 ». Alors que de nombreuses études ont été consacrées à la situation de la femme dans la société coloniale en Nouvelle-Espagne3, il nous est apparu que le vice-royaume de Nouvelle-Grenade, dans ce domaine, et malgré les efforts de quelques chercheurs courageux4, comportait beaucoup d’ombres. Nous avons donc entrepris d’étudier 90 dossiers environ dans les deux liasses citées ; ils embrassent l’aire administrative du vice-royaume élargie aux régions avoisinantes, Panamá évidemment, Guatemala, Cuba parfois, en raison du déplacement des personnes concernées. La période historique correspond au temps du réformisme politique et administratif des Bourbons et se prolonge jusqu’en 1819, recouvrant par conséquent la première étape du soulèvement de l’Indépendance jusqu’à la répression de Morillo (1816) et le gouvernement du vice-roi Sámano.

  • 5 Robert McCaa, « La viuda viva del México Borbónico : sus voces, variedades y vejaciones », Univ. M (...)

2Sur la totalité des requêtes présentées (Expedientes de pensiones...) cinq concernent des demandes de subventions dans le domaine ecclésiastique (construction d’une église, entretien d’un couvent, endettement d’un ecclésiastique lors de son installation). Le reste est constitué par les supplications de malheureuses mères de famille seules et privées de ressources, ou d’orphelins. Comme le fait remarquer Robert Mc Caa5 dans une étude sur la veuve au Mexique à l’époque des Bourbons, il y avait dans la société coloniale un fort pourcentage de veuves ; en 1811 à Mexico le tiers des femmes adultes était des veuves ; à titre de comparaison, le recensement de 1787 à Madrid faisait état de trois fois plus de veuves que de veufs.

  • 6 Mark A. Burkholder, De la impotencia a la autoridad, la Corona Española y las Audiencias en Améric (...)

3Si, dans un premier temps, nous avions pensé analyser seulement le triste sort des veuves, leurs larmes et celles des orphelins ne tardèrent pas à faire sortir de l’ombre les défunts, ces muertitos, serviteurs besogneux de la Couronne, noyés dans la bureaucratie envahissante de la politique réformiste des Bourbons, fonctionnaires obscurs venus d’Espagne, en général, et délaissés par l’Histoire qui s’est intéressée de préférence aux grands administrateurs et hauts magistrats (vice-rois, régents, auditeurs, intendants)6. Nous avons pu identifier socialement à travers leur fonction environ les deux tiers des défunts, soit soixante-deux cas de ces fonctionnaires occupant un poste plus ou moins élevé dans la hiérarchie administrative, civile et militaire. Outre l’intérêt sociologique que présentent ces dossiers, ils offrent une illustration de certains effets de la politique réformiste des Bourbons en Amérique, c’est-à-dire, le financement des pensions et les obstacles rencontrés par leur règlement. Mais les limites de cet article ne nous permettent pas d’aborder l’étude de ce que nous pourrions appeler l’ébauche d’une protection sociale en Nouvelle-Grenade, problème inhérent aux situations exposées dans les requêtes et que nous proposons d’analyser plus tard. Nous nous contenterons donc de développer les deux premiers points.

Le sort des veuves

  • 7 A. Lavrín, « Investigaciones sobre la mujer de la Colonia en México : siglos xvii y xviii », op. c (...)
  • 8 Santa Fe 933, note administrative de Joseph de Leyva : « Se sabe extrajudicialmente que esta viuda (...)
  • 9 Santa Fe 933, n° 477.

4Les termes des requêtes des veuves constituent une litanie de plaintes et de gémissements provoqués par leur misérable condition, l’impossibilité de vivre décemment selon leur rang, leur naissance. L’image que ces femmes donnent d’elles-mêmes ou le regard que porte sur elles leur représentant légal restituent un modèle conforme à la vision idéalisée et imposée que projetaient dans leurs traités les théologiens du xvie siècle7 ; la femme n’existant qu’en tant que mère, éducatrice de ses enfants, et protégée par la personnalité du mari, les veuves se sentent déchues socialement, menacées par le spectre de la mendicité, incapables d’assurer l’avenir de leurs enfants, surtout celui de leurs filles sans dot, honestas y de estado, sur qui pèsera un célibat sans issue (c’est le cas de Dona Barbara Aldana, veuve d’un caissier de l’hôtel de la monnaie de Santa Fe et dont le dossier traîna de 1798 à 1804)8. Les demandes de pension disent aussi la détresse de femmes mariées trop jeunes à des hommes très âgés : ces hommes, après la naissance de leur fils (encore en bas âge), meurent aux alentours de soixante à soixante-dix ans ou, dans le cas contraire, meurent prématurément épuisés par leur travail ; citons le cas de cette très jeune femme Dona Maria Ibalzabal, veuve d’un corregidor au Guatemala qui déclare : « después de haber hecho el sacrificio por respeto a sus padres de casarse a la edad de trece años con un hombre que pasaba de los sesenta » (requête de 1807-1808)9.

  • 10 Ibid. Requète du 20 juin 1806. Tous les dossiers n’ont pas un numéro d’identification.

5Leur désarroi et leur solitude semblent plus poignants encore quand il s’agit de femmes de la Péninsule ou d’une autre région de l’empire espagnol, telle cette créole du Mexique, Doña Josefa Peramato, qui se sent en terre étrangère dans le vice-royaume de Nouvelle-Grenade où, dit-elle, « no tiene quien se conduela de ella por ser de país extraño y carecer de Montepío10 » ; son mari défunt était des Asturies. Certaine veuve, fixée à Santa Fe se dit avoir « émigré » à Cartagena : âgée de quatre-vingts ans elle voudrait qu’après son décès, sa maigre pension soit versée à sa fille âgée de soixante ans. Une péninsulaire rentrée à Barcelone demande l’attribution d’une pension sur les vacances de l’évêché de Quito car elle a perdu un vieux mari de quatre-vingts ans qui l’a laissée avec des enfants mineurs, dans la triste obligation de mendier et de vivre du travail de ses mains.

  • 11 Cas de Doña Teresa Espejo, affaire de 1796-1818. Note du vice-roi en faveur de la requérante le 29 (...)
  • 12 Ibid 507.
  • 13 Ibid.

6L’environnement familial apparaît rarement ; les veuves, souvent, se sentent doublement orphelines ; orphelines de père et de mère, leur veuvage les met dans une situation de orfandad par rapport au mari disparu. Quand l’existence de la famille se manifeste, il y a, à la fois, cohérence de la structure familiale et aussi éclatement de la famille ; dans le premier cas, ce sont les frères qui essaient de prendre en charge la veuve ou l’orphelin, dans le deuxième cas, les liens de la famille sont distendus par l’éloignement, rendant difficile la réinsertion de l’esseulée dans sa terre d’origine11. Parfois, la famille du défunt n’échappe pas aux vicissitudes de l’Histoire et aux mouvements insurrectionnels qui ont secoué le vice-royaume. Même si le mari défunt se montra loyal serviteur de la Couronne lors du soulèvement de 1781, l’engagement des fils en faveur des Insurgentes en 1810 mettra la mère requérante dans une position délicate par rapport aux autorités gouvernementales12. Reconnaissons que juridiquement toutes les veuves ne semblent pas abandonnées ; certaines, sans doute plus argentées, possèdent un dossier solidement établi et présenté par un notaire de solide réputation, José León Godoy notario público de las Indias e interino mayor de gobernación y guerra del Reino13. Mais d’autres sont très désarmées car elles n’ont pas les moyens d’avoir recours à un fondé de pouvoir qui puisse les représenter à Madrid au moment où elles demandent l’attribution d’une pension ou son transfert.

7Malgré le caractère répétitif des termes des requêtes, nous constatons une évolution dans la relation entre individu et pouvoir politique. Dans la mentalité de la requérante l’appel à la libéralité du souverain reste le plus souvent encore l’expression d’une situation d’humilité dans la misère, le terme de pension étant accompagné par celui de limosna avec la même valeur sémantique ; cependant la justification de la demande repose aussi sur la revendication d’une filiation glorieuse et sur les exploits des ancêtres ; mais nous assistons à un déplacement du concept de merced : ce qui n’était que condescendance de la faveur royale devient dans l’esprit des solliciteuses la reconnaissance juridique et codifiée quantitativement d’un travail bien fait, utile à la société.

8S’il est vrai que le système des valeurs morales qui régit la société coloniale à la fin du xviiie siècle reste encore enkysté dans un substrat passéiste où dominent les préjugés nobiliaires, les veuves des fonctionnaires coloniaux, en défendant les états de service de leur époux défunt, affirment qu’il existe une relation irrécusable entre la société et l’individu qui la sert, relation qui implique donc un devoir de l’État.

  • 14 J. M. Ots Capdequi, Bosquejo histórico de los derechos de la mujer casada en la legislación de Ind (...)
  • 15 Daisy Ripodas Ardanaz, El matrimonio en Indias, realidad y regulación jurídica, Buenos Aires, 1977 (...)

9Qu’en était-il dans la législation espagnole des droits reconnus aux veuves ? Selon Ots Capdequi14 la loi était relativement prévoyante pour les veuves des hauts administrateurs ; la loi XCV, tit. XVI, lib. 2 de la Recopilación de 1680 avait pour titre : Que informen las Audiencias para hacer merced a viudas de Oidores. Solórzano dans Política Indiana rappelait que l’évêque jouait le rôle de fiscal et devait protéger les veuves et les déshérités, mais sans autre précision. Force est de constater qu’aux yeux du législateur la réglementation du mariage des fonctionnaires aux Indes réclamait plus d’attention que l’état de veuvage15 ; et comme le fait remarquer Burkholder le gouvernement restait très vigilant et pouvait s’opposer à l’union d’un haut fonctionnaire avec des familles créoles. Cependant, à la fin du xviiie siècle, la veuve est digne de plus d’attention, la procédure en vue de l’obtention d’un subside semble s’alléger, le terme de viudedad apparaît toujours avec son contenu juridique, distinct de l’aspect social de viudez ; si une ordonnance du 27 mars 1764 exige encore qu’une pension ne puisse être accordée qu’après información sobre el otorgamiento de mercedes, une cédule royale du 16 septembre 1766 puis du 21 février 1772 déclarait que les veuves de ministres et autres fonctionnaires en Amérique pourraient percevoir au titre de pension, immédiatement après la mort de leur mari, l’équivalent de six mois de traitement, sans enquête préalable, mais avec des restrictions toutefois.

La bureaucratie coloniale

  • 16 Michel Bertrand, « Entorno a una problemática de la administración colonial : la Real Hacienda de (...)

10Outre cet aspect du veuvage en Nouvelle-Grenade, les dossiers étudiés nous permettent de nous pencher sur une des composantes de la société coloniale, rouage nécessaire à son fonctionnement, c’est-à-dire les fonctionnaires moyens, élément d’autant plus intéressant qu’il apparaît lié à une évolution de la société politique. Comme le fait remarquer Michel Bertrand16, l’historiographie américaniste depuis une vingtaine d’années a accordé une place jusqu’alors négligée au thème bureaucratique qui permet de privilégier une double approche : l’étude du fonctionnement de l’État à la fin du xviiie siècle marqué par les réformes des Bourbons et le comportement du personnel administratif à l’intérieur du nouveau système colonial.

  • 17 Sur la situation de l’armée en Nouvelle-Grenade, voir les rapports des vice-rois E. Posada y P. M. (...)
  • 18 Relaciones de mando, p. 366.

11Dans les deux liasses dépouillées nous avons relevé une vingtaine de cas concernant des carrières spécifiquement militaires (huit lieutenants colonels, trois capitaines d’artillerie ou d’infanterie, deux lieutenants, deux adjudants, un sergent, un sergent major, un capitaine et l’enseigne de marine, un militaire sans précision du grade). La plupart du temps, ces officiers appartiennent aux bataillons de Cartagena et de Panamá, les guerres contre l’Angleterre et le soulèvement des Comuneros ayant entraîné le renforcement du corps militaire et la création des milicias17 ; leurs veuves théoriquement relevaient du système de protection du Monte Pío militaire qu’il serait trop long d’aborder dans les limites de cet article. Assez souvent se produit un glissement de la fonction militaire vers l’administration civile, en particulier dans le domaine des finances, ce qui créait une situation ambiguë pour la veuve, prise entre deux régimes professionnels. A l’inverse, la prétention de certains fonctionnaires du secteur civil d’obtenir un grade militaire se heurte à un refus catégorique des autorités, comme le fit le vice-roi Ezpeleta qui estimait qu’une bonne rémunération valait mieux qu’un grade18.

  • 19 Révolte des Comuneros en Nouevelle-Grenade, 1781.
  • 20 Factores, contadores, veedores, administradores de rentas, tesoreros, ensayador de moneda ; citons (...)

12Les fonctionnaires du secteur civil qui laissaient veuves et orphelins dans le besoin appartenaient en majorité à la branche des finances ; rien de surprenant car les réformes fiscales à l’époque de Charles III exigèrent (non sans mal)19 la participation de nombreux fonctionnaires au statut mal défini ; le monopole du tabac, de l’eau de vie, des jeux de cartes, de la poudre, les droits de timbre, les courriers, le contrôle de l’étendue des plantations de tabac, l’arrachage des plants clandestins, la multiplication des droits de douane, tout ce réseau compliqué de l’armature fiscale supposait un travail diversifié de receveurs, de contrôleurs, de comptables, d’administrateurs, de trésoriers aux revenus insuffisants pour assurer la subsistance de leurs veuves et de leurs enfants20.

  • 21 Requête soutenue par le vice-roi Ezpeleta, 19 mars 1791. Santa Fe 933.

13Les états de service qui accompagnent les demandes de pension ne nous renseignent pas sur la formation théorique des fonctionnaires civils de catégorie moyenne ; ils semblent se former sur le terrain. Plusieurs d’entre eux gravissent lentement des échelons ; les plus méritants atteignent après 30 ou 40 ans de service le rang le plus haut de leur profession. Nous avons relevé un seul cas de fonctionnaire déclarant sa condition de créole, le seul en outre à fournir des renseignements précis sur sa formation, sur ses diplômes, sans doute indispensables pour se caser dans l’Administration : soutenu par un bon dossier, notre postulant, Don Joaquín Prieto Dávila, docteur en théologie et en droit civil put obtenir en 1790 le poste de Contador General et Ordenador du tribunal de Cuentas de Santa Fe ; il insiste sur sa qualification car, expose-t-il, le tribunal de Cuentas manque de gens compétents et pour qui c’est la seule voie, la plus digne offerte dans le vice-royaume aux sujets de distinción y naturales de él21.

  • 22 Ibid 490.

14Les vice-rois sont à l’affût des éléments aptes à l’exercice de fonctions administratives, les attirant du secteur privé vers le secteur public ; mais cette distinction n’était pas toujours une sinécure pour l’intéressé, si l’on en croit cette veuve, Doña Teresa Ramos, dont le mari avait laissé une situation très lucrative dans une grande maison de commerce de Cartagena pour répondre aux propositions du vice-roi Flores qui l’engageait à entrer comme officier royal de deuxième catégorie à la Secretaría del Vice-Royaume, oficio menos lucroso que el comercio ; détaché dans la milice de Santa Fe, il devait être affecté à la protection de l’Expédition botanique, apprécié de Mutis, expédié finalement dans les mines de Santa Ana où il mourut22. L’administration avait besoin aussi de techniciens, c’est pourquoi les orfèvres représentaient une catégorie de choix pour fournir à l’hôtel de la monnaie de Santa Fe ou de Popayán des fonctionnaires capables de mesurer exactement le titre de la monnaie ; mais après 48 ans de services un ensayador de la Casa de la Moneda, issu de la corporation des orfèvres de la capitale laissait une famille dans la plus désolante misère, malgré la qualité des services rendus :

  • 23 Ibid 489 ; le vice-roi accorda una pension égale au quart du traitement du mari décédé.

« En el tiempo que se ejecutó el ensayo del oro con los continuos experimentos que practicó, evitó la considerable pérdida de una ochava y quatro tomines que inculpablemente se desperdiciaban en cada marco de plata en las precisas operaciones que se realizaban para afinarlo y extraer de ellos este metal, estableciendo el método de aprovechar aquel residuo con notorias y crecidas utilidades en Vuestro Real Erario23. »

  • 24 Ibid 484.

15Citons aussi le cas très intéressant de Don Antonio Monzón dont le parcours de carrière est un exemple des compétences techniques exigées. Charpentier de marine en 1752, il s’était fait remarquer lors de son passage sur divers bateaux par son extrême habileté ; nous le trouvons successivement à La Havane en 1763 lors du siège de la ville par les Anglais, à Veracruz dont il restaure murailles et bastions, puis à Cartagena où il est employé à des travaux de carénage ; envoyé dans les forêts de Lorica pour exploiter des bois destinés à la construction navale, il interrompit l’évolution d’une carrière relativement brillante en répondant à l’appel du vice-roi Guirior pour construire la fabrique d’eau-de-vie de Zipaquira, celle de Honda, de Medellín, de Cali, travailler au perfectionnement des alambics, à l’amélioration des procédés de fusion, ouvrir des chemins ou vérifier le cours du Magdalena et faciliter l’accès vers la capitale. Au terme de cette épuisante carrière de 54 ans, il se retrouva sur son lit de mort, veuf de surcroît, laissant deux orphelins sans biens, sans famille, sans même une maison pour se loger, selon ses porte-parole24 !

  • 25 Ibid 479.

16La situation du fonctionnaire pouvait être aggravée lors d’un changement de poste qui l’obligeait à vendre ses meubles pour financer son voyage vers Santa Fe, tel ce receveur et comptable de Fusagasugá, petit-fils d’un Oidor de Seville et neveu d’un président d’Audiencia de Guatemala ; évidemment quand le fonctionnaire péninsulaire devait rejoindre son poste en Amérique, l’investissement était plus lourd encore, l’obligeant parfois à un endettement qui, à sa mort, pesait sur la situation matérielle de la veuve et des orphelins. Non seulement les déplacements des fonctionnaires étaient coûteux mais encore ils étaient dangereux, dans des zones périphériques au climat malsain et aux chemins difficiles ; ainsi l’avancement pouvait aboutir à la mort, comme le montrent les termes de la requête de Doña María del Pilar de Bellver dont le mari, passé de l’administration des Correos de los Llanos à celle des tabacs de Valledupar, mit un an pour rejoindre un poste qu’en définitive il n’occupa jamais car il mourut en y arrivant (1807)25. Certains fonctionnaires partaient en mission sans subvention, donc sans qu’il en coûtât un réal aux Caisses royales ; c’était souvent le cas pour des fonctionnaires sortis des cadres de la vie militaire et entrés dans l’administration civile (requête de 1808).

  • 26 Ibid. 496.

17À côté des agents de l’État dont la vie quotidienne s’estompe dans la neutralité de la fonction, quelques-uns se trouvèrent pris dans les turbulences de la vie politique du vice-royaume entre 1765 et 1810. Exemplaire d’un parcours chaotique, nous citerons le cas de Don Antonio Meléndez de Arjona, administrateur de la rente des tabacs de Santa Fe et chargé de surveiller les rentrées fiscales au titre du monopole, et ceci jusqu’à sa mort. Andalou de Benameji, il avait eu la chance (ou la malchance) d’avoir un oncle gouverneur du Chocó. Quoi de plus tentant pour un jeune homme que de partir vers l’aventure américaine ? Arrivé en 1764, il résida un temps à Santa Fe puis à Popayán et à Quito où il eut mission de faire appliquer l’impôt d’alcabala et des droits sur l’eau-de-vie. Le voilà pris dans la révolte populaire de 1765, exposé à la vindicte de la rue ; il perd ses biens, volés par les rebelles, reçoit un jet de pierre qui l’atteint en pleine poitrine, il rentre à Bogotá malade. Une fois rétabli, il est chargé par Messía de la Cerda en 1767 d’organiser l’administration des tabacs dans une région qui un peu plus tard sera secouée par la violence : Socorro, Gijón, Tunja... Ses qualités de fidèle serviteur de l’État espagnol le propulsent aux côtés du régent Gutiérrez de Piñeres, afin de protéger Santa Fe lors de la marche des Comuneros sur la capitale en 1781 ; finalement il mourut en 1791 et sa veuve dut attendre 1810 pour recevoir une pension de 200 pesos26.

  • 27 John Fisher, Historia de Iberoamérica, Madrid, 1990, T. II, p. 586. A titre d’indication, signalon (...)
  • 28 Mario Herrán Baquero, El Virrey Don Antonio Amar y Barbón. La crisis del régimen colonial en la Nu (...)
  • 29 Santa Fe 933, n° 482. Notons au passage que García Olano profita de ses fonctions d’administrateur (...)

18Faut-il croire que la situation des fonctionnaires était aussi mauvaise que toutes les demandes de pension laissent supposer ? Pour l’Amérique espagnole la courbe des salaires est assez constante jusqu’au milieu du xviie siècle ; vers 1660-1670 une descente s’amorce puis une stabilisation se produit jusqu’au milieu du xixe siècle. D’après les dossiers que nous avons étudiés, les traitements se situaient entre 200 pesos annuels et 2 000 pesos dans les cas les plus fréquents, sur la base de 4 réaux le peso. Un officier royal de deuxième catégorie employé dans les Caisses de Pamplona gagnait 200 pesos par an, un officier royal de première catégorie 300 pesos, un caissier de l’hôtel de la monnaie de Santa Fe 480 pesos annuels, le comptable principal des taxes sur l’eau de vie et des cartes de Honda 800 pesos après 53 ans de services, un administrateur des tabacs de Honda 1 000 pesos. Pour avoir une idée comparative rappelons que les intendants percevaient un traitement de 6 000 pesos par an27 ; selon le vice-roi Ezpeleta en 1796 le minéralogiste Juan José d’Elhuyar gagnait 2 500 pesos annuels et son collègue Don Angel Díaz 1 500 ; Herrán Baquero signale qu’un gouverneur qui recevait 1 650 pesos par an se voyait attribuer en 1804 une augmentation de 2 500 pesos28. Le cas des corré-gidors était particulier car le pourcentage de 5 % sur le tribut perçu fut réduit à 3 % et la chute démographique en Nouvelle-Grenade leur laissait, dans certaines régions, un revenu de 100 pesos par an. Conscient de la difficulté et soucieux de ne pas voir se développer des activités annexes suspectes, le vice-roi Caballero y Góngora proposa une rémunération fixe de 300 pesos annuels, bien suffisante, à son avis, pour le corregimiento du Socorro. Malgré l’interdiction faite aux fonctionnaires de s’adonner à d’autres occupations lucratives, grande était la tentation d’améliorer son ordinaire et nous ne sommes pas obligés de croire sincères les protestations des veuves défendant l’intégrité de leurs époux défunts. Certains d’entre eux d’ailleurs, d’origine péninsulaire, malgré le contrôle matrimonial étaient apparentés à de puissantes familles créoles, tel ce Manuel García Olano, allié au clan Alvarez, administrateur des courriers, dont les cinq enfants orphelins réclamaient en 1807 un arriéré de pension29.

  • 30 Relaciones de mando, p. 199.
  • 31 Gilma de Tovar, « El comercio de aguardientes catalanas en la Nueva Granada (siglo xviii) », Bolet (...)
  • 32 Relaciones de mando, p. 322.
  • 33 Ibid. p. 375.

19En Nouvelle-Grenade, à la fin du xviiie siècle se manifeste une tendance très ferme de rattachement direct du fonctionnaire aux organes de pouvoir ; la suppression du système de fermage dans la perception de l’impôt se généralise afin de ne pas exposer les rentes de l’État à de codiciosas manos comme l’écrit Caballero y Góngora30. Nombreuses cependant devaient être les occasions de fraude offertes par le système de recouvrement fiscal dans certains cas, grâce au pourcentage perçu par le fonctionnaire sur les taxes prélevées31. Les rapports des vice-rois soulignent qu’il y a, à cette époque-là, une crise dans le recrutement des fontionnaires due au manque de formation et d’adaptation à la spécificité des affaires américaines. A cette carence s’ajoutait l’insuffisance numérique pour répondre à toutes les tâches nouvelles exigées par la complexité des réformes fiscales, et la médiocrité des traitements que ne dissimulent pas les relaciones de mando ; très clairement Ezpeleta en 1796 réclame une dotation correcte qui permette de trouver des « sujetos idóneos para toda clase de empleos y ocupaciones32 ». Cependant, en Nouvelle-Grenade, à la fin de l’époque coloniale, la politique de recrutement des fonctionnaires semble fluctuante et contradictoire : si au temps d’Ezpeleta l’administration voit son retard en partie rattrapé par des créations de postes aux finances et dans les bureaux de la Secretaría du vice-royaume, le rapport de Mendinueta en 1803, sans doute en raison des difficultés financières de la Couronne, manifeste une tendance au resserrement administratif, à l’allégement numérique du service public comme dans la Métropole. Quant au contrôle des pratiques du travail, une visita ne paraît pas souhaitable aux autorités par crainte de susciter estrépito y gastos ; une comisión discrète ferait mieux l’affaire33.

  • 34 Santa Fe 933, n° 482, 487, 492, 439 (dossier 475).

20Et que dire des conditions matérielles de l’environnement bureaucratique évoquées par les veuves dans leurs requêtes ? Ce ne sont pas les rapports des vice-rois qui vont atténuer leurs sombres évocations ; d’après la description que fait Ezpeleta de l’exiguïté de la Secretaría du royaume, l’état des bureaux devait être déplorable : les archives manquaient, l’Audience n’avait pas de salle convenable pour ses sessions. Les veuves, sans aucun doute, en pleurant la disparition de leurs époux, forçats du trabajo de pluma, privés d’air, de lumière, exposés aux méfaits de la gota serena qui entraînait la cécité, assujettis à des horaires harassants (de sept heures à quatorze heures et de quatorze à dix-huit heures)34 n’enjolivaient pas (si l’on peut dire) la réalité pour les besoins de leur cause.

21Les larmes furent-elles efficaces ? L’étude des liasses 933 et 934 nous révèle que l’échelle des pensions accordées sur les vacances de l’archevêché de Santa Fe se situe entre 100 pesos annuels au moins et 300 au plus, la plus grande partie de subsides se limitant à 200 pesos. Aux alentours de 1809, la réglementation devient plus stricte tandis que se dessine une tendance à l’uniformisation ; avec la Junta de Seville se manifeste une accélération dans le règlement des dossiers en instance. Le montant de la pension est calculé sur la base du quart du traitement pour le personnel civil et des deux tiers de la pension qui aurait été attribuée par un Montepío civil ou militaire dans le cas où le fonctionnaire aurait pu dépendre de cet organisme.

  • 35 Santa Fe 933, requête de Doña Agustina de Roa.

22Il faut noter que les autorités locales, vice-rois ou gouverneurs de province, soutiennent souvent les demandes de financement des pensions sur les vacances ecclésiastiques présentées par les veuves de fonctionnaires. Paradoxalement et comme conséquence de la politique régaliste de Charles III, la doctrine du patronage royal voit se dessiner en face d’elle une revendication autonomiste qui tendait à défendre la propriété des vacances américaines et à protéger par un financement autochtone les bons serviteurs de l’empire espagnol en terre américaine ; une note administrative émanant de la Secretaría du vice-royaume à l’époque de Mendinueta accompagne un dossier en affirmant sans ambiguïté : « Los vacantes en América tienen su propio destino en América o en favor de las viudas de los que han servido en aquellos dominios35. »

  • 36 Cf. Christian Hermann, « L’Eglise d’Espagne sous le patronage royal (1476-1834), Madrid 1988, ch. (...)

23Ainsi les larmes des veuves ne sont pas seulement l’expression d’une destinée mais s’inscrivent aussi dans l’histoire comme l’illustration d’une page de ce que l’on a appelé « la controverse des vacances des Indes36 ».

Notes

1 Asunción Lavrín (compiladora), Las mujeres latinoamericanas, perspectivas históricas, México, 1985.

2 AGI. Sevile, Santa Fe 933-934. Cf. Manuel Romero Tallafigo, « AGI. Archivo de la vía reservada (secretarías de Estado y del Despacho Universal) », Historia y bibliografía americanista, Sevilla 28, 1984.

3 A. Lavrín, op. cit.

4 Suzy Bermúdez, Análisis de trabajos históricos escritos sobre la mujer latinoamericana durante los periodos de la Conquista y la colonial, Universidad de los Andes, Bogotá, 1987. Chistina Bochart de Moreno, « La participación femenina en la economía colonial (1780-1830) », Revista complutense de historia de América 17, 1991, p. 167-182.

5 Robert McCaa, « La viuda viva del México Borbónico : sus voces, variedades y vejaciones », Univ. Minnesota, Marzo 1990, présenté dans le cadre du séminaire de EHESS dirigé par M. le professeur J.-P. Berthe.

6 Mark A. Burkholder, De la impotencia a la autoridad, la Corona Española y las Audiencias en América, 1687-1808, México, 1984, p. 36-38.

7 A. Lavrín, « Investigaciones sobre la mujer de la Colonia en México : siglos xvii y xviii », op. cit.

8 Santa Fe 933, note administrative de Joseph de Leyva : « Se sabe extrajudicialmente que esta viuda se halla en el día reducida a la mendicidad », 19 janvier 1804. Sur la femme et le célibat cf. René de la Pedraja « La mujer criolla y mestiza en la sociedad colonial, 1700-1830 », Desarrollo y Sociedad 13, Bogotá, 1984, p. 200-229.

