Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Indes occidentales à l’Amérique Latine. Volume 1

 | 
Thomas Calvo
, 
Alain Musset

Espace et territoire

Toponymie vivante et toponymie morte (Huasteca, Mexique)

Guy Stresser-Péan

Texte intégral

Les études de toponymie indigène au Mexique

1La plupart des études de toponymie indigène au Mexique ont porté sur des noms de villes ou de villages, plus rarement sur quelques noms de montagnes, de lacs ou de cours d’eau. Les noms de lieux-dits, généralement peu connus, n’ont guère retenu l’attention. Les noms de lieux importants peuvent généralement être localisés sur les cartes topographiques modernes, qui ne sont pas exemptes d’erreur. Mais les données actuelles de la géographie ont surtout besoin d’être complétées et corrigées par celles de l’histoire car, depuis le xvie siècle, de nombreuses localités mexicaines ont disparu, ont été déplacées ou ont changé de nom. En dépit de cela, beaucoup de noms de lieux importants sont antérieurs à la conquête espagnole. Ils nous renseignent sur l’ancienne civilisation mésoaméricaine, et bon nombre d’entre eux ont été liés aux épisodes de l’histoire précortésienne. Ils étaient jadis représentés par des glyphes toponymiques qui, le plus souvent, pouvaient être lus en plusieurs langues différentes. Ainsi, par exemple, les villes du plateau de Toluca avaient des noms en nahuatl ou en otomi, de significations plus ou moins semblables.

2La plupart de ces noms de lieux importants ont été fixés et officialisés dès les débuts de l’époque coloniale, sous leur forme en langue nahuatl, parfois déformée ou mal comprise. Les conquérants, les missionnaires et les fonctionnaires espagnols se sont servis, avant tout, de cette langue, qui était très répandue et assez facile à transcrire. Les noms de lieux en d’autres langues n’ont guère été employés par l’administration coloniale que dans des régions écartées, comme le Michoacán ou le Yucatán, qui avaient échappées complètement à la domination aztèque. Mais, dans certaines régions du Mexique où tous les villages de quelque importance ont des noms en nahuatl ou en espagnol, vivent cependant des Indiens parlant d’autres langues, comme l’otomi, le mixtèque, le totonaque ou le huastèque. Ces Indiens ont souvent gardé le souvenir de leurs anciens noms de lieux et ils s’en servent quand ils parlent entre eux, dans leur propre langue. Le devoir des ethnologues et des linguistes est de recueillir ces anciens noms et leur signification, là où c’est encore possible.

3En France, les noms de lieux importants, ceux des cours d’eau, des montagnes, des villes..., sont figés depuis des siècles sous des formes anciennes plus ou moins évoluées linguistiquement, qui ne deviennent intelligibles qu’au prix d’études comparatives éru-dites. Seuls les lieux-dits, qui sont d’origine récente, sont généralement compréhensibles, ou font l’objet d’étymologies populaires. Au contraire, la toponymie de l’ancien Mexique, dans la mesure où nous la connaissons, semble avoir été vivante. La plupart des noms de lieux, qu’ils aient été importants ou non, avaient une signification connue et pouvaient être traduits d’une langue dans une autre. Un exemple frappant est celui de la ville de Tenochtitlán (assimilée à Mexico) qui avait un nom correspondant dans un grand nombre de langues différentes. Les Aztèques avaient coutume de traduire en nahuatl les noms indigènes des villes qu’ils conquéraient, ce qui permet d’utiles comparaisons.

Toponymie aztèque dans le centre de la Huasteca potosina

4En 1952, me trouvant engagé dans l’étude ethnologique des Indiens huastèques de l’État de San Luis Potosi, j’entrepris d’obtenir une vue d’ensemble de leur toponymie, vaste projet qui ne put être réalisé que très partiellement. Il me sembla alors, et je le crois encore aujourd’hui, qu’on ne connaît pas complètement les traditions d’un groupe indigène tant qu’on n’a pas enregistré et étudié les mots que ce groupe emploie pour désigner les lieux-dits de son entourage immédiat et les noms de lieux plus importants dans un rayon plus étendu. Nous verrons plus loin que ce genre d’études, mené dans plusieurs régions, révèle des différences significatives. La tâche préalable est celle qui consiste à recueillir sur place, à commenter et à localiser le plus grand nombre possible de noms de lieux, importants ou non. Ce travail, très fructueux, demande beaucoup de temps et de patience, car il faut parcourir le terrain pas à pas, avec un ou deux informateurs compétents et de bonne volonté, en notant chaque nom de lieu, en le discutant si possible et en le reportant sur un plan. C’était assez ingrat dans les années 1950 où l’on ne disposait pas encore de cartes topographiques précises, ni de photos aériennes de qualité suffisante.

5Nous avons ainsi recueilli la toponymie huastèque de la communauté de Tamaletóm, du municipio de Tancanhuitz, et celle de la communauté de Chununtzén, du municipio de Huehuetlán. Tamaletom, dont la superficie ne dépasse guère 7 km2, nous a fourni une cinquantaine de noms de lieux huastèques, soit environ 7 par km2. Chununtzén, avec son « ejido », nous était moins familier. Sur environ 30 km2, cette communauté nous a fourni environ 90 toponymes, soit environ 3 par km2. Ces noms de lieux, très variés, sont tous compréhensibles dans le dialecte huastèque régional. La plupart d’entre eux sont descriptifs et se rapportent à la végétation, au relief ou à l’hydrographie. Mais certains font allusion à des coutumes ou à des croyances de jadis, comme par exemple « L’eau des hommes-jaguars ». Également évocateurs sont les noms de grottes sacrées ou d’anciens lieux de culte. Les noms de collines ou de montagnes sont parfois groupés par couples, selon une très ancienne tradition.

6En plus des lieux-dits de leur propre territoire, les Huastèques de ces deux communautés connaissent partiellement ceux des communautés voisines. Par ailleurs, ils emploient dans leur forme huastèque originelle les noms d’un certain nombre de villages de la région, noms qui sont officiellement connus sous une forme huastèque altérée (cf. Tamuín pour Tamuyin), ou sous une forme espagnole (cf. Valles pour Tamtokow) ou sous une forme nahuatl (cf. Xilitla pour Tamziwol). Le centre de la Huasteca Potosina est donc une région de toponymie indigène riche, variée et encore vivante. Il nous semble que cette richesse témoigne de la grande ancienneté du peuplement huastèque, mais aussi et surtout de la vitalité des traditions indigènes dans des communautés restées autonomes et ayant conservé leur ancien mode de peuplement dispersé.

Toponymie des Huastèques actuels de l’État de Veracruz

7Les contacts que nous avons pu prendre avec les Huastèques de l’État de Veracruz ont été trop brefs pour nous permettre de bien juger de l’état de leurs connaissances en matière de toponymie. La grande médiocrité des cartes topographiques de ce secteur peu accidenté rendait d’ailleurs la tâche très ingrate. Notre opinion, en ce domaine, est plutôt le fruit d’une impression générale que d’une étude approfondie. Les Huastèques de Veracruz sont aussi anciennement installés dans leur région que ceux de San Luis Potosí dans la leur, mais leurs traditions sont, en général moins bien conservées. Il nous a semblé que ceux du municipio de Tantoyuca connaissaient assez peu de noms de lieux-dits en huastèque, l’un des plus intéressants étant, par exemple, celui du Cerro de Metlatepec, appelé Ch’ah-Ch’en. Ces Indiens paraissent généralement ignorer les noms de la plupart des villages importants situés hors de leur propre municipio, à l’exception de ceux de Huejutla Tamzaktok’oy, « Lieu de saules blancs », et de Huautla Tamt’iu, « Lieu d’aigles », dont la signification est la même qu’en nahuatl. Les Huastèques de Tantoyuca, opprimés depuis longtemps par les éleveurs et commerçants de langue espagnole, ne semblent pas avoir pu conserver des communautés indigènes jouissant d’une autonomie suffisante pour maintenir leurs traditions.

8Les cartes topographiques officielles du municipio de Tantoyuca montrent un nombre très réduit de noms de lieux d’origine huastèque, comme Tantima, Tamozuz, Tampalul, Moneque, Tampatel, Pachachen et Tanzaquil. La toponymie de cette région est essentiellement espagnole, avec un bon nombre de « huastéquismes » (comme Jacubal et Chijolar) et quelques noms nahuatl (comme Zilozuchil) ou nahuatlisés (comme Tametate). Plus à l’est, autour de la Sierra de Tantima ou Sierra Otontepec, il semble que les rares Indiens survivants des grandes épidémies du xvie siècle aient été autoritairement regroupés dans quelques gros villages, dont certains sont restés huastèques (comme Tancoco et Gutiérrez Zamora), ou nahuas (comme Tamalín ou Citlaltepec), tandis que d’autres (comme Chontla, Tantima, Amatlán et Chinampa) étaient envahis par les mestizos de langue espagnole. L’abandon du peuplement dispersé paraît avoir été, dans ce secteur, la cause principale de la quasi-disparition de la toponymie huastèque, ou de sa nahuatlisation partielle.

Toponymie nahua-mexicaine de la région de Huejutla (État de Hidalgo)

9Dans le nord-est de l’État de Hidalgo, les Indiens de la région de Huejutla parlent un dialecte nahuate particulier (qui s’étend aussi dans le sud-est de la Huasteca Potosina). Mais l’archéologie locale est huastèque et il n’est pas douteux que la langue huastèque a été remplacée ici à l’époque postclassique. C’est à peine si quelques noms de lieux huastèques ont survécu jusqu’à nos jours, mais il est évident que le nom nahuatl de Huejutla est la traduction du nom huastèque antérieur, que nous avons mentionné ci-dessus.

10La toponymie nahuatl de la communauté de Chililico, que nous avons pu recueillir partiellement, est donc relativement récente. Elle est assez nombreuse, mais n’a pas, de loin, la richesse et la variété de la toponymie huastèque des environs de Tancanhuitz et de Huehuetlán. Elle fournit beaucoup moins de témoignages des anciennes croyances et des anciennes traditions. Elle est, par ailleurs, plus concentrée car, du fait d’un peuplement moins dispersé, les noms de lieux-dits s’y font plus rares dès qu’on s’éloigne des fonds de vallée où se concentre la plupart des habitations.

Pauvreté toponymique de la région totonaque de Papantla (État de Veracruz)

11La région totonaque de Papantla présente un cas extrême de pauvreté de la toponymie indigène. Isabel Kelly et Angel Palerm (1952, p. 51) n’y ont trouvé qu’un nombre infime de noms totonaques de lieux-dits. Le plus important d’entre eux est sans doute celui de la fameuse pyramide du Tajin, ainsi nommée, selon nous, parce qu’elle est censée être la demeure des petits dieux de la foudre de ce même nom. La toponymie de la région est essentiellement espagnole, à l’exception de quelques villages anciens, comme Coatzintla, Tecolutla et Papantla qui ont conservé leurs noms en nahuatl. Mais les Totonaques des environs ne connaissent généralement pas de noms dans leur langue pour ces anciens villages. Tout au plus parlent-ils de Papantla en l’appelant Katchikin, mais ce mot veut simplement dire « la ville ». Or cette ville ne leur était pas étrangère car, au xixe siècle, sa population était encore, en grande partie, de langue totonaque.

12Qui plus est, la même pauvreté toponymique se retrouve, assez loin de Papantla, chez les autres Totonaques des terres basses de l’État de Veracruz. Ayant eu récemment l’occasion de prendre contact, à Chicontla et Patla, avec l’extrémité occidentale de ces terres chaudes, j’ai pu constater que leurs habitants ne connaissaient les villes ou bourgades des environs que sous leurs noms espagnols ou nahuas. Or, les Totonaques qui vivent plus à l’ouest et plus au sud-ouest, dans les montagnes du nord de l’État de Puebla, ont généralement bien conservé leur toponymie particulière. Nous avons pu le constater nous-mêmes dans la région de Huauchinango et de Naupan, où un certain nombre de villages, qui sont maintenant de langue nahuatl et ont des noms nahuas, ont aussi leurs noms totonaques. Ceux-ci sont employés dans la conversation entre Totonaques et leur signification est presque toujours la même que celle des noms nahuas correspondants. Plus au sud, Lombardo Toledano (1931, p. 25) a mentionné que la plupart des villages de la région montagneuse de Zapotitlân, Huehuetla, Olintla, etc., ont conservé leurs noms totonaques en plus de leurs noms nahuas. Qui plus est, Angel Palerm a trouvé, aux Archives nationales de Mexico, plusieurs documents du xviiie siècle qui, à propos de litiges territoriaux, mentionnent une très riche toponymie totonaque de lieux-dits (Kelly et Palerm, 1931, p. 52).

13Il est difficile d’expliquer ce contraste de richesse toponymique entre Totonaques de la Sierra et Totonaques des basses terres voisines du golfe du Mexique. On est d’abord tenté, à ce sujet, de rappeler la thèse de Wilkerson, selon laquelle les Totonaques n’auraient occupé ces basses terres qu’au cours de la période postclassique ancienne, en remplaçant une population antérieure de langue huastèque. Sans écarter cette hypothèse, on pourrait objecter que les Totonaques nouveaux venus auraient pu créer de nouveaux noms de lieux en leur langue, ne serait-ce qu’en traduisant les noms huastèques antérieurs. Nous sommes donc tentés de penser que ce fut surtout au cours du xvie siècle que se fit une véritable rupture avec le passé, rupture causée avant tout par les terribles épidémies introduites d’Europe. Ces maladies épargnèrent quelque peu les habitants des régions montagneuses, mais elles dépeuplèrent presque totalement les basses terres, plus malsaines. Là, ne subsistèrent que quelques petits groupes totonaques isolés, affaiblis, désorganisés, cernés par les grands domaines des éleveurs créoles ou métis. Enfin, au xixe siècle, la guerre d’indépendance, puis les mesures prises contre les communautés, entraînèrent des révoltes, créèrent une instabilité chronique et occasionnèrent de sérieuses pertes de vies humaines. Il n’est pas étonnant que les traditions totonaques en aient souffert, notamment dans le domaine des connaissances toponymiques.

14Il est probable qu’à l’époque précortésienne chaque peuple indigène du Mexique devait avoir sa propre toponymie, dans sa langue ou dans son dialecte particulier. Mais la richesse de cette toponymie en noms locaux, ou noms de simples lieux-dits, devait être plus grande dans les régions stables, occupées depuis longtemps par le même groupe humain, et surtout là où le mode de peuplement était dispersé. L’appauvrissement extrême de la toponymie indigène dans certaines régions semble pouvoir être attribué à des circonstances historiques ayant gravement réduit la population et ayant profondément altéré ses anciennes traditions. Les périodes les plus tragiques furent sans doute le xvie siècle, avec ses épidémies, et le xixe avec sa législation libérale, abolissant le système séculaire de la propriété collective.

Bibliographie

Bibliographie

DAUZAT (A.), 1939, Les Noms de lieux, origine et évolution, Delagrave, Paris.

GUZMAN BETANCOURT (I.), 1987, De toponimia y toponimos : contribuciones al estudio de nombres de lugares provenientes de lenguas indígenas de Mexico, Instituto Nacional de Antropología e Historia, Colección Divulgación, México.

KELLY (I.) and PALERM (A.), 1952, The Tajín Totonac, Part. 1, Smithsonian Institution. Institute of Social Anthropology, Washington.

LOMBARDO TOLEDANO (V.), 1931, Geografía de las lenguas de la Sierra de Puebla, con algunas observaciones sobre sus primeros y actuales pobladores, Universidad de México, t. III, n° 13, p. 15-48, México.

OCHOA (A.), 1987, Nombres de lugares en huasteco in Guzman Betancourt, 1987, p. 135-146. WILKERSON (S. Jeffrey K.), 1979, Huastec presence and cultural chronology in north-central Veracruz, Mexico, Actes du XLIIe Congrès international des américanistes, vol. IX-B, p. 31-47, Paris.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540