Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Indes occidentales à l’Amérique Latine. Volume 1

 | 
Thomas Calvo
, 
Alain Musset

Espace et territoire

Une ville contre son roi : l’échec du déplacement de Mexico (1631)

Alain Musset

Texte intégral

  • 1 Alain Musset : De l’eau vive à l’eau morte. Enjeux techniques et culturels dans la vallée de Mexic (...)

1Puisque mes travaux de recherche actuels portent sur le déplacement des villes en Amérique latine au cours de la période coloniale, je pensais que ma contribution au livre d’hommages destiné à Jean-Pierre Berthe traiterait directement de ce thème. Pourtant, il m’est difficile d’oublier que c’est lui-même qui, en 1983, m’avait proposé mon sujet de thèse, m’incitant à travailler sur le desagüe du bassin de Mexico. Je lui dois plusieurs années de recherche passées à tenter de comprendre pourquoi et comment les Espagnols avaient « systématiquement » détruit le milieu naturel riche mais fragile qui entourait leur capitale et dont les populations indiennes avaient su, pendant plusieurs siècles, tirer le meilleur profit1. La soutenance de mon mémoire, en 1989, n’a pas interrompu les liens qui nous unissaient, au contraire. Une longue fréquentation de son séminaire m’a parfois valu d’être considéré comme un étrange géographe, plus intéressé par les vieux manuscrits des Archives générales des Indes que par les bilans statistiques de l’TNSEE ou de l’TNEGI (ce qui, sans être complètement faux, est inexact).

  • 2 La question 255 de l’interrogatoire général confectionné en 1534 par Hernán Cortés, pour répondre (...)

2Au moment de rédiger cette contribution, il m’est donc apparu indispensable de ne pas couper les ponts qui, malgré les apparences, unissent mes travaux de thèse à mon programme actuel de recherche : alors que, depuis les temps incertains de la Conquête jusqu’au moment de l’indépendance, des dizaines de villes espagnoles ont été abandonnées par leurs habitants pour être rebâties quelques kilomètres (ou quelques dizaines de kilomètres) plus loin, Mexico se caractérise par un enracinement d’autant moins compréhensible que le site choisi par Hernán Cortés s’est très vite avéré complètement étranger, sinon hostile, aux pratiques sociales et à la culture des conquérants. Si le concept de « ville nomade », évoqué par Thomas Calvo pour la ville de Guadalajara, semble a priori paradoxal, puisque la cité est le lieu par excellence où se fixent les populations, à la fois dans le temps et dans l’espace, le fait que Mexico n’ait jamais été déplacée n’est pas le moindre des paradoxes. Les multiples inondations qui ont submergé la ville, depuis 1555, ont plusieurs fois mis en péril son existence même. D’autres cités, exposées à une telle menace, ont souvent préféré laisser la place à la nature ingrate et insoumise. Rivières en crue, tremblements de terre, éruptions volcaniques, coulées de boue, maladies infectieuses ont provoqué la ruine de nombreuses villes fondées par les Espagnols sans tenir compte des contraintes imposées par un environnement mal connu et mal maîtrisé. Encore faut-il leur ajouter les révoltes indiennes, les attaques de pirates, les coups de main audacieux de quelques nègres marrons ou les querelles intestines qui opposaient les conquérants entre eux. Ainsi, le port de Triunfo de la Cruz (côte caraïbe du Honduras) n’a pas survécu à la décapitation de Cristóbal de Olid, accusé de trahison par Hernán Cortés. Aujourd’hui, un village de pêcheurs garifunas occupe les lieux, mais un écriteau destiné à d’éventuels touristes proclame la remarquable ancienneté de cette fondation2.

  • 3 « Née de la mer, la cité était demeurée essentiellement un port et elle ne pouvait respirer que de (...)

3Le but de cet article est donc d’essayer de comprendre pourquoi les habitants de Mexico n’ont pas été déplacés vers un site jugé moins exposé au risque d’inondation, alors que les autorités coloniales ont presque tout fait pour imposer ce transfert. La résistance opiniâtre des créoles mexicains met en valeur la lutte, trop souvent occultée (ou bien limitée à des querelles administratives), des Espagnols installés en Amérique contre un pouvoir lointain qui ne prend pas en compte leur spécificité : pour la Couronne, le déplacement d’une ville n’est qu’un problème technique et financier, alors que, pour ses habitants, il s’agit d’une remise en cause profonde, d’un échec collectif et personnel, d’un ultime renoncement. Ce ne sont pas seulement des pierres qu’on abandonne : c’est aussi, et surtout, un lieu consacré, dédié à la plus grande gloire de Dieu, où reposent parfois les morts de plusieurs générations. Le souvenir des ancêtres, comme dans beaucoup d’autres civilisations, occupe une place centrale dans la mémoire collective des citadins venus de la péninsule Ibérique. Au cours de la dernière guerre punique (149 av. J.-C), c’est pour éviter de laisser leurs morts sans surveillance que les Carthaginois ont refusé l’offre romaine de s’exiler, préférant périr en compagnie de leurs dieux3. A Mexico, même s’il fallait en certains cas lester les cercueils avec des pierres pour leur éviter de remonter à la surface du sol, poussés par l’eau sous-jacente, le problème est en partie le même : la cité, symbole de la culture hispanique et du pouvoir colonial, possède une âme qui ne se limite pas à son aspect matériel. On comprend alors le déchirement qu’a pu représenter pour les habitants de Guatemala l’abandon de leur ville, imposé par le roi après le grave séisme de 1773. Comme le rappelait un adversaire du projet de déplacement, en 1717 :

  • 4 BNMa, Ms 3534, fol. 57.

« C’est pourquoi les tremblements de terre, qui sont une cause suffisante pour que les particuliers qui le veulent changent de site, ne peuvent pas justifier le déplacement d’une ville. La raison d’Etat d’une cité ne réside pas dans la terre ni dans le sol. Elle possède des appuis plus solides et des fondations plus profondes, qui sont le bien public et l’utilité commune d’un royaume aussi étendu4 ».

Mexico face au « risque » naturel

  • 5 « En el año 7 Tochtli tuvimos una inundación. Muchas chinampas fueron devastadas por el agua de la (...)
  • 6 Francisco Javier Clavijero : Historia antigua de México. México, Porrúa, « Sepan Cuantos... », p. (...)
  • 7 Musset, op. cit., p. 232-233.
  • 8 Ce n’est pas le cas de la ville espagnole, dont les techniques architecturales (arches, voûtes, et (...)

4Malgré quelques signes avant-coureurs, ce n’est qu’en 1555 que les habitants de Mexico expérimentèrent pour la première fois le danger de leur site lacustre. Pourtant, la ville indigène avait déjà connu plusieurs alertes. S’il faut en croire les Annales de Tlatelolco, le règne d’Acamapichtli fut marqué en 1382 par une gigantesque inondation qui provoqua la perte de presque toutes les récoltes et conduisit les Mexicains au bord de la famine5. Clavijero signale par ailleurs que la capitale aztèque subit une nouvelle crue des lacs en 1446, sous le règne de Moctezuma I. D’après lui, l’eau avait envahi toutes les rues, les places et les rez-de-chaussée des maisons. La situation était telle que l’on en fut réduit à construire la grande digue connue depuis sous le nom d’albarradón de Nezahualcoyotl, afin de protéger la ville des brusques montées du lac de Texcoco6. Il faut cependant souligner que Clavijero écrit son texte à la fin du xviiie siècle et que ses informations doivent être considérées avec beaucoup de prudence. D’ailleurs, ni Ixtlilxóchitl, ni Tezozomoc, ni Diego Durá ne font allusion à cet événement. En revanche, tous les chroniqueurs s’accordent pour placer en 1499 la date de la plus grande inondation qu’ait connue Tenochtitlán avant l’arrivée des Espagnols. Or, celle-ci aurait été provoquée par la construction d’un aqueduc destiné à alimenter la capitale aztèque en eau potable7 : on peut donc considérer que cette catastrophe fait plus partie de la rubrique « risque technologique » que de celle concernant les risques naturels. Et de fait, même si la ville indigène a parfois entretenu des relations conflictuelles avec son environnement, la périodicité des inondations est restée faible jusqu’à l’arrivée des Espagnols qui, en l’espace de quelques années, ont bouleversé l’équilibre écologique du bassin. On notera enfin qu’au cours de l’époque préhispanique, rares sont les tremblements de terre qui ont touché la population de Mexico et dont les annales ont conservé le souvenir. Les types de construction mise en œuvre et les structures urbaines de la cité préhispanique limitaient les dégâts, toujours possibles, d’un séisme de grande ampleur8. Quand les troupes de Cortés s’emparent de Tenochtitlán, la notion de risque, si elle est alors prise en compte, se limite donc aux impondérables d’un vaste système hydraulique composé de lacs, de canaux et de rivières dont les conquérants ne maîtrisent pas la complexité.

  • 9 AGI, México, 31. Carta del virrey de Cadereita, 17 de abril de 1636.

5Contrairement aux apparences et aux idées reçues, les Espagnols se sont assez vite rendu compte que leur méconnaissance du milieu naturel avait un effet négatif sur l’écosystème du bassin de Mexico. Les labours profonds, la destruction des forêts, l’absence d’entretien des digues élevées par les indigènes ont accéléré l’évolution et la dégradation des lacs et des zones marécageuses. Malgré plusieurs avertissements lancés par certains échevins, comme Ruy Gonzalez, les fortes pluies de l’été 1555 provoquèrent une hausse brutale du niveau des lacs. Cette inondation catastrophique fut suivie par de nombreuses autres, chaque fois plus dangereuses pour les habitants (1580, 1604, 1607, 1629). Une seule solution sembla alors s’imposer aux esprits des créoles mexicains : le drainage et l’assèchement des zones lacustres qui menaçaient la sécurité de leur capitale (c’est la grande œuvre du desagüe, entreprise dans le nord du bassin, entre Huehuetoca et Nochistongo). Les travaux, commencés en 1607, ne se sont terminés officiellement qu’en 1900, après trois siècles de doutes et de souffrances. Une lettre du vice-roi de Cadereyta, examinée par le conseil des Indes le 22 octobre 1636, nous permet d’étudier le regard neuf d’un homme qui vient de prendre son poste et qui découvre l’ampleur du désastre provoqué par l’inondation de 1629, dont les effets sur la ville se font toujours sentir9. Parti de Cadix le 23 mai 1635, il débarque à Veracruz le 24 juillet, après deux mois de voyage. Retardé par les festivités auxquelles il doit prendre part dans chaque ville traversée, notamment à Puebla, ce n’est que le 16 septembre qu’il entre dans sa capitale. Son premier soin est de vérifier l’état du desagüe de Huehuetoca et des ouvrages bâtis par ses prédécesseurs, dont dépend, selon lui, le salut de la ville. Faisant alors référence au chapitre 51 des instructions secrètes qu’il a reçues avant son départ, il s’attarde sur les problèmes posés par la rupture des digues, l’envasement des canaux et le lent reflux des lacs de Mexico : la situation sanitaire des habitants est désastreuse (les maladies touchent tout le monde, Noirs, Indiens et Espagnols) et le ravitaillement n’est assuré que de manière épisodique par des Indiens misérables, que métis et mulâtres (sans compter nombre de petits fonctionnaires sans scrupule) dépouillent régulièrement de leurs marchandises. Au lieu de forcer les indigènes à travailler, le nouveau vice-roi leur proposa alors de nettoyer les canaux et de réparer les digues en les payant deux réaux par jour. Cette initiative fut appréciée par les Indiens qui, selon le propre marquis de Cadereyta, accomplirent sans rechigner la tâche qu’il leur avait confiée.

  • 10 Relación universal legitima y verdadera del sitio en que está fundada la muy noble, insigne y muy (...)
  • 11 Ibidem, fol. 6.
  • 12 « Instrucciones de Carlos V a Hernán Cortés sobre tratamiento de los Indios, cuestiones de gobiern (...)

6Cependant, malgré les difficultés provoquées par leur gestion catastrophique du milieu naturel, l’attention des citadins assiégés s’est avant tout concentrée sur la remise en cause du site urbain. En effet, la fréquence et l’ampleur des inondations qui ont touché la ville de Mexico, à partir de 1555, ont alimenté un vif courant de critiques formulées à rencontre d’Hernán Cortés. On l’accusait, entre autres, d’avoir pris sa décision en tenant compte d’arguments essentiellement politiques, sans s’intéresser à la nature même d’un site inadapté aux compétences techniques et aux pratiques sociales des conquérants. C’est ainsi que don Luis de Velasco, vice-roi de la Nouvelle-Espagne, écrivait le 16 septembre 1555 une lettre à Charles Quint pour lui dire que « ce fut une grande erreur, selon moi, de la fonder en cet endroit, parce qu’il y en avait d’autres meilleurs, à deux ou trois lieues d’ici10 ». Quelques mois plus tard, il insistait encore, précisant que le site de Mexico était le pire que l’on pût choisir et que l’on aurait dû bâtir la capitale du royaume dans un lieu mieux protégé des inondations11. Il faut cependant dire que le malheureux fondateur disposait de peu d’instructions officielles pour établir sa capitale au cœur des territoires nouvellement conquis. Dans une lettre au conquérant datée du 26 juin 1523, Charles Quint évoquait de manière très allusive le thème des nouvelles fondations12. Il se contentait d’aborder le cas des villes portuaires et des cités minières, rappelant de manière classique qu’il fallait éviter les lieux malsains et marécageux et chercher au contraire des terrains élevés, riches en terre de labour, entourés de montagnes, bien approvisionnés en eau potable et jouissant d’un bon air pur. En ce sens, il ne faisait que reprendre les recommandations contenues dans le Traité des airs, des eaux et des lieux d’Hippocrate, pour qui le médecin doit examiner en premier lieu la qualité de l’air et du sol des villes rencontrées.

  • 13 « Interrogatorios del juicio de residencia y del capítulo secreto », México, enero de 1529. Docume (...)
  • 14 « Algunas respuestas de Bernardino Vázquez de Tapia », México, 23 de enero de 1529, ibidem, p. 40.

7Très vite, les adversaires de Cortés soulignèrent que le choix du site de Mexico était mauvais. Mais derrière leurs arguments d’ordre technique apparaissent, bien sûr, tous les sous-entendus des querelles personnelles et des règlements de compte politiques. En 1528, alors que le conquérant se trouvait en Espagne, Nuno de Guzman occupa la présidence de la première Audience, dont les membres n’allaient pas tarder à se faire remarquer pour leurs abus et leurs incorrections. Une des premières tâches confiées à la nouvelle autorité royale consistait à organiser le jugement de résidence du capitaine général. Or, Nuno de Guzman était un ennemi intime de Cortés, et il choisit avec attention les témoins qui allaient charger le dossier de son adversaire. Déjà prolixes sur les accusations de blasphème, de cupidité, de rébellion, d’inceste et d’assassinat (entre autres celui de sa femme, Catalina Juarez Marcaida), les déclarants évoquèrent longuement le problème, si important pour une ville entourée de marécages, du choix de Mexico comme capitale de la Nouvelle-Espagne. En effet, le chapitre 37 du questionnaire, confectionné par les experts de l’Audience, permettait de mettre en doute la bonne volonté du conquérant ainsi que son respect des recommandations royales portant sur la fondation et la localisation des établissements humains en Nouvelle-Espagne13. Le plus illustre des témoins cités par Nuño de Guzman, le conquistador Bernardino Vázquez de Tapia, explique clairement que Cortés a choisi seul le site de Mexico, malgré l’avis de ses lieutenants et sans respecter les consignes données par le roi, parce qu’il cherchait avant tout une position défensive contre le retour éventuel des troupes de Narvaez et de Tapia. D’après lui, tous les Espagnols auraient préféré s’installer à Coyoacán ou à Tacuba, deux villages qui, par la suite, seront souvent évoqués quand on parlera du transfert de la capitale vers un site moins exposé aux inondations (cf. carte de localisation page précédente)14.

Les sites possibles pour le transfert de Mexico (1631)

Les sites possibles pour le transfert de Mexico (1631)

Fond de carte : dessin de l’ingénieur hollandais Adrían Boot, réalisé dans les années 1620 et reproduit dans le livre de voyage publié en 1700 par Giovanni Francesco Gemelli Careri sous le titre Giro del mondo.

8Il faut cependant noter que, parmi la centaine de charges retenues contre Hernán Cortés à la suite de son jugement de résidence, le choix du site de Mexico comme capitale de la Nouvelle-Espagne n’est pas abordé par les membres de l’Audience. On se contente de signaler qu’il n’a pas entretenu, comme il aurait dû le faire, les digues, les chaussées et les canaux de la ville : péché véniel quand on pense aux autres accusations dont on l’accable. Mais Cortés n’est pas un homme facile à abattre. Pour faire face à ses détracteurs, il organise sa propre défense et, en 1534, élabore un nouveau questionnaire destiné à prouver sa bonne foi et son sens de l’intérêt collectif. Cet interrogatoire-fleuve compte 380 chapitres qui détaillent avec minutie toutes ses actions (et toutes ses intentions) depuis son départ de Cuba jusqu’à sa mise en jugement. Les questions 169, 170, 171, 172 portent sur la nécessité de détruire la ville aztèque, dont la structure interne (notamment la présence de canaux) favorisait les défenseurs au moment du siège mené par les Espagnols. Elles évoquent aussi le choix de Cortés de bâtir sa capitale sur les ruines de l’ancienne Tenochtitlán. Cette série est complétée par une dernière allusion au site contesté de Mexico, qui concerne le point 218 du dossier :

  • 15 « Interrogatorio general presentado por Hernando Cortés para el examen de los testigos de su desca (...)

« 218. Item : si saben que fue provechoso poblar esta cibdad de México, de cristianos, e fundar aquí la población, ansí por la laguna, donde ligeramente se sirve a esta cibdad por cabsas de toda la comarca de la tierra, e porque siendo como es cabecera de toda esta Nueva España, estando poblada despañoles, los vecinos naturales están más sujetos e a menos riesgo de se levantar ; estando sujeta esta cibdad todos los demás pueblos lo miran como a cabecera y están mas siguros ; e ansi mesmo, no estando poblada de españoles, no estoviera tan sigura ; e por la grandeza e multitud de indios, e fortaleza del agua, cada día fuera menester sojuzgallos de nuevo ; e si saben questas cabsas e otras desta calidad, movieron al dicho don Hernando Cortés a poblar esta cibdad de cristianos, e ansí lo platicó a los prencipios e cuando esta cibdad se comenzó a poblar. Digan e declaren cuanto sepan15. »

  • 16 « Algunas declaraciones de Martín Vázquez », México, 20 de mayo de 1534, ibidem, p. 345.

9Les témoins cités par Cortés, sans nier les inconvénients d’un site baigné par des eaux considérées souvent comme malsaines, font preuve d’une grande compréhension à l’égard de leur chef. C’est ainsi que le conquistador Martín Vázquez, naturel de Ségovie, approuve sans réserve la décision du capitaine général de s’installer sur le site marécageux de Tenochtitlán : oubliant les problèmes sanitaires posés par la présence des lacs, il note que ceux-ci permettent le transport des matériaux les plus lourds (bois, pierres, aliments) et favorisent la défense des Espagnols, qui ont conservé les brigantins utilisés quinze ans plus tôt pour s’emparer de la capitale aztèque. Mieux encore, les infiltrations d’eau et les risques d’inondation lui permettent de justifier la construction par les lieutenants de Cortés de maisons semblables à de véritables forteresses, aux fondations solides, aux murs épais flanqués de hautes tours - architecture guerrière qui inspira la méfiance des membres de l’Audience16. L’acquittement de Cortés et l’échec personnel de Nuño de Guzman ne sonnèrent pourtant pas le glas des critiques émises à l’encontre du site de Mexico. Si l’on fait abstraction des querelles politiques qui ont envenimé le débat avant l’inondation de 1555, il faut constater que, très vite, les Espagnols éprouvèrent de grandes difficultés à vivre dans un lieu clos, entouré d’eaux et de marais, à la merci des systèmes hydrauliques mis en place par des populations indiennes, a priori hostiles et souvent accusées de vouloir noyer leurs nouveaux maîtres.

  • 17 Les progrès scientifiques réalisés depuis la fin du Moyen Âge et le début de la Renaissance n’ont (...)

10Parmi les principaux détracteurs du site de Mexico, on trouve l’ingénieur-cosmo-graphe Enrico Martínez qui, au début du xviie siècle, a joué un rôle essentiel dans l’histoire hydraulique du bassin. Dans son Reportorio de los Tiempos y Historia natural de la Nueva España, publié en 1606, celui-ci rappelle que l’emplacement de la capitale de la Nouvelle-Espagne a été particulièrement mal choisi par Cortés, qui n’a pas respecté les ordonnances royales sur le peuplement des Indes. Cet argument fait preuve d’une très grande mauvaise foi, puisque les dites ordonnances ont été publiée en 1573, c’est-à-dire cinquante ans après la fondation de la ville ! En outre, il faut rappeler que, l’année suivante, le même Enrico Martínez a été choisi pour mettre en œuvre le drainage des lacs : ses considérations techniques et médicales, inspirées d’Hippocrate et de Galien, apparaissent donc comme un plaidoyer pro domo destiné à convaincre les habitants de la nécessité d’une action urgente et définitive. S’appuyant sur l’autorité morale et philosophique de maîtres incontestables (Albert le Grand, Juan de Sacrobosco, Avicène17), il explique en quoi la ville de Mexico a été fondée dans les parages les plus malsains que l’on puisse trouver :

  • 18 Enrico Martínez : Reportorio de los tiempos y Historia natural de la Nueva España, Tratado tercero (...)

« ... como esta ciudad está situada a la parte del occidente de la laguna (que es contrario a lo que las ordenanças reales en razon de fundar nuevos poblazones disponen) está muy dispuesta a ser malsana, la razon dello es, que el sol levanta entre dia los vapores de la laguna y sus orillas, y los que no consume ni se convierten en lluvias, buelven a baxar de noche, y como el movimiento del cielo sea de levante en poniente : vienen a caer sobre la ciudad ; por que estos vapores levanta el sol por medio del calor, el qual como les falta de noche se buelven abatir y acuden al calor de la ciudad, y esta es la causa que siendo mirada por la mañana desde los altos circumvezinos a Mexico : parecen sobre ella vapores a modo de nieblina, aunque a la redonda della esté todo lo demas claro y sereno18. »

11Or, que dit à ce sujet la fameuse instruction de 1573 ? Document de référence rédigé après la grande période de fondation des villes espagnoles en Amérique, ce texte ne fait souvent que compiler de vieilles recettes héritées de l’Antiquité latine et grecque, difficilement utilisables quand il s’agit de les appliquer à des terres nouvelles, dont les caractéristiques physiques ne correspondent pas toujours aux canons de la zone tempérée :

  • 19 BNMa, Ms. 3 017, fol. 286-286 v.

« 40. No se elijan en lugares muy altos porque son molestados de los vientos y es dificultuosso el servicio y acarreto, ni en lugares muy baxos porque suelen ser enfermos ; elijanse en lugares medianamente levantados que gozen de ayres libres, especialmente de los del norte y del mediodía y si ovieren de tener sierras, o cuestas, sean por las partes del poniente y de lebante, y si por alguna caussa se huvieren de edificar en lugares altos, sea en parte donde no esten sugetos a nieblas, haziendo observación de los lugares y acidentes, y aviendose de edificar en la ribera de qualquier río sea de la parte del oriente, de manera que en saliendo el sol de primero en el pueblo que en el agua19. »

  • 20 Hippocrate : Traité des airs, des eaux et des lieux. Paris, Baudelot et Eberhart, 1800, p. 5.
  • 21 Hippocrate, Ibidem, p. 23.
  • 22 Il faut donc croire que Bernardo de Balbuena, l’auteur illustre de La grandeza mexicana, n’était p (...)

12Les recommandations royales de 1573 ne sont, à bien des égards, qu’une paraphrase du Traité des airs, des eaux et des lieux d’Hippocrate, pour qui : « La première chose que doit faire un médecin en arrivant dans une ville qu’il ne connaît point, c’est d’examiner avec soin son exposition par rapport aux vents et au différent lever ou coucher du soleil : parce qu’il y a bien de la différence entre une ville exposée au nord, et celle qui l’est au midi ; entre une ville exposée au levant, et une autre qui l’est au couchant [...]. Il doit de plus considérer si le sol est nu et sec, ou couvert d’arbres et humide ; s’il est enfoncé et brûlé par des chaleurs étouffantes, ou si c’est un lieu élevé et froid20. » Sans être complètement faux, les arguments médico-climatiques du vieux médecin grec n’ont fait que renforcer le caractère partial et partiel du déterminisme géographique développé au fil du temps par les Européens au détriment de la zone tropicale, dont les chaleurs excessives sont considérées comme un obstacle au développement de l’homme et des civilisations. En ce qui concerne le cas particulier de Mexico, on constate que, selon la médecine hippocratique, l’emplacement de la ville est en effet très mal choisi : orientée à l’ouest, elle est nécessairement insalubre, envahie en permanence par des brouillards, chargée d’humidité mais aussi brûlée par le soleil à son déclin21. Plusieurs descriptions épouvantables de la ville et de son climat semblent donc nettement influencées par la lecture, ou au moins par la connaissance (plus ou moins directe) des écrits d’Hippocrate. En revanche, de nombreux créoles se sont insurgés contre cette vision réductrice du site de Mexico et ont tenté de mettre en valeur tous les avantages d’une ville placée au centre d’un incomparable réseau de communication, baignée d’eaux rafraîchissantes et largement ouverte à l’air pur des montagnes voisines22.

L’impossible transfert

  • 23 AGS, Estado, leg. 2 649.

13Dans ce contexte, le cas de Mexico est particulièrement révélateur des fractures qui s’agrandissent au fil du temps entre l’administration espagnole, qui dirige de loin, et la société créole, confrontée aux difficultés permanentes de la vie locale. C’est l’inondation de 1629 qui va précipiter le désaccord, feutré mais profond, entre les deux parties. Alors que la Couronne, lassée d’engager des fortunes considérables pour protéger la ville et pour financer des ouvrages à l’efficacité douteuse, tente d’imposer sa volonté aux habitants de Mexico, ceux-ci refusent d’abandonner le site choisi par Hernán Cortés. Une telle résistance s’explique autant par leur crainte de perdre de grandes sommes d’argent que par leur désir de ne pas abandonner à la nature et aux Indiens la capitale d’un royaume dont ils occupent le sommet. Très vite, une longue lutte politique et culturelle s’engage donc sur ce sujet entre les représentants du roi et ceux de la municipalité, soutenus par la plupart des ordres religieux. Un document conservé aux archives générales de Simancas montre que le thème du transfert a préoccupé les autorités espagnoles longtemps après le début des travaux de drainage entrepris dans le nord de la vallée par Enrico Martínez23. Le 29 avril 1631, le Conseil d’État se réunit à la demande du roi pour statuer sur le sort de la ville inondée. Autour du cardinal Zapata, on retrouve quelques-uns des plus importants personnages du royaume : le comte d’Oñate, le marquis de Gelvés, le marquis de Florés et don Gonzalo de Córdova. Ils sont chargés d’étudier un rapport du Conseil des Indes portant sur le transfert de la ville vers un site plus commode, accompagné de documents écrits par l’archevêque et le vice-roi de Mexico décrivant l’état lamentable de la cité. Les cinq membres du Conseil se déclarent tous en faveur du transfert, mais on peut s’intéresser plus particulièrement à l’avis de l’un d’entre eux, le marquis de Gelvés, qui connaît bien le sujet pour avoir été vice-roi de Nouvelle-Espagne entre 1621 et 1624 :

« El marqués de Gelves dixo que el caso es bien nuevo y extraordinario y propio de remitir a los ministros que se hallan alli presentes la especulación de la dificultad y imposibilidad que tiene la inundación de México, no dexando a terminos dudosos el informe que hizieren al Md para la determinación que fuere servido tomar sobre la mudanza desta ciudad, que llegado a termino de haverse deponer por obra ay algunos fundamentos que parecen mas factibles, y menos imposibles de lo que por mayor se puede juzgar de una mudança de ciudad tan populosa, que es que los poderosos que son los que participan de casas y edificios mas grandioses y costosos tienen fuerza de hazienda para sentir menos el daño, y los pobres es la mayor parte de aquella población de muy flacos y pobres edificios, que donde quiera que sea la mudanza se acomodan facilmente en sus viviendas, como lo hazen en las que al presente poseen.
A su entender, por el informe que haze el consejo de Indias al Md se deve considerar como lo propone el consejo que se deve apurar lo posible el no hallar remedio al la inundación para resolver la mudança de la ciudad, que haviendo de ser el sitio de Tacubaya es de lo mas a propósito que se pueden escoger, aunque el de Tacuba que casi viene a estar en una misma distancia, le juzga ser mas saludable, y de mejor situación para poder por aquella parte conservar el servicio de las canoas por las azequias que necesariamente se han de abrir a la una o otra parte donde se fundare la ciudad por ser de los mas importante para la provisión, conservación y servicio de la ciudad ; y para mas inteligencia, dixo que a la falda de nra Sra de los Remedios es la parte, que el, quando estava por alla vio platicar muchas vezes que havía sido gran hierro fundar a México donde se fundo, havien-dole podido fundar alli, y esto era comun opinión de muchos platicos ; tratando de la materia servira de advertimiento para que el consejo lo tenga entendido y en las ordenes que el Md fuere servido de mandar remitir para la execución deste negocio se puede advertir desto, para que usen dello como pareciere mas convieniente.
En lo que toca al intento que pueden tener en México de fundar en San Agustín de las Cuevas, deve el Md advertir que por tener alli casas casas, xardines y gran-gerías muchos de los poderosos de México, han de esforzar lo posible que sea alli, siendo notorio el ser malsano aquel sitio y tener de diferentes sabandijas, molesta aquella abitación y ser melancólica ; en todo lo demas que viene consultado por el consejo de Indias se conforma con el y con lo que viene votado. »

  • 24 Un document de la Bibliothèque nationale de Paris signale que les frais occasionnés par le recrute (...)

14Ce court texte montre que le marquis de Gelvés connaît bien son sujet, même s’il note que l’inondation subie par Mexico est vraiment extraordinaire, alors que, depuis sa fondation, la cité avait déjà subi plusieurs crues dévastatrices. Cet étonnement n’est pas complètement anodin, puisque de nombreux habitants de la ville lui reprochaient alors d’avoir tout fait pour en arriver là. Dans la lutte d’influence qui, depuis 1614, opposait le hollandais Adrian Boot, hostile au tunnel de Huenuetoca, au représentant des intérêts municipaux, l’ingénieur Enrico Martínez, le vice-roi avait en effet ouvertement pris partie pour l’envoyé de la Couronne. En mars 1623, il prit la décision d’interrompre les coûteux travaux de drainage mis en œuvre seize ans plus tôt afin de détourner vers le nord les eaux du rio de Cuautitlán et de protéger la ville des inondations. Malgré de nombreuses protestations, sa décision fut irrévocable et, quelques semaines plus tard, la rivière put de nouveau alimenter les lacs de Zumpango et de San Cristóbal. L’été suivant fut sec et le maintien à un niveau raisonnable des eaux du lac de Texcoco ne fit que confirmer le vice-roi et son meilleur allié, Adrian Boot, de la justesse de leurs calculs. Ce n’est que cinq ans plus tard, quand les pluies estivales devinrent menaçantes, que l’on entreprit de protéger la ville, mais il était déjà trop tard. Entre-temps, le marquis de Gelvés, confronté à une situation politique plus que délicate, avait dû abandonner son poste de vice-roi au profit du marquis de Cerralvo (1624)24.

  • 25 AGS, Estado, leg. 2 649, fol. 1.
  • 26 « Conjeturas sobre que este sucesso es mas pena de peccados que casso natural y accidental » (BNMa (...)

15Pourtant, plus qu’un autre, le marquis peut donner son opinion sur un thème aussi délicat que le déplacement de la ville de Mexico. En effet, les autres membres du conseil d’Etat se contentent d’approuver le projet de transfert, laissant leurs collègues du conseil des Indes endosser la responsabilité d’une décision difficile à prendre. Le cardinal Zapata « se conforma con el consejo de Indias en que se mude la ciudad al sitio que se propon25 ». Le comte d’Oñate reconnaît bien volontiers qu’il ne dispose pas de toute l’information nécessaire pour discuter d’un thème aussi important, mais qu’il a entendu parler des problèmes posés par le site lacustre de Mexico. Quant au marquis de Flores et à don Gonzalo de Córdoba, ils s’en remettent, comme le cardinal, aux experts qui en savent plus qu’eux sur la question. Le marquis de Gelvés, lui, disserte longuement sur les différentes possibilités offertes aux autorités royales. Sa connaissance du milieu lui permet de ne pas être dupe des propositions faites par les différents groupes de pression représentés sur place. En effet, le transfert de toute une ville a un impact très fort sur le marché foncier, et certains individus (los poderosos) peuvent essayer d’en tirer le plus grand profit possible : outre le fait que leurs maisons de campagne se trouvent d’un seul coup situées au cœur d’un projet urbain, ils peuvent revendre à l’État, au meilleur prix, les terres qui leur appartiennent. Ce document montre que, malgré la mauvaise impression laissée au Mexique par le marquis de Gelvés, celui-ci n’était sûrement pas le pire des vice-rois qu’ait connu la Nouvelle-Espagne. Certes, on peut supposer que ses prises de position traduisent un désir évident de se venger de l’humiliation subie en 1624 : il met finalement riches et pauvres dans le même sac, les uns parce qu’ils n’ont rien à perdre, et les autres parce qu’ils peuvent payer ! Mais son échec politique face à la société créole semble surtout être la conséquence de son intention de réformer le système colonial. Représentant de la Couronne, il a voulu imposer la volonté royale dans un monde où, traditionnellement, « la ley se obedece pero no se cumple ». Un Memorial de avisos para SM por mano del Marqués de Gelvés..., daté du 20 octobre 1629 et conservé à la Bibliothèque nationale de Madrid, sous-entend d’ailleurs que la catastrophe qui touche Mexico n’est pas naturelle : il s’agit d’un châtiment divin envoyé contre ceux qui refusaient de se laisser amender par le vice-roi26. De manière logique, les efforts de l’administration espagnole pour imposer le transfert de la ville vont donc échouer, malgré l’unanimité de ses principaux dirigeants.

  • 27 Le Centro de Estudios de Historia de México de CONDUMEX a publié une édition fac-similé de la Rela (...)
  • 28 J. Ignacio Rubio Mané : Introducción al estudio de los virreyes de Nueva España, T. IV, Obras públ (...)
  • 29 Andrés Cavo : Los tres siglos de México durante el gobierno espagnol, hasta la entrada del ejércit (...)

16La technique utilisée par les habitants de Mexico pour s’opposer au transfert est très bien rodée. Elle est exposée en filigrane dans la fameuse Relación universal legitima y verdadera del sitio en que está fundada la muy noble, insigne y muy leal Ciudad de México..., publiée sur place en 1637, sous l’autorité de Fernando de Cepeda, relator de l’Audience, Fernando Alfonso Carillo, escribano mayor de la municipalité et Juan Alvarez Serrano, en tant que plus vieux conseiller de ladite Audience27. Tout part d’une cédule royale, datée du 19 mai 1631, qui marque l’étonnement de Philippe IV devant les projets proposés par les conseillers municipaux. En effet, aucun d’entre eux n’envisageait la possibilité de changer la ville de place, alors qu’il s’agissait, aux yeux des membres du conseil des Indes, d’une solution comme les autres. Convaincu de l’inutilité des travaux de drainage, le roi ordonnait alors d’examiner tous les lieux où le déplacement pourraient se faire sans préjudice des habitants : Tacuba et Tacubaya, bien entendu, mais aussi l’espace plat compris entre le village de Sanctorum et les moulins de Juan de Alcocer (cf. carte de localisation). Reprenant à son compte les réserves émises par le marquis de Gelvés, le roi exigeait l’arrêt des travaux déjà entrepris par des particuliers à Tacubaya, Coyoacán et San Agustín de las Cuevas, parce qu’ils risquaient de mettre en péril la distribution équitable des parcelles qui devait avoir lieu en cas de transfert. Sur place, l’idée de refonder la ville ailleurs trouva un certain écho, comme le montre la réaction du contador don Cristóbal Molina, qui défendit le projet devant les corps constitués de Mexico. D’après lui, il était devenu indispensable d’adopter une résolution rendue nécessaire par l’étendue des malheurs qui frappaient la capitale de la Nouvelle-Espagne. Au lieu de continuer à subir des inondations impossibles à maîtriser, il valait mieux s’établir dans les parages recommandés par la cédule royale du 19 mai28. Mais c’était sans compter avec l’esprit, avec l’âme immortelle, pourrait-on dire, de la ville espagnole. Le père jésuite Andrés Cavo, quelques années après l’Indépendance, transcrivit l’intégralité du discours opposé à celui de Cristóbal Molina, afin de mieux mettre en valeur la résistance des créoles mexicains devant un ordre injuste et humiliant29. S’installer à Tacubaya, c’était à la fois renoncer à la Patrie, abandonner un sol rendu sacré par tant d’églises et de couvents, et condamner à l’oubli le nom illustre de Mexico. C’était aussi, pour les habitants de la ville inondée, se reconnaître inférieurs aux Hollandais (maîtres incontestés de la science hydraulique) et aux Aztèques (peuple habile mais vaincu un siècle plus tôt par les Espagnols).

  • 30 Relación universal..., fol. 5 v.
  • 31 Ibidem, fol. 27-29.

17Après avoir accusé réception et approuvé le contenu de la lettre royale, selon la coutume, les échevins engagent tout de suite le fer avec l’autorité de la Couronne. Ils se contentent, dans un premier temps, de citer des autorités incontestables, comme don Luis de Velasco, à qui la ville devait l’érection de la digue de San Lázaro (1556). En effet, le bon vice-roi écrivait à Charles Quint, dans sa lettre du 16 septembre 1555, « qu’il n’y a pas d’issue si l’on ne change pas la ville de place, or c’est une chose qu’on ne peut déjà plus faire, d’abord parce que cela coûterait un argent fou, ensuite parce que les Indiens ne pourraient ni ne voudraient s’occuper d’une œuvre aussi colossale ; or, sans eux, on ne peut pas construire une maison : on peut donc encore moins changer de place une aussi grande ville30 ». Un autre acteur fondamental de la vie coloniale, l’archevêque de Mexico, don Francisco Manso, est mis à contribution. Sollicité en octobre 1629 par le vice-roi marquis de Cerralvo pour exprimer son opinion sur le thème du transfert, il préconise d’attendre la décrue des lacs avant d’entreprendre quoi que ce soit. Soucieux de ne pas troubler ses ouailles, effrayées à l’idée d’abandonner leurs maisons ou d’engager de trop fortes dépenses, il suggère de s’en remettre à un cabildo abierto que l’on chargerait d’examiner la question31. Les créoles vont même jusqu’à utiliser les récits, plus ou moins historiques, des inondations antérieures à la conquête, afin de justifier leur maintien dans les lieux, sous prétexte qu’ils ne sont pas moins adroits que les Indiens qui avaient su résister à la tentation de se déplacer :

  • 32 Ibidem, fol. 4. Le père Cavo va même plus loin, puisqu’il met dans la bouche d’un des adversaires (...)

« Todas [las inundaciones] fueron tan plenas, y pujantes, que no podían andar sino en canoas, y barquillas, y los moradores se hallaron tan aflixidos por la ruina de sus edificios, que estuvieron para mudar la ciudad, y socorridos de los Reyes comarcanos hizieron algunos reparos, y el mas eficaz, y sumptuoso fue el albar-radón con que dividieron la Laguna de Mexico, fabricado de madera, y piedra vastante a detener el impetú de las aguas32. »

  • 33 Instrucciones y memorias de los virreyes novohispanos (estudio preliminar y notas por Ernesto de l (...)
  • 34 C’est le cas de Tezozomoc et de Diego Durán, quand ils évoquent l’inondation de 1499 : Crónica mex (...)
  • 35 BNMa, Ms. 2 362, fol. 267-268 v. Transcription réalisée par Jean-Pierre Berthe.
  • 36 AGI, México, 318-3.
  • 37 La valeur de Mexico (immobilier et mobilier compris) varie selon les sources. En 1603, le marquis (...)

18Cet argument est néanmoins à double tranchant, puisque les partisans du transfert invoquent eux aussi l’époque des souverains aztèques afin de montrer que même les Indiens, pourtant habitués à vivre au milieu des lacs, avaient déjà eu l’idée d’abandonner la grande Tenochtitlán. C’est le cas du vice-roi marquis de Mancera qui, dans ses instructions au duc de Veragua, le 22 octobre 1673, écrivait au sujet de l’inondation de 1517, dont quelques historiens rappellent le souvenir : « Les Indiens étaient tellement affligés par les dégâts et la ruine de leurs édifices, qu’ils durent se résoudre à déplacer la ville33. » A ma connaissance, pourtant, aucun chroniqueur, même largement postérieur à l’époque des faits, n’a jamais signalé que les Aztèques avaient eu, à un moment ou à un autre, l’intention claire de changer leur cité de place. En revanche, plusieurs d’entre eux soulignent que les habitants de Mexico, poussés par la nécessité, trouvèrent parfois refuge dans les villes voisines34. Le père Jeronimo de Mercado, dans sa Relación de la grán inundación de la ciudad de México, datée du 26 janvier 163035, se fait l’écho de comportements tout à fait identiques, quand il évoque le départ de nombreux habitants de la ville inondée vers Puebla, San Agustín de las Cuevas, Tacuba, Coyoacán, Mexicaltzingo et Texcoco. Mais cet exode n’a rien de prémédité et ne peut pas se comparer avec un déplacement de population exécuté dans les règles de l’art. Dans le même temps, et suivant une tactique éprouvée, les opposants au projet inondent littéralement, et sans jeu de mots, le conseil des Indes de lettres et de rapports destinés à fléchir la volonté de la Couronne. Les uns pressent le roi d’accélérer les travaux de desagüe, les autres tentent de démontrer l’impossibilité du projet de transfert. C’est le cas des pères augustins qui, le 25 janvier 1630, signalent que « certains en étaient arrivés à penser qu’il fallait changer le site d’un lieu aussi grand que Mexico, chose dont il ne faut même pas parler ; et ceux qui ont des doutes en seront libérés à la seule vue des travaux en cours36 ». Cet enthousiasme n’est pas toujours communicatif, surtout quand, au fil des mois, les eaux tardent à se retirer. C’est pourquoi les échevins emploient une dernière ruse : plutôt que de s’opposer directement à la volonté royale, ils décident de la contourner. Ils font d’abord remarquer que le coût du transfert, compte tenu des édifices à reconstruire, des impôts à reporter, des rentes perdues et des aides financières destinées à la population, serait phénoménal, comparé au prix estimé du desagüe37. Le roi aurait donc tout intérêt à laisser les ingénieurs achever leur travail, plutôt que de se lancer dans une aventure aux conséquences économiques difficiles à calculer. Et pour mieux prouver leur bonne foi et leur désir de suivre les conseils de la Couronne, ils s’engagent à examiner la proposition de déplacement, et même de l’appliquer, si les travaux de drainage ne donnent pas de bons résultats.

  • 38 Antonio de Roblés : Diario de sucesos notables. México, Porrúa, 1972, p. 174.
  • 39 « El virrey de la Nueva España da cuenta a VM de averse acabado la obra del desagüe de Huehuetoca (...)
  • 40 Dans une lettre datée du 10 janvier 1690, il s’en prend sans retenue au fiscal don Martin de Solis (...)

19Cette condition explique pourquoi les autorités de Mexico se sont, à multiples reprises, empressées d’annoncer la fin victorieuse des travaux. Il ne s’agissait pas seulement de se réjouir parce que la cité était enfin sauvée des inondations, il fallait aussi convaincre les autorités royales du succès de l’entreprise, afin de les détourner de leur objectif initial : le déplacement de la ville. Ainsi, le 26 juin 1675, Antonio de Roblés notait sur son journal que « la nouvelle est arrivée de la fin des travaux de drainage, Merci Seigneur38 ». Quelque temps plus tard, l’archevêque vice-roi, fray Payo de Rivera Enriquez, désireux d’en finir avec un ouvrage qui saignait à blanc sa province, écrivit en Espagne pour confirmer l’apparent triomphe de la ville sur son ennemi naturel, l’élément liquide39. Seuls quelques esprits chagrins, comme le père Manuel Cabrera, évincé des travaux de drainage pour cause d’inefficacité, trouvèrent à critiquer cette explosion de liesse collective et voulurent semer le doute dans les esprits, en rappelant que, malgré tout ce que l’on pouvait entendre, les travaux de drainage étaient encore loin d’assurer la sécurité de la ville40. D’une certaine manière, on peut donc dire que la fameuse Relación universal... de 1637 n’est qu’un outil de propagande destiné à empêcher le déplacement de la capitale de la Nouvelle-Espagne. Ce n’est pas ainsi qu’elle est présentée par ses auteurs, ni interprétée par les historiens, mais le thème récurrent d’un impossible transfert donne une unité de ton à ce vaste ensemble, en apparence disparate, de documents soigneusement choisis : si le desagüe est réalisable, comme le prouvent les textes des différents intervenants, le déplacement n’est plus nécessaire et la ville, sans désobéir au roi, peut ne pas suivre ses directives. Les opposants au transfert trouvèrent d’ailleurs un allié inattendu en la personne du vice-roi marquis de Cerralvo, qui refusa d’assumer l’énorme responsabilité d’un tel ouvrage et appuya les revendications des habitants de Mexico. Dans son rapport de fin d’exercice, daté du 17 mars 1636, celui-ci mettait en doute la faisabilité du projet et soupçonnait ses instigateurs (dont le marquis de Gelvés, qu’il avait remplacé en 1624) de vouloir lui faire endosser la responsabilité d’un échec plus que probable :

  • 41 « Relación del estado en que dejó el gobierno el marqués de Cerralvo ». Instrucciones y memorias d (...)

« Algunos instaron mucho con el aprieto de la inundación a los ojos en que esta ciudad se mudase, no sé si ayudó al celo de este dictamen el deseo de que se hubiese perdido en mis manos cosa tan grande de que ha desengañado Dios la experiencia ; si alguna vez se volviere a esta plática, juzgo que debe SM condenarla por imposible. Pocas poblaciones tiene la monarquía de SM de más lustre que la ciudad de México, los caudales no estan como cuando se fabricaban sus grandes edificios, hacerlos ahora en otra parte es para hablado, no para ejecutado ; conservarse puede, mudarse no41. »

  • 42 Memoria histórica..., México, 1902, T. I ; p. 152-157. José Fernando Ramírez : Memoria acerca de l (...)

20Le thème du transfert de la ville de Mexico semble ne pas avoir vraiment intéressé les historiens, convaincus, semble-t-il, de l’inanité d’une telle tentative. Les auteurs de la Memoria Histórica, técnica y administrativa de las obras del desagüe del valle de México, publiée sous don Porfirio pour commémorer la fin des travaux de desagüe, se limitent à reproduire fidèlement le texte écrit par le père Andrés Cavo sur ce sujet, et notamment les discours du contador Cristobal de Molina et de l’échevin anonyme (mais patriote) qui s’oppose à lui avec tant d’éloquence. Quant à José Fernando Ramírez (au milieu du xixe siècle) et à Jorge Gurría Lacroix (plus récemment) ils se contentent de rappeler brièvement l’existence de la cédule royale du 19 mai 1631 et du débat qu’elle a entraîné dans la communauté créole42. On ne sait finalement que peu de choses sur le contenu exact du projet, sur les moyens proposés par la Couronne pour le mettre en œuvre et sur les conséquences qu’il aurait pu avoir à l’échelle locale (survie possible des lacs de Mexico), régionale (relation avec les autres centres urbains) et « nationale » (contrôle politique de la Nouvelle-Espagne et du Mexique indépendant).

21Pourtant, le succès du déplacement de la Ciudad de Guatemala, à la fin du xviiie siècle, montre que les Espagnols avaient la capacité financière et technique de mener à bien un tel programme. En outre, même si le transfert de Mexico n’a pas été effectué, son éventualité pose assez de questions, pas seulement politiques, pour qu’on s’intéresse à ce qui reste un échec de la Couronne espagnole et un succès des élites locales. Depuis cette époque, le problème reste posé. On peut même dire que, à partir des années 1950, la croissance urbaine de Mexico et l’augmentation des contraintes qui en découlent (habitat, transports, pollution...) n’ont fait que l’aggraver. En 1985, à la suite du grand tremblement de terre du 19 septembre, qui a provoqué la mort de plusieurs milliers d’habitants, le vieux projet de transfert a été de nouveau (mais discrètement) sorti des tiroirs avant de retourner dans ses oubliettes. Comme en 1631, il est apparu impossible de déplacer une des plus grandes villes du monde et les efforts de décentralisation se sont bornés, de manière hautement symbolique, à transférer vers Aguascalientes les officines centrales de l’Institut national de géographie, de statistiques et d’informatique (INEGI). L’ancienne capitale de la Nouvelle-Espagne compte aujourd’hui près de 20 millions d’habitants qui subissent les effets de plusieurs siècles d’une politique hydraulique volontariste dont le milieu naturel a souffert en priorité. Sans vouloir cautionner certaines prétentions écologistes qu’il paraît désormais impossible de mettre en œuvre (entre autres la remise en eau du lac de Texcoco), on peut cependant rêver à ce qu’aurait pu être le bassin de Mexico si, en 1631, la Couronne et ses représentants avaient su imposer leur volonté à la ville rétive !

Notes

1 Alain Musset : De l’eau vive à l’eau morte. Enjeux techniques et culturels dans la vallée de Mexico (xvie-xixe siècles), Paris, ERC, 1991,

2 La question 255 de l’interrogatoire général confectionné en 1534 par Hernán Cortés, pour répondre aux accusations formulées contre lui par la première Audience de Nouvelle-Espagne, insiste paradoxalement sur la mauvaise qualité du site choisi par Cristóbal de Olid : « Saltó en tierra en una costa brava, y en un pueblo de indios questaba entre muchas ciénegas, asentó e poso nombre a un pueblo que allí quiso fundar, El Triunfo de la Cruz » (Documentos cortesianos, Tomo 2, p. 271. México, UNAM-FCE, 1991).

3 « Née de la mer, la cité était demeurée essentiellement un port et elle ne pouvait respirer que devant la mer. Comment eût-elle abandonnée ses morts, son tophet, témoin de tous ses sacrifices, et les sanctuaires de ses dieux ? Les Carthaginois décidèrent donc enfin de se défendre jusqu’à la mort. » François Decret : Carthage ou l’empire de la mer. Paris, Le Seuil, Points-Histoire, 1977, p. 223.

4 BNMa, Ms 3534, fol. 57.

5 « En el año 7 Tochtli tuvimos una inundación. Muchas chinampas fueron devastadas por el agua de las lluvias. » Anales de Tlatelolco, México, R. Porrúa, 1980, p. 52.

6 Francisco Javier Clavijero : Historia antigua de México. México, Porrúa, « Sepan Cuantos... », p. 109.

7 Musset, op. cit., p. 232-233.

8 Ce n’est pas le cas de la ville espagnole, dont les techniques architecturales (arches, voûtes, etc.) sont plus exposées au risque sismique. Dans ses instructions de 1723, le duc de Linarés, vice-roi de la Nouvelle-Espagne, redoutait les effets possibles d’un tremblement de terre sur les aqueducs de Mexico, considérés comme très fragiles et d’entretien coûteux : « ... si lo que Dios no permita, en un temblor de los que aquí se experimentan se partieran o arruinaran algunos, que sin duda impedieran la conducción del agua a la ciudad » (BN ma, Ms. 2 929, fol. 79).

9 AGI, México, 31. Carta del virrey de Cadereita, 17 de abril de 1636.

10 Relación universal legitima y verdadera del sitio en que está fundada la muy noble, insigne y muy leal Ciudad de México... México, Centro de Estudios de Historia de México de Condumex, 1983, fol. 5 v.

11 Ibidem, fol. 6.

12 « Instrucciones de Carlos V a Hernán Cortés sobre tratamiento de los Indios, cuestiones de gobierno y recaudo de la Real Hacienda », Valladolid, 26 de junio de 1523. Documentos cortesianos, Tomo 2, p. 269. México, UNAM-FCE, 1991.

13 « Interrogatorios del juicio de residencia y del capítulo secreto », México, enero de 1529. Documentos cortesianos, Tomo 2, p. 28. México, UNAM-FCE, 1991.

14 « Algunas respuestas de Bernardino Vázquez de Tapia », México, 23 de enero de 1529, ibidem, p. 40.

15 « Interrogatorio general presentado por Hernando Cortés para el examen de los testigos de su descargo », México, c. 1534, ibidem, p. 263.

16 « Algunas declaraciones de Martín Vázquez », México, 20 de mayo de 1534, ibidem, p. 345.

17 Les progrès scientifiques réalisés depuis la fin du Moyen Âge et le début de la Renaissance n’ont pénétré que lentement les classes sociales les plus cultivées de la Nouvelle-Espagne. La plupart des savants et des demi-savants, au moins jusqu’au milieu du xviiie siècle, n’ont pas encore abandonné leurs principales références antiques ou médiévales. Pour Enrico Martínez, Le Traité de la sphère, de Jean de Sacrobosco (écrit au début du xiiie siècle, mais qui a connu 25 éditions avant 1500 et 40 jusqu’en 1647), n’a pas encore été détrôné par les travaux de Copernic (1473-1543) et de Galilée (1564-1642).

18 Enrico Martínez : Reportorio de los tiempos y Historia natural de la Nueva España, Tratado tercero, cap. XIII : « En que se da la causa por que esta ciudad de Mexico está sugeta a muchas enfermedades », p. 184-185. Mexico, Condumex, 1981.

19 BNMa, Ms. 3 017, fol. 286-286 v.

20 Hippocrate : Traité des airs, des eaux et des lieux. Paris, Baudelot et Eberhart, 1800, p. 5.

21 Hippocrate, Ibidem, p. 23.

22 Il faut donc croire que Bernardo de Balbuena, l’auteur illustre de La grandeza mexicana, n’était pas d’accord avec les théories hippocratiques, puisqu’il écrivait dans son poème sur la ville de Mexico, composé en 1603 : « Bañada de un templado y fresco viento, / donde nadie creyó que hubiese mundo / goza florido y regalado asiento » (« México, Porrúa, Sepan Cuantos... », p. 63). Nous sommes ici, avant la lettre, dans la région la plus transparente de l’air !

23 AGS, Estado, leg. 2 649.

24 Un document de la Bibliothèque nationale de Paris signale que les frais occasionnés par le recrutement de trois compagnies de cent hommes, employés à mettre fin au tumulte populaire de janvier 1624, se sont élevés à 89 893 pesos, 4 réaux et 2 grains, qui ont été imputés au budget du desague ! (BN, Goupil, 239).

25 AGS, Estado, leg. 2 649, fol. 1.

26 « Conjeturas sobre que este sucesso es mas pena de peccados que casso natural y accidental » (BNMa, Ms. 18 660-2).

27 Le Centro de Estudios de Historia de México de CONDUMEX a publié une édition fac-similé de la Relación universal... en 1983.

28 J. Ignacio Rubio Mané : Introducción al estudio de los virreyes de Nueva España, T. IV, Obras públicas y educación universitaria, México, UNAM, 1963, p. 96-97.

29 Andrés Cavo : Los tres siglos de México durante el gobierno espagnol, hasta la entrada del ejército trigarante. México, 1836 (cité par Ignacio Rubio Mañé : op. cit., p. 97-98).

30 Relación universal..., fol. 5 v.

31 Ibidem, fol. 27-29.

32 Ibidem, fol. 4. Le père Cavo va même plus loin, puisqu’il met dans la bouche d’un des adversaires du projet, cette phrase lourde de sens : « ¿Cuales fuereron las consecuencias de aquella disgracia ? ¿Acaso abandonar la ciudad y trasladar la silla del reino de México a pasaje mas encumbrado ? No por cierto, señores. Los mexicanos jamas se hubieran resuelto a este paso ; amaban, como se debe amar, la patria » (op. cit., p. 97).

33 Instrucciones y memorias de los virreyes novohispanos (estudio preliminar y notas por Ernesto de la Torre Villar), México, Porrúa, 1991, T. I, p. 586. Cité par Francisco Gonzalez de Cosio : Historia de las obras públicas en México. México, SOP, 1973, T. II, p. 257.

34 C’est le cas de Tezozomoc et de Diego Durán, quand ils évoquent l’inondation de 1499 : Crónica mexicana, Cap. LXXX, México, Porrúa, p. 564 et Historia de las Indias de Nueva España, cap. XLIX, México, Porrúa, T. II, p. 379). Le même Diego Duran rappelle que la sécheresse de 1454 avait produit des effets identiques, mais étendus à l’ensemble de la région centrale (ibidem, p. 241).

35 BNMa, Ms. 2 362, fol. 267-268 v. Transcription réalisée par Jean-Pierre Berthe.

36 AGI, México, 318-3.

37 La valeur de Mexico (immobilier et mobilier compris) varie selon les sources. En 1603, le marquis de Montesclaros avait avancé le chiffre de 86 millions de pesos. En 1629, on atteignait déjà les 125 millions de pesos (BNMa, Ms. 18 660-2). La Relación universal... propose 50 millions, alors que les frais des travaux de drainage étaient évalués à 4 millions.

38 Antonio de Roblés : Diario de sucesos notables. México, Porrúa, 1972, p. 174.

39 « El virrey de la Nueva España da cuenta a VM de averse acabado la obra del desagüe de Huehuetoca en toda perfección », México, 21 de julio de 1675 (AGI, México, Ramo secular, leg. 328). Le vice-roi se réjouit d’en avoir terminé avec « tantos salarios superfluos de ministros, superintendentes, pagadores, sobre-estantes, materiales, pertrechos y otras introducciones que se habían hecho costumbre, difíciles de desarraigar ».

40 Dans une lettre datée du 10 janvier 1690, il s’en prend sans retenue au fiscal don Martin de Solis, qui avait faussement prétendu pouvoir résoudre en quelques semaines les problèmes posés par l’ouverture d’un canal à ciel ouvert afin de remplacer le tunnel creusé 80 ans plus tôt par Enrico Martínez (AGI, México, 328).

41 « Relación del estado en que dejó el gobierno el marqués de Cerralvo ». Instrucciones y memorias de los virreyes novohispanos (estudio preliminar y notas por Ernesto de la Torre Villar), México, Porrúa, 1991, T. I, p. 367-368.

42 Memoria histórica..., México, 1902, T. I ; p. 152-157. José Fernando Ramírez : Memoria acerca de las obras e inundaciones en la ciudad de México. México, SEP-INAH, 1976, p. 214. Jorge Gurría Lacroix : El desagüe del valle de México durante la época novohispana. México, UNAM, 1978, p. 115.

Table des illustrations

Titre Les sites possibles pour le transfert de Mexico (1631)
Légende Fond de carte : dessin de l’ingénieur hollandais Adrían Boot, réalisé dans les années 1620 et reproduit dans le livre de voyage publié en 1700 par Giovanni Francesco Gemelli Careri sous le titre Giro del mondo.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/1374/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 311k

Auteur

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540