9 Santa Fe 933, n° 477.

10 Ibid. Requète du 20 juin 1806. Tous les dossiers n’ont pas un numéro d’identification.

11 Cas de Doña Teresa Espejo, affaire de 1796-1818. Note du vice-roi en faveur de la requérante le 29 avril 1818, Santa Fe 934.

12 Ibid 507.

13 Ibid.

14 J. M. Ots Capdequi, Bosquejo histórico de los derechos de la mujer casada en la legislación de Indias, Madrid, 1920, p. 121.

15 Daisy Ripodas Ardanaz, El matrimonio en Indias, realidad y regulación jurídica, Buenos Aires, 1977. A. Burkholder op. cit. p. 156-157. Le nouveau code matrimonial hispano-américain est de 1778. L’état de veuvage assurait parfois à certaines femmes créoles appartenant à l’élite de la société coloniale une plus grande autonomie financière et de gestion ; cf. Edith Couturier « Las mujeres de una familia noble : los condes de Regla de México, 1750-1830 » in A. Lavrin op. cit.

16 Michel Bertrand, « Entorno a una problemática de la administración colonial : la Real Hacienda de Nueva España (1680-1770), Anuario de Estudios Americanos, T. XLVI, Sevilla, 1989, p. 196.

17 Sur la situation de l’armée en Nouvelle-Grenade, voir les rapports des vice-rois E. Posada y P. M. Ibáñez, Relaciones de mando, Bogotá 1910 ; et Juan Marchena Fernández « Armée et changement social en Amérique Espagnole à la fin du xviiie siècle » in L’Amérique espagnole à l’époque des Lumières, Paris, CNRS. 1987, p. 49-79.

18 Relaciones de mando, p. 366.

19 Révolte des Comuneros en Nouevelle-Grenade, 1781.

20 Factores, contadores, veedores, administradores de rentas, tesoreros, ensayador de moneda ; citons 8 requêtes dans la branche du tabac, 7 pour l’eau de vie, 2 fonctionnaires de l’hôtel de la monnaie, 20 fonctionnaires rattachés directement aux Cajas Reales, 1 dans les mines, 1 corregidor, 3 administrateurs des rentes ecclésiastiques, une dizaine de fonctionnaires appartenant à l’administration proprement dite, audience, gobernación, secrétariat général, etc.

21 Requête soutenue par le vice-roi Ezpeleta, 19 mars 1791. Santa Fe 933.

22 Ibid 490.

23 Ibid 489 ; le vice-roi accorda una pension égale au quart du traitement du mari décédé.

24 Ibid 484.

25 Ibid 479.

26 Ibid. 496.

27 John Fisher, Historia de Iberoamérica, Madrid, 1990, T. II, p. 586. A titre d’indication, signalons que l’indice du coût de la vie à Santa Fe varia de 17 à 23,1 entre 1780 et 1801. Le prix de la viande, consommation principale en Nouvelle-Grenade sauf à Medellin, passa de 4 reaux l’arrobe à 12 reaux entre 1780 et 1807 ; cf. René de la Pedraja, Los precios de los comestibles en la época del virreinato 1740-1810, Bogotá, CEDE, Univ. de los Andes, 1978.

28 Mario Herrán Baquero, El Virrey Don Antonio Amar y Barbón. La crisis del régimen colonial en la Nueva Granada, Bogotá 1988, p. 241-242.

29 Santa Fe 933, n° 482. Notons au passage que García Olano profita de ses fonctions d’administrateur des courriers pour diffuser subrepticement les nouvelles du soulèvement de Tupac Amaru. pour alimenter le mécontentement des créoles contre les autorités coloniales ; cf. Jean Marie Loncoln, Réforme et révolte dans la Colombie coloniale, le soulèvement des Comuneros, Presses de l’Université de Montréal, 1976, p. 441.

30 Relaciones de mando, p. 199.

31 Gilma de Tovar, « El comercio de aguardientes catalanas en la Nueva Granada (siglo xviii) », Boletín Americanista, año XXX, Barcelona 1988, p. 233.

32 Relaciones de mando, p. 322.

33 Ibid. p. 375.

34 Santa Fe 933, n° 482, 487, 492, 439 (dossier 475).

35 Santa Fe 933, requête de Doña Agustina de Roa.

36 Cf. Christian Hermann, « L’Eglise d’Espagne sous le patronage royal (1476-1834), Madrid 1988, ch. 5, « La controverse des vacances des Indes », p. 111.

Auteur

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540