Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Indes occidentales à l’Amérique Latine. Volume 1

 | 
Thomas Calvo
, 
Alain Musset

Espace et territoire

Une petite province coloniale : le Costa Rica pendant la première moitié du xviiie siècle

Juan Carlos Solórzano Fonseca

Texte intégral

1Dans les premières années du xviiie siècle, cent ans après le début de la colonisation espagnole, la société coloniale de la province du Costa Rica semblait subir une importante transformation sociale. En ce qui concerne la région centrale du pays, où se trouvait le principal noyau de la colonisation espagnole, telle était la situation : une élite d’encomenderos habitant la ville de Cartago contrôlait et exploitait la population indigène rassemblée dans les villages créés à cet effet, de telle sorte qu’à la fin du xviie siècle la surexploitation de cette main-d’œuvre avait déjà provoqué chez les Indiens une chute démographique très significative. Par conséquence, la réduction des bénéfices issus du travail des indigènes provoqua une crise économique parmi les encomenderos. Par contre, la population non indigène s’était élevée de manière considérable, en particulier ceux que l’on appelait les « métis clairs ».

2Dans la région caraïbe, les Espagnols contrôlaient la vallée de Matina où ils développèrent la production cacaotière, le cacao étant le principal produit d’exportation de la province pendant la première moitié du xviiie siècle. Ce territoire comptait parmi ceux que les Espagnols n’avaient contrôlé que d’une façon marginale, à cause de fréquentes révoltes indiennes. Par ailleurs, les plaines du Nord, arrosées par les fleuves San Carlos et Sarapiquí, restèrent aussi à l’écart de la domination des centres de colonisation espagnole. Ces terres constituèrent un refuge pour des groupes d’Indiens qui fuyaient le contrôle espagnol. En ce qui concerne la région de la côte Pacifique, il y avait une différence entre la partie nord et la partie sud : tandis que la péninsule de Nicoya enregistrait une baisse de la population indienne et une augmentation du nombre de métis, le sud resta fondamentalement indien. Ici, la présence espagnole n’était constituée que par quelques reducciones (réductions) appartenant aux missions des religieux franciscains.

La Vallée centrale

3La ville de Cartago, alors capitale de la province, se trouve dans la partie orientale et montagneuse de l’intérieur du pays. Bien que peu peuplée à l’époque, car ses habitants s’étaient deplacés aux environs pour cultiver la terre, Cartago était au début du xviiie siècle la seule concentration urbaine espagnole. Parmi cette population environnante le nombre de paysans non indigènes avait fortement progressé, tandis qu’on y comptait à peine le chiffre de 248 familles indiennes. Dans les années qui suivirent 1730, plusieurs maladies et une pénurie de denrées alimentaires entraînèrent la mort de beaucoup d’Indiens, accentuant ainsi d’avantage la diminution de la population autochtone. D’autre part, afin de compenser la chute de main-d’œuvre indienne, les Espagnols envoyèrent deux expéditions militaires vers Talamanca, en 1747 et en 1748. Cet endroit, localisé sur la grande chaîne de montagnes du sud du pays (versant Atlantique), avait une forte concentration de population indigène et servait aussi de lieu de refuge pour les Indiens en fuite. L’objectif des Espagnols était la capture d’Indiens pour repeupler les villages autour de Cartago, ou bien pour en fonder d’autres avec ces captifs. C’est ainsi que le village de Tres Ríos fut fondé en 1748 avec des Indiens qui provenaient de Talamanca. Orosi, un autre village, fut repeuplé de la même manière à partir de 1756 par des missionaires franciscains. Toutefois, ces déplacements de population indigène vers la Vallée centrale ne changèrent guère la prédominance démographique des paysans non Indiens. Vers le milieu du siècle, le gouverneur Juan Gemmir y Lleonart élabora le tableau suivant où les chiffres sont consignés par catégorie ethnique et par sexe (voir tableau).

  • 1 « Visita apostólica y descripción topográfica, histórica y estadística de todos los pueblos de Nic (...)

4Dix ans plus tard, l’évêque Pedro Agustín Morel de Santa Cruz, ayant visité tous les centres de population du pays, signala que le total des familles rassemblées dans les villages Indiens de la Vallée centrale et ceux de la région caraïbe centrale (Atirro, Tucur-rique et Pejibaye) était à peine de 349. Ce chiffre représente à peu près le cinquième d’un total de 1 595 familles non indigènes. Celles-ci étaient disséminées aux environs de la ville de Cartago (700 familles) et des villages d’Aserri, Curridabat et Barva (895 familles)1. La région de la Vallée centrale était potentiellement très riche, grâce à sa population et à la fertilité du sol. Cependant, l’absence de débouchés intérieurs et extérieurs pour les produits agricoles peut expliquer pourquoi la plupart des paysans ne se consacrèrent qu’à produire les denrées nécessaires pour leurs familles. L’agriculture commerciale étant donc presque inexistante dans la province.

Population de la Vallée centrale en 1741

Population de la Vallée centrale en 1741

Source : « Población de Costa Rica por el Gobernador Juan Gemmir y Lleonart, año de 1741 », dans Archivo General de Centroamérica (Guatemala) Al, 17 liasse 210, dossier 5016 (année de 1741).

La région du centre et du sud caraïbe

  • 2 « Carta de fray Sebastián de las Alas a fray Diego de Macotela », 1690. Colección de documentos pa (...)

5Dès le début des explorations, au xvie siècle, la région caraïbe du Costa Rica avait éveillé l’intérêt des Espagnols. Dans un premier temps, les opérations se concentrèrent au sud, où l’on supposait qu’il y avait d’importants gisements de minéraux aurifères. Néanmoins, ces projets d’exploitation minière allaient échouer devant la farouche résistance de la population indigène, mais aussi à cause d’un terrain assez accidenté. Très fréquentes, ces révoltes allaient marquer l’époque coloniale au Costa Rica. Particulièrement importante fut la révolte de 1610, qui eut pour conséquence la destruction de la petite ville de Santiago de Talamanca (pas loin de l’actuel village de Puerto Viejo). Depuis lors, cette zone devint « terre des Indiens de guerre », selon la terminologie espagnole, c’est-à-dire une population insoumise au pouvoir hispanique. Vers la fin du xviie siècle, les missionnaires franciscains firent quelques tentatives de pénétration dans cette région, tout particulièrement dans le domaine des Indiens Viceítas, Cabécares, Urinamas et Térrabas. Ces missionnaires renforcèrent leur présence avec l’aide de soldats envoyés par Cartago : ceux-ci étaient chargés de déloger les Indiens de leurs terres, puis de les amener travailler par la force aux plantations cacaoyères de Matina2. Ces transferts forcés ont fini par provoquer l’organisation de la résistance indienne, de telle sorte que, sous la direction du chef indigène Presbere, une révolte éclate au mois de septembre de 1709. Selon les sources, treize Espagnols périrent au cours de différentes attaques et les villages de réduction furent incendiés. Malgré la sévérité de la répression, la région de Talamanca resta à nouveau à l’écart de la colonisation hispanique. Cette présence dut se limiter aux plantations de cacao de la région de Matina.

  • 3 « Inventario de los árboles de cacao de la costa y valle de Matina y Reventazón », 1682. CDHCR. To (...)

6La poussée des plantations de cacao dans la vallée de Matina, concentrée le long des bassins des fleuves Reventazón, Matina y Barbilla, commença vers 1670. Cette culture constituait une activité commerciale qui remplaça très probablement l’envoi de denrées alimentaires de la Vallée centrale vers l’isthme de Panamá. Ces échanges avaient été l’axe des activités économiques de la petite province pendant le xviie siècle mais, vers la fin de ce siècle, ce commerce avait presque complètement dépéri. En ce qui concerne la production cacaotière à cette époque, on a comptabilisé environ 78 500 arbres de cacao plantés dans 55 haciendas. Il est important de signaler que les propriétaires de ces fermes étaient tous des habitants de la ville de Cartago3. C’est ainsi que, du point de vue commercial et économique, la vallée de Matina se trouvait parfaitement en phase avec la capitale de la province. Pourtant, les propriétaires fonciers ne se déplaçaient vers la région caraïbe qu’au moment de la récolte.

  • 4 « Informe del gobernador don Diego de la Haya Fernández a su Magestad », 1719. CDHCR,. Tomo V. Par (...)
  • 5 « Relación de la provincia por su gobernador don Juan Gemmir y Lleonart », 1741. CDHCR. Tomo IX, p (...)
  • 6 « Visita apostólica y descripción topográfica... », document cité, p. 441 -442.

7Après l’échec des reducciones religieuses au Talamanca, la production cacaoyère finit par dépendre presque exclusivement de la main-d’œuvre d’origine africaine. Ces travailleurs étaient achetés à la ville de Panamá ou bien directement aux marchands anglais et hollandais qui arrivaient à Matina. Néanmoins, quelques Indiens étaient de temps en temps amenés par la force à travailler dans les plantations. Vers 1719, le gouverneur don Diego de la Haya Fernández estima que les mozos de hacienda (valets de ferme), chargés de l’entretien des plantations et de la récolte du cacao au Matina, atteignaient le nombre de 150 travailleurs4. D’autres données, fournies en 1741 par le gouverneur Gemmir y Lleonart nous apprennent l’existence d’un total de 144 haciendas, dont 83 produisaient du cacao. Les autres ne donnaient pas encore de fruits car leurs arbres étaient trop jeunes. Ces 144 fermes rassemblaient à elles seules un total de 189 869 arbres5. Quatre ans plus tard, l’évêque Morel de Santa Cruz comptabilisait 142 propriétés avec 201 personnes, « la plupart des Noirs », d’après son temoignage. À cette époque, une petite église avec un curé chargé des offices religieux avait déjà été installée dans la vallée de Matina6.

Les plaines du Nord

  • 7 Thiel, Bernardo Augusto : Datos cronológicos para la historia eclesiástica de Costa Rica. San José (...)

8Dans la région occidentale du pays, le contrôle espagnol n’allait pas plus loin que le village indien de Barva. Le pouvoir colonial n’atteignait donc pas les plaines des fleuves San Carlos et Sarapiquí (situées de l’autre coté des volcans Barva et Poás). Ces extensions étaient connues comme les « terres des Indiens Votos », nom générique que les Espagnols avaient donné aux populations autochtones. Au cours du xvie siècle, deux expéditions militaires furent organisées par les autorités de Cartago afin de capturer des indigènes dans les plaines de la région caraïbe. Les captifs étaient par la suite assignés, en tant que main-d’œuvre forcée, aux principaux centres d’activité économique. A cet effet, en 1640, quelques Indiens Votos furent conduits par la force aux exploitations agricoles des Espagnols, dans la Vallée centrale. Plus tard, en 1665, presque une centaine d’Indiens furent faits prisonniers et envoyés à Atirro pour être utilisés comme main-d’œuvre dans les haciendas cacaoyères de Matina7. Il en ressort que les plaines des fleuves San Carlos et Sarapiqui, en tant que sources de main-d’œuvre asservie, eurent un rôle comparable à la région de Talamanca.

Région nord et centre du Pacifique

  • 8 « Visita apostólica y descripción topográfica... », document cité, p. 442-443.

9La partie nord du Pacifique fut la première région qui tomba sous la domination espagnole. Ceci eut lieu pendant la décennie de 1520. Par la suite, ce territoire allait se dépeupler du fait que ses habitants furent massivement exportés comme esclaves vers le Panamá et le Pérou. C’est ainsi que, vers la fin du xviie siècle, l’Alcaldía Mayor de Nicoya qui comptait officiellement sept villages Indiens, n’en conservait qu’un seul, celui de Nicoya. Celui-ci groupait 94 Indiens tributaires tandis que les autres villages d’Indiens avaient déjà disparu. Vers le milieu du xviiie siècle, l’évêque Morel de Santa Cruz signalait que le village de Nicoya regroupait 120 chaumières dont 100 appartenaient aux familles indiennes et logeaient un total de trois cents Indiens de « confession et communion ». Les autres vingt chaumières étaient habités par des ladinos (métis) qui avaient assuré leur prédominance dans les alentours. Ceci put être constaté par l’évêque, qui calcula qu’à peu près 590 ladinos habitaient ces parages, distribués dans les 103 haciendas de campagne parsemées sur le territoire environnant et cachées dans les collines8.

  • 9 « Cuadro de la población de Costa Rica por el gobernador don Juan Gemmir y Lleonart », 1741. Archi (...)

10Du point de vue géographique, l’Alcaldía Mayor de Nicoya était séparée de la Gobernación de Costa Rica par le fleuve Tempisque. Pourtant, les vallées de Bagaces, Cañas et Landecho (dont les traits socioéconomique étaient très semblables à ceux de la région de Nicoya) se trouvaient du côté de la Gobernación du Costa Rica. Ces vallées étaient administrativement assignées à la ville d’Esparza. Celle-ci, autrefois importante, resta presque dépeuplée vers la fin du xviie siècle à cause des attaques de boucaniers. En ce qui concerne ces trois vallées, le gouverneur Juan Gemmir y Lleonart y registra l’existence de 62 haciendas destinées à l’élevage. Elles regroupaient un total de 14 480 bovins, chiffre très important pour l’époque qui nous occupe. Pour sa part, la population de la juridiction d’Esparza (vallées de Landecho, Cañas et Bagaces) était composée, d’après la même source, comme suit : 4 Espagnols venant d’Espagne, 20 Espagnols créoles, 60 métis clairs et 70 mulâtres et noirs libres en ce qui concerne les hommes. Les femmes étaient recencées comme suit : 28 Espagnoles créoles, 69 métisses claires et 95 mulâtresses et noires libres9. C’est ainsi que l’on note des caractéristiques socio-économiques similaires entre les régions du Pacifique nord et du Pacifique central. Un processus semblable eut lieu aux marges du fleuve Tempisque, pendant la première moitié du xixe siècle : dans la juridiction de Nicoya, la population indienne chuta et resta confinée dans le village de Nicoya. Parallèlement, la population métisse demeurant dans les nombreuses haciendas d’élevage bovin situées aux environs de Nicoya et dans la vallée du Tempisque, s’accrût de manière sensible. De même, dans la juridiction d’Esparza, la population métisse et mulâtre, ainsi que le nombre d’haciendas d’élevage bovin, augmentèrent considérablement. Esparza avait perdu son importance en tant que centre urbain au fur et à mesure que les échanges commerciaux entre le Panamá et le Costa Rica (à l’origine de sa prospérité) s’étaient réduits. Ceci eut lieu durant la première moitié du xviie siècle.

Région sud-Pacifique

  • 10 Leon Fernandez : Historia de Costa Rica durante la dominación española (1502-1821 ). San José. Ed. (...)

11La zone sud-Pacifique du Costa Rica avait été explorée depuis le xvie siècle. Pourtant, elle resta plus ou moins écartée de la vie de la province tout au long de la période coloniale. Néanmoins, au début du xviie siècle, la Couronne décida d’ouvrir une voie terrestre entre le Costa Rica et le Panamá. Ce chemin allait servir pour l’envoi régulier de mules en provenance du Honduras, du Nicaragua, de la région de Nicoya et du Costa Rica vers l’isthme panaméen. Par ailleurs, les reducciones de San Bernardino de Quepo et de Concepción de Boruca furent établies afin de garantir la fourniture de main-d’œuvre et les provisions pour les troupeaux de mules envoyés vers le Panamá. A la fin du xviie siècle, ces deux villages comptaient un nombre considérable d’habitants Indiens. Cependant, au long des premières décennies du xviie siècle, le village de Quepo allait se dépeupler à cause d’une forte mortalité des Indiens et parce que beaucoup d’entre eux s’étaient enfuis vers les montagnes de Talamanca. C’est ainsi que l’Indien gouverneur du village de Boruca, lui-même, en témoigna, attribuant la responsabilité de ces fuites aux moines franciscains qui exploitaient durement les autochtones. En 1746 frère Juan Montoya conduisit à Boruca les Indiens qui restaient encore dans la réduction de San Bernardino de Quepo dont la petite église fut démontée et la cloche portée au couvent de Boruca10.

  • 11 « Visita apostólica y descripción topográfica... », document cité, p. 440-441.

12Pour les Espagnols, le village de Boruca fut sans aucun doute le plus important dans la région sud-Pacifique. Au cours de la révolte de Talamanca, en 1709, quelques Indiens du lieu quittèrent le village pour joindre la rébellion. Cependant, malgré la chute démographique enregistrée alors, Boruca réussit à garder une population plus ou moins stable tout au long du xviie siècle. En 1751, l’évêque Morel de Santa Cruz décrivait ainsi le village de Concepción de Boruca : « Éloigné de quatre-vingt lieues de la capitale et sur le chemin qui conduit vers le Panamá, il est situé sur des collines, ce qui explique pourquoi on n’a pas pu tracer les rues. L’église, la sacristie et le logement du catéchiste [...] avec un compagnon, et vingt-cinq chaumières où habitent 150 Indiens des deux sexes et de tous âges ; beaucoup d’Indiens s’occupent à plonger pour pêcher des perles et des escargots afin d’obtenir de la teinture [...] et à cultiver leurs terres qui sont très fertiles ; en même temps, les Indiennes [s’occupent] de filer de la fibre d’agave, qui est la plus appréciée de toutes. Avec le temps, il est survenu une grande décadence11... »

  • 12 « Visita apostólica y descripción topográfica... », document cité, p. 441.
  • 13 « Relación de la visita hecha por fray Juan Nieto a los pueblos de indios de Nuestra Señora del Pi (...)

13Deux autres villages furent créés dans cette région pendant le xviiie siècle : San Francisco de Térraba et La Luz de Cabagra, le premier ayant été fondé par frère Pablo de Rebullida avec des Indiens délogés de Talamanca. En 1754, le frère Juan Nieto visita ces villages et comptabilisa 236 Indiens. Il nous renseigne également sur l’état de la mission. D’après son témoignage, il y avait 48 chaumières disposées de façon à former des rues, de même qu’une église avec des tuiles en cours de construction. L’autre village, Nuestra Señora de la Luz de Cabagra, situé à deux lieues au nord du celui de San Francisco de Térraba, fut fondé en 1745 (d’après le frère Juan Nieto). L’évêque Morel de Santa Cruz en fit la description qui suit : « [une] église, une sacristie, le logement du catéchiste et neuf chaumières, toutes en paille, et cent Indiens12. » Par ailleurs, en 1754, Nieto comptabilisa 60 Indiens des deux sexes et de tous âges et signala qu’il y avait 20 chaumières. Ce religieux informa aussi que, récemment, 20 Indiens s’étaient enfuis vers les montagnes13.

  • 14 Fernandez Guardia, Ricardo : « Reseña histórica de Talamanca ». El descubrimiento y la conquista. (...)

14Les moines, avec l’appui des soldats envoyés par Cartago, continuèrent la tâche de déplacer les indigènes de Talamanca vers les réductions de Térraba et Cabagra. Par conséquence, les Indiens appelés « Terbis du nord » décidèrent d’attaquer ces missions. En mars 1761, trois cents indigènes traversèrent la chaîne montagneuse afin d’attaquer successivement les villages de Cabagra et de Térraba. Le premier fut complètement détruit alors que, dans l’autre, les moines barricadés dans le couvent repoussèrent l’assaut14. Pourtant, cette révolte mit fin à l’avance des missions franciscaines dans la région du sud-Pacifique.

15En résumé, quels étaient donc, à la fin de la première moitié du xviiie siècle, les principaux traits de chacune des régions étudiées ? Premièrement, la Vallée centrale fut l’endroit où le modèle de société hispanique s’imposa de façon la plus nette au début de la colonisation. Néanmoins, la société fondée sur le rapport entre señores encomenderos et indios tributarios, si représentative du siècle précédent, n’existe plus au bout de cette première moitié de siècle. Par contre, tout au long de ces années, une société paysanne s’était consolidée dans les vallées montagneuses du centre du pays. Parallèlement, sur ces mêmes territoires, la population indienne s’était réduite jusqu’à devenir tout à fait minoritaire par rapport aux autres groupes ethniques. La côte caraïbe subit également des transformations substantielles tout au long de la période qui nous occupe. Ainsi, depuis la fin du xviie siècle, la région du centre-caraïbe devint le centre des activités marchandes. C’est ici que les haciendas de cacao, situées sur les bords des fleuves Reventazón, Matina et Barbilla, prospérèrent. Cet essor entraîna une demande de travailleurs à laquelle les propriétaires essayèrent de faire face en déplaçant les Indiens de la Talamanca, délogés de force et obligés de travailler. Une rébellion générale fut la réponse donnée par les différentes tribus du sud du pays, rassemblées à cet effet par le chef indien Pablo Presbere. Le résultat de cette révolte fut la destruction des missions franciscaines de la Talamanca et l’expulsion des Espagnols de ce territoire. Ils perdirent ainsi l’accès à leur principale source de main-d’œuvre, même s’ils parvinrent à conserver le contrôle de l’enclave cacaoyère de Matina.

16Une transformation socio économique allait aussi avoir lieu dans la région qui comprend le nord et la partie centrale du Pacifique : il convient de signaler notamment la disparition des villages Indiens de la péninsule et du golfe de Nicoya, à l’exception de celui de Nicoya. Par ailleurs, au début du xviiie siècle, les fermes d’élevage bovin étaient déjà les principaux centres économiques de la zone, spécialement aux environs des fleuves Tempisque et Cañas. Les bassins de ces deux fleuves furent colonisés, le premier par des gens provenant du sud du Nicaragua et le second par les anciens habitants de la ville d’Esparza (y compris des Indiens déjà métissés). On y amena aussi des Indiens de l’intérieur du pays et de la Talamanca, ainsi que des populations d’origine africaine.

17En ce qui concerne la région du sud-Pacifique, le village de Quepo resta dépeuplé après la fuite des autochtones vers les montagnes et à cause des épidémies répandues pendant la décennie de 1730. Suite à la destruction de Cabagra et Térraba en 1761, le seul village indien qui resta sous contrôle des missionaires fut Boruca. Les aborigènes confinés dans cette réduction furent employés par les franciscains comme main-d’œuvre pour des activités diverses (convoyage des mules vers le Panamá et la teinture du fil de coton avec la pourpre des murex). En fait, au terme de la première moitié du xviiie siècle, la consolidation d’une société paysanne et métisse s’était définitivement amorcée dans la partie centrale du pays. Cependant, la Talamanca réussit à survivre comme zone de refuge et territoire indien rebelle au pouvoir hispanique. La révolte de Cabagra et Térraba en 1761, et la fuite de leurs habitants vers la Talamanca, témoignent du contrôle indien de cet espace. En fait, la destruction des missions, fer de lance de la colonisation espagnole, permit la consolidation de ce pouvoir rebelle au sud du pays. Une évolution similaire eut lieu dans les plaine du nord-Caraïbe où les Indiens restèrent à l’écart de l’administration coloniale. Ainsi, ces deux régions (et surtout la Talamanca), constituèrent « l’autre Costa Rica », celui qui resta lié au passé précolombien.

Notes

1 « Visita apostólica y descripción topográfica, histórica y estadística de todos los pueblos de Nicaragua y Costa Rica, hecha por el ilustrísimo señor don Pedro Agustín Morel de Santa Cruz, Obispo de la diócesis, en 1751, y elevada al conocimiento de su Magestad Católica Fernando VI, en 8 de septiembre de 1752 ». Colección de documentos para la historia de Costa Rica. Biblioteca Pátria, Vol. I, San José. Edit. Costa Rica. 1976, pp. 431-438.

2 « Carta de fray Sebastián de las Alas a fray Diego de Macotela », 1690. Colección de documentos para la historia de Costa Rica (CDHCR). Barcelona. Imprenta Viuda de Luis Tasso. 1907, tomo VIII. p. 505.

3 « Inventario de los árboles de cacao de la costa y valle de Matina y Reventazón », 1682. CDHCR. Tomo VIII, p. 399-405.

4 « Informe del gobernador don Diego de la Haya Fernández a su Magestad », 1719. CDHCR,. Tomo V. Paris. Imprimerie P. Dupont. 1886, p. 370.

5 « Relación de la provincia por su gobernador don Juan Gemmir y Lleonart », 1741. CDHCR. Tomo IX, p. 370.

6 « Visita apostólica y descripción topográfica... », document cité, p. 441 -442.

7 Thiel, Bernardo Augusto : Datos cronológicos para la historia eclesiástica de Costa Rica. San José. Comisión nacional de conmemoraciones históricas. 1983 (réimpression), p. 43.

8 « Visita apostólica y descripción topográfica... », document cité, p. 442-443.

9 « Cuadro de la población de Costa Rica por el gobernador don Juan Gemmir y Lleonart », 1741. Archivo general de centroamérica (Guatemala). Al, liasse 210, dossier 5 016.

10 Leon Fernandez : Historia de Costa Rica durante la dominación española (1502-1821 ). San José. Ed. Costa Rica. 1975, p. 183.

11 « Visita apostólica y descripción topográfica... », document cité, p. 440-441.

12 « Visita apostólica y descripción topográfica... », document cité, p. 441.

13 « Relación de la visita hecha por fray Juan Nieto a los pueblos de indios de Nuestra Señora del Pilar de los Tres Ríos, San Joseph de Pejibay, San Francisco de Térraba y Nuestra Señora de la Luz de Cabagra », 1753-1754. CDHCR. Tomo IX, p. 502, p. 504-505.

14 Fernandez Guardia, Ricardo : « Reseña histórica de Talamanca ». El descubrimiento y la conquista. San José. Ed. Costa Rica. 1975, p. 198.

Table des illustrations

Titre Population de la Vallée centrale en 1741
Légende Source : « Población de Costa Rica por el Gobernador Juan Gemmir y Lleonart, año de 1741 », dans Archivo General de Centroamérica (Guatemala) Al, 17 liasse 210, dossier 5016 (année de 1741).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/1377/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 333k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540