Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terre et société coloniale

 | 
Michel Bertrand

Sources

Texte intégral

Notre travail a reposé avant tout sur les différents fonds d’archives guatémaltèques disponibles tant à la capitale que dans les villages concernés.

Le principal d’entre eux a été, sans discussion possible, celui de l’Archivo General de Centro América. La particularité des documents ici disponibles est qu’ils sont tous classés par ordre alphabétique, selon un répertoire thématique. Ce classement, oeuvre colossale de l’ancien conservateur J.J. Pardo, présente l’avantage d’un accès aisé aux documents, à condition de bien assimiler le classement, parfois discutable.

Pour ce qui nous concerne, différentes entrées ont été essentielles dans notre recherche. Les plus importantes furent d’abord les thèmes Tierras et Títulos. C’est là que nous avons retrouvé une très grande partie des procès de composiciones, des dons concernant tant les terres privées que les villages, ou encore les dominicains.

Un deuxième ensemble de thèmes voisins a été également important pour notre travail : celui concernant la population régionale, que nous avons retrouvé autant à Censos qu’à Tributarios ou Tributos, ou enfin à Reducción. Les informations recueillies à partir de ces pistes furent bien sûr démographiques — comptage des habitants — mais aussi éconmiques — types de redevances à payer, raisons de dispense, etc. — voire politiques et administratives — refus de payer, mise en cause des percepteurs.

Une troisième orientation a également été particulièrement intéressante : ce fut o celle concernant les révoltes indigènes, retrouvées à partir du thème Motines.

Un dernier thème a été important dans notre travail. C’est celui concernant l’Eglise, auquel nous avons pu avoir accès à partir du fichier Patronato. Tout ce qui est en rapport avec l’Eglise — la christianisation, les relations avec la Couronne, les richesses, l’organisation interne, etc. — et d’une manière plus générale, les problèmes religieux, ou en rapport avec l’Eglise, se trouvent là répertoriés.

Afin de ne pas laisser échapper des documents qui auraient pu nous concerner, quoique de manière indirecte, nous avons ensuite recoupé ces quatre axes essentiels avec d’autres entrées du classement, telles que Cédulas, Verapaz, Alcaldías mayores, Corregimientos, Costumbres, Indios, Cortes, Notarios notamment. Cela nous a permis de constater que nos premières pistes avaient été bonnes, puisque ces nouvelles entrées nous renvoyaient en majorité à des documents déjà retrouvés. Toutefois, certaines aberrations du classement des archives nous ont permis de retrouver des documents qui avaient échappé à nos premières recherches.

De ce fait, on peut considérer qu’en ce qui concerne la région de Rabinal, la quasi-totalité des documents disponibles et relatifs à notre thème de recherche ont été répertoriés à l’AGCA.

Un deuxième fonds d’archives à Guatemala a été particulièrement important pour nous. Il s’agit de l’Archivo de Escribanía de Gobierno. Se trouvaient répertoriés là1 tous les procès de terres qui n’étaient pas entreposés à l’AGCA. L’ensemble des documents fonciers, tant de l’AGCA que de l’AEG, représente ainsi un tout d’environ 150 procès s’étendant du xvie au xixe siècle.

A ce corpus, qui a été fondamental dans notre travail, des compléments fort intéressants ont pu être retrouvés à l’AEG. D’abord deux répertoires, l’un datant de 1769 et l’autre de 1863, donnant les listes complètes des procès de terres ayant laissé des traces dans les archives. A cette énumération, ces deux répertoires ajoutent des indications géographiques et administratives précieuses, permettant de localiser les terres concernées. Nous avons pu également retrouver dans les caves de l’AEG, au mieux à l’abri de cartons percés, le plus souvent à terre, sans aucune protection, la collection dite des Reales Títulos de Tierras. Il s’agit des copies, destinées à l’administration centrale, des titres de propriétés vendues par la Couronne à l’occasion des composiciones. Les documents sont reliés en une quarantaine de tomes, classés selon des tranches chronologiques. L’analyse de ces volumes — souvent difficile à cause de leur état lamentable — nous a toutefois fourni des indications sur différentes acquisitions dont nous ne savions que peu de choses. Souvent d’ailleurs, la moindre de ces informations se trouvait sous la forme d’un plan, fort appréciable pour l’élaboration du cadastre. De plus, en recoupant les procès retrouvés avec les listes des répertoires et celles des RTT, nous avons pu constater que très peu de ventes légales de terres nous ont échappé par disparition des documents les concernant. C’est ainsi plus de 95 % de ces ventes que nous avons pu étudier pour la région de Rabinal.

Deux derniers fonds documentaires, à Guatemala, auraient pu être très enrichissants pour notre étude.

L’un, les archives de l’Archevêché de Guatemala, est malheureusement inaccessible à ce jour, tant que le conservateur empêche tout chercheur d’y travailler sérieusement. De ce fait, les documents que nous avons pu y étudier ne sont sans doute qu’une infime partie de ceux qui doivent s’y trouver.

Les archives du couvent dominicain de Guatemala sont, elles, totalement inaccessibles. Le père qui nous a reçu a prétendu que l’ensemble du fonds a disparu au cours de la Révolution libérale de 1870, le couvent ayant alors été transformé en caserne. Seul un livre, concernant les richesses de l’ordre au xviiie siècle, aurait pu être sauvé...

Hors de la capitale, sur le terrain, les archives étudiées furent soit des archives paroissiales (Rabinal, El Chol, Cubulco), soit des archives municipales (El Chol, Salamá, San Miguel Chicaj). Dans l’ensemble, ces fonds ne présentent pas d’intérêt extrême.

Il est vrai que les sources les plus riches qui doivent se trouver là-bas sont restées inaccessibles. Ce sont celles qui sont possédées et conservées jalousement par les confréries, ou plus simplement les autorités morales des villages. Leur existence est certaine à Rabinal, San Miguel Chicaj, Panzú, Cubulco ou Salamá, mais, à chaque fois, nous nous sommes heurté à un refus systématique. Il est vrai que notre présence épisodique et bien trop courte dans la région ne facilita pas l’établissement d’un rapport de confiance avec nos interlocuteurs...

Hormis les archives guatémaltèques, nous avons pu compléter nos informations par les fonds mexicains et espagnols. Dans l’ensemble, les premiers fonds utilisés nous donnaient une vision au “ras du sol” du passé de la région. Ils nous permettaient de reconstituer une histoire fondée avant tout sur le vécu de la région entre le xvie et le xixe siècle. Par contre, les archives mexicaines, et surtout espagnoles, nous donnent un aperçu plus global de l’histoire régionale, et surtout plus administratif. Les informations recueillies là concernent plus la place de la région dans l’ensemble colonial que la région elle-même, à proprement parler.

Au Mexique, nous avons avant tout consulté l’Archivo General de la Nación de México, et là exclusivement la section Inquisición. Des rapports établis par cette institution sur le Guatemala en général — mais parfois aussi sur la Verapaz — nous ont permis de voir comment était connue la région étudiée. A Tuxtla Gutiérrez et à San Cristóbal de las Casas, dans l’état de Chiapas, les archives — contrairement à ce que l’on pourrait penser -ne présentent pas un intérêt majeur pour l’étude de la Verapaz. Même pour le xvie siècle, époque pourtant où ces deux régions relevaient du même évêque, Bartolomé de Las Casas, les informations retrouvées sont quasi nulles2.

En Espagne, c’est quasi exclusivement à l’Archivo General de Indias de Séville que nous avons travaillé. La richesse du fonds nous a contraint à n’y faire que des recherches ponctuelles, afin de ne pas nous y perdre. Nous y avons consulté avant tout la section Audiencia de Guatemala, riche en rapports administratifs sur la Verapaz, de même que la section Patronato, concernant les relations de l’Eglise avec la région. Nous n’avons consulté les autres sections qu’au coup par coup, pour retrouver des documents dont nous possédions les références.

L’intérêt de ces sources sévillannes est avant tout de nous avoir donné une autre vision de la région étudiée. Moins anecdotiques, les documents retrouvés sont surtout des synthèses de rapports qui, en remontant les strates de la hiérarchie administrative, perdent peut-être en vie mais gagnent en rigueur. De ce fait, ces archives de Séville, mieux que toutes les autres, nous ont permis de replacer les villages étudiés dans leur contexte régional de l’époque coloniale.

A ces sources d’archives, il faudrait ajouter l’ensemble des sources imprimées qui sont, somme toute, assez nombreuses pour l’Amérique coloniale, et que nous avons classées dans la bibliographie. Ces éditions, aussi bien espagnoles que latino-américaines, concernent avant tout la période coloniale et sont de genres variés : récits de voyages, rapports administratifs, lettres... S’ils donnent parfois une vision personnelle de tel ou tel sur la région, ces documents fourmillent de précisions, d’anecdotes ou d’illustrations qui permettent de saisir le vécu de la région étudiée.

Notre travail est ainsi la confrontation de sources aux optiques et aux intérêts divers, voire parfois opposés. Loin d’être un handicap, ceci nous apparaît au contraire comme un atout permettant de mieux entrevoir une réalité souvent complexe et contradictoire.

Notes

1 Depuis 1980, l’ensemble du fonds concernant les xvie, xviie, xviiie et xixe siècles a été transporté à l’AGCA, où il se trouve aujourd’hui entreposé. Ce fonds ne fait pas partie du fichier central, et est simplement accessible à partir d’un catalogue disponible aux archives.

2 Il faut toutefois préciser qu’à San Cristobal de las Casas, les archives épiscopates sont en voie de classement systématique. Peut-être révèleront-elles alors des informations dignes d’intérêt ?

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter