Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Indes occidentales à l’Amérique Latine. Volume 1

 | 
Thomas Calvo
, 
Alain Musset

Chroniques du quotidien

De l’armée à l’office : ascension sociale et pratiques de pouvoir

Michel Bertrand

Texte intégral

  • 1 AGI, Escribanía de cámara, leg. 303C, cah. 28, fols. 1-4.
  • 2 M. Bertrand, « Sociétés secrètes et finances publiques : fraudes et fraudeurs à Veracruz aux xviii(...)
  • 3 AGI, Escribanía de cámara, leg. 303B, cah. 17, fols. 47-57.

1Dans deux rapports successifs en date du 4 septembre et du 11 novembre 1729, le vice-roi Casafuerte informait le conseil des Indes des raisons qui l’avaient incité à mettre en place une enquête sur les comportements des représentants du roi dans le port de Veracruz1. Il expliquait notamment : « El haber tenido noticias que forman bastante fundamento para tener por ciertos varios desordenes que executan los oficiales de aquellas caxas. » Un peu plus loin, il précisait que ses présomptions concernaient plus particulièrement le gouverneur du port, José Muñoz Calderón, et l’un des officiers royaux de la caisse de ce même port, Francisco de Siscara. Ses soupçons portaient essentiellement sur diverses fraudes organisées par l’officier royal, où l’on retrouve l’ensemble des pratiques dont nous avons déjà pu étudier l’ampleur à Veracruz tout au long des xviie et xviiie siècles2. A ces accusations imputées à l’attitude de l’officier royal dans l’exercice de ses fonctions, s’ajoutaient des suspicions sur ses mœurs. Des rumeurs le concernant avaient en effet été colportées jusqu’à l’évêque de Puebla en 1726. Elles accusaient cet homme marié et père de famille d’un commerce illicite et assidu avec une femme de la cité3.

2En cette fin de décennie 1720, la personnalité de l’officier royal semble bien focaliser sur lui un évident rejet de la part de ses concitoyens. Les accusations lancées à son encontre faisaient suite à de multiples dénonciations parvenues aux diverses autorités coloniales. Pourquoi une telle opiniâtreté exprimée contre cet individu ? Qui était-il réellement pour concentrer sur sa personne une aversion aussi tenace ? Qui étaient ses accusateurs ? Quelles ressources eut-il pour se justifier devant ces accusations fort précises ? En répondant à ces questions sur « l’affaire Siscara », nous tenterons de saisir le fonctionnement d’une société locale, ses règles, ses contraintes, ses clivages et ses rapports de forces internes.

3Francisco Antonio de Siscara était né en mars 1680 à San Cristobal de La Havana. Ce lieu de naissance qui fait de lui un « Américain » tient cependant plus du hasard des nominations paternelles que d’une réelle et ancienne appartenance au monde colonial. Son père, Juan de Siscara, militaire de carrière, obtint en effet à la fin de sa vie une affectation cubaine peu avant la naissance de son huitième enfant. Ainsi, aux sept enfants tous nés en Catalogne, seule affectation de leur père jusque-là, succèdent trois petits derniers-nés outre-Atlantique. C’est donc d’un immigrant récent, aux racines métropolitaines profondes et dominantes qu’est issu Francisco Antonio de Siscara. Son père était né à Madrid en mai 1633. Nous ne savons rien de précis de ses origines familiales si ce n’est que ses ascendants étaient tous originaires de Canabate dans la province de Cuenca. A 24 ans, en 1657, il embrasse la voie militaire, et se trouve affecté en Catalogne. Il y fait l’essentiel de sa carrière dans le cantonnement de Flix, plus de vingt ans durant. Engagé comme simple soldat, il gravit péniblement les échelons supérieurs pour se retrouver alferez, la quarantaine bien entamée. C’est une carrière plus que médiocre qui s’annonce pour Juan. Entre-temps, son mariage en janvier 1662 à Villa de Henar avec Maria de Candelaria Ramirez ne semble pas avoir donné le moindre coup de pouce à cet état de fait. Sensiblement plus jeune que lui (elle était née en août 1646, aussi à Canabate) elle n’appartient manifestement pas à un milieu sensiblement plus avantagé que celui de son époux.

  • 4 L’ensemble des informations biographiques concernant la famille de F. Siscara se trouve dans AHN, (...)
  • 5 Cette chronologie recèle cependant une incohérence de quelques années. En effet, Francisco de Sisc (...)
  • 6 Elle lui survivra de quelques années, et mourra à La Havane elle aussi en septembre 1694 après avo (...)

4Elle lui apporte cependant une jolie dot de 1 000 ducats en espèces auxquels elle ajoute divers linges de maison. Sans être négligeable, il ne s’agit pas là de valeurs importantes. On peut souligner notamment l’absence dans cette dot de bijoux ou d’objets d’orfèvrerie, témoins fiables d’une aisance familiale et d’un rang social certain. Quant à Juan de Siscara lui-même, il ne semble pas apporter à son épouse les moindres arrhas. L’alliance matrimoniale nouée par Juan et Maria de Candelaria relève donc de celles de familles de hijosdalgo des plus moyennes. Et la carrière du soldat se mesure, deux décennies durant, à la même aune. Chargé d’enfants, sans véritable perspective d’avenir en métropole, ce soldat va trouver en Amérique l’occasion d’un nouveau départ4. En 1683, il bénéficie d’une nouvelle affectation qui se révèle surtout être une réelle promotion. Il est en effet nommé au fort de La Havane comme ingénieur militaire5. Alors qu’il ne lui reste plus que sept années d’activité, sa carrière connaît une accélération sensible. Après une nouvelle mutation au fort de San Agustin, il revient à La Havane avec le titre d’ingénieur militaire supérieur et il y meurt en décembre 1690. Il laisse une veuve6 et onze enfants, après une vie militaire longue de trente-et-un ans de services.

  • 7 AGI, Escribanía de cámara, leg. 303B, cah. 14, fol. 4.
  • 8 AGI, Escribanía de cámara, leg. 303 A, cah. 5, fol. 102.
  • 9 AGI, Audiencia de Mexico, leg. 1121.

5Rien dans cet héritage familial ne prédisposait Francisco Antonio à occuper le devant de la scène à Veracruz. Cependant, cet Espagnol, né aux Antilles par l’effet du hasard, va savoir tirer parti des atouts que lui offre sa situation familiale. L’étroitesse des relations entre les deux ports le met très tôt en contact avec la société locale de Veracruz, et cela d’autant plus que ses frères aînés, Juan et Juan Jeronimo se sont lancés dans l’aventure commerciale7. À quel titre quitte-t-il sa ville natale pour Veracruz et à quelle date exactement ? Nous l’ignorons, mais nous pouvons cependant reconstituer l’itinéraire du futur officier royal de Veracruz. Au cours de la décennie 1700, il débarque dans cette dernière ville en étranger, probablement comme représentant des intérêts commerciaux fraternels. Il s’y installe et va tisser progressivement autour de lui un réseau relationnel des plus denses et des plus complexes qui soient. Vers cette même époque, il épouse une fille de la famille Rodriguez Franco, probablement la sœur d’un compadre, Luis Jose, lui-même espagnol, commerçant et résident de la cité8. De ce mariage vont naître cinq enfants, tous vivant encore à Veracruz en 17379. C’est dire qu’en une génération la branche de la famille Siscara issue de Francisco Antonio s’était totalement intégrée à la société locale. Mieux même : cette famille, en une trentaine d’années, était venue s’adjoindre aux notabilités du port. Comment cette intégration réussit-elle ? Quelles en furent les manifestations ? C’est à ces questions que nous tenterons maintenant d’apporter quelques lumières.

  • 10 Il mène en effet une double carrière de commerçant et de soldat, obtenant en 1720 le grade de serg (...)
  • 11 Juan Lazo Nacarino est même regidor perpetuo de la cité.
  • 12 Ces regidores étaient, en plus de G. Saens Rico et J. Lazo Nacarino, J. A. de Hesayn, depositario (...)

6Dans un premier temps, la vie de Francisco Siscara fut celle d’un commerçant de Veracruz parmi d’autres. Il n’appartient en tout cas pas immédiatement à cette élite du négoce portuaire. Malgré son alliance matrimoniale avec une famille de commerçants locaux, il semble hésiter durant une quinzaine d’années entre deux activités parallèles. Comme son frère aîné resté à La Havane10, Francisco Siscara mène de front deux activités : le commerce et l’appartenance à l’armée. Associé à d’autres commerçants plus puissants et mieux insérés que lui dans le tissu économique local, il participe aux activités commerciales transatlantiques. Ses appuis se trouvent être les principales maisons de commerce de la place tels Gaspar Saens Rico ou Juan Lazo Nacarino. Ces hommes, regidores de Veracruz11, contrôlaient en réalité la vie politique locale au travers du cabildo. Or, c’est précisément là que Francisco de Siscara établit ses principaux appuis. En 1730, après que l’enquêteur désigné par le vice-roi (J. G. de Osilla y Rayo puis Nicolas de Pozas) eut dressé l’acte d’accusation, Francisco de Siscara présente une liste de témoins pour sa défense. Parmi ceux-ci, se retrouvaient cinq regidores sur la trentaine d’individus sélectionnés12.

  • 13 AGI, Escribanía de cámara, leg. 303A, cah. 5, fols. 113-117.
  • 14 Sur cette somme, 70 000 ps. sont réservés à l’achat de marchandises destinées à être revendues en (...)
  • 15 En se fondant sur le schéma dessiné par L. Schell Hoberman, il est probable que F. Siseara ne soit (...)

7L’ampleur des activités économiques du commerçant Francisco de Siscara de cette première époque est pour nous difficile à cerner, les sources que nous possédons étant majoritairement centrées sur la seconde phase de ses activités professionnelles. Il nous est cependant possible, grâce à diverses indications ponctuelles, d’estimer la surface économique de ce commerçant. Il s’intéresse en particulier à des activités de prêts. Ainsi, en 1714-15, il est capable d’avancer à P. de Roxas 6 000 ps destinés au financement de son projet de boulangerie13. Cependant, l’essentiel reste bien le commerce transatlantique. Quelques années plus tard, vers 1717-18, il dispose de 106 000 ps. pour investir dans la marchandise et dans ce qu’il appelle « el dinero a riesgo14 ». Cette marchandise une fois achetée, il se charge généralement lui-même de l’écouler à Cadix, où nous le retrouvons régulièrement entre 1718 et 1721. Le commerçant F. de Siscara apparaît donc capable de mobiliser de fortes sommes sans se trouver pour autant à la tête d’une véritable société de commerce. Il accompagne le plus souvent personnellement sa propre marchandise, ne dispose pas encore de véritables correspondants ni de facteurs, et travaille surtout en association avec un autre commerçant de la même importance économique que lui, son compère Pedro de Roxas15.

  • 16 Ces marins avaient le droit de disposer d’une petite quantité de marchandises, le rancho, d’un vol (...)
  • 17 Ces militaires sont : G. del Real, teniente de infantería de marina de la armada ; Antonio de Andr (...)

8De fait, cette envergure encore moyenne de Francisco de Siscara coïncide avec son maintien au sein de l’armée. Depuis 1711, il est soldat dans une compagnie à cheval commandée par le capitaine José Gaspar de Angulo à Veracruz. Six années durant, il mène cette occupation militaire en parallèle avec les activités commerciales dont nous avons retrouvé les traces. Reformado en 1717 de sa compagnie de cavalerie, il réussit à se faire engager en 1718 dans la flotte de Barlovento. Ce recrutement lui assure à peu de frais les facilités de transport et de commercialisation tolérées par la coutume aux marins du bord16. Ainsi, c’est durant cette période d’une trentaine de mois qu’il réalise plusieurs voyages transatlantiques au cours desquels il écoule les marchandises acquises en grande quantité auparavant. Cependant le choix de Francisco de Siscara tendrait à confirmer que le commerçant n’avait pas encore acquis une surface commerciale suffisante pour se passer de ces artifices. De cette longue présence dans la milice locale contrôlée par le monde du commerce, il en retire encore de nombreuses et solides amitiés. En 1730, alors qu’il a quitté l’univers militaire depuis plus de 10 ans, il est encore capable de mobiliser en sa faveur une dizaine de militaires de grades différents17.

9Avec la fin de la décennie 1710 s’achève la première période d’activité de Francisco de Siscara. Militaire et commerçant tout à la fois, il semble avoir obtenu une certaine reconnaissance parmi ses pairs, exerçant pour l’année 1714 avec le commerçant José de Zabaleta, chevalier de l’ordre de Saint-Jacques, la charge d’alcalde ordinario. Il n’en reste pas moins un commerçant d’une importance plus que moyenne, dont un des atouts les plus remarquables reste sans doute le réseau relationnel déjà tissé. Protégé par les principaux commerçants créoles locaux, aidé d’un associé aux activités complémentaires aux siennes, soutenu par des parents et alliés métropolitains installés sur place, dont certains acquis grâce à son mariage, fort enfin des liens noués avec de nombreux militaires en majorité d’origine locale et de ses contacts familiaux toujours vivants avec La Havane, c’est un Espagnol profondément enraciné dans le tissu social et économique local qu’est devenu l’immigrant Siscara. Et c’est sur cette base solide bien que banale en soi que ce métropolitain d’origine va se transformer progressivement en une personnalité proprement locale, véritable créole d’intérêts sinon de naissance.

  • 18 Il versa cette somme en deux fois : 1 500 doblones au comptant avant son embarquement et le solde (...)
  • 19 En effet, les postes de real hacienda qui étaient soumis au beneficio revenaient toujours après le (...)

10La deuxième étape de la vie professionnelle de Francisco de Siscara débute pour nous dans la discrétion. Nous n’avons en effet pu retrouver le moment précis du tournant décisif que négocie ce militaire-commerçant. Ce qui reste sûr cependant c’est son rapprochement avec le trésorier de la caisse royale de Veracruz alors en poste, Francisco San Juan de Santa Cruz. Cet ancien militaire lui aussi, né en Biscaye à Barrieta, avait acheté au prix de 2 500 doblones l’office de trésorier de Veracruz en mai 170718. Dans le titre de nomination et eu égard à la somme complémentaire de 1 500 ps. versée au roi, il avait obtenu un privilège remarquable : le droit de désigner après 8 ans d’exercice son successeur19. En 1716 donc, il se mit en recherche d’un remplaçant. Revendit-il le poste ? Désigna-t-il simplement un substitut, gardant pour lui la responsabilité de la fonction ? A quelle date se réalisa la transaction ? Nous ignorons les détails précis de l’arrangement. Nous savons simplement qu’en 1718, Francisco San Juan de Santa Cruz fut mis en cause pour sa gestion passée, arrêté et envoyé en Espagne sur ordre du vice-roi. On lui laissa alors seulement le droit d’exercer son privilège en désignant un successeur dont nous ignorons encore le nom. Quelques mois plus tard, en février 1719, le conseil des Indes décida la suspension définitive des officiers royaux de cette caisse, dont Francisco San Juan de Santa Cruz. Le cas de son remplaçant resta totalement ignoré du conseil, la seule responsabilité incombant aux yeux de ce dernier à celui qui jouissait de la nomination royale.

  • 20 Parmi ces individus communs aux deux réseaux on retrouve essentiellement des regidores de Veracruz (...)

11Durant ces années, Francisco de Siscara se trouve donc être totalement dans l’ombre de son prédécesseur. Exerce-t-il lors de ses escales à Veracruz comme suppléant du titulaire inculpé ? C’est possible. Ce qui par contre est sûr, c’est sa décision, en accord avec les représentants à Veracruz du clan de Francisco San Juan de Santa Cruz, d’obtenir du roi, lors de son voyage en Espagne en 1720-21, l’approbation de la succession du titulaire. De fait, parmi les relations du trésorier inculpé en Espagne, on retrouve des noms de membres du réseau relationnel tissé par Francisco de Siscara20. Il semble donc bien que le groupe des commerçants gravitant autour des officiers royaux en poste jusqu’en février 1719 se décida, au vu des sévères sanctions imposées, à profiter de la concession de 1707 afin de défendre au mieux leurs intérêts. La tractation se noua donc avec Francisco de Siscara qui, sans être véritablement membre à part entière du réseau précédent, se trouvait en étroite relation avec eux. À son retour d’Espagne, Francisco de Siscara se retrouva donc aux fonctions de trésorier de Veracruz sans disposer d’aucun titre royal personnel. Mieux même : aux yeux du conseil des Indes qui tolère sa présence au poste de trésorier, il ne semble pas exercer de responsabilité véritable. Celui-ci continue en effet à ne considérer comme seul titulaire que Francisco San Juan de Santa Cruz, pourtant suspendu et en instance de jugement.

  • 21 Cette situation, à notre connaissance unique pour l’ensemble de l’administration des finances de N (...)

12Par la suite, en 1726, alors que le conseil des Indes n’avait toujours pas prononcé son arrêt définitif sur le cas des officiers de Veracruz suspendus en février 1719, on restreignit sensiblement le droit concédé en 1707 à Francisco San Juan de Santa Cruz. On transforma officiellement le successeur désigné par ses soins en simple remplaçant d’un titulaire absent, conformément à une pratique administrative courante. À partir de cette date et jusqu’à la suspension imposée en 1730 à la suite de l’enquête du juge J. G. de Osilla y Rayo, Francisco de Siscara exerça donc à ce seul titre les fonctions de trésorier de la caisse de Veracruz. Cet officier royal connut ainsi une carrière administrativement exceptionnelle. En poste durant plus de 10 ans, il remplit les fonctions de trésorier sans avoir à aucun moment bénéficié de la moindre nomination officielle21. De fait, son accession au poste de trésorier résulte avant tout de tractations multiples, en relation étroite avec les intérêts locaux, soucieux de se prémunir au mieux contre les sévères décisions imposées par un juge un peu trop tatillon à leurs yeux. Une fois au poste d’officier royal, Francisco de Siscara se révéla avant tout être un commerçant investi d’un pouvoir administratif étendu. Une dizaine d’années durant, il mit le pouvoir de l’officier royal au service du commerçant et de ses relations. La conjonction de ces deux éléments contribua alors au renforcement significatif du réseau et à l’irrésistible ascension économique d’un commerçant jusqu’alors modeste.

  • 22 Il s’agit des galettes soumises à une double cuisson et destinées en priorité à constituer le prin (...)
  • 23 Ces approvisionnements étaient offerts aux enchères publiques organisées par les officiers royaux (...)
  • 24 AGI, Escribanía de cámara, leg. 303A, cah. 1, fols. 1 à 12.
  • 25 AGI. Escribanía de cámara, leg. 303A, cah. 5, fols. 3 à 25.
  • 26 AGI, Escribanía de cámara, leg. 303A, cah. 8, fols. 1 à 8 et 303C, cah. 28, fols. 12 à 47.

13Le rayonnement économique de Francisco de Siscara est irrémédiablement attaché à son associé des premiers temps, Pedro de Roxas. Avec l’argent emprunté auprès de Francisco de Siscara, Roxas avait organisé un commerce sur les farines de Puebla et la fabrication du viscocho22. Avec l’arrivée aux responsabilités de la caisse royale de son associé, Pedro de Roxas se voit réserver le vaste marché de l’approvisionnement des navires accostant dans le port. Durant une dizaine d’années, flottes ou navires de registres, voire parfois les fournitures occasionnelles destinées à certains presidios sont confiés à ses soins23. Ainsi, en 1726, c’est la société de Pedro de Roxas représentée par son homme de paille, le regidor Francisco de Valverde, qui se fit attribuer un important marché de farines expédiées à La Havane24. Cette même année, le même homme emporta la ferme du ravitaillement de la flotte se préparant à quitter le port25. Ce véritable monopole, indépendamment du fait qu’il réservait aux proches de Francisco de Siscara un marché rémunérateur et captif, signifiait aussi, faute de concurrence sérieuse, une augmentation significative des prix imposés aux navires royaux. Ces augmentations artificielles se révélèrent, lors de l’enquête, avoir été substantielles : pour la seule flotte de 1726 le surcoût imposé par Pedro de Roxas fut calculé à plus de 6 000 ps. Et les abus retenus dans ce seul domaine par l’acte d’accusation dressé par le juge en mai 1730 firent l’objet de quatre charges distinctes contre l’officier royal dont le montant représentait plusieurs dizaines de milliers de pesos26. Ces activités fort rémunératrices s’étendirent ultérieurement à toutes les marchandises pénétrant dans le port de Veracruz. Fort de l’impunité offerte par son associé officier royal, Pedro de Roxas s’assura progressivement un véritable contrôle sur l’activité commerciale du port. Tous les moyens disponibles furent employés : depuis les regalias pour autoriser des débarquements jusqu’aux saisies de marchandises destinées à alimenter le magasin de Pedro de Roxas en passant par les pressions sur les patrons de navires les incitant à approvisionner prioritairement le magasin du même Pedro de Roxas. Le témoignage d’un commerçant de Cadix spécialisé dans les échanges transatlantiques apporte dans ce domaine des précisions exceptionnelles.

  • 27 Ce témoin distingue ainsi deux méthodes d’importation frauduleuses. L’une concerne les marchandise (...)
  • 28 Témoignage de Francisco Fernadez Ulloa de novembre 1729. AGI, Escribanía de cámara, leg 303A, cah (...)
  • 29 La plupart des témoignages recueillis par les enquêteurs évoquent cette connaissance publique et l (...)

14Francisco Fernandez Ulloa explique d’abord les mécanismes imposés par les officiers royaux pour le calcul des différentes dîmes prélevées sur les marchandises entrant illégalement dans le port27. Il raconte ensuite comment, selon un arbitraire apparent, de nouvelles extorsions pouvaient être imposées à tel ou tel sous forme de saisies partielles de marchandises et de taxations supplémentaires sur la cargaison non saisie. En fait, ces abus supplémentaires visaient prioritairement ceux des commerçants qui refusaient de travailler avec Pedro de Roxas. Pour ces récalcitrants, tel le commerçant de Cadix Jacobo Dopere, cela se transforma très vite en véritable persécution... Il leur fallait en effet se soumettre au monopole de la distribution pour Veracruz, possédé par Pedro de Roxas, et l’approvisionner en lui vendant les marchandises à moitié prix. Faute de quoi, le marché local leur était interdit et les saisies probables. En fait, le commerçant Pedro de Roxas agissait en seul maître du marché local. Il possédait ses propres navires ce qui lui permettait de s’approvisionner à tout moment, ses marchandises échappant à tout contrôle. Comme le confirme Francisco Fernandez Ulloa, ce pouvoir démesuré lui venait d’abord de sa position de représentant des officiers royaux, en agissant en leurs noms comme leur caxero28. La domination commerciale de Francisco de Siscara et de Pedro de Roxas se traduisit par un renforcement spectaculaire de leur réseau relationnel. Et c’était bien là la principale manifestation de leur nouveau pouvoir et de leur imposant prestige dans le port. Pedro de Roxas était en effet devenu regidor et Francisco de Siscara le serait probablement devenu lui-même si la loi ne l’en avait pas empêché. Par ailleurs, leur pouvoir mutuel sur le port dépassait de très loin le seul milieu local. De Mexico à Oaxaca en passant par Puebla et sans doute jusqu’à Cadix, nul ne semblait ignorer les réalités des pratiques imposées par les deux hommes29. Leur impunité, dix ans durant, traduit, autant que tous les témoignages évoquant les menaces et violences dont ils usèrent et abusèrent, l’ampleur de leur puissance. Aussi n’est-on pas surpris lorsqu’en 1730, après l’arrivée de l’enquêteur nommé par le vice-roi, tout ce que Veracruz comptait comme puissants se retrouva aux côtés de l’officier menacé.

  • 30 La liste de l’ensemble des témoins invités à comparaître à la demande de Francisco de Siscara et d (...)

15Aux nombreux regidores depuis longtemps ses alliés, s’étaient adjoints un ancien gouverneur capitaine général du Yucatan recyclé dans les affaires, Antonio de Cortayre, ainsi que le gouverneur en titre de Veracruz, le chevalier de Saint-Jacques José Lorenzo de Burgos. Mais il y a davantage. L’essentiel de l’appareil administratif local soutenait manifestement et ouvertement Francisco de Siseara. Ce ne sont pas moins de 19 officiers locaux aux diverses fonctions qui se précipitent pour innocenter l’inculpé. La majorité se recrute bien sûr parmi les subordonnés de la caisse royale : sept officiers subalternes et six gardes, tous rattachés à l’administration locale des finances. Mais on retrouve aussi dans le réseau de Francisco de Siseara des officiers administrativement plus autonomes et puissants. C’est ainsi que témoignent en sa faveur six importants officiers locaux : l’escribano mayor de registro y real hacienda José Munoz Calderon ; les deux lieutenants de l’alguacil mayor y guarda mayor du port, les frères Juan et Ignacio de Frias ; un officier payeur de la flotte, Francisco Sanchez de Lavandero ; un officier de escribanía, registro y real hacienda, Alonso José de Andrade et enfin Antonio Teodoro de Vega, alguacil mayor à Veracruz. L’extension remarquable de ce réseau se complétait finalement par la présence de nombreux vecinos du port, tous plus ou moins directement reliés aux activités commerciales : divers commerçants, aussi bien locaux que métropolitains, des corredores de lonja, des propriétaires de boutiques et même un armateur, Santiago de Zuzara30.

  • 31 AGI, Escribanía de cámara, leg. 303A, cah. 1, fol. 86.
  • 32 Précisons à ce propos le goût du secret de Francisco de Siscara qui allait jusqu’à s’attribuer des (...)

16À la puissance acquise par les deux hommes venait s’adjoindre une solide fortune. L’ensemble des fraudes prouvées lors de l’enquête représenterait, selon le propre vice-roi Casafuerte, plusieurs centaines de milliers de ps. prélevés indûment une dizaine d’années durant et partagés il est vrai entre les trois officiers royaux inculpés dans cette affaire. En février 1730, l’enquêteur Nicolas de Pozas saisit chez Pedro de Roxas plus de 24 000 ps. appartenant à Francisco de Siscara. Cette somme était inscrite sur son registre au nom de José Osores de Sotomayor, qui n’était autre qu’un compère de Francisco de Siscara. Il venait de ramener ce capital d’Espagne : « Procedidos del caudal que le confio recien venido de Espana, de mercaderia que traxo, de jornales, de negros y de utilidades en empleos en que le ha interesado31. » On constate donc l’aisance de Francisco de Siseara à mobiliser des sommes importantes pour ses activités commerciales. A la différence de ses premières années, il dispose maintenant de relais qui assurent en son nom l’écoulement de la marchandise. Cela laisse supposer une activité commerciale soutenue, structurée, bénéficiant avant tout de la protection que lui assure sa charge de trésorier du roi. Il en acquiert une solide fortune personnelle, difficile cependant à cerner avec précision car habilement masquée derrière de nombreux hommes de paille que l’enquêteur lui-même ne réussit pas toujours à démasquer32. On comprend en tout cas que la fortune amassée et surtout le pouvoir exercé ne laissèrent pas la petite société portuaire indifférente. Et c’est bien dans cette concentration des pouvoirs politiques et économiques qu’il faut voir l’origine des dénonciations dont Francisco de Siseara fut finalement victime.

  • 33 Voir l’enquête menée en 1721 par José de Campillo y Cosio à cet égard. AGI, Escribanía de cámara, (...)
  • 34 AGI, Escribanía de cámara, leg. 303B, cah. 17, fol. 1.

17Son principal délateur fut précisément son collègue, le factor Juan de Avila. Ce dernier avait été désigné à ce poste à titre intérimaire par le vice-roi, lors de la suspension de titulaires en février 1719. La rumeur locale l’accusait d’avoir joué un rôle plus qu’ambigu lors de cette première enquête, contribuant par ses accusations à la cessation du factor alors en place, Christobal de Retes, impliqué dans une confuse affaire de vente frauduleuse de fer33. Il ne semble cependant pas que cela ait nui de quelque manière aux relations amicales qu’il noua alors avec Francisco de Siseara. Selon divers témoins, dont Pedro de Roxas, ils prirent l’habitude de se tutoyer et se donnaient publiquement du compadre. Postérieurement et malgré les dires de ce même Pedro de Roxas, leurs relations se dégradèrent vers 1726 pour une affaire de mœurs. Juan de Avila était un protégé de l’évêque de Puebla et des membres puissants de sa parentèle. Aussi vit-il dans la visite pastorale de son protecteur en 1726 une occasion d’en imposer à son collègue, et cependant rival, et le dénonça, comme l’affirme Francisco de Siseara lui-même : « Tuvo con el graves desazones, y en particular uno que se originó en la casa de Francisco de Siseara por tener este entendido que el expresado Juan de Avila le delató con el illus-trísimo obispo de Puebla de que cometía el grave delito de incesto con una comadre suya siendo falso34. »

  • 35 AGI, Escribanía de cámara, leg. 303B. cah. 17, fols. 3-5
  • 36 AGI, Escribanía de cámara, leg. 303B, cah. 17, fols. 47-49
  • 37 Il n’a de cesse de se porter garant de l’honnêteté de cet officier, obtenant pour lui une rapide r (...)

18L’affaire fit grand bruit, car à l’adultère s’ajoutait le péché d’inceste. L’évêque imposa en toute priorité au pécheur de baptiser le deuxième enfant né des relations coupables entretenues avec cette femme. Il ordonna également le départ de celle-ci, qui vivait chez Francisco de Siscara et que lui-même avait marié avec l’un de ses criados... La délation empoisonna rapidement les relations des deux hommes qui passèrent du stade de la dispute à celui de violents échanges, tant verbaux que physiques. Juan de Avila se sépara alors totalement du puissant groupe de Francisco de Siscara, et ne perdit plus une occasion pour assouvir sa vengeance. Dans sa faiblesse, il recourut essentiellement aux atouts dont il disposait : la dénonciation anonyme. Il informa d’abord son protecteur du non-respect de l’interdiction de cohabitation imposé à Francisco de Siscara et à sa concubine. Après de longs mois de patience, l’évêque se décida à frapper : il ordonna l’expulsion de la femme hors de Veracruz, qu’elle dut finalement quitter en mai 1728. Quelques mois plus tard, quand l’enquête fut décidée par le vice-roi Casafuerte, la rumeur publique de Veracruz en désigna unanimement l’instigateur dans la personne de Juan de Avila35. Certes, ce dernier se défendit d’avoir joué les corbeaux. Il argua d’une lettre officielle adressée par lui en novembre 1727 à l’évêque de Puebla lui implorant la clémence pour le couple adultère36. Mais en réalité, derrière ces manifestations de soumission à Francisco de Siscara, plus puissant que lui, Juan de Avila ne cessait d’agir contre son ancien ami devenu rival. C’était bien grâce aux dénonciations de Juan de Avila que Casafuerte avait pu rédiger les deux rapports si explicites sur les comportements des officiers de Veracruz. La protection indéfectible que lui ménagea le vice-roi Casafuerte tout au long de l’enquête décidée en 1729 et qui officiellement concernait tous les officiers royaux du port fut le prix de ce double jeu. Fort de son autorité, Casafuerte découragea systématiquement les inspecteurs dans leur labeur de vérification dès qu’ils s’attachaient de trop près aux agissements du factor37.

19L’histoire vécue par Francisco de Siscara à Veracruz une trentaine d’années durant est révélatrice du fonctionnement de la société coloniale en ce début de xviiie siècle. Contrairement aux conceptions trop figées donnant de cette société une image cloisonnée entre ses différentes composantes ethniques (créoles, métropolitains, métis) le cas analysé ici incite plutôt à considérer la souplesse du système social. Si les rivalités entre les différents constituants humains du monde américain sont constantes, elles s’accompagnent le plus souvent du recours aux compromis, aux rapprochements, aux collaborations. Participant d’un univers d’Ancien Régime dont la prégnance des « états » – bien que de nature différente ici – se révèle tout aussi forte que dans l’Europe occidentale de la même époque, la société coloniale donne cependant la preuve d’une réelle adaptabilité. La place d’un individu y est donc bien moins déterminée par sa naissance que par sa capacité à jouer des réalités qui l’entourent.

  • 38 M. Bertrand, « Comment peut-on être créole ? », L’Expression des identités américaines, colloque d (...)

20Dans cette fluidité sociale permanente, le rôle dévolu aux alliances tient le rang principal. À la fois et successivement protégé et protecteur, chaque individu mesure son rayonnement personnel dans son univers social en terme de relations. Celles-ci se composent en priorité des individus qui constituent sa « famille ». Généralement, comme c’est le cas ici pour un immigrant, elle ne saurait être autre que celle de l’épouse que l’on s’est choisie. C’est dire l’importance des stratégies matrimoniales dans cette société coloniale, tout particulièrement pour ces individus d’origines relativement modestes38. À cette famille, appartiennent aussi tous ceux avec lesquels on entretient des liens de compérage. C’est parmi ces compères que l’on désigne le plus souvent ses plus proches collaborateurs, hommes de paille ou bénéficiaires des cessions de pouvoirs destinées à la gestion de questions précises. C’est à eux que l’on s’en remet pour régler les affaires que l’on ne saurait traiter soit-même du fait des empêchements les plus divers : interdictions légales, éloignement, souci de la discrétion... Appartiennent aussi à la famille les criados, hommes et femmes de peu, que l’on utilise selon ses désirs ou ses convenances : en les chargeant de missions périlleuses ou déshonorantes que l’on ne pourrait remplir dignement soi-même, en les mariant à sa guise ou en les plaçant dans son lit. Les bâtards nés de ces unions illégitimes vivent alors parmi les autres rejetons dont ils ne se distinguent pas vraiment, contribuant à étoffer la parentèle. Ce n’est que ponctuellement, quand un désir profond d’assouvir une vengeance personnelle se manifeste, que cette présence peut se transformer en un argument sérieux dont on peut jouer avec efficacité devant les autorités morales et politiques.

21Au-delà des « parents » se retrouvent tous ceux auprès de qui l’on est redevable d’une protection dans l’exercice de ses affaires, des « patrons » en quelque sorte. Politiquement puissants à l’échelle locale, ils assurent grâce à leur soutien les premiers pas du protégé dans le monde. Le choix de ces relations personnelles se fonde sur les critères les plus variables parmi lesquels s’imposent les avantages attendus de la tutelle recherchée. Une fois solidement installé, le nouveau venu cherche à voler de ses propres ailes, jouant alors à son tour ce rôle de « protecteur » auprès d’individus plus modestes : prêts d’argents, faveurs, interventions sont alors les actions que l’on se doit de mener pour d’autres comme cela l’a été pour soi. Cependant, dans la constitution d’un réseau de dépendants, il existe des paliers que l’on ne pourrait franchir sans de solides atouts. Parmi ceux-ci, l’obtention d’une responsabilité administrative se révèle décisive. Le pouvoir dont on se trouve investi sert alors autant pour soi que pour ses proches. En d’autres termes : si l’office va contribuer à assurer l’affirmation de la richesse et du prestige du titulaire, il va aussi servir à distribuer aussi loin que possible utilités et protections, avantages et exemptions. Il permet ainsi, dans un véritable effet de « boule de neige », un développement inespéré du réseau relationnel. En même temps, on se doit de ne pas négliger de faire bénéficier ses premiers protecteurs des avantages nouveaux offerts par sa propre situation. Ainsi disséquée, la société coloniale apparaît comme un entrelacement complexe, changeant, en perpétuel mouvement, de relations personnelles nouées dans de multiples occasions par un individu au cours de sa vie. Dans ce lacis relationnel, la fluidité devient le trait dominant. Les réseaux de protection et de clientélisme en viennent à constituer de complexes enchevêtrements pyramidaux qui se font et se défont au gré des accidents de la vie : un décès, une querelle, un mariage, l’établissement d’un enfant sont autant de circonstances où leur secours se révèle indispensable et l’occasion idéale pour en mesurer fiabilité et fidélité. La complexité, l’ampleur, l’efficacité des réseaux constitués par les élites locales en viennent alors à déterminer leur place dans la société coloniale.

22Dans de petites cités comme pouvait l’être Veracruz au début du xviiie siècle, ces réseaux devinrent de fait les principaux rivaux de l’administration centrale coloniale. L’absence d’autorités administratives prestigieuses confiait la représentation locale du pouvoir royal aux seuls officiers du roi disposant de quelque crédit : les officiers de finances. Leur prestige attirait fidèles et dépendants, créant autour d’eux une structure relationnelle des plus étendues. Elle leur assurait alors, non seulement le contrôle de l’appareil administratif local, mais aussi l’affirmation d’un poids important dans la vie politique et sociale locale. Elle se prolongeait généralement par une plus grande accessibilité aux richesses locales, et tout particulièrement par une participation active aux activités commerciales pourtant interdites à ces officiers. Le contrôle du pouvoir royal sur les réalités locales se trouvait alors monopolisé au profit d’intérêts locaux structurés en pouvoirs parallèles, par et autour des officiers royaux. Face à ces hydres immatérielles, mais ô combien présentes, l’autorité royale ne disposait que d’une seule réponse, à l’efficacité toute relative : la privation de charge pour l’officier concerné. Telle fut bien la fin apportée à l’aventure de Francisco de Siscara.

  • 39 En mai 1730, alors qu’il exerce comme officier royal intérimaire, il vient en effet témoigner à dé (...)

23Suspendu par le vice-roi Casafuerte dès la mi-1730, le conseil des Indes confirma cette sanction vers la fin de l’année 1731 au vu des vingt-huit charges retenues contre lui. Alors que le conseil n’avait pas encore statué définitivement sur le cas, Francisco de Siscara mourut peu après en 1732 à Veracruz, à peine âgé de cinquante-deux ans. Sa mort inopinée mit naturellement un terme aux poursuites engagées contre lui. Le poste dont il avait hérité dans des conditions fort peu régulières fut déclaré vacant par le conseil des Indes en février 1733. alors que cette institution ignorait encore son décès, signe tangible de la sanction qui allait être prononcée à son encontre. Cependant, la désignation de son successeur par ce même conseil fut, involontairement sans doute, le dernier pied de nez du défunt à ses censeurs : il nomma Francisco de Alarcon y Ocana, castillan d’origine installé depuis plus de dix-sept années à Veracruz et... membre du réseau du précédent trésorier39 ! Preuve s’il en était besoin que, les coupables disparaissant, pratiques et structures de pouvoir ne leur en survivaient pas moins.

Notes

1 AGI, Escribanía de cámara, leg. 303C, cah. 28, fols. 1-4.

2 M. Bertrand, « Sociétés secrètes et finances publiques : fraudes et fraudeurs à Veracruz aux xviiie et xviiie siècles », Mélanges de la Casa de Velazquez, T. XXVI/2, p. 106-128, 1990, diffusion De Boccard, Paris.

3 AGI, Escribanía de cámara, leg. 303B, cah. 17, fols. 47-57.

4 L’ensemble des informations biographiques concernant la famille de F. Siscara se trouve dans AHN, ordenes militares, caballeros de Santiago, exp. 7789.

5 Cette chronologie recèle cependant une incohérence de quelques années. En effet, Francisco de Siscara est né en mars 1680 à La Havane. Or son père n’est affecté à ce même poste comme ingénieur qu’en 1683. Il est donc probable que le départ de Juan de Siseara vers les Antilles soit antérieur à sa promotion comme ingénieur militaire. A quel titre ? Nous l’ignorons totalement.

6 Elle lui survivra de quelques années, et mourra à La Havane elle aussi en septembre 1694 après avoir rédigé un testament. AHN, ordenes militares, caballeros de Santiago, exp. 7789.

7 AGI, Escribanía de cámara, leg. 303B, cah. 14, fol. 4.

8 AGI, Escribanía de cámara, leg. 303 A, cah. 5, fol. 102.

9 AGI, Audiencia de Mexico, leg. 1121.

10 Il mène en effet une double carrière de commerçant et de soldat, obtenant en 1720 le grade de sergent major.

11 Juan Lazo Nacarino est même regidor perpetuo de la cité.

12 Ces regidores étaient, en plus de G. Saens Rico et J. Lazo Nacarino, J. A. de Hesayn, depositario general, P. de Roxas et Francisco de Valverde. AGI, Escribanía de cámara, leg. 303B, cah. 14 et 303A, cah. 10, fol. 2.

13 AGI, Escribanía de cámara, leg. 303A, cah. 5, fols. 113-117.

14 Sur cette somme, 70 000 ps. sont réservés à l’achat de marchandises destinées à être revendues en Espagne, le reste constituant l’argent placé à risque. AGI, Escribanía de cámara, leg. 303B, cah. 17, fol. 11.

15 En se fondant sur le schéma dessiné par L. Schell Hoberman, il est probable que F. Siseara ne soit encore pour l’essentiel que commissionnaire des fortes sommes qu’il gère et qui appartiennent à divers individus plus ou moins proches de lui. L. Schell Hoberman, Mexico’s Merchant Elite, 1590-1660. Silver, State and Society. Duke Univ. Press, Durham and London, 1991, p. 41 et svtes.

16 Ces marins avaient le droit de disposer d’une petite quantité de marchandises, le rancho, d’un volume réduit et fixe, qu’ils étaient libres de négocier dans les ports de débarquement, et cela sans supporter les taxes habituelles imposées à toutes les marchandises.

17 Ces militaires sont : G. del Real, teniente de infantería de marina de la armada ; Antonio de Andrade, capitaine de dragons ; Joaquin de Leginazabal, capitaine de la compagnie des milices de Veracruz ; Juan Perez Vasco, lieutenant dans la compagnie de dragons du capitaine Andrade ; Andres Garrido, lieutenant dans la compagnie des dragons de J. Martinez Canabate ; Martin de Goicoechea, capitaine des milices de Veracruz ; Santiago de Susarra, artilleur à San Juan de Ulloa ; Miguel Ruiz, cabo de escuadra ; J. M. Sabeli, soldat ; Manuel de Espinosa, soldat. AGI, Escribanía de cámara, leg. 303A, cah. 10, fol. 2 et leg. 303B, cah. 14.

18 Il versa cette somme en deux fois : 1 500 doblones au comptant avant son embarquement et le solde lors de sa prise de poste en décembre 1707. AGI, Audiencia de Mexico, legs. 454 et 1971.

19 En effet, les postes de real hacienda qui étaient soumis au beneficio revenaient toujours après le décès du bénéficiaire au roi qui se chargeait de nommer un successeur. Les cas de cession sur deux vies se révèlent être exceptionnels et ne furent utilisés que durant les années 1700-1714. Ibid.

20 Parmi ces individus communs aux deux réseaux on retrouve essentiellement des regidores de Veracruz ainsi que Francisco Miguel Velad, commerçant et parent du factor Juan de Echegaray impliqué dans les mêmes abus que Francisco de San Juan de Santa Cruz. AGI, Escribanía de cámara, leg. 303B, cah. 15 et M. Bertrand, « Sociétés secrètes et finances publiques... », op. cit.

21 Cette situation, à notre connaissance unique pour l’ensemble de l’administration des finances de Nouvelle-Espagne, démontre le glissement juridique qui affecta les offices soumis à beneficio. Cette pratique transformait de fait ces offices en charges vendibles y renunciables. On se doit cependant de souligner que ce qui aurait signifié un déclin accru de l’autorité royale durant la phase aiguë du recours au beneficio resta somme toute un phénomène rare.

22 Il s’agit des galettes soumises à une double cuisson et destinées en priorité à constituer le principal élément de la ration alimentaire du marin.

23 Ces approvisionnements étaient offerts aux enchères publiques organisées par les officiers royaux sous la forme de l’asiento del viscocho y de la miniestra. AGI, Escribanía de cámara, leg. 303A, cah. 5, fols. 72-73, témoignage de l’alferez Lazaro de Purages en novembre 1729.

24 AGI, Escribanía de cámara, leg. 303A, cah. 1, fols. 1 à 12.

25 AGI. Escribanía de cámara, leg. 303A, cah. 5, fols. 3 à 25.

26 AGI, Escribanía de cámara, leg. 303A, cah. 8, fols. 1 à 8 et 303C, cah. 28, fols. 12 à 47.

27 Ce témoin distingue ainsi deux méthodes d’importation frauduleuses. L’une concerne les marchandises de forte valeur et faible volume, dont la présence à bord des navires était déclarée, mais selon des estimations falsifiées. Contre un prélèvement de 15 % sur la valeur réelle de la marchandise transportée (les officiers de Veracruz imposaient pour ce calcul la présentation de la facture) ils négligeaient d’ouvrir le paquet concerné lors de son entrée à Veracruz. Pour les marchandises hors-registres, le déchargement se réalisait ultérieurement et subrepticement, selon le même tarif que précédemment. Enfin les fraudes sur les caldos se limitaient aux ranchos des marins dont chaque tonneau introduit payait aux officiers de la caisse royale 4 à 6 ps. Pour une étude complète des mécanimes de fraude commerciale dans le port de Veracruz, voir M. Bertrand, « Sociétés secrètes et finances publiques... », op. cit.

28 Témoignage de Francisco Fernadez Ulloa de novembre 1729. AGI, Escribanía de cámara, leg 303A, cah 5, fols. 31 à 36.

29 La plupart des témoignages recueillis par les enquêteurs évoquent cette connaissance publique et lointaine de la situation locale. AGI, Escribanía de cámara, leg. 303A, cah. 5.

30 La liste de l’ensemble des témoins invités à comparaître à la demande de Francisco de Siscara et de ses coïnculpés de la caisse royale se trouve dans divers cahiers constituant les actes de l’enquête de J.G. de Osilla y Rayo et N. del Pozas. AGI, Escribanía de cámara, leg. 303A, cahs. 10 et 11, et leg. 303B, cahs. 12, 13, 14, 15 et 17.

31 AGI, Escribanía de cámara, leg. 303A, cah. 1, fol. 86.

32 Précisons à ce propos le goût du secret de Francisco de Siscara qui allait jusqu’à s’attribuer des noms de code dans les livres de comptes où ses affaires apparaissaient.

33 Voir l’enquête menée en 1721 par José de Campillo y Cosio à cet égard. AGI, Escribanía de cámara, leg. 299. L’accusation de délation portée contre Juan de Avila est exprimée par le témoin Juan Antonio de Zabalza en juillet 1730. AGI, Escribanía de cámara, leg. 303B, cah. 17, fol. 35.

34 AGI, Escribanía de cámara, leg. 303B, cah. 17, fol. 1.

35 AGI, Escribanía de cámara, leg. 303B. cah. 17, fols. 3-5

36 AGI, Escribanía de cámara, leg. 303B, cah. 17, fols. 47-49

37 Il n’a de cesse de se porter garant de l’honnêteté de cet officier, obtenant pour lui une rapide réintégration dans son poste. AGI, Escribanía de cámara, leg. 303.

38 M. Bertrand, « Comment peut-on être créole ? », L’Expression des identités américaines, colloque de Toulouse en novembre 1992, Caravelle, n° 62, 1994.

39 En mai 1730, alors qu’il exerce comme officier royal intérimaire, il vient en effet témoigner à décharge à la demande de Francisco de Siscara.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540