Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terre et société coloniale

 | 
Michel Bertrand

Glossaire

Texte intégral

1Achiote :
rocouyer, arbre dont les graines permettent d’obtenir un colorant d’un beau rouge. Adelantado :
à la différence de ce qu’il avait été dans l’Espagne médiévale, ce titre devint en Amérique purement honorifique. Il fut attribué par le roi pour distinguer certains colonisateurs parmi tous ceux qui exerçaient les doubles fonctions de gouverneur et de capitaine général. Ce titre, à la différence des deux autres fonctions, pouvait être héréditaire. Au Guatemala, Pedro de Alvarado fut gouverneur, capitaine général et adelantado pendant une vingtaine d’années (1524 – 1541).

2Aguardiente :
eau-de-vie, le plus souvent de canne au Guatemala.

3Alcabala :
impôt indirect prélevé sur les ventes, dont le montant a varié entre 2 à 6 % selon les époques.

4Alcalde ordinario :
juge chargé de régler les conflits mineurs éclatant dans une communauté villageoise, en général membre du conseil municipal.

5Alcalde mayor :
magistrat de l’administration coloniale responsable d’une province. Cette charge était le plus souvent occupée par un Espagnol d’origine métropolitaine.

6Alcaldía mayor :
division administrative de l’empire espagnol (par exemple : la Verapaz). Il y en avait sept pour la Capitainerie générale à la fin du xviiie siècle.

7Alguacil :
dans les villages indigènes comme espagnols, c’est un officier municipal de rang inférieur, chargé de veiller à l’application des décisions du conseil municipal.

8Altiplano :
zone de hauts plateaux.

9Altos :
nom donné à l’ensemble des Hautes Terres centrales du Guatemala, à forte population indigène.

10Añil :
indigo. Le Guatemala connut un cycle de production abondante d’indigo au xviiie siècle, avant l’amorce du cycle du café.

11Arroba :
unité de poids valant 25 livres.

12Audiencia :
Audience. Juridiction jouant à la fois le rôle de cour d’appel de justice et celui de centre de l’administration coloniale en territoire américain. Celle de Guatemala couvrait l’ensemble de l’Amérique Centrale, du Chiapas au Nicaragua. Son siège était depuis 1549 à Santiago de Los Caballeros. Sauf pendant la période 1564-1570, où elle fut déplacée à Panama.

13Baile de la Conquista :
danse indigène commémorant la conquête espagnole, et figurant la lutte entre Pedro de Alvarado et Tecún Umán. D’autres danses, souvent d’origine préhispanique, comme celles du Catum, du Tun ou du Palo Volador, se maintinrent malgré l’opposition de l’Eglise qui y voyait des restes de paganisme.

14Baldío :
terre inculte, sans propriétaire reconnu légalement, et relevant donc de la propriété royale.

15Barrio :
quartier. En général, les villages de réduction étaient composés de quatre barrios ayant chacun une certaine autonomie, notamment à travers les confréries.

16Caballería :
unité de surface équivalant à 45,1 hectares.

17Cabildo :
bâtiment abritant la municipalité. Par extension la municipalité elle-même.

18Cacique :
Indien noble, ayant le plus souvent des responsabilités au sein de la communauté villageoise.

19Calpulli :
divisions préhispaniques au sein des communautés indigènes, qui coïncidaient souvent avec les quartiers de la réduction. Elles supposaient pour les habitants d’un même calpul des solidarités de clan.

20Capitulación :
contrat privé signé entre le roi et les conquérants, donnant à ceux-ci l’autorisation de conquérir des terres nouvelles au nom de la Couronne espagnole.

21Casa de contratación :
élaborée à partir de 1502-1503, cette institution était chargée de faire respecter les intérêts du roi auprès des marchands qui commerçaient dans l’empire. Elle était responsable de la navigation maritime, mais jouait aussi le rôle d’une chambre et d’un tribunal de commerce.

22Cédula Real :
décision royale ayant valeur de loi.

23Ceiba :
arbre sacré des Maya. On le retrouve souvent sur les places des villages guatémaltèques.

24Ciudad :

25ville. Titre honorifique décerné à des centres urbains pour les distinguer des bourgs de moindre importance. Pendant l’ère coloniale, seule la capitale de la Capitainerie générale avait le rang de “ville” (voir villa).

26Cobaneros :

27habitants de Cobán.

28Colonos :
paysans sans terres, travaillant dans les grandes propriétés, desquelles ils dépendent totalement par le biais de l’endettement. Afin d’assurer leur survie, le propriétaire leur cède en usufruit quelques arpents de terre, qu’ils paient en journées de travail. Cette réalité ne se développe qu’au xixe siècle.

29Comisionado :
fonctionnaire, responsable de l’ordre public en général, après l’Indépendance.

30Composición de tierra :
amendes dues par ceux qui s’emparaient illégalement d’une parcelle de terre royale. Par ce système, la royauté espagnole put tirer des revenus de son droit de propriété éminente sur l’espace américain.

31Comunes :
mot employé par les historiens de l’histoire agraire du Guatemala pour désigner les terres communales accessibles à tous les villageois, appelées aussi tierras de comunidad dans les sources coloniales.

32Confirmación de varas :
cérémonie d’entrée en fonction des responsables municipaux des villages indigènes. Ils recevaient à cette occasion un bâton, ou vara, symbole de leur nouveau pouvoir.

33Contribución :
après l’Indépendance, impôt payé par chaque citoyen.

34Copal :
résine odoriférante, utilisée notamment dans les cérémonies religieuses.

35Corregidor :
magistrat responsable d’une circonscription administrative, en général de taille réduite.

36Corregimiento :
circonscription administrative régionale, qui se différencie de l’Alcaldía mayor avant tout par sa plus petite taille. Il y avait dans la Capitainerie générale de Guatemala trois corregimientos à la fin du xviiie siècle.

37Cortes de Cádix :
assemblée constituante qui se réunit à Cádix en 1810 pour promulguer des réformes institutionnelles, sociales et économiques en Espagne. L’inspiration de son action se trouve inscrite dans la philosophie des Lumières.

38Cubuleros :
habitants de Cubulco.

39Cultivos de temporal :
cultures pratiquées sans recours à l’irrigation.

40Chapuli :
catastrophe naturelle appelée aussi nueva langosta qui détruisait les récoltes de mais. Chile :

41piment, appelé aussi aji, dans les documents. Il était et reste encore d’utilisation quotidienne, servant à relever la fadeur de l’alimentation de base qui repose sur le mais et les haricots.

42Chimán ou chamán :
nom donné aux Indiens ayant fonctions et capacités d’intercession auprès des forces naturelles. Malgré les poursuites dont ils étaient victimes, ils continuèrent clandestinement leur action auprès des indigènes.

43Chol :
ethnie maya des Basses Terres bordant le nord de la province de Verapaz. Elle fut déportée à la fin du xviie siècle dans le valle de Urrán, près de Rabinal, et donna son nom à la réduction ainsi fondée.

44Deán :
doyen. C’est la plus haute dignité ecclésiastique attachée aux chapitres cathédraux. Doctrinero :
prêtre ou religieux responsable d’une réduction ayant pour principale charge l’enseignement de la doctrine chrétienne.

45Ejido :
surface de terre concédée aux villages de réduction. L’extension originelle en était de 38 caballerías et était fournie par la Couronne sous forme de don. Par la suite, ce mot a servi pour désigner l’ensemble des terres possédées par une réduction, qu’elles aient été données ou achetées

46Encomendero :
personne qui recevait de l’autorité espagnole la responsabilité d’Indiens qu’il pouvait faire travailler à son profit à condition de les christianiser.

47Encomienda :
système qui, à l’origine, recommandait des Indiens à un encomendero sous contrôle public. Après 1542, l’encomendero perdit tout pouvoir sur “ses” Indiens, dont il ne faisait que percevoir le tribut.

48Estancia :
propriété agricole, en général destinée à l’élevage.

49Estancos :
monopoles exercés par l’Etat sur la commercialisation de certains produits, tels que le tabac. Ils étaient affermés par région, généralement à des ladinos.

50Fanega :
unité de mesure équivalent à environ 55 litres. La fanègue était divisée en 12 almudes et en 48 cuartillas.

51Fiscal :
procureur de l’Audience. Parfois, il exerçait la fonction de Protecteur des Indiens. Pour les actes importants de la vie des communautés indigènes (ventes ou achats de terres, appels en justice...), le fiscal devait toujours donner son accord.

52Gachupín :
surnom donné aux Espagnols par les créoles. Ils utilisaient aussi celui de chapetón.

53Gobernador :

54gouverneur responsable de la Capitainerie générale. Il était aussi président de l’Audience de Guatemala. Nommé par le roi, il en était le véritable lieutenant.

55Guayacán :

56arbre d’Amérique, utilisé en ébénisterie mais aussi comme plante médicinale.

57Hacendado :
propriétaire d’une hacienda.

58Hacienda :
grande propriété, très souvent fondée sur une monoproduction. Dans la région étudiée, il s’agissait soit d’élevage, soit de canne à sucre.

59Hilo :
fil de coton, matière première pour le tissage, et dont le commerce donnait lieu à de substantiels profits (voir repartimiento).

60Ingenio :
à l’origine, ce mot servait à désigner l’ensemble des outils ou machines nécessaires à l’extraction du jus de canne et à la fabrication du sucre. Par extension, il en est venu à désigner toute exploitation agricole fondée sur la production de canne à sucre.

61Jefe politico :
titre porté par les responsables administratifs des départements après l’Indépendance, dont la fonction était proche de celles des préfets à la même époque en France.

62Jicara :
calebasse, dont la région de Rabinal était – et reste encore aujourd’hui – une importante productrice. Elle sert de récipient à usage domestique.

63Juez de milpa :
fonctionnaire chargé de surveiller si les indigènes cultivaient régulièrement leurs champs, afin d’assurer au tribut royal des revenus réguliers. Les nombreux abus dont ils se rendirent coupables auprès des populations dominées amenèrent leur suppression au xviie siècle.

64Justicias :
nom donné aux responsables de la communauté indigène, tant au niveau civil (municipalité) que religieux (confrérie). Leur rôle était notamment de rendre justice pour les délits et conflits mineurs.

65Labores :
exploitation agricole spécialisée dans une production commerciale (sucre, teinture, etc.).

66Ladino :
individu d’origine indienne ayant rompu avec sa communauté de naissance pour accepter une hispanisation quasiment totale. Il engendre un métissage tant ethnique que culturel.

67Latifundio :
grand domaine exploité par des méthodes extensives et laissant souvent inculte une bonne partie des terres. La main-d’oeuvre, surtout temporaire, est utilisée lors des grands travaux. Cette structure socio-économique apparaît et se développe à partir du xixe siècle.

68Liquidámbar :
baume aromatique extrait de l’hamamélis.

69Macehual :
Indien du peuple, par opposition aux caciques.

70Mantas :
cotonnades incluses dans le tribut payé en nature, notamment par les villages de Rabinal et Cubulco.

71Manzana :
unité de surface valant 0,7 hectare.

72Maravédis :
monnaie de compte équivalant à la trente-quatrième partie d’un real.

73Marco :
unité de poids valant une demi-livre, soit 250 grammes, utilisée notamment pour l’or et l’argent. Le marc d’argent, pesant huit onces, valait 8,5 pesos.

74Mayordomo :
titre donné au responsable du fonctionnement d’une hacienda. Il y exerçait les fonctions de contremaître.

75Mecate :
à l’origine, c’est une corde fabriquée avec la fibre d’agave. Elle est devenue par la suite une unité de mesure d’usage local.

76Milpa :
champ de mais. Par extension, terre indienne où sont produites les cultures vivrières. Milpa de Comunidad :
champ de mais mis à la disposition des responsables de la communauté villageoise. Il était cultivé par les villageois sans contrepartie financière.

77Minifundio :
petite propriété agricole, en général insuffisante pour assurer la survie d’une famille. Elle impose donc à ceux qui y travaillent de se louer sur les grandes propriétés lors des grands travaux. Son développement accompagne au xixe siècle celui du latifundio.

78Molendera :
femme dont le travail est de moudre le grain, employée dans le cadre du repartimiento.

79Molinos :
moulins. Dans la région de Rabinal, il s’agissait avant tout de broyeurs à canne à sucre, actionnés par des animaux.

80Mulato :
mulâtre. Dans la société coloniale, la plus ou moins grande coloration de la peau du mulâtre déterminait son appartenance aux multiples castes.

81Nopal :
plante cactée sur laquelle se développe la cochenille qui sert de produit tinctorial donnant la couleur rouge.

82Nueva langosta :
voir chapuli.

83Oidor :
juge de l’Audience, chargé à la fois d’entendre les plaintes et de rendre les sentences en appel et d’exercer le pouvoir administratif. Il devient vite un contrepoids au pouvoir des gouverneurs du royaume de Guatemala, des alcaldes mayores et des corregidores.

84Panela :
sucre brun obtenu après raffinage sommaire du jus de canne.

85Párroco :
religieux ou prêtre responsable d’une paroisse extérieure à une réduction.

86Peso de a ocho :
monnaie d’argent en circulation dans l’empire espagnol, divisée en huit reaies d’argent. Picota :
pilori. Les responsables espagnols (encomenderos, corregidor, alcaldes mayores) y attachaient les Indiens pour les punir d’une faute quelconque. Ces punitions étaient fréquentes et le plus souvent abusives comme le dénonça Bartolomé de Las Casas.

87Pierna :
unité de surface utilisée pour la mesure des pièces tissées par les femmes indiennes au titre du repartimiento, valant environ deux mètres carrés.

88Pinol :
boisson à base de farine de mais, consommée essentiellement lors des fêtes religieuses.

89Pita :
agave à partir de laquelle on fabrique des cordes. Par extension, ce mot désigne la corde elle-même.

90Popol Vuh :
livre sacré des Maya-Quiché, qui raconte leur migration de Tulán jusqu’au Guatemala. Il sert en même temps de livre généalogique, rappelant les successions à la tête de la tribu.

91Principal :
responsable indigène de confrérie.

92Quetzal :
oiseau dont les longues plumes vertes de la queue servaient de parures recherchées pour les hauts dignitaires avant la colonisation. Elles donnaient lieu à d’importants échanges.

93Quinto :
impôt prélevé par le roi sur tous les métaux précieux extraits en Amérique. Il équivalait au cinquième de la valeur du produit imposé.

94Rabinaleros :
habitants de Rabinal.

95Rabinal-Achi :
ballet-drame racontant un conflit ayant opposé les Rabinaleb aux Quiche d’Utatlán.

96Real :
monnaie d’argent valant 34 maravédis ou un huitième de peso.

97Realengo :
se dit de tout ce qui relève de l’autorité royale.

98Reducción :
système de contrôle de la population indigène mis au point dans les années 1540, et expérimenté par B. de Las Casas en Verapaz.

99Reforma :
ère de l’histoire du Guatemala indépendant, qui commence avec la prise de pouvoir par les libéraux de J.R. Barrios en 1870. Son trait essentiel fut la destruction des derniers vestiges du système socio-économique colonial.

100Repartimiento :
système d’exploitation de la main-d’oeuvre indigène, qui pouvait prendre différentes formes : soit l’embauche autoritaire de travailleurs pour une durée fixée d’avance ; soit la distribution de matière première – coton en général à Rabinal – qu’il fallait tisser en un temps fixé. Ces travaux étaient théoriquement rémunérés, mais à des taux très bas.

101Reservado :
Indien exerçant des responsabilités communautaires, et à ce titre exempté des différentes obligations pesant sur tous les villageois indigènes.

102Servicio del tostón :
une des obligations – paiement d’un tostón, soit un demi-peso – s’ajoutant aux charges dues au titre du tribut. Elle faisait partie du Servicio Real établi en 1592.

103Sitio de estancia de ganado mayor :
unité de surface équivalant à 38,77 caballerías.

104Suerte :
unité de mesure agraire équivalant à 30 varas, soit environ 25 mètres, ou unité de surface valant 11,25 hectares.

105Tamemes :
corvées de transport, liées aux repartimientos.

106Teopanteca :
Indien employé au service de l’Eglise, et bénéficiant à ce titre de dispenses vis-à-vis des obligations pesant sur tous les indigènes.

107Tequetines :
corvées de travaux généraux imposées à quelques Indiens par village au service des haciendas, attachées au système des repartimientos. Ces mêmes corvées, imposées aux Indiennes, sont appelées tezines.

108Tierra de comunidad :
voir comunes.

109Tierra de guerra :
nom donné par les conquérants à une partie de la région qui devint par la suite la Verapaz. Il exprime l’échec de la conquête militaire dans cette zone, par le refus de soumission de ses habitants.

110Tinamit :
ville, en langue quiché. Nombreux sont les sites archéologiques dont le nom est construit autour de cette racine.

111Título :
document dûment légalisé qui authentifie la propriété d’un groupe – lignage, clan, village, couvent – ou d’une personne privée, sur une terre donnée. Certains de ces documents concernant les propriétés de villages indigènes reconstituent l’histoire de la population concernée, des origines souvent mythiques à la fondation du village par les colonisateurs espagnols. L’objectif y est toujours de démontrer l’ancienneté immémoriale de la propriété du village sur ses terres.

112Tlatoques :
intermédiaires indigènes chargés de la distribution du travail, puis du ramassage des profits réalisés par le biais des repartimientos, au service des religieux dominicains. Ils faisaient partie des responsables des communautés indigènes.

113Tortilla :
galette de maïs qui était – et reste – l’élément de base de la nourriture du paysan guatémaltèque.

114Tostón :
monnaie valant un demi-peso, soit quatre reales.

115Trapiche :
moulin servant à l’extraction du jus de canne pour la fabrication de sucre.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter