Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terre et société coloniale

 | 
Michel Bertrand

Quatrième partie. D'une colonisation à l'autre (1821-1870)

Chapitre IX. De la réduction au village (1821-1870)

Texte intégral

1La fin du xviiie siècle et le début du xixe siècle avaient été pour la société coloniale une période de troubles et de remises en cause. Certes, l’essentiel avait été préservé, les principes organisateurs du monde colonial maintenus, malgré les pressions et les revendications. L’expérience de 1811 avait été rapidement annihilée, et à la fin de la décennie 1810 le retour en arrière semblait acquis. Au Guatemala notamment, c’était la présence vigoureuse et autoritaire du président de l’Audience Bustamente qui avait imposé l’annulation des réformes.

2Mais ce premier échec ne signifiait nullement la disparition des réformateurs. Loin d’abandonner le combat, ils s’organisèrent et surtout se renforcèrent. Par des promesses, souvent fallacieuses – telles celles de la liberté ou de l’égalité, ou encore de la généralisation de la propriété individuelle – ils espéraient obtenir le soutien des populations indigènes. Mais l’argument essentiel qui le leur fit obtenir fut plutôt la promesse de l’abolition du tribut : la suppression de cette charge lourde, haïe de tous, ne pouvait que contenter les indigènes, d’autant que son rétablissement récent et difficilement accepté était dans tous les esprits.

3Nous n’entrerons pas ici dans le débat, trop plein des sous-entendus politiques d’aujourd’hui, sur le rôle, actif ou non, des populations indiennes. Il est en tout cas évident qu’au lendemain de l’Indépendance, c’est sans tristesse que les indigènes apprirent l’application des premières réformes, dont l’abolition définitive du tribut.

4Pour le reste, le temps du désenchantement n’allait pas tarder. 1821 marque le début d’une nouvelle période où l’Indien, considéré comme n’importe quel autre citoyen, cesse de bénéficier de la législation qui le protégeait en le marginalisant. C’était la fin de ce que la Couronne espagnole avait organisé à partir des années 1540 dans son empire américain. La réduction mourait, remplacée par le village, ouvert à tous et contrôlé par les plus riches de ses habitants, c’est-à-dire bien souvent les métis.

5Pour étudier cette transformation essentielle dans la naissance du Guatemala d’aujourd’hui, nous nous intéresserons d’abord à la disparition des barrières qui séparaient les groupes sociaux avant l’Indépendance. Puis, nous verrons comment cette transformation se répercuta dans le domaine de l’appropriation foncière, avec l’évolution des rapports entre terres privées et terres communales. Enfin, nous étudierons comment, ces modifications réalisées, la réduction disparut pour donner naissance à de nouvelles structures accueillant Indiens et métis.

I – LA DISPARITION DES BARRIERES

6La société coloniale était fondée sur la juxtaposition de ses composantes humaines qui, théoriquement, ne devaient pas se mélanger. L’Indépendance acquise, le 15 septembre 1821 dans la Capitainerie générale du Guatemala, les créoles réformateurs au pouvoir n’eurent de cesse d’abolir ce qu’ils avaient toujours dénoncé.

A – L’IDEOLOGIE “NATIONALE”

7C’est dans les cercles intellectuels touchés par la philosophie des Lumières que naquit cette idéologie chargée de remplacer celle imposée, trois siècles durant, par la Colonisation. Rejetant la ségrégation, les réformateurs proclamaient l’égalité civile des citoyens des nouveaux ensembles politiques. Fondée sur l’égalité naturelle, la nouvelle société devait assurer à tous ses membres quels qu’ils fussent l’égalité juridique, directement inspirée de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789. Les indigènes, jusqu’alors isolés et marginalisés, et les métis, niés dans leur existence légale, se trouvaient juridiquement amenés au rang des Européens.

8Les motivations profondes de ces réformes étaient diverses. Economique tout d’abord : nous avons vu que c’était là un souci fondamental des théoriciens du xviiie siècle. L’élargissement du marché intérieur devait assurer le développement du nouvel Etat et garantir son indépendance.

9On touche là la deuxième motivation, d’ordre politique : la création d’un Etat indépendant ne pouvait se perpétuer sans l’apparition d’une conscience nationale. La proclamation de l’égalité permettait de faire de tous les habitants de l’ancienne Capitainerie générale de futurs citoyens.

10Une dernière motivation, d’ordre moral et culturel, est aussi présente. Pour tous les tenants de la philosophie des Lumières, la perpétuation des pratiques religieuses traditionnelles, le maintien des solidarités anciennes à travers les confréries représentaient des formes d’archaïsme. La lutte pour leur disparition se confond avec celle menée contre les superstitions, contre les féodalités de tous ordres, contre le pouvoir de l’Eglise. Il s’agissait de libérer les individus des chaînes qu’un pouvoir royal rétrograde avait maintenues à tout prix.

11Cette idéologie nationale ne faisait que reprendre, en les modifiant toutefois sur certains points, les idées du courant intégrationniste du xviiie siècle. La différence venait surtout de ce que les conditions n’étaient plus du tout les mêmes. Au xviiie siècle, les intégrationnistes – souvent des membres du clergé – se plaçaient dans un contexte religieux et économique. Ils voulaient moderniser une province vieillote dans un empire vermoulu. Les théoriciens de l’Indépendance se plaçaient, eux, dans une optique avant tout politique et philosophique, bien souvent anti-cléricale.

12La nouvelle idéologie, exaltant l’individu, signifiait la disparition des contraintes communautaires, notamment dans le domaine foncier. Elle justifiait aussi l’important transfert de terres qui se faisait aux dépens des indigènes, trop pauvres pour intervenir individuellement sur le marché. Dépossédés, il ne leur restait que le salariat agricole, temporaire ou permanent, chez les anciens ou les nouveaux propriétaires.

13Le résultat de toutes ces transformations fut que bon nombre d’Indiens commencèrent à regretter le temps passé de l’époque coloniale. C’est ainsi qu’en 1841, dans une lettre aux autorités républicaines, les autorités de Tactic, village proche de la région étudiée, évoquent avec une certaine nostalgie le temps où la loi était plus favorable à l’Indien (AGCA, B100, Exp. 33271, Leg. 1419). Regret surprenant pour l’historien de la colonisation, et pourtant bien compréhensible dans le contexte du xixe siècle !

B – LES NOUVELLES CONDITIONS IMPOSEES

14Les principes énoncés furent rapidement mis en pratique, dès l’accession à l’Indépendance, pendant ce que l’on a coutume d’appeler la “première période libérale”. Ils le furent à travers toute une législation qui cherchait à réformer la situation héritée de la colonisation.

15Les premières mesures concernèrent les problèmes de statut des différentes sortes de propriété . Dès avant la proclamation de l’Indépendance, l’agitation ne cessant de croître, la royauté espagnole avait décidé de légaliser les mesures prises lors des Cortès de Cadix. Le 15 avril 1820, une décision royale déclarait valables les décrets du 4 janvier 1813, concernant l’acquisition des terres en friche ou des terres communales (AGCA, A1, Leg. 1543, Fol. 424). Une telle décision, trop tardive, n’eut guère d’effets. Le système colonial rejeté s’effondra avec l’Indépendance. Arrivés au pouvoir, les libéraux réformateurs se contentèrent, par la loi du 27 janvier 1825, de reprendre l’essentiel des mesures antérieures.

16Comme en 1813, l’objectif était le développement agricole et l’accroissement du nombre des petits et moyens propriétaires. A terme, la réforme signifiait le dépérissement des ejidos. D’autant que, allant plus loin que les décisions des Cortès de Cadix, deux mesures essentielles étaient décidées. On autorisait d’abord les villages à louer leurs terres sous forme de baux emphytéotiques. C’était en fait accepter une progressive dépossession des villages. A cela s’ajoutait l’ouverture des ejidos à tous les individus résidant dans la circonscription administrative des villages. C’était enlever aux indigènes leurs droits exclusifs sur les terres communales, et rendre ces dernières de moins en moins aptes à satisfaires les besoins des anciens bénéficiaires. Autrefois déjà trop étroits, les ejidos, ouverts à de nouveaux utilisateurs, devenaient tout à fait insuffisants. C’était en fait un encouragement, pour les villageois indigènes, à acquérir leur terre en propriété ou en location à très long terme.

  • 1 Une telle décision devait être prise par le jefe politico de la province, après enquête dans et ho (...)

17Malgré des mesures prétendant assurer la défense des terres communales en facilitant les acquisitions de la part de villages pour lesquels preuve pouvait être faite de leur manque de terre1, l’esprit et l’objectif de la réforme restaient bien la généralisation de la propriété privée.

18Les mesures ultérieures prises pendant la “première période libérale”, puis durant la guerre civile entre libéraux et conservateurs, allèrent toujours dans le même sens. Les lois de 1829, 1831 et 1833 ne modifiaient pas l’esprit des premières décisions. Des innovations ou des précisons secondaires étaient simplement apportées par rapport à la loi de 1825.

19Les choix faits en 1835 et 1836 allaient même aggraver la situation des ejidos, et renforcer la politique de privatisation des terres. En mai 1835, une première loi prévoyait que le pouvoir pouvait, en tenant compte de l’inégalité des dotations entre villages, prendre le surplus de l’un pour combler le déficit de l’autre. C’était là une atteinte directe aux terres communales. La mesure ne concernait à l’origine que les départements de Totonicapán et Sololá, mais pouvait s’étendre à l’ensemble de la région des Altos, c’est-à-dire à la quasi-totalité des terres indiennes.

20En août 1835, une nouvelle loi décidait de faire payer aux villages l’impôt foncier pour les terres dont ils disposaient au-delà d’un seuil de 38 caballerías. Il s’agissait d’une véritable sanction vis-à-vis des villages qui auraient su, ou pu, préserver les acquisitions faites tout au long de la période coloniale.

21Enfin, le 13 août 1836, une dernière mesure portait un coup sévère aux terres communales. Il s’agissait de favoriser l’acquisition en terres privées des ejidos toujours possédés par les villages. Il y était notamment précisé qu’après la promulgation de la loi, aucune terre ne pouvait être vendue en ejido, ni aux villages existants, ni à ceux nouvellement fondés. La disparition des terres collectives était ainsi clairement prônée et poursuivie.

22La dictature de Rafaël Carrera marqua une pause dans la privatisation des terres communales. Mais le retour des libéraux, avec la victoire de Justo Rufino Barrios, en 1871, vit reprendre la politique des années 1820. On facilita la vente des terres communales, et on chercha à créer un véritable marché du travail, en abolissant toutes les contraintes qui pouvaient encore limiter l’exploitation de la main-d’oeuvre indigène.

23Les réformes imposées au xixe siècle bouleversèrent la vie au Guatemala en général, et notamment dans la Verapaz. Ces transformations nombreuses et profondes, permirent le passage du Guatemala colonial au Guatemala contemporain. Elles concernèrent la population présente dans la région, les rapports entre habitants, leur relation à la terre, et leur localisation dans l’espace communal.

II – LES STRUCTURES AGRAIRES DU XIXe SIECLE

24De façon paradoxale, les structures foncières du xixe siècle nous sont finalement moins bien connues que celles de la période antérieure : paradoxe apparent seulement, puisque la situation politique du Guatemala, jusque vers 1870, explique cette situation pour l’essentiel. L’agitation, les coups de force, les réformes contradictoires, tout se conjuguait pour interdire à l’administration du nouvel Etat de contrôler l’appropriation foncière. C’est donc un peu à un retour en arrière que nous assistons ; on en revient en effet aux conditions de faible contrôle sur la terre qui prévalaient aux xvie et xviie siècles. De ce fait, il nous est difficile aujourd’hui de mener une étude historique précise sur les structures agraires pendant cette période, et c’est pourquoi nous nous en tiendrons aux traits essentiels de l’histoire foncière avant l’ère libérale de Justo Rufino Barrios. Ces cinquante premières années de l’histoire indépendante du Guatemala ne furent finalement qu’une transition. Elles achevèrent la destruction du système hérité de l’Espagne et établirent les bases de ce qui devint le système foncier du Guatemala au xxe siècle.

A – LA REDUCTION EN QUESTION

25De 1820 à 1870, l’espace des réductions coloniales fut progressivement éclaté en de multiples nouveaux villages. Le village le plus directement mis en question par cette politique systématique fut Rabinal. Déjà en 1805, la naissance de San Miguel Chicaj signifia pour lui des pertes considérables : en habitants d’abord, et donc en tributaires ; en terres ensuite, notamment en pâturages. Ce n’est pas un hasard si cette politique toucha le village qui avait le mieux maintenu sa cohérence et son assise foncière. De tels partages entraînaient des rivalités sans fin, concernant évidemment la répartition des terres communales.

26De fait, vingt ans après la séparation officielle entre San Miguel Chicaj et Rabinal, celle-ci n’était pas encore réellement acceptée. La délimitation fut encore en 1824 l’objet d’un procès à propos des terres – elles étaient recherchées, car elles étaient irrigables – de Tierra Blanca-Panzú. Si celles de Tierra Blanca devaient revenir au nouveau village, conformément aux délimitations établies antérieurement, celui-ci réclamait en plus les terres de Panzú. Les agressions se multiplièrent, verbales d’abord, plus graves ensuite.

27Dans un premier temps, les responsables de Rabinal, dont Francisco Suyén, furent menacés de mort par les habitants de San Miguel Chicaj. En réponse, celui-ci envoya sur les terres contestées ses troupeaux, qui causèrent alors de graves dégâts aux cultures. La réaction de Rabinal indigna ceux de Panzú, dont les cultures étaient pourtant régulièrement détruites par les mêmes troupeaux.

28Une partie des principales de ce hameau décida alors à son tour de faire sécession. Ils préférèrent d’abord se rallier à San Miguel Chicaj (AEG, Paq. 3, Exp. 2, BVP). Ils obtinrent, à une date que nous ignorons, satisfaction : nous savons simplement que ce rattachement se fit entre 1824 et 1833 (AEG, Paq. 3, Exp. 2, BVP et document fourni par la municipalité de San Miguel Chicaj). Par la suite, les habitants de Panzú réclamèrent à leur tour le droit de constituer un nouveau village. En 1833, leur revendication fut satisfaite, et le hameau prit le nom de San Gabriel Panzú. Un nouveau partage eut lieu, cherchant à distinguer les terres de San Gabriel de celles de San Miguel, mais aussi de celles de Rabinal. Une nouvelle fois, ce dernier se voyait confronté à la perte de certains territoires qui, autrefois, avaient constitué la réduction de Rabinal (document fourni par la municipalité de San Miguel Chicaj).

29L’objectif poursuivi apparaît en fait clairement. Il s’agissait bien, en suscitant ou en utilisant des rivalités nouvelles ou préexistantes, d’affaiblir le principal village indien de là région. L’efficacité de la méthode choisie ne peut d’ailleurs être niée : en une trentaine d’années, Rabinal perdit sans doute une centaine de caballerías. En outre, la création de nouveaux villages amplifia les conflits entre communautés villageoises, ce qui affaiblit encore les possibilités de résistance indigène.

30Il faut finalement remarquer que ces villages supplémentaires devenaient de nouveaux demandeurs de terres, faisant ainsi obstacle aux ambitions de Rabinal. San Gabriel Panzú ne pouvait en effet se contenter des seules terres cédées par San Miguel. Il demanda, aussitôt sa fondation actualisée, des baldíos supplémentaires, obtenant alors une surface non précisée, à la périphérie de Rabinal (AEG, Paq. 3, Exp. 11). C’est avec un capital de 101 caballerías que San Gabriel Panzú commença d’exister, laissant à San Miguel Chicaj 195 caballerías. Pour Rabinal, toute possibilité d’extension proche disparaissait...

  • 2 Celui-ci “découvrit” en effet avec surprise l'étroitesse de l'ejido du village, et décida que tout (...)

31Ce premier exemple d’éclatement délibéré de la réduction coïncide en fait avec la première ère libérale, dont l’idée était bien de supprimer, à plus ou moins long terme, l’existence de ces structures foncières jugées archaïques. Toutefois, l’instabilité régnant pendant cette même période permit bien souvent aux villageois de trouver des moyens efficaces de défense. Pour les indigènes, comme pour tous les Guatémaltèques d’ailleurs, l’anarchie politique signifiait en effet la possibilité de s’emparer de terres sans s’acquitter des charges dues. C’est ainsi que les villages de Basse Verapaz s’approprièrent, en toute illégalité, comme au bon vieux temps de la colonisation, des surfaces non négligeables. Ainsi, El Chol, tirant prétexte de ce que sa demande de 1825 n’avait pas reçu de réponse, s’empara des terres désirées. En 1834, le village tenta une nouvelle fois de régulariser sa situation. Il obtint cette fois satisfaction, et put garder les deux caballerías convoitées (AM El Chol). Six ans plus tard, profitant toujours de la situation politique, et d’une déclaration faite en leur faveur par le procureur de Guatemala2, le village s’empara des terres de Pacoh-Chuaquix. Celles-ci, propriété de Rafael Córdoba, avaient été mises en vente en 1835. Toutes les terres voisines étant propriétés privées, El Chol fit valoir un droit de préemption, proposition approuvée par le juge de terre, mais bien sûr rejetée par le vendeur. La situation était bloquée. El Chol profita de l’agitation pour s’emparer de force de la terre désirée. Finalement, en 1841, le village réussit à obtenir un arrangement avec l’ancien propriétaire : celui-ci accepta de lui céder 33 caballerías, lui-même en gardant 12 pour une autre vente.

32Cet exemple d’El Chol montre combien la situation d’instabilité pouvait être relativement favorable aux indigènes capables de créer un rapport de forces servant leurs intérêts. Certes, le cas d’El Chol peut paraître exceptionnel, le village ayant obtenu l’appui de l’administration centrale. Mais, en fait, bien plus que ce soutien, ce furent la situation d’anarchie et l’incapacité à faire respecter “le droit de propriété” par quelque force que ce soit qui permirent la victoire des villageois.

33A partir des années 1840, avec le remplacement des libéraux par les conservateurs, les indigènes réussirent à freiner la désintégration foncière de leurs communautés et purent même élargir leur territoire. Rabinal parvint à acquérir 247 caballerías après 1820 ; 35 le furent avant 1840, 70 entre 1840 et 1870, et 142 après (mais ce dernier achat est exceptionnel). Pour Cubulco, les résultats sont encore plus probants : sur 313 caballerías nouvelles, 248 furent acquises à l’époque de Rafael Carrera. On retrouve une situation identique à El Chol ou San Gabriel. Toutefois, il ne faut pas exagérer la nouvelle protection dont bénéficièrent les villages indigènes. Certes, en apparence, ils furent bien mieux lotis qu’avant ou après ces trente années. Il n’empêche que ces acquisitions présentaient souvent des inconvénients.

34Ces achats ou occupations illégales concernaient, en effet, des terres de plus en plus lointaines. Tous les villages de la région eurent ainsi à acheter des terres souvent difficilement utilisables par les villageois. C’est le cas notamment pour les trois-quarts des terres acquises par Rabinal. En réalité, ces acquisitions eurent pour résultat de menacer la cohésion de la réduction. De plus en plus nombreux étaient ceux qui, afin d’éviter des déplacements longs et pénibles, préféraient s’installer sur place, hors du village à proprement parler.

35Par ailleurs, si les acquisitions villageoises se poursuivaient, les villages se trouvaient confrontés à des agressions extérieures toujours vives et nombreuses. Les procès de terres pour empiétement ou spoliation en font foi. C’est ainsi qu’en 1832 Salamá protesta contre la présence, dans la ville même, d’un trapiche qui était propriété de l’hacienda San Nicolás (AM Salamá, Paq. 1).

36On retrouve le même type de conflits à Cubulco, lors des deux procès opposant les villageois à des occupants illégaux. Le premier, en 1836, mit en cause la présence de ladinos sur l’ejido. Les villageois tentèrent d’en chasser ces derniers par la force, ce qui souleva l’indignation des métis ! Menés par Andrés Coronado, ils intentèrent contre Cubulco un procès en mettant en avant la trop grande surface de l’ejido, et l’occupation de baldíos (AEG, Paq. 4, Exp. 2, BVP). Certes refusée, la revendication métisse montre le changement qui était en train de se réaliser. Pour les ladinos, la terre indienne devait être ouverte à tous, sans exception. C’est bien la preuve que les réductions et leurs biens fonciers se trouvaient véritablement contestés dans leur existence même.

37En 1886, un nouveau litige éclata, opposant toujours Cubulco aux métis, mais aussi aux villageois de Santa Cruz del Quiché. Les villageois dénonçaient les pertes de terres subies au profit de ces différents groupes ; de plus, certaines d’entre elles s’étaient produites en accord avec les autorités régionales (AEG, Paq. 5, Exp. 4, BVP). L’évolution, à cette époque-là, va donc bien dans le sens de la disparition des structures foncières des réductions, jugées désuètes et contraires au développement économique.

38Finalement, le bilan que l’on peut établir des communautés villageoises est loin d’être positif. Pour la plupart d’entre elles, les difficultés ne diminuèrent guère, voire s’aggravèrent. Le cas du village d’El Chol qui pourtant étendit son domaine au xixe siècle est éloquent. Alors que la querelle avec Rafael Córdoba battait son plein, un fonctionnaire fut nommé par le gouvernement pour établir un rapport sur la situation d’El Chol. Celui-ci, José Batres, après quelques jours de travail sur le terrain, tira des conclusions accablantes : les terres du village, trop pauvres et arides, devaient rester de huit à dix ans en jachère entre deux récoltes de maïs afin de pouvoir rendre suffisamment. Il aurait fallu, selon ce fonctionnaire, attribuer à El Chol huit à dix fois plus de terres qu’il n’en avait alors. En fait, El Chol manquait surtout de bonnes terres. Le rapport constatait en effet que l’essentiel de Vejido était composé de zones accidentées, impropres aux labours (AEG, Paq. 3, Exp. 14, BVP).

39Certes, la situation d’El Chol était peut-être un cas extrême. Mais, si les autres réductions ne connaissaient pas des problèmes aussi graves, elles affrontaient cependant des difficultés croissantes. La poussée démographique continuant, les invasions de terres communales se multipliant, les possibilités d’extension devenant de plus en plus rares, rien n’était véritablement favorable aux communautés.

40A ces difficultés qui existèrent pendant tout le xixe siècle, vint s’ajouter, après 1870, le retour à une politique libérale. Les autorités favorisèrent dans un premier temps la naissance de nouveaux villages, peuplés avant tout par des métis. C’est ainsi qu’en 1874, à partir d’une hacienda en déshérence, Las Dantas, fut fondé un nouveau village dans le valle de Urrán, Granados. L’objectif était bien, comme cinquante ans plus tôt, d’affaiblir les collectivités indigènes. Par la suite, et afin d’accélérer la désintégration des communautés indigènes, le pouvoir libéral s’attaqua directement à elles, mettant en cause leur cohésion. Prenant acte de l’éclatement de fait des réductions en raison des mouvements migratoires, les autorités prirent pour habitude de distribuer les titres de propriété non plus aux villages dans leur ensemble, mais seulement aux hameaux dans lesquels était implantée la population.

41A Rabinal, cette politique se traduisit par une désorganisation profonde de l’ancienne réduction. Deux acquisitions foncières furent ainsi l’occasion d’affaiblir la communauté villageoise. Les terres de Canchum-La Laguna, dans les montagnes nord de la région, acquises par le village en 1858, devinrent en fait une copropriété contrôlée par les habitants du hameau à partir de 1877. Chaque membre pouvait s’en approprier une parcelle, et les villageois de Rabinal se trouvaient exclus de la jouissance de ce bien. En 1936 encore, le hameau possédait l’essentiel de ces mêmes terres en copropriété, et en toute indépendance vis-à-vis de Rabinal (AEG, Paq. 4, Exp. 21, BVP).

  • 3 Ce fut le cas en 1833 pour une famille vivant à Las Minas et possédant son título (document fourni (...)

42Un deuxième exemple concerne Cubulco et Rabinal, et confirme l’ampleur du phénomène étudié. En 1897, les habitants de Caüinal, relevant du municipe de Cubulco, sollicitèrent un titre de propriété indépendant des deux villages voisins. En 1900, satisfaction leur fut donnée. Les terres de Caüinal furent loties et partagées entre tous les résidents du hameau, soit en tout 142 caballerías. Des lots d’une dizaine de caballerías furent constitués et distribués, puis partagés entre clans ou groupes familiaux. C’est ainsi que trente chefs de famille se partagèrent un premier lot, quarante-neuf autres un second, etc. Ces partages se faisaient tous sous l’autorité d’un principal, responsable de chaque groupe : Manuel Cuxum l’était pour le lot 1, Manuel Sic pour le lot 2, Dionisio Pérez pour le lot 3... (AEG, Paq. 22, Exp. 8, BVP). Un tel partage des biens relevant à l’origine d’une collectivité villageoise, signifiait à terme la disparition du contrôle villageois sur les terres. Certes, cette pratique n’était pas totalement nouvelle : elle remontait en fait au début des années 18203. Mais il semble bien qu’elle tendit à s’étendre progressivement et à se généraliser à la fin du xixe siècle.

43Nous avons pu ainsi retrouver les titres de propriété pour les hameaux de Río Negro (1897 : AEG, Paq. 22, Exp. 8, BVP), Comalmapa (1893, AEG, Paq. 12, Exp. 1, BVP), ou Chimiagua (1889-1899 et 1913 : AEG, Paq. 26, Exp. 10, El Quiché) relevant tous administrativement de Rabinal. L’existence d’une telle appropriation foncière, certes collective mais hors des anciennes réductions, caractérise une nouvelle situation dans le domaine de la terre. A l’acquisition communautaire, qui se faisait au niveau du village, succède une prise de possession au niveau d’un groupe social plus restreint : la communauté familiale ou le groupe de voisins. Ce dernier devait recouper le plus souvent une solidarité de parentele. Les títulos des hameaux donnent parfois, en annexe, la liste des chefs de famille ayant droit à utiliser les terres en question. Ce sont toujours ceux qui se sont groupés pour solliciter le titre de propriété, et payer ensemble les frais occasionnés. On peut alors constater que ce sont seulement quelques noms de famille qui reviennent régulièrement sur ces documents.

44Le village-réduction était donc bien en voie de disparition vers la fin du xixe siècle. Un tel changement n’était finalement que le résultat de la politique menée par les autorités libérales dont c’était bien là, d’ailleurs, un des objectifs primordiaux. Sans heurter de front les communautés indigènes, mais jouant plutôt sur leurs rivalités internes, elles obtinrent assez rapidement la désintégration souhaitée. Au milieu du xxe siècle, dans la région de la Basse Verapaz, toute propriété collective à l’échelle villageoise avait ainsi quasiment disparu. Seuls quelques vestiges, véritables exceptions à la règle générale, survivent d’ailleurs aujourd’hui, notamment à San Miguel Chicaj. Selon une information recueillie par A. Breton, ces terres serviraient à couvrir les frais des principales en charge dans les confréries de ce village.

45La politique de parcellisation entraîna en outre la multiplication des minifundios faiblement ou pas du tout rentables. L’effet d’une telle évolution était inéluctable. La population indigène, manquant de terres pour vivre, se voyait obligée de partir de plus en plus loin pour travailler. Elle devenait ainsi une main-d’oeuvre utilisable dans les grandes haciendas constituées à cette même époque. C’était bien là le résultat recherché, ouvertement ou non, par la politique libérale : faire de la masse indigène une réserve de travailleurs bon marché et disponibles.

B – L’AFFIRMATION DE LA PROPRIETE PRIVEE

46Face à l’évolution des propriétés collectives, les propriétés privées connurent en Basse Verapaz une histoire bien différente. Le xixe siècle fut d’abord celui de la généralisation de l’appropriation privée des terres encore disponibles. Cette privatisation s’étendit aussi à des surfaces soumises auparavant à d’autres statuts. En bref, c’est bien au triomphe de la propriété individuelle que nous assistons entre 1820 et 1870.

47Pourtant, s’il se fonde exclusivement sur les informations documentaires de cette période, l’historien est d’abord amené à constater leur tarissement. Celles-ci se font de plus en plus rares, de plus en plus parcellaires. Elles permettent, bien moins qu’auparavant, de suivre pied à pied l’histoire de l’appropriation foncière. Si les difficultés des villages nous sont relativement bien connues, les acquisitions systématiques par les propriétaires privés nous le sont beaucoup moins. Une telle différence témoigne déjà de deux situations très éloignées. L’inquiétude des communautés devant le manque de terres, mais aussi devant les pertes subies, les incitait à se manifester, à faire appel, dans l’espoir d’obtenir quelque protection comme autrefois. En revanche, le silence des acquéreurs privés prouve une occupation systématique des terres, souvent illégale, mais bien efficace. Bénéficiant d’une législation de moins en moins favorable, les terres villageoises devenaient une proie attrayante. De même, les obstacles mis à la distribution de terres en copropriété faisaient disparaître pour les propriétaires privés un concurrent longtemps redoutable.

48La documentation disponible évoque indirectement cette situation, pour les années 1830-1840. En 1837, deux familles ladinas de Rabinal, les Encastilla et les Martínez, désiraient acheter des terres dans les montagnes du nord de Rabinal, à Chuazuh, près de Xococ. Les terres furent rapidement mesurées, mais les acheteurs ne réussirent pas à en obtenir le titre de propriété. Pourtant, rien ni personne ne s’opposait à un tel achat : ni les villages de Rabinal ou de Cubulco, ni les voisins de la terre en question. Seuls, les troubles politiques empêchaient l’administration de fonctionner normalement (AEG, Paq. 4, Exp. 8, BVP). Désespérant de jamais posséder la terre désirée, ils préférèrent abandonner leurs droits à l’église de Rabinal en 1846, à charge pour le prêtre du village de légaliser sa possession. Dans cet exemple est déjà sous-jacent ce qui dut être fréquent, et qui transparaît dans un autre cas : la généralisation de l’illégalité. On ignore par exemple si les prétendants cédèrent leurs droits gracieusement ou contre une indemnisation pécuniaire. Autrement dit, vendirent-ils à l’église de Rabinal une terre qu’ils ne possédaient pas ?

49Si la fraude n’est pas clairement établie ici, elle l’est bien mieux dans une seconde affaire. En 1859, lors de la convocation des voisins à l’occasion de la reconnaissance des limites d’un domaine, on apprend que la famille Soberanis, installée sur les terres de Pericon depuis longtemps, ne possédait toujours pas de titulo. Tirant prétexte de l’impossibilité d’en obtenir, elle se refusait à faire des démarches inutiles, et maintenait par la force du fait accompli une présence totalement illégale (AEG, Paq. 4, Exp. 7, BVP). Combien furent-ils ainsi à bénéficier de cette situation ? Nombreux sans doute, profitant de ce que leur installation – pourtant hors-la-loi – ne signifiait pour eux ni poursuites, ni sanctions, ni même obligation de payer ce qu’ils devaient. Une telle passivité de la part du pouvoir en place était un véritable encouragement à l’illégalité.

50Pourtant, la nouvelle législation facilitait les légalisations foncières. Le meilleur indice en est simplement la courte durée des procès. Finies les décisions portées en appel, les rejugements d’affaires complexes et confuses, les multiplications de témoins pour l’une ou l’autre partie. Il est en effet aisé de constater que les procès ne durent pas plus de quelques mois. Si l’on fait la moyenne de la durée de l’ensemble des procès entre 1820 et 1870, des premières démarches jusqu’à l’obtention finale du titre de propriété, celle-ci est de 34 mois. Encore faut-il considérer que cette moyenne ne correspond pas tout à fait à la réalité : en général, c’est en moins de 12 mois que la dénonciation, la mesure et les enchères sont réalisées. Il est significatif que les oppositions aux dénonciations présentées soient exceptionnelles, ce qui écourte d’autant les démarches. L’essentiel de la durée observée restante – soit en moyenne 22 mois – est consacrée à la rédaction du titre et au règlement financier de l’achat. C’est dire que le plus long restait bien les démarches auprès de l’administration centrale des terres, les formalités locales – témoignages, mesures, protestations, reconnaissances – s’expédiant dans les délais les plus brefs.

51Quel que soit le mode d’appropriation, légal ou illégal, celui-ci prolonge, voire achève, au niveau géographique l’essentiel des observations réalisées pour les périodes antérieures (voir tableau 25). On constate d’abord la part prise par les zones montagneuses périphériques du nord, mais aussi de l’est et de l’ouest : 50 % des acquisitions y furent réalisées. La zone du bassin présente, elle, une originalité non négligeable. Certes, son importance dans les acquisitions totales reste limitée : 29 %. Mais, après l’évolution observée, notamment depuis 1750, on aurait pu s’attendre à une part encore plus faible. En fait, cette "anomalie" relative vient de ce que l’essentiel des terres acquises par les propriétaires privés dans les bassins se trouve dans sa partie ouest, c’est-à-dire autour de Cubulco. Or, cette zone s’était trouvée relativement protégée jusqu’à l’Indépendance, à cause de son isolement et de sa situation d’impasse. Près des deux-tiers des acquisitions dans les bassins relèvent de la circonscription de Cubulco, les autres n’accueillant que des miettes négligeables : 14 % pour Rabinal, et 28 % pour l’ensemble San Miguel Chicaj-San Gabriel-Salamá-San Gerónimo. Si cette précision semble fondamentale pour comprendre la situation observée, on ne peut négliger d’évoquer aussi la moindre combativité des villages, moins bien protégés par les nouvelles lois. Affaiblis, divisés, ceux-ci assistent, impuissants, à la multiplication des propriétés de plus en plus proches de leurs terres, et surtout dans la zone géographique qu’ils avaient réussi à se réserver au xviiie siècle. Une dernière remarque doit être faite afin de situer complètement la géographie de l’appropriation foncière : la disparition du frein constitué par les haciendas dominicaines. Saisies en 1829, elles cessèrent alors de jouer, comme les villages, le rôle d’obstacle à l’extension de la propriété privée dans les bassins de Basse Verapaz.

52En ce qui concerne enfin la troisième zone – celle des trois valles – on y constate surtout l’affaiblissement du marché de la terre. Région traditionnelle de la propriété privée, elle constitue, pour cette époque, la plus faible part des achats : 21 %. L’occupation dense et ancienne dut ici limiter les possibilités. Mais on constate aussi un moindre attrait pour cette partie de la Basse Verapaz. Situation nouvelle et révélatrice, des propriétés anciennement constituées commencent à être mises en vente. C’est sans doute le signe du désintérêt croissant de la part des propriétaires les plus riches pour une région qui n’offrait plus de possibilités de développement.

53Indépendamment des zones géographiques, si l’on interroge les surfaces possédées, la taille des propriétés de la région ne cesse de diminuer : entre 1820 et 1870, le type de propriété le plus fréquent devient la petite hacienda avec une surface inférieure à 10 caballerías. Indice d’une saturation et d’un début de manque d’espace. Si l’on ramène les tailles des propriétés aux zones géographiques de la région, on retrouve ce que l’on a pu observer précédemment pour les valles comme pour les bassins. Quant aux montagnes périphériques, elles semblent bien jouer le rôle de soupape de sécurité. L’importance de la grande propriété y équilibre celle de la petite, et les moyennes haciendas sont toujours présentes. Toutefois, on peut préciser que la part non négligeable des petites propriétés – 40 % du total – semble être déjà le signe d’un début de saturation.

54En cette fin de xixe siècle, la région de Basse Verapaz offrait donc des possibilités d’installation de plus en plus limitées, ou en tout cas d’intérêt moindre qu’auparavant. Sans trop simplifier la réalité, on peut penser qu’une telle situation explique pour partie le désintérêt progressif et le déclin dont allait souffrir la région à partir de cette époque.

55C’est ce que révèle aussi, pour l’essentiel, l’évolution des prix de la terre. Nous avons déjà pu constater combien il était difficile et aléatoire d’interpréter ces données. Pour le xixe siècle, ces problèmes, loin de s’amoindrir, ne font que s’accentuer. L’instabilité politique, les variations monétaires qui lui sont liées, les abus toujours présents de l’administration, aggravent certes les difficultés d’interprétation. Toutefois, il nous semble intéressant, malgré les risques d’erreur, d’en tenter l’analyse.

56Pour l’ensemble de la région, la valeur moyenne de la caballería se situe, pour la période considérée, à quatre pesos, soit huit tostones. Le prix le plus fréquemment payé était en fait inférieur à cette moyenne et n’atteignait que trois pesos, soit six tostones. Ces valeurs répondent-elles à un rapport entre l’offre et la demande de terre ? Sont-elles un véritable reflet du marché foncier ? Ou sont-elles, comme pour la période antérieure, des prix fixés à priori selon la qualité estimée de ces terres ? Si la documentation ne permet pas de trancher avec certitude, certaines allusions à l’existence d’une “grille” de prix laissent plutôt penser à la seconde hypothèse. Aussi, l’interprétation de ces données révèlerait surtout la qualité de plus en plus médiocre des terres disponibles. Il est vrai que cela coïncide avec le fait que les domaines acquis, dans leur grande majorité, se trouvaient dans une zone aux possibilités naturelles médiocres, voire nulles (voir tableau 26).

57L’évolution de la propriété foncière pendant le premier demi-siècle d’indépendance du Guatemala est marquée surtout par les difficultés que connaissent les villages à maintenir un contrôle sur leurs biens. A cette date en effet, la propriété privée s’est définitivement imposée, et contrôle l’essentiel des surfaces utiles de la région. Toutefois, cette évolution n’est qu’une étape vers le déclin de la Basse Verapaz. L’affaiblissement des villages annonce leur disparition en tant que réductions, c’est-à-dire en tant qu’institutions exerçant un contrôle collectif sur la terre. Par ailleurs, la multiplication des propriétés privées accélère le morcellement : les surfaces se réduisent, la qualité des terres disponibles s’amoindrit. En d’autres termes, la région perd ce qui avait fait son succès trois siècles durant : une main-d’oeuvre stable et disponible, des terres, non pas de très bonne qualité, mais abondantes. Une transformation de ce type se répercuta dans la société de la région en en permettant, voire en en accélérant les mutations.

III – LA NAISSANCE DU VILLAGE

58Les barrières séparant les anciens groupes sociaux disparues, la répartition de la terre fondée sur de nouvelles réalités, le village-réduction devait mourir. En réalité, il s’agit plutôt d’une mutation, la réduction donnant naissance à une nouvelle structure : le village à proprement parler. Pluri-ethnique, sa population était bien différente de celle de la réduction. De même, les relations, les rivalités en son sein se présentaient en des termes inédits par rapport à ce que nous avons pu voir dans la réduction.

A – L’ECLATEMENT DE LA REDUCTION

59La disparition de la réduction, remplacée par le village, doit être située dans le contexte de l’histoire démographique de la région de Rabinal au xixe siècle. Pour le Guatemala – c’est-à-dire la nouvelle république intégrée dans l’ensemble centre-américain – la population passe de 700 000/800 000 habitants en 1824, à 1 200 000 en 1861 (G. A. Thompson 1931 et E.O. Crosby 1945 : 85). Ces données signifient une croissance moyenne de 1 % par an, inchangée par rapport à l’époque antérieure.

60Pour la Verapaz, l’estimation que nous pouvons faire est à peu près équivalente. En 1821, la population est estimée à 70 000 habitants. Quelque trente ans plus tard, en 1850, elle serait passée à 100 000 habitants environ (A.F. Confling 1850). La croissance serait donc d’environ 1,5 % par an. Compte tenu de l’approximation d’un tel calcul, on peut considérer que la croissance de la Verapaz est, grosso modo, identique à celle du reste du Guatemala.

61Qu’en fut-il dans la zone de Rabinal ? Les données sont trop parcellaires pour répondre avec précision. Mais rien ne permet de penser à un comportement bien différent de celui du reste de la province. Seul élément distinctif que l’on peut évoquer, les accidents démographiques n’ont toujours pas disparu. Le Ministère de l’Intérieur, en 1868, fait état en effet, dans un document d’information, d’épidémies de fièvres malignes dans la région. Certains villages, précise le document, s’en trouvent décimés (AGCA, Comunicaciones, 1868, Ministerio de Gobernación, Leg. 28613). Tout permet de penser que le xixesiècle ne fait que prolonger, dans le domaine démographique, le précédent, sans réelles modifications.

62En revanche, si changement il y eut en ce qui concerne la population, c’est bien dans sa répartition géographique. On observe, dans cette partie de la Verapaz, un phénomène particulier sur ce plan (voir tableau 27). Les quatre villages dont la naissance remonte à la période coloniale – Rabinal, Cubulco, Salamá, El Chol – connurent tous une diminution du nombre de leurs habitants. A Rabinal, leur nombre chuta de 6 405 en 1825 à 6 200 dix ans plus tard, soit une diminution globale de 3 % pendant cette période (AGCA, B11, Exp. 4685, Leg. 205 et B84, Exp. 26153, Leg. 1144). Au village d’El Chol, cette baisse fut plus forte, puisqu’elle atteignit 13 % sur la même période de dix ans (ibid.). Pour Cubulco et Salamá, la baisse ne peut être calculée qu’à partir du nombre des contribuables, celui de la population globale ne nous étant pas parvenu. Pendant la même période de dix ans, Cubulco perdait 8 contribuables par an et Salamá 23, soit des pourcentages globaux de 11 % et 24 % (ibid.).

63Au contraire, les villages récents, c’est-à-dire fondés au xixe siècle – San Gerónimo, San Miguel Chicaj – connurent une évolution inverse. Dans le premier, le nombre des contribuables augmenta de 57 % en dix ans, et dans le second de 55 % pour la même période (ibid.).

64Ces évolutions contradictoires sont le résultat de facteurs différents, jouant tous dans le même sens. Premier élément non négligeable : l’introduction d’une nouvelle méthode de calcul concernant les absents. Depuis toujours, les habitants absents étaient comptabilisés dans leur village d’origine, et non dans leur village d’accueil, même quand il était connu. On décida, en 1825, de comptabiliser les individus uniquement à partir du seul critère de résidence, et non plus à partir de celui de l’origine. De ce fait, les absents – nombreux, rappelons-le – des villages de Rabinal, Cubulco, Salamá et El Chol se trouvaient rayés des listes de recensement dans ces villages. Mais comment expliquer que ce nouveau système comptable n’ait pas les mêmes conséquences pour les autres villages ?

65On touche là la deuxième explication : les villages nouvellement fondés, étaient bien moins peuplés que leurs voisins. La terre y était donc plus facilement disponible, ce qui faisait d’eux des zones d’accueil. D’ailleurs, pour le village d’El Chol, le curé explique la diminution de la population en 1835 par le manque de terres disponibles (AEG, Paq. 3, Exp. 14, BVP).

66Un dernier élément d’explication doit être pris en compte. Les nouveaux villages fondés se trouvent dans des zones périphériques du bassin, ou possèdent des terres dans des régions pratiquement vides.

67Il est donc possible qu’une partie des populations quittant les anciens villages était constituée tout simplement d’Indiens fuyant leurs lieux d’origine de plus en plus investis par les métis. Cette hypothèse peut se trouver confirmée dans le fait que les départs les plus nombreux ont lieu précisément là où les terres sont trop rares, et où la proportion des métis est la plus élevée. Dans les villages d’accueil, ils n’étaient pas absents, mais les nouveaux venus trouvaient moyen de s’en isoler. Parfois aussi, les Indiens cherchaient moins à fuir les métis que leurs propres congénères : à Rabinal, en 1821, les villageois justifient leurs départs par le désir d’échapper à la pression exercée sur eux par les confréries (AGCA, A1, Exp. 7996, Leg. 384).

68Quoi qu’il en soit de la raison expliquant les départs, on retrouve dans ce phénomène la même attitude vérifiable partout ailleurs : la tendance à l’éparpillement. C’est là un autre élément qui modifia profondément la géographie humaine de la région. Progressivement, les gros villages de réduction créés au xvie siècle virent partir leur population vers des zones de plus en plus lointaines. Il est difficile de donner une mesure précise de ce mouvement mais sa réalité ne peut faire aucun doute.

69La difficulté de comptabiliser les habitants est directement liée à cette nouvelle dispersion de la population. Dès 1825, le responsable du recensement pour la Verapaz insiste sur l’éparpillement de la population dans les régions montagneuses pour expliquer l’imprécision des chiffres récoltés (AGCA, B11, Exp. 4685, Leg. 205). Un an auparavant, le responsable de la province, dans un long document, avait expliqué la nécessité des recensements, notamment pour l’établissement de l’impôt. Mais, il ne sous-estimait pas les difficultés à surmonter. Les propositions faites pour essayer de tourner les obstacles ne semblent pas avoir été bien efficaces (AGCA, B84, Exp. 26151, Leg. 1144).

70La réalité de cette incapacité à donner une mesure précise de la population, nous la constatons aisément nous-même. Les recensements sont incomplets. Beaucoup de groupes d’âge, tels les enfants, sont totalement négligés. En fait, les chiffres établis sont plus des estimations que de réels recensements. Cette situation rend, par comparaison, les documents coloniaux du xviiie siècle remarquables de précision.

71En ce qui concerne chacun des villages de la région, le mouvement centrifuge de la population indienne est, pour l’essentiel, aisément constatable, et ne cesse de s’aggraver tout au long du siècle. Libérés des obligations de résidence, de plus en plus nombreux furent ceux qui, parmi les indigènes, se déplacèrent vers la périphérie des terres villageoises, puis même au-delà, sur les baldíos, où non seulement ils cultivaient, mais où ils s’installaient aussi à demeure. C’est bien à une véritable reconquête que nous assistons. Les indigènes retournaient progressivement sur des terres que leurs ancêtres avaient dû abandonner sous l’effet de la réduction des populations menée par les dominicains.

72Le cas de Cubulco est à cet égard le plus révélateur. En 1773, celui-ci avait obtenu un titre de propriété pour 229 caballerías de terres communales. En 1858, un conflit opposa le village à Rabinal. La mesure des ejidos respectifs fit apparaître que celui de Cubulco ne pouvait être compris sur la seule rive droite du Chixoy. Aussi, le juge de terre céda-t-il au village, sur la rive gauche, le complément nécessaire, sans le mesurer précisément. En 1903, le peuplement de cette zone se développant, Cubulco, demanda une délimitation précise de ses terres autour de Caüinal et Chimeagua, ainsi que l’acquisition de nouveaux terrains. Pour justifier leur demande, ils expliquèrent :

  • 4 “Cawinal : ce mot signifie “nos ancêtres”, et on a donné au fleuve ce nom parce qu'il naît à l'end (...)

“Cawinal : esta voz significa “nuestros abuelos” y se ha dado al río este nombre porque viene del propio lugar donde antiguamente se hallaba situada la actual poblacion de Cubulco, punto donde hasta hoy día se encuentran muchas ruinas de edificios indios. Es una de las razones que los cubuleros alegan para pretender que todos los parajes inmediatos les pertencen en propietad”" (AEG, Paq. 12, Exp. 8, El Quiche)4

73En s’exprimant ainsi, c’est cette notion de reconquête que mettent en avant les Cubuleros, près de quatre siècles après avoir été chassés de leurs terres. Une telle tendance facilita, on s’en doute, l’éparpillement des populations. Les recensements durent d’ailleurs progressivement en tenir compte. Ainsi, celui de 1872, à Salamá : après avoir recensé les contribuables du centre de la commune, quartier par quartier, le document énumère ceux qui sont présents dans chacun des six hameaux reconnus (AM Salamá, Paq. 37).

74L’Indépendance marqua donc l’éclatement de la réduction. Certes, dès le xviiie siècle, les tensions internes, l’impossible application des règles édictées avaient accumulé les menaces sur le système en place. L’Indépendance lui porta un coup fatal. Les propriétaires divisés en plusieurs groupes, sa population éparpillée sur des distances considérables, dépossédée de son existence légale, la réduction perdit toute réalité. Un simple village, juxtaposition d’individus ou de groupes familiaux, était né, où la population présente n’avait plus les mêmes caractères, et n’entretenait plus les mêmes relations ou les mêmes conflits qu’un siècle auparavant.

B – LA REDUCTION INVESTIE

75Les profondes modifications imposées à partir de l’Indépendance ne purent que transformer le visage des réductions qui n’avaient pratiquement pas évolué depuis leur fondation. La nature de la population présente dans le village est un premier révélateur de ce changement. La multiplication des métis dans les anciennes réductions est contemporaine de la première période libérale. Malheureusement, sur l’importance de ce phénomène, il nous est impossible de donner une mesure précise. Les recensements établis à partir de 1821 ne distinguent plus les différents groupes composant la population. Nous ne pouvons connaître le phénomène de la ladinisation qu’à travers des appréciations portées par les contemporains.

76En 1821, nous savons que dans les villages étudiés ce phénomène était déjà en cours. Rappelons simplement quelques chiffres : à Rabinal, les métis représentaient environ 10 % de la population totale, 40 à Salamá, la quasi-totalité de la population à El Chol. Ce processus de ladinisation, bien engagé, est à nuancer par le fait qu’à Cubulco les métis ne formaient, à la même date, que 1 ou 2 % de la population totale, et seulement 5 à 6 % de celle de la Verapaz dans son ensemble. Qu’en fut-il par la suite ?

77Selon C.E. Brasseur de Bourbourg, la fin de la première décennie de l’Indépendance coïncida avec la croissance rapide des métis. L’explication résiderait dans le fait qu’en 1829, le départ des dominicains chassés de la région fit disparaître le dernier rempart à l’invasion métisse (CE. Brasseur de Bourbourg 1946). Certes, CE. Brasseur de Bourbourg était bien placé pour savoir de quoi il parlait : prêtre à Rabinal en 1855-1856, il put se rendre compte, de visu, de l’importance de la ladinisation. Néanmoins, son explication n’emporte pas vraiment la conviction, pour deux raisons au moins. Son caractère mécanique d’abord ; et son refus de placer le problème dans une perspective historique, tenant compte de ce qui s’était passé avant l’Indépendance. En fait, on a l’impression que C.E. Brasseur de Bourbourg tente de défendre les membres du clergé victimes des libéraux, précisément à une époque où ces derniers n’étaient pas en odeur de sainteté auprès du pouvoir conservateur de Rafael Carrera.

78Une autre estimation, plus tardive, donne une appréciation exactement inverse à celle-ci, et est reprise par N. Teletor dans son livre sur le Guatemala indigène. Il affirme en effet que la majorité de la population comptabilisée en 1881 à Rabinal était indienne (N. Teletor 1955 :16). Cela signifierait que le pourcentage de métis, connu en 1821, n’aurait pas beaucoup varié tout au long du xixe siècle.

79C’est un peu ce que pense M. Morner, qui considère que les lois décidées après l’Indépendance dans les pays nés de l’empire espagnol ne firent que confirmer une situation déjà ancienne. Au contraire même, il estime que, après l’Indépendance, le rythme de la pénétration métisse se ralentit progressivement. Il explique ce phénomène par l’existence d’une conjoncture économique défavorable, et surtout par l’agitation politique qui marque la première moitié du xixe siècle dans les nouveaux états (M. Morner 1970 :337 sq).

80Il est difficile de trancher ce qu’il en fut réellement pour les villages étudiés. Il apparaît toutefois que quelques indices peuvent faire croire à une augmentation de la population métisse. Parmi eux, celui du maintien régulier de la croissance démographique pourrait être important. Nous avons pu observer qu’au xviiie siècle, l’essentiel de la croissance était fourni par les ladinos. Or, au xixe siècle, le même rythme se maintient sans que le comportement indigène paraisse se modifier. On peut également tenir compte d’un deuxième fait. Au xixe siècle, la région de Rabinal vit naître de nouveaux villages : San Gernimo, Granados, Purulhá, San Gabriel. Les deux premiers étaient exclusivement ladinos. A San Gerónimo, s’installèrent métis, mulâtres et Noirs venus de l’hacienda dominicaine. Libérés de leur situation d’ouvriers agricoles, devenus villageois à part entière, ils commencèrent à leur tour à faire pression sur les terres du bassin, en s’y répandant. A Granados, l’on retrouvait la même situation : y habitaient essentiellement des miliciens, issus de l’armée après leurs années de service. La quasi-totalité d’entre eux étaient des métis.

81S’il n’est pas encore établi de façon irréfutable que la population métisse augmenta régulièrement au xixe siècle, il est en revanche évident que son poids ne cessa, lui, de s’affirmer, à l’intérieur des villages d’abord, à l’échelle de la province ensuite.

82Les ladinos tendirent à s’approprier tout ou partie des charges municipales. A Rabinal, par exemple, de la liste des alcaldes du xixe siècle, disparaissent les noms indiens, et surtout ceux des caciques : Thot, ou encore Suyén, Pérez... De plus en plus, pour ces mêmes charges, des noms espagnols deviennent la règle. On constate d’ailleurs, de façon très simple et très concrète, que les lettres des autorités municipales en général sont rédigées dans un espagnol très correct. Il faut bien admettre que cette hispanisation de la mairie est liée à sa ladinisation.

83Un exemple de 1835 confirme cette évolution. Lors d’un procès de terre, les autorités municipales de Rabinal sont amenées à signer une déclaration. L’alcalde primero, auteur du texte, s’appelle Bonifacio Ericastilla, mayordomo de l’hacienda communale de Panzú. C’est un ladino bon teint, dont les descendants sont encore présents à Rabinal et figurent parmi ce que l’on peut appeler “l’élite villageoise”. Parmi les autres membres de la municipalité, aucun n’est à même de signer : il est probable qu’une partie d’entre eux étaient des indigènes... (AEG, Paq. 3, Exp. 21, BVP). Quel meilleur symbole de la prise du pouvoir villageois par les métis ?

84Cette évolution fut d’ailleurs probablement inégale d’un village à l’autre. C’est à Salamá qu’elle est la plus prononcée, alors que Cubulco est, une fois encore, moins touché. Mais, petit à petit, cette prise de pouvoir métisse se généralisa. En 1870, Cubulco même connaissait cette situation : un alcalde métis et des alcaldes secundos indigènes. Sans doute en était-il alors de même pour tous les villages de la région (AEG, Paq. 5, Exp. 2, BVP). Seule la rapidité de l’évolution varie. Ce que confirme la chronologie de l’obtention du titre de villa par les villages étudiés : Salamá l’obtint en 1825, tout comme Rabinal, mais Cubulco en 1923 seulement. Entretemps, en 1833, Salamá, devenue capitale régionale, était promue au rang de ciudad (M. Morales Urrutia 1961).

85Il nous faut d’ailleurs préciser qu’à l’échelle provinciale, on retrouve cette prise de pouvoir ladina. Dès 1821, Cobán, capitale de la Verapaz depuis deux siècles et demi, ayant rang de ville impériale, se trouva supplantée dans ce rôle par Salamá. L’explication ? C’est le jefe politico – successeur de l’alcalde mayor – qui la donne de façon très claire : la forte proportion de ladinos à Salamá faisait que la vie y était plus agréable ; à quoi on peut ajouter la plus grande proximité de la capitale et des communications plus faciles (J. Haefkens 1969).

  • 5 A cette date, la province de Verapaz fut divisée en deux départements dits de Haute et de Basse Ve (...)

86Certes, Cobán resta jusqu’en 1833 le chef-lieu de la province5, mais dès l’Indépendance, les autorités administratives s’éloignaient du monde indien, alors qu’au contraire le monde métis s’identifiait au nouveau pouvoir.

87L’Indépendance signifia donc pour la région de Rabinal la fin du particularisme dont elle avait bénéficié pendant toute la période coloniale. Ramenée au statut commun, elle connut une évolution qui la rapprocha des régions voisines. Cette importance nouvelle du monde métis, peut-être moins en chiffres qu’en pouvoir, impliqua l’évolution des rapports entre ce groupe et le monde indigène.

C – SOLIDARITES ANCIENNES, CONFLITS NOUVEAUX

88Le renouvellement de la population vivant dans les villages se traduisit par l’apparition de conflits qui, pour ne pas être toujours nouveaux, présentaient cependant une acuité inaccoutumée. La prise du pouvoir dans les villages par les métis ne dut pas se faire sans résistance, ou tout au moins sans opposition de la part des anciens responsables villageois. La législation était devenue défavorable à la communauté indigène en tant que groupe. Il n’y avait donc aucune possibilité de faire appel à la justice, recours suprême avant l’Indépendance.

89Dans les villages de la région étudiée, cela se traduisit par une violence nouvelle dans les rapports entre Indiens et métis. La période de la lutte pour l’indépendance avait été, par son incertitude concernant les réformes attendues par les uns et les autres, un facteur d’aggravation dans leurs relations.

90En 1818, à Salamá, le conflit latent entre Indiens et ladinos prit une tournure plus violente. Les premiers s’interrogeaient surtout sur le fait du maintien ou de l’abrogation du tribut. Celui-ci était en effet récolté par un ladino, D. Pedro Anebillago, qui prélevait un pourcentage sur le tout. Aussi, soutenu par d’autres métis probablement intéressés à ces prélèvements, il menaçait les Indiens, rétifs au paiement, de vendre les troupeaux des confréries pour payer le tribut (AGCA, A1, Exp. 24595, Leg. 2800). Il ne semble pas que l’on soit arrivé à cette extrémité, mais les menaces illustrent bien les tensions. D’ailleurs, la révolte de 1821 fut dirigée contre les ladinos bénéficiaires de certaines rentes dans la vente du tabac.

91Les années suivantes ne calmèrent en rien ces rivalités. Près de trente ans plus tard, C.E. Brasseur de Bourbourg évoque la tension régnant à Rabinal entre métis et Indiens. Il précise que, quelques mois avant son arrivée au village, les Indiens de Rabinal s’étaient soulevés contre les ladinos (CE. Brasseur de Bourbourg 1946 : 71). Dans ce mouvement, la différence avec les révoltes anti-ladinos de la période antérieure est grande. Avant 1821, les métis n’apparaissaient que comme le relais du pouvoir et de l’exploitation coloniale. Après l’Indépendance, c’est leur pouvoir lui-même et leur domination que rejettent les indigènes.

92Cette opposition virulente s’accompagna d’une révision des relations au sein même du monde indigène, et notamment dans l’institution du pouvoir qu’étaient les confréries. Les principales et autres alcaldes, anciennes élites villageoises, acceptaient mal la concurrence des ladinos nouveaux venus. Cela se traduisit par l’existence d’une municipalité double : d’un côté, la municipalité officielle, élue ou nommée par le pouvoir politique selon la situation ; de l’autre, les principales refusant les nouvelles autorités, profitant de leur prestige encore réel et s’appuyant sur les sentiments anti-ladinos de la population indigène.

93Mais bien souvent, l’attitude d’une partie de celle-ci face aux confréries reste ambiguë : moyen de contrôle traditionnel de la population indienne, les confréries tendent à devenir le dernier refuge pour les indigènes qui refusent aussi bien le nouveau pouvoir métis que celui des principales, promus et enrichis par le système. Cela est facilité par les aléas de la vie des confréries. Connaissant un fonctionnement des plus irréguliers, voire parfois semi-clandestin, elles échappaient en partie aux principales. De ce fait, les confréries devinrent bien vite le centre de la résistance indigène.

94C’est surtout pendant la période conservatrice, de 1839 à 1871, que cette tendance se concrétisa. Rabinal constitue une exception en raison de la personnalité de CE. Brasseur de Bourbourg et de ses bonnes relations avec les confréries. En fait, d’une façon générale, les confréries accentuèrent leur rôle de foyers d’opposition aux pouvoirs extérieurs. C’est seulement l’avènement de la république libérale qui, par ses décisons économiques, administratives et religieuses, rendit caduque la capacité de résistance des confréries. Dépossédée de tout moyen de contrôle sur les terres communales disparues, perdant donc tout prestige et toute utilité vis-à-vis des villageois, la confrérie devint alors, selon M. Demyk, un élément du folklore indigène (M. Demyk 1976).

95Le xixe siècle fut pour la Verapaz une période de transformations profondes. L’Indépendance guatémaltèque signifia le triomphe d’idées qui niaient l’originalité indigène. Sous couvert de nationalisme, d’assimilation et d’intégration, on imposa aux Indiens des conditions nouvelles dans leur rapport à la terre comme dans leur organisation sociale. Dans le domaine agraire, les indigènes furent progressivement privés de la structure collective qu’était la réduction. Plus simplement, on appliqua à ce problème une solution libérale : toute parcelle devait relever d’un propriétaire individuel. Toutes les propriétés collectives furent donc peu à peu démembrées assurant a l’aube du xxe siècle la généralisation de la propriété individuelle.

96Cette évolution signifia aussi un éparpillement de la propriété foncière à un niveau tel qu’il généralisa en Verapaz le minifundisme. Enfin, la disparition des structures collectives indigènes facilita le départ des populations vers la périphérie de la région, c’est-à-dire vers des terres pauvres et difficilement exploitables. De tels bouleversements agraires s’accompagnèrent de réelles et profondes mutations dans la société indigène, née avec la conquête évangélique.

97Aux réductions ne groupant, théoriquement, qu’une population indigène succédèrent des villages ouverts à tous ceux qui souhaitaient s’y installer. Ce passage signifia, pour les indigènes, la perte des moyens assurant la préservation de leur identité. Certes, la confrérie resta l’un des derniers lieux où celle-ci pouvait s’exprimer. Dépassant les rivalités de la période coloniale, elle permit aux villageois indigènes de garder une structure d’accueil, servant parfois de contre-pouvoir vis-à-vis des nouveaux pouvoirs villageois détenus par des métis ou des principales ralliés aux autorités ladinas. Malgré cela, la confrérie ne put empêcher le fait que, sans la protection offerte jusqu’alors par la Couronne espagnole, amené au rang de citoyen, mais sans posséder de moyens réels pour exercer ses droits, l’Indien passa d’une soumission à l’autre ou... d’une colonisation à l’autre.

Notes

1 Une telle décision devait être prise par le jefe politico de la province, après enquête dans et hors du village. L'expérience des siècles antérieurs montre qu'en général les fonctionnaires considéraient très rarement qu'un village ait pu manquer réellement de terres. Quant aux témoins recherchés, leur partialité coutumière empêchait de compter vraiment sur eux.

2 Celui-ci “découvrit” en effet avec surprise l'étroitesse de l'ejido du village, et décida que toute vente dans la région devait se faire en priorité au bénéfice d'El Chol (AM El Chol et AEG, Paq. 3, Exp. 10, BVP).

3 Ce fut le cas en 1833 pour une famille vivant à Las Minas et possédant son título (document fourni par la municipalité de San Miguel Chicaj). On retrouve la même situation en 1836 sur les terres de Salamá, à Paniná, où vivaient 107 familles, soit 609 personnes (AEG, Paq. 4, Exp. 10, BVP).

4 “Cawinal : ce mot signifie “nos ancêtres”, et on a donné au fleuve ce nom parce qu'il naît à l'endroit même où était situé autrefois le village de Cubulco, endroit où l'on trouve encore aujourd'hui beaucoup de ruines d'édifices indiens. C'est une des raisons que les Cubuleros mettent en avant pour prétendre que toutes les régions voisines leur appartiennent en propriété.”

5 A cette date, la province de Verapaz fut divisée en deux départements dits de Haute et de Basse Verapaz, dont les chefs-lieux étaient respectivement Cobán et Salamá (M. Morales Urrutia, División política y administrativa... op. cit. 1961).

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter