Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terre et société coloniale

 | 
Michel Bertrand

Quatrième partie. D'une colonisation à l'autre (1821-1870)

Chapitre X. Les avatars de la colonisation Espagnole

Texte intégral

1La disparition du principal empire colonial européen signifia une redistribution des cartes à l’échelle mondiale. La Révolution industrielle et capitaliste, projetant au premier plan les pays européens, assura à certains d’entre eux une domination aux dépens de ceux qui n’avaient pas les moyens – économiques, sociaux, humains — de suivre cette nouvelle course à la puissance. Ces changements de rapports de forces au niveau international ne furent pas sans conséquence sur le nouvel Etat guatémaltèque récemment constitué. Le Guatemala devint un enjeu, parmi d’autres, il est vrai, plus importants. Le xixe siècle, pour la région de Rabinal, pour le Guatemala tout entier, mais pour bien d’autres jeunes pays aussi, signifia le passage d’une forme de colonisation à une autre. C’est l’étude de ces avatars successifs que nous mènerons ici.

2L’empire espagnol était resté, pratiquement jusqu’à la fin de son existence, soumis à l’exclusif colonial. Cette pratique commerciale, application de la théorie mercantiliste, faisait de la colonie une chasse gardée de la métropole et excluait toute concurrence étrangère sur son sol. Les réformes de la fin du xviiie siècle illustrèrent l’archaïsme d’un tel système et l’imminence de son effondrement. L’Indépendance, bouleversant toutes les données, accéléra l’inéluctable.

31821 marqua la fin de l’exclusif colonial et le début d’une ouverture vers l’étranger. Ce sont ces profondes mutations économiques qui nous intéressent ici dans leur impact sur notre région. Notre interrogation cherchera avant tout à mettre en lumière les conséquences, pour un pays comme le Guatemala, au xixe siècle, de la disparition des réglementations "protectrices" de la période coloniale. L’inégal développement entre les nouveaux partenaires se traduisit bien souvent par une mise sous tutelle dont nous analyserons l’importance pour la Verapaz.

41821 marqua aussi la fin de la Pax Hispanica. Malgré les troubles dont on ne peut nier l’existence, la période coloniale reste synonyme, au niveau politique et administratif, d’une stabilité certaine. Sa disparition se traduisit par un éclatement des relations imposées puis assumées pendant la période antérieure. Nous essaierons donc d’en observer les effets à l’échelle régionale.

5Enfin, 1821 signifia, pour la Verapaz, la fin de la marginalisation qu’elle s’était vue imposer au xvie siècle. A partir de cette date, nous assistons à un début d’intégration de cette province dans l’ensemble national guatémaltèque. Nous suivrons donc avec attention cette transformation, en nous intéressant aux caractères de la pénétration progressivement réalisée.

6Le xixe siècle fut finalement une période décisive dans l’histoire de l’Amérique Centrale. Le Guatemala d’aujourd’hui est d’ailleurs l’héritier direct de celui du siècle précédent, malgré les tentatives faites surtout entre 1944 et 1954, pour s’extraire de ce passé omniprésent.

I – UNE SITUATION CAHOTIQUE

7La disparition de l’ordre colonial se traduisit par une longue période d’agitations et de troubles, aucune force sociale ou politique n’étant à même de s’imposer véritablement. Pour le Guatemala, comme pour l’Amérique Centrale en général, le permier demi-siècle d’indépendance se caractérise donc par une instabilité politique profonde. L’opposition entre libéraux et conservateurs, leurs politiques opposées, et leurs successions au pouvoir à partir de coups de force expliquent ce chaos général. Cela n’était en fait que le résultat d’un manque de cohésion nationale, de l’inexistence d’une véritable nation, et de l’appropriation par quelques groupes de pression rivaux des leviers de commandes à leur seul profit. Dans ce contexte particulièrement agité, les cadres vermoulus hérités de la colonisation se désintégrèrent peu à peu. Ce n’est qu’après cette phase de transition et de gestation, à partir de 1870, que s’organisa peu à peu un nouvel ordre socio-économique servant les intérêts de la bourgeoisie nationale, libérale et foncière.

8La Verapaz ne fut pas épargnée par le chaos produit par l’Indépendance, bien au contraire. L’arrivée au pouvoir des libéraux signifia le début d’une sévère politique anticléricale. Les différentes mesures prises à cette époque, entravant le fonctionnement de l’Eglise, culminèrent avec l’expulsion des dominicains du Guatemala. Dans la région, cette décision fut appliquée dès le 11 juillet 1829, c’est-à-dire avant le décret officiel du 28 juillet, qui suspendait l’activité de tous les ordres religieux (J. Haefkens 1969). C’est dire le climat anti-dominicain qui pouvait régner dans le bassin de Salamá ! Les haciendas des religieux furent saisies, évaluées et mises en vente. Celle de San Gerónimo fut estimée à 100 000 pesos. Ne trouvant pas d’acquéreur , l’hacienda San Nicolás fut fractionnée en six lots vendus en 1833 (AEG, Paq. 3, Exp. 8, BVP). Quant à San Gerónimo, elle trouva finalement preneur en 1839, en la personne de deux citoyens anglais (AGCA, B86, Exp. 83231, Leg. 3603). Au bout du compte, la région voyait disparaître les entités économiques qui, avec leurs privilèges et leur dynamisme, avaient animé la vie économique régionale pendant plus de deux siècles.

9Cela se traduisit par une mutation profonde dans le domaine du travail offert à la population. L’abolition de l’esclavage se concrétisa peu à peu et permit aux Noirs des haciendas dominicaines d’accéder à la liberté. Toutefois, J. Haefkens témoigne que cette transition ne se fit pas facilement. Lors de son passage dans la région, en 1831, des centaines de Noirs se considéraient encore et toujours esclaves de San Gerónimo (J. Haefkens 1969). Pour les villageois, la saisie des biens dominicains fut à l’origine d’autres changements considérables : fin des repartimientos, limitation aussi des possibilités d’emploi proche. De plus en plus nombreux, les habitants de la région se virent contraints au travail saisonnier de plus en plus lointain.

10Une dernière modification importante apportée par le départ des religieux apparaît dans la disparition des partages de productions entre villages et haciendas. La fabrication de l’eau-de-vie, la culture fruitière ou celle du nopal connurent une extension importante (CE. Brasseur de Bourbourg 1946 et AM Salamá, Paq. 17).

11Cette évolution que connut la région ne lui fut pas totalement bénéfique. Les dominicains ne furent pas remplacés par des propriétaires aussi dynamiques. Aussi, comme le précise déjà le jefe politico du département, en 1835, le xixe siècle constitua, pour la Verapaz, une période de repli économique lié au désordre qu’engendraient les mutations en cours (AEG, Paq. 3, Exp. 21, BVP).

II – LA PENETRATION DU CAPITAL ETRANGER

12Trop longtemps contrôlée jalousement par l’Espagne et le Portugal, l’Amérique indépendante ouvrit au monde ses portes. Certes, la fin du xviiie siècle et le début du xixe siècle avaient coïncidé avec un entrebaillement bien timide. Mais, les quelques réformes engagées n’avaient pas comblé, loin de là, le dynamisme d’un courant nourri par les idées de Liberté et de Nation, issues de la philosophie des Lumières.

13La région de Rabinal, à l’image de toutes les terres de l’ancien empire espagnol, put concrètement vivre les transformations que permettait la rupture avec la mère-patrie. L’une d’entre elles fut l’apparition, dans la région, d’intérêts étrangers. Comment cette présence se concrétisa-t-elle ? Quels buts économiques poursuivait-elle ? Réussit-elle dans son entreprise de contrôle des richesses locales ? C’est à ces quelques questions que nous essaierons de répondre.

A – LA PRESENCE BRITANNIQUE

  • 1 Rien en effet dans la législation foncière post-coloniale ne faisait obstacle, bien au contraire, (...)

14La pénétration étrangère en Verapaz résulta de l’attrait que pouvait représenter la perle des propriétés foncières constituées pendant la période coloniale : San Gerónimo. Mise en vente dès sa saisie, l’hacienda ne trouva preneur que trois ans plus tard, soit en 1832. Le 12 octobre de cette année-là, deux acheteurs, Carlos Meany et Marcial Benett, acquéraient la propriété pour la coquette somme de 112 561 pesos. Le domaine représentait 393 caballerías. Aux deux acheteurs de noms et de nationalité britanniques, s’en ajoutait un troisième, au nom de consonnance bien hispanique : don José Basilio Parras. Ce dernier n’était en fait qu’un prête-nom. Il laissait croire à la présence d’un acquéreur national, sans doute pour faciliter la transaction1. Une fois l’achat réalisé, José Basilio Parras céda à l’un des deux autres propriétaires, Marcial Benett en l’occurrence, “sa” part. Marcial Benett possédait ainsi les deux tiers de l’ancienne hacienda, Carlos Meany, le dernier tiers. Ce dernier vint s’installer à Guatemala avec sa famille, alors que Marcial Benett ou ses ayant droits ne semblent pas avoir effectué le voyage une seule fois.

15L’administrateur de l’hacienda était, lui aussi, un sujet de Sa Gracieuse Majesté, installé sur place. De la sorte, si les propriétaires étrangers vivaient la plupart du temps loin, très loin de leurs biens, une petite colonie britannique se constitua néanmoins à San Gerónimo. A preuve, par exemple, un contrat de location de terres établi en 1891 entre un des propriétaires britanniques et un nommé Emil Levanhaupt. Ce fermier n’était autre qu’un sujet de la Couronne britannique résidant à San Gerónimo. Ce contrat précisait même que la surface louée, cinq caballerías, ne pouvait être sous-louée par le preneur. Ce qui confirme la résidence dans la région de ce fermier d’origine étrangère.

16Peut-on tenter une évaluation de cette présence étrangère ? Aucune source ne permet d’en connaître le chiffre exact, mais une estimation de l’ordre de quelques dizaines de personnes ne paraît pas excessive.

17Investis à partir des années 1830, les capitaux britanniques restèrent présents tout au long du xixe siècle. Partages et héritages aidant, la propriété de San Gerónimo devint une mosaïque, dans laquelle les propriétaires d’origine britannique résidant au Guatemala tendaient à équilibrer le poids de ceux demeurant toujours en Grande-Bretagne. Les premiers, à l’image du cas cité de Carlos Meany, s’intégrèrent progressivement à la société guatémaltèque. Aussi, à la fin du xixe siècle, la présence britannique en Verapaz tend à s’effacer derrière celle des grands propriétaires “nationaux”.

18Cette modification progressive s’acheva, dans les dernières années du xixe siècle, avec le retrait des capitaux proprement britanniques hors de la Verapaz. Les derniers propriétaires étrangers décidèrent en effet la vente de leurs biens à l’Etat. Cette nouvelle étape marqua la fin de la présence britannique dans la région.

19Ce qui apparaît comme un véritable abandon d’une hacienda considérée comme la plus belle propriété de la Capitainerie un siècle plus tôt, nous amène à nous interroger. Pourquoi ce départ ? Pourquoi les investissements étrangers ne réussirent-ils pas ici, comme ailleurs, à véritablement fructifier ? Les réponses à ces questions nous éclairent sur les limites de la pénétration étrangère en Verapaz.

B – LES LIMITES DES INVESTISSEMENTS ETRANGERS

20Les investissements britanniques à San Gerónimo correspondaient en fait à une politique beaucoup plus large et ambitieuse. Conformément à ses objectifs de progrès et de mise en valeur, le gouvernement libéral avait fait appel à des colonisateurs étrangers. C’est ainsi qu’une compagnie britannique obtint la cession de grandes étendues de terres. Celle-ci devait se charger de “placer” ces terres parmi ses clients insulaires, et d’en favoriser la mise en valeur. Parmi les extensions cédées, se trouvaient comprises des terres dans l’ensemble de la Verapaz, et notamment l’hacienda anciennement dominicaine de San Gerónimo (J. Castellanos Cambranes 1978). C’est dans ce cadre-là que se réalisa l’acquisition de 1832.

21L’attrait essentiel de la Verapaz, pour des capitaux étrangers, était la possibilité de développer des cultures d’exportation. Le choix de San Gerónimo résultait surtout de la faculté d’y étendre une culture déjà fort rentable : celle de la canne à sucre. Il est d’ailleurs symptomatique de constater que les nouveaux propriétaires s’intéressaient avant tout à ce secteur d’activité. Eux et leurs héritiers tentèrent d’introduire cette culture sur des terres qui, auparavant, ne portaient que des pâturages ou des labours. Mais, à cette même époque, les revenus du commerce du sucre ne cessaient de baisser.

22Depuis près de trente ans, les exportations de cette denrée, en voie d’essoufflement, étaient relayées par une nouvelle production : celle de l’añil. Or celle-ci ne pouvait s’adapter dans la région de Rabinal. Le déclin de la région s’amorçait, devant son incapacité à suivre les nouveaux impératifs de l’agriculture d’exportation. Ce cycle de l’indigo ne dura d’ailleurs que peu de temps. Dès les années 1860, une nouvelle culture s’imposa : celle du café.

23Il se trouvait que, dans les terres acquises par les étrangers, une bonne partie d’entre elles, notamment le secteur nord de la Verapaz, étaient tout à fait aptes à une telle culture. Aussi, en quelques années, la moitié nord de la région se couvrit-elle de grandes propriétés s’attachant essentiellement à produire le café si profitable. Dans cette évolution, les entrepreneurs fonciers se trouvaient fortement encouragés par le gouvernement guatémaltèque. Mais la culture du café ne pouvait se généraliser, et en particulier là où les conditions naturelles n’étaient pas favorables. C’était précisément le cas de la partie sud de la Verapaz, et notamment de la zone couverte par l’hacienda San Gerónimo. Faute de pouvoir y développer cette culture, les capitaux étrangers se désintéressèrent rapidement de la région. L’essentiel des investissements extérieurs, britanniques puis allemands à la fin du xixe siècle, se reportèrent avant tout sur la zone caféière du nord de la province, devenue le département de la Haute Verapaz.

24Au contraire, la région sud, plus sèche, vit se maintenir les activités plus traditionnelles de la canne à sucre, mais aussi de l’élevage. Ce dernier, pratiqué de façon extensive, fournissait des revenus médiocres. Devenue une zone sans réel intérêt, malgré son passé brillant, la région de l’hacienda San Gerónimo entra en déclin. Quasiment abandonnée, l’hacienda végéta, se replia sur elle-même, dégageant, année après année, des revenus de plus en plus faibles.

25Cet échec, fruit des fluctuations économiques mondiales et de l’amorce du cycle du café, relève néanmoins d’explications complémentaires, plus propres à la région et à l’hacienda elle-même. La présence britannique dans la zone du bassin de Salamá-San Gerônimo n’avait, semble-t-il, jamais été vue avec bienveillance par la population locale.

26Comme le révèle J.L. Stephens, dans son récit de voyage en Amérique Centrale, la situation, vers 1835, était loin d’être totalement calme à Salamá. Le vice-consul britannique, Mr Hall, avait notamment reçu de onze de ses concitoyens de Salamá une lettre dans laquelle ils se plaignaient des traitements que leur avaient infligés des soldats-paysans de Rafael Carrera : ils avaient été séquestrés, dépouillés de tous leurs biens, et ordre leur avait été intimé de quitter au plus tôt le pays (J.L. Stephens 1853 : 227).

27Il faut reconnaître que, la croissance démographique aidant, les domaines de l’hacienda, exploités extensivement, ne pouvaient susciter que jalousies et protestations et alimenter ainsi des réactions de xénophobie. On comprend mieux alors le retrait progressif des intérêts britanniques, en butte à une hostilité sourde.

28Cette situation de rejet, mettant les capitaux étrangers en situation délicate, se complique d’un phénomène de désorganisation au sein de l’hacienda même. Entre 1832 et 1893, période de la présence britannique à San Gerónimo, le morcellement de la propriété entre les différents héritiers aggrava les problèmes de gestion. Les deux propriétaires originels étaient devenus une dizaine vingt ans plus tard (AEG, Paq. 15 A, Exp. 24). Héritages, ventes de parts, cessions de droits firent de l’ancienne hacienda une structure de moins en moins cohérente.

29L’échec de la pénétration britannique en Basse Verapaz relève donc autant de causes internes que de phénomènes économiques généraux. A la fin du xixe siècle, les investisseurs étrangers quittèrent la région, n’ayant pu y trouver les profits attendus. De cet échec, et surtout de l’acquisition des terres de l’hacienda par l’Etat, allait naître une nouvelle phase de l’histoire foncière locale : celle de la généralisation de la petite propriété.

30Au-delà de la simple histoire foncière, cette acquisition de terres autrefois dominicaines généralisait, à sa manière, l’intégration définitive dans l’ensemble guatémaltèque d’une province longtemps marginale. Achèvement d’un processus amorcé avec l’Indépendance et la politique anti-cléricale, cet aspect de l’histoire régionale marque la fin de ce qui avait fait, trois siècles durant, l’originalité de la Verapaz.

III – INTEGRATION NATIONALE OU NOUVELLE COLONISATION ?

31Le nouveau changement de propriétaires de l’ancienne hacienda dominicaine marquait un véritable tournant. C’était là la conjonction de facteurs de natures différentes, mais jouant tous dans le même sens. Nous tenterons donc dans un premier temps de saisir les antécédents de cette mutation qui allait profondément modifier le paysage foncier, économique et humain de la région. Puis nous essaierons d’établir une mesure de ces changements. Comment se traduisirent-ils dans la vie de la Basse Verapaz ? Que signifièrent-ils pour la société régionale ?

32Au-delà de son impact local, la mutation réalisée fut le résultat d’un nouveau rôle attribué à la terre. A cet égard, la politique menée dans notre région éclaire d’un jour nouveau les choix fonciers de la fin du xixe siècle. La réalité des transformations une fois établie, nous chercherons, pour terminer, à dresser un tableau de la situation régionale à la veille du xxe siècle.

A – AUX ORIGINES DE LA COLONISATION NATIONALE

33La prise en main par l’Etat des terres appartenant à un grand propriétaire foncier visait à résoudre les rapports conflictuels régnant entre l’hacienda et ses fermiers. Depuis les années 1880, leurs relations ne cessaient de se tendre. En 1883, les propriétaires tentèrent une véritable “reconquête” de leur bien. Ils commencèrent par une remesure et une délimitation précises de leurs terres (AEG, Paq. 15 A, Exp. 33).

34Une telle attitude lésait les intérêts des habitants du village de San Gerônimo. En effet, celui-ci se trouvait véritablement enclavé dans l’hacienda. Sa vie en était étroitement dépendante. L’ensemble des constructions villageoises était bâti sur les terres de l’hacienda. Eglise, maisons, cabildo, école, devaient payer redevance. Il en était de même pour les terres de culture. Celles-ci, au sens strict, n’existaient pas. Les habitants étaient obligés d’utiliser celles de l’hacienda, aussi bien pour leurs labours que pour les pâturages. Comme le précise le propriétaire, ces paysans n’étaient autres que des colonos.

35Il faut rappeler qu’après l’Indépendance, en 1822, les habitants-esclaves de l’hacienda dominicaine furent déclarés libres. San Gerónimo fut alors érigé au rang de village. En 1833, les biens dominicains ayant été saisis, les autorités songèrent à en utiliser une partie pour donner un ejido au village qui en était totalement dépourvu. Mais la vente de la propriété fit avorter un tel projet. A cette même époque, les propriétaires, concentrant leurs préoccupations sur les terres à sucre, se désintéressèrent des redevances recognitives dues par les colonos. Ils se contentaient de prélever les fermages de leurs locataires sur les terres de l’hacienda. La coutume s’établit ainsi. Le village, pourtant situé sur des terres privées, était considéré comme libre de toute obligation. De même, un certain nombre de terres périphériques, non mises en valeur, restaient ouvertes aux villageois sans aucune contrepartie.

36Avec l’amoindrissement progressif des revenus des terres, les héritiers eurent recours à tous les expédients afin d’améliorer leurs ressources. Ils se saisirent des biens de l’Eglise, imposèrent une taxe sur les matériaux de construction extraits sur leurs terres, prélevèrent un impôt sur les maisons construites dont le cabildo, ainsi qu’un autre sur la coupe du bois. De plus, s’appropriant une partie du terrain pour agrandir leur demeure, ils aménagèrent à leur guise la place du village lui-même. D’un autre côté, ils refusaient de participer aux frais d’entretien des routes et des chemins.

37Une telle attitude heurta de front la communauté villageoise, soudée et s’appuyant sur la coutume. Les plaintes, procès, accusations, mises en demeure de part et d’autre se multiplièrent. D’un côté, les propriétaires sûrs de leur bon droit, bafouaient la communauté villageoise, lui refusant tout statut d’indépendance. De l’autre, les villageois exigeaient l’expropriation des terres nécessaires à la constitution d’un ejido, afin que San Gerónimo, 60 ans après sa fondation, ait enfin le statut réel de village. Aucune solution ne pouvait être trouvée sans léser l’une des parties. C’est ce qui incita le gouvernement à intervenir dans cette affaire. Rachetant l’hacienda, il pouvait ensuite redistribuer les terres aux villageois. Cette politique rencontra l’assentiment des propriétaires. Il faut dire que l’hacienda des années 1880 était loin d’être celle des années 1830.

38Avant la signature de l’accord entre les vendeurs et l’acquéreur, une estimation précise fut établie. Si certaines terres avaient une valeur de 300 pesos, celle de la majorité d’entre elles oscillait autour de 50 pesos par caballería. Les zones boisées restaient nombreuses, couvertes de pins, de cèdres et de chênes. L’eau était, bien sûr, toujours aussi abondante, et la taille de la propriété permettait des productions variées : café, sucre, cacao, raisin, banane, pomme de terre, blé, maïs...

39Mais là s’arrêtaient les atouts, invariables, de San Gerónimo. A la fin du xixe siècle, il n’y avait plus que 60 manzanas de canne à sucre, un champ de café produisant 200 quintaux, et 300 à 400 têtes de bétail. L’état des édifices était déplorable, et les champs comme les pâturages négligés. L’estimation fiscale de San Gerónimo était ainsi établie à environ 70 à 80 000 pesos.

40En l’espace de 50 ans, la valeur de l’hacienda avait chuté de 20 % par rapport à l’estimation faite par l’administration lors de la saisie de 1830 (AEG, Paq. 15 A, Exp. 12), et de 40 % par rapport au prix payé par les acquéreurs britanniques.

41Le déclin de San Gerónimo était bien réel, comme le prouvent les livres de comptes de l’hacienda. Il est d’ailleurs révélateur que les propriétaires refusèrent dans un premier temps de les présenter. Contraints toutefois de le faire, leur étude s’avéra riche d’enseignements. Toutes les recettes de l’exploitation ne couvraient pas les dépenses de fonctionnement et les investissements nécessaires. L’absentéisme des propriétaires laissait la porte ouverte à tous les abus. Aucun inventaire général des biens de l’hacienda n’était constitué. Enfin, l’administrateur, pourtant sur place, semblait tout à fait incapable de diriger, organiser, gérer l’ensemble de la propriété. Constat cruel mais clair sur la dégénérescence d’une hacienda autrefois jalousée.

42Pourtant, malgré une situation peu reluisante, les propriétaires réussirent à faire pression sur l’Etat. Conscients que leur accord pour la vente était la condition du retour au calme, ils obtinrent pour San Gerónimo un prix très supérieur à sa valeur. Ils firent prendre en charge par l’Etat l’ensemble des redevances non payées par les villageois, de même que les taxes afférentes à la transaction. L’Etat se vit donc obligé de débourser 190 000 pesos, capital qu’il eut bien du mal à réunir. Le contrat, signé en 1893, signifiait la fin des conflits et des procès vieux de plus de dix ans. L’intérêt des propriétaires rejoignait ainsi celui de l’Etat.

43Ce dernier, en effet, trouvait profit à acquérir, même cher, une telle propriété. Il faut d’ailleurs préciser que l’Etat et San Gerónimo avaient des visées bien différentes sur l’utilisation des terres acquises. Pour les villageois, la solution passait par l’obtention d’un ejido. Or, rappelons que la nouvelle législation libérale rendait impossible une telle distribution. Pour le gouvernement en place, héritier de la révolution libérale de 1870, il fallait, en fait, revendre les terres acquises auprès de propriétaires individuels.

44Certes, une petite entorse fut faite à la loi. Sur les 400 caballerías acquises, une quarantaine furent déduites pour être laissées à deux villages. Vingt caballerías revinrent à San Gerónimo, et les vingt autres à un village en voie de formation à Astillero, installé sur les versants des montagnes dominant à l’est le bassin de Rabinal. Malgré cela, l’essentiel des terres fut distribué conformément à la loi et à la pratique libérales.

45En fait, elles servirent surtout à renforcer la stabilité du régime issu du coup d’état de Justo Ruffino Barrios. La politique foncière du gouvernement changeait donc de nature par rapport à l’époque antérieure. Traditionnellement utilisée comme une source de revenus, la terre devenait un véritable outil politique. Le gouvernement s’attacha à établir au plus tôt un parcellaire, afin de vendre les lots à des fidèles du régime : le lotissement était en effet destiné aux miliciens qui avaient participé à la Révolution et soutenu le nouveau régime. C’est la politique bien connue de colonisation par l’armée. Mais il s’agit d’un choix tout à fait nouveau au Guatemala où, peut-être pour la première fois, mais non pour la dernière, l’armée commençait à s’intéresser au problème foncier.

B – LE LOTISSEMENT DE L’HACIENDA SAN GERONIMO

46La décision de lotir l’hacienda prise, il fallut passer à son application. Celle-ci ne fut réalisée que lentement. Ce n’est en effet qu’à partir de 1902 que la mécanique se mit en marche. A cette date, la mesure exacte des terrains fut établie : 402 caballerías, soit 18 123 hectares. La carte des limites alors dressée fut acceptée par les voisins de Salamá. Ceux-ci cédèrent en effet une zone de contestation traditionnelle entre leurs terres et l’hacienda : Payaque.

47Rappelons que pour ce coin d’ejido, les villageois et les dominicains eurent un long procès qui s’acheva au profit de Salamá. Mais, un siècle et demi plus tard, la situation était bien différente. La municipalité de Salamá, entièrement contrôlée par les métis, ne voyait pas d’un mauvais oeil la distribution de terres aux miliciens, dont bon nombre étaient des ladinos du village. Bénéficiaire de la politique gouvernementale, la municipalité se rallia sans peine à elle. D’autant que, pour ces mêmes métis, convertis à la politique libérale d’appropriation individuelle, l’ejido était loin d’être une réalité à maintenir.

48Il fallut ensuite deux ans encore pour que les délimitations des premiers lots soient réalisées. Trois sections furent ainsi établies. La première comptait 255 lots de 6 manzanas chacun, situés en terrain plat. La section B en comptait 245 de 14 manzanas chacun, localisés sur des terrains montagneux. Enfin, une dernière section, dite E, regroupait 277 lots de même taille et de même situation que ceux de la section B.

49Dans les deux années qui suivirent, ce furent encore 350 lots supplémentaires, divisés en trois sections, que l’on délimita. Tous appartenaient à un ensemble de terrains montagneux, et chaque lot comprenait 14 manzanas ; 78 lots furent ainsi rattachés à la section A, 75 à la section B, et les 197 restants formèrent une nouvelle section, dite C. Une dernière section, D, fut dessinée, comptant 18 lots d’une caballería chacun, et 30 lots de 14 manzanas. Ils étaient eux aussi constitués par des terrains montagneux.

50En 1906, c’étaient donc 1 155 lots qui avaient été distribués. Ils représentaient une surface de 10 636 hectares. C’était donc à peine plus de la moitié de l’ancienne hacienda qui avait été touchée, 13 ans après sa vente, par le lotissement.

51Celui-ci se fit essentiellement au profit des miliciens du département (voir tableau 28). Ceux de Salamá obtinrent indiscutablement les lots de meilleure qualité : les parcelles qui correspondaient aux terrains plats du fond du bassin de la section A. En outre, ils récupérèrent près de 500 lots, c’est-à-dire à peine moins de la moitié du nombre des lots offerts. On comprend aisément l’attitude conciliante de la municipalité... Ce fut du point de vue, tant qualitatif que quantitatif, une bonne affaire pour les habitants de Salamá.

52En contrepartie, ceux de San Gerónimo retirèrent un moindre bénéfice de la disparition de l’hacienda. Le village recueillit à peine 12 caballerías de terres communes. Quant à ses miliciens, ils obtinrent seulement le cinquième des lots, parmi ceux situés dans le fond du bassin toutefois.

53Une distribution en si grande quantité ne put se faire sans de nombreux abus. Conformément à la loi, un certain nombre de lots devait être attribué à des paysans sans terres. Dans le cas de San Gerónimo, une telle distribution concerna à peine 1,2 % des terres à affecter, et 3 % des terres effectivement données en 1907. C’est dire l’absence totale d’une véritable politique de redistribution foncière.

54Par ailleurs, le responsable du département se tailla, en ce qui le concerne, une coquette propriété de 4 caballerías environ, au titre de général responsable de la milice départementale. C’était le plus gros lot offert. Alors que le partage de l’hacienda signifiait la disparition de la grande propriété, et la multiplication au contraire des minifundios, une telle surface, dans la région, faisait figure de propriété importante.

55Enfin, on doit constater que les villages naissants de Santa Bárbara, Tasquehuite et Matanzas n’obtenaient que des dons symboliques.

56On imagine aisément les conflits qu’une telle inégalité dans la distribution put produire. La situation amena les villages de Salamá et de San Gerónimo à exiger, en 1921, la suspension des distributions gratuites, et le recours à la vente. Mais, auparavant, ces deux villages s’étaient réservé encore 5 manzanas du fond du bassin, c’est-à-dire irrigables, et 23 hectares de bois, sous le prétexte de fonder des fermes expérimentales. Le résultat fut donc que le démantèlement se traduisit par la multiplication des mini-propriétés, d’où ne ressortaient que quelques propriétés moyennes. Pour la région, le changement était notable. Au début du xxe siècle, il n’y avait plus dans le bassin d’ensemble foncier, privé ou collectif, d’une certaine importance. De plus, la distribution des terres aux miliciens accentua naturellement la ladinisation du bassin. Sa partie orientale devint exclusivement métisse, alors que la zone occidentale, à partir de San Miguel Chicaj, restait plus fortement indigène.

57Le lotissement de San Gerônimo avait en fait permis de calmer, momentanément, la soif de terres de la population métisse, tout en faisant de cette zone de mini-propriétaires un réservoir de main-d’oeuvre. Le visage de la région avait donc bien changé, obligée qu’elle était dorénavant de se tourner vers les autres provinces de la République.

C – LA SITUATION A LA FIN DU xixe SIECLE

58Après un siècle de transformations, la région de Rabinal, devenue le département de Basse Verapaz, n’a plus grand-chose à voir avec ce qu’elle était cent ou deux cents ans plus tôt. La politique de lotissement systématisée par les libéraux, et la lutte contre les terres communales modifièrent de façon définitive le rapport de forces entre terres privées et terres communales. Ces dernières tendirent à disparaître au profit des premières.

59Seules quelques parcelles de communaux résistèrent. De manière générale, et comme on peut encore l’observer aujourd’hui, ces terres concernaient des espaces boisés, à la périphérie du bassin, le plus souvent sur le versant des montagnes. Les hameaux les plus isolés, notamment sur les bords du río Chixoy, maintinrent une certaine propriété collective de la terre. C’est ce que prouvent les titres de propriété délivrés à l’ensemble des chefs de famille, à la fin du xixe siècle, et confirmés au xxe siècle. Mais, il faut bien admettre que cette survivance est liée à l’absence d’attrait, sinon à l’inhospitalité, de cette zone aux sols pauvres et aux terrains difficilement accessibles. La faible pression d’individus extérieurs au groupe ne rendit pas ici nécessaire l’application des réformes libérales, et laissa se perpétuer ce qui devint une forme archaïque de l’appropriation foncière.

60La parcellisation, faisant de la toute petite propriété le lot commun, facilita l’intégration de la région à l’économie nationale. La disparition définitive de toute possibilité d’emploi proche imposa aux villageois, Indiens ou métis, des déplacements de plus en plus lointains vers les haciendas côtières devenues plantations de canne à sucre, de coton ou de café.

61Cette réorganisation économique était en fait le fruit du début de l’intégration guatémaltèque à l’économie mondiale. Une grande partie des plantations nouvelles était contrôlée par des sociétés étrangères, nord-américaines bien sûr, mais aussi européennes et notamment allemandes.

62Dans la nouvelle distribution internationale du travail, le Guatemala — avec bien d’autres — se voyait décerner le rôle de producteur de fruits tropicaux à destination du marché européen. Les productions essentielles allaient devenir le café, mais aussi le coton, ainsi que la banane.

63La rationalisation de ces cultures ne pouvant s’obtenir que sur de grandes surfaces, c’est-à-dire avec une faible densité de population, la Basse Verapaz perdait définitivement tout intérêt. Elle ne réunissait aucune des conditions nécessaires pour bénéficier de cette réorganisation. Aussi, au xixe siècle, fut-elle progressivement ramenée au sort commun, que d’autres provinces guatémaltèques connaissaient depuis bien plus longtemps.

64La disparition des véritables entreprises agricoles qu’avaient été les haciendas dominicaines, et l’inadaptation de la région aux nouvelles nécessités placèrent l’économie régionale dans un état d’alanguissement durable.

65Un reportage de 1936 du journal Tópicos sur la Basse Verapaz laisse entrevoir ce que pouvait être la situation à la fin du xixe siècle. L’auteur insiste surtout sur le fait que la potentialité de la région est très grande, mais qu’en réalité rien n’est fait pour la développer. Parmi les nombreux atouts cités, la variété des climats, les possibilités d’irrigation, la généralisation des cultures fruitières, sont les plus remarquables (R. Mejilla 1936).

66La situation de la région présente donc deux aspects contrastés. Les différents attraits régionaux sont, encore en 1936, et donc aussi à la fin du xixe siècle, à l’état de virtualité. La Basse Verapaz, malgré ses possibilités, s’adonnait essentiellement à des cultures vivrières, négligeant toute production commerciale. D’autre part, les avantages énumérés n’en sont de véritables que dans une optique économique précise : diminuer la dépendance extérieure du Guatemala pour des produits agricoles que le pays pourrait fournir lui-même. Il s’agit donc là d’une véritable perspective économique nationale.

67Or, ce n’était pas là l’intérêt des grands propriétaires. Pour eux, la juxtaposition des cultures d’exportation sur les haciendas et des cultures vivrières sur les petites propriétés leur assurait la main-d’oeuvre temporaire nécessaire. La rupture de cet équilibre par l’introduction de cultures commerciales chez les villageois des Hautes Terres représentait une menace pour le système établi.

68A la fin du xixe siècle, le modèle agricole en vigueur dans la région reste donc une polyculture vivrière sur de toutes petites surfaces. Au mais omniprésent associé au haricot, s’ajoutaient, au gré des nécessités de chacun, quelques productions complémentaires, mais sur une échelle réduite et destinées à la consommation personnelle ou, au mieux, au marché local.

69En fait, la seule façon de se procurer le numéraire encore rare restait le travail saisonnier. Ainsi, l’intégration à l’économie nationale de cette province ne se fit que dans le domaine de la main-d’oeuvre. Pour le reste, la Basse Verapaz était encore, à la fin du xixe siècle, une région économiquement et commercialement repliée sur elle-même.

  • 2 Il faut toutefois tenir compte d’inégalités locales non négligeables dans ce phénomène.

70Une dernière conséquence de la politique de distribution de terres au profit des miliciens fut la croissance du nombre des métis. A la différence du reste de la Verapaz, la région de Rabinal ne cessa de se ladiniser2. Cette particularité régionale est aujourd’hui encore aisément observable. Des villages devinrent ainsi très largement métis. Tel fut le cas d’El Chol, Salamá et San Gerónimo. Dans les deux premiers, ce ne fut que le prolongement d’une évolution déjà amorcée à la fin du xviiie siècle. Quant au dernier, il fut peuplé avant tout par les bénéficiaires de la distribution de terres de la fin du xixe siècle.

71La plus grande pénétration des métis, en Basse Verapaz, par rapport à la région du nord de la province, remontait à la période coloniale, mais la politique libérale accentua considérablement l’écart entre les deux ensembles, devenus d’ailleurs deux départements distincts. Cette séparation administrative coïncidait, une fois n’est pas coutume, avec des différences notables de part et d’autre de la nouvelle ligne de démarcation.

72En un siècle, le département de Basse Verapaz avait connu de profondes transformations. La colonisation espagnole disparue, commença une période d’ajustements où se succédèrent deux formes de domination. Dans un premier temps, la présence étrangère tenta de s’implanter, mais n’y trouva pas de véritables profits. Aussi, après cet échec, la région eut-elle à subir une nouvelle intervention extérieure : celle du pouvoir libéral de la capitale. Celui-ci, par sa politique économique et foncière, réussit à faire de ce département au passé si singulier une région soumise à la règle générale en vigueur. Le particularisme régional disparut, et laissa la place à une vague uniformisation des conditions d’exploitation de la main-d’oeuvre nationale. La paysannerie locale, ne pouvant satisfaire ses besoins qu’incomplètement avec des biens fonciers trop limités, s’orienta vers le travail saisonnier sur les grandes haciendas. C’est donc comme fournisseur de force de travail que la Verapaz s’intégra, au xixe siècle, à l’ensemble économique né de l’Indépendance. Les autres aspects de l’intégration, notamment culturels, restaient encore à réaliser.

Notes

1 Rien en effet dans la législation foncière post-coloniale ne faisait obstacle, bien au contraire, à l’acquisition de propriétés par des étrangers (voir J.C. Méndez Montenegro 1960).

2 Il faut toutefois tenir compte d’inégalités locales non négligeables dans ce phénomène.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter