Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terre et société coloniale

 | 
Michel Bertrand

Troisième partie. Le rejet du système colonial (1750-1821)

Chapitre VII. La soif de terre (1750-1820)

Texte intégral

1La remise en cause du système colonial guatémaltèque, qui commence à se manifester dans la deuxième moitié du xviiie siècle, connut, outre les aspects déjà développés dans le chapitre précédent, une expression plus matérielle, centrée sur les problèmes fonciers. La stabilité coloniale que l’on avait voulu fonder sur la terre perdait de plus en plus la réalité qu’elle n’avait atteinte qu’avec bien des difficultés, et de manière incomplète. Aussi, la terre devint-elle un nouvel enjeu entre les composantes de la société coloniale.

2Il convient ici de se demander si cette rivalité, qui ne va cesser de s’aiguiser autour de la terre, correspond à une nécessité – humaine, économique – ou si elle n’est, somme toute, qu’un prétexte utilisé à des fins contradictoires par les différentes parties prenantes du monde colonial. Autrement dit, cette lutte pour la terre coïncida-t-elle ou non avec des transformations sociales ? Ou ne fut-elle qu’un épiphénomène, simple agitation – violente parfois – à la surface de l’histoire coloniale ? Cela revient en fait à s’interroger sur les origines profondes du mouvement indépendantiste. Les mutations foncières – et sociales, si elles eurent lieu – préparent-elles la rupture avec la mère-patrie ? Peut-on voir dans le réaménagement foncier de la fin du xviiie siècle une annonce des revendications qui éclatèrent lors de l’Indépendance ?

3A ces questions de fond concernant l’histoire guatémaltèque, s’ajoutent des problèmes plus précis, plus propres peut-être à la région de Rabinal. La lutte pour la terre ne fit qu’aggraver les rivalités et les contradictions sociales. Celles-ci éclatèrent entre les différents propriétaires, selon leur nature, leur importance, leur rôle économique. Elles en vinrent même à opposer entre eux les villages voisins, de même origine, et traditionnellement plutôt solidaires. En fait, la disparition quasi-générale de cette solidarité et l’apparition d’un véritable “nationalisme de clocher” n’étaient-elles pas les fruits de la politique de réduction ? L’isolement horizontal, tant désiré, des populations indiennes n’était-il pas devenu une réalité ? Mais, en même temps, ces rivalités inter-villageoises rendaient la situation plus explosive, plus difficilement contrôlable. Ne facilitaient-elles pas l’apparition de nouvelles revendications ?

4Aussi est-il intéressant, pour répondre à ces interrogations, de tenter de dresser un tableau de la situation à la veille de l’Indépendance, en ayant à l’esprit la question suivante : les transformations de la propriété foncière sont-elles révélatrices des bouleversements sociaux en cours ? N’assiste-t-on pas au début du triomphe métis, et, en contrepartie, à un asservissement – différent mais tout aussi réel – des populations indigènes ?

I – REVE OU BESOIN ? LA REALITE D’UN PHANTASME

5A partir de la deuxième moitié du xviiie siècle, la lutte pour la terre – dans la région étudiée tout au moins – semble devenir plus aiguë. Certes, dans la période antérieure, une telle concurrence avait existé. Mais elle n’avait jamais pris le caractère excessif qu’elle revêtit dans cette fin de période coloniale. Avant d’étudier l’impact d’un tel phénomène, nous voudrions nous interroger d’abord sur la réalité de cette lutte.

6L’évaluation du nombre des procès relatifs à la terre pendant la période qui nous intéresse est un bon point de départ. Nous garderons, pour la facilité de la comparaison avec la période antérieure, la division de la région d’étude en trois zones distinctes. Entre 1750 et 1821, c’est une centaine d’affaires de terres qu’eut à trancher le juge affecté à ces problèmes. Pour les quelques villages de la zone et l’ensemble de la région d’étude, ce sont presque deux affaires par an qui occupèrent l’administration coloniale. Si l’on compare avec les années antérieures, l’accroissement de la demande de terre apparaît évident : de 1550 à 1750, les archives ne nous avaient livré qu’une quarantaine d’affaires. On peut affiner la mesure en distinguant les différents types de documents retrouvés. Dans la deuxième partie du xviiie siècle, la part des composiciones de tierras ne cesse de diminuer au profit des procès fonciers entre voisins. C’est là un signe clair de l’alacrité de plus en plus grande dans la lutte pour la terre.

7Dans cette réalité nouvelle, les plus dynamiques semblent être les propriétaires privés ; ils apparaissent exclusivement dans des affaires de composiciones. Par contre, les communautés indigènes, tout comme les religieux dominicains, sont beaucoup plus souvent à l’origine de procès pour délimitation de propriétés. Pour les plus anciens occupants de la région, il s’agit avant tout de préserver les biens possédés. La combativité nouvelle des uns et des autres dans l’accès à la terre se trouve confirmée dans la durée de plus en plus longue des procédures judiciaires. Celle-ci correspond à la multiplication des demandes d’enquêtes, de témoignages, d’appels entravant le fonctionnement du système.

8L’étude du problème foncier laisse indéniablement le sentiment de son aggravation dans la deuxième moitié du xviiie siècle. A travers les arguments utilisés par les protagonistes, on peut essayer de connaître les raisons qu’ils se donnaient à eux-mêmes et aux autres. Celui utilisé le plus systématiquement repose sur la pression démographique. C’était bien sûr dans les villages que cette situation était ressentie avec le plus d’acuité, et c’est surtout par eux que ce problème est évoqué. Or, nous avons vu que, dans la région, la croissance démographique était loin d’avoir une vigueur exceptionnelle. Mais la modification constante de la situation antérieure, née d’une reprise démographique réelle, n’en amenait pas moins les villageois à une grande sensibilité à ce problème. Celle-ci se trouvait renforcée par le sentiment d’envahissement autour des réductions, lié à la multiplication de propriétaires de plus en plus proches des terres villageoises. En fait, il apparaît que le problème démographique, pour réel qu’il soit, ne peut constituer qu’une explication partielle de la réalité foncière.

9Même si les acteurs n’en avaient pas toujours conscience, les rivalités foncières s’alimentaient aussi beaucoup des clivages économiques qui distinguaient les différents groupes sociaux. C’est le cas entre les éleveurs et les agriculteurs ; c’est le cas également entre ceux qui s’adonnaient aux cultures commerciales et ceux qui se cantonnaient dans les cultures vivrières. Comme nous l’avons vu, ces lignes de partage ne recoupent pas exactement l’opposition entre propriétaires privés et terres communales, même si ce clivage en était un des éléments de base.

10Au-delà de ces conflits d’ordre économique, un dernier argument alimentait les tensions foncières dans la région : les inégalités sociales. Celles-ci étaient d’abord internes à la société de la réduction, au sein de laquelle les contradictions ne cessaient de s’aggraver. Un exemple en illustre la gravité : à San Miguel Chicaj, il y avait, en 1818, 26 % des tributaires sans terre, soit 266 personnes (AEG, Paq. 3, Exp. 2, BVP et AGCA, A3, Exp. 5160, Leg. 252). Des situations analogues avaient cours à Rabinal (AEG, Paq. 2, Exp. 7 et 9, BVP), et à Salamá (AM Salamá, Paq. 3). Pourquoi une telle inégalité ? Elle tient essentiellement à ce que les responsables des villages cherchaient à tirer un profit personnel des terres collectives. Dans certains cas, ils s’en emparaient et refusaient de les mettre à la disposition des villageois. Parmi les nombreux exemples, on peut citer, en 1781, le cas de la famille Ramones, propriétaire de terres en quantité non négligeable. En 1752, elle acquit une vingtaine de caballerías dans la zone de Pachalum, voisine de l’ejido de Salamá. Ne pouvant sans doute couvrir la totalité des frais engagés, elle fut aidée par la municipalité de Salamá dont elle relevait, et qui accepta de régler la moitié du prix. En contrepartie, la terre acquise restait ouverte aux villageois. C’était une manière d’élargir l’ejido du village. Or, en 1781, la famille se comportait en propriétaire exclusif des terres acquises en 1752. Contrairement à l’accord, elle prélevait sur les indigènes travaillant là un loyer. Plus tard, les Ramones vendirent même leurs terres à des métis, sans le moindre accord des autorités municipales (AM Salamá, Paq. 3 et AGCA, A1, Exp. 24579, Leg. 2799). Dans d’autres cas, les responsables des villages allaient, comme à Rabinal en 1750, jusqu’à vendre les terres collectives pour leur compte personnel.

  • 1 Sans vouloir réduire le conflit Indiens/métis à une simple expression socio-économique, il nous se (...)

11Un autre aspect des inégalités sociales tient au rejet hors de la légalité coloniale de ceux qui ne pouvaient s’intégrer à l’un des deux groupes sociaux constituant le fondement du monde hispano-américain. Cependant, les ladinos étaient de plus en plus nombreux, notamment dans la région. N’ayant aucune structure d’accueil, ils y devinrent rapidement les principaux acquéreurs fonciers, et donc les rivaux des villageois dans le contrôle de la terre1. Cette opposition Indiens/ladinos ne naquit pas naturellement dans les rivalités foncières, mais y trouva un des aliments essentiels à son développement et à sa perpétuation.

12En définitive, dans la deuxième moitié du xviiie siècle, les causes les plus profondes de la course à la propriété foncière étaient principalement sociales et idéologiques. La vision que les uns avaient des autres, les dissensions internes dans les réductions, le sentiment d’une invasion incontrôlable, le désir d’obtenir une reconnaissance toujours refusée, créèrent sans doute plus artificiellement que réellement cette demande foncière caractéristique de la fin du xviiie siècle.

II – LA DESTABILISATION COLONIALE

13Celle-ci fut le résultat du désir d’acquisition et de contrôle de la terre par des individus de plus en plus nombreux. Face à cette demande grandissante, l’offre ne pouvait suivre. D’autant que les caractères géographiques de la région étudiée limitaient les zones attrayantes. Les rivalités foncières ne purent donc que s’aggraver, prenant souvent un caractère violent. Ainsi, alors que la Couronne attendait de sa politique foncière une stabilisation de la propriété et une pérennité du système colonial, celle-ci fut en partie à l’origine de la de structuration de ce même système. Pourquoi cette contradiction ? C’est à cette question que nous essaierons de répondre maintenant, en nous intéressant aux différents caractères – géographiques, sociologiques, économiques – de l’appropriation foncière entre 1750 et 1821.

A – LES ACQUEREURS DE TERRES

14La fin de la période coloniale vit se dérouler dans la région de Rabinal 64 procédures de composiciones. C’est dire que celles-ci connurent un rythme soutenu, à raison d’une moyenne d’un achat de terre royale par an. La totalité de ces acquisitions signifie la distribution d’environ 1 600 caballerías. Ce furent donc plus de 70 500 hectares qui passèrent de la propriété royale à celle de particuliers ou de communautés. L’ampleur du phénomène est loin d’être négligeable, et il est aisé de comprendre que par ce fait seul, la société de la région s’en trouva affectée.

15Mais, pour mieux mesurer l’origine et l’impact de cette soif de terre dans le bassin de Rabinal, il est utile de chercher à connaître les bénéficiaires de ces composiciones (voir tableau 17). Sur les 64 acquisitions recensées, 16 furent réalisées par les communautés indigènes, soit près du quart de l’ensemble, et 32 par des individus indifférenciés dans les documents, soit plus de la moitié du total. Ces deux catégories sont donc largement dominantes, ne laissant à l’ensemble des autres groupes sociaux que des miettes. C’est ainsi que les appropriations indigènes, à titre personnel, ne représentent que 7 cas, soit 10 % du total. Les dominicains se voient, eux aussi, relégués loin derrière les catégories dominantes, avec 4 obtentions de títulos, soit 6 % des achats à peine... Les Espagnols et les métis représentent quant à eux des pourcentages encore plus faibles : 3 et 4 % respectivement.

16Avant de tenter une analyse de ces données, il est nécessaire de rappeler quelles sont les personnes qualifiées d’“indifférenciés”. Comme nous le précisions pour la période antérieure, on peut en fait considérer que la très grande majorité de ces individus sont des ladinos, voire peut-être des Espagnols. En effet, entre 1750 et 1820, seuls deux cas – en raison des noms des individus, mais aussi de leur incapacité à s’exprimer en espagnol lors du procès – semblent correspondre à des indigènes. Avec une marge d’erreur infime, on peut donc considérer que 90 % des acquéreurs indifférenciés sont à inclure dans la catégorie des métis.

17La comparaison intéressante à établir concerne alors les achats de terres par les villages d’une part, et par l’ensemble des non-indigènes d’autre part : Espagnols, métis et la quasi-totalité des indifférenciés. Si les premiers représentent toujours 25 % des acquisitions, les seconds emportent 53 % des achats fonciers dans la région entre 1750 et 1820. Les autres catégories apparaissent vraiment pour ce qu’elles sont devenues : négligeables.

18Une double conclusion est à tirer de cette réalité. Il faut d’abord constater l’ampleur de la pénétration métisse et espagnole. Celle-ci, déjà observée pour la période antérieure, prend en cette fin du xviiie siècle les proportions d’une véritable “invasion”. Face à cette ladinisation de la propriété foncière, la résistance indigène passa quasi exclusivement par celle des communautés. L’accroissement de la propriété privée indigène ne représente plus que 7 % des surfaces acquises et 9 % du nombre des acquisitions ; c’est dire que la collectivité indigène, imposée à partir de la deuxième moitié du xvie siècle, avait été totalement assimilée par la population indienne. Cette dernière avait trouvé là un moyen, le seul sans doute, pour s’opposer à la pénétration espagnole. Cette résistance ne peut d’ailleurs être tenue pour négligeable, l’ensemble des villages de la région réussissant à obtenir 44 % des surfaces vendues par la Couronne.

19Une dernière remarque est nécessaire, afin de ne pas fausser l’analyse de la situation foncière. Si les religieux ne représentent qu’une faible part des acquéreurs en nombre d’achats, ils atteignent toutefois le score non négligeable de 16 % des surfaces distribuées. C’est là le signe que la propriété dominicaine, fortement établie depuis le xvie siècle, sut maintenir sa position de domination sur la région par quelques achats importants, dont un de 150 caballerias !

20Cette fin du xviiie siècle marque bien l’aboutissement de l’évolution observée pendant les siècles précédents : spoliation des indigènes, pénétration métisse, domination dominicaine. Les mêmes éléments sont encore en place et évoluent toujours dans le même sens.

21Sur la toile de fond ainsi dressée, il nous est possible d’aller plus avant en précisant le statut social des acquéreurs. Celui-ci demande à être établi en cherchant au-delà des distinctions retenues par l’administration espagnole. Deux variantes peuvent permettre une telle analyse : l’origine géographique des acheteurs et leur profession.

22Dans un premier temps, nous nous sommes limité aux terres acquises par des propriétaires individuels. On constate ici l’importance des achats réalisés par des individus d’origine locale, c’est-à-dire vivant dans la zone étudiée : c’est le cas pour 66 % d’entre eux. Au fur et à mesure que l’on s’éloigne de la région de Rabinal, moins nombreux sont les propriétaires. Seuls ceux issus des régions voisines – reste de la Verapaz, Quiché, Acasaguastlán – pèsent encore d’un certain poids : ils représentent 20 % des acquéreurs. Au-delà, les achats de terres par des propriétaires résidant à la capitale ou dans le reste de la Capitainerie, et à fortiori en métropole, sont négligeables. C’est bien là le signe du faible attrait de la région de Rabinal aux yeux de l’extérieur. L’origine géographique des propriétaires, combinée avec la taille des terrains acquis, permet un autre constat d’importance (voir tableau 18). On note ainsi que, pour les propriétaires locaux comme pour ceux de la région, la part de chaque type de propriété – grande, moyenne ou petite – est à peu près égale. En revanche, quand le propriétaire est d’origine lointaine, les surfaces acquises sont toujours grandes.

23Cette relation entre surface achetée et origine géographique des propriétaires est renforcée si l’on peut comptabiliser aussi les propriétaires collectifs. Il est vrai que ces groupes sont tout à fait particuliers. Les dominicains sont tous d’origine métropolitaine, et pourraient être comptabilisés parmi les propriétaires d’origine espagnole. On peut toutefois considérer que l’important n’est pas l’origine géographique des pères, mais plutôt la ville où est installé le couvent propriétaire. Il apparaît alors que les religieux relèvent de la troisième catégorie, c’est-à-dire de ceux qui vivent dans la capitale. Or, les dominicains constituaient le principal propriétaire foncier de la zone étudiée. Ainsi renforcent-ils la relation entre grands domaines et propriétaires d’origine lointaine.

24En ce qui concerne les villages, le problème est légèrement différent. Propriétaires et acquéreurs de grandes surfaces, ils ne pouvaient avoir le choix de la localisation des terres : celles-ci devaient, par nécessité, être situées dans la région même. Toutefois l’importance des achats réalisés tout au long de cette deuxième moitié du xviiie siècle signifia progressivement l’épuisement des grandes surfaces disponibles. Aussi, l’on voit les villageois acquérir des terres, en grande quantité, de plus en plus loin de chez eux. C’est ainsi que Salamá, en 1795, acheta 18 caballerías hors de la région à proprement parler, près de Tactic (AGCA, Al, Exp. 53308, Leg. 6041). Cela confirme donc bien, par le phénomène inverse, la relation mise en évidence précédemment.

25La deuxième variable, concernant la fonction des acquéreurs, constitue également un bon moyen pour connaître les propriétaires attirés par la région. Il faut toutefois préciser que sont exclus de cette étude les villageois et les religieux. Dans ces deux cas, leur fonction était en fait déterminée par leur place dans la société coloniale. Pour les autres, on constate que la quasi-totalité des propriétaires sont des agriculteurs-éleveurs, ne pratiquant pas, ou très peu, l’absentéisme. De plus, tous ceux qui achètent des terres dans la région entre 1750 et 1820 y possédaient déjà des domaines. En fait, on ne trouve pas d’investisseur attiré par la valeur-placement de la terre. Pas de nobles, pas de grands commerçants de la capitale. Seul un haut fonctionnaire, Antonio Palomo, alcalde mayor de Verapaz, acquit entre Rabinal et le valle de Urrán une propriété au début du xixe siècle (AEG, RTT, T. 18, Fol. 234v°).

26Cette enquête montre que ne s’intéressèrent à la région que ceux qui pouvaient en extraire directement quelques revenus : soit des agriculteurs ou éleveurs exploitant l’essentiel de leurs terres en faire-valoir direct, soit des fonctionnaires pour lesquels la mise en valeur de la région signifiait des revenus supplémentaires potentiels. La société coloniale de Rabinal était bien constituée des “classes moyennes” de la colonisation. En fait, il semble bien que l’élite coloniale du Guatemala n’était présente que près de la capitale, dans le Valle de Guatemala (A. de Fuentes y Guzmán 1932-1938 et S. Martínez Peláez 1976). Il est probable qu’au-delà de cette zone privilégiée n’intervenaient que des propriétaires moins prestigieux, moins riches également. La situation de Rabinal n’aurait donc rien de surprenant : elle serait celle de la plus grande partie des terres de la Capitainerie générale. Il serait bon que des études ultérieures confirment ou infirment cette hypothèse.

27Si les acquéreurs de terres, et surtout les principaux bénéficiaires de ce mouvement foncier, nous sont maintenant connus, il nous faut cerner la géographie de ces achats. C’est là un critère de toute évidence fondamental pour qui veut mesurer avec précision la réalité des acquisitions foncières et surtout leur impact sur la société régionale.

B – LES INSTALLATIONS NOUVELLES

28Des 64 composiciones dont nous avons retrouvé la trace, 42 seulement donnent suffisamment d’informations pour rendre possible une localisation. Nous avons pu ainsi répartir ces cas en tenant compte du lieu et de la surface (voir tableau 19). Comme nous l’avions fait pour les années antérieures, la région a été divisée en trois zones aux caractères très distincts, et les propriétés également réparties entre trois catégories : petites, moyennes et grandes.

29En ne tenant compte pour l’instant que du critère géographique, on constate que le bassin reste la zone prioritaire d’accueil, avec 43 % des achats. La région des valles ne compte plus que 33 % des acquisitions, et celle du nord 24 %. C’est dire que dans les valles les possibilités d’achats se raréfient progressivement, si l’on compare avec les périodes antérieures. C’est le résultat d’une pénétration métisse régulière depuis le xviie siècle. Par contre, et la nouveauté est grande, la zone nord de la région voit sa part croître de manière spectaculaire. Pourtant, tous les désavantages signalés pour les années antérieures à 1750 n’ont bien sûr pas disparu. Les terres acquises sont encore et toujours isolées du reste de la zone, le terrain toujours aussi accidenté, difficilement irrigable dans l’ensemble, loin des fortes zones de peuplement, et donc de toute main-d’oeuvre disponible. Peu attrayantes, et pourtant envahies : ces terres devinrent en fait le refuge de tous ceux qui ne pouvaient espérer s’installer ailleurs.

30La part des acquisitions dans le bassin masque cette réalité du déplacement vers le nord du centre de gravité régional. L’importance des composiciones dans cette zone est faussée par le fait que, pour l’essentiel, celles-ci sont réalisées par les villageois, dans la proportion de 11 sur 18. Or, nous avons déjà expliqué que ces derniers n’avaient pas vraiment le choix. Leurs terres devaient être le plus près possible du village pour être disponibles, c’était d’ailleurs une obligation pour que la sollicitation soit reçue par l’administration. Seul un cas fait exception à cette règle. Si l’on défalque donc les achats de terres par les villageois, le bassin de Rabinal ne représente plus que 22 % de l’ensemble des composiciones. C’est là le signe d’une saturation, mais aussi d’une limitation des installations non-indiennes dans cette partie de la région. En revanche, la zone nord passe alors au tiers des composiciones, et les valles à 48 % : toujours rejetés de la zone centrale, les non-Indiens se virent refoulés vers la périphérie de la région de Rabinal.

31Une confirmation du manque de terre pour les non-Indiens dans le bassin est fournie par la politique foncière des dominicains. Des trois acquisitions localisables réalisées, une seule se situe dans le bassin, c’est-à-dire dans une zone prioritaire pour eux. Les deux autres se trouvent dans le reste de la région étudiée. De plus, l’acquisition dans le bassin concerne une surface très faible pour les religieux : 6 caballerías. On constate en revanche que la propriété acquise dans la zone des valles est de taille moyenne – 23 caballerías – tandis que la troisième totalise 150 caballerías, situées dans les montagnes du nord et de l’est. Il apparaît donc clairement que la politique foncière dominicaine illustre parfaitement les possibilités régionales offertes en cette fin de xviiie siècle.

32En effet, en étendant le recours au critère géographique à l’ensemble des terres privées, et en le conjuguant avec le premier utilisé jusqu’à présent, on observe une situation bien proche de celle constatée à partir des seules terres dominicaines. Dans la zone nord, sur les 8 composiciones, 7 concernent des grandes ou des moyennes propriétés. C’est bien la preuve de disponibilités plus grandes par rapport au reste de la région. La surface médiane acquise dans cette zone en propriétés privées représente de 11 à 15 caballerías. Quant à la surface moyenne de toutes les composiciones réalisées dans cette zone, elle se situe à 19 caballerías.

33En comparaison, les achats des valles paraissent plus modestes. Sur 13 composiciones, 3 seulement sont de grandes propriétés et 10 des petites ou des moyennes. Si la médiane des surfaces est ici de 11 à 15 caballerías – comme dans le premier ensemble – et la moyenne de 24 caballerías, il ne faut pas oublier que 40 % des achats sont inférieurs à 5 caballerías. En fait, la zone des valles se trouvait bien dans une position contradictoire. Région toujours attrayante, elle ne pouvait accorder à la plupart de ceux qui s’y installaient que des surfaces souvent faibles.

34Quant aux bassins, c’est là en fait que la propriété privée a de plus en plus de mal à pénétrer. Les surfaces acquises y sont les plus faibles de cette catégorie. La surface médiane n’est que de 6 à 10 caballerías. Quant à la moyenne des surfaces acquises, elle est de 14 caballerías : ces chiffres sont les moins importants de ceux de la zone d’étude.

35Toutefois, la faiblesse des surfaces achetées dans les bassins doit être nuancée par l’inclusion des terres communales. Pour les quatre villages de cette zone, 8 composiciones sont à classer dans la catégorie grande propriété, et les 4 autres dans celle des moyennes. Aussi, si l’on inclut ces achats villageois, la surface moyenne des propriétés acquises dans cette zone bondit à 42 caballerías, la médiane se situant, elle, entre 21 et 25 caballerías !

36Le constat est clair. Dans cette partie de la région, l’essentiel des achats revient aux villages, à raison de 149 caballerías par village en moyenne. La résistance indienne à la pénétration métisse est donc réelle. Devenue exclusivement une résistance collective, elle permet aux indigènes, soutenus en cela par la législation coloniale, de s’opposer, dans la zone des bassins, à toute pénétration. En cette fin du xviiie siècle, les bassins tendent à rester pour l’essentiel sous le contrôle dominicain d’abord, mais aussi, de plus en plus, sous celui des villages de réduction.

37Afin d’affiner notre connaissance des caractères définissant la géographie des installations foncières, nous avons eu recours à un autre critère : l’origine sociale des acquéreurs. En combinant ce critère avec les donnés strictement géographiques, on peut obtenir une cartographie sociale précise de la région (voir tableau 20). Là encore, une telle étude ne peut avoir de sens que pour les propriétaires privés, pour les raisons déjà évoquées.

38Malgré le faible nombre de propriétaires indigènes privés, on peut constater leur désir d’éviter toute installation dans la zone des valles. Au contraire, leur préférence va à la zone nord de la région, à partir du moment où les bassins deviennent trop étroits. Pour eux, cette zone présentait des attraits nombreux. Faiblement pénétrée encore par les ladinos, isolée, sans véritables liens de dépendance avec le reste de la région, elle garantissait la tranquillité recherchée. Rappelons à ce propos l’argument souvent répété par les indigènes concernant les procès de terres : ils refusent d’avoir dans leur proche voisinage un ladino dont ils se méfient, d’une manière générale.

  • 2 Ce phénomène se retrouve encore aujourd’hui .dans certaines régions, en particulier l’Amazonie bré (...)

39Le revers de cette migration “désirée” en partie par les indigènes n’est en fait que la manifestation d’une pression métisse de plus en plus forte, qui les repousse vers les zones périphériques de la région. Aussi, ce déplacement vers le nord-est n’est-il pas le résultat d’un véritable choix de la part des indigènes, mais d’une nécessité imposée par leur situation. Les indigènes, en tant que propriétaires individuels, doivent ainsi se contenter des terres les moins attrayantes2.

40Si l’on observe, en contrepoint, le comportement des non-Indiens dans leur ensemble, on constate un double phénomène. D’abord, les installations se font essentiellement dans la zone des valles (la moitié du total exactement) qui reste donc la région préférentielle de cette catégorie sociale. Mais, l’on constate aussi la volonté de s’installer dans l’ensemble de la région. Les deux zones restantes reçoivent en effet le même nombre de métis entre 1750 et 1820. C’est là la preuve que la pression non-indienne sur la terre indigène fut bien réelle, mais aussi que la résistance villageoise ne fut pas inefficace, comme nous l’observions précédemment. L’important pour la région est surtout l’existence de zones géographiques aux composantes sociales précises. Aux valles de plus en plus fortement métis s’opposent les bassins, qui cherchent à préserver au mieux leur indianité. Enfin, la partie nord, zone de conquête en cette fin du xviiie siècle, voit arriver tous ceux – Indiens et non-Indiens – qui ne pouvaient s’installer ailleurs. En fait, en raison de ces caractères qui en font une région peu ou pas contrôlée, on retrouve en germe nombre de traits qui étaient ceux des valles aux xvie et xviie siècles.

41L’origine sociale des acquéreurs peut également permettre d’établir un tableau des véritables bénéficiaires des investissements fonciers, en tenant compte, cette fois, de la qualité des terres acquises. Certes, ce critère peut être aléatoire, voire subjectif. Mais, il est toutefois possible, à partir des descriptions faites lors des mesures, de se faire une idée du type de terre concerné. En effet, le juge de terre décrit avec précision les surfaces qu’il est chargé de mesurer. A cela s’ajoute le prix de vente de la terre en question. Celui-ci suit, en principe, un barême qui se veut strict. Il y a quatre catégories de terrres, ayant chacune leur valeur, comme le rappelle en 1808 le procureur de l’Audience :

  • terres excellentes valant huit pesos la caballería ;
  • terres bonnes valant six pesos la caballería ;
  • terres moyennes valant quatre pesos la caballería ;
  • terres mauvaises valant deux pesos la caballería (AEG, Paq. 1, Exp. 8, AVP).

42En fait, les catégories définies par le procureur laissent la place à toutes les manipulations possibles, tout comme les descriptions où le juge peut mettre en évidence tel ou tel caractère du domaine, selon son désir... et surtout celui de l’acheteur ! Sur 14 cas de ventes pour lesquels nous possédons à la fois une description par le juge de terre et la catégorie de valeur, seuls 10 présentent une bonne coïncidence. Pour les quatre autres, deux semblent avoir été sur-payés, et les deux autres au contraire sous-payés. C’est dire la valeur assez relative de ces estimations de prix, et la présence très probable de ce qu’il faut bien appeler la corruption de l’administration coloniale.

43Malgré la part d’incertitude, les tableaux 21 et 22 révèlent toutefois des informations intéressantes. On constate d’abord la tendance indigène à l’achat de terres de faible valeur. Cela coïncide sans doute avec leurs déplacements vers les terres du nord évoqués plus haut. Dans cette zone en effet, la valeur globale des terres était moyenne, et en tout cas inférieure à celle des autres parties de la région. D’ailleurs, la seule acquisition classée comme excellente correspond à un achat dans les bassins. La valeur des terres dominicaines peut sembler surprenante et être le résultat des “trafics” évoqués. En fait, il est plus probable qu’elles sont le reflet de la réalité, car, pour l’essentiel, les terres acquises sont des pâturages accrochés aux montagnes. Enfin, la valeur des terres acquises par les non-Indiens semble globalement élevée. On trouve des terres, bonnes ou excellentes, en grande quantité – 40 % du total – et surtout très peu de mauvaises terres – 8 % à peine.

44C’est là le résultat de la politique d’installation dominante dans les valles dont les caractères attrayants sont nombreux. Dans cette zone, la plupart des terres sont bonnes ou moyennes, voire excellentes. Aussi, cette mainmise métisse sur les “bonnes terres” régionales permet-elle d’en mieux mesurer l’impact. Ceci est d’autant plus évident que dans la zone des bassins, la qualité des terres est globalement bonne là encore. Or, nous savons que l’essentiel des quelques acquisitions réalisées dans cette zone en propriété privée fut le fait de métis. Grands consommateurs de terres, les ladinos cherchaient avant tout les meilleures ! Cela explique sans doute l’opposition indigène à leur approche.

45On comprend mieux cette rivalité permanente quand on compare la situation métisse avec celle des terres collectives indigènes (voir tableau 22). Elle est exactement l’inverse de celle précédemment observée. L’essentiel des acquisitions par les ejidos est constitué par des terres mauvaises – 25 % – ou médiocres —56 % . Les bonnes terres, et à plus forte raison celles classées comme excellentes sont exceptionnelles – 12 % et 6 % respectivement. Cette situation coïncide avec un des arguments constamment répétés par les villageois pour l’acquisition de terres : la médiocrité de leurs ejidos. D’ailleurs, lors de la mesure de l’ejido de Rabinal, en 1794, le juge de terre insiste, lui aussi, sur la rareté des terres de qualité (AGCA, A1, Exp. 53308, Leg. 6041, Fol. 38 à 40). Toutefois, si l’on ne peut rejeter globalement cette hypothèse, il faut considérer aussi que les prix de vente aux villageois étaient parfois préférentiels, conformément d’ailleurs à ce que la législation prévoyait. Il est évident que cette possibilité n’était pas appliquée à chaque sollicitation. Elle dépendait du bon vouloir du “Protecteur des Indiens”. Mais, dans le cas de notre estimation, il suffit qu’elle ait été appliquée quelquefois seulement pour en fausser l’approche...

46Quoi qu’il en soit, l’ensemble des non-Indiens tendaient en fait à s’assurer le contrôle sur l’économie régionale. De plus en plus nombreux, et disposant d’un capital foncier de qualité, ils étaient en passe de s’imposer. C’est bien cette irrrésistible ascension que traduisent les documents. Il est toutefois important de signaler que cette progressive prise en main ne signifie pas nécessairement le contrôle de surfaces particulièrement importantes (voir tableau 23). On constate en effet que l’ensemble des non-Indiens acquiert surtout des propriétés moyennes. Seuls 24 % des composiciones dont ils bénéficient concernent des grandes surfaces, alors que pour les indigènes la proportion grimpe à 50 % . Si cet écart est lié à la zone géographique où chaque catégorie s’installe majoritairement, il signifie en fait bien davantage. C’est d’abord la confirmation d’un trait mis en évidence dans les siècles antérieurs : l’importance de la moyenne, voire de la petite propriété. C’est aussi le signe que les activités économiques de ces non-Indiens se satisfaisaient de surfaces médiocres, car elles étaient fondées sur des productions de forte rentabilité. C’est là la preuve d’une mutation profonde réalisée au cours du xviiie siècle, et dont les dominicains furent les promoteurs.

47Au-delà de cette lutte pour les meilleures terres, la résistance indigène cherchait en fait le plus souvent à protéger sa propre propriété foncière. C’est ce que traduit avec force l’âpreté des procès concernant des empiètements aux dépens des ejidos. Deux exemples concernant des villages de la région, en conflit avec les dominicains, témoignent de cette situation. Dans le premier cas, le procès opposa les villageois de Rabinal à l’hacienda San Nicolás. La deuxième affaire opposa Salamá aux dominicains et à une famille indigène de caciques, les Ramones.

48Le premier procès – Rabinal contre l’hacienda San Nicolás – mettait en cause l’appropriation des terres de la zone de Tierra Blanca et Panzú, qui était précisément la limite commune de chacune des propriétés : il s’agit donc simplement d’une “querelle de voisinage”. Pour situer le problème, il faut remonter au xvie siècle, à la période de l’extension foncière dominicaine. En 1588, Rabinal se voyait donner par le roi quatre caballerías au lieu-dit Tierra Blanca, au nord de San Miguel Chicaj. En même temps, à une date non précisée, mais avant 1600, les dominicains de San Nicolás avaient acheté à San Francisco, à l’ouest de Panzú, plusieurs caballerías – au moins trois – à des indigènes. Enfin, les surfaces comprises entre San Francisco et Tierra Blanca étaient propriété du cacique de Rabinal, Silvestre Sánchez (voir la carte de la figure 5). Les terres de Rabinal se trouvaient ainsi enclavées et isolées vis-à-vis du reste de l’ejido. D’autre part, les terres du cacique furent progressivement vendues ou laissées en déshérence. Une telle situation était banale. La vente des biens indigènes au xviie siècle resta importante, et la crise démographique fit le vide dans les propriétés périphériques. Les religieux tendirent donc à accroître leur domaine par des achats, ou, plus simplement, des occupations sauvages.

  • 3 Rappelons que c’était bien là une des fonctions essentielles des détenteurs du pouvoir dans la réd (...)

49A partir de 1731, des villageois de Rabinal décidèrent de s’installer sur les terres de leur ancien cacique, considérant qu’elles leur revenaient de droit. Les pères, mis devant le fait accompli, tolérèrent une telle occupation, dans la mesure où elle demeurait restreinte, et leur laissait l’essentiel des terres en question. Mais, en 1746, Rabinal exigea la récupération de la totalité de San Francisco et Tierra Blanca. Le conflit commençait. Il allait durer jusqu’en 1771 de façon continue, et resurgit périodiquement jusqu’à l’Indépendance. L’ensemble représente sept cahiers d’actes, soit près de 3 500 folios (AGCA, A3, Exp. 4943, Leg. 247 ; AGCA, Al, Exp. 53025, Leg. 6017 ; AEG, Paq. 3, Exp. 8, BVP ; AEG, Paq. 1, Exp. 2, BVP, et AGCA, A1, Exp. 52829, Leg. 6001). En 1752, une remesure de San Nicolás fut réalisée, et les dominicains se virent contraints de payer au roi les terres abandonnées par les héritiers de Silvestre Grave. Rabinal accepta de perdre tous les droits sur les terres, à condition que les religieux autorisent les villageois à les cultiver contre une redevance, et ce pour une durée de dix ans. En fait, si les responsables de Rabinal conclurent ce compromis, c’est qu’ils reçurent en compensation une somme d’argent. Aussi, ce conflit de voisinage va-t-il se doubler d’une lutte interne à la réduction, entre les caciques en place et un descendant des caciques marginalisés, Gaspar Toh. Celui-ci s’empara de l’affaire afin de soulever le village contre ses responsables, qu’il considérait, lui, comme “illégitimes” et qui n’avaient pas défendu les droits fonciers du groupe villageois3.

50On constate donc comment un simple conflit de voisinage pouvait dégénérer et prendre une ampleur toute autre, “politique” même, au sens éthymologique du terme : c’est en effet le témoignage des tensions dont nous avons déjà mesuré l’importance. Mais surtout, au niveau foncier, c’est la révélation de la difficulté pour les villageois de voir respecter leurs propriétés par leurs voisins. De plus en plus nombreuses étaient en effet ces appropriations privées dé terres collectives, ou considérées comme telles. Or, le manque progressif de terres dans le bassin rendait la pression sur la périphérie des ejidos de plus en plus forte. D’autant que les méthodes de culture indigènes, excessivement extensives, laissaient à l’abandon pour les uns, au repos pour les autres, des surfaces en quantité importante.

51Après des démarches nombreuses, et surtout coûteuses, les villageois se virent reconnaître finalement leurs droits sur les terres en litige en 1766. Mais, auparavant, arrêts de justice et appels s’étaient multipliés, exaspérant les parties et dégénérant en violences en 1762. Par la suite, les dominicains continuèrent à protester contre la décision de 1766, arguant de ce que les indigènes n’utilisaient pas directement la terre. C’était, selon eux, la preuve qu’ils n’en avaient pas besoin ! En fait, comme le reconnut Rabinal en 1806, le seul intérêt de ces terres était, en les louant à des métis et à des Indiens de Salamá et de San Gerónimo, d’obtenir des revenus ! Or, nous savons qu’à la même époque, le nombre des villageois sans terres augmentait. Preuve que les contradictions internes à la réduction ne cessaient de se développer. D’autant que l’on ignore à qui bénéficiaient les revenus en question. Aux caisses communales ? Aux principales ? A Gaspar Toh qui avait mené l’affaire ? A un groupe ou un clan de Rabinal ? Toutes les hypothèses sont bien sûr permises...

52La deuxième affaire relève en fait du même type de conflit. Elle opposa Salamá aux dominicains et à une famille indigène de caciques, les Ramones, qui s’étaient approprié une partie de l’ejido, soit 18 caballerías. Vis-à-vis des dominicains, le procès n’était autre que le rebondissement de celui des années 1712-1719. En fait, les religieux de San Gerónimo n’avaient jamais accepté le compromis de 1719. Ils obtinrent finalement une compensation conséquente : 80 caballerías, en 1794, à San Isidro et Santa Bárbara – à l’est de San Gerónimo – et 66 caballerías au Rincón del Potrero, dans la même zone géographique (AM Salamá, Paq. 3), soit un total de 150 caballerías ! Les terres abandonnées par les dominicains devaient revenir à Salamá, selon le terme de la décision de 1719. Or, ce fut la famille Ramón – composée de caciques de Salamá – qui s’en appropria une partie, et lui donna d’ailleurs son propre nom : le lieu-dit devint Los Ramones, nom qu’il porte encore aujourd’hui. Ce n’est qu’en 1816 que le procureur de l’Audience établissait de manière définitive la propriété du village sur ces terres (AGCA, A1, Exp. 24579, Leg. 2799).

53Cette affaire concernant les terres de Los Ramones est une nouvelle preuve de cette pression extérieure sur la réduction qui, dans le cas de Salamá remontait au début du xviiie siècle. Elle révèle aussi comment les autorités indigènes, souvent compromises, étaient incapables de défendre les intérêts de leurs administrés. Le système de pouvoir de la réduction permettait aux autorités de trouver des alliés dans le monde indigène afin d’en assurer la division. En échange, ceux-ci recevaient des miettes parfois non négligeables. Mais, par là même, c’était la communauté indigène qui se trouvait bafouée.

54Aussi, la multiplication de tels abus, ajoutés aux appropriations foncières légales des ladinos, explique en grande partie la tension grandissante, voire l’agitation du monde indigène au xviiie siècle. De même, et à un niveau moins spectaculaire mais tout aussi important, ces conflits ne faisaient qu’accroître des rivalités aux conséquences néfastes, car déstabilisatrices de l’ordre colonial.

C – DES RIVALITES NEFASTES

55Ces relations conflictuelles étaient, pour certaines, dans la logique du système colonial. C’est le cas, par exemple, des conflits entre villages voisins. En revanche, d’autres heurts apparaissent comme contraires à la stabilité recherchée. C’est ainsi que les divisions internes aux réductions, aboutissant à des scissions, remettaient en cause la vie même de la réduction originelle. Enfin, la soif de terre alimentait une spéculation dont la Couronne ne tirait aucun profit. Dans la zone étudiée, chacun de ces trois aspects se trouve présent, avec une acuité remarquable.

56Le premier cas d’espèce est sans doute le plus fréquent. Parmi les conflits qui purent se dérouler dans la région, le plus important opposa Rabinal à Cubulco de 1757 à 1767, puis à nouveau de 1805 à 1811, à propos du lieu-dit Xococ. Ces terres se trouvaient comprises entre les deux ejidos, et leurs caractéristiques les rendaient bien attrayantes. Elles sont en effet constituées par un bassin qui sert de confluence à plusieurs rivières plus ou moins importantes. Aussi, cette zone est-elle très verdoyante et aisément irrigable. Les berges de chacune des rivières constituent des ensembles fonciers particulièrement remarquables dans une zone où la sécheresse sévit six mois sur douze. Jusqu’au milieu du xviiie siècle, les villageois de Rabinal et Cubulco se retrouvaient là sans heurts. L’éloignement de ces terres vis-à-vis des deux chefs-lieux en limitait la mise en valeur, malgré un attrait évident. Mais, à partir du moment où les occupations de terres périphériques se faisaient de plus en plus nécessaires, Xococ devint une cause d’affrontement.

57Chacun des deux villages voulait voir réservé à ses habitants le profit exclusif de ces terres. Aussi, après des heurts plus verbaux que physiques, une première délimitation fut réalisé en 1758. Chaque village recevait 14 caballerías, et un particulier en achetait cinq autres. Toutefois, les mesures furent incomplètement réalisées par le juge de terre qui ne délimita que 24 caballerías sur le total des 33 prévues. C’était la porte ouverte à tous les conflits, qui ne tardèrent d’ailleurs pas (AGCA, Al, Exp. 52981, Leg. 6014). Pendant dix ans, les rivalités s’aiguisèrent, prenant parfois une tournure violente : occupations de terres, destructions de bétail ou de récoltes se succédèrent (AEG, Paq. 2, Exp. 14, BVP). La tension était telle que, le 6 mars 1768, après une nouvelle mesure de l’ensemble avec délimitation précise, et alors que l’alcalde mayor en personne s’était déplacé pour remettre à chaque village son bien, une violente dispute éclata entre les deux parties à propos d’une parcelle que chacun revendiquait (ibid.). Le haut fonctionnaire réussit cependant à calmer les esprits, mais la tension restait grande...

58Ces conflits pour quelques arpents de terres sont révélateurs de la situation dans les bassins. Au lieu de faire front contre les pénétrations métisses, le monde indien épousait les divisions imposées par le colonisateur. Preuve indiscutable du manque de cohérence du monde indigène, dans un domaine où pourtant ses intérêts étaient souvent plutôt convergents. Ces querelles entre villages issus d’un même ensemble linguistique, tribal et géographique, montrent les bouleversements subis par les indigènes en deux siècles de colonisation. L’identification au village de réduction, les clivages artificiels imposés étaient devenus une réalité vécue. L’éclatement du monde indien, recherché à travers la réduction, avait été un succès. Ce type de procès en était l’aboutissement logique.

59Toutefois, paf leurs violences et leurs longueurs, ils en devenaient dangereux pour l’ordre colonial. Les occupations sauvages, les violences physiques de toutes sortes, allaient à l’encontre de la Pax Hispanica que l’on voulait exemplaire. L’agacement des autorités régionales en témoigne. Aussi, quand en 1805 l’affaire rebondit par la faute de Cubulco qui ne reconnaissait pas la ligne de démarcation, le procureur de l’Audience refusa-t-il de recevoir les protestations. Il condamna ce village aux dépens, et rétablit Rabinal dans sa juste propriété. Le reproche essentiel fait à Cubulco était celui d’être fauteur de troubles. Inversion de situation pour le moins surprenante...

60Le deuxième type de heurts relève, lui, d’une logique différente, contraire à celle de la colonisation et de la réduction. Celle-ci avait pour objectif de définir de manière stable et définitive les terres relevant de tel ou tel ejido. Or, dans le cas de scission dans une même réduction, cette stabilité était remise en cause et une redistribution devenait nécessaire. C’est bien ce qui se déroula lors de la fondation de San Miguel Chicaj. Ce lieu-dit était depuis 1558 une hacienda qui dépendait de Rabinal. Seuls vivaient là ceux qui étaient chargés de veiller sur le bétail commun. Or, progressivement, de plus en plus nombreux furent ceux qui, par manque de terre proche, mais aussi par volonté d’échapper à la tutelle du cabildo, s’y installèrent. A la fin du xviiie siècle, c’était en fait un véritable village qui était né.

61En 1802, selon le procureur de l’Audience, il y avait dans cette ancienne hacienda plus de 300 tributaires de Rabinal (AGCA, A1, Exp. 3744, Leg. 182). Selon lui, la seule explication à cette croissance était bien la volonté d’échapper aux charges réglementaires. Aussi s’opposa-t-il à la reconnaissance de ce qu’il considérait comme contraire à l’ordre même de la réduction (ibid.). De plus, le danger de la fondation d’un nouveau village résidait, toujours selon lui, dans le risque de voir péricliter le bétail de Rabinal. Il insiste d’ailleurs sur la valeur de l’ensemble de ces troupeaux relevant de la communauté, de l’Eglise et des confréries (ibid.). Nous avons nous-même pu constater l’importance de ce bétail à travers l’étude des haciendas communales (M. Bertrand 1979). Le problème qui se posait alors était celui de la rentabilité de la réduction originelle. Paierait-elle les tributs ? Les absents ne seraient-ils pas plus nombreux encore ? C’était bien la stabilité du système d’exploitation qui risquait d’être remise en cause...

62Malgré le soutien du procureur de l’Audience, malgré aussi de nombreuses interventions, les responsables de Rabinal ne purent empêcher la partition. Leurs arguments sont d’ailleurs éclairants sur l’enjeu, réel pour eux, d’une telle scission. S’ils reprennent les arguments économiques du procureur – risque d’appauvrissement, manque de terres à venir, mauvais paiement du tribut – ils en utilisent aussi un d’ordre social particulièrement révélateur. Ils accusent les responsables de la partie adverse de vouloir accéder au rang de cacique, bien qu’étant macehuales (AGCA, A1, Exp. 3744, Leg. 182). C’est là un autre aspect du conflit entre Rabinal et San Miguel Chicaj, qui lui aussi remettait en cause l’ordre colonial. Car la réduction allait de pair avec la soumission de la part des indigènes aux autorités traditionnelles.

63Malgré les risques et les contradictions, le nouveau village fut fondé en 1803, mais le réglement du contentieux foncier dura jusqu’en 1807 (AGCA, A1, Exp. 3744, Leg. 182 et A1, Exp. 53466, Leg. 6051). Ce ne fut qu’à cette date que la séparation s’opéra de manière définitive. Certes, Rabinal ne connut pas la catastrophe décrite par le procureur de l’Audience, mais le déclin du bétail communal fut, lui, indiscutable. C’est en effet de cette période que date la dégénérescence des biens collectifs. L’impossible surveillance sur des terres plus rares et plus lointaines, les représailles du nouveau village, tout se conjuguait pour assurer la perte d’une entité économique autrefois si florissante (M. Bertrand 1979).

64La dernière manifestation importante de ces rivalités concerne la spéculation foncière. Celle-ci est bien sûr difficile à saisir à travers la documentation. Elle échappe totalement aux procès de composiciones, les prix étant fixés définitivement selon les catégories de propriétés. Pourtant, elle n’en est pas moins réelle, et elle transparaît parfois lors de procès concernant des querelles de voisinage. Celles-ci sont souvent l’occasion pour la justice d’écrire l’histoire de chaque propriété en cause, et surtout de noter les propriétaires successifs.

65La spéculation n’est pas un phénomène nouveau dans cette deuxième moitié du xviiie siècle. Toutefois, ce qui l’est davantage, c’est son ampleur. Trois exemples permettront d’en tenter une esquisse.

66En 1756, une propriété du sud de la province, sise à Los Ocotes, fut vendue à José Castro 800 pesos. Pour la même propriété, le premier acheteur avait payé 175 pesos (AGCA, A1, Exp. 53079, Leg. 6021).

67En 1766, Pascal Ortiz acheta près d’El Chol une propriété pour 63 pesos. Neuf ans plus tard, il réussit à la revendre 125 pesos (AEG, Paq. 1, Exp. 15, BVP).

68Enfin, dernier exemple : en 1808, l’hacienda de Pacoh-Chuacuix, d’une surface de dix caballerías, fut vendue 500 pesos. En 1799, la même propriété avait été acquise, après composición il est vrai, 40 pesos (AEG, Paq. 3, Exp. 15, BVP).

69Ces trois cas permettent d’établir les caractères de la spéculation foncière dans la région. Elle repose sur une circulation intense des propriétés : dans deux des cas présentés, le propriétaire revend sa terre après une dizaine d’années. Elle utilise ensuite le système de la composición. Les plus grands profits sont réalisés dans ce cas-là : dix fois la valeur de départ pour le dernier exemple cité ! Elle s’appuie enfin sur le faible attachement à la terre. Dans chaque cas dont nous avons pu renouer l’histoire, ne sont concernés que des ladinos. Si un indigène est mêlé à l’affaire, c’est en général comme premier vendeur : c’est-à-dire celui qui, précisément, tire le moins de profit de son bien.

70Pourquoi ce phénomène spéculatif ? La pression sur la terre explique sans doute en partie cette situation. On constate que toutes les reventes pendant cette période permettent des gains substantiels. C’est l’indice incontestable d’une demande sans cesse croissante. Il faut également noter que ces spéculations sont souvent fondées sur des améliorations apportées aux terres. Il s’agit dans la plupart des cas de plantations de canne à sucre. Or, cette plante, sur pied, représente une forte valeur ajoutée à la terre. Ce sont donc bien la reconversion économique, l’abandon de l’agriculture vivrière et de l’élevage extensif qui expliquent aussi cette flambée des prix.

71La deuxième moitié du xviiie siècle marque une amorce de déstabilisation du système de la réduction. Les indigènes se trouvent en fait de moins en moins bien défendus. Les abus de leurs responsables, leurs compromissions finissent par leur faire perdre en grande partie leurs avantages antérieurs. Certes, la résistance indigène existe, limitant l’approche des métis dans le bassin de Rabinal. Toutefois, elle est incapable de leur en bloquer totalement l’accès, d’où des empiètements et conflits. Par ailleurs, si la propriété dominicaine reste encore largement dominante, elle se voit concurrencée par une présence ladina de plus en plus forte. Contrôlant totalement la zone sud de la région, les métis sont en passe de dominer aussi la partie nord.

72En fait, cette fin de siècle voit surgir des conflits de plus en plus explosifs. Certes, le système reste encore solide, mais les contradictions internes sont telles que les fissures, anciennes pour la plupart, ne cessent de grandir. Un bilan à la veille de l’Indépendance révèle la gravité de la situation dans la région de la Verapaz.

III – UN ESSAI DE BILAN VERS 1820

73Avec les pressions, tant internes qu’externes, dont nous avons étudié l’importance, le monde indien, et au-delà l’ensemble de la société coloniale de la région, se trouvèrent progressivement désorganisés. C’est la mesure de cette déstructuration que nous tenterons maintenant d’établir, en nous situant au crépuscule de la présence espagnole en Amérique Centrale.

74Nous chercherons d’abord à mettre en évidence les conséquences de la soif de terre au niveau des structures foncières. Si la lutte sans merci pour la terre que nous avons retracée fut un facteur de désorganisation et d’éclatement de la société coloniale, nous essaierons avant tout d’en mettre en évidence les causes profondes. Dans ce domaine fondamental, nous insisterons sur le rôle joué par les conflits qu’alimentait cette nouvelle structure foncière.

75Mais, au-delà de ces tensions et de ces conflits, il nous semble important de voir comment, en ce début du xixe siècle, la société elle-même se trouvait en voie d’éclatement. Dès cette époque, bien des traits de l’histoire régionale montrent comment, avant l’Indépendance, le monde colonial au sens strict était déjà loin. Pourquoi et comment cette évolution précoce ? En quoi a-t-elle pu jouer un rôle majeur dans l’évolution vers l’Indépendance politique ? Celle-ci, acquise en 1821, ne faisait-elle que rattraper une rupture bien plus ancienne avec la société que voulait imposer la métropole ?

76Ce phénomène de négation de la colonisation se retrouve dans l’évolution de la vie économique régionale. Dépassant les barrières imposées par l’administration, la Verapaz tendit à évoluer vers une intégration au sein de l’ensemble qu’était la Capitainerie générale. Là encore, la mesure de cette transformation, ses raisons et ses modalités, retiendront notre attention. Ce changement représentait pour la Verapaz une situation nouvelle, ramenant la région au rang commun. Perdant ses privilèges, sa protection spéciale, son isolement, la région étudiée tendait à devenir une province parmi d’autres. Y trouva-t-elle avantage ?

A – DES STRUCTURES AGRAIRES CONFLICTUELLES

77Tout au long du xviiie siècle, l’évolution foncière observée au cours des siècles antérieurs s’était poursuivie. Dans l’ensemble de la région étudiée, la taille des propriétés privées ne cessa de se réduire. Ainsi, pour la dernière période de la colonisation, la surface moyenne des propriétés devenait inférieure à 20 caballerías. Le type de l’hacienda locale n’était donc plus – mais l’a-t-il jamais vraiment été ? – fondé sur de grandes surfaces. Pas de grands domaines privés ici, qui se rapprochent un tant soit peu de ceux de la côte du Pacifique, ou plus simplement des départements voisins (Y. Le Bot 1977). Cette domination de la propriété moyenne est d’ailleurs confirmée par la taille des haciendas les plus fréquentes lors des composiciones : de 0 à 5 caballerías entre 1750 et 1820. Quant à la valeur médiane des surfaces de l’ensemble de la région, elle se situe entre 11 et 15 caballerías.

78Cette généralisation de la petite et moyenne propriété ne chassa pas pour autant la grande. Celle-ci connut certes des difficultés à se maintenir, mais n’en était pas moins présente, tout en restant marginale. Il est vrai que la difficulté de transmettre, génération après génération, un patrimoine cohérent explique cette réalité, tout autant que les faibles disponibilités foncières régionales. Cet émiettement foncier engendra bon nombre de procès de terres. Par ailleurs, les relations entre grandes et petites propriétés étaient loin d’être les meilleures. C’est ainsi que tel acquéreur potentiel, ladino, ne voyait pas souvent sa demande appuyée par ses voisins, métis eux aussi. Ce fut le cas de Antonio Alvarado, lorsqu’il se porta acquéreur des terres de Concul-Ixchel au sud de Rabinal-San Miguel Chicaj, sur le sommet de la sierra de Chuacús (AEG, Paq. 2, Exp. 5, BVP). Contrairement à ce qui se passait en général à la période antérieure, la solidarité entre ladinos ne se manifesta pas. Les témoignages recueillis insistaient au contraire sur la médiocrité de l’ejido de Rabinal, sur le nombre des villageois semant déjà sur place, à Concul, sur la difficulté de les chasser... Parmi ceux qui témoignèrent, on relève le nom d’Antonio de Leôn, précisément propriétaire dans le valle de Urrân, non loin de là où voulait s’installer Antonio Alvarado. Certes, tous reconnaissent que ces terres étaient realengas, et donc que la possession indigène était illégale, mais tous mettaient en évidence l’importance de leur présence ! Souvent, les rivalités entre ladinos recoupaient des inégalités sociales entre grands et petits propriétaires, les témoins insistant alors sur la richesse déjà bien grande du sollicitant...

79Un prolongement de ce type de conflit est celui mettant face à face propriétaires et métayers. Les contrats de location étaient nombreux, et servaient souvent de prétextes à des querelles. Le bailleur était en général un grand propriétaire, individuel ou collectif. Le locataire était, quant à lui, un paysan sans terre, souvent métis. On trouve ainsi des contrats et des conflits entre Rabinal, en tant que bailleur, et des locataires originaires de Salamá ou San Gerônimo (AEG, Paq. 2, Exp. 10, BVP). Souvent, les conditions de location, le décès du locataire en titre, et le refus de ses héritiers d’abandonner une maison qu’ils considèrent comme leur, donnaient lieu à des querelles parfois violentes.

80En fait, c’est un aspect profondément “moderne” qui transparaît ici : celui de l’inégal accès à la terre, indépendamment de la caste à laquelle on appartient. Et la généralisation de l’appropriation de l’espace foncier, laissant de moins en moins de terres disponibles, empêcha l’existence de toute soupape de sécurité. Les différents éléments du problème foncier guatémaltèque d’aujourd’hui commençaient ainsi à apparaître dans la Verapaz au début du xixe siècle.

81Un autre caractère définissant des structures agraires conflictuelles est celui qui oppose encore et toujours les terres privées et les terres communales. Nous avons pu constater la vigueur de la résistance indigène dans la zone des bassins face à la pénétration métisse. Cet affrontement traditionnel prit à cette époque une plus grande acuité. Les techniques agricoles extensives des indigènes nécessitaient des espaces de plus en plus grands, alors que, précisément, la terre tendait à se raréfier. Parallèlement, la multiplication des individus sans terre hors des réductions rendait la situation intenable pour beaucoup. Aussi les occupations des terres communales furent-elles de plus en plus fréquentes, et justifiées aux yeux de leurs auteurs. Ce fut, par exemple, la cause des heurts où s’affrontèrent le nouveau village de San Miguel Chicaj et ceux qui, mulatos de San Gerónimo, occupaient les marges de l’ejido, tout en empiétant sur ses limites (AEG, Paq. 2, Exp. 10, BVP).

82Un autre point mérite d’être considéré, pour caractériser les structures agraires en cette fin de période coloniale : l’opposition entre villages riches et villages pauvres. Nous avons, jusqu’à présent, évoqué la résistance indigène comme un tout. Or, il est important de constater que tous les villages étaient loin d’avoir le même comportement. Les réductions se trouvaient confrontées à deux situations bien différentes. Les unes, et c’était surtout le cas de Cubulco, étaient en fait peu menacées par la pénétration métisse, traditionnellement moins importante ici que dans le reste de la région étudiée. Les autres, et c’est vrai avant tout d’El Chol ou de Salamá, se trouvaient dans une situation bien plus dangereuse : il leur fallait faire face à une pression métisse beaucoup plus forte. Comment ces conditions différentes se traduisirent-elles dans l’attitude de chaque village ? Trois réponses se dessinèrent, correspondant aux possibilités de chaque réduction.

83La première, la plus favorable aux indigènes, c’était le comportement des deux villages les moins directement menacés : Cubulco et Rabinal. Ces deux réductions réussirent à obtenir 80 % des terres acquises par l’ensemble des villages dans la région. C’est dire que là où le danger était sans doute le moins grand, les indigènes réussirent à se défendre.

84Le deuxième cas serait représenté par Salamá et, à partir de sa fondation, par San Miguel Chicaj. Plus ouvertement menacés par la pénétration métisse, au coeur d’une zone où les acquisitions ladinas étaient nombreuses, ces villages eurent du mal à sauvegarder leurs ejidos, et surtout à les agrandir. Ainsi, pour Salamá, ce ne furent que 84 caballerías supplémentaires qui vinrent s’ajouter à celles possédées depuis 1752. A titre de comparaison, Rabinal en avait obtenu 295, et Cubulco 191... Très directement concernés par l’invasion métisse, ces villages ne pouvaient plus trouver dans leur proche voisinage de terres disponibles.

85Le dernier cas est constitué par El Chol, qui n’acquit pendant cette période aucune surface supplémentaire. Au coeur d’une région où l’appropriation individuelle était prédominante, cette réduction n’avait aucune possibilité de s’étendre, et ne pouvait que dégénérer...

86L’inégale résistance indigène amène à distinguer entre les villages les plus exigeants, les plus forts aussi, et ceux qui, au contraire, subissaient la nouvelle situation foncière sans pouvoir réellement se défendre.

87Un dernier caractère des structures agraires de la région apparaît dans la dualité propriété religieuse/propriété laïque. Trait hérité du xvie siècle, cette rivalité ne cessa de prendre un caractère de plus en plus marqué. Les religieux étaient, il faut le rappeler, les seuls grands propriétaires à proprement parler dans la Verapaz. Leurs deux haciendas de San Nicolás et San Gerónimo représentaient un peu moins d’un millier de caballerías vers 1820. De plus, leur contrôle sur la vie économique et sociale de la province en faisait les véritables maîtres.

88C’était cette domination qui était de plus en plus contestée par les indigènes comme par les ladinos. Cela se traduisit, par exemple, par la violence des rapports entre ces deux catégories de propriétaires. Mais cela apparaît aussi dans la volonté des propriétaires métis de passer outre le contrôle dominicain, notamment en ce qui concerne les relations commerciales avec les réductions. Cette évolution faisait de la Verapaz une province dont l’originalité ne cessait de s’affaiblir. Le poids des religieux, bien que réel, était de plus en plus contrarié par la présence d’une population métisse toujours plus entreprenante.

89Les structures agraires de la région de Rabinal avaient ainsi connu, en l’espace d’un demi-siècle, des mutations profondes et décisives. Leurs caractères conflictuels mettaient en cause la stabilité de l’ordre colonial, surtout à travers deux aspects essentiels : l’inégal traitement de chaque réduction, et le rejet de la domination religieuse. Le premier trait aboutissait à la négation du système colonial. Le deuxième signifiait, lui, la disparition prochaine de ce qui avait assuré l’originalité, la stabilité et la cohérence de la Verapaz vis-à-vis de l’ensemble guatémaltèque.

B – UNE SOCIETE EN FRAGMENTATION

90L’évolution des structures agraires, et notamment l’apparition de clivages sociaux nouveaux au sein de la société coloniale, accélérèrent sa désorganisation. Si les règles imposées par le système colonial – qui n’avaient jamais pu être totalement appliquées – étaient de plus en plus souvent bafouées, c’est qu’en cette fin du xviiie siècle, l’empire espagnol connaissait, au plus profond de lui-même, des transformations annonciatrices des bouleversements futurs. Cette déstabilisation fut vécue intensément dans la région de Rabinal, peut-être parce que la volonté d’imposer des cadres rigides y avait été plus vive... Parmi les critères de mesure de cette situation, trois nous sont apparus fondamentaux dans les villages étudiés.

91Nous avons d’abord pu constater l’importance de la fuite des indigènes hors de la réduction. Certes, avant 1750, ce phénomène existait déjà. Mais, ce n’est que dans la deuxième moitié du xviiie siècle qu’il prit une réelle ampleur. A cette époque, les déplacements des indigènes étaient tellement nombreux qu’ils devenaient un véritable casse-tête pour l’autorité de tutelle. En 1790, l’alcalde mayor de Verapaz se plaignait des difficultés rencontrées lors de l’établissement des recensements, à cause précisément de ces départs. Ce phénomène touchait l’ensemble des villages de la province, tel Carchá ou Cahabôn, où près de 300 tributaires étaient absents en 1790 (AGCA, A3, Exp. 4720, Leg. 238). Pour l’ensemble de la province, ces tributaires absents auraient été 2 015 – soit 18 % du total – en 1797 (AGCA, A3, Exp. 4709, Leg. 237). Sans doute cette estimation de l’alcalde mayor semble-t-elle excessive. Il n’en reste pas moins qu’en 1805, cette même catégorie représentait près de 5 % en Verapaz, soit plus du double du chiffre concernant toute la Capitainerie générale (AGCA, A3, Exp. 34374, Leg. 2327 et BAGG 3(2) : 206).

92Dans les villages étudiés, ces problèmes régionaux prenaient en gros la même importance (voir tableau 24). Certes, d’un recensement à l’autre, pour un même village, les chiffres varient parfois beaucoup, mais certains sont le résultat d’estimations, d’autres celui de véritables recensements. En outre, il peut exister plusieurs recensements pour une même année, mais effectués à des époques différentes et donnant, pour un même village, des résultats parfois bien éloignés. Pour 1790, deux feuilles de recensement de la Verapaz nous sont parvenues ; pour chacun des villages, elles ne fournissent pas les mêmes nombres de tributaires et d’absents (AGCA, A3, Exp. 4731, Leg. 238 et A3, Exp. 4709, Leg. 237).

  • 4 En 1769, P. Cortés y Larraz précise le nombre d’absents dont on ne sait plus rien : 100 à Salamá, (...)

93Or, les absences comptabilisées sont aussi bien définitives que temporaires. Rien ne permet de les distinguer, et pourtant leur impact sur le système colonial n’était pas identique4. Les haciendas, par exemple, qui absorbaient une bonne partie des déplacements temporaires, ne le faisaient qu’à certaines périodes de l’année, lors des grands travaux. Si le recensement coïncidait avec ces moments de forte demande, les absents étaient nécessairement plus nombreux. Ceci rend la comparaison d’une année sur l’autre bien délicate. Il en est à peu près de même pour les comparaisons d’un village à un autre. Le recenseur pouvait passer dans un cas quand les individus susceptibles de partir étaient encore là, alors que, quelques semaines plus tard, dans le village voisin, cette même catégorie serait comptabilisée comme étant absente. Néanmoins, dans ce dernier cas, la difficulté peut se résoudre d’elle-même. Comme il n’y avait ni date précise, ni ordre préétabli pour les recensements, on peut considérer que sur la longue durée, les écarts se trouvent annulés par le simple jeu du hasard.

94Aussi, si l’évolution, trop cahotique, qui apparaît à partir des données fournies, ne permet pas de connaître l’histoire précise de ces absences, le tableau n’en fournit-il pas moins quelques indications sur le phénomène dans la région. La mesure peut se faire, soit en relation avec la population indigène totale, soit avec la seule population tributaire. Si le premier calcul permet de prendre connaissance de la réelle ampleur du phénomène pour chacun des villages, il n’en constitue pas moins une approche trompeuse. L’essentiel des absents concerne en effet la population tributaire, qui échappait ainsi aux charges auxquelles elle était soumise. Le rapport entre absents et tributaires semble donc l’approche la plus légitime pour rendre compte du problème. On peut alors évaluer le pourcentage moyen des absents pour la deuxième moitié du xviiie siècle.

95Le village le plus touché par les absences est Salamá. C’est là le résultat de son caractère propre, marqué par une tendance à la ladinisation : la cohésion de la communauté indienne y était bien mise à mal. Les difficultés du village se trouvaient aggravées par le manque de terres communales, dénoncé par les justicias, et dont témoigne l’alcalde mayor en 1795 : bon gré, mal gré, les Indiens se voyaient dans la nécessité de quitter leur village (AGCA, Al, Exp. 53308, Leg. 6041).

96Rabinal prétendait aussi connaître de telles difficultés, liées à la croissance démographique. Mais, dans ce deuxième village, le plus remarquable reste la stabilité, sauf exception, du nombre des absents. Cela tendrait à laisser croire que le “manque de terres” à Rabinal n’était, en réalité, qu’un argument afin d’obtenir satisfaction dans les procès...

97Quant à Cubulco, c’est, à quelques nuances près, la même situation qu’à Rabinal : entre 1776 et 1817, le pourcentage des absents ne varia que bien peu.

98Ces deux derniers villages semblent finalement avoir connu une situation relativement voisine. La mobilité moyenne se trouvait accentuée, par rapport à la situation régionale, par la présence des nombreuses haciendas proches. Elles incitaient les tributaires au déplacement, toutefois en moins grande proportion qu’à Salamá.

99Une dernière remarque mérite d’être faite concernant ce tableau : c’est la baisse considérable des absences au début du xixe siècle. Cela laisse penser que l’administration réussit mieux, en cette fin de la période coloniale, à contrôler les mouvements de population. D’autres indices permettent d’ailleurs de le croire. A Cubulco, en 1817, l’administration connaît exactement la localisation des 52 absents qui ne sont d’ailleurs pas bien loin : les trois valles, San Andrés, Sajcabajá, San Miguel Chicaj, Rabinal (AGCA,A3, Exp. 21792, Leg. 1256). De même, à Rabinal, en 1804, l’administration fournit les noms de 151 sur 154 absents du village (AGCA, A3, Exp. 4856, Leg. 243).

100Enfin, derniere mesure de cette reprise en main : en 1811, l’administration décida d’établir une comparaison entre les évaluations fournies par l’alcalde mayor et celles des recenseurs sur le terrain, en 1802 et 1808. Pour chacune d’entre elles, le compte fourni par l’alcalde mayor à l’Audience est inférieur à celui donné par les recenseurs. On comprend aisément ce que signifiait cette “perte” de quelques tributaires, mais il est probable que la systématisation de ces pratiques encouragea les responsables provinciaux à plus de “vigilance”. D’ailleurs, en 1808, l’erreur pour la province n’était plus que de 123 tributaires, alors qu’en 1802, elle était de 1 456 (AGCA, A3, Exp. 5075, Leg. 250).

101Il semble donc bien que l’on assiste à une amélioration du contrôle de la population indienne. Si on n’arrivait pas à interdire ou à limiter ses déplacements, on en connaissait mieux la destination. Mais cette reprise en main, pour réelle qu’elle fût, arrivait bien tard, alors que d’autres facteurs de désintégration continuaient, eux, à jouer.

102A cette pratique des fuites qui permettait d’échapper aux charges coloniales, les Indiens ajoutaient une volonté d’indépendance vis-à-vis du pouvoir. Dans les villages de la province, la meilleure approximation de cette nouvelle attitude peut être étudiée dans le comportement vis-à-vis de l’Eglise.

103Alors que jusque dans les années 1770-1780, celle-ci réussit à maintenir ferme son autorité, on observe après cette date un relâchement progressif. L’exemple des haciendas communales est à ce sujet un révélateur éclairant. Tous les villages de la région possédaient de telles haciendas. Elles occupaient une partie des ejidos, et se consacraient avant tout à l’élevage. Leurs revenus étaient destinés quasi exclusivement au fonctionnement des confréries. De ce fait, le prêtre de chaque village exerçait sur ces biens un contrôle jaloux.

104C’est ce qu’explique en 1776 l’alcalde mayor de Verapaz à propos de Rabinal (AGCA, Al, Exp. 4818, Leg. 116). Jusqu’à cette même période, l’hacienda de Rabinal, localisée à San Miguel Chicaj, restait largement bénéficiaire (M. Bertrand 1979 : 145). Durant la décennie 1780, les bénéfices nets oscillaient autour de 700 pesos par an. Si l’on considère non plus l’ensemble des dépenses, mais exclusivement celles de fonctionnement, le bon rendement de l’hacienda apparaît encore plus manifeste (ibid., courbe n° 4).

105On comprend ainsi la prétention des dominicains au contrôle de ces sources de revenus non négligeables. Mais y parvinrent-ils ? Il semble bien qu’il faille distinguer deux périodes bien différentes. Avant les années 1790, tout laisse à penser que le contrôle des prêtres sur l’hacienda de San Miguel Chicaj fut relativement efficace. La bonne tenue du livre de comptes de l’hacienda en est le témoignage direct. En revanche, après cette période, les informations portées sur le livre tenu par le prêtre sont de moins en moins précises. C’est probablement le signe que le contrôle sur l’hacienda tend à lui échapper. D’ailleurs, dans ce même livre de comptes, les prêtres multiplient les plaintes vis-à-vis des responsables indigènes de l’hacienda : vols, négligences, refus d’obéissance devenaient monnaie courante (AP Rabinal, Libro de cuentas de la hacienda San Miguel Chicaj, et M. Bertrand, op. cit.).

106Ainsi, malgré leur prétention à tout contrôler, les dominicains responsables des paroisses de la région semblent bien connaître de plus en plus de difficultés à exercer leur autorité. Il est probable que le cas de Rabinal n’a rien d’exceptionnel. Tous les villages de la zone connurent, dans d’autres domaines, une évolution parallèle.

107Ce rejet de la domination coloniale, largement répandu chez les indigènes au sein des réductions, se retrouve, avec une expression différente, dans une autre composante de la société ibéro-américaine : il s’agit des métis. Ceux-ci, nous avons pu le constater, ne cessaient de se multiplier, même dans les villages de Verapaz. Cette croissance favorisa une remise en question intellectuelle des principes de base de la société coloniale. Mais, pour les métis, le refus de ce monde niant leur propre existence prit un caractère très concret et très immédiat. On constate ainsi que dans la région de Rabinal, le monde métis tendait à s’organiser de manière autonome vis-à-vis des différents pouvoirs : administration, Eglise, ou justice.

108La dispersion de plus en plus accentuée de la population métisse, notamment dans les trois valles, rendait tout contrôle illusoire. C’est ainsi qu’une bonne partie des métis ou mulâtres, fils d’une mère indienne, et devant payer un tribut, échappait à cette obligation. Les autorités régionales reconnurent, d’ailleurs, dans un rapport sur le tribut de 1805 qu’un tel paiement était exceptionnel (AGCA, A3, Exp. 34374, Leg. 2327).

109Face à l’Eglise, les métis se trouvent dans la même position d’indépendance. Jusqu’au début du xviiie siècle, la zone des valles ne possédait aucune structure religieuse. Avec la fondation d’El Chol, après 1685, elle compte enfin une paroisse. Mais, les distances, les difficultés de circulation dans cette région ne permettaient pas à l’Eglise de contrôler l’ensemble de la population. Pour le valle de Saltán – le plus isolé des trois – c’est un simple propriétaire, Juan Alvarado, qui offrit en 1812 un terrain pour la construction d’une église. Quand fut-elle réellement érigée ? Nous l’ignorons...

110A la veille de l’Indépendance, la population métisse, de plus en plus nombreuse, échappait en grande partie au pouvoir de l’Eglise. Cette situation revient d’ailleurs comme un leitmotiv dans tous les rapports adressés par les prêtres d’El Chol à leur achevêque. Le plus pessimiste fut sans doute celui rédigé par fray Dighero en 1769, et destiné à P. Cortés y Larraz (Col. Larrazábal, visitas, T. 22, ACG).

111Le fruit de cette situation était l’instabilité de la société coloniale, phénomène que ses cadres trop rigides ne pouvaient facilement tolérer sans risque.

C – VERS UNE INTEGRATION ECONOMIQUE

112L’évolution économique de cette période fit que, à un niveau modeste certes, mais réel, les liens entre les deux pôles du monde colonial ne cessèrent de se raffermir, servant de point de départ, sinon à une intégration, du moins à un rapprochement progressif.

113Nous avons déjà constaté que les activités économiques tournées vers la commercialisation, parfois lointaine, étaient présentes dans les villages de la région. Leurs revenus permettaient d’obtenir des productions non assurées sur place. Après 1750, ces échanges ne cessèrent de se développer.

114En 1773, pour justifier l’acquisition de terres, Cubulco expliqua à quoi il allait les utiliser. Le village y planterait du coton, dont il comptait obtenir 200 mecates. Il espérait vendre ensuite les tissages réalisés dans la province, et même au-delà (AEG, Paq. 1, Exp. 10, BVP). Cubulco essaya tout simplement, à travers ces activités, de s’inspirer des repartimientos de fils, si profitables aux dominicains ou aux alcaldes mayores.

115L’extension des cultures commerciales concerna aussi le développement des champs de canne à sucre. Cette production, longtemps cantonnée sur les terres métisses ou dominicaines, s’installa progressivement dans la zone des bassins, sur les terres indigènes. Il semble même qu’à la fin du xviiie siècle, les villageois s’adonnaient de plus en plus nombreux à cette culture. En 1768, le curé de Rabinal comptabilisait 20 trapiches autour de sa paroisse, tous possessions personnelles des Indiens du village (Col. Larrazábal, visitas, T. 22, ACG). La panela obtenue après raffinement du jus de canne était, pour partie, utilisée dans la fabrication de l’eau-de-vie. Il est difficile de mesurer l’importance d’une telle production, celle-ci restant bien entendu clandestine (AGCA, Al, Exp. 845, Leg. 29). Selon les responsables de Rabinal, Salamá était au début du xixe siècle le centre principal de la production de l’eau-de-vie dans la région (AGCA, A1, Exp. 3744, Leg. 182). Certes, une telle affirmation, par son caractère polémique, reste difficilement acceptable telle quelle. Le but des responsables de Rabinal était probablement, non pas de dénigrer le village voisin à partir de fausses accusations, mais simplement de détourner le regard de l’administration d’activités répréhensibles pratiquées chez eux. Aussi, loin de signifier la présence, somme toute restreinte, de distilleries d’alcool, l’accusation de Rabinal laisse plutôt penser que de telles activités étaient présentes dans tous les villages. D’ailleurs, au-delà de ces villages, les dominicains eux-mêmes s’adonnaient à de telles pratiques : en 1816, ils se voient accusés de fabriquer de l’eau-de-vie dans leur hacienda de San Gerónimo. Quant au produit, il était vendu dans la région et permettait, selon l’accusateur, le maintien du revenu du couvent de Guatemala (AGCA, Al, Exp. 845, Leg. 29). En fait, de telles pratiques étaient probablement plus anciennes que ne le suggèrent les témoignages évoqués.

116Un autre exemple illustre la croissance des productions destinées à la commercialisation : le xviiie siècle vit se développer, dans le nord de la Verapaz, la culture de l’añil, c’est-à-dire de l’indigo. Or, cette plante fut détruite au début du xixe siècle par des épidémies. Pour la remplacer, on eut recours à la cochenille. La première introduction des petits insectes date de 1811 et est due à José de Aycinena. Dès 1817, deux villages – dont Cubulco – réalisèrent la première récolte, sur les terres de fray Antonio López de Quintana, précisément à Cubulco (M. Rubio Sánchez 1961 : 15). Récolte modique, de 70 livres à peine, mais suivie de bien d’autres ! L’année suivante, ce même prêtre sollicitait une aide pour deux Indiens de Cubulco, Pablo Rodríguez et Magdalena Tzuniume, afin de leur permettre de participer au développement de la culture des cactus porteurs de cochenille. L’aide fut d’ailleurs obtenue (AGCA, Al, Exp. 7978, Leg. 384).

117La commercialisation concernait aussi – et cela était plus nouveau – les productions artisanales autrefois destinées aux seuls villageois. En 1792, l’alcalde mayor de Verapaz, dans son rapport, insiste sur le fait que l’artisanat du fer surtout, tant chez les Indiens que chez les métis, était très développé. Ils produisaient tous les outils nécessaires à l’agriculture, et cela à meilleur coût qu’à Guatemala. A cette activité s’ajoutait celle des menuisiers, cordonniers, et aussi argentiers, dont la présence était surtout importante à Cobán (AGCA, Al, Exp. 38305, Leg. 4501).

118Ces quelques cas concernant la province montrent que les Indiens de la Verapaz étaient bien loin de vivre repliés sur eux-mêmes. Leurs relations commerciales avec le monde métis ou espagnol ne cessaient de croître. Il y avait là pour tous les défenseurs de l’intégration un argument supplémentaire.

119Si les Indiens se tournaient de plus en plus vers l’extérieur, c’est que, en sens inverse, le monde extérieur s’intéressait de plus en plus à eux. C’était en tout cas la situation dans la région, que des projets successifs voulaient faire traverser par un grand axe commercial, reliant la capitale à la mer. Il s’agissait d’emprunter le fleuve Polochic, reliant Tactic au Golfo Dulce, évitant ainsi la longue et pénible route de la vallée du Motagua.

120Les premières tentatives de circulation sur ce nouvel axe furent réalisées en 1757-1758 par Pedro de Olamendi, qui obtint pour cela les autorisations nécessaires (AGCA, A1, Exp. 7942, Leg. 382). Il faut croire que ces premières expériences ne furent pas fructueuses, puisque, en 1778, un nouveau rapport montrait l’intérêt potentiel du même fleuve (Col. Matalinares T. 1, RAHM).

121Trente ans plus tard, D. Juarros, dans son Compendio de Guatemala, revint à nouveau sur l’intérêt de cette rivière, et demanda que la législation maintenue jusqu’alors, limitant la présence espagnole, soit abolie : c’était pour lui le moyen d’assurer le développement de la province. Il pensait même que d’autres fleuves de Verapaz, tel celui de la Pasión, pourraient être aussi des axes de communication dans d’autres directions, et notamment vers les régions du littoral du Golfe du Mexique, dont Veracruz qui était le principal port commercial de la Nouvelle-Espagne (D. Juarros 1936 : 97-98).

122Pour l’essentiel, ces tentatives restèrent à l’état de projets, mais elles montrent combien de nouvelles préoccupations, dans le domaine économique, pouvaient bouleverser la société coloniale.

123Vers 1820, la Verapaz avait donc connu des transformations profondes, remettant en cause le système imposé au milieu du xvie siècle. L’essentiel de son contenu avait été perverti, sans que cela entraînât de véritable réaction de la part du pouvoir. Aussi, la stabilité recherchée devenait-elle illusoire, tout comme la ségrégation entre Indiens et non-Indiens, le rôle d’intermédiaire de l’Eglise se trouvant alors rejeté par tous.

124Dans la région, les conflits devinrent à partir de cette époque plus ouverts, sinon plus fréquents. L’inadéquation entre les lois et la réalité vécue multipliait en effet les points de frictions possibles. La recherche massive de nouvelles terres à cultiver par une population métisse sans cesse croissante fut dans ce domaine un élément décisif.

125Ces rivalités et ces heurts restaient pourtant comme cadrés, contrôlés presque, prenant souvent l’aspect d’un procès en justice. Il serait toutefois erroné de croire que la désintégration progressive du monde colonial, et la résistance indigène face à la pénétration métisse, ne prirent que cette forme légale. Parfois, devant l’impossibilité d’aboutir à ce qu’ils voulaient, à cause de la lenteur de la justice royale, les indigènes prenaient les armes et se soulevaient, afin de faire valoir leur bon droit. Ces révoltes, comme nous allons le constater, étaient, bien plus encore que la résistance légale, une façon d’exprimer le refus du système colonial lui-même.

Notes

1 Sans vouloir réduire le conflit Indiens/métis à une simple expression socio-économique, il nous semble qu’il y a là un facteur essentiel d’explication. Dans le Guatemala d’aujourd’hui, que Miguel Angel Asturias décrivait dans ses nouvelles et romans, c’est notamment sur cet aspect foncier qu’il insistait. Voir, par exemple, Hombres de maíz, ou Week-end à Guatemala.

2 Ce phénomène se retrouve encore aujourd’hui .dans certaines régions, en particulier l’Amazonie brésilienne (R. Romano, Les mécanismes de la conquête coloniale : les conquistadores, Paris 1972).

3 Rappelons que c’était bien là une des fonctions essentielles des détenteurs du pouvoir dans la réduction. En ce qui concerne les responsables de la vente, leurs noms sont les suivants : Francisco Suyen, Domingo Sotelizes, Jacinto Baxcaco, et le capitaine don Jacinto León. On relève la présence d’un métis ou d’un Espagnol, ainsi que l’association de vieilles familles de caciques avec de nouveaux venus.

4 En 1769, P. Cortés y Larraz précise le nombre d’absents dont on ne sait plus rien : 100 à Salamá, 35 à Rabinal, soit respectivement 54 % et 28 % de tous les absents (Col. Larrazábal, visitas, T. 22, ACG).

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter