Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Indes occidentales à l’Amérique Latine. Volume 1

 | 
Thomas Calvo
, 
Alain Musset

Introduction

Alain Musset

Texte intégral

1Les études historiques sur l’Amérique hispanique à l’époque coloniale doivent beaucoup à la personnalité de Jean-Pierre Berthe, directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences sociales et ancien directeur de l’Institut des Hautes Études d’Amérique latine. Plus de trente années d’enseignement lui ont permis de former de nombreux jeunes chercheurs qui, de part et d’autre de l’Atlantique, ont appliqué dans leurs études les leçons de rigueur scientifique et de curiosité intellectuelle dispensées au cours de ses séminaires. Selon la loi du genre, ce livre d’hommages pourrait n’être que l’expression, couchée sur le papier, de la gratitude de ses anciens élèves et de l’estime de ses collègues français ou étrangers. Mais le nombre des contributions (46 articles) et la diversité des domaines abordés par les différents auteurs font que l’idée initiale d’une simple marque d’amitié et de reconnaissance a été largement dépassée.

2À bien des égards, l’ouvrage ainsi conçu est appelé à devenir un véritable outil de travail pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de l’Amérique latine et à ses relations avec la péninsule Ibérique. Si l’époque coloniale, avec ses permanences, mais aussi ses contradictions et ses bouleversements, occupe fort logiquement le devant de la scène, elle ne peut se comprendre qu’en liaison avec son amont (les civilisations préhispaniques) et son aval (les mutations socio-politiques qui caractérisent le xixe siècle). C’est pourquoi le monde indien, traumatisé par les conséquences démographiques, économiques et culturelles de la conquête, occupe dans cet ensemble de textes historiques une place importante : il s’agit de montrer les voies suivies par les populations indigènes afin de s’intégrer, de gré ou de force, au système mis en place par les Espagnols sur les territoires rattachés à la Couronne à partir du xvie siècle. De la même manière, plusieurs contributions s’intéressent à une Amérique latine en gestation qui, depuis les guerres d’Indépendance jusqu’au début du xxe siècle, cherche encore son identité. Un continent métis, pris au piège de son héritage européen et de ses racines indiennes, tente de s’imposer sur la scène internationale et de justifier ses divisions politiques par le poids trop lourd des traditions et l’idée mal comprise d’un État-Nation inadapté aux réalités sociologiques de la plupart des pays latino-américains.

3L’ampleur du point de vue historique, qui couvre plus de quatre siècles entre l’arrivée de Cortés à Mexico (1519) et la création de l’Association générale des étudiants latinoaméricains de Paris, en 1925 (sans compter les textes consacrés au monde précolombien), va de pair avec une vision élargie du monde ibérique, qui déborde largement du cadre américain. Si l’on veut éviter une coupure géographique trop souvent entérinée par les études universitaires, mais qui reste néfaste à la compréhension des mécanismes internes du monde colonial, il apparaît indispensable de se pencher sur ce qui se passe, à la même époque, en Espagne et au Portugal mais aussi dans l’aire d’influence asiatique (Chine et Philippines) de ces deux grandes puissances maritimes. Un regard est donc porté sur ces mondes étranges aux yeux des Espagnols du xvie siècle qui, mal préparés au choc d’une telle rencontre, tentèrent de les rattacher à des traditions littéraires bien connues, comme pouvait l’être pour eux l’Utopie de Thomas More. Si l’Amérique tout entière, du Nouveau-Mexique à la Patagonie, du Pérou à la Caraïbe, forme le noyau dur des contributions présentées ici, plusieurs articles s’intéressent à la péninsule Ibérique dont les habitants, contrairement à bien des idées reçues, ne vivaient pas nécessairement au rythme de leurs lointaines colonies d’outre-mer.

4Comme le montre l’expérience, les dimensions prises par un ouvrage qui regroupe un aussi grand nombre d’articles portant sur une aire géographique aussi vaste et sur une période aussi longue, risquent de nuire à la cohérence du propos. Pour éviter la dispersion des idées et maintenir l’unité d’ensemble des différentes contributions, il est apparu nécessaire de les regrouper en six grandes sections qui se complètent et s’éclairent les unes par rapport aux autres. C’est ainsi qu’une première partie « Espace et territoire » traite de la construction et de l’organisation de l’espace hispano-américain. Il ne s’agit pas ici de planter un « décor » géographique ou de dresser un rapide « tableau d’introduction » destiné à replacer dans leur contexte américain les théories et les pratiques spatiales transplantées par les Espagnols dans le Nouveau Monde. Au contraire, à partir d’exemples précis, les divers intervenants évoquent la situation et l’évolution de plusieurs territoires étudiés selon des échelles différentes : la ville (Valladolid de Michoacan, Mexico), la région (le Costa Rica, la Huaxteca, la Nouvelle Biscaye), le sous-continent (Nouvelle-Espagne), l’océan Atlantique (conçu comme une voie de communication). L’espace naturel s’efface alors devant un espace social que les hommes essaient de contrôler et de remodeler afin d’en tirer le meilleur parti, mais qui, à l’usage, se révèle difficile à maîtriser. Même si la nature des dangers (et des remèdes proposés) était différente, il apparaissait aussi difficile d’assurer la sécurité du transport maritime entre l’Espagne et ses possessions américaines que de soumettre aux intérêts de la Couronne les populations indiennes de la Nouvelle-Biscaye ou de protéger Mexico des inondations. Au-delà des perspectives traditionnelles de la géographie historique, fondées sur la genèse des territoires et l’évolution des frontières, on s’intéresse à la mise en place d’une organisation spatiale qui, malgré les profonds bouleversements opérés au cours du xixe et du xxe siècle, n’a pas encore complètement disparu.

5Mais on ne peut pas concevoir un espace sans étudier les hommes qui le construisent et qu’il construit. C’est le thème de la deuxième partie de cet ouvrage, « Chroniques du quotidien », où l’on essaie de mettre en valeur la diversité des sociétés ibériques et hispanoaméricaines en analysant leurs pratiques journalières (la cuisine, l’amour), leurs espoirs de promotion ou de succès dans un monde très hiérarchisé, et leurs angoisses devant la maladie (épidémie de typhus à Zacatecas à la fin du xixe siècle) ou devant la mort. Le rôle des jeux, celui des fêtes, apparaît alors aussi important que celui des rituels funéraires qui sont une occasion parmi d’autres d’étaler au grand jour le statut privilégié des grandes familles. Pendant que les riches montrent leur richesse, les autres tentent d’apitoyer l’administration royale et d’obtenir quelques miettes du festin. Dans une société inégalitaire par essence, les fonctionnaires établis en Amérique, mais surtout leurs femmes et leurs enfants, forment un maillon particulièrement fragile qui dépend du bon vouloir de la Couronne. La faiblesse de leurs revenus et la précarité de leur poste expliquent pourquoi ils se laissent souvent tenter par des pratiques illicites qui, malgré les soupçons qui pèsent sur eux, facilitent leur ascension dans la hiérarchie coloniale.

6Ces comportements individuels et collectifs ne peuvent se comprendre que dans la perspective plus large d’une société où la religion occupe une place centrale : c’est le propos de la troisième partie du livre, « Vie intellectuelle et religieuse », qui éclaire d’un jour nouveau plusieurs aspects, souvent mal connus, de la diffusion des idées philosophiques dans la communauté espagnole (à Guadalajara, par exemple), ou de l’évangélisation des populations indiennes (dans le Nayarit ou le Michoacân). Elle s’intéresse aussi aux effets et aux conséquences de l’interpénétration des pratiques religieuses conservées par les populations indiennes et des rituels imposés par l’Église catholique. L’agave, plante de civilisation par excellence chez les nahuas de la vallée de Toluca, servait ainsi à financer le culte des saints familiaux. De la même manière, les artisans spécialisés dans le travail de la plume confectionnèrent, à la demande du clergé, de splendides portraits du Christ en utilisant des techniques typiquement précolombiennes. Les différentes formes de la religion, tout comme l’usage et la possession des livres, apparaissent dès lors comme un critère de différentiation sociale et économique, aussi bien en Amérique qu’en Espagne (c’était toujours le cas de Séville à la fin de l’ancien régime). L’étude des livres des confréries de Chilon (Chiapas) montre à quel point les pratiques religieuses étaient (et sont encore) soumises à des impératifs financiers et à des contraintes extérieures à la communauté.

7C’est ce qui nous a conduit à réserver une place particulière à l’histoire économique de l’Amérique latine, dans le cadre d’une quatrième partie intitulée « Le travail et l’argent ». Cet ensemble regroupe des contributions qui abordent plusieurs thèmes complémentaires : la production, la commercialisation et la consommation de différents produits agricoles (la cochenille, l’alcool, le sucre), les formes d’exploitation de la main-d’œuvre indigène (l’esclavage et le service personnel au Yucatán au xvie siècle), les sources de revenus du clergé, l’évolution des prix et leur impact sur l’ensemble de l’économie hispanoaméricaine. L’échec apparent du système de production mis en place par les Espagnols en Amérique a conduit certains d’entre eux, comme Pedro Rodríguez Campomanes, à proposer des solutions-miracles inspirées par d’autres expériences coloniales, notamment anglaises (ouverture du commerce, fin des monopoles, libéralisation des échanges). Personnages mal connus et souvent mal-aimés, ces proyectistas ou ces arbitristas ont néanmoins contribué à entretenir une véritable réflexion sur les carences de la société espagnole et particulièrement de ses élites économiques.

8Afin de mieux comprendre l’ensemble des mécanismes qui expliquent cet échec, il faut donc s’interroger sur les ambiguïtés, les contradictions et les conflits qui, depuis la conquête, minent les sociétés latinoaméricaines et les conduisent souvent dans des situations extrêmes : c’est le thème de notre cinquième partie, « Vie politique et enjeux de pouvoir ». Il serait en effet illusoire de penser que trois siècles de domination espagnole ont complètement uniformisé des populations jalousement attachées aux privilèges octroyés par la Couronne. Les symboles matériels du pouvoir jouaient déjà un rôle central dans les civilisations précolombiennes, comme le montre l’étude menée sur les signes d’identité chez les Incas. Et si le xixe siècle est par excellence le temps des grandes mutations politiques, qui contraste avec l’immobilisme apparent de la période coloniale, les tensions internes existaient bien avant le brutal soubresaut des guerres d’Indépendance. La lente émergence d’une classe ouvrière et d’une élite intellectuelle souvent formée à l’étranger, la conscience d’appartenir à un ensemble commun (l’Amérique latine), n’ont pourtant pas permis d’en finir avec les rivalités entre États et entre catégories sociales. Une réflexion nouvelle sur les causes et les conséquences de la Révolution mexicaine permet de mieux comprendre des conflits qui apparaissent autant liés à des intérêts économiques qu’à des systèmes de représentation symbolique.

9La perception et la représentation du monde sont donc, de manière directe ou indirecte, au cœur des problématiques exposées dans cet ouvrage collectif. C’est pourquoi, dans une sixième et dernière partie, intitulée « Images et récits », nous proposons au lecteur d’analyser et de déchiffrer plusieurs visions de l’Amérique, mais aussi de l’Espagne et de la Chine, en les replaçant dans leur contexte historique et culturel. Cette perspective permet de mettre en parallèle la réalité des territoires décrits et l’image que l’on veut en donner. Il apparaît ainsi plus facile de discerner les intentions, conscientes ou inconscientes, des différents auteurs et de voir jusqu’à quel point ils veulent manipuler leurs lecteurs, à moins qu’ils ne soient eux-mêmes influencés par leurs lectures antérieures et par leur propre vision du monde. La grande variété des documents étudiés (récits historiques, descriptions géographiques, roman, cartes anciennes), et la diversité des approches mises en œuvre montrent que l’on aborde ici un domaine d’étude en plein renouvellement, où les frontières institutionnelles entre les disciplines universitaires ont perdu une grande partie de leur sens : l’historien fait œuvre de littéraire et le linguiste de géographe, au plus grand bénéfice de la recherche en général et de la compréhension du monde hispanoaméricain en particulier.

10De fait, ce livre d’hommages n’est pas seulement le bilan de multiples études menées de manière dispersée par des historiens, des géographes, des linguistes ou des ethnologues qu’intéressent le monde hispanique et le continent américain. Les méthodes utilisées par tous les participants sont celles qui ont toujours été préconisées par Jean-Pierre Berthe dans son enseignement et dans ses écrits : cette parenté leur confère une unité de ton que ne démentent ni la variété des thèmes et des approches, ni la diversité des langues utilisées (sur quarante-six articles, vingt sont rédigés en espagnol et trois en anglais). Mais plus qu’un bilan, ce vaste ensemble est aussi un projet qui offre au lecteur curieux mille sujets de réflexion, aussi bien dans le domaine de l’histoire économique et sociale que dans celui de l’ethnohistoire ou de la géographie historique. Les textes présentés ici proposent des perspectives de travail liées à des recherches en cours, menées sur le terrain et dans les archives d’Europe et d’Amérique : ils ne sont que la partie visible d’un ensemble, à la fois individuel et collectif, qui s’enrichit continuellement grâce aux apports de tous les participants.

Auteur

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540