Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terre et société coloniale

 | 
Michel Bertrand

Conclusion. Colonisations, acculturation, résistances

Texte intégral

1Au terme de cette étude, la région de Rabinal apparaît bien comme une zone où originalité et banalité s’entremêlèrent dès l’ère préhispanique et jusqu’au xixe siècle. L’histoire de Rabinal, pendant cette période, pourrait d’ailleurs se résumer dans cette formule : la disparition progressive d’une personnalité régionale forte au profit d’une intégration croissante dans des ensembles plus vastes.

2Avant l’arrivée européenne, la région de Rabinal constituait une zone relativement cohérente. Exclusivement Pokom jusqu’aux xiie-xiiie siècles, ses habitants y avaient développé un mode de vie, une organisation sociale et spatiale et des cultes spécifiques.

3L’intrusion des Rabinaleb modifia la personnalité de la région, sans pour autant en faire disparaître la cohérence. Au fur et à mesure de leur installation progressive, les Maya-Quiché Rabinaleb imposèrent leur système social, politique et religieux, remplaçant ainsi une organisation par une autre. Certes, la région ne vivait pas repliée sur elle-même, faisant partie de l’Etat quiché embryonnaire. A ce titre, la région, et surtout sa partie nord, sur les rives du Chixoy, jouait le rôle de véritable zone-frontière, et en même temps de contact, vis-à-vis des Basses Terres maya. Toutefois, cette intégration restait bien incomplète, la monarchie quiché d’Utatlán n’ayant pas les moyens suffisants pour s’imposer avec une totale efficacité.

4Aussi, l’arrivée des conquérants, à partir de 1524, se déroula-t-elle dans une région où la cohésion interne et l’autonomie vis-à-vis de l’extérieur restaient grandes.

5La colonisation allait, pour l’essentiel, tenter d’effacer ces particularismes préhispaniques. Ce fut là le sort de toutes les régions conquises, quelles qu’elles fussent. Mais Rabinal, intégré dans l’ensemble verapacense, allait bénéficier d’un statut propre qui devait, trois siècles durant, assurer le maintien d’une entité régionale dans l’ensemble colonial. L’exclusivisme dominicain sur la Verapaz constituait la clé du système. La région de Rabinal, intégrée définitivement au début du xviie siècle à cette province, connut alors sa vie propre, différente de celle du reste de la Capitainerie générale.

6Les dominicains devinrent les vrais maîtres de la région, façonnant la Verapaz selon leurs besoins ou leurs choix. Ce rôle dominant des religieux se traduisit de plusieurs manières. Ce fut tout d’abord dans l’élaboration d’une économie régionale originale, dont les bons pères tenaient les rênes. Ceux-ci, véritables animateurs de la vie économique, jouèrent le rôle d’exemple et de référence aux yeux des habitants, métis, Indiens ou Espagnols. Mais aussi, ils furent le biais par lequel pénétra dans la région l’essentiel de l’exploitation coloniale.

7Cette importance des dominicains apparaît aussi dans le domaine politique et social. Jouant sur les divisions du monde indien, les religieux favorisèrent l’éclatement des solidarités indigènes traditionnelles. Ils permirent l’apparition de nouvelles élites locales, totalement dépendantes d’eux, mais aussi moins respectées. Cette évolution assura une moindre cohérence et donc une moindre résistance des populations indiennes. C’était, pour les maîtres de la région, une garantie dans la mainmise sur les richesses disponibles, c’est-à-dire, avant tout, sur les hommes. C’était aussi assurer avec plus d’efficacité la Pax Hispanica dans la région soumise.

8Aussi, malgré leur responsabilité écrasante dans l’exploitation coloniale, les dominicains purent-ils maintenir avec leurs ouailles des relations relativement étroites et confiantes. C’est ce que montre le rôle de médiateur joué par les religieux lors des révoltes, de même que l’absence d’agressivité des Indiens à leur égard. Situation originale sinon paradoxale, les dominicains réussissant à apparaître comme relativement indépendants du système colonial, dont ils étaient pourtant un rouage essentiel.

9Cette originalité régionale fut totalement détruite avec l’Indépendance. La suppression de la responsabilité exclusive des dominicains sur la région entraîna la disparition de ce qui avait fait son particularisme. Ramenée à la situation de n’importe quelle autre province, la Verapaz perdit progressivement son identité. Le xixe siècle, replacé dans cette perspective, apparaît bien comme l’achèvement d’un processus de dépersonnalisation de la Verapaz. Mouvement lent, mais continu, que la colonisation avait amorcé et que la République acheva. Car, s’il est vrai que les trois siècles de l’histoire coloniale maintinrent pour Rabinal et sa région le sentiment de rester une province à part, bien des évolutions – profondes souvent – préparaient en fait sa banalisation.

10Au-delà de l’apparente originalité régionale, l’histoire de la Verapaz – et celle de Rabinal et de sa région – reste pour l’essentiel celle de la colonisation espagnole en Amérique. Ici, comme ailleurs, l’Espagne rêva à l’existence d’une société stable, cohérente, cloisonnée. Rabinal, dans ce domaine, loin de bénéficier d’un quelconque particularisme, fut plutôt le modèle que l’on chercha à généraliser. Cette stabilité sociale, l’Espagne coloniale l’attendait de la réduction. Institution élaborée progressivement dans le premier xvie siècle, elle fut appliquée, peut-être pour la première fois dans l’Amérique espagnole, à Rabinal. Fondée sur l’idée de ségrégation entre indigènes et Européens, la réduction devait permettre une concentration de la population américaine auparavant dispersée. Cela rendait possible une véritable mise en valeur des richesses, naturelles autant qu’humaines, de l’espace américain. Enfin, la réduction signifiait aussi par son fonctionnement la reprise en main, par la Couronne espagnole et son administration, des territoires d’outre-mer.

11Si Rabinal et sa région jouèrent le rôle de terrain expérimental, ils continuèrent, par la suite, sinon à servir d’exemple, du moins à évoluer dans le même sens que le reste de l’empire espagnol. En fait de stabilité, le monde colonial apparaît bien plus comme un monde en ébullition, où les conflits – sociaux comme économiques – larvés ou violents, furent une donnée permanente. Dans ce domaine, l’histoire de l’appropriation foncière reste sans doute un révélateur efficace de ces situations. Elle dévoile l’existence de conflits à deux niveaux bien différents.

12Le premier niveau repose sur la dualité ethnique du monde colonial. Mettant face à face Indiens et non-Indiens, le système colonial alimentait entre ces deux mondes des rivalités. Tout les opposait : activités économiques, organisation sociale et religieuse, culture, mentalité. Cette dualité recherchée de la société coloniale fut sans doute loin d’être une réalité tranchée. Mais dans l’esprit de l’administration, dans celui de la loi, il y avait bien en Amérique espagnole deux entités que tout devait séparer et distinguer.

13Le deuxième niveau de conflits opposait les membres d’un même groupe social entre eux. On en voit surgir autant chez les non-Indiens que dans les réductions elles-mêmes, bien que ce soit dans ces dernières que les rivalités aient pris leur plus grande force. En effet, dans la région étudiée, de nombreuses tensions opposèrent entre eux les villageois d’une même réduction, comme ceux de villages voisins. Souvent, là encore, les conflits reposaient sur des problèmes fonciers. Il est vrai que la non-application, au sein des réductions, des règles qui devaient organiser cet aspect de la vie collective, combinée avec un renouveau démographique certain, rendait les obligations pesant sur chaque villageois de moins en moins tolérables. D’autant que le principe d’égalité qui devait présider à la distribution des terres collectives se trouvait de plus en plus bafoué par l’appropriation privée de ces mêmes terres, autant que par l’accaparement par quelques familles du bien commun.

14On peut considérer que les conflits entre réductions voisines étaient l’aboutissement du système colonial. Ils signifiaient que l’unité du monde Rabinaleb, pourtant importante avant le xvie siècle, avait disparu, remplacée par des structures proprement villageoises, distinctes les unes des autres. Cela exprimait en fait la négation d’une conscience indigène supplantée par un esprit de clocher, agressif et jaloux. Les villages de réduction étaient devenus l’horizon exclusif des Rabinaleb, et l’existence d’un peuple, autrefois cohérent et autonome, dans l’ensemble Maya-Quiché, se trouvait réellement remise en cause. Il est évident qu’une telle situation ne pouvait que servir le colonisateur, en divisant les populations asservies.

15On peut également tenir pour fruits du système colonial les heurts entre Indiens et non-Indiens. Conformément à l’esprit dans lequel avait été élaboré le modèle de la société coloniale, les contacts ne pouvaient qu’apparaître comme “anormaux” et alimenter les tensions.

16En revanche, d’autres conflits peuvent apparaître comme une véritable négation du système colonial. Il s’agit notamment de ceux nés au sein même d’une réduction. Le refus de l’autorité des responsables, légaux mais non reconnus par leurs concitoyens, affaiblissait la réduction comme structure de contrôle sur la population. De même, les rivalités entre caciques, notamment entre les vieilles familles et celles promues en échange de leur collaboration avec le colonisateur, ne permettaient pas à la réduction de jouer pleinement son rôle.

17Aussi, ces affrontements, nombreux et divers, devenaient-ils en fait une mise en cause de ce pouvoir colonial, et en préparaient-ils la disparition. Ils ne permettaient pas au monde ibéro-américain de connaître une réelle stabilité. Ils empêchaient, en plus, les différentes structures socio-politiques – castes, réductions, encomienda auxquelles était pourtant dévolue une fonction essentielle dans l’élaboration de la société coloniale – de jouer réellement et pleinement leur rôle.

18C’est ainsi, par exemple, que, dans la région de Rabinal, les réductions n’empêchèrent jamais les indigènes de se déplacer, parfois très loin, échappant ainsi à tout contrôle. On constate notamment que nombreux étaient aussi ceux qui se retrouvaient hors des villages, dans les haciendas. De plus en plus nombreux étaient aussi ceux qui, par nécessité souvent, se retrouvaient hors de la réduction sur des terres non-collectives. Ces déplacements préparaient en fait la fin du regroupement des populations indigènes, et donc de l’idée même de réduction.

19Un autre élément de cette déstabilisation profonde du monde colonial résulte de la croissance du métissage dans la région. Celui-ci exprime clairement que la ségrégation était en fait impossible et illusoire. Mais surtout, le développement de cette catégorie intermédiaire remettait en cause le dualisme du monde américain, et son hypothétique stabilité. Rien n’était prévu pour intégrer ces nouveaux venus de plus en plus nombreux.

20Cette histoire coloniale de la région de Rabinal, somme toute banale dans l’Amérique espagnole, suit toutefois des rythmes qui, eux, sont plus propres à la zone étudiée.

21Une première phase, entre 1524 et 1540, est celle de la gestation du système. Pour la Verapaz, cela correspondrait aux tentatives de contrôle militaire, et à leurs échecs successifs. Il faudrait mettre en relation ces derniers avec le début de la crise démographique régionale. Celle-ci fut autant le résultat des premières crises épidémiques que des déplacements forcés de populations ou encore des destructions, notamment de récoltes, effectuées par les conquérants espagnols.

22Une deuxième période, de 1540 à 1750, est celle de l’application du système colonial. Multiplication des villages de réduction ; recours au déplacement des populations alimentant une aggravation de la crise démographique, avant une stabilisation puis une légère reprise ; application stricte du principe de ségrégation grâce à l’abondance des terres disponibles : tels en sont les traits essentiels. Toutefois, cette même période voit naître et se multiplier les conflits déstabilisateurs du monde colonial dont nous avons évoqué l’existence.

23La troisième phase, de 1750 à l’Indépendance, correspond à l’aggravation des tensions et des conflits. Apreté de la lutte foncière ; croissance démographique surtout par le métissage ; impossibles stabilisation et ségrégation des populations ; développement d’une société de plus en plus complexe ; appropriation privée des terres collectives ; multiplication des paysans sans terres ; refus des contrôles et charges strictement répartis : tels sont ici les éléments les plus importants à noter.

24Parallèlement à cette aggravation de la situation – fruit de l’inadéquation entre le monde social élaboré et la réalité vécue et observée – les volontés réformatrices se multipliaient et se renforçaient. Pour tous ceux qui se penchaient sur le devenir du monde hispano-américain, la véritable stabilisation de la société passait par l’abandon des principes mis en pratique depuis trois siècles.

25Dans cette perspective, l’Indépendance de 1821, loin d’apparaître comme une coupure de l’histoire régionale, devient plutôt l’aboutissement d’une évolution multiséculaire. L’éclatement d’un carcan de moins en moins toléré marque l’officialisation des transformations sociales, ethniques, économiques, et aussi politiques progressivement réalisées en trois siècles de colonisation.

26Aussi, la dernière période, entre 1821 et 1870, marque-t-elle la difficile affirmation et la stabilisation d’un nouvel ordre économique et social. Certains aspects le caractérisant méritent d’être rappelés : disparition des cadres ségrégatifs et des modes archaïques de propriété ; mise à la disposition des grands propriétaires d’une main-d’oeuvre bon marché, fruit de la prolétarisation des indigènes, sous couvert d’intégration nationale ; ouverture sur l’extérieur, et début de la dépendance économico-politique vis-à-vis des pays plus puissants...

27Ces quatre temps de l’histoire régionale structurent le passé de la région de Rabinal. Ils permirent le passage d’un monde cohérent à un univers de plus en plus complexe, divisé et multiple. C’est cette complexité que l’observateur d’aujourd’hui retrouve dans la société de Rabinal et de sa région. Celle-ci est le fruit des brassages, divers et continus, subis par la population de la région depuis maintenant quatre siècles. Les conséquences en sont des interférences, parfois surprenantes, entre des univers à l’origine totalement différents.

28Ces contacts, et au-delà ces mélanges, se manifestent d’abord au niveau ethnique. Le trait dominant de la population de la région se trouve sans doute dans ce métissage généralisé qui signifiait en fait la quasi-disparition des deux composantes originelles de la population régionale.

29C’est au niveau culturel que se retrouve un deuxième aspect de ces interpénétrations profondes. Les cultures de chaque groupe sont en fait aujourd’hui le résultat de symbioses entre des éléments préhispaniques, coloniaux, et modernes. S’il est clair que c’est dans le monde indien que ces mélanges s’observent le mieux, cela ne signifie pas qu’une telle situation n’existe pas dans les autres composantes de la société régionale. Les exemples que l’on pourrait en donner sont nombreux : identification des quartiers à des solidarités de clans, détournements d’institutions coloniales, utilisées pour le maintien de la cohésion du groupe, etc.

30Le meilleur révélateur finalement de ces interpénétrations se situe au niveau de la religion. Celle-ci reste le lieu privilégié des brassages, et les exemples qu’elle fournit sont nombreux et connus – identification des cultes de saints à des forces naturelles, utilisation de structures ou de fêtes religieuses afin de célébrer des cultes bien peu orthodoxes, etc.

31Le passé de Rabinal apparaît alors comme une accumulation de strates successives, les nouveaux apports n’éliminant pas les précédents, mais en modifiant simplement le sens ou la fonction. C’est cette perpétuelle réactualisation du passé par les populations de la région qui rend leur histoire particulièrement passionnante à étudier.

32Celle-ci, loin d’apparaître comme un fossile que l’on pourrait disséquer à loisir, promène l’historien en un permanent va-et-vient entre l’hier et l’aujourd’hui. L’histoire de la région de Rabinal est à ce titre un véritable terreau dans lequel toutes les composantes de sa population puisent l’essentiel de leur personnalité et de leur force. Cet enracinement dans leur histoire n’est sans doute pas le dernier des attraits des hommes et des femmes de la région de Rabinal.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter